LES SOTZ ESCORNÉZ

Les Sotz escornéz (Recueil Trepperel)

Recueil Trepperel

*

LES  SOTZ  ESCORNÉZ

*

Cette sottie remontant à la fin du XVe siècle raconte une rébellion de Sots contre leur Prince. Lequel s’exprime au moyen de ballades, forme noble par excellence. Quand les Sots, dont le langage était jusque-là un chaos fatrasique1, veulent lui prendre le pouvoir, ils s’approprient d’abord le discours officiel, et déclament une pompeuse ballade mythologique en décasyllabes où l’auteur caricature ce que nous appellerions la langue de bois révolutionnaire. Du coup, la ballade finale du Prince, en pentasyllabes, est presque subversive.

Eugénie Droz attribue cette œuvre à Pierre Gringore2 ; plus nombreuses sont ses analogies de style et de forme avec la sottie des Rapporteurs, attribuable à Henri Baude.

Source : Recueil Trepperel, nº 4.

Structure : Rimes plates, avec 2 triolets, 5 ballades (il manque l’envoi de la 2ème), grand lai, chanson balladée.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Sotie nouvelle à cinq personnages des

Sotz escornéz

trèsbonne

C’est assavoir :

       LE PRINCE [Sot Haultain]

   LE PREMIER

   LE SECOND

   LE TIERS

   GAULTIER

*

**

Les Sotz escornéz

*

           LE PREMIER SOT  commence       SCÈNE I

    Il fait mal estre à Petit-Pont3

            Avant qu’on ait bien desjeuné.

                               LE SECOND

            J’ay veu où une caille pont.

                               LE TIERS

            Il fait mal estre à Petit-Pont.

                               LE PREMIER

5   C’est grant merveille d’ung estront :

            Il est mord avant qu’il soit né.

          LE SECOND4

            Il fait mal estre à Petit-Pont

            Avant qu’on ait bien desjeuné.

                              LE TIERS

            G’y estoyes bien quant je fus né ;

10   Mais brief, il ne m’en souvient point.

                              LE PREMIER

            Je sçay autant du contre-point

            Comme je sçay d’astrologie.

                              LE SECOND

            À trois francz et demy la truye,

            Combien seroit-ce les bouldins !

                              LE TIERS

15   Je suis bon avalleur de vins :

    Je devroyes porter les poullains5.

                             LE PREMIER

    Tous ces bréviaires de Rains6

            Sont fais pour femmes, maintenant.

                              LE SECOND

            Quant on fait ung estront vollant,

20   On l’égecte par la fenestre.

                             LE TIERS

            Par mon âme ! se j’estoyes Maistre,

            Je ne me serroyes plus à terre.

                             LE PREMIER

            Je joue mieulx au pot et au voirre

            Que je ne fais au jeu de paulme.

                            LE SECOND

25   Le franc archier du Boys-Guillaume7

            Mourut l’année qu’il trespassa.

                             LE TIERS

            Oncques-puis on ne me troussa

            Que j’euz bien verd dessus les fesses.

                             LE PREMIER

            Ung pet équippolle à deux vesses,

30   Le routas8 à pet et demy.

                             LE SECOND

            Ergo donc, se j’estoyes fourmy,

            Je seroyes plus petit q’ung lièvre.

                             LE TIERS

            Tu fusses bon à estre chièvre :

            Tu veulx tousjours en hault monter.

                             LE PREMIER

35   Généraulx recepveurs : sans compter,

            Voz privillaiges sont trop beaux.

                             LE SECOND9

            Quant on enchaŷne les maraulx,

            Que n’enchaîne-on les marauldes ?

                             LE TIERS

            (De)puis que j’ay dit jusques aux laudes,

40   Je puis desjeuner, au matin.

                             LE PREMIER

            Je vouldroyes quérir du satin,

            Mais qu’il [ne] fust de couleur bleue10.

                             [LE SECOND]

            Tant plus vache11 a longue queue,

            Plus près s’esmouche des oreilles.

                             LE TIERS

45   Et par conséquent, quant je veilles,

            Il est cler que je ne dors pas.

                             LE PREMIER

            Depuis q’ung homme entent son cas,

            Il a des biens à plaine sourse.

                             LE SECOND

            Je croy que j’ay perdu ma bourse ;

50   Ne la sçauroyes-je retrouver ?

                             LE TIERS

            C’est tout ung, ce devez sçaver12,

            Ung cornu et ung bédouyn13.

                             LE PREMIER

            J’ay ennuyt veu ung bec d’ouyn14

            Qui n’a nulles dens, et si, mort.

                             LE SECOND

55   Mais après, quant je seray mort,

            Que feray-je de mon argent ?

                             LE TIERS

            Les mulles15 auras seurement :

            Tu as les tallons estonnéz.

                            LE PRINCE  parle               SCÈNE II

            Mes Sotz, estes-vous descornéz16 ?

60   Chantez-vous, ou si vous cornez ?

            À bien peu que je ne m’escorne.

            Le dyable vous a encornéz !

            Mieulx vous vauldroit n’estre encor néz,

            S’une fois de mon cor je corne.

65   Vostre teste est trop malicorne17 :

            Je vueil perdre18 cor et cornette

            Se de brief je ne vous escorne.

            Vous estes bien en ma cornette !

            Quant aurez couru et corné,

70   Chascun sera si escorné

            Qu’il ne sçaura de quoy corner.

            Vostre arc sera bien descorné,

            Et ne sera point rencorné.

            Aussi, n’avez-vous qu’encorner.

75   Sotz, me pensez-vous descorner ?

            Encornay suis d’une cornette.

            […………………………. corner,

            Vous estes bien en ma cornette !]

            Quant les tromppettes19 corneront,

            Pensez que se mon cor ne rompt,

80   Maint cornardeau s’escornera.

            Voz alliés descorneront,

            Qui point ne se rencorneront ;

            Chascun des miens20 rencornera.

            Je croy qu’on vous descornera,

85   Puis qu’il convient qu’on s’encornette.

            […………………………. cornera,]

            Vous estes bien en ma cornette !

            Prince qui suis fait en cornant,

            Mes Sotz viennent en descornant.

            Leur chose n’est point encor nette ;

90   Se, leur dis en les escornant :21

            Vous estes bien en ma cornette !

                             LE PREMIER

            J’ameroys mieulx d’une tirette22

            Que de saulmon ne de harenc.

                             LE SECOND

            Les chièvres alloient tout de reng :

95   La corne de la der[e]nière

            Fut mise au cul de la première.

            Je vous demanderoyes, beau sire,

            Quelle chiè[v]re pourroit mieulx dire :

            « J’ay la corne au cul, maintenant. »

100  Celle de derrière, ou devant ?

            C’est corne en cul à chascun bout.

            Or brief, c’est corne en cul par tout :

            Je n’y sçauroys que distinguer.

                             PRINCE

            Sotz, que voullez-vous alléguer ?

105  Vous regniez-vous [pour] mes Sotz ?

            Quant je vous veulx interroguer,

            Vous ne parlez point à propos.

                             LE TIERS

            Ce sont les Sotz maistre Antropos23

            Qui parlent de la theologie.

                             LE PRINCE

110  Je ne vi onc tel resverie !

            On me sert icy de frivolles.

                             LE PREMIER

            Par ma foy ! ilz sont aussi molles

            Icy com en l’autre panier.

                             [LE SECOND

            …………………………. -er]

            En ma vie, par ma conscience,

115  Com il est escript en Térence.

                             [LE PRINCE]

            Je l’entens bien tout maintenant :

            Ilz font semblant, en entendant,

            D’entendre petit à petit.

                             LE TIERS

            On prent les perdrix au füyt,

120  À la tonnelle et à l’arroy.

                             LE PRINCE

            Sang bieu ! vous raillez-vous de moy ?

            Je vous ay esté si humain,

            Vostre prince, seigneur et roy.

            Je suis nommay le Sot Haultain.

125  Vous cuidez faire vostre main,

            Par vostre cautelle et falas[s]e ?

            Mais peu estraint qui trop embrasse.

            Sotz légiers, Sotz mal renomméz :

            On vous porte maulvais renom.

130  « Sotz légiers » estes bien nomméz !

            « Sotz légiers » est bien vostre nom !

            Je vous dy en ung brief sermon :

            Vous ne m’aymez point ? Je m’en passe.

            Mais peu estraint qui trop embrasse.

135  Sotz ligiers, vend[s] ligèrement

            De quoy vous porter les usaiges.

            Ligiers de sens, ligiers d’argent,

            Li[gi]ères testes trop vollaiges,

            Pensez-vous avoir mes truhayges24 ?

140  Mes Sotz, fault que raison on face.

            Meis peu estrain qui trop embrasse.

                             GAULTIER  parle              SCÈNE III

            Dieu vous gard, mignons ! prou vous face !

                    Faictes25 face

                    Place à place !

145  Bonne [myne ayez]26 de gens d’armes !

                             LE SECOND

            Gaultier, nous tiendrons bons termes

                    [Et bien fermes].

                    Car je t’affermes

            Que ne tiens rien de Sot Haultain.

                             LE PREMIER

150  Gaultier, tiens-nous tousjours la main :

                    Soies certain

                    Que soudain

            Nous viendrons à nostre entreprinse.

                             LE SECOND

            Il fault bien que chascun y vise

155     Et advise,

                     Sans devise.

            Se faillons, nous sommes infâmes.

                             LE TIERS

            J[e  h]ay gouvernement de femmes

                    […….. -ames,

                    ……… -ames,]

            Portant atours ou chapperon.

                             LE PREMIER

160  Et, par Dieu ! nous gouverneron,

                    Nous riron

                    Et feron

            Tant que bon [il] nous semblera.

                             LE SECOND27

            Mais chascun de nous jurera

165    Et dira

                    Qu’il sera

            Vray et loyal, touchant le cas.28

            Ne l’ung ne l’autre ne fauldra.

                    On verra

170    Qui aura,

            Après, le hault et le bas.

                             LE TIERS

            Nous le voullons, n’en doubtez pas.

                             LE SECOND

            Saint Jehan ! j’en suis bien resjouy.

            Accordez-vous cela ?

                             TOUS ENSEMBLE  responde[nt]29

                                                      Ouÿ !!

                             LE SECOND

175  Ne t’y consens-tu pas, Gaultier ?

            N’es-tu pas de nostre mestier ?

            Semble que tu soyes esvanouÿ.

            N’es-tu pas bien d’accord ?

                             GAULTIER

                                                                 Ouÿ.

                             LE SECOND

            Chascun bauldra30 son blancscellé,

180  Et sera nostre cas célé

            Comme s’il estoit enfouÿ.

            Vous y [consentez-vous]31 ?

                             TOUS ENSEMBLE  respondent

                                                                  Ouÿ !!

                             LE SECOND

            S’aulcu[n]g de nous ce pac32 deppièce,

            Il sera hachié pièce à pièce.

185  Compaignons, avez-vous ouÿ ?

            Vous y consentez-vous ?

                             TOUS ENSEMBLE  respondent

                                                             Ouÿ !!

                             LE TIERS

            Nous acquerrons tous audivi33.

            Nous serons féaulx et certains.

                             LE SECOND

            Compaignons, levez tous les mains !

                             LE PREMIER

190  Ad ceste fois, est fait nostre [pac].

    Le Sot Haultain est à bazac.

            Pensez, nous le rendrons bien nyce.

                             LE SECOND

            Nous n’avons que faire de prince.

    Il ne m’en chault de son courroux.

                             LE TIERS

195  Nous ne tiendrons fors que de nous.

                             LE PREMIER

            Se [entre nous]34 sommes loyaux,

            Nous aurons villes et chasteaux,

            Et gouvernerons bas et hault.

            En danger d’avoir ung assault,

200  Nous tiendrons bons termes, pardieu !

                             LE SECOND

            Enfans : mon seigneur de Tel-lieu

            Se mettra de nostre allience.

                             LE TIERS

            Nous ferons à nostre plaisance.

                             GAULTIER

            Nous ferons à nostre voulloir,

            [………………………….. -oir.]

                             LE PREMIER35

205  Et mon seigneur Et-cetera

            Nous fauldra-il ?

                             LE [SECOND]

                                             Il s’employera

            Pour venir à nos[tre] espérance.

                             GAULTIER

            Je bouteray bien une lance

            En arrest, sang bieu ! J’ay couraige.

                             LE PREMIER

210  Gauttier, par Dieu, tu feras raige !

            Nous viendrons à nostre entreprise.

                             LE SECOND36

            La temporalité, l’Église

            Sera du tout en nostre main.

                             LE TIERS

            Laissez venir ce Sot Haultain…

                             LE SECOND

215  Se nous ne faillons à nos esmes,

            Nous serons les princes nous-mesmes.

            Nous aurons nostre part du pain.

                             GAULTIER

            Laissez venir ce Sot Haultain…

                             LE PREMIER

           Nous gouvernerons [la province]37.

                             LE SECOND

220  Nous serons les quatre38 sans Prince.

                             LE TIERS

            Nous serons les quatre pilliers.

                             GAULTIER

            Vivent tousjours les Sotz ligiers !

            Nous aurons désormais39 campos.

                             LE PRINCE                  SCENE IV

            Qu’esse-cy ? Où sont mes suppôtz ?

225  Vous me devez faire hommaige.

            Venez à moy !

                             TOUS ENSEMBLE  respondent

                                        Nescio vos !!40

                             LE PRINCE                   SCÈNE V

            Nous yrons à nostre avantaige.

                             GAULTIER

            Sot Haultain, Sot de hault paraige :

            Voz suppôtz ont fait alliance.

230  Pour le vous dire en brief langaige,

            Ilz vous veullent porter nuysance.

            Maniez-les à coup de lance,

            Frappez, ne les espergnez point,

            Ilz sont trop plains d’oultrecuidance.

235  Je sçay leur cas de point en point.

                             LE PRINCE

            Je les feray venir au point.

            Ilz pensent bien estre appointés,

            Mais ilz se treuvent mal en point.

            Ilz seront bien désappointéz.

                             GAULTIER

240  Se voz faiz ne sont appoinctéz,

            Si, leur faictes grièfve poincture,

            Car ilz font fort de forffaicture.

            On les devroit mectre en quartier(s).

                             LE PRINCE

            Soyes-moy tousjours loyal, Gaultier,

245  Je te feray assez de biens.

                             GAULTIER

            De ce, ne vous doubtez de riens :41

            Je vous serviray sans offence,

            Se vous vous trouvez en42 dangiers.

            Que dictes-vous, les Sotz ligiers ?            SCÈNE VI

250  Quelle chière ?

                             LE PREMIER

                                        Par Dieu ! je pence43

            En nostre fait et jour et nuyt.

                             [LE SECOND]

            Se venons à nostre intendit,

            Mort bieu, nous serons à honneur !

                             GAULTIER

            Que chascun y mecte son cueur,

255  Nous y viendrons, n’en parlez plus.

                             LE TIERS

            Conduictz-nous, je te prie, Éolus.

            Adresse-nous venir, ô44 Zéphirus ;

            Margis45 [l’effect] de ta subtilité.

            Saillons la mer ; conduit[z]-nous, Neptunus.

260  Estens sur nous tes raiz, hault dieu Phébus !

            Palas, ouvre46 de ta sagacité.

    Noble Sérès, dame [de majes]47,

            Faiz-nous des blédz belle provision.

    Venir j’espoire à grant auctorité,

265  Car [nous] viendrons à nostre intencion.

                             LE PREMIER

            Nous avons Sotz pour nous, grans et menus.

            Mourir je vueil comme fist Narcis[s]us,

            [……………………………… -esse,]

            Se de cecy ne venons au-dessus.

            J’ay le couraige48 d’Ector [et] Troÿllus.

270  Jamais homme ne me tiendra en presse.

            Je sçay des tours que firent ceulx de Gresse

            Quant Troyë fut mise à destruction.

            Tenez-vous49 tous par force et par promesse,

            Car [nous] viendrons à nostre intencion.

                             [LE SECOND

            ………………………………………. -us,

            ………………………………………. -us,

            ………………………………………. -ité.]

275  Aconpagnez jeunes et vieulx, [Vénus].

            Forge noz glaives, je te prie, Vulcanus.

            Mais donne-nous tousjours prospérité,

            Ô Jupiter ; doins-nous50 félicité ;

            Fais-nous avoir la dominacion.

280  Tout tournera à nostre utilité,

            Car [nous] viendrons à nostre intencion.

                             LE TIERS

            Prince51, fais tant que la communité

            (D’) avecques nous se joingne en unité52.

            Que du règne ayons possession,

285  Et nous serons hors de calamité.

    Nous aurons bruit, paix et tran(s)quilité,

            Se nous venons à nostre intencion.

                             LE PREMIER

            Il m’estoit en advision,

            La nuit passée, en mon dormant,

290  Qu’il seroit bon que maintenant

            Eussions, o53 le Prince, parolle.

                             GAULTIER

            Vélà bien chié merde molle !

            Tu n’entens rime ne raison.

                             LE SECOND

            On nous pouroit metre en prison,

295  Gaultier ; j’entens assez le cas.

            On y a bien mis des prélatz,

            L’ung en caige et l’autre en mue54.

            Je ne55 dy mot, bouche cousue :

            On nous pourroit bien faire ainsi.

                             LE PREMIER

300  Nous ne viendrons point à mercy !

                             LE SECOND

            Et ! par Dieu, ce ne ferons mon !

                             LE TIERS

            On ne nous aura pas ainsi.

                             GAULTIER

            Nous ne viendrons point à mercy.

                             LE PREMIER

            Nous aurons le bout de cecy.

305  Obéyr n’est pas tousjours bon.

                             LE SECOND

            Nous ne viendrons point à mercy.

                             LE TIERS

            Et ! par Dieu, ce ne ferons mon !

            Tousjours a ne sçay quoy de bon…

            Gaultier, par Dieu, tu sens la feste :

310  Qu’esse que tu as sur la teste ?

            Il semble [d’]une tour d’église56.

                             GAULTIER

            C’est [là] matière de sotise

            Que j’ay faicte, c’est mon mestier.

                             LE SECOND

            Tu es ung fin homme, Gaultier.

                             GAULTIER

315  Sus ! advisons qu’il est de faire.

                             LE PREMIER

            Semble qu’il soit bien nécessaire

            D’en faire une conclusion.

                             LE SECOND

            Vélà ma résolucion ;

            Escoutez-la, je vous en prie :

320  Chascun ira en sa patrie57

            (Pour venir à nostre propos)

            Assembler cy58 Soctes et Sotz

            Chascun de dix à douze mille.

            Nous nous rend[r]ons en une ville,

325  À ung jour qui sera préfis,

            À ung grant Sot assez rassis

            Qui nous recepvra humbl[e]ment,

            Qui aura des Sotz largement.

            Il nous atend passé long temps.

                             LE TIERS

330  Nous en sommes trèstous contens.

            C’est trèsbien advisay, par Dieu !

            Où est-il, ce Sot ?

                             LE SECOND

                                                En tel lieu.

            Et si, a des Sotz à milliers.

            Il ayme bien les Sotz ligiers.

335  Ouvrier est de les atrapper.

                             LE TIERS

            Mais nous vouldroit-il point tromper

            Par ung apo(u)inctement célé ?

                             LE SECOND

            Il a baillé son blanc-scellé :

            Je responds qu’il sera loyal

340  Par tout, et amont et à val.

            Il nous ayme de bon amour.

                             GAULTIER

            Il ne reste qu’ass[i]gner jour

            (Au moins ainsi com il me semble)

            Pour nous trouver trèstous ensemble

345  Et nostre propos ordonner.

                             LE PREMIER

            Il nous en fault déterminer

            Maintenant tout à ung brief mot.

                             LE SECOND

            Je veulx parler comme [estant] le plus sot :

            Chascun assemble toute son alliance

350  Des Sotz et Sotes, affin que dedans l’ost

            Ilz s’advisent tous par bonne ordonnance.

            Que chascun vienne à toute sa puissance,

            Les Sotz petis, les moyens et les grans,

            Et vous trouvez tous, sans outrecuidance,

355  En telle place le jour des Innocens59.

                             Icy on assine le lieu où l’en veult.

                             GAULTIER

            Chascun viendra avec [ses] Sotz et Sotes ;

            Ad ce dit jour, chascun se trouvera,

            Avec oreilles, testière[s]60 et marotes.

            Puis au surplus, on y advisera.

                             LE PREMIER

360  [Que] chascun vienne où on ordonnera.

            Les Sotz auront des villes et des champs.

            Pour abrégier, chascun de nous viendra

            En telle place le jour des Innocens.

                             LE SECOND

            Casser feray [des] flacons et vaisseaulx

365  Pour en faire contrefaire monnoie

            Pour sould[o]ier61 mes Sotz, vieulx et nouveaux.

            En son endroit, que chascun y pourvoye.

                             LE TIERS

            Prenez courages, nous trouverons la voie

            D’avoir le bruit. Nous serons les plus grans !

370  Chascun viendra, affin qu’on s’entrecroye,

            En telle place le jour des Innocens.

                             GAULTIER

            Prince des Sotz, donne plaisance et joye

            À tes suppostz et supposes s[é]ans.

            Car il fauldra que chascun se pourvoye

375  En telle place le jour des Innocens.

                             LE SECOND

            Adieu, sotz mignons et plaisans !62

                             LE TIERS

            Adieu, qu’i vous envoye liesse !

            Tenez tousjours vostre promesse.

            Voise chascun en son quartier !

                             LE PREMIER63               SCÈNE VII

380  Je me daffie de Gaultier :

            Il se tire tousjours arrière

            Pource [qu’]en lieu d’une tes[t]ière,

            Une tour il a à deux visaiges64

            Pource ce qu’il est de deux villages.

385  Donner nous pourroit des oppresses.

            C’est ung Gaultier de deux paroisses,

            À mon advis, en cest endroit.

                             LE SECOND

            Je cuide qu’il ne daigneroit.

            G’imagine qu’il sera ferme.

                             LE PREMIER

390  Adieu, mignon(s), jusques au terme

            Où devons estre revenus.

                             LE PRINCE                 SCÈNE VIII

            Où sont mes Sotz ? Sont-ilz perdus ?

            Ilz ne reviennent plus vers moy.

                             GAULTIER

            Ilz sont allés aultre part.

                             [LE PRINCE

                                                       Quoy ?]65

395  Qu’esse-cy, dea, que tu me dis ?

            Ne m’allègue point telz contreditz :

            Tu m’esbahis, n’en doubte point.

                             GAULTIER

            Pour vous faire entendre le point,

            Voz suppostz ont fait alliance

400  D’aultres Sotz à grande puissance.

     Et disent qu’ilz seront les maistres.

                             LE PRINCE

            Sang bieu, il en y a de traistres !

            J’entens le cas tout à deux motz.

            Machinez-vous cela, mes66 Sotz ?

405  La guerre venir vous feray !

                             GAULTIER

            Quant est de moy, je vous seray

            Vray servant en toute saison.

                              LE PRINCE

            Tu dis bien. Aussi, c’est raison,

            Tu auras des biens à milliers.

410  Me trompez-vous, mes Sotz ligiers ?

            Ha ! par Dieu, vous ne gaignez rien.

            M’avez-vous fait cela ? Bien, bien.

            On verra comme il en ira.

            On vous reverra,

415  On visitera

            Vostre monarchie.

            On s’en vengera.

            Qui en gangnera ?

            Vous ? Je le vous nye !

420  Sotz, je vous regnye.

            Gardez que ferez,

            Car je vous affie,

            À jubé venrez.67

            Craingnez-vous point honte ?

425  Vous ne68 tenez compte

            Nul de Sot Haultain.

            Cil qui trop hault monte,

            Souvent en desmonte ;

            Il chet bien soubdain.

430  Faictes vostre main

            Ainsi que vouliez ;

            Car je suis certain :

            À jubé venrez.

    Vous avez couraige ;

435  Dea ! vous ferez raige.

    Qui vous lai(sse)ra faire ?

            Nul ! En brief langaige,

            Cela est sauvaige :69

            Il le70 fault deffaire.

440  Vous [vueillez refaire]71,

            Et vous deffendez !

            Je dy sans le taire

            Qu’à jubé viendrez.

            Prince, je me plains.

445  Sotz, vous estes plains

            De mal. Entendez :

            J’en lave72 les mains.

            Tenez-vous certains

            Qu’à jubé viendrez.

450  Seigneurs, vous nous pardon[ne]rez.          SCÈNE IX

            Je m’en voys sur ce cas pourvoir.

            À Dieu [donc] jusques au revoir !

                 EXPLICIT

*

*

La Cornerie des anges de Paradis,
que chascun doit noter 73

*

(Jehan Vaillant)

          

            Quant les quatre74 anges corneront,

    Piteusement sera corné ;

            Car cil qui n’est pas encor né

            Tramblera, se le cor75 ne ront.

*

5   Et fault bien que cil corne ront,

            S’il n’est de son sens escorné,

            Quant les quatre anges corneront.

*

            Ellas ! celles qui corne(s) [aur]ont,

            Leur chief sera bien encorné,

10   Se de tous poins n’est descorné.

            Ne lors, pas ne s’encorneront,

            Quant les quatre anges corneront.76

*

            Mercy criront à cry à cors,

            Las, chascun cornart et cornarde.

15   Sy just n’ara que son corps n’arde,

            Se Dieu n’est lors miséricors.

*

            Chascun verra sa cornardie

            Après le piteux cornement,

            Et aussi (se le cor ne ment)

20   Son sang77, quoy que le cornart die.

*

            Et cil qui suit cornarderie,

            Les deables l’iront encornant78.

            Ne n’avez garde qu’en cornant,

            Que cornart ne cornarde rie.

*

25   Las ! chascun son fait cornera ;

            Et crez79, s’il a esté cornart,

            Bien cornera, se son corps n’art.

            Je croy, moy, qu’on l’écornera.

*

            Ceulx qui n’ont creu comme cornars

30   Ce que les prescheurs leur cornoient

            Seront bien sours se le cor n’oient ;

            Brief ! je les tien, par leur corne, ars.

*

            Saiges est cil qui s’encornaille

            De ce c’ung chascun Saint cornoit ;

35   Et est trop foul qui mon cor n’oit :

            Car il n’est nul qui au cor n’aille.

*

            A ! que feront, las, les cornues ?

            Et celles qui vivent en cor80 ?

            Plus n’auront ménestriéz, ne cor81 ;

40   De joyes, seront des corps nues.

*

            Moult estrange est la cornemuse

            Dont on yra cornemusant.

            Cil qui va en corne musant

            Est foul sy à mon cor ne muse.

*

45   Chascun sera lors le corps nu,

            Sans chapperon et sans cornète.

            Celle sera bien du corps nète,

            Qui n’aura grant paour du Cornu.

*

            Car les Sains qui ont le corps net

50   Et qui sont sains d’âme et de cor(p)s,

            En voyant d’enfer les discors

            Trambleront au son du cornet.

*

            Besoing estoit que Dieu cornist

            « Vigilate ! », sy que cornon

55   Tant que ne dormions encor non,

            Quia nescimus se du cor n’ist.82

*

            Dieu nous dira : « Je vous cornoye,

            Mais sours estiez à la cornée. »

            Mainte âme en sera escornée,

60   Et jugé qui83 âme et corps noye.

*

            Si, prions Dieu que chascun corne

            Les .VII. vertus que Dieu corna,

            Tant que d’enffer, où bon corps n’a,

            Nous ne puissons sentir la corne.

*

Le manuscrit de Poitiers donne une autre version du dernier quatrain :

*

    Cil qui aura bien creu son cor,

            Soit de France ou de Cornouaille,

            Lors chante, dance, corne ou aille :

            Car moult de bien aura encor.

*

1 Jusqu’au vers 120, l’auteur s’inspire de la sottie des Menus propos (T2), tant pour la forme que pour le contenu.   2 Le bois gravé de l’imprimé représente Gringore travesti en Mère Sotte (avec sa devise, « Tout par Raison ; Raison partout ; Par tout Raison »), mais ce n’est pas une preuve : le même bois illustre des pièces de Cardinot et de Triboulet.   3 Pont parisien.   4 T : PREMIER   5 Appareils pour descendre les tonneaux. Mais également : bubons syphilitiques…   6 Jeu de mots grivois sur « Reims » et « reins » (même prononciation).   7 Village normand. Son franc archer est nommé dans Maistre Mymin qui va à la guerre.   8 « Ung rôt vauldra deux petz en change. » Ms. de Stockholm.   9 T met cette réplique entre les vers 34 et 35. La clé du distique suivant se trouve dans la farce des Maraux enchesnéz (F 42).   10 Par crainte de finir comme Jeanne d’Arc, qui portait un chapeau de satin bleu ?   11 Pas seulement les vaches : « Ces damoiselles/ Portent grans queues pour s’esmoucher/ Plus près des oreilles. » Les Sotz qui corrigent le Magnificat (T 5).   12 T : scauoir  (On trouve la rime normande « sçaver » dans les Menus propos, vers 382.)   13 Un diable et un musulman.   14 D’oie. Ennuyt = ce soir.   15 Engelures.   16 Rappelons à tout hasard le potentiel phallique du mot « corne » et de tous ses dérivés : « Ma corne étant trop faible en bas,/ Messieurs, j’en porte sur ma teste. » Tabarin.   17 Inconnu comme nom commun. En latin, malicordis = qui a le cœur mauvais. En italien, malinconico = mélancolique.   18 T : prendre   19 Du Jugement dernier. Voir la Cornerie des anges en appendice.   20 T : moins   21 Il manque un vers en -cornant, si j’en juge par l’envoi des ballades 256-287 et 414-449, faites sur le même modèle que celle-ci.   22 Nom local d’un poisson ? Ou déformation de « truitette » ?   23 T : autropos  (En grec, anthropos = homme. Atropos est une des Parques. Mais nul maître dans tout cela.) On pourrait proposer une correction plus audacieuse. Vers 107 : « Vous ne parlez point du quitus [de ce qui reste à payer]. » Vers 108 : « Ce sont les Sotz maistre Antitus. » Maître Antitus Faure, chapelain, poète, amateur de jeu de paume, traducteur d’un texte érotique du pape Pie II, fit la joie des blagueurs : Rabelais, Guillaume Coquillart, Béroalde de Verville (dont le « maistre Antitus de braguette » désigne le pénis). Maître Antitus est déjà nommé dans une sottie, le Prince et les deux Sotz, et c’est le héros d’une farce : Deux jeunes femmes qui coifèrent leurs maris par le conseil de maistre Antitus. <Cf. Poésie homosexuelle en jobelin, pp. 26-31, GKC, 2007.>   24 Treuage = tribut.   25 T : Vostre prince est en ceste  (Ce vers doit faire 3 syllabes.)   26 T : mynaulde  (Ayez la hardiesse des soldats !)   27 T ajoute dessous : Qui vouldra se pariurera   28 T ajoute : Ung chascun saccordera  (« Toucher le cas » semble traduire « toccare il cazzo », le geste conjuratoire que font certains Italiens quand ils jurent.)   29 Gautier reste silencieux.   30 T : fauldra  (« Bauldra » est un futur de « bailler » [donner] : Chacun mettra son blanc-seing. Voir le v. 338.)   31 T : cousentez vons pas   32 T : par  (Pac = pacte. Même faute au v. 190.)   33 Du pouvoir.   34 T : nous entre   35 T : SECOND  (Plus bas : TIERS.)   36 T ajoute dessous : Nous seroit bien a nostre guise   37 T : le prince  (Même mot à la rime.)   38 T : trois  (Avec Gautier, les trois Sots sont quatre, comme les trois mousquetaires. Voir le vers suivant.)   39 T : dorenauant (Campos = congé.)   40 Je ne vous connais pas. Cf. les Gens Nouveaulx, note 9.   41 T ajoute au-dessus : Sainct iehan il men est bien mestier. Il ajoute au-dessous : LE PREMIER / Je te retien tousiours des miens / GAULTIER   42 T : sans   43 T ajoute un vers d’acteur : Que ie pence ie contrepense   44 T : a   45 Limite.   46 C.-à-d. « œuvre ». Le mot est mal imprimé : Droz lit cuivre, mais T semble porter cimre, mauvaise lecture de ouure.   47 T : dauctorite  (à la rime deux vers plus bas.)   48 L’auteur pousse la parodie du genre noble jusqu’à introduire des césures épiques. Hector et Troïlus sont des héros troyens.   49 T : Tenes   50 T : donne nous   51 L’envoi des « sottes ballades » commence toujours par une invocation au Prince des Sots (vers 372 et 444) : rien à voir avec Sot Haultain.   52 T : vanite  (Le « a » est en trop.)   53 Avec. Parole = discussion.   54 En prison. On disait que Louis XI avait fait mettre dans une cage le cardinal Balue et l’évêque de Verdun, Guillaume d’Haraucourt.   55 T : aye   56 T : de gise  (Gautier porte une coiffe haute à deux faces, symbole de sa duplicité.)   57 T : partie  (= région. Gringore était alors un des rares à employer le latinisme « patrie ».)   58 T : six  (qui contredit le vers suivant.)   59 La Fête des Innocents, ou Fête des Fous, le 28 décembre.   60 Bonnets à oreilles d’ânes que portaient les Sots.   61 Payer une solde.   62 T ajoute dessous : Tenez tousiours vostre promesse / GUALTIER / Alons nous en ung peu iouer sur les champs   63 T : SECOND   64 Faces. Note 56.   65 T : LE PREMIER / Tout quoy / LE PRINCE   66 T : metz   67 Vous vous soumettrez.   68 T : nen   69 T met ce vers entre 436 et 437.   70 T : la   71 T : voullez deffaire  (rime du vers précédent. Veuillez vous refaire = reprenez des forces.)   72 T : lieue   73 Ce poème de Vaillant, publié par feu Robert Deschaux dans les Œuvres de Pierre Chastellain et de Vaillant (Droz, 1982), inspira la ballade des vers 59-91. Guillaume Alécis emploie les mêmes rimes léonines dans son A B C des doubles <vers 293-302>. Voir aussi la Bataille de sainct Pensard à l’encontre de Caresme <vers 776-784>, et la Responce à l’Abbé des Conardz de Rouen.   74 Le rondeau initial figure dans le Jardin de Plaisance (nº 154), qui donne ici la leçon trois. L’Apocalypse de saint Jean, que Vaillant égratigne, dit « septem angeli ».   75 La trompette du Jugement dernier est remplacée par un vulgaire cor de chasse.   76 Deschaux répète dessous le vers 2. Or, ce type de rondeau fait 12 vers, et n’a de toute façon qu’un seul refrain, comme dans la version du Jardin de Plaisance.   77 Deschaux : sens   78 Au lieu de escornant, qui rime moins richement : les diables chrétiens ont des cornes, comme leurs ancêtres les satyres.   79 Croyez.   80 Qui vivent nues : les courtisanes. Qu’on ne s’étonne pas de voir des anges mêlés à cette gaudriole : il n’y a qu’au catéchisme que les anges n’ont pas de sexe.   81 Cour.   82 Deschaux ajoute dessous : Diem neqz horam (qui complète inutilement la citation de saint Matthieu, XXV-13 : « Vigilate itaque, quia nescitis diem neque horam. »)   83 Au lieu de que  (Deschaux relève deux variantes de ce vers : Et vous jure qu’ame et corps n’aye……. Et jugée que arme et cors n’aie)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :