SŒUR FESSUE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

 

*

SŒUR  FESSUE

*

 

Dans la première moitié du XVIe siècle, un auteur de farces eut l’idée de combiner deux histoires connues : celle d’une nonne trop discrète, et celle d’une abbesse trop pressée.

La pièce est résolument comique, mais on voit affleurer cette nostalgie du monde qui aigrissait des religieuses dont la plupart étaient cloîtrées malgré elles. Dans les Mal contentes (LV 61), l’une d’elles soupire ces jolis vers : « Matines sont de chante-pleure,/ Des regrets, des soupirs d’euillades,/ Des petis remors de ballades ;/ Et la Messe, de piteux chans ;/ Les Vespres, des regrets perçans,/ Et toute doulleur acomplye. »

Source : Manuscrit La Vallière1, folios 204 verso à 211 verso.

Structure : Rimes plates, truffées d’adjonctions apocryphes que j’ai barrées.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce  nouvelle

*

 

À cinq personnages, c’est assavoir :

    L’ABEESSE

    SEUR  DE  BON-CŒUR

    SEUR  ESPLOURÉE

    SEUR  SAFRÈTE 2

    SEUR  FESSUE

*

                         SEUR  ESPLOURÉEE  commence     SCÈNE  I

        Seur de Bon-cœur, je suys perdue,

        Et me treuve tant esperdue

        Que plus n’en puys !

          [SEUR  DE  BON-CŒUR] 3

                                             Qu’esse, ma seur ?

        Quel nouvèle av’ous entendue ?

5   Quoy ! vous estes-vous estendue

        Sur l’erbe, atendant la doulceur4 ?

                        SEUR  ESPLOURÉE

        Nénin.

                       SEUR  DE  BON-CŒUR

                     Rendez mon esprit seur5.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Je ne le diray poinct.

                      SEUR  DE  BON-CŒUR

                                             Hélas !

         Donner je vous pouroys soulas,

10   Et vous garder de desplaisir.

         Dictes-le-moy tout [à] loysir :

         À ses amys, rien ne se celle.

          SEUR  ESPLOURÉE

         A ! ma mye…

          SEUR  DE  BON-CŒUR

                                   Prenez une selle6.

         Vous estes bien fort couroucée.

15   Déclarez-moy vostre pencée :

         Qu’avez-vous ?

           SEUR  ESPLOURÉE

                                    Rien.

          SEUR  DE  BON-CŒUR

                                              À brief parler,

         Dictes-moy et [ne] mentez poinct.

         Vous estes-vous laissée aler7,

        Que8 vous tourmentez en ce poinct ?

20   Dictes !

          SEUR  ESPLOURÉE

                         Je ne le diray poinct.

         Agardez, l’honneur en despent.

          SEUR  DE  BON-CŒUR

         C’est mal chanté son contrepoinct ;

         L’honneur sy près du cul ne pent.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Sy vous avez hapé le roide9,

25   Agardez, il n’y a remède :

          Nostre abesse en faict bien autant !

          SEUR  DE  BON-CŒUR

         Par ma foy ! mon cœur se repent

         Qu’i fault que j’en oye parler tant.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Je vous veuil dire tout contant

30   Que c’est que céans il y a :

         Vous congnoyssez bien seur Fessue ?

         Frère Roydimet l’a déseue10

         Et gastée11.

          SEUR  DE  BON-CŒUR

                             Avé Maria !

          SEUR  ESPLOURÉE

         Elle est deigà grosse et ensaincte.

35   Sceur, ouez12, dea ! ce n’est pas faincte :

         Nous sommes toutes à quia13

         Par son faict.

          SEUR  DE  BON-CŒUR

                                  Avé Maria !

         Et ! Jésus ! Et ! je l’ay tant faict,

         Et à mon plaisir satisfaict

40   Sans estre grosse !

          SEUR  ESPLOURÉE

                                           Hélas, mon Dieu !

         Aussy l’ai-ge faict en mainct lieu,

         Comme elle.

          SEUR  DE  BON-CŒUR

                                  Avé Maria !

         Que j’en ay au cœur de détresse

         Et de douleur !

 

          SEUR  SAFRÈTE    SCÈNE  II

                                    Et ! qu’esse ? qu’esse ?

45   Que j’entende vostre débat !

         Comptez-moy, par forme d’esbat,

         Ce que maintenant vous disiez.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Ce n’est rien, non.

          SEUR  SAFRÈTE

                                        Vous devisiez

         D’amour, en ce lieu, en commun ?

50   Mais c’est tout un, ouy, c’est tout un :

          Je n’en fais pas moins, en tout temps,

         Que les bonnes seurs de céans.

         Dictes hardiment !

          SEUR  DE  BON-CŒUR

                                        On le sçayt bien

         Que toutes on n’espargnons rien

55   Du nostre ; mais tel pissendalle14

         Sera cause d’un grand scandalle

         Dont nous serons désonoré[e]s15.

          SEUR  SAFRÈTE

         Vous me semblez fort esplouré[e]s :

         Quelle chose av’ous aperceue ?

60   Qui a failly ?

     SEUR ESPLOURÉE et SEUR DE BON-CŒUR ensemble disent :

                               C’est sceur Fessue

         Qui a faict…

          SEUR  SAFRÈTE

                              Quoy ?

          SEUR  DE  BON-CŒUR

                                          Nous n’osons dire.

          SEUR  SAFRÈTE

         Dictes, sy ce n’est que pour rire.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Rire ? Hélas ! Mais j’en pleure et plains,

         Et de larmes sont mes yeulx plains,

65   Pour la douleur que j’ey conceue.

          SEUR  SAFRÈTE

         Qui cause cela ?

     SEUR DE BON-CŒUR et SEUR ESPLOURÉE ensemble disent :

                                       Seur Fessue.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Dormir je n’en peulx nuict ne jour ;

         Je n’ay ne repos, ne séjour,

         Ains de douleur je tremble et sue.

          SEUR  SAFRÈTE

70   Qui vous faict ce mal ?

      SEUR DE BON-CŒUR et SEUR ESPLOURÉE ensemble disent :

                                                  Sceur Fessue,

         Qui a faict…

          SEUR  SAFRÈTE

                              Ouy, mectre à genoulx16

         Quelque un ?

          SEUR  ESPLOURÉE

                                 Elle a faict comme nous ;

         Mais le pire, c’est qu’el est grosse.

          SEUR  SAFRÈTE

         Grosse ? Jésuchrist ! quel endosse17 !

75   Esbahy[e] suys qu’on le permect.

         Mais déclarez-nous, je vous prye,

         Sans que son honneur on descrye,

         Qui l’a faict ?

          SEUR  ESPLOURÉE

                                  Frère Rèdymet.

          SEUR  SAFRÈTE

         Hélas ! el est déshonorée.

80   Et ! Vierge Marie honorée !

         Où la pourons-nous [bien] cacher,

         Le jour qu’el poura acoucher ?

          SEUR  DE  BON-CŒUR

         Je ne sçay.

          SEUR  ESPLOURÉE

                             J’ey bien descouvert

         Aultre foys, qu’el estoyt joyeuse,

85   Et qu’el avoyt l’engin18 trop ouvert

         Pour estre faicte religieuse.

          SEUR  SAFRÈTE

         Elle est plaisante et amoureuse.

         Long temps il y a qu’el aymoyt.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Qui, ma sœur ?

          SEUR  SAFRÈTE

                                     Frère Rèdymet,

90   Rouge comme un beau chérubin19.

         Un jour, avec frère Lubin20,

         In caméra charitatis21,

         Tout doulcement je m’esbatis ;

         Mais il [n’est sy]22 fort compaignable.

          SEUR  DE  BON-CŒUR

95   Il est tant doulx et amyable,

         Sœur Safrète, quant y s’y mect !

          SEUR  ESPLOURÉE

         Ouy, le bon frère Rèdymet,

         Quant il a la « teste » dressée

         Et que de luy suys embrassée,

100  Ma leçon23 bien tost se comprent.

          SEUR  DE  BON-CŒUR

         A ! jamais il ne me reprent24.

         Nous vivons no[u]z deulx comme amys :

         Aussy mon cœur luy ay promys.

         Bon Amour25 ainsy le permect.

          SEUR  ESPLOURÉE

105  Quant au bon frère Rèdymet,

         Je le congnoy digne d’aymer.

         Mais afin de n’estre à blasmer,

         Pour faindre estre de saincte vye,

         Je veuil déclarer par envye26

110  À nostre abesse (ce n’est faincte)

         Comme sœur Fessue est ensaincte.

          SEUR  DE  BON-CŒUR

         C’est bien faict.

          SEUR  SAFRÈTE

                                  C’est bien faict, ma sœur.

         Nostre bon père confesseur

         En orra27 le miséréré.

          SEUR  DE  BON-CŒUR

115  Je vouldroys qu’i28 fust enserré

         En ma chambre, pour sa prison.

          SEUR  SAFRÈTE

         Sainct Pierre ! vous avez rayson :

         D’amour, aparence il y a

         En vos dictz.

 

     SEUR ESPLOURÉE, allant à l’abeesse pour parler à elle :

                                Avé Maria !        SCÈNE  III

          L’ABEESSE

120  Gratia pléna29 ! Qu’avez-vous,

         Qui vous amène devers nous30 ?

          SEUR  ESPLOURÉE

         Sans cause je [ne] vous viens voyr31.

          L’ABEESSE

         Certes, j’estoys en ce parloyr,

         En saincte… contemplation

125  Des mos d’édiffication32,

         Atendant l’heure du… menger33.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Sy Mort m’estoyt venue charger,

         Hélas ! je seroys bien heureuse.

          L’ABEESSE

         Et ! qu’esse ? Estes-vous amoureuse ?

130  Regrétez-vous encor le monde ?

                       SEUR  ESPLOURÉE

         Nénin, non.

          L’ABEESSE

                                Céans, il habonde

         Autant de plaisir[s] savoureulx

         Comme au monde. Et qu’il ne soyt ainsy,

         [De]dens ceste maison icy,

135  Povez avoir un amoureulx.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Hélas ! mon cœur trop douloureulx

         Ne peult oultrer34. D’effort j’en sue.

          L’ABEESSE

         Et ! qu’esse, ma mye ?

          SEUR  ESPLOURÉE

                                             Seur Fessue,

         Qui a faict…

          L’ABEESSE

                               Vous dict-elle injure ?

140  Croyez-moy, par Dieu ! sy j’en jure,

         Elle en sera incarsérée.

         Comment ! faict-el la reserrée35 ?

          SEUR  ESPLOURÉE

         Elle a faict…

          L’ABEESSE

                                 Je n’y entens rien en effaict.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Elle a faict…

          L’ABEESSE

                               Et quoy ?

          SEUR  ESPLOURÉE

                                                 F[r]icatorès36.

          L’ABEESSE

145  Ô le grosson peccatorès37 !

         Per Dieu38, [elle] habuyct grandos

         Punitionnès39 sur le dos !

         Qui l’eust pencé ?

          SEUR  ESPLOURÉE

                                            Elle [l’]a faict,

         Et a son péché satisfaict,

150  Car elle est grosse.

          L’ABEESSE

                                          Ô la laide !

         Il y convient mectre remède.

         Mais à qui a-elle adonné

         Son corps ?

          SEUR  ESPLOURÉE

                             [El l’a]40 habandonné

         À frère Rèdymet, le moynne,

155  Il y a long temps.

          L’ABEESSE

                                        Que de peine41 !

         Tenamus chapitrum totus !42

         Sonnaté43 clochétas bien totus !

         Qu’el véniat44 !

.

.

        SEUR  DE  BON-CŒUR    SCÈNE  IV

                                      Sus ! entre nous,

         Y nous convient mectre à genoulx45,

160  À ce chapitre.

          SEUR  SAFRÈTE

                                  C’est bien dict ;

         Je n’y mectray nul contredict.

          L’ABEESSE

         Or, chantez !

          SEUR  ESPLOURÉE

                                 Bénédicité !    O lieu de le dire, y chantent 46 :

                 Voz « huys » sont-il tous fermés ?

                 Fillètes, vous dormez.47

165      Quant pour vous sont consumméz48

                 Dormez-vous,

                 (Fillètes, fillètes vous dormez)

                 [Mes sens d’amour]49 enflamés,

                 Dormez-vous, fillètes ?

                 Fillètes, vous dormez.50

 

          SEUR  FESSUE  entre    SCÈNE  V

170  A ! j’éray quelque advercité ;

         Je crains fort le punis[s]antés51.

          L’ABEESSE

         Vénité, et aprochantez !

         Madamus, agenouillaré,

         Quia vo[u]z fécit mouillaré

175  Le boudin52 : il est bon à voir !

          SEUR  DE  BON-CŒUR

         Vous avez laissé décepvoir

         Vostre honneur, dont le nostre en souffre.

          L’ABEESSE

         Vous en sentirez feu et souffre

         En Enfer ; et de vostre vye,

180  N’irez en bonne compaignye

         Sans injure. Et ! comme a-ce esté

         Qu’avez faict ceste lascheté ?

         Vous en souffrirez le trespas !

          SEUR  FESSUE

         A ! mon Dieu, vous ne voyez pas

185  Ce qui vous pent devant les yeulx ?

          L’ABEESSE

         Mon cœur ne fust onc curieulx

         D’estre d’honneur tant descouverte53.

          SEUR  FESSUE

         Hélas ! vostre veue est couverte,

         Dont vostre grand faulte despent :

190  Ce que devant les yeulx vous pent

         N’est pas de tous en congnoissance54.

          L’ABEESSE

         Puys que sur vous j’ey la puissence,

         Je vous pugniray bien à poinct.

          SEUR  FESSUE

         A ! mon Dieu, vous ne voyez poinct

195  Ce qui est devant vostre veue ?

         J’ey failly comme despourveue

         De sens, dont coupable me sens.

         Mais…

          L’ABESSE

                    Quel mais ?

          SEUR  FESSUE

                                         Il en est cinq cens

         Qui n’en ont causé nul55 esmoy ;

200  Et sy56, ne font pas mieulx que moy.

          L’ABEESSE

         [Encore vous]57 levez la teste ?

         Vous estes une faulse58 beste,

         Et avez grandement erré.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Y luy fault le Miséréré,

205  Pour la faulte qui est yssue59.

          SEUR  FESSUE

         Et ! pardonnez à sœur Fessue !

          SEUR  SAFRÈTE

         Y luy fault donner telle peine

         Que de douleur soyt toute plaine,

         Puysqu’on la void ainsy déceue.

          SEUR  FESSUE

210  Et ! pardonnez à seur Fessue,

         Pour cela qu’el a entour60 elle.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Vrayment, el a juste querelle61 :

         Y ne fault pas son fruict62 gaster.

          SEUR  FESSUE

         Qui vous eust voulu trop63 haster,

215  Lors qu’estiez ainsy comme moy,

         En plus grand douleur et esmoy

         Eussiez esté que je ne suys.

          L’ABEESSE

         Demeurez ! Plus oultre poursuys64 :

         Qui vous a ainsy oultragée ?

220  Vous estes grosse, et tant chergée65

         Que plus n’en povez.

         SEUR  FESSUE

                                             A ! ma dame,

         Frère Rèdymet faict ce blasme

         En mainte religion66 bonne.

         Mais je vous pry qu’on me pardonne.

          L’ABEESSE

225  Où fusse ?

          SEUR  FESSUE

                         [De]dens le dorteur67,

         À ma chambre, près le monteur68.

         Ici tant enquérir ne s’en fault69

          SEUR  DE  BON-CŒUR

         Et que ne criez-vous bien hault ?

          SEUR  FESSUE

         Crier ? Je ne sçay qui en crye70.

          SEUR  SAFRÈTE

230  Comment ! voécy grand moquerye !

         Nostre abeesse en sera blasmée.

          SEUR  FESSUE

         Comment, crier ? J’estoys pasmée.

         Et puys en nostre reigle est dict

         (Où je n’ay faict nul contredict)

235  Qu’au dorteur on garde silence.

         Et sy j’eusse faict insolence,

         Bruict ou tumulte, ou quelque plaincte,

         C’estoyt, contre nostre Ordre, faincte71.

         Voyélà pourquoy n’osay mot dire.

          SEUR  ESPLOURÉE

240  Vouélà bonne excuse pour rire !

          SEUR  DE  BON-CŒUR

         Très bien le silence el garda…

          L’ABEESSE

         Mais escoustez : qui vous garda

         De faire signe pour secours ?

         On y fust alé le grand cours72,

245  Et n’ussiez receu tel acul73.

                       SEUR  FESSUE

         Las ! je faisoys signe du cul,

         Mais nul(e) ne me vint secourir74.

          SEUR  SAFRÈTE

         Je n’eusse eu garde d’y courir.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Signe du cul ?

          SEUR  SAFRÈTE

                                   Il est possible :

250  Frère Rèdymet est terrible ;

         Et n’eust sceu ceste povre ânière75

         Faire signe d’aultre manière.

          SEUR  ESPLOURÉE

         C’est le signe d’un tel mestier76

          L’ABEESSE

         Mais il y a un an entier

255  Qu’el est grosse77 ; et ! n’eust-elle sceu

         Nous dire qu’el avoyt conceu ?

          SEUR  FESSUE

         Dire ? Hélas !

          SEUR  DE  BON-CŒUR

                                    Ouy, dire, ouy, dire.

          SEUR  FESSUE

         J’ey bien cause d’y contredire.

          SEUR  SAFRÈTE

         Et comment ?

          SEUR  FESSUE

                                  Hélas ! quant j’eu failly,

260  Mon cœur alors fut assailly

         De repentance et de grand peur

         Que l’Ennemy78, qui est trompeur,

         Ne m’enportast pour telle faulte.

         Demanday à la bonté haulte79

265  Pardon, lequel aulx bons permect.

         Et au bon frère Rèdymect

         Je demanday confession ;

         Lequel, à l’asolution80,

         Lors que bien il me descharga81,

270  Absolutement m’encharga

         De ne dire ce qu’avions faict

         No[u]z deulx, ce que j’ey bien parfaict

         Pour craincte de dannation :

         Car dire sa confession

275  Et dire le secrect du prestre,

         C’est assez pour à jamais estre

         Danné avec les obstinés82.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Certes, nous voélà bien menés !

         Ses excuses sont suffisantes.

          L’ABEESSE

280  Punye en serez, je me vantes.

         Ô la [grand] faulte ! ô le grand blasme !

          SEUR  FESSUE

         Hélas ! je vous suply, ma dame :

         Ne regardez tant mon péché,

         Que le vostre (qui est caché)

285  Ne considérez83.

          L’ABEESSE

                                   Ha ! rusée,

         Suys-je de toy scandalisée84 ?

          SEUR  FESSUE

         On veoyt à l’œuil d’aultruy tout oultre

         Un petit festu odieulx,

         Mais on ne veoyt poinct une poultre

290  Qu’on a souvent devant les yeulx85

          L’ABEESSE

         Ma renommée se porte mieulx

         Que la tienne.

          SEUR  FESSUE

                                     Ne jugez poinct86 !

         Les jugemens sont odieulx

         Au Seigneur, qui est dieu des dyeulx.

295  Vous le sçavez de poinct en poinct.

         Paul87, glorieulx apostre sainct,

         Dict que celuy n’aura refuge

         D’excuse, qui sera tasché ;

         Et que luy-mesme il se juge

300  S’il est subject à tel péché.

          L’ABEESSE

         Voyélà suffisamment presché !88

         Suys-je comme toy, dy, meschante ?

         Par Celle-là de qui on chante89 !

         Je te feray bien repentir.

          SEUR  SAFRÈTE

305  Elle se poura convertir,

         Ma dame : ce sera le myeulx.

          SEUR  FESSUE

         Ce qui vous pent devant les yeulx,

         Qui faict vostre faulte congnoistre,

         Nous démonstre qu’i ne peult estre

310  Que vous ne fassiez de beaulx jeux90.

          L’ABEESSE

         Ce qui me pent devant les yeux ?

         Avé Maria ! qu’esse-cy ?

         Vous m’avez trop hastée, aussy :

         De venir, j’estoys empeschée.

315  Et ! mon Dieu, que je suys faschée !

          SEUR  ESPLOURÉE

         Croyez, sy les loix ne sont faulces,

         Que c’est icy un hault-de-chaulces.

          L’ABEESSE

         Avé Maria ! Saincte Dame !

         Je ne suys moins digne de blasme

320  Que sœur Fessue.

          SEUR  DE  BON-CŒUR

                                        Sont-il d’usance91,

         Hault-de-chaulses ?

          L’ABEESSE

                                         J’ey desplaisance

         De mon faict.

          SEUR  SAFRÈTE

                                    Et ! Dieu, quel outil !

         Les abeesses en portent-il,

         Maintenant ? J’en suys en soucy92.

          SEUR  ESPLOURÉE

325  Un hault-de-chaulses !

          SEUR  DE  BON-CŒUR

                                                 Qu’esse-cy ?

          L’ABEESSE

         Et ! n’en parlons plus.

          SEUR  SAFRÈTE

                                                C’est pour rire ?

         A ! vous ne debvez escondire

         Seur Fessue d’absolution.

          SEUR  DE  BON-CŒUR

         C’est bien nouvelle invention,

330  Porter des chaulces sur la teste.

          L’ABEESSE

         On en puisse avoir male feste !

                        SEUR  SAFRÈTE

         Or sus, sus ! chantons-en93 d’une aultre.

         On dict bien c’un barbier raid94 l’aultre,

         Et q’une main l’autre suporte95.

335  Y convient faire en ceste sorte :

         Donnez-luy l’asolution.

          SEUR  ESPLOURÉE

         Voeylà très bonne invention.

         Vous estes à noz96 audinos.

          L’ABEESSE

         Tu fessisti sicut et nos97 ;

340  Parquoy absolvo te gratis

         In pécata98. Nunc dimitis

         [In cor bonnum]99, comme au passé100.

         Plus oultre, vadé in passé101 !

          SEUR  FESSUE

         Gratias ! Me voeylà garie.

345  Je n’ay cause d’estre marie102.

 

          SEUR  ESPLOURÉE    SCÈNE  VI

         Conclusion : Je trouve erreur caché

         Que cestuy-là veult un péché reprendre,

         Duquel il est taché et empesché,

         Et par lequel en fin on le peult prendre.

350  Vous le pouvoez en ce lieu-cy comprendre.

         La faulte en est à vo[u]z deulx aperceue,

         Tesmoing l’abeesse aveques seur Fessue. 103

         En prenant congé de ce lieu,

         Unne chanson pour dire « à Dieu » !

                 FINIS

*

1 Dans ce même manuscrit, la sottie de la Mère de ville (composée vers 1541) fait dire au Garde-cul : « Il ne fault c’une seur Fessue/ Ayant vouloir estre pansue. »   2 Lascive.   3 LV : la IIe seur esplouree  (Je rétablis le nom des trois sœurs ; LV les numérote : la p[remiere], la IIe, la IIIe.)   4 Au 1° degré, la sœur demande à Éplorée si elle a pris froid. Au 2° degré, douceur se réfère au membre viril : « Quant elle eut la doulceur sentie/ De ce doulx membre qui fut roys [roide]. » Parnasse satyrique du XVe siècle.   5 Sûr : éclairez mon esprit.   6 Un siège.   7 Avez-vous fauté ?   8 LV : qui   9 Le raide, le phallus. V. note 10.   10 Déçue, abusée. « Raide y met » est un calembour latin : « Quel verset des Pseaumes aiment mieux les femmes ? C’est (…) Et ipse redimet, c’est-à-dire, Rède y met, ou roide y met. » Tabourot.   11 Engrossée.   12 LV : oues  (Ouez = oyez, écoutez.)   13 En mauvaise posture.   14 Un pisse-en-dalles est un acte inconvenant.   15 J’ai féminisé le masculin ici, à 58, et à 75 ; mais je n’ai pas touché à l’effarant Madamus de 173. Les cinq rôles de femmes étaient tenus par des hommes.   16 Pour coïter, l’amant se met à genoux sur le lit. On pourrait renforcer le comique de répétition des vers 61 et 144 en écrivant « Quoy ? » au lieu de « Ouy, ».   17 Fardeau. « Le maistre à son clerc persuade/ De donner l’amoureuse aubade/ À la pauvre pucelle grosse,/ Affin que le clerc eust l’andosse/ D’espouser la mère et l’enfant. » Sottie Pour le Cry de la Bazoche.   18 L’esprit ; mais aussi, le sexe. « Et l’autre devroit estre saige,/ Car elle a ung trèsgrant engin. » Guillaume Coquillart.   19 « Sotz rouges comme chérubins. » (Monologue des Sotz joyeulx.) Mais on associe traditionnellement la couleur rouge au phallus : la Confession Margot <v. 89>, le Faulconnier de ville <v. 64 et note 22>.   20 Un des innombrables prototypes de moines paillards : « Pour desbaucher par un doulx style/ Quelque fille de bon maintien,/ Frère Lubin le fera bien. » Clément Marot.   21 Dans la salle de charité, une pièce du couvent qu’on ouvrait lorsqu’il fallait nourrir des pèlerins.   22 LV : est bien  (Lubin n’est pas aussi bon compagnon que Raidymet. « [Ils] ne sont pas si compaignables à boire & et à manger. » Miroir de la navigation.)   23 Lecture d’un texte biblique. Double sens érotique : « L’un la fout en cul, l’autre en con./ Pour s’exercer en ce manège,/ Elle répète sa leçon/ Avecque le Sacré Collège.» Blot.    24 Il ne trouve rien à corriger lors de ma « leçon ».   25 La Bonne Amour, c’est l’amour courtois, d’après le Roman de la Rose, le Dit de la Rose, ou le Libro de buen amor de Juan Ruiz. Voilà un habillage bien romantique pour de vulgaires histoires de fesses et de Fessue ! Par pudeur, l’obscénité répondait au romantisme, comme ce croquis matérialiste dans la marge d’un manuscrit répond à l’enluminure officielle.   26 Les trois jalouses vont se venger de leur amant volage, et de sœur Fessue qui déshonore le couvent.   27 LV : aura  (Orra = ouïra, entendra notre prière. Miserere mei = aie pitié de moi.)   28 Qu’il (frère Raidymet) soit incarcéré. On emprisonnait les religieux fautifs dans un cachot nommé in pace. Cf. vers 141.   29 « Je vous salue, Marie, pleine de grâce. » Contre toute attente, il s’agit là d’une farce mariale : vers 33, 37, 42, 80, 119, 303, 312, 318, 345.   30 Lapsus : elle était censée être seule dans sa cellule.   31 LV : voyer  (Je ne viens pas vous voir sans raisons.)   32 Je lisais mon bréviaire. En fait, elle était au lit avec frère Raidymet (note 41). Dérangée par sœur Éplorée, elle a mis sur sa tête la culotte du frère au lieu de son voile. En s’appuyant sur Boccace, La Fontaine déplorera sa bévue dans le conte du Psautier : « Madame n’estoit/ En oraison, ny ne prenoit son somme :/ Trop bien alors dans son lit elle avoit/ Messire Jean, curé du voisinage…./ Elle se lève en haste, étourdiment,/ Cherche son voile, et malheureusement,/ Dessous sa main tombe du personnage/ Le haut-de-chausse, assez bien ressemblant/ (Pendant la nuit, quand on n’est éclairée)/ À certain voile aux Nonnes familier…./ La voilà donc de grègues affublée. »   33 Elle a failli commettre un nouveau lapsus : l’heure du berger est « l’heure favorable à un amant pour gagner sa maîtresse ». (Furetière.)   34 Aller plus loin.   35 La fausse pucelle : les jeunes mariées qui voulaient passer pour vierges usaient d’un astringent à base de myrte ou d’eau de tan pour « resserrer les parties naturelles » avant la nuit de noce.   36 Des frottements. Le sens érotique s’appliquait surtout aux lesbiennes : « Tribades se disent fricatrices. » Brantôme.   37 Ô le gros péché ! (Le latin de sacristie va s’aggraver en même temps que l’indignation de l’abbesse.)   38 LV : perdien  (Le « n » et le « u » sont souvent confondus. La forme courante est per Diem, mais Noël Du Fail emploie per Dieu.)   39 Elle aura de grandes pénitences. (Au futur, il faudrait habebit.)   40 LV : elle a   41 Le chagrin de l’abbesse montre que c’est bien frère Raidymet qui était dans son lit.   42 Tenons ensemble chapitre [une assemblée].   43 LV : sonnare  (Sonnez toutes les cloches.)   44 Qu’elle vienne.   45 Les sœurs étant à genoux, elles ne pourront voir le haut-de-chausses qui coiffe l’abbesse.   46 Au lieu de dire le Benedicite, les nonnes chantent une chanson paillarde, insérée après coup entre les vers 162 et 170, qui riment ensemble. Je corrige ce texte (mis en musique entre 1536 et 1547 par Robert Godard) d’après une partition publiée en 1547. Cf. André Tissier, Recueil de Farces, XI, Droz, 1997, pp. 246-7.   47 La partition ajoute : Ouvrez-les-moy, si m’aymez./ Dormez-vous, fillettes ?/ Fillettes, vous dormez./ Dormez-vous seulettes ?   48 Partition : consummez    LV : consommes   49 Partition : Mes sens damour    LV : mais sans amours   50 La partition ajoute : Dormez-vous seulettes ?   51 La punition, en langage macaronique.   52 « Madame, agenouillez-vous, parce que vous avez fait mouiller le boudin. » Ce mot avait le même sens phallique que l’andouille : « Membre de moine, exorbitant boudin. » (Sénac de Meilhan.) On ne sort d’ailleurs pas de la religion, puisque sainct Boudin allait de pair(e) avec saincte Fente, d’après la farce du Pardonneur (BM 26).   53 Dégarnie.   54 N’est pas (encore) connu de tous.   55 LV : ny   56 Et pourtant.   57 LV : leues  (L’insolente ose lever la tête… et contempler la coiffe de l’abbesse.)   58 Perfide. Ce vers provient d’une Moralité imprimée en 1507, la Condamnacion de Bancquet.   59 Il lui faut le pardon, pour la faute qui est avouée.   60 En latin de sacristie, on pourrait mettre : inter (à l’intérieur d’elle). Cf. le vers 213.   61 Elle a raison de se plaindre.   62 Son enfant. On voit qu’il s’agit d’une farce : dans la réalité, les religieuses enceintes n’avaient d’autre choix que d’avorter ou de tuer le nouveau-né. « Quant à celles qui sont meurtrières de leurs enfans aussitost qu’ils sont sortis du ventre, les jettans ou les faisans jetter, il y a quelques années que les monastères des nonnains en eussent fourni bon nombre d’exemples (aussi bien que de celles qui les meurdrissent [tuent] en leur ventre). » Henri Estienne, Apologie pour Hérodote, XVIII. Le chap. VII ajoute : « Les nonnains (…) font mourir leur fruict estant encore en leur corps, par le moyen de quelques breuvages, ou bien estranglent leur enfant si tost qu’il est sorti. »   63 LV : tant  (Si on avait voulu trop vous hâter : si on était entré dans votre cellule, au lieu d’attendre que vous en sortiez.)   64 Restez ici ! Je continue.   65 Chargée, alourdie.   66 Maison de religion, couvent. « Du jeune garçon qui se nomma Thoinette pour estre receu à une religion de nonnains. » Bonaventure Des Périers.   67 LV : dortoueur  (qui n’est pas une rime riche. Dorteur = dortoir, vers 235.)   68 Près de « l’échelle pour monter au dorteur des dames » (Comptes de l’aumosnerie de S. Berthomé).   69 Toutes les nonnes l’ont fait au même endroit.   70 Je ne sais pas quelle autre aurait crié.   71 Une tromperie. (On peut préférer : fraincte [infraction].) Jean-Baptiste de Grécourt opposera une abbesse à une nonne enceinte dans son poème le Silence, qui s’achève ainsi : « –Vous n’aviez qu’à crier de tout votre pouvoir./ –Oui, mais (dit la nonnain) c’étoit dans le dortoir,/ Où notre règle veut qu’on garde le silence. »   72 En courant.   73 Une telle contrainte.   74 « Je (respondit la Fessue) leur faisois signes du cul tant que povois, mais personne ne me secourut. » Rabelais, Tiers Livre <1546> : le chapitre 19 emprunte à notre farce les aventures de sœur Fessue et du frère Royddimet.   75 Et cette oie blanche n’aurait pas pu.   76 Qu’on connaît l’amoureux métier, le bas métier.   77 Cf. Gargantua (chap. 3) : « Elle engroissa d’un beau filz et le porta jusques à l’unziesme moys. Car autant, voire dadvantage, peuvent les femmes ventre porter. » Le docteur Rabelais conclut malicieusement que les veuves peuvent donc jouer du serre-croupière deux mois après le trépas de leur mari.   78 Le diable.   79 À Dieu.   80 LV : la solution  (L’absolution, confirmée par le jeu de mots de 270. Idem vers 336.)   81 Me déchargea. 2° degré : me procura un orgasme : « Sophie décharge à son tour. » (Sade, la Nouvelle Justine.)   82 Les hérétiques.   83 Saint Paul, Épître aux Romains, II-3.   84 Transformée en objet de scandale.   85 Évangile selon saint Matthieu, VII-3.   86 Matthieu, VII-1.   87 Romains, II-1.   88 L’ennuyeux passage 291-301, envahi de rimes proliférantes, est visiblement interpolé : une simple nonne ignorant le latin n’argumente pas une discussion théologique !   89 Au nom de la Vierge, dont on chante les louanges.   90 Qu’il n’est pas possible que vous ne vous adonniez à des jeux amoureux. Les trois nonnes agenouillées vont enfin relever la tête et voir l’objet du délit.   91 Est-ce la mode (de porter sur la tête).   92 LV : esmoy  (Cf. les Gens nouveaulx, v. 244.)   93 LV : changons en  (Chantons d’une autre manière, changeons de ton.)   94 Rase. « On dit qu’un Barbier rait l’autre, pour dire qu’il faut que chacun dans sa profession se rende des offices réciproques. » Furetière.   95 Qu’une main aide l’autre.   96 LV : voz  (Vous êtes soumise à notre volonté [audi nos = écoute-nous]. « I li fet tous ses audinos » : il lui passe toutes ses volontés.)   97 Tu as fait comme nous.   98 Je t’absous sans pénitence pour tes péchés.   99 LV : Incorbennem  (Dans un cœur bon : « In cor bonum et devotum. » Nicolai de Gorrani.)   100 Maintenant, tu peux t’en aller avec un cœur pur, comme par le passé.   101 Va en paix.   102 Ultime pirouette sur le nom de Marie, qui avait elle aussi conçu sans péché.   103 Ces décasyllabes aux rimes mal disposées recyclent maladroitement les vers 283-285. Le congé final est commun à beaucoup de farces et de sotties.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s