LES FEMMES QUI FONT ESCURER LEURS CHAULDERONS

British Museum

British Museum

*

LES  FEMMES  QUI  FONT  ESCURER LEURS  CHAULDERONS

*

Quelques fabliaux littéraires du Moyen Âge furent adaptés pour la scène à la Renaissance. Le Maignien qui foti la dame1 fut ainsi transformé en farce dans les années 1510-1520. Le « chaudron » des deux femmes désigne la partie la plus chaude de leur anatomie. Ce chaudron étant troué, le chaudronnier doit y mettre un « clou » suffisamment gros pour le boucher. Tout est dit.

Source : Recueil du British Museum, n° 29.

Structure : Rimes plates, avec 2 triolets, et 4 huitains en aabBaabB.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

*

Farce nouvelle et fort joyeuse

des femmes qui font escurer leurs chaulderons

et deffendent que on ne mette la pièce auprès du trou

*

À troys personnages, c’est assavoir :

    LA  PREMIÈRE  FEMME

    LA  SECONDE  [FEMME]

    LE  MAIGNEN 2

*

 

                                     LA PREMIÈR[E]  commence                      SCÈNE  I

          Ma commère !

             LA SECONDE

                                         Plaist-il, m’amye ?

             LA PREMIÈRE

         Escoutez un peu !

             LA SECONDE

                                          Bien j(e) y voys3.

         Qu’avez-vous ?

             LA PREMIÈRE

                                     Que j’ay ? Je n’ay mie4,

         Ma commère.

             LA SECONDE

                                   Plaist-il, m’amye ?

5    Que n’av’ous5 ?

             LA PREMIÈRE

                                        Heure ne demye

         De soulas6.

             LA SECONDE

                                Par Dieu ! je le croy.

             LA PREMIÈRE

         Ma commère !

             LA SECONDE

                                    Plaist-il, m’amye ?

             LA PREMIÈRE

         Escoutez un peu !

             LA SECONDE

                                              Bien j(e) y voys.

             LA PREMIÈRE

         Il m’est advis, quand je le voy[s],

10   Nostre homme7 (vous m’entendez bien),

         Que j’ay souppé8.

             LA SECONDE

                                              N’en dictes rien,

         Il peult estre qu’il nous escoute.

             LA PREMIÈRE

         Je feray plustost sa grand goute9 !

         Je me tairay pour cest infâme ?

15   Fus-je point bien meschante femme

         De m’estre liée en ce point,

         Quand de plaisir en luy n’ay point ?

         Commère, pensez la destresse.

             LA SECONDE

         Il luy fault jouer de finesse10,

20   À ce villain.

             LA PREMIÈRE

                                 Ha ! hardiment !

         Que j’en auray d’estorement11

         Pour mon user !

             LA SECONDE

                                      Et pourquoy donc ?

             LA PREMIÈRE

         Se j’en debvoys avoir le jonc12

         Et bastue de jour en jour,

25   Si luy en jourray-je le tour.

         Et de bref, car j(e) y vueil penser.

             LA SECONDE

         Av’ous encor à commencer13 ?

         Craignez-vous tant ces mesdisans ?

         Quoy ! il y a plus de dix ans

30   Que commençay premièrement.

         Faisons-le tout secrètement,

         Il sera demy pardonné14

             LA PREMIÈRE

         S’eusse voulu, on m’eust donné

         Foison de bagues et d’anneaulx,

35   Belles ceintures et cousteaulx,

         Par un amy le plus gentil15.

             LA SECONDE

         Et que dyable vous failloit-il ?

             LA PREMIÈRE

         J’ay refusé habitz nouveaulx,

         Or et argent à grands monceaulx

40   Par un amoureux tant subtil.

             LA SECONDE

         Que grand dyable vous failloit-il ?

         Estes-vous si belle ou si grande16,

         D’avoir reffusé telle offrande ?

         Je ne sçay que vous voulez faire.

             LA PREMIÈRE

45   Jamais ne me voulu[s] forfaire17.

             LA SECONDE

         Mon arbelestre au croc18 je bende.

         Jamais ne refusez prébende19,

         Quand c’est homme de tel affaire20.

             LA PREMIÈRE

         Jamais ne me voulus forfaire.

50   Mais j’entens bien, par mon serment,

         Qu’il fault par tout commencement.

         Et si, fault (puis qu’on s’en démente21)

         Mettre le marteau en la vente22

         En despit de luy, ma commère.

             LA SECONDE

55   Ilz vont bien à d’autres le faire,

         Noz maris, les villains jaloux !

         Et pourquoy ne le ferons-nous

         Aussi bien comme eulx ?

             LA PREMIÈRE

                                                C’est raison.

         Pourquoy n’aurons-nous [en saison]23,

60   Pour nous (ré)conforter, un amy ?

         À trompeur, trompeur et demy24!

         Pensent-ilz que la court soit beste25 ?

             LA SECONDE

         S’ilz s’en devoient rompre la teste

         De dueil, par Dieu, je le feray

65   (Mal gré [soit] d’eulx26 !) et gaudiray

         Cheulx27 mes cousins.

             LA PREMIÈRE

                                                 Dieu l’a permis :

         Pourquoy nous a-il icy mis,

         Se n’est pour œuvre de nature ?

         Et puis, c’est la loy de droicture28,

70   Faire plaisir les uns aux autres.

         Se j’en devois aller en peaultre[s]29

         Et batue, j’en ay juré :

         Si sera-ce que je feray

         Plaisir à ceulx qui m’en feront.

             LA SECONDE

75   Rire avecques ceulx qui riront,

         Il n’est point de meilleure vie ;

         Et puis laissez parler Envie.

             LE MAIGNEN                  SCÈNE  II

         Av’ous que faire de maignen ?

         Du maignen, commère, du maignen30 !

                             LA PREMIÈRE

80   Commère, avez-vous rien ouÿ

         Crier, là-dehors ?

             [LA SECONDE]

                                         Par Dieu, ouy.

         Escoutez…

             LE MAIGNEN

                               Le maignen, le maignen !

             LA SECONDE

         J’ay ouÿ, par monseigneur sainct Aignen31,

         Aucun crier emmy ceste estre32.

             LA PREMIÈRE

85   Hélas ! voyez que ce peust estre.

         Se c’est quelque bon compaignon

         Qui de gaudir ayt bon regnom,

         Faictes-le venir.

             LA SECONDE 33

                                     Hau ! compère !

         Venez, car nous avons affaire

90   Un peu de vous !

             LE MAIGNEN

                                           Allons, maistresse34.

             LA PREMIÈRE

         Venez çà ! Dictes-nous, maistre : esse

         Vostre plaisir de nous servir ?

             LE MAIGNEN

         Vrayement, je me vueil asservir

         Vous faire plaisir et service.

95   Mais premier, fauldroit que je visse

         L’œuvre35 où voulez que [je] besongne.

             LA PREMIÈRE

         Vous n’aurez point vieille besongne,

         Ne qui soit forte à esclarcir36.

             LA SECONDE

         Faictes vostre broche endurcir,

100  Que ne rebourse37 en nostre ouvrage.

             LE MAIGNEN

         Rebourser ? Vous me dictes raige !

         Garde n’a d’y estre ployée,

         Car par le bout est achiérée38.

             [LA SECONDE]

         Monstrez çà !

             LA PREMIÈRE

                                    Tenez, nostre maistre,

105  Sçavez qu’il est ? N’allez pas mettre

         Icy la « pièce » auprès39 du trou.

             LE MAIGNEN

         Maistresse, j(e) y mettray un clou

         Gros et rivé par les deux boutz40.

             LA SECONDE

         Qu’il m’y soit congné en deux coups !

110  Faictes quelque œuvre de nouveau41 !

             LA PREMIÈRE

         [Moy,] mon chaulderon fait de l’eau

         Auprès du cul quand il est chault ;

         Et pour cause, maignen, il fault

         Qu(e) y mettez une bonne pièce,

115  Affin que plus ne se dépièce

         Et que bien me soit esclarcy.

             LE MAIGNEN

         Et quand je l’auray adoulcy42,

         N’auray-je pas, la foys, à boire ?

             LA PREMIÈRE

         Ainsi le debvez-vous bien croire.

             LA SECONDE

120  Servez-nous à nostre appétit.

         N’y mettez point clou si petit

         Que le trou n’en soit estouppé.

             LE MAIGNEN

         Voyez cestuy : il a tappé43.

         Est-il rivé de bonne sorte ?

125  Qu’en dictes-vous ?

             LA PREMIÈRE

                                            Le Dieu m’en porte !

         Vous estes ouvrier parfait.

         Un maistre, on le cognoist, par fait,

         À son ouvrage.

             LA SECONDE

                                       Nous buron44.

         Frappez fort sur le chaulderon :

130  Vous frappez dessus si en paix45 !

         Il a le cul assez espaix

         Pour endurer la refaçon46.

             LA PREMIÈRE

         C’est un chaulderon de façon47

         Que le mien, et est assez fort

135  (Mais qu’on ne luy face point tort)

         Quasi pour servir deux mesnages.

             LE MAIGNEN

         Vous avez assez doulx ouvrages,

         Cela ne vueil contrarier48.

             LA SECONDE

         Ne reste49 qu(e) un bon ouvrier

140  Pour nous servir en nostre appoint.

             LE MAIGNEN

         Je croy que ne vous plaindrez point

         De ma besongne.

             LA PREMIÈRE

                                            Je le croy.

         Servez-nous bien, et sur ma foy,

         Payé(z) serez à vostre dit50.

145  Mais comme on vous a [des]jà dit,

         Gardez bien de tirer le clou

         Ne les pièces auprès du trou,

         Comme maignens ont de coustume51.

             LA SECONDE

         N’espargnez marteau n[e] enclume52 :

150  Frappez fort, rivez fermement !

         Car s’il dégoute aucunement

         Ou face de l’eau par le trou

         Où vous aurez frappé le clou,

         Vous perdrez en nous bon crédit.

             LA PREMIÈRE

155  Entendez ce que l’on vous dit :

         Gardez-vous d’avoir de la hongne53 ;

         Ne prenez point nostre besongne

         Se vous n’y pensez bien fournir.

         Ayez cela en souvenir,

160  Et regardez que vous ferez.

             LE MAIGNEN

         Je m’en gage que vous direz

         Que ne fustes, de vostre vie,

         À vostre vouloir mieulx servie

         De compagnon de mon mestier !

             LA PREMIÈRE

165  Vrayement, nous avions bien mestier54

         D’un autel homme comme vous.

         Frappez fort, car je vous advoues55 !

         Espargnez-vous frapper dessus ?

             LE MAIGNEN

         Regardez-moy comme je sues56.

170  À vous servir je prens grand peine.

         J’en suis quasi tout hors d’alaine.

         Voyez, vostre cas57 est bien fait.

         Ne pensez plus sinon du fait

         De disner. Vostre « cas » est prest.

             LA SECONDE 58

175  Çà, maignen : monstrez-moy que c’est,

         Que je voye vostre besongne.

             LE MAIGNEN

         Je ne crains pas en avoir hongne

         Ne reproche devant tout homme.

             LA SECONDE

         Çà, monstrez-moy, que je voye comme

180   Vous y avez bien oppéré.

             LE MAIGNEN

         Je m’en gaige que je beuray59

         Fermement. Feray pas, maistresse ?

             LA PREMIÈRE

         Voyre. Mais dictes-moy, maistre : esse

         Le mieulx besongné que sçavez ?

             LE MAIGNEN

185  Je vueil mourir se vous avez60

         Quelque besongne de nouveau !

         Et se vostre chauld(e)ron fait eau

         Ne si court61, je vueil estre mort,

         Mais que ne luy facez point de62 tort

190  En le faisant trop fort chauffer :

         Car quand viendroit à eschauffer,

         Il pourroit bien encor courir.

             LA SECONDE

         De malle mort puisse-il mourir

         Qui en vouldroit [donner dix souz]63 !

             LE MAIGNEN

195  Regardez-le dessus, dessoubz :

         Est-il esclarcy nettement ?

         S’il fait eaue aucunement

         (Mais qu’il ne soit point trop chault,

         Comme, j’ay dit, cela y fault),

200  J’abandonne d’estre damné64 !

         Je croy que je fus en mars65 né,

         Car j’ayme tousjours à « combatre66 »…

             LA PREMIÈRE

         De cela ne se fault débatre.

         Allons bancqueter vistement !

             LA SECONDE

205  Je voys devant premièrement

         Mettre la nappe.67

             LE MAIGNEN

                                          C’est bien dit.

             LA PREMIÈRE

         Voulez-vous pas faire un édit68

         Qui donnera le premier mot69 ?

             LE MAIGNEN

         Tout sera payé sur l’escot.70

210  Commère, est nostre souper prest ?

             LA SECONDE

         Long temps y a.

                                     LE MAIGNEN

                                      Ha ! par Dieu, c’est

         À vous besongné de manière71.

             LA PREMIÈRE

         Séons-nous ! Faisons bonne chère !

         Maignen, ayez le souvenir

215  D’amander72 vostre tard-venir.

         Buvez à moy, je vous en prie !

             LE MAIGNEN  bibit 73

         À vous, dame !

             LA PREMIÈRE

                                      Je vous mercie.

         Vous soyez le trèsbien venu !

             LE MAIGNEN

         Le grand diable m’a bien tenu

220  De venir plus souvent, d’Enfer74.

             LA SECONDE

         Maignen, il nous fault eschauffer

         Par la goulle, comment un four75.

             LA PREMIÈRE

         Or çà ! quand ferez-vous retour

         Par-devers nous ?

             LE MAIGNEN

                                         Je vous diray :

225  Tout au plus tost que je pourray

         Et que me trouveray apoint76.

             LA SECONDE

         Je vous pry, ne nous faillez point,

         Car nous nous attendrons à vous.

             LA PREMIÈRE

         Maignen, souvienne-vous de nous,

230  Mais n’oubliez pas vostre « broche » :

         Tousjours avons un fer qui loche77

         Ou quelque trou à restoupper.

             LE MAIGNEN

         Je vous pry, laissez-moy soupper,

         Et puis je vous rendray responce.

             LA SECONDE

235  Qui eust un chappon en la ponce78,

         Cela nous viendroit bien apoint.

             LA PREMIÈRE

         Je vous pry, ne nous faillez point :

         Venez tout premièr(e)ment céans.

             LA SECONDE

         N’allez plus courir Orléans ;

240  Venez nous servir plus souvent,

         Car nous sommes asseurément

         Pour bien vous fournir de besongne.

             LE MAIGNEN

         Ce mestier ne veult point de hongne.

             LA PREMIÈRE

         Venez céans asseurément

245  Boire et menger, ou autrement,

         Nous vous ferons de la vergongne79.

             LE MAIGNEN

         Ce mestier ne veult point de hongne.

         Mais dictes, dame, s’il vous plaist,

         Sans me tenir icy long plait80,

250  Si vous fustes en vostre vie

         À vostre plaisir mieulx fourbie81

         Qu’avez esté de moy, en somme.

             LA PREMIÈRE

         Vous estes un trèshabille82 homme.

             LE MAIGNEN

         De vous servir j’ay grand envie.

255  Mais dictes-moy, je vous emprie,

         Se plus gentil a jusque à Rome83.

             LA SECONDE

         Vous estes un trèshabille homme,

         Ouvrier de vostre mestier.

             LA PREMIÈRE

         Nous avons de vous grand mestier

260  Pour escla[r]cir nostre mesnage84 :

         Ce n’estoit plus que vieil bagage ;

         Il estoit tout mengé de rouil85.

         Quand viendrez-vous, nostre amy doulx ?

             LE MAIGNEN

         Je m’en rapporte bien à vous :

265  Dictes-moy quand je reviendray.

             LA PREMIÈRE

         Venez demain, je vous advoues !

             LE MAIGNEN

         Je m’en rapporte bien à vous.

             LA SECONDE

         Sçavez qu’il est ? Pensez de nous.

         Quand à moy, je vous attendray.

             LE MAIGNEN

270  Je m’en rapporte bien à vous :

         Dictes-moy quand je reviendray.

         Adieu, dames !

             LA PREMIÈRE

                                       Je vous diray :

         Allez à Dieu, qu’i vous condye !86

         Ma foy, quelque chose qu’on dye,

275  Vélà un ouvrier parfait.

             LA SECONDE

         À bonnement parler du fait,

         De s’en aller c’estoit folie.

             LE MAIGNEN

         Messeigneurs, à tous vous supplie

         Que prenez nostre esbat en gré,

280  Un chascun selon son degré,

         En vous disant d’amour polie :

         Adieu toute la compagnie !

                   FIN

*

1 Pages 179-183.   2 Le chaudronnier ambulant.   3 J’y vais (vous écouter).   4 Demandez-moi plutôt ce que je n’ai pas.   5 BM : dictes vous  (Que n’avez-vous ? Cf. vers 27 et 78.)   6 Plaisir.   7 Mon mari.   8 Que j’en ai soupé, que j’en suis dégoûtée.   9 Entre mille autres imprécations, on souhaitait à ses ennemis d’être atteints par la « grande goutte », la « male [mauvaise] goutte », ou la « sanglante goutte ».   10 Ruse.   11 Une bonne provision (de ruses).   12 Des coups de verges.   13 En êtes-vous encore à vos débuts (en matière d’adultère) ?   14 Comme dira Tartuffe : « Le scandale du monde est ce qui fait l’offense,/ Et ce n’est pas pécher que pécher en silence. »   15 Noble.   16 Si grande dame.   17 Je n’ai voulu fauter.   18 L’arbalète à croc se bande grâce à un crochet. Mais on peut comprendre « aux crocs », avec mes dents. « Bander l’arbalète » avait un sens libre (P. Guiraud, Dictionnaire érotique) : « Faict bander l’arbalestre de nature. » Bruscambille.   19 Double sens : « Une prébende de moine, qui est une saucisse entre deux œufs. » Joyeusetéz.   20 Un homme important. Mais l’affaire désignait aussi le pénis (Guiraud) : « Je suis petit et foible, quoy que j’eusse une affaire très-importante. » D’Assoucy.   21 Tourmente.   22 Conclure une transaction amoureuse. « Telle a mys cent foys le martel/ En vente. » Sermon joyeulx de la Fille esgarée (LV 44). En outre, le marteau a un sens phallique (vers 149) : « Il n’est pas trop beau ;/ Mais en récompence,/ Il a bon marteau. » Chansons follastres des comédiens.   23 BM place ces mots à la suite du vers précédent.   24 C’est la morale des Sotz triumphans.   25 On songe –mais sans conviction– au rondel de maître Antitus : La Court est une estrange beste.  26 Qu’ils en aient un mauvais contentement !   27 BM : Cieulx  (Cheulx = chez : « Cheulx mes amys. » Troys Gallans et Phlipot, vers 442 et 437.)   28 C’est la règle.   29 À tous les diables. « J’avois pour cet ingrat écarté tous les autres, / Les envoyant trétous, comme l’on dit, aux piautres. » Le Vice puni.   30 Ce monorime trop long est un « cri » de marchand ambulant. Déjà dans le fabliau primitif, les femmes « oïrent un maingnien/ Qui son mestier aloit criant ».   31 Bien que titulaire de nombreux miracles, saint Aignan (évêque d’Orléans au V° siècle) n’a pas pu guérir cet octosyllabe boiteux.   32 Cette place. Le vers devait rimer en « fenestre » : les deux femmes sont censées être dans une maison qui donne sur la rue ; et contrairement à « fenestre », le substantif « estre » est du genre masculin.   33 Elle sort du logis de la Première. Le mur donnant sur la rue était généralement symbolisé par un rideau.   34 Il la suit dans la maison. 35 L’objet. Idem pour « ouvrage » à 100 et 237.   36 Difficile à polir. Éclaircir est synonyme de écurer (titre) et de adoucir (vers 117). Au propre et au figuré, on peut traduire par « dérouiller » (cf. vers 262), ou « faire reluire ».   37 Pour qu’elle ne s’émousse pas.   38 Acérée.   39 À côté, dans l’anus. « Pensant boucher son devant,/ Il luy boucha le derrière./ –Fy, fy ! ostez-moy ce fou :/ Sa pièce est auprès du trou…./ Un certain chauderonnier,/ Pour ne sçavoir la manière/ Ny les traicts du “bas mestier”,/ Il mit sa pièce à costière./ –Fy, fy ! ostez-moy ce fou :/ Sa pièce est auprès du trou. » Estienne Bellonne.   40 Un seul bout suffirait, mais le célèbre « baston à deux bouts » entérine cet abus.   41 Recommencez.   42 Dérouillé, note 36.   43 Il a tapé au fond.   44 Nous boirons. C’est la réponse au vers 118.   45 Si paisiblement, si mollement.   46 La réfection, la réparation.   47 De bonne facture.   48 Je ne dis pas le contraire.   49 Il ne manque.   50 Selon vos prétentions. Le maignan du fabliau réclamait 26 sous.   51 « On reproche aux Chauderonniers qu’ils sont sujets à mettre la pièce auprès du trou. » (Furetière.) Anthoine Truquet a noté ce cri en 1545 : « Chaudronnier, chaudronnier !/ Je metz la pièce auprès du trou ! »   52 Ni votre objet qui frappe, ni notre objet qui est frappé. Double sens érotique : « Forgés du marteau naturel sur l’enclume de la nature. » Bruscambille.   53 Des reproches. Idem vers 177, 243, 247.   54 Besoin.   55 La formule orthodoxe est : « J’advoue Dieu ! » [Je crois en Dieu.] Cf. Gargantua, chap. 8 et 39. La même irrévérence clôt le vers 266, avec la même rime irrégulière.   56 « Or regardez comme il en sue », dira-t-on d’un artisan dans les Troys Gallans et Phlipot. Dans notre farce, la rime est irrégulière.   57 Cas = sexe de la femme (Guiraud) : « Les tétons mignars de la belle,/ Et son petit cas qui tant vault. » Marot. Idem à 174.   58 BM : premiere  (La Seconde veut voir si le chaudron de la Première a été bien dérouillé.)   59 Boirai (note 43).   60 BM : nauez  (Si vous avez un nouveau problème.)   61 Courir = fuir. Idem vers 192.   62 Je corrige sur le modèle du vers 135.   63 BM : tenir dix solz  (Celui qui voudrait donner 10 sous seulement pour mon chaudron.)   64 BM : marne  (J’accepte d’être damné !)   65 Sous le signe de Mars, dieu de la guerre, et amant de Vénus.   66 Con battre = frapper une vulve : Gratien Du Pont, vers 153-4.   67 Elle regagne sa maison.   68 Un contrat.   69 BM : pot  (Le premier mot est la première offre d’un marchandage : « Le marchand, surpris & scandalisé, ne rabat rien du tout de son premier mot. » Journal des sçavans. C’est le contraire du dernier mot.)   70 Par le repas. La Première et le Maignan vont chez la Seconde, qui les attend devant une table garnie.   71 De main de maître.   72 BM : Demander  (En Droit ancien, amender son tard-venir = réparer son retard. « Faire amender au défaillant son tard-venir. » Guillaume Terrien. « Le Jeune, présent, amenda son tart-venir. » Registre de la vicomté d’Elbeuf.)   73 Boit.   74 « Le grand diable d’Enfer m’a retenu de venir plus souvent. » Ce janotisme de l’artisan inculte provoque un effet comique au 1° degré.   75 On nourrissait certains fours à bois par la gueule, pour les chauffer. Comment au lieu de comme est un archaïsme. L’effet du vin explique peut-être le relâchement syntaxique et les doublons de la scène finale.   76 En point, en érection.   77 Quelque chose qui cloche. « Une fille toujours a quelque fer qui loche. » Régnard.   78 Si quelqu’un avait un chapon dans son poing. Ce coq châtré ne vient pas bien à point dans une pareille conversation !   79 Honte.   80 Plaid, discours.   81 Frottée, au sens érotique. Mais un distique analogue (vers 162-3) postule pour la rime « servie ».   82 Très habile.   83 S’il y a un homme plus vaillant d’ici jusqu’à Rome. Il suppose donc que la Première a testé tous les hommes jusqu’au Vatican.   84 Pour faire reluire notre ustensile.   85 De rouille. « Elle avoit toujours ung homme qui (….) entretenoit son “ouvrouer” de paour que le rouil ne s’i prenist. » Cent Nouvelles nouvelles.   86 Le Maignan retourne dans la rue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :