Archives de Tag: Manuscrit La Vallière

LE TROCHEUR DE MARIS

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

LE  TROCHEUR  DE  MARIS

*

 

La farce rouennaise du Troqueur de maris fut composée vers 1540. Elle n’a guère inspiré les éditeurs modernes, et on se contentait jusqu’ici d’une édition de 18371. Plus courageuse que les médiévistes français, mon amie Jody Enders, de l’Université de Californie, vient d’en inclure une réjouissante adaptation dans son nouveau recueil de farces françaises : Holy Deadlock and further ribaldries. University of Pennsylvania Press, Philadelphia, 2017, pp. 318-339.

Source : Manuscrit La Vallière, nº 60.

Structure : Rimes plates, avec 2 triolets. Comme dans toutes les pièces qui circulent longtemps, le texte original a souffert, et de nombreux vers d’acteurs ont été ajoutés. Les innombrables redites prouvent que l’auteur a œuvré en très peu de temps ; il a d’ailleurs collé à la fin le congé standard, qui concluait notamment Sœur Fessue et l’Avantureulx.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce  nouvelle  du

Trocheur  de  maris

 

*

 

À quatre personnaiges, c’est asçavoir :

       LE TROCHEUR DE MARIS

       LA PREMYÈRE FEMME

       LA DEUXIESME FEMME

       LA TROISIÈME FEMME

*

 

                             LE  TROCHEUR  commence          SCÈNE  I

         Qui vouldra2 sçavoir mon métier,

         Je suys trocheur prompt et habille,

         Nouveau venu en ce quartier.

         Qui vouldra sçavoir mon métier,

5    Mon « engin » est sain et entier3.

         Ma science n’est poinct labille4.

         Qui vouldra sçavoir mon métier,

         Je suys trocheur promp[t] et habille.

         Ne parlez plus de la Dandrille5,

10   Du Flagollet de sainct Vuandrille6,

         De Génin7 qui de toult se melle,

         De l’Aysné de Caulx qui se melle

         D’aprendre à faire des enfans8,

         Ny des Clers9 subtis et sçavans :

15   Car je suys un homme parfaict,

         Autant par dict comme par faict.

         Je faictz changer, je faictz trocher

         (Et sy, ne couste poinct trop cher)

         Un mary fol et sotouart10

20   En un mary frisque11 et gaillart,

         Un mary testu et génin12

         À un mary doulx et bénin,

         Un mary sot et mal-à-dextre13

         À un mary bon à congnoistre14,

25   Un mary mal endoctriné

         À un mary bien afiné,

         Un mary yvrongne ou lourdoys

         À un bon mary toutefoys.

         Et pourtant que15 je le puys faire,

30   Femmes ont de moy bien afaire

         En ce pays, comme j’entens !

         Par quoy, icy je les atens

         Pour aléger leur(s) fantasie16.

           LA  PREMYÈRE  COMMÈRE            SCÈNE  II

         [Vous soyez la trèsbien venue !17

           LA  DEUXIESME  COMMÈRE

35   Ma commère, Dieu vous bénye !

           LA  TROISIÈME  COMMÈRE

         Je vous ay presque descongnue.

                               LA  PREMYÈRE 18

         Vous soyez la trèsbien venue !

           LA   TROISIÈME

         Quant en ce poinct je vous ay veue,

         ……………………………… -ye.

           LA   PREMYÈRE

         Vous soyez la trèsbien venue !

           LA  DEUXIESME

40   Ma commère, Dieu vous bénye,]

         Car vous venez [cy] bien apoinct.

           LA  [PREMYÈRE]

         A ! vous ne sçavez qui me poinct19,

         Ma sceur, ma mye.

                                LA   [DEUXIESME]

                                              Y peult bien estre20.

           LA  [PREMYÈRE]

         J’ey un mary le plus sousdaistre21,

45   Le plus fol, le plus obstiné

         Qui fust jamais au monde né,

         Le plus cruel, le plus despict22.

         En luy, n’a beau faict ne beau dict.

           LA  [DEUXIESME]

         Et ! j’en ay un le plus mauldict.

50   Vray est qu’il est de bon esprit23

         Et sy je mens, Dieu me confonde !

         C’est le pire de tout le Monde,

         Le plus fier qui soyt sur [la] Terre.

           LA  [TROISIÈME]

         Et [moy] j’en ay un, par sainct Pierre,

55   À qui y ne souvyent de rien.

         Y ne mect son cœur qu’à son bien.

         C’est un balourt tout burelustre24.

           LA  [PREMYÈRE]

         Par sainct Jehan ! le myen, c’est un rustre

         Qui entretient une commère.

60   Encor, s’elle estoyt fresche ou clère25,

         Et qu’il luy fist bon ordinaire,

         J’éroys un peu de pacience.

           LA  [DEUXIESME]

         Le myen est plain d’impacience,

         Je dy vray, sur ma consience !

65   Un obstiné, un mal-aultru.

         C’est [un homme]26 le plus testu :

         Y ne vault pas un tout seul lyard27.

           LA  [TROISIÈME]

         Et le myen n’est que trop gaillard,

         Eust-il le col en une hard,28

70   Et trop franq à baiser29 ou joindre.

           LA  DEUXIESME

         Vous avez tort de vous en plaindre.

           LA  TROISIÈME

         Non ay.

           LA  PREMYÈRE

                          Sy avez.

           LA  [TROISIÈME]

                                              A ! ma commère,

         C’est un homme qui trop s’ingère

         À faire [leur désir]30 aulx femmes :

75   Voulentiers faict plaisir aulx dames ;

         Tousjours est emprès ou dessus.

           LA   [DEUXIESME]

         Et vous en plaignez-vous ? Jésus !

           LA  [TROISIÈME]

         Ouy, ma commère.

           LA   [DEUXIESME]

                                               Vous avez tort.

         Le myen, c’est un grand villain tort31,

80   Le plus salle et le plus ort

         Lâche-amanché32, un viel cabas ;

         Tant, qu’i fauldroict bien un vindas33,

         Durant la nuict, à le lever.

         Tousjours ne cesse de rêver,

85   De cresteler et ragacer34.

           LA  [PREMYÈRE]

         Y vous le fault donques trocher.

           LA   [DEUXIESME]

         Sy je danse en unne feste,

         Qui est une chose honneste,

         Il en aura mal à la teste

90   Et puys me vient bastre ou tencer.

           LA  PREMYÈRE

         Y vous le fault donques trocher.

           LA  DEUXIESME

         Et ! nous qui sommes sy mygnardes,

         Nous fault-il pas estre bragardes35

         Pour nos maris bien contenter ?

           LA  [PREMYÈRE]

95   Y nous les fault donques trocher.

           LA  [TROISIÈME]

         Sy je voys36 à Bonnes-Nouvelles,

         Y me plaindra [mes] deux chandelles.

         Cela ne couste pas trop cher.37

         Y ne fera que rechiner38.

           LA  [PREMYÈRE]

100  Y nous les fault tous III trocher.

           LA  [DEUXIESME]

         [Moy,] sy je voys à Bonsecours39,

         Il envoye après moy le cours40

         Un garçon ou une chamb(e)rierre ;

         Et semble que j’aille, en dèrierre41,

105  En quelque lieu me resjouyr.

         Où ? Je n’en ay nul souvenir.

         Cela m’est bien fort à passer42.

           LA   [TROISIÈME]

         Y nous les fault tous troys trocher.

           LA  [PREMYÈRE]

         Hélas ! sy je suys à malaise43,

110  Le myen s’en rist et est bien aise,

         Et ne tient nul conte de moy.

         Je vous jure et promais ma foy :

         Y vouldroict que je fusse morte,

         Pour avoir unne huguenote44,

115  Soyt-elle layde, belle et orde.

         Ma vye me fera abréger.

           LA  TROISIÈME

         Y nous les fault tous III trocher.

           LA   [DEUXIESME]

         Et ! quant je suys auprès du myen,

         [Onc] il ne parle, il ne dict rien ;

120  « Je suys là », [dy-je,] ou je soupire,

         Et ne me veult pas un mot dire.

         Suys-je pas en grand martire ?

         Moy, je ne demand que soullas45,

         En l’acollant de mes deulx bras ;

125  Mais il ne faict que rioter46.

           LA   [PREMYÈRE]

         Y nous les fault tous troys trocher.

           LA  TROISIÈME

         Par quel moyen ?

           LA  PREMYÈRE

                                           J’ey entendu

         C’un trocheur sage et entendu47

         Est arivé en ces quartiers,

130  Qui nous trochera voulontiers

         Nos troys maris trop nonchalans

         À troys aultres gentis, gallans,

         Gorgias & esperlucas48.

           LE  TROCHEUR 49         SCÈNE  III

         Je croy que j’ay bien vostre cas,

135  Car j’en ay [là] de toutes sortes.

         Dictes-moy50, que je vous en sortes,

         Sy vous plaist, à vostre apétit.

           LA  [TROISIÈME]

         Je vousisse51 un mary petit,

         Qui fût gentil, honneste et sage,

140  Qui gardît bien son mariage,

         Qui n’ayt Thomyne ne Lucette52

         À maintenyr, et qu’il m’achette

         [Choses bonnes, comme]53 liqueur

         Pour mectre auprès de mon cœur,

145  Soyt de relevée54 ou de matin ;

         Et aussy avoir de bon vin,

         Pain [blanc], cher55, vergus et vin-aigre.

           LA   [DEUXIESME]

         Et j’en veulx un qui soyt alaigre,

         Libéral, pront, franc du collier,

150  Et qui ne se face poinct prier

         Quant ce viendra à la « besongne » ;

         Et que sans dire mot, y m’enpongne

         Entre deulx dras56 sans faire noyse.

           LA   PREMYÈRE

         Et moy qui suys bonne galloyse,

155  Refaicte comme une bourgoyse,

         Je ne [vous] demande aultre chose

         Synon un mary (dire n’ose)

         Qui soyt de volonté françoyse57.

           LE  TROCHEUR

         Or bien, ma dame, sans faire noyse,

160  Je vous entens : pour abréger,

         Vous demandez un « cul léger »58,

         Un verd gallant bien ataché59

         Et qui ne soyt lâche amanché,

         Quant la derrée60 sy le vault.

           LA  DEUXIESME

165  Avez-vous [bien] ce qu’il me fault ?61

           LE  TROCHEUR

         Ouy ma dame.

           LA  TROISIÈME

                    Çà, çà, montrez !

           LE  TROCHEUR

                                                    V’en là62 un frisque.

           LA  PREMYÈRE

         C’est un pestilleur de morisque63,

         Un jolyet, un beau pigné64 !

         Et qui deable l’a égr[a]tiné ?

170  Il a le nes mengé de mites65.

           LE  TROCHEUR

         Sa66 vostre grâce, mes deulx hermytes

         Le trouvèrent en un tesnyer67,

         Au coupeau d’un petit grenyer68,

         Qui l’abillèrent en ce poinct69.

           LA  DEUXIESME

175  Par ma foy, y ne me duict poinct.

         Ostez, ce n’est c’un loquebault70 !

           LE  TROCHEUR

         Escoute[z], Dame, y n’est poinct ribault ;

         Et [s’il ajustoit]71 son pourpoinct…

           LA  TROISIÈME

         [Par] ma foy, y ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

180  Vésensy72 un sobre de bouche,

         Et n’est ne fier ne farouche,

         Qui baillera souldain la « touche

         D’Alemant73 » au gentil maujoinct74.

           LA   PREMYÈRE

         Par ma foy, il ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

185  Vensy75 un honneste et gaillard.

         Y n’est ne putier ne paillard.

         Et sy, est juste à son pourpoinct76.

           LA  DEUXIESME

         [Par] ma foy, il ne me duict poinct,

         Et il a le cul tout rompu.

           LE  TROCHEUR

190  Vésensy un tout jolletru77,

         Et qui est ferme contre l’escu78 :

         Et sy, il ne faillyra poinct.

           LA  TROISIÈME

         [Par] ma foy, il ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

         Tenez cy79 un homme de guerre,

195  Lequel [on] ne tient poinct [en] serre80 :

         Le cul luy pique81 et sy luy poinct !

           LA   DEUXIESME

         Par ma foy, [il ne me duict]82 poinct.

           LE  TROCHEUR

         En voulez-vous un vertueulx ?

         Il en fera autant que deulx.

200  Et sy, fera à vostre apoinct83.

           LA  TROISIÈME

         Par ma foy, [il ne me duict] poinct.

           LE  TROCHEUR

         Voulez-vous un musicien,

         Tant soyt-il viel ou antien ?

         Ou quelque donneur d[e g]ambades84 ?

205  Ou quelque forgeur de salades85 ?

         Un serurier, ou bonnetier ?

         Un drapier, ou un estaymier86 ?

         Un boulenger, un chaussetier ?

         Un masson, ou un cherpentier ?

210  Prenez-en un à vostre apoinct.

           LA  PREMYÈRE

         De tout cela je ne veulx poinct,

         Car je n’en veulx poinct de mestier87.

           LE  TROCHEUR

         Je ne vous séroys rien trocher88 ;

         Je n’ay donc rien qui vous soyt propre89.

215  Quelque mary(s) que je vous offre,

         Rien ne vous duict. Pour abréger,

         Alez en90 aultre lieu changer :

         On ne peult trocher mariage.

           LA  PREMYÈRE

         Il est certain, nous sommes d’âge

220  Que nous ne debvons poinct changer ;

         Il est certain, pour abréger.

           LA  DEUXIESME

         On ne doibt croire un estranger.

         Y n’amende poinct91 de changer.

           LA  TROISIÈME

         Chascun se deust de nous railler.

225  Y n’amende poinct de changer.

         En prenant congé de ce lieu,

         Une chanson pour dire « à Dieu » !

 

                  FINIS

*

 

1 Recueil de farces, moralités et sermons joyeux, publiés d’après le manuscrit de la Bibliothèque royale par Antoine Le Roux de Lincy et Francisque Michel. Ces deux érudits n’avaient pas lu Rabelais, puisqu’au vers 183, arguant que le copiste du ms. emploie la même graphie pour le « n » et pour le « u », ils transcrivent « manjoinct » au lieu de « maujoinct ». (Pour la même raison, dans leur recueil, ils ont rebaptisé « sœur Fesne » la sœur Fesue chère à Rabelais.)   2 Si on veut.   3 Non châtré, comme un cheval entier. Pour le double sens d’engin, cf. Raoullet Ployart, vers 92.   4 Labile, fragile.   5 La couille. « Et l’empoigna par ses dandrilles, car les Cordeliers sont cours-vestuz. » (Des Périers.) Nous avons là une énumération d’œuvres dramatiques normandes. Les deux premières sont perdues. Le troqueur sous-entend que la farce dont il est le héros vaut mieux que toutes les autres.   6 Fondateur de l’abbaye de Fontenelle (aujourd’hui Saint-Wandrille), près de Rouen. Flageolet [flûte] = pénis : « Un conseiller plein de cautelle [ruse],/ Fourny d’engin comme un mulet,/ Pour séduire une damoiselle/ Monstroit de loin son flageolet. » Cabinet satyrique.   7 Diminutif de Jean. « C’est Gennin qui de tout se melle. » (La Mère de ville, LV 28) « Je ne suis pas tel bourdeur, non,/ Que Jennin qui de tout se mesle. » (Montaiglon, XI.) Cette farce nous est parvenue sous le titre Jehan qui de tout se mesle (Revue du XVIe siècle, XI, 1924, pp. 131-140).   8 La farce des Batars de Caulx (LV 48) se trouve dans le même manuscrit que la nôtre, et elle est peut-être du même auteur. « L’aîné, qui est Henry » donne un cours d’éducation sexuelle à sa jeune sœur : « Tu bouteras tous les coups/ Deulx culz avec quatre genoulx,/ Après que seras maryée. »   9 Peut-être les trois « petits clercs » de la sottie des Esbahis (F 3).   10 Sot. Cf. le Povre Jouhan, vers 6. Naturellement, Le Roux de Lincy et F. Michel ont transcrit « sotonart ».   11 Fringant. Idem vers 166.   12 Stupide.   13 LV : male a dextre  (Maladroit.)   14 À connaître charnellement.   15 Parce que.   16 Leur mélancolie.   17 Ce triolet <vers 34-40>, qui annonce comme d’habitude un changement de scène, est en désordre dans le manuscrit. Je l’ai remis d’aplomb.   18 LV abrège les noms dans les rubriques : la p c, la ii c, et la iii c. Je ne le suivrai pas, d’autant que la distribution parle de femmes et non de commères. En outre, LV se livre une fois de plus <cf. le Monde qu’on faict paistre, note 11> à un numérotage mécanique des personnages (1ère, 2ème, 3ème) qui ne tient jamais compte des caractères et de l’action. LA PREMIÈRE COMMÈRE se plaint d’avoir épousé un rustre qui entretient une maîtresse ; LA DEUXIÈME COMMÈRE a épousé un tyran domestique, impuissant ; LA TROISIÈME COMMÈRE a épousé un avare doublé d’un obsédé sexuel. Jody Enders a donné des noms aux trois femmes, ce qui facilite la lecture.   19 Ce qui me chagrine.   20 Peut-être que si.   21 Soudard, mufle. « Alez, sousdextre !/ Comment ? Esse à vous à congnoistre/ Que c’est que du féminin genre ? » Farce des Troys Brus (LV 37).   22 Malfaisant. « Conduicte par gens cruelz, despitz. » Godefroy.   23 De bon vouloir (ironique).   24 LV : butelutre  (Burelustre = fou. « Sotz bons rustres,/ Sotz lourdaux et sots burelustres. » Monologue des Nouveaulx Sotz.)   25 « Une commère,/ Laquelle sera fresche et clère. » Les Batars de Caulx (v. note 8).   26 LV : lhomme  (Même construction qu’au vers 44.)   27 Il ne vaut pas un sou.   28 Quand bien même il aurait la corde au cou.   29 LV : baisser  (Trop prompt à me baiser et à me faire l’amour.) Le verbe baiser avait le même sens qu’aujourd’hui, bien que les commentateurs du Malade imaginaire veuillent faire croire que Thomas Diafoirus, quand il dit « Baiseray-je ? », songe seulement à embrasser la main de sa promise. « Baiser en toutes postures. » (Maynard, Priapées.) « Cinq ou six fois je l’ay baisée. (Chansons folastres.) « Vous avez baisé la vieille ? » (Donneau de Visé.)  Le verbe joindre avait un sens identique : « Tenir sa dame/ Et sy bien joindre, par mon âme,/ Qu’on luy face tourner les yeulx. (Parnasse satyrique.)   30 LV : plaisir  (Trop court, et plus justifié au vers suivant.)  Faire leur désir = leur passer tous leurs désirs.   31 Tordu, débandé. « [Elles] ayment mieux le droit que le tort. » (La Fluste à Robin.) Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 363.   32 Mou du manche, impuissant. (Idem vers 163.) C’est un personnage de Pates-ouaintes, note 15.   33 Un guindas, un treuil pour « bander » une arbalète.   34 De délirer, de crier comme une poule, et de rouspéter.   35 Élégantes.   36 Si je vais brûler des cierges. L’église Bonne-Nouvelle, à Rouen, sera quasiment détruite en 1562 par les protestants. Le prieuré dont elle faisait partie hébergeait l’illustre Abbaye des Conards de Rouen, une confrérie joyeuse qui exploitait un vaste répertoire de farces et de sotties ; le ms. La Vallière en contient plusieurs.   37 Réfection du vers 18.   38 Rechigner, montrer les dents.   39 LV : bansecours  (L’ancienne église de Bonsecours, à Rouen.)   40 Il envoie courir après moi.   41 Derrière son dos.   42 Difficile à supporter.   43 Si je suis malade. Jody Enders traduit : When it’s my time of the month. [Quand j’ai mes règles.]   44 La rime originale était en -orte. Le vocable « huguenot », qui n’était pas usité à l’époque où la pièce fut écrite, est typique des rajeunissements auxquels se livraient les copistes et les imprimeurs au gré de l’actualité : le ms. La Vallière fut copié vers 1575 en Normandie, où sévissaient alors les guerres de Religion (voir la note 36).   45 Du plaisir.   46 Quereller.   47 Compréhensif.   48 Élégants et coquets.   49 Les femmes s’étant rapprochées, il a entendu la fin de leur conversation. Au-dessus du v. 134, LV ajoute : ma dame   50 Dites-moi comment vous le voulez.   51 LV : vousise  (Je voudrais.)  Au-dessus de ce vers, LV ajoute : mon amy trocheur   52 Qui n’ait pas de maîtresses à entretenir.   53 LV : chosses de bonnes  (Liqueur = cordial, vin pharmaceutique destiné à soutenir le cœur.)   54 L’après-midi. Cf. Colin, filz de Thévot, vers 30.   55 Chair = viande. Verjus = jus de raisin vert utilisé comme le vinaigre. Le pain blanc était réservé aux riches.   56 Cf. le Povre Jouhan, vers 146.   57 « Likely a synonym for the sex act, as expertly practiced by the French, of course. » (Jody Enders.) De fait, l’adjectif « français » était devenu synonyme d’amoureux, d’érotique. Par exemple, la compagnie française désignait une maîtresse ou un amant : « Il luy donnoit de bon vin, et le fournissoit quelquefoys de compagnie françoyse. » (Des Périers.) Le baiser à la française qualifiait le french kiss : « Lui voulant sauter au col pour la baiser à la françoise. » (Recueil des plaisantes nouvelles, 1555.)   58 Un amant vigoureux.   59 Dont les attributs sont solidement attachés.   60 La denrée, la marchandise féminine.   61 LV ajoute dessous : trocheur   62 Vois-en là, en voilà. Le jeu de scène consiste à montrer des hommes qui font partie du public : ce gag toujours apprécié permet aux comédiens de mettre les rieurs de leur côté. Voir par exemple les Rapporteurs, vers 41 à 60.   63 Un danseur de danses mauresques, vêtu de soieries. Elle plaisante : c’est un clochard déguenillé.   64 Un mignon bien peigné.   65 Des rats lui ont rongé le nez (note 68).   66 Sauf. Avec votre permission.   67 Une tanière, un abri de fortune.   68 Au sommet d’un silo à grains. Cf. le Faulconnier de ville, vers 443. Ces « graniers » étaient envahis par les rats, qui avaient la réputation de ronger le nez des dormeurs. Je possède un Libelle contre les meusniers, contemporain de notre farce : « Ces raz/ Qu’ilz laissent courre en leurs guarniers/ Puissent-ilz, de nuict, aux meusniers/ Venir roigner nez et oreilles ! »   69 Les ermites étant eux-mêmes couverts de haillons, ils ne l’ont pas vêtu luxueusement.   70 Un loqueteux.   71 LV : sy est iuste a  (Le copiste a anticipé le vers 187.)   72 Voyez-en ici, en voici. Idem à 190.   73 Les escrimeurs germaniques avaient mis au point le meisterhau [maître coup], qui consistait à porter une touche en cours de parade et non en fin. Dans le langage érotique, touche = coup. (Frère Guillebert, vers 517.)   74 Le mal joint, le sexe de la femme. « Qu’à ce meschant, vilain et ort,/ [Elle] eust abandonné son maujoinct. » (Le Poulier à sis personnages, LV 27.) L’aîné des Batars de Caulx (v. note 8) veut que sa sœur se rase le maujoint, comme leur mère se le rasait.   75 Vois-en ici, en voici.   76 Il est tellement gros qu’il y entre juste. D’ailleurs, l’arrière de ses chausses a craqué (vers 189).   77 Jeune galant.   78 L’écu [le bouclier sur lequel on frappe] désigne le sexe de la femme : « Pource qu’elle avoit trouvée la lance de son champion si grosse, ne luy avoit osé bailler l’escu, doubtant qu’il ne la tuast. » (Cent Nouvelles nouvelles.) Les spectateurs pouvaient entendre « les culs ».   79 LV : voycy   80 Qu’on ne peut pas retenir, tant il est fougueux. « Conseillez-nous que nous ferons/ Pour les tenir tousjours en serre. » Les Femmes qui font acroire à leurs maris de vécies que ce sont lanternes, F 15.   81 Lui démange (de s’agiter). C’est donc un « cul léger » comme on en réclamait au vers 162.   82 LV : ie nen veulx  (Ce refrain resurgit aux vers 176, 180, 185, 189, 194, et avec la même faute à 201.)   83 Pour votre profit.   84 On hésite entre « donneur d’aubades » [chanteur], et « faiseur de gambades » [danseur].   85 De casques.   86 Un étameur, un orfèvre.   87 Je ne veux pas d’artisan.   88 Je ne saurais rien vous fournir.   89 Propice.   90 LV : les   91 Il n’est pas avantageux. Effectivement, les Femmes qui font refondre leurs maris (BM 6) se mordent les doigts d’avoir troqué leur vieil époux débonnaire contre un jeune qui les bat.

 

LE GENTIL HOMME ET SON PAGE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

 

 

*

LE  GENTIL   HOMME  ET   SON  PAGE

*

 

Ce dialogue normand, composé après le mois d’octobre 15251, campe un nobliau famélique et mythomane, contredit par un valet insolent qui a malgré tout de l’affection pour lui, oscillant entre Sancho Pança et Figaro. On trouvait le même couple bancal dans Légier d’argent (F 25), et des emprunts à cette farce fourmillent dans le présent dialogue.

Source : Manuscrit La Vallière, nº 10.

Structure : Rimes plates, avec 1 triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce joyeuse à deulx personnages, 

 c’est asçavoir

ung Gentil homme

et son Page

lequel devient laquès

 

*

 

                                     LE  GENTIL  HOMME  commence

            Mon page !

             LE  PAGE

                                     Qui fut et n’est plus.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pourquoy ?

             LE  PAGE

                                   Je veulx changer de maistre2.

             LE  GENTIL  HOMME

           La raison ?

             LE  PAGE

                                  Vous estes reclus3.

             LE  GENTIL  HOMME

           Mon page !

             LE  PAGE

                                   Qui fut et n’est plus.

           [………………………………. -us

           ……………………………….. -estre.

                                        LE  GENTIL  HOMME

5   Mon page !

             LE  PAGE

                                  Qui fut et n’est plus.]

             LE  GENTIL  HOMME

           Pour quoy cela ?

             LE  PAGE

                                          Je veulx changer de maistre.

             LE  GENTIL  HOMME

           Beaucoup de bons tours puys congnoistre,

           Que t’ay monstré le temps passé.

             LE  PAGE

           Vous chûtes par une fenestre,

10   À la montre4, et fustes cassé.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pource que j’estoys espassé5

           Et hardy en une bataille,

           On m’a cassé6 ; car on me baille,

           Le temps avenir, plus grand charge.

             LE  PAGE

15   Vous avez beau mentir ; que per-ge7 ?

           Car je cuyde, pour abréger,

           Que vous estes hors de danger

           De rien prendre8 à l’argent du Roy.

             LE  GENTIL  HOMME

           Tient-on pas grand conte9 de moy,

20   Quant je suys parmy les seigneurs ?

             LE  PAGE

           Ouy dea. Mes ce sont les greigneurs10

           Avec qui je vous vis jamais

           Que le Fin-Vergus11 de Beauvais,

           Monsieur du Croq, Hape-Gibet,

25   Qui ont tant usé de débet12

           Et trouvé13 chose[s] non perdus :

           Yl ont esté tous troys pendus

           Par le prévost des mareschaulx.

                                         LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, viençà !

           Nombrerès-tu bien les monceaulx

30   Des cors que j’ey mys à [la] fin14 ?

             LE  PAGE

           Ouy dea ! ouy dea ! Se j’avois un coffin15

           Des poulx qu’avez mys à [la] mort16,

           Yl en seroyt plain jusque au bort,

           Et fût-y grand comme un boysseau.

             LE  GENTIL  HOMME

35   M’a[s]-tu pas veu porter l’oyseau17,

           Et tenir train de gentillesse18 ?

             LE  PAGE

           [L’oyseau ?] Ouy dea, par hardiesse :

           Mais c’estouent poulès19 dérobés.

           LE  GENTIL  HOMME

           Touchant joueurs de cartes et de dés,

40   En vis-tu onc[ques] en ta vye

           Un mieulx prisé en seigneurye20,

           N(y) un plus beau joueur que je suys ?

           Car certainnement, je poursuys

           Tousjours le train des gentis hommes.

             LE  PAGE

45   Jamais vous n’y perdîtes grans sommes

           En un jour de vostre vivant :

           Car jamais je ne vous vis vailant

           Troys soublz que vous n’en dussiez sis21.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je ne sçay plus comme je suys ;

50   Mon varlet se moque de moy.

             LE  PAGE

           Non fais, je vous promais ma foy.

           Mais je ne me puys convertir22

           À vous ouïr sy fort mentir

           Et vous gorgier23 en ce poinct.

             LE  GENTIL  HOMME

55   Or viençà ! Ne te souvient-y poinct

           Que j’entris sans plus d’atente

           Vailamment [de]dens une tente

           Où je conquestis une enseigne24 ?

           Et sy, je prins un capitaine

60    Et deulx pièces d’artillerye.

             LE  PAGE

           [Et] où fusse ?

             LE  GENTIL  HOMME

                                        Dens une tente.

             LE  PAGE

           Où ?

             LE  GENTIL  HOMME

                        Dens une tente.

             LE  PAGE

                                                       [Où bien vite

           Avez fuy ?

             LE  GENTIL  HOMME ]

                                 Une bonne fuyte

           Vault mieulx c’une mauvaise atente25.

             [LE  PAGE]

65   Quant de cela, je n’en sçay rien.

           Mais vrayment, y me souvient bien

           Qu’à la Journée des Esperons26,

           [………………………. -ons,]

           Vous fuÿtes dens ung fossé.

           Et puys quant tout fut [d]éblocé27,

70   Vous [ac]courûtes au pillage28.

           LE  GENTIL  HOMME

           Tant tu me fais de dommage,

           De desplaisir et destourbier29 !

           Et sy tu me vouloys un petit suplier

           Et me coloquer30 en tous lieux,

75   Tu t’en trouverès beaucoup mieux :

           Je te pourvoyerès devant tous.

             LE  PAGE

           Je vous emprie, prenez pour vous

           Des biens, sy en povez avoir31 ;

           Garde n’avez de m’en bailler,

80   Ce croi-ge, sy n’en avez d’aultres.

             LE  GENTIL  HOMME

           Y fauldra que je vous épiaultres32,

           Sy de bref vous ne vous changez !

             LE  PAGE

           Y fauldra bien que vous rengez33,

           Ou que vous vous servez vous-mesmes !

             LE  GENTIL  HOMME

85   Tu sçays bien que tu es à mesmes34

           De tout mon bien d’or et d’argent.

           Tu congnoys tout entièrement,

           Maistre et seigneur de mes mugos35

           –Et tu m’entens bien en deulx mos36.

             LE  PAGE

90   Le deable emport qui [ne] vous vit

           Jamais que des gros [sans crédit]

           Qui courent parmy ces maraus37 !

           Vous n’avez jumens, ne chevaus,

           Ny habis qui ne souent en gage38 ;

95   Vostre chemyse est de louage.

           Et sy39, vous fault ung serviteur !

             LE  GENTIL  HOMME

           Tu says bien que tu es menteur :

           J’ay troys ou quatre nobles fieulx40,

           Et de la terre en plusieurs lieux.

100   Parmy les dames, qui [m’en croyt41,

           Quant auprès d’elles on me voyt,]42

           Je ne say aux-quelles entendre.

             LE  PAGE

           Il est bien vray que je vous vis prétendre,

           En un soeir43, au cler de la lune,

105   De coucher avec[que] que[l]que une

           Qui d’une main estoyt manquete44 ;

           Et vous eng[ign]a d’une pouquete45

           La galande, et revîntes tout nu46.

            LE  GENTIL  HOMME

           Voylà pour toy bien mal congneu

110   Le bon plaisir que je t’ay faict.

           Je t’ay acoustré, en effaict,

           Depuys l’espasse de dix ans.

           Voylà le train des bons enfans,

           Maintenant : ne congnoyssent rien.

             LE  PAGE

115   Sy vous ay-ge faict plus de bien

           Que vous ne m’avez déservy47.

             LE  GENTIL  HOMME

           Ne soyons poinct icy messuy48.

           As-tu poinct veu mon estan ?

             LE  PAGE

           Ouy, ouy, [et] les neiges d’anten49 !

120   (Y n’a ny estan, ne clapier50 :

           C’est ung grand fossé de bourbier

           Où sont gregnouiles et mûrons51.)

             LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

             LE  PAGE

                                   Je dis Monssieur que : « Les hérons

           Vous [y] ont faict un grand dommage52. »

             LE  GENTIL  HOMME

125   Vers quel costé ?

             LE  PAGE

                                           Vers le rivage.

           Yl ont gasté le petit fieu.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je t’en croy bien, page, par Dieu :

           Sy avoyt-y force pouesson53.

                                     LE  PAGE

           Il y en y a autant c’un ouéson

130   Porteroyt bien dedans son bec.

                                     LE  GENTIL  HOMME

           Mon grand muret […….. sec],

           Combien contient-y bien de tour ?

                                     LE  PAGE

           Autant qu’on feroit, de ce jour,

           À boyre chopine de vin.

135   (Y n’a terre, vigne, ne vin54 :

           Je dis vray, par saincte Marye !)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                    LE  PAGE

                                 [Que] vostre prarye

           Contient envyron quatre lieux55.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           A ! tu as dict vray, semydieux56 :

140   Yl y sont à la grand mesure.

           Quans herpens57 ay-ge de pasture ?

                                    LE  PAGE

           Envyron III ou IIII cens.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Qui ne te croyt, y n’a pas sens.

                                    LE  PAGE

           (Ouy, bien autant de sens, je dis,

145    Que sur la queue d’une souris.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Tous mes grains, où seront-y mis ?

                                     LE  PAGE

           y seront ?

                                     LE  GENTIL  HOMME

                                   Ouy, ouy.

                                     LE  PAGE

                                                      Cheux vos amys58 !

           Et me semble qu’i seroyt bon

           De les mectre en un mulon59,

150   Près du grenier où est le foing.

           (Par ma foy ! y n’a pain ne grain

           Qu’i séroyt60 mectre en sa gorge.

           Je dis vray, par monsieur sainct George !)

                                     [ LE  GENTIL  HOMME

           Mon avoynne61 est-elle battue ?

                                     LE   PAGE

           Par] ma foy, je ne l’ay poinct veue.

155    (El est d’une estrange couleur !

           D’avoynne ? Vouélà grand douleur.

           Je ne say qui luy eust baillée :

           Y n’en a pas une escullée62,

           De cela je suys bien certain.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

160   Et du reste de l’autre grain,

           Nous en avon à grand foyson ?

                                    LE  PAGE

           Ouy dea, assez et de raison,

           Ma foy, Monsieur, pour nostre année.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Ceste journée,

165   As-tu pas veu mes grans chevaux63 ?

                                    LE  PAGE

           Ouy, ma foy, Monssieur : y sont beaux.

           Y les faict bon vouèr à l’estable.

           (Des grans chevaulx ? Yl a le deable !

           Y n’a que de vielles jumens

170    Qui n’ont aux g[u]eulles nules dens :

           Vouélà tous les chevaux qu’il a.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Page, viençà ! Qui me bailla

           Ce cheval qui est à ma femme ?

                                   LE  PAGE

           Ce fust le roy, Monssieur. (Mon âme !

175   Comme y baille de la bigorne !

           C’est un viel cheval qui est borgne,

           Et n’est c’une vielle carongne

           De jument à qui les os percent ;

           Le cul et les jambes luy herchent64

180   De malle fine povreté.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Suy-ge monté,

           À ton advis, à l’avantage65 ?

                                 LE  PAGE

           Ouy Monssieur, [ainsy] comme [un] page

           Qui va à pié le plus66 du jour.

                                 LE  GENTIL  HOMME

185   Je ne doibtz pas avoir de pa[o]ur67,

           Quant je me trouve en quelque assault.

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                               Pren mon courtault68 :

           Je te le donne pour ton étrène ;

           Le tien te faict par trop de peine,

190  Car y me semble par trop las.

                                LE  PAGE

           Grand mercy, Monssieur ! Et ! quel soulas !

           Je me doys bien réconforter.

          (S’il en avoyt pour le porter

           Luy-mesmes, le povre cocu,

195   De XX soublz69 ou d’un povre escu,

           Pensez-vous qu’i feroyt du maistre ?)

                               LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                  Y te fault estre

           Dedens un moys en Angleterre.

                                LE  PAGE

           Et pour quoy faire ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                Tu m’iras querre

200  Douze haquenés70 à Hantonne,

           Que le roy [des] Engloys me donne ;

           Y valent bien, chascun, cent frans.

           Tu luy mairas71 mes chiens courans

           Pour coupler avec ses lév(e)riers.

                                LE  PAGE

           Ouy, par ma foy !

205   (Y n’a que des chiens à bergers,

           Tous aussy velus c’une vache ;

           Et sy, ont l’oreille aussy flache

           Et aussy mole c’une trippe.)

                                LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                  Que c’est [de] la tippe72,

210   Monssieur ? Voulez-vous qu’on luy maine ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Laquelle esse ?

                                LE  PAGE

                                       C’est Marjollaine,

           [C’est] la plus belle du tropeau.

           (Par ma foy ! on luy voyt73 la peau,

           Tant est morfondue et rongneuse.)

                                LE  GENTIL  HOMME

215   Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                 Elle est plaisante y amoureuse74,

           Ceste chienne, la plus du monde.

                                LE  GENTIL  HOMME

           Et ! c’est cela où je me fonde.

                                LE  PAGE

           Voulez-vous qu’el y soyt menée ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Ouy dea !

                                LE  PAGE

                              [Sy elle n’est]75 traînée,

220   Ceste chienne va sy à loysir

           Qu’à peine poura’le suyvir76

           Un cheval sy tost que le pas

           –Entendez-vous ? je ne mens pas–,

           Tant [elle] est vilaine, orde et salle.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

225   Page !

                                 LE  PAGE

                           Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                   Dedens ma salle77,

           Y faict-y pas maintenant beau ?

                                 LE  PAGE

           Ouy de[a], Monssieur, tout de nouveau78

           [Vous] l’avez faict paindre, pour seur.

           (Mais quelle salle ! c’est hideur :

230   Il n’en a poinct, que sa chemise79 ;

           C’est celle-là dont y devise

           Et de quoy il entent80 parler.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                 LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                 Va-moy seller

           Mon courtault, qui est à l’estable !

                                 LE  PAGE

235   Vostre courtault81 ? (De par le deable !

           Je n’en sache poinct qui vous hète82,

           Que celuy de vostre brayète,

           Qui vous donne bien du tourment…)

                                  LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                  LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                  LE  GENTIL  HOMME

            Aproche-toy légèrement !

240   Et ! tout le temps que me83 servy[s],

           –Je me croy bien à ton avis84,

           [Dis-moy le vray, par ton serment]–,

           T’ai-ge pas payé ton paiment

           Vaillamment, par chascun cartier85 ?

                                 LE  PAGE

           Y n’a poinct falu de papier

245    Pour en escripre la quictance !

           (J’en tiens86 encores sans doubtance

           Tout ce qu[e j’]en receus jamais.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Gens qui ont serviteurs parfaictz

           Les doibvent bien entretenir.

                                 LE  PAGE

250    Mais leur laisser tout leur[s] aquestz

           Vailamment, sans rien retenir.

           Je vous suplye, alons-nous-ent87

           Bien tost ; parton légèrement,

           Et laissez ceste vanterye

255   Dont estes plain : c’est moquerye

           [Que] de vous et de vostre affaire.

           Adieu, ne vous veuile desplaire88 !

 

                                                     FINIS

*

 

1 André Tissier : Recueil de farces, tome 10, pp. 187-189. Droz, 1996.   2 D’après le titre, il veut devenir laquais [valet d’armée]. Un page ne restait jamais dix ans <vers 112> dans cette fonction peu lucrative, et surtout, réservée aux enfants : car un page devait être le modèle réduit de son maître, comme en témoigne l’eau-forte de Jacques Callot intitulée un Gentilhomme et son Page (1617).   3 Cloîtré : la misère lui interdit toute vie sociale.   4 En regardant défiler la troupe. Il faisait donc partie des badauds, et non des soldats qui paradaient.   5 Loin de mes camarades (qui étaient restés en arrière).   6 Cassé aux gages, révoqué sans solde. Il fait semblant de mal comprendre le « cassé » du vers 9, qui se rapportait à ses fractures.   7 Vous mentez pour rien ; qu’ai-je à perdre ?   8 LV : perdre  (Vous ne risquez pas d’être payé par l’État, contrairement aux militaires.)   9 Jeu de mots involontaire sur « tenir compte » et « tenir des contes » [se livrer à des racontars].   10 Les plus importants.   11 Fin-verjus est un savetier alcoolique et roublard (F 33, T 11). Le croc est le crochet des tireurs de bourses, et un outil pour crocheter les serrures : « Successeurs de Villon en l’art de la pinse et du croq. » (Marot.) Happe-gibet est synonyme de brigand, meurtrier et voleur (les Épithètes de M. de la Porte). Bref, le Gentilhomme ne fréquente que du gibier de potence.   12 Des reconnaissances de dettes. (Lat. debet = il doit.)   13 Euphémisme pour « volé ».   14 Parviendrais-tu à compter les ennemis que j’ai tués ? « Je ne cognois deux ne trois tant soyent puissans hommes que (il) ne les eust bien mys à la fin. » A. de La Sale.   15 Un couffin, une corbeille.   16 Forme attestée : « Furent jugés & mys à la mort. » Brut. Cf. Troys Gallans et Phlipot, vers 422.   17 Le faucon, que les nobles portaient sur leur poing quand ils chassaient. Cf. le Faulconnier de ville.   18 Le train de vie de la Noblesse (vers 43-44).   19 C’étaient des poulets.   20 Parmi les seigneurs, qui jouaient gros jeu.   21 Vous n’avez jamais eu trois sous vaillants sans en devoir six.   22 Résoudre.   23 Vous rengorger, vous vanter.   24 Un étendard dans une tente de l’ennemi.   25 « Le proverbe qui dict qu’une bonne fuitte vaut mieux qu’une mauvaise attente. » (Straparole.) Pour garder ce proverbe intact, notre auteur a dû introduire un quatrain abba.   26 LV : alemans   Le 20 mai 1525, la « guerre des Boures » (ou des Rustauds) donna lieu à la bataille de Scherwiller : les soldats lorrains (renforcés par quelques gentilshommes français) battirent l’armée des paysans luthériens allemands. Mais aucune « Journée des Allemands » n’est connue sous ce nom. La seule « journée » qui avait marqué les esprits, c’est la Journée des Éperons (bataille de Guinegatte, 16 août 1513), lors de laquelle les soldats français avaient pris la fuite, à l’instar de notre Gentilhomme : cf. l’Avantureulx, vers 408 et note 42. Remarquons d’ailleurs que ce vers 67 n’a pas de pendant : on ignore s’il rimait en -ans ou en -ons. Il est probable qu’un des premiers copistes a modifié ce vers en songeant au traité de Moore (30 août 1525), sur lequel la France comptait encore en octobre pour établir une paix durable avec la perfide Albion ; plutôt que de rappeler aux Normands, déjà furieux contre ce traité, qu’Henri VIII d’Angleterre était en plus le vainqueur de Guinegatte, il valait mieux détourner l’attention populaire sur des vaincus allemands.   27 Quand le blocus fut levé. « Les habitans commencèrent à débloquer et sortir. » Godefroy.   28 Comme un vulgaire troupier : « Plusieurs soldats accoururent de tous costéz, (…) chacun accourant au pillage. » (Le Mercure françois.)  Les combattants français de Guinegatte guerroyèrent surtout contre des poules : « Actes de batailles/ Font contre poulailles/ Noz gens. » (G. Cretin, Lascheté des gensd’armes de France à la Journée des Esperons.)   29 De contrariété.   30 Me mettre en bonne place. Il demande à son page de le valoriser devant les gens, comme le gentilhomme de Légier d’argent (v. notice) : « Jaquet, tu me fais plaisir/ Des biens que vas disant de moy. »   31 Rime normande avèr / baillèr.   32 Fracasse. « Courbatu, espaultré et froissé. » Rabelais, Quart Livre, 14.   33 Que vous vous corrigiez.   34 Gérant. « Je vous mettray à mesme mes biens, où vous pourrez puiser et prendre tant de richesse comme il vous plaira. » Amyot.   35 LV : tresors  (En Normandie, mugot = trésor <cf. Godefroy>. « Nous trouvasmes force trésors inutiles ; nous descouvrismes (…) le beau et ample mugot de Molan. » Satyre Ménippée.)   36 À demi-mot : je n’en dis pas plus pour ne pas révéler où ils sont cachés.   37 Des pièces dévaluées qui ont cours chez les vauriens que vous fréquentez. « De toutes receptes,/ Je ne sache c’un gros qui court. » Le Poulier à sis personnages (LV 27).   38 Qui ne soient hypothéqués.   39 Pourtant.   40 Fiefs. Idem à 126.   41 Si vous m’en croyez. Cf. le vers 143.   42 LV : plus est / ne me croyent pas la on y me vouent   43 Un soir.   44 Manchote.   45 Elle vous escroqua d’une bourse.   46 Sans argent. Galande = galante : cf. la Réformeresse, vers 89.   47 Payé de retour. « Jamais je ne pourroye/ Vous desservir les biens que me donnez. » Charles d’Orléans.   48 Maishui, indéfiniment. « Despeschez donques !/ Je ne veuil estre icy messuy. » (L’Oficial, LV 22.) Entre la rubrique et le vers 117, LV a intercalé des pattes de mouches sans rime ni rythme : Vienca nen parle iamais   49 De l’an passé. Clin d’œil à Villon : « Mais où sont les neiges d’antan ? »   50 Ni étang, ni monceau de pierres. Les vers 118-161 sont à rapprocher de ceux où Messieurs de Mallepaye et de Bâillevant font l’état des lieux de leurs domaines en ruines (vers 247-249). Beaucoup d’autres thèmes sont communs à ces deux dialogues.   51 Des grenouilles et des mûriers-ronces.   52 En exterminant les grenouilles dont vous vous nourrissez.   53 Beaucoup de poisson.   54 Rime dupliquée, qu’on pourrait remplacer par « grain » ou « foin ».   55 4 lieues normandes = 17,7 km.   56 Atténuation de « si m’ait Dieu » [si Dieu m’aide].   57 Combien d’arpents.   58 Chez les affamés avec qui vous frayez. La formule annonce le « cheulx mes amys » des Troys Gallans et Phlipot, v. 442.   59 D’en faire une meule : « Deux petiz mullons de blé. » (Godefroy.) Mais le page parle-t-il des grains, ou des amis de son maître ?   60 Qu’il saurait, qu’il pourrait.   61 À la place du fragment que j’ajoute entre crochets, le copiste a écrit puis biffé : davoynne   62 De quoi emplir une écuelle.   63 Ceux qu’on utilisait à l’armée. De là vient l’expression : « Monter sur ses grands chevaux. »   64 Se traînent.   65 Ai-je une bonne monture ? M. de Mallepaye (vers 176) s’en inquiétait déjà.   66 La plus grande partie. Cf. Légier d’argent (v. notice) : « Et par deffault d’une jument,/ Il va à pié le plus souvent. »   67 De peur, puisque j’ai un bon destrier.   68 Cheval de selle. Idem vers 234.   69 Pour 20 sous : lorsqu’il a un peu d’argent.   70 Montures réservées aux femmes : « Ils sont suivis des litières & des hacquenés de Sa Sainteté. » (Du Mont.) Hantonne = Southampton : « [Ils] singlèrent devers Angleterre ; puis arrivèrent et prirent terre à Hantonne. » (Froissart.)   71 Mèneras. Henri VIII n’aurait jamais abâtardi ses lévriers greyhounds ! On rapproche les vers 199-204 du Journal d’un bourgeois de Paris : « Au dict an 1525, environ le huictiesme octobre, passèrent parmy la ville de Paris vingt ou vingt-cinq hacquenées d’Angleterre que le roy d’Angleterre envoyoit à monsieur le Daulphin estant à Bloys ; et envoia aussi un grand nombre de chiens de chasse, comme cent ou plus, où y avoit grandz dogues d’Angleterre. » Si la référence aux chevaux paraît convaincante, la référence aux chiens l’est beaucoup moins, puisque c’est les chiens français que le page doit conduire en Angleterre, et non l’inverse.   72 « Que doit-on faire de la tippe ? » Mot inconnu ; c’est peut-être un de ces normandismes dont la pièce regorge.   73 LV : vord   74 Digne d’être aimée. « La plus belle dame du roiaulme d’Engleterre, et la plus amoureuse. » Froissart.   75 LV : quelle   76 Pourra-t-elle suivre.   77 La salle principale du château.   78 Tout récemment.   79 Jeu de mots : il n’a de « sale » que sa chemise.   80 Il veut.   81 Le Gentilhomme oublie qu’il vient de le donner au page (vers 187-188). Ce dernier se venge en dénigrant son autre courtaud, c’est-à-dire son pénis : cf. la Complainte d’ung Gentilhomme à sa dame, note 94.   82 Qui puisse vous faire plaisir.   83 LV : mas   84 LV : serment  (Je me fie à ton avis.)   85 Chaque trimestre.   86 Je retiens de mémoire.   87 Rime attestée : Maistre Mymin qui va à la guerre, vers 193.   88 Ce congé s’adresse-t-il au public, comme il se doit, ou au Gentilhomme ?

 

SŒUR FESSUE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

 

*

 

SŒUR  FESSUE

 

*

 

Dans la première moitié du XVIe siècle, un auteur de farces eut l’idée de combiner deux histoires connues : celle d’une nonne trop discrète, et celle d’une abbesse trop pressée.

Source : Manuscrit La Vallière1, folios 204 verso à 211 verso.

Structure : Rimes plates, truffées d’adjonctions apocryphes que j’ai barrées.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce  nouvelle

 

*

 

À cinq personnages, c’est assavoir :

    L’ABEESSE

    SEUR DE BON-CŒUR

    SEUR ESPLOURÉE

    SEUR SAFRÈTE 2

    SEUR FESSUE

 

*

 

                             SEUR ESPLOURÉEE  commence                      SCÈNE  I

        Seur de Bon-cœur, je suys perdue,

        Et me treuve tant esperdue

        Que plus n’en puys !

          [SEUR DE BON-CŒUR] 3

                                              Qu’esse, ma seur ?

        Quel nouvèle av’ous entendue ?

5   Quoy ! vous estes-vous estendue

        Sur l’erbe, atendant la doulceur4 ?

                           SEUR ESPLOURÉE

        Nénin.

                           SEUR DE BON-CŒUR

                     Rendez mon esprit seur5.

         SEUR ESPLOURÉE

         Je ne le diray poinct.

                             SEUR DE BON-CŒUR

                                          Hélas !

         Donner je vous pouroys soulas,

10   Et vous garder de desplaisir.

         Dictes-le-moy tout [à] loysir :

         À ses amys, rien ne se celle.

          SEUR ESPLOURÉE

         A ! ma mye…

          SEUR DE BON-CŒUR

                                   Prenez une selle6.

         Vous estes bien fort couroucée.

15   Déclarez-moy vostre pencée :

         Qu’avez-vous ?

           SEUR ESPLOURÉE

                                        Rien.

          SEUR DE BON-CŒUR

                                                     À brief parler,

         Dictes-moy et [ne] mentez poinct.

         Vous estes-vous laissée aler7,

        Que8 vous tourmentez en ce poinct ?

20  Dictes !

          SEUR ESPLOURÉE

                    Je ne le diray poinct.

         Agardez, l’honneur en despent.

          SEUR DE BON-CŒUR

         C’est mal chanté son contrepoinct ;

         L’honneur sy près du cul ne pent.

          SEUR ESPLOURÉE

         Sy vous avez hapé le roide9,

25   Agardez, il n’y a remède :

          Nostre abesse en faict bien autant !

          SEUR DE BON-CŒUR

         Par ma foy ! mon cœur se repent

         Qu’i fault que j’en oye parler tant.

          SEUR ESPLOURÉE

         Je vous veuil dire tout contant

30   Que c’est que céans il y a :

         Vous congnoyssez bien seur Fessue ?

         Frère Roydimet l’a déseue10

         Et gastée11.

          SEUR DE BON-CŒUR

                          Avé Maria !

          SEUR ESPLOURÉE

         Elle est deigà grosse et ensaincte.

35   Sceur, ouez12, dea ! ce n’est pas faincte :

         Nous sommes toutes à quia13

         Par son faict.

          SEUR DE BON-CŒUR

                               Avé Maria !

         Et ! Jésus ! Et ! je l’ay tant faict,

         Et à mon plaisir satisfaict

40   Sans estre grosse !

          SEUR ESPLOURÉE

                                           Hélas, mon Dieu !

         Aussy l’ai-ge faict en mainct lieu,

         Comme elle.

          SEUR DE BON-CŒUR

                                 Avé Maria !

         Que j’en ay au cœur de détresse

         Et de douleur !

          SEUR SAFRÈTE                    SCÈNE  II

                                  Et ! qu’esse ? qu’esse ?

45   Que j’entende vostre débat !

         Comptez-moy, par forme d’esbat,

         Ce que maintenant vous disiez.

          SEUR ESPLOURÉE

         Ce n’est rien, non.

          SEUR SAFRÈTE

                                                Vous devisiez

         D’amour, en ce lieu, en commun ?

50   Mais c’est tout un, ouy, c’est tout un :

          Je n’en fais pas moins, en tout temps,

         Que les bonnes seurs de céans.

         Dictes hardiment !

          SEUR DE BON-CŒUR

                                               On le sçayt bien

         Que toutes on n’espargnons rien

55  Du nostre ; mais tel pissendalle14

         Sera cause d’un grand scandalle

         Dont nous serons désonoré[e]s15.

          SEUR SAFRÈTE

         Vous me semblez fort esplouré[e]s :

         Quelle chose av’ous aperceue ?

60   Qui a failly ?

          SEUR ESPLOURÉE et SEUR DE BON-CŒUR ensemble disent :

                                  C’est sceur Fessue

         Qui a faict…

          SEUR SAFRÈTE

                            Quoy ?

          SEUR DE BON-CŒUR

                                           Nous n’osons dire.

          SEUR SAFRÈTE

         Dictes, sy ce n’est que pour rire.

          SEUR ESPLOURÉE

         Rire ? Hélas ! Mais j’en pleure et plains,

         Et de larmes sont mes yeulx plains,

65   Pour la douleur que j’ey conceue.

          SEUR SAFRÈTE

         Qui cause cela ?

          SEUR DE BON-CŒUR et SEUR ESPLOURÉE ensemble disent :

                                    Seur Fessue.

          SEUR ESPLOURÉE

         Dormir je n’en peulx nuict ne jour ;

         Je n’ay ne repos, ne séjour,

         Ains de douleur je tremble et sue.

          SEUR SAFRÈTE

70   Qui vous faict ce mal ?

          SEUR DE BON-CŒUR et SEUR ESPLOURÉE ensemble disent :

                                                   Sceur Fessue,

         Qui a faict…

          SEUR SAFRÈTE

                              Ouy, mectre à genoulx16

         Quelque un ?

          SEUR ESPLOURÉE

                               Elle a faict comme nous ;

         Mais le pire, c’est qu’el est grosse.

          SEUR SAFRÈTE

         Grosse ? Jésuchrist ! quel endosse17 !

75   Esbahy[e] suys qu’on le permect.

         Mais déclarez-nous, je vous prye,

         Sans que son honneur on descrye,

         Qui l’a faict ?

          SEUR ESPLOURÉE

                                  Frère Rèdymet.

          SEUR SAFRÈTE

         Hélas ! el est déshonorée.

80   Et ! Vierge Marie honorée !

         Où la pourons-nous [bien] cacher,

         Le jour qu’el poura acoucher ?

          SEUR DE BON-CŒUR

         Je ne sçay.

          SEUR ESPLOURÉE

                            J’ey bien descouvert

         Aultre foys, qu’el estoyt joyeuse,

85   Et qu’el avoyt l’engin18 trop ouvert

         Pour estre faicte religieuse.

          SEUR SAFRÈTE

         Elle est plaisante et amoureuse.

         Long temps il y a qu’el aymoyt.

          SEUR ESPLOURÉE

         Qui, ma sœur ?

          SEUR SAFRÈTE

                                     Frère Rèdymet,

90   Rouge comme un beau chérubin19.

         Un jour, avec frère Lubin20,

         In caméra charitatis21,

         Tout doulcement je m’esbatis ;

         Mais il [n’est sy]22 fort compaignable.

          SEUR DE BON-CŒUR

95   Il est tant doulx et amyable,

         Sœur Safrète, quant y s’y mect !

          SEUR ESPLOURÉE

         Ouy, le bon frère Rèdymet,

         Quant il a la « teste » dressée

         Et que de luy suys embrassée,

100  Ma leçon23 bien tost se comprent.

          SEUR DE BON-CŒUR

         A ! jamais il ne me reprent24.

         Nous vivons no[u]z deulx comme amys :

         Aussy mon cœur luy ay promys.

         Bon Amour25 ainsy le permect.

          SEUR ESPLOURÉE

105  Quant au bon frère Rèdymet,

         Je le congnoy digne d’aymer.

         Mais afin de n’estre à blasmer,

         Pour faindre estre de saincte vye,

         Je veuil déclarer par envye26

110  À nostre abesse (ce n’est faincte)

         Comme sœur Fessue est ensaincte.

          SEUR DE BON-CŒUR

         C’est bien faict.

          SEUR SAFRÈTE

                                     C’est bien faict, ma sœur.

         Nostre bon père confesseur

         En orra27 le miséréré.

          SEUR DE BON-CŒUR

115  Je vouldroys qu’i28 fust enserré

         En ma chambre, pour sa prison.

          SEUR SAFRÈTE

         Sainct Pierre ! vous avez rayson :

         D’amour, aparence il y a

         En vos dictz.

          SEUR ESPLOURÉE, allant à l’abeesse pour parler à elle :    SCÈNE  III

                                      Avé Maria !

          L’ABEESSE

120  Gratia pléna29 ! Qu’avez-vous,

         Qui vous amène devers nous30 ?

          SEUR ESPLOURÉE

         Sans cause je [ne] vous viens voyr31.

          L’ABEESSE

         Certes, j’estoys en ce parloyr,

         En saincte… contemplation

125  Des mos d’édiffication32,

         Atendant l’heure du… menger33.

          SEUR ESPLOURÉE

         Sy Mort m’estoyt venue charger,

        Hélas ! je seroys bien heureuse.

          L’ABEESSE

         Et ! qu’esse ? Estes-vous amoureuse ?

130  Regrétez-vous encor le monde ?

                           SEUR ESPLOURÉE

         Nénin, non.

          L’ABEESSE

                               Céans, il habonde

         Autant de plaisir[s] savoureulx

         Comme au monde. Et qu’il ne soyt ainsy,

         [De]dens ceste maison icy,

135  Povez avoir un amoureulx.

          SEUR ESPLOURÉE

         Hélas ! mon cœur trop douloureulx

         Ne peult oultrer34. D’effort j’en sue.

          L’ABEESSE

         Et ! qu’esse, ma mye ?

          SEUR ESPLOURÉE

                                                   Seur Fessue,

         Qui a faict…

          L’ABEESSE

                              Vous dict-elle injure ?

140  Croyez-moy, par Dieu ! sy j’en jure,

         Elle en sera incarsérée.

         Comment ! faict-el la reserrée35 ?

          SEUR ESPLOURÉE

         Elle a faict…

          L’ABEESSE

                                     Je n’y entens rien en effaict.

          SEUR ESPLOURÉE

         Elle a faict…

          L’ABEESSE

                                Et quoy ?

          SEUR ESPLOURÉE

                                                         F[r]icatorès36.

          L’ABEESSE

145  Ô le grosson peccatorès37 !

         Per Dieu38, [elle] habuyct grandos

        Punitionnès39 sur le dos !

         Qui l’eust pencé ?

          SEUR ESPLOURÉE

                                            Elle [l’]a faict,

         Et a son péché satisfaict,

150  Car elle est grosse.

          L’ABEESSE

                                            Ô la laide !

         Il y convient mectre remède.

         Mais à qui a-elle adonné

         Son corps ?

          SEUR ESPLOURÉE

                                [El l’a]40 habandonné

         À frère Rèdymet, le moynne,

155  Il y a long temps.

          L’ABEESSE

                                           Que de peine41 !

         Tenamus chapitrum totus !42

         Sonnaté43 clochétas bien totus !

         Qu’el véniat44 !

          SEUR DE BON-CŒUR                  SCÈNE  IV

                                        Sus ! entre nous,

         Y nous convient mectre à genoulx45,

160  À ce chapitre.

          SEUR SAFRÈTE

                                       C’est bien dict ;

         Je n’y mectray nul contredict.

          L’ABEESSE

         Or, chantez !

          SEUR ESPLOURÉE

                                 Bénédicité !      O lieu de le dire, y chantent 46 :

                 Voz « huys » sont-il tous fermés ?

                 Fillètes, vous dormez.47

165      Quant pour vous sont consumméz48

                 Dormez-vous,

                 (Fillètes, fillètes vous dormez)

                 [Mes sens d’amour]49 enflamés,

                 Dormez-vous, fillètes ?

                 Fillètes, vous dormez.50

          SEUR FESSUE  entre                SCÈNE  V

170  A ! j’éray quelque advercité ;

         Je crains fort le punis[s]antés51.

          L’ABEESSE

         Vénité, et aprochantez !

         Madamus, agenouillaré,

         Quia vo[u]z fécit mouillaré

175  Le boudin52 : il est bon à voir !

          SEUR DE BON-CŒUR

        Vous avez laissé décepvoir

         Vostre honneur, dont le nostre en souffre.

          L’ABEESSE

         Vous en sentirez feu et souffre

         En Enfer ; et de vostre vye,

180  N’irez en bonne compaignye

         Sans injure. Et ! comme a-ce esté

         Qu’avez faict ceste lascheté ?

         Vous en souffrirez le trespas !

          SEUR FESSUE

         A ! mon Dieu, vous ne voyez pas

185   Ce qui vous pent devant les yeulx ?

          L’ABEESSE

         Mon cœur ne fust onc curieulx

         D’estre d’honneur tant descouverte53.

          SEUR FESSUE

         Hélas ! vostre veue est couverte,

         Dont vostre grand faulte despent :

190  Ce que devant les yeulx vous pent

         N’est pas de tous en congnoissance54.

          L’ABEESSE

         Puys que sur vous j’ey la puissence,

         Je vous pugniray bien à poinct.

          SEUR FESSUE

         A ! mon Dieu, vous ne voyez poinct

195  Ce qui est devant vostre veue ?

         J’ey failly comme despourveue

         De sens, dont coupable me sens.

         Mais…

          L’ABESSE

                       Quel mais ?

          SEUR FESSUE

                                                Il en est cinq cens

         Qui n’en ont causé nul55 esmoy ;

200  Et sy56, ne font pas mieulx que moy.

          L’ABEESSE

         [Encore vous]57 levez la teste ?

         Vous estes une faulse58 beste,

         Et avez grandement erré.

          SEUR ESPLOURÉE

         Y luy fault le Miséréré,

205  Pour la faulte qui est yssue59.

          SEUR FESSUE

         Et ! pardonnez à sœur Fessue !

          SEUR SAFRÈTE

         Y luy fault donner telle peine

         Que de douleur soyt toute plaine,

         Puysqu’on la void ainsy déceue.

          SEUR FESSUE

210  Et ! pardonnez à seur Fessue,

         Pour cela qu’el a entour60 elle.

          SEUR ESPLOURÉE

         Vrayment, el a juste querelle61 :

         Y ne fault pas son fruict62 gaster.

          SEUR FESSUE

         Qui vous eust voulu trop63 haster,

215  Lors qu’estiez ainsy comme moy,

         En plus grand douleur et esmoy

         Eussiez esté que je ne suys.

          L’ABEESSE

         Demeurez ! Plus oultre poursuys64 :

         Qui vous a ainsy oultragée ?

220  Vous estes grosse, et tant chergée65

         Que plus n’en povez.

         SEUR FESSUE

                                                A ! ma dame,

         Frère Rèdymet faict ce blasme

         En mainte religion66 bonne.

         Mais je vous pry qu’on me pardonne.

          L’ABEESSE

225  Où fusse ?

          SEUR FESSUE

                              [De]dens le dorteur67,

         À ma chambre, près le monteur68.

         Ici tant enquérir ne s’en fault69

          SEUR DE BON-CŒUR

         Et que ne criez-vous bien hault ?

          SEUR FESSUE

         Crier ? Je ne sçay qui en crye70.

          SEUR SAFRÈTE

230  Comment ! voécy grand moquerye !

         Nostre abeesse en sera blasmée.

          SEUR FESSUE

         Comment, crier ? J’estoys pasmée.

         Et puys en nostre reigle est dict

         (Où je n’ay faict nul contredict)

235  Qu’au dorteur on garde silence.

         Et sy j’eusse faict insolence,

         Bruict ou tumulte, ou quelque plaincte,

         C’estoyt, contre nostre Ordre, faincte71.

         Voyélà pourquoy n’osay mot dire.

          SEUR ESPLOURÉE

240  Vouélà bonne excuse pour rire !

          SEUR DE BON-CŒUR

         Très bien le silence el garda…

          L’ABEESSE

         Mais escoustez : qui vous garda

         De faire signe pour secours ?

         On y fust alé le grand cours72,

245  Et n’ussiez receu tel acul73.

                           SEUR FESSUE

         Las ! je faisoys signe du cul,

         Mais nul(e) ne me vint secourir74.

          SEUR SAFRÈTE

         Je n’eusse eu garde d’y courir.

          SEUR ESPLOURÉE

         Signe du cul ?

          SEUR SAFRÈTE

                                   Il est possible :

250  Frère Rèdymet est terrible ;

         Et n’eust sceu ceste povre ânière75

         Faire signe d’aultre manière.

          SEUR ESPLOURÉE

         C’est le signe d’un tel mestier76

          L’ABEESSE

         Mais il y a un an entier

255  Qu’el est grosse77 ; et ! n’eust-elle sceu

         Nous dire qu’el avoyt conceu ?

          SEUR FESSUE

         Dire ? Hélas !

          SEUR DE BON-CŒUR

                                    Ouy, dire, ouy, dire.

          SEUR FESSUE

         J’ey bien cause d’y contredire.

          SEUR SAFRÈTE

         Et comment ?

          SEUR FESSUE

                                 Hélas ! quant j’eu failly,

260  Mon cœur alors fut assailly

         De repentance et de grand peur

         Que l’Ennemy78, qui est trompeur,

         Ne m’enportast pour telle faulte.

         Demanday à la bonté haulte79

265  Pardon, lequel aulx bons permect.

         Et au bon frère Rèdymect

         Je demanday confession ;

         Lequel, à l’asolution80,

         Lors que bien il me descharga81,

270  Absolutement m’encharga

         De ne dire ce qu’avions faict

         No[u]z deulx, ce que j’ey bien parfaict

         Pour craincte de dannation :

         Car dire sa confession

275  Et dire le secrect du prestre,

         C’est assez pour à jamais estre

         Danné avec les obstinés82.

          SEUR ESPLOURÉE

          Certes, nous voélà bien menés !

         Ses excuses sont suffisantes.

          L’ABEESSE

280  Punye en serez, je me vantes.

         Ô la [grand] faulte ! ô le grand blasme !

          SEUR FESSUE

         Hélas ! je vous suply, ma dame :

         Ne regardez tant mon péché,

         Que le vostre (qui est caché)

285  Ne considérez83.

          L’ABEESSE

                                         Ha ! rusée,

         Suys-je de toy scandalisée84 ?

          SEUR FESSUE

         On veoyt à l’œuil d’aultruy tout oultre

         Un petit festu odieulx,

         Mais on ne veoyt poinct une poultre

290  Qu’on a souvent devant les yeulx85

          L’ABEESSE

         Ma renommée se porte mieulx

         Que la tienne.

          SEUR FESSUE

                                       Ne jugez poinct86 !

         Les jugemens sont odieulx

         Au Seigneur, qui est dieu des dyeulx.

295  Vous le sçavez de poinct en poinct.

         Paul87, glorieulx apostre sainct,

         Dict que celuy n’aura refuge

         D’excuse, qui sera tasché ;

         Et que luy-mesme il se juge

300  S’il est subject à tel péché.

          L’ABEESSE

         Voyélà suffisamment presché !88

         Suys-je comme toy, dy, meschante ?

         Par Celle-là de qui on chante89 !

         Je te feray bien repentir.

          SEUR SAFRÈTE

305  Elle se poura convertir,

         Ma dame : ce sera le myeulx.

          SEUR FESSUE

         Ce qui vous pent devant les yeulx,

         Qui faict vostre faulte congnoistre,

         Nous démonstre qu’i ne peult estre

310  Que vous ne fassiez de beaulx jeux90.

          L’ABEESSE

         Ce qui me pent devant les yeux ?

         Avé Maria ! qu’esse-cy ?

         Vous m’avez trop hastée, aussy :

         De venir, j’estoys empeschée.

315  Et ! mon Dieu, que je suys faschée !

          SEUR ESPLOURÉE

         Croyez, sy les loix ne sont faulces,

         Que c’est icy un hault-de-chaulces.

          L’ABEESSE

         Avé Maria ! Saincte Dame !

         Je ne suys moins digne de blasme

320  Que sœur Fessue.

          SEUR DE BON-CŒUR

                                              Sont-il d’usance91,

         Hault-de-chaulses ?

          L’ABEESSE

                                               J’ey desplaisance

         De mon faict.

          SEUR SAFRÈTE

                                      Et ! Dieu, quel outil !

         Les abeesses en portent-il,

         Maintenant ? J’en suys en soucy92.

          SEUR ESPLOURÉE

325  Un hault-de-chaulses !

          SEUR DE BON-CŒUR

                                              Qu’esse-cy ?

          L’ABEESSE

         Et ! n’en parlons plus.

          SEUR SAFRÈTE

                                             C’est pour rire ?

         A ! vous ne debvez escondire

         Seur Fessue d’absolution.

          SEUR DE BON-CŒUR

         C’est bien nouvelle invention,

330  Porter des chaulces sur la teste.

          L’ABEESSE

         On en puisse avoir male feste !

                           SEUR SAFRÈTE

         Or sus, sus ! chantons-en93 d’une aultre.

         On dict bien c’un barbier raid94 l’aultre,

         Et q’une main l’autre suporte95.

335  Y convient faire en ceste sorte :

         Donnez-luy l’asolution.

          SEUR ESPLOURÉE

         Voeylà très bonne invention.

         Vous estes à noz96 audinos.

          L’ABEESSE

         Tu fessisti sicut et nos97 ;

340  Parquoy absolvo te gratis

         In pécata98. Nunc dimitis

         [In cor bonnum]99, comme au passé100.

         Plus oultre, vadé in passé101 !

          SEUR FESSUE

         Gratias ! Me voeylà garie.

345  Je n’ay cause d’estre marie102.

          SEUR ESPLOURÉE                   SCÈNE  VI

         Conclusion : Je trouve erreur caché

         Que cestuy-là veult un péché reprendre,

         Duquel il est taché et empesché,

         Et par lequel en fin on le peult prendre.

350  Vous le pouvoez en ce lieu-cy comprendre.

         La faulte en est à vo[u]z deulx aperceue,

         Tesmoing l’abeesse aveques seur Fessue. 103

         En prenant congé de ce lieu,

         Unne chanson pour dire « à Dieu » !

 

                 FINIS

 

*

 

1 Dans ce même manuscrit, la sottie de la Mère de ville (composée vers 1541) fait dire au Garde-cul : « Il ne fault c’une seur Fessue/ Ayant vouloir estre pansue. »   2 Lascive.   3 LV : la IIe seur esplouree  (Je rétablis le nom des trois sœurs ; LV les numérote : la p[remiere], la IIe, la IIIe.)   4 Au 1° degré, la sœur demande à Éplorée si elle a pris froid. Au 2° degré, douceur se réfère au membre viril : « Quant elle eut la doulceur sentie/ De ce doulx membre qui fut roys [roide]. » Parnasse satyrique du XVe siècle.   5 Sûr : éclairez mon esprit.   6 Un siège.   7 Avez-vous fauté ?   8 LV : qui   9 Le raide, le phallus. V. note 10.   10 Déçue, abusée. « Raide y met » est un calembour latin : « Quel verset des Pseaumes aiment mieux les femmes ? C’est (…) Et ipse redimet, c’est-à-dire, Rède y met, ou roide y met. » Tabourot.   11 Engrossée.   12 LV : oues  (Ouez = oyez, écoutez.)   13 En mauvaise posture.   14 Un pisse-en-dalles est un acte inconvenant.   15 J’ai féminisé le masculin ici, à 58, et à 75 ; mais je n’ai pas touché à l’effarant Madamus de 173. Les cinq rôles de femmes étaient tenus par des hommes.   16 Pour coïter, l’amant se met à genoux sur le lit. On pourrait renforcer le comique de répétition des vers 61 et 144 en écrivant « Quoy ? » au lieu de « Ouy, ».   17 Fardeau. « Le maistre à son clerc persuade/ De donner l’amoureuse aubade/ À la pauvre pucelle grosse,/ Affin que le clerc eust l’andosse/ D’espouser la mère et l’enfant. » Sottie Pour le Cry de la Bazoche.   18 L’esprit ; mais aussi, le sexe. « Et l’autre devroit estre saige,/ Car elle a ung trèsgrant engin. » Guillaume Coquillart.   19 « Sotz rouges comme chérubins. » (Monologue des Sotz joyeulx.) Mais on associe traditionnellement la couleur rouge au phallus : la Confession Margot <v. 89>, le Faulconnier de ville <v. 64 et note 13>.   20 Un des innombrables prototypes de moines paillards : « Pour desbaucher par un doulx style/ Quelque fille de bon maintien,/ Frère Lubin le fera bien. » Clément Marot.   21 Dans la salle de charité, une pièce du couvent qu’on ouvrait lorsqu’il fallait nourrir des pèlerins.   22 LV : est bien  (Lubin n’est pas aussi bon compagnon que Raidymet. « [Ils] ne sont pas si compaignables à boire & et à manger. » Miroir de la navigation.)   23 Lecture d’un texte biblique. Double sens érotique : « L’un la fout en cul, l’autre en con./ Pour s’exercer en ce manège,/ Elle répète sa leçon/ Avecque le Sacré Collège.» Blot.    24 Il ne trouve rien à corriger lors de ma « leçon ».   25 La Bonne Amour, c’est l’amour courtois, d’après le Roman de la Rose, le Dit de la Rose, ou le Libro de buen amor de Juan Ruiz. Voilà un habillage bien romantique pour de vulgaires histoires de fesses et de Fessue !   26 Les trois jalouses vont se venger de leur amant volage, et de sœur Fessue qui déshonore le couvent.   27 LV : aura  (Orra = ouïra, entendra notre prière. Miserere mei = aie pitié de moi.)   28 Qu’il (frère Raidymet) soit incarcéré. On emprisonnait les religieux fautifs dans un cachot nommé in pace. Cf. vers 141.   29 « Je vous salue, Marie, pleine de grâce. » Contre toute attente, il s’agit là d’une farce mariale : vers 33, 37, 42, 80, 119, 303, 312, 318, 345.   30 Lapsus : elle était censée être seule dans sa cellule.   31 LV : voyer  (Je ne viens pas vous voir sans raisons.)   32 Je lisais mon bréviaire. En fait, elle était au lit avec frère Raidymet (note 41). Dérangée par sœur Éplorée, elle a mis sur sa tête la culotte du frère au lieu de son voile. En s’appuyant sur Boccace, La Fontaine déplorera sa bévue dans le conte du Psautier : « Madame n’estoit/ En oraison, ny ne prenoit son somme :/ Trop bien alors dans son lit elle avoit/ Messire Jean, curé du voisinage…./ Elle se lève en haste, étourdiment,/ Cherche son voile, et malheureusement,/ Dessous sa main tombe du personnage/ Le haut-de-chausse, assez bien ressemblant/ (Pendant la nuit, quand on n’est éclairée)/ À certain voile aux Nonnes familier…./ La voilà donc de grègues affublée. »   33 Elle a failli commettre un nouveau lapsus : l’heure du berger est « l’heure favorable à un amant pour gagner sa maîtresse ». (Furetière.)   34 Aller plus loin.   35 La fausse pucelle : les jeunes mariées qui voulaient passer pour vierges usaient d’un astringent à base de myrte pour « resserrer les parties naturelles » avant la nuit de noce.   36 Des frottements. Le sens érotique s’appliquait surtout aux lesbiennes : « Tribades se disent fricatrices. » Brantôme.   37 Ô le gros péché ! (Le latin de sacristie va s’aggraver en même temps que l’indignation de l’abbesse.)   38 LV : perdien  (Le « n » et le « u » sont souvent confondus. La forme courante est per Diem, mais Noël Du Fail emploie per Dieu.)   39 Elle aura de grandes pénitences. (Au futur, il faudrait habebit.)   40 LV : elle a   41 Le chagrin de l’abbesse montre que c’est bien frère Raidymet qui était dans son lit.   42 Tenons ensemble chapitre [une assemblée].   43 LV : sonnare  (Sonnez toutes les cloches.)   44 Qu’elle vienne.   45 Les sœurs étant à genoux, elles ne pourront voir le haut-de-chausses qui coiffe l’abbesse.   46 Au lieu de dire le Benedicite, les nonnes chantent une chanson paillarde, insérée après coup entre les vers 162 et 170, qui riment ensemble. Je corrige ce texte (mis en musique entre 1536 et 1547 par Robert Godard) d’après une partition publiée en 1547. Cf. André Tissier, Recueil de Farces, XI, Droz, 1997, pp. 246-7.   47 La partition ajoute : Ouvrez-les-moy, si m’aymez./ Dormez-vous, fillettes ?/ Fillettes, vous dormez./ Dormez-vous seulettes ?   48 Partition : consummez    LV : consommes   49 Partition : Mes sens damour    LV : mais sans amours   50 La partition ajoute : Dormez-vous seulettes ?   51 La punition, en langage macaronique.   52 « Madame, agenouillez-vous, parce que vous avez fait mouiller le boudin. » Ce mot avait le même sens phallique que l’andouille : « Membre de moine, exorbitant boudin. » (Sénac de Meilhan.) On ne sort d’ailleurs pas de la religion, puisque sainct Boudin allait de pair(e) avec saincte Fente, d’après la farce du Pardonneur (BM 26).   53 Dégarnie.   54 N’est pas (encore) connu de tous.   55 LV : ny   56 Et pourtant.   57 LV : leues  (L’insolente ose lever la tête… et contempler la coiffe de l’abbesse.)   58 Perfide. Ce vers provient d’une Moralité imprimée en 1507, la Condamnacion de Bancquet.   59 Il lui faut le pardon, pour la faute qui est avouée.   60 En latin de sacristie, on pourrait mettre : inter (à l’intérieur d’elle). Cf. le vers 213.   61 Elle a raison de se plaindre.   62 Son enfant. On voit qu’il s’agit d’une farce : dans la réalité, les religieuses enceintes n’avaient d’autre choix que d’avorter ou de tuer le nouveau-né. « Quant à celles qui sont meurtrières de leurs enfans aussitost qu’ils sont sortis du ventre, les jettans ou les faisans jetter, il y a quelques années que les monastères des nonnains en eussent fourni bon nombre d’exemples (aussi bien que de celles qui les meurdrissent [tuent] en leur ventre). » Henri Estienne, Apologie pour Hérodote, XVIII. Le chap. VII ajoute : « Les nonnains (…) font mourir leur fruict estant encore en leur corps, par le moyen de quelques breuvages, ou bien estranglent leur enfant si tost qu’il est sorti. »   63 LV : tant  (Si on avait voulu trop vous hâter : si on était entré dans votre cellule, au lieu d’attendre que vous en sortiez.)   64 Restez ici ! Je continue.   65 Chargée, alourdie.   66 Maison de religion, couvent. « Du jeune garçon qui se nomma Thoinette pour estre receu à une religion de nonnains. » Bonaventure Des Périers.   67 LV : dortoueur  (qui n’est pas une rime riche. Dorteur = dortoir, vers 235.)   68 Près de « l’échelle pour monter au dorteur des dames » (Comptes de l’aumosnerie de S. Berthomé).   69 Toutes les nonnes l’ont fait au même endroit.   70 Je ne sais pas quelle autre aurait crié.   71 Une tromperie. (On peut préférer : fraincte [infraction].) Jean-Baptiste de Grécourt opposera une abbesse à une nonne enceinte dans son poème le Silence, qui s’achève ainsi : « –Vous n’aviez qu’à crier de tout votre pouvoir./ –Oui, mais (dit la nonnain) c’étoit dans le dortoir,/ Où notre règle veut qu’on garde le silence. »   72 En courant.   73 Une telle contrainte.   74 « Je (respondit la Fessue) leur faisois signes du cul tant que povois, mais personne ne me secourut. » Rabelais, Tiers Livre <1546> : le chapitre 19 emprunte à notre farce les aventures de sœur Fessue et du frère Royddimet.   75 Et cette oie blanche n’aurait pas pu.   76 Qu’on connaît l’amoureux métier, le bas métier.   77 Cf. Gargantua (chap. 3) : « Elle engroissa d’un beau filz et le porta jusques à l’unziesme moys. Car autant, voire dadvantage, peuvent les femmes ventre porter. » Le docteur Rabelais conclut malicieusement que les veuves peuvent donc jouer du serre-croupière deux mois après le trépas de leur mari.   78 Le diable.   79 À Dieu.   80 LV : la solution  (L’absolution, confirmée par le jeu de mots de 270. Idem vers 336.)   81 Me déchargea. 2° degré : me procura un orgasme : « Sophie décharge à son tour. » (Sade, la Nouvelle Justine.)   82 Les hérétiques.   83 Saint Paul, Épître aux Romains, II-3.   84 Transformée en objet de scandale.   85 Évangile selon saint Matthieu, VII-3.   86 Matthieu, VII-1.   87 Romains, II-1.   88 L’ennuyeux passage 291-301, envahi de rimes proliférantes, est visiblement interpolé : une simple nonne ignorant le latin n’argumente pas une discussion théologique !   89 Au nom de la Vierge, dont on chante les louanges.   90 Qu’il n’est pas possible que vous ne vous adonniez à des jeux amoureux. Les trois nonnes agenouillées vont enfin relever la tête et voir l’objet du délit.   91 Est-ce la mode (de porter sur la tête).   92 LV : esmoy  (Cf. les Gens nouveaulx, v. 244.)   93 LV : changons en  (Chantons d’une autre manière, changeons de ton.)   94 Rase. « On dit qu’un Barbier rait l’autre, pour dire qu’il faut que chacun dans sa profession se rende des offices réciproques. » Furetière.   95 Qu’une main aide l’autre.   96 LV : voz  (Vous êtes soumise à notre volonté [audi nos = écoute-nous]. « I li fet tous ses audinos » : il lui passe toutes ses volontés.)   97 Tu as fait comme nous.   98 Je t’absous sans pénitence pour tes péchés.   99 LV : Incorbennem  (Dans un cœur bon : « In cor bonum et devotum. » Nicolai de Gorrani.)   100 Maintenant, tu peux t’en aller avec un cœur pur, comme par le passé.   101 Va en paix.   102 Ultime pirouette sur le nom de Marie, qui avait elle aussi conçu sans péché.   103 Ces décasyllabes aux rimes mal disposées recyclent maladroitement les vers 283-285. Le congé final est commun à beaucoup de farces et de sotties.

LE MONDE QU’ON FAICT PAISTRE

Ms. La Vallière

Ms. La Vallière

*

LE  MONDE 

QU’ON  FAICT  PAISTRE

*

Cette Moralité normande de la fin du XVe siècle échappe aux critères convenus : ici, le personnage du Monde refuse d’être victime des trompeurs, et il se défend contre leurs abus. C’est la seule pièce médiévale où le Monde est content de son sort ! Le snobisme de ce nouveau riche ne le rend pas plus sympathique pour autant.

Source : Manuscrit La Vallière, folio 123 verso à 132 verso.

Structure : abab/bcbc et rimes plates, avec 10 triolets et 1 double triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce joyeuse

à cinq personnages

*

C’est asçavoir :

     TROYS GALANS

     LE MONDE, qu’on faict paistre

     ORDRE

*

        LE PREMIER GALLANT comence et dict :     SCÈNE I

     Et puis1, est-il façon aulcune ?

                  LE IIe GALANT

     De quoy faire ?

                  LE IIIe GALANT

                 D’aquicter2 tout.

                  LE PREMIER GALANT

     Y souldra quelqu(e) un ou quelqu(e) une

     De bref, qui nous mectra deboult.

5    Je songe.

                  LE IIe GALANT

             Je suys en escoust.

                  LE IIIe GALANT

     J’ey mains, et sy ne puys rien prendre.

                  LE PREMIER GALANT

     Je suys frais, frais.

                  LE IIe GALANT

                 Et j’ey bon goust.

                  LE IIIe GALANT

     J’aprens, et sy suys à raprendre.

                  LE PREMIER GALANT

     De sancté, j’en ay à revendre

10    Largement, trop plus que de paille.

                  LE IIe GALANT

     Et au surplus, on doibt entendre

     Qu’en tout le trésor pas n’a3 maille.

                  LE IIIe GALANT

     A ! sy fault-il tenir bataille,

     Pour combastre ses ennemys.

                  LE PREMIER GALANT

15    C’est force ; ou que chascun s’en aille,

     Car, par Dieux, nous avons trop mys4.

                  LE IIe GALANT

     Et ! fault-il que les bons amys

     Départent sy hastivement ?

                  LE IIIe GALANT

     Dictes : sy n’ai-ge rien promys

20    À nul, par foy ny par serment.

                  LE PREMIER GALANT

     Ce qu’on faict volontairement

     Vault mieulx qu’à force mile foys.

                  LE IIe GALANT

     Quoy ! nous fauldra l’entendement ?

     Prenons courage ! Hault le boys,

25    Encore un coup !

                  LE IIIe GALANT

                  A ! je m’en voys,

     Quant à moy. Qui veult y demeure.

                  LE PREMIER GALANT

     (Y sera chevalier en loix,

     Sy s’en va dedens un cart d’heure.5)

                  LE IIe GALANT

     Sy, fault-il que chascun labeure

30    Du meileur cuir de son panier6.

     Sans s’effréer, chascun s’asseure !

     Ce jour sy n’est pas le dernier.

                  LE IIIe GALANT

     Nous sommes sas à charbonnier.

                  LE PREMIER GALANT

     Comment ?

                  LE IIe GALANT

              L’un l’aultre honnissons7.

                  LE IIIe GALANT

35    Mais, nous sommes sas de munyer :

     Plus vivons et plus blancissons.

                  LE PREMIER GALANT

     Plus nyeis que jeunes moys[s]ons8

     Nous sommes, tous troys.

                  LE IIe GALANT

                     Comme quoy ?

                  LE IIIe GALANT

     Plus vivons et moins congnoissons.

                  LE PREMIER GALANT

40    Laissons ce babil, c’est esmoy.

     L’en ne me doibt rien ; sy, ne doy :

     C’est à payer quant on l’aira.

                  LE IIe GALANT

     O ! que chascun pence de soy !

                  LE IIIe GALANT

     C’est bien dict, mon filz. Va-y, va.

45    (Aussy tost qu’il arivera,

     Y trouvera le baing toult chault.9)

                  LE PREMIER GALANT

     Seurement, sans parler plus hault,

     Y nous fault icy adviser

     Où nous irons, et deviser

50    Vitement. Et qu’on se délivre.

                  LE IIe GALANT

     G’iray avec le Monde vivre,

     Sy je puys, par quelque manière.

     Et vous ?

                  LE IIIe GALANT

             Pour mieulx mon cas poursuyvre,

     G’iray avec le Monde vivre.

                  LE PREMIER GALANT

55    Par ma foy ! sy je ne suys yvre,

     Comme vous soublz vostre banyère,

     G’iray avec le Monde vivre,

     Sy je puys, par quelque manière.

                  LE IIe GALANT

     G’iray le chemin de derière.

                  LE IIIe GALANT

60    Et moy le chemin de travers.

                  LE PREMIER GALANT

     Et moy à la gauche, en arière,

     Pource qu’on veoyt trop d’ieulx ouvers.

     Nous irons les chemins couvers,

     Que le soleil sy ne nous brûle.

                  LE IIe GALANT

65    Nos chevaulx ?

                  LE IIIe GALANT

                 Ilz sont trop dyvers :

     Nous aurons chascun une mule.

                  LE PREMIER GALANT

     Aulx talons10

                  LE IIe GALANT

                 Sy je dissimule,

     Et je le treuve en quelque coing,

     De luy dire…

                  LE IIIe GALANT

               Y fault qu’on recule,

70    Bien souvent, pour saillir plus loing.

                  LE [IIe] GALANT

     Je vous suplye, prenons le soing

     De faire le Monde une beste.

     Dictz-je bien ?

                  LE [IIIe] GALANT

                Moy, j’ey à la teste

     De l’aveugler, c’est mon vouloir,

75    Et luy faire entendre que noir

     Sera blanc. Et vous, nostre maistre ?

                  LE PREMIER GALANT11

     Et ! je feray ce Monde paistre,

     De quoy vous parlez, devant tous,

     Luy disant qu’il a une toux

80    Qu’i fault que par herbe on garisse.

                  LE IIe GALANT

     Que nul de nous ne se marisse :

     Y fault qu’à la fin chascun tende.

                  LE IIIe GALANT

     Il n’y a plus tiltre ne bende12 :

     Chascun fera son faict à part.

                  LE PREMIER GALANT

85    Sans argent, ofice ou prébende,

     Y n’y a plus tiltre ne bende.

                  LE IIe GALANT

     On ne debvons pas grand amende13

     De chanter à nostre départ.

                  LE IIIe GALANT

     Il n’[y] a plus tiltre ne bende14 :

90    Chascun fera son faict à part.

                  LE PREMIER GALANT

     Or chantons, que Dieu y ayt part !

                 Ilz chantent unne chanson.

                  LE IIe GALANT

     À Dieu, hau15 !

                  LE IIIe GALANT

                Va-t’en, va !

                  LE PREMIER GALANT

                          Revien !

                  LE IIe GALANT

     Says-tu quoy ? Dresse un grand mestier16.

                  LE IIIe GALANT

     Ne vous chault, je n’ombliray rien.

95    Adieu, hau !

                  LE PREMIER GALANT

               Va-t’en, va ! Et revien !

                  LE IIe GALANT

     Nous nous trouverons, aussy bien,

     Ensemble cheulx Le Pel[le]tier17.

                  LE IIIe GALANT

     Adieu, hau !

                  LE PREMIER GALANT

                Va-t’en, va !

                  LE IIe GALANT

                          Et revien !

     Say-tu quoy ? Dresse un grand18 mestier.

                  LE [PREMIER] GALANT

100   Que chascun tire son cartier19.

     Passons ce qu’avons entrepris.

                  LE [IIIe] GALANT         SCÈNE II

     Le mieulx faisant doibt avoir pris20.

     Y fault subtilement ouvrer

     Afin d’aulcun bien recouvrer21

105   Du Monde. Hau là ! je le voy.

     Pleust à Dieu qu’i n’y eust que moy

     À le gouverner, ce mignon !

     Comment ! y faict du compaignon22 ?

     Il me semble plus éveillé

110   Et nouvèlement abillé23

     Qu’aultre foys. Je voys par-delà.

     Dieu gard, Monde !

                  LE MONDE  entre

                   Que faictz-tu là ?

     Vien(t) par-devant, vien par-devant !

                  LE [IIIe] GALANT,  derière le Monde

     Y a-il personne ? Holà !

115   Dieu gard, le Monde !

                  LE MONDE

                    Que faictz-tu là ?

                  LE IIIe GALANT

     Je viens par-derière.

                  LE MONDE

                   Cela !

     Mais d’où me vient ce poursuyvant ?

                  LE [IIIe] GALANT

     Dieu gard, Monde !

                  LE MONDE

                   Que faictz-tu là ?

     Vien par-devant, vien par-devant !

                  LE [IIIe] GALANT

120   J’eusse bien dict : « Dieu vous avant24 ! »,

     Mais c’eust esté faict en village25.

                  LE MONDE

     Sy tu joue ton personnage,

     Sy le dy ! T’ose-tu monstrer ?

                  LE [PREMIER] GALANT    SCÈNE III

     J’ey grand désir de rencontrer

125   Ce Monde ; y fault que g’y converse.

     Je voys26, je viens puys je traverse,

     Pour cuyder venir à mes fins.

     On dict qu’i sayt des tours sans27 fins,

     Et jamais n’en fust sy subtil.

130   Je le voys. Non est… A ! c’est il :

     Il porte abillemens dyvers.

                  LE MONDE

     Cestuy-cy y vient de travers,

     Et l’aultre est venu par-derière.

                  LE PREMIER GALANT

     Vous n’entendez pas bien les vers28.

                  LE MONDE

135   Cestuy-cy [y vient]29 de travers.

                  LE [PREMIER] GALANT

     Voz yeulx sont changés à l’envers.

                  LE MONDE

     J’ey pour vous assez grand lumière.

     (Cestuy-cy il vient de travers,

     Et l’aultre est venu par-derière.

140   Je n’entens pas bien la matière :

     Le faict-il pour me faire rire ?

     Sy sérai-ge qu’i veulent dyre,

     Afin de me désennuyer.)

     Honneur, mon seigneur l’escuyer30 !

                  LE [PREMIER] GALANT

145   Monde, Dieu vous face joyeulx !

     Comme vous va ?

                  LE MONDE

                  De mieulx en mieulx ;

     Remply de biens, sain, en bon poinct.

     Et vous ?

                  LE PREMIER GALANT

             Comme sy n’en fust poinct :

     J’en suys plus bas qu’au fons du puys.

                  LE MONDE

150   Vostre compaignye en vault pis ;

     Je ne vous cherche pas un grain31.

                LE IIe GALANT, en chantant    SCÈNE IV

     Atendez à demain, atendez à demain !

     (Il y sont ; chascun faict sa main.

     Par Dieu ! sy, n’ay-ge pas trop mys32.)

155   Congnoissez vos petis amys,

     Monde gratïeulx, et plaisant…

                  LE MONDE

                       Hauche33 !

     Cestuy-ci revient à la gauche.

     Que voulez-vous ? Que Dieu le sache !

                  LE [IIe] GALANT

     Ainsy que Robin danse en tache34,

160   Nous venons vers vous.

                  LE MONDE

                    C’est bien faict.

                  LE PREMIER GALANT

     Vous en desplaist-il ?

                  LE MONDE

                    Tout me plaist.

                  LE IIe GALANT

     Je suys le vostre35, moy.

                  LE MONDE

                     Et36 moy.

                  LE IIIe GALANT

     Le Monde parle.

                  LE MONDE

                 Myeulx c’un gay37.

     Sus ! mon œuvre j’aprens assez.

165   Et puys, quoy ? Estes-vous [c]assés ?

                  LE PREMIER GALANT

     Cassés ? Nous sommes tous entiers.

     Vers vous avons prins les sentiers

     Pour avoir en vous abitude38.

                  LE MONDE

     Ilz sont clers.

                  LE IIe GALANT

               Venans de l’estude.

                  LE MONDE

170   Aussy, je vous faictz as[ç]avoir

     Qu’i fault quelque sience avoir,

     Qui veult aveq moy convercer.

            LE IIIe GALANT, à toult un esteur39 blanc à sa main,

                      et à l’aultre main, un esteur noir.

     Chascun a l’engin40 pour perser

     Un mur de saise piedz d’épès.

175   Or paix, or paix, mes amys, pès !

     Le maistre va jouer son jeu.

     Je voys41 aveugle[r] en ce lieu

     Le Monde.

                  LE MONDE

             Je t’en garderay !

     Mais vien par-devant.

                  LE [IIIe] GALANT

                   Non feray.

                  LE MONDE

180   Par Dieu ! sy portai-ge assez d’yeulx

     Pour veoir loing et en divers lieux ;

     Et sy, chascun en vault bien dis42.

                  LE [IIIe] GALANT

     Sy ferai-ge tant par mes dis

     Que je vous feray aveugler.

                  LE MONDE

185   Bref tu ne me séroys tant sengler

     Qu’en la fin tout [n’]en vaille un blanc43 !

                  LE IIIe GALANT

     Quel est cest esteur ?

                  LE MONDE

                    Il est blanc.

                  LE [IIIe] GALANT

     Il est noir. Chaussez vos lunètes !

                  LE MONDE

     C’est bien dict, mymin44 à sonnètes.

190   Et fust-il de sire45, il est jaulne.

     Voylà bien joué [le béjaulne]46,

     À veue d’euil, sans art d’Anemy47.

                  LE [IIIe] GALANT

     Vous n’y voyez pas à demy.

                  LE MONDE

     Sy faictz bien, car je voys partoult,

195   D’un costé et de l’aultre boult.

                  LE IIIe GALANT

     Vous n’avez pas des yeulx au col.

                  LE MONDE

     Or voy-ge bien que tu es fol,

     Bien lourdault, bien badin, bien beugle48,

     D’ainsy me cuyder faire aveugle.

                  LE PREMIER GALANT

200   Vous n’avez pas des yeulx au cul.

                  LE MONDE

     Y ne fault poinct tant de calcul.

                  LE [IIIe] GALANT

     Mon serment ! vous voyez bien loing.

                  LE MONDE

     Bien loing, y m’en est bien besoing.

     Encor plus loing que vous ne dictes.

205   Je voys bien des regnars49 hermites,

     Je voys mygnons, je voy mignonnes,

     Je voys ceulx qui en font de bonnes.

                  LE IIIe GALANT

     Vous voyez jusques en Levent50 ?

                  LE MONDE

     Je voy par-derière et davent.

210   En éfaict, je voy toulte gent.

                  LE PREMIER GALANT

     Vous ne voyez pas nostre argent.

                  LE MONDE

     Tant y seroit fort à conter !

          LE [PREMIER] GALANT, à toult des herbes en sa main

     Ce qui vous plaist à racompter

     Est vray, mais vous n’y voyez gouste.

215   Monde voécy qui est bon pour la gouste :

     Ce sont herbes substantieuses51,

     Très bonnes et fort vertueuses,

     S’y vous survenoyt aulcun mal.

                  LE MONDE

     Bail[l]ez-les à vostre cheval !

                  LE [PREMIER] GALANT

220   Ilz sont bonnes.

                  LE MONDE

                 Sy, les mengez !

                  LE PREMIER GALANT

     Alez, alez !

                  LE MONDE

               Ne vous bougez !

                  LE [PREMIER] GALANT

     Agardez, j’avois ouÿ dire

     Que vous aviez perdu le rire ;

     Voécy pour resjouir le cœur.

                  LE MONDE

225   Je n’eus jamais telle vigueur52,

     Ne tel force, ne tel vertu.

     Vous me cuidez faire abatu

     Au devant que l’on m’ait53 touché.

                  LE [PREMIER] GALANT

     Hay !

                  LE MONDE

           Tron54 !

                  LE PREMIER GALANT

                   Sy vous estiez couché

230   Pour vous reposer un petit,

     Cecy vous donroyt apétit,

     Et seriez sain comme un piot55.

                  LE MONDE

     Quel « sain » ? Je boy o56 vous d’un pot.

     Quelz herbes ? Ostez ce brouil[l]is,

235   Il ne me fault poinct de coulis :

     Je mengeüstz bien sans médecine.

                  LE [PREMIER] GALANT

     Par Dieu ! je n’y prens poinct bon sine.

                  LE MONDE

     Sy prenez d’un paon57.

                  LE [PREMIER] GALANT

                    Da !

                  LE MONDE

                         Quel « da » ?

     Et ! voécy bon Génin Dada58 !

240   Et alez, alez, nostre maistre.

     Et ! me cuidez-vous faire paistre,

     Et l’autre aveugler ? Qu’esse-cy ?

                  LE PREMIER GALANT

     Tant le Monde est fort à congnoistre !

                  LE MONDE

     Et ! me cuidez-vous faire paistre ?

245   Esse ce qui vous maine en cest estre ?

                  LE [PREMIER] GALANT

     Monde, alez-y tout beau.

                  LE MONDE

                    Cecy !

     Et ! me cuidez-vous faire paistre,

     Et l’aultre aveugler ? Qu’esse-cy ?

     Et vous, savez-vous rien aussy ?

250   Qu’estes-vous ?

                  LE [IIe],  à tout des boètes59

                Nigromansien60.

     Je sçays le viel art antien

     Du magique.

                  LE MONDE

              Il sent donc le jaulne61,

     Ce vièlard62 ? Et ! qu’il est béjaulne,

     Qui me vient gâcher63, assaillir !

255   Dont peuent64 ces troys mignons saillir,

     Qui me rompent ainsy la teste ?

     Que me veulx-tu ?

                  LE IIe GALANT

                  Vous faire beste.

     En ce lieu, sans vous remuer,

     Instamment vous feray muer

260   En cerf, en ours et en lyon65.

                  LE MONDE

     J’ayme(s) myeulx payer demyon66

     Et que je ne soys poinct mué,

     Tant l’or seroyt bien remué

     De telz mygnons.

                  LE IIIe GALANT

                 En ? Vous rail[l]ez !

265   En av’ous67 ? Or nous en baillez.

                  LE MONDE

     Endroict vous, l’or seroyt segret68 !

                  LE PREMIER GALANT

     Tout se pert.

                  LE IIe GALANT

               Il le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Qui eust cuydé qu’il eust tant sceu ?

                  LE PREMIER GALANT

     Nous ne frapons poinct à l’endroict69.

270   Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

              Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Y congnoyt le tort et le droict.

                  LE PREMIER GALANT

     Quant j’ey bien son cas aperceu,

     Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

              Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Qui eust cuydé qu’il eust tant sceu ?

                  LE PREMIER GALANT

275   On ne frapons poinct à l’endroict.

     Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

              Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Y congnoyt le tort et le droict.

                  LE PREMIER GALANT

     Quant j’ey [bien son cas]70 aperceu,

     Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

                Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

280   Qui eust pensé qu’il eust tant sceu ?

                  LE PREMIER GALANT

     Jamais il ne seroyt déceu71,

     En ce poinct. C’est pour toult gaster.

     Un mot, hau ! Y le fault flater72,

     Pour mieulx en chevir73, ce me semble.

                  LE IIe GALANT

285   Pour l’abatre et [pour] le mater,

     Un mot, hau, y le fault flater.

                  LE MONDE

     Musars, vous avez beau bater74 ;

     N’en tenez jà conseil ensemble.

                  LE IIIe GALANT

     Un mot, hau ! Y le fault flater,

290   Pour mieulx en chevir, ce me semble.

                  LE MONDE

     Chantez hardiment tous ensemble ;

     Ou aultrement, pour toult potage,

     C’est mal cherché vostre avantage.

                 Ilz chantent une chanson.

                  LE PREMIER GALANT

     Monde mondain, plaisant, subtil,

295   Honneste, gratïeulx, subtil, gentil :

     Tu reluys en mer et en terre.

     Pour néant [je te]75 requiers ?

                  LE MONDE

                        Serre76 !

                  LE IIe GALANT

     Gentil Monde, tant tu es riche !

     Endroict moy que tu ne soys chische.

300   Puys qu’en toy déshonneur s’eslongne,

     Donne-moy de tes grans biens.

                  LE MONDE

                        Congne77 !

     Dieu ayt l’âme de Raul Flatart78 !

     Par Dieu ! vous y venez bien tart,

     Com79 celuy qui crye la moutarde.

                  LE IIIe GALANT

305   Et, Monde : quant je te regarde,

     Tu me semble très gentement

     Vestu en ton acoustrement80.

     C’est fin drap, toultes foys ; n’est mye81 ?

                  LE MONDE

     C’est mon, mais vous ne l’arez mye.

                  LE PREMIER GALANT

310   Vous estes sur le hault verdus82.

     Vos beaulx jours ne sont pas perdus,

     Tant voécy un maistre pourpoinct !

                  LE MONDE

     C’est mon, mais vous ne l’arez poinct.

                  LE IIe GALANT

     Tant tu as maincte belle chose,

315   Monde ! Ta toque sent la rose,

     Et est bien tournée par compas83.

                  LE MONDE

     C’est mon, mais vous ne l’aurez pas.

     Qui me vouldroict ainsy navrer,

     Y me fauldroict bien enyvrer,

320   Et boyre cinq foys davantage.

     Vous y perdez vostre langage,

     Afin qu’âme ne s’y efforce.

                  LE IIIe GALANT

     Nous viv[r]ons aveq vous par force,

     Bon gré, mal gré.

                  LE MONDE

                 Sus vostre dam84 !

                  LE PREMIER GALANT

325   Qu’en dictes-vous ? Suis-je souldam85 ?

     À quel jeu l’avons-nous perdu ?

                  LE IIe GALANT

     Nous sommes tous d’Ève et d’Adam86 ;

     Qu’en dictes-vous ? Suis-je souldam ?

                  LE IIIe GALANT

     Qu’en faict-on plus en un quidem

330   Qui est, de nouveau, descendu87 ?

                  LE PREMIER GALANT

     Qu’en dictes-vous ? Suis-je souldam ?

     À quel jeu l’avons-nous perdu ?

                  LE IIe GALANT

     [Je vous gouvernray]88 en temps dû,

     Ainsy comme les aultres font.

                  LE MONDE

335   De mes89 biens, toult n’est pas fondu :

     Ceulx qui les pratiquent les ont.

                  ORDRE  entre           SCÈNE V

     Est le vent d’aval ou d’amont ?

     N’ai-ge pas oÿ un tamboys90

     Vers ce cartier ? Je m’y envoys

340   Pour veoir que c’est à retirer.

     Quant je voys d’aulcuns folyer,

     Ou d’aultres regiber ou mo[r]dre,

     G’y doibtz aler, car je suys Ordre,

     Qui mais les choses à leur droict.

345   Je voys fraper en bon endroict

     Sur toult ce qu’il y a de jeu.

     C’est le Monde. Bien, de par Dieu.

     Sy j’estoys tousjours avec luy,

     Il n’aroyt soulcy ny ennuy.

350   Quelz gens sont-ce91 là qui déplassent ?

     Il semble, à les veoir, qu’i l’agassent.

     Qu’âme ne parte de son lieu                  SCÈNE VI

     Pour moy ! Monde, Dieu vous gard ! Dieu

     Gard92 les aultres pareillement,

355   Toult ainsy comme vous !

                  LE MONDE

                      Paciamment,

     Y me fault tous heurs93 endurer.

     Combien que je ne puys pleurer,

     Car j’ey des biens plus que des maulx,

     Dieu mercy !

                  ORDRE

                Que dient et ces vassaulx,

360   Qui sont en ce poinct arivés ?

                  LE MONDE

     Ce sont troys povres engelés

     Qui me veulent menger toult cru.

                  ORDRE

     Monde, s’on leur a rien acreu94,

     Qu’on les paye afin qu’i s’en voisent95.

365   Que vous fault-il ?

                  LE MONDE

                  Y se dégoisent,

     Moytié figues, moytié raisins,

     Combien qu’i sont tous mes voisins.

     Mais pour vous compter la manière,

     Ce fol est venu par-derière

370   Pour m’aveugler.

                  ORDRE

                 Esse où il tent ?

                  LE IIIe GALANT

     Chascun le faict comme il entent.

                  LE MONDE

     Et l’aultre est venu de travers

     En me servant de mos couvers ;

     Et avoyt de l’erbe, ce maistre,

375   Dont y m’a cuydé faire paistre

     Non obstant que rien ne me deult96.

                  LE PREMIER GALANT

     A ! y gaigne le gal97 qui peult.

                  LE MONDE

     Le tiers estudye nigromance98,

     Et dict qu’il est en sa puissance

380   De me faire devenir beste.

                  ORDRE

     Quoy ? Y vous ont rompeu la teste ?

                  LE MONDE

     Toutefoys, il [m’]ont toult gasté.

                  ORDRE

     Comme quoy ?

                  LE MONDE

                 Il m’ont tant flaté,

     Et dict [de moy]99, à ma présence,

385   Tant de biens100, sus ma consience,

     Que ne m’en savoys délivrer.

     En fin, y m’ont cuydé navrer

     En me disant « Ce drap est fin,

     Ce pourpoinct est beau et godin »,

390   Voy(e)re, en plusieurs mos arunés101,

     Cuydant que je dise : « Tenez ! »

     Y n’avoyent garde de ce coup !

                  ORDRE

     Or vous retirez tous à coup !

     Servez-vous de telles offices ?

395   Alez impétrer bénéfices

     Soublz l’abaÿe de Frévaulx102 !

     Vuydez !

                  LE IIe GALANT

             Qui tiendra vos chevaulx,

     Comme vous vous éfervuez103 ?

                  ORDRE

     Quelz estoremens, quelz joyaulx !

400   Vydez !

                  LE IIIe GALANT

             Qui tiendra vos chevaulx ?

                  ORDRE

     Telz gens ne font que trop de maulx

     Au Monde. Sus, ne104 revenez !

     Vuydez !

                  LE PREMIER GALANT

              Qui tiendra vos chevaulx,

     Comme vous vous éfervuez ?

                  LE IIe GALANT

405   S’on ne sommes mors ou tués,

     Nous vivrons au Monde, vrayment.

                   ORDRE

     Comment ?

                   LE IIIe GALANT

               Ne vous chaille comment,

     Tant que le Grand Maistre vouldra.

                   ORDRE

     Voy(e)re ; mais donc, y vous fauldra

410   Vivre aultrement pour toulte reste.

     Aveugler, paistre, faire beste ?

     Chassez au loing, chassez, chassez !

                  LE PREMIER GALANT

     Et, comment ! Vous nous ravassez105 ?

     Demandes qu’il est.

                  LE IIe GALANT

                  Vostre nom ?

                  ORDRE

415   Mais le vostre ?

                  LE IIIe GALANT

                 Nostre renom

     S’épant oultre la grande mer.

                  ORDRE

     Et je me faictz Ordre nommer :106

     Je maine à reigle et à compas.

                  LE PREMIER GALANT

     Ordre, je ne vous congnoys pas.

                  ORDRE

420   Je vous en croys sans en jurer !

     Monde, s’on vous veult martirer,

     Je suys qui en faictz la raison.

                  LE MONDE

     Je vous ay veu longue saison ;

     Long temps a que je vous congnoys.

                  LE IIe GALANT

425   Sus, qu(e) aurons-nous ?

                  LE MONDE

                     Troys vins de nois107 !

     Vous estes bien sos rassotés108.

                  LE IIIe GALANT

     Sy conterons-nous vos pastés,

     Monde, quelque jour qui viendra.

                  LE MONDE

     Ceste109 foys n’en mengerez jà,

430   Car vous m’avez pris sur le vert.

                  ORDRE

     Vienne le grand chemin ouvert110

     Qui veult des biens du Monde avoir !

                  LE PREMIER GALANT

     Voylà nostre cas descouvert.

                  ORDRE

     Vienne le grand chemin ouvert,

435   Sans tenir le sentier couvert.

                  LE MONDE

     À tous je l’ay faict asçavoir :

     Vienne le grand chemin ouvert

     Qui veult des biens du Monde avoir !

                  ORDRE               SCÈNE VII

     Enfans, que nous faciez111 debvoir

440   De chanter, à la départye,

     Quelque chanson qui soyt partye112.

     Hardiment, je vous en dispense.

                  LE IIe GALANT

     Voylà pour nostre récompense.113

                                FINIS

*

1 Ces deux mots servent également d’introduction aux Sotz fourréz de Malice et aux Cris de Paris.   2 LV : de quicter   3 LV : la  (Il n’y a pas maille = il n’y a pas un sou.)   4 Nous avons mis trop de temps.   5 Incompréhensible. Étant donné que l’auteur ne recule pas devant les pires calembours, on pourrait oser : il sera chevalet en bois, s’il s’en va chez un cardeur. « Le cardeur travaillait sur un chevalet en bois. »   6 Travaille avec le meilleur cuir tiré de son panier, comme un bon cordonnier.   7 Nous noircissons.   8 Plus niais que des moineaux.   9 Il sera attendu (ironique).   10 Une engelure. Cf. les Sotz escornéz, v. 57. Étant trop pauvres pour avoir de vraies mules, ils ne sauraient avoir des chevaux.   11 Sur cette rubrique, LV en met une autre : LE IIIe G. Soucieux de respecter bêtement l’alternance 1e, 2e, 3e, le copiste ne suit plus l’action : le 1e Galant aborde le Monde en travers pour le faire paître ; le 2e l’aborde par la gauche pour le rendre bête ; le 3e l’aborde par-derrière pour l’aveugler. Toutes les rubriques entre [ ] étaient fausses.   12 Fi des titres nobiliaires et des bandes sur les blasons ! (On suppose qu’ils n’en ont pas plus que de chevaux.)   13 Ça ne nous coûtera rien. « On ne devons » est un normandisme, comme à 275 et 405.   14 LV : prebende   15 LV : hay  (vers 95 et 98.)   16 Une ruse. « Vous estes bien femme/ Pour luy dresser quelque mestier. » Pernet qui va au vin (BM 12).   17 Nous nous retrouverons peut-être à la taverne.   18 LV : aultre   19 Aille de son côté.   20 Le meilleur doit remporter le prix.   21 Afin d’obtenir de l’argent.   22 Il frime.   23 LV : a baille  (Le Monde porte des habits excentriques. Cf. le vers 131.)   24 Vous aide (forme populaire du verbe avancer).   25 Comme un villageois, un paysan. (Le Galant rappelle au Monde, qui le snobe, ses origines roturières.)   26 Je vais.   27 LV : tans   28 Vous ne comprenez rien.   29 LV : est venu   30 Le sodomite (jeu de mots sur « cul »), puisqu’il n’arrive jamais par-devant. « Et la chair qu’on prend par la bouche,/ L’escuyer luy met par le cu. » Parnasse satyrique.   31 Je ne tiens pas à vous fréquenter.   32 Pourtant, je n’ai pas mis trop de temps à venir. Cf. vers 16.   33 Interjection obscène. Hocher = secouer : « Quant une femme mariée/ A esté baysée et hochée/ D’ung autre que de son mary. » Moralité de Charité (BM 64). Le Monde lâchera deux autres interjections obscènes, à 297 et 301.   34 Sans ordre ni méthode. Robin est le type traditionnel du berger.   35 Votre serviteur.   36 LV : De  (Et moi = moi de même.)   37 Qu’un geai.   38 Fréquentation.   39 Avec un éteuf, une balle du jeu de paume.   40 L’intelligence. Mais dans le théâtre comique, le mot engin développe souvent un double sens grivois : « J’ay ainsi aigu la mémoire,/ Et l’engin si vif que c’est raige. » Le Pourpoint rétrécy (F 44).   41 LV : vous  (Voys = vais.)   42 Chacun de mes yeux en vaut dix.   43 Que tes efforts ne vaillent pas un sou.   44 Personnage de Sot qu’on trouvera notamment dans Maistre Mymin qui va à la guerre. Les sonnettes sont les grelots qui ornaient le costume des Sots.   45 Pour peu qu’il soit en cire.   46 LV : de rechange  (Béjaune [bec jaune] = novice. Cf. vers 253.)   47 Sans être sorcier. L’art de l’Ennemi [du diable], c’est la magie noire du v. 250.   48 Veau, imbécile.   49 Renards, hypocrites.   50 LV : eluent  (Le Levant, c’est l’Asie Mineure.)   51 Qui sustentent.   52 LV : liqueur   53 LV : mect   54 Jeu de mots sur « étron ».   55 Une petite pie.   56 LV : a  (En Normandie, o = avec.)   57 LV : pain  (Jeu de mots sur « signe » et « cygne ». Le cygne et le paon se mangeaient : « Poons rostiz et bons cisnes poivreis. » Raoul de Cambrai. Ces deux plats sont souvent accouplés : Testament Pathelin, v. 293.) Le Monde est amateur de calembours : vers 144, 229, 238, 253, 304.   58 Cocu. « Au ruisseau [elles] crottent leurs souliers/ Affin que Jényn Dada croye/ Qu’ilz viennent de Haubervilliers. » Coquillart, Monologue des Perruques.   59 Avec des boîtes.   60 Sorcier.   61 La merde.   62 Jeu de mots sur le « vieil art » du v. 251.   63 LV : agacher  (qu’on trouve sous une forme préférable à 351. Gâcher = souiller.)   64 Forme normande de « peuvent ».   65 LV : leon  (qui rime pour l’oreille mais pas pour l’œil. Dans l’Odyssée et dans les Métamorphoses d’Ovide, la magicienne Circé transformait déjà les hommes en animaux.)   66 Une chopine de vin.   67 Avez-vous de l’or ?   68 Avec vous, l’or serait bien caché.   69 Au bon endroit.   70 LV : congneu et  (vers 272.)   71 Trompé.   72 LV : haster  (vers 286 et 289.)   73 En venir à bout.   74 Baster = guetter. Beter = harceler.   75 LV : se que tu   76 Interjection obscène : serrer = masturber. « Poste [la verge] à Gaultier si serrez ung peu mieulx. » Villon, Ballades en argot homosexuel.   77 Interjection obscène : cogner = coïter. « Quand Gros Jan me vient besoigner,/ Il ne me coingne que du cul. » Rabelais, Quart Livre.   78 Prototype du flatteur, comme le Raoullet Ployart de Pierre Gringore est un prototype de l’impuissant.   79 LV : Que  (Le cri de guerre de Philippe le Hardi <moult me tarde> a fourni une devise à Dijon, mais aussi un cri public aux marchands de moutarde <moult tarde = il tarde beaucoup>. D’où le proverbe « C’est de la moutarde après dîner » [cela vient trop tard], dont Baïf tira : « Après le dîner, la moutarde. »)   80 Flatterie éhontée : cf. la note 23.   81 Le Galant recycle les termes de Pathelin escroquant le drapier.   82 Élégant. Cf. Mallepaye et Bâillevant, v. 122 et note 46.   83 Elle est bien proportionnée.   84 À vos risques et périls.   85 Suis-je battu ? Le sultan Boabdil, battu par les catholiques, avait perdu le Royaume de Grenade en 1492. Sa défaite, qui délivra l’Espagne de sept siècles d’occupation musulmane, fut retentissante dans toute l’Europe.   86 Nous sommes tous chrétiens.   87 Que peut-on faire de plus à quelqu’un qui, ayant été à la mode, a déchu ? (Possible rappel de la chute d’Adam.)   88 LV : de vous gouuerner   89 LV : mais   90 LV : timboys  (Tambois = vacarme.)   91 LV : sonse   92 LV : et   93 Heurts, attaques.   94 Si vous leur avez acheté quelque chose à crédit. (Du verbe accroire.)   95 LV : ailent  (S’en voisent = s’en aillent.)   96 Bien que je n’aie mal nulle part.   97 L’avantage.   98 LV : en igromansie   99 LV : des biens  (Cf. note suivante.)   100 LV : moy   101 Avec des mots judicieusement disposés.   102 Ce lieu mythique désigne un taudis glacial où « l’abbé de Froictz-Vaulx, qui n’endure/ Challeur (…),/ Vous chauffera comme luy-mesme ». (Monologue des Sotz joyeulx.) Ses moines « ne sçayvent les dens où mettre,/ Et sans soupper s’en vont coucher ». (Jeu du Prince des Sotz.)   103 S’effervuer  (lat. effervescere) = s’agiter. « L’autre s’effervue et se trouble. » Coquillart, Droitz nouveaulx, éd. Galliot du Pré.   104 LV : sus   105 Rabâchez. Mais il pourrait s’agir d’une forme normande de ravesquer [rabrouer].   106 « Mer / nommer » est la rime normande par excellence. LV ajoute dessous : que ceulx qui me veulent aymer   107 Vin dans lequel on a fait macérer des noix vertes.   108 LV : radotes  (« Sotz rassotéz, sotz nyais, sotz subtils. » Jeu du Prince des Sotz.)   109 LV : voyere quelque   110 Qu’il vienne en face, et non par des chemins détournés.   111 LV : face   112 Polyphonique.   113 LV ajoute : le premier va deuant commence

LA RÉFORMERESSE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

LA  RÉFORMERESSE

*

Cette pièce écrite en Normandie après 1540 est une sottie protestante, comme la Mère de ville1 ; car les catholiques n’étaient pas les seuls à montrer d’heureuses dispositions pour la pornographie et la scatologie. Notre Réformeresse2 met par écrit les agissements des libertins, puis place cette confession dans une presse afin de « reformater » <vers 75> leur mauvaise vie.

Beaucoup d’auteurs dramatiques jouaient dans leurs pièces (Triboulet, Gringore, Lesnauderie…) : je pense que l’auteur anonyme de la Réformeresse tenait son propre rôle en la personne du 3ème Galant, ce qui rend plus savoureux les vers 239-257.

Source : Manuscrit La Vallière, folio 81 verso à 86 verso.

Structure : Rimes plates, avec 1 rondel double et 4 chansons.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce à VI personnages

*

C’est assavoir :

     LA RÉFORMERESSE

     LE BADIN

     et III GALLANS

     et UN CLERQ

*

               LA RÉFORMERESSE comence      SCÈNE I

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse ;

             Je mais chascun estat en presse

             Ainsy qu’il m’est préordonné.

               LE BADIN3

5    Un serviteur bien ordonné

             Vous plai[rai]st-y poinct, ma mètresse ?

               LA RÉFORMERESSE

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse.

             L’homme de savoir guerdonné4

10    Me fera révérence expresse

             Ou, comme une vielle compresse,

             Yl est de moy habandonné.

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse ;

15    Je mais chascun estat en presse

             Ainsy qu’il m’est préordonné.

               LE BADIN

             Croyez que tantost, belle presse

             Vous aurez,

             Puys qu’ainsy vous réformerez

20    Hommes et femmes par vos ars.

      Diront-y Domynusque pars5,

             Comme à ceulx qu’on donne couronne ?

               LA RÉFORMERESSE

              Qu’esse que cestuy fol blasonne,

      Qui me ront6 la teste en ce poinct ?

               LE BADIN

25    Je demande s’y vous fault poinct

             De serviteur,

             Que je fusse réformateur

             Après que vous m’érez aprins.

               LA RÉFORMERESSE

             Quelz sçavoirs sont en toy comprins ?

30    Dy[-le-]moy, je te le commande7.

             Et davantage, je te demande

      Pourquoy tel instrument8 tu porte.

               LE BADIN

             Pourquoy ? Sainct Jehan ! y me suporte ;

             Et sy, par luy, j’ay du suport.

35    Passé dis ans je fusse mort,

             N’ust esté cestuy instrument.

             Souvent, mélancolieusement

             Vyvoys ; mais, g’y prens mes esbas.

      Quant je voys contens9 ou débas,

40    Je prens l’instrument et m’en joue.

             Pour tant, se voulez que me loue

             [De vous, mectez-moy à l’essay :]

             Vous vouérez que fère séray.

               Le Badin sonne d’un sistre et chante.

     Dens Paris la bonne ville,

     L’Empereur10 est arivé.

45    Il y a eu mainte fille

     Qui a eu le cul rivé.

     Je l’ay dict et le diray ;

     C’est une chose avérée11,

     Je l’ay dict et le diray.

                LA RÉFORMERESSE

50    Et ! vrayment, je vous retiendray

             (Savez-vous bien) telle chanson.

             Y fault publier à plain son

             Les Estas, qu’i nous viennent vouèr.

      Par ce poinct, on poura prévoir

55    Que ma presse soyt assouvye.

                 LE BADIN  joue et chante

     Vous ferez follye,

     Mètresse, ma mye ;

     Vous ferez follye :

     Ne le faictes pas.

                 LA RÉFORMERESSE

60    Pourquoy [ne] m’apartient-y pas ?

      Je veulx qu’i souent12 tous réformés ;

             Au moins ceulx qui sont renommés

      De ne pas bien se13 gouverner.

                 LE BADIN

             Sainct Jehan ! vous érez beau corner14,

65    Sy en font rien qui soyt pour vous !

             Les prédicateurs, tous les jours,

      Braient15 et crient. Apetissez-les :

             Les chambèrières et valès

             Le[s] cressent. Par bieu ! je le dis :

70    S’y devoyent perdre Paradis,

             Y n’en ferouent rien ; c’est simplesse.

                 LA RÉFORMERESSE

             Comment ? Je suys réformeresse ;

             Ne viendront-y poinct en ce lieu ?

                 LE BADIN

             Nénin. Foy que je doy à Dieu,

75    Vous aurez beau réformater.

             Mais penseryez-vous bien master

      Les Estas et [les] mectre en presse16 ?

             Vous seriez plus grande mètresse

             Que n’est pas la femme d’un roy !

80    Mais (escoutez un peu), je croy,

             Un tas de petis populaires,

             Pour en presser un couple d’aires,

             Cela ce peult bien avenir.

                 LA RÉFORMERESSE

             Toute foys, je veulx soutenir :

85    Y fault bien que ma presse serve

             Souèt à presser servant ou serve,

             Ou aultres gens en général.

             Icy entre[nt un Clerq et] III Galans, qui chantent

     Nous sommes une bende                    SCÈNE II

     [Friande, galande]17, normande ;

90    Nous sommes une bende

     D’un joly cœur loyal.

                 LE PREMYER GALANT

             Par le sang bieu ! j’ay le sommal

             De la teste persécuté :

      J’ay beu18, moy. Sy l’on19 eust esté

95    Chanter ainsy comme [l’]on chante,

             Vous eussiez eu plus de cinquante

             Personnes pour offrir à boyre.

             Maintenant, n’en est plus mémoyre.

             C’est pityé que gens sont recuictz.

                 LE IIe GALLANT

100   Quant est de moy, ma foy, j’en suys

             Fâché aussy bien comme toy ;

             Car pour lors, le monde je voy

             Sy avaricieux et siche.

             Il a pour nean beau estre riche,

105   Les gallans ne [s’amendent]20 plus.

                 LE IIIe GALANT

             J’ay veu que nous estions repus,

             Cheux les bourgoys, le temps passé ;

             Maintenant, tout y est cassé,

      Le tout sans avoir21 pié bouté.

110   S’un homme ne faict le conté22,

             On l’apelle fol et prodigue.

             On ne gaigne plus une figue ;

      Pour neant sommes-nous ramentus23.

                LE CLERQ

             J’ay veu qu’on estions revestus,

115   Entre no[u]s, chantres, serviteurs ;

             Mais pour cest heure, les flateurs

             Gardent qu(e) on ne [nous] donne rien.

             Eux-mesmes emportent le bien

             Qui apartient aux bons galans.

120   Or çà, n’en alons plus parlans,

             Mais disons deulx mos de chanson

             Pour passer nostre marisson.

               Ilz chantent ensemble.

      Jacobin, la chose tant doulcète…

                LE BADIN               SCÈNE III

             Dormez-vous ? Qu’esse que vous faicte(s) ?

125   Vouécy de l’euvre qui nous vient.

             Je croy vrayment qu’i nous convyent

             Bien réformer ces gallans-cy.

                LA RÉFORMERESSE

             Que sont-il ?

                LE BADIN

            Enfans sans soucy24,

             Qui cherchent besongnes mal faictes.

130   C’est dommages qu’i n’ont receptes

      À requellir : quelz aplicans25 !

      Jamais les raseurs de Gingans26

      N’alissent27 la sorte qu’i vont.

                LA RÉFORMERESSE

              Va [leur] dire qu(e) on les semont

135   Et somme de venir vers moy,

             Et que je les réformeray

             Et mectray en leur vraye essence.

                LE BADIN

             Par sainct Jehan, g’y voys. Mais je pence

             Qu’i parleront bien à vous, tous.

140   Dieu gard, messieurs !                    SCÈNE IV

                TOUS ENSEMBLE

                                                      Que dictes-vous ?

                LE BADIN28

             C’est ma mètresse qui vous mande

      Par moy, et aussy29 vous commande

             Que vous venez parler à elle.

                LE PREMIER GALANT

      Je vous prye, pour nostre querelle30,

145   Alon la vouèr.

             S’el[le] nous peûlt trèstous pourvoir,

             Nous serions ceste année hureux.

                LE IIe GALANT

             S’el me faisoyt chevalereux,

             Je seroys hors d’un grand soulcy.

                LE BADIN                SCÈNE V

150   Dictes, mètresse, les vouécy.

      Commandez [tout] ce qu’il vous plaist.31

             Y ne leur fault guère de plaist :

             Plaisans ilz sont et triumphans.

                TOUS ENSEMBLE

             Honneur, Dame !

                LA RÉFORMERESSE

                                              A ! [mes] beaux enfans,

155   Vous soyez les trèsbien venus !

             Qui vous gouverne ?

                TOUS ENSEMBLE

                                                  Vénus.

                LE BADIN

             Vouère ! Ménestr[i]eurs et chantres,

             Bien souvent telz gens ont les chancres,

             Poursuyvans leurs plaisirs menus.

                LA RÉFORMERESSE

160   Chascun de vous estes tenus

      De me livrer cy par estat32

             Toute vostre vye et estat,

             Affin qu’ilz souent boutés en presse.

                LE IIe GALANT

             Ma dame la Réformeresse,

165   Nous n’avon estat ne demy,

             Quoy qu’il soyt.

                LA RÉFORMERESSE

                                          Voy(e)là, mon amy :

      Y fault que je l’aye33. Et le vostre ?

                LE IIIe GALANT

             Aussy vray que la patenostre,

             Je diray le mien sans mentir.

                LE CLERQ

170   Et moy, je vous veux advertir

             Que ne mentiray nulement.

                LE BADIN  escript

             Or çà donc[ques], premièrement,

             Je m’en voys là [le] vostre escripre.

             S’il y a un peu à construyre,

175   Il amendera à la presse.

             Vostre nom ?

                LE IIe GALANT

                                      Raul.

                LE PREMIER GALANT

                                                Je le confesse.

                LE BADIN  escript

      Esse pas Raul le Mal-pencé34 ?

                LE [PREMIER GALANT]35

             Et qui, tous les deables, eust pencé

             Qu’il eust sceu mon surnom par cœur ?

180   Vertu bieu, quel fin docteur !

             N’y mectez rien que vérité.

                LA RÉFORMERESSE

             Tout le bien qu’avez mérité,

             Récitez-le, c’est vostre charge.

                LE PREMIER GALANT

             Quel bien ? J’ay un pourpoinct de sarge ;

185   C’est tout ce que j’ay pratiqué.

                LE BADIN  escript

             Avez-vous poinct communiqué

             Aultre foys en lieux dissolus ?

                LE [PREMIER] GALANT

             Et ! ouy dea.

                LE BADIN

                                     Et puys les karolus,

      De vos jeux, s’y treuvent fessés36 ?

                LE PREMIER GALANT

190   Que deable, vous en congnoissez !

             A ! vous estes trop fin pour moy.

                LA RÉFORMERESSE

             Au demourant ?

                LE [PREMIER] GALANT

                                           Je le diray :

             J’ay beu, mengé et faict grand chère.

                LA RÉFORMERESSE

             Donné pour Dieu ?

                LE BADIN

                                                Par ma foy, guère :

195   Ce n’est pas tous le[s] jours un soult.

                LE PREMIER GALANT

             Par Nostre Dame ! y congnoyt tout.

             Je pense, moy, qu’il soyt propheste.

                LA RÉFORMERESSE

             Escrivez qu’on demeure en reste

             Au tavernier souvente foys,

200   Quant y convyent que les bourgoys

             Leur donnent présens trop petis.

                LE [PREMIERGALANT

             Ouy vrayment, des foys plus de dis.

             Voy(e)là le mot qui clost la lestre.

                LE BADIN

             Y fault cecy en presse mectre,

205   On vouerra s’il amendera.

                LA RÉFORMERESSE

             Çà ! après, qui commencera ?

             Ménestr[i]eur, tost aprochez,

             Que vous soyez tous despeschés

             Et réformés trètous ensemble !

                LE [IIe] GALANT

210   Je le veux bien.

                LE BADIN

              In Gen37 ! y me semble

             Que cest estat-cy vauldra deux :

             Je congnoy des ménestrieux

      Qui sont plus paillars que marmos38.

                LA RÉFORMERESSE

             Soudain abrégez en deulx mos,

215   Que vostre estat tost on congnoisse.

                LE IIe GALANT

             Ma dame la Réformeresse,

             Vray est que je suys amoureux.

             À dire, je m’en tiens joyeux

             Quant y fault que ma mye j’enjambe.

                LE BADIN

220   N’en39 avez-vous poinct eu la « jambe »

      Aucune foys grosse par bas40 ?

                LE IIe GALANT

             Ouy dea.

                LE BADIN

                             Et vouélà mes esbas !

             De telz gens, je say la légende.

             Par Dieu ! je veulx qu[e l’]on me pende

225   Se bien d’aultres on ne desgorge !

                LE IIe GALANT

      Quant je voy « l’amoureuse forge »41,

             Je suys d’y hanter curieux.

                LE BADIN

             Vous di-ge pas ? Ménestrieu(r)x,

             Musiciens, joueurs de farces,

230   Yl ayment ces petites garces

             Plus qu’i ne font leur Créateur.

                LA RÉFORMERESSE

             Çà, monssieur le compositeur,

      Venez vers moy prendre l’adresse.

                LE BADIN

             Y fault cecy bouter en presse.
235   Il amendera, ce pensai-ge.

                LA RÉFORMERESSE

             Que dictes-vous ?

                LE IIIe GALANT

                                            Moy ? Et que say-ge !

             Voulez-vous presser mon honneur ?

                LE BADIN

             Quel pratique est-il ?

                [LE IIIe GALANT]42

                                                Compositeur.

                LE BADIN

             Faiseur de farces et de rimes ?

240   A ! il y a en eux des crimes,

             Sur ma foy, aussy bien qu’aux aultres.

      Et quelque foys, entre les vostres43,

             Faictes-vous poinct quelque dizain,

             Quelque rondeau, quelque huictain

245   Pour envoyer à vostre amye ?

                LE IIIe GALANT

             Ouy, bien souvent ; mais ce n’est mye

             De jour : cela se faict de nuict.

                LE BADIN

      Alez, alez, tout s’entresuyct :44

      Y sont tous sus le « bas métier »45.

                LA RÉFORMERESSE

250   Un facteur46 est-y [à] chastier

             Comme chantres ou ménestreu(r)s ?

                LE BADIN

             Et ouy, ouy, y le sont plus qu’eux.

             Y le narent en leur devise.

             J’en congnoys à la court d’église,

255   À47 la court laye et haulte court ;

             Mais par Dieu, jamais un chien court

             Ne fut plus paillard qu’i sont tous !

             Je le voys bouter là-dessoublz

             Et le presser bien fermement.

                LA RÉFORMERESSE

260   Or çà, çà, le beau filz ! vitement,

             Dictes vérité sans rudesse.

                LE CLERQ

             Ma dame la Réformeresse,

             Je la diray sy je la sçays.

                LE BADIN

      Avez-vous pas48 aucunefoys,

265   Quant quelc’une alez49 réveiller,

             Pencé là : « Soublz vostre oreiller,

             Mon Dieu, vouélà un beau têton ! »

             Et50, chantant le petit dicton,

      Dire : « Pleust à Dieu estre grand,

270   Et estre là le demourant

             De la nuict, avec ceste dame ! »

                LE CLERQ

             Ouy, yl est vray.

                LE BADIN

                                         Et ! par mon âme,

             Je vous en croys, n’en jurez jà !

                [LA RÉFORMERESSE]

      Or çà, vous commencez51 deisjà

275   À penser à ceste folye ?

                LE PREMYER GALANT

             Pour éviter mélencolye,

             Presseur qui pressez nos estas,

             Laissez-les en la presse à tas ;

             Puys demain, seront despressés.

280   Affin que vous resjouyssez

             Les honnestes gens de ce lieu,

      Une chanson pour dire adieu !52

*

                               FINIS

*

1 C’est-à-dire : la merde vile. (LV 28)   2 On trouve un personnage de ce nom dans la farce des Povres deables (LV 16).   3 LV met ce 2° quatrain à la fin du rondel, après le v. 16.   4 Doté du savoir.   5 « Dominus pars hereditatis meae… » <Ps. XVI, 5>, récité par les clercs qu’on tonsure (cf. la « couronne » du vers suivant).   6 LV : rend   7 LV : demande  (à la rime.)   8 Un sistre, avec lequel il bat la mesure quand il chante.   9 Contentieux, disputes.   10 Charles Quint, le 1er janvier 1540.   11 LV : ariue   12 Soient (prononcé « swè »). Au v. 71, ferouent = feraient.   13 LV : leur   14 LV : sorner  (« Vous aurez beau corner/ S’il vous revient jamais aulcune corne. » Responce à l’Abbé des Conardz de Rouen.)   15 LV : Braist   16 Contrepèterie : « les prêtres en messe. » Le clergé constituait l’un des trois ordres qui participaient aux États généraux.   17 LV : Galande friande  (C’est l’adaptation d’une chanson rapportée dans la farce du Savetier Calbain <BM 33> : « Je suis allemande, friscande, gallande./ Je suis allemande, fille d’ung Allemand. » Howard Mayer Brown <Music in the french secular theater, n° 315> suggère d’autres sources, mais pas celle-là, qu’il étudie au n° 219.)    18 LV : veu  (Il a mal au crâne pour avoir trop bu.)   19 LV : nous   20 LV : mamendent  (S’amender = s’enrichir.)   21 LV : le   22 L’économe, celui qui a compté.   23 Rappelés à leur bon souvenir.   24 La troupe des « Enfants sans souci » était une confrérie de Sots.   25 Gaillards. « Vélà ne sçay quelz appliquans/ Qui pourroient estre répliquans,/ Se nous disons rien de travers. » Sottie des Coppieurs (T 8).   26 Les rasoirs de Guingamp étaient réputés : « Oncques rasouèr de Guingant/ Ne fut plus affilé qu’elle est. » (Sottie de la Pippée.) Les raseurs de Guingamp devaient donc être rapides et adroits.   27 LV : nalist a  (N’alissent = n’allassent.)   28 LV ajoute dessous : venu suys par deuers vous   29 LV : on   30 LV : apetis  (Querelle = cause, profit.)   31 Même vers dans la farce du Cousturier et son Varlet (LV 20), ce qui confirme ma correction.   32 Sous la forme d’un mémoire.   33 LV : les   34 Maulpensé est un personnage du Capitaine Mal-en-point.   35 LV : IIIe g  (Comme d’habitude, le copiste du ms. La Vallière suit l’alternance Ie, IIe, IIIe, et ne s’occupe pas de l’action. Le 1er Galant, Raoul le Mal-pansé, est chantre <chanteur profane> ; le 2ème Galant est ménestreur <joueur de vielle> ; le 3ème Galant est compositeur <poète>. Toutes les rubriques entre [ ] étaient fausses.)   36 Claqués, dépensés au jeu.   37 Abréviation normande de « saint Jean ».   38 Singes.   39 LV : Et men   40 L’œdème des jambes n’est pas un symptôme syphilitique, contrairement au chancre de la verge. Laquelle verge était surnommée la « jambe du milieu ». Cf. le vers 158.   41 Encore une métaphore érotique ; elle désigne le sexe de la femme. Au vers suivant, hanter = fréquenter, avec un jeu de mots sur enter [greffer]. Cf. les Sotz qui remetent en point Bon Temps, vers 53.   42 LV : la reformeresse   43 LV : aultres  (à la rime.)   44 LV ajoute dessous : farceurs rimeurs et rimaleurs   45 Le coït. « Et jouèrent tant du bas mestier que plus ne povoient. » Cent Nouvelles nouvelles.   46 Poète.   47 LV : de  (La cour laie [laïque] est un tribunal séculier, au contraire de la cour d’église.)   48 LV : veu   49 LV : aues   50 LV : en   51 LV : penses   52 En farce, tout finit par des chansons. Mais cette fin abrupte pourrait indiquer que l’ultime feuillet a disparu, ou que la pièce est inachevée (ce qui expliquerait les vers incomplets).

L’AVANTUREULX

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

L’AVANTUREULX

*

Cette farce normande écrite vers 1528-30 appartient au genre bien fourni du Miles gloriosus. C’est un chef-d’œuvre de satire psychologique qui épingle avec jubilation les peureux, les hâbleurs, les incapables et les pistonnés. Les monologues y abondent, ainsi que les autocorrections.

Source : Manuscrit La Vallière, folio 318 recto à 325 recto.

Structure : Rimes plates.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce nouvelle

à quatre personnages

*

C’est asçavoir :

      L’AVANTUREULX

      et GUERMOUSET

      GUILLOT [LE MAIRE]

      et RIGNOT

*

           L’AVANTUREULX  commence        SCÈNE I

            Qu’esse d’homme qui s’avanture,

            Qui son bruict et honneur procure,

            Et qui est tousjours sur les rens

            Sans jamais dire « Je me rens » ?

5      Il est bon [à voir]1 se partye

     A la chair couarde ou2 hardye.

            Mais quant vient à bailler le cop,

            Y ne se fault pas haster trop,

            Mais se tenir un peu plus loing,

10    Voyre, quant il en est besoing.

            Pencez que je suys renommé ;

            Et sy, suys de chascun nommé

            « Le trèshardy Avantureux ».

            Quant on me voy[oy]t en mains lieux,

15    On crioyt : « Venez, y s’en fuyst ! »

            Di-ge3 : « Fuyez, y fera bruict ! »

            Ma foy ! quant j’avoys mon héaulme,

            Y n’y avoyt homme, au réaulme

      Des Francz4, qui m’osast dire mot.
20    Ne vainqui-ge pas Talebot5 ?

            Ouy, par bieu. Et son filz aussy.

            Et sy, par ma foy, me voicy.

            GUERMOUSET  entre            SCÈNE II

            Mon père !

                                     L’AVANTUREUX

                                   Et qu’as-tu, Guermouset ?

                                     GUERMOUSET

     Que j’ey ? Dea, vertu Trou-biset6 !

25    Que j’ey ? Je ne suys poinct content.

            Je deusse estre pourveu présent,

            Et par vos haultes avantures,

            Avoir bénéfices et cures.

            N’est-il pas temps qu’on me pourvoye ?

                                     L’AVANTUREULX

30    Atens encore, g’y pensoye.

            Tu seras pourveu, par sainct Jaque,

            Mais que je sache qu’il en vaque.

            J’ey faict plus grandes avantures !

            Par ma foy, tu auras deulx cures

35    Où il cherra7 maincte fortune.

            À tout le moins en auras une,

            Sy je puys, en quelque chapelle.

            Vertu ! sy quelqu(e) un se rebelle,

            Y ne fera pas pour le myeulx :

40    C’est grand faict d’un avantureulx.8

            Sang bieu ! j’entreprins une foys

            Une matière de grand poys,

            Car j’alay prendre une jument

            À troys lieux loing de toute gent ;

45    Et la conquestay de léger,

            N’eust esté [qu’]un vilain berger

            Vint sur moy à tout sa houlète

            En me disant : « Vilain, areste ! »

            Y vint sur moy, et de fuÿr.

50    J(e) ouÿ je ne sçay quoy brouyr :

            Je cuydois que ce fussent gens ;

            Par le sang bieu ! c’estoyent les vens.

            Je m’en repentis bien, après,

            Mais je cuydoie qu’i fussent près.

                                     GUERMOUSET

55    Et, mon père, vostre jument ?

                                     L’AVANTUREULX

            Je la lessay de peur du vent.

            Et sy, avoyt le corps plus grand

            Que celle de Guillot d’aultant.

            Voylà comment je fus déceu.

                                    GUERMOUSET

60    Mon père, que je soys pourveu :

            Je veulx avoir, en un bref mot,

            Le bénéfice de Rignot,

            Qui est filz de Guillot le maire.

                                    L’AVANTUREUX

            Comment se poura cela faire ?

65    N’en a-il pas joÿssion ?

                                    GUERMOUSET

            O ! quelque possidation

            Qu’il y ayt, il (n’) y a remyde.

                                    L’AVANTUREULX

            Et comment ?

                                    GUERMOUSET

                                       Il est omicyde :

            Il ocyt en une mellée

70    La poulle d’Inde et de Guynée.

     Ergo donc, selon l’Escripture9,

            Il ne doibt tenir nulle cure.

            Le philosophe le racompte.

                                    L’AVANTUREUX

            Guermouset, tu [me] dictz un compte !

75    S’il est vray, je faictz veu10 à Dieu

            Que je te mectray dens le lieu

            À puissance et à force d’armes.

            Mais pour entretenyr ces termes,

            Y fault, sans que plus on atende,

80    L’aler sommer qu’i me la rende.

                                   GUERMOUSET

            G’iray donc[ques], j’en suys joyeulx.

                                   L’AVANTUREULX

            Dis-luy : « Le grant Avantureulx,

            Renommé plus fort que Raulet

            Du temps que la grant guerre avet11 ;

85    Cil que congnoissez où qu’il aille,

            Courant12 ainsy sur la poulaille ;

            Qui frape sy tost, qui [qu’en haigne]13… »

                                   GUERMOUSET

            Mon père, donnez-moy enseigne14.

                                   L’AVANTUREUX

            Guermouset, tu diras ainsy :

90    « Vous, hommes qui estes icy,

            Le grand Avantureulx vous mande

            Et expressément vous commande,

            Sans aultre débat ne procès,

            Que le bénéfice laissez,

95    De Rignot, dessoublz ma puissance !

            Ou aultrement, à coup de lance

            A pencé de le conquérir. »

            Et pour aulx enseignes venir,

            Tu luy diras que c’est celuy

100   Qui se loga auprès de luy,

            À quatre lyeulx de la ryvée15 ;

            Et qui, tout en une journée,

            S’enfuÿct, nos deulx coste à coste.

            Il est bien sot s’il ne le note.

105   Combien qu’il fust le plus léger,

            Encor parti-ge le premyer.

            Ces enseignes seront congnus.

                                   GUERMOUSET

            Or g’y voys, ne m’en parlez plus :

            J’ey bien le message en mémoyre.

                                   L’AVANTUREULX

110   Guermouset, prens ton escriptoyre,

            S’y faloyt tabellyonner.

            Quant ce viendra à l’ajourner16,

            Mais-y bien ta sommation.

                                  GUERMOUSET

            C’est mon imagination :

115   Vélà cy. Laissez-moy aler.

                                 GUILLOT  entre                SCÈNE III

            Et ! me la debvoyt-on céler,

            La guerre ? A ! je n’y faulderay ;

            Seurement a je m’y combatray,

            Et là, montreray mon courage17.

120   Combien que je soys sur mon âge,

            Sy portai-ge assez bonne lance.

            Ceulx qui ont jousté à oultrance…

            Non pas oultrance proprement.

            Sy j(e) eusse esté sur ma jument

125   Que Rignot perdit à l’armée,

            Il y eust eu lance brisée,

            Ouy dea, ouy dea. Tout en un mot,

            Chascun sçayt bien qui est Guil[l]ot.

            Par Dieu ! le courage m’afolle.

130   Trèsbien je m’enfuys de Marolle18 ;

            Aussy, en estoyt-il besoing.

            Sy, ne m’en tenois-je pas loing,

            Mais me retiray à mon aise,

            Autant que d’icy à Pontoise.

135   Car un souldard qui est souldain

            À fraper se doibt bien tenir loing.

            Jamais je n’us intention

            De faire omycidation.

            Or çà ! les trêves sont faillyes,

140   Les espeautres19 jà assaillyes.

            J’ey un petit trop demeuré.

                                 RIGNOT                     SCÈNE IV

            Mon père, je suys ajourné :

            Je croy bien que perdray ma cure,

            Car l’Avantureulx me procure

145   Dire que suys insufisant.

            A ! vous le vérez maintenant :

            Son filz Guermouset est tout prest

            De vous sommer sans poinct d’arest

            Incontinent de vous combatre.

                                GUILLOT

150   Mon filz, s’y ne sont plus de quatre,

            Je les combatray une foys.

            Au moins s’y ne sont plus de troys,

            S’il en veulent à moy, j’en veulx !

            Sang bieu ! s’y ne sont plus de deulx,

155   J’en feray repentir aulcun,

            Rignot. Mais qu’i n’y en ayt c’un,

            Je luy présenteray mon gage,

            Ouy dea, ouy, et fût-il un page !

            Laissez-lay venir sûrement ;

160   Le bénéfice, et la jument

            Et le jaques, qui est perdu20,

            Fournyront bien au résidu ;

            Par Dieu ! le grand Avantureulx

            Se trouvera bien malureulx.

165   Je croy qu’il y poura faillyr.

                                GUERMOUSET                  SCÈNE V

            Guillot !

                                GUILLOT

                              Me viens-tu assaillir ?

                                GUERMOUSET

            A ! nénin, Guillot, par ma foy.

                                GUILLOT

            Ne t’aproche poinct près de moy,

            Car il ne t’en est pas besoing.

                               GUERMOUSET

170   Bien. Donq, je parleray de loing

            En vous proposant mon message.

                               GUILLOT

            Parle de loing, sy tu es sage !

            Garde que rien je ne te donne !

            (Rignot, ne pers pas ta couronne21.

175   Y fault escouster qu’i dira ;

            Et puys après, y s’en yra

            Tout aussy tost qu’il est venu.)

                             RIGNOT

            C’est bien faict, il sera receu.

                             GUILLOT

            Or je te pry, sans plus gloser,

180   Rignot, que je l’os proposer.

            Au moins ne puys-je que l’ouÿr.

                             GUERMOUSET

            Guillot, y vous fault enfuÿr ;

            Ou me lessez en un bref mot

            Le bénéfice de Rignot.

185   Je suys filz de l’Avantureulx ;

            Mon père dict que je vaulx myeulx

            Que Rignot, et que par puissance

            Y vous veult combatre à la lance,

            Sy le voulez rédargüer22.

                              GUILLOT

190   Et me viens-tu cy argüer ?

                              GUERMOUSET

            Y se veult combatre au plus fort.

                              GUILLOT

            Or çà, Rignot23, sy je suys mort,

            On dira : « Cy-gist par oultrance

            Le plus vaillant qui soyt en France. »

195   Rignot, regarde qu’il y a.

                             RIGNOT

            Sy n’estoyt mon Per omnya24,

            Je leur montrerois bien qui esse !

                            GUILLOT

            Ne te chaille jà de la messe,

            Mais [metz bien] tout parmy le tout.

                            RIGNOT

200   San bieu ! sy en viendrai-ge à boult,

            Quelque chose qu’en doybve faire !

                            GUILLOT

            Guermouset, va dire à ton père

            Qu’il n’a garde que je luy faille :

            S’y veult noyse, je veulx bataille !

205   Et qu’i se garde des horions,

            Car s’une foys nous aprochons,

            Il ne rencontra onc tel homme.

            Va luy dire, sy je l’assomme,

            Qu’i me pardonnera sa mort.

                            GUERMOUSET

210   Nostre Dame ! mon père est fort,

            Quant il entre en sa lunèson.

                            GUILLOT

            Mais qu’il ne frape en traïson,

            Je n’y aconte pas deulx poys.

            Va-t’en vistement !

                            GUERMOUSET

                                                 Je m’(y) envoys.

215   Mon père, je suys revenu.                   SCÈNE VI

                            L’AVANTUREULX

            Qui t’a sy longuement [tenu],

            Guermouset ? As-tu vu Guillot ?

                            GUERMOUSET

            Y m’a menacé ; et moy, mot.

            Et dict qu’i nous tura tous deulx.

                            L’AVANTUREULX

220   Est-il encor sy courageulx

            Comme il estoyt le temps passé ?

                            GUERMOUSET

            A ! y vous a bien menacé,

            Et dict bien qu’i ne vous crainct poinct.

                           L’AVANTUREULX25

            Çà, mon harnoys m’est-il à poinct ?

225   A ! je l’auray ou il m’éra,

            Et fraperay qui frapera !

            Je say de jouster la manyère.

            Mais arme-moy bien par-derière,

            Et que mon harnoys soyt bien clos.

                            GUERMOUSET

230   Quoy ! voulez-vous tourner le dos ?

                            L’AVANTUREULX

            Nénin pas ; mais quant nous fuyons,

            Y fault craindre les horions

            Autant devant comme derière.

            Çà, ma lance et puys ma banyère !

235   Et puys que j’aye mon espée d’armes ;

            Guillot aura les rains bien fermes,

            Sy je ne luy faictz bien sentir.

            Et ! veult-il contre moy tenir ?

            Par les plès bieu ! je le turay.

240   Guermouset, tu seras curay

            Avant qu’il soyt demain mydy.

            Sy, l’on me dict qu’il est hardy

            Et qu’il a fréquenté les armes ;

            Mais quoy ! je luy jouray telz termes

245   Que de fuyr luy sera besoing.

            Mais (os-tu ?) ne te tiens26 pas loing

            De moy, mais frapes dessus luy.

            S’une foys je l’ay assailly,

            Y convyendra bien qu’il endure.

250   Mais, Guermouset, une aultre cure

            Ne seroyt-el poinct aussy bonne

            Comme est celle que je te donne,

            Sans combatre ne dire mot ?

                            GUERMOUSET

            Je croy que vous craignez Guillot ?

255   Et ! quel avantureulx vous estes !

                            L’AVANTUREULX

            Je ne crains rien, s’y n’a deulx testes,

            Mais qu’il ne frape par la pance.

            Guermouset, baille-moy ma lance,

            Et que je la boulte à l’arest.

                            [GUERMOUSET]

260   Aujourd’uy, je voieray que c’est

            Que du gentil Avantureulx.

                            [L’AVANTUREULX]

            Je croy, moy, que ce fust le myeulx

            Qu’il y eust apoinctations :

            C’est grand faict que de horions,

265   À gens qui ne l’ont poinct amors27.

            Sy ai-ge vaincu les plus fors !

            Au moins, je les ay menacés…

            Je n’en parle plus, c’est acez ;

            Car deulx courages sy vaillans

270   Demeurent tousjours sur les champs.

            Guermouset, pour28 toy me combas :

            Sy on me tue, ne m’oublye pas.

            Je te recommende mon corps.

                            GUILLOT                SCÈNE VII

            Sang bieu ! il (y) en aura de mors.

275   Il y moura l’un de nos deulx.

            A ! domyné l’Avantureulx !

            Et ! me viendrez-vous faire guerre

            Et m’assaillyr dessus ma terre ?

            Corps bieu ! je ne vous fauldray poinct.

280   Rignot, mais29 mon jaques à poinct,

            Et puys me baille mon héaulme30.

            A ! je vous auray, sur mon âme,

            Maistre Avantureulx ; de plain bont,

            Voyre, sy ma lance ne ront ;

285   Mais je cuyde qu’el(le) sera ferme.

            A ! qu’esse-là ? Y crye à l’erme ?

            Rignot, haste-toy de venir !

            Je m’en pouray bien revenir

            Sy tost que je l’aray tué.

290   Car pour toy31 il m’a argüé,

            Et je ne luy dema[n]doye rien.

                             L’AVANTUREULX                SCÈNE VIII

            Et ! par Dieu, ainsy que je tien,

            Un apoinctement seroyt bon :

            Quant g’éray rompu mon bâton,

295   Je n’y conquesteray pas maille.

            Sy, fault-il bien que je l’assaille,

            Car les voylà, luy et son filz.

            Guermouset, dis [tes Profondictz]32,

            Tes Gauldès et ta grand Crédo.

                            GUILLOT

300   Jésus ! qu’esse-cy que j’o ?

            L’Avantureulx aproche fort.

                            L’AVANTUREULX

            À mort, vilain ! À mort, à mort !

                            GUILLOT

            Vilain, dictes-vous ? C’est oultrage,

            À un grand maire de vilage.

305   (A ! Rignot, il est courageulx,

            Pour un homme, et avantureulx,

            Et térible quant il se fume.)

            J’ey le cœur plus dur c’une enclume,

            De haste que j’ey de combatre !

310   Par le sang bieu ! j’en turay quatre.

            Vous ne vistes onc tel déduict.

            (Il aura grand pour33, s’y ne s’enfuyct ;

            Mais je ne couray pas après.)

                            L’AVANTUREULX

            Or çà, Guillot, nous sommes prês :

315   Jouston ! A ! qui esse qui tient34 ?

                            GUILLOT

            Dictes-vous à bon essient ?

            Vrayment, je ne vous fauldray pas.

                            L’AVANTUREULX

            A ! dea, dea ! Ne me frapez pas,

            Combien que riens je ne vous crains.

                            GUILLOT

320   Sang bieu ! se g’y boulte les mains…

            Je m’en raporte bien à toy :

            Ne t’aproche pas près de moy,

            Sy tu veulx que je me deffende.

                            L’AVANTUREULX

            Vault-y poinct myeulx que je me rende ?

325   Guermouset, que t’en semble bon ?

                            GUILLOT

            Y vault mieulx que nous apoincton,

            Rignot35, les coups sont dangereulx :

            C’est grand faict d’un avantureulx.

            Je crains qu’i ne soyt trop hardy.

                            L’AVANTUREULX

330   Je te deffy… di-ge : Je dy

            Que tu reculle un peu plus loing.

                            GUERMOUSET

            Voulez-vous faillir au besoing ?

            Frapez, et vous aurez du myeulx.

                            L’AVANTUREULX

            Sy je fusse armé par les yeulx,

335   Je seroys bien plus sûrement.

                            RIGNOT

            Assaillez-lay légèrement,

            Mon père.

                            GUILLOT

                                 G’y voys, par ma foy !

            Rignot, [tiens-toy]36 auprès de moy.

            Jésus ! doys-je dire « Qui vive » ?

                            GUERMOUSET

340    Sus ! voicy Guillot qui arive,

            Y ne fault plus dissimuler.

                            L’AVANTUREULX

            Laisse-moy un peu reculer,

            Et je prendray myeulx ma visée.

                            GUILLOT

            Que sa lance est longue amanchée !

345   Elle est plus longue que la myenne.

                            L’AVANTUREULX

            Çà ! qui vouldra venir, qu’i vienne…

            Di-ge : Voyse-s’en qui vouldra.

                            GUILLOT

            Mauldict soyt-il qui te fauldra !

            Par Dieu, je voys donner dedens.

                            L’AVANTUREULX

350   Mauldict soys-je se je me rens !

                            GUILLOT

            Sy feras, se tu faictz que sage.

                            L’AVANTUREULX

            Ne frape poinct par le visage,

            Ou, par Dieu, je te bauldray belle !

                            GUILLOT

            Par Dieu, Rignot37, y se rebelle :

355   Je cuyde qu’i me veult fraper.

                            L’AVANTUREULX

            Guermouset, sy peulx eschaper,

            Jamais joustes n’entreprendray.

                            GUILLOT

            Je cuyde que je me rendray ;

            Rignot, par ta foy, qu’en dis-tu ?

                            RIGNOT

360   Vous ne valez pas un festu !

            Et ! je vous ay veu sy hardy.

                            GUILLOT

            Et ! par Dieu, Rignot, je te dy :

            Y n’y a rien sceur, en procès.

                            L’AVANTUREULX

            A ! Guillot, vous me menacez ?

365   Souvyenne-vous bien de Marolles :

            Vous en fuŷtes, sans parolles ;

            Je vous y vis bien, par ma foy.

                            GUILLOT

            Sainct Jehan ! vous fuŷtes devant moy,

            Combien que je couroye myeulx.

370   Y ne s’en falust que deulx lieux

            Que nous ne fussions prins d’assault.

                            L’AVANTUREULX

            À mort, vilain !

                            GUILLOT

                                         À mort, ribault !

            Tu n’as garde de m’atraper.

                            L’AVANTUREULX

            Voulez-vous jouer à fraper ?

375   Nostre Dame ! je ne vous crains.

            Combatons-nous à coups de poins,

            Et boutons nos lances en bas.

                            GUILLOT

            Par sainct Jehan ! je n’y gouray38 pas :

            Homme qui combat à oultrance,

380   Y fault bien qu’il ayt unne lance,

            Sy bon jousteur on le renomme.

                            L’AVANTUREULX

            Onques je ne fus sy preudhomme

            En quelque guerre que39 j’alasse.

            (Y vaulsît myeulx que j’apoinctace.)40

                            GUILLOT

385   À mort, à mort !

                            L’AVANTUREULX

                                               À mort, à mort !

                            RIGNOT

            Chascun de vous est le plus fort ;

            Mon père, n’alez plus avant.

                            GUERMOUSET

            Vous l’avez gaigné tout contant,

            Mon père, mais n’aprochez pas.

                            GUILLOT

390   Qui ne me tînt, tu fusses bas !

            (Jamais je n’en eusse eu mercy.)

                            L’AVANTUREULX

            Par Dieu, tu fusses mort aussy :

            Et puys ce seroyt deulx gens mors.

                            GUILLOT

            Veulx-tu poinct liter corps à corps,

395   Et que tu n’ais poinct de bâton ?

                            L’AVANTUREULX

            Y vault myeulx que nous apointon :

            Le moindre bruict est le m[e]illeur.

                            GUILLOT

            Veulx-tu apoincter cœur à cœur ?

                            L’AVANTUREULX

            C’est le meilleur, comme y me semble.

                            GUERMOUSET

400   Y fault parler vos deulx ensemble,

            Et mectre bas chascun sa lance.

                            L’AVANTUREULX