LES SOTZ ECCLÉSIASTICQUES

Bibliothèque nationale de France

 

 

*

 

LES  SOTZ  ECCLÉSIASTICQUES

 

*

 

Cette sottie anticléricale fut peut-être composée en 1511. Trois parvenus ont acheté des charges ecclésiastiques1, et les jouent aux cartes en éructant des propos sacrilèges. « Les plus grans blasphèmes se desgorgent ordinairement ès jeux de cartes et de déz. » (Henri Estienne.)

Source : Recueil Trepperel, nº 14.

 Structure : ababbcbc, avec 5 quatrains en abaB.

 Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Sotie nouvelle à quatre personnages trèsexcellente des

 

Sotz ecclésiasticques

 

qui jouent leurs bénéfices au content

 

*

 

C’est assavoir :

     LE  PREMIER  SOT

     LE  SECOND  SOT

     LE  TIERS  SOT

     HAULTE  FOLLIE 2

 

*

 

                             LE  PREMIER  SOT  commence        SCÈNE  I

          Soctars,

                           LE  SECOND  SOT

                              Soctereaulx,

                           LE  TIERS  SOT

                                                          Socteletz,

                           LE  PREMIER

         Les vrays filz de Haulte Follie ;

                           LE  SECOND

        Sotz approuvéz,

                           LE  TIERS

                                       Fermes folletz ;

                           LE  PREMIER

        Et nous meslons

                           LE  SECOND

                                             De symonye,

                           LE  TIERS

5   De faire [toute] mocquerie3,

        D(e) éveschéz ;

                           LE  PREMIER

                                      Ce sont noz praticques.

                           LE  SECOND

        Nous sommes (puisqu’il fault qu’on die)

        [Les] vrays Sotz ecclésiasticques,

                           LE  TIERS

        Suyvant les garces4 erraticques

10  Quant on les treuve en quelque lieu.

                           LE  PREMIER

         Que vault ton esveschier, par Dieu ?

                           LE  SECOND

         Sans me partir de ceste ville,

         On m’a apporté quinze mille5.

                           LE  TIERS

         Quinze mille ? Dieux !

                           LE  PREMIER

                                                   Quinze mille ?

                           LE  SECOND

15  Et en vault tant sans ce qu’on pille

         Sur les seaulx des collacions6.

                           LE  PREMIER

         Voire, qui ne sont pas esgalles.

                           LE  SECOND

         Ce sont grandes exactions

         Contre toutes noz Décrétalles7.

                            LE  PREMIER

20  Grimault8 nous tiendra en ses salles.

                           LE  SECOND

         Il fault que tout rompe ou dessire9.

                           LE  TIERS

         Les coustumes sont [si] trèsmalles

         De vendre tant ung peu de cire10.

                           LE  PREMIER

         Je ne dy pas qu’on ne retire

25  Son droit ainsi et ainsi[n]11.

                           LE  SECOND

         C’est ung mal de [tous] maulx le pire12,

         Et une grande larrecin13.

                           LE  TIERS

         Fault-il, pour ung seau et [ung] sin14

                           LE  PREMIER

         Ta[i]s-toy !

                           LE  TIERS

                                     Pour Dieu, que je le dye !

                           LE  SECOND

30  Escoutons jusques en la fin.

                          LE  TIERS

         Rien, c’est trop clère simonie.

         Je voue à Dieu, se l’en m’en prie,

         D’aller au Conseil15 de Lyon.

         Qui qu’en parle ne qui qu’en rie16,

35  Je le mettray in médium17.

                           LE  PREMIER

        Tousjours nous nous humilion.

                           LE  TIERS

         Par noz humiliacions,

         On réduira in nichillium18,

         En brief, noz nominations.

                           LE  PREMIER

40  Traitons19 quelque[s] transations

         À passer temps.

                            LE  SECOND

                                         Qu’on s’y employe !

                           LE  TIERS

         Pensons-y.

                           LE  PREMIER

                              Çà donc, advisons !

         Il est la saison qu’on folloye.

                           LE  SECOND

         Je vous veil racompter d’une20 oye

45  Qui (ou [que] saint Anthoine m’arde !)

         A ponnu21 près les murs de Troye

         Ung euf plus gros q’une bombarde.

                           LE  TIERS

         Tu mens bien : c’est ung euf d’austarde22.

                           LE  SECOND

         Et si, y a une fontaine

50  Où sourd maintenant la moustarde.

                           LE  PREMIER

         Il y a ta fièvre quartaine !

                           LE  TIERS

         Parlons qu’ès23 pays d’Aquitaine,

         Une cingesse a esté veue,

         Qui e[u]t, par messure24 certaine,

55  Quatorze cens lances toises de queue.

         Et plus fort : quant el(le) se remue,

        El y va de si grant estoc

         Que les cogs25, au long d’une lieue,

         Chantent de peur : « Coquericog ! »

                           LE  SECOND

60  Tu souffles d’abhic et d’abhoc26.

                           LE  PREMIER

         Mais anquéron27, je vous en prie,

         Que fait en Paradis Énoc

         Et son bon compaignon Hélye28.

                           LE  SECOND

         Mais com ung homme d’Itallye

65  A montay (dont je m’esmerveil)

         Ès cieulx atout29 une poullye

         Pour pisser contre le soleil30.

                           LE  TIERS

         Vécy ung doubte nompareil

        S(e) ung Sot qui a la teste socte

70  Doit31 pas mener terrible dueil

        Quant il a perdu sa marocte.

                           LE  PREMIER

         Vous compteray-je de la crocte

         D’une souris de Barbarie,

         A[u]ssi grosse q’une pelocte32 ?

                          LE  SECOND

75  Cela, ce n’est [que] mincerie33.

                           LE  TIERS

         Qui sçaura34 donc m[i]eulx, si le die.

                           LE  PREMIER

        Vous diray-je…

                           [LE  SECOND]

                                      Allons de ce pas

        Requérir à Haulte Follie

        Qu’el nous conseille nostre cas.

                           LE  PREMIER                    SCÈNE  II

80  Honneur !

                           LE  SECOND

                             Déduit !

                           LE  TIERS

                                            Joye !

                           LE  SECOND

                                                           Soulas !

                           HAULTE  FOLLIE

         Qui estes-vous ? [………….. -ie.]

                           LE  PREMIER

         Et ! ne nous congnoissez-vous pas,

         Nostre mère Haulte Follie ?

                           HAULTE  FOLLIE

         Certes, je ne vous congnois mye.

                           LE  PREMIER

85  Nous sommes Sotz si vollaticques35,

                           LE  TIERS

         Vrays Sotz,

                           LE  PREMIER

                                Vrays enfans de Sottie,

                           LE  SECOND

         Voz vrays Sotz ecclésiasticques.

             HAULTE  FOLLIE

         Hommes sotz, propres et mist[icqu]es :

         Il n’y a point, certainement,

90  De Sotz qui soient plus autenticque[s],

         D’Orient jusqu’en Occident.

        Vous estes mes Sotz, voirement.

         Mais je ne vous congnoissoyes plus,

         Car vous estes, pour le présent,

95  Merveilleusement disollus.

         Jamais ne vous eusse congneuz.

         N’eusse point en36 intention

         Que vous fussiez oncques venus

         À si grant dissollucion.

100  Quel est la cogitation

         Et la cause de la venue ?

             LE  TIERS

         Nous voullons passer la saison37 ;

         Enseignez-nous, ma mère deue38,

             LE  PREMIER

        Joyeuseté entretenue.

105  Car quoy ! nous sommes gros et gras,

         Nourris comme chappons39 en mue. 

    Nous demandons jeuz et esbatz.

             LE  SECOND

         Vélà tout.

             HAULTE  FOLLIE

                            J’entens vostre cas.

         Advisez que vous voullez faire.

             LE  PREMIER

110  Nous sçavons beaucoup de fatras,

         Se nous ne vous peussions desplaire.

             LE  SECOND

         Vous semble-il qu’il feust bon de boire ?

         [Jà bois.]40

             LE  TIERS

                             Oua !

             LE  PREMIER

                                            Oua !

             LE  SECOND

                                                         Oua !

            HAULTE  FOLLIE

         Tout41 cecy n’est pas nécessaire :

115  Vo42 estat n’est pas ad cela.

             LE  TIERS

         Je fisse si bien broua[ha] !

             LE  PREMIER

         Je feroyes rage43.

             LE  SECOND

                                           Je t’en croy.

            LE  TIERS

        Ha ! jamais homme n’aboya44,

         Pour ung Sot, [aus]si bien que moy.

             LE  PREMIER

120  Seroit-il bon, par vostre foy,

         Que nous fissions des arbalestes

         Pour tuer, sur le moys de may,

         Ung tas de petites mouschectes

         Qui vollent parmy ces sallectes ?

             LE  SECOND

125  Dictes s’on y besongnera.

                          HAULTE  FOLLIE

         Ces jeux-là ne sont pas honnestes ;

         Vo estat n’est pas ad cela.

             LE  TIERS

         Je sçay bien donc que l’en fera :

         Que deux de nous monstrent les culz,

130  Debout, et l’aultre chacera

         À prendre les petz à la glus.

             LE  PREMIER

         Voire ; mais s’ilz estoient vellus45 ?

             LE  SECOND

         C’est du moins : tout y [e]scoura46.

             LE  TIERS

         Voullez-vous bien ?

             HAULTE  FOLLIE

                                                N’en parlez plus :

135  Vo estat n’est point ad cela.

             LE  PREMIER

         Dictes-nous donc que l’en fera.

             LE  SECOND

         Despeschez !

             LE  TIERS

                                   Il nous ennuyst47 tant !

             HAULTE  FOLLIE

         Je sçay ung beau jeu, qui voul[d]ra48.

             LE  PREMIER

        Quel jeu ?

             HAULTE  FOLLIE

                           C’est le jeu du content49.

             LE  TIERS

140  Au content ? Jhésus !

             LE  PREMIER

                                                 Au content ?

             LE  SECOND 50

       Or entendez mon51, que j’advise.

       Par le sang bieu ! je suis content :

         C’est ung droict jeu pour gens d’Église.

             LE  TIERS

         Je ne sçay jeu qui mieulx nous duyse.

             LE  PREMIER

145  Entre nous, telz jeux sont propices52.

             LE  SECOND

         Chascun de nous scet la maistrise

         De macquignonner53 bénéfices.

             HAULTE  FOLLIE

         Di-moy, [toy] qui as tant d’offices :

         Qu’as-tu fait en ton jeune aage54 ?

             LE  TIERS

150  J’ay menay des chiens et des lisses55

         Chacer de nuit au verd boucaige :

         Ung maistre gardeur d’esquipaige56 !

         Jamais, en ma vie, je n’euz peur

         D’actendre la beste sauvaige.

             HAULTE  FOLLIE

155  De loix ? de décret57 ?

             LE  TIERS

                                                      C’est erreur.

        Tout mon t[e]mps, j’é esté chaceur58.

             HAULTE  FOLLIE

         Tu as maintenant tant de biens :

         Qui t’a mis en si grant honneur ?

             LE  TIERS

         Mon seigneur. J’ay esté des siens.

160  J’ay pensé que les clers n’ont riens

         Pour chose qu’ilz aient leu ne veu.

         J’ay esté gouverneur de chiens,

         Et suis maintenant bien pourveu :

         J’ay trois cures (c’est pour empreu59),

165  Sept prieuréz, t[r]oys abbaïes,

         La [grand chappelle]60 de Beaulieu,

         Et quatorze chanoyneries.

             LE  PREMIER

         Ne vélà pas grant deableries ?

             LE  SECOND

         Les clers bien lestréz ont des poulx

         [………………………………. -ies]

170  Qui les rongent jusques aux oux61.

             HAULTE  FOLLIE

         Çà, aux aultres ! Qui estes-vous ?

             LE  SECOND

         Sans tant despriser le mestier,

         Je le diray devant trèstous :

         Mon père fut ung savetier.

175  Quant il fut tout las de crier

         Partout « Vieux souliers ! Vieux houseaux62 ! »,

         Il ayma mieulx estre courtier,

         Et fut macquignon de chevaulx.

         Dieu scet combien [j’ay eu]63 de maulx,

180  En tracassant parmy la ville !

         Aller trocter sur les quarreaulx,

         J’en sçavoyes trèsbien le s[e]tille64.

         Ung seigneur m’a trouvay habille65 ;

         Je le servy. Il m’a donné

185  De revenu cinq ou six mille.

         Je suis maintenant ung abbé66.

             LE  PREMIER

         Mais cuidez-vous qu’il a67 frocté

         Mainte jument et mainte rosse ?

             LE  TIERS

         Le grant deable l’a bien aidé

190  De porte[r] maintenant la crosse68.

             LE  PREMIER

         Jamais il ne fut à tel nopce.

             LE  TIERS

         Fait-on des abbéz si nouveaulx ?

             LE  SECOND

         Je suis abbé, qui que en grosse69.

             LE  PREMIER

         Voire des abbéz fériaulx70.

             HAULTE  FOLLIE

195  Et vous ?

             LE  PREMIER

                                Je suis des fringueriaulx71

        De Court, [où] j’ay long temps esté

        Ung des principaulx macquereaulx

         Qui jamais entrast en l’osté72

         De73 mon seigneur. J’ay tampesté,

200  Servy, brouillié troys ou quatre ans :

         Tant, que [je] suis bien appoincté74

         Et ay deux ou troys mille frans.

             HAULTE  FOLLIE

         Or çà, mes principaulx enfans,

         Vous estes tous troys de bas lieu.

205  Dictes-moy : estes-vous contens ?

             LE  PREMIER

         Nenny.

             LE  TIERS

                        Nenny.

             LE  SECOND

                                        Nenny, par Dieu !

             HAULTE  FOLLIE

         Çà doncques, jouons ad ce jeu.

         Sc[é]ez-vous75. Tien, vélà pour toy.

             LE  PREMIER

         C’est la cure [de] saint Mathieu76 !

             HAULTE  FOLLIE

210  Tien, prens cela !

             LE  SECOND

                                         Ho, par ma foy !

             LE  PREMIER

         Qu’i a-il ?

             LE  TIERS

                               Je ne sçay quoy.

             LE  SECOND

         Si vault ma quarte bien autant.

             LE  PREMIER

         Or çà, doncques, baillez-la-moy :

         Changons, je ne suis pas content.

             LE  SECOND

215  J’ay trèsbonne cure, pourtant.

             LE  PREMIER

         Et moy, une bonne chappelle.

             LE  SECOND

         Qui change ?

             LE  PREMIER

                                   Je me tiens à tant77.

             HAULTE  FOLLIE

         [Çà, recommençons]78 de plus bell[e].

         Tenez !

             LE  PREMIER

                           Vécy bonne nouvelle.

             LE  SECOND

220  Par ta foy ! que t’a-l’en donné ?

             LE  PREMIER

         Je ne vueil jà qu’on le vous celle :

         C’est une archédïaconé79.

         Toy, qu’as-tu ?

             LE  SECOND

                                   J’ay une évesché.

             LE  PREMIER

         Tien ma carte ; que j’ayes la tienne.

             LE  SECOND

225  Ha, corps bieu ! vous estes trompé :

         L’archédïaconé est mienne.

             LE  TIERS

         Corps bieu ! vélà bonne fredaine.

             LE  SECOND

         Ma carte ne vault ne croix ne pille.

         Et toutesfois, j’ay eu la sienne,

230  Qui me vauldra deux80 ou trois mille.

         Qu’as-tu ?

             LE  TIERS

                             Office.

             LE  SECOND

                                            Et vault ?

             LE  TIERS

                                                                  Trois mille.

             LE  SECOND

         Changon !

             LE  TIERS

                              Ce seroit symonie.

             LE  SECOND

         On fait cela au coup la quille81,

         Posay82 que [ne] soit grant follie.

             HAULTE  FOLLIE

235  Tenez83 !

             LE  PREMIER

                                Je ne vous lairay mye84.

             LE  SECOND

         Qu’esse la ? N’a-il bonnes nouvelles ?

             LE  PREMIER

         Par mon serment ! sans menterie85,

         C’est la doyenné de « Grenelles »86 !

             LE  SECOND

         Cestes-cy ne sont pas trop belles.

             LE  TIERS

240  Y a-il chose qui le grève ?

             LE  SECOND

         J’ay beau87 visiter les ruelles :

         C’est la chanoinerie de « Brève »88 !

         Pour toy faire sentence brièfve,

         La prébende Saint-Innocent89.

             LE  TIERS

245  Feroit-on point de changement ?

             LE  PREMIER

          Je doubte, puis je [me] demande…

             LE  TIERS

         Quant est à moy, je suis content.

             LE  SECOND

         Chascun gardera sa prébende.

             HAULTE  FOLLIE

         Tenez ! Ha, je veil qu’on me pende

250  Se90 mot…

             LE  SECOND

                                    Fy ! cecy ne vault rien.

             LE  TIERS

         Que chascun à son cas entende.

             LE  SECOND

         Veulx-tu changer à moy ça tien ?

             LE  PREMIER

         C’est bien moins91, je le voy [trop] bien.

             LE  SECOND

        Hé ! beau sire !

             LE  PREMIER

                                    Ton cas va mal.

255  Je suis content.

             LE  SECOND

                                      Cecy est mien :

         Par ma foy ! je suis cardinal.

             LE  TIERS

         Il en a92 !

             LE  SECOND

                                Ce n’est pas grant mal.

             LE  PREMIER

         Dieux ! et t’en fault-il si hault braire ?

             [LE  SECOND]

         Je ne suis pas trop au raval93.

             LE  PREMIER

260  Qu’as-tu ?

             LE  SECOND

                                  Je suis prothenotaire94.

             LE  PREMIER 95

         J’ay fait que saige96 de moy taire.

             LE  TIERS

         Par mon serment ! j’ay raige rouge97.

             [LE]  SECOND

         Ha, corps bieu ! tu auras beau faire98

         Se je change le chappeau rouge.

             LE  TIERS

265  C’est ainsi que Follie te louge99.

             HAULTE  FOLLIE

         Tien cecy !

             LE  PREMIER

                            Hon, hon ! Je vous happe100.

             LE  SECOND

         Hélas, pour Dieu ! qu’omme ne bouge !

         Je suis homme pour estre pape.

             LE  PREMIER

         Vous n’avez garde qu’el101 m’eschappe,

270  S’elle peut venir en mon lieu.

              LE  SECOND

         Mort bieu ! s’une fois je l’actrappe102,

         Encor[e] vouldroy-je estre Dieu.

             HAULTE  FOLLIE

         Tien, prens cela !

             LE  SECOND

                                      Ha, [la] mort bieu !

             LE  TIERS

         Hon, hon !

             LE  PREMIER

                                Sommes-nous bien content[s] ?

             LE  SECOND

275  Toy103, Premier : par ta foy, qu’a[s]-tu104 ?

             LE  PREMIER

        Je suis arcevesque de Sens.

             LE  SECOND

         Veulx-tu changier ?

             LE  TIERS

                                          Je m’y consens105.

             LE  SECOND

         Qu’as-tu, [toy] ?

             LE  TIERS

                                        Deux bons prieuréz

         Vallans deux ou trois mille francs.

             LE  SECOND

280  Tien : tu auras106 mes doyennéz.

             HAULTE  FOLLIE

         Voullez-vous à [ce] coup jouer ?

             LE  TIERS

         Et ! jouons encor une lasche107.

             HAULTE  FOLLIE

         Que veulx-tu pour te contenter ?

             LE  TIERS

         Je voulsisse estre patriarche.

             LE  SECOND

285  Et tu seras ung estront !

             LE  PREMIER

                                                      Masche108 !

             LE  TIERS

         Mais faictes ce vieil bracquemar109

         Abbé ou prieur de la « Marche »110 !

             LE  SECOND

         Hée, villain ! t’en fault-il parler ?

             [LE  TIERS]

         Tu as esté pallefrenier

290  Et houspaillier111 toute ta vie,

         Filz d’ung co[u]rtier, d’ung savetier ;

         Et si, ne te contente[s] mye ?

             LE  PREMIER

         Et moy, ay-je assez ? Qu’on le die !

             LE  SECOND

         Voyez ce macquereau putier,

295  Régent en macque[rel]lerie :112

        Est évesque, et n’est pas content !

             LE  PREMIER

         Et toy aussi, maistre appliquant113 !

         Hélas, quel abbé de [Froit-Vaulx]114 !

             LE  SECOND

         Tu es ung macquereau, pourtant.

             LE  PREMIER

300  Hé ! torcheur de cul de chevaulx115 !

             LE  TIERS

         Mais advisez quelz truandeaux !

             LE  SECOND

         Ha, par bieu ! vous le vallez bien,

         Maistre chas[s]eur de lappereaux !

             LE  PREMIER

         Suyvez hardiement vostre116 train !

             HAULTE  FOLLIE

305  [Discord ne]117 débat ne vault rien.

             LE  PREMIER

         Que j’eusse encor une118 abbahye !

             HAULTE  FOLLIE 119

         J’en ay une.

             LE  PREMIER

                                Je la retien :

         Donnez-la-moy, Haulte Follie !

             HAULTE  FOLLIE

         Seras-tu content ?

             LE  PREMIER

                                          De ma vie,

310  Rien je ne vous demanderay120.

             HAULTE  FOLLIE

         Vélà la.

             LE  PREMIER

                          Je vous remercie.

             HAULTE  FOLLIE

         [………………………..] cecy :

         Se tu estoyes Dieu, mon amy,

         Seroyes-tu content de ton eu121 ?

             LE  PREMIER

315  Je croy bien qu’il n’y a celluy

         Qu’il ne fust content d’estre Dieu.

                           HAULTE  FOLLIE

         Chascun de vous est bien pourveu :

         Estes-vous content[s], mes amis ?

             LE  SECOND

         Nenny : je veil estre au millieu,

320  Et le plus hault en Paradis122.

             HAULTE  FOLLIE

         Es-tu bien content ?

             LE  SECOND

                                               Je ne sçay.

             HAULTE  FOLLIE

         Et toy ?

             LE  TIERS

                         Se j’eusse ung éveschié,

         Je fusse content.

             HAULTE  FOLLIE

                                          Vez-le là.

         Es-tu bien content ?

             LE  TIERS

                                             Je ne sçay.

325  Je ne n’ay pas tant que cestuy-là.

             HAULTE  FOLLIE

         Et toy, aussi ?

             LE  PREMIER

                                  Qui me123 donra

         Ung chappeau rouge [par surcroy],

         Je seray content de cela.

             HAULTE  FOLLIE

         Tien ! Es-tu content ?

             LE  PREMIER

                                               Je le croy.

330  Si ne le sçay pas bien, de vray.

             HAULTE  FOLLIE

         Vécy grant bestialité124 !

             LE  PREMIER

         J’eusse eu (par l’âme de moy)

         Voulentiers la Papalité.

             HAULTE  FOLLIE

         Au moins, seras-tu bien content[é],

335  S’une foiz la te donne ?

             LE  PREMIER

                                                         Ouÿ.

             HAULTE  FOLLIE

         Mais vouldroyes-tu point la déité ?

             LE  PREMIER

         Si125 la vouldroyes avoir [aussi].

             HAULTE  FOLLIE

         Il n’est pas possible, mes filz :

         Jamais vous n’en verrez la porte126.

340  Il fault, selon ce que je lis,

         Que le grant deable vous emporte.

             LE  SECOND

         Est-il ainsi ?

             HAULTE  FOLLIE

                                Je vous enorte127

          Que telz gens n’y pevent entrer128.

             LE  TIERS

         Nous vivons de si bonne sorte !

             HAULTE  FOLLIE

345  Vous ne vous sçavez contenter.

         Vous voullez aussi hault monter

         Comme Dieu, mais vous estes fo[u]lz,

         On le vous sçaura bien monstrer.

             LE  PREMIER

         S’il est ainsi, qu’en ferons-nous ?

             HAULTE  FOLLIE

350  Dieu scet s’on vous sçaura tourner

         En la chauldière129, sus et soubz !

             LE  SECOND

         En quel lieu ?

             HAULTE  FOLLIE

                                    Au fin fons d’Enfer.

             LE  SECOND

         S’il est ainsi, qu’en ferons-nous ?

             HAULTE  FOLLIE

         Vous estes servis, honnoréz,

355  Bien nourris, remplis, [gras et grous]130 :

         Qu’esse donc que vous demendez ?

             LE  PREMIER

         S’il est ainsi, qu’en ferons-nous ?

             HAULTE  FOLLIE

         Devez-vous pas considérer131

         Que vous estes de bas lieu, tous,

360  Et que vous soulliez truander132 ?

             LE  SECOND

         S’il est ainsi, qu’en ferons-nous ?

             HAULTE  FOLLIE

         Devez-vous pas considérer

         Que chascun [vous ploie]133 les genoux,

         Et que vous soulliez coquiner134 ?

             LE  TIERS

365  S’il est ainsi, qu’en ferons-nous ?

             HAULTE  FOLLIE

         Je puis doncques délibérer

         Que les vrays Sotz de maintenant

         Ne sçavent à quoy temps passer

         S’ilz ne vont jouer au content.

 

               EXPLICIT

*

 *

Jeu du content

     Eugène Lebrun : Nouveau manuel complet des jeux de calcul et de hasard.  (Roret, 1840.)

 

 *

 

 

1 On nommait déjà les « Sotz ecclésiasticques » au 5ème vers des Sotz triumphans.   2 Son portrait figurera dans le Triumphe de Haulte Folie.   3 « Il luy semble que c’est toute mocquerie. » Loÿs de Granate.   4 T : graces   (Les « garces erratiques » sont les filles errantes, les prostituées : « Papes et cardinaulx/ (Saulve l’honneur des ecclésiastiques)/ De bien dancer sçavent tous les praticques./ Povres amans et garces erraticques/ Y vont souvent visiter cette feste. » Octavien de Saint-Gelais.)   5 Il faudrait une rime en -ieu (peut-être « milieu »), d’autant que mille ne peut rimer avec mille, en dépit des vers 130-1.   6 Les sceaux des actes permettant de conférer un bénéfice ecclésiastique. Il semble manquer 3 vers : -ille, -ons, -ons.   7 Règles religieuses.   8 « Grimaut, le père au diable. » (Adrien de Montluc.) C’est le « maistre Grimouart » que le Gaudisseur rencontre au Purgatoire <vers 83>.   9 Se déchire.   10 La cire des cachets du vers 16.   11 D’une manière ou d’une autre. « Qu’il soit ainsin ou ainsy. » Montaigne, I, 21.   12 T : prie   (C’est le pire de tous les maux.)   13 Un grand larcin.   14 Un sceau et un seing (vers 16).   15 Le Concile de Lyon se tint en avril 1511. Voir la préface à l’édition de notre pièce qu’Eugénie Droz a publiée dans : Le Recueil Trepperel. Les Sotties.   16 T : grongne   17 Jeu de mots : « Sur mon médius. » On imagine que l’acteur levait son poing fermé en tendant le majeur. Les Sots émaillaient leur jeu de gestes obscènes, que Rabelais décrira dans Pantagruel (chap. 19) et dans le Tiers Livre (chap. 20). Medium se prononçait médïon.   18 À rien (in nihilum). Nos ecclésiastiques baragouinent quelques mots de latin.   19 T : Trainons  (Faisons quelques transactions pour passer le temps.)   20 T : dug   21 T : pomnu  (Ponnu = pondu. « De quatre corbeillées de Folz/ Tous nouveaulx ponnus et esclos. » Les Sotz nouveaulx farcéz, couvéz.)   22 D’outarde.   23 T : qui es   24 Mesure.   25 Coqs.   26 De bric et de broc. « Parlo ab hic et ab hoc, il parle sans savoir ce qu’il dit. » (Lou Tresor dóu Felibrige.)   27 T : auqueron  (Enquérons-nous.)   28 Hénoch et Élie furent transportés vivants au Paradis.   29 Avec.   30 Rabelais dira aussi que le jeune Gargantua « pissoyt contre le soleil ».   31 T : Dait il   32 Balle à jouer.   33 Broutille. « Fy ! fy ! ce n’est que mincerie. » Roger de Collerye.   34 T : scauira   35 Volages.   36 T : eu  (Avoir en intention = avoir dans l’esprit : « Que vous l’aiez tousjours en vostre intention. » Jehan Des Preis.)   37 Passer le temps.   38 Due. Jeu de mots sur merdeux, comparable à celui de Villon : « Oncques ne vey les mères d’eulx. »   39 T : choppons  (On met les chapons en mue [en cage] pour les engraisser.)   40 Il y avait là un jeu de mots sur boire et aboyer, confirmé par les aboiements qui suivent et par le vers 119. Les « ou-a » sont dissyllabiques.   41 T : Tant   42 Forme normande de « votre ».   43 On reste dans le registre canin.   44 T : nauoya  (V. note 40.)   45 Un pet velu est particulièrement viril.   46 Tout en sera secoué.    47 Nous nous ennuyons.   48 Si vous voulez. Cf. Maistre Mymin, vers 204.   49 On peut lire ci-dessus la règle du jeu du content, aussi nommé « jeu de trente et un » (Littré).   50 T : tiers   51 Attendez ! « Mon » est une particule affirmative qui étaye un verbe : C’est mon, à savoir mon, ce ferai mon, etc. Ce vers était sans doute dit par Haute Folie.   52 T : prepices   53 T : macquignonnez   (Maquignonner = surévaluer un cheval pour le vendre plus cher. Le Second Sot a justement été maquignon <vers 178-180>.)   54 Scander a-age. « On prononçoit anciennement éage. » Gilles Ménage.   55 Lices = chiennes de chasse. Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 15.   56 T : de bocaige  (Déjà à la rime. Équipage = meute de chiens de chasse.)   57 As-tu étudié la théologie ?   58 T : chanceur   59 Et d’une ! Cf. Raoullet Ployart, vers 277.   60 T : grande eau  (Les eaux de Beaulieu, en Auvergne, n’appartenaient pas au clergé. En revanche, on connaît d’innombrables chapelles de Beaulieu.)   61 Jusqu’aux os.   62 Cri de savetier ambulant. Cf. les Cris de Paris, vers 113.   63 T : ieuz   64 Le style, la manière. « Vous ne sçavez/ Le setille ny l’entregent/ Comme il fault avoir de l’argent. » La Fille bastelierre (LV 1). Cf. le Faulconnier de ville, vers 45.   65 Habile.   66 J’ai pu acheter une charge d’abbé avec cet argent.   67 T : la   68 L’abbé des Fous (note 70) brandissait une crosse en forme de marotte.   69 Même si on grogne. « Je retourneray, qui qu’en grousse,/ Chiez cest advocat d’eaue doulce. » Pathelin.   70 Festifs. L’abbé des Fous se livrait à des parodies liturgiques lors de plusieurs festivités carnavalesques, comme la fête des Fous. Voir par exemple le Cry pour l’Abbé de l’église d’Ausserre et ses suppostz, de Roger de Collerye : « Sortez, saillez, venez de toutes pars,/ Sottes et Sotz, plus promps que lyépars :/ Car par l’Abbé, sans troubler voz cerveaulx,/ Et ses suppostz, orrez demain merveilles ! »   71 Galants.   72 L’hôtel, la maison.   73 T : Da   74 J’ai de bons appointements.   75 Asseyez-vous devant la table. Haute Folie va distribuer les cartes, qui représentent des édifices sacrés. Pierre Gringore écrivait dans les Folles entreprises : « Abbayes, cures, prieuréz, par faintise/ Sont baillées (affin que l’entendez)/ À des joueurs de cartes ou de déz. » Lors de la fête des Fous, le clergé jouait aux cartes et aux dés dans les églises.   76 Patron des usuriers. « Il feste saint Matthieu » = il est avare. Haute Folie semble avoir été un peu chiche en donnant une cure peu lucrative.   77 Je m’en tiens à ce que j’ai.   78 T : Sa recommensont   79 Un archidiaconé est la juridiction d’un archidiacre.   80 T : daux   81 Au petit bonheur. « –Estes-vous bien ? –Oïl, nenny./ (Il respondoit à coup la quille.) » Guillaume Coquillart.   82 À supposer.   83 T : Venez  (Elle lui donne une nouvelle carte.)   84 Je ne vous laisserai pas faire.   85 T : merite   86 Difficile de deviner le jeu de mots que l’auteur a placé ici à l’origine : les comédiens adaptaient au gré des tournées les mentions géographiques contenues dans les pièces.   87 J’aurai vite fait de.   88 On m’a donné une chanoinerie minuscule.   89 C’est une prébende particulièrement maigre, puisque le cimetière des Saints-Innocents abritait surtout des squelettes… Il semble manquer un vers en -ève et un vers en -ent.   90 T : Ce  (Si j’ajoute un mot.)   91 T : maint   92 Il a des cornes de cocu, pour être aussi chanceux.   93 Trop mal loti.   94 Protonotaire, secrétaire pontifical.   95 T : second   96 J’ai eu raison. Cf. l’Avantureulx, vers 351.   97 T : raige  (Rage rouge = grande colère. « Je voy lever Envie et rouge rage/ Pour alumer ou trahyson ou guerre. » Jehan Lemaire de Belges.)   98 Tu auras fort à faire pour que j’échange mon chapeau de cardinal.   99 T : longe  (Louger = loger. « J’espère que l’on s’i pourra bien lougier. » Louis XII.)   100 Il serait tentant de lire « tappe », en référence à la folie dans la Résurrection Jénin à Paulme (vers 30, 90, 178-180).   101 Elle = la papauté.   102 T : tactrappe  (On parle toujours de la papauté du vers 268.)   103 T : Tous   104 Une rime en -ieu serait préférable.   105 Il est normal qu’un fou n’ait que faire de « sens ».   106 T : amas   107 Une partie.   108 Formule courante qui correspond à l’actuel : « –Merde ! –Mange ! » Cf. la Vie de sainct Christofle : «–Tu ne vaulx pas ung estron ! –Masche ! »    109 Épée, ou pénis. On prononçait braquemèr.   110 Faites-le s’en aller.   111 Valet qui garde les chevaux des soldats. Cette tirade vise le Second Sot (vers 174-180).   112 Il semble manquer 4 vers : -er, -er, -ent, -er.   113 Gaillard. Cf. la Réformeresse, note 25.   114 T : froit vault (Sur cet abbé de carnaval, cf. le Monde qu’on faict paistre, note 102.)   115 « Les torcheculz de mulles, de chevaulx,/ Courtiers d’amours appelléz maquereaulx,/ Ont dessoubz eulx chapellains et vicaires. » Pierre Gringore.   116 T : nostre  (Revenez à vos moutons !)   117 T : Adcord ce  (« Jamais il n’avoit eu noise, discord ne débat avec ledit Alexandre. » Actes royaux du Poitou.)   118 T : ung   119 T : science   120 Il faudrait une rime en -y.   121 De ce que tu as eu.   122 On peut être à la gauche ou à la droite du Père, mais pas au milieu, à moins d’être Dieu. De même, au plus haut des Cieux (in excelsis), il n’y a que Dieu. Il semble manquer 3 vers : -is, , -is.   123 T : men  (Si on me donne un chapeau de cardinal.)   124 Voilà une grande bêtise.   125 T : Se  (On a le choix entre Si et Je.)   126 Du Paradis.   127 T : euorte  (Enhorter = prévenir.)   128 Au Paradis.   129 Dans le chaudron du diable. Cf. le Munyer, vers 453. Haute Folie dira dans le Triumphe de Haulte Folie : « Je, Folie, pour ma plaisance,/ Dedans Enfer les folz admeine. »   130 T : gros et gras  (Grous = gros. « Neuf cens cinquante quatre pourceaulx grous et gras. » Journal du siège d’Orléans.)    131 T : considerez  (Même faute avec l’infinitif de 360 et de 362.)   132 Alors que vous aviez l’habitude de mendier.   133 T : vons ploise  (S’incline devant vous.)   134 Mendier. « Coquinans et mendians sa faveur. » La Boétie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :