L’AVANTUREULX

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

L’AVANTUREULX

*

Cette farce normande écrite en 1526 appartient au genre bien fourni du Miles gloriosus. C’est un chef-d’œuvre de satire psychologique qui épingle avec jubilation les peureux, les hâbleurs, les incapables et les pistonnés. Les monologues y abondent, ainsi que les autocorrections.

Source : Manuscrit La Vallière, folio 318 recto à 325 recto.

Structure : Rimes plates.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce nouvelle

à quatre personnages

*

C’est asçavoir :

      L’AVANTUREULX

      et GUERMOUSET

      GUILLOT [LE MAIRE]

      et RIGNOT

*

  

                                   L’AVANTUREULX  commence       SCÈNE  I

          Qu’esse d’homme qui s’avanture1,

          Qui son bruict et honneur procure,

          Et qui est tousjours sur les rens

          Sans jamais dire « Je me rens » ?

5     Il est bon [à voir]2 se partye

          A la chair couarde ou3 hardye.

          Mais quant vient à bailler le cop4,

          Y ne se fault pas haster trop,

          Mais se tenir un peu plus loing,

10   Voyre, quant il en est besoing.

          Pencez que je suys renommé ;

          Et sy, suys de chascun nommé

          « Le trèshardy Avantureux ».

          Quant on me voy[oy]t en mains lieux,

15   On crioyt : « Venez, y s’en fuyst ! »

          Di-ge5 : « Fuyez, y fera bruict ! »

          Ma foy ! quant j’avoys mon héaulme6,

          Y n’y avoyt homme, au réaulme

          Des Francz7, qui m’osast dire mot.

20   Ne vainqui-ge pas Talebot8 ?

          Ouy, par bieu. Et son filz aussy.

          Et sy9, par ma foy, me voicy.

 

                                   GUERMOUSET  entre         SCÈNE   II

          Mon père !

                                   L’AVANTUREUX

                                   Et qu’as-tu, Guermouset ?

                                    GUERMOUSET

           Que j’ey ? Dea, vertu Trou-biset10 !

25   Que j’ey ? Je ne suys poinct content.

          Je deusse estre pourveu présent11,

          Et par vos haultes avantures,

          Avoir bénéfices et cures.

          N’est-il pas temps qu’on me pourvoye ?

                                     L’AVANTUREULX

30   Atens encore, g’y pensoye.

          Tu seras pourveu, par sainct Jaque,

          Mais que je sache qu’il en vaque12.

          J’ey faict plus grandes avantures !

          Par ma foy, tu auras deulx cures

35   Où il cherra13 maincte fortune.

          À tout le moins en auras une,

          Sy je puys, en quelque chapelle.

          Vertu ! sy quelqu(e) un se rebelle,

          Y ne fera pas pour le myeulx :

40   C’est grand faict d’un avantureulx.14

          Sang bieu ! j’entreprins une foys

          Une matière de grand poys15,

          Car j’alay prendre une jument

          À troys lieux16 loing de toute gent ;

45   Et la conquestay de léger17,

          N’eust esté [qu’]un vilain berger

          Vint sur moy à tout18 sa houlète

          En me disant : « Vilain, areste ! »

          Y vint sur moy, et de fuÿr.

50   J(e) ouÿ je ne sçay quoy brouyr19 :

          Je cuydois que ce fussent gens ;

          Par le sang bieu ! c’estoyent les vens20.

          Je m’en repentis bien, après,

          Mais je cuydoie qu’i21 fussent près.

                                     GUERMOUSET

55   Et, mon père, vostre jument ?

                                     L’AVANTUREULX

          Je la lessay de peur du vent.

          Et sy22, avoyt le corps plus grand

          Que celle de Guillot23 d’aultant.

          Voylà comment je fus déceu.

                                    GUERMOUSET

60   Mon père, que je soys pourveu !

          Je veulx avoir, en un bref mot,

          Le bénéfice de Rignot,

          Qui est filz de Guillot le maire.

                                    L’AVANTUREUX

          Comment se poura cela faire ?

65   N’en a-il pas joÿssion24 ?

                                    GUERMOUSET

          Ô ! quelque possidation25

          Qu’il y ayt, il y26 a remyde.

                                    L’AVANTUREULX

          Et comment ?

                                    GUERMOUSET

                                       Il est omicyde :

          Il ocyt, en une mellée27,

70   La poulle d’Inde et de Guynée28.

          Ergo donc, selon l’Escripture29,

          Il ne doibt tenir nulle cure.

          Le philosophe30 le racompte.

                                    L’AVANTUREUX

          Guermouset, tu [me] dictz un compte31 !

75   S’il est vray, je faictz veu32 à Dieu

          Que je te mectray dens le lieu

          À puissance et à force d’armes.

          Mais pour entretenyr ces termes,

          Y fault, sans que plus on atende,

80   L’aler sommer qu’i me la rende33.

                                   GUERMOUSET

          G’iray donc[ques], j’en suys joyeulx.

                                   L’AVANTUREULX

          Dis-luy : « Le grant Avantureulx,

          Renommé plus fort que Raulet34

          Du temps qu[’à] la Grant Guerre aloyt35 ;

85   Cil que congnoissez où qu’il aille,

          Courant36 ainsy sur la poulaille ;

          Qui frape sy tost, qui [qu’en haigne]37… »

                                   GUERMOUSET

          Mon père, donnez-moy enseigne38.

                                   L’AVANTUREUX

          Guermouset, tu diras ainsy :

90   « Vous, hommes qui estes icy,

          Le grand Avantureulx vous mande

          Et expressément vous commande,

          Sans aultre débat ne procès,

          Que le bénéfice laissez,

95   De Rignot, dessoublz ma puissance !

          Ou aultrement, à coup de lance

          A pencé de le conquérir. »

          Et pour aulx enseignes venir,

          Tu luy diras que c’est celuy

100  Qui se loga39 auprès de luy,

          À quatre lyeulx de la ryvée40 ;

          Et qui, tout en une journée,

          S’enfuÿct, nos deulx coste à coste.

          Il est bien sot s’il ne le note.

105  Combien qu’il fust le plus léger,

          Encor parti-ge le premyer.

          Ces enseignes seront congnus.

                                   GUERMOUSET

          Or g’y voys, ne m’en parlez plus :

          J’ey bien le message en mémoyre.

                                   L’AVANTUREULX

110  Guermouset, prens ton escriptoyre,

          S’y faloyt tabellyonner41.

          Quant ce viendra à l’ajourner42,

          Mais-y bien ta sommation.

                                  GUERMOUSET

          C’est mon imagination43 :

115  Vélà cy. Laissez-moy aler.

 

                                 GUILLOT  entre            SCÈNE   III

          Et ! me la debvoyt-on céler,

          La guerre44 ? A ! je n’y faulderay45 ;

          Seurement a je m’y combatray,

          Et là, montreray mon courage46.

120  Combien que je soys sur mon âge,

          Sy portai-ge assez bonne lance.

          Ceulx qui ont jousté à oultrance…

          Non pas oultrance proprement.

          Sy j(e) eusse esté sur ma jument

125  Que Rignot perdit à l’armée,

          Il y eust eu lance brisée,

          Ouy dea, ouy dea. Tout en un mot,

          Chascun sçayt bien qui est Guil[l]ot.

          Par Dieu ! le courage m’afolle.

130  Trèsbien je m’enfuys de Marolle47 ;

          Aussy, en estoyt-il besoing.

          Sy, ne m’en tenois-je pas loing,

          Mais me retiray à mon aise,

          Autant que d’icy à Pontoise.

135  Car un souldard qui est souldain

          À fraper se doibt bien tenir loing.

          Jamais je n’us intention

          De faire omycidation.

          Or çà ! les trêves sont faillyes48,

140  Les espeautres49 jà assaillyes.

          J’ey un petit trop demeuré.

 

                                 RIGNOT                  SCÈNE  IV

          Mon père, je suys ajourné :

          Je croy bien que perdray ma cure,

          Car l’Avantureulx me procure50,

145  [Et dict]51 que suys insufisant.

          A ! vous le vérez maintenant :

          Son filz Guermouset est tout prest

          De vous sommer, sans poinct d’arest,

          Incontinent de vous combatre.

                                GUILLOT

150  Mon filz, s’y ne sont plus de quatre,

          Je les combatray une foys.

          Au moins s’y ne sont plus de troys,

          S’il en veulent à moy, j’en veulx !

          Sang bieu ! s’y ne sont plus de deulx,

155  J’en feray repentir aulcun52,

          Rignot. Mais qu’i n’y en ayt c’un,

          Je luy présenteray mon gage,

          Ouy dea, ouy, et fût-il un page53 !

          Laissez-lay venir sûrement.

160  Le bénéfice, et la jument

          Et le jaques, qui est perdu54,

          Fournyront bien au résidu55.

          Par Dieu ! le grand Avantureulx

          Se trouvera bien malureulx.

165  Je croy qu’il y poura faillyr.

 

                                GUERMOUSET              SCÈNE  V

          Guillot !

                                GUILLOT

                              Me viens-tu assaillir ?

                                GUERMOUSET

          A ! nénin, Guillot, par ma foy.

                                GUILLOT

          Ne t’aproche poinct près de moy,

          Car il ne t’en est pas besoing.

                               GUERMOUSET

170  Bien. Donq, je parleray de loing

          En vous proposant mon message.

                               GUILLOT

          Parle de loing, sy tu es sage !

          Garde que rien je ne te donne !

          (Rignot, ne pers pas ta couronne56.

175  Y fault escouster qu’i dira ;

          Et puys après, y s’en yra

          Tout aussy tost qu’il est venu.)

                             RIGNOT

          C’est bien faict, il sera receu.

                             GUILLOT

          Or je te pry, sans plus gloser,

180  Rignot, que je l’os57 proposer.

          Au moins ne puys-je que l’ouÿr.

                             GUERMOUSET

          Guillot, y vous fault enfuÿr ;

          Ou me lessez, en un bref mot,

          Le bénéfice de Rignot.

185  Je suys filz de l’Avantureulx ;

          Mon père dict que je vaulx myeulx

          Que Rignot, et que par puissance

          Y vous veult combatre à la lance,

          Sy le voulez rédargüer58.

                              GUILLOT

190  Et me viens-tu cy argüer59 ?

                              GUERMOUSET

          Y se veult combatre au plus fort60.

                              GUILLOT

          Or çà, Rignot61, sy je suys mort,

          On dira : « Cy-gist par oultrance

          Le plus vaillant qui soyt en France. »

195  Rignot, regarde qu’il y a.

                             RIGNOT

          Sy n’estoyt mon Per omnya62,

          Je leur montrerois bien qui esse !

                            GUILLOT

          Ne te chaille jà de la messe,

          Mais [metz bien] tout parmy le tout.

                            RIGNOT

200  San bieu ! sy en viendrai-ge à boult,

          Quelque chose qu’en doybve faire !

                            GUILLOT

          Guermouset, va dire à ton père

          Qu’il n’a garde que je luy faille :

          S’y veult noyse, je veulx bataille !

205  Et qu’i se garde des horions,

          Car s’une foys nous aprochons,

          Il ne rencontra onc tel homme.

          Va luy dire, sy je l’assomme,

          Qu’i me pardonnera sa mort.

                            GUERMOUSET

210  Nostre Dame ! mon père est fort,

          Quant il entre en sa lunèson63.

                            GUILLOT

          Mais qu’il ne frape en traïson,

          Je n’y aconte pas deulx poys64.

          Va-t’en vistement !

                            GUERMOUSET

                                               Je m’(y) envoys.

 

215  Mon père, je suys revenu.             SCÈNE   VI

                            L’AVANTUREULX

          Qui t’a sy longuement [tenu],

          Guermouset ? As-tu vu Guillot ?

                            GUERMOUSET

          Y m’a menacé ; et moy, mot.

          Et dict qu’i nous tura tous deulx.

                            L’AVANTUREULX

220  Est-il encor sy courageulx

          Comme il estoyt le temps passé ?

                            GUERMOUSET

          A ! y vous a bien menacé,

          Et dict bien qu’i ne vous crainct poinct.

                           L’AVANTUREULX 65

          Çà, mon harnoys m’est-il à poinct ?

225  A ! je l’auray ou il m’éra,

          Et fraperay qui frapera !

          Je say de jouster la manyère.

          Mais arme-moy bien par-derière66,

          Et que mon harnoys soyt bien clos.

                            GUERMOUSET

230  Quoy ! voulez-vous tourner le dos ?

                            L’AVANTUREULX

          Nénin pas ; mais quant nous fuyons,

          Y fault craindre les horions

          Autant devant comme derière.

          Çà, ma lance et puys ma banyère !

235  Et puys que j’aye mon espée d’armes ;

          Guillot aura les rains bien fermes,

          Sy je ne luy faictz bien sentir.

          Et ! veult-il contre moy tenir ?

          Par les plès bieu67 ! je le turay.

240  Guermouset, tu seras curay

          Avant qu’il soyt demain mydy.

          Sy68, l’on me dict qu’il est hardy

          Et qu’il a fréquenté les armes ;

          Mais quoy ! je luy jouray telz termes

245  Que de fuyr luy sera besoing.

          Mais (os-tu ?) ne te tiens69 pas loing

          De moy, mais frapes dessus luy.

          S’une foys je l’ay assailly,

          Y convyendra bien qu’il endure.

250  Mais, Guermouset, une aultre cure

          Ne seroyt-el poinct aussy bonne

          Comme est celle que je te donne,

          Sans combatre ne dire mot ?

                            GUERMOUSET

          Je croy que vous craignez Guillot ?

255  Et ! quel avantureulx vous estes !

                            L’AVANTUREULX

          Je ne crains rien, s’y n’a deulx testes70,

          Mais qu’il ne frape par la pance.

          Guermouset, baille-moy ma lance,

          Et que je la boulte à l’arest71.

                            [GUERMOUSET]

260  Aujourd’uy, je voieray que c’est

          Que du gentil Avantureulx.

                            [L’AVANTUREULX]

          Je croy, moy, que ce fust le myeulx

          Qu’il y eust apoinctations72 :

          C’est grand faict que de horions,

265  À gens qui ne l’ont poinct amors73.

          Sy ai-ge vaincu les plus fors !

          Au moins, je les ay menacés…

          Je n’en parle plus, c’est acez ;

          Car deulx courages sy vaillans

270  Demeurent tousjours sur les champs74.

          Guermouset, pour75 toy me combas :

          Sy on me tue, ne m’oublye pas.

          Je te recommende mon corps.

 

                            GUILLOT            SCÈNE  VII

          Sang bieu ! il (y) en aura de mors.

275  Il y moura l’un de nos deulx.

          A ! domyné76 l’Avantureulx !

          Et ! me viendrez-vous faire guerre

          Et m’assaillyr dessus ma terre ?

          Corps bieu ! je ne vous fauldray poinct77.

280  Rignot, mais78 mon jaques à poinct,

          Et puys me baille mon héaulme79.

          A ! je vous auray, sur mon âme,

          Maistre Avantureulx, de plain bont80,

          Voyre, sy ma lance ne ront ;

285  Mais je cuyde qu’el(le) sera ferme.

          A ! qu’esse-là ? Y crye à l’erme81 ?

          Rignot, haste-toy de venir !

          Je m’en pouray bien revenir

          Sy tost que je l’aray tué.

290  Car pour toy82 il m’a argüé,

          Et je ne luy dema[n]doye rien.

 

                             L’AVANTUREULX            SCÈNE  VIII

          Et ! par Dieu, ainsy que je tien83,

          Un apoinctement84 seroyt bon :

          Quant g’éray rompu mon bâton,

295  Je n’y conquesteray pas maille85.

          Sy86, fault-il bien que je l’assaille,

          Car les voylà, luy et son filz.

          Guermouset, dis [tes Profondictz]87,

          Tes Gauldès et ta grand Crédo.

                            GUILLOT

300  Jésus ! qu’esse-cy que j’o88 ?

          L’Avantureulx aproche fort.

                            L’AVANTUREULX

          À mort, vilain ! À mort, à mort !

                            GUILLOT

          Vilain, dictes-vous ? C’est oultrage

          À un grand maire de vilage.

305  (A ! Rignot, il est courageulx,

          Pour un homme, et avantureulx,

          Et térible quant il se fume89.)

          J’ey le cœur plus dur c’une enclume,

          De haste que j’ey de combatre !

310  Par le sang bieu ! j’en turay quatre.

          Vous ne vistes onc tel déduict.

          (Il aura grand pour90, s’y ne s’enfuyct ;

          Mais je ne couray pas après.)

                            L’AVANTUREULX

          Or çà, Guillot, nous sommes prês :

315  Jouston ! A ! qui esse qui tient91 ?

                            GUILLOT

          Dictes-vous à bon essient ?

          Vrayment, je ne vous fauldray pas.

                            L’AVANTUREULX

          A ! dea, dea ! Ne me frapez pas,

          Combien que riens je ne vous crains.

                            GUILLOT

320  Sang bieu ! se g’y boulte les mains…

          Je m’en raporte bien à toy :

          Ne t’aproche pas près de moy,

          Sy tu veulx que je me deffende.

                            L’AVANTUREULX

          Vault-y poinct myeulx que je me rende ?

325  Guermouset, que t’en semble bon ?

                            GUILLOT

          Y vault mieulx que nous apoincton92,

          Rignot93, les coups sont dangereulx :

          C’est grand faict d’un avantureulx.

          Je crains qu’i ne soyt trop hardy.

                            L’AVANTUREULX

330  Je te deffy… di-ge : Je dy

          Que tu reculle un peu plus loing.

                            GUERMOUSET

          Voulez-vous faillir au besoing ?

          Frapez, et vous aurez du myeulx.

                            L’AVANTUREULX

          Sy je fusse armé94 par les yeulx,

335  Je seroys bien plus sûrement.

                            RIGNOT

          Assaillez-lay légèrement,

          Mon père.

                            GUILLOT

                                 G’y voys95, par ma foy !

          Rignot, [tiens-toy]96 auprès de moy.

          Jésus ! doys-je dire « Qui vive97 » ?

                            GUERMOUSET

340  Sus ! voicy Guillot qui arive,

          Y ne fault plus dissimuler.

                            L’AVANTUREULX

          Laisse-moy un peu reculer,

          Et je prendray myeulx ma visée.

                            GUILLOT

          Que sa lance est longue amanchée !

345  Elle est plus longue que la myenne.

                            L’AVANTUREULX

          Çà ! qui vouldra venir, qu’i vienne…

          Di-ge : Voyse-s’en98 qui vouldra.

                            GUILLOT

          Mauldict soyt-il qui te fauldra99 !

          Par Dieu, je voys donner100 dedens.

                            L’AVANTUREULX

350  Mauldict soys-je se je me rens !

                            GUILLOT

          Sy feras, se tu faictz que sage101.

                            L’AVANTUREULX

          Ne frape poinct par le visage,

          Ou, par Dieu, je te bauldray belle102 !

                            GUILLOT

          Par Dieu, Rignot103, y se rebelle :

355  Je cuyde qu’i me veult fraper.

                            L’AVANTUREULX

          Guermouset, sy peulx eschaper,

          Jamais joustes n’entreprendray.

                            GUILLOT

          Je cuyde que je me rendray ;

          Rignot, par ta foy, qu’en dis-tu ?

                            RIGNOT

360  Vous ne valez pas un festu !

          Et ! je vous ay veu sy hardy.

                            GUILLOT

          Et ! par Dieu, Rignot, je te dy :

          Y n’y a rien sceur104, en procès.

                            L’AVANTUREULX

          A ! Guillot, vous me menacez ?

365  Souvyenne-vous bien de Marolles105 :

          Vous en fuŷtes, sans parolles ;

          Je vous y vis bien, par ma foy.

                            GUILLOT

          Sainct Jehan ! vous fuŷtes devant moy,

          Combien que je couroye myeulx.

370  Y ne s’en falust que deulx lieux106

          Que nous ne fussions prins d’assault.

                            L’AVANTUREULX

          À mort, vilain !

                            GUILLOT

                                         À mort, ribault !

          Tu n’as garde de m’atraper.

                            L’AVANTUREULX

          Voulez-vous jouer à fraper ?

375  Nostre Dame ! je ne vous crains.

          Combatons-nous à coups de poins,

          Et boutons nos lances en bas.

                            GUILLOT

          Par sainct Jehan ! je n’y gouray pas107 :

          Homme qui combat à oultrance,

380  Y fault bien qu’il ayt unne lance,

          Sy bon jousteur on le renomme.

                            L’AVANTUREULX

          Onques je ne fus sy preudhomme

          En quelque guerre que108 j’alasse.

          (Y vaulsît myeulx que j’apoinctace.)109

                            GUILLOT

385  À mort, à mort !

                            L’AVANTUREULX

                                            À mort, à mort !

                            RIGNOT

          Chascun de vous est le plus fort ;

          Mon père, n’alez plus avant.

                            GUERMOUSET

          Vous l’avez gaigné tout contant110,

          Mon père, mais n’aprochez pas.

                            GUILLOT

390  Qui ne me tînt, tu fusses bas !

          (Jamais je n’en eusse eu mercy111.)

                            L’AVANTUREULX

          Par Dieu, tu fusses mort aussy :

          Et puys ce seroyt deulx gens mors.

                            GUILLOT

          Veulx-tu poinct liter112 corps à corps,

395  Et que tu n’ais poinct de bâton ?

                            L’AVANTUREULX

          Y vault myeulx que nous apointon :

          Le moindre bruict est le m[e]illeur.

                            GUILLOT

          Veulx-tu apoincter cœur à cœur ?

                            L’AVANTUREULX

          C’est le meilleur, comme y me semble.

                            GUERMOUSET

400  Y fault parler vos deulx ensemble,

          Et mectre bas chascun sa lance.

                            L’AVANTUREULX

          Bas, Guillot ?

                            GUILLOT

                                     Esse assurance ?

                            L’AVANTUREULX

          Ouy, vélà mon bâton à terre.

                            GUILLOT

          Hélas ! fault-y faire la guerre

405  Pour les biens où chascun a part ?

                            L’AVANTUREULX

          Hélas ! fault-il faire départ113 ?

          Te souvyent-y poinct de l’armée ?

          Des esperons de la Journée114 ?

          Ô l’amityé, le grand soulas115 !

410  Fault-il faire la guerre ?

                            TOUS ENSEMBLE

                                                       Hélas !

                            GUILLOT

          Et quant je116 fus quasy malade,

          Et que je bus dens ta salade117,

          Lors que de fuÿr estoys las ?

          Me haÿr à ceste heure !

                            TOUS ENSEMBLE

                                                     Hélas !

                            L’AVANTUREULX

415  Et quant je passay la rivyère,

          [Là] où tu demouras derière ?

          En ce lieu, tu me consolas118.

          Je t’ayday bien aussy.

                            TOUS ENSEMBLE

                                                  Hélas !

                            GUILLOT

          Et quant nous fûmes à Hédin119 ?

420  Je prins d’assault un grand gardin :

          Je te vis eschaper des las120 ;

          Garde n’us d’y aller !

                            TOUS ENSEMBLE

                                                 Hélas !

                            RIGNOT

          Tant ce sont gens de grand renon !

                            GUERMOUSET

          Hélas ! mon amy, ce sont mon121 :

425  Ce sont gens en faictz magnifiques.

                           RIGNOT

          Escriptz seront dens les croniques

          Aussy bien que le roy Clovys.

                            GUERMOUSET

          Jamais de telz gens je ne vis

          En cas de fuÿr toult discord.

                            GUILLOT

430  Vien çà, compère ! Es-tu d’acord

          De guerre, ou paix ? Dis vérité.

                            L’AVANTUREULX

          Je croy que Dieu soyt yrité

          De nos fais, là où chascun [qui]erre

          Prendre bénéfice122 par guerre.

435  Je ne l’entens pas bonnement.

                            GUILLOT

          Sy est-il faict communément,

          Quoy que le faict [ne] soyt condigne123.

                            RIGNOT

          Je dis que je suys le plus digne.

          Et sy, suys magister en Ars124.

                            GUERMOUSET

440  Voyre à tuer poules125, canars.

          Comme l’argument le126 décide,

          Per fidem127, tu es homicide ;

          Ergo, tu ne seras curé.

                            GUILLOT

          Sy ce débat est procuré

445  Par vos deulx, vous l’apaiserez.

                            LES DEULX FILZ

          Et ! mon père, vous m’ayderez.

                            L’AVANTUREULX

          Mes128 amys, paix est acordée :

          Ne troublez pas la [ras]semblée129,

          Car ce n’est pas petit de cas.

450  Plus tost baillerons dis ducas

          Que de fraper un horion.

                            GUERMOUSET

          Or bien, donc, nous disputeron

          Des grans argumens de Paris130.

          Or dis, Rignot, quis vocarys131.

                            L’AVANTUREULX

455  Or sus, soustiens132 cest exament !

                            RIGNOT

          Quis vocaris ? [Par] prénoment133 ?

                            GUERMOUSET

          Noment, quid est ?

                            RIGNOT

                                             Octo.

                            GUERMOUSET

                                                           Quare ?134

                            RIGNOT

          Quia, s’il est bien procuré,

          Casy plurali numery.

                            GUILLOT

460   Voylà Guermouset bien mary135.

                            GUERMOUSET

          A ! per fidem136, tu mentiris !

          Dy quem artem profiteris.

                            RIGNOT

          « Il est simplicis figuré. »137

                            L’AVANTUREULX

          Voylà son honneur recouvré.

465  L’un contre l’autre tiennent serre138.

          Ainsy que sommes gens de guerre,

          Ainsy chascun d’eulx est expert139.

          Il est bon à voir140 : il y pert

          Qu’il ont trèsbien estudyé.

                            GUERMOUSET

470  Rignot sera répudyé !

                            L’AVANTUREULX

          Non sera ; voicy qu’on feron,

          Qui m’en croira : nous changeron

          Ceste cure, sans long apel,141

          À la chapelle de Gripel142

475  Et à la vâtine d’Aufy143.

                            GUILLOT

          Je le veulx bien.

                            LES ENFANS

                                         Et nous aussy.

                            L’AVANTUREULX

          Je ne veulx pas que tu grumelles ;

          Car sy un jour tu te rebelles,

          Pas ne m’éras du premyer coup.

480  Qui me dict « sap ! », je luy dis « soup144 ! » ;

          Qui me dict « torche ! », je dis « serre ! »145.

          Jamais je ne mourus en guerre ;

          Et sy146, j’ey veu aulx avangardes

          Aucune-foys tirer bombardes :

485  Tip ! tap ! toup ! toup147 ! C’estoyt abismes148.

                            GUILLOT

          Ce fust quant nous nous enfuŷmes.

                            L’AVANTUREULX

          Et [qu’eussions-nous]149 gaigné d’atendre ?

          Car on nous menassoyt à pendre150.

          Or sus, sus ! changons de propos :

490  Quel cure veulx-tu, en deulx mos,

          Guermouset ? Choisis sans apel.

                            GUERMOUSET

          Je veulx la cure de Gripel.

                            RIGNOT

          Et moy ?

                            L’AVANTUREULX

                             Tu auras les vâtines.

          Or, alez chanter vos matines

495  En plain-chant ou en contrepoinct.

                            GUERMOUSET               SCÈNE  IX

          Conclusion, voyci le poinct :

          De sotes gens, sote(s) raison.

          De les hanter151 on ne doibt poinct,

          Mais fuÿr en toulte saison.

500  Prendre aussy de Dieu la maison,152

          Les biens et la divine ofice,

          L’usurfruict et le bénéfice,

          Par gens où vertu se périt

          Et gens d’armes en maléfice,153

505  C’est un péché contre l’esprit.

          En prenant congé de ce lieu,

          Une chanson pour dire adieu !

 

                                                FINIS

 

*

1 Qui prend des risques, notamment à la guerre.   2 LV : auoir  (Il est bon de voir si la partie adverse.)  3 LV : et  4 À donner le coup.   5 « Je veux dire. » Cette formule d’autocorrection va revenir souvent.  6 Mon heaume, mon casque.   7 LV : faictz  (Au royaume de France.)  8 Le capitaine anglais John Talbot et son fils furent tués en 1453 à la bataille de Castillon, où le courage des francs-archers français fut pourtant modéré : « La journée de Tallebot/ S’en fuyrent les plus légers. » (Sottie de maître Georges.)  9 Et malgré tout.   10 Trou de bise = anus (Guiraud, Dictionnaire érotique). Le Dictionnaire des saints imaginaires et facétieux de Merceron ne répertorie que saint Trou, saint Troufignon et saint Troubaise.  11 Pourvu d’une cure [d’une charge de curé], présentement.   12 Qu’il y ait une cure vacante.   13 LV : querra  (« Cherra » est le futur de choir : « La bobinette cherra. »)  Les charges et bénéfices ecclésiastiques les plus lucratifs se vendaient fort cher, et il n’était même pas obligatoire d’être ordonné prêtre pour en obtenir un. Cf. les Sotz ecclésiasticques qui jouent leurs bénéfices au content.  14 Même vers que 328.  15 De poids, d’importance.   16 Lieues.   17 Je l’emmenai facilement.   18 Avec.   19 Bruire, comme un ventre qui gargouille. « Et au resveil, quant le ventre luy bruit. » Villon.   20 La peur fait péter. Cf. Frére Guillebert, vers 281-290.   21 Que ces gens.   22 Et pourtant.   23 Voir les vers 124 et 160, ainsi que la note 54.   24 La jouissance.   25 Droit de possession.   26 LV : ny  (Il y a un remède, une solution.)   27 Au cours d’une bagarre (dont il était probablement spectateur).   28 Il occit une dinde et une pintade. Les fils de soldats sont des voleurs de poules, comme leur père : voir le vers 86.   29 Le droit canonique interdisait aux clercs de verser le sang.  30 Guermouset se vante d’avoir lu un philosophe, mais il se garde bien de nous dire lequel.   31 Tu me racontes des histoires.   32 LV : vay  (Veu = vœu.)  33 Sa cure.   34 Roland, le neveu de Charlemagne ? Raulet est le diminutif de Raoul.   35 LV : avlet, ou aulet, ou anlet  (La Grande Guerre, ou guerre de Cent Ans, avait pris fin en 1453. Déjà aux vers 20-21, l’Aventureux prétendait y avoir combattu.)  36 LV : Courans  37 LV : men hengne  (Qui qu’en haigne = même si quelqu’un grogne.)  38 Une preuve verbale pour me faire reconnaître.  39 Logea.   40 À 4 lieues de la rive.   41 Dresser un acte notarial. Maître Mymin, lui non plus, ne part jamais en guerre sans son écritoire.   42 À lui assigner un rendez-vous. Réminiscence de Chrétien de Troyes : « Et quant ce vint à l’anjornée. » Chevalier de la charrette, v. 5763.  43 Mon intention (d’emporter mon écritoire).   44 Fallait-il me cacher qu’une nouvelle guerre se préparait ? La France n’intervint physiquement dans la 7ème guerre d’Italie qu’en 1528. Mais depuis 1526 (voir la note 48), elle poussait au crime ses alliés de la Ligue de Cognac. Des rumeurs d’entrée en guerre bruissaient dans tout le pays.   45 Je ne lui ferai pas défaut.   46 LV : oultrage  47 Les troupes du duc de Vendôme occupèrent Maroilles en 1521.  48 Le 14 janvier 1526, François Ier avait signé le traité de Madrid, qui mettait fin aux guerres d’Italie. Deux mois plus tard, il le renia.   49 LV : aultres  (Épeautres = blés. Les soldats et leurs chevaux dévastaient les champs.)  50 Me traite en procureur.   51 LV : dire  (Insuffisant = qui ne remplit pas les conditions requises.)   52 Un des deux.   53 Un enfant. « Mon gantelet vélà pour gaige./ Par le sang bieu ! je ne crains paige,/ S’il n’a point plus de quatorze ans. » Franc-archier de Baignollet.   54 Contamination d’une autre farce, Colin, filz de Thévot le maire, où le fils du maire a perdu sa jument et son jaque [vêtement militaire]. Voir la note 93.  55 Ce qui reste à léguer. « Et au résidu de tous et chacun ses autres biens meubles et immeubles qu’il n’a cy-dessus donné ny légué. » (Formule testimoniale.)   56 Ta tonsure de clerc.   57 Que je l’oie, que je l’entende faire ses propositions.   58 Contredire.   59 Presser. Idem vers 290.   60 À celui des deux qui sera le plus fort.   61 LV : guillot  62 Si cela ne m’était pas interdit par le droit canon. Maître Mymin (vers 348) chante aussi le Per omnia. Ces deux mots se prononçaient « père on n’y a ».  63 Quand il a un coup de folie. La lune faisait des lunatiques.   64 Je n’en donne pas deux pois. « Je n’y aconte une bille. » Godefroy.   65 LV : guillot  (écrit par une autre main.)  66 Maître Mymin (vers 234-238) protège lui aussi ses arrières.   67 Les plaies du Christ.   68 Cependant.   69 LV : tient  (Ois-tu = entends-tu.)  70 S’il n’est pas le diable.   71 Cheville métallique fixée au côté droit du harnais, et sur laquelle les cavaliers appuient leur lance à l’horizontale. Cf. les Sotz escornéz, vers 208-9.   72 Des négociations.   73 Qui n’en ont pas l’habitude. (Du verbe amordre.)  74 Les champs de batailles.   75 LV : par  (Vers 290.)  76 Monsieur.   77 Je ne vous ferai pas défaut. Idem à 317.   78 Mets (comme au vers 113). Le jaque est une jaquette rembourrée. Cf. Colin, filz de Thévot, vers 37, 80 et 116.  79 Rime en -âme, de même que « baume » s’écrivait « basme » et se prononçait « bâme ».  80 Au jeu de paume, de plein bond signifie d’un seul coup. « [Ils] s’en vindrent férir de plain bond (…) ès premiers que ils rencontrèrent. » Froissart.   81 Aux armes. « Je crie “À l’arme !” ou “À l’assault !” » Franc-archier de Cherré.   82 LV : quoy  (Vers 271.)  À cause de toi, il m’a harcelé.  83 Selon moi.   84 Un arrangement.   85 Je n’y gagnerai rien.   86 Pourtant.   87 Prie pour moi !  LV : desprofondictz  (Voir le vers suivant. Les pères parlent aussi mal le latin que leurs fils.)   88 J’ois, j’entends.   89 Quand il se met en colère. (Cf. Mallepaye et Bâillevant, vers 100.) Les deux poltrons, à distance l’un de l’autre, vont tourner autour de la scène sans se toucher. Leurs enfants, cachés derrière eux, tentent de les pousser en avant.   90 Peur.   91 Jeu de scène très visuel : il fait croire que son fils le retient, comme Guillot à 390. « Qui me tient, que ne l’ay fendu/ Jusqu’au pommeau de mon espée ? » Les Deux frans-archiers qui vont à Naples, F 14.   92 Que nous trouvions un terrain d’entente.   93 LV : colin  (Nouvelle confusion avec Colin, filz de Thévot <note 54>, dont notre farce « est une réplique redoublée », d’après Halina Lewicka. Même confusion au vers 354.)   94 Protégé d’une armure.   95 J’y vais. Mais il ne bouge pas d’un pouce.   96 LV : tient toy   97 Cri de reconnaissance des soldats. Cf. les Troys Gallans et Phlipot, vers 490, 499 et 503.   98 S’en aille.   99 Celui qui te fera défaut, qui se défilera.   100 Frapper.   101 Si tu es sage. Cf. les Sotz ecclésiasticques, vers 261.   102 Je te la baillerai belle, je t’en flanquerai une.   103 LV : colin  (Note 93.)   104 Rien de sûr. Procès = affrontement.   105 Maroilles : note 47.   106 Lieues.   107 Je n’y jouerai pas, je ne m’y amuserai pas.   108 LV : ou   109 Il vaudrait mieux que je négocie.  LV ajoute dessous : combien que je suys le plus fort   110 Comptant, sans faute.   111 Jamais il ne m’aurait fait grâce.   112 Lutter.   113 Faut-il que nous soyons séparés ?   114 La défaite de Guinegatte (16 août 1513), dite « Journée des éperons », tant la fuite des cavaliers français fut rapide. Cf. le Gentil homme et son page, vers 67-68.   115 Plaisir.   116 LV : tu   117 Ton casque. « Combien que je fusse malade,/ Je mis la main à la salade,/ Car el m’estouffoit le visaige. » Franc-archier de Baignollet.   118 Tu me soutins.   119 En 1521, les Français prirent Hesdin. Et Guillot prit un jardin…   120 Des lacs, des nœuds coulants. Certains propriétaires de vergers tendaient des collets pour dissuader les chapardeurs.   121 Ils sont tels.   122 Cherche à prendre un bénéfice ecclésiastique.   123 Ne soit pas digne d’un chrétien.   124 L’ignorance des maîtres ès Arts (docteurs ès Lettres) était proverbiale : « [Nous verrons] beaucoup d’ânes mestres aux Ars. » (Sottie de l’Astrologue.)   125 Tu es digne de tuer de la volaille. Voir le vers 70.   126 LV : se   127 Par ma foi ! (Avec un jeu de mots sur « perfide ».)   128 LV : Mais  129 La réconciliation. Coup de griffe à l’éphémère traité de Madrid (note 48).   130 La faculté des Arts de Paris cultivait la disputatio, aboutissement de la scolastique médiévale, qui consistait à parler pour ne rien dire en faisant un bel étalage de latin de cuisine.   131 Comment tu t’appelles.   132 LV : a   133 LV : pronoment  (Le copiste a interverti les répliques de l’Avantureulx et de Rignot. Quand il s’en est aperçu, il a biffé l’actuel vers 456.)   134 R : Comment je m’appelle ? Par mon prénom ? G : Ton nom, quel est-il ? R : Huit. G : Pourquoi ? R : Parce que si on réfléchit bien, c’est quasiment [le nom] d’un nombre pluriel.  135 Marri, embarrassé.   136 LV : quidem  (Cf. le vers 442.)   137 G : Par ma foi, tu mens ! Dis-moi quelle règle tu utilises. R : Il est d’une forme simple. (Rignot s’empêtre dans la règle Propria nomina locorum simplicis figure. Mais ce vers peut se traduire autrement : « Mon nom est représenté par un simple d’esprit. » Donc, Rignot a perdu.)   138 Tiennent bon. Cf. le Testament Pathelin, vers 495.   139 Savant.   140 LV : auoir  (Il y pert = il apparaît, du verbe paroir.)   141 LV répète dessous : nostre cure sans long apel   142 Contre la chapelle de Notre-Dame du Grippel, rattachée au prieuré de Saint-Lô. En 1525, un dénommé Nicolas, prieur de Saint-Lô, y fut présenté pour en briguer le bénéfice.   143 Le prieuré Notre-Dame d’Auffay. Le manuscrit La Vallière brocarde à nouveau les « vâtines d’Aufy » dans la farce des Bâtars de Caulx (LV 48). Vâtine = gâtine : terrain inculte.   144 Ces onomatopées imitent le bruit d’une dague qui transperce un corps. Cf. Colin, filz de Thévot, vers 197.   145 Torcher = cogner (Colin, filz de Thévot, vers 148). Serrer = frapper : « Del fort espié grant cop li serre. » (Gormont et Isembart.)   146 Et pourtant.   147 « D’artillerie grosse et gresle,/ Vous eussez ouÿ pesle-mesle :/ “Tip ! tap ! sip ! sap !” » Franc-archier de Baignollet. Dans sa Chanson de la Guerre, Clément Janequin donne à entendre des onomatopées similaires.   148 C’était un enfer. Cf. les Rapporteurs, vers 19.   149 LV : queusons nous   150 « S’on ne m’eust menassé à pendre. » Franc-archier de Cherré.   151 Fréquenter.  152 La maison de Dieu : les églises. Les huit derniers vers sont rayés verticalement dans le manuscrit, mais c’est toute cette tirade moralisatrice qui est apocryphe : après le vers 495, la pièce finissait comme il se doit sur une chanson polyphonique.   153 Les soldats qui tuaient se trouvaient en état de péché mortel. Les aumôniers militaires furent créés pour qu’on puisse s’étriper avec la bénédiction divine.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :