Archives de Tag: Protestant

LE TROCHEUR DE MARIS

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

LE  TROCHEUR  DE  MARIS

*

 

La farce rouennaise du Troqueur de maris fut composée vers 1540. Elle n’a guère inspiré les éditeurs modernes, et on se contentait jusqu’ici d’une édition de 18371. Plus courageuse que les médiévistes français, mon amie Jody Enders, de l’Université de Californie, vient d’en inclure une réjouissante adaptation dans son nouveau recueil de farces françaises : Holy Deadlock and further ribaldries. University of Pennsylvania Press, Philadelphia, 2017, pp. 318-339.

Source : Manuscrit La Vallière, nº 60.

Structure : Rimes plates, avec 2 triolets. Comme dans toutes les pièces qui circulent longtemps, le texte original a souffert, et de nombreux vers d’acteurs ont été ajoutés. Les innombrables redites prouvent que l’auteur a œuvré en très peu de temps ; il a d’ailleurs collé à la fin le congé standard, qui concluait notamment Sœur Fessue et l’Avantureulx.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce  nouvelle  du

Trocheur  de  maris

*

 

À quatre personnaiges, c’est asçavoir :

       LE TROCHEUR DE MARIS

       LA PREMYÈRE FEMME

       LA DEUXIESME FEMME

       LA TROISIÈME FEMME

*

 

                             LE  TROCHEUR  commence        SCÈNE  I

         Qui vouldra2 sçavoir mon métier,

         Je suys trocheur prompt et habille,

         Nouveau venu en ce quartier.

         Qui vouldra sçavoir mon métier,

5    Mon « engin » est sain et entier3.

         Ma science n’est poinct labille4.

         Qui vouldra sçavoir mon métier,

         Je suys trocheur promp[t] et habille.

         Ne parlez plus de la Dandrille5,

10   Du Flagollet de sainct Vuandrille6,

         De Génin7 qui de toult se melle,

         De l’Aysné de Caulx qui se melle

         D’aprendre à faire des enfans8,

         Ny des Clers9 subtis et sçavans :

15   Car je suys un homme parfaict,

         Autant par dict comme par faict.

         Je faictz changer, je faictz trocher

         (Et sy, ne couste poinct trop cher)

         Un mary fol et sotouart10

20   En un mary frisque11 et gaillart,

         Un mary testu et génin12

         À un mary doulx et bénin,

         Un mary sot et mal-à-dextre13

         À un mary bon à congnoistre14,

25   Un mary mal endoctriné

         À un mary bien afiné,

         Un mary yvrongne ou lourdoys

         À un bon mary toutefoys.

         Et pourtant que15 je le puys faire,

30   Femmes ont de moy bien afaire

         En ce pays, comme j’entens !

         Par quoy, icy je les atens

         Pour aléger leur(s) fantasie16.

           LA  PREMYÈRE  COMMÈRE       SCÈNE  II

         [Vous soyez la trèsbien venue !17

           LA  DEUXIESME  COMMÈRE

35   Ma commère, Dieu vous bénye !

           LA  TROISIÈME  COMMÈRE

         Je vous ay presque descongnue.

                               LA  PREMYÈRE 18

         Vous soyez la trèsbien venue !

           LA   TROISIÈME

         Quant en ce poinct je vous ay veue,

         […………………………….. -ye.]

           LA   PREMYÈRE

         Vous soyez la trèsbien venue !

           LA  DEUXIESME

40   Ma commère, Dieu vous bénye,]

         Car vous venez [cy] bien apoinct.

           LA  [PREMYÈRE]

         A ! vous ne sçavez qui me poinct19,

         Ma sceur, ma mye.

                                LA   [DEUXIESME]

                                              Y peult bien estre20.

           LA  [PREMYÈRE]

         J’ey un mary le plus sousdaistre21,

45   Le plus fol, le plus obstiné

         Qui fust jamais au monde né,

         Le plus cruel, le plus despict22.

         En luy, n’a beau faict ne beau dict.

           LA  [DEUXIESME]

         Et ! j’en ay un le plus mauldict.

50   Vray est qu’il est de bon esprit23

         Et sy je mens, Dieu me confonde !

         C’est le pire de tout le Monde,

         Le plus fier qui soyt sur [la] Terre.

           LA  [TROISIÈME]

         Et [moy] j’en ay un, par sainct Pierre,

55   À qui y ne souvyent de rien.

         Y ne mect son cœur qu’à son bien.

         C’est un balourt tout burelustre24.

           LA  [PREMYÈRE]

         Par sainct Jehan ! le myen, c’est un rustre

         Qui entretient une commère.

60   Encor, s’elle estoyt fresche ou clère25,

         Et qu’il luy fist bon ordinaire,

         J’éroys un peu de pacience.

           LA  [DEUXIESME]

         Le myen est plain d’impacience,

         Je dy vray, sur ma consience !

65   Un obstiné, un mal-aultru.

         C’est [un homme]26 le plus testu :

         Y ne vault pas un tout seul lyard27.

           LA  [TROISIÈME]

         Et le myen n’est que trop gaillard,

         Eust-il le col en une hard,28

70   Et trop franq à baiser29 ou joindre.

           LA  DEUXIESME

         Vous avez tort de vous en plaindre.

           LA  TROISIÈME

         Non ay.

           LA  PREMYÈRE

                          Sy avez.

           LA  [TROISIÈME]

                                         A ! ma commère,

         C’est un homme qui trop s’ingère

         À faire [leur désir]30 aulx femmes :

75   Voulentiers faict plaisir aulx dames ;

         Tousjours est emprès ou dessus.

           LA   [DEUXIESME]

         Et vous en plaignez-vous ? Jésus !

           LA  [TROISIÈME]

         Ouy, ma commère.

           LA   [DEUXIESME]

                                               Vous avez tort.

         Le myen, c’est un grand villain tort31,

80   Le plus salle et le plus ort

         Lâche-amanché32, un viel cabas ;

         Tant, qu’i fauldroict bien un vindas33,

         Durant la nuict, à le lever.

         Tousjours ne cesse de rêver,

85   De cresteler et ragacer34.

           LA  [PREMYÈRE]

         Y vous le fault donques trocher.

           LA   [DEUXIESME]

         Sy je danse en unne feste,

         Qui est une chose honneste,

         Il en aura mal à la teste

90   Et puys me vient bastre ou tencer.

           LA  PREMYÈRE

         Y vous le fault donques trocher.

           LA  DEUXIESME

         Et ! nous qui sommes sy mygnardes,

         Nous fault-il pas estre bragardes35

         Pour nos maris bien contenter ?

           LA  [PREMYÈRE]

95   Y nous les fault donques trocher.

           LA  [TROISIÈME]

         Sy je voys36 à Bonnes-Nouvelles,

         Y me plaindra [mes] deux chandelles.

         Cela ne couste pas trop cher.37

         Y ne fera que rechiner38.

           LA  [PREMYÈRE]

100  Y nous les fault tous III trocher.

           LA  [DEUXIESME]

         [Moy,] sy je voys à Bonsecours39,

         Il envoye après moy le cours40

         Un garçon ou une chamb(e)rierre ;

         Et semble que j’aille, en dèrierre41,

105  En quelque lieu me resjouyr.

         Où ? Je n’en ay nul souvenir.

         Cela m’est bien fort à passer42.

           LA   [TROISIÈME]

         Y nous les fault tous troys trocher.

           LA  [PREMYÈRE]

         Hélas ! sy je suys à malaise43,

110  Le myen s’en rist et est bien aise,

         Et ne tient nul conte de moy.

         Je vous jure et promais ma foy :

         Y vouldroict que je fusse morte,

         Pour avoir unne huguenote44,

115  Soyt-elle layde, belle et orde.

         Ma vye me fera abréger.

           LA  TROISIÈME

         Y nous les fault tous III trocher.

           LA   [DEUXIESME]

         Et ! quant je suys auprès du myen,

         [Onc] il ne parle, il ne dict rien ;

120  « Je suys là », [dy-je,] ou je soupire,

         Et ne me veult pas un mot dire.

         Suys-je pas en grand martire ?

         Moy, je ne demand que soullas45,

         En l’acollant de mes deulx bras ;

125  Mais il ne faict que rioter46.

           LA   [PREMYÈRE]

         Y nous les fault tous troys trocher.

           LA  TROISIÈME

         Par quel moyen ?

           LA  PREMYÈRE

                                          J’ey entendu

         C’un trocheur sage et entendu47

         Est arivé en ces quartiers,

130  Qui nous trochera voulontiers

         Nos troys maris trop nonchalans

         À troys aultres gentis, gallans,

         Gorgias & esperlucas48.

           LE  TROCHEUR 49       SCÈNE  III

         Je croy que j’ay bien vostre cas,

135  Car j’en ay [là] de toutes sortes.

         Dictes-moy50, que je vous en sortes,

         Sy vous plaist, à vostre apétit.

           LA  [TROISIÈME]

         Je vousisse51 un mary petit,

         Qui fût gentil, honneste et sage,

140  Qui gardît bien son mariage,

         Qui n’ayt Thomyne ne Lucette52

         À maintenyr, et qu’il m’achette

         [Choses bonnes, comme]53 liqueur

         Pour mectre auprès de mon cœur,

145  Soyt de relevée54 ou de matin ;

         Et aussy avoir de bon vin,

         Pain [blanc], cher55, vergus et vin-aigre.

           LA   [DEUXIESME]

         Et j’en veulx un qui soyt alaigre,

         Libéral, pront, franc du collier,

150  Et qui ne se face poinct prier

         Quant ce viendra à la « besongne » ;

         Et que sans dire mot, y m’enpongne

         Entre deulx dras56 sans faire noyse.

           LA   PREMYÈRE

         Et moy qui suys bonne galloyse,

155  Refaicte comme une bourgoyse,

         Je ne [vous] demande aultre chose

         Synon un mary (dire n’ose)

         Qui soyt de volonté françoyse57.

           LE  TROCHEUR

         Or bien, ma dame, sans faire noyse,

160  Je vous entens : pour abréger,

         Vous demandez un « cul léger »58,

         Un verd gallant bien ataché59

         Et qui ne soyt lâche amanché,

         Quant la derrée60 sy le vault.

           LA  DEUXIESME

165  Avez-vous [bien] ce qu’il me fault ?61

           LE  TROCHEUR

         Ouy ma dame.

           LA  TROISIÈME

                    Çà, çà, montrez !

           LE  TROCHEUR

                                                    V’en là62 un frisque.

           LA  PREMYÈRE

         C’est un pestilleur de morisque63,

         Un jolyet, un beau pigné64 !

         Et qui deable l’a égr[a]tiné ?

170  Il a le nes mengé de mites65.

           LE  TROCHEUR

         Sa66 vostre grâce, mes deulx hermytes

         Le trouvèrent en un tesnyer67,

         Au coupeau d’un petit grenyer68,

         Qui l’abillèrent en ce poinct69.

           LA  DEUXIESME

175  Par ma foy, y ne me duict poinct.

         Ostez, ce n’est c’un loquebault70 !

           LE  TROCHEUR

         Escoute[z], Dame, y n’est poinct ribault ;

         Et [s’il ajustoit]71 son pourpoinct…

           LA  TROISIÈME

         [Par] ma foy, y ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

180  Vésensy72 un sobre de bouche,

         Et n’est ne fier ne farouche,

         Qui baillera souldain la « touche

         D’Alemant73 » au gentil maujoinct74.

           LA   PREMYÈRE

         Par ma foy, il ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

185  Vensy75 un honneste et gaillard.

         Y n’est ne putier ne paillard.

         Et sy, est juste à son pourpoinct76.

           LA  DEUXIESME

         [Par] ma foy, il ne me duict poinct,

         Et il a le cul tout rompu.

           LE  TROCHEUR

190  Vésensy un tout jolletru77,

         Et qui est ferme contre l’escu78 :

         Et sy, il ne faillyra poinct.

           LA  TROISIÈME

         [Par] ma foy, il ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

         Tenez cy79 un homme de guerre,

195  Lequel [on] ne tient poinct [en] serre80 :

         Le cul luy pique81 et sy luy poinct !

           LA   DEUXIESME

         Par ma foy, [il ne me duict]82 poinct.

           LE  TROCHEUR

         En voulez-vous un vertueulx ?

         Il en fera autant que deulx.

200  Et sy, fera à vostre apoinct83.

           LA  TROISIÈME

         Par ma foy, [il ne me duict] poinct.

           LE  TROCHEUR

         Voulez-vous un musicien,

         Tant soyt-il viel ou antien ?

         Ou quelque donneur d[e g]ambades84 ?

205  Ou quelque forgeur de salades85 ?

         Un serurier, ou bonnetier ?

         Un drapier, ou un estaymier86 ?

         Un boulenger, un chaussetier ?

         Un masson, ou un cherpentier ?

210  Prenez-en un à vostre apoinct.

           LA  PREMYÈRE

         De tout cela je ne veulx poinct,

         Car je n’en veulx poinct de mestier87.

           LE  TROCHEUR

         Je ne vous séroys rien trocher88 ;

         Je n’ay donc rien qui vous soyt propre89.

215  Quelque mary(s) que je vous offre,

         Rien ne vous duict. Pour abréger,

         Alez en90 aultre lieu changer :

         On ne peult trocher mariage.

           LA  PREMYÈRE

         Il est certain, nous sommes d’âge

220  Que nous ne debvons poinct changer ;

         Il est certain, pour abréger.

           LA  DEUXIESME

         On ne doibt croire un estranger.

         Y n’amende poinct91 de changer.

           LA  TROISIÈME

         Chascun se deust de nous railler.

225  Y n’amende poinct de changer.

         En prenant congé de ce lieu,

         Une chanson pour dire « à Dieu » !

                  FINIS

*

1 Recueil de farces, moralités et sermons joyeux, publiés d’après le manuscrit de la Bibliothèque royale par Antoine Le Roux de Lincy et Francisque Michel. Ces deux érudits n’avaient pas lu Rabelais, puisqu’au vers 183, arguant que le copiste du ms. emploie la même graphie pour le « n » et pour le « u », ils transcrivent « manjoinct » au lieu de « maujoinct ». (Pour la même raison, dans leur recueil, ils ont rebaptisé « sœur Fesne » la sœur Fesue chère à Rabelais.)   2 Si on veut.   3 Non châtré, comme un cheval entier. Pour le double sens d’engin, cf. Raoullet Ployart, vers 92.   4 Labile, fragile.   5 La couille. « Et l’empoigna par ses dandrilles, car les Cordeliers sont cours-vestuz. » (Bonaventure Des Périers.) Nous avons là une énumération d’œuvres dramatiques normandes. Les deux premières sont perdues. Le troqueur sous-entend que la farce dont il est le héros vaut mieux que toutes les autres.   6 Fondateur de l’abbaye de Fontenelle (aujourd’hui Saint-Wandrille), près de Rouen. Flageolet [flûte] = pénis : « Un conseiller plein de cautelle [ruse],/ Fourny d’engin comme un mulet,/ Pour séduire une damoiselle/ Monstroit de loin son flageolet. » Cabinet satyrique.   7 Diminutif de Jean. « C’est Gennin qui de tout se melle. » (La Mère de ville, LV 28) « Je ne suis pas tel bourdeur, non,/ Que Jennin qui de tout se mesle. » (Montaiglon, XI.) Cette farce nous est parvenue sous le titre Jehan qui de tout se mesle (Revue du XVIe siècle, XI, 1924, pp. 131-140).   8 La farce des Batars de Caulx (LV 48) se trouve dans le même manuscrit que la nôtre, et elle est peut-être du même auteur. « L’aîné, qui est Henry » donne un cours d’éducation sexuelle à sa jeune sœur : « Tu bouteras tous les coups/ Deulx culz avec quatre genoulx,/ Après que seras maryée. »   9 Peut-être les trois « petits clercs » de la sottie des Esbahis (F 3).   10 Sot. Cf. le Povre Jouhan, vers 6. Naturellement, Le Roux de Lincy et F. Michel ont transcrit « sotonart ».   11 Fringant. Idem vers 166.   12 Stupide.   13 LV : male a dextre  (Maladroit.)   14 À connaître charnellement.   15 Parce que.   16 Leur mélancolie.   17 Ce triolet <vers 34-40>, qui annonce comme d’habitude un changement de scène, est en désordre dans le manuscrit. Je l’ai remis d’aplomb.   18 LV abrège les noms dans les rubriques : la p c, la ii c, et la iii c. Je ne le suivrai pas, d’autant que la distribution parle de femmes et non de commères. En outre, LV se livre une fois de plus <cf. le Monde qu’on faict paistre, note 26> à un numérotage mécanique des personnages (1ère, 2ème, 3ème) qui ne tient jamais compte des caractères et de l’action. LA PREMIÈRE COMMÈRE se plaint d’avoir épousé un rustre qui entretient une maîtresse ; LA DEUXIÈME COMMÈRE a épousé un tyran domestique, impuissant ; LA TROISIÈME COMMÈRE a épousé un avare doublé d’un obsédé sexuel. Jody Enders a donné des noms aux trois femmes, ce qui facilite la lecture.   19 Ce qui me chagrine.   20 Peut-être que si.   21 Soudard, mufle. « Alez, sousdextre !/ Comment ? Esse à vous à congnoistre/ Que c’est que du féminin genre ? » Farce des Troys Brus (LV 37).   22 Malfaisant. « Conduicte par gens cruelz, despitz. » Godefroy.   23 De bon vouloir (ironique).   24 LV : butelutre  (Burelustre = fou. « Sotz bons rustres,/ Sotz lourdaux et sots burelustres. » Monologue des Nouveaulx Sotz.)   25 « Une commère,/ Laquelle sera fresche et clère. » Les Batars de Caulx (v. note 8).   26 LV : lhomme  (Même construction qu’au vers 44.)   27 Il ne vaut pas un sou.   28 Quand bien même il aurait la corde au cou.   29 LV : baisser  (Trop prompt à me baiser et à me faire l’amour.) Le verbe baiser avait le même sens qu’aujourd’hui, bien que les commentateurs du Malade imaginaire veuillent faire croire que Thomas Diafoirus, quand il dit « Baiseray-je ? », songe seulement à embrasser la main de sa promise. « Baiser en toutes postures. » (Maynard, Priapées.) « Cinq ou six fois je l’ay baisée. » (Chansons folastres.) « Vous avez baisé la vieille ? » (Donneau de Visé.)  Le verbe joindre avait un sens analogue : « Tenir sa dame/ Et sy bien joindre, par mon âme,/ Qu’on luy face tourner les yeulx. » (Parnasse satyrique.)   30 LV : plaisir  (Trop court, et plus justifié au vers suivant.)  Faire leur désir = leur passer tous leurs désirs.   31 Tordu, débandé. « [Elles] ayment mieux le droit que le tort. » (La Fluste à Robin.) Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 363.   32 Mou du manche, impuissant. (Idem vers 163.) C’est un personnage de Pates-ouaintes, note 15.   33 Un guindas, un treuil pour « bander » une arbalète.   34 De délirer, de crier comme une poule, et de rouspéter.   35 Élégantes.   36 Si je vais brûler des cierges. L’église Bonne-Nouvelle, à Rouen, sera quasiment détruite en 1562 par les protestants. Le prieuré dont elle faisait partie hébergeait l’illustre Abbaye des Conards de Rouen, une confrérie joyeuse qui exploitait un vaste répertoire de farces et de sotties ; le ms. La Vallière en contient plusieurs.   37 Réfection du vers 18.   38 Rechigner, montrer les dents.   39 LV : bansecours  (L’ancienne église de Bonsecours, à Rouen.)   40 Il envoie courir après moi.   41 Derrière son dos.   42 Difficile à supporter.   43 Si je suis malade. Jody Enders traduit : When it’s my time of the month. [Quand j’ai mes règles.]   44 La rime originale était en -orte. Le vocable « huguenot », qui n’était pas usité à l’époque où la pièce fut écrite, est typique des rajeunissements auxquels se livraient les copistes et les imprimeurs au gré de l’actualité : le ms. La Vallière fut copié vers 1575 en Normandie, où sévissaient alors les guerres de Religion (voir la note 36).   45 Du plaisir.   46 Quereller.   47 Compréhensif.   48 Élégants et coquets.   49 Les femmes s’étant rapprochées, il a entendu la fin de leur conversation. Au-dessus du v. 134, LV ajoute : ma dame   50 Dites-moi comment vous le voulez.   51 LV : vousise  (Je voudrais.)  Au-dessus de ce vers, LV ajoute : mon amy trocheur   52 Qui n’ait pas de maîtresses à entretenir.   53 LV : chosses de bonnes  (Liqueur = cordial, vin pharmaceutique destiné à soutenir le cœur.)   54 L’après-midi. Cf. Colin, filz de Thévot, vers 30.   55 Chair = viande. Verjus = jus de raisin vert utilisé comme le vinaigre. Le pain blanc était réservé aux riches.   56 Cf. le Povre Jouhan, vers 146.   57 « Likely a synonym for the sex act, as expertly practiced by the French, of course. » (Jody Enders.) De fait, l’adjectif « français » était devenu synonyme d’amoureux, d’érotique. Par exemple, la compagnie française désignait une maîtresse ou un amant : « Il luy donnoit de bon vin, et le fournissoit quelquefoys de compagnie françoyse. » (Des Périers.) Le baiser à la française qualifiait le french kiss : « Lui voulant sauter au col pour la baiser à la françoise. » (Recueil des plaisantes nouvelles, 1555.)   58 Un amant vigoureux.   59 Dont les attributs sont solidement attachés.   60 La denrée, la marchandise féminine.   61 LV ajoute dessous : trocheur   62 Vois-en là, en voilà. Le jeu de scène consiste à montrer des hommes qui font partie du public : ce gag toujours apprécié permet aux comédiens de mettre les rieurs de leur côté. Voir par exemple les Rapporteurs, vers 41 à 60.   63 Un danseur portant des « habis de drap de soye de pluiseurs coulleurs, propices à danser la morisque ». Bien entendu, elle plaisante : c’est un clochard déguenillé. Cette bacchanale orientalisante, parce qu’elle n’obéit à aucune règle –pas même à celles de la décence–, ne pouvait que plaire aux Sots qui, lors des « festes qu’ils font des saincts et patrons de chacune parroisse, s’en vont aussi en habits de Fols, avec des marottes au poing et des sonnettes aux jambes, baguenaudans et dansant la morisque parmi les maisons et les places ». (Jean de Léry.)   64 Un mignon bien peigné.   65 Des rats lui ont rongé le nez (note 68).   66 Sauf. Avec votre permission.   67 Une tanière, un abri de fortune.   68 Au sommet d’un silo à grains. Cf. le Faulconnier de ville, vers 443. Ces « graniers » étaient envahis par les rats, qui avaient la réputation de ronger le nez des dormeurs. Je possède un Libelle contre les meusniers, contemporain de notre farce : « Ces raz/ Qu’ilz laissent courre en leurs guarniers/ Puissent-ilz, de nuict, aux meusniers/ Venir roigner nez et oreilles ! »   69 Les ermites étant eux-mêmes couverts de haillons, ils ne l’ont pas vêtu luxueusement.   70 Un loqueteux.   71 LV : sy est iuste a  (Le copiste a anticipé le vers 187.)   72 Voyez-en ici, en voici. Idem à 190.   73 Les escrimeurs germaniques avaient mis au point le meisterhau [maître coup], qui consistait à porter une touche en cours de parade et non en fin. Dans le langage érotique, touche = coup. (Frère Guillebert, vers 517.)   74 Le mal joint, le sexe de la femme. « Qu’à ce meschant, vilain et ort,/ [Elle] eust abandonné son maujoinct. » (Le Poulier à sis personnages, LV 27.) L’aîné des Batars de Caulx (v. note 8) veut que sa sœur se rase le maujoint, comme leur mère se le rasait.   75 Vois-en ici, en voici.   76 Il est tellement gros qu’il y entre juste. D’ailleurs, l’arrière de ses chausses a craqué (vers 189).   77 Jeune galant.   78 L’écu [le bouclier sur lequel on frappe] désigne le sexe de la femme : « Pource qu’elle avoit trouvée la lance de son champion si grosse, ne luy avoit osé bailler l’escu, doubtant qu’il ne la tuast. » (Cent Nouvelles nouvelles.) Les spectateurs pouvaient entendre « les culs ».   79 LV : voycy   80 Qu’on ne peut pas retenir, tant il est fougueux. « Conseillez-nous que nous ferons/ Pour les tenir tousjours en serre. » Les Femmes qui font acroire à leurs maris de vécies que ce sont lanternes, F 15.   81 Lui démange (de s’agiter). C’est donc un « cul léger » comme on en réclamait au vers 162.   82 LV : ie nen veulx  (Ce refrain resurgit aux vers 176, 180, 185, 189, 194, et avec la même faute à 201.)   83 Pour votre profit.   84 On hésite entre « donneur d’aubades » [chanteur], et « faiseur de gambades » [danseur].   85 De casques.   86 Un étameur, un orfèvre.   87 Je ne veux pas d’artisan.   88 Je ne saurais rien vous fournir.   89 Propice.   90 LV : les   91 Il n’est pas avantageux. Effectivement, les Femmes qui font refondre leurs maris (BM 6) se mordent les doigts d’avoir troqué leur vieil époux débonnaire contre un jeune qui les bat.

 

Publicités

SECONDE MORALITÉ

Bibliothèque municipale de Grenoble, Ms.916 Rés.

Bibliothèque municipale de Grenoble, Ms.916 Rés.

 

*

SECONDE MORALITÉ

*

 

Cette sottie d’Amédée Porral fut créée le dimanche 14 février 1524 à Genève, « en la Justice », place de la Fusterie. Elle conclut la Première Moralité jouée l’année précédente par la même troupe : « Les Enfants de Bontemps estoyent habilléz de vestements de fil noir, et n’avoyent que l’oreille gauche, comme ils estoyent demeuréz l’an devant. »

Source : Manuscrit 916 Rés. de la Bibliothèque municipale de Grenoble1, folios 315 verso à 323 verso. (Ms. copié fin XVIe siècle ou début XVIIe.) Les éditions tardives sont mauvaises.

Structure : Rimes croisées, rimes plates.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

Seconde  Moralité

*

 

 

    LE  PRESTRE  estoit frère Mulet de Palude

    LE  MÉDECIN :  Jehan Bonatier

    LE  CONSEILLIER :  Claude Rolet

    [LE  MASSON]2

    LE  BONNETIER

    LE  COUSTURIER

    LE  SAVETIER :  Claude « le Grec » Roset3

    LE  CUISINIER

    GRAND-MÈRE  SOTTIE :  Maistre Pettreman4

    LE  MONDE :  Antoine Le Dorier

*

 

                                         LE  PRESTRE  commence        SCÈNE  I

        L’homme propose et Dieu dispose.

                LE  MÉDECIN

        Fol cuide d’un5, et l’autre advient.

                [LE  MASSON]6

        Du jour au lendemain survient

        Tout autrement qu’on ne propose.

                LE  BONNETIER

5   En folle teste, folle chose :

        Point n’est vray tout ce que fol pense.

                LE  COUSTURIER

        Au temps qui court n’y a fiance :

        Maintenant joye et demain pleur.

                                            LE  SAVETIER

        Aujourd’huy vous verrez Monsieur,

10   Et demain simple maistre Jehan7.

                                            LE  CUISINIER

        Tel cuide vivre plus d’un an

        Qui meurt dans trois jours.

                                            LE  MÉDECIN

                                                          À propos,

         Nous som(me)s les pauvres enfants sots

          Qui joyeusement, l’an passé,

15   Voyants que n’estoit trépassé

         Nostre père Bontemps, soudain

         Posâmes le deuil, et d’un train,

         Reprîmes nos habits de Sots

         Pour jouer. Mais (nottez les mots)

20   Pource que chasque habit estoit

         Sans chaperon, tout demeuroit.

         Toutesfois, nostre Mè[re] Sotte

         Renversa vistement sa cotte,

         Et du beau bout de sa chemise

25   Nous embéguina à sa guise.

         Or en ces béguins, par merveilles,

         Ne se trouvèrent les aureilles

         Droittes ; mais se tenoyent à colle

         Forte au cul de ladite Folle8.

30   Ainsi, à faulte de la droitte

         Oreille, comme on peut cognoistre,

         Tout demeura.

                LE  CONSEILLER

                                      Vous dites vray.

          Et là fut conclud, je le sçay,

         Que nous attendrions le Bontemps,

35   Nostre père, en nous esbattants

         À boyre.

                [LE  MASSON]9

                         Depuis ce temps-là,

         Jamais teste ne nous parla

         De Bon Temps.

                LE  COUSTURIER

                                        Nous prétend[i]ons

         De faire cinq cents millions

40   Passetemps pour esbattement.

                LE  SAVETIER

         Sur cela, la Mort, promptement,

     Au lieu de quelque allégement,

         Nous a nostre mère emporté(e).

                LE  BONNETIER

         En Paradis, au droit costé10,

45   Puisse estre colloquée son âme !

                LE  CUISINIER

    Amen !

                LE  CONSEILLIER11

        Amen !

                LE  PRESTRE

              Amen ! La femme

         Sotte n’estoit pas trop cassée.

                LE  MÉDECIN

         Ainsi est-elle trépassée

         En bon poinct12.

                LE  MASSON

                                         Et aussi en grâce

50   De tout le monde. Dieu luy face

         Mercy à l’âme !

                LE  BONNETIER

                                      Ainsi [il soit]13 !

                LE  COUSTURIER

         Par ainsi, comme chascun void,

         Au lieu de faire esbattements,

         Nous a fallu nos vestements

55   Teindre en noir.

                LE  SAVETIER

                                             Et davantage,

         Contrefaire nous fault le sage

         Pour faire qu’on nous prise fort.

                LE  CUISINIER

         Nous n’avons à autre confort14,

         Maintenant, qu’à nostre grand-mère.

                LE  CONSEILLIER

60   Non. Et si15, ne nous peut [pas] faire

         Grosse aide, n’est-il pas ainsi ?

 

                LA  GRAND-MÈRE  SOTTIE16    SCÈNE  II

         Ha ! mes enfants, je suis icy.

         Telle comme vous me voyez,

         Il ne fault pas que vous soyez

65   Si sots que cuidiez que voussisse17

         Estre tousjours vostre nourrisse,

         Car je ne le pourroy[e] pas.

         Guerroyé vous a le trespas

         De vostre bonne mère, et l’absence

70   De vostre père ; sans doutance,

         Bontemps ne vous y aide en rien.

         Je pourroy bien manger mon bien

         Sans vous.

                LE  PRESTRE

                              Ouÿ, et de belle heure !

                LE  MÉDECIN

         Qu’est-ce donc de faire ?

                LA  MÈRE  G[RAND]

                                                            Qu’on labeure18

75   Chascun trèsbien de son mestier.

                                             LE  MASSON

         Nous n’y faisons pas volontier(s) ;

         Toutesfois court une planette

         Qui contrainct les Fols à cela.

                LE  BONNETIER

         Nous ne soms plus soubs la comette

80   Qui régnoit quand gela19, vélà.

                LE  COUSTURIER

         Le temps que Perrotin20 mesla

         Et fit jouer clers et marchands

         Est passé.

                LE  SAVETIER

                             Aussi est le temps

         Que De Nanto21 et Du Villard(s)

85   Firent leurs nopces, au Molard,

         De l’espousée du Sapey.

                LE  CUISINIER

         Le temps n’est plus tel que je l’ay

         Veu, pour toute conclusion.

                LE  CONSEILLIER

         Pourtant suyvrons l’intention

90   De nostre grand-mère.

                LE  PRESTRE

                                                            Comment ?

                LE  MÉDECIN

         Que nous travaillons roidement,

         Ou nous aurons bien froid aux dents.

                LE  MASSON

         Par ma foy, nous en soms contents :

         Il ne nous fault que de l’ouvrage.

95   Qui nous en donra ?

                LA  GRAND-MÈRE

                                                      Qui ? le sage

         Monde, mes enfants, largement.

                LE  BONNETIER

         Voudroit-il point d’esbattement

         Quelques fois de nous ?

                LA  GRAND-MÈRE

                                                        Ouÿ bien,

         Mais qu’il ne luy [en] couste rien :

         [………………………….. -ray.]

                LE  COUSTURIER

100  Bien tost vous en apporteray.

         J’y vay, attendez-moy icy.

                 Pose.22

         Voycy aureilles, Dieu mercy,

          Et l’argent : prenez-en trèstous.

                LE  SAVETIER

         [Gra]n-Mère [Sotti]e, menez-nous

105  [Mai]ntenant [vers le] Monde.

                LA  MÈRE

                                                                          Allons !

         Mais marchez droict sur vos talons

         Sans fléchir ni faillir en rien ;

         Encor ne sçaurez-vous si bien

          Marcher qu’il n’y ait à redire23.

                LE  CUISINIER

110  Le Monde devient tousjours pire ;

         Je ne sçay que24 sa fin sera.

                LE  CONSEILLIER

         Nous ferons comme il nous fera.

         Suyvons seulement la gran-mère.

                Vadunt ad Mundum.25

                LA  MÈRE      SCÈNE  III

         Dieu gard, Monde !

                LE  MONDE

                                              Dieu gard, [grand-]mère !

115  Qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?

                LA  MÈRE

         Je vous ameine un beau troupeau

         De Sots, Monde, pour vostre train.

                LE  MONDE

         Quels sont-ils ?

                LA  MÈRE

                                     Qu’ils sont ? Pour certain,

         Orphelins, enfants de Bontemps,

120  Qu’est perdu, et, comme j’entends,

         Fils de ma fille le Rousset26,

         Qu’est trespassé.

                LE  MONDE

                                         Voylà que c’est.

         [………………………………  loing]

         De moy, femme ! Je n’en prens point

         Qui ne sache quelque mestier.

                LA  MÈRE

125  Bien sçavent : l’un est savetier,

         L’autre prestre, l’autre masson.

         Voyez bien là ce viellasson27 :

         Il est cousturier28. Cestuy-ci,

         Bon bonnetier, la Dieu mercy !

130  L’autre est sçavant, bon conseiller,

         Qui vous conduira volontier(s)

         Ainsi comme il appartiendra.

                 LE  MONDE

         Tout cela bien me conviendra.

         Or bien, je les retiens trèstous.

                LA  MÈRE

135  À Dieu, donc.

                LE  PRESTRE

                                         Et ! nous lairrez-vous

         Au Monde ?

                LA MÈRE

                                Ouÿ, mes enfants.

         Souffrez en attendant Bontemps.

         À Dieu !

                LE  MÉDECIN

                        À Dieu29 !

                LE  MASSON

                                            À Dieu soyez !

 

                LE  MONDE       SCÈNE  IV

         Or sus, maistre[s] Sots ! Vous voyez

140  À peu près tout ce qu’il me fault.

         Cousturier, faites-moy à hault

         Collet une robbe bien faitte.

                LE  COUSTURIER

         La voulez-vous large ou estroitte ?

                LE  MONDE

         Que sçay-je ?

                [LE]  COUSTURIER

                                 Voyez ceste-cy :

145  Elle est trèsbien.

                LE  MONDE

                                            Encores [si

          Elle]30 fust, d’un peu, plus large,

         Je l’aimeroy mieux.

                LE  COUSTURIER

                                                De vostre aage,

         Vous n’en portastes de31 mieulx faitte

         Que ceste-cy.

                LE  MONDE

                                   Ha ! trop estroitte32 !

150  Ostez, ostez. Faittes-m’en une

         À mon gré.

                LE  COUSTURIER

                               Ce sera fortune

         Si je luy fais. Par Ste Gille33,

         Monde, vous estes difficile

         Par trop !

                LE  MONDE

                           Venez çà, savetier34 !

155  Servez-moy de vostre mestier,

         Et je vous contenteray bien.

                LE  SAVETIER35

         Tenez, Monsieur.

                LE  MONDE

                                           Ce ne dit rien36.

         Faites-m’en d’autres à mon plaisir.

                LE  [SAVETIER]

         J’ay beau les faire à mon loisir,

160  Bien cousus, de bonne matière :

         Encore(s) en seray-je en arrière.

         Monde, vous estes dégousté.

                LE  MONDE

         Masson, il nous fault remonter

         Les fenestrages.

                [LE  MASSON

                                        …………. -ants ?

                LE  MONDE

165  Un peu plus bas.

                LE  MASSON]

                                              Ainsi estants,

         Seront-ils bien à vostre gré ?

                LE  MONDE

         Je les veux plus hauts d’un degré.

                LE  MASSON

         Ainsi ?

                LE  MONDE

                     Non, mais un peu plus bas.

                LE  MASSON

         Vostre vouloir n’accorde pas

170  Avec le mien pour maintenant.

                LE  MONDE

         Bien, à demain. Çà, vistement,

         Bonnetier, baillez un bonnet !

                LE  BONNETIER

         Si cestuy-cy bon ne vous est37,

         Je renonceray au mestier.

                LE  MONDE

175  C’est un bonnet de ménestrier38 !

         Comment ? te moques-tu de moy ?

                LE  BONNETIER

         Tenez cestuy-cy : sur ma foy,

         Il est bon.

                LE  MONDE

                            Il est…39 Ton gibet !!

         Va, va, trouve-m’en un plus net !

180  Conseiller !

                LE  CONSEILLER

                                  Que vous plaist, Monsieur ?

                LE  MONDE40

         Que vous [en] semble ? Suis-je seur

         D’avoir la sentence pour moy ?

                LE  CONSEILLER

         Je croy bien qu’ouÿ.

                LE  MONDE

                                                 Et pourquoy ?

                LE  CONSEILLIER

         Pource que vous avez déduict

185  Trèsbien vostre cas, et conduict

         Le reste tout comme il falloit.

                LE  MONDE

         Mais, par ma foy, ne m’en challoit41.

                LE  CONSEILLIER

         Je le crois. […………… -ray

         ………]

                LE  MONDE

                      Certes non feray !

190  Or allez mieux estudier !

         Çà, prestre, venez deslier42

         Icy vos messes, que je voye

         Comme elles sont.

                LE  PRESTRE

                                             Dieu vous doint joye,

         Monde ! Comment les voulez-vous ?

                LE  MONDE

195  Ainsi que les demandent tous.

                LE  PRESTRE

         Courtes ?

                LE  MONDE

                          Ouÿ.

                LE  PRESTRE.  Il monstre les messes escriptes.

                                    Or tenez donc

         De celles de dom Ami Bon43 :

         Elles sont belles.

                LE  MONDE

                                          Ce sont mon44 ;

         Mais longues sont comme un sermon.

200  Baillez-m’en d’autres de L’Huillier45.

                LE  PRESTRE

         Ceux-cy sont de dom Rattelier46 ;

         En voulez-vous ?

                LE  MONDE

                                         Non, mettez là ;

         Elles sont trop courtes.

                LE  PRESTRE

                                                      Voylà :

         Vous ne sçavez que vous voulez.

205  Il vous en fault qui soyent meslé(e)s,

         Et jetté(e)s au molle47, sans peine,

         Des pierres d’une sarbataine.

                LE  CONSEILLIER

         Certes, Monde, il n’est supposé48

         Que ne soyez mal disposé.

                LE  MONDE

210  Pourquoy ?

                LE  CONSEILLIER

                                Au texte de la Bible,

         Qu[i] est chose irrépréhensible,

         Vous n’y trouverez pas bon goust.

                LE  COUSTURIER

         Croyez, Monde, qu’il n’est si fou

         Qui ne le cognoisse.

                LE  MONDE

                                                 Est-il vray ?

                LE  MASSON

215  Ouÿ.

                LE  MONDE

                     Qu’on sache tost que j’ay !

         Sus, sus, portez de mon urine

         Au médecin !

                LE  SAVETIER,  en la regardant

                                  Bien a la mine

         D’une maladie de teste.

                LE  CONSEILLIER

         Allez tost ! Vous estes une beste.

220  Faittes cela que l’on vous dit.

                LE  SAVETIER

         J’y vay.

                LE  CONSEILLIER  dat ipsi pecuniam.49

                       Si vous n’avez crédit,

         Boutez-lui en la main ceci.

                Vadit cum urinâ ad Medicum.50  Pose.

 

                [LE  SAVETIER]     SCÈNE  V

         Monsieur, je vous apporte ici

         De l’urine de nostre maistre,

225  Afin que vous puissiez cognoistre

         Quel mal il a.

                LE  MÉDECIN

                                     Il est blessé

         Du cerveau.

                LE  SAVETIER

                                  Que je soye laissé

         [Dessus le carreau]51 s’il n’est vray !   Dat Medico pecuniam.52

                [LE  MÉDECIN]

         Or çà, bene, il fault que j’ay(e)

230  Un peu avec luy conférence.

                LE  SAVETIER

         Allons donc, car j’ay espérance

         Que vous serez bien contenté.

                LE  MÉDECIN

         Tanto melius, silete !53

        

    Bonsoir, Monde !             SCÈNE  VI

                LE  MONDE

                                               Monsieur, bonsoir !

                LE  MÉDECIN

235  Comment vous va ? Çà, monstrez voir

         Vostre main54… Vous estes perclus55.

         Qu’est-ce qui vous fait mal le plus ?

                LE  MONDE

         La teste. Je suis tout lassé,

         Tout troublé, et tant56 tracassé

240  De ces folies qu’on a dit

         Que j’en tombe tout plat au lict.

                LE  MÉDECIN

         Quelles folies ?

                LE  MONDE

                                     Qu’il viendroit

         Un déluge, et que l’on verroit

         Le feu en l’air57, par-cy, par-là.

                LE  MÉDECIN

245  Et te troubles-tu pour cela ?

         Monde, tu ne te troubles pas

         De voir ces larrons attrapards

         Vendre et achepter bénéfices58 ?

         Les enfants èz bras des nourrices

250  Estre abbéz, évesques, prieurs,

         Chevaucher trèsbien les deux sœurs59,

         Tuer les gents pour leur plaisir,

         Jouer le leur60, l’autruy saisir,

         Donner aux flatteurs audience,

255  Faire la guerre à toute oultrance,

         Pour un rien, entre les chrestiens ?

         Si bien les astrologiens

         Ont dit que tu auras prou maulx,

         Tu n’en dois pas estre esbahy[s].

                LE  MONDE

260  Ce sont des propos du pays

         De Luther, réprouvéz si faulx !

                LE  MÉDECIN

         Parlez61 maintenant des défaults,

         Vous serez à Luther transmis…

         Monde, veux-tu estre remis

265  En bonne santé ?

                LE  MONDE

                                            Ouÿ [bien] !

                LE  MÉDECIN

         Passe, et ne t’arreste[s] en rien

         À ces pronostications.

         Ainçois62, pense aux abusions

         Qui se font tous les jours chez toy ;

270  Mets-y ordre selon la loy,

         Car je prens bien dessus ma vie63

         Que tu n’as autre maladie.

                LE  MONDE

         Si ay en ma bource, qu’est nette64.

                LE  MÉDECIN

         Pource, tien-toy telle diette :

275  Despens peu ; là où tu souloie

         Manger perdrix, mange d’une oye.

         À Dieu, Monde !

                [LE  MONDE

                                         À Dieu soyez !]

 

               LE  CONSEILLIER,  Medico discedendo.65

         Monsieur, maintenant vous voyez        SCÈNE  VII

         Et cognoissez sans fiction

280  Du Monde la complexion.

         Comment luy pourrions-nous tout faire

         À son gré ?

                LE  MÉDECIN

                              Pour bien luy complaire,

         Soyez bavards, ruffien[s], menteurs,

         [……………………….., délateurs,]66

         Rapporteurs, flatteurs, meschants gents,

285  Et vous aurez chez luy bon temps.

         À Dieu, à Dieu !

                LE  CONSEILLIER

                                         À Dieu, Monsieur,

         Et grand mercy !

                Pose.

 

                LE  MONDE,  à ses Fols.     SCÈNE  VIII

                                           Cet affronteur67

         De médecin a bon propos !

         Il est bien sot [parmy les Sotz]68

290  Que de m’avoir presché en lieu

         De me médeciner.

                LE  MASSON

                                              Mon Dieu,

         Est-il vray ?

                LE  MONDE

                               Ouÿ, seurement.

         Mais bren69, bren pour son preschement !

         Je me gouverneray plustost

295  À l’apétit de quelque Sot70

         Que d’un prescheur.

                LE  SAVETIER

                                                    Vous ferez bien.

         Vivez selon vos apétits.

                LE  MONDE

         Aussi veux-je : prenez du mien71 !

                Icy, fault habillier le Monde en Fol.

                LE  CUISINIER

         Or sus ! Monde, es-tu braguard72,

300  Maintenant ?

                LE  MONDE

                                      Ha ! je suis galliard

         Et en point73, la vostre mercy !

                Ibi, ponendum velum super Mundi caput.74

                                          LE  COUSTURIER

         Marchons, et nous ostons d’icy ;

         C’est trop demeuré en un lieu.

                LE  CONSEILLIER

         Pour mettre fin à nostre jeu,

305  Messieurs, vous notterez ces mots

         Qu’à l’appétit d’un tas de Sots

         (Comme l’on void bien sans chandelle),

         Le fol Monde s’en va de voile75.

                  FIN

 *

1 Nous remercions vivement les conservateurs de cette bibliothèque pour leur aimable autorisation.   2 Ms : Lorphèvre  (Il n’y a pas d’orfèvre dans la pièce, mais il y a un maçon, dont le rôle devait être tenu par l’orfèvre Gallion, qui jouait aussi dans la 1° Moralité.)   3 Voir le Recueil des sotties françaises de Jelle Koopmans, Marie Bouhaïk-Gironès et Katell Lavéant <Classiques Garnier, 2014, tome I>, p. 343, note 1.   4 Le prologue précise que ce comédien travesti était un « grand joueur d’espée ».   5 Le fou croit qu’une chose va arriver. Ces 12 premiers vers sont des « menus propos » qui, à l’instar du « cri », servent à attirer les amateurs de Sotties. Cf. les Sotz escornéz, et surtout les Menus propos (Émile Picot, Recueil général des Sotties, I, p. 65).   6 Ms : L’orphevre   7 En un jour, un grand personnage peut devenir un simple quidam.   8 Ms : sotte   9 Ms : Lorphevre   10 À la droite du Père.   11 À partir de là jusqu’au vers 143, les rubriques remplacent Le Prêtre par Le 1e, Le Médecin par Le 2e, Le Masson par Le 3e, Le Bonnetier par Le 4e, Le Couturier par Le 5e, Le Savetier par Le 6e, Le Cuisinier par Le 7e, et Le Conseiller par Le 8e. Pour que ce soit plus lisible, je rétablis les noms. Dans les Sotties, les Sots, qui sont des entités impersonnelles et interchangeables, sont presque toujours numérotés.   12 Ce médecin digne de Chamfort affirme qu’elle est morte guérie.   13 Ms : soit il   14 Ms : recours  (Avoir confort = avoir de l’aide, du soutien. « Sans avoir confort ne aide d’aucune personne. » Jehan Phélipot.)   15 Et cependant.   16 Ms : folie   17 Pour penser que je veuille.   18 Travaille.   19 L’hiver, qui n’était pas encore fini, resta comme un des plus froids qu’aient connus les Genevois.   20 Farceur genevois qui « composoit des gaillardises ». Il est nommé au vers 20 de la 1° Moralité.   21 Ms : Denanto  (On connaît à Genève les familles De Nanto et Du Villard, ainsi que la place du Molard <où fut jouée la 1° Moralité>. Le Sappey est un village savoyard proche de Genève. Mais quel rapport entre tous ces noms ?)   22 Pendant cette pause musicale, il va chercher (on se demande bien où) les fameuses oreilles droites qui manquaient aux Sots jusque-là, et de l’argent pour que le Monde leur fasse bon accueil. Dessous, ms ajoute en vedette Idem, c’est-à-dire le Couturier.   23 Ils doivent marcher « sans courir trop rebèlement/ Comme les fols » (Farce de l’Arbalestre, LV 7). On a souvent brocardé la démarche fantasque du Sot : « Quant il trote parmy la rue,/ Il court, il mort, regimbe et rue. » L’Arbalestre.   24 Ce que ; comment.   25 Ils vont vers le Monde.   26 Ms : sobret  (Voir la note 2 de la 1° Moralité. Antoine Sobret joue ici le rôle du Monde sous son pseudonyme « Antoine Le Dorier » : cf. Henri Naef, les Origines de la Réforme à Genève, I, p. 445, n. 2.)   27 Ledit vieillard est son petit-fils !   28 Ms : cordonnier  (Le savetier est déjà nommé à 125.)   29 Le médecin dit adieu à ses frères, puis il part avec grand-mère Sottie. Il réapparaîtra au vers 223.   30 Ms : selle  (Pour la métrique, on pourrait remplacer d’un peu par un petit : « Trois listaulx ung petit plus larges que les devant-dits. » Histoire de la cathédrale de Beauvais.)   31 Ms : la   32 Ms : petite  (Étroite rime avec faite : vers 142-3.)   33 On comprend pourquoi les Sots invoquent cette sainte suisse du XIIIe siècle : elle était domestique comme eux.   34 Ms : cordonnier  (Savetier rime mieux avec métier : vers 124-5.)   35 Ms : Cordonnier  (Idem v. 159.)   36 Ces souliers ne me disent rien.   37 La rime originale était sans doute bon n’est. « De nos bons devanciers, cecy trouvé bon n’est,/ Quand jeune, au docte et vieil, ne met main au bonnet. » Les Omonimes.   38 Un bonnet de Sot musicien, orné de grelots pour battre la mesure avec la tête. À la fin de la pièce, les Sots parviendront à vêtir le Monde en Fol.   39 Il est taché d’excréments. Le bonnetier lui a refilé un des béguins breneux de la 1° Moralité (vers 232-235).   40 Il donne au conseiller juridique les pièces d’un procès.   41 Je ne m’en inquiétais pas.   42 Dénouer le ruban qui maintient les sermons enroulés.   43 Non identifié. Ami est l’abréviation d’Amédée : l’auteur de notre sottie signait toujours « Ami Porral ». Mais il y a peut-être un jeu de mots sur Bonamy, qui était un patronyme courant.   44 C’est mon avis.   45 Ms : millier  (Philippe L’Huillier fut un des prédicateurs les plus réputés de Genève.)   46 Dom Jehan Ratellier. Sa fille bâtarde sera jugée pour paillardise.   47 Dans le même moule que les pierres de grosseur identique qu’on projette avec une sarbacane.   48 Ms : possible  (Il n’est pas supposé que = ce n’est pas une supposition, on ne peut nier que. « C’est cette même tradition qui nous asseure que l’Écriture est un Livre divin, qu’il n’est point supposé, qu’il n’est point apocriphe. » Bernard Lamy.)   49 Lui donne de l’argent.   50 Le savetier va vers le médecin avec l’urine du Monde. (Leur dialogue se déroulera sur une autre partie de l’estrade.) On imagine que le Monde s’était retourné pour uriner dans un flacon.   51 Ms : du cerveau  (Que je meure si ce n’est pas vrai !)   52 Il donne de l’argent au médecin.   53 Tant mieux, taisez-vous ! (Les médecins abusaient du latin pour impressionner leurs patients.)   54 Il lui prend le pouls.   55 Ms : au dessus  (Perclus = faible. « Tu n’as plus/ Ny force, ny pouvoir quelconque ;/ Tu es foible, tu es perclus. » Chanson spirituelle.)   56 Ms : tout   57 Des prêcheurs publics brandissant l’Apocalypse annonçaient quotidiennement la fin du… Monde.   58 Des charges cléricales. Cf. la Sotie des Sotz ecclésiasticques qui jouent leurs bénéfices au content. Le duc de Savoie refusa d’assister à la représentation de notre sottie « pour ce qu’on disoit que c’estoient Huguenots qui jouoyent ».   59 Les fesses (Guiraud, Dictionnaire érotique). L’Église pratiquait la sodomie jusqu’au plus haut niveau : le pape Clément VII, qui régnait alors, ne dédaignait point les jolis pages.   60 Perdre leur propre argent au jeu.   61 Ms : Parler  (Parlez des défauts de l’Église, et on vous traitera de luthérien.)   62 Mais plutôt.   63 Je réponds sur ma vie.   64 J’en ai une dans ma bourse, qui est vide.   65 S’écartant vers le médecin (pour ne pas être entendu par le Monde).   66 Ms : Rapporteurs  (qui figure au vers suivant.)   67 Imposteur.   68 Vers complété par Émile Picot (Recueil, II, p. 345).   69 Merde !   70 Ms : fol   71 Prenez mon argent.   72 D’une élégance ostentatoire.   73 Gaillard et bien habillé.   74 Ici, on doit poser un voile sur la tête du Monde.   75 Au gré du vent, à la dérive. (Jeu de mots sur le voile et la voile.) Voile rime en -èle. Le Recueil des sotties françaises (p. 368) cite « la pronostication genevoise Merveilles advenir, de 1524 : “Enfin le Monde, avec ses rêveries,/ En va de voele, conduict par tricheries,/ Comme a Genefve ces jours chescun a vehu.” »

LA RÉFORMERESSE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

LA  RÉFORMERESSE

*

 

 

Cette pièce écrite en Normandie après 1540 est une sottie protestante, comme la Mère de ville1 ; car les catholiques n’étaient pas les seuls à montrer d’heureuses dispositions pour la pornographie et la scatologie. Notre Réformeresse2 met par écrit les agissements des libertins, puis place cette confession sous une presse afin de « reformater » <vers 75> leur mauvaise vie.

Beaucoup d’auteurs dramatiques jouaient dans leurs pièces (Triboulet, Gringore, Lesnauderie…) : je pense que l’auteur anonyme de la Réformeresse tenait son propre rôle en la personne du 3ème Galant, ce qui rend plus savoureux les vers 239-257.

Source : Manuscrit La Vallière, folio 81 verso à 86 verso.

Structure : Rimes plates, avec 1 rondel double et 4 chansons.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

Farce à VI personnages

 

C’est assavoir :

     LA  RÉFORMERESSE

     LE  BADIN

     III  GALLANS

     UN  CLERQ

 

 

                                   LA  RÉFORMERESSE  comence    SCÈNE  I

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse ;

             Je mais chascun estat3 en presse

             Ainsy qu’il m’est préordonné.

                                   LE  BADIN4

5      Un serviteur bien ordonné

             Vous plai[rai]st-y poinct, ma mètresse ?

                                   LA  RÉFORMERESSE

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse.

             L’homme de savoir guerdonné5

10     Me fera révérence expresse

             Ou, comme une vielle compresse,

             Yl est de moy habandonné.

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse ;

15     Je mais chascun estat en presse

             Ainsy qu’il m’est préordonné.

                                   LE  BADIN

             Croyez que tantost, belle presse6

             Vous aurez,

             Puysqu’ainsy vous réformerez

20     Hommes et femmes par vos ars.

             [Ne] diront-y Domynus7 pars,

             Comme à ceulx qu’on donne couronne ?

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Qu’esse que cestuy fol blasonne,

             Qui me ront8 la teste en ce poinct ?

                                   LE  BADIN

25     Je demande s’y vous fault poinct

             De serviteur,

             Que je fusse réformateur

             Après que vous m’érez aprins9.

                                   LA  RÉFORMERESSE

             Quelz sçavoirs sont en toy comprins ?

30     Dy[-le-]moy, je te le commande10.

             Et davantage, je te demande

             Pourquoy tel instrument11 tu porte.

                                    LE  BADIN

             Pourquoy ? Sainct Jehan ! y me suporte12 ;

             Et sy13, par luy, j’ay du suport.

35     Passé dis ans14 je fusse mort,

             N’ust esté cestuy instrument.

             Souvent, mélancolieusement

             Vyvoys ; mais15, g’y prens mes esbas.

             Quant je voys contens16 ou débas,

40     Je prens l’instrument et m’en joue.

             Pour tant, se voulez que me loue

             [De vous, mectez-moy à l’essay :]17

             Vous vouérez que fère séray18.

                                   Le Badin sonne d’un sistre19 et chante.

              Dens Paris la bonne ville,

              L’Empereur20 est arivé.

45     Il y a eu mainte fille

              Qui a eu le cul rivé.

              Je l’ay dict et le diray ;

              C’est une chose avérée21,

              Je l’ay dict et le diray.

                                     LA  RÉFORMERESSE

50     Et ! vrayment, je vous retiendray22.

             Savez-vous bien telle chanson ?

             Y fault publier à plain son

             Les Estas23, qu’i nous viennent vouèr.

             Par ce poinct, on poura prévoir

55     Que ma presse soyt assouvye.

                                      LE  BADIN  joue et chante.

              Vous ferez follye,

              Mètresse, ma mye ;

              Vous ferez follye :

              Ne le faictes pas.

                                     LA  RÉFORMERESSE

60     Pourquoy [ne] m’apartient-y pas ?

             Je veulx qu’i souent24 tous réformés ;

             Au moins ceulx qui sont renommés

             De ne pas bien se25 gouverner.

                                     LE  BADIN

             Sainct Jehan ! vous érez beau corner26,

65     Sy en font rien qui soyt pour vous !

             Les prédicateurs, tous les jours,

             Braient27 et crient. Apetissez-les :

             Les chambèrières et valès

             Le[s] cressent28. Par bieu ! je le dis :

70     S’y devoyent perdre Paradis,

             Y n’en ferouent rien ; c’est simplesse.

                                     LA  RÉFORMERESSE

             Comment ? Je suys réformeresse ;

             Ne viendront-y poinct en ce lieu ?

                                     LE  BADIN

             Nénin. Foy que je doy à Dieu,

75     Vous aurez beau réformater.

             Mais penseryez-vous bien master29

             Les Estas et [les] mectre en presse30 ?

             Vous seriez plus grande mètresse

             Que n’est pas la femme d’un roy !

80     Mais (escoutez un peu), je croy,

             Un tas de petis populaires,

             Pour en presser un couple d’aires31,

             Cela ce peult bien avenir.

                                     LA  RÉFORMERESSE

             Toute foys, je veulx soutenir :

85     Y fault bien que ma presse serve

             Souèt à presser servant ou serve,

             Ou aultres gens en général.

 

                                 Icy entre[nt un Clerq et] III Galans, qui chantent :

             Nous sommes une bende             SCÈNE  II

            [Friande, galande]32, normande ;

90     Nous sommes une bende

             D’un joly cœur loyal.

                                     LE  PREMYER  GALANT

             Par le sang bieu ! j’ay le sommal

             De la teste persécuté :

              J’ay beu33, moy.

                                     [LE  IIIe  GALANT]

                                            Sy l’on34 eust esté

95     Chanter ainsy comme [l’]on chante,

             Vous eussiez eu plus de cinquante

             Personnes pour offrir à boyre.

             Maintenant, n’en est plus mémoyre.

             C’est pityé que gens sont recuictz35.

                                  LE  IIe  GALLANT

100    Quant est de moy, ma foy, j’en suys

             Fâché aussy bien comme toy ;

             Car pour lors, le Monde je voy

             Sy avaricieux et siche36.

             Il a pour nean[t] beau estre riche,

105    Les gallans ne s’amendent37 plus.

                                     LE  IIIe  GALANT

             J’ay veu que nous estions repus,

             Cheux les bourgoys, le temps passé ;

             Maintenant, tout y est cassé,

             Le tout sans avoir38 pié bouté.

110    S’un homme ne faict le conté39,

             On l’apelle fol et prodigue.

             On ne gaigne plus une figue ;

             Pour neant sommes-nous ramentus40.

                                    LE  CLERQ

             J’ay veu qu’on estions revestus41,

115    Entre no[u]s, chantres, serviteurs ;

             Mais pour cest heure, les flateurs

             Gardent qu(e) on ne [nous] donne rien.

             Eux-mesmes emportent le bien

             Qui apartient aux bons galans.

120    Or çà, n’en alons plus parlans,

             Mais disons deulx mos de chanson

             Pour passer nostre marisson42.

                                   Ilz chantent ensemble :

              Jacobin, la chose [est] tant doulcète43 !

 

                                    LE  BADIN44        SCÈNE  III

             Dormez-vous ? Qu’esse que vous faicte(s) ?

125    Vouécy de l’euvre45 qui nous vient.

             Je croy vrayment qu’i nous convyent

             Bien réformer ces gallans-cy.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Que sont-il ?

                                    LE  BADIN

                                   Enfans sans soucy46,

             Qui cherchent besongnes mal faictes.

130    C’est dommages qu’i n’ont receptes

             À requellir47 : quelz aplicans48 !

             Jamais les raseurs de G[u]ingans49

             N’alissent50 la sorte qu’i vont.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Va [leur] dire qu(e) on les semont51

135    Et somme de venir vers moy,

             Et que je les réformeray

             Et mectray en leur vraye essence52.

                                    LE  BADIN

             Par sainct Jehan, g’y voys. Mais je pence

             Qu’i parleront bien à vous, tous.

 

140    Dieu gard, messieurs !          SCÈNE  IV

                                    TOUS  ENSEMBLE

                                                 Que dictes-vous ?

                                    LE  BADIN53

             C’est ma mètresse qui vous mande

             Par moy, et aussy54 vous commande

             Que vous venez parler à elle.

                                    LE  PREMIER  GALANT

             Je vous prye, pour nostre querelle55,

145    Alon la vouèr.

             S’el[le] nous peûlt56 trèstous pourvoir,

             Nous serions ceste année hureux.

                                    LE  IIe  GALANT

             S’el me faisoyt chevalereux57,

             Je seroys hors d’un grand soulcy.

 

                                    LE  BADIN          SCÈNE  V

150    Dictes, mètresse, les vouécy.

             Commandez [tout] ce qu’il vous plaist.58

             Y ne leur fault guère de plaist59 :

             Plaisans ilz sont et triumphans.

                                    TOUS  ENSEMBLE

             Honneur, Dame !

                                    LA  RÉFORMERESSE

                                             A ! [mes] beaux enfans,

155    Vous soyez les trèsbien venus !

            Qui vous gouverne ?

                                    TOUS  ENSEMBLE

                                                 Vénus60.

                                    LE  BADIN

             Vouère ! Ménestr[i]eurs et chantres61,

             Bien souvent telz gens ont les chancres62,

             Poursuyvans leurs plaisirs menus.

                                    LA  RÉFORMERESSE

160    Chascun de vous estes tenus

             De me livrer cy, par estat63,

             Toute vostre vye et estat,

             Affin qu’ilz souent boutés en presse.

                                    LE  IIe  GALANT

             Ma dame la Réformeresse,

165    Nous n’avon estat ne demy64,

             Quoy qu’il soyt.

                                    LA  RÉFORMERESSE

                                         Voy(e)là, mon amy :

             Y fault que je l’aye65. Et le vostre ?

                                    LE  IIIe  GALANT

             Aussy vray que la patenostre66,

             Je diray le mien sans mentir.

                                    LE  CLERQ

170    Et moy, je vous veux advertir

             Que ne mentiray nulement.

 

                                    LE  BADIN  escript

             Or çà donc[ques], premièrement,

             Je m’en voys là [le] vostre escripre.

             S’il y a un peu à construyre67,

175    Il amendera à la presse.

             Vostre nom ?

                                    LE  IIe  GALANT

                                     Raul.

                                    LE  PREMIER  GALANT

                                                 Je le confesse.

                                    LE  BADIN  escript

             Esse pas Raul le Mal-pencé68 ?

                                    LE  [PREMIER  GALANT]69

             Et qui, tous les deables, eust pencé

             Qu’il eust sceu mon surnom par cœur ?

180    Vertu bieu, quel fin docteur !

             N’y mectez rien que vérité.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Tout le bien qu’avez mérité,

             Récitez-le, c’est vostre charge.

                                    LE  PREMIER  GALANT

             Quel bien ? J’ay un pourpoinct de sarge70 ;

185    C’est tout ce que j’ay pratiqué71.

                                    LE  BADIN  escript

             Avez-vous poinct communiqué

             Aultre foys en lieux dissolus ?

                                    LE  [PREMIERGALANT

             Et ! ouy dea.

                                    LE  BADIN

                                   Et puys les karolus72,

             De vos jeux, s’y treuvent fessés73 ?

                                    LE  PREMIER  GALANT

190    Que deable, vous en congnoissez !

             A ! vous estes trop fin pour moy.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Au demourant ?

                                    LE  [PREMIERGALANT

                                          Je le diray :

             J’ay beu, mengé et faict grand chère74.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Donné pour Dieu ?

                                    LE  BADIN

                                                Par ma foy, guère :

195    Ce n’est pas tous le[s] jours un soult.

                                    LE  PREMIER  GALANT

             Par Nostre Dame ! y congnoyt tout.

             Je pense, moy, qu’il soyt propheste.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Escrivez qu’on demeure en reste

             Au tavernier souvente foys,

200    Quant y convyent que les bourgoys75

             Leur donnent présens trop petis.

                                    LE  [PREMIERGALANT

             Ouy vrayment, des foys plus de dis76.

             Voy(e)là le mot qui clost la lestre.

                                    LE  BADIN

             Y fault cecy en presse mectre,

205    On vouerra s’il amendera.

 

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Çà ! après, qui commencera ?

             Ménestr[i]eur, tost aprochez,

             Que vous soyez tous despeschés

             Et réformés trètous ensemble.

                                    LE  [IIe]  GALANT

210    Je le veux bien.

                                    LE  BADIN

                                         In Gen77 ! y me semble

             Que cest estat-cy vauldra deux :

             Je congnoy des ménestrieux

             Qui sont plus paillars que marmos78.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Soudain abrégez en deulx mos,

215    Que vostre estat tost on congnoisse.

                                    LE  IIe  GALANT

             Ma dame la Réformeresse,

             Vray est que je suys amoureux.

             À dire, je m’en tiens joyeux

             Quant y fault que ma mye j’enjambe.

                                    LE  BADIN

220    N’en79 avez-vous poinct eu la « jambe »

             Aucune foys grosse par bas80 ?

                                    LE  IIe  GALANT

            Ouy dea.

                                    LE  BADIN

                           Et vouélà mes esbas !

             De telz gens, je say la légende.

             Par Dieu ! je veulx qu[e l’]on me pende

225    Se bien d’aultres on ne desgorge !

                                    LE  IIe  GALANT

             Quant je voy « l’amoureuse forge81 »,

             Je suys d’y hanter82 curieux.

                                    LE  BADIN

             Vous di-ge pas ? Ménestrieu(r)x,

             Musiciens, joueurs de Farces :

230    Yl ayment ces petites garces

             Plus qu’i ne font83 leur Créateur.

 

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Çà, monssieur le compositeur84,

             Venez vers moy prendre l’adresse85.

                                 LE  BADIN

             Y fault cecy bouter en presse.
235    Il amendera, ce pensai-ge.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Que dictes-vous ?

                                    LE  IIIe  GALANT

                                            Moy ? Et que say-ge !

             Voulez-vous presser mon honneur ?

                                    LE  BADIN

             Quel pratique86 ?

                                    [LE  IIIe  GALANT]87

                                             Compositeur.

                                    LE  BADIN

             Faiseur de Farces et de rimes ?

240    A ! il y a en eux des crimes,

             Sur ma foy, aussy bien qu’aux aultres.

             Et quelque foys, entre les vostres88,

             Faictes-vous poinct quelque dizain,

             Quelque rondeau, quelque huictain

245    Pour envoyer à vostre amye ?

                                    LE  IIIe  GALANT

             Ouy, bien souvent ; mais ce n’est mye

             De jour : cela se faict de nuict89.

                                    LE  BADIN

             Alez, alez, tout s’entresuyct :90

             Y sont tous sus le « bas métier91 ».

                                    LA  RÉFORMERESSE

250    Un facteur92 est-y [à] chastier

             Comme chantres ou ménestreu(r)s ?

                                    LE  BADIN

             Et ouy, ouy, y le sont plus qu’eux.

             Y le narent en leur devise93.

             J’en congnoys à la court d’église,

255    À94 la court laye et haulte court ;

             Mais par Dieu, jamais un chien court95

             Ne fut plus paillard qu’i sont tous !

             Je le voys bouter là-dessoublz

             Et le presser bien fermement.

 

                                    LA  RÉFORMERESSE96

260    Or çà, çà, le beau filz ! vitement,

             Dictes vérité sans rudesse.

                                    LE  CLERQ

             Ma dame la Réformeresse,

             Je la diray sy je la sçays.

                                    LE  BADIN

             Avez-vous pas97 aucunefoys,

265    Quant quelc’une alez98 réveiller,

             Pencé là : « Soublz vostre oreiller,

             Mon Dieu, vouélà un beau téton ! »

             Et99, chantant le petit dicton,

             Dire : « Pleust à Dieu estre grand,

270    Et estre là le demourant

             De la nuict, avec ceste dame ! »

                                    LE  CLERQ

             Ouy, yl est vray.

                                    LE  BADIN

                                       Et ! par mon âme,

             Je vous en croys, n’en jurez jà !

                                    [LA  RÉFORMERESSE]

             Or çà, vous commencez100 deisjà

275    À penser à ceste folye ?

 

                                    LE  PREMYER  GALANT

             Pour éviter mélencolye,

             Presseur qui pressez nos estas,

             Laissez-les en la presse à tas ;

             Puys demain, seront despressés.

280    Affin que vous resjouyssez

             Les honnestes gens de ce lieu,

             Une chanson pour dire adieu !101

 

                                                         FINIS

*

1 C’est-à-dire : la merde vile. (LV 28.)   2 Dans la moralité rouennaise des Povres deables (LV 16), le personnage de la Réformeresse n’est autre que « Proserpine, la déesse d’Enfer ». Ladite pièce est donc catholique.   3 Je mets sous la presse chaque état, chaque condition.   4 LV relègue ce 2° quatrain à la fin du rondel, après le vers 16.   5 Doté du savoir.   6 Une belle affluence.   7 LV : domynus que  (« Les paroles que le clerc profère en prenant la tonsure sont celles-cy : Dominus pars hereditatis meae… » Catéchismes, 1690.)  Au vers suivant, couronne = tonsure.   8 LV : rend  (Qui me rompt.)   9 Que vous m’aurez appris.   10 LV : demande  (à la rime.)   11 Un cistre, avec lequel le Badin s’accompagne quand il chante. Voir la note 19.   12 Il me fait vivre.   13 Et aussi, et donc.   14 Il y a dix ans que.   15 Désormais.   16 Des contentieux, des disputes.   17 Vers manquant. « Mettez-moy à l’essay, & vous recognoistrez que mes paroles sont les vrayes images de mon cœur. » H. C. Chastelleraudois.   18 Vous verrez ce que je saurai faire.   19 Les premiers éditeurs ont lu « fifre », et leurs successeurs les ont suivis sans recourir au manuscrit, qui porte indubitablement « sistre ». Toutefois, la graphie est ambiguë : le sistre, vieil instrument qu’on agitait pour marquer le rythme, est encore nommé à cette époque, mais uniquement dans des textes concernant l’Antiquité. Notre Badin joue donc du cistre, un instrument à cordes pincées en vogue dans ces années-là.   20 Charles Quint, le 1er janvier 1540. Cet événement donna lieu à une autre chanson, beaucoup plus sortable : « Quand l’empereur de Rome/ Arriva dans Paris. »   21 LV : ariue  (« C’est un fait avéré. Une chose avérée. » Dict. de l’Académie françoise.)   22 Je vais vous embaucher.   23 La tenue des États généraux, réunissant les trois États. « Les trois Estats du Royaume sont le Clergé, la Noblesse & le tiers Estat. » Dict. de l’Académie françoise.   24 Qu’ils soient (prononcé « swè »). Au vers 71, ferouent = feraient.   25 LV : leur   26 LV : sorner  (« Vous aurez beau corner/ S’il vous revient jamais aulcune corne. » Responce à l’Abbé des Conardz de Rouen.)  Le vers proverbial « Sainct Jehan ! vous aurez beau corner » apparaît dans une autre sottie normande du ms. La Vallière, Troys Gallans et Phlipot.   27 LV : Braist   28 Les accroissent, leur redonnent de l’influence aux dépens des huguenots. La doctrine de Luther toucha les intellectuels bien avant d’atteindre le peuple.   29 Mater, dompter.   30 Contrepèterie protestante : « les prêtres en messe. » Le clergé constituait l’un des trois ordres qui participaient aux États généraux.   31 Pendant 2 heures. Heure pouvait s’écrire oire : « Si fait tant, en poi [peu] d’oire. » (Godefroy.) En Normandie, oire se prononçait aire, et on écrivait « beire » ou « creire ». Ce vers est problématique malgré tout, puisque « couple » devrait être féminin : « Laissez bouilloner les matières ensemble pandant une couple d’heures. » (Jacques de Solleysel.)   32 LV : Galande friande  (C’est l’adaptation d’une chanson rapportée dans la farce du Savetier Calbain <BM 33> : « Je suis allemande, friscande, gallande./ Je suis allemande, fille d’ung Allemand. » Brown <Music in the french secular theater, n° 315> suggère d’autres sources, mais pas celle-là, qu’il étudie au n° 219.)   33 LV : veu  (Il a mal au crâne pour avoir trop bu.)   34 LV : nous  (Si nous avions chanté aussi bien.)  Philippe de Vigneulles confirme que « les Enffans sans soucy (…) chantoient tant bien que merveille ».   35 Comme les gens sont retors. « Et si félon et si recuit. » Godefroy.   36 Chiche, pingre. Ce Monde, qui est riche mais qui refuse l’aumône à trois Galants, est le héros d’une moralité normande du même manuscrit : Les troys Galans et le Monde qu’on faict paistre.   37 LV : mamendent  (S’amender = s’enrichir.)   38 LV : le  (Sans y avoir mis un pied.)   39 L’économe, celui qui a compté.   40 Rappelés à leur bon souvenir.   41 J’ai connu un temps où nous étions bien vêtus.   42 Notre contrariété.   43 Brown (n°256) identifie cette chanson avec L’autre jour de bon matin, de Clément Janequin : Guillemette, couchée sous un pèlerin, l’encourage ainsi : « Guigne [cogne], pélerin !/ La chose est tant doulcette. »   44 Il interroge la Réformeresse, qui écoute de loin le quatuor.   45 De l’ouvrage, du travail.   46 La « bande normande » (v. 89) des Enfants sans souci était une confrérie joyeuse qui s’adonnait au théâtre comique. En 1512, Clément Marot leur consacra une ballade, Des Enfans sans soucy, dans laquelle il est déjà question de marrisson, de chanter, de simplesse, de boire, de presse, d’amour, de Vénus, etc.   47 Qu’ils n’aient pas de rentrées d’argent à recueillir.   48 Gaillards. « Vélà ne sçay quelz appliquans/ Qui pourroient estre répliquans,/ Se nous disons rien de travers. » Sottie des Coppieurs (T 8).   49 Les rasoirs de Guingamp étaient réputés : « Oncques rasouèr de Guingant/ Ne fut plus affilé qu’elle est. » (Sottie de la Pippée.) Les raseurs de Guingamp devaient donc être rapides et adroits.   50 LV : nalist a  (N’alissent = n’allassent. « Que (…) toutes filles communes s’en allissent demourer au bordelz. » Jehan Aubrion.)  51 Que je les convoque.   52 Dans la vraie religion (celle des protestants), qui s’opposait à la vraie religion (celle des catholiques).   53 LV ajoute dessous : venu suys par deuers vous   54 LV : on   55 LV : apetis  (Querelle = cause, profit. « Ils bataillent pour nous & pour nostre querelle. » Calvin.)   56 Pût.   57 Fastueux comme un chevalier. « Sondeur suys de bas instrumens [de vulves],/ En amours vray chevalereux. » Les Povres deables (LV 16).   58 Même vers dans le Cousturier et son Varlet (LV 20), ce qui confirme ma correction.   59 De plaidoiries, de discours.   60 « Par Vénus gouverné,/ Qui rend homme amoureux en son adolescence. » Ronsard.   61 Les joueurs de vielle et les chanteurs profanes menaient une vie de bohème assez débridée. En jouant des aubades ou des sérénades, ils mettaient leur art au service des galants désireux de séduire une belle. Leur répertoire comprenait beaucoup de chansons gaillardes, souvent sur des poèmes de Clément Marot, qui était proche des réformateurs.   62 Des maladies vénériennes.   63 Sous la forme d’un mémoire.   64 Ni même la moitié d’un.   65 LV : les  (Ensuite, la Réformeresse parle aux autres Galants.)   66 Le Pater noster.   67 À améliorer. Le Badin s’adresse au 1er Galant.   68 Maulpensé [mal nourri] est un personnage du Capitaine Mal-en-point.   69 LV : IIIe g  (Comme d’habitude, le copiste du ms. La Vallière suit mécaniquement l’alternance Ie, IIe, IIIe, et ne s’occupe pas de l’action. Le 1er Galant, Raoul le Mal-pansé, est chantre <chanteur profane> ; le 2ème Galant est ménestreur <joueur de vielle> ; le 3ème Galant est compositeur <poète>. Toutes les rubriques entre [ ] étaient fausses.)   70 De serge, d’étoffe légère. Il croit qu’on lui parle de ses biens matériels.   71 Gagné.   72 Pièces de monnaie frappées sous Charles VIII.   73 Claqués, dépensés au jeu.   74 « Des goinfres & des desbauchéz qui s’appellent autrement enfants sans soucy, qui ne cherchent qu’à se divertir. » Furetière.   75 Les bourgeois qui entretiennent les Galants : voir le vers 107.   76 C’est arrivé plus de dix fois.   77 Abréviation normande de saint Jean. « –L’instrument [votre vulve]/ Y fauldra bien que l’on me preste./ –In Gen ! beau sire, sy je le preste,/ Que l’on me pende sans mercy ! » Jehan de Lagny, badin (LV 31).   78 Que des singes.   79 LV : Et men   80 L’œdème des jambes n’est pas un symptôme syphilitique, contrairement au chancre de la verge (vers 158). Les prétentieux nommaient leur pénis « la jambe du milieu », ou « la troisième jambe » (la terza gamba).   81 Métaphore érotique désignant le sexe de la femme.   82 Fréquenter. Jeu de mots sur enter [greffer]. « Monseigneur m’a conneue/ Et hanté[e] naturellement. » (Mistère du Viel Testament.) Cf. les Sotz qui remetent en point Bon Temps, vers 53.   83 Qu’ils n’aiment.   84 Poète, qui compose du théâtre en vers. (On examine le cas du 3ème Galant.)   85 Pour être redressé. « Y metre correpcion [correction] et adresce se le cas le doit. » Godefroy.   86 Quel métier ? LV ajoute : est il   87 LV : la reformeresse   88 LV : aultres  (Entre vous.)   89 « Dessus le soir, pour l’amour de s’amye,/ Devant son huys la petite chanson. » Marot, Des Enfans sans soucy.   90 LV ajoute dessous : farceurs rimeurs et rimaleurs   91 Le coït. « Et jouèrent tant du bas mestier que plus ne povoient. » Cent Nouvelles nouvelles.   92 Un faiseur de vers.   93 « Amour », la devise des poètes, engendra une célèbre chanson : J’ay pris Amours en ma devise (Löpelmann, n° 470). Cf. Ung jeune moyne, vers 271.   94 LV : de  (La cour laie [laïque] est un tribunal séculier, au contraire de la cour d’église.)  Les basochiens qui œuvraient dans les tribunaux étaient fort impliqués dans le théâtre comique ; voir par exemple la Sotie pour porter les présens.   95 Un courtaud, dont on a coupé la queue.   96 Elle s’adresse au clerc, c.-à-d. à l’étudiant.   97 LV : veu   98 LV : aues  (Certains clercs étaient en pension chez un professeur ; ledit professeur se levant aux aurores, on peut supposer que le clerc avait la mission de réveiller sa femme plus tard.)   99 LV : en   100 LV : penses   101 En farce, tout finit par des chansons. Mais cette fin abrupte pourrait indiquer que l’ultime feuillet a disparu, ou que la pièce est inachevée (ce qui expliquerait les vers incomplets). Plus il y avait de personnages, plus la pièce était longue : on n’aurait jamais enrôlé six acteurs pour jouer 282 vers. À titre de comparaison, la Farce à sis personnages du Poulier (LV 27) fait 744 vers.