SECONDE MORALITÉ

Bibliothèque municipale de Grenoble, Ms.916 Rés.

Bibliothèque municipale de Grenoble, Ms.916 Rés.

 

*

 

SECONDE MORALITÉ

 

*

 

Cette sottie d’Amédée Porral fut créée le dimanche 14 février 1524 à Genève, sur la place de la Fusterie. Elle conclut la Première Moralité jouée l’année précédente par la même troupe : « Les Enfants de Bontemps estoyent habilléz de vestements de fil noir, et n’avoyent que l’oreille gauche, comme ils estoyent demeuréz l’an devant. »

Source : Manuscrit 916 Rés. de la Bibliothèque municipale de Grenoble1, folios 315 verso à 323 verso. (Ms. copié fin XVIe siècle ou début XVIIe, ce qui explique les ajouts postérieurs à 1524 : v. note 19.) Les éditions tardives sont mauvaises.

Structure : Rimes croisées, rimes plates.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

 

*

 

Seconde  Moralité

 

*

 

 

    LE  PRESTRE  estoit frère Mulet de Palude

    LE  MÉDECIN :  Jehan Bonatier

    LE  CONSEILLIER :  Claude Rolet

    [LE  MASSON]2

    LE  BONNETIER

    LE  COUSTURIER

    LE  SAVETIER :  Claude, le gros Rousset3

    LE  CUISINIER

    GRAND-MÈRE  SOTTIE :  Maistre Pettreman4

    LE  MONDE :  Antoine Le Dorier

 

*

 

                                         LE  PRESTRE  commence                          SCÈNE  I

        L’homme propose et Dieu dispose.

                LE  MÉDECIN

        Fol cuide d’un5, et l’autre advient.

                [LE  MASSON]6

        Du jour au lendemain survient

        Tout autrement qu’on ne propose.

                LE  BONNETIER

5   En folle teste, folle chose :

        Point n’est vray tout ce que fol pense.

                LE  COUSTURIER

        Au temps qui court n’y a fiance :

        Maintenant joye et demain pleur.

                                            LE  SAVETIER

        Aujourd’huy vous verrez Monsieur,

10  Et demain simple maistre Jehan7.

                                            LE  CUISINIER

        Tel cuide vivre plus d’un an

        Qui meurt dans trois jours.

                                            LE  MÉDECIN

                                                          À propos,

         Nous som(me)s les pauvres enfants sots

          Qui joyeusement, l’an passé,

15   Voyants que n’estoit trépassé

         Nostre père Bontemps, soudain

         Posâmes le deuil, et d’un train,

         Reprîmes nos habits de Sots

         Pour jouer. Mais (nottez les mots)

20   Pource que chasque habit estoit

         Sans chaperon, tout demeuroit.

         Toutesfois, nostre Mè[re] Sotte

         Renversa vistement sa cotte,

         Et du beau bout de sa chemise

25   Nous embéguina à sa guise.

         Or en ces béguins, par merveilles,

         Ne se trouvèrent les aureilles

         Droittes ; mais se tenoyent à colle

         Forte au cul de ladite Folle8.

30   Ainsi, à faulte de la droitte

         Oreille, comme on peut cognoistre,

         Tout demeura.

                LE  CONSEILLER

                                                Vous dites vray.

          Et là fut conclud, je le sçay,

         Que nous attendrions le Bontemps,

35   Nostre père, en nous esbattants

         À boyre.

                [LE  MASSON]9

                                     Depuis ce temps-là,

         Jamais teste ne nous parla

         De Bon Temps.

                LE  COUSTURIER

                                             Nous prétend[i]ons

         De faire cinq cents millions

40   Passetemps pour esbattement.

                LE  SAVETIER

         Sur cela, la Mort, promptement,

   Au lieu de quelque allégement,

         Nous a nostre mère emporté(e).

                LE  BONNETIER

         En Paradis, au droit costé10,

45   Puisse estre colloquée son âme !

                LE  CUISINIER

    Amen !

                LE  CONSEILLIER11

            Amen !

                LE  PRESTRE

                    Amen ! La femme

         Sotte n’estoit pas trop cassée.

                LE  MÉDECIN

         Ainsi est-elle trépassée

         En bon poinct12.

                LE  MASSON

                                            Et aussi en grâce

50   De tout le monde. Dieu luy face

         Mercy à l’âme !

                LE  BONNETIER

                                              Ainsi [il soit]13 !

                LE  COUSTURIER

         Par ainsi, comme chascun void,

         Au lieu de faire esbattements,

         Nous a fallu nos vestements

55   Teindre en noir.

                LE  SAVETIER

                                                   Et davantage,

         Contrefaire nous fault le sage

         Pour faire qu’on nous prise fort.

                LE  CUISINIER

         Nous n’avons à autre confort14,

         Maintenant, qu’à nostre grand-mère.

                LE  CONSEILLIER

60    Non. Et si15, ne nous peut [pas] faire

         Grosse aide, n’est-il pas ainsi ?

                LA  GRAND-MÈRE  SOTTIE16               SCÈNE  II

         Ha ! mes enfants, je suis icy.

         Telle comme vous me voyez,

         Il ne fault pas que vous soyez

65   Si sots que cuidiez que voussisse17

         Estre tousjours vostre nourrisse,

         Car je ne le pourroy[e] pas.

         Guerroyé vous a le trespas

         De vostre bonne mère, et l’absence

70   De vostre père ; sans doutance,

         Bontemps ne vous y aide en rien.

         Je pourroy bien manger mon bien

         Sans vous.

                LE  PRESTRE

                                    Ouÿ, et de belle heure !

                LE  MÉDECIN

         Qu’est-ce donc de faire ?

                LA  MÈRE  G[RAND]

                                                            Qu’on labeure18

75   Chascun trèsbien de son mestier.

                                             LE  MASSON

         Nous n’y faisons pas volontier(s) ;

         Toutesfois court une planette

         Qui contrainct les Fols à cela.

                LE  BONNETIER

         Nous ne soms plus soubs la comette

80   Qui régnoit quand Galla19 vêla.

                LE  COUSTURIER

         Le temps que Perrotin20 mesla

         Et fit jouer clers et marchands

         Est passé.

                LE  SAVETIER

                                       Aussi est le temps

         Que De Nanto21 et Du Villard(s)

85   Firent leurs nopces, au Molard,

         De l’espousée du Sapey.

                LE  CUISINIER

         Le temps n’est plus tel que je l’ay

         Veu, pour toute conclusion.

                LE  CONSEILLIER

         Pourtant suyvrons l’intention

90   De nostre grand-mère.

                LE  PRESTRE

                                                            Comment ?

                LE  MÉDECIN

         Que nous travaillons roidement,

         Ou nous aurons bien froid aux dents.

                LE  MASSON

         Par ma foy, nous en soms contents :

         Il ne nous fault que de l’ouvrage.

95   Qui nous en donra ?

                LA  GRAND-MÈRE

                                                           Qui ? le sage

         Monde, mes enfants, largement.

                LE  BONNETIER

         Voudroit-il point d’esbattement

         Quelques fois de nous ?

                LA  GRAND-MÈRE

                                                             Ouÿ bien,

         Mais qu’il ne luy [en] couste rien :

         [………………………….. -ray.]

                LE  COUSTURIER

100  Bien tost vous en apporteray.

         J’y vay, attendez-moy icy.

                 Pose.22

         Voycy aureilles, Dieu mercy,

          Et l’argent : prenez-en trèstous.

                LE  SAVETIER

         [Gra]n-Mère [Sotti]e, menez-nous

105  [Mai]ntenant [vers le] Monde.

                LA  MÈRE

                                                                            Allons !

         Mais marchez droict sur vos talons

         Sans fléchir ni faillir en rien ;

         Encor ne sçaurez-vous si bien

          Marcher qu’il n’y ait à redire23.

                LE  CUISINIER

110  Le Monde devient tousjours pire ;

         Je ne sçay que24 sa fin sera.

                LE  CONSEILLIER

         Nous ferons comme il nous fera.

         Suyvons seulement la gran-mère.

                Vadunt ad Mundum.25

                LA  MÈRE                           SCÈNE  III

         Dieu gard, Monde !

                LE  MONDE

                                                 Dieu gard, [grand-]mère !

115  Qu’est-ce qu’il y a de nouveau ?

                LA  MÈRE

         Je vous ameine un beau troupeau

         De Sots, Monde, pour vostre train.

                LE  MONDE

         Quels sont-ils ?

                LA  MÈRE

                                             Qu’ils sont ? Pour certain,

         Orphelins, enfants de Bontemps,

120  Qu’est perdu, et, comme j’entends,

         Fils de ma fille le Rousset26,

         Qu’est trespassé.

                LE  MONDE

                                            Voylà que c’est.

         [……………………………… loing]

         De moy, femme ! Je n’en prens point

         Qui ne sache quelque mestier.

                LA  MÈRE

125  Bien sçavent : l’un est savetier,

         L’autre prestre, l’autre masson.

         Voyez bien là ce viellasson27 :

         Il est cousturier28. Cestuy-ci,

         Bon bonnetier, la Dieu mercy !

130  L’autre est sçavant, bon conseiller,

         Qui vous conduira volontier(s)

         Ainsi comme il appartiendra.

                 LE  MONDE

         Tout cela bien me conviendra.

         Or bien, je les retiens trèstous.

                LA  MÈRE

135  À Dieu, donc.

                LE  PRESTRE

                                                   Et ! nous lairrez-vous

         Au Monde ?

                LA MÈRE

                                        Ouÿ, mes enfants.

         Souffrez en attendant Bontemps.

         À Dieu !

                LE  MÉDECIN

                                À Dieu29 !

                LE  MASSON

                                                              À Dieu soyez !

                LE  MONDE                                SCÈNE  IV

         Or sus, maistre[s] Sots ! Vous voyez

140  À peu près tout ce qu’il me fault.

         Cousturier, faites-moy à hault

         Collet une robbe bien faitte.

                LE  COUSTURIER

         La voulez-vous large ou estroitte ?

                LE  MONDE

         Que sçay-je ?

                [LE]  COUSTURIER

                                        Voyez ceste-cy :

145  Elle est trèsbien.

                LE  MONDE

                                                 Encores [si

          Elle]30 fust, d’un peu, plus large,

         Je l’aimeroy mieux.

                LE  COUSTURIER

                                                       De vostre aage,

         Vous n’en portastes de31 mieulx faitte

         Que ceste-cy.

                LE  MONDE

                                        Ha ! trop estroitte32 !

150  Ostez, ostez. Faittes-m’en une

         À mon gré.

                LE  COUSTURIER

                                          Ce sera fortune

         Si je luy fais. Par Ste Gille33,

         Monde, vous estes difficile

         Par trop !

                LE  MONDE

                                    Venez çà, savetier34 !

155  Servez-moy de vostre mestier,

         Et je vous contenteray bien.

                LE  SAVETIER35

         Tenez, Monsieur.

                LE  MONDE

                                                Ce ne dit rien36.

         Faites-m’en d’autres à mon plaisir.

                LE  [SAVETIER]

         J’ay beau les faire à mon loisir,

160  Bien cousus, de bonne matière :

         Encore(s) en seray-je en arrière.

         Monde, vous estes dégousté.

                LE  MONDE

         Masson, il nous fault remonter

         Les fenestrages.

                [LE  MASSON

                                    …………. -ants ?

                LE  MONDE

165  Un peu plus bas.

                LE  MASSON]

                                                   Ainsi estants,

         Seront-ils bien à vostre gré ?

                LE  MONDE

         Je les veux plus hauts d’un degré.

                LE  MASSON

         Ainsi ?

                LE  MONDE

                            Non, mais un peu plus bas.

                LE  MASSON

         Vostre vouloir n’accorde pas

170  Avec le mien pour maintenant.

                LE  MONDE

         Bien, à demain. Çà, vistement,

         Bonnetier, baillez un bonnet !

                LE  BONNETIER

         Si cestuy-cy bon ne vous est37,

         Je renonceray au mestier.

                LE  MONDE

175  C’est un bonnet de ménestrier38 !

         Comment ? te moques-tu de moy ?

                LE  BONNETIER

         Tenez cestuy-cy : sur ma foy,

         Il est bon.

                LE  MONDE

                                   Il est…39 Ton gibet !!

         Va, va, trouve-m’en un plus net !

180  Conseiller !

                LE  CONSEILLER

                                  Que vous plaist, Monsieur ?

                LE  MONDE40

         Que vous [en] semble ? Suis-je seur

         D’avoir la sentence pour moy ?

                LE  CONSEILLER

         Je croy bien qu’ouÿ.

                LE  MONDE

                                                       Et pourquoy ?

                LE  CONSEILLIER

         Pource que vous avez déduict

185  Trèsbien vostre cas, et conduict

         Le reste tout comme il falloit.

                LE  MONDE

         Mais, par ma foy, ne m’en challoit41.

                LE  CONSEILLIER

         Je le crois. […………… -ray

         ………]

                LE  MONDE

                           Certes non feray !

190  Or allez mieux estudier !

         Çà, prestre, venez deslier42

         Icy vos messes, que je voye

         Comme elles sont.

                LE  PRESTRE

                                                Dieu vous doint joye,

         Monde ! Comment les voulez-vous ?

                LE  MONDE

195  Ainsi que les demandent tous.

                LE  PRESTRE

         Courtes ?

                LE  MONDE

                              Ouÿ.

                LE  PRESTRE.  Il monstre les messes escriptes.

                                                    Or tenez donc

         De celles de dom Ami Bon43 :

         Elles sont belles.

                LE  MONDE

                                            Ce sont mon44 ;

         Mais longues sont comme un sermon.

200  Baillez-m’en d’autres de L’Huillier45.

                LE  PRESTRE

         Ceux-cy sont de dom Rattelier46 ;

         En voulez-vous ?

                LE  MONDE

                                              Non, mettez là ;

         Elles sont trop courtes.

                LE  PRESTRE

                                                      Voylà :

         Vous ne sçavez que vous voulez.

205  Il vous en fault qui soyent meslé(e)s,

         Et jetté(e)s au molle47, sans peine,

         Des pierres d’une sarbataine.

                LE  CONSEILLIER

         Certes, Monde, il n’est supposé48

         Que ne soyez mal disposé.

                LE  MONDE

210  Pourquoy ?

                LE  CONSEILLIER

                                       Au texte de la Bible,

         Qu[i] est chose irrépréhensible,

         Vous n’y trouverez pas bon goust.

                LE  COUSTURIER

         Croyez, Monde, qu’il n’est si fou

         Qui ne le cognoisse.

                LE  MONDE

                                                     Est-il vray ?

                LE  MASSON

215  Ouÿ.

                LE  MONDE

                            Qu’on sache tost que j’ay !

         Sus, sus, portez de mon urine

         Au médecin !

                LE  SAVETIER,  en la regardant

                                         Bien a la mine

         D’une maladie de teste.

                LE  CONSEILLIER

         Allez tost ! Vous estes une beste.

220  Faittes cela que l’on vous dit.

                LE  SAVETIER

         J’y vay.

                LE  CONSEILLIER  dat ipsi pecuniam.49

                               Si vous n’avez crédit,

         Boutez-lui en la main ceci.

                Vadit cum urinâ ad Medicum.50  Pose.

                [LE  SAVETIER]                        SCÈNE  V

         Monsieur, je vous apporte ici

         De l’urine de nostre maistre,

225  Afin que vous puissiez cognoistre

         Quel mal il a.

                LE  MÉDECIN

                                           Il est blessé

         Du cerveau.

                LE  SAVETIER

                                         Que je soye laissé

         [Dessus le carreau]51 s’il n’est vray !   Dat Medico pecuniam.52

                [LE  MÉDECIN]

         Or çà, bene, il fault que j’ay(e)

230  Un peu avec luy conférence.

                LE  SAVETIER

         Allons donc, car j’ay espérance

         Que vous serez bien contenté.

                LE  MÉDECIN

         Tanto melius, silete !53

         Bonsoir, Monde !                                     SCÈNE  VI

                LE  MONDE

                                               Monsieur, bonsoir !

                LE  MÉDECIN

235  Comment vous va ? Çà, monstrez voir

         Vostre main54… Vous estes perclus55.

         Qu’est-ce qui vous fait mal le plus ?

                LE  MONDE

         La teste. Je suis tout lassé,

         Tout troublé, et tant56 tracassé

240  De ces folies qu’on a dit

         Que j’en tombe tout plat au lict.

                LE  MÉDECIN

         Quelles folies ?

                LE  MONDE

                                                Qu’il viendroit

         Un déluge, et que l’on verroit

         Le feu en l’air57, par-cy, par-là.

                LE  MÉDECIN

245  Et te troubles-tu pour cela ?

         Monde, tu ne te troubles pas

         De voir ces larrons attrapards

         Vendre et achepter bénéfices58 ?

         Les enfants èz bras des nourrices

250  Estre abbéz, évesques, prieurs,

         Chevaucher trèsbien les deux sœurs59,

         Tuer les gents pour leur plaisir,

         Jouer le leur60, l’autruy saisir,

         Donner aux flatteurs audience,

255  Faire la guerre à toute oultrance,

         Pour un rien, entre les chrestiens ?

         Si bien les astrologiens

         Ont dit que tu auras prou maulx,

         Tu n’en dois pas estre esbahy[s].

                LE  MONDE

260  Ce sont des propos du pays

         De Luther, réprouvéz si faulx !

                LE  MÉDECIN

         Parlez61 maintenant des défaults,

         Vous serez à Luther transmis…

         Monde, veux-tu estre remis

265  En bonne santé ?

                 LE  MONDE

                                               Ouÿ [bien] !

                LE  MÉDECIN

         Passe, et ne t’arreste[s] en rien

         À ces pronostications.

         Ainçois62, pense aux abusions

         Qui se font tous les jours chez toy ;

270  Mets-y ordre selon la loy,

         Car je prens bien dessus ma vie63

         Que tu n’as autre maladie.

                LE  MONDE

         Si ay en ma bource, qu’est nette64.

                LE  MÉDECIN

         Pource, tien-toy telle diette :

275  Despens peu ; là où tu souloie

         Manger perdrix, mange d’une oye.

         À Dieu, Monde !

                [LE  MONDE

                                                  À Dieu soyez !]

                LE  CONSEILLIER,  Medico discedendo.65       SCÈNE  VII

         Monsieur, maintenant vous voyez

         Et cognoissez sans fiction

280  Du Monde la complexion.

         Comment luy pourrions-nous tout faire

         À son gré ?

                LE  MÉDECIN

                                     Pour bien luy complaire,

         Soyez bavards, ruffien[s], menteurs,

         [……………………….., délateurs,]66

         Rapporteurs, flatteurs, meschants gents,

285  Et vous aurez chez luy bon temps.

         À Dieu, à Dieu !

                LE  CONSEILLIER

                                                 À Dieu, Monsieur,

         Et grand mercy !

                Pose.

                LE  MONDE,  à ses Fols.                 SCÈNE  VIII

                                                 Cet affronteur67

         De médecin a bon propos !

         Il est bien sot [parmy les Sotz]68

290  Que de m’avoir presché en lieu

         De me médeciner.

                LE  MASSON

                                                        Mon Dieu,

         Est-il vray ?

                LE  MONDE

                                       Ouÿ, seurement.

         Mais bren69, bren pour son preschement !

         Je me gouverneray plustost

295  À l’apétit de quelque Sot70

         Que d’un prescheur.

                LE  SAVETIER

                                                        Vous ferez bien.

         Vivez selon vos apétits.

                LE  MONDE

         Aussi veux-je : prenez du mien71 !

                Icy, fault habillier le Monde en Fol.

                LE  CUISINIER

         Or sus ! Monde, es-tu braguard72,

300  Maintenant ?

                LE  MONDE

                                          Ha ! je suis galliard

         Et en point73, la vostre mercy !

                Ibi, ponendum velum super Mundi caput.74

                                        LE  COUSTURIER

         Marchons, et nous ostons d’icy ;

         C’est trop demeuré en un lieu.

                LE  CONSEILLIER

         Pour mettre fin à nostre jeu,

305  Messieurs, vous notterez ces mots

         Qu’à l’appétit d’un tas de Sots

         (Comme l’on void bien sans chandelle),

         Le fol Monde s’en va de voile75.

 

                  FIN

 *

1 Nous remercions vivement les conservateurs de cette bibliothèque pour leur aimable autorisation.   2 Ms : Lorphèvre  (Il n’y a pas d’orfèvre dans la pièce, mais il y a un maçon, dont le rôle devait être tenu par l’orfèvre Gallion, qui jouait aussi dans la 1° Moralité.)   3 Ms : le Grec Roset  (Des éditions ultérieures donnent : Claude le gros Rosset, qui correspond au Claude Rousset de la 1° Moralité.)   4 Le prologue précise que ce comédien travesti était un « grand joueur d’espée ».   5 Le fou croit qu’une chose va arriver. Ces 12 premiers vers sont des « menus propos » qui, à l’instar du « cri », servent à attirer les amateurs de Sotties. Cf. les Sotz escornéz, et surtout les Menus propos (Émile Picot, Recueil général des Sotties, I, p. 65).   6 Ms : L’orphevre   7 En un jour, un grand personnage peut devenir un simple quidam.   8 Ms : sotte   9 Ms : Lorphevre   10 À la droite du Père.   11 À partir de là jusqu’au vers 143, les rubriques remplacent Le Prêtre par Le 1e, Le Médecin par Le 2e, Le Masson par Le 3e, Le Bonnetier par Le 4e, Le Couturier par Le 5e, Le Savetier par Le 6e, Le Cuisinier par Le 7e, et Le Conseiller par Le 8e. Pour que ce soit plus lisible, je rétablis les noms. Dans les Sotties, les Sots, qui sont des entités impersonnelles et interchangeables, sont presque toujours numérotés.   12 Ce médecin digne de Chamfort affirme qu’elle est morte guérie.   13 Ms : soit il   14 Ms : recours  (Avoir confort = avoir de l’aide, du soutien. « Sans avoir confort ne aide d’aucune personne. » Jehan Phélipot.)   15 Et cependant.   16 Ms : folie   17 Pour penser que je veuille.   18 Travaille.   19 Ms : gela  (Le schéma des rimes montre que ce passage a subi un ajout tardif. La Galla défraya la chronique genevoise en 1547 pour avoir trompé son mari avec maistre Anthoine de Vella.)   20 Farceur genevois qui « composoit des gaillardises ». Il est nommé au vers 20 de la 1° Moralité.   21 Ms : Denanto  (On connaît à Genève les familles De Nanto et Du Villard, ainsi que la place du Molard. Le Sapey est un village suisse. Mais quel rapport entre tous ces noms ?)   22 Pendant cette pause, il va chercher (on se demande bien où) les fameuses oreilles droites qui manquaient aux Sots jusque-là, et de l’argent pour que le Monde leur fasse bon accueil. Dessous, ms ajoute en vedette Idem, c’est-à-dire le Couturier.   23 Ils doivent marcher « sans courir trop rebèlement/ Comme les fols » (Farce de l’Arbalestre, LV 7). On a souvent brocardé la démarche fantasque du Sot : « Quant il trote parmy la rue,/ Il court, il mort, regimbe et rue. » L’Arbalestre.   24 Ce que ; comment.   25 Ils vont vers le Monde.   26 Ms : sobret  (Voir la note 2 de la 1° Moralité. Antoine Sobret joue ici le rôle du Monde sous son pseudonyme « Antoine Le Dorier » : cf. Henri Naef, les Origines de la Réforme à Genève, I, p. 445, n. 2.)   27 Ledit vieillard est son petit-fils !   28 Ms : cordonnier  (Le savetier est déjà nommé à 125.)   29 Le médecin dit adieu à ses frères, puis il part avec grand-mère Sottie. Il réapparaîtra au vers 223.   30 Ms : selle  (Pour la métrique, on pourrait remplacer d’un peu par un petit : « Trois listaulx ung petit plus larges que les devant-dits. » Histoire de la cathédrale de Beauvais.)   31 Ms : la   32 Ms : petite  (Étroite rime avec faite : vers 142-3.)   33 On comprend pourquoi les Sots invoquent cette sainte suisse du XIIIe siècle : elle était domestique comme eux.   34 Ms : cordonnier  (Savetier rime mieux avec métier : vers 124-5.)   35 Ms : Cordonnier  (Idem v. 159.)   36 Ces souliers ne me disent rien.   37 La rime originale était sans doute bon n’est. « De nos bons devanciers, cecy trouvé bon n’est,/ Quand jeune, au docte et vieil, ne met main au bonnet. » Les Omonimes.   38 Un bonnet de Sot musicien, orné de grelots. À la fin de la pièce, les Sots parviendront à vêtir le Monde en Fol.   39 Il est taché d’excréments. Le bonnetier lui a refilé un des béguins breneux de la 1° Moralité (vers 232-235).   40 Il donne au conseiller juridique les pièces d’un procès.   41 Je ne m’en inquiétais pas.   42 Dénouer le ruban qui maintient les sermons enroulés.   43 Non identifié. Ami est l’abréviation d’Amédée : l’auteur de notre sottie signait toujours « Ami Porral ». Mais il y a peut-être un jeu de mots sur Bonamy, qui était un patronyme courant.   44 C’est mon avis.   45 Ms : millier  (Philippe L’Huillier fut un des prédicateurs les plus réputés de Genève.)   46 Non identifié.   47 Dans le même moule que les pierres de grosseur identique qu’on projette avec une sarbacane.   48 Ms : possible  (Il n’est pas supposé que = ce n’est pas une supposition, on ne peut nier que. « C’est cette même tradition qui nous asseure que l’Écriture est un Livre divin, qu’il n’est point supposé, qu’il n’est point apocriphe. » Bernard Lamy.)   49 Lui donne de l’argent.   50 Le savetier va vers le médecin avec l’urine du Monde. (Leur dialogue se déroulera sur une autre partie de l’estrade.)   51 Ms : du cerveau  (Que je meure si ce n’est pas vrai !)   52 Il donne de l’argent au médecin.   53 Tant mieux, taisez-vous ! (Les médecins abusaient du latin pour impressionner leurs patients.)   54 Il lui prend le pouls.   55 Ms : au dessus  (Perclus = faible. « Tu n’as plus/ Ny force, ny pouvoir quelconque ;/ Tu es foible, tu es perclus. » Chanson spirituelle.)   56 Ms : tout   57 Des prêcheurs publics brandissant l’Apocalypse annonçaient quotidiennement la fin du… Monde.   58 Des charges cléricales. Cf. la Sotie des Sotz ecclésiasticques qui jouent leurs bénéfices au content.   59 Les fesses (Guiraud, Dictionnaire érotique). L’Église pratiquait la sodomie jusqu’au plus haut niveau : le pape Clément VII, qui régnait alors, ne dédaignait point les jolis pages.   60 Perdre leur propre argent au jeu.   61 Ms : Parler  (Parlez des défauts de l’Église, et on vous traitera de luthérien.)   62 Mais plutôt.   63 Je réponds sur ma vie.   64 J’en ai une dans ma bourse, qui est vide.   65 S’écartant vers le médecin (pour ne pas être entendu par le Monde).   66 Ms : Rapporteurs  (Qui figure au vers suivant.)   67 Imposteur.   68 Vers complété par Émile Picot (Recueil, II, p. 345).   69 Merde !   70 Ms : fol   71 Prenez mon argent.   72 D’une élégance ostentatoire.   73 Gaillard et bien habillé.   74 Ici, on doit poser un voile sur la tête du Monde.   75 Au gré du vent, à la dérive. (Jeu de mots sur le voile et la voile.) Voile rime en -èle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :