TROYS GALLANS ET PHLIPOT

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

TROYS  GALLANS  ET  PHLIPOT

*

Cette sottie fut écrite en Normandie vers 1545. Elle échappe aux lois du genre par la pureté relative de sa versification, son intérêt psychologique, et le sentiment d’amertume qu’elle dégage.

Phlipot est très jeune, sans doute orphelin, et particulièrement sot (vers 1, 22, 112, 242, 529). On peut même penser qu’il était joué par un Sot (note 44). Les trois Galants apparaissent dans quatre autres sotties, notamment le Monde qu’on faict paistre et la Réformeresse.

Source : Manuscrit La Vallière, folio 393 verso à 401 verso.

Structure : Rimes plates.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce joyeuse

à quatre personnages

*

C’est asavoir :

    III  GALLANS

    PHLIPOT

*

        LE  PREMYER  GALANT  commence      SCÈNE  I

     Je m’ébaÿs de ce sotart

     Qui ne veult, ne matin ne tart,

     Rien aprendre ne rien sçavoir.

                 LE  II  GALANT

     Y n’a garde de rien avoir,

5     S’aprendre ne veult quelque chose.

                 LE  III  GALLANT

     Mais où est-il ?

                 LE  II  GALANT1

                 Il se repose.

                 LE  PREMYER  GALANT

     C’est un inocent inocent :

     Sy le roy Hérodes le sent,

     Y luy fera couper la teste.

10    Y fault solennyser sa feste2 :

     Il est aussy neuf c’un viel pot.

*

     Or çà, çà ! que dis-tu, Phlipot ?              SCÈNE  II

     Mais que penses-tu faire ?

                 PHLIPOT  entre

                      Rien.

                 LE  PREMYER  GALANT

     Par mon âme ! je le croys bien.

                 LE  II  GALANT

15    Sy te fault-il mectre à l’essay.

     Que veulx-tu sçavoir ?

                 PHLIPOT

                     Je ne sçay.

                 LE  III  GALANT

     Tu ne sçay ? Jamais n’auras rien ;

     Que feras-tu ?

                 PHLIPOT

                 Je n’en sçays rien.

                 LE  PREMYER  GALANT

     Tu n’en says rien ? Qu’as-tu pensé ?

20    Comme vivras-tu ?

                 PHLIPOT

                   Je ne say.

                 LE  II  GALANT

     Tu ne sçay ? Un estron de chien !

     Es-tu pas sot ?

                 PHLIPOT

                 Je n’en say rien.

                 LE  III  GALANT

     Tu n’e[n] say rien ? C’est bien presché !

     Veulx-tu aprendre ?

                 PHLIPOT

                    Je ne sçay.

                 LE  PREMYER  GALANT

25    Penses-tu vivre sans rien faire ?

                 PHLIPOT

     Moy ? Et que séroi-ge bien faire ?

                 LE  II  GALANT

     Sans métier, seras indigent.

                 PHLIPOT

     Je vouldroys bien estre sergent,

     Mais tout le monde les mauldict3.

                 LE  III  GALANT

30    Auquel métier as-tu crédict ?

     Il y en a mille, en ce monde.

                 PHLIPOT

     Sav’ous sur quel estat me fonde ?

                 LE  PREMYER  GALANT

     Phlipot, dy-le-nous sans desroy.

                 PHLIPOT

     Je vouldroys bien estre le Roy.

35    C’est un métier qui est honneste ;

     Je le vouldroys bien.

                 LE  II  GALANT

                 Y n’est pas beste.

                 PHLIPOT

     C’est le plus beau dessus la terre.

     Mais quant a[u] mestier de la guerre,

     Et d’aler courir unne lance,

40    C’un homme [vous] renverse et lance,

     Je n’en vouldroys poinct !

                 LE  III  GALANT

                      T(u) as raison.

     Mais, il est temps et la saison

     D’aprendre, pour avoir du bien.

                 PHLIPOT

     Moy, je me fie aulx gens de bien.

                 LE  PREMYER  GALANT

45    N’est-il pas savant ?

                 PHLIPOT

                    Non pas, donques.

                 LE  PREMYER  GALANT

     Va, tu ne says mestier quelconques :

     Ny chanter, escripre ne lire.

     Or as-tu bien entendu dire

     Que Dieu, par sa haulte puissance,

50    Donne de savoir congnoissance ;

     Y te fault à l’église aler,

     Et le prier en ton parler

     Qu’il luy plaise, par sa bonté,

     Te donner bonne volonté

55    De métier ou science aprendre.

     Puys on ne te saura reprendre,

     Mais vivras en homme de bien.

                PHLIPOT

     Par mon âme ! vous dictes bien.

     Je m’y envoys tout de ce pas.

                LE  II  GALANT

60    Atendez, ne vous hastez pas ;

     Alez dévotement au lieu.

                PHLIPOT               SCÈNE  III

     Escoustez-moy, beau sire Dieu,

     Qui départez tous vos bienfais :

     Faictes que soys des plus parfais

65    Touchant clargie et de métier ;

     Car, par Dieu, j’en ay bon métier4 !

