Archives de Tag: Confession

LA CONFESSION DU BRIGANT AU CURÉ

Biblioteca Apostolica Vaticana

Biblioteca Apostolica Vaticana

 

*

 

LA  CONFESSION  DU  BRIGANT

AU  CURÉ

 

*

 

Ce dialogue normand1 du XVIème siècle présente une particularité : le prêtre ne succombe ni au péché de luxure, ni au péché de gourmandise ; seul le péché d’avarice lui est imputable. Dans une forêt obscure, un bandit de grand chemin réclame sa bourse à un curé, qui la prétend vide, mais qui accepte de confesser le brigand. Celui-ci, à genoux aux pieds du curé, vide peu à peu la sainte bourse, tout en commentant son forfait dans les termes d’une confession en règle.

Source : Recueil de Florence, nº 10.

Structure : Rimes embrassées, rimes plates, rimes croisées. Les 44 derniers vers, dans un état désespéré, semblent avoir été reconstitués de mémoire.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce nouvelle du Curé et du Brigant

 

*

À deux personnaiges, c’est assavoir :

    LE BRIGANT

    LE CURÉ

 

 

La Confession

du Brigant au Curé

 

*

 

                               LE  BRIGANT  commence          SCÈNE  I

          Je suis desconfit de quinquaille2,

         Tout mon argent est despendu3.

         À malle hart4 soit-il pendu,

         Qui soustient ne denier ne maille5 !

5    Or n’est-il riens qui ne me faille,

         Et [n’ay] grant planté6 d’escuz vieulx.

         Ma robbe a le ventre creux

         Depuis que je n’ay eu nul gaige.

         Tout me fauldra7, en mon mesnaige :

10    Du pain, du lart et du fourmaige.

         Je ne le tiendray pas à saige,

         Qui8 passera ains que je couche.

           LE  CURÉ                 SCÈNE   II

         Voicy la feste qui s’approuche

         De Pasques ; et pource, à ma cure

15   Je veulx aller à l’aventure

         Confesser mes paroissiens,

         Car ilz sont si trèsnégligens

         Que ce n’est que toute ignorance.

         Pour acquiter ma conscience,

20   La Dieu mercy, je suis tout prest.

         Aller me fault sans nul arrest ;

         Et si, convient que [me haston]9.

         Mais ung homme sans baston

         Est à la mercy des chiens10.

25   Or avant ! Je ne crains [plus] riens.

         Dieu me conduye, et Nostre Dame !

           LE   BRIGANT               SCÈNE   III

         Par la croix bieu ! il ne passe âme.

         Je ne fois icy que morfondre…

         Je prie à Dieu qu’il me confonde

30   Si je ne voy là quelque proye.

         Ho, ho ! Il convient que je voye

         S’il y a point de compaignie.

         Sang bieu ! vous y perdrez la vie

         Tantost, domine Curate11.

           LE  CURÉ          SCÈNE  IV

35   Je me suis [assez tost]12 hasté,

         Je seray bientost à mon estre13.

           LE  BRIGANT 14

         À mort ! à mort ! Demourez, prestre :

         Il fault retourner par-deçà15 !

           LE  CURÉ

         Hélas, hélas ! Et ! qu’esse-là ?

40   Pour Dieu, ne me faictes nul mal !

           LE  BRIGANT

         [Vient-on]16, à pié ou à cheval ?

           LE  CURÉ

         Je n’ay veu âme. [Quel tourment]17 !

           LE  BRIGANT

         Vous avez peur, maistre gallant18 ?

           LE  CURÉ

         Je cuydoye premièrement

45   Que ce fussent mauvaises gens ;

         Mais [voy que] non sont, Dieu mercy !

           LE  BRIGANT

         Jamais ne partiray d’icy

         Que n’aye compté vostre monnoye.

           LE  CURÉ

         (C’est donc pis que [je] ne cuydoye.)

50   Las, ne me faites nul effors !

           LE  BRIGANT

         Je te mettray la dague au corps,

         Par la chair Dieu, se tu dis mot !

           LE  CURÉ

         Nenny, je ne suis pas si sot ;

         Il n’en sera jamais nouvelle19.

           LE  BRIGANT

55   Çà, de l’argent !

           LE  CURÉ

                                    Il n’y a rouelle20,

         Par le Dieu qui me fist21, en ma tasse.

           LE  BRIGANT

         Parle bas, [de peur] qu’i ne passe

         Quelq’un qui face empeschement.

           LE  CURÉ

         Vous dictes vray, par mon serment ;

60   [Desjà] je l’avoye oublié.

         J’ay mon argent tout employé

         Au luminaire de la feste.

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu, ribault [de] prestre,

         Vous chanterez d’autre martin22 !

           LE  CURÉ

65   Je vous don(ne)ré ung pot de vin,

         Beau sire, et soyons amys.

           LE  BRIGANT

         Baille des escus cinq ou six :

         Tu n’auras garde qu’on [les t’emble]23.

           LE  CURÉ

         Je n’en vis oncques tant ensemble,

70   Par Dieu qui me fist, en ma bource.

           LE  BRIGANT

         S’il convient que je me courouce…

           LE  CURÉ

         [Ce me]24 seroit une grant peine.

           LE  BRIGANT

         Voicy desjà25 longue sepmaine

         Que je veulx estre confessé.

           LE  CURÉ

75   A ! par Dieu, tout sera laissé

         Devant que je ne vous confesse.

         Or sus, mectez-vous à vostre aise,

         Debout, assis, agenoillé26,

         Et dictes : « Benedicite,

80   Dominus27. »

           LE  BRIGANT

                                 Dy-le pour moy, [don28].

           LE  CURÉ

         Benedicite… Sempiternum…

         Secu29 corda… Predicatam30

         [Et] spiritus sancti… Amen !

         Or, dites donc : « Je me confesse. »

           LE  BRIGANT

85   Dy-le pour moy.

           LE  CURÉ

                                      Je me co[n]fesse

         À Dieu31.

           LE  BRIGANT

                        Et maulgré bieu du villain prestre32 !

         T’en veulx-tu desjà aller [paistre] ?

           LE  CURÉ

         C’est ung mot de confession.

           LE  BRIGANT

         Par la mort ! sans rémission

90   Je te tueray, se tu quaquettes.

           LE  CURÉ

         Or sus, dictes voz besongnettes33 :

         Avez-vous prins rien de l’autruy34 ?

           LE  BRIGANT

         [Se j’ay prins ?] Et ! morbieu, ouÿ :

         Quant je jou[o]ye aulx espinettes35

95   Avec[ques] les belles fillettes,

         Je leur ostoye leurs espilles36

         Et les donnoye à d’autres filles.

           LE  CURÉ

         Or Dieu le vous pardoint, [beau] sire !

         Comment vous va du péché d’ire37 ?

100  Vous courro[u]cez-vous voluntiers ?

           LE  BRIGANT

         Quant je vois38 parmy les santiers,

         [S’]une ronce ou une espinette

         Me happe parmy ma jambette,

         Incontinent je maulgroye Dieu

105  Et la couppe par le mellieu ;

         Voire tout bas39, sans mot sonner.

           LE  CURÉ

         Dieu le vous vueille pardonner !

         Mais d’argent prendre, il s’en fault f[r]aindre40.

           LE  BRIGANT 41

         Si fois-je, quant n’y puis actaindre.

           LE  CURÉ

110  C’est bien fait, car Dieu s’en courrouce.

         Avez-vous point, voyant42 la bource

         À ces gallans, et joué de « force »43 ?

           LE  BRIGANT

         Nenny, [pas encore, par Dieu]44.

           LE  CURÉ

         Or sus, faicte[s] bien vostre deu45 ;

115  Il faul[t] laisser, chascun, son fais46.

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu, je suis emprès ;

         Encor(e) ne fais que commencer.

           LE  CURÉ

         Il vous fault trèsbien [a]penser

         À mettre tout hors, mon amy.

           LE  BRIGANT

120  Aussi fais-je tant que je puis,

         Mais le pertuis47 est trop petit.

           LE  CURÉ

         Ce sera [pour] vostre prouffit,

         Mon amy : ne laissez rien.

           LE  BRIGANT

         [Pour] mon prouffit ? Par sainct Julien,

125  Au moins y ay-je espérance !

           LE  CURÉ

         N’avez-vous pas en Dieu fiance ?

         Dea ! ne vous hastez48 qu’à vostre aise.

           LE  BRIGANT

         Nenny dea, je suis bien aise.

         Vous fais-je point de desplaisir ?

           LE  CURÉ

130  Nenny non, faictes tout à loisir ;

         De vous amender j’ay grant joye.

           LE  BRIGANT

         Je vaulx mieulx que je ne faisoye

         Des escus, par Dieu, plus de six49.

           LE  CURÉ

         Vostre confession, beau filz,

135  Elle doit estre parfaicte.

           LE  BRIGANT

         El(le) sera, par Dieu, toute nette,

         Se je puis, avant que [je cesse]50.

           LE  CURÉ

         Dea, il ne fault pas que l’en laisse

         Aucuns péchés : n’en laissez nulz.

           LE  BRIGANT

140  Je prens les grans et les menus,

         Certes, j’en foys bien mon effors.

           LE  CURÉ

         Dieu vous sera miséricors.

         Or çà, savez-vous autre chose ?

           LE  BRIGANT

         L’autre jour, il y a grant pose51,

145  On avoit mis ung gras confit52

         À la gelée53, toute [une] nuyt ;

         Et je le prins.

           LE  CURÉ

                             [C’est bien forgé]54 !

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu ! je le mengay

         Sans sel55, dont je m’en confesse.

           LE  CURÉ

150  Or çà, oyez-vous point la messe,

         Au dimenche, quant elle sonne ?

           LE  BRIGANT

         Je l’oy bien d’où je suis.

           LE  CURÉ

                                               [Grant somme

         Avez]56, mais que faites vous tousjours ainsi ?

           LE  BRIGANT

         J’en ay beaucoup, [la] Dieu mercy57 !

           LE  CURÉ

155  Or mon amy dictes, après, [vos reliques58],

         Sans [me] faire tant de répliccques.

           LE  BRIGANT

         Je mengay l’autre jour des trippes

         D’une59 tripière, [à fines lippes]60 ;

         Et luy abbatis [sa tripière]61

160  Tant que la gresse cheut à terre.

         Et [j’ay] laissé là son62 couteau.

           LE  CURÉ

         Dea, nous en sommes bien et63 beau !

         Confession est-elle faicte ?

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu ! elle est [bien] nette :

165  Je ne sçay en [tout mon couraige]64

         Plus riens seul, s’il n’est bien sauvaige65.

           LE  CURÉ

         C’est vostre prouffit, j’ay66 fiance.

           LE  BRIGANT

         Or sus doncques, que l’en s’avance67 !

           LE  CURÉ

         Il vous fault avoir pénitence,

170  Pour des68 péchéz pardon avoir69.

           LE  BRIGANT

         Monsïeur, vueillez y penser :

         Car si vous me baillez grant charge,

         Je ne la sçauroie porter70.

           LE  CURÉ

         …………………. Ego asvote71

175  De la crouste d’ung pasté72

         Sicut erat… Sempiternam…

         [Et] spiritu sancti… Amen !

           LE  BRIGANT 73        SCÈNE  V

         Sire Morise, mon amy,

         [De grant sens vous estes garny]74.

                              LE  CURÉ

180  Vertu bieu ! je [chante mercy]75

         Que je n’é pas laissé l’endosse76.

         Morbieu ! se je reviens par cy…

         Je m’en vois à mon sacerdoce77,

         Confesser mes parroisiens.

185  Prenez en gré l’esbatement !

         Sire Dieu [vous donne tous biens]78 !

         Adieu vous dy pour maintenant.

           FINIS

*

1 Comme d’habitude, les particularismes normands n’ont survécu que dans les rimes : vers 16 et 17, 22 et 23, 111 et 112, 113 et 114, 170 et 171… Mais il nous reste un couplet sur les tripes, spécialité normande !   2 Cliquaille, monnaie.   3 Dépensé.   4 À une maudite corde.   5 Celui qui a des deniers ou des piécettes.   6 Quantité. Les écus vieux furent décriés le 5 décembre 1511.   7 Me fera défaut (verbe faillir, vers 5).   8 Celui qui passera avant que je ne me couche.   9 F : ie me haste  (Tournure normande : « Je n’avons pas putost eu gagé, que j’avons vu les deux hommes tout à plain. » Molière, Dom Juan, II, 1.)   10 Il ramasse une branche morte, et l’utilise comme canne pour marcher et se défendre pendant le long trajet entre son presbytère et la cure où il officie. Les villes se trouvaient dans la forêt, alors peuplée de chiens sauvages, de loups, et de détrousseurs.   11 Monsieur le Curé. C’est du vrai latin, contrairement à celui que va écorcher le curé.   12 F : asses toust   13 À destination.   14 Il surgit de derrière un arbre.   15 Par ici, vers moi. Il attrape le curé qui s’enfuyait.   16 F : Vient il  (Est-ce que quelqu’un d’autre vient ?)   17 F : quelconques  (« N’y est-elle point ? Quel tourment ! » Farce des bottines Gaultier, F 9.)   18 Les prêtres avaient une réputation de séducteurs.   19 F : nouuoelles  (Je n’en parlerai à personne.)   20 Aucune pièce de monnaie.   21 Même expression au vers 70. Tasse = bourse : « Prens dix escus en ma tasse. » Le Ramonneur de cheminées (F 30).   22 Vous changerez de ton. « Bientost vous ferai d’autre martin chanter. » Godefroy.   23 F : le lemble   (Tu ne craindras plus qu’on te les vole.)   24 F : Se  (On se demande si le curé plaint le brigand ou son argent.)   25 F : la   26 F : ou a genoulx  (Cf. la confession du Nouveau Pathelin : « –Çà, dictes, sans plus vous brouiller,/ Tout premier Benedicite…./ –Seray-je cy agenoillé ? »   27 Nombreux points communs avec la confession du Testament Pathelin (notamment les vers 327-330), et la confession du Munyer (vers 390-391).   28 Donc. On plaquait parfois cette rime commode à la fin d’un vers bancal : « Il suffist, je n’en dy rien, don. » Maistre Pierre Doribus.   29 Il faut comprendre Sursum corda [élevons nos cœurs]. Le curé a tellement peur qu’il mélange et estropie les textes liturgiques. Voir la note de Gustave Cohen, Recueil de farces françaises, p. 82.   30 F : predicale  (qui ne rime pas. Emprunt classique à saint Augustin : divino eloquio praedicatam = prêchée par une éloquence divine — que ne possède visiblement pas notre pauvre curé de campagne.)  Prédicatan rime avec aman, de même que le sempiternon du vers précédent rime avec don.   31 Le brigand comprend « Adieu ! », et croit que le curé va s’en aller. On trouve exactement le même jeu scénique dans la farce de Celuy qui se confesse à sa voisine (F 2), vers 403-405.   32 Maudit soit ce vilain prêtre ! « Maugré du vieux ! » Farce de la Cornette.   33 Vos petites affaires. Double sens érotique (besogner = coïter) : « Vous sçavez bien la besongnette…./ Une autre foys, en la couchette,/ Nous jouerons entre deux draps. » Farce de Jolyet (BM 5).   34 Du bien d’autrui. Cf. la confession du Testament Pathelin, vers 388.   35 Espine = pine, pénis. « Dame Proserpine/ Fust espinée de l’espine/ Qui est en ta brague cachée. » (Rabelais, V, 46.) On peut comprendre : quand je faisais l’amour.   36 F : espingles  (Les espilles sont des épingles qui fermaient les robes : « S’il choit à la dame une espille. » XV Joyes de mariage.)   37 La colère est un péché capital.   38 Vais.   39 Silencieusement.   40 Se retenir (Godefroy). Le curé estime moins grave d’enfreindre le deuxième Commandement (« Tu ne prendras point le nom du Seigneur ton Dieu en vain ») que le septième (« Tu ne desroberas point »).   41 À partir de là, le brigand à genoux entrouvre discrètement l’aumônière du curé, puis en sort les pièces une à une. Le curé lui parle de sa conscience qu’il doit vider de tout péché, mais le brigand parle de la bourse du curé, qu’il vide de ses écus.   42 F : veu en   43 Les forces étaient les ciseaux des coupeurs de bourses. Voir l’édition Koopmans, p.176, note 32.   44 F : par dieu pas encore  (Cf. Koopmans, note 33.)   45 Votre devoir. « Di» rime avec « dû », à la manière normande.   46 Chacun doit laisser son fardeau moral. Le brigand songe plutôt à un fardeau métallique.   47 Le goulot de ma conscience. (Et l’ouverture de votre bourse.)   48 F : hastrs   49 Je vaux 6 écus de plus que je ne valais avant de me confesser.   50 F : la laisse  (Rime du même au même.)   51 Il y a longtemps.   52 F : chappon   53 À la campagne, on laissait refroidir les plats chauds sur une fenêtre, pour le plus grand plaisir des chapardeurs.   54 F : Dea iulfhange  (C’est bien combiné.)   55 Goulûment, comme le chat de Renart le nouvel quand il dévore un héron « sans nape et sans sel ».   56 F : Par dieu vous auez grant somme  (Vous avez tellement sommeil, que vous restez couché au lieu d’aller à l’église ? Le brigand va équivoquer sur les sommes d’argent. Cf. Koopmans, note 49.)   57 Même exclamation au vers 20. Cf. la Seconde Moralité de Genève, vers 129.   58 Le reliquat, le reste. « S’il y a encores en vous quelques reliques de l’amour passée. » Marguerite de Navarre.   59 F : A une  (Vers trop long.)  Les tripières vendaient au marché des tripes chaudes que les clients consommaient sur place, dans une écuelle ou une chope : « Demandé luy ay du brouet [sauce],/ En mon escuelle, de ses trippes. » (Farce de la Trippière, F 52.) « Je payeray choppine de tripes. » (Le Disciple de Pantagruel.) À défaut, on versait les tripes dans un cornet de papier fort : « Ma besace sera gastée,/ Se ne le metez au cornet. » (Un Aveugle, son varlet et une tripière, LV 13.) Les tripières de la littérature comique sont toujours victimes de resquilleurs, comme dans les Repues franches de maistre François Villon.   60 F : qui passoit  (« Regardez là quelz fines lippes/ Pour tesmoigner d’ung plat de tripes. » Le Capitaine Mal-en-point.)   61 F : son bacquet  (Tripière = large pot en terre cuite muni d’un petit couvercle.)   62 F : mon  (Je me suis enfui avant qu’elle me poignarde.)  Le redoutable couteau à double tranchant des tripières était passé en proverbe : « L’Évangile est un cousteau de tripière, qui coupe des deux costéz. » Satyre Ménippée.   63 F : el  (Ce « nous » de majesté désigne le curé lui-même, qui regrette charitablement que la tripière n’ait pas tué le brigand.)   64 F : ma conscience  (Dans mon cœur, dans mon âme. « Ce sont choses (…) qui moult me grièvent et poisent en mon courage. » Froissart.)   65 Je n’ai pas laissé un sou, à moins qu’il n’ait des griffes.   66 F : Se ie ny ay part iay   67 Qu’on en finisse.   68 F : vos   69 Rime normande : avèr rime avec pensèr. Cf. Pates-ouaintes, vers 420 et 422.   70 Il faudrait une rime en -arge, ou à la rigueur en -age.   71 Ego absolvo te [je t’absous]. Pressé d’en finir, le curé recommence à dire n’importe quoi (note 29).   72 « De la croûte » évoque Juxta crucem [près de la croix], et « D’un pâté » rappelle Deus Pater [Dieu le Père].   73 Il s’éloigne en se parlant à lui-même. On apprend qu’il se nomme Maurice.   74 F : Vous estes garny de grant sens   75 F : eschape bien aucy  (Chanter merci = rendre grâces à Dieu.)   76 Le bas du dos : le curé se félicite de ne pas s’être fait violer ! Voir le glossaire des Ballades en argot homosexuel de Villon <édition de Thierry Martin>. D’après le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud, « se faire endosser » = se faire sodomiser.   77 F : avanture  (Réminiscence des vers 15-16.)   78 F : le vous pardonne  (Encore une fois, ces « biens » sont plus terrestres que spirituels.)

 

Publicités

LA CONFESSION MARGOT

Recueil du British Museum

Recueil du British Museum

 

*

LA  CONFESSION  MARGOT

*

 

Ce dialogue remontant au début du XVIe siècle exploite l’inépuisable filon de la confession parodique et, en l’occurrence, lubrique1.

Sources : BM1 = Édition conservée au British Museum de Londres sous la cote C 22 a 33 <141 vers>.  BM2 = Recueil du British Museum, nº 21 <167 vers>.  Sév. = Édition tardive et sans intérêt de la Bibliothèque colombine de Séville. Je publie la version longue (BM2), qui améliore considérablement BM1.2

Structure : Rimes plates.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

La  Confession  de  Margot  la bénigne 3

 

*

 

À deux personnaiges, c’est assavoir :

     LE  CURÉ

     MARGOT

*

 

                     MARGOT  se met à genoulx devant le Curé, et dit en plourant :

          Je me confesse à vous, beau Père.

          J’ay anuyt4 secouru ung frère

          En sa grande nécessité.

          Je l’ay faict par joyeuseté,

5    Car il en estoit empesché5.

          Parquoy, sire, se j’ay péché,

          J’en requiers absolution.

                             LE CURÉ

          Fille, dictes vostre raison

         Jusqu’à la fin de voz péchéz.

             MARGOT

10    Sire, bien veulx que les sachez ;

          Je diray tout sans riens rabatre.

          Il le me fit6 troys foys ou quatre

          Sans descendre, le beau robin7.

          Ne sçay s’il estoit Jacobin,

15    Cordelier, Augustin ou Carme8,

          Mais je vous jure sur mon âme

          Qu’il le faisoit de trèsbon hayt9 !

             LE CURÉ

          De péché n’y avez point faict :

          Il gaigne la gloire des Cieulx,

20    Qui faict bien10 aux religieux.

          De cela soyez [bien] certaine.

             MARGOT

          Avecques moy coucha ung moyne

          Dedans la meilleur de noz chambres ;

          Ses genoulx mist entre mes jambes

25    Plus de sept foys, celle nuytée !

          Je ne sçay se j’en suis dampnée :

          Qu’en dictes-vous sur ce passage ?

             LE CURÉ

          Je vous tiens pour trèsbonne et sage

          D’avoir faict si trèsbelle aulmosne.

30    De tous les cardinaulx de Romme11

          Vous donray absolution.

             MARGOT

          Sire, entendez ma raison :

          Souvent mon voysin je secours,

          Et si, m’en voys à luy le cours,

35     Laissant mon mary quant il dort.

          Le péché si fort me remort

          Que je ne sçay se je m’en repente.

             LE CURÉ

          La chose n’est pas convenante

          De soy repentir de bien faire.

40    Des grans peines de Purgatoire

          Et d’Enfer le tourment villain

          Je vous absouldray tout à plain12.

             MARGOT

          Sire, entendez d’ung pèlerin

          Qu’alloit l’autre jour son chemin

45    Et ne sçavoit où aberger13.

          Or je vous dis, pour abréger,

          Que j’eux14 de luy trèsgrant pitié ;

          Et lors, d’une grant amytié,

          En ma chambre le fis loger.

50     Si, luy donnay bien à manger

          Et à boire pour ce repas.

          Puis après, je ne faillis pas

          À mon lit faire et arrancher15,

          Et avec(ques) moy le fis coucher.

55    Lors, nous mismes en si grand peine

          Qu’à peu ne nous faillit l’aleine,

          Par force de tarrabaster16.

          Nostre lict ne peult arrester17,

          Car l’ostel si fort en trembla

60     Que le lict à terre tomba,

          Dont j’en fus trèsfort esbahye !

          Sire, je ne sçay que j’en die,

          Ne se je m’en doy repentir ;

          Mais je vous dis bien sans mentir

65    Que j’en fus trèsfort desplaisante.

          Ne cuydez pas que je vous mente ;

          Par ma foy, je dis vérité.

             LE CURÉ

          M’amye, vous avez esté

          Femme d’une trèsgrand constance,

70    Quant le pèlerin à plaisance

          Avez bien logé, et au large18

             MARGOT,  en plorant

          Sire, ung aultre cas me charge,

          Mais ne sçay se je l’ose dire.

             LE CURÉ

          Pourquoy non ?

             MARGOT

                                  Hélas ! c’est le pire

75    Péché que je fis en ma vie.

             LE CURÉ

          Si fault-il bien qu’on [me] le die,

          Ou la confession ne vault oncques.

             MARGOT

           Sire, je vous [le] diray doncques,

          Affin que de tout soye quitte.

80     L’aultre jour, trouvay ung hermite

          Près d’ung grant chemin, en ung boys ;19

          Lequel tenoit entre ses doys,

          À plain poing, une gente chose.

             LE CURÉ

          Il ne fault point parler par glose20 :

85    Qu’estoit-ce ?

             MARGOT

                                   Je croy q’une endo[u]ille

          Toute vive…

             LE CURÉ

                              Ou [bien] une couille21 ?

          Avisez bien lequel c’estoit.

             MARGOT

          Sire, par ma foy, ell’ avoit

          La teste bien rouge22 devant,

90    Et ung chapperon23 pour le vent,

          Qui estoit dessus la couronne24.

          Elle estoit d’une façon bonne,

          Grosse, belle à l’avenant,

          Dure, roide au remanant25 ;

95    Et au pied, deux belles sonnettes26

          Tant belles et tant joliettes,

          Qui sonnoyent si doulx que rage.

          Quant je la vis, j’eux grand courage

          De m’aprocher pour mieux la27 veoir.

             LE CURÉ

100   Et puis ?

             MARGOT

                           À le vous dire voir28,

          Me dit29 que celle belle chose

          Avoit grand froid (dont30 je suppose

          Qu’il la tenoit entre ses mains).

             LE CURÉ

          Après, m’amye, c’est du moins31.

105   Et puis ?

             MARGOT

                        Je la prins par la teste,

          Cuidant que ce fust une beste,

          Et la mis entre mes deux cuisses

          Pour l’eschauffer.

             LE CURÉ

                                       Ce sont grandz vices !32

          La mistes-vous en vostre ventre ?

             MARGOT

110   Elle s’i mist ; puis sault33, puis entre,

          Si doulcement que c’estoit raige.

             LE CURÉ

          En cela, n’a point de dommaige :

          Ce n’est que bien, comme j’entens.

             MARGOT

          Quant il eut fatrouillé34 long temps

115   Et qu’il voulut la chose reprendre,

          Elle fut si povre, si tendre,

          Si molle que c’estoit pitié,

          Et plus petite la moytié

          Que n’estoit au commencement.

120   Et si, plouroit fort tendrement,

          Dont (lasse !) je fus esperdue,

          Quant je la vis ainsi fondue

          Et gastée par mon meschief35.

          Car quant il cuida de rechief

125   S’en jouer comme premièr(e)ment,

          Il ne peult ; car, par mon serment,

          Elle plia par le milieu.

          Si, en requier pardon à Dieu,

          Et à vous absolution.

             LE CURÉ

130   Vous av[i]ez grand dévotion

          D’eschauffer celle pouvre beste.

             MARGOT

          Je luy frottay trop fort36 la teste,

          Et vélà dont vint le dommaige.

             LE CURÉ

          Il vous partoit d’ung bon couraige37.

135   Qu’i a-il plus ?

             MARGOT

                                     Sire, j’ay dit

          Tout tant que j’ay faict ne mesdit,

          Au moins dont j’aye souvenance.

             LE CURÉ

          Vous estes femme de conscience.

          Et ! qu’avez vescu sainctement !

140   Or, m’amye, premièrement,

          Pour pénitence, vous irez

          Visiter les lieux où sçaurez

          Que sont les frères de nostre Ordre

          (Comme les frères de la corde38,

145   Prescheurs, Carmes et Jacobins)

          Tous les soirs ou tous les matins,

          Tant que vous serez en jeunesse.

          Au curé de vostre paroisse,

          S’il a de vostre corps mestier39,

150   Ne luy en faictes pas dangier40 :

          Paradis gaignera41 terrestre,

          Qui fera bien au povre prestre

          Et grand prouffit au povre moyne.

          Et s’il survient sur la sepmaine

155   Quelque pèlerin deslogé,

          Qu’en vostre chambre soit logé,

          Et avecques vous le couchez,

         Et près de luy vous approchez.42

          J’ordonne que faciez debvoir

160   De souvent visiter et veoir

          L’hermite du boys, au ramage43 ;

          Et portez, comme femme sage,

          De bon vin la plaine bouteille,

          Pour vous festoyer soubz la feuille44 ;

165   Et apportez ung bon jambon.

             Il luy met la main sur la teste, et dit :

          Ainsi gaignerez le pardon,

          Et voz péchéz s’effaceront.

          In secula seculorum45.

             MARGOT

          Amen !

 

            Cy  fine  la  Confession  Margot

 *

1 Con fesser = frapper une vulve : Gratien Du Pont, vv. 417-430.   2 On consultera avec profit le travail exhaustif d’André Tissier : Recueil de farces, VI, Droz, 1990, pp. 369-422.   3 La bienveillante. S’agit-il de son patronyme, ou d’un sobriquet ? En tout cas, le prénom Margot était peu reluisant : Trote-menu et Mirre-loret, note 21.   4 Cette nuit.   5 Il était gêné par une érection.   6 Il me fit l’amour. « Vous ne me le ferez plus : ma mère m’a mariée. » Brantôme.   7 Homme de robe, religieux. Mais aussi, prototype du berger en rut : « Un jour, Robin vint Margot empoigner/ En luy monstrant l’oustil de son ouvraige,/ Et sur le champ la voulut besongner. » Clément Marot.   8 Les moines affiliés à un Ordre souffraient apparemment de priapisme : « Ung des beaulx religieux de tout nostre Ordre, aussi bien fourny de ce que ung homme doit avoir que nul de ce royaume. » (Cent Nouvelles nouvelles.) On dit encore : « Bander comme un Carme. »   9 De très bon cœur.   10 Celui qui fait du bien. Idem vers 152. BM1 remplace les vers 21-24 par ce passage non expurgé, où la rime « membre » est plus pertinente que « jambes » :

         MARGOT

     Ha ! sire, de ce suis honnye,

     Car le curé de nostre ville

     Angrossie m’a d’une fille,

     Que j’ay donnée à mon mary.

         LE CURÉ

     Dame, faictes tousjours ainsi.

     En Paradis sera saulvé

     Qui fera bien à son curé.

         MARGOT

     Ha ! sire, encor(e) suys-je certaine

     Qu’avec[ques] moy coucha ung moyne

     Nu à nu dedans ma chambre ;

     Entre mes jambes mist son membre

 

11 BM1 : du Rosne  (qui rime mieux, bien qu’on trouve ailleurs la rime aumône/Rome. Le Rhône évoque le Palais des Papes d’Avignon au temps où les cardinaux s’y livraient à la débauche.)   12 Pleinement.   13 Héberger, loger. Dans BM1, ce pèlerin « avoit ung bourdon en charge ». Bourdon [bâton] = pénis : « En la main de madame la nonnain il mist son bel et trèspuissant bourdon, qui gros et long estoit. » Cent Nouvelles nouvelles.   14 J’eus. Idem vers 98.   15 Arranger, préparer.   16 Faire du tapage.   17 Ne put rester en place. On songe aux Dames galantes de Brantôme : « Elle et luy s’esmeurent et se remuèrent tellement toute la nuict, qu’ils en rompirent et enfoncèrent le fonds du châlit. » BM1 remplace les vers 59-60 par :

     Car sur moy trois foys [il] monta,

     Tant que [le] lict en tresbucha

     Et que la couche cheut à terre,

     Et y cheusmes aussi grant erre.

     Nous fusmes bien mis à cul jus,

     Et moy dessoubz et luy dessus.

 

18 On trouve la même pique dans les Récréations de Des Périers : « Madame la Fourrière, vous me logeastes l’autre nuict bien au large ! »   19 BM1 remplace les vers 81-134 par :

     Qui tenoit en son poing ung membre

     Très dur ; l’a bouté à mon ventre

     Plus q’ung petit, à faire « saulce ».

     Il parut bien que je fus faulse :

     Quant son membre tyra l’hermite,

     Il estoit plus mol q’une mitte…

     Je m’en confesse et [me] repens.

                         LE CURÉ

     Dame, vous feistes ung grant sens.

     Plaine fustes de patience

     Quant l’hermite fist sa plaisance

     De vous, à son bon vouloir.

     Je vous absoulbz de ce, pour voir.

 

20 Par énigmes. Des énigmes bien transparentes, puisque « chose » = pénis : Troys Gallans et Phlipot, note 53.   21 Couille (au singulier) et andouille désignent le pénis. « Prenez en gré du manche de ma couille…./ Il est tout fait en façon d’une andouille. » Parnasse satyrique du XVe siècle.   22 « Il avoit la teste rouge et un petit trou par le bout, avec deux pendants en forme de couillons. » L’Escole des filles.   23 Un prépuce. « L’usage du prépuce est de servir de chaperon & de couverture au gland. » Pierre Dionis.   24 « Bourrelet circulaire à la base du gland. » Pierre Guiraud, Dictionnaire érotique.   25 De reste, largement.   26 Testicules. « Nostre oyseau ne se perdra point :/ Il a de fort bonnes sonnettes. » Gaultier-Garguille.   27 BM2 : le  (qui peut s’appliquer à l’ermite.)   28 Pour vous dire la vérité.   29 Il me dit.   30 Et que c’est pour cela.   31 C’est le moins qu’on puisse supposer.   32 Tu parles d’un drame !   33 Saillir = sauter, sortir, saillir une femelle.   34 Coïté. « Fatrouiller sans danger de chancre, vérole, pisse-chaude. » Rabelais, Cinquième Livre.   35 Mon méchef, ma faute. Les vers 105-127 rappellent un épisode similaire du fabliau Trubert.   36 « Fort », qui manque dans BM2, est suppléé par Sév.   37 Cela partait d’un bon sentiment.   38 Les cordeliers, qui portaient une corde à nœuds en guise de ceinture.   39 Besoin.   40 Difficulté.   41 BM2 : gaigneres  (Construit sur le même modèle que 19-20.)   42 Ce vers, qui manque dans BM2, est reconstitué par Sév.   43 Sous la ramée.   44 Pour qu’il vous fasse « voir la feuille à l’envers » (Guiraud), pour qu’il vous couche sur l’herbe : « Soubz arbre de fueilles ramu,/ C’est ung plaisir d’estre à l’envers/ Pour ouÿr chanter le coqu. » Les quattre Femmes (F 46).  Festoyer = coïter (Guiraud). BM1 propose une autre fin, dont le dernier vers prouve que cette farce a bien été jouée en public :

     Pareillement, au povre moyne

     Qui pour vous prendra quelque peine

     À vous venir veoir soir et matin :

     De vostre corps, aulcun desda[i]ng

     Ne luy faictes, pour quelque sy.

     Ainsi vous aura à mercy

     Dieu, s’il n’est trèsffort empesché…

     Affin que je soye despesché

     De vous pour ceste heure présente,

     Vous yrez demain, moult fervente,

     À Sainct-Germain (sans estre folle)

     Des-Prés, où est la grant ydolle ;

     Et la salurez de la porte,

     Disant : « Le grant diable t’emporte ! »

     Ainsi gaignerez Paradis,

     Le cul dehors, la teste à l’huys ;

     De cela je vous certiffie.

     Adieu toute la compaignie !

 

45 On prononçait alors : Ces culs-là, ces culs l’auront. Les « équivoques latins-françois » (comme les nomme Tabourot dans ses Bigarrures) émaillaient toute la littérature comique, souvent écrite par des clercs.

LE MUNYER

Bibliothèque nationale de France

Bibliothèque nationale de France

*

LE  MUNYER

*

André (ou Andrieu) de La Vigne composa cette pièce scatologique pour servir d’intermède à son très édifiant Mystère de saint Martin1. (Saint Martin est le patron des meuniers.) La farce fut représentée à Seurre, en Bourgogne, le 9 octobre 1496. « Les meusniers, qui sont ordinairement larrons »2, avaient une réputation exécrable : on les accusait de vendre « paille pour grain » et « bran pour farine ».

Source : Ms. fr. 24332 de la Bibliothèque nationale de France, folios 241 recto à 254 verso.

Structure : abab/bcbc, aabaab/bbcbbc, aababb/ccdccd.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce du Munyer

de qui le Deable emporte l’âme en Enffer

*

     [LE  MUNYER

     LA  FEMME

     LE  CURÉ

     LUCIFFER

     SATHAN

     ASTAROTH

     PROSERPINE3

     BÉRITH]

*

                     LE MUNYER, couché en ung lit, comme malade4    SCÈNE  I

        Or suis-je en piteux desconfort

        Par maladie grièfve et dure ;

        Car espoir je n’ay de confort

        Au grant mal que mon cueur endure.

                       LA  FEMME

5   Fault-il, pour ung peu de froidure,

        Tant de fatras mectre dessus ?

                       MUNYER

        J’ay moult grant peur, si le froit dure,

        Qu’aulcuns en seront trop déceux5.

        A ! les rains !

                       FEMME

                                 Sus, de par Dieu ! sus,

10   Que plus grant mal ne vous coppie6 !

                       MUNYER

        Femme, pour me mectre au-dessus,

        Baillez-moy…

                       FEMME

                                   Quoy ?

        MUNYER

                 La gourde pie7.

        Car Mort de si trèsprès m’espie

        Que je vaulx mains que trespassé.

        FEMME

15   Mais qu’ayez tousjours la roupie

        Au nez !

        MUNYER

         C’est bien compassé8 !

        Avant que j’aye au moins passé

        Le pas, pour Dieu, donnez-m’à boire !

        [………………………………… -passé.]

        A ! Dieu, le ventre !

         FEMME

               Et voire, voire ;

20   J’ay ung trèsgracieux douaire

        De vostre corps, quant bien j(e) y pence !

         MUNIER

        Le cueur me fault9 !

         FEMME

               Bien le doy croire.

         MUNYER

        Mort suis pour toute récompence,

        Se je ne refforme ma pence

25   De vendange délicieuse.

        Ne me plaignez poinct la despence,

        Femme ; soyez-moy gracieuse.

         FEMME

        Estre vous doybs malicieuse10

        À tout le moins ceste journée :

30   Car vie trop maulgracieuse

        M’avez en tous temps démenée.

         MUNYER

        Femme ne sçay de mère née

        Qui soit plus aise que vous estes.

         FEMME

        Je suis bien la malle assenée11,

35   Car nuyt ne jour, rien ne me faictes.

         MUNYER

        Aux jours ouvriers et jours de festes,

        Je foys tout ce que vous voulez.

        Et tant de petis tours…

         FEMME

                 Parfaictes12 !

         MUNYER

        [Ha ! ha !]13

         FEMME

          Dictes tout !

         MUNYER

                 Vous vollez,

40   Vous venez, et…

         FEMME

              Quoy ?

         MUNYER

                  Vous allez

        Puis chetz Gaultier, puys chetz Martin ;

        L’un gauldissez, l’autre gallez,

        Aultant de soir que de matin.

        Pencez que dens mon advertin14,

45   Les quinzes joyes15 n’en ay mye.

         FEMME

        L’avez-vous dit, villain mastin16 ?

        Vous en aurez !     Elle fait semblant de le batre.

         MUNYER

            Dictes, m’amye :

        Ou nom de la vierge Marie,

        Maintenant ne me batez poinct !17

         FEMME

50   Tenez, tenez !     Elle le bat.

         MUNYER

             Qui se marye

        Pour avoir ung tel contrepoinct ?

        Je ne sçay robe ne pourpoint

        Qui tantost n’en fust descousu.     Il pleure.

          FEMME

        Cella vous vient trop bien à poinct18.

          MUNYER

55   A ! c’est le bon temps qu’avez heu,

        Et le bien.

          FEMME

          Commant ?

          MUNYER

                Ho ! Jhésu !

        Que gaignez-vous à me férir19 ?

          FEMME

        (Il en est taillé et cousu20.)

          MUNYER

        Vous me voulez faire mourir ?

60   Mais se je puis ung coup guérir,

        Mort bieu ! je [vous] fe…

          FEMME

                  Vous grongnez ?

        Encore faictes ?

          MUNYER

            Requérir,

        Mains joinctes, vous veulx.

          FEMME

                  Empoignez    (Elle frappe)

        Ceste prune !

          MUNYER

           Or besongnez,

65   Puis que vous l’avez entrepris.

          FEMME

        Par la croix bieu ! si vous fongnez21

          MUNYER

        A ! povre munyer, tu es pris,

        Et trop à tes despens repris.

        Que bon gré sainct Pierre de Romme…

          FEMME

70   Vous m’avez le mestier appris

        À mes despens, Mais[tre].22

          MUNYER                   

                   En somme,

        De grant despit vécy ung homme

        Mort, pour toute solucion.

          FEMME

        Je n’en donne pas une pomme23.

          MUNYER

75   En l’onneur de la Passion,

        Je demande confession,

        Pour mourir catholiquement.

          FEMME

        Mais plus tost la potacion24,

        Tandis qu’avez bon santement25.

          MUNYER

80   Vous vous mocquez, par mon serment !

        Quant mes douleurs seront estainctes26,

        Se par vous vois à dampnement,

        À Dieu je feray mes complainctes.

          LE  CURÉ              SCÈNE  II

        Il y a des sepmaynes maintes

85   Que je ne vis nostre munyère.

        Pour ce, je m’en vois aux actaintes27

        La trouver.

          MUNYER             SCÈNE  III

          [De mal] coustumyère28,

        À ceste extrémyté dernyère,

        Estes trop.

          FEMME

          Qu’esse que tu dis ?

          MUNYER

90   Je conteray vostre manyère,

        Mais que je soye en Paradis.

        Avoir tous les membres roidis,

        Estre gisant sur une couche,

        Et batre ung homme ! Je mauldis     (Il pleure)

95   L’eure que jamais, bonne bouche29

          FEMME

        Fault-il qu’encore je vous touche ?

        Qu’esse-cy ? Faictes-vous la beste ?

          MUNYER

        Laissez-m’en pay ! Trop fine mouche

        Estes pour moy.

          FEMME

             Ho ! qui barbecte30 ?

100  Qui gronde ? qui ? Qu’esse-cy ? qu’esse ?

        Commant ! serai-ge poinct maistresse ?

        Que mèshuy plus ung mot je n’oye !

          LE  CURÉ          SCÈNE  IV

        Madame, Dieu vous doinct lyesse,

        Et planté d’escus vous envoye !

          FEMME

105  Bien venu soyez-vous ! J’avoye

        Vouloir de vous aller quérir,

        Et maintenant partir debvoye.

          CURÉ

        Pour quoy ?

          FEMME

          Pour ce que mourir

        Veult mon mary, dont j’en ay joye.

          CURÉ

110  Il fauldra bien qu’on se resjoye,

        S’ainsi est.

          FEMME

          Chose toute seure.

        À son cas fault que l’on pourvoye

        Sagement, sans longue demeure.

          MUNYER

        Hellas ! et fault-il que je meure

115  (Hon, hon, hon31) ainsi meschamment ?     Il pleure.

          FEMME

        Jamais il ne vivra une heure ;

        Regardez.

          CURÉ32

          A ! par mon serment,

        Est-il vray. À Dieu vous commant,

        Munyer ! Baa, il est despesché.

          FEMME

120  Curé, nous vivrons gayement,

        S’il peult estre en terre couché33.

          CURÉ

        Trop long temps vous a empesché.

          FEMME

        Je n’y eusse peu contredire.

          MUNYER

        Que mauldit de Dieu (sans péché,

125  Touteffois, le puissé-je dire)

        Soit la pu…34

          FEMME

          Qu’esse-cy à dire ?

        Convient-il qu’à vous je revoise ?

          CURÉ

        Gauldir fauldra !

          FEMME

             Chanter35 !

          CURÉ

                   Et rire !

          FEMME

        Vous me verrez bonne galloise36.

          CURÉ

130  Et moy gallois.

          FEMME

             Sans bruyt37.

          CURÉ

                    Sans noyse.

          FEMME

        Des tours ferons ung million.

          CURÉ

        De nuyt et de jours.

          MUNYER

               Quel(z) bourgeoise !

        T(u) en es bien, povre munyer !

          FEMME

                     Hon ?

          MUNYER

        Robin a trouvé Marion ;

135  Marion tousjours Robin treuve.     [Il chante :]

        Hellas ! pour quoy se marye-on ?38

          FEMME

        Je feray faire robe neufve,

        Si la Mort ung petit s’espreuve39

        À le me mectre [à une]40 part.

          CURÉ

140  Garde n’a que de là se meuve,

        Ne que plus en face départ,

        M’amye.     Il l’embrace.

          MUNYER

         Le deable y ait part

        À l’amytié, tant ell’ est grande !

        A ! En faict-on ainsi ?

          FEMME

               Paix, coquart !

          CURÉ

145  Ung doulx baiser je vous demande.     Il l’embras[s]e.

          MUNYER

        Orde vielle putain ! truande !

        En faictes-vous ainsi ? Non mye,

        Vécy pour moy trop grant esclandre !

        Par le sainct sang…

           Il fait semblant de se lever, et la fe[mme]

          vient à luy et fait semblant de le batre.

          FEMME

              Quoy ?

          MUNYER

                  Rien, m’amye.

          FEMME

150  Hoon !

          MUNYER

         C’est le cueur qui me frémye41

        Dedens le corps, et me fait braire

        Il a plus d’une heure et demye.

          CURÉ

        Mais commant vous le faictes taire !

          FEMME

        S’il dit rien qui me soit contraire,

155  Causer le fois à mon devis.

          CURÉ

        Vous avez povoir voluntaire

        Dessus luy, selon mon advis.

          MUNYER

        Congé me fault prandre des vifz,

        Et m’en aller aux trespasséz

160  De bon cueur, et non pas envis42,

        Puis que mes beaux jours sont passéz…

           CURÉ

        Avez-vous rien43 ?

           FEMME

              Assez, assez,

        De cella ne fault faire doubte.

           MUNYER

        Qu’esse que tant vous rabassez44 ?

           FEMME

165  Je cuyde, moy, que tu radoubte45.

           MUNYER

        Vous semble-il que je n’oy goucte ?

        Si fois, dea ! Qui est ce gallant ?

        Il vous guérira de la goucte,

        Bien le sçay.

           FEMME

           C’est vostre parent,

170  À qui vostre mal apparent

        A esté par moy figuré.

           MUNYER

        Ce lignaige est trop différant.

           FEMME

        Par Dieu ! non est.

           MUNIER

              C’est bien juré !

        Commant deable nostre curé

175  Est-il de nostre parentaige ?

           FEMME

        Quel curé ?

           MUNIER

          C’est bien procuré46 !

           FEMME

        Par mon âme !

           MUNIER

           Vous dictes raige !

           FEMME

        [Hé ! hé !]47

           MUNIER

           Ho ! [ho !]

           FEMME

                 Tant de langaige !

        C’est il, à payne d’un escu48.

           MUNYER

180  Sainct Jehan ! s’il est de mon lignaige,

        C’est du cartier devers le cu.

        Je sçay bien que je suis coquu49.

        Mais quoy ? Dieu me doint pascience !

           FEMME

        A ! paillart, esse bien vescu

185  De dire ainsi ? Ma conscience !

        Vous verrez vostre grant science,

        Car je le vois faire venir.     Elle vient au curé.

           CURÉ

        Qu’i a-il ? Quoy ?

           FEMME

              Faictes scilence.

        Pour mieulx à noz fins parvenir,

190  Bonne myne vous fault tenir,

        Quant serez devant mon villain ;

        Et veillez tousjours maintenir

        Qu’estes son grant cousin germain.

        Entendez-vous ?

           CURÉ

            Oÿ.

           FEMME

              La main

195  Luy mectrez dessus la poitryne,

        En luy affermant que demain

        Le doibt venir voir sa cousine ;

        Et advienra quelque voisine

        Pour luy donner alégement.

200  Mais il vous fault légyèrement50

        De ceste robe revestir

        Et ce chappeau.

           CURÉ

            Par mon serment !

        Pour faire nostre effect sortir,

        Si vous ne voyez bien mentir,

205  Je suis contant que l’on me pende

        Sans plus de ce cas m’advertir.

           MUNYER

        […………………………… -ande.]

        A ! très orde vielle truande,

        Vous me baillez du cambouys51.

        Mais quoy ! vous en pairez l’amende,

210  Se jamais de santé joÿs.

        Qu’esse-cy ? Dea ! je m’esbaÿs :

        Qui deable la tient ? Somme toute,

        J’en despescheré52 le pays,

        Par le sang bieu, quoy qu’il me couste53 !

           CURÉ

215  Que faictes-vous là ?

           FEMME

               [Paix !] j’escoute54

        La complainte de mon badin.

           CURÉ

        (Il fault qu’en bon train on le boute.)55

        Dieu vous doinct bon jour, mon cousin !

           MUNYER

        Il suffit bien d’estre voisin56

220  Sans estre de si grant lignaige.

           FEMME

        Regardez ce grox Lymosin57

        Qui a tousjours son hault couraige !

        Parlez à vostre parentaige,

        S’il vous plaist, en luy faisant feste.

           CURÉ

225  Mon cousin, quelle est votre raige58 ?

           MUNYER

        Haÿ ! vous me rompez la teste.

           FEMME

        Par mon serment ! c’est une beste :

        Ne pencez poinct à ce qu’il dit,

        Je vous en prie.

           MUNYER

            Celle requeste

230  Aura devers luy bon crédit.

           CURÉ

        Vous ai-ge meffait ne mesdit,

        Mon cousin ? Dont nous vient cecy ?

           FEMME

        Sus, sus ! que de Dieu soit mauldit

        Le villain ! Et ! parlez icy.

           MUNYER

235  Laissez-m’en paix !

           FEMME

               Est-il ainsi ?

        Voire, ne parlerez-vous point ?

           MUNIER

        J’ay de dueil59 le corps tout transsi.

           CURÉ

        Par ma foy ! je n’en doubte poinct.

        Où esse que le mal vous poinct ?

240  Parlez à moy, je vous emprie.

           MUNYER

        Las ! mectez-moy la teste appoinct60,

        Car la Mort de trop près m’espie.

           FEMME

        Parlez à Régnault Croque-pie,

        Vostre cousin, qui vous vient voir.61

           MUNIER

245  Croque-pie ?

           FEMME

            Oÿ, pour voir62 !

        Pour faire vers vous son debvoir,

        Il est venu légièrement.

           MUNYER

   Se n’est-il pas.

           FEMME

            Si est, vrayment !

           MUNIER

        Ha ! mon cousin, par mon serment,

250  Humblement mercy vous demande

        De bon cueur.

           CURÉ

            Et puis commant63,

        Mon cousin, dictes-moy, s’amende

        Vostre douleur ?

           MUNIER

             Ell’ est si grande

        Que je ne sçay commant je dure.

           CURÉ

255  Pour sçavoir qui se recommande

        À vous, mon cousin, je vous jure

        Ma foy (dea, poinct ne me parjure)

        Que c’est Biétris vostre cousine,

        Ma femme Jehenne Turelure64,

260  Et Mélot65 sa bonne voisine,

        Qui ont pris du chemin saisine

        Pour vous venir réconforter.

           MUNIER

        Loué soit la grâce divine !

        Cousin, je ne me puis porter66.

           CURÉ

265  Il vous fault ung peu déporter,

        Et pencer de faire grant chière.

           MUNIER

        Je ne me puis plus comporter,

        Tant est ma malladie chière67.

        Femme, sans faire la renchière68,

270  Mectez acoup la table icy

        Et luy apportez une chière69 :

        Si se serra.

           CURÉ

          A ! grant mercy,

        Mon cousin, je suis bien ainsi ;

        Et si, ne veulx menger ne boire.

           MUNYER

275  J’ay si trèsgrant douleur par cy !

           CURÉ

        A ! cousin, il est bien à croire.

        Mais s’il plaist au doulx Roy de gloire70,

        Tantost recouvrerez santé.

           FEMME

        Je vois quérir du vin.

           MUNIER

               Voir(e), voire.

280  Et apportez quelque pasté.

           FEMME

        Oncques de tel ne fut tasté71.

        Séez-vous.

           MUNYER

          Cousin, prenez place.

           FEMME

        Vécy pain et vin à planté72.

        Vous serrez-vous ?

           CURÉ

              Sauf vostre grâce !

           MUNYER

285  Fault-il que tant de myne on face ?

        Par le sang bieu ! c’est bien juré :

        Vous vous serrez !

           CURÉ

              Sans plus d’espace73,

         Que vous ne soyez parjuré.

           MUNYER

        A ! si c’estoit nostre curé,

290  Pas tant je ne l’en prieroye !

           CURÉ

        Et pour quoy ?

           MUNIER

            Il m’a procuré

        Aulcun cas que je vous diroye

        Voluntiers ; mais je n’oseroye,

        De peur.

           CURÉ

         Dictes hardi[e]ment !

           MUNIER

295  Non feray, car batu seroye.

           CURÉ

        Rien n’en diray, par mon serment !

           MUNIER

        Or bien donc, vous sçavez commant

        Ces prestres sont adventureux ;

        Et nostre curé, mesmement,

300  Est fort de ma femme amoureux.

        De quoy j’ay le cueur douloureux

        Et remply de proplexité74 :

        Car coquu je suis, maleureux,

        Bien le sçay.

           CURÉ

           Bénédicité !

           MUNIER

305  Le poinct de mon adversité

        Gist illec75, sans nul contredit.

        Gardez qu’il ne soit récité.

           CURÉ

        Jamais, [jamais] !

           FEMME

             Qu’esse qu’il dit ?

        Je suis certayne qu’il mesdit

310  De moy ou d’aulcun myen amy.

        [Ce ………………..  me mauldit,]

        Ne fait pas ?

           MUNIER

          Non, par sainct Rémy !

           CURÉ

        Il me disoit qu’il n’a dormy

        Depuis quatre ou cinq jours en çà,

        Et qu’il n’a si grox c’un fremy76

315  Le cueur ne les boyaulx.

           FEMME

                   Or çà !

        Beuvez delà, menge[z] deçà,

        Mon cousin, sans plus de langaige.

           LUCIFFER         SCÈNE  V

        Haro ! deables d’Enffer ! J’enraige,

        Je meurs de dueil, je pers le sens ;

320  J’ay laissé puissance et couraige

        Pour la grant douleur que je sens.

           SATHAN

        Nous sommes bien mil et cinq cens77

        Devant toy (que nous veulx-tu dire ?),

        Fiers, fors, félons, deables puissans

325  Pour tout le monde à mal induyre78.

           LUCIFFER

        Coquin[s], paillars, il vous fault duyre79

        D’aller tout fouldroyer sur terre,

        Et de mal faire vous déduyre ?

        Que la sanglante Mort vous serre !

330  S’il convient que je me defferre80

        De ceste gouffrineuse lice81,

        Je vous mectray, sans plus enquerre,

        En ung ténébreux maleffice !

           ASTAROTH

        Chacun de nous a son office82,

335  En Enffer : que veulx-tu qu’on face ?

           PROSERPINE

        De faire nouvel édiffice

        Tu n’as pas maintenant espace83.

           ASTAROTH

        Je me contente.

           SATHAN

             Et je me passe

        De demander une aultre charge.

           ASTAROTH

340  Je joue icy de passe-passe

        Pour mieulx faire mon tripotaige.

           BÉRITH

        Luciffer : à peu de langaige,

        En Enffer, je ne sçay que faire ;

        Car je n’ay office ne gaige

345  Pour ma volunté bien parfaire.

           LUCIFFER

        Qu’on te puisse au gibet deffaire,

        Filz de putain ort et immunde !

        Doncques, pour ton estat reffaire,

        Il te fault aller par le monde,

350  À celle fin que tu confonde

        Bauldement84 ou à l’aventure

        Dedens nostre habisme parfonde85

        L’âme d’aulcune créature.

           BÉRITH

        Puis qu’il fault que ce mal procure,

355  Dy-moy doncques légièrement

        Par où l’âme faict ouverture,

        Quant elle sort premièrement.

           LUCIFFER

        Elle sort par le fondement86 ;

        Ne faiz le guet qu’au trou du cu.

           BÉRITH

360  Ha ! j’en auray subtillement

        Ung millier pour moins d’un escu.

        Je m’y en voys.     Il s’en va.

           MUNIER        SCÈNE  VI

            D’avoir vescu

        Si long temps en vexacion,

        De la Mort est mon corps vaincu.

365  Pour toute résolucion,

        Doncques, sans grant dilacion,

        Allez-moy le prestre quérir,

        Qui me donrra confession,

        S’il luy plaist, avant que mourir.

           CURÉ

370  Or me dictes : fault-il courir,

        Ou se j’yray87 tout bellement ?

           MUNIER

        S’il ne me vient tost secourir,

        Je suis en ung piteux tourment.

           Il se va desvestir, et revestir en curé.

           BÉRITH        SCÈNE  VII

        (Vellà mon faict entièrement.

375  Munyer, je vous voys soulager.

        L’âme en auray soubdaynement,

        Avant que d’icy me bouger.

        Or me fault-il, pour abréger,

        Soubz son lit ma place comprandre88 :

380  Quant l’âme vouldra desloger,

        En mon sac je la pourray prandre.)

            Il se musse soubz le lit du munier, atout son sac.

            CURÉ        SCÈNE  VIII

        Commant dea ! je ne puis entendre

        Vostre cas, munyer : qu’esse-cy ?

            MUNIER

        À la mort me convient estandre.

385  Avant que je parte d’icy,

        Pourtant, je crie à Dieu mercy,

        Devant que le dur pas passer.

        Sur ce poinct, mectez-vous icy,

        Et me veillez tost confesser.

            CURÉ

390  Dictes.

            MUNIER

         Vous devez commancer,

        Me disant mon cas en substance89.

            CURÉ

        Et ! commant ? Je ne puis pencer90

        L’effect de vostre conscience.

            MUNIER

        A ! curé, je pers pascience.

            CURÉ

395  Commancez tousjours, ne vous chaille ;

        Et ayez en Dieu confience.

            MUNIER

        Or çà donques, vaille que vaille,

        Quoy qu’à la mort fort je travaille,

        Mon cas vous sera relaté.

400  Jamais je ne fus en bataille ;

        Mais pour boire en une boutaille,

        J’ay tousjours le mestier hanté.

        Aussi (fust d’iver, fust d’esté),

        J’ay bons champions91 fréquenté,

405  Et gourmetz de fine vinée ;

        Tant que, rabatu et conté92,

        Quelque chose qu’il m’ait costé,

        J’ay bien ma face enluminée.

        Apprès, tout le long de l’année,

410  J’ay ma volunté ordonnée

        (Comme sçavez) à mon moulin93,

        Où, plus que nul de mère née,

        J’ay souvant la trousse94 donnée

        À Gaultier, Guillaume ou Colin.

415  Et en sacs de chanvre ou de lin,

        De bléd valent plus d’un carlin95,

        Pour la doubte des adventures96,

        Atout ung petit picotin97,

        Je pris de soir et de matin

420  Tousjours d’un sac doubles moustures98.

        De cela fis mes nourritures,

        Et rabatis mes grans coustures99

        Quoy qu’il soit, faisant bonne myne,

        Somme, de toutes créatures.

425  Pour surporter100 mes forfaictures,

        Tout m’estoit bon, bran101 et faryne.

            CURÉ

        Celuy qui ès haulx [cieulx] domine

        Et qui les mondains enlumyne102

        Vous en doint pardon par sa grâce !

            MUNIER

430  Mon ventre trop se détermine.

        Hellas ! je ne sçay que je face.

        Ostez-vous !

            CURÉ

           A ! sauf vostre grâce.

            MUNIER

        Ostez-vous, car je me conchye !

            CURÉ

        Par sainct Jehan ! sire, preu vo[us] face103 !

435  Fy [fy]104 !

            MUNIER

           C’est merde reffreschie.

        Apportez tost une bréchie105

        Ou une casse106, sans plus braire,

        Pour faire ce qu’est neccessaire.

        Las ! à la mort je suis eslit107.

            FEMME

440  Pencez, si vous voulez, de traire

        (Pour mieulx prandre vostre délit108)

        Vostre cul audehors du lit :

        Par là s’en peult vostre âme aller.

            MUNIER

        Hellas ! regardez si voller

445  La verrez poinct par l’er du temps.

            Il mect le cul dehors du lict. Et le deable tend son sac,

         cepend[ant] qu’il chie dedans, puis s’en va cryant et hurlant.

            BÉRITH        SCÈNE  IX

        J’ay beau gauldir109, j’ay beau galler !

        Roy Luciffer, à moy entens !

        J’en ay fait de si maulxcontens110,

        Que proye nouvelle j’apporte.

            LUCIFFER

450  Actens, ung bien petit111 actens !

        Je te voys faire ouvrir la porte.

        Deables d’Enffer, sus ! Qu’on luy porte

        Une chauldière112 en ce lieu-cy !

        Et saichez comme se comporte

455  Le butin qu’il admayne icy.

            Ilz luy apportent une chauldière ; puis il vuyde

            son sac, qui est plain de bran mou[i]llé.

            SATHAN

   Qu’esse-là ?

            PROSERPINE

          Que deable esse-cy ?

        Se semble merde toute pure.

            LUCIFFER

        C’est mon113 : je la sens bien d’icy.

        Fy fy, ostez-moy celle ordure !

            BÉRITH

460  D’un munier remply de froidure,

        Voy-en cy l’âme toute entière,

        [………………………….. dure.]

            LUCIFFER

        D’un munyer ?

            SATHAN

            Fy ! quelle matière !

            LUCIFFER

        Par où la prins-tu ?

            BÉRITH

              Par-derrière,

        Voyant le cu au descouvert.

            LUCIFFER

465  Or, qu’il n’y ait coing ne carrière

        D’Enffer que tout ne soit ouvert !

        Ung tour nous a baillé trop vert.

        Brou ! je suis tout enpuanti.

        Tu as mal ton cas recouvert114.

           SATHAN

470  Oncques tel(z) chose ne senty.

           LUCIFFER

        Sus ! acoup qu’il soit assorty,

        Et batu trèsvillaynement !

           SATHAN

        Je luy feray maulvais party.     Ilz le batent.

           BÉRITH

        À la mort !

           LUCIFFER

         Frappez hardiment !

           BÉRITH

475  À deux genoulx, trèshumblement,

        Luciffer, je te cry mercy,

        Te promectant certaynement

        (Puis que congnoys mon cas ainsi)

        Que jamais n’apporteray cy

480  Âme de munyer ne munyère.

           LUCIFFER

        Or te souviengne de cecy,

        Puis que tu as grâce planyère.

        Et garde d’y tourner arrière

        D’aultant que tu ayme ta vie.

485  Aussi, devant ne de costière115,

        Sur payne de haynne assouvye116,

        Deffens que nulluy117, par envie,

        Désormais l’âme ne procure

        De munyer estre icy ravie :

490  Car ce n’est que bran et ordure.

*

1 Publié par André Duplat. Droz, 1979. Ce spectacle de quatre jours s’acheva sur une autre farce du même auteur, l’Aveugle et le Boiteux. (André Tissier, Recueil de farces, XI. Droz, 1997.)   2 Rabelais, Tiers Livre, 2.   3 Avant d’être récupérée par le folklore catholique, Proserpine était l’épouse de Pluton, dieu des enfers. La nôtre fut jouée par messire Ponsot. Les cinq diables et le décor infernal font partie du Mystère.   4 Faisant semblant d’être malade. Les didascalies furent ajoutées dans la marge à l’intention exclusive des acteurs.   5 Déçus, trompés.   6 Frappe.   7 Le bon vin (argot). « –Ma bouteille n’est point remplie/ De gourde pie, à ce matin./ –Trois jours a que ne beuz de vin. » (Mistère du Viel Testament.) Nous aurons un Croque-pie à 243.   8 Disposé.   9 Me manque (verbe faillir).   10 Méchante.   11 Mal mariée. « Sa femme est mal assenée,/ Qui à tel villain est donnée. » Une femme à qui son voisin baille ung clistoire, F 28. Cf. Trote-menu et Mirre-loret, vers 40.   12 Finissez votre phrase !   13 Ms : Haaa   14 Ma fureur.   15 Les quinze Joyes de Nostre-Dame est une bluette virginale. Elle sera transformée en satire misogyne dans Les quinze Joyes de Mariage.   16 Sale chien. Mais « vilain » [paysan], qui revient à 191 et 234, n’est pas un hasard : notre farce s’inspire d’un fabliau de Rutebeuf, le Pet au Vilain.   17 Ms ajoute dessous : Malade suis   18 Vous pleurez en temps utile.   19 Me frapper. Contrairement aux idées reçues, beaucoup d’hommes étaient battus par leur femme.   20 Réduit au silence. « – Je vis sans soing et sans soulcy/ Malgré vous, Science, ma dame…./ – Tu en es cousu et taillé. » Science et Asnerye (LV 50).   21 Grognez.   22 « Il a tant appris d’un tel maistre/ Le mestier de fourbe et de traistre. » La Miliade.   23 Pas plus cher qu’une pomme. « Qu’el ne prise pas une pomme. » Roman de la Rose.   24 Beuverie.   25 Sentiment, conscience.   26 Quand je serai mort.   27 À l’improviste.   28 « Souvent repris,/ Et de mal coustumier. » Proverbe au Vilain.   29 Obéissant au mors. « Ceus qui ont la bouche bonne, c’est-à-dire qui ne sont endurcis en leurs folies. » Dampmartin.   30 Grommelle. Rupture du schéma des rimes (il manque un vers en -ette, un en -esse et un en -ette). Même licence après 108, 199, 317 et 443. Mais la farce fut écrite en quelques jours.   31 Représentation sonore des pleurs, comme au v. 184 des Sotz triumphans.   32 Jusqu’au v. 217, il reste à l’entrée avec la femme. Le meunier, couché, ne peut pas les voir ; mais il entend certaines de leurs paroles et leurs baisers bruyants.   33 Ms : perche   34 Le meunier terminera son mot au vers 146.   35 Ms : chantez   36 Jouisseuse.   37 Sans publicité. Les « prêtresses », concubines des curés, restaient discrètes pour ne pas être victimes d’un charivari de la part des jeunes gens du village.   38 Début d’une chanson citée dans la farce de Marchebeau (LV 68). Voir H. M. Brown, Music in the french secular theater, n° 154. Le Jeu de Robin et Marion est d’Adam de la Halle.   39 S’évertue un peu.   40 Ms : dune  (À une part = à l’écart : « Et metre à une part les muebles. » Continuation de Guillaume de Tyr.)   41 Vu les problèmes intestinaux du meunier, cette expression peut renfermer le même sens scatologique que dans Maistre Mymin qui va à la guerre, vers 313, note 125.   42 Malgré moi.   43 Avez-vous de l’argent ? Cf. le vers 104.   44 Rabâchez.   45 Tu radotes.   46 Plaidé.   47 Ms : Hee   48 C’est votre parent, je suis prête à parier un écu.   49 « – C’est vostre cousin,/ Bien prochain de vostre lygnage./ – Et, vertu bieu ! quel cousinage !/ C’est donc lignage de cul./ Cousin, me faictes-vous coqu ? » Le Poulier à quatre personnages (LV 45).   50 Rapidement.   51 Vous essayez de me duper.   52 Débarrasserai.   53 Ms : gouste   54 « – S’en est-il alé ? – Paix ! j’escoute/ Ne sçay quoy qu’il va flageolant. » Farce de Pathelin.   55 Le curé entre dans la chambre.   56 Même vers dans Pernet qui va au vin (BM 12), où la femme fait passer son amant pour le cousin du mari, comme ici.   57 Ce rustre (cf. le villain de la note 16). « Tousjours quelque besongne entame,/ Dont ne peult ce gros Lymosin/ Sortir qu’à sa honte et diffame. » Marot.   58 Où avez-vous mal ? Il appuie sa main sur le front du malade.   59 De douleur.   60 Arrangez mon oreiller.   61 Il paraît manquer un vers en -pie, de même qu’un vers en -voir après 247. Croquepie [boit vin] est un personnage des Vigilles Triboullet (T 11), une sottie qui montre aussi un mourant alcoolique.   62 Oui, vraiment.   63 Ms : commande   64 Pourquoi la femme de Croque-pie n’a-t-elle pas le même nom que son mari ? La turelure [cornemuse] pourrait bien être l’origine de la turlute [fellation] : l’homosexuel Cambacérès aura pour sobriquet « tante Turlurette ». Au XVe s., Jennin Turelurette et Robin Turlure étaient des noms de cocus.   65 Prénom féminin : « Je te prie, Mélot m’amie,/ Aime-moy à fond. » L’autrier, jà piéçà.   66 Je me porte très mal.   67 Pénible.   68 La renchérie, la difficile.   69 Chaire, chaise.   70 À Dieu.   71 Goûté : « Le pasté/ De quoy je n’ay oncques tasté. » Farce des III nouveaulx martirs (F 40). On trouve les mêmes rimes dans la Farce du Pasté (F 19).   72 En quantité. Les religieux ne refusaient jamais de boire un coup.   73 De retard.   74 Perplexité. « Tant suis en grant proplexité. » La Vigne, Mystère de St Martin.   75 La cause de mon malheur se trouve là.   76 Qu’une fourmi : « Le cueur n’ay si grox c’un fremy. » La Vigne, Mystère de St Martin.   77 Il englobe le public parmi les démons.   78 Ms : produyre   79 Il faut que je vous enseigne…?   80 Que je brise mes fers. D’après l’Apocalypse, Lucifer a été enchaîné dans un gouffre. Il s’en plaint au v. 5451 du Mystère de St Martin : « J’enraige, maulgré Dieu, du lyen ! »   81 De ce caverneux enclos : « Puyts infernal, dampné gouffrineux roc. » (La Vigne, Mystère de St Martin.) La lice est également le filet du diable : « C’est li Maufé [le diable] qui là nous maine,/ Qui tant nous fait plongier ès vices/ Qu’il nous enclot dedanz ses lices. » (Bestiaire divin.)   82 A déjà une charge.   83 Le temps.   84 Franchement.   85 Notre abîme profond.   86 « Ainsi leur sort l’âme par le cul. » Rabelais, Quart Livre, 43.   87 Ms : jey ray   88 Prendre.   89 Le meunier est si peu pratiquant qu’il ignore tout de la confession. Même cas de figure (avec un autre mourant alcoolique) dans le Testament Pathelin, vers 325-332.   90 Deviner.   91 Buveurs. « Quel vray champion de taverne ! » Sermon joyeux de bien boire.   92 Au bout du compte.   93 Vin et moulin sont réunis dans un dicton bourguignon, sous l’égide de St Martin : « À la Saint-Martin, bois ton vin/ Et laisse l’eau courre au moulin. »   94 Un croc-en-jambe, une tromperie.   95 De blé valant plus d’une pièce d’argent.   96 Par crainte des vicissitudes.   97 Avec une dosette.   98 Il utilise au sens propre l’expression : Prendre d’un sac deux moutures [double profit].   99 Rabattre la couture = battre quelqu’un. (Littré.)   100 Favoriser.   101 Le bran désigne la partie du son la plus grossière ; mais c’est aussi la merde, comme on le verra plus loin.   102 Qui éclaire les terriens.   103 Que cela vous fasse bon profit !   104 Le redoublement du fy permet de combler la mesure, et de faire un jeu de mots sur « maistre fy-fy », le surnom des vidangeurs, qu’on invoquait en présence d’excréments : « Maistre Fyfy, je croy que j’ay/ Le cul aussy foireux qu’ung geay. » (Jehan Molinet, Mistère de saint Quentin.) Même jeu de mots v. 459.   105 Cruche.   106 Bassin de métal.   107 Admis.   108 Vos aises.   109 J’ai des raisons de me réjouir.   110 J’ai causé tant de mécontentement (au meunier).   111 Un petit peu.   112 Un chaudron pour faire bouillir l’âme.   113 C’est mon avis.   114 Recouvré, rattrapé.   115 Devant ou de côté : d’une manière ou d’une autre.   116 Le copiste a d’abord écrit (puis biffé) : perdre la vie   117 Nul, personne.

LE TESTAMENT PATHELIN

L’Avocat et la Mort

L’Avocat et la Mort

*

LE  TESTAMENT  PATHELIN

*

 

Cette farce normande fut écrite en 1470-75 selon André Tissier, en 1480-90 selon Jean-Claude Aubailly, au début du XVIe siècle selon August Wiedenhofen, et quelque peu avant selon Halina Lewicka. Elle s’appuie sur la Farce de Maistre Pathelin (∼1457), attribuée à Triboulet par Bruno Roy1 et Thierry Martin2, et sur le Testament de François Villon, qui est devenu populaire avec l’édition de 1489 : je pense que cet imprimé fut le déclic qui motiva l’écriture du Testament Pathelin, outre l’encouragement que constituait la création récente du Nouveau Pathelin (∼1485). Dans les Repues franches (av. 1493), maître Pierre est déjà « deffunct ».

Source : Édition Herouf <Arsenal, 8° BL-14489 Rés.>.

Structure : Rimes plates, aabaab/bbcbbc, abab/cdcd, avec 3 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface. (Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.)   Éd. = édition Herouf combinée aux autres éditions gothiques. Pour un relevé exhaustif des variantes, voir l’édition critique très complète d’André Tissier3.

 

*

Le Testament Pathelin

*

À quatre personnaiges, c’est assavoir :

     [MAISTRE  PIERRE]  PATHELIN

     GUILLEMETTE

     L’APOTICAIRE  [Maistre  Aliborum]

     MESSIRE  JEHAN  [L’ANGELÉ],  LE  CURÉ

*

                                 MAISTRE  PIERRE  commence    SCÈNE  I

             Qui riens n’a plus que sa cornette4,

             Guères ne vault le remenant5.

         Sang bieu ! voicy bonne sornette,

             [Qui riens n’a plus que sa cornette.]

5      Où estes-vous ? Hau, Guillemette !

             Dieux ! s’il vous plaist, venez avant.

             Qui riens n’a plus que sa cornette,

             Guères ne vault le remenant.

 

                                      GUILLEMETTE    SCÈNE  II

             Que vous fault-il ?

                                      PATHELIN

                                             Tout maintenant,

10     Le sac6 à mes causes perdues.

             Vistement, sans plus de tenues7,

             Despeschez-vous : car je n’attens

             Qu’à faire tauxer8 les despens,

             Ainsi comme raison est deue9.

15     Dea ! Pourtant, se j’ay la barlue10 ;

             Désormais je suis ung vieillart

             Nommé Pathelin Patrouillart11,

             Qui très haultement vous salue.

             Las ! qu’est la saison12 devenue

20     Puis dix ans ? En ma conscience,

             Je pers maintenant patience ;

             Car je souloye13 gaigner francz

             Là où ne gaigne petis blancz14.

             Praticque si ne vault pas maille15.

25     Hau, Guillemette !

                                      GUILLEMETTE

                                                    Comme(nt) il bâille16 !

             Que demandez-vous, maistre Pierre ?

                                      PATHELIN

             Ne m(e) estes-vous pas allé querre

             Le sac où sont mes escriptures ?

                                      GUILLEMETTE

             Et ouy !

                                      PATHELIN

                         À toutes adventures,

30     Apportez, avec, mes lunettes ;

             Et gardez qu’elles soient nettes.

             Sus ! hastez-vous de revenir,

             Car aujourd’huy me fault tenir

             Le siège17 en nostre auditoire.

                                      GUILLEMETTE

35     Et dictes-vous18 ?

                                      PATHELIN

                          Il est notoire

             Et certain, par mon sacrement !

         Je vous pry, faictes prestement19.

             Tout est dedans mon escriptoire20,

             Sur le comptoir.

                                      GUILLEMETTE

                                         Dieu, quel mémoire !

40     Arsoir21 le mistes sur le banc,

             Vostre sac. Bref, à parler franc,

             Vous vous troublez d’avocasser

             Et ne povez rien amasser

             Pour procèz [qu’à mener avez]22.

                                      PATHELIN

45     MAMYE, ET ! PUISQUE VOUS SÇAVEZ

             Où tout est, apportez-les-moy23 ;

             Et je vous donray, par ma foy,

             Je ne sçay quoy que je vous garde.

                                      GUILLEMETTE

             Les m’avez-vous bailléz en garde ?

50     Par Dieu, voicy bonne farce[rie] !

                                      PATHELIN

             Ma femme, ma très doulce amye,

             Yrez-vous point quérir mon sac

             À mes causes ?

                                      GUILLEMETTE

                                       (Il est passe au bac24,

             Maistre Pierre, par Nostre-Dame !)

                                      PATHELIN

55     Hélas ! despeschez-vous, ma femme.

             Il est jà tard, l’heure s’aproche.

             Fauldray-je, ennuyt25 ? Las ! quel reproche

             J’auray des aultres assistens26 !

             [Or çà,]27 mon sac ! Je vous attens ;

60     Ou dictes se je ne l’auray point.

                                      GUILLEMETTE

             Je ne sçay quel mouche vous point.

             Par celuy Dieu qui me fist naistre28 !

             Je cuide que, se estiez prebstre,

             Vous ne chanteriez que de sacz

65     Et de lettres !

                                      PATHELIN

                                         Que de fratras !

      En vous, y a peu de sçavoir.

             Somme toute, je vueil avoir

             Mon sac : il fault que je m’en voyse.

             (C’est la façon de ma bourgeoyse

70     De riens faire s’i ne luy plaist.)

                                       GUILLEMETTE

             Or [laissez, de par Dieu, ce plait :]29

             Vélà toute vostre besongne30 !

                                      PATHELIN

             Par Nostre-Dame de Boulongne !

             Vous valez moins que ne cuidoye.

75     Mais sçavez-vous que je pensoye ?

             Devant qu(e) aller en l’auditoire,

             Je ne sçay que faire ; de boire

             Ung horion31, c’est le plus seur.

                                      GUILLEMETTE

             Pourquoy ? n’estes-vous pas asseur ?

80     Vous doubtez-vous d’aulcune chose32,

             Maistre Pierre ?

                                      PATHELIN

                                         Je présuppose

             Que le temps ne soit dangereux ;

             Et d’aultre part, je suis jà vieulx.

             Cela faict à considérer.

                                      GUILLEMETTE

85     Sus, sus ! il vous fault libérer33 :

             Ne pensez qu’à faire grant chère34.

                                      PATHELIN

             Aussi fais-je, m’amye chère.

             Gardez tout jusques au retour.

                                      GUILLEMETTE

             Ne faictes guères de séjour ;

90     Revenez disner à l’hostel35.

                                      PATHELIN

             Si feray-je, tenez-lay tel.

             Seurement, je n’y fauldray pas36.

 

             Aux plaitz je m’en voys tout le pas37,    SCÈNE  III

             Mon baston noilleux38 en ma main.

95     Jour39 est assigné à demain

             Contre ung homme de la voyrie.

             L’entendement si me varie ;

             Ce n’est pas ce que je demande.

             Colin Tévot40 est en l’amende,

100    Et aussi Thibault Boutegourt,

             S’ilz ne comparent vers la Court41,

             En la somme de cent tournoys.

             « Appellez la femme au Dannoys

             Contre sa voysine Mahault ;

105    Ou mises seront en deffault,

             S’ilz ne viennent appertement42.

             Messeigneurs43, oyez l’appointement

             Ennuict44 donné à nostre Court ;

             Fut présent Mathelin45 le Sourt,

110    Attourné46 de Gaultier Fait-nyent47… »

             Qu’est cecy, dea ! Nully ne vient ?

             Seray-je cy long temps sans feu ?

             Sainct Jehan ! je n’entens point ce jeu.

             Car je me sens ung petit fade48,

115    Et crains que ne soye malade.

             Je me tiens fort foyble et cassé.

             À mon hostel, par sainct Macé,

             Je m’en revoys tout bellement.

 

             Hau, Guillemette ! Appertement     SCÈNE  IV

120    Venez à moy, ou je me meurs !

                                      GUILLEMETTE

             Et ! dont vous viennent ces douleurs

             Que vous souffrez, mon doulx amy ?

                                      PATHELIN

              Je suis demouré et failly,

             Et cuide que la Mort m’assault.

125    Venez à moy, le cueur me fault49.

             Je voulsisse50 ung peu reposer

             Sus mon lict.

                                      GUILLEMETTE

                                   Je ne puis gloser

             Dont vous procède tel méchef51.

                                      PATHELIN

             Aussi ne fais-je. Ung couvrechief,

130    M’amye, pour mettre en ma teste !

             Voirement, il [n’]est ennuict feste

             Pour moy. Doy-je point desj(e)uner ?

             Ung peu de brouet à humer52 !

             Je suis transy, se Dieu ne m’ayde.

                                      GUILLEMETTE

135    Pour vous donner quelque remède,

             Feray je venir l’apoticaire ?

                                      PATHELIN

             Baillez-moy dont premier à boire ;

             Et mettez cuire une poire

             Pour sçavoir s’il m’amendera53.

                                      GUILLEMETTE

140    Ayez en Dieu bonne mémoire ;

             Et ainsi, comme je puis croire,

             Vostre douleur allégera.

                                      PATHELIN

             Las ! Guillemette, qui sçaura

             Trouver, ou que ce soit çà ou là,

145    Que j’aye une foys de bon vin ?

             Ou mourir il me conviendra

             (De faulte point il n’y aura),

             Car je me sens près de la fin.

                                      GUILLEMETTE

             Ha ! maistre Pierre Pathelin,

150    Le droit joueur de jobelin54,

             Ayez en Dïeu confience55.

             Point ne vous fault de médecin :

             Si près estes de vostre fin,

             Pensez de vostre conscience.

                                      PATHELIN

155    Las ! Guillemette, ma science

             (Qui procède de sapience56)

             Est, se je meurs, pour moy perdue.

                                      GUILLEMETTE

             Il est vray, par ma conscience !

             Il fault prendre en gré, quant j(e) y pense :

160    Ceste reigle est à tous deue57.

                                      PATHELIN

             Ung peu la main ! Le front me sue ;

             De fine frayeur je tressue,

             Tant je doubte58 à passer le pas.

             Je n’yray plus à la cohue59,

165    Où chascun jour on brait et hue,

             Se j’aloye de vie à trespas.

             Tout beau ! Ma chère amye, hélas,

             Choyez-moy. Certes, je décline.

                                      GUILLEMETTE

             G’y suis60, mon amy.

                                      PATHELIN

                                                    Guillemine61,

170    Se je mouroye tout maintenant,

             Je mourroye de la mort Rolant62.

             À peine je puis papyer63.

             Je vous prye, que j(e) aye à pyer64

             Ung coup de quelque bon vin vieulx.

175    Et vous dépêchez, car j’en veulx !

             Le nouveau si m’est fort contraire65.

                                      GUILLEMETTE

             Ha ! maistre Pierre, il vous fault taire ;

             Vous vous rompez tout le cerveau.

                                      PATHELIN

             N’apportez point de vin nouveau,

180    Car il faict avoir la « va-tost66 ».

             Et si, vous prye…

                                      GUILLEMETTE

                                       De quoy ?

                                      PATHELIN

                                                         Que tost

             Vous allez [me] querre le prebstre.

             Et puis après, allez chiez maistre

             Aliborum67, l’apoticaire :

185    Qu’il vienne à moy, car j’ay affaire

             De luy très nécessairement.

             Et vous hastez ; car aultrement,

             Je mourray, se l’on n’y prent garde.

                                      GUILLEMETTE

             Las ! maistre Pierre, fort me tarde

190    Que jà ne sont icy tous deux.

             Souvienne-vous du Roy des Cieulx,

             Qui pour nous, en croix, mort souffrit.

                                      PATHELIN

             On vous entent bien, il souffit ;

             J’en auray bien tousjours mémoire.

195    Mais pourtant, laissez-moy à boire,

             Avant qu(e) aller à ce curé.

             Je ne vueil cidre ne péré68 :

             Bien au vin je me passeray69.

                                      GUILLEMETTE

             Tousjours du mieulx que je sçauray

200    Feray pour vous, jusqu(e) au mourir.

             Je voys70 nostre curé quérir :

             C’est messire Jehan l’Angelé71.

 

                                      PATHELIN     SCÈNE  V

             Sang bieu ! on m’a mon vin meslé72,

             Ou il fault dire qu’il s’esvente.

205    Je ne sçay quel vingt73 ou quel trente…

             Je n’en puis plus, à bref parler.

 

                                      GUILLEMETTE   SCÈNE  VI

             Je ne sçay où pourray aller

             Pour plus tost ung voyage faire.

             Je m’en voys chez l’apoticaire,

210    Et puis g’iray chez messir(e)74 Jehan.

 

             Bon soir, sire !              SCÈNE  VII

                                      L’APOTICAIRE

                                      Et vous, bon an,

             Vrayement, m’amye, et bonne estraine75 !

             Qu’i a-il ?

                                      GUILLEMETTE

                            Quoy ? Soucy et peine,

             Se vous n’y mettez bref remède.

                                      L’APOTICAIRE

215    Touchant quoy ?

                                      GUILLEMETTE

                                             Ha ! tant je suis vaine76 !

                                      L’APOTICAIRE

             Qu’i a-il ?

                                      GUILLEMETTE

                            Quoy ? Soucy et peine.

                                      L’APOTICAIRE

             Vous plaignez-vous de teste saine77 ?

             Dictes vostre cas, qu’on vous ayde.

             Qu’i a-il ?

                                     GUILLEMETTE

                           Quoy ? Soucy et peine,

220    Se vous n’y mettez bref remède.

             Sans plus que sermonne ne playde,

             Mon mary si tend à la fin.

                                      L’APOTICAIRE

             Quel mary78 ?

                                      GUILLEMETTE

                                    Le bon Pathelin,

             Mon amy. On n’y attend vie.

225    Je vous pry qu’on y remédye

             Sans espargner or ne argent.

                                      L’APOTICAIRE

             Pas n’ay paour79 de vostre payement.

             Je feray pour vous le possible.

                                      GUILLEMETTE

             Il est en fièbvre si terrible !

230    Venez-lay bien tost visiter.

                                      ALIBORUM,  APOTICAIRE

              Je m’y en voys sans arrester,

             Tenez-vous-en toute asseurée80.

 

                                      GUILLEMETTE   SCÈNE  VIII

             J’ay bien faict longue demourée ;

             Penser me fault de retourner.

235    Je ne sçay où pourray finer81

             De nostre curé, à ceste heure.

             Aller me fault où il demeure82

             Je le voy : qu’il fait layde chère83 !

             À sa main tient son brévière.

 

240    Bon jour, monsieur ! Deux motz à vous !   SCÈNE  IX

                                      MESSIRE  JEHAN

             Guillemette, tout doulx, tout doulx !

             Comment vous estes effroyée84 !

                                      GUILLEMETTE

             Ha ! je suis la plus dévoyée85 :

             On n’attent vie à mon mary.

                                      MESSIRE  JEHAN

245    Est-il si fort malade ?

                                      GUILLEMETTE

                                                     Ouy,

             Certes ; ce devez-vous sçavoir.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Je le vueil doncques aller veoir.

                                      GUILLEMETTE

             Maintenant.

                                      MESSIRE  JEHAN

                                   J(e) y courray grant erre.

 

                        L’APOTICAIRE arrive chez Pathelin et luy dit : 

             Que faictes-vous86 ? Hau, maistre Pierre !     SCÈNE  X

250    Comment se porte la santé87 ?

                                      PATHELIN

             Je ne sçay. Par ma loyaulté88,

             Je me vouloye laisser mourir.

                                      L’APOTICAIRE

             Et ! je viens pour vous secourir.

             Où vous tient vostre maladie ?

                                      PATHELIN

255    A ! devant que je le vous dye,

             Donnez-m(oy) à boire ung horïon,

             Oyez-vous, maistre Aliborum,

             Avant que ma femme reviengne.

                                      L’APOTICAIRE

             Jésus en bon propos vous tienne,

260    Mon amy ! Vous estes fort au bas.

                                      PATHELIN

             Où est Guillemette !

                                      ALIBORUM,  APOTICAIRE

                                                  Elle n’y est pas ;

             Elle est allée ung peu en la ville.

                                      PATHELIN

             Or, selon vostre usaige et stille,

             Comme sommes-nous de la lune89 ?

                                      L’APOTICAIRE

265    Au tiers quartier.

                                      PATHELIN

                                               J’en ay pour une90 !

             Ne viendra mèshuy Guillemette ?

             En malle estraine91 Dieu la mette !

             Se je le vueil, qu’elle demeure !

 

                                      GUILLEMETTE92   SCÈNE  XI

             Je reviens.

                                      L’APOTICAIRE

                               À la très bonne heure !

                                      GUILLEMETTE

270    Maistre Pierre, voicy venir

             Messir(e) Jehan93 qui, sans plus tenir…

             Est tout prest de vous ordonner. 94

                                      PATHELIN

             Il nous fault doncques chopiner,

             Par accord, de tout le meilleur. 95

                                      MESSIRE  JEHAN

275    Comme le fait le bon seigneur ?

             Va-il ne avant ne arrière ?

                                      PATHELIN

             Guillemette, à l’huys de derrière,

             Quelq’un m’apporte de l’argent.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Dieu bénye, Dieu gard, bonne gent !

280    Comme se porte ce malade ?

                                      PATHELIN

             Allez-moy quérir ma sallade,

             M’amye, pour armer ma teste !

                                      GUILLEMETTE

             Et ! par Dieu, vous estes bien beste :

             C’est messir(e) Jehan qui vous vient veoir.

                                      PATHELIN

285    Bien, de par Dieu. Faictes-le seoir,

             Et puis on parlera à luy.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Maistre Pierre, je suis celuy

             Qui vous vouldroit [service faire]96

             Et tout plaisir.

                                      L’APOTICAIRE

                                      [S’en vostre affaire]97

290    Ne pensez, vous vous en allez.

             Dictes-moy se point vous voulez

             User de quelque médecine98.

                                      PATHELIN

             Je ne veulx faisant, paon ne cigne99 :

             J’ay l’appétit à ung poussin.

                                      L’APOTICAIRE

295    User vous fault de succre fin100

             Pour faire en aller tout ce flume101.

                                      PATHELIN

             Guillemette, que l’en me plume

             Ces deux oyseaulx que vous sçavez.

                                      GUILLEMETTE

             Je cuyde, moy, que vous resvez.

300    Penser fault de vous mettre à point102.

                                      L’APOTICAIRE

             Brief, il ne luy amende point103,

             Mais va tousjours de mal en pis.

                                      PATHELIN

             Une escuellée de bon coulis104,

             Seroit-ce point bonne vïande105

305    Pour moy ?

                                      L’APOTICAIRE

                                    Ung pou de lait d’amende106

             Vous seroit meilleur à humer107.

                                      PATHELIN

             Si est-il bon à présumer

             Qu’à peine je pourroye ce prendre.

                                      GUILLEMETTE

             Au surplus, il vous fault entendre

310    À vous confesser vistement

             Et faire ung mot de testament :

             Ainsi que doibt faire tout crestien.

                                      PATHELIN

             Or çà ! vrayement, je le vueil bien.

             Faictes nostre curé venir.

                                      MESSIRE  JEHAN

315    Çà, maistre Pierre : souvenir

             Vous convient de vos maulx108 passéz.

                                      PATHELIN

             Je les ay [de] piéçà109 laisséz

             À tous ceulx qui n’en avoyent point.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Las ! mon amy, Jésus vous doint

320    Avoir de luy bonne mémoire,

             Affin qu’avoir puissez la gloire110

             En laquelle tous ont fiance.

             Ayez, en après, souvenance

             De tous les maulx que feistes oncques.

325    Dictes après moy.

                                       PATHELIN

                                                 Or sus doncques !

             Je vous suyvray, en vérité.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Or dictes : « Bénédicité. »

                                      PATHELIN

             Bénédicité, monsïeur111.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Et ! voicy une grant hydeur !

330    Sav’ous respondre « Dominus » ?

                                      PATHELIN

             Par ma foy, je n’en congnois nulz112,

             Affin que le vray vous en dies.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Confesser vous fault des ouÿes,

             Des yeulx, du nez et de la bouche.

                                      PATHELIN

335    Jamais à telz gens [je] n’atouche,

             Car puisqu’ilz ont bouche, ilz ont dentz ;

             Si je boutoye mon doy dedans,

             Ilz me pourroyent jusqu’au sang mordre.

                                      MESSIRE  JEHAN

             (En cest homme-cy n’a point d’ordre ;

340    Il a tout le cerveau troublé.)

             Dea ! Dictes : « Je n’ay riens emblé113. »

                                       PATHELIN114

             Tout mon argent est[-il] en Seine ?!

                                      MESSIRE  JEHAN

             (Dieu, par Sa grâce, le ramaine

             Et le radresse en son [bon] sens !)

                                      PATHELIN

345    Messir(e) Jehan, qu’esse que je sens :

             Pain fleury, ou tourte[au] en pesle115 ?

             Qu’on me baille trois coups de pelle

             À ce chat116 que voy cy grimper !

             Il fault ung peu le moust117 happer,

350    Curé, car je ne beuz piéçà.

                                      MESSIRE  JEHAN

             (Je ne vis, puis dix ans en çà,

             Homme si plain de fantasie118 !)

             Or çà, vous confessez-vous mye

             De ceulx que vous avez trompéz ?

                                      PATHELIN

355    Si ne s’i fussent pas boutéz,

             Je ne les alloye mye querre !

                                      MESSIRE  JEHAN

             Il vous convient pardon requerre

             De très bon cueur à Dieu le Père.

                                      PATHELIN

             Vrayement, si fais-je : à son père119,

360    Et à ses sainctes et ses sainctz.

             Ces femmes qui ont si grans sains,

             Trop ne m’en puis esmerveiller :

             On n’a que faire d’oreiller,

             Quant on est couché avec elles120.

                                      MESSIRE  JEHAN

365    (Il parle de Sains, de mamelles

             L’ung parmy l’autre : c’est pitié.

             Il a le cerveau tout vuydé,

             Je me doubte121 fort et [le] crains.)

             Confesser vous fault de voz mains

370    Et de vos cinq cens de Nature122.

                                      PATHELIN

             Mises les ay à la ceincture

             Souvent, en faisant le gros-bis123,

             En disant aux gens « Et vobis124 »

             Quant on me disoit : « Bona diès125 ! »

                                      MESSIRE  JEHAN

375    Laissons trèstout cela en paix.

             Et venons à parler des piedz,

             Qui ès faulx126 lieux vous ont portéz ;

             Car nul n’en fault laisser derrière.

                                      PATHELIN

             Et, comment ! Esse la manière ?

380    Se fault-il de tout confesser ?

                                      MESSIRE  JEHAN 127

             Ouy, certainement ; et penser

             Aux douze articles de la Foy. 128

                                      PATHELIN

             Quant à ceux-là, je les congnoy(s) :

             Je les nommeroye bien par ordre.

385    Bref, ilz n’ont garde de me mordre. 129

             Ay ! que je suis en challeur grande !

                                      MESSIRE  JEHAN

             En après, je vous fais demande :

             Avez-vous eu rien de l’autruy 130

             Qu’il vous souviengne ?

                                      PATHELIN

                                                         Hélas, ouy.

390    Mais de le dire n’est mestier. 131

                                      MESSIRE  JEHAN

             Si est, vrayement.

                                      PATHELIN

                                           C’est du drapier,

             Duquel j’eus cinq… dis-je six aulnes

             De drap, que en beaulx escus jaulnes 132

             Luy promis et devoye payer

395    Incontinent, sans délayer.

             Ainsi, fut-il de moy content.

             Mais je le trompay faulcement,

             Car oncques il n’en receupt croix 133

             Ne ne fera jà(mais).

                                     MESSIRE  JEHAN

                                                Touteffoys,

400    Ce n’est pas bonne conscience.

                                      PATHELIN

             Il fault qu’il preigne en patience,

             Car il n’en aura aultre chose.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Et du berger ?

                                      PATHELIN

                                      Parler n’en ose.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Pourquoy cela ?

                                      PATHELIN

                                        Pour mon honneur.

                                      MESSIRE  JEHAN

405    Et, hardyment !

                                      PATHELIN

                                             Mon déshonneur,

             Si, y perroit134 à tousjours-mais.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Et comme quoy ?

                                      PATHELIN

                                            Pource qu(e) en « bês » 135

             Il me paya subtilement.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Par qui fusse ?

                                      PATHELIN

                                       Par qui, vrayment ? 136

410    Par moy, qui l’avoye introduyt. 137

                                      MESSIRE  JEHAN

             Je vous entens bien, il suffit :

             Trompeurs sont voulentiers trompéz, 138

             Soit tost ou tard, ou loing ou près.

             Outre ! ne laissez riens derrière.

                                      PATHELIN

415    Et, comment ! Esse la manière ?

             Se fault-il du tout confesser ? 139

                                      MESSIRE  JEHAN

             Ouÿ, certes, sans riens laisser

             Dont conscience vous recorde140.

             Des œuvres de miséricorde141 :

420    Avez-vous les nudz revestus ?

                                      PATHELIN

             Faulte de monnoye et d’escus

             M’en ont gardé, et m’en confesse.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Ainsi vo(stre) confessïon cesse,

             Et vous fault absolution.

425    Av’ous de tout faict mention ?

             Requérez-vous à Dieu mercy142 ?

                                      PATHELIN

             Hélas, monseigneur ! et aussi

             À toute sa benoiste Court.

                                      MESSIRE  JEHAN

             C’est bien dit, pour le faire court.

430    Guillemette, et vous, mon amy,

             Vous voyez ce povre homme-cy

             En grant langueur et maladie,

             Près quasi de finir sa vie ;

             Il fault faire son testament

435    Cy-devant nous présentement,

             Sans fraulder ses hoirs143 et sa femme.

             Et, premier, commande144 son âme

             (Comme bon catholique) à Dieu

             Pour avoir [en Paradis lieu]145.

440    Ainsi soit-il ! Dictes « amen ».

                                       PATHELIN

             C’est très bien dit, messire Jehan.

             Mais devant que rien en commence,

             J’arrouseray ma conscience :

             Guillemette, donnez-m(oy) à boyre !

445    Et puis après, ayez mémoyre

             D’en présenter à mon voysin.

             Et s’il n’y a assez de vin,

             Je vous prie qu’on en voyse traire146.

             Messire Jehan, vostre escriptoire

450    Et du papier ! Si, escripvez.

                                     GUILLEMETTE

             Regardez à qui vous lairrez147 :

             Je demourray povre et seullette.

                                      Icy commence Pathelin à faire son testament

                                      en la manière qui s’ensuyt.

                                     PATHELIN

             Tout premier à vous, Guillemette,

             Qui sçavez où sont mes escus,

455    Dedans la petite layette148 :

             Vous les aurez, s’ilz y sont plus149.

 

             Après, [à] tous vrays gaudisseurs150,

             Bas percéz151, gallans sans soucy152 :

             Je leur laisse les rôtisseurs,

460    Les bonnes tavernes aussi.

 

             [Et aussi, aux quatre convens,]153

             Cordelliers, Carmes, [Jacopins,

             Augustins]154 : soient hors ou soient ens155,

             Je leur laisse tous bons lopins156.

 

465    Item, je donne aux Filles Dieu,

             À Sainct-Amant et aux Béguines,

             Et à toutes nonnains, le jeu

             Qui se faict à force d’eschines157

 

             Item, je laisse à tous sergens

470    (Qui ne cessent jour et sepmaine

             De prendre et de tromper [les] gens),

             Chascun une fièvre quartaine.

 

             À tous chopineurs et yvrongnes,

             Noter [je] vueil que je leur laisse

475    Toutes gouttes crampes158 et rongnes

             Au poing, au costé, et à la fesse.

 

             Et à l’hostel-Dieu de Rouen,

             Laisse et donne de franc vouloir

             Ma robbe grise que j’euz ouen159,

480    Et mon meschant chapperon noir.

 

             Après, à vous mon conseiller160,

             Messir(e) Jehan, sans truffe161 ou sornette,

             Je vous laisse pour faire oreiller

             Les deux fesses de Guillemette162,

485    Ma femme : cela est honneste.

 

             Et à vous, maistre Aliborum,

             D’oingnement [fin] plain une boiste,

             Voyre du pur diaculum163

             Pour exposer supra culum164

490    De ces fillettes. Sans plus dire,

             Chascun entend ceste rayson ;

             Il n’est jà besoing de l’escripre.

             C’est tout, messir(e) Jehan.

                                      MESSIRE  JEHAN

                                                               Or bien, sire.

                                      PATHELIN

             Guillemette ?

                                      GUILLEMETTE

                                   Quoy, maistre Pierre ?

                                      PATHELIN

495    Mon couvrechief ne tient point serre :

             Il est trop lâche par-derrière.

                                      GUILLEMETTE

             Il est bien.

                                      PATHELIN

                              Hée ! m’amye chère,

             Je n’en puis plus, à bref parler.

             Par ma foy, je m’en vueil aller.

500    Acomplissez mon testament.

                                      GUILLEMETTE

             Las ! si feray-je, vrayement165.

             Où voulez-vous estre enterré ?

                                      PATHELIN

             N’a-il plus rien au pot carré

             À boire, avant que trespasser ?

                                      GUILLEMETTE

505    Deussiez-vous en ce point farcer,

             Qui estes si près de la mort ?

                                      PATHELIN

             De la mort ?

                                      GUILLEMETTE

                                 Voyre.

                                      PATHELIN

                                             J’ay donc(ques) tort.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Au nom de sainct Pierre l’apostre,

             Dictes où vous voulez que vostre

510    Corps soit bouté en sépulture.

                                      PATHELIN

             En une cave, à l’advanture,

             Dessoubz ung muy166 de vin de Beaulne.

             Puis faictes faire en lettre jaulne167,

             Dessus moy, en beau parchemin :

515    « Cy repose et gist Pathelin,

             En son temps advocat soubz l’orme168,

             Conseillier de monseigneur de Corne169

             Et [ma] damoyselle sa femme.

             Priez Dïeu qu’il ayt son âme. »

520    Vous sçavez bien tout cela faire.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Disposer fault du luminaire170 :

             En voulez-vous bien largement ?

                                      PATHELIN

             Pour quatre liars seullement,

             Prins sur le meilleur de mes biens.

525    Aussi, n’oubliez [sur tout] riens171

             À faire mes armes pourtraire172 ;

             Oyez que vous y ferez faire :

             Pource qu(e) ayme la fleur du vin,

             Troys belles grappes de raisin

530    En ung champ d’or semé d’azur173.

             Je vous prie que j’en soye seur.

             Aultre chose ne vous requiers plus.

                                      GUILLEMETTE

             Ne pensez point à telz abus,

             Mon amy : pensez à vostre âme.

                       MAISTRE PIERRE PATHELIN meurt à ceste heure.

535    Hélas, Guillemette, ma femme :

             Il est, à ce coup, fait de moy.

             Adieu ! Jamais mot ne diray.

             La Mort va faire son effort…

                                      GUILLEMETTE

             Ha ! Nostre-Dame de Montfort !

540    Le bon maistre Pierre est basy174.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Le remède est prier pour luy,

             Et requiescant175 in pace !

             Oublier fault le temps passé.

             Riens n’y vault le desconforter.

545    Despeschez-vous de le porter

             De ce lieu vistement en terre.

             Aliborum, qu’on le me serre

             Derrière et devant, ferme au corps !

                                      L’APOTICAIRE

             Dïeu luy soit miséricors,

550    Et à tous ceulx qui sont en vie !

                                      GUILLEMETTE

             Amen ! Et la vierge Marie !

                                      MESSIRE  JEHAN

             Or, pensons de le mettre en corps176.

             Jésus luy soit miséricors !

                                      GUILLEMETTE

             Hélas ! quant de luy me recors177,

555    Je suis amèrement marrie.

                                      MESSIRE  JEHAN

             Dïeu luy soit miséricors !

                                      GUILLEMETTE

             Amen ! Et la vierge Marie !

                                      MESSIRE  JEHAN

              Jésus luy soit miséricors,

             Et à tous ceulx qui sont en vie !

560    Adieu toute la compaignie !

            CY FINE LE TESTAMENT DE PATHELIN

*

1 Pathelin : l’hypothèse Triboulet. Paradigme, Orléans, 2009.   2 Triboulet : La Farce de Pathelin et autres pièces homosexuelles. GayKitschCamp, 2011.   3 Recueil de farces, VIII, pp. 151-208. Droz, 1994.   4 C’est la coiffure que porte l’avocat dans la Danse macabre de Guy Marchant. « Cornette d’Advocats, de Docteurs : le chapperon qu’ils portoient autrefois sur leur teste…. Advocats ne paroissoient point en public sans avoir leurs cornettes. » Furetière.   5 Le reste.   6 On fourrait les actes des procès dans un sac de toile. « J’avois mon sac de plaidoyries/ Tout remply de chicaneries. » Godefroy.   7 Retard, dans le jargon judiciaire. « Allons-nous au prétoire mettre/ Sans plus y faire de tenue. » Godefroy.   8 Taxer, fixer. « Taucer despens, dommages et intérests. » Godefroy.   9 Comme de raison, comme il se doit.   10 J’ai cependant la berlue. Pathelin a des troubles de la vision et porte des lunettes (vers 30).   11 Qui patauge dans la boue.   12 Le bon temps.   13 J’étais habitué à. On scande « sou-lai-e ».   14 Là où je ne gagne même plus des petites pièces.   15 La profession d’avocat ne vaut plus un sou.   16 Il gueule. « Et l’un crier, et l’autre baiallier. » Godefroy.   17 Il me faut siéger.   18 Plaiderez-vous.   19 Éd. : presentement   20 Dans mon cabinet de travail.   21 Hier au soir.   22 Éd. : que demener sachez   23 Le pronom normand « les » (ou « lay » aux vers 91 et 230), se traduit par « le ».   24 Il est déjà loin, il est gâteux. Mais aussi : il devient impuissant. « Je suis proscrit et jà passé au bac :/ Car quant je veulx, à bauldryer ou à cric,/ Tendre l’engin, j’ay mal en l’esthomac. » Jehan Molinet.   25 « Ferai-je défaut à l’audience d’aujourd’hui ? » Tissier, p.157.   26 De ceux qui assistent à l’audience.   27 Éd. : Sa   28 Même vers dans le Prince et les deux Sotz, et dans la Farce de Pathelin (deux fois).   29 Éd. : tenez de par dieu ce soit  (Plaid = discours, querelle. « Laissons ce plait et ce langage ! » R. de Collerye.)   30 Guillemette lance le gros sac sur la tête de Pathelin. Et c’est probablement ce qui va le tuer : en effet, il développe exactement les mêmes symptômes que le roi Charles VIII, mort d’un traumatisme crânien quelques heures après s’être cogné le front au linteau d’une porte. L’avocat va donc succomber au poids des procès !   31 Un coup. Idem vers 256.   32 Redoutez-vous quelque chose ?   33 Éd. : deliberer  (Il faut que vous vous libériez de cette corvée. « Il faut vous libérer de cette dette. » Dict. de l’Académie françoise.)   34 Mangez. Elle est en train de préparer le dîner.   35 À la maison. Idem vers 117.   36 Je n’y manquerai pas.   37 Aux plaidoiries je m’en vais de ce pas.   38 Noueux.   39 Une assignation à comparaître.   40 Cf. Colin, filz de Thévot.   41 S’ils ne comparaissent pas devant la Cour, ils sont condamnés à une amende de 100 tournois.   42 Si elles ne viennent promptement.   43 Mes sieurs (2 syllabes). Appointement = sentence.   44 Aujourd’hui. Idem vers 131.   45 Un matelin est un fou. Cf. Tout-ménage, vers 227.   46 Assisté.   47 Fainéant, qui ne fait rien.   48 Un peu faible.   49 Me manque.   50 Je voudrais.   51 Expliquer d’où vous vient cet inconvénient.   52 De bouillon à boire. Mais cette expression trop bien attestée a pu influencer les éditeurs. En effet, maître Pierre passe son temps à réclamer du vin <vers 145, 174, 198, 203, etc.>, et non de la nourriture. Je propose de lire « clairet à humer », qui donna lieu à une expression non moins attestée : « Et que bon vin cléret je hume,/ Qui est cy dedans ma bouteille. » (Vie et histoyre de ma dame saincte Barbe.)   53 Si cela me soulagera.   54 Boniments, jargon.   55 Éd. : confidence  (Sens identique, mais rime plus pauvre.)  Pour « Di-eu » dissyllabique, qu’on retrouve aux vers 519 et 549, voir Quale Pathelin de Giuseppe Di Stefano <Le Moyen français, nº VII, p.151>.) André de La Vigne (vers 396) résout ce problème en ajoutant « Et » au début d’un vers identique.   56 De la sagesse.   57 Est valable pour tout le monde.   58 Je redoute de. (Idem vers 368.) Dans la Farce de Pathelin, quand il faisait semblant de mourir, maître Pierre s’écriait déjà : « Que je ne passe point le pas ! »   59 Au tribunal. « Qu’il adjournast à comparoir aujourd’hui (…) en la cohue du chastel de Rouen. » Godefroy.   60 Je suis là.   61 Éd. : Guillemette  (dont Guillemine est une forme hypocoristique : « Dy, hau, Jaquet, ou Guillemine ! » Les Sotz nouveaulx farcéz, Picot, II, p.186.)   62 Roland mourut de soif à Roncevaux. « C’est doncques de la mort Rollant/ Que je mourroye, car je bevroye/ Moult voulentiers ! » Celuy qui se confesse à sa voisine, F 2.   63 Pépier, balbutier. « Je sens mon cuer qui s’affoiblit,/ Et plus je ne puys papier. » Villon, Testament.   64 À boire du piot, du vin.   65 Le vin nouveau me fait du mal.  66 « Le flux de ventre. » (Antoine Oudin.)  « La foire, qu’on appelle (…) la va-tost. » (Supplément du Catholicon.)  Les Normands disent aussi la « va-vite ».   67 Personnage de faux savant (son nom désignera les ânes) qu’on croise dans beaucoup de textes comiques. On prononçait « Aliboron ». Notre éminent apothicaire ne proposera, pour guérir un traumatisme crânien, que du sucre ou du lait d’amande. Les protagonistes de la pièce sortent un peu de leur rôle : l’apothicaire (le pharmacien) sert de médecin, le curé servira de notaire, et les deux hommes serviront de fossoyeurs.   68 Poiré, sorte de cidre que les Normands font avec des poires.   69 Je me contenterai bien de vin.   70 Je vais.   71 L’angelot. Guillemette s’en va, et Pathelin en profite pour sortir une bouteille qui était cachée sous son oreiller.   72 Pour limiter la consommation d’alcool de Pathelin (vers 256-258), Guillemette mêle son vin d’eau.   73 Confusion entre vin et vingt. Voir la confusion entre saints et seins à 360.   74 On appelait fréquemment les prêtres « messer », comme au Vatican. « Commandez, Messer Jehan : si feray-je ou y périray. » (Baculard d’Arnaud.)  Mais on écrivait « messire », comme dans tous les octosyllabes de la farce normande de Messire Jehan (LV 29) ; par exemple, la femme qui est couchée sous le prêtre lui dit : « Messir(e) Jehan, vous estes pesant ! » Dans le Testament Pathelin, on prononce encore messer aux vers 271, 284, 345, 482 et 493.   75 Bonne fortune !   76 Sans force.   77 Pour rien. « Pas ne me plains de teste saine. » Gringore, Sottie de l’Astrologue.   78 Il semble hésiter entre Pathelin et le curé.   79 Peur : je ne m’inquiète pas.   80 Il se dirige vers la maison de Pathelin.   81 Me pourvoir.   82 Au presbytère, dont Guillemette a l’air de bien connaître le chemin… Le curé lit devant sa porte, pour profiter de la lumière du jour.   83 Mauvaise figure.   84 Saisie d’effroi.   85 Égarée.   86 Comment allez-vous ?   87 Même vers dans la Farce de Pathelin, et dans la Femme à qui son voisin baille ung clistaire (F 28), où apparaissent d’autres analogies avec notre farce.   88 Vraiment.   89 Les quatre quartiers de la lune symbolisaient les saisons, et aussi les saisons de la vie. Le 3ème quartier annonçait l’hiver et la mort. « Du tiers quartier jusques à la fin, elle [la lune] est froide et moiste comme l’yver, et est lors corrompue de froide humeur vile et fleumatique. » Pierre des Crescens.   90 J’ai mon compte. « Ilz en ont pour une :/ Ilz sont sonnés à grosse cloche. » Jehan Michel.   91 Qu’en mauvaise fortune.   92 Elle entre avec le curé. Dans la farce du Munyer aussi, un curé rend visite au mari agonisant de sa maîtresse.   93 Pathelin comprend « Voici venir mes sergents » (note 74) ; ce à quoi il répond <vers 281> : « Allez me chercher mon casque pour protéger ma tête ! » Il évoquera de nouveau la brutalité proverbiale des sergents à 469-472.   94 Passage interpolé. Les répliques 275-276 et 279-280 font double emploi.   95 Boire ensemble du meilleur.   96 Éd. : faire service  (Réminiscence du Povre Jouhan : « Et croyez que je suis celuy/ Qui plus vous feroit de service. »)   97 Éd. : Maistre pierre sen vostre faict   98 Pathelin comprend : quelque mets de cygne (d’un plat à base de cygne). Notons que -igne rimait en -ine : voir la rime médicine/signe dans Trote-menu.   99 Le Monde qu’on faict paistre (vers 236-237) fournit un calembour analogue sur « médecine » et « sine », c’est-à-dire « cygne » ; le paon est également nommé, au vers 238. On mangeait des paons et des cygnes, pour des raisons symboliques plus que gustatives.   100 Raffiné, blanc, par opposition au sucre brun qui avait moins de valeur, de même que le pain complet avait moins de valeur que le pain blanc du vers 346.   101 Flegme ; congestion, notamment cérébrale. « C’est signe de fleume qui est habondant en la teste…. Le poivre purge le cerveau de fleume. » Jehan Corbichon.   102 En règle avec Dieu.   103 Son état ne s’améliore pas.   104 De suc roboratif. Cf. le Monde qu’on faict paistre, vers 235.   105 Nourriture.   106 C’est la graphie qu’adoptent plusieurs éditions gothiques. Pathelin se repaît d’amendes (vers 99) ; Aliboron joue sur « laide amende ».   107 À boire.   108 Vos mauvaises actions. Pathelin comprend « vos mots » : en tant qu’avocat, il parle au nom de ses clients illettrés, par exemple le berger Thibaud l’Agnelet, qui ne savait dire que « bêê ».   109 Depuis longtemps. Idem vers 350.   110 La gloire éternelle, le Paradis.   111 Il ignore la formule initiale de la confession, comme le brigand de la Confession du Brigant au Curé. Beaucoup de pièces normandes révèlent que les hommes n’allaient jamais à l’église, et que les femmes y allaient pour rencontrer leur amant, qui était souvent le curé. La Normandie gardera longtemps une réputation d’athéisme : « [Dieu] fait vivre cent ans le Normand Fontenelle,/ Et trousse à trente-neuf mon dévot de Pascal. » (Voltaire.)   112 Je ne connais pas de seigneur, ou le Seigneur.   113 Dérobé.   114 Les éditions mettent cette rubrique au-dessus du vers 341, lequel ne peut être dit que par le curé, sur le modèle de 327. Pathelin croit alors que tout l’argent qu’il a gagné malhonnêtement est perdu. La Seine arrose Rouen.   115 Le tourteau en poêle est une crêpe. « Fricaçoient quelques tourteaux en poisle avec de l’huile. » (Denis Sauvage.)  Nous avons là un détournement irrévérencieux de « l’odeur de sainteté » qu’exhalent les martyrs en mourant : les saints embaument la rose, Pathelin pue le graillon.   116 Les superstitieux voyaient dans le chat un animal satanique. « Au chat, au chat ! Comment il monte ! » Farce de Pathelin.   117 Le jus du raisin, le vin. « Quant je puis croquer de ce moust,/ Qui me semble de si bon goust,/ Je suis guéry de la pépie. » Mistère du Viel Testament.   118 De folie.   119 Au père de Dieu : encore un blasphème.   120 « Aux vers 483-484, ce seront les fesses de Guillemette qui serviront à cet usage. » Tissier, p. 188.   121 Je le redoute.   122 « La veuë, l’ouÿe, l’odorat, le toucher. le goust, sont les cinq sens de Nature. » Dict. de l’Académie françoise.   123 L’important. « Ces advocas,/ Ces riches bourgois et marchans/ Qui s’en vont, en gros-bis marchans. » (La Nef des folz du monde.) Les notables se pavanaient avec les pouces derrière la ceinture, contre le ventre.   124 Et à vous aussi. Réplique injurieuse : vos bis = vos vulves. Cf. Ung jeune moyne et ung viel gendarme, note 140.   125 Bonjour.   126 En ce qui concerne les mauvais lieux, on n’a que l’embarras du choix : tavernes, tripots, lupanars, étuves, rues chaudes, et même certains cimetières !  127 Le passage 381-416, avec son fastidieux résumé de la Farce de Pathelin, fut ajouté après coup. Ces greffons, dont je n’ai repéré que les plus maladroits, expliquent la longueur anormale de la pièce.   128 Au Symbole des Apôtres. Nous arrivons donc au Credo.   129 Rappel du vers 338.   130 Vers analogue dans la Confession du Brigant au Curé. Voir aussi Guy Marchant : « J’ay eu de l’aultruy, quant je y pence. »   131 Ce n’est pas nécessaire.   132 D’or. Idem vers 513.   133 Par métonymie, on appelait « croix » les monnaies dont le côté face s’ornait d’une croix.  134 Éd. : perdroit  (Paroir = paraître. « À tousjours-mais il y perra. » Le Pasté et la tarte, BM 27.)   135 Éd. : bee  (La Farce de Pathelin donne effectivement « bee », mais notre rime réclame un pluriel. « Une brebis/ Qui criait, ma mère, “bees !”. » Friquassée crotestyllonnée.)   136 Éd. : Par qui se fut   137 Qui l’avais initié à cette ruse.   138 Même vers dans Mahuet Badin (BM 28). Voir aussi les Sotz triumphans qui trompent Chacun.  139 Pour retomber sur ses pieds, l’interpolateur reprend les vers 378-380.   140 Vous rappelle le souvenir.   141 Le curé passe sans transition à la charité chrétienne. « C’est une des œuvres de miséricorde de vestir les nuds. » Dict. de l’Académie françoise.   142 Pardon.   143 Ses héritiers. « Les hoirs de deffunct Pathelin,/ Qui sçavez jargon jobelin. » Les Repues franches.   144 Avant, je recommande.   145 Manque dans les éditions gothiques. Lieu = place : « Pour gaigner en Paradis lieu. » Mellin de Saint-Gelais.   146 Qu’on aille en tirer.   147 Prenez garde à qui vous laisserez vos biens.   148 Le coffret.   149 S’ils y sont toujours.   150 Fêtards. Cf. le Gaudisseur.   151 Ceux qui sont à sec. Voir la note 97 du Dorellot.   152 Cette compagnie joyeuse de Rouen montait des farces et des sotties.   153 Éd. : Aux quatre convens aussi  (Convent = couvent.)   154 Éd. : Augustins/ Jacopins  (Jacopins rime plus richement avec « lopins » : Villon, Laiz 156-9 et Testament 1572-4.)   155 Qu’ils soient hors du couvent ou dedans.   156 Bons morceaux, au sens gastronomique et au sens érotique.   157 Ce quatrain imite le Laiz XXXII de Villon.  158 « Goutte crampe » est une locution formée d’un nom et de l’adjectif cramp [contracté] : les éditeurs modernes ont tort de mettre une virgule entre ces deux mots. Rogne = gale, teigne.   159 Cette année.   160 Mon conseiller spirituel, mon confesseur.   161 Plaisanterie.   162 Ni l’épouse, ni le curé ne protestent contre ce legs, qui semble officialiser un prêt de longue date.   163 De la vaseline. Cf. les Sotz fourréz de Malice, vers 376.   164 Sur le cul.   165 Elle accepte docilement d’être l’oreiller du prêtre.   166 Un tonneau de la capacité d’1 muid.   167 D’or. « Les parolles cy proposées (…)/ Escriptes d’or en lettre jaune,/ Sur ung tonneau de vin de Beaune. » Sermon joyeux de bien boire.   168 Expression qu’on trouve dans la Farce de Pathelin, et dans l’Enqueste de Coquillart. Cf. Colin filz de Thévot, vers 330.   169 Monseigneur (mon sieur) de Corne est sans doute un prototype de cocu. La confrérie joyeuse des « Cornards de Rouen » jouait des farces et des sotties.   170 Des cierges.   171 Par-dessus tout. « Sur tout riens, est femme d’amiable talant. » Évangile aux Femmes.   172 Peindre.   173 Armoiries quelque peu fantaisistes. À titre de comparaison, le blasonnement d’Aussac (Tarn) est : D’or à la bande d’azur, chargée de trois grappes de raisin du champ.   174 Clamecé, canné. L’auteur rompt le pathos en faisant appel au registre argotique.   175 Qu’ils reposent en paix. Ce pluriel est singulier mais pas unique : « De luy, comme d’ung trespassé,/ Chantons requiescant in pace ! » Régnault qui se marie (F 7).   176 Éd. : biere  (Ce prétendu rondel de 11 vers est en fait un triolet de 8 vers. L’expression « Mettre en corps » pour « Mettre le corps en terre » est une impropriété populaire qui a donné à corps le sens d’enterrement <v. Godefroy, II, p.314 c>. Refusant sans doute de l’entériner, les premiers copistes la corrigèrent au détriment de la rime. Par cette brèche ouverte dans le plan sacro-saint du triolet, tous les abus purent s’engouffrer.)   177 Je me souviens.