LA CONFESSION MARGOT

Recueil du British Museum

Recueil du British Museum

 

 

*

 

LA  CONFESSION  MARGOT

 

*

 

Ce dialogue remontant au début du XVIe siècle exploite l’inépuisable filon de la confession parodique et, en l’occurrence, lubrique1.

Sources : BM1 = Édition conservée au British Museum de Londres sous la cote C 22 a 33 <141 vers>.  BM2 = Recueil du British Museum, nº 21 <167 vers>.  Sév. = Édition tardive et sans intérêt de la Bibliothèque colombine de Séville. Je publie la version longue (BM2), qui améliore considérablement BM1.2

Structure : Rimes plates.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

 

La  Confession  de  Margot  la bénigne 3

 

*

 

À deux personnaiges, c’est assavoir :

     LE  CURÉ

     MARGOT

*

 

                           MARGOT  se met à genoulx devant le Curé, et dit en plourant :

          Je me confesse à vous, beau Père.

          J’ay anuyt4 secouru ung frère

          En sa grande nécessité.

          Je l’ay faict par joyeuseté,

5    Car il en estoit empesché5.

          Parquoy, sire, se j’ay péché,

          J’en requiers absolution.

                             LE CURÉ

          Fille, dictes vostre raison

         Jusqu’à la fin de voz péchéz.

             MARGOT

10   Sire, bien veulx que les sachez ;

          Je diray tout sans riens rabatre.

          Il le me fit6 troys foys ou quatre

          Sans descendre, le beau Robin7.

          Ne sçay s’il estoit Jacobin,

15   Cordelier, Augustin ou Carme8,

          Mais je vous jure sur mon âme

          Qu’il le faisoit de trèsbon hayt9 !

             LE CURÉ

          De péché n’y avez point faict :

          Il gaigne la gloire des Cieulx,

20   Qui faict bien10 aux religieux.

          De cela soyez [bien] certaine.

             MARGOT

          Avecques moy coucha ung moyne

          Dedans la meilleur de noz chambres ;

          Ses genoulx mist entre mes jambes

25   Plus de sept foys, celle nuytée !

          Je ne sçay se j’en suis dampnée :

          Qu’en dictes-vous sur ce passage ?

             LE CURÉ

          Je vous tiens pour trèsbonne et sage

          D’avoir faict si trèsbelle aulmosne.

30   De tous les cardinaulx de Romme11

          Vous donray absolution.

             MARGOT

          Sire, entendez ma raison :

          Souvent mon voysin je secours,

          Et si, m’en voys à luy le cours,

35    Laissant mon mary quant il dort.

          Le péché si fort me remort

          Que je ne sçay se je m’en repente.

             LE CURÉ

          La chose n’est pas convenante

          De soy repentir de bien faire.

40   Des grans peines de Purgatoire

          Et d’Enfer le tourment villain

          Je vous absouldray tout à plain12.

             MARGOT

          Sire, entendez d’ung pèlerin

          Qu’alloit l’autre jour son chemin

45   Et ne sçavoit où aberger13.

          Or je vous dis, pour abréger,

          Que j’eux14 de luy trèsgrant pitié ;

          Et lors, d’une grant amytié,

          En ma chambre le fis loger.

50    Si, luy donnay bien à manger

          Et à boire pour ce repas.

          Puis après, je ne faillis pas

          À mon lit faire et arrancher15,

          Et avec(ques) moy le fis coucher.

55   Lors, nous mismes en si grand peine

          Qu’à peu ne nous faillit l’aleine,

          Par force de tarrabaster16.

          Nostre lict ne peult arrester17,

          Car l’ostel si fort en trembla

60    Que le lict à terre tomba,

          Dont j’en fus trèsfort esbahye !

          Sire, je ne sçay que j’en die,

          Ne se je m’en doy repentir ;

          Mais je vous dis bien sans mentir

65   Que j’en fus trèsfort desplaisante.

          Ne cuydez pas que je vous mente ;

          Par ma foy, je dis vérité.

             LE CURÉ

          M’amye, vous avez esté

          Femme d’une trèsgrand constance,

70   Quant le pèlerin à plaisance

          Avez bien logé, et au large18

             MARGOT,  en plorant

          Sire, ung aultre cas me charge,

          Mais ne sçay se je l’ose dire.

             LE CURÉ

          Pourquoy non ?

             MARGOT

                                        Hélas ! c’est le pire

75   Péché que je fis en ma vie.

             LE CURÉ

          Si fault-il bien qu’on [me] le die,

          Ou la confession ne vault oncques.

             MARGOT

           Sire, je vous [le] diray doncques,

          Affin que de tout soye quitte.

80    L’aultre jour, trouvay ung hermite

          Près d’ung grant chemin, en ung boys ;19

          Lequel tenoit entre ses doys,

          À plain poing, une gente chose.

             LE CURÉ

          Il ne fault point parler par glose20 :

85   Qu’estoit-ce ?

             MARGOT

                                       Je croy q’une endo[u]ille

          Toute vive…

             LE CURÉ

                                    Ou [bien] une couille21 ?

          Avisez bien lequel c’estoit.

             MARGOT

          Sire, par ma foy, ell’ avoit

          La teste bien rouge22 devant,

90   Et ung chapperon23 pour le vent,

          Qui estoit dessus la couronne24.

          Elle estoit d’une façon bonne,

          Grosse, belle à l’avenant,

          Dure, roide au remanant25 ;

95   Et au pied, deux belles sonnettes26

          Tant belles et tant joliettes,

          Qui sonnoyent si doulx que rage.

          Quant je la vis, j’eux grand courage

          De m’aprocher pour mieux la27 veoir.

             LE CURÉ

100   Et puis ?

             MARGOT

                                À le vous dire voir28,

          Me dit29 que celle belle chose

          Avoit grand froid (dont30 je suppose

          Qu’il la tenoit entre ses mains).

             LE CURÉ

          Après, m’amye, c’est du moins31.

105   Et puis ?

             MARGOT

                           Je la prins par la teste,

          Cuidant que ce fust une beste,

          Et la mis entre mes deux cuisses

          Pour l’eschauffer.

             LE CURÉ

                                             Ce sont grandz vices !32

          La mistes-vous en vostre ventre ?

             MARGOT

110   Elle s’i mist ; puis sault33, puis entre,

          Si doulcement que c’estoit raige.

             LE CURÉ

          En cela, n’a point de dommaige :

          Ce n’est que bien, comme j’entens.

             MARGOT

          Quant il eut fatrouillé34 long temps

115   Et qu’il voulut la chose reprendre,

          Elle fut si povre, si tendre,

          Si molle que c’estoit pitié,

          Et plus petite la moytié

          Que n’estoit au commencement.

120   Et si, plouroit fort tendrement,

          Dont (lasse !) je fus esperdue,

          Quant je la vis ainsi fondue

          Et gastée par mon meschief35.

          Car quant il cuida de rechief

125   S’en jouer comme premièr(e)ment,

          Il ne peult ; car, par mon serment,

          Elle plia par le milieu.

          Si, en requier pardon à Dieu,

          Et à vous absolution.

             LE CURÉ

130   Vous av[i]ez grand dévotion

          D’eschauffer celle pouvre beste.

             MARGOT

          Je luy frottay trop fort36 la teste,

          Et vélà dont vint le dommaige.

             LE CURÉ

          Il vous partoit d’ung bon couraige37.

135   Qu’i a-il plus ?

             MARGOT

                                         Sire, j’ay dit

          Tout tant que j’ay faict ne mesdit,

          Au moins dont j’aye souvenance.

             LE CURÉ

          Vous estes femme de conscience.

          Et ! qu’avez vescu sainctement !

140   Or, m’amye, premièrement,

          Pour pénitence, vous irez

          Visiter les lieux où sçaurez

          Que sont les frères de nostre Ordre

          (Comme les frères de la corde38,

145   Prescheurs, Carmes et Jacobins)

          Tous les soirs ou tous les matins,

          Tant que vous serez en jeunesse.

          Au curé de vostre paroisse,

          S’il a de vostre corps mestier39,

150   Ne luy en faictes pas dangier40 :

          Paradis gaignera41 terrestre,

          Qui fera bien au povre prestre

          Et grand prouffit au povre moyne.

          Et s’il survient sur la sepmaine

155   Quelque pèlerin deslogé,

          Qu’en vostre chambre soit logé,

          Et avecques vous le couchez,

         Et près de luy vous approchez.42

          J’ordonne que faciez debvoir

160   De souvent visiter et veoir

          L’hermite du boys, au ramage43 ;

          Et portez, comme femme sage,

          De bon vin la plaine bouteille,

          Pour vous festoyer soubz la feuille44 ;

165   Et apportez ung bon jambon.

             Il luy met la main sur la teste, et dit :

          Ainsi gaignerez le pardon,

          Et voz péchéz s’effaceront.

          In secula seculorum45.

             MARGOT

          Amen !

 

            Cy  fine  la  Confession  Margot

 

 *

 

1 Con fesser = frapper une vulve : Gratien Du Pont, vv. 417-430.   2 On consultera avec profit le travail exhaustif d’André Tissier : Recueil de farces, VI, Droz, 1990, pp. 369-422.   3 La bienveillante. S’agit-il de son patronyme, ou d’un sobriquet ? En tout cas, le prénom Margot était peu reluisant : Trote-menu et Mirre-loret, note 13.   4 Cette nuit.   5 Il était gêné par une érection.   6 Il me fit l’amour. « Vous ne me le ferez plus : ma mère m’a mariée. » Brantôme.   7 Prototype du berger en rut. « Un jour, Robin vint Margot empoigner/ En luy monstrant l’oustil de son ouvraige,/ Et sur le champ la voulut besongner. » Clément Marot.   8 Les moines affiliés à un Ordre souffraient apparemment de priapisme : « Ung des beaulx religieux de tout nostre Ordre, aussi bien fourny de ce que ung homme doit avoir que nul de ce royaume. » (Cent Nouvelles nouvelles.) On dit encore : « Bander comme un Carme. »   9 De très bon cœur.   10 Celui qui fait du bien. Idem vers 152. BM1 remplace les vers 21-24 par ce passage non expurgé, où la rime « membre » est plus pertinente que « jambes » :

         MARGOT

     Ha ! sire, de ce suis honnye,

     Car le curé de nostre ville

     Angrossie m’a d’une fille,

     Que j’ay donnée à mon mary.

         LE CURÉ

     Dame, faictes tousjours ainsi.

     En Paradis sera saulvé

     Qui fera bien à son curé.

         MARGOT

     Ha ! sire, encor(e) suys-je certaine

     Qu’avec[ques] moy coucha ung moyne

     Nu à nu dedans ma chambre ;

     Entre mes jambes mist son membre

 

11 BM1 : du Rosne  (qui rime mieux, bien qu’on trouve ailleurs la rime aumône/Rome. Le Rhône évoque le Palais des Papes d’Avignon au temps où les cardinaux s’y livraient à la débauche.)   12 Pleinement.   13 Héberger, loger. Dans BM1, ce pèlerin « avoit ung bourdon en charge ». Bourdon [bâton] = pénis (P. Guiraud, Dictionnaire érotique) : « En la main de madame la nonnain il mist son bel et trèspuissant bourdon, qui gros et long estoit. » Cent Nouvelles nouvelles.   14 J’eus. Idem vers 98.   15 Arranger, préparer.   16 Faire du tapage.   17 Ne put rester en place. On songe aux Dames galantes de Brantôme : « Elle et luy s’esmeurent et se remuèrent tellement toute la nuict, qu’ils en rompirent et enfoncèrent le fonds du châlit. » BM1 remplace les vers 59-60 par :

     Car sur moy trois foys [il] monta,

     Tant que [le] lict en tresbucha

     Et que la couche cheut à terre,

     Et y cheusmes aussi grant erre.

     Nous fusmes bien mis à cul jus,

     Et moy dessoubz et luy dessus.

 

18 On trouve la même pique dans les Récréations de Des Périers : « Madame la Fourrière, vous me logeastes l’autre nuict bien au large ! »   19 BM1 remplace les vers 81-134 par :

     Qui tenoit en son poing ung membre

     Très dur ; l’a bouté à mon ventre

     Plus q’ung petit, à faire « saulce ».

     Il parut bien que je fus faulse :

     Quant son membre tyra l’hermite,

     Il estoit plus mol q’une mitte…

     Je m’en confesse et [me] repens.

                         LE CURÉ

     Dame, vous feistes ung grant sens.

     Plaine fustes de patience

     Quant l’hermite fist sa plaisance

     De vous, à son bon vouloir.

     Je vous absoulbz de ce, pour voir.

 

20 Par énigmes. Des énigmes bien transparentes, puisque « chose » = pénis (Guiraud) : Les troys Gallans et Phlipot, note 26.   21 Couille (au singulier) et andouille désignent le pénis. « Prenez en gré du manche de ma couille…./Il est tout fait en façon d’une andouille. » Parnasse satyrique du XVe siècle.   22 « Il avoit la teste rouge et un petit trou par le bout, avec deux pendants en forme de couillons. » L’Escole des filles.   23 Un prépuce. « L’usage du prépuce est de servir de chaperon & de couverture au gland. » Pierre Dionis.   24 « Bourrelet circulaire à la base du gland. » P. Guiraud.   25 De reste, largement.   26 Testicules (Guiraud). « Nostre oyseau ne se perdra point :/ Il a de fort bonnes sonnettes. » Gaultier-Garguille.   27 BM2 : le  (qui peut s’appliquer à l’ermite.)   28 Pour vous dire la vérité.   29 Il me dit.   30 Et que c’est pour cela.   31 C’est le moins qu’on puisse supposer.   32 Tu parles d’un drame !   33 Saillir = sauter, sortir, saillir une femelle.   34 Coïté (Guiraud). « Fatrouiller sans danger de chancre, vérole, pisse-chaude. » Rabelais, Cinquième Livre.   35 Mon méchef, ma faute. Les vers 105-127 rappellent un épisode similaire du fabliau Trubert.   36 « Fort », qui manque dans BM2, est suppléé par Sév.   37 Cela partait d’un bon sentiment.   38 Les cordeliers, qui portaient une corde en guise de ceinture.   39 Besoin.   40 Difficulté.   41 BM2 : gaigneres  (Construit sur le même modèle que 19-20.)   42 Ce vers, qui manque dans BM2, est reconstitué par Sév.   43 Sous la ramée.   44 Pour qu’il vous fasse « voir la feuille à l’envers » (Guiraud), pour qu’il vous couche sur l’herbe : « Soubz arbre de fueilles ramu,/ C’est ung plaisir d’estre à l’envers/ Pour ouÿr chanter le coqu. » Les quattre Femmes (F 46). Festoyer = coïter (Guiraud). BM1 propose une autre fin, dont le dernier vers prouve que cette farce a bien été jouée en public :

     Pareillement, au povre moyne

     Qui pour vous prendra quelque peine

     À vous venir veoir soir et matin :

     De vostre corps, aulcun desda[i]ng

     Ne luy faictes, pour quelque sy.

     Ainsi vous aura à mercy

     Dieu, s’il n’est trèsffort empesché…

     Affin que je soye despesché

     De vous pour ceste heure présente,

     Vous yrez demain, moult fervente,

     À Sainct-Germain (sans estre folle)

     Des-Prés, où est la grant ydolle ;

     Et la salurez de la porte,

     Disant : « Le grant diable t’emporte ! »

     Ainsi gaignerez Paradis,

     Le cul dehors, la teste à l’huys ;

     De cela je vous certiffie.

     Adieu toute la compaignie !

 

45 On prononçait alors : Ces culs-là, ces culs l’auront. Les « équivoques latins-françois » (comme les nomme Tabourot dans ses Bigarrures) émaillaient toute la littérature comique, souvent écrite par des clercs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :