LE RAMONNEUR DE CHEMINÉES

British Museum

British Museum

 

*

 

LE  RAMONNEUR

 

DE  CHEMINÉES

 

*

Cette farce remonte au XVe siècle : aucun des arguments émis par ceux qui la datent du XVIe (jusqu’en 1564 !) n’est recevable. Une douzaine d’archaïsmes ont survécu au formatage éditorial ; en outre, elle emprunte aux Grands Rhétoriqueurs1 non seulement des poèmes à forme fixe inédits au théâtre, mais aussi des rimes équivoquées (vers 54, 103, 139, 228, 281).

Les ramoneurs de cheminées font partie de ces artisans consciencieux que chérissent les dames, au même titre que les rembourreurs de bâts, les récureurs de chaudrons, ou les laboureurs de vignes. Une fois de plus, le théâtre prend à bras-le-corps le sujet tabou que constitue la rétribution de certains hommes par des femmes qui louent leurs services :

    Un jour d’yver, Margot oyoit crier2

    Quelque gaillard housseur de cheminée,

    Criant : « Je housse3 haut et bas le foyer

    Mieux que ne feit oncques personne née ! »

    Margot luy dit : « Et combien la journée ? »

    « Vous me payerez (dit-il) selon l’ouvrage. »

    Lors, çà et là, de bien housser fait rage

    De reins, de bras, de pieds, de mains, de cul.

      Lors dit Margot : « Là, mon amy,

          Prenez courage,

          Cognez plus fort,

          Poussez plus fort,

    Houssez plus fort : vous aurez un escu. »

 

Sources : Recueil de Florence, n° 30. <Peut-être4 édité par l’atelier Trepperel, à Paris, vers 1515.>  Recueil du British Museum, n° 36. <Imprimé chez feu Barnabé Chaussard, à Lyon, en 1545.>  Je prends pour base la version Florence, et je la corrige tacitement sur celle du British Museum.

Structure : Rimes plates, avec 3 triolets, 1 lai sur trois rythmes, 2 « simples lais ».

Cette édition : Cliquer sur Préface. (Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.) « Éd. » désigne les deux éditions gothiques.

*

 

Farce nouvelle du

 

Ramonneur  de

cheminées

 

Fort joyeuse. Nouvellement imprimée.

 

*

 

À quatre personnages :

    LE  RAMONNEUR  [Jehan du Houx]

    LE  VARLET5

    LA  FEMME

    LA  VOYSINE

 

*

                      LE  RAMONNEUR  commence en chantant.

               Ramonnnez voz cheminées6,                      SCÈNE  I

               Jeunes femmes, ramonnez !

                           LE  VARLET

               En nous payant noz journées,

               Ramonnez voz cheminées !

                           LE  RAMONNEUR

5             En nous payant noz journées,

               Retenez-nous7, retenez !

               Ramonnez voz cheminées,

               Jeunes femmes, ramonnez !

                           LE  VARLET

         Par le corps bieu ! vous m’estonnez8,

10     Tant menez lourde mélodie.

                           LE  RAMONNEUR

         Que dyable veulx-tu que je dye ?

         Encore ne sçay tant crier

         Que gaigner puysse ung seul denier ;

         De quoy je m’esmerveille assez.

                           LE  VARLET

15     Si fais-je9 plus que ne pensez.

         J’ay veu que, quant vous avyez grâce

         De bien ramonner, vostre tasche

         Estoit bien d’un autre plumaige10.

                           LE  RAMONNEUR

         A ! tu dis vray : je fesoye rage,

20     Quant premièrement tu me vis11.

                           LE  VARLET

         Chascun vous mettoit en ouvraige.

                           LE  RAMONNEUR

         A ! tu dis vray : je faisoye raige.

                           LE  VARLET12

         Il eust, alors, plus fait d’ouvraige

         En ung jour qu’il ne fait en dix.

                           LE  RAMONNEUR

25     A ! tu dis vray : je faisoye raige,

         Quant premièrement tu me vis.

                           LE  VARLET

         [Les] gens qui sont ainsi massis13

         Comme gros prieurs ou gras moynes

         Ne furent jamais guère(s) ydoines14

30     De bien cheminées15 housser.

                           LE  RAMONNEUR

         Pourquoy ?

                           LE  VARLET

                              Ilz ne font que pousser,

         Et sont pesans comme une enclume.

         Et vous ensuyvez la coustume,

         Car vous estes gras comme lart.

                           LE  RAMONEUR

35     Par bieu ! j’ay aussi bien fait l’art

         Du « mestier » qu(e) homme du Royaume ;

         Mais pour l’exercer, sur mon âme,

         Ma puissance fort diminue.

                           LE  VARLET

         S(e) elle fust aussi bien venue

40     Devers vous comme déclinée16,

         Vous eussiez mainte cheminée

         À ramonner, qu’on vous trépasse17.

                           LE  RAMONNEUR

         Je ne sçay que c’est18 : tout se passe,

         Ce que Nature a compassé19,

45     Car je suis jà tout [dé]passé20.

         Bien joueroit de passe-passe21,

         Qui me feroit en brièfve espace

                     Corps bien compassé22 !

                     Je suis jà cassé,

50                         Faulcé,

                             Lassé.

               Et tout mon bien se trespasse,

               De l’or que j’ay amassé

               À Gaultier ou à Massé.

                     [Ce que je pourchasse]23

55                 De leur bonne grâce,

               C’est d’estre en ung viel fossé

                             Poussé,

                             Troussé24,

               Là où personne ne passe.

                           LE  VARLET

60           Qui vous diroit25 à voix basse :

               « Prens dix escus en ma tasse26 »,

                       Qu’en diriez-vous ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                          Rien(s)27.

                           LE  VARLET

               Ou de vuider une tasse28

               Et humer la souppe grasse,

65                   Vous le feriez ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                  Bien.

                           LE  VARLET

               Se29 vous fussent assignées

               À dormir grans matinées,

                       Quel estat, quel ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                      Bon.

                           LE  VARLET

               Mais pour housser cheminées

70           Là où vertus30 sont minées,

                       Il ne vous en chault ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                              Non.

               Je soulloye avoir le renom ;

               Mais maintenant, je [re]metz

               (Tant que mestier je congnoys)

75           Doresnavant à quinsaine31.

         Par mon âme ! c’est trèsgrant paine

         Que de ramonner à journée.

                           LE  VARLET

         Voire, pour gens à courte allayne32

                           LE  RAMONNEUR

         Par mon âme ! c’est trèsgrant peine.

                           LE  VARLET

80     Croyez qu’il n’y a nerf33 ne vaine

         Qui ne soit bien examiné[e]34.

                           LE  RAMONNEUR

         Par mon âme ! c’est trèsgrant peine

         Que de ramonner à journée.

                           LE  VARLET

         Or çà ! faison quelque traînée35,

85     Ou quelque cryée36 joyeuse,

         Pour veoir se quelque malheureuse

         Ne nous mettra point en ouvrage.

                           LE  RAMONNEUR

         Nous y perdrons nostre langage37.

         Ne faisons cy plus long séjour.

90     Car tu sces bien que tous le(s) jour(s),

         Puis38 que la Court est en la ville,

         Par ma foy, ilz sont plus de mille

         Tous nouveaulx et jeunes housseurs39.

                           LE  VARLET

         Les jeunes ne sont point si seurs40

95     Que les vieux, vous le sçavez bien.

                           LE  RAMONNEUR

         Il n’est abay41 que de viel chien :

         Pour dire42, je ne le nye point.

         [Mais il y a encore ung point]

         Qui nous fait estre tous chétis43.

                           LE  VARLET

         Et quoy ?

                           LE  RAMONNEUR

                         C’est que les aprentis

100   Tousjours les meilleurs maistres sont44.

                           LE  VARLET

         Et ainsi, vous avez…

                           LE  RAMONNEUR

                                              Le bont45.

         Les jeunes m’appellent vieillart

         Pource que j’euvre de vieil « lart »

         Et que je suis plus blanc que Carmes46.

105   Ses-tu quoy ? Je me rens aux armes47.

         Mais pour cause que ma mignonne

         Ne me fait point chère si bonne48

         Quant je luy rapporte pécune49,

         Ne révèle point ma fortune50,

110   Mais [dy] que j’ay bien besogné

         Et que j’ay aujourd’huy gaigné

         Bien quarante soulz, qu’on me doit51.

         Je ne sçay de vray, s’elle entendoit

         (Par trop parler ou sermonner)

115   Que ne peusse plus ramonner,

         Vélà Jehan du Houx rué jus52 !

         Plus n’en auray esbatz ne jeulx ;

         Jamais ne me vouldroit aymer.

                           LE  VARLET

         J’aymeroys mieulx estre en la mer53

120   Que vostre honneur54 j’eusse frauldé[e] !

 

                           LE  RAMONEUR55       SCÈNE  II

               Où estes-vous, mal fardée,

                          Mal lardée56 ?

               Que ne parlez-vous à nous ?

                           LE  VARLET

               On vous a bien regardée

125                     Et dardée

               Au cueur, d’un regard trèsdoulx.

                           LA  FEMME

               Et qui a-ce esté ?

                           LE  VARLET

                                             Jehan du Houx,

                           Par-dessoubz.

                           LA  FEMME

               Je ne m’en suis point gardée57.

                           LE  VARLET

130         Touteffois il vous a dardée,

                           Bien ferrée,

               La « flèche58 ».

                           LA  FEMME

                                          Des poux59, des poux !

         J’aymeroyë mieulx quatre so[u]lz

         En ma bource, de bon acquest60,

135   Que son regard ne son caquet.

         Brief, je n’ayme point ses esbatz.

                           LE  VARLET

         Pourquoy ?

                           LA  FEMME

                             [Pource qu’]il craint le « bas »

         Plus que cheval de poissonnier61.

                           LE  VARLET

         Hé ! dea si mengea du poisson hyer,

140   Ne l’ayez pour tant indigné62 :

         Pensez, quant il a bien dîgné63,

         [Qu’]encore est-il plus rèdelet64.

                           LE  RAMONNEUR

         Jehan du Houx est itel65 qu’il est ;

         Il n’en fault point tant sermonner.

                           LA  FEMME

145   D’où venez-vous ?

                           LE  RAMONNEUR

                                          De ramonner

         Tout ce jour, et Dieu scet comment !

         Demandez-luy.

                           LE  VARLET

                                    Tout bellement66.

         Par mon âme, c’est grant pitié !

                           LA  FEMME

         Pis qu’antem67 ?

                           LE  VARLET

                                       Mais pis la moytié !

150   Il sera tantost maistre en Ars68.

                           LA  FEMME

         Pourquoy ?

                           LE  VARLET

                             Il a apris ses pars69 ;

         Il est à ses déclinaisons70.

                           LE  RAMONNEUR

          De quoy parlez-vous ?

                           LE  VARLET

                                                  [Des oysons]71

         Qu’on vous donna hyer à disner,

155   Après qu’on vous fist ramonner

         La cheminée que sçavez.

                           LE  RAMONNEUR

         Il dit vray.

                           LA  FEMME

                           Par bieu, vous bavez72 !

         Ne vous vantez jà de beau fait.

                           LE  RAMONNEUR

         Holà ! j’ay fait ce que j’ai fait73.

160   M’avez-vous si bien repoulsé74 ?

         Encore ay-je aujourd’huy houssé

         Des cheminées plus de douze.

         Vélà qui le scet75.

                           LE  VARLET

                                         Il se house76.

                           LA  FEMME

         J’en vueil bien croire ses recors77.

                           LE  VARLET

165   Pensez qu’il a assez bon corps ;

         Mais il n’a « membre » qui rien vaille.

                           LA  FEMME

         Dictes-vous [railleries] ?

                           LE  VARLET

                                                     Pas maille78 :

         Je vous ay déclairé le point.

                           LE  RAMONNEUR

         Se vous me voyez en pourpoint79,

170   Vous esprouveriez plus tost mes fais.

                           LE  VARLET

         Il est façonné comme ung fais80

         De fagotz ou de paille d’orge.

                           LE  RAMONNEUR

         Tu as menty parmy ta gorge !

         Je suis ung bel homme, et robuste

175   De corps et de membres.

                           LE  VARLET

                                                       Tout juste !

         (Par mon âme, c’est bien soufflé81 !)

                           LA  FEMME

         Regardez, il est plus enflé

         Q’ung rat noyé dedans ung puis,

         Tant a mengé de souppe(s)82.

                           LE  RAMONNEUR

                                                                Et puis ?

180   Fondez-moy : si, aurez le sain83.

                           LA  FEMME

         Quel visage de Saint-Poursain84 !

         Comme il en a remply ses bouges85 !

                           LE  RAMONNEUR

         S[i] ont esté ces gros vins rouges,

         Qui nous ont paincturé(s) ainsi

185   Les narines de cramoysi,

         Ainsi que sçavez qu’on le joue86.

                           LA  FEMME

         La couleur demeure en la joue ;

         Elle n’est pas tombée ès mains87.

                           LE  RAMONNEUR

         Mon compaignon n’en a pas mains88 :

190   Le voyez-vous, le Domine89 ?

         Il a le groing enluminé

         Comme le B de Beatus vir90.

                           LA  FEMME

         Mais voz yeulx me font grant plaisir,

         Car ilz n’ont point la couleur nette.

                           LE  RAMONNEUR

195   Quelz sont-ilz ?

                           LA  FEMME

                                    Doublés d’escarlatte91.

                           LE  RAMONNEUR

         J’ay tant –par villes et par bourz–

         Houssé, qu’ilz en vont à rebours,

         Des pouldres qui sont cheus dedans92.

                           LE  VARLET

         Il a menty parmy ses dentz :

200   Il93 ne luy vient que de trop boyre.

                           LE  RAMONNEUR

         Pour Dieu, ne le vueillez point croire,

         Ma doulcinette, ma mignonne,

         Ma gorgette, ma toute bonne.

         Car, quant je ne suis point en serre94,

205   Je ramonne aussi bien…

                           LE  VARLET

                                                      Ung voirre95

         Qu’oncques fist gorge de pïon96.

                           LE  RAMONNEUR

         Escoustez cest escorpion,

         Comme il me point ! Que je suis aise97 !

         Et ! je sçay bien, plaise ou non plaise,

210   Qu’entre tous housseurs, je suis homme…

                           LE  VARLET

         Il a perdu le plait98 à Romme,

         Il peult bien appeller99 à Rains.

                           LE  RAMONNEUR

         Est-ce débilité100 de reins

         De housser en une journée

215   Seize fois une cheminée

         Qui estoit bien grande et bien haute ?

                           [LA  FEMME]

         Il dit vray ?101

                           LE  VARLET

                                   Il fist une faulte

         [Qui vallut]102 quinze : et somme toute103,

         Une fois houssa, tout de route104 ;

220   Encore, Dieu sçait à quel peine !

                           LE  RAMONNEUR

         Et je fis ta fièbvre quartaine !

               S(e) aujourd’huy je t’os105 mot dire,

                           Ne mesdire

               Contre moy aucunement,

225         De mon poing, sans contredire,

                           Par grant ire,

               En auras ton payement !

                           LE  VARLET

               Cil106 qui [ainsi] paye ment

                           Vrayement,

230         Au moins s’on ne l’en retire107.

               Et ! vous ensuivez celle tire108 ?

                           Qui vous tire109

               À mentir si lourdement ?

         Dictes or[es], par mon serment !

235   Tant qu’est à luy, il en est fait110.

                           LA  FEMME

         Il me fait enrager, de fait,

         De dire que si vaillamment

         A huy ramonné.

                           LE  VARLET

                                       Hé ! il ment :

         Jamais ne luy fust-ce111 accordé.

                           LA  FEMME

240   Il est doncques…

                           LE  VARLET

                                        Il est cordé112 ;

         Jamais n’en aurez…

                           LA  FEMME

                                             Grant aÿde113.

                           LE  VARLET

         On luy eust bien…

                           LA  FEMME

                                          Lasché la bride :

         De courre n’est point…

                           LE  VARLET

                                                  Enragé ;

         Je vous entens.

                           LE  RAMONNEUR

                                    Je l’ay songé114,

245   Ou115 j’ay fait ce que je vous dis ?

                           LE  VARLET

         Dictes-en ung De profundis116 :

         Il en est fait, vous le voyez bien.

                           LE  RAMONNEUR

         Dictes-en ung estront de chien

         En ton nez ! Fault-il tant baver ?

250   Mais comment m’ose-tu b[r]aver,

         Ort sanglant paillart contrefait,

         Moy qui t’ay fait ?

                           LE  VARLET

                                          Qu’avez-vous fait ?

                           LE  RAMONNEUR

         Je t’ay fait.

                           LE  VARLET

                            Vous l’avez fait belle117 !

                           LE  RAMONNEUR

         S’on ne te pent, paillart rebelle…

255   Je t’ay fait !

                           LE  VARLET

                              Quoy ? apoticaire ?

                           LE  RAMONNEUR

         Escoutez, il ne se peult taire !

         Il me fait enrager d’ennuy,

         [Tant est plain…]

                           LE  VARLET

                                         Je ne mengay huy

         [Gasteau, oublie ne craquelin :]118

         De quoy dyable seroyes-je « plain » ?

                           LE  RAMONNEUR

260   Tu es remply de faulce envie

         Contre moy, qui te tient en vie.

         Je pris ce paillart ratisseur119

         À Paris chez ung rôtisseur120.

         Et n’avoit pas vaillant deux blans121.

265   Et couchoit –dont il est si blans122

         Au four à quoy la paille on art123.

         Brief, je t’ay fait.

                           LE  VARLET

                                       Quoy ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                   Hé ! paillart,

          Je t’ay au moins fait tant d’honneur

         Que tu es maistre ramonneur

270   Passé124 par les maistres jurés.

                           LE  VARLET

         Pas ne fault que vous en jurez :

         Je n’en donroys pas ung oignon125.

         Depuis que je suis Compaignon,

         Je n’ay pas gaigné mes despens.

                           LA  FEMME

275   Par ma foy, à ce que j’entens,

         Il ne peult plus lever le boys

         Du ramon126.

                           LE  RAMONNEUR

                                  On dit mainteffois :

         « Qui a tant fait qu’il n’en peult mais127,

         On le doit bien laisser en pais. »

280   C’est une auctorité commune128.

                           LA  FEMME

         Las ! je demeure ainsi comm[e] une

               Povre femme que129 Fortune,

               Pour sa grièche130, importune.

               Quant mon mary vient en « bas »

285         (Puisqu’en si piteux [d]esbatz

                           On l’impugne131),

               Plus ne puis, par voye aucune132,

               Pour argent ne pour pécune,

         Avec luy prendre mes esbatz.

 

                           LA  VOYSINE133          SCÈNE  III

290   À qui esse que tu t’esbatz,

         Ma voisine et ma doulce amye ?

                           LA  FEMME

         Croyez que je ne chante mye,

         Mais ay le cueur triste et marry ;

         Car c’est de mon povre mary,

295   À qui Dieu bonne mercy face !

         Je ne sçay plus que je [me dé]face134,

         De grant pitié qui me remort.

                           LA  VOYSINE

         Comment ! vostre mary est il mort ?

                           LA  FEMME

         Tout mort, au paradis des chièvres135.

                           LE  RAMONNEUR

300   Et je suis tes senglantes fièvres,

         Puisqu’il convient que je responde !

                           LA  FEMME

         Il est mort, c’est-à-dire au monde,

         Comme ung Chartreux ou ung reclus136.

                           LA  VOYSINE

         Comment ?

                           LA  FEMME

                             Il ne ramonne plus,

305   Non plus q’un enfant nouveau-né.

                           LE  RAMONNEUR

         Ramonner, c’est bien amené137 !

         Il n’est homme qui ne s’en lasse,

         De ramonner si longue espace

         Que j’ay fait, ne par tant [de temps]138 :

310   Il y a plus de soixante ans

         Que le mestier je commençay !

                           LA  VOYSINE

         Vous n’en povez plus ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                  Je ne sçay ;

         Ma femme me le dit ainsi.

                           LA  VOYSINE

         Comment le sçavez-vous, aussi139 ?

                           LA  FEMME

315   Je le sçay par ma cheminée,

         Qui souloit140 estre ramonnée

         Tous les jours bien cinq ou six fois ;

         Mais il y a [plus de]141 troys mois,

         Voisine, qu’il n’y voul(u)t penser.

                           LE  RAMONNEUR

320   C’est tousjours à recommencer !

         Qui fourniroit au résidu142 ?

         Il vauldroit mieulx estre pendu,

         Ou [bien] estre mis en gallée143 !

                           LA  VOYSINE

         Vostre peau sera [ré]gallée144,

325   Ou vous ferez vostre devoir145 !

                           LA  FEMME

         Voysine, vous povez sçavoir

         Qu’il ne fera jamais grans fais146.

                           LE  VARLET

         Il pert147 cy ung beau jeu d’éc[h]èz :

         Bien fait seroit qu’on l’en blasmast148.

                           LA  FEMME

330   Comment ?

                           LE  VARLET

                              Il est [et] sec et mast149,

         Puisqu’aultrement ne s[’y] employe.

                           LE  RAMONNEUR

         […………….] ma gaulle150 ploye

         Si tost que l’ouvrage regarde.

 

         Pour Dieu ! mes seigneurs, prenez garde,

335   Qui vous meslez de ramonner,

         Qu’à ramonner point on ne tarde

         Les cheminées qu(i) ont mestier151.

         Et pour nostre152 cause abréger

         Et aussi qu’il ne vous ennuye,

340   Il est temps de nous en aller.

         Adieu toute la compaignie !

 

                                 EXPLICIT

*

1 « Les poètes du temps avaient l’exemple des Grands Rhétoriqueurs ; les rythmes du Ramoneur, ses rimes en écho et équivoquées pourraient nous ramener à ces poètes ; et la farce serait ainsi plus ancienne qu’on ne l’a cru. » André Tissier, Recueil de farces, tome IV, pp. 113-166. Droz, 1989.   2 Déclamer son cri publicitaire.   3 Je ramone avec mon houssoir [mon pénis]. « Elle est troussée,/ Et si, endure la poussée/ Aussi bien que ses chambrières :/ Chascune veult estre houssée. » (Le Pourpoint fermant à boutons.)   4 D’après Jelle Koopmans : Le Recueil de Florence. <Paradigme, 2011.> Tant que l’original sera séquestré, on ne pourra pas confirmer cette théorie.   5 L’employé, l’assistant.   6 Cette chanson, qui prend ici la forme d’un triolet heptasyllabe, est un « cri » de ramoneur. Voir H. M. Brown, Music in the french secular theater, p. 85 et n° 362.   7 Embauchez-nous.   8 Vous m’assommez.   9 Je m’étonne aussi.   10 D’une meilleure apparence. « Fauldroit trouver des gens d’aultre plumaige. » La prinse de Pavie.   11 À l’époque où tu me rencontras. Depuis, le ramoneur a vieilli, et l’abus de vin l’a rendu obèse et poussif.   12 Il prend à témoin les femmes du public.   13 Massifs, bouffis.   14 Aptes.   15 Che-mi-né-e compte pour 4 syllabes, comme aux vers 156, 162 et 337.   16 Si elle revenait aussi vite qu’elle est partie.   17 Qu’on vous passe sous le nez, qu’on vous enlève.   18 Je n’y comprends rien.   19 A établi.   20 Foulé aux pieds. « Entre leurs mauldis piés fouloient et dépassoient ton seigneur Jhésus. » Godefroy.   21 Il serait bien habile, celui…   22 Un corps bien proportionné.   23 Vers manquant : Ce que je cherche à obtenir. « Si j’ay ce que je pourchasse,/ Je te promets un gasteau. » Gaultier Garguille.   24 Mort. « Si cette maladie vous prend, vous serez bien-tost troussé. » Dict. de l’Académie françoise.   25 Si on vous disait.   26 Dans ma bourse. (Cf. Trote-menu et Mirre-loret, vers 229.) « Des escutz une plaine tace. » Mystère des trois Doms.   27 Ces réponses monosyllabiques relèvent d’un jeu littéraire dont l’apogée sera le Cinquième Livre de Rabelais (chap. 27). Mais ce n’est pas un critère de datation, puisqu’on le trouvait notamment dans le Dialogue de deux amoureux, de Clément Marot, ou dans la 58ème nouvelle de Bonaventure Des Périers : Du moyne qui respondoit tout par monossyllabes ryméz.   28 Une chope de vin.   29 Éd. : Et  (Si on vous donnait.)   30 Vos forces.   31 Remettre à quinzaine : reporter indéfiniment les tâches urgentes.   32 Jeu de mots sur l’haleine, et l’alêne [le poinçon, le pénis] : « –Recommencez, mon amy, je vous prie !/ –Je n’en puis plus : l’alaine m’est faillie. » Brian Jeffery, Chanson verse of the early Renaissance, II, 276.   33 Pénis <lat. nervus> : « Son nerf loial,/ Son pistolet aimé des dames. » (Jodelle, Épitaphe du membre viril de frère Pierre.)  Veine = pénis <lat. vena> : « La longue roydeur de ma veine/ Bat ma chemise. » (Folastries de la bonne chambrière.)   34 Éprouvée. « Par l’eau et le feu/ Tu as esté assez examiné. » (Godefroy.) L’accord de l’adjectif (examinée) avec le dernier substantif (veine) est archaïque.   35 Tendons un piège (aux clientes potentielles). « Mais pour mieulx faire la trainnée,/ Il fault que vous soiez mussée. » ATILF.   36 Un cri de ramoneur, comme celui qui commence la pièce. (Voir le vers 12.) Cri-é-e compte pour 3 syllabes.   37 Notre salive : nous ferons du boniment pour rien.   38 Depuis.   39 Les dames de la Cour ont emmené ici leurs amants, qui nous font concurrence.   40 Si sûrs, si bons ramoneurs.   41 Aboi : seuls les vieux chiens savent aboyer en temps voulu. Le vieux Gendarme utilise au vers 357 le même dicton contre le jeune Moine.   42 Pour tout dire.   43 Chétifs, pauvres : dépourvus de clientes.   44 La femme du sénile Raoullet Ployart lui dit : « Permettez que vostre apprentis/ Y besongne. » Le vieux Gendarme traite son jeune rival d’apprenti au vers 313. Le Discours joyeux de la Patience des femmes le confirme : « J’aimerois mieux un apprantis/ Que quatre douzaines de maistres ! »   45 Avoir le bond : être chassé par sa maîtresse, comme la balle du jeu de paume est rechassée par la raquette. « Or ont ces folz amans le bont. » Villon, Testament, 617.   46 Mes cheveux sont plus blancs que le manteau que portent les carmes.   47 Je m’avoue vaincu.   48 Un visage aussi accueillant qu’avant.   49 Ma paye (qui diminue de plus en plus). C’est souvent les épouses qui géraient les économies du ménage.   50 Ma malchance.   51 Dont j’ai fait crédit (au cas où ma femme demanderait à les voir).   52 C’en serait fini de moi. Jean du Houx est le nom du ramoneur, comme aux vers 127 et 143. Les branches de houx servent à gratter la suie collée au conduit des cheminées. « Le houx à housser leurs chemynées. » (ATILF.)   53 Être jeté à l’eau.   54 Cette forme féminine est archaïque.   55 Il entre dans sa maison en chantant, avec le valet, et il appelle sa femme. Les vers 121-132 transcrivent un douzain archaïsant que le rhétoricien Jehan Molinet nomme un « simple lay ». (Pierre Fabri parle avec moins de pertinence d’une « ballade layée ».) Les vers 222-233 renferment encore un simple lai.   56 Mal baisée. Mais ce n’est pas par le « vieux lard » (v. 103) de son époux qu’elle pourrait être mieux lardée. « Gardez se l’atellier est net,/ Devant que larder le connin. » (Frère Guillebert.) Les vers 121-122 sont apparemment tirés d’une chanson à la mode : le ramoneur, qui craint sa femme, n’oserait jamais lui parler ainsi.   57 Je n’y ai pas pris garde.   58 Votre mari vous a introduit sa flèche. « Il y fiche sa flèche, & comme il poussoit trop fort, elle s’esveille. » Béroalde de Verville.   59 Rien du tout ! Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 265.   60 Acquis avec certitude.   61 Quand les chevaux transportent du poisson, leur bât est particulièrement lourd. Jeu de mots sur le « bât », et le « bas » [le sexe de la femme] : cf. les Femmes qui font renbourer leur bas.   62 Ne le considérez pas comme indigne pour autant. « Dieu les indigneroit, ne doncques plus ses biens vers eulz n’influeroit. » (Christine de Pizan.) C’est encore un archaïsme.   63 Dîné.   64 Plus raide. « (Le moinne) tira son menbre viril dehors, lequel estoit, comme j’ay dit devant, ung peu radelet et s’avoit dressé. » Philippe de Vigneulles.   65 Tel.   66 Tout bonnement. Le valet fait semblant de confirmer le discours du ramoneur, mais il se moque de lui avec sa femme.   67 Qu’antan, qu’avant. « Voicy pis qu’antan. Fuyons ! » Rabelais, Quart Livre, 33.   68 Docteur ès Lettres, en quelque sorte.   69 Ses parties du discours, ses rudiments de rhétorique. « Des letres aprist si bien/ Que à douse ans sut bien ses pars. » Godefroy.   70 Il décline. Dans le Mistère du Viel Testament, les deux épouses de Lameth disent qu’il « a puissance trop lasche/ Pour entreprendre si grant tâche/ D’avoir deux femmes à la foys…./ Il est à ses déclinaisons. »   71 Éd. : de loyson  (J’adopte le pluriel pour la rime, et parce qu’en ce temps-là, on avait bon appétit : « Vous les mengeastes, mes oysons. » Colin filz de Thévot.)   72 Vous bavardez à tort et à travers. Cf. le Faulconnier de ville, vers 50.   73 J’ai vraiment fait ce que j’affirme avoir fait.   74 Contredit.   75 Mon valet peut en témoigner.   76 Il met ses bottes. On chantonne ce refrain pour signifier qu’on n’est pas concerné par ce qui vient d’être dit : « –As-tu paour ? –Il se houze, houze. » (Gautier et Martin.) Le valet fait aussi une allusion cruelle au proverbe qui dit qu’un homme de 72 ans n’a plus qu’à mourir : « À l’an soixante et douze, temps est que l’on se house. » Et si le proverbe n’est pas assez clair, le ramoneur peut toujours ouvrir un livre d’église : « L’an, par décembre prent fin et se termine ;/ Aussi faict l’homme aux ans soixante et douze,/ Le plus souvent, car vieillesse le mine :/ L’heure est venue que pour partir se houze. » Or, notre ramoneur a « plus de soixante ans » de carrière (vers 310).   77 Les déclarations du valet.   78 Pas la moindre.   79 Si vous me voyiez sans ma robe.   80 Un faix, un chargement. Bref, il est gros et informe.   81 C’est du vent ! « –C’est pour amour de vous./ –C’est bien soufflé ! » Celuy qui se confesse à sa voisine, F 2.   82 Nous dirions que c’est un gros plein de soupe, si ce n’est que la soupe était un morceau de pain qu’on trempait dans du bouillon.   83 Faites-moi fondre, vous aurez du suif (pour faire des chandelles).   84 « Quel nez de Sainct-Poursain/ Enluminé de vin de Beaune ! » (Sermon joÿeux de Bien boire, BM 23.) Jeu de mots sur porcin, et sur le vin de Saint-Pourçain (cf. le Gaudisseur, vers 179).   85 Ses joues (voir la note de Tissier, p. 146). « –Metz, metz dedans ton vin de l’eau,/ De peur que tu n’ayes les yeulx rouges./ –J’empliray aujourd’uy mes bouges,/ Puisqu’ay bon vin et bonne viande. » Pierre Gringore.   86 Est-ce une allusion au fait que les acteurs qui jouaient un rôle d’ivrogne avaient le nez peint en rouge ?   87 Vous n’avez pas les mains rouges, comme ceux qui travaillent beaucoup.   88 Moins. Cf. le Munyer, vers 14.   89 Un « maître Domine » est un hypocrite, un trompeur. Cf. le Dorellot, vers 383.   90 La lettrine rouge dont on enlumine le Beatus vir dans les psautiers.   91 Étoffe rouge dont on fait des doublures. Selon B. Des Périers, le « bon yvrongne Janicot (…) avoit les yeux bordéz de fine escarlatte ».   92 À cause des scories qui ont chu dedans.   93 Cela.   94 Empêché.   95 Ramoner un verre de vin : le boire.   96 Que le fit jamais un gosier d’ivrogne. « Brief, on n’eust sceu en ce monde sercher/ Meilleur pion pour boire tost et tart. » Villon, Testament.   97 Comme il me pique. Quel plaisir !   98 Son procès. On jugeait à Rome les cas où un mariage devait être rompu à cause de l’impuissance du mari.   99 Faire appel. Jeu de mots grivois sur Reims et reins : cf. les Sotz escornéz, vers 17.   100 Faiblesse.   101 Les imprimés attribuent cette réplique au valet.   102 Éd. : Ce fut  (Au jeu de paume, une faute coûte 15 points.)  « Il y avoit un gentilhomme qui se vantoit de la dix-septième fois pour une nuict…. Il avoit fait une faulte qui valloit quinze : c’estoit bien rabattu ! » Des Périers.   103 Par conséquent.   104 Il ramona une seule fois de suite.   105 Je t’ois, je t’entends.   106 Celui.   107 Si on ne l’en détourne pas.   108 Vous suivez ce parti : vous vous comportez ainsi.   109 Vous incite.   110 Pour ce qui le concerne, c’en est fait de lui. Ce dernier vers s’adresse à la femme.   111 Éd. : eusse  (Jamais cela ne lui aurait été accordé par la nature.)   112 Ridé, vieux. (Cf. la Responce de la Dame au vérolé, vers 72.) « Cela est chordé : ces mots sont souvent en la bouche du menu peuple (…) pour signifier qu’une chose a perdu sa saison, & qu’il ne la faut plus chercher. » Henri Estienne.   113 Prononciation archaïque de aide. « Et en son temple où il réside./ Vueillez nous estre en aÿde. » Actes des Apostres.   114 J’ai rêvé ?   115 Éd. : Ouy   116 Faites une croix dessus. Le valet s’adresse à la femme.   117 Vous me la baillez belle.   118 Vers manquant. Ma reconstitution pâtissière est un hommage au Disciple de Pantagruel : « Avec force craquelins, oublies, gasteaulx, eschauldéz. »   119 Attiseur qui entretient un four en y mettant de la paille. Dans le Mystère de la Passion, Satan se plaint que ses bottes soient ternies à force « de ratisser en ces fourneaulx ». Le mot et la graphie sont archaïques.   120 Les rôtisseurs confiaient les besognes pénibles à des pauvres, qu’ils nourrissaient avec des restes. (Cf. le Capitaine Mal-en-point.) Le seul rapport entre les ramoneurs et les marmitons, c’est leur langage trivial, leur « stille de ramonneur de cheminée ou de cuysinier et marmiteux », comme le déplore Pantagruel (chap. 10).   121 2 petites pièces. Cf. le Testament Pathelin, vers 23.   122 Ironique : comme tous ceux qui ont cuit auprès d’un four, le valet a la figure rouge (vers 191-192) ; il est « de la fumée tout roux », tels les rôtisseurs du Capitaine Mal-en-point.   123 Dans lequel on fait brûler de la paille. Ce vers devait finir sur une rime équivoquée, « la paille art », comme le vers 179 du Capitaine Mal-en-point.   124 Tu as été reçu maître, après avoir accompli ton compagnonnage sous mes ordres.   125 Je n’en donnerais pas cher, de ce diplôme.   126 Balai de ramoneur, et pénis. « Il avoit aprins (…) que “ramon” estoit un balay, et “ramonner”, balier, en la chansonnette Ramonnez-moy ma cheminée. » (Des Périers.) Voici ladite chansonnette, composée en 1536 par Hesdin, le maître des enfants de chœur de la cathédrale de Beauvais : Une dame, la matinée,/ Disoit, de chaleur forcenée :/ « Mon amy, prenons noz esbas./ Ramonnez-moy ma cheminée !/ Ramonnez-la-moy hault et bas ! »   127 Éd. : plus   128 Une maxime bien connue. En fait, le ramoneur vient d’inventer ce faux proverbe pour la circonstance.   129 Éd. : a qui   130 Éd. : griefue  (Pour son malheur. Voir la Griesche d’yver, de Rutebeuf.)   131 On l’attaque.   132 Ni par-devant, ni par-derrière.   133 Attirée par les plaintes de la femme, elle entre dans la maison. Elle ne voit pas encore le ramoneur.   134 J’ignore pourquoi je ne me suicide pas. « Et que luy-mesmes se desfait. » Villon, Test., 436.   135 C’est là que vont les vieux boucs quand ils meurent.   136 Les moines, reclus dans leurs monastères, n’avaient pas de vie sexuelle. Du moins en théorie.   137 Éd. : ramonne  (C’est bien allégué.)   138 Éd. : dans  (Vers trop court et rime du même au même. Comme toujours, les négligences de l’imprimeur se multiplient quand il approche de la fin.)   139 Éd. : ainsi  (Rime du même au même.)  Cette question s’adresse à la femme.   140 Qui était habituée à.   141 Éd. : bien  (Réminiscence du vers précédent.)  La cheminée des femmes n’est jamais assez ramonée, comme l’avoue une d’entre elles dans le Sermon joyeux d’un Ramonneur de cheminées (Montaiglon, I) : « Qu’avez-vous, houlseur, mon amy ?/ Tout n’est pas houlsé à demy…./ Si parferez-vous le surplus,/ Ou [je] vous tiendray en ceste place ! »   142 Coït. « Génius [dieu de la fécondité] et ses compaignons faisoient doulcement le résidu souventesfoys. » Chroniques gargantuines.   143 Être envoyé aux galères. « On m’appellera/ Truant, en disant : “Quel paillart/ Pour mectre en gallée !” » André de La Vigne, 1496.   144 Sera régalée de coups.   145 Votre devoir conjugal. « Car vostre puissance est trop vaine/ Pour bien faire vostre devoir. » Ung jeune Moyne et ung viel Gendarme.   146 De grands faits, des prouesses érotiques.   147 Il appert : On voit ici un beau jeu d’échecs sexuels.   148 Il serait bon qu’on l’en blâme.   149 Et abattu. « –Vos instruments, quels sont-ils ? –Grands…. –Quand ils ont fait, quels sont-ils ? –Coys. –Les génitoires, quels sont ? –Lourds…. –Quand c’est faict, quels deviennent ? –Mats. » (Cinquième Livre, 27.)  Jeu de mots sur échec et mat.   150 « Ramonneur suis, qui d’un baston/ Ou de ma gaulle droite,/ Ramonne de bonne façon/ La cheminée estroitte. » Chansons folastres.   151 Qui en ont besoin. « Av’ous mestier qu’on vous ramonne ? » (La Résurrection Jénin à Paulme.) Che-mi-né-es compte pour 4 syllabes.   152 Éd. : la  (Le congé est toujours déclamé au nom de tous les acteurs.)

Publicités

LES SOTZ NOUVEAULX FARCÉZ, COUVÉZ

Chantilly, Musée Condé

Chantilly, Musée Condé

*

 

LES  SOTZ

 

 

NOUVEAULX

 

FARCÉZ,  COUVÉZ

 

*

 

Cette sottie normande écrite vers 1513 appartient au répertoire des clercs.

Sources : C : Chantilly, Musée Condé <XXXII-C-055>. Édité par l’atelier Trepperel entre 1513 et 1519.  L : Londres, British Library <C.22.a.30>. Plagiat de l’édition Trepperel par Alain Lotrian, vers 1530. Contrairement à Émile Picot1, je prends pour base la version de Chantilly, qui est plus ancienne et plus correcte, à deux ou trois coquilles près. Il manque à cet incunable le 1er feuillet (jusqu’au vers 18 inclus) : je l’emprunte à la version londonienne.

Structure : Rimes abab/bcbc, rimes plates.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

 

Les Sotz nouveaulx farcéz, couvéz.

Jamais n’en furent de plus folz.

Si le déduict veoir vous voulez,

Baillez argent, ilz seront voz 2.

 

*

 

[À trois personnages, c’est assavoir :

     LE  PREMIER  FOL

     LE  SECOND  FOL  (le Filz de la Corbeille)

     LE  TIERS  FOL  (Mymin)]

*

 

                     De trois Folz,  LE  PREMIER  commence.

        Je suis venu à la huée3                                SCÈNE  I

        Comme filz de dame Follye,

        Qui m’a faict, esclos4 et couvée.

        Dieu gard toute la compaignie !

5      N’est-ce pas belle rusterie5

        De quatre corbeillées6 de Folz

        Qui sont venus d’une saillye,

        Tous nouveaulx ponnus7 et esclos ?

                           LE  SECOND  FOL  commence.

        Ilz sont plus drus que corcaillotz8

10    Nouveaulx-néz. Mais faictes silence,

        Et vous verrez des plus fins sotz

        Que vous ouÿstes puis9 dymenche.

        Je fus ponnu dedans ma manche10,

        Et couvé en une corbeille

15    Au coupeau d’une espine-blanche11.

        Et si, suis si sot que merveille !

        Je n’avoys ne pied, ne oreille12.

        Et si13, ne sçay comme j’ay nom,

        Sinon « le filz de la Corbeille14 » :

20    Je n’auray jamais d’autre nom.

                           LE  .III.  FOL,  primo.

        J’ay esté couvé au pignon15

        Du four à ma mère Lubine,

        Plus estourdy qu’un haneton.

        Dy, hau ! Jaquet, ou Guillemine !

25    Et me ponneut une géline16 ;

        Et si, fus couvé d’ung maillard17

        Qui venoit dedans la cuysine :

        Véez-en18 là encor le plumart.

                           LE  PREMIER

        Dieu soit céans, ou Dieu nous gart,

30    Ou nous mette tous en mal an19 !

        Je n’en puis avoir que ma part,

        Autant à Paris qu’à Rouen.

        L’autre hier20, j’avois une jument

        Qui cochonna21 quinze thoreaux,

35    De quoy je feis du cordouen22

        De leur cuir, et de bons houseaux23.

        Et si24, vêla six-vingtz chevaulx

        Et vingt asnes trèstous bastés.

        Adevinez combien les veaulx

40    Que la jument a cochonnéz,

        Quantes25 oreilles et quans piedz

        Avoit une chascune beste.26

                           LE  SECOND

        Comment ! Je viens encor27 de naistre,

        Et si28, suis enragé de fain.

45    Se j’avoys au col ung chevestre29,

        Je m’en yroys paistre du30 fain.

                           LE  TIERS

        Je viens droit du fleuve Jourdain,

        De la fontaine de Jouvence31,

        Où j’ay rapporté à mon sein

50    Une beste de grant essence

        Qui fait sçavoir, chascun dimenche,

        Tout ce que les femmes ont faict.

        N’est-ce pas une grant science ?

        Qu’en dictes-vous, à ce cornet32 ?

                           LE  PREMIER

55    Paix là ! paix là ! Que de caquet !

        Laissez-moy mon compte33 achever

        De ma truye qui mengea34 le lait

        Après qu’el(le) voulut pouléner35.

        N’estoit-ce pas pour enrager ?

60    Si estoit, par sainct Couillebault36 !

        À Dieu, car il m’en fault aller

        Pour quérir sainct Alivergault37.

 

                           LE  SECOND          SCÈNE  II

        Je suis venu tout en jergault38

        De la contrée de Pampelune,

65    Et ay volé du premier sault

        Jusques cy par roe de Fortune39.

                           LE  TIERS

        N’y a-il point céans quelqu’une40

        Qui fist plaisir au compaignon ?

        Ce n’est d’argent ne de pécune,

70    Entendez-vous bien ma leçon ?

        Par Dieu ! se j’eusses eu ung con41,

        Comme ces femmes çà et là,

        Il n’y eust eu haye ne buisson

        Où je n’eusse faict la fanfa42.

 

                           LE  .I.,  en tenant sainct Alivergault 43.

75    De par le dyable ! Alléluya !                       SCÈNE  III

        Sang bieu, que vous estes terrible44 !

        Par les dens Dieu45 ! il s’enfuyra,

        S’on ne le lie le possible46.

        Je vouldrois tenir une bible,

80    Ou l’Évangille de sainct Jehan47 :

        Je sçauroys s’il est impossible

        De l’avoir ; c’est ung droit Sathan48 !

                           LE  TIERS

        As-tu point de l’herbe sainct Jehan49 ?

        Donne-m’en, tu verras beau jeu.

                           LE  PREMIER

85    Non, je fais veu [qu’il vienne] à Dieu50 ;

        Je le lairray en cest estat.

                           LE  TIERS

        Les dens Dieu ! c’est ung apostat

        Qui est venu d’ung Austrelin51.

        Je vueil qu’on m’appelle Mymin52

90    Se ne luy fais bien ses raisons53.

                           LE  PREMIER

        Gardons-le pour les Rouvaisons54 ;

        Puis le mènerons à Rouen55.

                           LE  SECOND

        Se trouvasse quelque Jouen56,

        Je sceusse bien qu’on en fera57

                           LE  TIERS

95    Par les dens Dieu ! Qui me croira58,

        Nous yrons à dame Folye59,

        Qui nous dira60 toute sa vie :

        Si, sçaurons tout le tu autem61.

                           LE  PREMIER

        Or sus donc, allons-nous-y-en !

100  Despeschons-nous pour l’appareille62.

                           LE  SECOND

        Os-tu63 ? n’oublie pas la bouteille,

        Et apporte bien à menger ;

        Car en m’en allant, vueil chanter

        Le Venite de noz matines64.

105  Et puis nous bevrons deux chopines

        De vin pour mieulx chanter à point.

                           LE  TIERS

        Je feray bien le contrepoint ;

        Chantons en allant noz chemins.

                           TOUS  ENSEMBLE,  en chantant :

        « Venite65 tous, nouveaulx sotins,

110  Jeunes folletz, nouveaulx ponneus !

        Apportez66 plains flacons de vins,

        Et domino jubilemus67 ! »

                           Pausa 68.

                        TOUS  ENSEMBLE,  en chantant :

        « Venite bien tost au surplus,

        Follins, folletz parlans latin.

115  Nul ne die : Preocupemus69 !

        Et apportez force de vin ! »

                           Pausa encor.

                        TOUS  ENSEMBLE,  en chantant :

        « Faciem70 force de boudins,

        Des andoilles à grant planté71

        À disner72 les nouveaux sotins,

120  Ejus in confessione73. »

                           Antiphona 74.

                           TOUS  ENSEMBLE :

        « Regem follemus75, venite,

        Quoniam76 qui bon vin bevra,

        Tout droit au Paradouze77 yra,

        Super omnes deos78. »

                           LE  PREMIER

                                               [Holà !]

125  Ce seroit deux lieues par-delà79 :

        J’aymerois mieux n’en faire rien.

                           LE  SECOND

        Par les fièvres Dieu ! je voy bien

        Que nous sommes trèstous trompéz.

                           LE  TIERS

        Ronflez, villains80 ! Pétez, pétez81 !

130  Qu’est-ce que veult dire ce fol82 ?

                           LE  SECOND

        Morbieu, je te rompré le col !

        Te viens-tu cy mocquer de nous ?

                           LE  TIERS

        À l’hospital ! Des poux, des poux83 !

        Voyez qu’il est embesongné.

                           LE  SECOND

135  Sus tost, qu’il me soit empongné,

        Puisqu’il fait ainsi du coquart !

        De moy il aura ung choquart84 :

        Et verray s’il est le pluffort.

        Il semble qu’on luy fait le85 tort

140  De luy parler de sa grant-mère.

                           LE  TIERS

        Hau[lt] le nez, et dringue86 de bière !

        Regardez-moy quel capitaine87 :

        Il sera tantost hors d’alaine.

        [Je cuide que le dueil il porte]88

        De sa grant-mère, qui est morte.

145  Quant il me souvient de sa vie…

                           LE  PREMIER

        Me dis-tu que dame Folie89

        Est morte90 ? Ma foy, t(u) as menti :

        Jamais si grande ne la vy,

        Ne si puissante comme elle est.

150  Desdy-le91, tu ne sçay que c’est ;

        Ou, par Dieu, tu seras batu !

                           LE  SECOND,  en frapant 92.

        Pource que tu es trop testu,

        Tu seras le premier servy,

        Et seras des gens de la bru93.

155  Tu auras cela ! et cecy !

                           LE  PREMIER,  en frappant 94.

        De moy il aura, je t’affy95,

        Ung tip et tap96 pour luy aprendre

        Qu’il a villainement menti.

        Dy : « Grans mercys, jusques au rendre97 ! »

                           LE  TIERS

160  Le dyable d’Enfer me puist prendre

        Se ne le vous rendz maintenant !98

                           LE  SECOND,  en frappant.

        Sang bieu, tu en auras autant !

        Vélà comment il fault accroire99.

                           LE  TIERS,  en frappant 100.

        Accroire ? Il fault payer comptant,

165  Et faire de sainct Pol sainct Pierre101.

                           LE  PREMIER,  en frappant.

        La teste a plus dure que pierre ;

        Il lui fault bien amolier102.

                           LE  SECOND

        Je me lasse de tant ruer.

        Il nous rendra trèstous confus.

170  Par les dens Dieu ! je n’en puis plus,

        Se je n’ay ung baston d’érable103.

                           LE  TIERS

        Laissez cela, de par le diable,

        Qui vous puisse casser le col !

                           LE  SECOND

        Nous feras-tu ainsi du fol ?

175  Desdy104 donc ce que tu as dit.

                           LE  TIERS

        Bien doncques. Mais j’ay grant despit

        Que je n’ay esté le pluffort ;

        Car, par Dieu, vous aviez [tous] tort.

        Au jourd’huy vous ne la verrez105,

180  Ne nouvelles vous n’en orrez,

        Se de quelq’un el(le) n’est esclose106.

                           LE  PREMIER

        Et ! puisqu’elle a la bouche close,

        Laissons-la là à ceulx qui l’ont.

                           LE  SECOND

        Le monde est perdu qu’il ne pont.

185  Changeons propos, je vous en prie.

        Une truye qui se marie

        Fait-elle solempnelle feste ?107

                           LE  TIERS

        Tais-toy, tu m’estourdis la teste ;

        Va veoir ailleurs, je n’en sçay rien.

190  Mais je vous compteray du mien108 :

        Ce fut quant revins de Venise109.

        J’avoys chié110 en ma chemise

        En cuidant jouer du derrière111.

        Je m’en füys en la rivière ;

195  Tout fin frais nud ou je me despouille,

        Et de la laver et cul et couille112.

        Incontinent, vécy venir

        Après moy, tout à bon loysir,

        Une gorgiase113 fillette,

200  Environ de seize ans, seullette,

        Qui me dist sans estre honteuse

        Que ma couille estoit bien foureuse114.

        Puis me dist en mot descouvert

        Que n’estoit pas vestu de vert115

205  Mon « baston », qu’ay de demy aulne116.

        Immo117, que j’estoye tout jaune.

        Environ estoit118 ; je l’empongne,

        Et de luy faire la « besongne »

        Fort et ferme. Je l’embrassay,

210  Et dedens l’eaue la tabouray119

        Comme ces mallardz120 font ces boures.

        Ensemble lavasmes nos foures

        Et nos coquilles121, Dieu le scet !

                           LE  PREMIER

        Je feis bien ung aussi beau fait

215  Quant je revins de Picardie122,

        Que je donnay la reverdie123

        À deux belles jeunes femelles :

        Se124 leur lavay bien leurs « escuelles »,

        Point demander il ne le fault !

                           LE  SECOND

220  Le cul avois tout droit en hault125

        Quant je feis la tournebouelle126,

        Que je tombay à la ruelle127

        En cuidant faire ung soubresault128.

                           LE  TIERS

        Vélà donc comme cheut Michault129.

225  Estois-tu de si près hasté ?

                           LE  SECOND

        Je cuidois estre en ung pasté130,

        Quant me veis ainsi abatu,

        Et que la Mort me fust venu

        Quérir pour estre pâticier131.

230  Mais pensez-vous quel espicier132

        Seroys, s’ainsi fust advenu ?

                           LE  TIERS

        Cela, c’estoit ung beau quastu133 !

        Je feis bien une aultre fredaine

        Quant me couchay dedans l’avayne134,

235  Là-hault, en nostre galathas :

        Véez cy des marcoux135 ung grant tas,

        Qui me disoyent : « Follet, dors-tu ?

        Que fais-tu là, dy ? Où es-tu ? »

        Et si, disoyent en leur langaige

240  Qu’ilz m’arracheroyent le visaige136,

        Les oreilles et les deux bras.

        J’eusse137 voulu estre à Arras !

        Ma foy, j’avoys belle bésarde138.

        Le feu sainct Anthoine les arde139 !

245  Jamais n’en reschapay d’autelle140.

                           LE  SECOND

        Ma foy, tu nous la baille belle.

        Allons boire, c’est trop presché141.

                           LE  TIERS

        On a le vin à bon marché ;

        Allons mettre cousteaulx sur table142.

 

                           LE  PREMIER              SCÈNE  IV

250  Messieurs, s’en143 a dit quelque flable144

        Ou quelque compte de plaisance145,

        Point n’a esté par arrogance.

        Pardonnez-nous, je vous [en] prie,

        Car en soties, n’a que follye.

 

                                       FINIS

*

1 Recueil général des sotties, II, pp. 175-197.   2 Vôtres. (Vo rime avec fo, à la manière normande.)  Ce « cri » avertit les passants que la représentation est payante. Elle a donc été donnée sur une place publique.   3 À l’appel.   4 C+L : enclos  (Voir les vers 8 et 181.)  « Couvée » est au féminin à cause de la rime. Les vers 71-74, où un Fol avoue que s’il avait « ung con », il coucherait avec des hommes, sont finalement plus ambigus que celui-ci.   5 Un beau tapage.   6 La corbeillée est le contenu d’une corbeille.   7 Pondus. Notre sottie est mentionnée dans la farce rouennaise du Vendeur de livres (LV 15 et 41), composée entre 1515 et 1520 : « La farce des Nouveaulx ponnus / Et le Despuceleur de nourriches. » Les Sots se comparent souvent à des oiseaux (cf. la sottie de la Pippée) ; il est donc naturel qu’ils naissent dans des œufs.   8 Que des petites cailles.   9 Depuis. Nous sommes encore plus sots que le curé que vous avez ouï dimanche.   10 Les escamoteurs qui exécutaient des tours devant le peuple cachaient des œufs durs dans leurs manches.   11 À la cime d’une aubépine.   12 Dans Pour porter les présens, les trois Sottes, qui émergent d’une corbeille et sont costumées en poules, n’ont ni pieds ni oreilles.   13 Et même.   14 Dans Jényn fils de rien (BM 20), Jénin a été conçu par un homme dont sa mère n’a vu que la jaquette ; il s’écrie : « Je suis filz d’une jacquette ! »   15 Sur le toit. Les fours extérieurs étaient des ouvrages de maçonnerie.   16 C’est une poule qui me pondit. Cette poule se nomme donc Lubine ; mais voir la note 52.   17 Par un canard sauvage. Idem vers 212.   18 Voyez-en. Il montre des plumes qu’il a sur la tête.   19 En malheur. Cf. le Prince et les deux Sotz, vers 154.   20 Naguère.   21 Qui mit bas, en parlant d’une truie. Le bestiaire fantastique des Sots est mis à contribution chaque fois que le dramaturge ne sait plus quoi dire. Voir la note 85 du Prince et les deux Sotz.   22 Le cuir de Cordoue, dont les cordo(ua)nniers font les chaussures.   23 Des bottes.   24 Et aussi. Vêler = mettre bas, pour une vache. Six-vingts = 120.   25 Combien.   26 La solution de cette devinette d’écoliers est : 2 oreilles et 4 pieds. Il semble manquer un vers en -és, ainsi qu’un vers en -est(r)e.   27 À peine.   28 Et pourtant.   29 Une bride : si j’étais un âne.   30 C : de  (Du foin.)   31 En 1512, des Espagnols avaient découvert la Floride en cherchant la fontaine de Jouvence.   32 Dans ce coin. « Ce vieux bon homme/ Que je voy là en ce cornet. » Eustache Marcadé.   33 Mon conte, mon récit.   34 « Qui but » rétablirait la métrique : trui-e compte pour deux syllabes à 186.   35 Mettre bas, pour une jument. On revient au bestiaire fantastique.   36 Saint priapique invoqué contre l’impuissance. « De sainct Couillebault, con fesseur. » (Un Pardonneur, BM 26.) L’insatiable héros du fabliau Trubert engrosse une jeune fille sous le nom de Coillebaude [verge ardente].   37 C’est le petit nom que le Fol donne à sa marotte phallique. Il s’agit encore d’un saint priapique : « Vous ne manquerez pas de prendre saint Alivergaut –qui mourut le vit roide– pour vostre mary. » (Tallemant des Réaux.) Ce nom vient d’une herbe aphrodisiaque : « Il se mit sur un petit lit avec la servante, & lui apprit ce que c’étoit que l’herbe d’Alivergo. » (Nouveaux contes à rire.)  Le 1er Fol quitte la scène.   38 En pourpoint, sans prendre le temps de m’habiller.   39 En roulant sur la roue de la Fortune.   40 Une spectatrice.   41 Une vulve : si j’étais une femme. « Dessoubz l’ombre d’ung b[u]issonnet,/ Si quelc’un demande mon con,/ Il l’aura, s’il est joliet. » Les Blasphémateurs du nom de Dieu.   42 Vieux mot espagnol qui signifie vanterie. En français, on dit faire la faffée : « Faire ung soir cent fois la faffée,/ En despit d’Ogier le Danois. » Villon, Testament.   43 Le 1er Fol revient en tenant entre ses cuisses un phallus de bois, qui s’évertue à lui échapper pour bondir sur les femmes du public.   44 Ce vers s’adresse à la tête de la marotte phallique. Dans les Mystères et les Moralités, les bouffons dialoguent souvent avec leur marotte.   45 Les 3 Fols qui, ayant été pondus comme des oiseaux, n’ont pas de dents, sont fascinés par celles de Dieu. Ils jurent encore sur les dents de Dieu aux vers 87, 95 et 170. Ce juron très rare se lit plusieurs fois dans la moralité normande des Blasphémateurs du nom de Dieu (publiée dans les années 1530), dont le style et la versification me font croire que les deux pièces peuvent être du même auteur. Leurs personnages ont un goût commun pour l’obscénité, la coprolalie, le vin, les disputes, les bagarres, les chansons et le latin.   46 Si on ne l’attache pas aussi serré que possible.   47 Afin d’exorciser la marotte endiablée.   48 Un vrai diable.   49 Du millepertuis. Cette plante magique était cueillie symboliquement le jour de la Saint-Jean-Baptiste, qui perpétuait le Solstice païen. On la surnommait « chasse-diable », et on la faisait boire ou sentir aux possédés pour les désenvoûter. « La semence de hypericum, dite herbe de saint Jean ou mille-pertuis, celle semence est appellée par les philosophes “chassediable”. » Antoine du Moulin.   50 Je fais le vœu qu’il se convertisse.   51 D’un soudard allemand. « Deux cens quatre-vings-deux oistrelins ou ruters [cavaliers allemands] (…) pour servir en laditte armée. » ATILF.   52 Je veux bien passer pour un imbécile. Mais comme toujours dans les sotties, l’expression est prise au pied de la lettre : le 3e Fol n’est autre que Mimin, le fils de Lubine (vers 22), et le héros de Maistre Mymin qui va à la guerre.   53 Si je ne le mets pas à la raison, si je n’en viens pas à bout.   54 Le Fol veut transformer en phallophories les processions qui rythment les Rogations. Cela ne serait d’ailleurs qu’un juste retour des choses, puisque les bénédictions des cultures qui accompagnent ces Rogations reproduisent les rites de fertilité des fêtes païennes qu’elles ont remplacées.   55 La pièce n’a donc pas été créée dans cette ville, contrairement à ce qu’on dit parfois. À Rouen, les défilés qui marquaient la fête des Fous et la fête de l’Âne donnaient lieu à quelques licences.   56 Un cocu. Cf. le Povre Jouhan.   57 Je sais bien ce qu’on en ferait.   58 Si on m’en croit.   59 C’est la grand-mère du 2e et du 3e Fol, et la mère du 1er Fol (vers 2).   60 Nous racontera.   61 Le point crucial. « Si veux-je sçavoir tout le tu autem de cecy. » (Godefroy.) Autan rime avec en.   62 Pour les préparatifs : on doit emporter à boire et à manger.   63 Entends-tu : écoute-moi.   64 L’invitatorium des Laudes que nous entonnons chaque matin. Les clercs, qui fréquentaient les tavernes plus volontiers que leur réfectoire, avaient une inépuisable collection de chansons à boire farcies d’un latin dont ils détournaient le contexte religieux. La chanson qui va suivre confère un sens prosaïque à des bribes du Venite : « Venite, exsultemus Domino : jubilemus Deo salutari nostro. Præoccupemus faciem ejus in confessione : et in psalmis jubilemus ei. Quoniam Deus magnus Dominus : et rex magnus super omnes deos… » Ce même psaume 94 sert aussi de canevas à l’Invitatoyre bachique (LV 33) et à d’autres chansons d’étudiants.   65 Venez ! « Venite tous, nos bons voisins/ Qu[i] à ces vins boyre sont enclins ! » J. Lemaire, Archives et bibliothèques de Belgique, 1979, p.138.   66 « Venite tous, bons compagnons !/ Apportez pastéz et jambons ! » Picot, p. 191, n. 2.   67 Acclamons le maître de maison. Jubilému rime avec ponnu [pondu].   68 À chaque pause, les Fols boivent une gorgée, comme les Blasphémateurs du nom de Dieu.   69 Que nul ne dise : « Servons-nous les premiers. » C+L intervertissent les vers 115 et 116.   70 Que je fasse.   71 En grande quantité. La charcuterie, qui est salée, favorise les beuveries. Grandgousier, « aymant à boyre net », « mangeoit voluntiers salé » : jambons, langues de bœuf fumées, andouilles, etc. (Gargantua, 3.)   72 Pour régaler. « Ilz furent noblement festoyéz et disnéz. » Godefroy.   73 En l’avouant.   74 Antienne.   75 Faisons du Roi un fol. Follemus est le subjonctif d’un verbe follare créé pour l’occasion. En temps normal, c’est un substantif qui désigne les fous : « Une femme est souvent déceüe/ Pour croire quelque follemus. » (L’Amoureux passetemps.) En latin médical, « Pour guarir les fols » traduit « Follemus guerissanteo ». (La Vraye médecine de maistre Grimache.) On voit que les clercs ne reculaient devant aucune approximation pour faire rire aux dépends de leur langue officielle.   76 Car.   77 Ce qui est au-dessus du Paradis, dans le jargon des clercs. « Démocrite (…) m’a juré sur sa part de Paradouze qu’il y avoit plus de quinze ans qu’il n’en avoit fait autant. » Nicolas de Cholières.   78 Au-dessus de tous les dieux.   79 On situait le « Paradouze deux lieux par-delà Paradis ». (Marcellin Allard, la Gazette françoise.)   80 C+L : vieilles  (L’expression « Ronflez, vilains ! » signifie : Allez vous coucher, laissez la place ! Cf. Mallepaye et Bâillevant, vers 252.)   81 Ce pourrait être le refrain d’une chanson de carabins, comme celle que recopia la Princesse Palatine en 1722 : « Pétez, pétez, vous ne sauriez mieux faire. »   82 C’est bien ce qu’on se demande. Les trois personnages ont le vin mauvais, ils se disputent sans la moindre raison. L’auteur a dû vouloir mettre un peu d’animation dans une pièce trop verbeuse.   83 Rien du tout ! Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 265.   84 Un choc, un coup. C’est apparemment un normandisme.   85 C+L : grant  (Il s’énerve comme si on lui faisait l’injure de lui parler de sa grand-mère, dame Folie. Sur cette vieille dame indigne, voir le vers 145.)   86 Lève le nez dans la posture du buveur, et trinque. « Chà ! à dringuer, je vous en prie ! » Farce de Pathelin, 872.   87 Quelle mauviette. Cf. Ung jeune moyne, vers 292.   88 Vers manquant. « On verra le dueil que je porte/ Pour Marjolaine qui est morte. » Le Labyrinthe d’amour.   89 Que ma mère (vers 2).   90 C : mort de  (D’après les moralistes de l’époque, la folie était bien vivante et de plus en plus puissante.)   91 Retire ce que tu as dit.   92 Sur le 3e Fol.   93 Lors d’un mariage, comme l’explique Rabelais, on flanquait des « petitz coups de poing » (chaussés de mitaines) aux parents de la bru, pour leur laisser un « souvenir des nopces ». « Telz coups seront donnéz en riant, scelon la coustume observée en toutes fiansailles. » Quart Livre, 12.   94 Sur le 3e Fol.   95 Je te l’affirme.   96 Des coups. « Tippe, tappe, ses mains frapper. » Le Cousturier et Ésopet, BM 34.   97 Jusqu’à ce que je te rende la pareille.   98 Il semble manquer une rime en -endre et une en -ant.   99 Donner des coups à crédit. Les Normands prononçaient accraire.   100 Sur les deux autres Fols.   101 Il faut emprunter à l’un pour payer l’autre.   102 Il faut la lui ramollir. « Je luy ay amollié son courroux. » Godefroy.   103 Pour cogner sans me faire mal aux mains. Le 2e Fol tente de subtiliser le saint Alivergaut du 1er, ce qui lui vaut une réplique comminatoire du 3e. On ne peut exclure un jeu de mots sur le bâton des râbles [bas du dos].   104 Retire.   105 Vous ne verrez pas dame Folie.   106 À moins que quelqu’un ne l’ait pondue. Le Fol insinue de nouveau que dame Folie est morte.   107 On revient au bestiaire, sujet moins litigieux. Dans C, les vers 184-193 sont abîmés. C+L ajoutent sous ce vers : A ses cochons   108 Je vais vous raconter mes anecdotes.   109 Picot voit ici une allusion à la campagne de Louis XII contre les Vénitiens, en 1509.   110 C+L : pisse  (Cette litote éditoriale est démentie par les vers 202 et 206.)   111 En voulant marcher plus vite (pour échapper aux Vénitiens). Bref, il a eu la « trouille » [un pet foireux].   112 Ma verge. Cf. la Confession Margot, vers 86.   113 Mignonne.   114 Graphie normande de « foireuse » : « –Y m’a tant chié sur les bras…./ Voyez comme je suys breneux…./ –Foureux et badaulx tout ensemble. » (Les Veaux, LV 34.) Jeu de mots scabreux sur « fourreuse » : « Vous qui estes tant gracieuse,/ Je gaige que vous estes foureuse. » (Moralité de Charité, BM 64.)   115 Que n’était pas en érection. « Tant portent-ilz la couille [leur verge] verd. » Les Rapporteurs.   116 De 59 cm.   117 Et en plus. Jaune = souillé d’excréments : « Jaulne comme le cul d’ung singe. » Le Capitaine Mal-en-point.   118 Elle était près de moi.   119 Je la tambourinai. « Braquemarder toutes les putains (…), qu’il n’en eschappe pas une que je ne taboure en forme commune. » Pantagruel, 26. Dans C, les vers 208-219 sont abîmés.   120 Canards mâles (vers 26).  Boure = cane : « Canards et boures sauvages. » Godefroy.   121 Nous frottâmes vulve et pénis.  Fourre = fourreau dans lequel on met le braquemart : « Fourre à espée. (Godefroy, IV, 175 b.) C’est une variante normande du fourreau : « Vous portez le fourreau/ Ouvert à chacun vit qui pleure. » (Parnasse satyrique. Coquille = pénis : « Mais hélas ! perdre la coquille ! » (Frère Guillebert, vers 280.)   122 Picot voit ici une allusion à la campagne entreprise par Henry VIII et Maximilien contre Louis XII, en 1513.   123 Un assaut. « Prendre la raverdie/ Avecques quelque verd [raide] gallant. » Tout-ménage.   124 L : Je  (Se = si.)  L’écuelle est le sexe de la femme. « Les masles font tout : les femmes sont comme gueux, elles ne font que tendre leur escuelle. » Béroalde de Verville.   125 J’avais le cul en l’air : j’étais couché sur une femme.   126 Une culbute, pendant laquelle je fus tourneboulé.   127 Espace entre le lit et le mur.   128 En manquant de faire un saut périlleux. Ce quatrain était illustré par des acrobaties, familières aux acteurs de sotties : les Sobres Sotz (LV 64) veulent lancer un Badin de bas en haut et de haut en bas.   129 « Michault,/ Qui fut nommé le bon fouterre » (Villon), mourut en s’adonnant au « passe-temps Michault » (Coquillart), c’est-à-dire en faisant l’amour : « Oncques Michault, qui en morut,/ Si volentiers ouvrier n’en fut. » (Renart le contrefait.) En copulant trop vite, notre Fol faillit « morir ainsy que fit Michault ». (Les Coquards.)   130 Métaphore peu galante pour désigner un vagin : le pâté est une enveloppe de pâte qu’on fourre avec de la viande.   131 Pour avoir œuvré dans un « pâté ».   132 Thierry Martin voit ici un calembour sur « épi scié » : impuissant. (François Villon, Poèmes homosexuels. Question de genre/GKC, 2000, pp. 22 et 105.)   133 Un câtu [qu’as-tu] est un ennui. « C’est un mauvais câtus :/ Mil et mil en sont abbatus. » (Pronostication généralle, Montaiglon, IV.) « Igna du câtu là-dessous :/ Faut aller vouar notre biau-frère,/ Qu’il nous débrouille cette affaire. » (Harangue des habitans de la paroisse de Sarcelles.)   134 L’avoine, qu’on entrepose dans le galetas [le grenier].   135 Voici venir des chats non châtrés. (Cf. Frère Guillebert, vers 437.) On mettait des chats dans les greniers parce que le grain attirait les souris. Naturellement, les Fols comprennent le langage des animaux.   136 À coups de griffes. Cf. les Esveilleurs du chat qui dort.   137 C+L : Bien eusse  (J’aurais préféré.)   138 Forme normande de vésarde [frayeur]. « J’ey eu pour vous belle bésarde ! » Le Poulier à quatre personnages, LV 45.   139 Que le mal des ardents les brûle !   140 D’une telle frayeur : d’un tel danger. « Le roy Henry fust escheu en autel dangier comme estoit le roy Richart. » Jehan le Beau.   141 Il joue sur la prononciation normande de « pressé » [urgent].   142 Dans une taverne. Les hommes avaient leur propre couteau pliant sur eux.   143 Si on. Messieurs est un terme générique qui englobe les femmes : elles n’auraient manqué pour rien au monde un spectacle cochon. Dans les Souhaitz des femmes, la Putain de chambre soupire : « Moy qui suis en chambre gardée,/ Je souhaitte nouvelletéz (…),/ Farces, rimes, Moralitéz. »   144 Forme normande de fable. « Dire flables ou mensonges. » Guillaume Le Talleur.   145 Quelques plaisanteries.

LE PÈLERINAGE DE SAINCTE-CAQUETTE

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

LE  GRANT  VOIAGE  ET  PÈLERINAGE  DE

SAINCTE-CAQUETTE

*

Cette farce fut composée à Caen vers 1518. Elle critique les abus du pape Léon X dans la marchandisation des indulgences, abus tellement énormes que, depuis 1515, le scandale ne cessait de croître. En Allemagne, le dominicain Johann Tetzel élevait depuis longtemps le trafic des indulgences au rang d’industrie, allant jusqu’à proclamer : « Lorsque de l’argent tinte dans la caisse, une âme sort du Purgatoire. » En 1517, Luther dénonça le mercantilisme de l’Église dans 95 thèses qui préludèrent à la Réforme. Notre pièce attaque les traficoteurs d’indulgences, de reliques et de pardons à travers un curé et son trésorier qui rentabilisent la fausse relique d’une fausse sainte.

La partie comique de cette farce engagée montre une femme qui nous explique avec de longues phrases qu’elle ne peut plus parler. Dans l’espoir de guérir, l’intarissable muette exige que son mari l’accompagne au pèlerinage de Sainte-Caquette, la patronne des femmes bavardes. L’époux obéit, non sans déplorer que la malade soit incapable de se taire. On notera d’ailleurs qu’il parle plus qu’elle (42 vers de plus).

Source : Recueil Trepperel, nº 23. Comme d’habitude, la vignette n’a aucun rapport avec l’œuvre ; je la remplace par une sculpture de sainte Babille, dont la langue trop bien pendue est munie d’un verrou. (Les Ponts-de-Cé, église Saint-Maurille.)

Structure : 2 rondels doubles, rimes plates, chanson.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

 

Le  grant  voiage  et  pèlerinage  de

 

Saincte-Caquette

 

Composé à Caen par le nouveau Général 1

 

*

 

À .IIII. personnages, c’est assavoir :

      LE  CURÉ

      LE  TRÉSORIER

      LE  MARY  [Jehan]

      LA  FEMME

 

Sainte Babille

Sainte Babille

 

                     LE  CURÉ  commence           SCÈNE  I

       Trésorier, mettez noz relicques

       À point pour la feste qui vient ;

       Car, veu2 le peuple qui survient,

       Aujourd’huy aurons grans praticques3.

5     Pour entretenir noz fabricq[u]es4,

       Cecy bien à point nous advient.

       Trésorier, mettez nos reliques

       À point pour la feste qui vient.

                      LE  TRÉSORIER

       [J’ay fayt]5 suffisantes aplicques.

10   Curé, le bon temps nous revient.

       Et ce pour quoy Dieu ne subvient6,

       On le sçait.

                      LE  CURÉ

                          C’est pour7 gens iniques.

       Trésorier, mettez noz reliques

       À point pour la feste qui vient ;

15   Car, veu le peuple qui survient,

       Aujourd’huy aurons grans pratiques.

                      LE  TRÉSORIER

       Il court tant d’abus et trafficques8

       Qu’ilz nous tollent9 robe et jacquette.

       Et les droitz de Saincte-[Caquette]

20   Abollissent10 de jour en jour.

                      LE  CURÉ

       On m’a parlé qu’icy entour11

       S’est eslevé ung Sainct-Frestel12,

       Filz de Babil13, qui a bruit tel

       Qu(e) en fours, rivières et laveux14

25   N’ont15 les reliques sainct Baveux,

       Dont il nous vient maintes oppresses.

                      LE  TRÉSORIER

       Ung tas de vieilles pigneresses16,

       À mesdire d’autruy légières,

       Poissonnières17 et boullengières,

30   Et dévideresses de fil18,

       Qui vont au filz de sainct Babil19,

       Et filleresses20 à rouet,

       Soulloient amener leur couet21

       Icy chacun jour sans contrainte,

35   À nostre glorieuse saincte

       Caquette, en ce digne pourpris22,

       Pour mettre le caquet à pris23

       Au prouffi[t] de la confrarie.

       Mais Sainct-Frestel nous contrarie,

40   À qui vont toutes noz propines24.

                      LE  CURÉ

       Sainct Caquet25 se trouve aux gésines26 ;

       Car commères, de près et loing,

       S’assembleront toutes au baing27.

       [Les] matrosnes et les gardiennes28

45   Chiffreront29 toutes les antiennes,

       Les verseletz et les respons

       De nostre saincte, j’en respons.

       Ilz diront là qui boit et joue30,

       Et qui est tendre de la coue31.

50   On sçaura qui fait la serrée32,

       Et qui franche est de sa derrée33.

       Brief, on sçaura tout en ce lieu.

                      LE  TRÉSORIER

       En troppeau34, de[s] femmes, beau Dieu,

       Fust en Advens35 ou en Karesmes,

55   Plus tost parleroient d’elles-mesmes

       Que nouvelle fust là obmise36.

       Se fait avoient en leur chemise

       Le caqua (sauf l’honneur de vous),

       Révélé sera tous les coups

60   En ung baing37. Ne s’i attende homme38 !

                      LE  CURÉ

       A, dea ! Ce qui est fait à Romme39

       Ou encores cent fois plus loing40

       Sera approuvé sans tesmoing,

       Par monsieur sainct Saulveur de Dive41 !

                      LE  TRÉSORIER

65   En une buée ou lexive42,

       Ce qu(e) onc ne fut fait ne pensé

       Sera là dit et recensé.

       Il(z) semblera qu’el(le)s soient prophètes.

       Les choses, premier qu(e) estre faictes43,

70   Diront sans s’en faire requerre44.

                      LE  CURÉ

       Si pourrons-nous, ce jour45, acquerre

       Richesses, dons et grans offrendes :

       Car vécy le peuple à grans bendes46.

       Prenons [bien] garde entre nous deux.

                      LE  TRÉSORIER

75   De la sentence ne me deux47.

       Et pour abolir tous scrupules,

       Portons perpétuons48 et bulles

       Avec nostre grant matriloge49.

                      LE  CURÉ

       Il est saison que l’on desloge

80   Avec torches et luminaire,

       Pour nostre saint reliquiaire

       Honnorer en meilleure guise.

 

            LA FEMME malade de saincte Caquette, primo50.

       Han Dieux51 ! Quelle angoisse il m’est prise     SCÈNE II

       Maintenant, qui au cueur me touche,

85   Tant qu(e) ouvrir ne puis plus la bouche,

       De taciturnité52 esprise.

                      LE  MARY,  primo.

       Quel mal vous a si tost surprise,

       Que53 dictes en gardant la couche

       « Han Dieux » ?

                      LA  FEMME

                                 Quelle angoisse il m’est prinse,

90   Qui au parfond du cueur me touche !

                      LE  MARY

       Si n’ay-ge point la mode aprinse54

       Que vous soyez ainsi farouche.

       Vous a point picquée quelque mousche,

       Ou ver pelu55 qui se desprise56 ?

                      LA  FEMME

95   Han Dieu ! Quelle angoisse il m’est prinse,

       Qui au parfond du cueur me touche !

       Je ne puis plus ouvrir la bouche,

       De taciturnité esprise.

                      LE  MARY

       Je n’ay science en moy comprinse

100 Qui rendre vous sceust la santé.

       Si57, ay-ge en moult de lieux hanté

       Où se faisoit mainte harengue.

       Où vous tient ce mal ?

                      LA  FEMME

                                             À la langue.

                      LE  MARY

       La langue ? Bénédicité !

105 Et ! j’ay veu qu’en ceste cité

       N’y avoit langue plus esmeue58.

       Je ne sçay dont vous est venue

       La maladie ainsi à haste59.

                      LA  FEMME

       Jamais [plus] de pain ne de paste

110 Ne mangeray s’il ne m’amende60,

       Ou se je ne fais mon offrende

       À madame saincte Caqueste.

                      LE  MARY

       Si loing ?! J’ayme mieulx faire queste

       De santé parmy ceste ville :

115 Vélà monsieur de Croissanville61

       Qui vous garira de légier62,

       Ou monssieur maistre Bellenger.

       Calix ou maistre Jehan Courson63

       Vous arteront64 bien ce frisson

120 Sans [plus] aller si loing65 troter.

                      LA  FEMME

       Il n’en fault point le cul froter66 :

       Plus n’ay santé en nerf ne vaine.

       Si, convient faire ma neufvaine67

       Devant la glorieuse vierge68.

                      LE  MARY

125 Si ne prendray-ge pas la charge

       De conduire si hault mistère69

       Se ne promettez de vous taire

       Tandis que ferons le voyage ;

       Car c’est ung tel pèlerinage

130 Qu’en le faisant, mot on ne sonne70.

       Et, par ma foy, je me s[o]upçonne71

       Que de vous taire n’aurez garde.

       Vélà le point où je regarde.

       En caquet estes trop sçavante.

                      LA  FEMME

135 Me taire ? Par Dieu ! je me vante

       De cela, n’en ayez esmoy72.

                      LE  MARY

       Je ne crains autre chose, moy,

       Fors que le caquet vous eschappe.

       Car quant la maladie vous happe,

140 Vous frestelleriez73 pair à dix.

                      LA  FEMME

       Eschapper ? Dieu de Paradis !

       Je ne diray mot ne demy74.

       Parler ? Hélas, mon doulx amy,

       Je n’en ay pas si grant envye.

                      LE  MARY

145 Or [a]llons donc. Mais, sur ma vie,

       S(e) ung mot je vous os desgueuller75,

       Jamais jour, à vostre voulloir

       Ne chemineray, bas ne hault.

       Despeschez-vous, car il nous fault

150 Aller aujourd’huy longue voye.

                      LA  FEMME

       Allons ! À Dieu, qu’i nous convoye.

       Je viens de faire nostre sac76,

       Et ay mis dedans ce bissac

       La provision nécessaire.

                      LE  MARY

155 Or, pensez mèshuy de vous taire ;

       Mettez vostre langue à remot77.

                      LA  FEMME

       Je ne diray plus que ce mot.

                      LE  MARY

       Taisez-vous, je le vous commande !

                      LA  FEMME

       Si fais-je, Jehan. Mais je demande

160 Se nostre commère78 Jaquette

       Viendra point à Saincte-Caquette :

       Jehan, beau sire, allez [le] luy dire.

                      LE  MARY

       Et, paix ! Dieu vous vueille mauldire !

       Que dyable vous avez de ho(i)gne79 !

                      LA  FEMME

165 Tant ce seroit belle besongne

       S’elle nous tenoit compaignie.

       Ma foy, s’el n’avoit sa mesgnie80,

       Vous l’y81 verriez venir grant erre.

                      LE  MARY

       Et ! taisez-vous, bon gré sainct Pierre !

170 N’aurez-vous mèshuy fin ne cesse ?

                      LA  FEMME

       Fault-il point aller à confesse

       À messir(e)82 Jehan ou à messir(e) Jacques ?

       Dictes, Jehan : je n’y fus puis83 Pasques.

       Lesquelz84 vous sont plus agréables ?

                      LE  MARY

175 Paix, dame85, de par tous les dyables !

       Par Dieu ! se je vous o huy toustre86,

       Je vous feray la bouche coustre87

       Pour ce caquet appetisser.

                      LA  FEMME

       Il me faulsist88 aller pisser,

180 Jehan. Par monseigneur sainct Eutrope89,

       Je ne sçay lieu où je m’acroppe90,

       Tant ay de paour que l’on me voye.

                      LE  MARY

       Pissez illec91, en pleine voye :

       Tant il y a affaire à vous92 !

                      LA  FEMME

185 Bien, Jehan ; mais allez donc tout doulx93.

       Je n’en pisseray que deux larmes.

                      LE  MARY

       Mais tenez, regardez quelz termes !

       C’est miracle que vif n’enrage.

       Qui maine femmes en voyage,

190 Maulgré ’n94 ait bieu des truandelles !

                      LA  FEMME

       Jehan, j’ay oublié mes chandelles95 :

       Il les fault, ou je suis infâme.

                      LE  MARY

       Le diable y ait part, à la femme,

       Tant elle est cauteleuse et faulce !

                      LA  FEMME

195 Il me fault relier ma chaulse96

       Icy endroit97 ceste cousture.

       Encore, voicy ma ceinture

       Jà dévallée dessus la hanche.

                      LE  MARY

       Ouy dea, nous y serons dimenche.

200 Devant98 ! Saint Anthoine vous arde99 !

                      LA  FEMME

       Encor fault-il que je regarde

       Au mirouèr se je suis point belle.

                      LE  MARY

       Vous estes trop belle et rebelle100.

       Serez-vous mèshuy en arroy101 ?

                      LA  FEMME

205 Attendez ung peu, si verray

       Se j’ay bien mis mon chaperon.

                      LE  MARY

       Jamais d’icy n’eschaperon.

       Devant ! Bon gré Dieu de la femme !

                      LA  FEMME

       Affin que le chault ne m(e) infâme102,

210 Ce soye103 mettray par sur ma teste.

                      LE  MARY

       Or sus ! Serez-vous mèshuy preste ?

       Estes-vous bien à l’appétit104 ?

                      LA  FEMME

       Jehan, attendez-moy ung petit !

       J’ay fait, il ne me fault plus rien.

                      LE  MARY

215 Cheminez ; et vous gardez bien,

       Mèshuy, d’une parolle dire.

 

                      LE  CURÉ              SCÈNE  III

       Voicy du peuple qui se tire

       Devers nous en grant multitude.

       Trésorier, par ma foy, je cu(i)de105

220 Qu’ilz viennent gaigner noz pardons106.

                      LE  TRÉSORIER

       Nous aurons offrendes et dons,

       Car vécy compaignie honneste107.

       Et reste que j’en admonneste108

       Les pèlerins, en vostre prosne,

225 D(e) oblation faire et aulmosne.

       Revestez-vous109, et vous hastez !

 

                      LA  FEMME        SCÈNE  IV

       Jehan !

                      LE  MARY

                   Taisez-vous, vous nous gastez110.

       Qu’on ne vous oye mèshuy parler !

                      LA  FEMME

       Ma foy, Jehan, il me fault aller

230 Ung peu à l’esbat111 en derrière.

       Et je n’y arresteray112 guère,

       Je le vous prometz, par mon âme !

                      LE  MARY

       Et, paix ! Maulgré bieu de la femme !

       Mot, mèshuy113, que je ne vous frappe114 !

                      LA  FEMME

235 Je suis morte, Jehan : il115 m’eschappe,

       Je ne le sçaurois plus tenir.

                      LE  MARY

       Et, dehors116 ! Que mésadvenir

       Vous puisse-il ennuyt117, vieille ordouze !

       Elle a plus de babil que douze

240 Vieilles pigneresses de chambre118.

                      LA  FEMME

       Jehan !

                      LE  MARY

                  Paix, paix !

                      LA  FEMME

                                   Mes patenostres119 d’ambre

       Sont demourées120 : tout est perdu !

                      LE  MARY

       Je soyes parmy le col pendu,

       Ou banny ainsi qu(e) ung méseau121,

245 S(e) ennuyt ne vous lye le museau122 !

       Et ! n’aurez-vous mèshuy repos ?

       Mais c’est sans fin, à tous propos,

       Qu’elle a les lèvres desployées.

                      LA  FEMME

       Ma foy, je les ay oubliées,

250 Et mes grandes Heures123 avec.

                      LE  MARY

       Sçauriez-vous tenir vostre bec ?

       Nenny, vous estes enragée.

       Le lempas124 et telle dragée125

       Vous puissent ennuyt126 empoigner !

                      LA  FEMME

255 C’est pour neant127, il fault retourner :

       Jamais je ne m’en passeroye.

                      LE  MARY

       Par la vertu bieu ! je vouldroye

       Que vos patenostres et vous

       Fussiez dedans le ventre aux loups !

260 Mais el fait merveille de dire128 !

                      LA  FEMME

       Jehan !

                      LE  MARY

                   Paix ! Dieu vous vueille mauldire !

       Et pensez de vous despescher.

       Cesserez-vous jà de prescher ?

       Mais que vostre babil est long !

265 Cheminez devant !

                      LA  FEMME

                                       Allon, donc.

                      LE  MARY

       Qu’on ne vous oye mèshuy groucer129 !

                      LA  FEMME

       Ma foy, si me fault-il trousser

       Ma robe, qu’el(le) ne soit crottée.

                      LE  MARY

       Vous aurez la teste frotée,

270 Se vous me faictes eschauffer,

       Par Dieu !

                      LA  FEMME

                        Il me fault recoiffer :

       Mes cheveulx me tumbent au front.

                      LE  MARY

       Vous soyez coiffée d’ung estront !

       C’est tousjours à recommencer.

275 Voicy assez pour incenser130,

       Tant ceste femme icy me fasche.

                      LA  FEMME

       Jehan !

                      LE  MARY

                   Paix !

                      LA  FEMME

                             [Il fault] que je restache

       Le courtois de mon devantel131.

                      LE  MARY

       Et, paix ! Maulgré bieu du frestel !

280 Je n’ouÿs onc telle braierie.

                      LA  FEMME

       Mais sui-ge de la confrarie

       De saincte Caquette [ou non], Jehan ?

                      LE  MARY

       Et, paix ! Dieu vous mette à mal an132,

       Laisarde133, incorrigible garse !

285 Qu(e) eussiez-vous ores la langue arse134 !

       Et ! ne la sçauriez-vous tenir ?

                      LA  FEMME

       Je ne me sçauroies maintenir

       Ainsi sans parler soir ne main135.

                      LE  MARY

       Et ! tenez : mettez vostre main

290 Bien estroit devant vostre bouche ;

       Ou que d’un touppillon la bousche136,

       Affin que parolle n’en saille.

       Aultrement, convient qu’on s’en aille,

       Sur peine d’excommuniement.

           La femme met sa main contre sa bouche

           et gasoille 137 entre ses dens.

295 Paix ! Estouppez-la fermement,

       Que quelque parolle n’en sorte.

              La femme, iterum 138 entre ses dens.

       Mot, mot ! Nous sommes à la porte.

       [Et !] taisez-vous, bon gré saint George,

       Et m’estraignez fort ceste gorge139 ;

300 Ou autrement, tout est perdu.

              La femme, iterum entre ses dens.

       Paix, vous di-ge ! Il est deffendu

       Qu’en venant à Saincte-Caquette

       Femme ne die mot ne caquette,

       S’elle veult santé recevoir.

 

                      LE  CURÉ            SCÈNE  V

305 Que chacun face son devoir,

       Vaillans dames, vaillans preudhoms140 !

       N’oubliez pas ces beaux pardons :

       Il y en a infinis jours141.

                      La femme, admirando 142.

                      LE  MARY

       Mot, mot ! Les dens serr[e]z tousjours

310 Tant qu(e) ayez143 baisé la relique.

                      LE  TRÉSORIER

       Aux bienffaicteurs de la fabricque,

       Y a mille jours d(e) indulgence144 !

                      LE  CURÉ

       Fumelle qui en diligence145

       Sa parolle ne peult avoir,

315 Vous devez entendre et sçavoir

       Qu’il ne reste qu(e) estre saisie146

       D’une herbe nommée jalousie147,

       Destrempée en vin cler ou blanc :

       Cela la fera parler franc

320 Et caquetter pair à148 dix femmes,

       Pour en boire149 deux ou trois dragmes,

       Comme dit nostre librairie150,

       Pourveu que de la confrarie

       De Saincte-Caquette se rende151

325 Et qu’elle y face son offrende.

       Oultre, qui porte la bannière152

       Du mestier terminé en « -yère153 »

       En sont toutes154. Et cetera.

              La femme, iterum entre ses dens.

                      LE  MARY

       (Mais, le grant diable ! el se taira ?

330 Non fera, par saincte Marie !

       Taire ? Elle en seroit bien marrie ;

       Aussi, je ne m’y attens point.)

                      LE  CURÉ

       Davantage155, pour le quart point,

       Fault que femme ayme honneur sur tout156.

335 À la table, avoir le hault bout157

       En nopces ou en relevaille158.

       On n’a garde que caquet faille159

       À tel besoing, doresnavant,

       Pour le derrière et le devant160,

340 Soit à la paix ou à l’offrende161.

                      LE  TRÉSORIER

       S’il y a femme, en ceste bende,

       Malade de saincte Caquette,

       Vienne baiser sans plus d’enqueste

       Les reliques, et je me vante

345 Qu’elle aura santé si puissante

       Que jamais jour ne fut plus aise.

                      LE  MARY

       Et ! que nostre femme la baise,

       Qui en est ainsi entachée162 :

       À peu qu’el163 ne s’est arrachée

350 La langue, à force de caquet !

                       LE  CURÉ

       Voicy la fontaine164. En tant qu’est

       De saincte Caquette le mal165,

       Il convient baiser ce cendal166

       Pour plaine santé ressaisir.

                      LE  MARY

355 Monsieur, se c’est vostre plaisir,

       Nostre femme le baisera.

                      LE  TRÉSORIER167

       Autrement ne s’appaisera

       Qu’en le baisant par-devant nous.

                      LE  CURÉ

       M’amye, mettez-vous à genoulx

360 Sans plus faire longue harengue,

       Affin que vous baisez la langue168

       De la saincte tant glorieuse.

                      LA  FEMME,  en baisant, dit :

       A ! vray Dieu ! Tant je suis eureuse

       D’avoir ma santé recouverte169,

365 Et que je puis à bouche ouverte

       Caqueter à mon apétit.

       Je me suis teue quelque petit170 ;

       Mais j’ay porté telle douleur

       Qu’el171 m’a fait mortir la couleur.

370 On parle de travail d’enfant172 :

       Mais il ne fait point de mal tant,

       Ne ne sçauroit à femme faire,

       Qu(e) essaier à la faire taire.

       Jalousie, qui le front [d]espicque173,

375 N’est de moytié si frénatique

       Qu’est une femme en se taisant174.

       Rage des dens, ne mal cuysant,

       Fièvres, chaumal175, le mal de mère176

       Ne font pas douleur si amère

380 Qu(e) à femme se taire en effect.

                      LE  CURÉ177

       Or çà, donc(ques) : qui esse qui fait

       Mettre haynes en mariage

       Et semer tant de faulx178 langage

       Entre Marion et Jaquette ?

                      LE  MARY

385 C’est le mal de saincte Caquette179.

                      LE  TRÉSORIER

       Qui fait perdre la renommée

       De mainte femme bien nommée180,

       Quant on dit [qu’el court]181 la jaquette ?

                      LE  CURÉ

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LA  FEMME

390 Qui fait que l’homme bat sa femme,

       L’injurie ou l’appelle « infâme »,

       Quant autre que luy n’y taquette182 ?

                      LE  MARY

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LE  CURÉ

       Qui fait déshonorer tousjours

395 Filles qui font le jeu d’amours

       (Où mainte déshonneur acqueste183) ?

                      LE  TRÉSORIER

       C’est le mal de saincte Caquete.

                      LE  CURÉ

       Qui fait femmes tendre[s] du bas184,

       Sinon qu’ilz prennent leurs esbatz

400 À desploier souvent Friquette185 ?

                      LE  MARY

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LE  CURÉ

       Qui fait Dieu provocquer en ire186,

       À veoir ainsi d’autruy mesdire

       À tort, sans faire vraye enqueste ?

                      LE  MARY

405 C’est le mal de saincte Caquette.

                      LA  FEMME

       Qui fait tant femmes détraver187

       À blasonner et à baver188,

       Quant en quelque feste on banquette ?

                      LE  MARY

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LE  TRÉSORIER

410 Qui fait ung tas de marjoletz189

       Courir les rues comme foletz

       Pour faire à la dame requeste ?

                      LA  FEMME

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LE  CURÉ

       Qui a fait à maint homme sain

415 Aller quérir aux huys190 son pain

       Et porter baril et cliquette191 ?

                      LE  TRÉSORIER

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LE  MARY

       Qui faict ung homme cauteleux

       Estre de sa femme jaleux,

420 Et que tousjours sur elle guette ?

                      LA  FEMME

       C’est le mal de saincte Caquett[e].

                      LE  CURÉ

       Qui fait à ung tas de volleurs192

       Venir tant peines et malheurs,

       Quant ilz fouillent en la b[r]aguette193 ?

                      LE  TRÉSORIER

425 C’est le mal de saincte Caquette.

 

                      LE  CURÉ

       Trésorier, que l’on rempaquette

       Noz reliques194. Puis, pour finer,

       Ces pèlerins v[i]endront disner

       Avec nous, au partir d’icy.

                      LE  MARY

430 Monseigneur, je vous remercy :

       Nous avons promis autre lieu195.

                      LE  CURÉ

       À Dieu doncques !

                      LE  MARY

                                      À Dieu !

                      LA  FEMME

                                                   À Dieu !

 

                              EXPLICIT

*

1 « Le chef d’une confrérie joyeuse de Normandie (son général), comme il y en avait tant à cette époque. » André Tissier, Farces françaises de la fin du Moyen Âge, Droz, 1999. Tissier ajoute à propos de cette farce : « Peut-être, à en juger par les préoccupations médicales des personnages, fut-elle jouée devant des étudiants en médecine ou, pourquoi pas ? par eux. » Nous connaissons deux autres pièces écrites à Caen : la sottie de Pates-ouaintes, de Pierre de Lesnauderie, jouée en 1493 par le receveur général Beaunes ; et la moralité de la Cène des dieux (T 17), du même auteur, jouée vers 1497 par le général Saint-Louis. On n’a pas retrouvé le nom du général qui s’attribue Sainte-Caquette.   2 Vu. En pareil cas de figure, les comédiens montraient le public.   3 Une nombreuse clientèle.   4 Le comité qui administre les revenus du sanctuaire de Sainte-Caquette. Idem vers 311.   5 T : Je fays  (Les appliques sont des affiches, que le trésorier a placardées en nombre suffisant. Il s’agit probablement des écriteaux qui annoncent la représentation théâtrale.)   6 Ne subvient pas à nos besoins.   7 À cause de.   8 Des trafics de reliques.   9 Enlèvent. « La cha[i]r lor tolent et la pel. » Godefroy.   10 Ils les effacent comme un péché. « De Luy soyent mes péchiéz abolus ! » Villon.   11 Que près d’ici.   12 Bavardage (idem vers 279). « Pour ouÿr ung peu le frétel/ De ma femme. » (Godefroy.) Cette nouvelle chapelle est une concurrente pour les marchands du Temple qui exploitent Sainte-Caquette.   13 Fils de Babylone, mais surtout du babillage. Bruit = réputation.   14 Les bavardages allaient bon train quand on attendait son tour devant le four commun, et quand on lavait son linge à la rivière ou au lavoir. Le Plaisant Quaquet et resjuyssance des femmes avoue que la renommée est promenée « de bouche en four, de four en bouche ». Le Débat des lavendières de Paris avec leur caquet se tient « au long de la rivière ».   15 T : Sont  (St Frétel a plus de réputation que n’en ont les reliques de St Baveux.)  Baveux = bavard. Cf. l’expression « tailler une bavette ».   16 Les peigneuses de laine ou de chanvre sont médisantes. « Ce gallant cacquette comme une piegneresse de layne. » Palsgrave.   17 Parmi elles, les harengères sont des braillardes redoutables. On les entend jacasser dans la farce des Femmes qui font acroire à leurs maris de vécies que ce sont lanternes (F 15). Par un heureux hasard, leur baquet se nomme « la caquète ». (Richelet.)   18 Les fileuses de quenouilles se réunissent pour « filer et deviser de plusieurs menus et joyeux propos ». Évangiles des quenouilles.   19 À la chapelle de Saint-Frétel (vers 22).   20 On reprochait aux fileuses de faire aller leur langue plus vite que leur rouet.   21 Qui avaient l’habitude d’emmener ici leur paquet de filasse pour causer en travaillant.   22 Dans cette enceinte sacrée. « Ou pourprins de ladite église. » Godefroy.   23 À prix : pour acheter leur droit à bavarder.   24 Les pots de vin qui nous sont dus. « Romme y perdra ses tributz et propines. » G. Flamang.   25 « S. Trotet, S. Caquet & S. Babil sont les plus grands patrons de ce sexe dévot. » Guy Patin.   26 Auprès des femmes en couches. Comme il est dit dans les Caquets de l’accouchée : « Les langues des femmes ne peuvent demeurer arrestées, n’y ayant rien de plus mobile qu’elles. » La 3ème des Quinze Joyes de Mariage est consacrée aux ragots des commères qui entourent une accouchée.   27 Au premier bain du nouveau-né. Ce rituel purificatoire qui annonçait le baptême se déroulait devant toutes les femmes présentes. « Il fault la sage-femme avoir,/ Et des commères un grand tas…./ Vous ne vistes oncq tel caquet…./ Çà, ce baing, ce chrémeau [bonnet], ce laict ! » Les Ténèbres de Mariage.   28 Les sages-femmes et les nourrices. « Les sages-femmes & gardiennes y donnent de bonnes receptes, qu’il y faut appliquer à la première couche. » (Guillaume Bouchet.)   29 Mettront en musique, comme une basse chiffrée.   30 Elles diront le nom des alcooliques et des joueurs.   31 Quel homme est tendre de la queue. (Voir « coue » dans le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud.) Les femmes, elles, sont tendres du bas (vers 398), ou du cul (Deux hommes et leurs deux femmes, dont l’une a malle teste et l’aultre est tendre du cul, BM 10). Un des sujets de conversation favoris des servantes est la sexualité de leur maître. Voir par exemple les Chambèrières : « Si est mon maistre bien garny/ De “vitailles”. »   32 Quelle femme prétend ne pas avoir d’amant. Cf. Sœur Fessue, vers 142.   33 Laquelle est libérale de sa denrée, de sa marchandise. Cf. le Trocheur de maris, vers 164.   34 Quand elles sont en groupe.   35 L’Avent est la période qui précède Noël. Le Carême précède Pâques.   36 Elles diraient du mal d’elles-mêmes plutôt que d’omettre un commérage.   37 Dans un bain public, où les femmes, entre elles, caquetaient beaucoup, comme en témoigne le Banquet des chambrières fait aux estuves (Montaiglon, II).   38 Que nul homme ne s’y fie ! « À Dieu m’atens. » (ATILF.)   39 Le trafic d’indulgences de Léon X. Voir ma notice.   40 En Allemagne, où le marchand de pardons Johann Tetzel se remplissait les poches. V. notice.   41 Par monsieur Jésus-Christ ! Le Christ Saint-Sauveur est honoré à Dives-sur-Mer, près de Caen.   42 Lorsqu’elles font la lessive.   43 Avant qu’elles ne soient faites.   44 Elle les diront sans se faire prier.   45 T : tour  (Voir le vers 4.)   46 Qui arrive en bandes. Il montre encore le public.   47 Je ne me plains pas de votre prédiction.   48 Le perpétuon (perpetuum) et la bulle sont des indulgences vendues par le pape. « Pardons se donnent pour argent./ Ung grant tas de perpétuons (…)/ Ont fait vendre plusieurs mesnages. » (Guillaume Alécis.) « Mais par bulles en parchemin,/ Du pape l’ont acquis par don. » (Jehan Régnier.)   49 Martyrologe : catalogue de saints réels ou fantaisistes dont les églises s’enorgueillissaient. Les porteurs de rogatons n’hésitaient pas à produire de faux certificats, ou des vrais s’ils avaient les moyens de soudoyer un cardinal.   50 Ce mot signifie que le personnage parle pour la première fois. (Mais pas pour la dernière !) La femme, qui se prétend malade, est encore au lit.   51 Ayant la langue paralysée, elle articule difficilement « mon Dieu ». (Au refrain de 95, le « x » disparaît.) Les muettes ont inspiré d’autres étudiants en médecine : Rabelais raconte (Tiers Livre, 34) qu’il joua à Montpellier « la morale comœdie de celluy qui avoit espousé une femme mute…. Le bon mary voulut qu’elle parlast. Elle parla par l’art du médicin et du chirurgien. » Cette femme fut interprétée par un des carabins que nomme Rabelais ; la nôtre fut également jouée par un homme, d’autant qu’il n’y avait pas encore d’étudiantes en médecine.   52 T : tacinturnite  (Forme correcte à 98.)  Taciturnité = perte de la parole, du latin tacere [se taire].   53 T : Qui  (Pour que vous disiez.)   54 Apprise. Je ne suis pas accoutumé.   55 Un ver solitaire. « Un ver pellou/ Qui liat piqua lo cour [le cœur]. » Jean Millet.   56 T : desguise  (Toutes les rimes sont en -prise.)  Se despriser, se desprendre = lâcher prise.   57 Pourtant. Hanter = fréquenter.   58 Plus animée (que la vôtre).   59 Si rapidement.   60 Si mon état ne s’améliore pas.   61 Village à proximité de Caen. « Voilà » pourrait indiquer que ce médecin non identifié assistait à la représentation.   62 Qui vous guérira aisément.   63 François Callix et Jean Du Buisson (dit Courson) étaient alors licenciés en médecine de l’université de Caen. Voir l’édition du Recueil Trepperel par Eugénie Droz, et le Recueil de farces d’André Tissier <tome II, Droz, 1987>.   64 T : arsteront  (Arter est une forme normande de arrester.)  « À cela ne vous fault arter. » Farce d’un Amoureux, BM 13.   65 « Sans plus aller si loing chercher les histoires. » Françoys de Billon.   66 Discuter sans savoir. « Mieulx leur vauldroit se aller froter le cul au panicault [avec des chardons] que de perdre ainsi le temps à disputer de ce dont ilz ne sçavent l’origine. » Pantagruel, 33.   67 Mes neuf jours de prières. Pour saint Babillard aussi, « il fallait faire une neuvaine, et verser une petite obole ». Jacques E. Merceron, Dictionnaire des saints imaginaires et facétieux. Seuil, 2002, p. 564. Cet ouvrage capital recense tous les saints dont parle la pièce.   68 Devant Ste Caquette.   69 Cette procession.   70 Les pèlerines de Sainte-Caquette doivent garder le silence pendant le voyage, « sur peine d’excommuniement » (vers 294). Dans le Pèlerinage de Mariage (LV 19), une pèlerine s’interroge : « Y fault-y aller sans parler ? » Un vieux pèlerin lui répond : « Nénin ; les femmes pas, au moins. » (Le même s’écrie un peu plus tard : « Sancta Quaqueta, ne parlez de nobis ! ») Les pèlerines qui emmenaient à saint Bavoux des enfants « qui tardaient à parler » devaient elles aussi rester muettes : « Une condition essentielle pour la réussite du “voyage” devait être respectée par la femme qui venait conduire l’enfant : s’abstenir de prononcer une seule parole en cours de route. » Merceron, p. 566.   71 Je me doute. « Son mary se souspeçonnoit des amours qui estoient entre eulx. » (ATILF.)   72 T : esmay  (Sens identique, mais rime moins riche.)   73 Vous bavarderiez (note 12). « Pair à dix » = autant que dix. Idem vers 320.   74 Ni même la moitié d’un.   75 Je vous entends déclamer. « –Nous avons oÿ tous voz plaitz./ Maistre Simon, sus, desgueullez !/ –Quant au regard de ses cacquetz,/ Nous en sommes piéçà saoulés. » (Guillaume Coquillart.) « Dégueulèr » rime avec « voulèr », à la manière normande.   76 Elle vient à peine de sortir du lit : donc, le sac était prêt depuis la veille.   77 T : remort  (À l’écart. Cf. Ung jeune moyne et ung viel gendarme, vers 312.)  Ils s’en vont, à pied.   78 Notre voisine. Les commères étant les reines du commérage, on suppose que Jaquette doit beaucoup jaqueter, c.-à-d. jacasser comme une pie. Ce verbe a donné l’argot jacter.   79 De récriminations. Cf. les Femmes qui font escurer leurs chaulderons, vers 156 etc.   80 Sa maisonnée, sa famille.   81 T : luy  (Grande erre : en toute hâte.)   82 On prononçait « messer » : voir la note 74 du Testament Pathelin.   83 Depuis.   84 Quels confesseurs.   85 T : da ne   86 Si je vous entends aujourd’hui tousser.   87 Coudre : vous resterez bouche cousue.   88 Il me faudrait.   89 Il guérissait les hydropiques, qui étaient pleins d’eau, et non d’urine.   90 Où je puisse m’accroupir.   91 Ici.   92 Qu’est-ce que les passants ont à faire de vous ?   93 Marchez moins vite, pour que je puisse vous rattraper. Elle s’accroupit ; sa robe traînante (vers 267-8) l’abrite des regards.   94 Aphérèse normanno-picarde du pronom en. « Bon gré ’n ait bieu ! » (Le Capitaine Mal-en-point.)  Une truandelle est une femme qui ne cesse de quémander.   95 Les bavardes sont considérées comme des têtes de linottes qui ne songent qu’à leur apparence. On ne s’étonnera donc pas que la dévote ait oublié tous ses objets pieux (vers 241-242 et 249-250), mais qu’elle ait emporté son miroir, son fichu de soie et son peigne. La proximité entre caquette et coquette est flagrante : « Saincte Coquette qui caquette. » Clément Janequin.   96 Attacher mon collant avec une jarretière. « Des jartières à lier les chausses à ladicte dame. » (ATILF.)   97 Contre.   98 En avant ! Idem vers 208.   99 Que le feu de St Antoine [l’ergotisme] vous brûle !   100 Jeu de mots banal. « La belle & rebelle Sydérée. » F. de Belleforest.   101 Bientôt prête.   102 Pour que la chaleur ne me flétrisse pas.   103 Ce fichu de soie.   104 Êtes-vous assez appétissante pour les autres hommes ? C’est l’unique allusion à l’adultère dans cette farce qui, pourtant, met en scène le trio habituel composé de la femme, du mari, et du curé.   105 Je pense. Pour la graphie normande « cude », v. Pates-ouaintes, vers 445.   106 Indulgences qu’on obtenait en baisant des reliques (une plume de l’ange Gabriel, du lait de la Sainte Vierge, les deux crânes de St Pierre authentifiés par le Vatican, les 60 doigts de St Jean, les seins de Ste Agathe, les restes de Ste Jeanne d’Arc provenant d’une momie égyptienne, la bouteille contenant le « han ! » que poussa St Joseph en fendant une bûche, le prépuce de Jésus, ou la langue de Ste Caquette). Il fallait payer pour gagner les pardons. Cette lucrative escroquerie avait ses spécialistes, les « pardonneurs » : voir la farce du Pardonneur (BM 26), lequel expose une oreille de St Couillebault et de Ste Velue, ainsi que des os de St Boudin et de Ste Fente. Mais les prêtres, eux aussi, grugeaient beaucoup de pèlerins grâce aux reliquaires ; et ils ne reculaient devant aucun battage publicitaire pour rafler des clients aux églises concurrentes, quitte à organiser de faux miracles. Bref, on voit que les industriels qui profitent du tourisme de Lourdes n’ont rien inventé.   107 On songe au mot de Chamfort : « Honnête ou lucratif, c’est tout un. »   108 Il ne me reste plus qu’à inciter. Le trésorier, qui n’a aucun droit à s’exprimer pendant le prône [le prêche] d’un curé, va tout de même baratiner les spectateurs.   109 Endossez votre chasuble. On constate que c’est le trésorier qui commande : l’argent prime sur la religion.   110 Vous nuisez à nos intérêts. Voir la note 70.   111 Faire mes besoins derrière un arbre. Cf. Troys Gallans et Phlipot, vers 225.   112 Demeurerai.   113 Plus un mot, dorénavant !   114 Ce mari faible se prend pour le héros d’une autre farce : Martin Bâton qui rabbat le caquet des femmes.   115 L’étron.   116 Allez hors de notre vue. Elle s’accroupit comme tout à l’heure, cachée par sa robe. Les jeux de scènes scatologiques, innombrables dans le théâtre médiéval, prouvent que le public en redemandait.   117 Aujourd’hui. Ordeuse = merdeuse.   118 Peigneuses de chanvre (voir le vers 27). Il y a là un coup de griffe contre les femmes de chambres (les illustres chambrières), qui peignent leur maîtresse et qui sont dotées d’un babil à toute épreuve.   119 Mon chapelet.   120 Sont restées à la maison.   121 Qu’un lépreux, qui était exclu de la société. Nos étudiants en médecine évoquent de nouveau la lèpre aux vers 414-416.   122 Si aujourd’hui je ne vous bâillonne la bouche.   123 Mon livre d’Heures, mon missel.   124 Maladie de la bouche des chevaux. Dans la sottie du Roy des Sotz (BM 38), on dit à propos d’un muet : « –Pourquoy ne parles-tu ?/ –Il craint, ainsi, d’estre battu./ –Non faict, mais il a le lempas. »   125 Et autres gâteries du même genre.   126 Aujourd’hui.   127 C’est inutile. « Niant » compte pour 1 syllabe.   128 Elle fait rage de parler.   129 Murmurer. Cf. les Sotz ecclésiasticques, vers 193.   130 Pour devenir fou.   131 Que je rattache le cordon de mon tablier. Le « courtois » est peut-être un normandisme, ou une faute pour « courdon » [cordon] : « Avons trouvé ensuitte les courdons de soye : Six courdons de soye rouge. » Cardinal de Bonzy.   132 En mauvaise année, en malheur.   133 T : laisable  (Lézarde, langue de vipère. « Vostre langue picque comme laisarde. » Parnasse satyrique.)   134 Brûlée, comme les langues envieuses de Villon : « Langues cuisans, flambans et rouges…./ Soient frittes ces langues envieuses ! »   135 Ni matin. « J’ay faict justice soir et main. » Godefroy.   136 Qu’avec un bouchon je la bouche.   137 Gazouille, murmure. « Chanter & gasoiller. » Charles Estienne.   138 De nouveau. Ils arrivent devant la porte de l’église Sainte-Caquette.   139 Serrez votre gorge.   140 Hommes preux. (On prononçait prudon.) Le bateleur, devant l’église, flatte les badauds pour leur vendre des pardons.   141 Un nombre infini de jours. Les indulgences, qui permettaient aux pécheurs de réduire le temps qu’ils passeraient au purgatoire, se comptaient en nombre de jours pour les moins chères, et en années pour les plus chères. Contrairement à ce qu’affirmait l’Église, il y avait la même différence entre les riches et les pauvres après la mort que pendant la vie : les premiers restaient les premiers, et les derniers restaient les derniers.   142 Poussant un cri d’admiration. La déclinaison en -do (au lieu de -da) pourrait indiquer le datif ou l’ablatif d’un admirandum : un prodige, un miracle.   143 Jusqu’à ce que vous ayez.   144 Les indulgences sont en promotion pour les membres bienfaiteurs.   145 Quand une femme rapidement… Le bonimenteur et son comparse imitent les duos de charlatans qui écoulaient leurs herbes miraculeuses en faisant de la réclame en public. Cf. Maistre Pierre Doribus.   146 Munie.   147 C’est aussi une variété d’œillet.   148 Autant que.   149 Si elle en boit. La dragme est une petite unité de poids dont usent les apothicaires. Cf. Maistre Pierre Doribus, vers 7. On prononçait drame : « Qui n’eussent valu d’or une drame. » (ATILF.)   150 Notre bibliothèque. Il y a même une boutique de souvenirs pour les touristes !   151 Elle s’intronise.   152 En plus, celles qui portent l’insigne.   153 Les professions féminines se terminant par -ière avaient mauvaise réputation. Nous avons vu les poissonnières et les boullengières (vers 29) ; Rabelais en rajoute : « Chambèrières d’hostèlerie, nomina mulierum desinentia in -ière, ut  [noms de femmes ayant une désinence en -ière, comme] : Lingière, Advocatière, Tavernière, Buandière, Frippière (…), se doibvent garder de vérolle. » Pantagruéline prognostication.   154 Font toutes partie de la confrérie de Sainte-Caquette.   155 De plus. Le curé arrive déjà au 4ème point de son sermon : il faut croire que les autres points sont résumés dans le « et cetera » du vers 328.   156 Par-dessus tout.   157 La place d’honneur, celle où on est entendu par tout le monde.   158 Banquet à l’issue duquel une accouchée reprenait sa vie normale. « (Il) estoit presque tous les jours de banquet, de festin de nopces, de comméraige, de relevailles. » Rabelais, Tiers Livre, 41.   159 On ne craint pas que la parole fasse défaut.   160 Dans toutes les circonstances. « Je me présente debout et couché, le devant et le derrière, à droite et à gauche, et en tous mes naturels plis. » Montaigne.   161 À n’importe quel moment de l’office. « L’offrande se dit des présens que l’on fait aux curés en allant baiser la paix. » J.-B. Denisart.   162 Atteinte.   163 T : quelle  (Il s’en faut de peu qu’elle…)  Elle s’est abîmé la langue à force de parler.   164 Le reliquaire, considéré comme une fontaine de vie, de grâce, de miséricorde. Et en l’occurrence, comme une fontaine de bénéfices.   165 S’il s’agit du mal de Ste Caquette.   166 Le curé commet une énorme gaffe, qui passe heureusement inaperçue : il avoue que sa relique n’est pas la vraie langue de sainte Caquette, mais un vulgaire morceau de soie rouge. « Ouquel relique [dans ce reliquaire], n’avoit dedens sinon sendail vermeil. » (ATILF.)   167 Il tend l’escarcelle au mari pour qu’il y dépose une obole.   168 Si la langue de sainte Caquette a beaucoup fait bavarder, elle a moins fait jaser que la prétendue langue de saint Antoine, actuellement conservée à Padoue.   169 Recouvré. « La parolle recouverte, elle parla tant et tant que son mary retourna au médicin pour remède de la faire taire. » Rabelais (voir la note 51).   170 Je me suis tue quelque peu.   171 T : Quil  (El = elle : vers 167, 260, 329.)  Mortir = amortir, ternir.   172 Des douleurs de l’enfantement.   173 Pique. « Il m’ont tot dépiqué le dos. » Godefroy.   174 T intervertit les vers 376-377.   175 Le chaud mal : la fièvre continue. « Tel se dit estre médecin/ Qui ne congnoist chaumal ne fièvre. » (G. Alécis.)   176 En dépit de la rime, T semble porter mers. Le mal de mère [de la matrice] désigne l’hystérie accompagnée de vapeurs. « Hystérique (…) se dit d’une femme qui a le mal de mère, ou une suffocation de matrice. » Furetière.   177 Cette revue finale était chantée, ce qui explique le vers de retombée à 426.   178 De discordant.   179 « Ou du mal de saincte Quaquette. » Tout-ménage.   180 Ayant une bonne réputation.   181 T : quelle sourt  (Courir la jaquette = courir après les hommes.)  Certains hommes gardaient leur jaquette sur eux quand ils copulaient. Jénin, filz de rien (BM 20) interroge sa mère : « –Comment doncques fus-je conceu ?/ –Je ne sçay, car je n’apperceu/ Entour moy fors une jacquette/ Estant sur moy…/ –Mais que teniez-vous embrassé/ Quant je fus faict ? –Une jacquette. » Notons que le jaquet désigne le pénis : « Elle t’exhorte à bransler le jaquet. » (Godefroy.)   182 Alors que nul autre que lui n’y besogne. Le verbe taqueter, dérivé de tâche, est inconnu des glossaires normands.   183 Où plus d’une fille acquiert du déshonneur.   184 Sensibles du bas-ventre (voir la note 31). « Il sembloit doncques, à ses ditz,/ Qu’el fût tendre du petit ventre. » Les Chambèrières.   185 Pimpante. Ici, c’est le petit nom qu’on donne à la verge. (Plus tard, on l’appellera Coquette : voir le Dictionnaire érotique de P. Guiraud.) Dans Mince de quaire (F 22), une chambrière portée sur la bagatelle se nomme aussi Fricquette.   186 Mettre en colère.   187 Se dévoyer.   188 À diffamer et à médire. « Caquet de moi blasonne. » Farce de Martin Bâton qui rabbat le caquet des femmes.   189 De freluquets. « Pour contenter sotz marjolletz de ville. » Godefroy.   190 Mendier devant les portes comme le faisaient les lépreux, qui n’avaient pas le droit d’entrer.   191 L’écuelle et la crécelle des lépreux. « Quant lépreux suis, vil et pourry (…),/ Las, rirai-ge d’avoir/ Cliquecte ne barry ? » André de La Vigne.   192 De coupeurs de bourses qui se trahissent par leurs bavardages. Une nouvelle de Bonaventure Des Périers s’intitule : De l’apprenty larron qui fut pendu pour avoir trop parlé.   193 Tel Bon Joan, qui range dévotement son missel dans sa braguette (Gargantua, 35), les hommes « portoyent une ample & grosse brayette, qui avoit deux aisles aux deux costéz, qu’ils attachoyent avec des esguillettes, une de chacun costé ; & en ce grand espace qui estoit entre lesdites deux esguillettes, la chemise & la brayette, ils y mettoyent leurs mouchoirs, une pomme, une orange ou autres fruicts, leur bourse ; ou s’ils se faschoyent de porter des bourses, ils mettoyent leur argent dans une fente qu’ils faisoyent à l’extérieur, environ [près de] la teste & pointe de ladite brayette. » Louis Guyon.   194 Le marché est fini, on remballe le stand.   195 Nous avons accepté une invitation ailleurs.

POUR PORTER LES PRÉSENS À LA FESTE DES ROYS

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

SOTIE  POUR  PORTER   LES  PRÉSENS  À  LA  FESTE  DES  ROYS

*

 

La Bibliothèque Nationale attribue cette sottie au basochien Jehan d’Abundance1, l’auteur du Joyeulx Mistère des trois Rois, qui met en scène les Rois Mages : « Et portons or, mirrhe et encens/ Avec beaucoup d’autres présens. » Notre sottie fut composée avant 1525, date à laquelle le recueil Trepperel fut clos. Jehan d’Abundance étant né au début du XVIème siècle, nous avons là une œuvre de jeunesse, écrite quand l’auteur appartenait à la Basoche de Paris. Rappelons qu’il signait « Jehan d’Abundance, bazochien ».

Le Roi de la Basoche régnait sur les clercs du Palais de Justice. Le dernier samedi du mois de mai, il présidait au « plant du May », solennité au cours de laquelle on plantait un arbre dans la cour dudit Palais. Il recevait des cadeaux le jour de la Fête des Rois, le 6 janvier ; or, cette fête de l’Épiphanie rappelle que les Rois Mages sont venus pour porter des présents à l’enfant Jésus. Au moment de l’Épiphanie2, les basochiens jouaient du théâtre comique et satirique dans la Grand-Salle du Palais3. On peut supposer que la Sottie pour porter les présents à la Fête des Rois, qui parodie lubriquement l’arrivée des Rois Mages et la plantation du May4, y fut créée par les basochiens après qu’ils eurent tiré les rois. (L’usage voulait qu’on nommât le Roi de la Basoche « roy de la feve », même si ce n’est pas lui qui avait eu la fève.)

Source : Recueil Trepperel, nº 15.

Structure : « Cri », 2 triolets, rimes plates, 1 ballade fourrée dont il manque l’envoi, rimes croisées, 1 ballade sans envoi.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

Sotie nouvelle à cinq personnaiges

Pour porter les présens à la feste des Roys.

 

Trèsbonne

*

 

C’est assavoir :

    LE  PREMIER  SOT

    LE  SECOND  SOT   [LUCAS]

    LES  TROIS  SOCTES

*

 

                               LE  PREMIER  SOT  commence 5      SCÈNE  I

         Dieu gard tous bons Sotz assoctéz

         Qui Soctie veullent nourrir !

         Céans y a des Sotz entréz.

         Dieu gart tous bons Sotz assoctéz !

5    Au moins, s’il en eust de rentéz6,

         Qu’on les fist devant nous venir !

         Dieu gard tous bons Sotz assoctéz

         Qui Soctie veullent nourrir !

         C’est bien assez pour devenir

10   Hors du sens et estre cocu.

         Et ! comment ? En mon temps, j’ay veu

         Ung Sot soctement gouverné,

         Lequel Sot fut soctement né,

         Sot sailli7 du ventre Soctise.

15   Ce Sot avoit trèsbonne guise,

         Car il se mesloit de tout faire.

         Il me fault tant crie[r] et braire

         Qu’il en vienne8 ung avecques moy,

         Pour m’oster hors de cest esmoy.

20   Pour ce, convient-il que j’appelle,

         Sur peine d’avoir de la pelle9 :

         [Despeschez-vous, Sotz eslentéz !]10

         Oyez-vous point qu’on vous demande11 ?

         Despeschez-vous et vous hastez !

25   [Despeschez-vous, Sotz eslentéz !]

         Se bien tost ne vous esventez12,

         Vous pourrez payer une13 amende.

         Despeschez-vous, Sotz eslentéz !

         Oyez-vous point qu’on vous demande ?

 

           LE  SECOND  SOT14    SCÈNE  II

30   Qu(i) esse là ?

           LE  PREMIER

                                    Ce [sont] Sotz rentéz.

           LE  SECOND

         De quel lieu ?

           LE  PREMIER

                                    De haultain paraige15.

           LE  SECOND

         Vallent-ilz rien16 ?

           LE  PREMIER

                                            Ouy quant au couraige.

           LE  SECOND

         Et au surplus ?

           LE  PREMIER

                                       C’est grant dommaige

         Q’ung Sot n’a tout ce qu’il souhaite.

           LE  SECOND

35    Entreray-je ?

           LE  PREMIER

                                   C’est fait en mouecte17,

         De proférer tant de langaige !

           LE  SECOND

         Encore le dy-je : entrerai-ge ?

           LE  PREMIER

         Entre, je le vueil, n’ayes frayeur.

           LE  SECOND

         Dieu vous doint oye18, mon seigneur !

           LE  PREMIER

40   Et ! couvrez-vous, de par sa Mère !

         Unde19 ?

           LE  SECOND

                              D’avecques la chivière20 :

         Je l’ay couschée au Trou Punais21.

           LE  PREMIER

         Je te demande dont tu es,

         Dont tu viens, et que tu sces faire.

           LE  SECOND

45   Je vous diray tout mon affaire :

         Je viens des Indes les Majours22 ;

         J’en suis venu n’a pas trois jours,

         De peur que je n’eusse dommaige

         À venir faire au Roy hommaige.

50   Mais comme ung vray Sot assoctay,

         Sot parfait, sotement hastay23,

         [Céans je viens]24 d’ung sot arroy,

         Sot assoctay, à vostre Roy,

         Pour le25 saluer soctement.

           LE  PREMIER

55   Saint Jehan ! tu parles haultement26 :

         Cuides-tu estre enmy la Halle27 ?

           LE  SECOND

         Nenny, je suis en une salle

         Propre à nourrir petis enffans28.

           LE  PREMIER

         Comment dis-tu cela ? Tu mens !

           LE  SECOND

60   Où suis-je donc(ques) ? En ung estable29 ?

         Vécy le lieu trèsprouffitable

         Où est la science30 trouvée.

           LE  PREMIER

         La fièvre te soit espousée !

         Tu as tort de dire cecy.

           LE  SECOND

65   Et, bon gré saint Jehan ! qu’esse-cy ?

         Suis-je où l’en sièche les drappeaux31 ?

           LE  PREMIER

         Hé ! nous ne sommes pas si veaulx.

           LE  SECOND

         Suis-je en une est[a]imerie32 ?

           LE  PREMIER

         Et, nenny non, bon gré ma vie !

           LE  SECOND

70    Suis-je en l’ostel33 d’ung bergier ?

           LE  PREMIER

         Tu me feroyes vif enraiger !

           LE  SECOND

         Je suis donc en ung Parlement34 ?

           LE  PREMIER

         Messïeurs, devinez s’il ment.

         Sur ma foy, tu es fantastique.

75   Tu es au lieu très ententicque

         Où gist et repose le Roy

         Des clers35, et trèstout son arroy.

         Le vois-tu en sa majesté ?

           LE  SECOND

         Ha ! par ma foy, je suis maté.

80   J’ay tort, je me tais, mot ne sonne.

           LE  PREMIER

         Tu es trèsmeschante personne.

         Au surplus, tu n’es qu(e) une beste.

 

           LES  TROYS  SOTTES 36     SCÈNE  III

         Coc coc coc coc qu’érecte !!

           LE  PREMIER  SOT

         Escoute !

           [LE  SECOND]

                             J’ay eu sur37 la teste.

85   Mon Dieu, soyez-nous amiable38 !

           LE  PREMIER

         Jour Dieu ! seroit-ce point ung diable ?

         Oncques je ne fus à telle Feste39 !

           LES  SOCTES

         Coc coc coc coc qu’érecte !!

           LE  PREMIER

         Saint Jehan ! vous aurez sur la teste,

90   Se je vous puis huy rencontrer.

           LE  SECOND  SOT

         Il nous les vault mieux conjurer40

         Affin qu’on voye leur pourtraicture.

           LE  PREMIER

                Ennemy41, je te conjure,

                       Laide figure,

95        Beste à deux dos42,

         Que tu ne me faces nulz maulx !

           LE  SECOND

         Par Dieu ! vélà raige, Dyanne43 !

         Regarde dessoubz ceste manne :

         Je croy que ce soit ung dïolle44.

           LE  PREMIER

100  Il me fault avoir une estolle45 :

         Je ne suis point assez hardy.

           LE  SECOND

         Tu as dit vray, c’est à jeudy46

         Et ! par bieu, g’y regarderay.

           LE  PREMIER

         Saint Jehan ! donc[ques] je m’en iray.

105  Mais auffort, fais ce que tu veux.

           LE  SECOND

         Tu faysoyes tant du merveilleux :

         Quant c’est auffort47, tu ne vaulx rien.

           LE  PREMIER

         Non, dea ? Et ! tu le verras bien48 :

         Vélà la manne tout debout.

110  Tu vois bien que c’est, ad ce coup.

         Que, tous les diables, faictes-vous49 ?

         Que vous puissez avoir la toux !

         Et qui vous sçavoit en cest aistre50 ?

           LA  PREMIÈRE  SOTTE

         Hélas ! pour Dieu, mercy51, mon maistre !

115  Nous sommes troys Sottes parfaictes,

         Et de sottie si bien faictes

         Que nous sommes Sottes sottans.

           LA  SECONDE  SOTTE

         Vous ne vistes, il y a grant temps,

         Telles Sottes céans logées.

120  Pour Sottes si52 oultrecuid[é]es,

         Oncques n’y en eut les pareilles.

           LA  TIERCE  SOTTE

         Je suis Sotte sans point d’oreilles,

         Mais je sçay, j’entens, je voy tout,

         Depuis le premier jusqu(es) au bout53.

125  Onc on ne vit Socte si socte.

           LE  SECOND  SOT

         Portons-les dedans une hocte54,

         Affin que tout chascun les voye.

           LE  PREMIER  SOT

         Je n’y prendroye point trop grant joye :

         De les porter, je m’en depporte.

           LA  PREMIÈRE  SOTTE

130  Laissez-nous entrer par la porte

         Pour55 qu’on nous voie, c’est le plus fort.

           LE  SECOND  SOT

         Ha ! sur ma foy, vous avez tort.

         Cuidez-vous que nous soions telz

         Comme56 vo[u]s, qui point ne mettez

135  Ordre ne raison en vos fais ?

         Nous ne sommes point si infetz57

         Que nous n’entendons nostre cas.

           LE  PREMIER

         Sces-tu que tu feras, Lucas58 ?

         Sans point faire icy l’allouecte59,

140  Il te fault avoir ta brouette,

         Et nous les mectrons brief dedans,

         Ces Sottes qui n’ont nulles dens,

         Ces Soctes soctans, rassoctées.

         Çà60 venez, Sottes [es]vent[é]es,

145  Soctes sans nul entendement,

         Sottes qui point d’advisement

         N’ont en leurs soctes entreprinses.

                               LE  SECOND 61

         Soctes soctans, vous estes prinses,

         Sottes asott[é]es sottement.

150  Je suis Sot ; pourtant, se je mens,

         Sotie me doibt pardonner.

                               LA  PREMIÈRE  SOCTE

         Au moins, s’il vous plaist nous donner62,

         Sotz assoctéz, de vostre grâce,

         Congié d’entrer, Sotz sans fallace63 :

155  Soctie vous doibt mercïer.

                               LA  SECONDE

         Puisque nous sommes d’oultre mer,

         Du royaume de Féménye64,

         Et ! par Dieu, on ne nous doit mye,

         Par-deçà, faire tel rigueur.

                               LA  TIERCE

160  Mon sot père estoit le majeur

         De trois Sotz soctement menéz,

         Sotz bruyans65 en soctye néz :

         Oncques ne fut ung tel soctant.

                               LE  PREMIER

         Il ne nous fault point estre tant

165  En ce propos, il nous ennuye.

         Or çà ! je vous diray, m’amie,

         [D’]entrer dedans ceste brouette66,

         Affin que mieulx on vous brouecte.

         Saint Jehan ! vous serez brouétées.

                              LA  SECONDE  SOTTE

170  Et ! nous ne l’avons point estées.

                               LE  SECOND

         Vous sçaurez que cecy veult dire.

                               LA  TIERCE

         Touteffois, ce n’est pas pour rire :

         Comment on nous maine à l’aboy67 !

                               LE  PREMIER

         Saluez bien tost nostre Roy !

175  Dépeschez-vous, chascun de vous,

         Et vous mectez à deux genoux,

         Car sa personne le vault bien.

                               LA  PREMIÈRE

         Roy triumphant en tout honneur et bien,

         Roy magnificque : vostre non fort redonde.

180  De roys, de roynes qui sont céans, je tien

         Que vous estes, par-dessus eulx, viconde68.

         En excellance, vostre valleur habonde

         Plus que nul autre, de cela suis certaine.

         Retenez-moy pour la vostre seconde69.

185   Je me soubzmectz en vostre droict demaine70.

                               LE  SECOND  SOT

         Cessez71 de tirer vostre alayne !

         Saluez le Roy de bon cueur !

                               LA  SECONDE  SOTE

         Je72 vous salue, mon trèshault[ain] seigneur,

         Comme ad celuy à qui honneur est deue73,

190  Trèshaultement, sans point avoir faveur74 ;

         Car, sur ma foy, g’y suis trèsbien tenue.

         Roy n’a75 céans de si trèsgrant vallue,

         Ne Royne76 aussi, je le vous acertaine.

         Quant je vous voy, tout le cueur me remue.

195  Retenez-moy en vostre droict demaine !

                               LE  PREMIER  SOT

         Sus, sus, destendez vostre vaine77,

         Socte en ce lieu icy logée.

         Jadis vous y fustes forgée78,

         Sote assotée soctement.

                               LA  TIERCE  SOTE

200  Roy gracieux [sur tous roys]79 : puissamment

         Je vous salue, moy, très-sote assotée.

         Sote je suis, assotée sotement.

         Car sotie je n’ay point déboutée,

         Mais est trèsfort dedans mon cueur entée ;

205  Doulce me semble comme raisin de vigne80.

         Roy triumphant, qu’el(le) ne soit point ostée !

         Je me soubzmectz en vostre droit demaine.

                                LE  PREMIER  SOT

         Çà, çà, approuchez vostre layne81,

         Mes Sotes sotement nommées !

210   Le Roy vous a trèsfort aym[é]es

         De ce que vous [l’]avez préféray.

         Je vous diray que je feray :

         Affin que chascun soit content,

         Il nous fault avoir ung présent,

215  Et nous deux luy présenterons.

                                LA  PREMIÈRE  SOTE

         Et ! par mon âme, non ferons82 !

         Nous ne souffrerons point cela !

                                LE  PREMIER  SOT

         Paix là ! paix là ! paix là ! paix là !

         Vous oys-je ung seul mot hongner83,

220  Gardez d’avoir à besongner :

         Car vous estes sur nostre terre.

                                LE  SECOND  SOT

         Attendez ung peu, je le voys querre

         Le présent digne à présenter.

                                LE  PREMIER  SOT

         Despesche-toy de l’apporter,

225  Affin que tout chascun le voye.

         Je te promectz, j’auray grant joye

         S’il peut estre assez magnificque.

                                LE  SECOND  SOT 84

         Vécy le présen[t] ententicque

         De quoy je vous avoie parlay.

                                LE  PREMIER

230  Pas ne doit estre ravallay85,

         Mais prisay de nous et de vous.

         Je croy que le fruit en est doulx ;

         Nonobstant, il est assez hingre86

         Son non, quel ?

                                LE  SECOND

                                       Pommier de malingre87,

235  Franc, courtoys, doulx et amyable.

                                LE  PREMIER

         Le Roy l’aira bien agréable.

         Il nous le fault nous deux porter.

                                LA  PREMIÈRE  [SOTE]

         Vécy assez pour enraigier !

                                LA  SECONDE

         S’il vous plaist, que nous le portons !

                                LE  PREMIER

240  Garde-le, puisque [le tenons]88.

         Vécy Soctes très-assoctées :

         Sur ma foy, ilz89 sont radobtées.

         Vous nous debvez obéissance !

         Et encore[s], à la présence

245  Du Roy triumphant, sans dommaige

         Vous allez cesser90 tel langaige !

         Cuidez-vous qu’il en soit content ?

                                LA  TIERCE

         Baillez-nous doncques ce présent,

         Car il nous le fault présenter.

                                LE  SECOND

250  Allez-vous-en bien tost couscher,

         Car vous estes ung peu trop nices91.

         À nous offrit telles offices92 ;

         Allons-luy bien tost présenter.

                                LE  PREMIER

         Laysse-moy premier commencer,

255  Mais tien devers toy le présent.

                                 LE  SECOND

         Quant ad cella, j’en suis content.

         Dy ce que tu veulx proférer.

                                 LE  PREMIER

         Il nous fault premier exposer

         L’arbre, et puis après la pomme93.

                                 LE  SECOND

260  Et ! despesche-toy, qu’on luy donne.

         Nous deussions desjà avoir fait.

                                 LE  PREMIER

         Je vous salue, [ô] Roy parfait !

         De mon povoir je vous supporte94.

         Regardez que nous avons fait :

265  Pour vous resjouyr on l’apporte.

         Vostre cappacité emporte95

         Nostre pouvre fragilité.

         Tant que je puis, je vous enorte96

         Qu’il soit tout ad cest[e] heure enté97 !

                                 LE  SECOND  SOT

270  Le présent si fut apporté

         De la terre au bon Prestre Jehan98 ;

         Et l’avoit Golias99 planté

         Dessus une montaigne, antan100.

         Il n’y fut planté de cest an101,

275  Mais avec(ques) moy je l’apportay

         Quant je passay parmy Jourdan102.

         Qu’il soit tout ad ce[ste] heure enté !

           LE  PREMIER  SOT

         ……………………………………

         Qu’il soit tout ad ceste103 heure enté !

         [………………………….. -té]

         Ce beau présent, je vous en prie !

280  J’ay eu peine à l’avoir osté

         Ad ces troys grans jumens de Brie.

           LE  SECOND  SOT

         Nulles [d’elles, je vous affie,]104

         Si ne l’a icy apporté.

         Mais voullez-vous que [l’]on vous die ?

285  Qu’il soit tout ad cest[e] heure enté105 !

           LE  PREMIER  SOT

         Or çà, çà ! c’est assez vanté

         Le fruit que cest arbre soustient.

         Tout incontinent qu’on le tient,

         Par vertu de ceste coctelle106,

290  La créature107 [en] est plus belle

         Cent foiz que le bel Absalon.

         La sapience Salomon

         Est actribuée à la mouelle108

         Qui est des[s]oubz ceste coctelle.

295  Le pépin109, après Salomon,

         J’actribueray au fort Sanson.

         Et tous ces troys110 vous actribue

         Comme ad celluy à qui est deue

         Beaulté, sapience et vigueur.

300  Recepvez en gré, mon seigneur.

         Se [nous] povyons, nous ferions mieulx.

           LE  SECOND  SOT

         Le présent vient de par nous deux.

        Si, vous prions : prenez en gré

         Ung chascun selon son degré.

305  Aultre chose n’eussions sceu faire

         Pour le Royaulme mieulx complaire.

         Ces Soctes soctans, assoctées,

         Ont esté par nous déboutées,

         Car il[z] vous voulloi[e]nt présenter

310  Ce présent, et encore enter

         Devant vostre grant majesté.

         Nous luy avons trèsbien enté

         Sans avoir conseil de ces Soctes.

         Pour Dieu, prenez en gré noz noctes111,

315  Trèshumblement je vous en prie.

         Dieu gard de mal la compaignie !

 

                  EXPLICIT

*

1 Voir Ung jeune moyne et ung viel gendarme, de Jehan d’Abundance.   2 Voir les Premiers gardonnéz, sottie jouée à l’Épiphanie.   3 Voir le Capitaine Mal-en-point et les Rapporteurs, pièces écrites par des basochiens. La satire allait tellement loin, qu’en juillet 1477, on a défendu au roi de la Basoche Jehan l’Esveillé et à ses comédiens « de jouer Farces, Moralitéz ou Soties au Palais de céans ne ailleurs ». Les basochiens n’épargnaient personne, comme en témoigne la sottie Pour le Cry de la Bazoche ès Jours Gras mil cinq cens quarante-huict (Picot, III, 239-267).   4 Ce terme prête à des équivoques dont les clercs se repaissaient : « Madame, j’ai un may d’une assez longue sorte,/ Roide, ferme et bien droit, et que je veux planter ;/ On dit que vous avez un trou à vostre porte :/ Je vous prie, avisez si le voulez prester. » (La Muse folastre.) Voir aussi Béroalde de Verville : « J’ay un may long et gros et fort également (…),/ Et qui se peut planter assez facilement. » Bref, le may appartient à la même espèce que l’arbre à vits (note 84).   5 Il se tient près de la porte, imitant l’huissier-buvetier de la Basoche, qui était le concierge du Palais.   6 Des rentiers, des riches. Idem au vers 30. La pauvreté des clercs est encore évoquée aux vers 32-34 et 301.   7 T : saillit  (Il est sorti du ventre de Sottise, qui s’appelle Mère Sottie aux vers 2, 151 et 155. D’ailleurs, So-ti-e est également scandé en 3 syllabes.)   8 T : viennent   9 De recevoir un coup de pelle sur les fesses. « D’une grosse pelle de boys,/ Voz troux de culz seront selléz ! » (Folle Bobance, BM 40.) Cf. le Povre Jouhan, vers 195.   10 T : Venez en place sotz assoctez  (C’est le refrain A de ce triolet, comme au v. 28.)   11 T : appelle  (C’est le refrain B de ce triolet, comme au v. 29.)   12 Si vous ne vous précipitez pas.   13 T : ung  (En plus des punitions qu’on leur infligeait, les basochiens payaient des amendes à tout propos. Cf. le Recueil des Statuts du Royaume de la Bazoche. Entre parenthèses, ce royaume était plutôt une république, puisqu’il élisait démocratiquement son roi.)   14 Il se présente à la porte. Le public entrevoit sa brouette, qui contient un arbre.   15 De haut lieu, de qualité. « Sot haultain, Sot de hault paraige. » Les Sotz escornéz.   16 Quelque chose.   17 La mouette est un oiseau bavard, comme l’alouette de 139, ou les poules de 83.   18 Que Dieu vous donne une oie ! Déformation du mot « joie » propre aux basochiens, toujours affamés de nourriture et de calembours. On pensait alors que le mot Basoche venait « de Oche, Oque, une Oie, & de Bas, petit. Basoche : la petite-oie. » (Antoine Court de Gébelin.)   19 D’où (venez-vous) ?   20 T : chiuiniere  (Le 2° Sot, qui n’est pas parisien, emploie une variante normanno-picarde de civière.) « En fin de confession, (il) me dit qu’il avoit besongné une civière…. –Quoy ! est-ce une civière rouleresse, ou à bras ? –Monsieur, elle est à bras, et à bran, et à bouche : c’est une vendeuse de cives [d’oignons]. » (Béroalde de Verville.) Autre vers explicite sur le même modèle : « Je viens d’avecque la femelle. » (Les Sotz qui remetent en point Bon Temps.)   21 Puant. Désigne à la fois l’anus, et le « Cul-de-sac Gloriette », un cloaque où les marchandes ambulantes jetaient leurs détritus : cf. Trote-menu et Mirre-loret, vers 219.   22 Des Grandes-Indes. « En terre de Persie é en Inde Major. » Albéric de Besançon.   23 T : hartay  (Hâté = venu en hâte.)   24 T : Sot ie vient  (Je viens ici d’une sotte manière.)   25 T : te   26 Trop fort.   27 Le marché où tu as rencontré la vendeuse d’oignons (vers 41). Mais l’auteur ne peut s’empêcher de railler ses concurrents qui jouaient aux Halles devant un public beaucoup moins choisi. Cf. le Jeu du Prince des Sotz et Raoullet Ployart.   28 Qui sont friands de gâteau des Rois, dont les reliefs traînent encore sur la célèbre Table de marbre de la Grand-Salle.   29 Ce mot était parfois masculin. Allusion à l’étable où arrivèrent les Rois Mages.   30 La connaissance divine. « Daniel/ Porte la science divine/ En son cuer et en sa poitrine. » (Guillaume de Machaut.)   31 Le linge. En ce jour de fête, la Grand-Salle est pavoisée.   32 Atelier d’un étameur. Les fêtes basochiennes étant très arrosées, les pots et les gobelets en étain n’y manquaient pas. Une des rengaines de la fête des Rois était : « Le Roy boit ! » Et tous les convives devaient alors en faire autant.   33 La maison. Nouvelle référence à l’étable des Rois Mages, et à l’étoile du Berger qu’ils ont suivie.   34 En effet, le Parlement de Paris siégeait dans la Grand-Salle du Palais de la Cité.   35 Des clercs de la Basoche. Son arroi = sa Cour.   36 Près de la porte se trouve une manne, c.-à-d. une grande corbeille en osier ; elle est retournée. Dessous, 3 Sottes qu’on ne voit pas encore imitent le caquetage des poules. Un bien curieux caquetage : COQ = pénis (« Adonc me dit la bachelette :/ –Que vostre coq cherche poulette ! » La Fontaine.) ÉRECTER = ériger (Godefroy). On se demande si les Sottes, qui sont étrangères, ne prononcent pas « cock erect » avec l’accent anglais.   37 T : dessus  (Cf. le vers 89.) J’ai reçu un choc, je suis assommé par la peur.   38 Favorable, bienveillant.   39 Sens figuré : un tel tourment (cf. les Rapporteurs, vers 84). Sens propre : une telle Fête (des Rois).   40 Exorciser, pour les faire apparaître.   41 Démon. « L’homme armé fist le signe de la croix en disant : Ennemy, je te conjure ! » (Cronicques gargantuines.) Le rondeau 166 de Charles d’Orléans s’intitule Ennemy, je te conjure.   42 T : taux  (On connaît surtout des diables à deux têtes. Mais les diables pouvaient eux aussi faire la « bête à deux dos », c’est-à-dire l’amour.)   43 J’ignore de quelle œuvre est tirée cette locution proverbiale. Notre auteur parodie peut-être la phraséologie chrétienne, qui diabolisait le paganisme : « Les Payens y avoient autrefois dressé un temple & un autel à leur Diane enragée. » (Vies des Saincts.) Mais le caractère colérique de la déesse amusait les poètes : « D’autres (…)/ Disent que Diane, enragée,/ S’estoit si rudement vengée/ Contre ce chasseur altéré. » (L’Ovide bouffon.)   44 Un diable. « Mais le grand diole y eut envie, et mist les Allemans par le derrière. » Pantagruel, 12.   45 L’étole est une bande de tissu que les exorcistes portent autour du cou.   46 Ce sera pour la semaine des quatre jeudis.   47 Au pied du mur.   48 Il retourne la manne qui cachait les Sottes, accroupies comme des poules, dont elles ont le langage (v. 83) et peut-être l’apparence : leur bonnet n’a pas d’oreilles d’ânes (v. 122), elles n’ont pas de dents (v. 142), et leur posture accroupie les empêche de marcher comme des humains (v. 126 et 167).   49 Il s’adresse aux 3 Sottes.   50 En ce lieu.   51 Pitié !   52 T : qui soient   53 Depuis le premier rang des spectateurs jusqu’au dernier.   54 Une hotte : la manne d’osier.   55 T : Puis   56 T : Que   57 Infects, pervertis.   58 Le 2° Sot n’a pas dit son nom, à moins qu’il ne manque des vers.   59 Sans bavarder inutilement.   60 T : Sottement  (Éventé = qui a la tête pleine de vent. « Il a le cerveau évanté. » Les Cris de Paris.)   61 Il avance sa brouette après en avoir ôté l’arbre qu’elle contenait.   62 T : pardonner   63 Sans artifices.   64 Du pays des Amazones, qui mirent sur pied une armée de pucelles, « les très plus beles/ Qui en cest monde fussent trouvées./ Ycelles vindrent de Féménye. » (Roman d’Élédus et Sérène.) Apparemment, les trois ambassadrices du royaume n’ont pas les qualités de leurs compatriotes.   65 T : bruyons   66 T : brunette  (On les met dans la brouette du vers 140.) Un de mes professeurs de la Sorbonne affirma un jour que la brouette avait été inventée au XVIIème siècle par Blaise Pascal ; on se demande alors avec quoi les bâtisseurs du Moyen Âge transportaient leurs pierres, et avec quoi les bourgeoises transportaient leurs godemichés.   67 T : labloy  (Mener aux abois = mettre dans une situation sans issue. Dict. du Moyen Français.)   68 Vicomte. Naturellement, le roi est bien au-dessus du vicomte ; mais les sotties prônent le mundus inversus.   69 T : belonde  (Mot inconnu.) Dans un duel à quatre, le second est celui qui prête main-forte : « Si vostre second est à terre, vous en avez deux sur les bras. » (Montaigne.) La Sotte se souvient qu’elle est une amazone. Mais les seuls duels que disputaient les rois de la Basoche étaient les parties de jeu de paume : le sceau royal de Pierre Barbe (qui fut le dernier roi de la Basoche de Rouen avant que ce titre ne soit remplacé par celui de régent) porte une raquette —avec un jeu de cartes et trois dés à jouer. On comprend pourquoi Guillaume Des Autels voyait dans son professeur de droit un « maistre des Raquetes ».   70 À votre pouvoir.   71 T : Despeschez vous  (« Tirer son haleine : Respirer. » <Furetière.> Il faut comprendre : Cessez de parler.)   72 T : Ve   73 Dû. « Du très-illustre Roy de la Bazoche, attendu sa qualité quia illi debetur honor. » (Recueil des Statuts du Royaume de la Bazoche.)   74 T : saueur   75 Il n’y a pas d’autre roi.   76 Sans doute est-ce Dame Bazoche, dont un suppôt tenait le rôle. Quand bien même il s’agirait de la reine de la Fève, dans ce milieu strictement masculin, on aurait aussi affaire à un travesti. La « reine Chicane » n’existait pas encore.   77 Calmez-vous.   78 La Justice a engendré des fous du prétoire, mais aussi des folles, bien avant la comtesse de Pimbesche des Plaideurs, Collantine du Roman bourgeois, ou la reine Chicane (note 76).   79 T : trestout troys  (Par-dessus tous les rois.)   80 Il faudrait une rime en -aine.   81 Votre personne. « Je ne me pourray garder de frotter ma laine avec quelque chicanoux. » Harangue de Turlupin le Soufreteux.   82 Nous ne tolérerons pas que vous présentiez un cadeau tous les deux.   83 Grommeler.   84 Il va chercher l’arbre à vits qu’il a apporté dans sa brouette. Naturellement, les Sottes veulent accaparer cet arbre à vits.   85 Dénigré.   86 Maigre.   87 Pommier qui donne des fruits aigres.   88 T : tu le tiens   89 Elles. (Idem au v. 309. Voir aussi « chascun » à 175. Les Sottes étaient jouées par des hommes.)  Radoté = retombé en enfance : « Tant estoit vielle et radotée. » Godefroy.   90 T : sceucer   91 Simplettes.   92 C’est à nous que le roi offrit de telles fonctions. La Basoche était une administration très bureaucratique.   93 Le fruit (lat. pomum). Offrir le fruit d’un arbre à vits était une attention délicate.   94 Je vous soutiens.   95 T : on sapporte  (Votre puissance sexuelle l’emporte sur. « Cest astre [le soleil] emporte tous les autres en splendeur et beauté. » Godefroy.)   96 Je vous exhorte.   97 Planté, comme le May. Avec un sous-entendu : « Je suis si aise quand je cous,/ Si pour un C je mets un F,/ Qu’il m’est advis à tous les coups/ Que j’ente une mignonne greffe. » Béroalde de Verville.   98 Le Gaudisseur est allé lui aussi « en la terre de Prestre Jehan », royaume chrétien qu’on situait notamment en Éthiopie.   99 Cet évêque légendaire inspira les goliards, des basochiens en marge de l’Église. Ils sillonnaient l’Europe, et composaient en latin des poèmes très libres : voir les Carmina Burana.   100 T : a lan  (Antan = l’an dernier.) La rime était déjà chez Villon : « N’enquerez de sepmaine/ Où elles sont, ne de cest an,/ Qu’à ce reffrain ne vous remaine :/ Mais où sont les neiges d’antan ? »   101 Il n’y resta pas planté toute cette année.   102 T : dourdan  (Les bonimenteurs et autres marchands de reliques prétendaient rapporter du Jourdain toutes sortes d’objets fabuleux. « Je viens droit du fleuve Jourdain,/ De la fontaine de Jouvence,/ Où j’ay rapporté à mon sein/ Une beste de grant essence. » Les Sotz nouveaulx.)   103 T : ca  (Avant ce refrain, il manque 7 vers correspondant à la 3° strophe de cette ballade. Dessous, il manque le 1er vers de la 4° strophe.)   104 T : de ces iumens de brie  (Rime du même au même, inadmissible dans une ballade.)  Je vous affie = je vous l’affirme. Cf. le Gaudisseur, vers 44.   105 Les Sots plantent l’arbre à vits devant le roi.   106 De sa peau (la peau du pénis, en l’occurrence).   107 La prostituée. Cf. le Jeu du Prince des Sotz, vers 298.   108 Au sperme. « Elle jugeoit plustost qu’il (le chose viril) fût d’os, pource qu’elle en avoit le matin tiré la moüelle d’un. » Béroalde de Verville.   109 Logiquement, les pépins sont les testicules, qui renferment des graines.   110 Ces trois vertus : la beauté, la sagesse et la force. L’allégorie de l’arbre est redevable aux Complaintes et Épitaphes du Roy de la Bazoche, qu’André de La Vigne dédia au roi Pierre de Baugé, mort en 1501 : « L’arbre fleury, de vertus magnanime,/ Le parangon ayant tiltre de Roy,/ Le tronc d’Honneur, de Triumphe la syme. »   111 Les pièces comiques s’achèvent presque toujours sur une chanson à plusieurs voix. Celle-ci n’est pas arrivée jusqu’à nous, pas plus que le discours de remerciement du Roi de la Basoche.

 

LES SOTZ QUI REMETENT EN POINT BON TEMPS

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

LES  SOTZ  QUI  REMETENT

 

EN  POINT  BON  TEMPS

*

 

Cette sottie parisienne vit le jour en 14921. Charles VIII était devenu pleinement roi en mai 14912 ; le peuple crut alors que sa misère allait prendre fin. Pour preuve, trois boulangers qui trichaient comme tous les autres sur le poids du pain furent condamnés « à estre fustigés, nuds, de verges par les carrefours ». Le Parlement de Paris leur fit grâce (à la demande du roi) le 22 novembre 1491 ; mais le peuple3 retint surtout que cet arrêt du Parlement ordonnait aux boulangers « que doresnavant ils facent pain des bonté [qualité], blancheur et poids selon les dictes Ordonnances, sur peine d’estre pugnis corporellement ».

Autre raison d’espérer : le 6 décembre 1491, Charles VIII avait épousé Anne de Bretagne, ce qui mit un terme à la meurtrière et coûteuse guerre franco-bretonne.

La sottie, avec son final patriotique, rend bien compte de la bouffée d’espoir qui anima le pays pendant quelques mois.

Les personnages de la pièce sont connus par ailleurs, tels Bon Temps ou Mère Sottie. Le Général d’Enfance figure dans le Jeu du Prince des Sotz, et Tout dans la moralité Tout, Rien et Chascun (BM 56). Sotte Mine et Tête Légère s’appelaient Fine Mine et Tête Verte dans la sottie des Sotz triumphans.

Source : Recueil Trepperel, nº 12.

Structure : Rimes abab/bcbc, ralenties par une profusion de poèmes à forme fixe où l’on reconnaît 4 rondels doubles et 8 triolets. La quantité inhabituelle des indications scéniques laisse croire que Trepperel a imprimé le livret d’un chef de troupe.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

Soctie nouvelle à six personnages des

Sotz qui remetent en point Bon Temps

*

 

C’est assavoir :

    SOCTE  MINE

    TESTE  LIGIÈRE

    [MÈRE  SOCTIE  D’ENFFANCE]

    LE  GÉNÉRAL  D’ENFENCE

    BON  TEMPS

    TOUT 4

*

                             SOCTE MYNE, premier Sot, commence, estant à une fenestre 5.

             Debout ! debout !                  SCÈNE  I

              TESTE  LIGIÈRE,  à une aultre fenestre.

                                                Souffle, Michault6 !

              SOCTE  MYNE

              Les mauvais blédz sont-ilz mengiéz7 ?

              TESTE  LIGIÈRE

     [Le] deable emport8 les boulengiers

     Qui nous font mengier le pain chault9 !

              SOCTE  MYNE

5    De tout cela il ne leur chault.

     Ne seront-ilz point lédengiéz10 ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Debout, debout !

              SOCTE  MYNE

              Soufle, Michault !

              TESTE  LIGIÈRE

     Les mauvais blédz sont-il mengiéz ?

              SOCTE  MYNE

     Piller11 pacience nous fault

10    Tant que les vins soient vendengiéz12.

              TESTE  LIGIÈRE

     Ha ! nous en [serons revengiéz]13

     Après aoust, s’il n’y a deffault.

              SOCTE  MYNE

     Debout, debout !

              TESTE  LIGIÈRE

              Souffle, Michault !

              SOCTE  MYNE

     Les mauvais blédz sont-ilz mengiéz ?

              TESTE  LIGIÈRE

15    [Le] deable emport les boulengiers

     Qui nous font mengier le pain chault !

              SOCTE  MYNE

     Force est d’endurer.

              TESTE  LIGIÈRE

                Il le fault.

              SOCTE  MYNE

     Ung jour, serons hors de soucy.

              TESTE  LIGIÈRE

     Mais que jouons sur l’esch[a]uffault14,

20    Je diray d’or !

              SOCTE  MYNE

            Et moy aussi.

              TESTE  LIGIÈRE

     Le pain va bien à tout par luy15 :

     Il est plus grant qu’il ne soulloit16.

              SOCTE  MYNE

     Par le regard qui est sur luy17,

     Le pain va bien à tout par luy.

              TESTE  LIGIÈRE

25    On doit bien mauldire celluy18

     Par qui le commun se doulloit.

              SOTTE  MINE

     Le pain va bien à tout par luy :

     Il est plus grant qu’il ne soulloit.

              TESTE  LIGIÈRE

     Le peuple, brief, plus n’en povoit ;

30    Oncques telle doleur ne vids.

              SOTE  MINE

     Descendre nous fault.

              TESTE  LIGIÈRE

                 Ainsi soit !

              Ilz descendent.

              SOCTE  MINE

     Esse tout ?

              TESTE  LIGIÈRE

          Quoy ?

              SOCTE  [MINE]

              Et puis ?

              TESTE  LIGIÈRE

                   Et puis ?

              SOCTE  MINE

     Qui dit ?

              TESTE  LIGIÈRE

         Qui grongne ?

              SOCTE  MINE

                Qui grumelle19 ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Je viens20 d’avec[que] la femelle :

35    J’ay tant scellé21 que plus n’en puis.

               SOCTE  MYNE

     Et de quel lieu ?

              TESTE  LIGIÈRE

             De malpertuys22 :

     Tousjours maintiens l’orde23 jumelle.

              SOCTE  MINE

     Esse tout ?

              TESTE  LIGIÈRE

          Quoy ?

              SOCTE  MINE

              Et puis ?

              TESTE  LIGIÈRE

                  Et puis ?

              SOTTE  MYNE

     Qui dit ?

              TESTE  LIGIÈRE

         Qui grongne ?

              SOCTE  MYNE

                Qui grumelle ?

              TESTE  LIGIÈRE

40    Les bas instrumens24 j’entresuys ;

     Du bas mestier25 souvent me mesle.

              SOCTE  MYNE

     Pour tenir tétin et mamelle,

     Je suis froit com[me] l’eau d’ung puys.

              TESTE  LÉGIÈRE

     Esse tout ?

              SOCTE  MINE

          Quoy ?

              TESTE  LIGIÈRE

             Et puis ?

              SOCTE  MYGNE

                 Et puis ?

              TESTE  LIGIÈRE

45    Qui dit ?

              SOCTE  MINE

          Qui grogne ?

              TESTE  LIGIÈRE

                 Qui grumelle ?

     Je viens [d’avecque la femelle]26 :

     J’ay tant scellay que plus [n’en puis]27.

              [SOCTE  MINE]

     C’est le vray ?

              [TESTE  LIGIÈRE]

            Ad ce jeu me duictz.

              [SOCTE  MINE]

     La raison ?

              [TESTE  LIGIÈRE]

           Je suis baud28 de proys.

              [SOCTE  MINE] 29

50    Le [mal] feu arde tes conduys30 !

              [TESTE  LIGIÈRE]

     Je n’ay plus escus [d’or] de poix31.

              SOCTE  MINE

     Est-il vray ?

              TESTE  [LIGIÈRE]

           Ouÿ.

              SOCTE  MINE

              Je t’en croids.

              TESTE  LIGIÈRE

     Pour hanter l’instrument de bas,

     Je suis banny de saincte croix32.

55    Sainct Anthoine ard[e] le cabas33 !

              SOCTE  MINE

     C’est ung déduit.

              TESTE  [LIGIÈRE]

              Quel abus !

              SOCTE  MINE

                    Las !

              [TESTE  LIGIÈRE

     ……………………… -ète,]34

     Jamais je n’en puis estre las ;

     Et si, m’y romps et cul et teste.

              [SOCTE  MYNE]

     Quel plaisir !

              [TESTE  LIGIÈRE]

            Brief, le « jeu » j’appecte35.

              [SOTE  MINE]

60    J’en ay une qu[e j’]aime ung pou36 :

     Quant je luy fais37, si elle pète,

     [Que] saint Anthoine arde le trou !

     J’en suis tanné38.

              TESTE  LIGIÈRE

              Et moy, tout soû.

              SOTE  MINE

     Si, est-il force que je rive39 ;

65    Mais brief, c’est le port de Chatou :

     On n’y treuve ne fons, ne rive.

              MÈRE  SOCTIE  D’ENFFANCE     SCÈNE  II

     Socte Mine !

              SOCTE  MINE

            Qu(i) est là ?

              MÈRE  SOCTIE

                   Qui vive40 ?

              SOCTE  MINE

     Le41 trèsex[c]ellent Général

     (Pour son nom dire en général)

70    D’Enfance la suppellative42 !

              MÈRE  SOCTIE

     Du tout en tout, je suis pensive

     Qu’il ne vient cy, propos final.

     Teste Ligière !

              TESTE  LIGIÈRE

             Hau !

              MÈRE  SOCTIE

                Qui vive ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Le trèsexcellent Général !

              MÈRE  SOCTIE

75    Il viendra la cource hastive43,

     De voulloir franc et libéral,

     Revisiter44 l’original.

     L’eure n’est pas encor(e) tardive.

     Sote Mine !

              SOCTE  MINE

           Qu(i) est là ?

              MÈRE SOCTIE

                  Qui vive ?

              SOCTE  MINE

80    Le trèsexcellant Général

     (Pour son nom dire en général)

     D’Enfance la suppellative !

              TESTE  LIGIÈRE

     De vray, il joue45 à la « fossette ».

              SOCTE  MINE

     Il est sur quelque godinette46.

              TESTE  LIGIÈRE

85    Au bas mestier est déduisant.

              SOCTE  MINE

     C’est son train.

              MÈRE  SOCTIE

             C’est fait en enfant47.

              TESTE  LIGIÈRE

     Joueroit-il point à la « touppie48 » ?

              SOCTE  MINE

     Quelque part il crocque la pye49.

              TESTE  LIGIÈRE

     Il est des dames poursuivant.

              SOCTE  MYNE

90    C’est son train.

              MÈRE  SOCTIE

             C’est fait en enfant.

              TESTE  LIGIÈRE

     Il est aux champs avec les filles.

              SOCTE  MINE

     Il s’esbat voulentiers aux « billes50 ».

              TESTE  LIGIÈRE

     C’est ung jeu où51 est triumphant.

              SOCTE  MINE

     C’est son train.

              MÈRE  SOCTIE

             C’est fait en enfant :

95    Esse [cy son train]52 flourissant,

     Esse cy le joyeux53 rapport.

     Mes Sotz de couraige plaisant,

     Appellez-le, soit droit ou tort54 !

              SOCTE  MINE,  en chantant :

     Général !

              TESTE  LIGIÈRE

          Général !

              SOCTE  MINE

                 Général !  Il dort.

          LE  GÉNÉRAL  D’ENFANCE  monte à cheval 55 et vient.

100   Et ! je fais vos fièvres quartaines !        SCÈNE  III

             Mais tenez, quelz deux cappitaines56 !

     Je viens de mettre cul à bord57 ?

              SOCTE  MINE

     Général !

              TESTE  LIGIÈRE

          [Général !

              SOCTE  MINE]

               Il dort.

              LE  GÉNÉRAL

     Je viens d’avec le pitancier58

105   Du couvent de Serre-Fessier59,

            Là où j’ay scellé ung rapport60.

             SOCTE  MINE

     Général !

              TESTE  LIÉGIÈRE

          Général !

              SOCTE  MY(G)NE

               Il dort.

              [LE]  GÉNÉRAL

     Mes Sotz, par le soleil qui raye61,

     Avecques l’abbesse de Roye62

110   J’ay passay la rivière au port63.

              TESTE  LIGIÈRE

     Général !

              SOCTE  MYNE

          Général !

              TESTE  LIGIÈRE

               Il dort.

              MÈRE  SOCTIE

     Pour moy donner bon réconfort,

     Mon enffant Général d’Enffance,

     De descendre64 mectz ton effort,

115   Pour moy donner65 esjouyssance.

              LE  GÉNÉRAL

     Je l’accepte.

              SOCTE  MYNE

            À tout !

              TESTE  LIGIÈRE

                Vive Enffance !

              LE  GÉNÉRAL

     Je voys à vous, ma mère sote.

              MÈRE  SOCTIE

     Ayez de mon fait souvenance.

              LE  GÉNÉRAL

     Je l’accepte.

              SOCTE  MYNE

           À tout !

              MÈRE  SOCTIE

               Vive Enffance !

120   Pour dire motz à [ma] plaisance,

     Viens, mon enffant, ou je rassocte !

              LE  GÉNÉRAL

     Je l’accepte.

              SOCTE  MINE

            À tout !

              MÈRE  SOCTIE

                Vive Enffance !

              LE  GÉNÉRAL

     Je voys à vous, ma mère sote.

              TESTE  LIGIÈRE

     Il passe au bac66 à la pissocte.

              SOCTE  MINE

125   Comme quoy67 ?

              TESTE  LIGIÈRE

              En fais et en dictz,

     Il ne quiert point l’ordre bigotte68

     Pour serrer le déprofundis69

              SOCTE  MYNE

     C’est ung ouvrier !

              TESTE  LIGIÈRE

               En ses habitz,

     Autant luy [sont] targes qu(e) escus70.

130   Par force de river [le] bis71,

     Il apprent à tendre aux cocus72.

           LES  DEUX  SOTZ  chantent ensemble ce qui s’ensuit :

     Vive Enffance, garny(s) de Sotz testus !

     Par luy, sommes de nouveau [bien] vestus.

     Car le premier si luy est secourable

135   Pour le créer en hault bruit honnorable73.

              LE  GÉNÉRAL

     Tout est venu74, mectez la table !

              LES  DEUX  SOTZ,  en chantant :

     Nous chanterons maulgré tous [co]quibus75.

     Le Général a assez de quibus76 ;

     [Si] en soctie77 il se monstre notable,

140   Il peut tenir gros roussins78 en l’estable.

              Adonc monte le Général sur l’eschauffault.

              SOCTE  MYNE

     Honneur, Général redoubtable !

              LE  GÉNÉRAL

     Pour maintenir esjouyssance,

     Que mon siège soit préparé !

     Ma mère Soct[i]e, à plaisance,

145   Vécy le vostre tout paré.

              MÈRE  SOCTIE

     Vive l’enffant trèshonnouré

     Qui d’Enffance est [le] Général !

     Vostre bruit79 si est repparé

     Par le bon temps espicial80.

              LE  GÉNÉRAL

150   De vouloir franc et libéral,

     Bruyre je vueil de plus en plus.

     Sus, mes Sotz, à mont et à val !

     A-il rien de nouveau81, au surplus ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Le chier82 temps nous a ruéz jus.

              SOCTE  MYNE

155   J’ay83 mengié ma vigne en verjus.

              TESTE  LIGIÈRE

     Année84 ne fut onc si parverse.

              SOCTE  MYNE

     Povres gens mengent les pois crus.

              TESTE  LIGIÈRE

     J’en ay mains lourds escotz acrus85.

              LE  GÉNÉRAL

     La saison a esté diverse.

              SOCTE  MINE

160   Le pain a esté si petit !

              TESTE  LIGIÈRE

     J’avoye si bon appétit !

              [SOCTE  MYNE]

     Qui a fain, fault-il qu’on [le] verse ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Ung pain tant noir, gras et recuict !

              SOCTE  MYNE

     Ung pain pesant et si mal cuict !

              MÈRE  SOCTIE

165   La saison a esté diverse.

              SOCTE  MYNE

     Les boulengiers m’ont fait jeûner.

              TESTE  LIGIÈRE

     Je fus ung jour sans desjuner.

              SOCTE  MYNE

     Maint en est cheu86 à la reverse.

              TESTE  LIGIÈRE

     Nully ne voulloit rien prester.

              SOCTE  MYNE

170   On ne trouvoit où emprumpter.

              LE  GÉNÉRAL

     La saison a esté diverse.

              SOTE  MYNE

              Le Général plain de sagesse 87

     [Excellente est, grande et haultaine,]88

     [La] Court de Parlement souvraine89 :

175   Sur le pain, el a mis bon rum90.

              LE  GÉNÉRAL

     C’est la nourice du commun91.

             El a fait droict de grant arrum.

              MÈRE  SOCTIE

             C’est la nourice du commun.

              SOCTE  MYNE

     Comme source de sapience,

180   Fontaine de toute science,

     Aiday nous a92, il est commun.

              LE  GÉNÉRAL

     C’est la nourrice du commun.

              TESTE  LIGIÈRE

     Paris, où gist toute saigesse :

     Pour ressourdre93 nostre foiblesse,

185   Tu as resjouy ung chascun.

              MÈRE  SOCTIE

     C’est la nourrice du commun.

              SOCTE  MYNE

     Souverain lieu, porte royal[e] :

     Soubz la couronne espicial[e]94,

     Resjouys nous as en commun.

              LE  GÉNÉRAL

190   C’est la nourrice du commun.

     Dieu la garde d’ennuy aulcun !

     Espérer fault bonnes nouvelles.

              SOCTE  MYNE

     Les blédz sont beaulx.

              TESTE  LIGIÈRE

                 Vignes sont belles.

              MÈRE  SOCTIE

     Gaudéamus95 !

              LE  GÉNÉRAL

             Vive bon temps !

              SOCTE  MINE

195   Maulgré les usurie[r]s rebelles,

     Les blédz sont beaulx.

              TESTE  LIGIÈRE

                 Vignes sont belles.

              SOCTE  MINE

     Le chier96 temps, par façons cruelles

     Nous a chastiéz, bien l’entens.

              TESTE  LIGIÈRE

     Les blédz sont beaulx.

              SOCTE  MINE

                 Vignes sont belles.

              TESTE  LIGIÈRE

200   Gaudéamus !

              LE  GÉNÉRAL

            Vive bon temps !

     …………., j’en suis contens :

     Appellez Bon Temps, et qu’il vienne !

     Affin que de luy il souvienne,

     De le veoir icy je prétens.

              SOCTE  MINE,  en huchant 97 :

205   Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

            Bon Temps !

              SOCTE  MINE

                   Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

                          Bon Temps !

            BON  TEMPS,  estant à une fenestre.   SCÈNE  IV

     Me vécy ! Suis-je bien en point98 ?

     Maistre suis de[s] povres items99.

              SOCTE  MYNE,  en huchant :

     Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

            Bon Temps !

              SOCTE  MINE

                   Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

                          Bon Temps !

              BON  TEMPS

     Piéçà100 je ne fus sur les rengs.

210   Le dieu Mars m’a mys en pourpoint101.

              SOCTE  MINE,  en huchant :

     Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

            Bon Temps !

              SOCTE  MINE

                   Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

                          Bon Temps !

              BON  TEMPS

     Me vécy ! Suis-je bien en point ?

              TOUT,  estant à une fenestre.     SCÈNE  V

     Et moy, des jeux, n’en suis-je point ?

     Me vécy prest de bout en bout.

              SOCTE  MYNE

215   Et comment te nomme[s]-tu ?

              TOUT

                     Tout.

     J’ay esté perdu long espace102 ;

     Mais Bon Temps (qui tout bien compasse)

     Et Bonne Paix m’ont mis debout.

     [………………………… -out

     …………………………. -ace.]

              LE  GÉNÉRAL

     Et comment te nommes-tu ?

              TOUT

                    Tout.

220   [J’ay esté perdu long espace.]

              BON  TEMPS

     De guerre nous avons le bout103,

     Dieu mercy et sa digne grâce !

              TOUT

     La noble Anne104 [a] plaisant[e] face ;

     Si, nous a resjouys du tout105.

              MÈRE  SOCTIE

225   Et comment te nommes-tu ?

              TOUT

                    Tout.

     J’ay esté perdu long espace ;

     Mais Bon Temps (qui tout bien compasse)

     Et Bonne Paix m’ont mis debout.

              BON  TEMPS

     Pour vous en racompter du tout106,

230   En Enffance je me vueil rendre.

              TOUT

     Et moy aussi g’y ay le goust.

     Descendre nous fault sans actendre.

              LE  GÉNÉRAL

     De les recuillir vous fault tendre107.

              BON  TEMPS

     Nous deux, allons veoir les esbatz !

              MÈRE  SOCTIE

235   Bon Temps, mon mignon doulx et tendre :

     Il te plaise descendre à bas !

              BON  TEMPS  et  TOUT  descendent.

             Dis[en]t en chantant ce qui s’ensuit :

     Vive soulas    Et tout esjouyssance108 !

     Sans estre las,   Nous allons en Enffance ;

     Bon Temps le veult, qui n’est perdu.

              SOCTE  MINE  et  TESTE  LIGIÈRE

              cha[n]tent ce qui s’ensuit :

240   Bon Temps, tu soyes le bien venu !

              BON  TEMPS  et  TOUT,

              en chantant ce qui s’ensuit :

     Les usurie[r]s    Nous ont fait grant grevance,

     [Et] boulengiers,  Du mal à grant outrance109.

     Mais ont eu la fessée110 au cul !

              SOCTE  MYNE  et  TESTE  LIGIÈRE

              [chantent] ce qui s’ensuit :

     Bon Temps, tu soyes le bien venu !

              SOCTE  MINE

245   Montez111 !

              TESTE  LIGIÈRE

           Montez !

              SOCTE  MYNE

               Au résidu112,

     Saluez le hault Général !

              BON  TEMPS,  en saluant le Général :

     De vouloir royal,

     Doulx et cordial,

     Hommaige vous rends.

              LE  GÉNÉRAL

250   Bien viengnez, Bon Temps !

              TOUT,  en saluant Mère Soctie :

     Socte triumphante,

     En soctoys113 puissante :

     Vers vous viens la voye.

              MÈRE  SOCTIE

     Tout, Dieu vous doint joye !

              BON  TEMPS

255   Noble Général

     De voulloir royal,

     Je viens sur voz rengs.

              LE  GÉNÉRAL

     Bien viengnez, Bon Temps !

              TOUT

     La Mère d’Enfance,

260   Honneur et114 puissance

     Jésus vous envoye !

              MÈRE  SOCTIE

     Tout, Dieu vous doint joye !

              BON  TEMPS

     Je suis bien de la morte-paye115,

     Il y pert116 bien à mes habitz.

              TOUT

265   Qui n’a point d’argent, rien ne paye.

              BON  TEMPS

     Je suis bien de la morte-paye.

              LE  GÉNÉRAL

     Bon cueur, sus117 !

              TOUT

              Saint Denis, mont-joye118 !

              BON  TEMPS

     On m’a servy de pain trop bis119.

     Je suis bien de la morte-paye,

270   Il y pert bien à mes habitz.

              LE  GÉNÉRAL

     Vray Dieu ! comment Tout est desmis120,

     Tout est deffait, en piteux point !

              SOCTE  MINE

     Bon Temps, qui t’a en ce point mis,

     De malle fièvre soit-il oingt !

              TESTE  LIGIÈRE

275   Bon Temps, tu es en povre point !

              SOCTE  MINE

     Mais comment Tout est desnué !

              BON  TEMPS

     Je n’ay ne robe ne pourpoint.

              MÈRE  SOCTIE

     Bon Temps, tu es en povre point !

              TOUT

     Sur ma robe, on n’y congnoyst point121 ;

280   Cest yver, n’ay guières sué.

              TESTE  [LIGIÈRE]

     Bon Temps, tu es en povre point !

              SOCTE  MINE

     Mais comment Tout est desnué !

              BON  TEMPS

     Pensez, on m’a bien gouverné !

     Depuis vingt ans, sans mesprison,

285   J’ay esté tousjours en prison

     Pire, cent fois, que la Gourdaine122.

              LE  GÉNÉRAL

     Bon Temps, tant tu as eu de paine !

              TOUT

     Et moy, par la guerre terrible,

     Long temps a que ne fus paisible.

290   Chascun jouoyt123 à l’esperdu.

              MÈRE  SOCTIE

     Tout a esté long temps perdu.

              LE  GÉNÉRAL

     Pour mieulx fournir le résidu,

     Je vueil, sans y mectre débat,

     Que Tout soit remys en estat.

295   Et pour mieux entendre le point,

     [………………………. -oint,]

     Et qu’en ce, n’y ait point de lobe124.

              SOCTE  MINE

     Bon Temps, endossez ceste robe

     Et ce chapperon.

              BON  TEMPS

              Vive Enffance !

              TESTE  LIGIÈRE,  en vestant Tout :

     Affin que nul si ne vous lobe125,

300   Çà, Tout : endosse[z] ceste robe.

              LE  GÉNÉRAL

     Que Bon Temps de ma Court ne hobe126,

     Ne Tout aussi : c’est ma plaisance.

              SOCTE  MYNE

     Bon Temps, endossez ceste robe

     Et ce chapperon.

              TOUT

              Vive Enffance !

              LE  GÉNÉRAL

305   Puisque Tout se rend en Enffance,

     Et Bon Temps, je ne puis périr.

              MÈRE  SOCTIE

     Nous au[r]ons des biens habondance,

     Puisque Tout127 se rend en Enffance.

              BON  TEMPS

     De moy on a esjouyssance :

310   Nully ne vous pourra férir128.

              SOCTE  MYNE

     Puisque Tout se rend en Enffance,

     Et Bon Temps, je ne puis périr.

              LE  GÉNÉRAL

     Pour [mieulx] liesse entretenir,

     Çà, Bon Temps : par bon[ne] accordance,

315   Ensemble dancez129 une dance,

     Remerciant Dieu le pasteur.

     [Socte Mine]130, tu es ung chanteur :

     Commence ! Prens-la de bon ton131.

              SOCTE  MYNE,  en chantant :

     Laudate, pueri, Dominum132 !

320   Bon Temps avons icy.

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri !

              SOCTE  MYNE

     Bon Temps avons icy,

     Et Tout nous gouvernon.

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri, Dominum !

              SOCTE  MYNE

325   Paix avons, Dieu mercy !

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri !

              SOCTE  MYNE

     Paix avons, Dieu mercy,

     Maulgré division133.

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri, Dominum !

              LE  GÉNÉRAL

330   Vive [la] France en unyon134,

     Tant que monde sera sur Terre !

              MÈRE  SOCTIE

     Vive le Bon Temps et son non135,

     Qui le povre commun desserre136 !

              TOUT

     Jamais ne puisse-il estre guerre

335   Jusques tant que Bon Temps la face137 !

 

              LE  GÉNÉRAL

     Seigneurs, voyez en ceste place

     Que Tout est remis en estat.

     Bon Temps, avant que je desplace138,

     Est remis en point sans débat.

340   Jésus, qui les péchéz rabat,

     Vueille préserver de souffrance

     Et tenir en joyeulx esbat

     Le noble royaulme de France

     Sans faire nulle déléance139

345   Ne nulle vindication140 !

 

     Socte Myne, à ta plaisance,

     Dy deux motz de collacion141 !

                   EXPLICIT

*

1 Entre le 9 février (note 104) et le 21 avril (note 84). Elle fut probablement créée à l’occasion du Mardi gras, le 6 mars.   2 Depuis 1483, il régnait sous la tutelle de sa sœur aînée, Anne de Beaujeu. (Cf. les Rapporteurs, note 63.) Le peuple ne le tenait donc pas responsable des abus fiscaux de la régente (voir la note 101).   3 La sottie des Premiers gardonnéz en parle aussi, aux vers 146-148.   4 T : Tout estant  (Mauvaise lecture de la didascalie qui précède le vers 213.)   5 Les acteurs apparaissent aux fenêtres d’une maison. Ils vont descendre sur la place (à l’aide d’une échelle ?) pour gagner l’estrade.   6 Locution proverbiale qu’on trouve par exemple dans Mieulx-que-devant (BM 57).   7 Les mauvais jours sont-ils derrière nous ? Par association d’idées, on va passer du blé au pain.   8 « Le diable emport le cousinaige ! » Le nouveau Pathelin.   9 Pour faire un profit immédiat, ils le vendent sans l’avoir laissé reposer. « Après que le pain est cuit et tiré hors du four, il doit reposer à tout le moins par l’espace et distance d’un jour devant que d’estre mangé, pour ce que le pain chauld est mauvais, attractif de mauvais air, et est peu conforme à nature humaine. » (Régime de vivre, et conservation du corps humain.) Cette prescription du « panis non calidus », édictée par l’école de médecine de Salerne, était encore très suivie.   10 T : fredengiez  (Laidenger = blâmer.)   11 Prendre. « Haulcer les espaulles et piller patience. » Jehan Marot.   12 Jusqu’en automne. On espérait une remise en ordre après le mois d’août (vers 12).   13 T : ferons vendengiez  (Nous en serons vengés, nous aurons notre revanche.)   14 Si nous jouons sur un échafaud [sur une estrade], j’en dirai de belles. Les acteurs de sotties passaient en revue les grands et les petits scandales du moment.   15 Par lui-même. « Qui est à tout par luy : Qui se gouverne par soy-mesme. » Robertus Stephanus.   16 Qu’il ne l’était. Voir ma notice.   17 Parce que les autorités surveillent le pain.   18 Le très impopulaire Louis XI, père de Charles VIII, avait multiplié par trois les rentrées d’impôts.   19 Grommelle.   20 T : vieus   21 Tamponné avec mon sceau viril. Confusion fréquente avec seller : « –Toutteffois semble-elle bien saige,/ Et chacun la tient pour pucelle./ –Et que voullez-vous ? On la selle ! » Celuy qui se confesse à sa voisine, F 2.   22 Du mauvais trou, de l’anus, par opposition au pertuis, qui désigne couramment le vagin : cf. Gratien Du Pont, vers 255.   23 T : lordre  (Les jumelles merdeuses sont les fesses des femmes : cf. Raoullet Ployart, vers 57. Il faut comprendre : J’entretiens toujours les fesses.)   24 Les vulves. « L’official condamna la pauvre jeune fille à prester son beau et joly instrument à son mary pour y besongner. » (Bonaventure Des Périers.) Même expression au vers 53.   25 Du coït. (Cf. la Réformeresse, vers 249.) Idem vers 85.   26 T : donce la semelle  (Entre les vers 46 et 50, la distribution des rôles se décale : T donne les répliques de Tête Légère à Sotte Mine, et inversement. Je rétablis entre [ ] les rubriques logiques.)   27 T : rien   28 T : beau  (Être baud de = être avide de. « Ribauds/ Qui de tout prendre sont si bauds. » Godefroy.)  Prois = cul. <Godefroy dit plus chastement : le derrière.> C’est un mot d’argot répertorié dans la Vie généreuse des mercelots : « La forest du prois : hault-de-chausses. Filer du prois : chier. L’aquige-proys [le trompe-cul] : la couille. » La phrase du sodomite Tête Légère se traduit ainsi : Je suis avide de culs.   29 T : teste creuse  (Même négligence aux vers 52, 56 et 280.)  Teste Creuse est également un Sot ; il jouait dans la sottie des Coppieurs et Lardeurs <T 8>, et dans celle des Sotz qui corrigent le Magnificat <T 5>.   30 Tes intestins.   31 Ayant le poids réglementaire. « Vingt escuz d’or de poys. » Archives de Nantes.   32 Je n’ai plus « ni croix ni pile », les femmes m’ont ruiné. Par métonymie, on appelait « croix » les monnaies dont le côté face s’ornait d’une croix : cf. le Testament Pathelin, vers 398.   33 Que le feu de saint Antoine brûle les culs ! (Idem vers 62.)  Cabas = cul : « Rembourreux d’enffuméz cabas,/ Laisser vous fault vostre mestier/ Sans plus fourbir ces vielz harnas. » Ballade.   34 À partir de ce vers manquant et jusqu’à 60, la distribution se décale à nouveau.   35 Je désire le coït. Sotte Mine comprend « jà pète », d’où sa réplique.   36 J’ai une femme que j’aime un peu.   37 Quand je lui fais l’amour. Cf. Colin, filz de Thévot, vers 175.   38 Fatigué.   39 « River : foutre. » (La Vie généreuse des mercelots.) Idem vers 130.   40 Elle pousse le cri de reconnaissance des soldats. En réponse, il faut qu’on acclame son fils, le Général d’Enfance.   41 Vive le Général !   42 La très puissante. Le Général gouverne le pays d’Enfance (vers 146-7). Ce pays de Cocagne où l’on trouve Tout et le Bon Temps (vers 305-6) est une homophonie de « en France ».   43 En courant.   44 T : ie reuisite  (Visiter son origine, sa source : sa mère.)   45 T : iouye  (Fossette = sexe de la femme : « Cons rondelets, corallines fossettes. » Ronsard.)  « Encore qu’il soit desgarni de boules, si peut-il néanmoins jouer à la fossette. » Bruscambille, Des chastréz.   46 Mignonne. « Quant cuyda prendre son délit [plaisir]/ De nuyt avec sa godinette. » Éloy d’Amerval.   47 Les Enfants sont les insouciants habitants du pays d’Enfance (note 42).   48 Cône de bois d’aspect vaguement phallique. Synonyme de toton, qui désigne la toupie et le pénis : « [Elle] reprend le toton, et le dresse/ Aussi-tost qu’il est abbatu. » Pierre Motin.   49 Il boit du vin. Cf. le Gaudisseur, vers 9.   50 Bille [bâton] = pénis. (Cf. Ung jeune moyne et ung viel gendarme, vers 127.) Du coup, on se demande s’il n’est pas au Champ-Gaillard (Jénin à Paulme, note 133) avec les filles de joie.   51 T : qui  (Où il triomphe.)   52 T : si son t tain   53 T : iouyeux  (Un rapport sexuel. Idem vers 106.)   54 Qu’il soit bandé ou débandé. « [Elles] ayment mieux le droit que le tort. » La Fluste à Robin.   55 Dans le Jeu du Prince des Sotz (vers 156), le Général d’Enfance montera encore sur un cheval de bois.   56 Ils me donnent des ordres comme des capitaines de navire. La métaphore maritime continue au vers suivant.   57 Suis-je donc sur un bateau ? « Le cul à bort mettre. » (E. Deschamps, Je vous souhaite entre vous, gens de mer.) La réponse –scatologique– est dans la question, puisque « mettre le cul à bord » = mettre le cul à l’air : « [Le prieur] mit le cul à bort et lui fit un pet. » (Coutumier de France.)   58 J’étais avec l’économe.   59 « Le grant prieur de Bondeculage, à Serrefessier », publia vers 1510 des Ordonnances touchant « la réformation des courtes chausses », autrement dit, des caleçons.   60 Un rapport sexuel (vers 96). Pour sceller, voir la note 21.   61 Rayonne.   62 Raie des fesses. « Vous baiseriez plus tost ma roye ! » (Jehan Molinet.) Le jeu de mots sur la ville picarde de Roye était commun : « Ne nous logeons jamès auprès de Roye ! » (Molinet.)  63 Je l’ai pénétrée.   64 Elle l’invite à descendre de son cheval de bois et à monter sur l’estrade. Il obéira au vers 141.   65 T : doibt  (Même modèle que 112.)   66 Il devient impuissant. (Cf. le Testament Pathelin, note 24.)  Pissote = appareil urinaire des femmes. (C’est l’équivalent féminin du pissot : cf. les Chambèrières, vers 77.)  La phrase est ironique : Tête Légère pense le contraire de ce qu’il dit.   67 Pourquoi ?   68 Il ne recherche pas l’ordre religieux de Serre-Fessier pour coïter. (Encore une antiphrase !)  Ordre était parfois féminin : « Il ne debvoit y avoir deux couvens d’une ordre ne d’une religion des mendians. » Chroniques de la ville de Metz.   69 Un vagin (littéralement : le fond de l’abîme). « Du de profundis nous jouerons./ Le bout des reins nous remuerons. » Le Mariage de Robin Mouton, F 32.   70 La targe est la monnaie des ducs de Bretagne, et donc de la reine (v. ma notice) ; l’écu est la monnaie de la France, et donc du roi. Les riches habits du Général sont le fruit de ces deux sources harmonieuses. Malheureusement, cette parabole édifiante est quelque peu gâchée par les deux vers qui riment avec ceux-ci…   71 Le sexe d’une femme. « La belle fille entre les bras,/ Et river le bis à plaisance/ Dix foys la nuyt. » Folle Bobance, BM 40.   72 À attraper les coucous avec un filet. Pour le jeu de mots sur cocus, voir le Faulconnier de ville, vers 90.   73 Car le premier venu vient à son aide pour lui conférer une bonne renommée.   74 Me voici ! (Au pays d’Enfance, on passe vite du lit à la table.) Ce vers proverbial reviendra dans Maistre Mymin qui va à la guerre <vers 28>.   75 Dans la sottie du Roy des Sotz (BM 38), Coquibus est un rapporteur, un médisant.   76 D’argent. Cf. Maistre Pierre Doribus, vers 50.   77 Dans la condition de Sot.   78 Chevaux. Mais aussi, pénis : « Son roussin cloche/ Et ne sonnoit qu’à une cloche. » (Molinet.)  Étable = vagin : «Mon povre courtault [pénis]/ Que j’ay (…) souvent logé en froide estable,/ Le povre, las ! est recru sur le sable ;/ De servir plus en crouppe ne luy chault. » (Parnasse satyrique.)   79 Votre réputation.   80 Exceptionnel.   81 « Il n’y a rien nouveau soubz le soleil. » Marguerite de Navarre.   82 Cher, onéreux. Idem vers 197.   83 T : Je  (J’ai vendangé avant l’heure, à perte.)   84 L’année commençait le jour de Pâques. Nous sommes donc toujours dans la calamiteuse année 1491, qui s’acheva le 21 avril 1492.   85 J’ai fait crédit de grosses dettes. « [Ilz] vinrent à ung tavernier à qui ilz devoient, prier qu’il leur accreust encores ung escot. » Godefroy.   86 Chu, tombé d’inanition.   87 Le début de ce poème en aabB/ccbB est abîmé. Eugénie Droz le corrige différemment dans son édition (p. 282).   88 T : lexcellente et grant haultesse  (Hautain = suprême.)  Martial d’Auvergne, procureur au Parlement de Paris, applique à la Justice les mêmes termes élogieux : « [Ils] venoient au roy et royaume de France/ (Pour le renom et la haulte excellance/ De la Justice lors régnant très hautaine)/ Quérir justice comme la souveraine. »   89 Villon lui-même avait adressé une Louenge à la Court du Parlement de Paris : « Souvraine Court, par qui sommes icy,/ Vous nous avez gardé de desconfire ;/ Or la langue seule ne peut souffire/ À vous rendre souffisantes louenges. »   90 Bon ordre (run). Voir ma notice.   91 Du peuple.   92 T : as  (La Cour du Parlement nous a aidés.)   93 Pour nous relever de.   94 Sous l’égide de la couronne royale. « Amenez Tibère demain :/ Le premier empereur rommain/ Le feray. Et ne faillez pas :/ Je luy vueil avant mon trespas/ Donner couronne espécialle. » Mystère des Actes des Apostres.   95 Réjouissons-nous !   96 T : cheir  (Cher, onéreux.)   97 En appelant.   98 Bien habillé. Il est vêtu de haillons (vers 210, 264, 277).   99 Des gens qui sont aussi pauvres que moi. (On prononçait itan.)   100 Depuis longtemps.   101 La guerre m’a laissé en chemise. La guerre entre le royaume de France et le duché de Bretagne (1487-1491) avait occasionné des levées d’impôts supplémentaires.   102 Longtemps.   103 La fin. Une fin provisoire, puisque Charles VIII allait bientôt déclencher les interminables guerres d’Italie, où la France n’a rien gagné d’autre que la syphilis.   104 Anne de Bretagne, la nouvelle reine, fit son entrée solennelle dans Paris le 9 février 1492. Séduit par cette jolie fille de 15 ans, le peuple lui réserva un accueil délirant.   105 Tout à fait.   106 Pour tout vous dire.   107 Vous devez les accueillir. (Il parle à ceux qui sont en bas.)   108 E. Droz (p. 256) voit ici une parodie de la chanson Vive le roy et sa noble puissance. Étant donné que ladite chanson est à la gloire de François Ier, c’est plutôt elle qui devrait parodier la nôtre… On remarquera les rimes des césures.   109 T : outraige   110 Des coups de verges. Voir ma notice.   111 Sur l’estrade. (Il s’adresse à Bon Temps et à Tout, qui viennent de descendre sur la place.)   112 T : Anresidu  (Au résidu = au reste.)   113 En sottise. « Il a l’esprit à la cuysine,/ Ce jaune-bec [blanc-bec], en son sotoys. » Sottie de la Pipée.   114 T : a   115 Je suis comme ces vieux soldats qui ne touchent qu’une demi-solde.   116 Cela apparaît.   117 Cri de guerre. « Bon cœur, souldart ! Bon cœur, sus ! Entre, monte, tue ! » Tragédie du sac de Cabrières.   118 Cri de guerre des rois de France.   119 Trop noir, dont la farine contient des scories, comme au vers 163. L’arrêt de 1491 réglementait la blancheur du pain (v. ma notice). Sous ce vers, T ajoute en vedette : Tout   120 Ruiné : à cause de Louis XI et de la régente, Tout est aussi pauvre que Bon Temps.   121 On n’y reconnaît pas un seul point, une maille intacte. « De robe, ne lui remest [reste] poinz. » Godefroy.   122 Une des geôles du Grand Châtelet. Il y a peut-être là une évocation du cardinal Balue : emprisonné par Louis XI de 1469 à 1480, il dormait dans une cage. Cf. les Sotz escornéz, vers 294-7.   123 T : a iouay   124 De tromperie.   125 Ne se moque de vous.   126 Ne bouge.   127 « Bien heureux est-il, en ce monde,/ [Celui] qui a Tout : nul bien ne luy fault. » Tout, Rien et Chascun, BM 56.   128 Frapper.   129 T : dancer  (Ils vont danser sur une parodie liturgique en forme de répons : c’est à peu près ce qu’on voyait dans les églises lors de la Fête des Fous.)   130 T : Soustenu  (« Tu es » se scande « t’es ».)   131 Attaque la chanson dans la bonne tonalité.   132 T : dominuz  (« Louez, enfants, le Seigneur ! » Psaume 112.)  On prononçait « Dominon ».   133 La division entre la couronne de France et le duché de Bretagne. Le mariage royal avait enfin ramené la paix : v. ma notice.   134 On œuvrait à un « édit d’union » entre la Bretagne et la France ; il fut signé 40 ans plus tard.   135 Son nom.   136 Qui libère le pauvre peuple.   137 À la fin du carnaval, une joyeuse mêlée opposait le cortège de Mardigras et celui de l’austère Carême. (Cf. la Bataille de Caresme et de Charnage, le Testament de Carmentrant [Carême-entrant], et surtout la Bataille de sainct Pensard à l’encontre de Caresme.) On considère que notre sottie fut jouée pendant les jours gras, dont l’incontournable Bon Temps était l’un des piliers. Le mot d’ordre du carnaval était de « rouler bon temps », de profiter des bons moments. Cf. les Fanfares (…) des Roule-Bontemps de la haute et basse Coquaigne (1613). Aujourd’hui, la devise « Laissez-les Bon Temps rouler ! » ne retentit plus que chez les Cadiens de Louisiane, lors du Mardi gras.   138 Avant que je ne me déplace, que je ne m’en aille.   139 Sans délai.   140 Revendication.   141 De discours. C’est traditionnellement une chanson.

 

UNG JEUNE MOYNE ET UNG VIEL GENDARME

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

UNG  JEUNE  MOYNE  ET  UNG  VIEL  GENDARME

*

« Jehan d’Abundance, bazochien et notaire royal de la ville de Pont-Sainct-Esprit », mourut au milieu du XVIe siècle. Il est surtout connu pour ses farces : le Testament de Carmentrant, la Cornette. On lui attribue la sottie Pour porter les présens à la feste des Roys, et le Disciple de Pantagruel, une parodie de Rabelais.

La présente pièce appartient au genre bien fourni du débat. Les hommes du Moyen Âge, têtus et procéduriers, perdaient beaucoup de temps et d’argent à débattre ou à plaider sur les sujets les plus invraisemblables1. La formation théologique et juridique des écrivains donnait des armes à leur amour de la dispute.

Sources : Édition T : Recueil Trepperel 2, n° 29. Je corrige tacitement les fautes et les lacunes d’après l’édition R : Recueil de plusieurs farces (éd. Nicolas Rousset, 1612), pp. 121-144. Mon but est de produire une version complète et lisible.

Structure : Rimes abab/bcbc, rimes plates, avec 2 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Le Procès d’ung jeune moyne et d’ung viel gendarme

qui plaident pour une fille devant Cupido, le dieu d’amours

*

À quatre personnages, c’est assavoir :

    CUPIDO

    LA  FILLE

    LE  MOYNE

    LE  GENDARME 3

*

 

                                      CUPIDO  commence         SCÈNE  I

          À tous amans, mes serviteurs loyaux,

         Tenans de moy par justice royalle,

         Sçavoir je fais qu’à ma Court principalle4

         Comparoissent sans estre desloyaux,

5    Portant aux doys verges, sinetz5, aneaux,

         Rubis, saphirs, turquoyses, dyamans,

         Faisans sonner ménestriéz tous nouveaux6

         Pour se monstrer gens joyeux, esbatans !

         Viennent à moy Bourgui[g]nons et Flamans !

10   Viennent à moy toutes sex[t]es7 du monde !

         Viennent à moy Picars, Bretons, Normans,

         Et toute(s) gens qui en amour se fonde(nt) !

         Viennent à moy ceulx où honneur habonde !

         Viennent à moy sans faire demeur[é]e !

15   Viennent à moy, tous : je tiens table ronde

         Pour les servir de pois et de purée.

             LA  FILLE      SCÈNE  II

         Or suis-je seule demeurée,

          Maintenant : je n’ay point d’amy.

         Et si, n’ay bon jour ne demy.

20   Je pers mon temps et ma jeunesse,

         Ce qui me fait gémir sans cesse.8

         Soulas est de moy fort-bany.

         Mon [gent] corps qui est frais et plany9 ;

         Et quant viellesse orde et chagri(g)ne

25   Aura tout prins en sa saisine,

         N’en tiendra-l’en compte, nenny.

         Mieulx me vault faire tout honni10

         Et prendre en moy désespérance,

         Combien que j’aye encor fiance

30   À Cupido, dieu des amours11 :

         Il fait aux vrays amans aydance.

         J’auray de luy aucun12 secours ;

         Mon fait ira fort à rebours,

         S’aucun petit ne m’en départ13.

35   Sire Cupido, Dieu14 vous gart !      SCÈNE  III

             CUPIDO

         Et vous aus[s]i, gente pucelle !

         Que voulez-vous ?

             LA  FILLE

                                            Je vous appelle,

         À ma grant tribulation.

             CUPIDO

         Et demandez ?

             LA  FILLE

                                     Provision

40   D’amours, car il m’est nécessaire.

             CUPIDO

         Vous estes d’aage pour ce faire,

         Propre, gente, mixte et habille15 ;

         Et me semble, pour une fille,

         Que bien estes appropriée16.

45   Mais n’estes-vous point mariée ?

             LA  FILLE

         Nenny encor, dont ce me poise.

             CUPIDO

         Je vous mariray, ma bourgoise,

         Car vr[a]yement, vous estes en aage.

         Mais les amours de mariage

50   Ne sont pas des plus excellentes.

             LA  FILLE

         Si est-ce une de mes ententes

         Que d’avoir amy nouvelet.

             CUPIDO

         Se vous voulez quelque varlet

         Pour mary, l’aurez voulentiers.

55   Mais je vous diray les dangiers

         Où est une femme boutée :

         Du premier est une rousée

         Qui se passe17 quant vient le chault.

             LA  FILLE

         Comment cela ?

             CUPIDO

                                         Si tost qu’on fault18,

60   Toutes amours si sont faillies.

         Au surplus, quant vient la mesgnie19

         Et qu’il convient estre nourice,

         La plus belle et la plus propice

         Y devient hideuse à merveille.

         [……………………….. -eille]

65   Les draps salles tousjours au lit.

         Vélà comment on s’i conduit.

         Regardez s’il y a dangier.

         Le pire est qu’on ne peut changer,

         Depuis [lors] qu’on est accordé.

             LA  FILLE

70   Veu ce que m’avez recordé20,

         Telle amour ne vault ung formy21 !

             CUPIDO

         Belle, se vous prenez amy

         Par amour, au jour la journée

         Vous serez vestue, aournée22

75   Autant à l’endroit qu’à l’envers.

         Et s’il vous dit riens de travers,

         Adieu jusques au revenir !

         Il ne vous sçauroit retenir

         Contre vostre consentement.

80   Oultre plus, de l’apoinctement23

         Qui se fait à double24 et à quite,

         Vous en serez trèsbien conduite

         Tous les jours, face froit ou chault.

             LA  FILLE

         Cupido, c’est ce qu’il me fault :

85   Je ne requiers que telz plaisances.

             CUPIDO

         Vous yrez aux festes, aux dances,

         Saillir, saulter, bondir en l’air,

         Courir et vous faire valoir25,

         Sans que nulluy [ne] s’i oppose.

             LA  FILLE

90   Las ! je ne requiers autre chose.

             CUPIDO

         Se vous estes en mariage,

         Il fauldra garder le mesnage,

         Avoir des langes et des frettes26,

         Des berseaulx, et tant de souffrettes

95   Que c’est une grande pitié.

             LA  FILLE

         J’aymeroye donc mieulx la moitié

         Avoir amy d’aultre façon,

         Pour me fourrer mon peliçon27,

         Qu’un mary lasche et paresseux.28

             CUPIDO

100  Taisez-vous, m’amye, j’en sçay deulx :

         L’ung est moyne (augustin ou carme,

         Ou jacopin29) ; l’autre est gendarme.

         Ilz sont à pourveoir, ce me semble.

         Vous les verrez tous deulx ensemble,

105  Et puis après vous choysirez.

             LE  MOYNE  commence   SCÈNE  IV

         Povres moynes, gens emmurés,

         Hors du monde, mis en closture,

         Doyvent-ilz estre séparés

         De tous les délitz30 de Nature ?

110  Par Dieu ! je vois31, à l’adventure,

         À Cupido, dieu des amans.

         Et s’il y a quelque pasture32,

         Je v[u]eil estre de ses servans.

         Dieu Cupido, maistre des grans33,     SCÈNE  V

115  Vous soyez en bonne34 sepmaine !

             CUPIDO

         Et vous aussi, mon gentil moyne,

         Vous soyez le bien arrivé35 !

         Tenez, la belle : ay-je trouvé,

         À ceste heure, ung gentil fillault36.

             LE  GENDARME  commence    SCÈNE  VI

120  À l’assault, ribault[z], à l’assault37 !

         C’est commencement de bataille.

         Dieu gard, Cupido ! Bien vous aille !

             CUPIDO

         Gendarme, bien soyez venu !

         Je vous ay long temps attendu,

125  Car j’ay bien cela qu’il vous fault.

             LE  GENDARME

         Je suis prest de donner l’assault38,

         S’il y a quelque jeu de « bille39 » !

             CUPIDO

         Regardez ceste belle fille :

         Est-ce riens ?

             LE  GENDARME

                                 Ouÿ, par saint Jamme !

             CUPIDO

130  A ! par le corps bieu, elle est femme

         Pour recepvoir ung combatant40.

         Et pour ce, regardez contant41

         Qui frappera à la quintaine42.

             LE  GENDARME

         Que demande ce maistre moyne ?

             CUPIDO

135  Il demande en avoir sa part.

             LE  GENDARME

         Allez, vostre fi[è]vre quartaine !

         Vuidez d’icy, frère Frappart43 !

         Et ! voulez-vous estre paillart ?

         Vuidez tost, c’est trop demouré !

             LE  MOYNE

140  Ha ! dictes, par Dieu : j’en auray

         Aussi bien que vous [en] aurez !

             LE  GENDARME

         Se me croyez, vous vous tairez

         Et vuiderez légièrement44.

                                    CUPIDO

         Tout beau ! Faites appoinctement

145  Sans tencer, je le vous commande.

         Çà, ma fille, je vous demande :

         Lequel d’eux voulez-vous eslire ?

             LA  FILLE

         Sur ma foy, Cupido, beau sire,

         Je ne sçay pas trop bien entendre

150  Lequel je dois laisser ou prendre,

         Car chascun est noble personne.

             LE  GENDARME

         Vous serez à moy, ma mignonne,

         Pour estre plus honnestement45.

             CUPIDO

         À vous deulx le département46 ;

155  Il ne m’en chault comment il voise.

             LE  MOYNE

         [Or,] pour estre mieulx à son aise

         S’il luy failloit je ne sçay quoy47,

         Elle seroit mieulx avec moy ;

         Et en doys estre le seigneur48.

             LE  GENDARME

160  Et vous, maistre moine : esse honneur,

         En l’estat de religion,

         D’avoir femme en fruïtion49 ?

         Qu’est cecy que vous sermonnez ?

             LE  MOYNE

         Et ! se nous sommes couronnés50

165  Et moynes, voulez-vous conclure

         Que nous [en] soions séparés

         De tous les délis de Nature

         Comme se nous estions chastrés ?

             LE  GENDARME

         Pour néant cy vous51 débat[r]ez,

170  Car je la merré52 hors ce lieu.

             LE  MOYNE

         Non ferez, j’en fais veu à Dieu53 !

         À cela ne vous attendez54.

             LA  FILLE

         Pour Dieu, Cupido, regardez

         Ung peu à ma provision55.

175  Je requiers eppediction56,

         Il ne me fault point long procès.

             CUPIDO

         Il fault que vous vous avancez57 ;

         Ne la tenez plus en esmoy.

             LE  GENDARME

         Venez-vous-en avecques moy !

             LE  MOYNE

180  Non fera, dea, je m’y oppose !

             CUPIDO

         Se vous ne dictes autre chose,

         Vous empeschez la Court en vain.

             LA  FILLE

         Quant est de moy, vélà mon train :

         Je demande ung gentil gallois58.

             CUPIDO

185  Vous en voulez ung hault la main,

         Prest à vous présenter le « bois59 » ?

             LA  FILLE

         Enné60 ! vélà motz à fin chois61.

         Vous sçavez tout, et plus encor.

             LE  GENDARME

         Je vous bailleray mon trésor,

190  Mon or, mon argent, ma chevance,

         Et vous maineray à l’essor62

         Tous les jours, à vostre plaisance.

         Oultre, ce n’est que l’ordonnance63

         De nous, qui tenons les frontières,

195  Que nous ayons des chambèrières :

         Personne ne s’en scandalise.

             LE  MOINE

         Par Dieu ! quant elle y seroit mise,

         Elle seroit femme perdue :

         Estre tempestée, morfondue64,

200  Cheminer avec la brigade,

         Coucher vestue sur la paillade65

         Avecques ces palefreniers…

         Mais nous qui sommes cloistriers66,

         Nous vivons en paix et sans noise ;

205  Et pour vivre mieulx à son aise67,

         Au monde ne pourroit mieulx estre.

             LE  GENDARME

         Quoy donc ? Moy qui me faicts paroistre68

         Journellement devant les dames,

         Ne doy-je point avoir des femmes

210  Mieulx que vous ? Or respondez donc !

             LA  FILLE

         Vous faictes ung procès si long

         Que c’est raige. Il fault despescher.

         Si, vous supplie, sans plus prescher,

         Cupido, dictes quelque chose.

             LE  MOYNE

215  Je vous auray !

             LE  GENDARME

                                      Je m’y oppose !

         Car vous qui estes gens reclus,

         Vous estes privés et seclus69

         D’avoir femme[s] en posses[s]oire.

             LE  MOYNE

         Je soutiens70 le contradi[c]toire !

220  Et mettez le procès en forme.

             CUPIDO

         Premièrement71 que je m’informe

         Du procès en quelque façon,

         Il fault dire quelque chançon.

         Et puis après, qu’on y revienne.

             LA  FILLE

225  Si vous voulez que je so[u]stienne

         Le « bas », si baillez bon « dessus72 »

         Qui pousse (sans estre Lassuz73)

         Et gringote74 ut ré mi fa sol.

             LE  GENDARME

         Je ne chante75 que de bémol…

             LE  MOYNE

230  Et moy, je chante de bécare76,

         Gros et roide77 comme une barre,

         Quant j’ay ung « dessoubz » de nature.

             LE  GENDARME

         Je ne chante que de mesure,

         Tout bellement, sans me haster.

             LA  FILLE

235  Se vous ne sçavez gringoter

         Dessus mon « bas » de contrepoint78,

         Brief, je ne vous soustiendray point :

         Car je vueil, [moy,] c’on y gringote.

             LE  GENDARME

         Je bailleray note pour note79,

240  Sans d’avantage m’efforcer.

         Et si, ains que80 recommencer,

         Faudra que long temps me repose.81

             LA  FILLE

         Oncque chant où il y a pause

         Ne dénota bonne puissance.

245  Il n’est que chanter à plaisance

         En toutes joyeuses musiques.

             LE  MOYNE

         Quant est d’instrumens organiques82,

         Gros et ouvers pour ung plain champ83,

         J’en suis fourni comme ung marchant84 :

250  Par ma foy, il ne m’en85 fault rien !

             LA  FILLE

         Je vueil ung tel musicien

         Pour fournir une basse contre86 !

                                       LE  MOYNE

         Puis87 une foys que je rencontre

         Unicum88 en ma chanterie,

255  C’est une droicte mélodie

         Et plaisant que de m’escouter.

             LE  GENDARME

         Je ne doubte89 homme pour chanter

         Chant de mesure bien nombré.

             LE  MOYNE

         Ung des vielz chantres de Cambrai90

260  Et vous estes bien assortés :

         Car tout cela que vous chantez

         Est fait du temps du roy Clostaire91.

             LA  FILLE

         Nous dirons vous et moy, beau Père,

         Deux motz à la nouvelle guise92.

             LE  MOYNE

265  Chanson à deux par[s], à voys clère,

         [Nous] dirons vous et moy.

             CUPIDO

                                                          Beau Père,

         Pensez que c’est une commère

         Qui sçait bien « chanter ».

             LA  FILLE

                                                          Sans faintise,

         Nous dirons vous et moy, beau Père,

270  Deux motz à la nouvelle guise.

             Ilz chantent tous deux ensemble :

         « J’ay prins amours à ma devise… »93

             LE  GENDARME

         Vous chantez comme [font] deux ours

         Quant il sentent le vent de bise.

             CUPIDO

         Recommencez […… -ours] !

             Ilz chantent :

275  « J’ay prins amours à ma devise… »

             LE  GENDARME

         Maistre moyne, chantez tousjours,

         Et faictes bien à vostre guise :

         Car voz chants94 tourneront [en plours]95,

         Se je viens à mon entreprinse.

             LE  MOYNE

280  Se vous perdez à ceste assise,

         À l’autre vous [ferez recours]96.

         Allez aillieurs quérir secours,

         Car je vueil chanter sans reprinse97.

             Ilz chantent :

         « J’ay prins amour à ma devise… »

             CUPIDO

285  Or est-il temps qu[e l’]on s’avise,

         De ce procès, qu’il est de faire.

             LE  GENDARME

         Plaidons en procès ordinaire,

         Et mettons la cause à huyttaine98.

             LE  MOYNE

         Non ferez, par la Magdaleine !

290  Je requiers expédicion !

             LE  GENDARME

         Je demende dilation99 !

             LA  FILLE

         Dilation ? Quel capitaine100 !

         Ce n’est pas nostre mencion101

             LE  GENDARME

         Je demande dilation !

             LE  MOYNE

295  J’en auray la pocession ;

         Et puis revenez à quinzaine.

             LE  GENDARME

         Je demande dilation !

             LA  FILLE

         Dilation ? Quel capitaine !

        Et ! n’esse pas chose villaine

300  De se vouloir en procès mettre

         À ung homme, et se dire maistre

         Du fait où on102 ne peult venir ?

             LE  MOYNE

         Quant à moy, je vueil soustenir

         Qu’il a desjà son temps passé,

305  Et qu’il est rompu et cassé

         Pour suivir les amoureux trains.

         Et, qui pis est, le « jeu des rains »

         Ne luy est duisant ne propice.

             LE  GENDARME

         Allez-vous-en, maistre novice,

310  Chanter la messe en vostre église !

         Pourtant, se j’ay la barbe grise,

         Doy-je estre mis a remotis103 ?

         Vous n’estes qu’un jeune aprentis

         Qui ne congnoissez pas telz termes.104

             LA  FILLE

315  Quant ung homme n’a les rains fermes

         Pour jouster et courir la lance105,

         Ce n’est riens que de sa puissance