     Je suys aussy neuf c’un viel pot.

                LE  PREMYER  GALANT5

     Entens à moy, mon amy Phlipot,

     Qui es en l’estat d’ingnossance6 :

70    Je te donne telle puissance

     Qu’e[n] tous métiers que tu vouldras,

     Incontinent maistre seras.

     Sy tu veulx estre homme d’église,

     Tu seras remply de clergise

75    Sans [jamais à]7 docteur parler ;

     Sy par le pays veulx aler

     Et tu veuilles mestier choisir,

     Tu en prendras à ton plaisir

     Et pouras estre resjouy.

                 PHLIPOT

80    Me le permétez-vous8 ?

                 LE  PREMYER  GALANT

                      Ouÿ.

                 PHLIPOT

     Foy de Dieu ?

                 LE  PREMYER  GALANT

                Voyre, droicturier !

                 PHLIPOT

     Ce n’est pas foy d’avanturier,

     Je m’y fye.

                 LE  PREMYER  GALANT

              Ne t’en soulcye.

                 PHLIPOT

     Sire Dieu, je te remercye

85    Plus de mille foys, jusqu(e) au rendre.

     Je n’auray plus besoing d’aprendre :

     Je seray clerq sans voir la lestre.

     Çà ! il me fault en chemin metre,

     Ainsy que Dieu m’a commandé.

                  LE  II  GALANT        SCÈNE  IV

90    Et qu’as-tu à Dieu demandé,

     Phlipot ?

                  PHLIPOT

               Quoy ? J[’en] ey la puissance

     De congnoistre toute sience ;

     De quelque métier que peult estre,

     Incontinent je seray maistre

95    Sans plus, pour un seul mot parler.

     Par le pays m’en fault aler

     Pour voir lequel me sera bon.

                  LE  III  GALANT

     Dieu vous a faict un très beau don !

     Alez faire vostre message9.

                  LE  PREMYER  GALANT

100   Au moins, quant vous serez sy sage,

     Que quelque don nous soyt donné.

                  PHLIPOT

     Taisez-vous, car j’ey ordonné

     Ce que n’ay pas loysir de dire.

     Yl m’en fault aller.

                  LE  II  GALANT

                  Adieu, sire !

     [………………………………… -ègne.]

105   Pourvoyez-nous, en vostre règne.

                  PHLIPOT

     Aussy ferai-ge.

                  LES  GALANS  ensemble

                 Je le croys.

                  PHLIPOT

     Moy, j’en ay la bulle10 et la crois,

     Ainsy que Dieu me l’a aprins.

                  LE PREMYER GALANT     SCÈNE  V

     Qu’en dictes-vous ? Est-il pas prins,

110   À vostre advys ?

                  LE  II  GALANT

                 Prins, vrayment voyre !

     Je cuyde qu’il n’est pas mémoyre

     Qu’il en fust poinct un sy sotart.

                  LE  III  GALANT

     Sy sera bien, dessus le tart11,

     Savoir12 ce qu’il veult entreprendre.

                  LE  PREMYER  GALANT

115   Encor[e] le fault-il myeulx prendre,

     Qui vouldra croire mon conseil.

                  LE  II  GALANT

     Com[m]ent ?

                  LE  PREMYER  GALANT

                Poinct n’en est de pareil ;

     Je le vous diray maintenant :

     Vous savez [comme, en]13 chemynant,

120   On est lassé, devers le soir ;

     On ne demande qu’à s’assoir.

     Quant en quelque lieu il sera,

     Tout par tout il regardera

     Quel métier luy sera le myeulx.

125   Or ne sera-il envyeulx,

     De ceste heure, que de repos.

     Et pour entendre le propos,

     Et sans trop vous en babiller,

     Nous yrons tous troys abiller

130   En cordonnyer : varlès serez,

     Et moy maistre. Vous asserrez ;

     Et quant à repos vous voira,

     Je suys certain qu’il requéra

     À Dieu que cordonnyer puist estre.

135   Et lors pensera estre maistre,

     Et demandera sans song[n]er

     Incontinent à besongner,

     Pour cuyder repaistre son corps14.

                  LE  II  GALANT

     À tous je suys de vos acors ;

140   Y n’en peult sortir que soulas.

                  PHLIPOT             SCÈNE  VI

     A ! benoist Dieu, que je suys las

     De chemyner ! A ! benoist Dieu,

     Y me fault trouver quelque lieu

     Où pouray vivre sans rien faire.

145   Toutes foys, il me fault parfaire

     Le voyage que Dieu m’a dict,

     Car j’ey envers luy bon crédict :

     Il m’a juré sa concience

     Que de luy auray la puissance ;

150   Il ne se parjurera poinct.

                 LE PREMYER GALANT     SCÈNE  VII

     Or çà, nous voielà bien empoinct15.

     Séez-vous là, et que je taille.

                  LE  II  GALANT

     Vous voirez dyverse bataille.

     Enforme ce soulier, enforme !

                  LE  III  GALANT

155   Et toy-mesmes, ne tiens poinct forme

     De car(e)ler.

                  LE  II  GALANT

                 À luy m’en rapo[r]te.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Tout beau, il est près de la porte :

     Nous pourions estre copiés16.

                  PHLIPOT            SCÈNE  VIII

     A ! Jésus, la plante des piés,

160   Elle me deult teriblement.

     Par mon âme ! c’est grant tourment

     D’estre laquet17. Jésus, quel paine !

     Pour me reposer la sepmaine,

     Voérai-ge mestier qui me plaise ?

165   Ces18 gens sont assis à leur aise,

     Et je suys las de chemyner ;

     Dieu, veuillez en détermyner

     Ainsy que vous l’avez promys,

     Et que je soys cordonnyer mys,

170   Aussy19 abille c’un lév(e)rier…

     Çà ! de par Dieu, je suys ouvrier,

     Car j’ey senty à la requeste

     Entrer la sience en ma teste,

     Grosse com(me) le museau d’un veau.

175   Je suys cordonnier fort nouveau ;

     Mais puys que Dieu, par sa puissance,

     M’a mys au cerveau la science,

     Ces soulliers ne luy cousteront rien.

     Je m’en voy là ; je voieray bien

180   S’il a audessus moy regart.

     Dieu vous gard, maistre !

                  LE  PREMYER  GALANT

                       Dieu vous gard !

                  PHLIPOT

     Et vous !

                  LE  II  GALANT

               [Vous aussy]20, mon amy !

                  PHLIPOT

     Avez-vous marchant ne demy,

     Ou quelque bon ouvrage à faire ?

                  LE  PREMYER  GALANT

185   Et ouy dea ; que savez-vous faire ?

                  PHLIPOT

     Y n’est chose que je ne face.

                  LE  II  GALANT

     Sainct Crespin21 t’a monstré la trace

     De besongner ?

                  PHLIPOT

                 Ç’a22 esté Dieu.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Or, vous assiésez en ce lieu.

                  PHLIPOT

190   Suys-je ouvrier ?

                  LE  III  GALANT

                 Y faict double rage,

     Et prent de besongner grand courage.

     Poinct n’en va de tel par pays.

     Il est bon ouvrier.

                  PHLIPOT

                  A[us]sy suys.

     Je suys cordonnyer plain de gloire.

195   Celuy qui m’a donné mémoire,

     Ouy, c’est Dieu qui me l’a aprins.

                  LE  II  GALANT

     Vrayment, il emporte le pris.

                  LE  PREMYER  GALANT

     C’est sans poulcer23 ne soupirer.

                  LE  III  GALANT

     Certe(s), y faict rage de tirer

200   Le lygnon24.

                  LE  PREMYER  GALANT

               Quelz bras !

                  LE  II  GALANT

                          Quel puissance !

     Mon serment ! il tire à oultrance.

     Voiecy un gentil compaignon.

                  PHLIPOT

     Je ne suys pas le plus mygnon

     Du monde, mais j’ey assez force.

                  LE  III  GALANT

205   Voyez comment il s’y efforce ;

     On ne le voyt poinct à séjour25.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Il en feroyt plus en un jour

     Que vo[u]s deulx ne feriez en quatre.

                  PHLIPOT

     Y ne vous en fault jà débatre

210   À eulx, sy j’emporte le pris.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Et pour quoy ?

                  PHLIPOT

                  Car Dieu me l’a apris ;

     Je ne servys onc aultre maistre.

                  LE  II  GALANT

     Dame, il est bien vray ; sy peult estre.

     Or regardez comme il en sue.

                  LE  III  GALANT

215   Le povre compaignon se tue,

     Il se lasse ; j’en ay esmoy,

     Tenez.

                  PHLIPOT

             Je me lasse ? Qui, moy ?

     Cela est à faire à coquins.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Combien feriez vous bien de broudequins

220   En un jour ?

                  PHLIPOT

                J’en feroys bien neuf,

     Mais que le cuir fu[s]t doulx et neuf,

     Et qu’i n’y eust c’une cousture.

                  LE  II  GALANT

     C’est grand chose que de nature26 :

     Je n’en says pas tant d’une toyse.

                  PHLIPOT

225   Maistre, vous plaist-il que je voise27

     Un peu à l’esbat28 ?

                  LE  PREMYER  GALANT

                   Ouÿ bien.

                  PHLIPOT

     Hélas, ce mestier ne vault rien.

     An ! Jésus, mes bras sont transis ;

     Le cul me faict mal d’estre assis ;

230   Les mains, du lignon empongner.

     Je n’y veulx jamais besongner,

     Le métier est de trop grand peine.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Que faict-il ?

                  LE  III  GALANT

                 Par saincte Madalaine29

     Mon serment ! il est deigà las.

235   Il ne trouve poinct de soulas

     En ce métier, à bref parler.

                  PHLIPOT

     Maistre, je me30 veulx en aler.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Ne31 sariez-vous plus cy tenir ?

                  PHLIPOT

     Dea ! je pouroys bien revenir.

240   (Au deable le lygnon d’enfer !)

                  LE PREMYER GALANT    SCÈNE  IX

     O ! je renonce Lucifer

     S’y n’est trop plus sot c’une ânesse.

     Faisons-luy quelque aultre finesse

     où il ne peult trouver devise32.

245   Savez-vous de quoy je m’avise ?

     Je le vous diray sans contens33 :

     Les avanturiers34 ont bon temps

     Quant ilz sont parmy ces villages,

     Et font souvent de gros dommages ;

250   Afin que le cas myeulx s’assorte,

     Abillons-nous tous d’une sorte.

     Tu t’abilleras en paisant35 ;

     Or luy sera le cas plaisant,

     De voir que supédicterons

255   Le paysant et demanderons

     Des vivres ; lors il vouldra estre

     De nostre estat.

                  LE  II  GALANT

                 C’est dict en maistre.

     Alons, et qu’i soyt ainsy faict !

                  [LE  PREMYER  GALANT]

     Je seray gendarme parfaict ;

260   Je me voys boulter en pourpoinct.

                  LE  III  GALANT

     Çà, ne suis-ge pas bien empoinct ?

     Mon esprit n’est-il poinct volage36 ?

                  LE  II  GALANT

     Et moy, sentai-ge mon vilage,

     À vostre advys ?

                  LE  PREMYER  GALANT

                  Semble [que] ouy.

265   Nous le rendrons tout resjouy

     De parler, sans plus.

                  LE  II  GALANT

                    Atendons ;

     Et à nostre cas entendons.

     Et regardons quant il viendra.

                  PHLIPOT             SCÈNE  X

     Mauldict soyt-il, qui se tiendra

270   Jamais sy subject que j’estoye !

     Il me fault trouver quelque voye

     Tant que bien me puisse avenir.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Or sus, le vécy revenir.

     Besongnons, faisons des alarmes.

                  PHLIPOT37

275   A ! Jésus, voylà des gens d’armes !

     Où me mucherai38, Roy divin ?

                  LE  PREMYER  GALANT

     Sus, vilain39 ! Sus, alez au vin,

     Et qu’on m’aporte du milleur !

     Et [puys,] qu’il ayt belle couleur,

280   Ou je vous romp[e]ray la teste !

                  LE  II  GALANT

     Et ! monsieur…

                  LE  III  GALANT

                 Villain désonneste,

     Caquetez-vous ?

                  LE  II  GALANT

                  Et ! j’en voys querre.

                  PHLIPOT

     (C’est grand chose que de la guerre.)

                  LE  PREMYER  GALANT

     Que nous ayons de beaulx chapons !

                  LE  II  GALANT

285   Je n’en ay poinct.

                  LE  III  GALANT

                  Sy nous te hapons,

     Par la mort !

                  LE  II  GALANT

                 Et ! ne jurez poinct.

                  PHLIPOT

     (Sy je puys estre en ce poinct,

     Gendarme pourquoy ne seray ?

     Tantost que Dieu je requéray,

290   Je seray hardy comme un lièvre40.)

                  LE  PREMYER  GALANT

     Avance-toy ; que forte fièbvre

     Te puisse sérer le menton !

     Que fais-tu ?

                  LE  II  GALANT

                Vous aurez un mouton

     Qui sera gras, les piés, la teste.

                  PHLIPOT

295   (Sire Dieu, je te fais requeste

     Que je soys gendarme casé,

     Et que jamais ne soys cassé41,

     Et que personne ne me tape42

     En quelque lieu, ou [ne me]43 frape.

300   Je t’en requiers tant que je puys.

     Or, que je voys sy je le suys…

     Ouÿ car Dieu n’est poinct menteur,

     Je suys gendarme. Mais j’ay peur.

     Yrai-ge vers eulx ? Je ne say.

305   Je n’oseroys faire l’essay,

     Car j’ey doubte qu’i me turoyent.

     Comment, tuer ! Y n’oseroyent :

     Suys-je pas gendarme de Dieu ?

     Je me voys aprocher du lieu

310   Sur un courcier ou un poulain44.

     Je suys près.)

                   LE  PREMYER  GALANT

               Demeure, vilain45 !

     À mort !

                   PHLIPOT

              À mort ? Dea, atendez ;

     Et à tout le moins, demandez

     Sy je me veulx défendre ou non.

                  LE  III  GALANT

315   Sang bieu ! puys que nous vous tenon,

     Vous payerez l’escot pour trètous.

                  PHLIPOT

     Je suys gendarme comme vous,

     Par ma foy ! La chose est certaine.

                  LE  PREMYER  GALANT

     [Et] qui est vostre capitaine ?

                  PHLIPOT

320   Dieu, qui me passa46 à la montre.

     J’en ay les armes.

                  LE  III  GALANT

                  Or, les monstre !

                  PHLIPOT

     Compaignon, entendez que je dis :

     Je les lessay en Paradis

     Quant fus passé adventurier.

                  LE  PREMYER  GALANT

325   C’est un gendarme droicturier,

     Puys qu’en Paradis fust passé.

                  PHLIPOT

     [Or,] mon harnoys est tout cassé ;

     Mais vous m’en donrez bien quelqu(e) un ?

                  LE  III  GALANT

     Taisez-vous ; j’en ay icy un

330   Qui en vauldroyt bien un millier.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Ne seroyt-il poinct chevalier,

     À vostre advys ?

                  PHLIPOT

                  Je croy que ouy.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Seurement ; j’en suys resjouy.

     (On en empliroyt un plain pot !)

335   Comme avez-vous non ?

                  PHLIPOT

                         Ph[é]lipot.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Messire Ph[é]lipot s’apelle.

     Puys que la monstre est[oyt] sy belle,

     Où vous avez esté receu,

     Et aussy que j’ey aperceu

340   Qu’estes47 vaillant, plain de babille,

     Venez çà, que je vous abille

     De quelque harnoys qui vous vaille.

                  PHLIPOT

     Je le vous rendray, ne vous chaille,

     Mais que vous soyez prisonnyer.

                  LE  III  GALANT

345   Il n’est possible de nyer

     Qu’il ne soyt un grand personnage.

                  PHLIPOT

     Où est ce vilain de vilage48 ?

     Qu’i me chausse ma bringandine49 !

                  LE  PREMYER  GALANT

     Luy ? Au dëable ! Y n’est pas digne

350   Vestir un genderme de Dieu.

                  LE  III  GALANT

     Je ne sache en ce monde lieu

     Où nous n’entrons du premyer coup.

     Je croys que vous savez beaucoup

     De la guerre ?

                  PHLIPOT

                Pas ne veulx nyer

355   Que [je n’aye]50 esté cordonnyer :

     Une foys, je le cuyday estre ;

     Mais pource que je suys un maistre

     En guerre, Dieu ne voulut pas.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Il y fault aler par compas51,

360   En guerre.

                  PHLIPOT

               Et ! [Par compas ?52] Quoy donques ?

                  LE  III  GALANT

     Il dict vray. (Et sy, n’y fust onques…)

     De moy seras entretenu.

                  LE  II  GALANT

     Çà53, messire, je suys venu.

     Voyelà du vin.

                  LE  PREMYER  GALANT

                Est-il bon ?

                  LE  II  GALANT

                         Voyre.

                  LE  PREMYER  GALANT

365   Vilain, il ne vault rien qu’ à boyre !

     Va en quérir d’aultre !

                  LE  III  GALANT

                       Va, tire54 !

                  PHLIPOT

     Et ! te le feras-tu tant dyre ?

     Je te donray de ma salade55 !

                  LE  II  GALANT

     Et ! monsieur, vous seriez malade56.

                  PHLIPOT

370   Ai-ge57 sur la teste une empoulle ?

                  LE  PREMYER  GALANT

     [Çà,] que j’aye une grasse poulle

     Et quelque bon friant morceau !

                  PHLIPOT

     Que j’aie des gigos de pourceau

     Et un plain pouellon de bouillye !

                  LE  II  GALANT

375   Monsieur, la bouillye est faillye ;

     À la menger, n’a plus de presse.

                  LE  III  GALANT

     Et un chapon de haulte gresse !

     Et une saulce tribouillée !

                  PHLIPOT

     Que j’aye de la fourmentée58

380   En unne escuelle de mulet59 !

                  LE  II  GALANT

     Vous60 emportez bas[t] et mullet61 !

     Hélas ! povres gens sont honnys…

                  LE  PREMYER  GALANT

     Que j’aye conins et perdris,

     Et un tas d’aultres mès nouveaulx !

                  PHLIPOT

385   Que j’aye force de naveaulx,

     Des pommes, et des poyres molles !

                  LE  II  GALANT

     Jésus, que de personnes folles !

     L’on ne vist de telz gens que vous estes.

                  LE  III  GALANT

     Que j’aye force d’alouètes,

390   Et quelque grand [pasté de lièvre]62 !

                  PHLIPOT

     Que j’aye quelque lect de chièvre

     Et quelque grand vilain caillé !

                  LE  II  GALANT

     Povre homme ! Suys-je bien taillé

     D’avoir du tourment bien espais.

                  LE  PREMYER  GALANT

395   Alons-nous-en, laisson-l(ay) en pais.

     De Dieu soyt mauldict le vilain !

                  PHLIPOT

     Sang bieu ! si [j’avoye]63 un poulain,

     J’emporteroye la jument.

                  LE  II  GALANT

     À vostre bon commandement,

400   Mon bon seigneur.

                  [LE  III  GALANT]64

                    Çà, savatier !

                  [PHLIPOT]

     A ! voycy un gentil mestier.

                  [LE  III  GALANT]

     Taisez-vous, nous sommes tous riches.

     Nous ne mengerons plus que miches :

     Fy de gros pain !

                  LE  PREMYER  GALANT

                  Or sus, alons,

405   Et monstrons ce que nous valons

     S’on dict : « [Bona diès]65 à vos bis ! »

                  LE  II  GALANT

     (Je m’en voys changer mes abis,

     Et seray gendarme comme eulx.)

                  PHLIPOT

     O ! que nous amasserons d’eulx66,

410   Par ces villages !

                  LE  PREMYER  GALANT

                 C’est bien dict.

                  PHLIPOT

     Sy quelque vilain me mauldict

     En devant, et je le puys voir…

                  LE  III  GALANT

     À ce que je puys apercevoir,

     Vous ne quérez [qu’honneur]67 aquerre.

                  LE  II  GALANT        SCÈNE  XI

415   Dieu gard les compaignons de guerre !

                  LE  PREMYER  GALANT

     Où va le galant ?

                  LE  II  GALANT

                  En bataille,

     Pour fraper d’estoc et de taille.

                  LE  III  GALANT

     Nous y alons aussy.

                  LE  II  GALANT

                   Or sus !

     Regardons dessoublz et dessus

420   Sy l’ermée est près.

                  PHLIPOT

                         Près ? Et comment !

                  LE  II  GALANT

     N’alons pas sy hâtivement,

     Que ne soyons à la mort mys.

                  PHLIPOT

     [La mort ?]68

                  LE  II  GALANT

                 Pour vray, nos ennemys

     Ne sont qu’à troys gès d’arq d’icy.

                  PHLIPOT

425   A ! tu m’engendres [grand] soulcy.

                  LE  III  GALANT

     Arestons, et faisons bon guet.

     Et ne faisons pas grand caquet,

     Que l’on ne nous vienne atraper :

     Car ilz viendront sur nous fraper.

                  PHLIPOT

430   Fraper69 ?

                  LE  III  GALANT

              Voire tuer.

                  PHLIPOT

                        Tout mort ?

                  LE  PREMYER  GALANT

     Non, mais tout vif.

                  PHLIPOT

                  Vous avez tort

     Que nous ne retournons.

                  LE  PREMYER  GALANT

                      A ! voyre,

     S’il est de retourner mémoyre !

     Et le prévost des mareschaulx vient,

435   Qui [lors] nous fera pendre70.

                  LE  II  GALANT

                          On tient

     Qu’i sont après comme vieulx loups71.

                  PHLIPOT

     (Je vouldroys bien estre cheulx nous.

     Voiecy une vye malureuse.)

                  LE  PREMYER  GALANT

     L’artillerye est dangereuse

440   Car elle housse à tous costés :

     Pouf ! pouf ! C’est grand danger.

                  PHLIPOT

                           Or escoustez,

     Je m’en revoys cheulx mes amys.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Puy[s] qu(e) à la guerre tu t’es mys,

     Il te convyent l’ordre tenir.

                  PHLIPOT

445   Le deable m’y fist bien venir !

     Je vouldroys avoir une lance.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Tous ceulx qui portent la croys blanche

     Sont à nous.

                  PHLIPOT

               Et ! je n’en ay poinct.

                  LE  PREMYER  GALANT

     [Tiens, tiens ; metz-la]72 sur ton pourpoinct :

450   Ta vye sera recouverte.

                  PHLIPOT

     Et qu’ont les aultres ?

                  LE  II  GALANT

                    Une croys verte.

                  PHLIPOT

     Or, me la venez donc[ques] mectre :

     Il n’oseroyent tel cas commectre

     De fraper la croys.

                  LE  III  GALANT

                  Or dormez,

455   Puys que nous sommes arivés ;

     Le faict nous ferons bien no[u]s deulx.

                  PHLIPOT

     A ! mauldict soy-je sy je veulx

     Dormir !

                  LE  PREMYER  GALANT

              Nous alons à l’escouste.

                  LE  III  GALANT

     Sus, Phlipot : qu’à terre on se boulte

460   En atendant ce grand délict !

                  PHLIPOT

     O ! que voiecy ung mauvais lict !

     Je n’y seray une sepmaine.

     Que povres gens d’armes ont de paine,

     En guerre ! Maintenant je l’entens.

465   Mais aulx villages ont bon temps,

     Et gros honneur, et gros crédict.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Changons de croys73.

                  LE  II  GALANT

                    C’est très bien dict.

     Et alons donner une alerme.

                  LE  PREMYER  GALANT

     [Voiecy, je croy,]74 nostre gendarme

470   Endormy75 de peur… A[s-]tu faict76 ?

                  LE  II  GALANT

     Ouy.

                  LE  PREMYER  GALANT

            Mort bieu ! t(u) es bien, en éfaict.

     Or, prens ce cartier de delà77.

     À l’arme, à l’arme !!

                  PHLIPOT

                    Qu(i) esse-là ?

                  LE  III  GALANT

     Ce sont nos ennemys.

                LE PREMYER GALANT ET LE II GALANT78

                    Tue ! Tue !

                  LE  III  GALANT

475   Sus, Ph[é]lipot ! qu’on s’évertue !

                  PHLIPOT

     Tuer ? Qui vive ? Je me rens.

                  LE  II  GALANT

     Puys que nous somes sur les rens,

     À mort, à mort, ou vous rendez !

                  PHLIPOT

     À mort ? à mort ? Dea, atendez !

                  LE  PREMYER  GALANT

480   On n’atent poinct, à la bataille.

                  LE  II  GALANT

     Je luy voys donner une taille,

     Car tant endurer me desplaist.

                  PHLIPOT

     Et ! nénin, monsieur, s’y vous plaist !

                  LE  PREMYER  GALANT

     A ! vilain, tu viens mal à poinct.

                  PHLIPOT

485   Et ! monsieur, ne me tuez poinct,

     Car vous seriez excommunyé.

                  LE  II  GALANT

     Vostre procès vous est nyé.

                  PHLIPOT

     [Or,] regardez, vélà ma grongne79.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Et donne !

                  LE  II  GALANT

              Et donne !

                  LE  PREMYER  GALANT

                        Et torche, lorgne80 !

490   Qui vive ?

                  PHLIPOT

              Vive !

                  LE  II  GALANT

                    Qui ?

                  PHLIPOT

                            La guerre !

                  LE  PREMYER  GALANT

     Vilain, criez-vous « Engleterre » ?

                  PHLIPOT

     Vive Engleterre !

                  LE  II  GALANT

                 Et « Espaigne ! »

                  [PHLIPOT

                               Espaigne !]

                  LE  III  GALANT

     Y m’est avys que je me baigne81.

     Dict[z] : « Vive France ! »

                  PHLIPOT

                         Et France aussy !

                  LE  PREMYER  GALANT

495   Et « Engleterre ! »

                  PHLIPOT

                     (Que de soulcy !)

     Engleterre !

                  LE  II  GALANT

               « Espaigne ! »

                  PHLIPOT

                            Espa…

                  LE  III  GALANT

                                  Quoy ?

                  [PHLIPOT]

     Vyve France !

                  LE  PREMYER  GALANT

                 Vilain, tout quoy82 !

                  PHLIPOT

     Vous me faictes de gros effors.

                  LE  II  GALANT

     Qui vive ?

                  PHLIPOT

               Vive… Les plus fors

500   Vivent ! (Je ne m’en puys tourner.

     Sainct Jehan ! vous avez beau corner ;

     Se g’y viens jamais…)

                  LE  PREMYER  GALANT

                    Misérable !

     Qui vive ? Qui vive qui ?

                  PHLIPOT

                      Vive le deable !

     Et qui sera à luy sy responde !

                  LE  III  GALANT83

505   Afin que [l’]on ne nous confonde,

     Deffendons-nous.

                  PHLIPOT

                  T(u) as beau huer :

     Par Dieu, s’y me debvoyt tuer,

     Je me léray tout mon soûl batre.

                  LE  PREMYER  GALANT

     Et ! ne voulez-vous plus combatre ?

510   Frapez, frapez !

                  PHLIPOT

                 A ! [a ! la]84 teste !

                  LE  II  GALANT

     Prenez, prenez !

                  PHLIPOT

                 [Que] la tempeste

     Les tienne(nt), tant il ont les mains lourdes !

                  LE  III  GALANT

     Après !

                  PHLIPOT

              Ilz font de faulces bourdes85,

     En guerre ; sy jamais [charge ay-ge]86,

515   Je suys bien.87

                  LE  PREMYER  GALANT

                Qu’i soyt prins au piège !

     Où est le « galant » ?

                  LE  III  GALANT

                      Je ne say.

     Il est je ne sçay où traversé,

     Et n’est possible de l’avoir.

                  PHLIPOT            SCÈNE  XII

     Sainct Jehan ! ilz ne me séroyent voir.

520   Plus ne me tiendront en leur las.

     A ! benoist Dieu, que je suys las

     D’avoir enduré tant de coups !

     Or, pour conclure le di[s]cours,

     Aussy congnoissance en avoir,

525   Celuy qui n’apète sçavoir

     Et à son profit ne procure,

     Et qui n’a de rien faire cure,

     Chascun le répute pour beste,

     Un gros sot à tout88 grosse teste,

530   Puys qu’il ne veult honneur quérir89.

     C’est belle chose d’aquérir

     Sçavoir, quant on peult, en jeunesse,

     Pour avoir repos en viellesse.

     Je prye à Dieu qu’i vous octroye

535   Cy et lassus90 parfaicte joye !

     En prenant congé en ce lieu,

     Phlipot, chantons pour dire adieu.

 

                    FINIS

*

1 À partir d’ici, LV réduit les noms en vedette : le p g, le II g, et le III g.   2 Il faudrait en faire un saint.   3 Sur la réputation désastreuse des sergents, cf. le Testament Pathelin, note 45.   4 Besoin. On notera la naïveté de Phlipot, qui jure par Dieu dans une église. Les Galants jurent par Lucifer (v. 241), et affichent le traditionnel athéisme normand : cf. le Testament Pathelin, note 53.   5 Il est caché derrière l’autel et se fait passer pour Dieu. On trouvait une scène semblable dans la sottie de George le veau (BM 22).   6 LV : dingnorance  (Ce synonyme d’innocence rime moins bien.)   7 LV : a Iamais  (Docteur = professeur de théologie.)   8 Comme le remarque André Tissier <Recueil de farces, II, Droz, 1987>, « on attendrait prometés ».   9 Le message que Dieu vous a envoyé. Cf. note 17.   10 Lettre patente.   11 Ce soir (vers 120). Dans l’obscurité, Phlipot ne reconnaîtra pas ses amis déguisés.   12 LV : dauoir   13 LV : quen   14 Pour gagner de quoi manger.   15 En point : déguisés en cordonniers.   16 Moqués.   17 Messager (de Dieu).   18 LV : les   19 LV : ainsy  (Aussi habile qu’un lévrier = rapide.)   20 LV : et vous   21 Saint Crépin, patron des cordonniers.   22 LV : non a ca   23 Crier « pouce ! ».   24 Ligneul, fil enduit de poix.   25 LV : ce iour  (Séjour = repos.)   26 Moquerie grivoise ? Chose = pénis : « Pour dégeler son chose morfondu/ Qui ne pouvoit quasi lever la teste. » (Marot.) Nature = pénis : « La créature/ Se venoit assoir à ses piéz/ Pour luy eschauffer la nature. » (Coquillart.) Ce qui donne : « C’est un grand chose que son pénis./ Je n’en connais pas tant de 1,95 mètre. »   27 LV : voige  (Voise = aille.)   28 Aller à l’esbat = aller chier : « Il me fault aller/ Ung peu à l’esbat. » (Saincte Caquette, T 23.)   29 Faire la Madeleine : pleurer comme une Madeleine.   30 LV : men   31 LV : vous   32 Dont il ne puisse se douter.   33 Sans débat.   34 Les soldats.   35 Il parle au 2° Galant. Pai-sant compte pour deux syllabes, comme à 255.   36 Tissier subodore un jeu de mots sur « voleur ».   37 La fin de la pièce est une relecture noire et sadique de Maistre Mymin qui va à la guerre.   38 LV : mucheraig  (Se musser = se cacher.)   39 Le 2° Galant, accoutré en vilain (en paysan), se fait piller par les deux faux soldats.   40 Évidemment, l’expression exacte est : « Couard comme un lièvre. »   41 Renvoyé.   42 LV : bate   43 LV : ie   44 Les Sots chevauchaient leur marotte comme un cheval de bois. Cf. la Première Moralité jouée à Genève, note 5.   45 Il s’adresse toujours au paysan, mais Phlipot se croit visé.   46 LV : pase  (À la montre = en revue. Idem v. 337.)   47 LV : que se   48 Ce péquenot : « Je feray plourer maintes larmes/ À ces gros villains de village ! » (André de La Vigne.)   49 Brigandine, corselet.   50 LV : nayes   51 Avec mesure.   52 Lacune. Quand il a peur, Phlipot répète les derniers mots de son interlocuteur : vers 312, 420, 423, 430, 479, 490.   53 LV : or sa   54 Tire du vin au tonneau.   55 Je te frapperai avec mon casque.   56 Vous vous enrhumeriez si vous découvriez votre tête. (On traite Phlipot comme un enfant.)   57 LV : dige   58 Bouillie de froment. Phlipot a des goûts enfantins : bouillies, fruits, laitages.   59 Dans un plat à poisson ? « En chascune escuelle, une pièce de poisson frit. » (Ménagier de Paris.)   60 LV : mais   61 LV : billet  (Emporter le bât et le mulet = ne rien laisser.)   62 LV : matin de lieuvre   63 LV : tu auoye  (Pour qu’une jument se laisse emmener, il suffit de faire marcher son poulain devant elle.)   64 LV : PHLIPOT  (Le 3° Galant invite l’ex-cordonnier Phlipot à sortir.)   65 LV : bon adies  (Bona dies vobis = bonjour à vous.)   66 D’œufs. Encore des pillages !   67 LV : que homme  (Vous ne cherchez qu’à acquérir de l’honneur… en frappant des paysans désarmés.)   68 LV : Mors   69 LV : frapent   70 En tant que déserteurs.   71 Les loups trop vieux pour chasser suivaient les armées afin de dévorer les cadavres.   72 LV : tient met la   73 Le 1° Galant va se travestir en Anglais, et le 2° en Espagnol. Le 3° reste habillé en Français. La scène se déroule de nuit.   74 LV : Ie croy que voiecy   75 Évanoui.   76 Es-tu costumé en Espagnol ?   77 Mets-toi de ce côté. (Les Galants vont encercler Phlipot.)   78 Ils prennent la voix et l’accent de plusieurs personnes.   79 Je vous tends la joue.   80 Dans LV, ce vers se lit : « –Et torche ! –Et lorgne !  –Et donne, donne ! » J’ai remis la rime à la fin. Frapper torche, lorgne = frapper à tort et à travers. Le gag des « Qui vive ? » <490-503> possède un équivalent dans Les deux Frans archiers qui vont à Naples (F 14), aux vers 154-167.   81 Dans ton sang. « Les chevaux se baignent au sang des occis. » (Le Baud.)   82 Reste coi, tais-toi.   83 À ses deux compères.   84 LV : la ala   85 De perfides tromperies.   86 LV : charye  (Si je reçois une charge, un assaut.)   87 Il s’échappe de la mêlée à quatre pattes.   88 Atout = avec.   89 LV : aquerir   90 Ici et là-haut (au Paradis).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :