Archives de Tag: Guerre

LE GENTIL HOMME ET SON PAGE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

 

 

*

LE  GENTIL   HOMME  ET   SON  PAGE

*

 

Ce dialogue normand, composé après le mois d’octobre 15251, campe un nobliau famélique et mythomane, contredit par un valet insolent qui a malgré tout de l’affection pour lui, oscillant entre Sancho Pança et Figaro. On trouvait le même couple bancal dans Légier d’argent (F 25), et des emprunts à cette farce fourmillent dans le présent dialogue.

Source : Manuscrit La Vallière, nº 10.

Structure : Rimes plates, avec 1 triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce joyeuse à deulx personnages, 

 c’est asçavoir

ung Gentil homme

et son Page

lequel devient laquès

 

*

 

                                     LE  GENTIL  HOMME  commence

            Mon page !

             LE  PAGE

                                     Qui fut et n’est plus.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pourquoy ?

             LE  PAGE

                                   Je veulx changer de maistre2.

             LE  GENTIL  HOMME

           La raison ?

             LE  PAGE

                                  Vous estes reclus3.

             LE  GENTIL  HOMME

           Mon page !

             LE  PAGE

                                   Qui fut et n’est plus.

           [………………………………. -us

           ……………………………….. -estre.

                                        LE  GENTIL  HOMME

5   Mon page !

             LE  PAGE

                                  Qui fut et n’est plus.]

             LE  GENTIL  HOMME

           Pour quoy cela ?

             LE  PAGE

                                          Je veulx changer de maistre.

             LE  GENTIL  HOMME

           Beaucoup de bons tours puys congnoistre,

           Que t’ay monstré le temps passé.

             LE  PAGE

           Vous chûtes par une fenestre,

10   À la montre4, et fustes cassé.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pource que j’estoys espassé5

           Et hardy en une bataille,

           On m’a cassé6 ; car on me baille,

           Le temps avenir, plus grand charge.

             LE  PAGE

15   Vous avez beau mentir ; que per-ge7 ?

           Car je cuyde, pour abréger,

           Que vous estes hors de danger

           De rien prendre8 à l’argent du Roy.

             LE  GENTIL  HOMME

           Tient-on pas grand conte9 de moy,

20   Quant je suys parmy les seigneurs ?

             LE  PAGE

           Ouy dea. Mes ce sont les greigneurs10

           Avec qui je vous vis jamais

           Que le Fin-Vergus11 de Beauvais,

           Monsieur du Croq, Hape-Gibet,

25   Qui ont tant usé de débet12

           Et trouvé13 chose[s] non perdus :

           Yl ont esté tous troys pendus

           Par le prévost des mareschaulx.

                                         LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, viençà !

           Nombrerès-tu bien les monceaulx

30   Des cors que j’ey mys à [la] fin14 ?

             LE  PAGE

           Ouy dea ! ouy dea ! Se j’avois un coffin15

           Des poulx qu’avez mys à [la] mort16,

           Yl en seroyt plain jusque au bort,

           Et fût-y grand comme un boysseau.

             LE  GENTIL  HOMME

35   M’a[s]-tu pas veu porter l’oyseau17,

           Et tenir train de gentillesse18 ?

             LE  PAGE

           [L’oyseau ?] Ouy dea, par hardiesse :

           Mais c’estouent poulès19 dérobés.

           LE  GENTIL  HOMME

           Touchant joueurs de cartes et de dés,

40   En vis-tu onc[ques] en ta vye

           Un mieulx prisé en seigneurye20,

           N(y) un plus beau joueur que je suys ?

           Car certainnement, je poursuys

           Tousjours le train des gentis hommes.

             LE  PAGE

45   Jamais vous n’y perdîtes grans sommes

           En un jour de vostre vivant :

           Car jamais je ne vous vis vailant

           Troys soublz que vous n’en dussiez sis21.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je ne sçay plus comme je suys ;

50   Mon varlet se moque de moy.

             LE  PAGE

           Non fais, je vous promais ma foy.

           Mais je ne me puys convertir22

           À vous ouïr sy fort mentir

           Et vous gorgier23 en ce poinct.

             LE  GENTIL  HOMME

55   Or viençà ! Ne te souvient-y poinct

           Que j’entris sans plus d’atente

           Vailamment [de]dens une tente

           Où je conquestis une enseigne24 ?

           Et sy, je prins un capitaine

60    Et deulx pièces d’artillerye.

             LE  PAGE

           [Et] où fusse ?

             LE  GENTIL  HOMME

                                        Dens une tente.

             LE  PAGE

           Où ?

             LE  GENTIL  HOMME

                        Dens une tente.

             LE  PAGE

                                                       [Où bien vite

           Avez fuy ?

             LE  GENTIL  HOMME ]

                                 Une bonne fuyte

           Vault mieulx c’une mauvaise atente25.

             [LE  PAGE]

65   Quant de cela, je n’en sçay rien.

           Mais vrayment, y me souvient bien

           Qu’à la Journée des Esperons26,

           [………………………. -ons,]

           Vous fuÿtes dens ung fossé.

           Et puys quant tout fut [d]éblocé27,

70   Vous [ac]courûtes au pillage28.

           LE  GENTIL  HOMME

           Tant tu me fais de dommage,

           De desplaisir et destourbier29 !

           Et sy tu me vouloys un petit suplier

           Et me coloquer30 en tous lieux,

75   Tu t’en trouverès beaucoup mieux :

           Je te pourvoyerès devant tous.

             LE  PAGE

           Je vous emprie, prenez pour vous

           Des biens, sy en povez avoir31 ;

           Garde n’avez de m’en bailler,

80   Ce croi-ge, sy n’en avez d’aultres.

             LE  GENTIL  HOMME

           Y fauldra que je vous épiaultres32,

           Sy de bref vous ne vous changez !

             LE  PAGE

           Y fauldra bien que vous rengez33,

           Ou que vous vous servez vous-mesmes !

             LE  GENTIL  HOMME

85   Tu sçays bien que tu es à mesmes34

           De tout mon bien d’or et d’argent.

           Tu congnoys tout entièrement,

           Maistre et seigneur de mes mugos35

           –Et tu m’entens bien en deulx mos36.

             LE  PAGE

90   Le deable emport qui [ne] vous vit

           Jamais que des gros [sans crédit]

           Qui courent parmy ces maraus37 !

           Vous n’avez jumens, ne chevaus,

           Ny habis qui ne souent en gage38 ;

95   Vostre chemyse est de louage.

           Et sy39, vous fault ung serviteur !

             LE  GENTIL  HOMME

           Tu says bien que tu es menteur :

           J’ay troys ou quatre nobles fieulx40,

           Et de la terre en plusieurs lieux.

100   Parmy les dames, qui [m’en croyt41,

           Quant auprès d’elles on me voyt,]42

           Je ne say aux-quelles entendre.

             LE  PAGE

           Il est bien vray que je vous vis prétendre,

           En un soeir43, au cler de la lune,

105   De coucher avec[que] que[l]que une

           Qui d’une main estoyt manquete44 ;

           Et vous eng[ign]a d’une pouquete45

           La galande, et revîntes tout nu46.

            LE  GENTIL  HOMME

           Voylà pour toy bien mal congneu

110   Le bon plaisir que je t’ay faict.

           Je t’ay acoustré, en effaict,

           Depuys l’espasse de dix ans.

           Voylà le train des bons enfans,

           Maintenant : ne congnoyssent rien.

             LE  PAGE

115   Sy vous ay-ge faict plus de bien

           Que vous ne m’avez déservy47.

             LE  GENTIL  HOMME

           Ne soyons poinct icy messuy48.

           As-tu poinct veu mon estan ?

             LE  PAGE

           Ouy, ouy, [et] les neiges d’anten49 !

120   (Y n’a ny estan, ne clapier50 :

           C’est ung grand fossé de bourbier

           Où sont gregnouiles et mûrons51.)

             LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

             LE  PAGE

                                   Je dis Monssieur que : « Les hérons

           Vous [y] ont faict un grand dommage52. »

             LE  GENTIL  HOMME

125   Vers quel costé ?

             LE  PAGE

                                           Vers le rivage.

           Yl ont gasté le petit fieu.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je t’en croy bien, page, par Dieu :

           Sy avoyt-y force pouesson53.

                                     LE  PAGE

           Il y en y a autant c’un ouéson

130   Porteroyt bien dedans son bec.

                                     LE  GENTIL  HOMME

           Mon grand muret […….. sec],

           Combien contient-y bien de tour ?

                                     LE  PAGE

           Autant qu’on feroit, de ce jour,

           À boyre chopine de vin.

135   (Y n’a terre, vigne, ne vin54 :

           Je dis vray, par saincte Marye !)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                    LE  PAGE

                                 [Que] vostre prarye

           Contient envyron quatre lieux55.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           A ! tu as dict vray, semydieux56 :

140   Yl y sont à la grand mesure.

           Quans herpens57 ay-ge de pasture ?

                                    LE  PAGE

           Envyron III ou IIII cens.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Qui ne te croyt, y n’a pas sens.

                                    LE  PAGE

           (Ouy, bien autant de sens, je dis,

145    Que sur la queue d’une souris.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Tous mes grains, où seront-y mis ?

                                     LE  PAGE

           y seront ?

                                     LE  GENTIL  HOMME

                                   Ouy, ouy.

                                     LE  PAGE

                                                      Cheux vos amys58 !

           Et me semble qu’i seroyt bon

           De les mectre en un mulon59,

150   Près du grenier où est le foing.

           (Par ma foy ! y n’a pain ne grain

           Qu’i séroyt60 mectre en sa gorge.

           Je dis vray, par monsieur sainct George !)

                                     [ LE  GENTIL  HOMME

           Mon avoynne61 est-elle battue ?

                                     LE   PAGE

           Par] ma foy, je ne l’ay poinct veue.

155    (El est d’une estrange couleur !

           D’avoynne ? Vouélà grand douleur.

           Je ne say qui luy eust baillée :

           Y n’en a pas une escullée62,

           De cela je suys bien certain.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

160   Et du reste de l’autre grain,

           Nous en avon à grand foyson ?

                                    LE  PAGE

           Ouy dea, assez et de raison,

           Ma foy, Monsieur, pour nostre année.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Ceste journée,

165   As-tu pas veu mes grans chevaux63 ?

                                    LE  PAGE

           Ouy, ma foy, Monssieur : y sont beaux.

           Y les faict bon vouèr à l’estable.

           (Des grans chevaulx ? Yl a le deable !

           Y n’a que de vielles jumens

170    Qui n’ont aux g[u]eulles nules dens :

           Vouélà tous les chevaux qu’il a.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Page, viençà ! Qui me bailla

           Ce cheval qui est à ma femme ?

                                   LE  PAGE

           Ce fust le roy, Monssieur. (Mon âme !

175   Comme y baille de la bigorne !

           C’est un viel cheval qui est borgne,

           Et n’est c’une vielle carongne

           De jument à qui les os percent ;

           Le cul et les jambes luy herchent64

180   De malle fine povreté.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Suy-ge monté,

           À ton advis, à l’avantage65 ?

                                 LE  PAGE

           Ouy Monssieur, [ainsy] comme [un] page

           Qui va à pié le plus66 du jour.

                                 LE  GENTIL  HOMME

185   Je ne doibtz pas avoir de pa[o]ur67,

           Quant je me trouve en quelque assault.

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                               Pren mon courtault68 :

           Je te le donne pour ton étrène ;

           Le tien te faict par trop de peine,

190  Car y me semble par trop las.

                                LE  PAGE

           Grand mercy, Monssieur ! Et ! quel soulas !

           Je me doys bien réconforter.

          (S’il en avoyt pour le porter

           Luy-mesmes, le povre cocu,

195   De XX soublz69 ou d’un povre escu,

           Pensez-vous qu’i feroyt du maistre ?)

                               LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                  Y te fault estre

           Dedens un moys en Angleterre.

                                LE  PAGE

           Et pour quoy faire ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                Tu m’iras querre

200  Douze haquenés70 à Hantonne,

           Que le roy [des] Engloys me donne ;

           Y valent bien, chascun, cent frans.

           Tu luy mairas71 mes chiens courans

           Pour coupler avec ses lév(e)riers.

                                LE  PAGE

           Ouy, par ma foy !

205   (Y n’a que des chiens à bergers,

           Tous aussy velus c’une vache ;

           Et sy, ont l’oreille aussy flache

           Et aussy mole c’une trippe.)

                                LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                  Que c’est [de] la tippe72,

210   Monssieur ? Voulez-vous qu’on luy maine ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Laquelle esse ?

                                LE  PAGE

                                       C’est Marjollaine,

           [C’est] la plus belle du tropeau.

           (Par ma foy ! on luy voyt73 la peau,

           Tant est morfondue et rongneuse.)

                                LE  GENTIL  HOMME

215   Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                 Elle est plaisante y amoureuse74,

           Ceste chienne, la plus du monde.

                                LE  GENTIL  HOMME

           Et ! c’est cela où je me fonde.

                                LE  PAGE

           Voulez-vous qu’el y soyt menée ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Ouy dea !

                                LE  PAGE

                              [Sy elle n’est]75 traînée,

220   Ceste chienne va sy à loysir

           Qu’à peine poura’le suyvir76

           Un cheval sy tost que le pas

           –Entendez-vous ? je ne mens pas–,

           Tant [elle] est vilaine, orde et salle.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

225   Page !

                                 LE  PAGE

                           Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                   Dedens ma salle77,

           Y faict-y pas maintenant beau ?

                                 LE  PAGE

           Ouy de[a], Monssieur, tout de nouveau78

           [Vous] l’avez faict paindre, pour seur.

           (Mais quelle salle ! c’est hideur :

230   Il n’en a poinct, que sa chemise79 ;

           C’est celle-là dont y devise

           Et de quoy il entent80 parler.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                 LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                 Va-moy seller

           Mon courtault, qui est à l’estable !

                                 LE  PAGE

235   Vostre courtault81 ? (De par le deable !

           Je n’en sache poinct qui vous hète82,

           Que celuy de vostre brayète,

           Qui vous donne bien du tourment…)

                                  LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                  LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                  LE  GENTIL  HOMME

            Aproche-toy légèrement !

240   Et ! tout le temps que me83 servy[s],

           –Je me croy bien à ton avis84,

           [Dis-moy le vray, par ton serment]–,

           T’ai-ge pas payé ton paiment

           Vaillamment, par chascun cartier85 ?

                                 LE  PAGE

           Y n’a poinct falu de papier

245    Pour en escripre la quictance !

           (J’en tiens86 encores sans doubtance

           Tout ce qu[e j’]en receus jamais.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Gens qui ont serviteurs parfaictz

           Les doibvent bien entretenir.

                                 LE  PAGE

250    Mais leur laisser tout leur[s] aquestz

           Vailamment, sans rien retenir.

           Je vous suplye, alons-nous-ent87

           Bien tost ; parton légèrement,

           Et laissez ceste vanterye

255   Dont estes plain : c’est moquerye

           [Que] de vous et de vostre affaire.

           Adieu, ne vous veuile desplaire88 !

 

                                                     FINIS

*

 

1 André Tissier : Recueil de farces, tome 10, pp. 187-189. Droz, 1996.   2 D’après le titre, il veut devenir laquais [valet d’armée]. Un page ne restait jamais dix ans <vers 112> dans cette fonction peu lucrative, et surtout, réservée aux enfants : car un page devait être le modèle réduit de son maître, comme en témoigne l’eau-forte de Jacques Callot intitulée un Gentilhomme et son Page (1617).   3 Cloîtré : la misère lui interdit toute vie sociale.   4 En regardant défiler la troupe. Il faisait donc partie des badauds, et non des soldats qui paradaient.   5 Loin de mes camarades (qui étaient restés en arrière).   6 Cassé aux gages, révoqué sans solde. Il fait semblant de mal comprendre le « cassé » du vers 9, qui se rapportait à ses fractures.   7 Vous mentez pour rien ; qu’ai-je à perdre ?   8 LV : perdre  (Vous ne risquez pas d’être payé par l’État, contrairement aux militaires.)   9 Jeu de mots involontaire sur « tenir compte » et « tenir des contes » [se livrer à des racontars].   10 Les plus importants.   11 Fin-verjus est un savetier alcoolique et roublard (F 33, T 11). Le croc est le crochet des tireurs de bourses, et un outil pour crocheter les serrures : « Successeurs de Villon en l’art de la pinse et du croq. » (Marot.) Happe-gibet est synonyme de brigand, meurtrier et voleur (les Épithètes de M. de la Porte). Bref, le Gentilhomme ne fréquente que du gibier de potence.   12 Des reconnaissances de dettes. (Lat. debet = il doit.)   13 Euphémisme pour « volé ».   14 Parviendrais-tu à compter les ennemis que j’ai tués ? « Je ne cognois deux ne trois tant soyent puissans hommes que (il) ne les eust bien mys à la fin. » A. de La Sale.   15 Un couffin, une corbeille.   16 Forme attestée : « Furent jugés & mys à la mort. » Brut. Cf. Troys Gallans et Phlipot, vers 422.   17 Le faucon, que les nobles portaient sur leur poing quand ils chassaient. Cf. le Faulconnier de ville.   18 Le train de vie de la Noblesse (vers 43-44).   19 C’étaient des poulets.   20 Parmi les seigneurs, qui jouaient gros jeu.   21 Vous n’avez jamais eu trois sous vaillants sans en devoir six.   22 Résoudre.   23 Vous rengorger, vous vanter.   24 Un étendard dans une tente de l’ennemi.   25 « Le proverbe qui dict qu’une bonne fuitte vaut mieux qu’une mauvaise attente. » (Straparole.) Pour garder ce proverbe intact, notre auteur a dû introduire un quatrain abba.   26 LV : alemans   Le 20 mai 1525, la « guerre des Boures » (ou des Rustauds) donna lieu à la bataille de Scherwiller : les soldats lorrains (renforcés par quelques gentilshommes français) battirent l’armée des paysans luthériens allemands. Mais aucune « Journée des Allemands » n’est connue sous ce nom. La seule « journée » qui avait marqué les esprits, c’est la Journée des Éperons (bataille de Guinegatte, 16 août 1513), lors de laquelle les soldats français avaient pris la fuite, à l’instar de notre Gentilhomme : cf. l’Avantureulx, vers 408 et note 114. Remarquons d’ailleurs que ce vers 67 n’a pas de pendant : on ignore s’il rimait en -ans ou en -ons. Il est probable qu’un des premiers copistes a modifié ce vers en songeant au traité de Moore (30 août 1525), sur lequel la France comptait encore en octobre pour établir une paix durable avec la perfide Albion ; plutôt que de rappeler aux Normands, déjà furieux contre ce traité, qu’Henri VIII d’Angleterre était en plus le vainqueur de Guinegatte, il valait mieux détourner l’attention populaire sur des vaincus allemands.   27 Quand le blocus fut levé. « Les habitans commencèrent à débloquer et sortir. » Godefroy.   28 Comme un vulgaire troupier : « Plusieurs soldats accoururent de tous costéz, (…) chacun accourant au pillage. » (Le Mercure françois.)  Les combattants français de Guinegatte guerroyèrent surtout contre des poules : « Actes de batailles/ Font contre poulailles/ Noz gens. » (G. Cretin, Lascheté des gensd’armes de France à la Journée des Esperons.)   29 De contrariété.   30 Me mettre en bonne place. Il demande à son page de le valoriser devant les gens, comme le gentilhomme de Légier d’argent (v. notice) : « Jaquet, tu me fais plaisir/ Des biens que vas disant de moy. »   31 Rime normande avèr / baillèr.   32 Fracasse. « Courbatu, espaultré et froissé. » Rabelais, Quart Livre, 14.   33 Que vous vous corrigiez.   34 Gérant. « Je vous mettray à mesme mes biens, où vous pourrez puiser et prendre tant de richesse comme il vous plaira. » Amyot.   35 LV : tresors  (En Normandie, mugot = trésor <cf. Godefroy>. « Nous trouvasmes force trésors inutiles ; nous descouvrismes (…) le beau et ample mugot de Molan. » Satyre Ménippée.)   36 À demi-mot : je n’en dis pas plus pour ne pas révéler où ils sont cachés.   37 Des pièces dévaluées qui ont cours chez les vauriens que vous fréquentez. « De toutes receptes,/ Je ne sache c’un gros qui court. » Le Poulier à sis personnages (LV 27).   38 Qui ne soient hypothéqués.   39 Pourtant.   40 Fiefs. Idem à 126.   41 Si vous m’en croyez. Cf. le vers 143.   42 LV : plus est / ne me croyent pas la on y me vouent   43 Un soir.   44 Manchote.   45 Elle vous escroqua d’une bourse.   46 Sans argent. Galande = galante : cf. la Réformeresse, vers 89.   47 Payé de retour. « Jamais je ne pourroye/ Vous desservir les biens que me donnez. » Charles d’Orléans.   48 Maishui, indéfiniment. « Despeschez donques !/ Je ne veuil estre icy messuy. » (L’Oficial, LV 22.) Entre la rubrique et le vers 117, LV a intercalé des pattes de mouches sans rime ni rythme : Vienca nen parle iamais   49 De l’an passé. Clin d’œil à Villon : « Mais où sont les neiges d’antan ? »   50 Ni étang, ni monceau de pierres. Les vers 118-161 sont à rapprocher de ceux où Messieurs de Mallepaye et de Bâillevant font l’état des lieux de leurs domaines en ruines (vers 247-249). Beaucoup d’autres thèmes sont communs à ces deux dialogues.   51 Des grenouilles et des mûriers-ronces.   52 En exterminant les grenouilles dont vous vous nourrissez.   53 Beaucoup de poisson.   54 Rime dupliquée, qu’on pourrait remplacer par « grain » ou « foin ».   55 4 lieues normandes = 17,7 km.   56 Atténuation de « si m’ait Dieu » [si Dieu m’aide].   57 Combien d’arpents.   58 Chez les affamés avec qui vous frayez. La formule annonce le « cheulx mes amys » des Troys Gallans et Phlipot, v. 442.   59 D’en faire une meule : « Deux petiz mullons de blé. » (Godefroy.) Mais le page parle-t-il des grains, ou des amis de son maître ?   60 Qu’il saurait, qu’il pourrait.   61 À la place du fragment que j’ajoute entre crochets, le copiste a écrit puis biffé : davoynne   62 De quoi emplir une écuelle.   63 Ceux qu’on utilisait à l’armée. De là vient l’expression : « Monter sur ses grands chevaux. »   64 Se traînent.   65 Ai-je une bonne monture ? M. de Mallepaye (vers 176) s’en inquiétait déjà.   66 La plus grande partie. Cf. Légier d’argent (v. notice) : « Et par deffault d’une jument,/ Il va à pié le plus souvent. »   67 De peur, puisque j’ai un bon destrier.   68 Cheval de selle. Idem vers 234.   69 Pour 20 sous : lorsqu’il a un peu d’argent.   70 Montures réservées aux femmes : « Ils sont suivis des litières & des hacquenés de Sa Sainteté. » (Du Mont.) Hantonne = Southampton : « [Ils] singlèrent devers Angleterre ; puis arrivèrent et prirent terre à Hantonne. » (Froissart.)   71 Mèneras. Henri VIII n’aurait jamais abâtardi ses lévriers greyhounds ! On rapproche les vers 199-204 du Journal d’un bourgeois de Paris : « Au dict an 1525, environ le huictiesme octobre, passèrent parmy la ville de Paris vingt ou vingt-cinq hacquenées d’Angleterre que le roy d’Angleterre envoyoit à monsieur le Daulphin estant à Bloys ; et envoia aussi un grand nombre de chiens de chasse, comme cent ou plus, où y avoit grandz dogues d’Angleterre. » Si la référence aux chevaux paraît convaincante, la référence aux chiens l’est beaucoup moins, puisque c’est les chiens français que le page doit conduire en Angleterre, et non l’inverse.   72 « Que doit-on faire de la tippe ? » Mot inconnu ; c’est peut-être un de ces normandismes dont la pièce regorge.   73 LV : vord   74 Digne d’être aimée. « La plus belle dame du roiaulme d’Engleterre, et la plus amoureuse. » Froissart.   75 LV : quelle   76 Pourra-t-elle suivre.   77 La salle principale du château.   78 Tout récemment.   79 Jeu de mots : il n’a de « sale » que sa chemise.   80 Il veut.   81 Le Gentilhomme oublie qu’il vient de le donner au page (vers 187-188). Ce dernier se venge en dénigrant son autre courtaud, c’est-à-dire son pénis : cf. la Complainte d’ung Gentilhomme à sa dame, note 94.   82 Qui puisse vous faire plaisir.   83 LV : mas   84 LV : serment  (Je me fie à ton avis.)   85 Chaque trimestre.   86 Je retiens de mémoire.   87 Rime attestée : Maistre Mymin qui va à la guerre, vers 193.   88 Ce congé s’adresse-t-il au public, comme il se doit, ou au Gentilhomme ?

 

Publicités

COLIN, FILZ DE THÉVOT

British Museum

British Museum

*

 

COLIN,  FILZ  DE  THÉVOT

 

*

 

Voici l’histoire d’un père et d’un fils aussi couards et illettrés l’un que l’autre. Thévot le maire et son fils Colin auront pour digne descendance Guillot le maire et son fils Rignot, ainsi que l’Aventureux et son fils Guermouset1. L’action se déroule à la fin de la deuxième guerre d’Italie, vers 1500-1501.

 Sources : Recueil du British Museum, n° 47 (pièce imprimée en 1542). L’édition du Recueil de Florence (n° 5) s’appuie sur une source moins solide, mais offre parfois des leçons meilleures que j’ai adoptées tacitement. L’édition de Nicolas Rousset (1612), bien qu’elle ait le tort d’être « mise en meilleur ordre et langage qu’auparavant », utilise une source intéressante.

 Structure : Rimes croisées (vestige d’un triolet initial ?), rimes plates.

 Cette édition : Cliquer sur Préface. (Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.) J’ai mis un peu d’ordre dans la page de titre, comme on peut en juger par l’illustration.

 

*

 

Colin, filz de Thévot le maire

qui vient de Naples

et ameine ung Turc prisonnier

 

*

 

Farce nouvelle à quatre personnaiges. C’est assavoir :

    THÉVOT,  le Maire2

    COLIN,  son filz

    LA FEMME

    LE PÈLERIN

 

*

 

                             THÉVOT  commence                      SCÈNE  I

           Vive Thévot, monsieur le Maire !

           Et aussi mon grant filz Colin !

           Or pleust à Dieu qu’il peust tant faire

           De mettre le grant Turc à fin3 !

5        Il reviendra quelque matin.

          Il y a tantost six moys passéz

          Qu’il partit sans point de procès.

          S’une foys il [l’]a entreprins,

          Rende-soy Naples : il est prins4.

10   Et se garde qui saymera5,

    Car jà homme n’eschappera

         Qu’il ne soit prins ou mis à mort,

         Ou soit à droict, ou soit à tort.

         Car il est fier comme ung lyon.

15   Jamais ne fut tel champion,

         Ne plus vaillant homme de guerre

         Pour tost s’en retourner grant erre6.

         Mon grant-père, par hardiesse,

         En cuidant acquérir noblesse,

20   Pource qu’il reculoit derrière,

         Tomba dedens une carrière

         Et fut léans pour se retraire7.

                         LA FEMME                    SCÈNE  II

         Dieu vous gard, Monseigneur le Maire !

         Je vous viens demander justice.

                         THÉVOT

25   (C’est grant faict que d’avoir office8.)

         Et ! bien, bien, je la vous feray.

                         LA FEMME

         Ha ! Monseigneur, je vous diray :

         Il est venu ung gentilastre,

         L’autre jour, jusques à mon astre,

30   Après dîner, la relevée9,

         Tuer ma poulle grivelée,

         Celle qui ponnoit les gros œufz.

                         THÉVOT

         Estoit-il tout seullet, ou deux ?

         Déclairez-moy bien vostre cas.

                         LA FEMME

35   Deux ? Nenny, ilz n’y estoyent pas.

         Il n’y avoit quung grant testu

         Qui avoit ung jacques10 vestu,

         Qui mist ma grant géline à fin.

                         THÉVOT

         (Seroit-ce point mon filz Colin ?

40   Il frappe de taille et d’estoc.)

                         LA FEMME

         Monseigneur, il tua mon coq,

         Et si, me fit de grans oultraiges.

         Encore print-il deux fromaiges.

         Ma foy ! c’est ung maulvais garçon.

                         THÉVOT

45   (Il fault faire information

         Pour sçavoir lequel ce peult estre.)

                         LA FEMME

         Encor(es) mist-il sa jument paistre

         En mon jardin, pour me pis faire.

         Il est vray, Monseigneur le Maire :

50   La vérité sera prouvée11.

                         COLIN                     SCÈNE  III

         Le dyable y ayt part, à l’armée !

         Mon père, hau ! Je suis venu !

                         THÉVOT

         Colin, es-tu jà revenu ?

         Comment se porte la bataille ?

                         COLIN

55   Vous n’avez garde que j(e) y aille

         Tant que jauray la vie au corps.

                         THÉVOT

         En y a-il beaucoup de mortz ?

         Racompte-moy de tes nouvelles.

         Et où sont Vicestre12 et Grenelles ?

60   Tu n’en faictz point de mention.

                         COLIN

         Je les laissay en ung buisson

         Où ilz se tindrent pour l’assault :

         Ilz trembloyent, et si13, faisoit chault ;

         Mais c’estoit de paour seulement.

65   Mais dictes-moy : vostre jument,

         Mon père, est-elle pas venue ?

                         THÉVOT

         La jument ? Mais l’as-tu perdue ?

         COLIN

         Par ma foy ! quelc’un la happa14.

         Véez-vous, elle m’eschappa ;

70   Je ne sçay qui c’est qui la print.

         Je luy avoye dit qu’el(le) s’en vint,

         Par bieu, et si, luy en feiz signe.

                         LA FEMME

         Vous avez tué ma géline !

         Je vous congnoys bien, maintenant.

                         COLIN

75   Et puis quant j’alloye escoutant,

         Et que fusmes près de l’armée,

         On dit qu’il y avoit journée15.

         Par ma foy ! vous debvez penser

         Qu’ilz estoyent tous vestus de fer,

80   Et j’avoye mon jacques de touelle.

                         THÉVOT

         Ne feistes-vous pas du rebelle,

         Quant à l’armée vous arrivastes ?

                         LA FEMME

         Ha ! par ma foy, vous la tuastes

         D’une dague à large rouelle16.

                         COLIN

85   Troys jours devant, je vins à elle17.

         Doibz-je dire ? J’ouÿs sonner

         Clairons, et moy de retourner :

         Il ne faisoit pas bon au lieu.

                         LA FEMME

         Vous la prinstes, par la Croix bieu !

90   Alléluya ! Coquelicoq18 !

         Et puis vous tuastes mon coq.

         [Mon seigneur]19, faictes-m’en justice !

                         THÉVOT

         Colin, ce fut à toy grand vice,

         Se tu feiz tout ce qu’elle dit.

                         COLIN

95   Cuydez-vous que j’eus grand despit,

         Quant je perdis mon hault bonnet ?

         La vieille20 me print au collet

         Et me vint bailler sur le groing,

         Par bieu, cinq ou six coupz de poing,

100  Et print mon bonnet sur ma teste.

                         THÉVOT

         Et ! comment ? Estoys-tu si beste

         De te gouverner de tel sorte ?

                         COLIN

         Le corps bieu ! la vieille estoit forte.

         Pensez : s’el(le) ne m’eust abatu,

105  Ma foy, el(le) ne m’eust pas batu ;

         Mais touteffoys, j’en euz trèsbien21.

                         THÉVOT

         Hé, dia ! Colin, je t’avoye bien,

         Par bieu, racompté ta leçon.

         Tu ne congnoys pas la façon :

110  Du temps qu’à la guerre j’estoye,

         Sces-tu bien comme je faisoye ?

         Je tenoye tousjours pied à boulle22.

                         LA FEMME

         Vous eustes mon coq et ma poulle.

         Je vous supplye, despeschez-moy23.

                         THÉVOT

115  Colin, ce fut mal faict à toy,

         De perdre ton jacque(s)24, en ce point.

                         COLIN

         Ne pensez-vous pas qu’en pourpoint

         On coure mieulx que tout vestu ?

                         THÉVOT

         Ce fust à toy bien entendu :

120  Tu as ung bel entendement.

                         COLIN

         Je le feiz25 si secrètement

         Que j’eschappay par-devant tous.

                         LA FEMME

         Et ! par ma foy, ce fustes vous

         Qui montastes en ma chasière26.

125  J’estoye en nostre chènevière27.

         Il fault dire du bien le bien28,

         Monseigneur le Juge : de rien

         Je ne vouldroye jamais mentir.

                         COLIN

         Mon père, pour vous advertir,

130  Pensez que j’ay esté vaillant,

         Combien que j’ay perdu contant,

         À l’armée29, mainte bonne bague.

                         THÉVOT

         Colin, et ! monstre çà ma dague :

         Long temps a que ne l’ay tenue.

                         COLIN

135  A ! tresdame, je l’ay perdue :

         La vieille la print au fourreau.

         Se n’eusse recullé tout beau,

         Je cuide qu’elle m’eust frappé.

         Mais toutesfoys, j’en eschappé

140  Car, par ma foy, je m’en fouy.

                         LA FEMME

         Vous la prinstes dedens le ny30

         Aussi tost que vous arrivastes.

         Je sçay bien que vous la fourrastes

         Incontinent en la besace.

                         COLIN

145  Quant nous fusmes dedens la place,

         J(e) ouÿs sonner31 : « Drain, drain, drain, [drain !] »

         Et moy de regarder le train32.

         L’ung crioit : « Torche33 ! Frappe ! Tire ! »

                         THÉVOT

         Que sces-tu34 ?

                         COLIN

                                       Je l’ay ouÿ dire.

150  Quant jouÿs crier à l’enseigne35,

         Je vins derrière une montaigne,

         Et laissay tous mes compaignons.

                         LA FEMME

         Vous les mengeastes, mes oysons

         Qui menoyent les petis piros36.

                         THÉVOT

155  Vous ne venez pas à propos ;

         Vous ne faictes que fatrouiller.

                         COLIN

         Que venez-vous icy brouiller ?

         Je regni37 !

                         THÉVOT

                               Ha ! tout beau, Colin !

         [LA FEMME

         Hé ! qu’il faict bien le jobelin38.

                         THÉVOT]

160  Recullez-vous, il est hardy.

                         LA FEMME

         Tout aussi vray comme je dy !

         Ha ! je vous ay bien advisé,

         Combien que soyez desguisé :

         [Car] vous aviez ung hocqueton

165  Tant espès39 !

                         THÉVOT

                                   Nous en jugeron

         En tens et en lieu, ne vous chaille.

                         LA FEMME

         Vous la mengeastes, ma poulaille,

         Et aussi feistes-vous mon coq40.

         Faictes-moy justice, Thévot…

170  Se doibtz-je dire « Mon seigneur ».

         Il me feist plusgrant déshonneur,

         Et je vous diray la manière :

         Il empoigna ma chambèrière

         (N’estoit-il pas bien maucourtoys ?),

175  Et si, luy fist41 deux ou troys foys.

                         THÉVOT

         Est-il vray42 ?

                         LA FEMME

                                   Ouy, je les y trouvay :

         Le cas est congneu et prouvé,

         Il n’y convient point d’autre preuve.

                         COLIN

         Mais cuidez-vous ? Quant on se treuve

180  Seullement à les veoir43 de loing,

         Il est bien de fouÿr besoing :

         On y donne de maulvais coups.

                         LA FEMME

         Thévot, je vueil parler à vous :

         Se vous n’en faictes autre chose

185  De ma cause, je m’y oppose !

         Fornicallement44 j’en appelle !

         Et s’il fault que je me rebelle,

         Je mettray alligation

         Sans vostre jurisdition,

190  Et m’en croyray aux accidens45.

                         THÉVOT

         Par bieu ! En despit de voz dens46,

         Mèshuy rien je n’en jugeray.

                         LA FEMME

         Il me souffist, je m’en yray.

                         COLIN                     SCÈNE  IV

         Affin que plus on ne devine,

195  C’est47 moy qui tuay la géline :

         Elle couroit ; je saulx acop

         À tout ma dague48, et feiz [sap !] sop !

         Je la frappay en trahyson.

                         THÉVOT

         Colin, la femme avoit raison.

200  Mais escoute que je te dy :49

         Comme fus-tu si fort hardy

         De la poursuyvre jusqu(es) à mort ?

                         COLIN

         Mon père, j’ay bien faict plus fort ;

         Et pour cela, ne plus ne moins,

205  J’ay bien autre chose entre mains,

         Que vous verrez tantost en place.50

         Ce n’est pas comme de la vasche

         Que vous emblastes51 une foys…

                         THÉVOT

    As-tu ouvré de plus grant poix52,

210  Mon filz Colin, pour abréger ?

                         COLIN

         Mon père, j’ay ung prisonnier,

         Que j’ay attrappé en chemin.

         Je croy que c’est ung Sarrazin,

         Car il parle barragonnoys53.

215  Je le prins au pied de la croix54,

         En venant de Naples à Romme55.

         Oncques ne vistes ung tel homme.

         J’ay esté vaillant, Dieu mercy !

                         THÉVOT

         Colin, ameine-lay icy.

220  Vélà bien besongné à toy.

                         COLIN

         Venez doncques avecques moy,

         Ou autrement je le lerray56 :

         Il porte ung grant baston ferré.

         Par Nostre Dame ! je le crains.

                         THÉVOT

225  J’ay mon bon baston à deux mains.

         Où l’as-tu bouté en prison ?

         S’il n’est bien en forte maison57,

         Je l’attraperay, se je puis.

                         COLIN

         Je l’ay bouté derrière l’huys58 ;

230  Il n’a garde d’en eschapper.

         Veez-le là !

                         THÉVOT

                             Veult-il point frapper ?

                         COLIN

         Regardez-le-moy à la trongne !

                         THÉVOT

         Çà, maistre, çà, je vous empoigne !

         Regardez se je suis vaillant.

235  L’as-tu bien conquesté si grant,

         Colin ? Tu estois vaillant homme.

                         COLIN

         Et ! je le prins au premier somme,

         Ce pendant comme il [se] dormoit.

         Et j’escouté comme il ronfloit ;

240  Alors le couraige me creut59.

                          THÉVOT

         De crainte60 qu’il ne tapperceût,

         Il estoit saison de le prendre.

         Combien de rençon veulx-tu rendre

         [À mon filz Colin ?]61 Je regny !

                         LE PÈLERIN                    SCÈNE  V

245  Got ! fadracot garare [my,

    Vestud tauffe du lain]62 mistrande.

                         THÉVOT

         Mais que dyable est-ce qu’il demande ?

         Je n’entens point son jobelin63.

         Parle-il françoys, ou latin ?

250  Je ne sçay, sur ma conscience !

                         LE PÈLERIN

         Ô fillos ! aes d’implorance.

         Filos meretre salement64.

                         THÉVOT

         Veult-il faire son testament ?

    Colin, demande-luy cujus casus65,

255  De ton latin. En scez-tu plus ?

         Tu as tant esté à l’escolle !

                          LE PÈLERIN

         Sardore sore basterolle,

         Hohart zohart, belle fredrac.

                         THÉVOT

         Avoit-il rien en son bissac,

260  Quant tu le prins premièrement ?

         Tu le happas subtillement ;

         Tu fuz vaillant, il le fa(i)lloit.

         COLIN

         Et ! je le prins où il dormoit :

         Je n’y fusse pas arrivé.

                         LE PÈLERIN

265  Aaon mac, God ! tu te rivé.

         Tison grac errac rencontre.

                         THÉVOT

         Mais quel lettre est-ce qu’il nous monstre ?

         Monstre-la-moy, mon filz Colin.

         Je cuide qu’el(le) soit en latin.

270  « Uni… Uni… Universis. »

    Les lettres sont si très menues

    Que je ne sçay là où j’en suis.

         « Inspec… Inspec… Inspec… »

                         COLIN

                                              « Inspecturis66. »

                         THÉVOT

         Aa ! trédame, tu l’as trouvé.

275  Ma foy, j’estoye [si] fort troublé

         [Que] je la lisoye à revers.

         Mais il est tant de maulvais clercz !

         Pensez que voicy mal escript.

         Je cuide que la lettre dit

280  Qu’il s’en va en pèlerinage.

                         LE PÈLERIN

         Ouel, ouel !

                         THÉVOT

           Il me disoit bien mon67 couraige,

         Ma foy, qu’il estoit pèlerin.

         Je le congnoys bien au latin68.

         Le dyable y ait part, à la prise !

285  J’en eusse eu la robe [de Frise]69,

         Colin, et ta mère70 de mesme :

         S’il eust esté de Sarrazinesme71,

         Il eust payé plus de six mille solz.

         Deslye-le tost, nous sommes folz.

290  Tu n’as pas faict nouveaux exploiz.

    Il fault aller tenir noz plaiz, 72

    J’ay bien aultre[s] chose[s] à faire.

                         LE PÈLERIN

    Qu’este hore ? Commil consère !

        Hort, hort, myne coque73 gigois.

                         THÉVOT

295  Il s’en va à Firli… Firlibois…

         Par bieu ! à Saincte-Katherine74,

         Colin : la lettre le décline.

                         COLIN

         Vous n’entendez pas la façon :

         C’est Nostre-Dame-de-Cléron75 ;

300  Par ma foy, je croy qu’il y va.

                         THÉVOT

         Par sainct Père76 ! c’est donc cela ?

         Je n’avoye pas bien extrinqué77 ;

         Ou je cuide que le curé

         Y mist de mauvais latinage.

                         COLIN

305  Quant je l’avisé au visaige,

         Affin que bien je [le] vous die,

         Je cuidoye qu’il fust de Turcquie,

         Pource qu’il estoit si trèsgrant.78

                         THÉVOT                   SCÈNE  VI

         Laissons cecy pour maintenant.

310  Qu’ay-je faict de mon escriptoire ?

         Il me convient mettre en mémoire79

         Le cas de mes mémoriaulx.

         Comment espèleray-je « houseaulx » ?

                         COLIN

         [H, o, u, s, a, u, x, -saux.]80

                         THÉVOT

315  Ha ! par sainct Jaques, tu dis bien.

         Mais je ne sçay se j(e) oublye rien :

         Il fault regarder hault et bas.

                         LA FEMME                         SCÈNE  VII

         Et ! perdray-je l’oye et le jars81,

         La poulle et le coq [tout] ensemble ?

320  Fault-il qu’on desrobe et [qu’on] emble

         Aux povres gens, ainsi, le leur82 ?

         Je m’en voys par-devers Monsieur,

         Et luy porteray de mes pommes.

 

         Mon seigneur, entre nous qui sommes              SCÈNE  VIII

325  Subjectz dessus83 vostre justice,

         Vous nous debvez garder police84.

         Escoutez, car vécy pour vous85 ;

         Et pour Dieu, que me soyez doulx !

         Onc ne tastastes de tel pomme.

                         THÉVOT

330  Venez vous comparoir soubz l’orme86,

         Vous aurez expédition87.

                         LA FEMME

         Vécy encore en mon gyron

         Du froumaige, ung [très] bon quartier.

                         THÉVOT

         (Il faict bon estre officier :

335  Ilz ont tousjours de grans proffitz.)

         Colin, escoute çà, mon filz :

         Il est saison que [l’]on desplace88.

         LA FEMME

         Je voys mener paistre ma vasche ;

         Je reviendray incontinent.

340  Vous me trouverez seurement

         [Des]soubz l’orme où vous m’avez dit.

                         THÉVOT                   SCÈNE  IX

         Colin, par bieu, j’ay grand despit

         Qu’il me convient aller à pied.

         [Que] le grand dyable en soit loué,

345  Quant tu perdis nostre jument !

                         COLIN

         Le dyable soit au perdement89,

         Et quant onc je fuz à la guerre !

         Jamais ne laisseray90 ma terre,

         Par le sang bieu, ne mon pays !

                         THÉVOT

350  Que feras-tu ?

                          COLIN

                                    Ventre sainct Gris !

         Tousjours me venez harier91.

         Et ! brief je me veulx marier.

                         THÉVOT

         Marier ? Et à quelle fille ?

                         COLIN

         À la fille Gaultier Garguille92.

355  Je seray son mary, par bieu !

         J’ay parlé à elle en ung lieu,

         Et « si » el me dit93, l’autreffoys,

         Quant nous escossions les poys

         De mon cousin Pierre Truette.

                         THÉVOT

360  Elle est assez belle fillette,

         Se [ce] ne fust qu’elle est boyteuse94.

                         COLIN

         C’est tout ung : elle en est plus joyeuse.

                         THÉVOT

         Or laissons icy ce procès ;

         Il fault aller tenir noz plès.

365  J’ay bien aultre[s] chose[s] à faire.

         Allons ! demourras-tu derrière ?

         COLIN

         Je voys après incontinent.

                         THÉVOT

         Or sus, sus ! allons vistement !

         Il fault aller noz plaitz tenir.

370  Adieu jusques au revenir95 !

 

Cy fine la farce de Thévot et Colin son filz.

Imprimé nouvellement à Lyon

en la maison de feu Barnabé Chaussard,

près Nostre-Dame-de-Confort.

Mille cinq cens quarante-et-deux,

Le .XX. de juing.

 

*

 

 

1 Ces quatre personnages sont les « héros » de l’Avantureulx, une farce qui a été influencée et même contaminée par celle-ci.   2 BM : mere   3 À mort (idem vers 38). Le roi de Naples, Frédéric Ier, s’était accoquiné avec le Turc Bajazet.   4 Que Naples se rende, elle est prise !   5 Celui qui tient à sa vie.   6 En grande hâte. « Colin s’en va en la guerre,/ Sur les Turcz son corps esprouver./ Je croy qu’il reviendra grant erre/ Quant il orra les coups donner. » Maxwell <v. note 70>.   7 Il resta là-dedans pour se retirer du combat. « Qui toute la journée ne s’estoit retrait de combattre. » Godefroy.   8 Les maires étaient officiers de justice : vers 334.   9 L’après-midi.   10 Un justaucorps de toile (vers 80). Un fragment manuscrit de notre pièce dit : « Colin a porté mon grant jaques,/ Mays si le faisoit dépecer,/ Ce seroit bien pour me tromper./ Je l’ay porté en mainte armée,/ Que jamès il n’eust coup d’espée,/ Car je me savoye bien retraire. » Charles Samaran, Romania, t. 51 (1925), p. 200.   11 BM et F : trouuee   12 Bicêtre. Les valets portaient souvent le nom de la ville ou de la province dont ils étaient natifs. Les riches officiers (et les hâbleurs) étaient suivis par une ordonnance qui s’occupait de leurs armes et de leur cheval. Le pluriel des vers 81-82 englobe Colin et ses deux valets.   13 Et pourtant.   14 La fermière a gardé la jument (vers 47-48), tout comme elle a pris à Colin son bonnet, son jaque et sa dague.   15 On annonça une bataille. Cf. l’Avantureulx, vers 408.   16 Ayant une large garde. « Sa grand dague à rouelle. » Godefroy.   17 À l’armée.   18 Cocorico. Cette double interjection n’est pas limitée aux histoires de basse-cour : « Par la chair bieu, vieille mastine,/ Quoquelicocq ! Alléluya !/ Je vous tueray ! » (BM 10.) « Et ! par la vertu bieu ! Tu mens !/ Coquelicoq ! Alléluya ! » (BM 26.)   19 BM : Monsieur  —  F : Moaseinneur  (À 170 et 324, F donne Mon seigneur alors que BM donne Monsieur.)   20 La fermière.   21 Des coups de poing (vers 99). Pareille mésaventure advint au Franc-archier de Cherré : « Quant ceste vieille me battit,/ À qui j’avois emblé une oye. »   22 Je résistais fermement. On trouve ce vers dans le Franc-archier de Cherré, joué en 1524. Voir aussi le Capitaine Mal-en-point, vers 407.   23 Occupez-vous de moi.   24 Colin portait encore ce jaque chez la fermière (vers 37) : c’est donc elle qui le lui a pris. L’épisode relatant la « perte » du jaque a disparu, sauf chez Rousset, qui remplace les vers 116-120 par :

    Te laisser battre à une femme ;

    Qu’eusse-tu faict contre un gendarme,

         S’il t’eust présenté le combat ?

                         COLIN

         J’ay tousjours fuï tel débat

         Plain de péril [et] hazardeux.

                         THÉVOT

         C’est bien loin d’en combattre deux

         À la fois. Mais je ne voy point

    Ton jacques dessus ton pourpoint :

         Où est-il ?

                         COLIN

                             Je l’abandonnay

         À qui le voulut, et donnay,

         Pour fuïr plus légèrement.

 25 Je me dévêtis de mon uniforme afin de passer pour un civil.   26 Égouttoir à fromages (vers 43). Cf. Maistre Mymin, vers 189-190.   27 Champ où pousse du chanvre, dont on tirait le chènevis.   28 Il faut dire la vérité. On trouvait déjà ce vers dans le Plaidoyé de Coquillart. Une double ballade de Villon a pour refrain : « On doit dire du bien le bien. »   29 Les soldats passaient leur temps libre à jouer aux cartes et aux dés.   30 Le nid où elle couvait.   31 Les chevaux de l’armée portaient des clochettes, pour qu’on puisse les retrouver après une bataille.   32 L’équipage.   33 Cogne.   34 Qu’en sais-tu (puisque tu n’y étais pas) ? « –Ma puissance est grande. –Que scez-tu, se elle te durera longuement ? » Pétrarque.   35 Quand j’entendis le cri de ralliement de mon bataillon. « Quelle enseigne crierons-nous/ Quant vouldrons ralier à vous ? » Roman de Florimont.   36 Oisons. Outre la poule et un hypothétique coq, la fermière imagine maintenant de se faire rembourser des oies.   37 Je renie Dieu ! Faute d’avoir retenu les règles de l’armée, Colin en a du moins retenu les jurons : vers 51, 103, 350.   38 Le jobard, le sot. Ce vers qui manque dans BM et F est donné par Rousset.   39 Le craintif Colin avait transformé son jaque de toile en hoqueton, c’est-à-dire en corset rembourré. (Rousset modifie ce vers ainsi : Un jacques fort espais et long.) La farce du Pourpoint rétréchy (F 44) évoque justement un jeune fêtard surnommé « Colin Renbouré ».   40 De mon coq. On prononçait « co ».   41 Il lui fit l’amour. (Cf. le Gaudisseur, vers 209-210.) Rousset modifie les vers 174-175 : Et s’eschauffant en son harnois,/ Il luy feit trois ou quatre fois.   42 On sent bien que Thévot est plus admiratif que courroucé.   43 À voir les soldats du vers 152.   44 Lapsus pour « formellement », provoqué par l’épisode de la chambrière. La paysanne se grise avec un vocabulaire juridique approximatif.   45 Elle fusionne l’accessoire et l’incident, qui en droit, s’opposent au principal. Version Rousset : Tant au principal qu’incidens.   46 Malgré vous : « Si faudra-il, en despit de vos dentz, que vous passiez par mes mains. » (Calvin.) Mais ici, Thévot prend l’expression au pied de la lettre : la fermière est capable de mordre.   47 BM et F : Ce fut   48 Je saute d’un coup avec ma dague. « Sap ! sop ! » est une onomatopée imitant les coups de poignard : cf. l’Avantureulx, vers 480.   49 Leçon de F. BM remplace ce vers par : De ce plaindre par deuant moy/ Mes escoute que te diray   50 Ce vers de F est omis par BM.   51 Que vous avez dérobée. Le principal exploit militaire de Thévot est d’avoir tué un « grant beuf », exploit perpétué par ses armoiries : « Tousjours, depuis ce, porté j’ai/ La teste d’ung beuf en escu. » Maxwell <v. note 70>. La farce qui narrait ces hauts faits d’armes est malheureusement perdue.   52 Poids. As-tu fait mieux que moi ?   53 Baragouin.   54 Les pèlerins qui ne trouvaient plus de place dans les chapelles dormaient parfois au pied d’un calvaire.   55 On a vu dans ce vers un indice chronologique. En fait, le passage par Rome était le plus sûr et le plus commode pour aller de Naples en France.   56 Laisserai.   57 À moins qu’il ne soit dans un château fort.   58 Le « prisonnier » patiente dehors, devant la porte, sans avoir été désarmé de son bâton de pèlerin.   59 S’accrut.   60 BM : paour  (qui est monosyllabique au vers 64.)   61 Cette question est posée au pèlerin, qui en guise de réponse, entre dans la salle, provoquant l’effroi de Thévot.   62 BM : vestud my/ Touffe dulain  —  F : vestud mystre/ Tauffe du lain  (Le charabia est une incontournable tradition farcesque. Ici, l’étoffe de lin remplace le drap de laine cher au jargonneur Pathelin.) Pour d’autres interprétations tout aussi hasardeuses, on consultera l’édition du Recueil de Florence par Jelle Koopmans (pp. 103-104), et le Recueil de farces d’André Tissier (tome V, pp. 214-219).   63 Son jargon.   64 BM : salment  —  F : falement   65 La situation du « de cujus », c’est-à-dire du testateur.   66 Les sauf-conduits que l’Église délivrait aux pèlerins commençaient par « Universis inspecturis has præsentes litteras » : À tous ceux qui verront les présentes lettres. Un autre clerc va-t-en-guerre, Maître Mymin (scène V), a les mêmes difficultés de lecture.   67 BM : nu  —  F : au  (Mon cœur me disait bien. « Mon courage me disoit tousjours que je seroye par toy déceu et trahy. » Valentin et Orson.)   68 À son jargon.   69 BM et F : grise  —  Rousset : J’eusse eu une pièce de Frise  (Contre les abus vestimentaires des magistrats, une loi somptuaire de 1550 « fit défenses à tous juges royaux d’entrer au Barreau avec robbes de Frize ou de soye. »)   70 Elle apparaît dans une farce de 1517 : Thévot le maire, Perruche sa femme, et Colin « gendeguerre » leur fils, lequel s’en va sur les Turcz et prent son père prisonnier. (Ian Ramsay Maxwell, Humanisme et Renaissance, VI, 1939, pp. 541-546.)   71 Pays des Sarrasins. « Et fut en Sarrasinesme faire guerre aux Sarrasins. » Histoire de Charles VI.   72 Rendre la justice. Ce vers et le suivant sont mieux à leur place à 364-365 : le passage 291-293 semble interpolé.   73 BM : copue    F : coque  (On pourrait déduire « coque cigois », variante jargonnesque de « coque cigrue ».)   74 À l’église Sainte-Catherine-de-Fierbois, en Touraine, où Jeanne d’Arc retrouva l’épée avec laquelle Charles Martel avait vaincu les Sarrasins (dont il est question aux vers 213 et 287).   75 La basilique Notre-Dame-de-Cléry, près d’Orléans, où fut inhumé Louis XI. Le soldat Colin entend encore « sonner clairons » (vers 87) !   76 Saint Pierre : cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 395.   77 BM et F : extringue  (Extrinquer = démêler, débrouiller. « Ne pouvant s’extrinquer de ce labyrinthe. » Histoires prodigieuses, 1561.)   78 Le pèlerin reprend son sauf-conduit et sort.   79 Cf. Maistre Mymin, vers 266-267.   80 F  : H.o.u.s.i.a.u.x. -siaux    BM : Housiaulx siaulx.  (La lettre « x » se prononçait « ieu » : « –Qui regarde ? –X [yeux]. » Friquassée crotestyllonnée.)  Il semble manquer un quatrième vers en -aux.   81 La fermière est derrière la porte. Assez fort pour être entendue par le maire, elle rallonge une fois de plus la liste des larcins dont elle voudrait se faire indemniser. Colin n’a volé qu’une poule (vers 195) : ce n’est rien par rapport à tout ce que la fermière lui a pris (note 14).   82 Leur bien. Cf. la Seconde Moralité, vers 253.   83 Contrairement à BM, F choisit la forme correcte : dessoubz. Mais la fermière maîtrise mal les formes correctes.   84 Faire régner l’ordre. « Pour garder police en leur mestier et pour obvier aux faultes et abus, tromperies et malversations qui s’y pourroient commettre. » Statuts et Règlements de la Communauté des maîtres Cordonniers.   85 Elle lui donne un panier de pommes. Il était d’usage d’acheter les juges avec de la nourriture, à tel point que leurs honoraires s’appelaient « les épices » [les dragées].   86 L’oreille attend la rime « sous l’homme ». Mais les juges de village exerçaient bel et bien leur corruption sous un orme : « L’énorme concussion que voyons huy entre ces juges pédanées [debout] soubs l’orme. » (Rabelais.) Cf. le Testament Pathelin, vers 516.   87 Votre affaire sera expédiée.   88 Il est temps de quitter la place.   89 Maudite soit cette perte.   90 BM et F : partiray  —  Rousset : laisseray   91 Bousculer.   92 Les expressions mêlant Gautier et Garguille remontent pour le moins au XVe siècle. Plusieurs farceurs du XVIe prirent « Gautier Garguille » pour pseudonyme ; le dernier mourut en 1633. En 1547, Noël Du Fail évoquera dans ses Propos rustiques une certaine Jouanne, « fille de Colin Guarguille, ce bon gautier ».   93 Elle m’a dit « oui ».   94 Les boiteuses étaient lubriques. Même le chaste Montaigne (III, 11) l’avouait : « Celuy-là ne cognoist pas Vénus en sa parfaicte douceur, qui n’a couché avec la boiteuse…. J’eusse dit que le mouvement détraqué de la boiteuse apportast quelque nouveau plaisir à la besoigne, et quelque poincte de douceur à ceux qui l’essayent…. Je me suis autresfois faict accroire avoir receu plus de plaisir d’une femme, de ce qu’elle n’estoit pas droicte. »   95 On a supposé qu’une autre pièce, perdue, racontait le procès : vu la minceur du sujet, c’est peu probable. Cependant, Colin Thévot a déjà eu affaire à la Justice, et il a même eu pour avocat maître Pathelin : cf. le Testament Pathelin, vers 99.

JEU DU PRINCE DES SOTZ

Bibliothèque nationale de France

      Bibliothèque nationale de France

*

LE  JEU  DU  PRINCE  DES  SOTZ  ET  MÈRE  SOTTE

*

La plus connue des Sotties, créée le 23 février 1512, fut plus ou moins commandée à Pierre Gringore par le roi Louis XII, qui allait bientôt guerroyer contre Jules II. En effet, ce pape avait monté une coalition contre la France, où lui-même avait pourtant trouvé refuge durant son exil, et dont il s’était maintes fois servi à des fins peu catholiques. Notoirement sodomite, Jules II fut joué par Gringore travesti en Mère Sotte1. Il est dépeint tel qu’il s’affichait, avec une cuirasse et des armes par-dessus l’habit pontifical. François Despréz l’a caricaturé ainsi dans les Songes drolatiques de Pantagruel.

Gringore compléta le triptyque avec sa moralité de l’Homme obstiné (toujours le pape), et avec Raoullet Ployart, une des farces les plus crues du répertoire. « Les acteurs étaient les Enfants-sans-Souci, dont Gringore était le second dignitaire sous le nom de Mère Sotte. Le chef de la confrérie était le Prince des Sots »2, qui représente Louis XII dans la pièce.

Sources : Édition a de 1512, BnF, Rés. Ye-1317. Je la corrige sur l’édition b de 1513, Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, Rés. D.493.

Structure : abaab/bcbbc, rimes plates, aabbcbbcc, aabcbbcc. On reconnaît un « Cri » en forme de ballade, une sorte de chanson balladée, un triolet, et des formes à refrain créées par Gringore.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Le  Jeu  du  Prince  des  Sotz

et  Mère  Sotte

Joué  aux  Halles  de  Paris  le  mardy  gras,

l’an  mil  cinq  cens  et  unze 3

*

    [ LE PREMIER  SOT

    LE  SECOND SOT

    LE TIERS SOT

    LE SEIGNEUR DU PONT ALLETZ

    LE PRINCE DE NATES

    LE SEIGNEUR DE JOYE

    LE GÉNÉRAL D’ENFANCE 4

    LE SEIGNEUR DU PLAT D’ARGENT

    LE SEIGNEUR DE LA LUNE

    L’ABBÉ DE FRÉVAULX

    L’ABBÉ DE PLATE BOURCE

    LE PRINCE DES SOTZ

    LE SEIGNEUR DE GAYECTÉ

  L’ABBÉ DE LA COURTILLE

    LA SOTTE COMMUNE

    LA MÈRE SOTTE

    SOTTE FIANCE

    SOTTE OCCASION

    CROULECU 5]

*

                        LA TENEUR DU CRY :

        Sotz lunatiques, sotz estourdis, sotz sages,

        Sotz de villes, de chasteaulx, de villages ;

        Sotz rassotéz, sotz nyais, sotz subtilz,

        Sotz amoureux, sotz privéz, sotz sauvages,

5   Sotz vieux, nouveaux, et sotz de toutes âges,

        Sotz barbares, estranges et gentilz6,

        Sotz raisonnables, sotz pervers, sotz rétifz :

         Vostre Prince, sans nulles intervalles,

         Le mardy gras, jouera ses jeux aux Halles.

10   Sottes dames et sottes damoiselles,

        Sottes vieilles, sottes jeunes, nouvelles,

         Toutes sottes aymant le masculin,

         Sottes hardies, couardes, laides, belles,

         Sottes frisques, sottes doulces, rebelles,

15   Sottes qui veulent avoir leur picotin7,

         Sottes trotantes sur pavé, sur chemin ;

         Sottes rouges, mesgres, grasses et palles :

         Le mardy gras, jouera le Prince aux Halles.

         Sotz yvrongnes aymans les bons loppins8,

20   Sotz qui crachent, au matin, jacopins9 ;

         Sotz qui ayment jeux, tavernes, esbatz ;

         Tous sotz jalloux, sotz gardans les patins10,

         Sotz qui chassent nuyt et jour aux congnins11,

         Sotz qui ayment à fréquenter le « bas »,

25   Sotz qui faictes aux dames les choux gras ;

         Advenez-y12, sotz lavéz et sotz salles.

         Le mardy gras, jouera le Prince aux Halles.

         Mère Sotte semont13 toutes ses sottes.

         N’y faillez pas à y venir, bigottes,

30   Car en secret faictes de bonnes chières.

         Sottes gayes, délicates, mignottes,

         Sottes doulces qui rebrassez voz cottes,

         Sottes qui estes aux hommes famillières,

         Sottes nourrices et sottes chambèrières :

35   Monstrer vous fault doulces et cordiales ;

         Le mardy gras, jouera le Prince aux Halles.

         Fait et donné (buvant vin à plains potz,

         En recordant la naturelle game14)

         Par le Prince des Sotz et ses supostz.

40   Ainsi signé d’ung pet de preude femme.

                                FIN  DU  CRY.

                        S’ENSUYT  LA  SOTTIE

*

                             LE  DROIT15, PREMIER  SOT                 SCÈNE  I

         C’est trop joué de passe-passe,

         Il ne fault plus16 qu’on les menace !

         Tous les jours ilz se fortifient.

         Ceulx qui en promesse se fient

45     Ne congnoissent pas la falace17 ?

         C’est trop joué de passe-passe.

         L’ung parboult et l’autre fricasse18 ;

         Argent entretient l’ung en grâce ;

         Les autres flatent et pallient19,

50     Mais secrettement ilz s(e) allient,

         Car quelq’un, faulx bruvaige brasse20.

         C’est trop joué de passe-passe.

         Je voy, il suffit : on embrasse

         (Par le corps bieu !) en peu d’espace.

55     Se de bien brief ilz ne supplient

         Et leur faulx vouloir multiplient,

         Fondre les verrez comme glace.

         C’est trop joué de passe-passe.

                        LE  .II.  SOT

         Qu’on rompe, qu’on brise, qu’on casse,

60     Qu’on frappe à tort et à travers !

         À bref, plus n’est requis qu’on face

         Le piteux21. Par Dieu ! je me lasse

         D’ouÿr tant de propos divers.

                         LE  .III.  SOT

         Sotz estranges se22 sont couvers

65     Et doubléz durant la froidure,

         Pour cuyder estre recouvers ;

         Mais ilz ont esté descouvers

         Et ont eu sentence bien dure.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         Nostre Prince est saige.

                        LE  .II.

                                                         Il endure.

                        LE .III.

70     Aussy, il paye quant payer fault.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         À Boullongne23 la grasse, injure

         Firent au Prince ; mais, j’en jure,

         Pugnis furent de leur deffault24 !

                        LE  .II.

         Tousjours ung trahistre25 à son sens fault ;

75     Ce sont les communs vireletz26.

                        LE  .III.

         Aussi on fist sur l’eschaffault,

         Incontinent, fust froit ou chault,

         Pour tel cas, des rouges colletz27.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         Tant il y a de fins varletz28 !

                        LE  .II.

80     Tout chascun à son prouffit tend.

                        LE  .III.

         Espaignolz tendent leurs filletz29.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         Mais que font Angloys à Callais30 ?

                        LE  .II.

         Le plus saige rien n’y entend.

                        LE  .III.

         Le Prince des Sotz ne prétend

85     Que donner paix à ses suppôtz.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         Pource que l’Église entreprent

         Sur temporalité31 et prent,

         Nous ne povons avoir repos.

                        LE  .II.

         Brief, il n’y a point de propos.

                        LE  .III.

90     Plusieurs au Prince sont ingratz.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         En fin, perdront honneur et lotz32.

                        LE  .II.

         Et ! doit point le Prince des Sotz

         Assister cy en ces jours gras ?

                        LE  .III.

         N’ayez peur, il n’y fauldra pas.

95     Mais appeller fault le grant cours

         Tous les seigneurs et les prélatz

         Pour délibérer de son cas,

         Car il veult tenir ses grans jours.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         On luy a joué de fins tours.

                        LE  .II.

100   Il en a bien la congnoissance ;

         Mais il est sy humain tousjours !

         Quant on a devers luy recours,

         Jamais il n(e) use de vengeance.

                        LE  .III.

         Suppostz du Prince, en ordonnance !

105   Pas n’est saison de sommeiller.

                        LE  SEIGNEUR  DU  PONT  ALLETZ                            SCÈNE  II

         Il ne me fault point resveiller33 :

         Je fais le guet de toutes pars

         Sur Espaignolz et sur Lombars,

         Qui ont mys leurs timbres34 folletz.

                        LE  PREMIER  [SOT]

110   En bas, seigneur du Pont Alletz35 !

                        LE  SEIGNEUR  DU  PONT  ALLEZ

         Garde me donne des Al(le)mans36 ;

         Je voy ce que font les Flamens,

         Et les Angloys dedans Calletz.

                        LE  .II.

         En bas, seigneur du Pont Alletz !

                        LE  SEIGNEUR  DU  PONT  ALLETZ

115   S(e) on fait au Prince quelque tort,

         Je luy en feray le rapport.

         L’ung suis de ses vrays sotteletz.

                        LE  .III.37

         En bas, seigneur du Pont Alletz !

         Abrège-toy38 tost et te hastes !

                        LE  SEIGNEUR  DU  PONT  ALLETZ

120   J(e) y voys, j(e) y voys.

                        LE  PREMIER  [SOT]

                                                        Prince de Nates !

                        LE  PRINCE  DE  NATES                                                SCÈNE  III

         Qu’ella39, qu’ella ?

                        LE  .II.

                                                    Seigneur de Joye !

                        LE  SEIGNEUR  DE  JOYE                                               SCÈNE  IV

         Me vécy, auprès de la proye

         Passant temps au soir et matin,

         Tousjours avec le fémynin :

125   Vous sçavez que c’est mon usage.

                        LE  .III.

         Cela vient d(e) honneste courage.

                        LE  [SEIGNEUR  DE  JOYE]40

         Mainte belle dame41 matée

         J’ay souvent, en chambre natée42,

         Sans luy demander : « Que fais-tu ?43 »

                        LE  PREMIER  [SOT]

130   Vélà bien congné le « festu44 » !

                        LE  SEIGNEUR  DE  JOYE

         Nopces, convis, festes, bancquetz,

         Beau babil et joyeulx caquetz

         Fais aux dames, je m’y employe.

                        LE  .II.

         C’est trèsbien fait, seigneur de Joye.

                        LE  SEIGNEUR  DE  JOYE

135   Fy de desplaisir, de tristesse !

         Je ne demande que lyesse.

         Tousjours suis plaisant, où que soye.

                        LE  .III.

         Venez àcoup, seigneur de Joye !

         Prince de Nates, tost en place !

                        LE  PRINCE  DE  NATES

140   Je m’y en voys en peu d’espace,

         Car j’entens que le Prince y vient.

                        LE  SEIGNEUR  DE  JOYE

         Joyeuseté faire convient,

         En ces jours gras : c’est l’ordinaire.

                        LE  GÉNÉRAL  D’ENFANCE                                          SCÈNE  V

         Quoy ! voulez-vous voz esbatz faire

145   Sans moy ? Je suis de l’aliance.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         Approchez, Général d’Enfance ;

         Appaisé serez d’ung hochet.

                        LE  GÉNÉRAL  [D’ENFANCE]

         Hon hon ! Men-men45, pa-pa, tétet !

         Du lo-lo ! Au cheval fondu46 !

                        LE  .II.

150   Par Dieu ! vélà bien respondu

         En enfant.

                        LE  .III.

                                   Descendez tost, tost :

         Vous aurez ung morceau de rost,

         Ou une belle pomme cuyte.

         Le Prince, devant qu’il anuyte47,

155   Se rendra icy, Général.

                        LE  GÉNÉRAL  [D’ENFANCE]

         Je m’y en voys. Çà, mon cheval48,

         Mon moulinet49, ma hallebarde !

         Il n’est pas saison que je tarde ;

         J(e) y voys sans houzeaulx et sans bottes.

                       LE  SEIGNEUR  DU  PLAT  [D’ARGENT]                  SCÈNE  VI

160   Honneur par tout50 ! Dieu gard mes hostes !

         En vécy belle compagnie.

         Je croy, par la vierge Marie,

         Que j’en ay plusieurs hébergéz.

                       LE  PREMIER  [SOT]

         Entre vous qui estes logéz

165   Au Plat d’argent51, faictes hommage

         À vostre hoste : il a en52 usaige

         De loger tous les souffreteux53.

                       LE  SEIGNEUR  DU  PLAT  [D’ARGENT]

         Pipeux, joueux et hazardeux,

         Et gens qui ne veullent rien faire

170   Tiennent avec moy ordinaire.

         Et Dieu scet comme je les traicte :

         L’ung au lict, l’autre à la couchette.

         Il y en vient ung si grant tas

         Aucunesfois, n’en doubtez pas,

175   Par Dieu, que ne les sçay où mettre !

                       LE  .II.

         Descendez, car il vous fault estre

         Au conseil du Prince.

                       LE  SEIGNEUR  DU  PLAT  [D’ARGENT]

                                                       Fiat54 !

         Puis qu’il veult tenir son estat,

         J(e) y assisteray voulentiers.

                       LE  SEIGNEUR  DE  LA  LUNE                                     SCÈNE  VII

180   J(e) y doy estre tout des premiers,

         Quelque chose qu’on en babille.

         S’on fait quelque chose subtille,

         Je congnois bien s(e) elle répugne.

                       LE  .III.

         Mignons qui tenez de la lune55,

185   Faictes-luy hardiment honneur !

         C’est vostre naturel seigneur :

         Pour luy, devez tenir la main56.

                       LE  SEIGNEUR  DE  LA  LUNE

         Je suis hâtif57, je suis souldain,

         Inconstant, prompt et variable,

190   Liger d’esp(e)rit et fort muable58.

         Plusieurs ne le treuvent pas bon.

                       LE  PREMIER  [SOT]

         Quant la lune est dessus Bourbon59,

         S’il y a quelq’un en dangier,

         C’est assez pour le vendengier60.

195   Entendez-vous pas bien le terme ?

                       LE  SEIGNEUR  DE  LA  LUNE

         L’ung [j’]enclos, l’autre je defferme61.

         Se fais ennuyt appoinctement62,

         Je le rompray souldainement

         Devant qu’il soit trois jours passéz.

                       LE  .II.

200   Seigneur de la Lune, pensez

         Que nous congnoissons vostre cas.

                       LE  SEIGNEUR  DE  LA  LUNE.   Il  descend.

         Le Prince des Sotz ses estatz

         Veult tenir ? Je m’y en voys rendre.

                       L’ABBÉ  DE  FRÉVAULX                                              SCÈNE  VIII

         Comment ! Voulez-vous entreprendre

205   À faire sans moy cas nouveaulx ?

         Ha ! po[u]r Dieu !

                       LE  .III.

                                           Abbé de Frévaulx,

         Je vous prie qu(e) âme ne se cource63.

                       L’ABBÉ  DE  PLATE  BOURCE                                      SCÈNE  IX

         Ha, ha !

                       LE  PREMIER  [SOT]

                            Abbé de Plate Bource,

         Abrégez-vous, vers nous venez.

                       L’ABBÉ  DE  PLATE  BOURCE

210   Je viens d(e) enluminer mon nez

         Non pas de ces vins vers nouveaulx.

                       LE  .II.

         Çà, çà, Plate Bource et Frévaulx,

         Venez avec la seigneurie ;

         Car je croy, par saincte Marie,

215   Qu’il y aura compaignie grosse.

                        L’ABBÉ  DE  FRÉVAULX

         Je m’y en voys avec ma crosse,

         Et porteray ma chappe exquise,

         Aussi chaulde que vent de bise64.

         Pour moy vous ne demourerez65.

                        L’ABBÉ  DE  PLATE  BOURCE

220   Plate Bource et Frévaulx aurez

         Tout maintenant, n’ayez soucy.

                        LE  .III.

         Plat d’argent !

                        LE  SEIGNEUR  DU  PLAT  [D’ARGENT]

                                      Hollà ! Me vécy

         Bien empesché, n’en doubtez point,

         Car je metz le logis à point

225   De ces seigneurs et ces prélatz ;

         Tout en est tantost, hault et bas,

         Quasi plain.

                        LE  PREMIER  [SOT]

                                    Le Prince des Sotz

         A voulu et veult ses suppostz

         Traicter ainsi qu’il appartient.

                        LE  SEIGNEUR  DU  PLAT  [D’ARGENT]

230   Mot, mot, le vécy ! Où il vient,

         Prenez bon courage, mes hostes.

                        LE  PRINCE  DES  SOTZ                                                   SCÈNE  X

         Honneur ! Dieu gard les sotz et sottes !

         Bénédicité, que j’en voy !

                        LE  SEIGNEUR  DE  GAYECTÉ

         Ilz sont par troppeaulx et par bottes.

                        LE  PRINCE  DES  SOTZ

235   Honneur ! Dieu gard les sotz et sottes !

                        LE  SEIGNEUR  DE  GAYECTÉ

         Arrière, bigotz et bigottes !

         Nous n’en voulons point, par ma foy !

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         Honneur ! Dieu gard les sotz et sottes !

         Bénédicité, que j’en voy !

240   J’ay tousjours Gay(ec)té66 avec moy

         Comme mon cher filz trèsaymé.

                        [LE  SEIGNEUR  DE]  GAYECTÉ

         Prince par-sus tous estimé :

         Non obstant que vous soyez vieulx67,

         Tousjours estes gay et joyeulx,

245   En despit de voz ennemys.

         Et croy que Dieu vous a transmys

         Pour pugnir meffaitz exécrables.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         J’ay veu des choses merveillables,

         En mon temps.

                        LE  PREMIER  [SOT]

                                         Trèsredoubté Prince,

250   Qui entretenez la province

         Des Sotz en paix et en silence,

         Voz suppostz vous font révérence,

         [Délibéréz de vous complaire.

                        LE  .II. ]68

         Et, à qui qu’en vueille desplaire,

255   Au jour d’huy diront motz nouveaulx.

                        LE  .III.

         Voz princes, seigneurs et vassaulx

         Ont fait une grande assemblée.

         Pourveu qu’elle ne soit troublée,

         À les veoir vous prendrez soullaz.

                        LE  PREMIER  [SOT]

260   Voz prélatz ne sont point ingratz,

         Quelque chose qu’on en babille.

         Ilz ont fait durant les jours gras

         Bancquetz, bignetz et telz fatras69

         Aux mignonnes de ceste ville.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]70

265   Où est l’abbé de La Courtille71 ?

         Qu’il vienne, sur peine d’amende !

                        [LE  SEIGNEUR  DE GAYECTÉ

         Je cuyde qu’il est au Concille72.

                        LE  .II.

         Peult-estre, car il est habille

         Respondre à ce qu’on luy demande.

                        L’ABBÉ  DE  PLATE  BOURCE

270   Je vueil bien que chascun entende

         (Et qui vouldra courcer73 s’en cource)

         Que tiens La Courtille en commande74.

                        LE  .III.

         Le corps bieu ! c’est autre vïande.

                        L’ABBÉ  DE  PLATE  BOURCE

         Au moins, les deniers en enbource…

275   Je suis abbé de Plate Bource

         Et de La Courtille.

                        LE  PREMIER  [SOT]

                                               Nota !75

                        L’ABBÉ  DE  [LA  COURTILLE]76                              SCÈNE  XI

         Je courus plus tost que la cource,

         En poste77.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

                                    Raison pourquoy ?

                        L’ABBÉ  DE  [LA  COURTILLE]

                                                                          Pource :

         Tel n’est mort, qui ressucita78.

                        [LE  SEIGNEUR  DE]  GAYECTÉ

280   Et où est Frévaulx ?

                        L’ABBÉ  DE  FRÉVAULX

                                                 Me vellà !

         Par-devant vous vueil comparestre.

         J’ay despendu79, notez cela,

         Et mengé par-cy et par-là

         Tout le revenu de mon cloistre.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

285   Voz moynes ?

                        L’ABBÉ  [DE  FRÉVAULX]

                                        Et ! ilz doivent estre

         Par les champs pour se pourchasser80.

         Bien souvent, quant cuident repaistre,

         Ilz ne sçayvent les dens où mettre,

         Et sans soupper s’en vont coucher.

                        [LE  SEIGNEUR  DE]  GAYECTÉ

290   Et Sainct-Liger81, nostre amy cher,

         Veult-il laisser ses prélatz dignes ?

                        LE  .II.

         Quelque part va le temps passer,

         Car mieulx se congnoist à chasser

         Qu’il ne fait à dire matines82.

                        LE  .III.

295   Voz prélatz font ung tas de mynes83

         Ainsi que moynes régulliers ;

         Mais souvent, dessoubz les courtines,

         Ont créatures fémynines

         En lieu d’heures84 et de psaultiers

                        LE  PREMIER  [SOT]

300   Tant de prélatz irréguliers !

                        LE  .II.

         Mais tant de moynes apostatz !

                        LE  .III.

         L’Église a de maulvais pilliers.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         Il y a ung grant tas d’asniers

         Qui ont bénéfices à tas.

                        LA  SOTTE  COMMUNE85                                            SCÈNE  XII

305   Par Dieu, je ne m’en tairay pas !

         Je voy que chascun se desrune86.

         On descrye87 florins et ducatz ?

         J’en parleray, cela répugne.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         Qui parle ?

                        [LE  SEIGNEUR  DE]  GAYECTÉ

                                    La Sotte Commune.

                        LA  SOTTE  COMMUNE

310   Et qu(e) ay-je à faire de la guerre,

         Ne qu(e) à la chaire de sainct Pierre

         Soit assis ung fol ou ung saige ?

         Que m’en chault-il se l’Église erre,

         Mais que paix soit en ceste terre ?

315   Jamais il ne vint bien88 d’oultraige.

         Je suis asseur89 en mon village ;

         Quant je vueil, je souppe et desj(e)une.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         Qui parle ?

                        LE  PREMIER  SOT

                                  La Sotte Commune.

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

         Tant d’allées et tant de venues,

320   Tant d’entreprises incongnues,

         Appoinctemens90 rompuz, casséz,

         Traysons secrettes [ou congnues]91 ;

         Mourir de fièvres continues,

         Bruvaiges et boucons92 brasséz,

325   Blancz-scelléz93 en secret passéz ;

         Faire feux et puis veoir rancune94.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         Qui parle ?

                        [LE  .III.]95

                                 La Sotte Commune.

                        LA  SOTTE  COMMUNE

         Regardez-moy bien : hardiment,

         Je parle sans sçavoir comment,

330   À cella suis acoustumée.

         Mais à parler réalement,

         Ainsy qu’on dit communément,

         Jamais ne fut feu sans fumée ;

         Aucuns ont la guerre enflamée

335   Qui doivent redoubter Fortune.

                        LE   PRINCE   [DES   SOTZ]

         Qui parle ?

                        LA  SOTTE  COMMUNE

                                   La Sotte Commune !

                        LE  PREMIER  SOT

         La Sotte Commune, aprochez !

                        LE  SECOND  SOT

         Qu’i a-il ? Qu’esse que cherchez ?

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

         Par mon âme, je n’en sçay rien.

340   Je voy les plus grans empeschéz,

         Et les autres se sont cachéz.

         Dieu vueille que tout vienne à bien !

         Chascun n’a pas ce qui est sien ;

         D’affaires d’aultruy on se mesle.

                        LE  .III.

345   Tousjours la Commune grumelle96.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         Commune, de quoy parles-tu ?

                        LE  .II.

         Le Prince est remply de vertu.

                        LE  .III.

         Tu n’as ne guerre, ne bataille.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         L’orgueil des sotz a abatu.

                        LE  .II.

350   Il a selon droit combatu.

                        LE  .III.

         Mesmement, a mys au bas taille97.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         Te vient-on rober ta poulaille98 ?

                        LE  .II.

         Tu es en paix en ta maison.

                        LE  .III.

         Justice99 te preste l’oreille.

                        LE  PREMIER  [SOT]

355   Tu as des biens tant que merveille,

         Dont tu peux faire garnison100.

                        LE  .II.

         Je ne sçay pour quelle achoison101

         À grumeller on te conseille.

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE  chante

         Faulte d’argent, c’est douleur non pareille102.

                        LE .II.

360   La Commune grumèlera

         Sans cesser, et se meslera

         De parler à tort, à travers.

                        LA  [SOTTE COMMUNE

         Ennuyt103, la chose me plaira,

         Et demain il m’en desplaira :

365   J’ay propos muables, divers.

         Les ungz regardent de travers

         Le Prince : je les voy venir.

         Par quoy fault avoir yeulx ouvers,

         Car scismes104 orribles, pervers,

370   Vous verrez de brief advenir.

                        [LE  SEIGNEUR  DE GAYECTÉ

         La Commune ne sçait tenir

         Sa langue.

                        LE  .III.

                                  N’y prenez point garde :

         À ce qu’elle dit ne regarde.

                        La Mère Sotte, habillée par-dessoubz en Mère Sotte,

                     et par-dessus son habit, ainsi comme l’Église.

                        LA  MÈRE  SOTTE105                                                   SCÈNE  XIII

         Sy le dyable y devoit courir

375   (Et deussay-je de mort mourir

         Ainsi qu(e) Abiron et Datan106,

         Ou dampné avecques Sathan),107

         Je feray chascun acourir

         Après moy, et me requérir

380   Pardon et mercy à ma guise.

         Le temporel vueil acquérir,

         Et faire mon renom florir.

         Ha ! brief, vélà mon entreprise.

         Je me dis « Mère Saincte-Église ».

385   Je vueil bien que chascun le note.

         Je maulditz, anatématise.

         Mais soubz l’habit, pour ma devise,

         Porte l’habit de Mère Sotte.

         Bien sçay qu’on dit que je radotte

390   Et que suis fol en ma viellesse108 ;

         Mais gouverner109 vueil à ma poste

         Mon filz110 le Prince, en telle sorte

         Qu’il diminue sa noblesse.

         Sotte Fiance111 !

                        SOTTE  FIANCE

                                               La haultesse

395   De vostre regnom florira.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         Il ne fault pas que je délaisse

         L’entreprise ains que je [suc]cesse112.

         Cent foys l’heure on en mauldira.

                        SOTTE  OCCASION113

         Qui esse qui contredira

400   Vostre saincte discrétion ?

         Tout aussi tost qu’on me verra

         Avec vous, on vous aydera

         À faire vostre intencion.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         Çà, çà, ma Sotte Occasion,

405   Sans vous ne puis faire mon cas.

                        SOTTE  OCCASION

         Pour toute résolution,

         Je trouveray invention

         De mutiner princes, prélatz.

                        SOTTE  FIANCE

         Je promettray escus, ducatz,

410   Mais qu’ilz soyent de vostre aliance.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         Vous dictes bien, Sotte Fiance.

                        SOTTE  FIANCE

         On dit que n’avez point de honte

         De rompre vostre foy promise.

                        SOTTE  OCCASION

         Ingratitude vous surmonte ;

415   De promesse ne tenez compte

         Non plus que bourciers de Venise.

                        MÈRE  SOTTE

         Mon médecin juif prophétise

         Que soye perverse, et que bon est.

                        SOTTE  FIANCE

         Et qui est-il ?

                        MÈRE  SOTTE

                                      Maistre Bonnet114.

                        SOTTE  OCCASION

420   Nostre Mère, il est deffendu,

         En droit, par Juif se gouverner115.

                        SOTTE  FIANCE

         Ainsi comme j’ay entendu,

         Tout sera congnu en temps deu116.

         Il y a bien à discerner.

                        MÈRE  SOTTE

425   Doit autre que moy dominer ?

                        SOTTE  FIANCE

         On dit qu(e) errez contre la loy.

                        MÈRE  SOTTE

         J’ay Occasion quant et moy117.

                        SOTTE  OCCASION118

         Voulentiers je vous serviray,

         Sans qu’il en soit plus répliqué.

                        MÈRE  SOTTE

430   Aussy tost que je cesseray

         D’estre perverse, je mourray :

         Il est ainsi pronosticqué119.

                        SOTTE  FIANCE

         Vous avez trèsbien allégué,

         Ne le mectray en oubliance.

                        LA  MÈRE  [SOTTE]

435   J’ay avec moy Sotte Fiance.

                        SOTTE  OCCASION

         Qu’est la Bonne Foy devenue,

         Vostre vraye sotte principalle ?

                        LA  MÈRE  SOTTE

         Par moy n’est plus entretenue,

         El est maintenant incongnue ;

440   Au temps présent, on la ravalle.

                        SOTTE  FIANCE

         Sy l’ay-je veu[e], juste et loyalle,

         Autreffois jouer en ce lieu120.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         La Bonne Foy ? C’est le viel jeu.

                        [SOTTE]  OCCASION

         Vostre filz, le Prince des Sotz,

445   De bon cueur vous honnore et prise.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         Je vueil qu’on die à tous propos

         (Affin qu(e) acquière bruyt et lotz121)

         Que je suis Mère Saincte-Église.

         Suis-je pas en la chaire assise ?

450   Nuyt et jour, y repose et dors.

                        SOTTE  FIANCE

         Gardez d’en estre mise hors.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         Que mes prélatz viennent icy !

         Amenez-moy les principaulx.

                        [SOTTE]  OCCASION

         Ilz sont tous prestz (n’ayez soulcy)

455   Et délibéréz, Dieu mercy,

         Vous servir comme voz vassaulx.

                        SOTTE  FIANCE

         Croulecu, Sainct-Liger, Frévaulx !

         Çà, La Courtille et Plate Bource !

         Venez tost icy à grant cource !

                        L’ABBÉ  DE  PLATE  BOURCE                                   SCÈNE  XIV

460   Nostre Mère ?

                        [L’ABBÉ  DE]  FRÉVAULX

                                         Nostre asottée ?

                        CROULECU

         Nostre suport, nostre soullas ?

                        [L’ABBÉ  DE]  PLATE  BOURCE

         Par Dieu ! vous serez confortée,

         Et de nuyt et jour, supportée122

         Par voz vrays suppostz les prélatz.

                        MÈRE  SOTTE

465   Or je vous diray tout le cas.

         Mon filz la temporalité

         Entretient, je n’en doubte pas ;

         Mais je vueil, par fas ou nephas123,

         Avoir sur luy l’auctorité.

470   De l’espiritualité

         Je jouys ; ainsy qu’il me semble,

         Tous les deux vueil mesler ensemble.

                        SOTTE  FIANCE

         Les princes y contrediront.

                        SOTTE  OCCASION

         Jamais ilz ne consentiront

475   Que gouvernez le temporel.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         Vueillent ou non, ilz le feront,

         Ou grande guerre à moy auront,

         Tant qu’on ne vit onc débat tel.

                        [L’ABBÉ  DE PLATE  BOURCE

         Mais gardons l’espirituel ;

480   Du temporel ne nous meslons.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         Du temporel jouyr voullons.

                        SOTTE  FIANCE

         La Mère Sotte vous fera

         Des biens, entendez la substance.

                        [L’ABBÉ  DE]  FRÉVAUX

         Comment ?

                        SOTTE  FIANCE

                                 El vous dispencera124

485   De faire ce qu’il vous plaira,

         Mais que tenez son aliance.

                        CROULECU

         Qui le dit ?

                        SOTTE  OCCASION

                                   C’est Sotte Fiance.

         Je suis de son oppinion.

         Gouvernez-vous à ma plaisance ;

490   Contente suis mener la dance,

         Je qui suis Sotte Occasion.

                        MÈRE  SOTTE

         Il sera de nous mencion

         À jamais, mes suppôtz féaulx.

         Se faictes mon intencion,

495   Vous aurez, en conclusion,

         Largement de rouges chappeaulx125.

                        [L’ABBÉ  DE]  PLATE  BOURCE

         Je ne me congnois aux assaulx.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         Frappez de crosses et de croix !

                        L’ABBÉ  DE  PLATE  BOURCE

         Qu’en dis-tu, abbé de Frévaulx ?

                        L’ABBÉ  DE  FRÉVAULX

500   Nous serons trèstous cardinaulx,

         Je l’entens bien à ceste fois.

                        CROULECU

         On y donne des coups de fouetz126,

         Et j(e) enrage quant on m(e) oppresse.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         Mes suppôtz et amys parfaitz,

505   Je sçay et congnois que je fais ;

         D’en plus deviser, c’est simplesse.

         Je voys par-devers la noblesse

         Des princes.

                        L’ABBÉ  DE  PLATE  BOURCE

                                       Allez, nostre Mère.

         Parachevez vostre mistère.

                        MÈRE  SOTTE                                                                  SCÈNE  XV

510   Princes et seigneurs renomméz,

         En toutes provinces claméz :

         Vers vous viens pour aucune127 cause.

                        LE  SEIGNEUR  DU  PONT  ALLETZ

         Nostre Mère, dictes la clause.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         Soustenir vueil en conséquence128

515   Que doy avoir prééminence

         Par-dessus le Prince des Sotz.

         Mes vrays enfans et mes dorlotz,

         Alliez-vous avecques moy.

                        LE  SEIGNEUR  DE  JOYE

         J’ay au Prince promis ma foy ;

520   Servir le vueil, il est ainsi.

                        LE  SEIGNEUR  DU  PLAT  [D’ARGENT]

         Je suis son subgect.

                        LE  PRINCE  DE  NATES

                                                Moy aussi.

                        LE  GÉNÉRAL  D’ENFANCE

         Je seray de son aliance.

                        LE  SEIGNEUR  DE  LA  LUNE

         Nostre Mère, j’ay espérance

         Vous aider, s’il vous semble bon.

                        LE  SEIGNEUR  DU  PONT  ALLETZ

525   Vellà la Lune, sans doubtance,

         Qui est variable, en substance,

         Comme le pourpoint Jehan Gippon129 !

                        LA  MÈRE  SOTE

         Serez-vous des miens ?

                        LE  SEIGNEUR  DE  JOYE

                                                      Nenny non !

         Nous tiendrons nostre foy promise.

                        LA  MÈRE  SOTTE

530   Je suis la Mère Saincte-Église !

                        LE  SEIGNEUR  DU  PLAT  [D’ARGENT]

         Vous ferez ce qu’il vous plaira ;

         Mais nul de nous ne se faindra

         Sa foy : je le dis franc et nect.

                        LE  PRINCE  DE  NATES

         Le Prince nous gouvernera.

                        LE  SEIGNEUR  DU  PONT  ALLÈS

535   De fait on luy obéira ;

         Son bon vouloir chacun congnoist.

                        LE  GÉNÉRAL  [D’ENFANCE]

         Je porteray mon moulinet,

         S’il convient que nous bataillons,

         Pour combatre les papillons130.

                        SOTTE  FIANCE

540   La Mère vous fera des biens,

         Si vous voullez estre des siens ;

         Par elle, aurez de grans gardons131.

                        LE  SEIGNEUR  DE  JOYE

         Comment ?

                        SOTTE  FIANCE

                                    El trouvera moyens

         Vous deslyer de tous lyens,

545   Et vous assouldra par pardons.

                        LE  SEIGNEUR  DE  LA  LUNE

         Elle nous promet de beaulx dons,

         Se voullons faire à sa plaisance.

                        LE  SEIGNEUR  DU  PLAT  [D’ARGENT]

         Voire, mais c’est folle fiance.

                        SOTTE  OCCASION

         Nostre Mère, pour bien entendre,

550   Doit sur tous les Sotz entreprendre ;

         Vélà où il fault regarder.

         Se le Prince ne luy veult rendre

         Tout en sa main, on peult comprendre

         Qu’el vouldra oultre procéder ;

555   Et, qui n’y vouldra concéder,

         On congnoistra l’abusion.

                        LE  SEIGNEUR  DU  PONT  ALLETZ

         Vélà pas Sotte Occasion ?

                        LE  SEIGNEUR  DE  JOYE

         Qu’en dis-tu ?

                        LE  SEIGNEUR  [DU  PONT  ALLETZ]

                                          Je tiendray ma foy.

                        LE  GÉNÉRAL  [D’ENFANCE]

         En effect, sy feray-je moy.

                        LE  PRINCE  DE  NATES

560   Au Prince je ne fauldray point.

                        [LE  SEIGNEUR  DE LA  LUNE

         En effect, à ce que je voy,

         Ma Mère, obéyr je vous doy.

         Servir vous vueil de point en point.

                        LA  MÈRE  [SOTTE]

         Je voys mettre mon cas à point,

565   Je le vous prometz et afferme !

                        LE  SEIGNEUR  DU  PLAT  [D’ARGENT]               SCÈNE  XVI

         Et dea ! quelle mousche la point ?

                        LE  SEIGNEUR  DU  PONT  ALLETZ

         Je n’entens pas ce contrepoint :

         Nostre Mère devient gendarme ?

                        LA  MÈRE  SOTTE                                                        SCÈNE  XVII

         Prélatz, debout ! Alarme, alarme !

570   Habandonnez église, autel !

         Chascun de vous se treuve ferme !

                        L’ABBÉ  DE  FRÉVAULX

         Et ! vécy ung terrible terme !

                        L’ABBÉ  DE  PLATE  BOURCE

         Jamais on ne vit ung cas tel !

                        CROULECU

         En cela n’y a point d’appel,

575   Puis que c’est vostre oppinion.

                        SOTTE  OCCASION

         El veult que l’espirituel

         Face la guerre au temporel.

                        [LA  MÈRE  SOTTE]

         Et par vous, Sotte Occasion.

                        LE  PREMIER  SOT                                                     SCÈNE  XVIII

         Il y a combinacion

580   Bien terrible dessus les champs.

                        LE  .II.  SOT

         L’Église prent discention

         Aux seigneurs.

                        LE  .III.  [SOT]

                                          La division

         Fera chanter de piteux chans.

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

         Bourgeois, laboureurs et marchans

585   Ont eu bien terrible fortune.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         Que veulx-tu dire, la Commune ?

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

         Affin que le vray en devise,

         Les marchans et gens de mestier

         N’ont plus rien : tout va à l’Église.

590   Tous les jours, mon bien amenuyse.

         Point n’eusse de cela mestier132 !

                        LE  PREMIER  [SOT]

         S(e) aucuns vont oblique sentier,

         Le Prince ne le fait pas faire.

                        LA  [SOTTE COMMUNE

         Non, non, il est de bon affaire.

                        LE  .II.

595   Tu parles d’ung tas de fatras

         Dont n’es requise ne priée ;

                        LA  [SOTTE COMMUNE

         Mon oye avoit deux doigs de gras,

         Que cuydoye133 vendre, en ces jours gras ;

         Mais par Dieu, on l’a descryée134.

                        LE  .III.

600   Et puis ?

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

                              Je m’en treuve oultragée,

         Mais je n’en ose dire mot.

         Non obstant qu’el soit vendengée135,

         Je croy qu’el ne sera mangée

         Sans qu’on boyve de ce vinot.

                        LE  PREMIER  SOT

605   Tu dis tousjours quelque mot sot.

                        LE  .II.136

         El a assez acoustumé.

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

         Je dis tout, ne m’en chault s(e) on m’ot137.

         En fin, je paye tousjours l’escot.

         J’en ay le cerveau tout fumé.

610   Le dyable y ait part au coq138 plumé !

         Mon oye en a perdu son bruyt139.

         Le feu si chault a allumé140.

         Après qu(e) a le pot escumé,

         Il en eust la sueur de nuyt.

615   Le merle chanta ; c’estoit bruyt

         Que de l’ouÿr en ce repaire.

         Bon œil avoit pour saufconduyt.

         Quant ilz eurent fait leur déduyt,

         Ilz le firent signer au Père.

                        LE  .III.

620   Nous entendons bien ce mistère…

         Je vous prie, parlons d’aultre cas,

         Le Prince n’y contredit pas.

                        LA  MÈRE  SOTTE                                                         SCÈNE  XIX

         Que l’assault aux princes on donne,

         Car je vueil bruit et gloire acquerre,

625   Et y estre en propre personne141 !

         Abrégez-vous, sans plus enquerre !

                        LE  SEIGNEUR  DU  PONT  ALLETZ

         L’Église nous veult faire guerre ?

         Soubz umbre de paix nous surprendre ?

                        LE  SEIGNEUR  DU  PLAT  [D’ARGENT]

         Il est permys de nous deffendre

630   – Le Droit le dit142 –, s(e) on nous assault.

                        LA  MÈRE  SOTTE

         À l’assault, prélatz, à l’assault !

                        Icy  se  fait  une  bataille  de  prélatz  et  princes.

                        LE PREMIER SOT

         L’Église voz suppostz tourmente

         Bien asprement, je vous prometz,

         Par une fureur véhémente.

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

635   En effect, point ne m’en contente ;

         J’en ay de divers entremetz143.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         À ce qu’elle veult me submetz.

                        LE  .II.144

         Vous faire guerre veult prétendre.

         […………………………….. -metz.]

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         Je ne luy demande que paix.

                        [LE  SEIGNEUR  DE]  GAYECTÉ

640   À faire paix ne veult entendre.

                        LE  .III.

         Prince, vous vous povez deffendre

         Justement, canoniquement.

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

         Je ne puis pas cecy comprendre

         Que la Mère son enfant tendre

645   Traicte ainsi rigoureusement.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         Esse l’Église proprement ?

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

         Je ne sçay, mais elle radotte.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         Pour en parler réallement,

         D’Église porte vestement,

650   Je vueil bien que chascun le notte.

                        LE  .II.145

         Gouverner vous veult à sa poste.

                        LE  .III.

         El ne va point la droicte voye.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         Peult-estre que c’est Mère Sotte

         Qui d’Église a vestu la cotte,

655   Parquoy il fault qu’on y pourvoye.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         Je vous supplye que je la voye146.

                        [LE  SEIGNEUR  DE GAYECTÉ

         C’est Mère Sotte, par ma foy !

                        LE  PREMIER  [SOT]

         L’Église point ne se forvoye ;

         Jamais, jamais ne se desvoye.

660   El est vertueuse de soy.

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

         En effect, à ce que je voy,

         C’est une maulvaise entreprise.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         Conseillez-moy que faire doy.

                        LE  .II.

         Mère Sotte, selon la loy147,

665   Sera hors de sa chaire mise.

                        LE  PRINCE  [DES  SOTZ]

         Je ne vueil point nuyre à l’Église.

                        LE  .III.

         Sy ne ferez-vous, en effect.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         La Mère Sotte vous desprise ;

         Plus ne sera en chaire assise,

670   Pour le maulvais tour qu’el a fait.

                        LE  .II.

         On voit que de force et de fait,

         Son propre filz quasy regnie.

                        LE  .III.

         Pugnir la fault de son forfait ;

         Car elle fut posée, de fait,

675   En sa chaire par symonie148.

                        LE  PREMIER  SOT

         Trop a fait de mutinerie

         Entre les princes et prélatz.

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

         Et j’en suis, par saincte Marie,

         Tant plaine de mélencolie

680   Que n’ay plus escuz ne ducas.

                        LE  .II.

         Tays-toy, Commune, parle bas !

                        LA  [SOTTE]  COMMUNE

         D’où vient ceste division ?

                        LE  .III.

         Cause n’a faire149 telz débatz.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         À mal faire [el] prent ses esbatz.

                        LE  .II.

685   Voire, par Sotte Occasion.

                        LE  .III.

         S’elle promet, c’est fixion,

         N’en faictes aucune ygnorance.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         Avec elle est Sotte Fiance.

                        LE  .II.

         Concluons : ainsi qu’on devise !

                        LA  SOTTE  COMMUNE

690   Affin que chascun le cas notte,

         Ce n’est pas Mère Saincte-Église

         Qui nous fait guerre : sans fainctise,

         Ce n’est que nostre Mère Sotte.

                        LE  .III.

         Nous congnoissons qu’elle radotte

695   D’avoir aux Sotz discention.

                        LE  PREMIER  [SOT]

         El treuve Sotte Occasion

         Qui la conduit à sa plaisance.

                        LE  .II.

         Concluons !

                        LE  .III.

                                    C’est sotte fiance.

                                FINIS

*

1 Le bois gravé de l’édition princeps nous montre Gringore dans ce costume, entre deux sots. Gringore avait déjà souligné l’homosexualité du pape dans la 8ème strophe de la Chasse du cerf des cerfz ; dans l’Homme obstiné, il lui enjoint de renoncer à la « luxure sodomite ». Dans notre sottie, Sa Sainteté parle d’elle au féminin. Entre 1458 et 1559, onze papes sur quatorze furent bisexuels ; les trois autres moururent trop vite pour qu’on puisse être sûr de leurs mœurs. V. la Vie sexuelle des papes de Nigel Cawthorne (Evergreen, 1999).   2 Petit de Julleville, Répertoire du théâtre comique en France au Moyen Âge, p. 222.   3 Vieux style (l’année commençait le jour de Pâques). Nouveau style : 1512.   4 Beaucoup de ces personnages sont traditionnels. Par exemple, le Général d’Enfance intervenait dans la sottie des Sotz qui remetent en point Bon Temps. Dans les Sotz joyeulx de la nouvelle bande (Montaiglon III), parmi d’autres loqueteux, on rencontre l’abbé de Frévaulx, le seigneur de Joye, le seigneur de Gayecté [Gaieté], l’abbé de Plate Bource, et le seigneur du Plat d’argent. Voir aussi le Privilége et l’auctorité d’avoir deux femmes : « Vous, messeigneurs les cardinaux du Pontalectz, le cardinal du Plat-d’Argent, le cardinal de la Lune, les évesques de Gayetté, de Joye et de Platebourse, les abbéz de Frévaulx, de Croullecul et de la Courtille, messeigneurs le Prince des Sots, le Prince de Nattes, le Général d’Enfance. »   5 Crouler = secouer. Le regretté Jacques Heers notait dans Fêtes des fous et Carnavals (Fayard, 1984, p. 213) : « À Cambrai, la ville accordait de belles subventions à des compagnies gaies : à celles du prince des folz, du prince de la licorne, du maire de Crolecul et de l’abbé de joyeuse folie. »   6 Étrangers et païens.   7 Leur ration de sperme. « C’est le baston à un bout qui me pend entre les jambes. Elle ne me le sugsera poinct en vain : éternellement y sera le petit picotin ou mieulx. » Rabelais, Tiers Livre, 18.   8 Morceaux.   9 Des crachats.   10 Sots qui tiennent la chandelle. « Et ! garderai-ge les patins/ Longuement ? » Farce du Patinier (F 35).   11 Connin = lapin, mais aussi : vulve.   12 ab : Admenez y  (Advenir = venir.)   13 Invite.   14 En faisant l’amour. « Une belle femme/ Qui appétoit le “bas mestier”/ En faisant recorder sa game. » Repues franches.   15 « Ledroit » est peut-être le nom de l’acteur, comme le sous-entend l’Histoire du théâtre françois des frères Parfaict.   16 Il ne suffit plus.   17 Ne reconnaissent pas qu’il y a tromperie.   18 L’un fait bouillir la viande et l’autre la prépare en fricassée. Allusion à la cuisine politique de Rome et de Venise.   19 Endorment.   20 Prépare un breuvage empoisonné, dont le Vatican s’était fait une spécialité. Il en sera encore question au v. 324.   21 Qu’on fasse preuve de pitié.   22 ab : si   (Estranges = étrangers.)   23 La ville italienne de Bologne était surnommée « la grasse » pour sa charcuterie, dont Grandgousier se méfiera pourtant par crainte du « boucon de Lombard » [du poison italien : v. note 92].   24 De leur manquement. Isolé à Bologne, Jules II fit croire aux Français qu’il recherchait un accord ; mais il gagnait du temps pour que ses alliés puissent entrer dans la ville. La punition vint quelques mois plus tard : les Français prirent Bologne, et fondirent la statue en bronze du pape pour en faire une couleuvrine baptisée « Giulia », ou « la Julienne » !   25 Prononcer « traï-tre », 2 syllabes.   26 Refrains.   27 On décapita des traîtres.   28 De sournois serviteurs.   29 Filets. Ferdinand V le Catholique faisait partie de la coalition antifrançaise. Cf. le vers 108 et la note 129.   30 Les Anglais ont occupé Calais de 1347 à 1558. Cf. le vers 113.   31 S’approprie les affaires laïques.   32 Los, réputation.   33 On n’a pas besoin de me réveiller.   34 Cottes d’armes.   35 Les suppôts occupent des galeries dont ils descendent quand on les appelle. Étant particulièrement nombreux, les personnages sont annoncés dans des refrains, pour inculquer leur nom au public. Jehan de L’Espine, dit du Pont Alais, ou Songe-creux : auteur de farces, et acteur, comme ici.   36 Dans la Sotye des Croniqueurs, Gringore écrit « Almans ». Se donner garde de = se méfier de. L’empereur Maximilien Ier faisait partie de la Sainte Ligue.   37 ab : .II.   38 Dépêche-toi. Idem vers 209 et 626.   39 a : Quelle — b : Quella  (On peut comprendre « Qu’est là » [qui est là], ou « Qu’elle a » [qu’est-ce qu’elle a].) Ce personnage est très efféminé : « Le prince de Nates ; il semble à son langage et à sa parure qu’il arrive d’Italie, et qu’il en a pris les habitudes efféminées. » <Gérusez, Histoire de l’éloquence politique et religieuse en France, 1837.> En latin, nates = fesses : « Je lui donne mes vielles nattes. » <Villon, Testament, 766.>   40 ab : prince de nates   41 ab : damy  (Au vers 124, le fémynin désigne les dames, qu’on retrouve à 133.)   42 Summum du confort. « Sur mol duvet assis, ung gras chanoine,/ Lèz ung brasier, en chambre bien natée. » Villon, Testament, 1473.   43 Sans lui demander son avis.   44 Votre pénis. « De son fétu, neuf pouces [24 cm] font l’aunage. » Piron.   45 Maman. « Se tu as papa ou memmen. » (Sottie des Menus propos.) Tétet = sein : « Donnez-moy le tétet, maman ! » (Première Moralité jouée à Genève, v. 227.)   46 C’est un des jeux de Gargantua (chap. 22).   47 Avant qu’il fasse nuit.   48 Mon cheval de bois.   49 Bâton au bout duquel pendait une vessie de porc emplie de pois secs que les enfants et les Sots faisaient tourner pour produire du bruit.   50 La devise de Gringore, qu’on peut voir autour de la gravure ci-dessus, était : RAISON PAR TOUT !   51 À la belle étoile (le plat d’argent, c’est la lune). « Il est logé au Plat d’argent/ (Où se tient son train et sa court)/ Avec le seigneur d’Argent-court. » <Maistre Hambrelin (Montaiglon XIII).>   52 ab : de   53 Les miséreux.   54 Qu’il en soit fait ainsi.   55 Qui êtes lunatiques. « Parlez tout doulx, car il tient de la lune/ Et a la teste massive [pleine] de grillons. » Marchandise et Mestier (BM 59).   56 Vous devez lui prêter main-forte.   57 Colérique. « S’il est hastif, amodérer son yre. » Gringore, Fantasies de Mère Sotte.   58 Leçon de b ; a : fort variable  (à la rime.)   59 Louis XII est un Valois. Mais un de ses meilleurs généraux n’est autre que le duc Charles III de Bourbon : très lunatique, il finira par combattre la France au profit de Charles Quint, et capturera François Ier à Pavie après avoir été son connétable. Puis il se lassera de Charles Quint et ira commander le « sac de Rome », où il mourra en bon catholique, à la tête d’un bataillon de lansquenets luthériens.   60 Trucider.   61 J’étreins l’un, je désétreins l’autre.   62 Si je conclus aujourd’hui un accord.   63 Que nul ne se courrouce.   64 Cf. le Monde qu’on faict paistre, note 102. Son manteau en loques laisse passer le vent de l’extérieur, mais aussi de l’intérieur, puisque le « vent de bise » désigne le pet : Trote-menu et Mirre-loret, vers 191.   65 Vous ne resterez pas en rade par ma faute.   66 On prononce Gaieté, et non Gayette, comme le prouve cette rime : « Sera ce jour pour véri/ Par le bon seigneur de Gayetté. » Sotz joyeulx de la nouvelle bande.   67 Louis XII avait 50 ans. Il mourut trois ans plus tard, épuisé par sa jeune épouse. Gringore le présente comme un vieillard faible et velléitaire, incapable de prendre une décision, et entouré de mendiants. Le personnage du pape est beaucoup plus vivant.   68 ab : Le .II. : Vecy vos subgectz voz vassaulx/ Deliberez de vous complaire.  (Vassaulx est la rime de 256.)   69 Beignets et autres babioles.   70 ab : de nates   71 C’est encore un pauvre, mais de belle apparence : « Ce sont les vignes de la Courtille : belle montre et peu de raport. » (Richelet.) On prononce Courtile.   72 Le concile de Pise s’ouvrit le 1er novembre 1511, à l’instigation de Louis XII qui espérait faire déposer Jules II. Ce fut un fiasco.   73 Se courroucer.   74 Les riches ecclésiastiques achetaient de lucratives charges d’abbayes qu’ils louaient à des abbés démunis. On pouvait être abbé commendataire en plusieurs lieux sans jamais dire une messe ! Cf. les Sotz ecclésiasticques.   75 Regardez !   76 ab : plate bource  (La Courtille arrive du concile au galop. Son rôle a été confié à Plate Bourse, peut-être parce que l’acteur qui le tenait était absent. J’ai corrigé de même la rubrique 278-279. Il intervenait ailleurs : Sotte Fiance l’appelle au v. 458.)   77 Avec des chevaux de relais.   78 Il n’est pas mort, celui qui est ressuscité. C’est une manière de dire qu’il vaut mieux être présent car les absents ont toujours tort.   79 Dépensé.   80 Pour se procurer de la nourriture.   81 Léger d’argent, pauvre. Cet abbé figure lui aussi parmi les indigents des Sotz joyeulx de la nouvelle bande. Il n’apparaît pas dans la sottie, bien qu’on l’appelle au v. 457. Son rôle a peut-être été redistribué au Second Sot : « Quelque part vays le temps passer,/ Car mieulx me congnois à chasser/ Que ne fais à dire matines. » Cf. note 76.   82 Gringore écrira dans la Sotye des Croniqueurs : « Ilz n’ayment pas si bien leur cloistre/ Qu’ilz font le déduict de la chasse. »   83 De grimaces hypocrites.   84 De livres d’heures. Gringore traduira du latin les Heures de Nostre-Dame.   85 Dans cette assemblée de nobles et de prêtres, la Sotte Commune représente le peuple français. Les débats théologiques ne l’intéressent pas : elle ne parle que d’argent. Louis XII ne semble pas la connaître, alors qu’il s’était laissé proclamer « Père du peuple » en 1506.   86 A ses affaires en désordre.   87 Des crieurs publics annonçaient la dépréciation ou la suppression d’une monnaie. Cf. le vers 599.   88 Des biens, du profit.   89 En sûreté.   90 Accords. Jules II ne cessait de rompre les accords qu’il signait.   91 ab : incongnues  (À la rime. « Traï-son » fait 2 syllabes.)   92 Poisons. Cf. notes 20 et 23.   93 Blancs-seings.   94 Une vengeance contre les incendiaires.   95 ab : La commune  (Rubrique suivante.)   96 Grommelle, grogne.   97 Louis XII abaissa l’impôt de la taille.   98 Dérober tes poules.   99 Le roi avait rendu la Justice un peu moins injuste.   100 Provision.   101 Raison.   102 Célèbre chanson de Josquin Des Préz, souvent chantée au théâtre, par exemple dans la farce du Savatier (LV 74).   103 Aujourd’hui.   104 Des schismes.   105 Gringore a démontré longuement l’hypocrisie religieuse de Mère Sotte avant de la faire entrer ; Molière s’en souviendra dans Tartuffe ou l’Imposteur.   106 Selon la légende biblique, Abiron et Dathan furent engloutis par la terre.   107 ab ajoutent : Sy me viendront ilz secourir   108 Jules II avait 69 ans. Il mourut l’année suivante, de mort naturelle !   109 ab : grumeler  (Cf. le vers 651. Poste = guise.)   110 Le roi de France était le fils aîné de l’Église.   111 Confiance.   112 Avant que j’obtienne un succès. « Successer dans ce que nous faisons, ou ne réussir en rien de ce que nous entreprenons. » Les Secours de la divine Providence.   113 Opportunisme. Jules II s’entourait de flatteurs, tel ce courtisan qui lui chausse sa mule dans les Songes drolatiques.   114 Bonnet de Lates, le médecin juif et astrologue d’Alexandre VI (le pape Borgia), puis de son digne successeur Jules II.   115 « Sy n’estoit qu’ung Juif le gouverne. » L’Homme obstiné. Dans cette moralité qui suivait notre sottie, on reproche au pape d’agir « par conseil judaïcque », et on craint même « qu’il ne soit circoncis ». En 1928, le nom de Gringore sera donné au journal antisémite Gringoire (c’est sous cette graphie que Victor Hugo et Théodore de Banville avaient popularisé l’écrivain).   116 Dû : en temps utile.   117 Avec moi.   118 ab ajoutent : Nostre mere ie vous diray   119 Par l’astrologue Bonnet de Lates, vers 417-418.   120 Gringore avait sans doute joué aux Halles de Paris une moralité contenant le personnage allégorique de Bonne Foy.   121 Réputation et gloire.   122 Soutenue.   123 Par des moyens permis ou non.   124 Donnera dispense, permettra.   125 Des chapeaux de cardinaux. Pendant son règne, Jules II avait acheté de la sorte cinq évêques français.   126 On a longtemps dit que Jules II avait fait frapper une médaille le représentant sous la forme d’un dieu païen, en train de chasser la France à coups de fouet.   127 Pour une certaine.   128 ab ajoutent : Deuant vous mes gentilz suppotz   129 Victime inconnue de la blague consistant à recoudre un pourpoint pour faire croire à son propriétaire qu’il a enflé. Cf. la Farce du pourpoint rétrécy (F 44). Le gipon, ou jupon, était aussi un pourpoint que les soldats portaient sous l’armure. « Jehan Gipon » fut le surnom de Ferdinand le Catholique, adversaire de la France dont il est question au v. 81.   130 Les partisans du pape. « – Je te voirray quelque jour pape. – Mais lors, vous serez papillon. » Gargantua, 12.   131 Guerdons, récompenses.   132 Je n’avais pas besoin de ça.   133 Je cuidais, j’espérais.   134 On a décrié la monnaie (monnoie) : v. note 87.   135 Quand bien même mon oie serait tuée.   136 ab : .III.   137 Si on me comprend (verbe ouïr).   138 Le coq gaulois symbolise la France.   139 La monnoie décriée a perdu sa réputation, mais également son bruit d’espèces sonnantes.   140 Ces 8 derniers vers relèvent du genre de la fatrasie, qui est la langue maternelle des Sots : il n’y a rien à comprendre dans cette histoire de Fous.   141 Le pape, en armes et à cheval, avait assiégé en personne la forteresse de Mirandola (janvier 1511).   142 Le concile de Tours (convoqué par Louis XII en septembre 1510) avait décrété que le roi pouvait se défendre contre le pape : vers 641-642.   143 Divertissements (ironique).   144 ab : .III.   145 Il vaudrait mieux lire LE PREMIER, puis LE .II., puis LE .III.   146 On arrache les habits militaires et religieux de Mère Sotte, qui apparaît avec une robe et un bonnet de folle. Dans beaucoup de Sotties, le déshabillage d’un fou déguisé en sage constitue la scène révélatrice. Cf. les Sotz triumphans, vers 156-167.   147 Nouvelle référence au concile de Tours (note 142).   148 L’Homme obstiné recevra les conseils d’un personnage appelé Symonie.   149 Il n’y a pas de raison de faire.

MAISTRE MYMIN QUI VA À LA GUERRE

Songes drolatiques de Pantagruel

Songes drolatiques de Pantagruel

*

MAISTRE  MYMIN 

QUI  VA  À  LA  GUERRE

*

Cette farce écrite entre 1513 (selon Koopmans) et 1530 (selon Droz) fait partie d’un cycle disparate dont il ne reste que Maistre Mimin estudiant (BM 44) et Maistre Mimin le gouteux (BM 35). Le tiers fol des Sotz nouveaulx farcéz couvéz (Picot II, 185) s’appelait déjà Mymin, et sa mère Lubine.

La pièce est antimilitariste, comme beaucoup de farces : voir l’Avantureulx, le GaudisseurTroys Gallans et Phlipot, le Capitaine Mal-en-point… Les soldats, qui ravageaient les cultures et rançonnaient les villages, étaient haïs pour leur bêtise et leur brutalité. En outre, ils étaient méprisés pour leur poltronnerie, eux qui pillaient les campagnes au lieu de combattre. Les profiteurs en prenaient aussi pour leur grade ; l’auteur de la sottie Pour le Cry de la Bazoche (Picot, III, 260) écrivit en 1549 ces vers toujours valables :

*

     —Monsieur Rien, je vous faitz demande

     Pourquoy le royaulme de France

     N’est jamais en paix n’asseurance.

     —Je vous respondray sur ce pas :

     Pour ce qu’on ne la cherche pas.

     —La raison ?

                           —Paix, où tout bien sonne,

     Ne destruict ne gaste personne ;

     Et n’est possible qu’homme chiche

     Ou avare devienne riche

     Premier qu’un aultre n’apauvrisse. (…)

     Pour quoy, guerre (à tous maulx compaigne)

     Est meilleure, il le fault penser,

     À gens qui veulent s’advancer,

     Que la paix.

*

Source : Recueil de Florence, nº 4.

Structure : Rimes plates, avec 2 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

Farce nouvelle à cinq personnaiges de

Maistre Mymin

qui va à la guerre

atout sa grant escriptoire pour mettre

en escript tous ceulx qu’il y tuera

*

      MAÎTRE MYMIN

      LE CAPITAINE [DE SOT-VOULOIR]

      LUBINE

      LE SOULDART [DE FROIT-HAMEL]

      LE SEIGNEUR [DE PETIT-POVOIR]

*

      LE CAPITAINE DE SOT-VOULOIR  commence    SCÈNE I

      Quel dommaige q’ung grant couraige

      Comme moy n’a point l’avantaige

      Des ennemys (j’entens la proye) !

      Je les tueroye, j’en abatroye,

5     Comme Thévot1, homme crueux

      De mourir si soubdainement ;

      La chose qu’il aimoit le mieux

      Me laissa en son testament :

      C’est sa lance ; j’en suis plus fier.

10     Se [je] trouvasse où l’employer…

            LE SEIGNEUR DE PETIT-POVOIR2     SCÈNE II

      Et ! vécy bien pour enraiger

      Que je n’ay pas ung blanc vail[l]ant.

      Et si, ay le panart3 taillant

      De Copin de Valenciennes4 :

15     Toutes victoires estoient siennes.

      Au moins en avoit-il le los.

      En toutes guerres terriennes,

      Tant chrestiennes que payennes,

      Il despêcheoit tout à deulx motz.

                   LE CAPITAINE         SCÈNE III

20     Vécy droictement à propos :

      J’aperçoy delà gens mouvoir.

                   LE SEIGNEUR

      Capitaine de Sot-voulloir,

      Honneur ! Je vous cherche partout.

                   LE CAPITAINE

      Mettons-nous dessus le beau bout.

25     Ce s(e)ra une belle [pré]bende5

      De racompter nostre légende,

      Pour nostre bruit espoventable.

           LE SOULDART [DE FROIT-HAMEL]    SCÈNE IV

      Tout est venu, mettez la table !

                   [LE SEIGNEUR]

      Tout beau, car je suis estonné.

30     Si, suis-je bien embastonné :

      J’ay l’arc (Dieu en pardoint à l’âme !)

      Du franc archier du Boys-Guillaume6,

      Sa salade et [ses] ganteletz,

      Dague pour férir aux pouletz,

35     Deux flèches bruslé[e]s par le bout7.

      Et puis, comment se porte tout ?

      Fait-on plus nulz coups dangereux ?

      Sot-vouloir, homme couraigeux8,

      Vous vous faictes partout sercher.

                   LE CAPITAINE

40     Sus, gallans, sus ! Il fault marcher

      Fièrement en toutes rencontres.

                   LE [SOULDART DE FROIT-HAMEL]9

      Capitaine, sans faire monstres10,

      J’ay ataché ung escripteau

      Icy près, [en]contre ung posteau :

45     Que gens fors et aventureux

      Viennent, et ilz seront receuz

      Soubz nous troys.

                   LE CAPITAINE

                  C’est fait d’ung grant sens.

                   LE SOULDART

      Et que ceulx seront innocens

      Qui se trouveront en ma voye.

                   LE CAPITAINE

50     La char bieu ! nous crirons montjoye,

      Si j’en trouvons ung à l’escart.

      Quel lance !

                   LE SOULDART

                Quel arc !

                   LE SEIGNEUR DE PETIT-POVOIR

                         Quel panart !

                   LE CAPITAINE

      Quant est à moy, je les pourfendz.

                   LE SEIGNEUR

      Je les fais trembler, sur les rencz.

                   LE SOULDART

55     N’ay-je point baillé sur les dens

      À d’aucuns ? Et tomber adans11,

      De mes mains ? Mais, ils sont casséz.

                   LE CAPITAINE

      Dieu ait l’âme des trépasséz

      En son seculorum, amen !

60     Mais en beau sang de crestian

      Je me suis autres foys disnay.

                   LE SEIGNEUR

      Et moy, que je m’y12 suis baigné

      Comme en eaue de belle fontaine !

                   LE SAULDART

      J’ay veu autrefois capitaine,

65     Les mains plus rouges que crevisses ;

      On en eust bien fait des saucisses,

      Tant l’eusse dépecé menu.

                   LE CAPITAINE

      Ce qui est fait est advenu.

      Il fault penser doresnavant

70     À faire plus fort que devant.

      Et chascun se face valoir.

                   LE SEIGNEUR

      Capitaine de Sot-vouloir,

      Vous ne serez pas escondit :

      Il sourdera13, sur nostre édit

75     Qui est là endroit attaché,

      Quelque huron enharnasché.

      Chantons ! Je m’en voys le ton prendre.

         Adonc, ilz chantent tous troys ensemble ce qui s’ensuit :

      Nous en yrons sans plus attendre,

      Maintenant, sur les Bourguignons.

                   LE CAPITAINE

80     Les Bourguignons nous attendons.

      Marchons ung grant pas, fièrement !

            MAISTRE MYMIN,  habillé en Badin d’une longue

                 jacquette et enbéguyné14 d’ung béguin, ayant une

            grande escriptoire ; en chantant :    SCÈNE V

      Et comment, comment, et comment ?

      Sont pèlerins si bonnes gens ?  En advisant l’escripteau15, dit :

      Ha ! ha ! Qu’esse-là, voirement ?

85     Qui a là mis ceste cédulle ?

      Mais seroit-ce point une bulle ?

      Ou quelque lettre d’une cure ?

      Lire la vois, à l’adventure :

      P trenchié16 : « Par. » S, I : « si. »

90     « Par cy… » Ha dea, qu’esse ? Et ! qu’esse-cy ?

      « [S’il est] au cul couppeau d’ongnons… »

      Hen ! « S’il est aucuns compaignons,17

      Soient de ville[s] ou de villaiges,

      Qui veullent avoir [de] bons gaiges

95     Du capitaine Sot-voulloir,

      Du seigneur de Petit-povoir,

      Et du18 soudart de Froit-hamel

      Qui a cy mis son escriptel. »

      La Mort me vienne bientost querre

100    Se je ne m’en voys à la guerre !

      Ma mère, hau !                       SCÈNE VI

                   LUBINE,  SA MÈRE

                  Je voys, je voys :

      Tu as encore belle voix.

      Que Dieu la te vueille saulver !

      Mais tu la pourrois bien grever.

                   MAISTRE MYMIN

105    Certes, je m’en vois à la guerre.

                   LUBINE

      Qui l’a dit ?

                   MAISTRE MYMIN

                 On m’est venu querre…19

      Je dy : J’ay leu ung escriptel

      Où il met : « S’il est quel ne tel

      Qui vueille recepvoir bons gaiges

110    Pour ses chevaulx et pour ses paiges,

      [Qu’il] vienne. »

                   LUBINE

                  Est-ce [ce] qui te maine20 ?

                   MAISTRE MYMIN

      Je m’en voys veoir le capitaine,

      Car je porteray sa devise.

                   LUBINE

      Que feras-tu de ta clergise ?

                   MAISTRE MYMIN

115    C’est pour messire Bavotier,

      Le curé de nostre monstier,21

      Se je demeure en chemin.

                   LUBINE

      Et ! revien-t’en, Maistre Mimin !

                   MAISTRE MYMIN22

      Per Deum sanctum, non feray !

                   LUBINE

120    Par mon serment, doncques, g’iray,

      Et me deussiez-vous tous destruire !

      Je pleure, et si, [tu] me fais rire.

      Tu as tousjours ton saoul de beurre,

      Couché en ung lit plain de feurre

125    Aussi molet que le beau lin.

      Que veulx-tu plus ?

                   MAISTRE MYMIN

                    Boyre du vin

      Ainsi comme on a beu les nostres23.

                   LUBINE

      Garde tousjours noz patenostres,

      Comment qu’il soit. Hée ! mère Dieu !

130    Et où veulx-tu aller ?

                   MAISTRE MIMIN

                     Au lieu

      Où sont les vaillans capitaines.

                   LUBINE

      De sanglante[s] fièvre[s] quartaines

      Soient-ilz saisis, pour leur payement !

      Or vrayment, g’iray veoir comment

135    Il te gouverneront.

                   MAISTRE MIMIN

                    Venez…

      Je les voy là. Tenez, tenez !

      Compter les voys : empr[e]u24, deux, trois.

      Je cuidoys que le(s) Genevoys

      Du Boys-Guillaume fust avecques.

140    Et puis ? que faictes-vous illecques ?

      Font-ilz du raminagrosbis25 ?

                   LE SOULDART         SCÈNE VII

      Sang bieu, quel gardeur de brebis !

                   LUBINE

      Mes amys, je vous crie mercy !

      C’est pour mon enfant que vécy,

145    Qui veult devenir gens de guerre.

                   LE CAPITAINE

      C’est ung beau gallant, par saint Pierre26,

      Mais qu’il soit hardy en courage.

                   MAISTRE MYMIN

      Per animam27 canis ! J’enrage

      Que je ne treuve à batailler !

                   LE SEIGNEUR

150    Il est ferme comme ung pillier.

      Tenez : zac !

                   LE SOULDART

                  Il a forte eschine.

                   LE CAPITAINE

      Qui ne le verroit qu’à la mine,

      On le jugeroit fol, au28 fort.

                   LUBINE

      Ha ! Nostre Dame de Montfort !

155    Il m’a tant cousté à nourir,

      Et je voy qu’il s’en va mourir :

      Il n’en a honte ne demie.

                   LE SEIGNEUR

      Or ne vous courcez point, m’amie.

      Nous l’armerons si bien en point

160    Qu’on ne sauroit trouver [ung point]29

      À luy faire mal d’une éguille.

                   LUBINE

      Il est mouvant comme une anguille ;

      S’il n’eust esté si frénatique,

      Nous l’eussons fait ecclésiastique30,

165    Moy et son père Raoullet.

                   LE SOUBDART

      M’amie, il est bien où il est.

      Venir pourra à tel hutin

      Qu’il pourra avoir tel butin

      Qu’il s’en sentira à jamais.

                   LUBINE

170    Dictes-vous ?

                   LE SEIGNEUR

                  Ouy, je vous prometz ainsi :

      On a souvent telle adventure.

                   LUBINE

      Las ! où s’en va ma nouriture !

      Maistre Mimin, tu demourras31.

      Or, fais du mieux que tu pourras.

175    S’il vous plaist, vous le conduirez.

      Mon filz, ce que vous gaignerez,

      Raportez-le à la maison.

                   MAISTRE MIMIN

      Si feray-je.

                   LE CAPITAINE

                C’est bien raison ;

      Il vous en envoira de beaux !

                   MAISTRE MIMIN

180    Je vous recommende noz veaux.

      Qu’on maine les cochons au boys.

      [Et] donnez à mon chien Turquoys

      Mon desjuner et mon soupper.

                   LUBINE

      Veux-tu plus rien ?

                   MAISTRE MIMIN

                    Et à Rogier,

185    Qu’il preigne [bien] garde à ses bestes ;

      Et qu’il me garde mes sonnettes32

      Avecques mon psautier33 d’ymaiges,

      Aux enseignes de[s] six fourmaiges

      Que nous emblasmes au chasier34.

                   LUBINE

190    Ton père ne dois oublier ;

      Ce n’est pas bien fait, mon varlet.

                   MA[I]STRE MIMIN

      Dictes à mon pare R(a)oulet

      Que c’est bien.

                   LE SOULDART

                 Retournez-vous-ent :

      Car plus y serez longuement,

195    Et plus de mal vous en seroit35.

                   LUBINE

      Messeigneurs, gardez-luy son droit ;

      Je le vous (re)commant, et [à Dieu]36.

                   LE CAPITAINE         SCÈNE VIII

      Que de babil, par le sang bieu !

      Il fault armer Maistre Mimin,

200    Et puis empoigner le chemin

      Et aller fort piller aux tables37.

                   MAISTRE MIMIN

      Ma foy, je n’ay point peur de dyable[s] :

      Je suis clerc, et Maistre passé38.

      Qui vouldra, cantemus basse39 ;

205    Et puis nous irons nous combatre.

                   LE CAPITAINE

      C’est bien dit ; il est bon follastre.

                   LE SOULDART

      Sus ! Qui sçaura rien, si le monstre !

      Chantons, et je feray le contre40.                  

            Adonc, ilz chantent tous ensemble ce qui s’ensuit :

      Ilz s’en vont trèstous en la guerre,

210    Maintenant, les bons compaignons.

      La renommée court grant erre

      Que dagues ont sur les rongnons41.

                   LUBINE              SCÈNE IX

      Ha ! mère Dieu ! Quant je m’avise,

      Mimin, tu pers bien ta clergise.

215    Tu me donnes bien du courroux.

      Gens d’armes, maulditz soiez-vous !

      Par la croix bieu de Paradis !

      Je verray comment sont hardis ;

      Et si, sera tout à ceste heure42.

220    Que Maistre Mimin leur demeure,

      Mon filz, mon enfant, ma figure,

      Ma godinette créature ?

      Vrayment, g’y bouteray remède !

      Et si, n’y demande point d’aide.

    Adonc, ilz chantent ensemble ce qui s’ensuit :      SCÈNE X

225    Aux armes, aux armes, aux armes !

                   [LE SEIGNEUR]

      Maistre Mimin, tiens[-nous] bons termes43.

                   LE CAPITAINE

      Qu’esse-cy ?

                   MAISTRE MIMIN

                  C’es[t] brigandinas44.

                   LE CAPITAINE

      Oste ce latin, [poitrine as]45 !

      Crie en tout lieu [où on]46 arrive,

230    Fièrement : « Qui vive ! »

                   MAISTRE MIMIN

                          Qui vive ?

      Mais il vault mieulx que je l’escripve.

                   LE SOUDART

      « À mort ! »

                   MAISTRE MIMIN

                   À mort ? Fuyons-nous-en[t] !

                   LE CAPITAINE

      Ha ! vélà bon commencement !

      Tien, vestz ce jacques… Tu te [c]haulse47 ?

                   MAISTRE MIMIN

235    Ainsi en fait-on, en Beaulse,

      Pour guéter [la] beste à l’acul.

                   LE CAPITAINE

      Comment ! t’armes-tu sur le cul ?

                   MAISTRE MIMIN

      Encor j’ay peur d’estre fessé.

                   LE SEIGNEUR

      Vélà gentement commencé !

                   MAISTRE MIMIN

240    J’en ay veu d’autres, ne vous chaille.

      Or sus ! irons-nous en bataille

      Et n’auray-je rien sur ma teste ?

                   LE SOUDART

      Tien cecy.

                   MAISTRE MIMIN

                Hé ! qu’elle48 est honneste,

      Celle capeline de fer.

245    Or, vienne le dyable d’enfer,

      À sçavoir se je ne le tue !

      Qu’auray-je puis ?

                   LE CAPITAINE

                    Cette massue,

      Pour jouer à double ou à quitte.

                   MAISTRE MIMIN

      Tout le monde mettray en fuite,

250    Puis que m’y metz, propos final.

      Mais qui nous pourroit faire mal ?

                   LE SEIGNEUR

      Irons-nous sur Navarriens ?

                   MAISTRE MIMIN

      Et ! nenny non, cela n’est riens.

                   LE SOUDART

      Sur leurs voysins, au pis finer ?

                   MAISTRE MIMIN

255    Ce n’est pas pour ung desjeuner

      De tous ces folz baragouins.

      Tremblez, payens et Sarasins49,

      Mimin s’en va frapper dedens !

      Capitaine, soyez marchans

260    Après moy.

                   LE CAPITAINE

                 As-tu peur, ribault ?

                   MAISTRE MYMIN

      Se nous sommes prins [e]n sursault,

      Frapperay-je pas50 sur le nez ?

                   LE SEIGNEUR

      Affin que vous y aprenez,

      Au hault du manoir51, tout ainsi,

265    Et voirement. Dea ! et qu’esse-cy

      Qui te pend ?

                   MAISTRE MYMIN

                  C’est mon escriptoire,

      Pour mettre trèstous en mémoire

      Ceulx que nous y assommerons.

                   LE SOUDART

      C’est bien dit. Or, nous en allons !

270    Au col, ton baston ne desbauche.

                   MAISTRE MYMIN

      À Dieu me comment ! À la gauche !

      C’est [i]cy grant empeschement :

      Se je meurs, par mon testament52

      (Je n’ay peur sinon53 de mon col),

275    Je laisse mon habit au fol…

      Dieu pardoint ! à R(a)olet, mon père ;

      Et tous [mes béguins]54 à ma mère.

      Et se je meurs en ceste guerre,

      Pour ceulx qui me mettront en terre

280    Je dirai ung Des profundis,

      Devant qu’aller en Paradis.

    LUBINE, habillée en homme, cornant d’ung cornet    SCÈNE XI

      Truc ! truc ! Prenez-les, prenez-les !

      Et si, n’en faictes nul relais

      Nomplus qu’on feroit d’une autrusse !

                   MAISTRE MYMIN

285    Je ne sçay par où je me musse !

      Capitaine de Sot-vouloir,

      Le seigneur de Petit-povoir

      Et le soudart de Froit-hamel :

      Me laisserez-vous ?

                   LE CAPITAINE

                    Paix, bourrel !

                   LE SOUDART

290    Parle bas, tu nous feras prendre !

                   LE SEIGNEUR

      S’on estoit quitte pour se rendre…

      Mais nenny, ilz sont plus que nous.

                   MAISTRE MYMIN

      Et où, grant deable, courez-vous ?

      Me lais[s]erez-vous tout seullet ?

                   LE SOUDART

295    Ilz approchent !

                   LE SEIGNEUR

                    Gardons les coups !

                   MAISTRE MYMIN

      Et où, grant dyable, courez-vous ?

      Qu’estrangler vous puissent les loups !

      Ha ! que ce jeu me semble laid.

      Et où, grant deable, courez-vous ?

300    Me lais[s]erez-vous tout seulet ?55

                   LUBINE,  en cornant56

      À eulx tost ! Arrive, arrive !

      Qui vive ! qui vive ! qui vive !

      Mais où, gibet57, sont-ilz alléz ?

      Où sont ces grans vanteurs coulés,

305    Qui contrefaisoient les vaillans ?

      Ilz s’en sont fouÿs, les gallans.

      Maistre Mymin, Maistre Mymin !58

                   MAISTRE MYMIN

      Je vous prometz, par sainct Frémin,

      Qu’il s’en est de peur enfouÿ.

                   LUBINE

310    Ha ! Par mon serment ! je t’ay ouÿ.

      Encore as le plus grant honneur59.

                   MAISTRE MYMIN

      Ce ne suis-je pas, mon Seigneur.

      De frayeur, le cueur me frémie60.

                   LUBINE

      Je l’os bien !

                   MAISTRE MYMIN

                 Ce ne suis-je mye,

315    Par ma foy !

                   LUBINE

                 Vien çà61, s’il te plaist.

                   MAISTRE MYMIN

      Hélas, mon bon père R(a)oullet !

                   LUBINE

      Et qui t’a mis cecy62 derrière ?

                   MAISTRE MYMIN

      Qui estes-vous ?

                   LUBINE

                    Je suis ta mère.

                   MAISTRE MYMIN

      De ce dire avez beau prescher,

320    Car ma mère n’est pas vachère63.

      Qui estes-vous ?

                   LUBINE

                    Je suis ta mère.

                   MAISTRE MYMIN

      Vous [ne] seriez plustost mon père,

      Qui cy viendroit pour moy sercher ?

      Qui estes-vous ?

                   LUBINE

                    Je suis ta mère.

                   MAISTRE MYMIN

325    De ce dire avez beau prescher !

                   LUBINE

      Pour cause que je t’ay si cher,

      Je me suis en cest estat mis.

      On doit radresser ses amis

      Le mieux qu’on peult, sans aucun blasme.

330    Il n’est finesse que de femme,

      Quant el(le) veult appliquer son sens.

      Vien-t’en, mon doulx enfant, [céans] :

      Au monde n’ay chose si chère.

                   MAISTRE MYMIN

      Touteffois estes-vous ma mère ?

335    Ma mère avoit [de] si grans dens :

      Ouvrez, que je voye dedens…

      Je les voy, ma mère Lubine !

                   LUBINE

      Quel[z] adventure[ux] de cuisine !

      Ilz sont partis couardement.

                   MAISTRE MYMIN

340    Ma mère, retournons-nous-en[t] :

      Trois jours a que je ne souppay.

                   LUBINE

      Je sçay bien que je te don(ne)ray.

      Mais par le vray doux Roy céleste,

      Vous serez dedens trois jours prestre,

345    Ou jamais vous ne le serez.

                   MAISTRE MYMIN

      Doncques, vous me désarmerez ?

      Je ne chanteray pas ainsi :     En chantant :

      Per omnia ?

                   LUBINE

                 Partons d’icy.

      On dist bien vray, c’est chose clère :

350    Il n’est vraye amour que de mère.

      Pour tant, vueillez nous pardonner.             SCÈNE XII

      Ce lieu voulons habandonner.64

      Seigneurs et dames, hault et bas,

      Prenez en gré tous noz esbatz !

                               FINIS

*

1 Héros du cycle de Thévot le maire.   2 C’est un impuissant : « El se remarie (…) pour essaier si l’autre sera aussi chétif et de petit povoir comme celui qui est trespassé. » Les XV Joyes de mariage.   3 Pénard = poignard. Idem v. 52.   4 Malgré les efforts méritoires de Jelle Koopmans, cette gloire locale reste inconnue.   5 Revenu, rente.   6 Cf. le vers 139, et les Sotz escornéz, vers 25.   7 Elles ont servi de broches pour rôtir les poulets volés.   8 F : oultraigeux   9 F : SEIGNEUR DE PETIT POVOIR  (Cf. vers 97-98.)   10 Discrètement.   11 Face contre terre.   12 F : me   13 F : souldra  (Sourdre = surgir. J’ajoute un « » svarabhaktique, car la pièce est normande.)   14 F : en beguyne  (Béguin = bonnet de Sot <cf. la Sottie des Béguins>. Mymin est un « Badin », un demi-Sot. Voir aussi le v. 186.)   15 F : lescriptoire   16 Le « P tranché » est un « » dont la jambe est traversée par une petite barre ; c’est l’abréviation de « par ».   17 Homophonie approximative, quatre siècles avant Raymond Roussel : au cul copeau d’oignons aucuns compagnons.   18 F : le   19 Lubine doit faire une grimace sceptique devant ce mensonge, que Mimin rectifie prudemment.   20 F : ameaiene   21 S’il est curé, c’est qu’il a déjà été clerc ! Monstier = moustier [monastère] : on et ou étaient parfois interchangeables (couvent = convent).   22 F : Numin   23 Les soldats vidaient les caves.   24 1, au début d’un compte.   25 Font-ils les fiers ? « Ramina grobis,/ Nous marchons comme gens hardis,/ Ayans la main sur la baguète ! » Marchebeau et Galop (LV 68).   26 F : gris   27 F : animan  (« Par l’âme de mon chien ! » Notre clerc ignore que pour l’Église, les animaux n’ont pas d’âme. En plus, son chien s’appelle Turquoys <v. 182>, ce qui n’est pas très catholique. Les Sots possèdent souvent un chien.)   28 F : ou  (Au fort = au reste.)   29 F : enpoint  (= attaque, charge.)   30 F : homme deglise   31 F : denoureras  (Demeurer = mourir : vers 117.)   32 Mes grelots de Sot. Dans le Monde qu’on faict paistre, il était déjà question d’un « Mymin à sonnètes ».   33 F : monstier  (Psautier = recueil de psaumes, souvent illustré, comme le psautier de Gorleston, le psautier de Luttrell, ou le psautier de Rutland.)   34 Lieu où l’on fait égoutter les fromages.   35 F : feroit   36 F : adieu  (Je vous le recommande, ainsi qu’à Dieu : vers 271.)   37 F : chables  (= arbres abattus par le vent.) Les tables, c.-à-d. les autels, attiraient les pillards : « On nous embleroit nos calices/ Devant nous, à la table Dé [de Dieu] ! » (Des braies au cordelier.)   38 Je suis passé maître ès Arts. Sur ce diplôme destiné aux ignorants, voir l’Avantureulx, v. 439.   39 Chantons tout bas.   40 La partie d’alto.   41 Ils ont la réputation d’être impuissants.   42 Immédiatement. En fait, il se passe trois jours (v. 341) entre le départ de Mimin et l’intervention de Lubine. Cela est dû à la distorsion du temps qui affecte le théâtre du Moyen Âge, comparable à la distorsion de l’espace qui frappe sa peinture.   43 Réponds-nous correctement. (On va l’interroger pour évaluer ses connaissances militaires.)   44 Brigandine = cotte de mailles. Mimin ne peut s’empêcher d’ajouter une désinence latine.   45 F : point rinas  (Poitrine = cuirasse, plastron de métal.)   46 F : quon   47 Mimin enfile ses jambes dans le justaucorps pour qu’il protège ses fesses. Voir l’Avantureulx, v. 228.   48 F : quil  (« Cette capeline de fer » n’est sans doute qu’une casserole, comme la massue de 247 n’est qu’un bâton à 270. Mais tous les enfants aiment se déguiser.)   49 Musulmans et Arabes : « Et Dex [Dieu] confonde paiens et Sarrazins ! » La Prise d’Orange.   50 F : par   51 De la braguette : « Les horificques couilles de Lorraine (…) abhorrent le mannoir des braguettes. » Tiers Livre, 8. C’est en frappant Mimin à cet endroit que le seigneur de Petit-pouvoir remarque l’écritoire qui pend à sa ceinture.   52 Un Testament maistre Mymin est mentionné dans la farce du Vendeur de livres (LV 15 et 41).   53 F : signon  (Je n’ai peur que d’être pendu.)   54 F : begnins et  (Note 14.)   55 Il manque un vers de transition en -let.   56 F : dornant   57 Interjection. Cf. le Povre Jouhan, v. 261.   58 F attribue ce vers à… maître Mimin.   59 Car tu es le seul à n’avoir pas fui.   60 C’est surtout son cul qui frémit : d’après Bernard Faivre <Répertoire des farces françaises, Imprimerie nationale, 1993>, « il en vesse de terreur ». C’est ce bruit qu’entend Lubine au vers suivant.   61 F : ce   62 F : icy  (Ceci, c’est le jaque du v. 237.)   63 Elle n’a pas de cornet de vacher.   64 F intervertit les vers 352 et 353.

L’AVANTUREULX

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

L’AVANTUREULX

*

Cette farce normande écrite en 1526 appartient au genre bien fourni du Miles gloriosus. C’est un chef-d’œuvre de satire psychologique qui épingle avec jubilation les peureux, les hâbleurs, les incapables et les pistonnés. Les monologues y abondent, ainsi que les autocorrections.

Source : Manuscrit La Vallière, folio 318 recto à 325 recto.

Structure : Rimes plates.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce nouvelle

à quatre personnages

*

C’est asçavoir :

      L’AVANTUREULX

      et GUERMOUSET

      GUILLOT [LE MAIRE]

      et RIGNOT

*

  

                                   L’AVANTUREULX  commence       SCÈNE  I

          Qu’esse d’homme qui s’avanture1,

          Qui son bruict et honneur procure,

          Et qui est tousjours sur les rens

          Sans jamais dire « Je me rens » ?

5     Il est bon [à voir]2 se partye

          A la chair couarde ou3 hardye.

          Mais quant vient à bailler le cop4,

          Y ne se fault pas haster trop,

          Mais se tenir un peu plus loing,

10   Voyre, quant il en est besoing.

          Pencez que je suys renommé ;

          Et sy, suys de chascun nommé

          « Le trèshardy Avantureux ».

          Quant on me voy[oy]t en mains lieux,

15   On crioyt : « Venez, y s’en fuyst ! »

          Di-ge5 : « Fuyez, y fera bruict ! »

          Ma foy ! quant j’avoys mon héaulme6,

          Y n’y avoyt homme, au réaulme

          Des Francz7, qui m’osast dire mot.

20   Ne vainqui-ge pas Talebot8 ?

          Ouy, par bieu. Et son filz aussy.

          Et sy9, par ma foy, me voicy.

 

                                   GUERMOUSET  entre         SCÈNE   II

          Mon père !

                                   L’AVANTUREUX

                                   Et qu’as-tu, Guermouset ?

                                    GUERMOUSET

           Que j’ey ? Dea, vertu Trou-biset10 !

25   Que j’ey ? Je ne suys poinct content.

          Je deusse estre pourveu présent11,

          Et par vos haultes avantures,

          Avoir bénéfices et cures.

          N’est-il pas temps qu’on me pourvoye ?

                                     L’AVANTUREULX

30   Atens encore, g’y pensoye.

          Tu seras pourveu, par sainct Jaque,

          Mais que je sache qu’il en vaque12.

          J’ey faict plus grandes avantures !

          Par ma foy, tu auras deulx cures

35   Où il cherra13 maincte fortune.

          À tout le moins en auras une,

          Sy je puys, en quelque chapelle.

          Vertu ! sy quelqu(e) un se rebelle,

          Y ne fera pas pour le myeulx :

40   C’est grand faict d’un avantureulx.14

          Sang bieu ! j’entreprins une foys

          Une matière de grand poys15,

          Car j’alay prendre une jument

          À troys lieux16 loing de toute gent ;

45   Et la conquestay de léger17,

          N’eust esté [qu’]un vilain berger

          Vint sur moy à tout18 sa houlète

          En me disant : « Vilain, areste ! »

          Y vint sur moy, et de fuÿr.

50   J(e) ouÿ je ne sçay quoy brouyr19 :

          Je cuydois que ce fussent gens ;

          Par le sang bieu ! c’estoyent les vens20.

          Je m’en repentis bien, après,

          Mais je cuydoie qu’i21 fussent près.

                                     GUERMOUSET

55   Et, mon père, vostre jument ?

                                     L’AVANTUREULX

          Je la lessay de peur du vent.

          Et sy22, avoyt le corps plus grand

          Que celle de Guillot23 d’aultant.

          Voylà comment je fus déceu.

                                    GUERMOUSET

60   Mon père, que je soys pourveu !

          Je veulx avoir, en un bref mot,

          Le bénéfice de Rignot,

          Qui est filz de Guillot le maire.

                                    L’AVANTUREUX

          Comment se poura cela faire ?

65   N’en a-il pas joÿssion24 ?

                                    GUERMOUSET

          Ô ! quelque possidation25

          Qu’il y ayt, il y26 a remyde.

                                    L’AVANTUREULX

          Et comment ?

                                    GUERMOUSET

                                       Il est omicyde :

          Il ocyt, en une mellée27,

70   La poulle d’Inde et de Guynée28.

          Ergo donc, selon l’Escripture29,

          Il ne doibt tenir nulle cure.

          Le philosophe30 le racompte.

                                    L’AVANTUREUX

          Guermouset, tu [me] dictz un compte31 !

75   S’il est vray, je faictz veu32 à Dieu

          Que je te mectray dens le lieu

          À puissance et à force d’armes.

          Mais pour entretenyr ces termes,

          Y fault, sans que plus on atende,

80   L’aler sommer qu’i me la rende33.

                                   GUERMOUSET

          G’iray donc[ques], j’en suys joyeulx.

                                   L’AVANTUREULX

          Dis-luy : « Le grant Avantureulx,

          Renommé plus fort que Raulet34

          Du temps qu[’à] la Grant Guerre aloyt35 ;

85   Cil que congnoissez où qu’il aille,

          Courant36 ainsy sur la poulaille ;

          Qui frape sy tost, qui [qu’en haigne]37… »

                                   GUERMOUSET

          Mon père, donnez-moy enseigne38.

                                   L’AVANTUREUX

          Guermouset, tu diras ainsy :

90   « Vous, hommes qui estes icy,

          Le grand Avantureulx vous mande

          Et expressément vous commande,

          Sans aultre débat ne procès,

          Que le bénéfice laissez,

95   De Rignot, dessoublz ma puissance !

          Ou aultrement, à coup de lance

          A pencé de le conquérir. »

          Et pour aulx enseignes venir,

          Tu luy diras que c’est celuy

100  Qui se loga39 auprès de luy,

          À quatre lyeulx de la ryvée40 ;

          Et qui, tout en une journée,

          S’enfuÿct, nos deulx coste à coste.

          Il est bien sot s’il ne le note.

105  Combien qu’il fust le plus léger,

          Encor parti-ge le premyer.

          Ces enseignes seront congnus.

                                   GUERMOUSET

          Or g’y voys, ne m’en parlez plus :

          J’ey bien le message en mémoyre.

                                   L’AVANTUREULX

110  Guermouset, prens ton escriptoyre,

          S’y faloyt tabellyonner41.

          Quant ce viendra à l’ajourner42,

          Mais-y bien ta sommation.

                                  GUERMOUSET

          C’est mon imagination43 :

115  Vélà cy. Laissez-moy aler.

 

                                 GUILLOT  entre            SCÈNE   III

          Et ! me la debvoyt-on céler,

          La guerre44 ? A ! je n’y faulderay45 ;

          Seurement a je m’y combatray,

          Et là, montreray mon courage46.

120  Combien que je soys sur mon âge,

          Sy portai-ge assez bonne lance.

          Ceulx qui ont jousté à oultrance…

          Non pas oultrance proprement.

          Sy j(e) eusse esté sur ma jument

125  Que Rignot perdit à l’armée,

          Il y eust eu lance brisée,

          Ouy dea, ouy dea. Tout en un mot,

          Chascun sçayt bien qui est Guil[l]ot.

          Par Dieu ! le courage m’afolle.

130  Trèsbien je m’enfuys de Marolle47 ;

          Aussy, en estoyt-il besoing.

          Sy, ne m’en tenois-je pas loing,

          Mais me retiray à mon aise,

          Autant que d’icy à Pontoise.

135  Car un souldard qui est souldain

          À fraper se doibt bien tenir loing.

          Jamais je n’us intention

          De faire omycidation.

          Or çà ! les trêves sont faillyes48,

140  Les espeautres49 jà assaillyes.

          J’ey un petit trop demeuré.

 

                                 RIGNOT                  SCÈNE  IV

          Mon père, je suys ajourné :

          Je croy bien que perdray ma cure,

          Car l’Avantureulx me procure50,

145  [Et dict]51 que suys insufisant.

          A ! vous le vérez maintenant :

          Son filz Guermouset est tout prest

          De vous sommer, sans poinct d’arest,

          Incontinent de vous combatre.

                                GUILLOT

150  Mon filz, s’y ne sont plus de quatre,

          Je les combatray une foys.

          Au moins s’y ne sont plus de troys,

          S’il en veulent à moy, j’en veulx !

          Sang bieu ! s’y ne sont plus de deulx,

155  J’en feray repentir aulcun52,

          Rignot. Mais qu’i n’y en ayt c’un,

          Je luy présenteray mon gage,

          Ouy dea, ouy, et fût-il un page53 !

          Laissez-lay venir sûrement.

160  Le bénéfice, et la jument

          Et le jaques, qui est perdu54,

          Fournyront bien au résidu55.

          Par Dieu ! le grand Avantureulx

          Se trouvera bien malureulx.

165  Je croy qu’il y poura faillyr.

 

                                GUERMOUSET              SCÈNE  V

          Guillot !

                                GUILLOT

                              Me viens-tu assaillir ?

                                GUERMOUSET

          A ! nénin, Guillot, par ma foy.

                                GUILLOT

          Ne t’aproche poinct près de moy,

          Car il ne t’en est pas besoing.

                               GUERMOUSET

170  Bien. Donq, je parleray de loing

          En vous proposant mon message.

                               GUILLOT

          Parle de loing, sy tu es sage !

          Garde que rien je ne te donne !

          (Rignot, ne pers pas ta couronne56.

175  Y fault escouster qu’i dira ;

          Et puys après, y s’en yra

          Tout aussy tost qu’il est venu.)

                             RIGNOT

          C’est bien faict, il sera receu.

                             GUILLOT

          Or je te pry, sans plus gloser,

180  Rignot, que je l’os57 proposer.

          Au moins ne puys-je que l’ouÿr.

                             GUERMOUSET

          Guillot, y vous fault enfuÿr ;

          Ou me lessez, en un bref mot,

          Le bénéfice de Rignot.

185  Je suys filz de l’Avantureulx ;

          Mon père dict que je vaulx myeulx

          Que Rignot, et que par puissance

          Y vous veult combatre à la lance,

          Sy le voulez rédargüer58.

                              GUILLOT

190  Et me viens-tu cy argüer59 ?

                              GUERMOUSET

          Y se veult combatre au plus fort60.

                              GUILLOT

          Or çà, Rignot61, sy je suys mort,

          On dira : « Cy-gist par oultrance

          Le plus vaillant qui soyt en France. »

195  Rignot, regarde qu’il y a.

                             RIGNOT

          Sy n’estoyt mon Per omnya62,

          Je leur montrerois bien qui esse !

                            GUILLOT

          Ne te chaille jà de la messe,

          Mais [metz bien] tout parmy le tout.

                            RIGNOT

200  San bieu ! sy en viendrai-ge à boult,

          Quelque chose qu’en doybve faire !

                            GUILLOT

          Guermouset, va dire à ton père

          Qu’il n’a garde que je luy faille :

          S’y veult noyse, je veulx bataille !

205  Et qu’i se garde des horions,

          Car s’une foys nous aprochons,

          Il ne rencontra onc tel homme.

          Va luy dire, sy je l’assomme,

          Qu’i me pardonnera sa mort.

                            GUERMOUSET

210  Nostre Dame ! mon père est fort,

          Quant il entre en sa lunèson63.

                            GUILLOT

          Mais qu’il ne frape en traïson,

          Je n’y aconte pas deulx poys64.

          Va-t’en vistement !

                            GUERMOUSET

                                               Je m’(y) envoys.

 

215  Mon père, je suys revenu.             SCÈNE   VI

                            L’AVANTUREULX

          Qui t’a sy longuement [tenu],

          Guermouset ? As-tu vu Guillot ?

                            GUERMOUSET

          Y m’a menacé ; et moy, mot.

          Et dict qu’i nous tura tous deulx.

                            L’AVANTUREULX

220  Est-il encor sy courageulx

          Comme il estoyt le temps passé ?

                            GUERMOUSET

          A ! y vous a bien menacé,

          Et dict bien qu’i ne vous crainct poinct.

                           L’AVANTUREULX 65

          Çà, mon harnoys m’est-il à poinct ?

225  A ! je l’auray ou il m’éra,

          Et fraperay qui frapera !

          Je say de jouster la manyère.

          Mais arme-moy bien par-derière66,

          Et que mon harnoys soyt bien clos.

                            GUERMOUSET

230  Quoy ! voulez-vous tourner le dos ?

                            L’AVANTUREULX

          Nénin pas ; mais quant nous fuyons,

          Y fault craindre les horions

          Autant devant comme derière.

          Çà, ma lance et puys ma banyère !

235  Et puys que j’aye mon espée d’armes ;

          Guillot aura les rains bien fermes,

          Sy je ne luy faictz bien sentir.

          Et ! veult-il contre moy tenir ?

          Par les plès bieu67 ! je le turay.

240  Guermouset, tu seras curay

          Avant qu’il soyt demain mydy.

          Sy68, l’on me dict qu’il est hardy

          Et qu’il a fréquenté les armes ;

          Mais quoy ! je luy jouray telz termes

245  Que de fuyr luy sera besoing.

          Mais (os-tu ?) ne te tiens69 pas loing

          De moy, mais frapes dessus luy.

          S’une foys je l’ay assailly,

          Y convyendra bien qu’il endure.

250  Mais, Guermouset, une aultre cure

          Ne seroyt-el poinct aussy bonne

          Comme est celle que je te donne,

          Sans combatre ne dire mot ?

                            GUERMOUSET

          Je croy que vous craignez Guillot ?

255  Et ! quel avantureulx vous estes !

                            L’AVANTUREULX

          Je ne crains rien, s’y n’a deulx testes70,

          Mais qu’il ne frape par la pance.

          Guermouset, baille-moy ma lance,

          Et que je la boulte à l’arest71.

                            [GUERMOUSET]

260  Aujourd’uy, je voieray que c’est

          Que du gentil Avantureulx.

                            [L’AVANTUREULX]

          Je croy, moy, que ce fust le myeulx

          Qu’il y eust apoinctations72 :

          C’est grand faict que de horions,

265  À gens qui ne l’ont poinct amors73.

          Sy ai-ge vaincu les plus fors !

          Au moins, je les ay menacés…

          Je n’en parle plus, c’est acez ;

          Car deulx courages sy vaillans

270  Demeurent tousjours sur les champs74.

          Guermouset, pour75 toy me combas :

          Sy on me tue, ne m’oublye pas.

          Je te recommende mon corps.

 

                            GUILLOT            SCÈNE  VII

          Sang bieu ! il (y) en aura de mors.

275  Il y moura l’un de nos deulx.

          A ! domyné76 l’Avantureulx !

          Et ! me viendrez-vous faire guerre

          Et m’assaillyr dessus ma terre ?

          Corps bieu ! je ne vous fauldray poinct77.

280  Rignot, mais78 mon jaques à poinct,

          Et puys me baille mon héaulme79.

          A ! je vous auray, sur mon âme,

          Maistre Avantureulx, de plain bont80,

          Voyre, sy ma lance ne ront ;

285  Mais je cuyde qu’el(le) sera ferme.

          A ! qu’esse-là ? Y crye à l’erme81 ?

          Rignot, haste-toy de venir !

          Je m’en pouray bien revenir

          Sy tost que je l’aray tué.

290  Car pour toy82 il m’a argüé,

          Et je ne luy dema[n]doye rien.

 

                             L’AVANTUREULX            SCÈNE  VIII

          Et ! par Dieu, ainsy que je tien83,

          Un apoinctement84 seroyt bon :

          Quant g’éray rompu mon bâton,

295  Je n’y conquesteray pas maille85.

          Sy86, fault-il bien que je l’assaille,

          Car les voylà, luy et son filz.

          Guermouset, dis [tes Profondictz]87,

          Tes Gauldès et ta grand Crédo.

                            GUILLOT

300  Jésus ! qu’esse-cy que j’o88 ?

          L’Avantureulx aproche fort.

                            L’AVANTUREULX

          À mort, vilain ! À mort, à mort !

                            GUILLOT

          Vilain, dictes-vous ? C’est oultrage

          À un grand maire de vilage.

305  (A ! Rignot, il est courageulx,

          Pour un homme, et avantureulx,

          Et térible quant il se fume89.)

          J’ey le cœur plus dur c’une enclume,

          De haste que j’ey de combatre !

310  Par le sang bieu ! j’en turay quatre.

          Vous ne vistes onc tel déduict.

          (Il aura grand pour90, s’y ne s’enfuyct ;

          Mais je ne couray pas après.)

                            L’AVANTUREULX

          Or çà, Guillot, nous sommes prês :

315  Jouston ! A ! qui esse qui tient91 ?

                            GUILLOT

          Dictes-vous à bon essient ?

          Vrayment, je ne vous fauldray pas.

                            L’AVANTUREULX

          A ! dea, dea ! Ne me frapez pas,

          Combien que riens je ne vous crains.

                            GUILLOT

320  Sang bieu ! se g’y boulte les mains…

          Je m’en raporte bien à toy :

          Ne t’aproche pas près de moy,

          Sy tu veulx que je me deffende.

                            L’AVANTUREULX

          Vault-y poinct myeulx que je me rende ?

325  Guermouset, que t’en semble bon ?

                            GUILLOT

          Y vault mieulx que nous apoincton92,

          Rignot93, les coups sont dangereulx :

          C’est grand faict d’un avantureulx.

          Je crains qu’i ne soyt trop hardy.

                            L’AVANTUREULX

330  Je te deffy… di-ge : Je dy

          Que tu reculle un peu plus loing.

                            GUERMOUSET

          Voulez-vous faillir au besoing ?

          Frapez, et vous aurez du myeulx.

                            L’AVANTUREULX

          Sy je fusse armé94 par les yeulx,

335  Je seroys bien plus sûrement.

                            RIGNOT

          Assaillez-lay légèrement,

          Mon père.

                            GUILLOT

                                 G’y voys95, par ma foy !

          Rignot, [tiens-toy]96 auprès de moy.

          Jésus ! doys-je dire « Qui vive97 » ?

                            GUERMOUSET

340  Sus ! voicy Guillot qui arive,

          Y ne fault plus dissimuler.

                            L’AVANTUREULX

          Laisse-moy un peu reculer,

          Et je prendray myeulx ma visée.

                            GUILLOT

          Que sa lance est longue amanchée !

345  Elle est plus longue que la myenne.

                            L’AVANTUREULX

          Çà ! qui vouldra venir, qu’i vienne…

          Di-ge : Voyse-s’en98 qui vouldra.

                            GUILLOT

          Mauldict soyt-il qui te fauldra99 !

          Par Dieu, je voys donner100 dedens.

                            L’AVANTUREULX

350  Mauldict soys-je se je me rens !

                            GUILLOT

          Sy feras, se tu faictz que sage101.

                            L’AVANTUREULX

          Ne frape poinct par le visage,

          Ou, par Dieu, je te bauldray belle102 !

                            GUILLOT

          Par Dieu, Rignot103, y se rebelle :

355  Je cuyde qu’i me veult fraper.

                            L’AVANTUREULX

          Guermouset, sy peulx eschaper,

          Jamais joustes n’entreprendray.

                            GUILLOT

          Je cuyde que je me rendray ;

          Rignot, par ta foy, qu’en dis-tu ?

                            RIGNOT

360  Vous ne valez pas un festu !

          Et ! je vous ay veu sy hardy.

                            GUILLOT

          Et ! par Dieu, Rignot, je te dy :

          Y n’y a rien sceur104, en procès.

                            L’AVANTUREULX

          A ! Guillot, vous me menacez ?

365  Souvyenne-vous bien de Marolles105 :

          Vous en fuŷtes, sans parolles ;

          Je vous y vis bien, par ma foy.

                            GUILLOT

          Sainct Jehan ! vous fuŷtes devant moy,

          Combien que je couroye myeulx.

370  Y ne s’en falust que deulx lieux106

          Que nous ne fussions prins d’assault.

                            L’AVANTUREULX

          À mort, vilain !

                            GUILLOT

                                         À mort, ribault !

          Tu n’as garde de m’atraper.

                            L’AVANTUREULX

          Voulez-vous jouer à fraper ?

375  Nostre Dame ! je ne vous crains.

          Combatons-nous à coups de poins,

          Et boutons nos lances en bas.

                            GUILLOT

          Par sainct Jehan ! je n’y gouray pas107 :

          Homme qui combat à oultrance,

380  Y fault bien qu’il ayt unne lance,

          Sy bon jousteur on le renomme.

                            L’AVANTUREULX

          Onques je ne fus sy preudhomme

          En quelque guerre que108 j’alasse.

          (Y vaulsît myeulx que j’apoinctace.)109

                            GUILLOT

385  À mort, à mort !

                            L’AVANTUREULX

                                            À mort, à mort !

                            RIGNOT

          Chascun de vous est le plus fort ;

          Mon père, n’alez plus avant.

                            GUERMOUSET

          Vous l’avez gaigné tout contant110,

          Mon père, mais n’aprochez pas.

                            GUILLOT

390  Qui ne me tînt, tu fusses bas !

          (Jamais je n’en eusse eu mercy111.)

                            L’AVANTUREULX

          Par Dieu, tu fusses mort aussy :

          Et puys ce seroyt deulx gens mors.

                            GUILLOT

          Veulx-tu poinct liter112 corps à corps,

395  Et que tu n’ais poinct de bâton ?

                            L’AVANTUREULX

          Y vault myeulx que nous apointon :

          Le moindre bruict est le m[e]illeur.

                            GUILLOT

          Veulx-tu apoincter cœur à cœur ?

                            L’AVANTUREULX

          C’est le meilleur, comme y me semble.

                            GUERMOUSET

400  Y fault parler vos deulx ensemble,

          Et mectre bas chascun sa lance.

                            L’AVANTUREULX

          Bas, Guillot ?

                            GUILLOT

                                     Esse assurance ?

                            L’AVANTUREULX

          Ouy, vélà mon bâton à terre.

                            GUILLOT

          Hélas ! fault-y faire la guerre

405  Pour les biens où chascun a part ?

                            L’AVANTUREULX

          Hélas ! fault-il faire départ113 ?

          Te souvyent-y poinct de l’armée ?

          Des esperons de la Journée114 ?

          Ô l’amityé, le grand soulas115 !

410  Fault-il faire la guerre ?

                            TOUS ENSEMBLE

                                                       Hélas !

                            GUILLOT

          Et quant je116 fus quasy malade,

          Et que je bus dens ta salade117,

          Lors que de fuÿr estoys las ?

          Me haÿr à ceste heure !

                            TOUS ENSEMBLE

                                                     Hélas !

                            L’AVANTUREULX

415  Et quant je passay la rivyère,

          [Là] où tu demouras derière ?

          En ce lieu, tu me consolas118.

          Je t’ayday bien aussy.

                            TOUS ENSEMBLE

                                                  Hélas !

                            GUILLOT

          Et quant nous fûmes à Hédin119 ?

420  Je prins d’assault un grand gardin :

          Je te vis eschaper des las120 ;

          Garde n’us d’y aller !

                            TOUS ENSEMBLE

                                                 Hélas !

                            RIGNOT

          Tant ce sont gens de grand renon !

                            GUERMOUSET

          Hélas ! mon amy, ce sont mon121 :

425  Ce sont gens en faictz magnifiques.

                           RIGNOT

          Escriptz seront dens les croniques

          Aussy bien que le roy Clovys.

                            GUERMOUSET

          Jamais de telz gens je ne vis

          En cas de fuÿr toult discord.

                            GUILLOT

430  Vien çà, compère ! Es-tu d’acord

          De guerre, ou paix ? Dis vérité.

                            L’AVANTUREULX

          Je croy que Dieu soyt yrité

          De nos fais, là où chascun [qui]erre