LE POVRE JOUHAN

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

LE  POVRE  JOUHAN

*

Cette pièce parisienne fut écrite vers 1450. Le texte, en piteuse forme, a visiblement beaucoup circulé avant que l’éditeur ne lui inflige le coup de grâce en le modernisant, dans le premier quart du XVIe siècle. La sottie des Coppieurs et lardeurs (T 8) est datée de ~1461 par Thierry Martin1 ; or, elle mentionne la Farce de Pathelin (~1457) et le Pouvre Jouhan comme étant « trop vieilles mésouen ».

L’œuvre est davantage une sottie qu’une farce. On a dit que le rôle du Sot n’influe pas sur l’action, et pourrait être supprimé. On supprimerait alors ce que la pièce a de plus original. Toute son articulation dépend du Sot, qui en est le ressort comique. Certes, il est possible d’ajouter un Sot à une pièce déjà écrite. Paul Aebischer2 a publié une farce sans titre où il compte cinq personnages : Janot, Janette, l’Amoureux, le Folz, le Sot. Ces deux derniers ne font qu’un (la confusion entre Fol et Sot est fréquente), et je dirais même qu’ils ne font rien du tout, puisque ce Folz fut ajouté à une farce antimatrimoniale après le succès du Povre Jouhan3. Mais ici, nous avons bien affaire à une sottie.

Le Sot est juché en hauteur. Il vitupère les trois personnages répartis sur la scène, mais il reste invisible et inaudible pour eux, tel le Sot du Gaudisseur. Son impuissance à communiquer l’agace beaucoup. Au contraire, le Sot de la Moralité des Enfans de Maintenant (BM 51), qui est davantage un autiste qu’un fou, reste dans sa bulle et ne se préoccupe guère du monde réel. Le Fol de la Moralité de Charité (BM 64), lui non plus, n’interfère pas sur les personnages actifs. Le Sot du Povre Jouhan est une manière de fantôme, ou de conscience4 qu’on n’écoute pas.

La pièce illustre une chanson, Hélas le povre Johan, dont nous ne possédons plus que la musique. Cette chanson racontait comment le pauvre Jouhan a perdu sa femme qui est allée danser : voir les vers 11, 265, 387, 445, 453-455, 464, etc.

Source : Recueil Trepperel, nº 30.

Structure : Rimes plates, avec 5 triolets, des chansons, 1 chanson balladée. Le texte ayant été modernisé par l’éditeur5, il serait imprudent d’égaliser tous les vers boiteux.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce nouvelle trèsbonne & fort joyeuse du

Povre Jouhan

*

À quattre personnaiges, c’est assavoir :

    LE  SOT

    LA  FEMME  [AFFRICQUÉE 6]

    GLORIEULX

    LE  POVRE  JOUHAN

*

 

                                   LE  SOT  commence 7       SCÈNE  I

            Holà, hau ! Le feu est céans8 !

            Qui nous amaine ce couart9 ?

            Qu’i s’en voise10 courir aux champs !

            Holà, hau ! Le feu est céans !

5     J’en ay cuidé perdre le sens.

            Par bieu, il est bien sotouart11 !

            Holà, hau ! Le feu est céans !

            Qui nous amaine ce couart ?

.

                      LA  FEMME,  AFFRICQUÉE    SCÈNE  II

            J’ay le temps.

                                   LE  SOT

                                 Et moy, j’ay le cours :

10    Je suis par tout pour avoir bruit12.

                                   AFFRIQUÉE

            De « dancer13 », je sçay tous les tours :

            J’ay le temps.

                                   LE  SOT

                                 Et moy, j’ay le cours.

            [……………………….. -ours

            ………………………….. -uit.

                                   AFFRICQUÉE

            J’ay le temps.

                                   LE  SOT

                                 Et moy, j’ay le cours :]

            Je suis par tout pour faire bruit.

.

                                   LE  POVRE  JOUAN     SCÈNE  III

15    Je ne cesse ne jour, ne nuyt ;

            Et au soir, ne puis avoir paix.

            Je porte la charge et le fais14.

            Je suis comme ung droit fournier15.

            Je n’auroye pas ung seul denier,

20    Se ce n’est par travail et paine.

            Et ma femme tant me démaine

            Que merveille(s), et de pis en pis.

            Je luy fois tout ce que je puis,

            Encor(es) suis-je tout forcené16.

                                   AFFRICQUÉE

25    (C’est dommaige qu(e) onques fuz né17 !

            [……………………….. -ote.]

            Je croy que cest homme rassote18 :

            Plus va avant et tant plus mains vault19.)

.

                                   GLORIEULX  [chante]    SCÈNE  IV

            Povre amoureux (puisque dire le fault),

            Se me semble20, ne l’a21 pas daventage.

30    Je croy qu’il n’est sy soubtil ne sy cault22

            Qui en amour puisse demourer sage.

            Je suis servy de si trèsdur langage ;

            Par Faulx-Semblant et Barat23 suis mené.

            Quant j(e) y pense, à peu que je n’enraige !

35    Et si24, suis franc, large et abandonné25.

                                   LE  SOT

            Qui nous a ce sot amené ?

            Il point droictement sur le dart26.

                                   GLORIEULX

            Ung plumart et chappeau lané27.

                                   LE  SOT

            Qui nous a ce sot amené ?

                                   GLORIEUX

40    Pour faire bruyt28 ay esté né,

            Huby29 et gay, gent et gaillart.

                                   LE  SOT

            Qui nous a ce sot amené ?

            Il point droictement sur le dart.

            Hé ! povre Glorieux couart30 !

45    Il est bien glorieux, a ! certes.

            Il semble ung droit varlet de cartes31,

            Mais c’est dommage qu’il est sourt.

                                   GLORIEULX

            [J’ay] robe à la façon32 qui court,

            Et cornette de camelot33.

50    Je suis en point et bien mignot,

            Hault et droit, et de beau corsaige34.

.

                                   JEUNE  AFFRIQUÉE    SCÈNE  V

            Jouhan ! Comme ung bon filz et sage,

            Regardez qu’il n’y ait deffault

            Dessus mon corps, ne bas ne hault,

55    Affin que brièf(ve)ment on me voye35 ;

            Autrement, je me cour(ou)ceroye

            Se je véoye36 une seulle plume

            Dessus moy. Car c’est la coustume

            De noz nouvelles mariées :

60    Si nous sommes cointes37, parées,

            À droit avons nostre regard38.

                                   JOUAN

            Tournez-vous39.

                                   AFFRIQUÉE

                                  Ha que le diable y ait part !

            Que vous y allez rudement !

                                   JOUAN

            La chose va trop meschamment.40

                                   LE  SOT

65    Cela, on l’amandera41 bien

            Par le beau coissinet qui tien42

            Dessus les rains.

                                   JOUAN

                                     Trut avant43 !

            Assez belle estes par-devant,

            Mais le derrière gaste tout.

                                   LE  SOT

70    Taste si pleut44 [……… -out.]

            Saincte sang bieu, quel cropion !

                                   AFFRICQUÉE

            Çà ! mectez-moy mon chapperon

            Tost acoup !

                                   JOUAN

                              Voulentiers, ma mye.

                                   LE  SOT

            Qu’est-ce-là ? Je n’en parle mye.

75    Il en est bien de noz amys !

            Hé ! Glorieulx, poysson d’avris45,

            Nous fauldrez-vous46 à ce besoing ?

                                   JOHAN

            Tirez-vous sçà47, mon sade groing48 :

            Si je puis, vous serez jolye,

80    Quoy qu’i couste.

                                   AFFRICQUÉE49

                                       Saincte Marie !

            En quel point vous [me] le mettez !

                                   JOHAN

            Qu’i a-il ?

                                   AFFRICQUÉE

                           Vous le nettoyez

            La laine contre-mont, cornart50 !

                                   JOHAN

            ma dame, le dyable y ait part !

85    Je me tue et [me] romps le col

            Sans nul gré.

                                   LE  SOT

                                Tant [es-tu plus fol]51 !

            Si tu luy [seuffre, el]52 n’a pas tort.

                                   AFFRICQUÉE

            Sus, nouez53 !

                                   JOHAN

                                   Ainsi ?

                                   AFFRICQUÉE

                                            À la mort !

            Vous me serrez trop [le goffier]54

90    À mon gré ; et me fault penser

            D’ung autre. J’en sçay le moyen55.

                                   JOHAN

            Sang bieu ! cela vous deffault bien.

            Ha, morbieu ! Amour, il fauldroit…

                                   AFFRICQUÉE

            Et ! sy nétoyez donc(ques) à droit.

                                   JOHAN

95    Ainsi ?

                                   AFFRICQUÉE

                      Tenez, quel mitouflet56 !

            Il va abatre le soufflet57,

            Et il deust estre plain de vent.

            Sainct Jehan ! il semble proprement

            Qu’il manie58 bureau et [si fautre]59.

                                   JOHAN

100    Ainsi60 ?

                                   AFFRICQUÉE

                            M’en don(ne)rez-vous61 ung autre,

            De par Dieu ou de par le dyable ?

            Cil62 est gasté.

                                   JOHAN

                                 Cueur amyable,

            Sans soy courcer63, ouy, deux, ainçois

            Qu(e) assez vous n’en ayez.

                                   AFFRICQUÉE

                                                       Trois, trois !

105    Je le puis bien, [de] par mon âme.

            Suis-je bien ?

                                   JOHAN

                                Ouÿ dea, ma femme,

            M’amye et ma doulce assotée.

                                   LE  SOT  chante

            Hoo64 le povre Johan !

            Sa femme est abandonnée65.

110    Johan nétoye la robe

            De sa femme, qu(i) est crotée.

            [Hoo le povre Johan !]

            A prins la verge66 en sa main,

            Saigement l’a nectoyée.

115    Esse bien ? Sang bieu, quel traînée67 !

            Mon amy, prenez garde là

            Que, par Dieu, on déclinera68

            Avant qu’il soit .XX. ans passéz.

                                   JOHAN

            Est bien vostre chap(e)ron ?

                                   AFFRIQUÉE

                                                      Assez

120    Pour maintenant.

                                   JOHAN

                                      Bien, ma doulcète.

                                  AFFRICQUÉE

            Tirez plus bas ma gorgerette69.

                                   JOHAN

            En ce point ?

                                   AFFRICQUÉE

                               Sarrez-moy70.

                                   JOHAN

                                                    Beaucop ?

                                   AFFRICQUÉE71

            Sarrez, sarrez !

                                   JOHAN

                                  Encore(s) ?

                                   AFFRICQUÉE

                                                   Ung pou72.

                                   JOHAN

            Combien ?

                                   AFFRICQUÉE

                            Jusques au dernier clou.

                                   JOHAN

125    Je n’ose.

                                   AFFRICQUÉE

                           Hay, hay73 !

                                   JOHAN

                                              Et s(e) elle rompt ?

                                   AFFRICQUÉE

            Et ! elle fera ung estront

            (N’en desplaise à la compaignie74).

            Et [si ne]75 l’avez-vous gaignée,

            Que deable vous en doit chaloir76 ?

                                   JOHAN

130    Hélas ! si je fois [mon] devoir,

            Je n’auray paix ce n’est par amytié ?

                                  LE  SOT

            Et ! par Dieu, voylà grant pitié !   [Il chante.]

            La morbieu ! voylà feu grégoys77.

            Au boys, au boys cuillir [des nois]78 !

135    Mirez-vous là79, ho ! c’est pour vous ;

            Je vueil que tiengnez ce chemin80.

                                   JOHAN

            Hélas, quel petit musequin81 !

                                   AFFRICQUÉE

            Suis-je pas des mignotes fringans ?

            Baillez-moy mes déliés gans82.

                                   JOUAN

140    Où sont-ilz ?

                                   AFFRICQUÉE

                                  Ilz sont là-dessoubz,

            Saincte Marie !

                                   JOUAN

                                   Taisez-vous,

            M’amye, ne vous coursez point.

                                   AFFRIQUÉE

            Qu’esse de moy ? Suis-je en beau point ?

                                   JOUAN

            Au beau sang bieu à souhaicter !

145    Jamais Dieu ne me puisse aider !

            Se vous tenoye entre deux draps

            À ceste heure-cy, bras à bras83,

            Je vous f(e)roye ung petit jaliot84,

            À mon advis.

                                   AFFRICQUÉE

                                Qu’il y fait sot85 !

                                   JOUAN

150    Saincte sang bieu, quel corselet86 !

            Hé !

                                   AFFRICQUÉE

                    Qu’avez-vous ?

                                   JOUAN

                                            Je suis en hait87.

            La salive me vient en88 bouche :

            Baisez-moy !

                                   AFFRICQUÉE

                               Ho ! qu’on89 ne me touche,

            Autrement je me courceray90 !

                                   JOUAN

155    Hé ! belle dame…

                                   AFFRICQUÉE

                                         Hay91 ! hay ! hay !

                                   JOUAN

            Ha m’amye ung tour de groing92

                                   AFFRICQUÉE

                                                               Hay ! hay la teste !

            Des hommes ait-on malle feste !

            Vous m’avez presque descoeffée93.

                                   JOUAN

            Qui a gorgète si sarée94,

160    Il est monté comme saint George95.

            Voulez-vous riens, ma doulce gorge ?

            A vous complaire, c’est mon désir.

            (Hé, Dieu ! qui n’y prendroit plaisir ?

            Elle a gardé coul96 de velours

165    Et de satin, a97 tous les jours

            Chapperon de fin drap bien gent,

            Large tissu98 ferré d’argent,

            Sangl[é]e comme ung beau mulet.)

                                   AFFRICQUÉE

            Venez çà, venez, muselet99 ;

170    Venez, et faictes bonne chère100.

            Je voys101 jusques chez ma commère

            Pour passer le temps et esbatre.

                                   JOHAN

            Ne demourez point102.

                                   AFFRICQUÉE

                                            Quel follastre !

            Beaucop pour vous on en fera.

                                   JOHAN

175    Or allez là où il vous plaira

            À vostre plaisir, doulce amye.

            Voulez-vous riens ?

                                   AFFRICQUÉE

                                          Quel[le] folye !

            Gardez bien tout103.

                                   LE  SOT

                                        Quel[le] traînée !  [Il chante.]

            Ho[o] le povre Johan !

180    Sa femme est avolentée104.

            Johan laisse aller sa femme

            Partout où y luy agrée.

            Ho[o] le povre Johan !105

            Et n’en ose dire mot.

185    El(le) s’en rit à gueulle bée.

            Ho[o] le povre Johan !

            Sa femme est abandonnée.

            Je vueil qu’elle soit arrestée

            De quelc’un parmy la voye !

190    Elle s’en va à Saincte-Avoye106,

            Ce croy-je, en pellerinage

            Ou au « gibier107 ». En taspignage108,

            S’en va brasser quelque brouet109 :

            [Qu’on luy donne] ung grant coup de fouet,

195    Et qu(e) on luy baille au cul la pelle110 !

.

                                   GLORIEUX     SCÈNE  VI

            Dieu vous gart, gratieuse et belle !

                                   AFFRICQUÉE

            Mon doulx amy, et vous aussi !

            Couvrez-vous111 !

                                   GLORIEUX

                                      Où allez-vous ainsi ?

                                   AFFRICQUÉE

            Ennément112, je n’en sçay rien.

200    Couvrez-vous !

                                   GLORIEUX

                                  Et ! je suis trèsbien.

                                   AFFRICQUÉE

            Sans faulte, vous vous couvrerez !

                                   GLORIEUX

            Non feray !

                                   AFFRICQUÉE

                             Pour Dieu, si ferez !

                                   LE  SOT

            Et ! comment dea ! Esse ung couvreux113 ?

                                   AFFRICQUÉE

            Tousjours estes tant gratieux,

205    Hélas ! Qui ne vous aymeroit ?

                                   GLORIEUX

            Il est grant maistre, qui114 vous voit.

            Et puis, comment vous est-il ? Bien ?

                                   AFFRICQUÉE

            Il va bien, mais il ne vient rien115.

            Dieu doint qu(e) une fois y en viengne !

                                   GLORIEUX

210    Vous n’empirez pour temps qui vienne,

            [Qu’il] pleuve, gresle ou face vent.

            Le sang bieu ! plus allez avant,

            Et plus estes fricque116 et jolye.

                                   AFFRICQUÉE

            Que c’est bien dit !

                                   LE  SOT

                                          Quel joncher en songerie !

215    C’est trop presché : sus la vïande117 !

                                   GLORIEUX

            Mais venez sçà. Je vous demande,

            Jeune amye, doulce Affricquée :

            Vous sçavez que vous ay aymée

            Autant que je fis oncques femme ;

220    Long [temps a encor]118, par mon âme,

            Jà soit que119 n’ay perdu mes pas ;

            Maintenant ne vous ayme120 pas :

            [………………………… -y !]

            Et croyez que je suis celuy

            Qui plus vous feroit de service121

225    En ce qui122 vous seroit propice,

            Pourveu que j’eusse vostre amour.

                                   AFFRICQUÉE

            Mon amy, Dieu vous doint bon jour123 !

            Ennément, c’est du bien de vous.

            Si j’avoye quelque courroux,

230    Maintenant seroy[e]-je joyeuse.

            Elle seroit mal gratieuse,

            Par Dieu, qui vous escondiroit124.

            Hélas, voire ! mais que me diroit

            Mon mary ?

                                   GLORIEUX

                              Il n’en sçaura riens.

                                   AFFRICQUÉE

235    Et puis, d’aultre costé, les gens ?

                                   GLORIEUX

            Qu’i diront ? Qu(e) en ont-il affaire ?

            Il auroient beau crier et braire,

            S’il vouloient trèstout corriger !

                                   AFFRICQUÉE

            Ennément, vous estes le premier

240    À qui jamais me consenty.

                                   LE  SOT

            Le sang bieu ! vous avez menty

            (Sauve125 l’honneur des assistans) :

            Il n’en aura jamais les gans126 ;

            Jamais n’en sera le centiesme.

                                   GLORIEUX

245    Tenez, m’amye, je vous ayme

            Autant que ma propre personne.

            De trèsbon cueur cecy127 vous donne :

            Prenez-le pour l’amour128 de moy.

                                   AFFRICQUÉE

            Sauf129 vostre grâce, en bonne foy,

250    Non auray, à Dieu n’en desplaise !

                                   GLORIEUX

            Or çà, il fault que je vous baise130,

            Car autrement je n’en tiens conte.

                                   AFFRICQUÉE

            Dieu ! qu’est cecy ? N’avez-vous honte ?

            Hé Dieu ! comment y allez-vous !

                                   LE  SOT

255    Et, io131 ! Ou diable ! Io, [tout doulx]132 !

            Il s’aracheront les deux yeulx !

.

                                   JOUAN       SCÈNE  VII

            Vraiement, je suis ennuyeulx

            Que ma femme demeure tant.

            Par bieu ! je n’en suis pas contant,

260    Et fust-elle cent fois plus belle.

            Mais où, sanglant gibet133, est-elle ?

            C’est tant qu’elle134 fait que d’aller.

            S’elle135 ne treuve à qui « parler »,

            Je vueil qu’elle perde la veue136 !

                                   LE  SOT  chante

265    Ho ! le povre mary a sa femme perdue.

            Plus beste il est que beste mue137 :

            Elle est allée rider138 par ville,

            Pour monstrer son gent corps habile

            Dont Jouan a eu tant d’ennuy.

270    Le courtier son cheval conduit139,

            Mais c’est bien souvent pour aultruy.

.

                                   AFFRICQUÉE     SCÈNE  VIII

            Ennément, mon trèsdoulx amy,

            Vous m’avez toute descoeffée.

                                   GLORIEUX

            Sang bieu, vous estes bien pellée !

275    Tenez, vélà deux beaux escuz.

                                   AFFRICQUÉE

            Sans faulte, je n’en auray plus !

            Dea ! d’où vous vient ceste largesse ?

            C’est trop !

                                   GLORIEULX

                             Sacrement de la messe !

            Vous n’en aurez mèshuy jà mains140.

                                   AFFRICQUÉE

280    De donner vous estes tant plains141 !

            Ennément, vous avez grant tort.

            Or çà ! puisqu’au fait c’est, au fort,

            Vous n’en serez jà parjuré142.

                                   LE  SOT

            Elle a ung langaige asseuré,

285    Elle scet fournir du babin143.

            Et, Dieu ! Monsïeur saint Voisin

            Et saint Trotet, ses deux sains pères144 :

            Çà ! où s’en vont [donc] noz commères,

            Au pardon, au145 pèlerinage ?

.

                                   JOUAN       SCÈNE  IX

290    Ho ! par le ventre bieu, j’enraige !

            Mais où peult estre allée ma femme ?

            Je meurs de male fain, j’affame146 !

            Elle me fait ronger mon frain.

.

                                   GLORIEUX     SCÈNE  X

            Mon tendre cueur doulx et humain :

295    Venez-vous-en avecques moy,

            Et je vous logeray, je croy,

            Si haultement qu’il souffira147.

                                   AFFRICQUÉE

            Hélas, mon amy : que dira

            Mon mary de tant demourer ?

300    Ce seroit pour moy desvoyer148,

            Car jamais il n’y pensa rien.

            Ung autreffois, nous pourrons bien

            « Parler » nous deux plus à loisir.

                                   GLORIEULX

            Baisez-moy, mon doulx plaisir,

305    Au moins, à vo149 département.

                                   AFFRICQUÉE

            Ha ! laissez-moy !

                                   LE  SOT

                                        Quel doulx plaisir !

            Il a des bourdes en payement :

            Par Dieu, voylà grant desplaisir !

                                   AFFRICQUÉE

            Gratieux, à Dieu vous comment150.

                                   GLORIEUX

310    « À Dieu » vous dy, mon souvenir.

.

                                   JOHAN        SCÈNE  XI

            Je croy qu’elle devroit venir,

            Maintenant, [s’el n’est]151 bien plantée.

            Le dyable l’a bien enchantée,

            Maintenant, de tant demourer.

                                   LE  SOT

315    Elle est allée faire labourer

            Sa « mote152 » pour mieulx reverdir.

            Jamais ne s’en pourroi[en]t tenir

            (Quant ainsi sont atintelées153)

            Qu’el(le)s ne soient tantost appellées

320    De tous costéz parmy la ville.

            Et si n’auroient ne croix ne pille154,

            El(le) trouvent Martin ou Guillaume

            Qui souvent leur fourre[nt] la paulme155 ;

            Et puis s’en vont… peu que ne dy156.

325    Et voylà Jouan mon amy157

            Qui attend ma dame sa femme.

            J’en suis esbahy, par mon âme !

            Il est bien Johan tout à droit158.

            Hélas ! qui ne les congnoistroit ?

330    Qu’el(le) voise[nt] en dévotion :

            Quant telle est leur entencion,

            Il n’y aura si bon couvent

            Qu’i ne soit visité souvent.

            Puis à Nostre-Dame-des-Champs159

335    S’en vont avecques les gallans,

            Aux Jacopins160, à Sainct-Victor,

            À Saint-Anthoine ou à Sainct-Mor161,

            À Nostre-Dame-de-Boulongne162.

            Et Dieu sçait s’i font la « besongne »,

340    Quant il se treuvent à l’escart

            Avec(ques) le Glorieux couart…

            Comment elle est bien décrotée163 !

.

                                   AFFRIQUÉE    SCÈNE  XII

            Et puis, Johan : s(e)ray-je tansée ?

                                   JOHAN

            Hon !

                                   AFFRICQUÉE

                     Voicy pour rire, [ennément.]

345    Parlez-vous point à moy, Johan ?

                                   JOHAN

            Hon164 !

                                   AFFRICQUÉE

                           [………………. -in !]

            Que mall[in] poyson et venin165

            Vous crève ! Voicy trèsbeau jeu.

            Si je m’y prens, par le corps bieu,

350    De vous faire dresser devant…

            Regardez quel mains que166 néant !

            Qu’il est gentil, deçà, delà.

                                   LE  SOT

            Happe, cousin, happe cela !

            Par mon serment, voicy merveille !

                                   AFFRICQUÉE

355    Tenez-vous la bouche vermeille167 ?

            Dictes-vous mot, villain poacre168 ?

            Le mal de monsïeur saint Fiacre169

            Vous puisse est[r]aindre la bedaine !

            Et malle mort !

                                   LE  SOT

                                   Happe ceste laine170,

360    Et prens une souppe171 en ce plat !

                                   AFFRICQUÉE

            [Mais] regardez-moy quel musart !

            Hay avant, hay, lasche journée !

            La malle rage forcenée

            Trèssanglante le cueur vous hape !

                                   LE  SOT

365    Prenez ce morceau, qu’i n’eschape :

            [Cousin, tu n’auras]172 huy meilleur.

                                   AFFRICQUÉE

            Mais regardez-moy quel seigneur !

            Le grant mal sainct Jehan173 vous embloque

            La peau et les oz !

                                   LE  SOT

                                        Croque, croque,

370    Mon amy, ceste mitaine174 !

                                   AFFRICQUÉE

            Que de la fièvre cartaine

            Puissez-vous estre relié !

                                   LE  SOT

            Tu n’es pas excommunié,

            Dy, mon cousin : on parle à toy175.

                                   AFFRICQUÉE

375    Soit-il176 que du mal sainct Éloy177,

            Du mal du frisson d’avertin178,

            Du mal monsïeur sainct Martin179

            Soyez-vous enflé et batu !

                                   LE  SOT

            Sainct Jehan, voylà : le pais-tu180 ?

380    Va-t’en coucher, complie181 est dicte.

                                   AFFRICQUÉE

            S’i fault qu’à vous je me despite,

            Je vous mettray tout en beau point !

                                   JOHAN

            M’amye, ne vous cour(rou)cez182 point,

            Car le temps est trop dangereux183.

385    Que voulez-vous, cueur amoureux ?

            Mais comment vous estes esmeue !

            Je cuydoie que fussiez perdue,

            Par ma foy, sans autre malice.

            Si vous voulez riens que je puisse,

390    Je suis prest à faire debvoir.

                                   JEUNE  AFFRICQUÉE

            Hay184 ! hay !

                                   JOUAN

                                  Que voullez-vous avoir,

            M’amye, ma doulce (r)assotée185 ?

                                   AFFRICQUÉE

            Sus, sus, que [je] soye frotée.

            Doulcement. Ung petit186 au front.

395    Malade suis.

                                   LE  SOT

                               Mais ung estront,

            Ne desplaise à la compaignie !

                                   JOUAN

            Voulentiers, ma trèsdoulce amye.

            (Par bieu, elle me fait bien paistre.

            Je croy que c’est le chien au prestre :

400    Elle est malade quant el(le) veult.)

            Qu’avez-vous ?

                                   AFFRICQUÉE

                                   La teste me deult :

            Je suis toute biscari[é]e187.

                                   JOUAN

            Vous serez ung petit baisée,

            Et puis el(le) vous allégira.

                                   AFFRICQUÉE

405    Soutenez-moy…

                                   LE  SOT

                                     Ho ! el(le) cherra188 !

            Le monde est bien mengé de ras189.

                                   AFFRICQUÉE

            Je [m’en voys]190 si ung peu embas.

                                   LE  SOT

            Que telz gens n’ont [à moy affaire]191 !

                                   JOUAN

            Tout beau192 ! ([L]a [b]este193 de me taire

410    Et de luy demander qu’elle a !)

                                   LE  SOT

            Vélà tout : qui femme a, noise a194.

                                   JOUAN

            Je me tue pour luy complaire ;

            Par bieu ! je ne sçay que luy faire.

            Et de pis en pis elle va.

                                   LE  SOT

415    Vélà tout : qui femme a, noise a.

                                   JOUAN

            Je la cuide tousjours atraire195

            Par beau parler et débonnaire ;

            Mais sans cesser el(le) tensera.

                                   LE  SOT

            Vélà tout : qui femme a, noise a.

                                   JOUAN

420    Et quant je la voy ainsi braire,

            Je me tais et m’en voys retraire

            En ung coing, et la laisse là.

                                   LE  SOT

            Vélà tout : qui femme a, noise a.

                                   AFFRICQUÉE196

            (Quelles raisons sera-ce-là ?)

                                   LE  SOT

425    Hé ! povre Jouan, povre sot !

                                   JOUHAN

            Et s’il advient que ung seul mot

            D’aventure ysse de mes dens197,

            Vous direz qu’elle est hors du sens :

            Elle jure, elle tempeste ;

430    Elle me gecte à la teste

            Tout ce qu’elle treuve en sa voye198.

            Par le corps bieu ! je n’oseroye

            Lever l’œil, quant elle est ainsi.

                                   AFFRICQUÉE199

            A ! voire dea ! Esse cecy ?

435    Esse tout ? En scès-tu point d’autre ?

                                   LE  SOT

            Jésus ! que dïable esse-cy ?

                                   JEUNE  AFFRIQUÉE

            [A ! voire dea ! Esse cecy ?]

                                   JOUAN

            Ha, ma femme : pour Dieu, mercy200 !

            Ce n’est pas de vous, c’est d’ung autre.

                                   AFFRIQUÉE

440    Ha ! voire dea ! Esse cecy ?

            Esse tout ? En scès[-tu] point d’autre ?

            Et fait-on ainsi, nostre apostre,

            Le seigneur201, quant je n’y suis pas ?

            Sus avant, plutost que le pas !

445    Marchez-vous ? Venez à la dance202 !

                                   LE  SOT

            Hélas ! Dieu te doint pacience,

            Mon amy, t(u) en as bon mestier203.

            Me parlez-vous de marier ?

            Ouy dea, ouy [dea], mariez-vous !

450    Regardez Jouan : est-il doulx !

            Il semble Dieu204 sur une pelle.  [Il chante.]

            Hé ! Jouan, Jouan de Nivelle205,

            Qui a sa femme perdue.

            En la dance, parmy la rue,

455    Je ne sçay qui l’a emmenée.

                                   JOUAN

            Corps bieu ! elle est bien retournée206.

            Je vouldroys ne l’avoir onc(ques) veue.

                                   LE SOT

            À Dieu, toute ceste assemblée !

                                   JOUAN

            Corps bieu ! elle est bien retournée.

                                   LE  SOT

460    Je croy qu’elle a esté emblée207.

                                   JOUAN

            Je ne sçay dont elle est venue.

            Corps bieu ! elle est bien retournée.

            [Je vouldroys ne l’avoir onc veue.]

                                   LE  SOT

            Ne chantez plus qu’elle est perdue :

465    Le povre Jouan l’a trouvée.

            À Dieu toute ceste assemblée208,

            Pelle-melle, tout en ung tas !

            Jouan a sa femme trouvée.

            Je vous prye, ne l’oubliez pas.

.

                                          EXPLICIT

*

Le recueil Canti C cento cinquanta (Petrucci, 1504) contient une chanson à quatre voix sans paroles qui s’intitule Hélas le povre Johan209. J’ai retranscrit le début en notation moderne, et j’ai tenté d’y adjoindre les paroles que chante le Sot (vers 108-114 et 179-187), ce qui permet au moins de les remettre dans l’ordre :

Hélas le pauvre Jouhan

*

1  Triboulet : La Farce de Pathelin et autres pièces homosexuelles. GayKistchCamp, 2011, p. 9.   2 Trois farces françaises inédites trouvées à Fribourg. Revue du Seizième siècle, XI, 1924. Aebischer signalera aussi un Fol ajouté au Jeu à VIII personnages (Archivum romanicum, XIII, 1929). La farce de Janot dans le sac a été republiée par M.-C. Gérard-Zai et S. de Reyff (Droz, 1990).   3 Les vers 5 à 11 de ladite farce condensent les plaintes de Jouhan lorsqu’il attend sa femme.   4 Dans Ubu cocu, Alfred Jarry met en scène la Conscience du Père Ubu, qui nous la présente ainsi : « Nous allons prendre conseil de notre Conscience. Elle est là, dans cette valise toute couverte de toiles d’araignée. On voit bien qu’elle ne nous sert pas souvent. »   5 Beaucoup de termes archaïques ont été rajeunis : c’est flagrant quand les rimes modernes ne riment plus (vers 89, 99, 180, 292).   6 Frique = élégante (vers 213). La jeune femme a récemment épousé Jouhan (vers 59), un homme faible dont elle fait ce qu’elle veut. Affriquée est la seule à se déplacer entre la maison où son mari l’attend, et le lieu où son amant la guette.   7 Perché en hauteur, il voit venir Glorieux, le prétendant d’Affriquée.   8 Cet avertissement s’adresse à Jouhan, le mari d’Affriquée. On peut traduire : Le loup est dans la bergerie.   9 Couart [peureux] est le nom du lièvre dans le Roman de Renart, d’où la course dans les champs au vers suivant. C’est Glorieux que le Sot traite ainsi de couard <vers 44 et 341>.   10 T : va  (Qu’il s’en aille.)   11 Jouhan est bien sot. C’est « un mary fol et sotouart ». (Le Trocheur de maris.)   12 Réputation.   13 De coïter. Cf. les Chambèrières, vers 96.   14 Le faix, le fardeau.   15 Comme celui qui doit veiller en permanence pour que le four du quartier ne s’éteigne pas.   16 Hors du sens. Être tout fors sené = être tout sauf sage.   17 Que tu sois né. Elle se plaint de son mari en aparté.   18 Que Jouhan devient de plus en plus sot.   19 Plus il va et moins il vaut.   20 S’il me ressemble.   21 T : lont  (N’a pas plus que moi le pucelage de sa bien-aimée.)   22 T : sage  (Caut = rusé.)   23 Tromperie. Ces personnages allégoriques proviennent du Roman de la Rose.   24 Et pourtant.   25 Locution courante qui signifie « généreux ». André Tissier <Recueil de farces, tome X, Droz, 1996, p. 250> cite Nicolas de Troyes : « Qui veult bien aymer, il ne faut point estre chiche de son bien, mais doit-on estre large et abandonné. »   26 Il tombe vraiment à pic. Poindre comporte une allusion phallique : « Lance au bout d’or qui sais et poindre et oindre. » (Ronsard.)  Dard également : « Et des deux mains se polluait le dard. » (Charles Collé.)   27 (Je porte) un plumet et un chapeau de laine.   28 Pour faire parler de moi.   29 De bonne humeur.   30 Voir la note 9 et le vers 341. Cependant, la confrérie sotte des Conards de Rouen usait et abusait de l’expression « glorieux conard ». Cf. Guillaume Alécis : « Tel fait du saige et du grobis/ Qui est ung glorieux conard. »   31 Nous dirions : un as de pique. « Cartes » se prononce « quertes », à la parisienne.   32 À la mode.   33 Un chaperon masculin en étoffe de poil.   34 Corps. « Il me resemble de corsage. » Farce de Pathelin.   35 Que je puisse sortir dans peu de temps.   36 Si je voyais.   37 Élégantes.   38 Nous regardons les hommes droit dans les yeux (au lieu d’avoir le regard modeste).   39 Il frappe sur le postérieur de sa femme pour enlever la poussière.   40 T ajoute une réplique d’Affricquée : Qui a il doncques   41 T : la mandera  (On le corrigera.)   42 T : fault  (Grâce à un coussinet, un faux cul : « L’autre a ung coussin soubz la fesse/ Affin qu’elle ait le cul plus gros. » Guillaume Coquillart.)  « Celles qui deux culs supportent/ Sous les robes qu’elles portent,/ Desquels l’un, de chair, la nuit/ Leur sert à prendre déduict ;/ L’autre, de crins et de bourre,/ Autour leurs fesses embourre. » Pierre Le Loyer.   43 Interjection courante. Cf. la Résurrection Jénin à Paulme, vers 202.   44 Mets-y la main pour voir si rien ne coule : Jouhan est en train de fixer un coussin sous la robe d’Affriquée.   45 « Poisson d’avril : macquereau. Parce que d’ordinaire, les macquereaux se prennent & se mangent environ ce mois-là. » (Antoine Oudin.) « La dame (…) dit à un petit poisson d’avril qu’elle avoit auprès de soy : Va-t’en suivre ce gentilhomme. » (Bonaventure Des Périers.)   46 Nous ferez-vous défaut.   47 Venez ici.   48 Mon gracieux visage. Cette métonymie désigne Affriquée.   49 À partir d’ici, le nom est souvent amputé de sa dernière syllabe. Je l’écris en entier.   50 Inexplicablement, tous les éditeurs de cette pièce (Eugénie Droz, Mario Roques, Albert Pauphilet, et même André Tissier) prennent le cornart pour le « bout de l’écharpe du chaperon », ou pour un « nœud de ruban ». Cornard = cocu ; contremont = à rebrousse-poil. « Rétrogradant contremont jusques au commencement. » (Eustache Deschamps.)  Le contraire de « nettoyer contremont », c’est « nettoyer à droit » (vers 94).   51 T : est tu plus sot  (Tu n’en es que plus fou.)   52 T : seuffres elle  (Si tu le lui souffres, si tu le lui permets.)   53 T : iouez  (Faites le nœud de mon chaperon.)   54 Lacune. Le goffier est la partie du chaperon (vers 72 et 119) qui enserre la tête.   55 Je sais qui va m’en acheter un autre. Voir la note 61.   56 Emmitouflé, empoté.   57 Le bourrelet du chaperon est creux. « Et mon chapperonnet,/ Est-il fait, dessoubz le soufflet ? » Resjouy d’amours, F 18.   58 T : maine   59 T : cy entre  (Bureau = étoffe de bure. Fautrer = battre un tapis ; cf. les vers 110-114.)   60 T : Cecy  (« Ainsi ? » est la réplique habituelle de Jouhan : vers 88 et 95.)   61 M’en achèterez-vous.   62 T : Ce il  (Cil = celui-ci.)   63 T : couulcez  (Courcer = courroucer.)  Ainçois que = avant que.   64 Prononcer « Oh, oh ! », qui correspond au « hélas » d’une chanson en heptasyllabes, Hélas le povre Johan. Voir Howard Mayer Brown, Music in the french secular theater, n° 153.   65 Dévergondée. Cf. Raoullet Ployart, vers 115.   66 Baguette pour épousseter le linge.   67 Équivoque entre la traîne du chaperon, et la femme facile du vers 178.   68 Nous mourrons. (Cf. le Testament Pathelin, vers 168.) Le Sot invite-t-il Jouhan à vivre chrétiennement, ou à vivre librement ?   69 Collerette couvrant une partie de la poitrine. Affriquée trouve que la sienne cache trop de choses.   70 Serrez ma ceinture, pour faire paraître ma taille plus fine.   71 Il semble manquer un vers en -co(u)p.   72 Un peu.   73 Allez !   74 Même grossièreté, suivie du même repentir, à 395-6.   75 T : sire  (On a francisé la rime picarde « gaignie ».)  Je comprends : et si vous ne l’avez pas payée avec l’argent que vous avez gagné. Jouhan ne se demande jamais avec quel argent sa femme peut se vêtir aussi richement. C’est l’indifférence des cocus –pour ne pas dire leur complaisance– que les auteurs fustigent.   76 Qu’est-ce que ça peut bien vous faire ?   77 Le feu grégeois [grec], sorte de bombe incendiaire, symbolisait la flamme amoureuse : « Car l’amour fut jadis le tyran nôtre/ Qui m’emplissoit le cœur de feu grégeois. » (Scarron.) Cf. la Ballade 26 de Charles d’Orléans.   78 T : beutours  (De nombreuses chansons coquines parlent d’aller « au bois cueillir des noix », ou des noisettes, ou des noisilles.)  Il manque un vers en -ous.   79 Il tend un miroir à la coquette, comme le diable ou la Mort dans les gravures de l’époque.   80 Je veux que vous fassiez ainsi. « Sy deux ou trois foys vous tenez ce chemin, elle n’osera fuyr de vous ouÿr seul. » Cardinal de Granvelle.   81 Museau, minois. Cf. le Faulconnier de ville, vers 129.   82 Mes gants délicats.   83 Le héros de Resjouy d’amours (F 18) rêve aussi de tenir une coquette « bras à bras ». Comme Jouhan au vers 152, il avoue : « L’eau m’en vient à la bouche. »   84 Mot inconnu. Étant donné que le « j » et le « g » sont interchangeables (jalet = galet), on pourrait lire « un petit galop », i.e. une chevauchée. « De trot et de galot luy donne des leçons. » Mathurin Régnier.   85 Quel sot il fait ! « Sainct Jacques ! il y fait sot/ Que l’adosser ung jour entier. » Les Amoureux qui ont les botines Gaultier, F 9.   86 Quel petit corps. « Son joly corpselet. » J. Lemaire de Belges.   87 En érection. Cf. le Prince et les deux Sotz, vers 23.   88 T : a la  (« La salive m’en vient en bouche. » Nouveau Dictionaire françois et italien.)   89 Les spectateurs pouvaient comprendre « au con ».   90 T : courouceroye   91 Aïe !   92 Un baiser.   93 Vers similaire à 273.   94 Une petite poitrine si dure.   95 Il est bien armé pour aller au « combat ».   96 Équivoque graphique entre « col » et « cul ».   97 Elle a.   98 Ceinture, avec une boucle en argent. « Fines chausses, belle saincture/ Ferrée d’argent. » Beaucop-veoir et Joyeulx-soudain, T 24.   99 Terme affectueux synonyme de « musequin ».   100 Bonne contenance.   101 Je vais. La commère, c’est-à-dire la voisine, était l’excuse habituelle des femmes qui allaient chez leur amant.   102 N’y restez pas trop longtemps.   103 Gardez la maison. (Cf. le Testament Pathelin, vers 88.) Affriquée sort.   104 T : adolentee  (Elle est décidée –à tromper son mari. « Les seigneurs (…) firent tant, qu’il s’avoullenta de descendre en terre avec eulz. » Godefroy.)   105 T met ce vers entre 180 et 181. Voir la partition.   106 Cette chapelle située rue du Temple servait d’alibi aux épouses qui allaient chez leur amoureux. Dans Une femme à qui son voisin baille ung clistoire (F 28), l’amant donne rendez-vous à sa maîtresse : « Vécy comme serez excusée :/ Lundy, quant vous prendrez la voye/ De venir droit à Saincte-Avoye,/ Vous trouverez par le chemin/ Une chambre. » À la fin, le mari cogne sur sa femme en lui disant : « Tenez, portez à Sainte-Avoye/ Ceste chandelle pour offrande ! »   107 Au tapin. « Au gibier/ Ceste vieille l’a emmenée,/ Et la vous mest sur le mestier. » G. Coquillart.   108 En tapinois. « Plusieurs larcins secretz, en tapinaiges,/ (Ils) font en villes, chasteaulx, bourcs, champs, vilaiges. » (Pierre Gringore.) Le tapin et ses dérivés datent du XXe siècle.   109 Jouer quelque tour : « –On m’a jouay ung tour de maistre./ –Nous a-on telz brouetz brassés ? » Les Coppieurs et lardeurs, T 8.   110 Qu’on lui flanque un coup de pelle sur les fesses. (Cf. Pour porter les présens, vers 21.) « Et luy frappa au cul la pelle. » François Villon.   111 Remettez votre chapeau. Cet assaut de courtoisie est un des topos de la littérature parodique. Cf. notamment le Capitaine Mal-en-point (v. 359-365), et Pour porter les présens (v. 40).   112 Vraiment. Sur cette interjection féminine, voir la note 79 de Tout-ménage. La farce des Queues troussées (F 6) donne l’octosyllabe « Ennémenne je n’en sçay rien », mais Affriquée emploie « ennément » cinq autres fois.   113 « Couvreur : homme vigoureux & qui contente bien les femmes. “Ces gens-là sont assez bons couvreurs.” » Dictionnaire comique, satyrique.   114 Celui qui. Même vers dans le Dorellot (vers 71).   115 Je vais bien, mais l’argent ne rentre pas. Pour la ponctuation du vers 207, cf. la farce du Patinier (F 35) : « –Comment vous va ? Bien ?/ –Il va bien, mès il ne vient rien. »   116 Élégante. « Le corps bien fait, frique et joly. » (Godefroy.) C’est de là que vient le nom d’Affricquée.   117 Arrêtons le bénédicité et attaquons le repas ! « Allon cueillir la salade…. / C’est trop presché, donne-moy ma salade ! » Ronsard.   118 T : a encore  (Il y a déjà longtemps.)   119 Bien que.   120 T : ayde  (Le dénouement de ces préciosités occupait le vers suivant, perdu. Il se résume à : Je vous adore !)   121 « Je suis celuy/ Qui vous vouldroit service faire. » Testament Pathelin.   122 T : que   123 Une bonne journée : qu’il soit favorable à vos désirs.   124 Celle qui vous éconduirait.   125 Sauf.   126 « Avoir les gants : Manière de parler qui signifie avoir le pucelage d’une personne. » Dictionnaire comique, satyrique.   127 Cet écu.   128 T : lhonneur   129 T : Saus  (Cf. le Munyer, vers 284 et 432. On peut aussi corriger : sans, ou sa.)   130 Que je vous embrasse. Mais voir la note 29 du Trocheur de maris. « Baiser : Avoir la dernière faveur d’une Dame. Si l’on ne baise aux enfers, n’espérez plus d’être baisée. » (Richelet, Dictionnaire françois.) « On dit odieusement qu’une femme baise, pour dire qu’elle n’est pas chaste. » (Furetière, Dictionaire universel.) Bref, Glorieux viole Affriquée, qui ne songe pendant ce temps-là qu’à protéger sa coiffure (vers 273).   131 E. Droz rappelle que cette interjection rythme une chanson normande du XVe siècle (publiée par Gaston Paris) : Yo ! yo ! compère, commère. On y lit : « Marotte, ma sotte,/ Vous n’arez point de verte cotte [vous ne serez pas culbutée sur l’herbe]/ Sy vous ne savez dire yo ! »   132 T : tous deux   133 Renforce l’interrogation. « Mais où, gibet, sont-ilz alléz ? » Maistre Mymin qui va à la guerre.   134 Le « ne » est facultatif : « C’est tant que tu fais que boire. » Jehan qui de tout se mesle.   135 T : Celle  (S’elle = si elle.)  « Parler » comporte la même ambiguïté qu’au vers 303.   136 La vue. Écho du vers 256.   137 Muette. « Auz jumens et aux bestes mues. » Godefroy.   138 Courir, y compris après les hommes, comme Junon quand elle cherche son joli pastoureau : « Sans selle, sans frain et sans bride,/ Par le monde chevauche et ride,/ Et Théléphus partout (elle) demande. » Froissart.   139 T : estable  (Le courtier est l’intermédiaire qui conduit un cheval à son acheteur. Le père d’un des Sotz ecclésiasticques « ayma mieulx estre courtier,/ Et fut macquignon de chevaulx ».)   140 Vous n’en aurez pas moins aujourd’hui.   141 Si imbus. Le pluriel englobe tous les clients d’Affriquée.   142 Elle met l’argent dans sa bourse.   143 Du baratin. « Pour te pendre hault comme ung lart,/ Nonobstant tout ton babinage. » Vie de sainct Christofle.   144 T : pierres  (Saint Voisin et saint Trottet sont les saints patrons des femmes qui courent les rues.)  « Que c’est pour monstrer leur gent corps/ Que femmes vont à Sainct-Trotet. » L’Advocat des dames de Paris touchant les pardons Sainct-Trotet.   145 T : ou  (Quand elles vont gagner des indulgences, ou quand elles vont en pèlerinage.)   146 T : ia femme  (On pourrait comprendre « mâle faim », désir sexuel : « J’affame/ De désir qui tout m’enflamme. » Christine de Pizan.)  Janot <voir la note 3> déplore pour la même raison l’absence de sa femme : « Ha ! je ay si grant faim que j’enrage. »   147 En aussi haut lieu qu’il faudra. Dans une mansarde ?   148 Je passerais pour une dévoyée.   149 T : voz  (En Picardie, « vo » = votre.)  Département = départ.   150 Je vous recommande à Dieu. Glorieux est déjà qualifié de « gracieux » à 204.   151 T : celle est  (« Planté » a un double sens grivois : P. Guiraud, Dictionnaire érotique.)   152 Son mont de Vénus. « Ces petits cons à grosse motte/ Sur qui le poil encor ne flotte. » (Sigogne.) On attribue la Responce de la Dame au vérolé à une certaine Joane de la Belle-Motte.   153 Parées.   154 Si elles n’ont pas un sou.   155 Leur mettent de l’argent dans la main.   156 Il s’en faut de peu que je ne dise ce qu’ils vont faire.   157 T ajoute un vers : Qui tant en a eu de tourment   158 Tout à fait. Jouhan est traditionnellement un nom de nigaud. « Or s’en va le povre Jouhan./ L’ay-je bien affinay [trompé], au moins ? » Le Dorellot.   159 Tous ces lieux de pèlerinage fréquentés par les « dévotes » se situent à Paris ou dans ses environs. L’Advocat des dames de Paris touchant les pardons Sainct-Trotet inventorie ces bonnes adresses : « En divers lieux (elles) vont gaigner les pardons/ Pour en leurs lacs attrapper la “vitaille”./ Visiter vont Nostre-Dame-des-Champs. »   160 Au couvent des jacobins, où les moines recevaient des femmes : les Rapporteurs, vers 167-170.   161 « Comme bonnes catholicques,/ (Elles) visitent Sainct-Mor-des-Fosséz. » L’Advocat des dames…   162 « Pour leur pèlerinaige,/ Elles s’en vont jouer jusqu’à Boulongne/ Pour en après faire embourrer leur “bas”. » L’Advocat des dames…   163 Époussetée à coups de verge. « Ma seulle braguette espoussetera tous les hommes, et sainct Balletrou, qui dedans y repose, décrottera toutes les femmes. » Pantagruel, 26.   164 T : Hony  (« Hon » est le grognement d’un enfant qui refuse de parler à sa mère. Voir le vers 52.)   165 T : velin   166 T : quel  (Quel moins que rien.)   167 T : nyuelle  (Adjectif inconnu, qui ne rime pas.)  Avoir la bouche vermeille est une preuve de candeur : « La face ouverte, la bouche vermeille, les yeulx asseuréz et le reguard assis sus Gargantua. » Gargantua, 15.   168 Pouacre, galeux. Cf. les Rapporteurs, vers 138.   169 Que les hémorroïdes. Voir la note 79 de Trote-menu et Mirre-loret.   170 L’expression exacte est « happe cette mitaine » : cette gifle. (Cf. les Sotz triumphans, vers 145.) Voir le vers 370.   171 Morceau de pain qu’on trempe dans le bouillon. « Plat » rime avec « musa(r)t ». T ajoute sous ce vers : On ty fait beau brouet   172 T : Voisin tu nanras  (Vers 353 et 374.)   173 Que l’épilepsie.   174 Endure ce coup. (Voir la note 170.) Nous avons peut-être là l’origine du croque-mitaine.   175 Ta femme te parle. (On ne devait pas adresser la parole aux excommuniés.)   176 T : Est il  (Puisse-t-il advenir.)   177 De la gangrène.   178 De folie furieuse.   179 D’une angine.   180 Avales-tu ce qu’elle te fait paître ? Cf. le vers 398.   181 La prière du soir. « J’ay grant talent [désir],/ Puisque j’ay dite ma complie,/ D’aler couchier. » Godefroy.   182 Même vers que 142, où « m’a-mi-e » compte pour 3 syllabes.   183 Testament Pathelin, vers 82.   184 Aïe !   185 Même vers que 107. « A-mi-e » compte toujours pour 3 syllabes.   186 T : peu  (Un peu.)  On voit que les épouses savaient déjà jouer de la migraine.   187 En mauvais état. Dans le Tiers Livre (chap. 28), frère Jan traite Panurge de « couillon biscarié ».   188 Elle tombera.   189 Répertorié par Le Roux de Lincy dans le Livre des proverbes français.   190 T : menuoye  (Je m’en vais <vers 421>.)  Par une trappe ménagée dans le podium, Affriquée descend à la cave, où la fraîcheur et l’obscurité –et peut-être une gorgée de vin– guériront sa migraine.   191 T : affaire a moy   192 Descendez prudemment !   193 Quel idiot j’ai été.   194 Répertorié dans le Livre des proverbes français.   195 Amadouer.   196 Elle remonte de la cave, derrière Jouhan qui ne la voit pas.   197 Sorte de ma bouche. On songe à la formule récurrente d’Homère : « Quelle parole a franchi la barrière de tes dents ? »   198 Sur son chemin.   199 Elle se jette sur Jouhan et le frappe.   200 Pitié !   201 Vous qui n’êtes qu’un apprenti, vous jouez au maître ?   202 Je vais vous faire danser !   203 Tu en as bien besoin.   204 T : dien  (Il fait le doux Dieu dessus une pelle = On lui donnerait le bon Dieu sans confession.)  « Les Apothicaires l’extolloient [l’encensaient] autrefois comme un petit Saint, ou un Dieu sur une paëlle, tamquam Deum patellarium [à l’égal d’un dieu patellaire]. » (Guy Patin.) Les dieux patellaires sont les Lares, auxquels on présentait des offrandes dans une patelle. Ce mot patella est à l’origine de la poêle, dont pelle est une des nombreuses graphies médiévales : cf. le Testament Pathelin, vers 346 et note 115.   205 La rime originale a été changée pour que ce vers colle approximativement au refrain de Jean de Nivelle, une chanson écrite en 1463. Au début de la farce des Deux savetiers (fin XVe siècle), le Pauvre chante une strophe inédite de cette chanson en commençant par le refrain, comme notre Sot : « Hay avant, Jehan de Nivelle ! » En 1496, un brigand du Mystère de saint Martin, d’André de La Vigne, fera de ce refrain –octosyllabisé pour la circonstance– un encouragement au crime : « Harry avant, Jehan de Nyvelle ! » Voir A. Tissier, p. 293, et H. M. Brown, n° 148.   206 Revenue de la cave, ou guérie de sa migraine. Ou bien est-ce un emprunt à la chanson Hélas le povre Johan (v. la notice).   207 Enlevée. Mais on peut comprendre : Je crois qu’elle a été ambler [qu’elle est allée « trotter »]. Béroalde de Verville a commis une astuce du même genre : « Sa femme, qui peut-estre aimoit l’amble. »   208 Même vers que 458. S’il était après 463, nous aurions un rondel tercet (à triple refrain).   209 On peut écouter son instrumentation au n° 56.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :