COLIN, FILZ DE THÉVOT

British Museum

British Museum

*

 

COLIN,  FILZ  DE  THÉVOT

 

*

 

Voici l’histoire d’un père et d’un fils aussi couards et illettrés l’un que l’autre. Thévot le maire et son fils Colin auront pour digne descendance Guillot le maire et son fils Rignot, ainsi que l’Aventureux et son fils Guermouset1. L’action se déroule à la fin de la deuxième guerre d’Italie, vers 1500-1501.

 Sources : Recueil du British Museum, n° 47 (pièce imprimée en 1542). L’édition du Recueil de Florence (n° 5) s’appuie sur une source moins solide, mais offre parfois des leçons meilleures que j’ai adoptées tacitement. L’édition de Nicolas Rousset (1612), bien qu’elle ait le tort d’être « mise en meilleur ordre et langage qu’auparavant », utilise une source intéressante.

 Structure : Rimes croisées (vestige d’un triolet initial ?), rimes plates.

 Cette édition : Cliquer sur Préface. J’ai mis un peu d’ordre dans la page de titre, comme on peut en juger par l’illustration.

 

*

 

Colin, filz de Thévot le maire

qui vient de Naples

et ameine ung Turc prisonnier

 

*

 

Farce nouvelle à quatre personnaiges. C’est assavoir :

    THÉVOT,  le Maire2

    COLIN,  son filz

    LA FEMME

    LE PÈLERIN

 

*

 

                             THÉVOT  commence                      SCÈNE  I

           Vive Thévot, monsieur le Maire !

           Et aussi mon grant filz Colin !

           Or pleust à Dieu qu’il peust tant faire

           De mettre le grant Turc à fin3 !

5        Il reviendra quelque matin.

          Il y a tantost six moys passéz

          Qu’il partit sans point de procès.

          S’une foys il [l’]a entreprins,

          Rende-soy Naples : il est prins4.

10   Et se garde qui saymera5,

    Car jà homme n’eschappera

         Qu’il ne soit prins ou mis à mort,

         Ou soit à droict, ou soit à tort.

         Car il est fier comme ung lyon.

15   Jamais ne fut tel champion,

         Ne plus vaillant homme de guerre

         Pour tost s’en retourner grant erre6.

         Mon grant-père, par hardiesse,

         En cuidant acquérir noblesse,

20   Pource qu’il reculoit derrière,

         Tomba dedens une carrière

         Et fut léans pour se retraire7.

                         LA FEMME                    SCÈNE  II

         Dieu vous gard, Monseigneur le Maire !

         Je vous viens demander justice.

                         THÉVOT

25   (C’est grant faict que d’avoir office8.)

         Et ! bien, bien, je la vous feray.

                         LA FEMME

         Ha ! Monseigneur, je vous diray :

         Il est venu ung gentilastre,

         L’autre jour, jusques à mon astre,

30   Après dîner, la relevée9,

         Tuer ma poulle grivelée,

         Celle qui ponnoit les gros œufz.

                         THÉVOT

         Estoit-il tout seullet, ou deux ?

         Déclairez-moy bien vostre cas.

                         LA FEMME

35   Deux ? Nenny, ilz n’y estoyent pas.

         Il n’y avoit quung grant testu

         Qui avoit ung jacques10 vestu,

         Qui mist ma grant géline à fin.

                         THÉVOT

         (Seroit-ce point mon filz Colin ?

40   Il frappe de taille et d’estoc.)

                         LA FEMME

         Monseigneur, il tua mon coq,

         Et si, me fit de grans oultraiges.

         Encore print-il deux fromaiges.

         Ma foy ! c’est ung maulvais garçon.

                         THÉVOT

45   (Il fault faire information

         Pour sçavoir lequel ce peult estre.)

                         LA FEMME

         Encor(es) mist-il sa jument paistre

         En mon jardin, pour me pis faire.

         Il est vray, Monseigneur le Maire :

50   La vérité sera prouvée11.

                         COLIN                     SCÈNE  III

         Le dyable y ayt part, à l’armée !

         Mon père, hau ! Je suis venu !

                         THÉVOT

         Colin, es-tu jà revenu ?

         Comment se porte la bataille ?

                         COLIN

55   Vous n’avez garde que j(e) y aille

         Tant que jauray la vie au corps.

                         THÉVOT

         En y a-il beaucoup de mortz ?

         Racompte-moy de tes nouvelles.

         Et où sont Vicestre12 et Grenelles ?

60   Tu n’en faictz point de mention.

                         COLIN

         Je les laissay en ung buisson

         Où ilz se tindrent pour l’assault :

         Ilz trembloyent, et si13, faisoit chault ;

         Mais c’estoit de paour seulement.

65   Mais dictes-moy : vostre jument,

         Mon père, est-elle pas venue ?

                         THÉVOT

         La jument ? Mais l’as-tu perdue ?

         COLIN

         Par ma foy ! quelc’un la happa14.

         Véez-vous, elle m’eschappa ;

70   Je ne sçay qui c’est qui la print.

         Je luy avoye dit qu’el(le) s’en vint,

         Par bieu, et si, luy en feiz signe.

                         LA FEMME

         Vous avez tué ma géline !

         Je vous congnoys bien, maintenant.

                         COLIN

75   Et puis quant j’alloye escoutant,

         Et que fusmes près de l’armée,

         On dit qu’il y avoit journée15.

         Par ma foy ! vous debvez penser

         Qu’ilz estoyent tous vestus de fer,

80   Et j’avoye mon jacques de touelle.

                         THÉVOT

         Ne feistes-vous pas du rebelle,

         Quant à l’armée vous arrivastes ?

                         LA FEMME

         Ha ! par ma foy, vous la tuastes

         D’une dague à large rouelle16.

                         COLIN

85   Troys jours devant, je vins à elle17.

         Doibz-je dire ? J’ouÿs sonner

         Clairons, et moy de retourner :

         Il ne faisoit pas bon au lieu.

                         LA FEMME

         Vous la prinstes, par la Croix bieu !

90   Alléluya ! Coquelicoq18 !

         Et puis vous tuastes mon coq.

         [Mon seigneur]19, faictes-m’en justice !

                         THÉVOT

         Colin, ce fut à toy grand vice,

         Se tu feiz tout ce qu’elle dit.

                         COLIN

95   Cuydez-vous que j’eus grand despit,

         Quant je perdis mon hault bonnet ?

         La vieille20 me print au collet

         Et me vint bailler sur le groing,

         Par bieu, cinq ou six coupz de poing,

100  Et print mon bonnet sur ma teste.

                         THÉVOT

         Et ! comment ? Estoys-tu si beste

         De te gouverner de tel sorte ?

                         COLIN

         Le corps bieu ! la vieille estoit forte.

         Pensez : s’el(le) ne m’eust abatu,

105  Ma foy, el(le) ne m’eust pas batu ;

         Mais touteffoys, j’en euz trèsbien21.

                         THÉVOT

         Hé, dia ! Colin, je t’avoye bien,

         Par bieu, racompté ta leçon.

         Tu ne congnoys pas la façon :

110  Du temps qu’à la guerre j’estoye,

         Sces-tu bien comme je faisoye ?

         Je tenoye tousjours pied à boulle22.

                         LA FEMME

         Vous eustes mon coq et ma poulle.

         Je vous supplye, despeschez-moy23.

                         THÉVOT

115  Colin, ce fut mal faict à toy,

         De perdre ton jacque(s)24, en ce point.

                         COLIN

         Ne pensez-vous pas qu’en pourpoint

         On coure mieulx que tout vestu ?

                         THÉVOT

         Ce fust à toy bien entendu :

120  Tu as ung bel entendement.

                         COLIN

         Je le feiz25 si secrètement

         Que j’eschappay par-devant tous.

                         LA FEMME

         Et ! par ma foy, ce fustes vous

         Qui montastes en ma chasière26.

125  J’estoye en nostre chènevière27.

         Il fault dire du bien le bien28,

         Monseigneur le Juge : de rien

         Je ne vouldroye jamais mentir.

                         COLIN

         Mon père, pour vous advertir,

130  Pensez que j’ay esté vaillant,

         Combien que j’ay perdu contant,

         À l’armée29, mainte bonne bague.

                         THÉVOT

         Colin, et ! monstre çà ma dague :

         Long temps a que ne l’ay tenue.

                         COLIN

135  A ! tresdame, je l’ay perdue :

         La vieille la print au fourreau.

         Se n’eusse recullé tout beau,

         Je cuide qu’elle m’eust frappé.

         Mais toutesfoys, j’en eschappé

140  Car, par ma foy, je m’en fouy.

                         LA FEMME

         Vous la prinstes dedens le ny30

         Aussi tost que vous arrivastes.

         Je sçay bien que vous la fourrastes

         Incontinent en la besace.

                         COLIN

145  Quant nous fusmes dedens la place,

         J(e) ouÿs sonner31 : « Drain, drain, drain, [drain !] »

         Et moy de regarder le train32.

         L’ung crioit : « Torche33 ! Frappe ! Tire ! »

                         THÉVOT

         Que sces-tu34 ?

                         COLIN

                                       Je l’ay ouÿ dire.

150  Quant jouÿs crier à l’enseigne35,

         Je vins derrière une montaigne,

         Et laissay tous mes compaignons.

                         LA FEMME

         Vous les mengeastes, mes oysons

         Qui menoyent les petis piros36.

                         THÉVOT

155  Vous ne venez pas à propos ;

         Vous ne faictes que fatrouiller.

                         COLIN

         Que venez-vous icy brouiller ?

         Je regni37 !

                         THÉVOT

                               Ha ! tout beau, Colin !

         [LA FEMME

         Hé ! qu’il faict bien le jobelin38.

                         THÉVOT]

160  Recullez-vous, il est hardy.

                         LA FEMME

         Tout aussi vray comme je dy !

         Ha ! je vous ay bien advisé,

         Combien que soyez desguisé :

         [Car] vous aviez ung hocqueton

165  Tant espès39 !

                         THÉVOT

                                   Nous en jugeron

         En tens et en lieu, ne vous chaille.

                         LA FEMME

         Vous la mengeastes, ma poulaille,

         Et aussi feistes-vous mon coq40.

         Faictes-moy justice, Thévot…

170  Se doibtz-je dire « Mon seigneur ».

         Il me feist plusgrant déshonneur,

         Et je vous diray la manière :

         Il empoigna ma chambèrière

         (N’estoit-il pas bien maucourtoys ?),

175  Et si, luy fist41 deux ou troys foys.

                         THÉVOT

         Est-il vray42 ?

                         LA FEMME

                                   Ouy, je les y trouvay :

         Le cas est congneu et prouvé,

         Il n’y convient point d’autre preuve.

                         COLIN

         Mais cuidez-vous ? Quant on se treuve

180  Seullement à les veoir43 de loing,

         Il est bien de fouÿr besoing :

         On y donne de maulvais coups.

                         LA FEMME

         Thévot, je vueil parler à vous :

         Se vous n’en faictes autre chose

185  De ma cause, je m’y oppose !

         Fornicallement44 j’en appelle !

         Et s’il fault que je me rebelle,

         Je mettray alligation

         Sans vostre jurisdition,

190  Et m’en croyray aux accidens45.

                         THÉVOT

         Par bieu ! En despit de voz dens46,

         Mèshuy rien je n’en jugeray.

                         LA FEMME

         Il me souffist, je m’en yray.

                         COLIN                     SCÈNE  IV

         Affin que plus on ne devine,

195  C’est47 moy qui tuay la géline :

         Elle couroit ; je saulx acop

         À tout ma dague48, et feiz [sap !] sop !

         Je la frappay en trahyson.

                         THÉVOT

         Colin, la femme avoit raison.

200  Mais escoute que je te dy :49

         Comme fus-tu si fort hardy

         De la poursuyvre jusqu(es) à mort ?

                         COLIN

         Mon père, j’ay bien faict plus fort ;

         Et pour cela, ne plus ne moins,

205  J’ay bien autre chose entre mains,

         Que vous verrez tantost en place.50

         Ce n’est pas comme de la vasche

         Que vous emblastes51 une foys…

                         THÉVOT

    As-tu ouvré de plus grant poix52,

210  Mon filz Colin, pour abréger ?

                         COLIN

         Mon père, j’ay ung prisonnier,

         Que j’ay attrappé en chemin.

         Je croy que c’est ung Sarrazin,

         Car il parle barragonnoys53.

215  Je le prins au pied de la croix54,

         En venant de Naples à Romme55.

         Oncques ne vistes ung tel homme.

         J’ay esté vaillant, Dieu mercy !

                         THÉVOT

         Colin, ameine-lay icy.

220  Vélà bien besongné à toy.

                         COLIN

         Venez doncques avecques moy,

         Ou autrement je le lerray56 :

         Il porte ung grant baston ferré.

         Par Nostre Dame ! je le crains.

                         THÉVOT

225  J’ay mon bon baston à deux mains.

         Où l’as-tu bouté en prison ?

         S’il n’est bien en forte maison57,

         Je l’attraperay, se je puis.

                         COLIN

         Je l’ay bouté derrière l’huys58 ;

230  Il n’a garde d’en eschapper.

         Veez-le là !

                         THÉVOT

                             Veult-il point frapper ?

                         COLIN

         Regardez-le-moy à la trongne !

                         THÉVOT

         Çà, maistre, çà, je vous empoigne !

         Regardez se je suis vaillant.

235  L’as-tu bien conquesté si grant,

         Colin ? Tu estois vaillant homme.

                         COLIN

         Et ! je le prins au premier somme,

         Ce pendant comme il [se] dormoit.

         Et j’escouté comme il ronfloit ;

240  Alors le couraige me creut59.

                          THÉVOT

         De crainte60 qu’il ne tapperceût,

         Il estoit saison de le prendre.

         Combien de rençon veulx-tu rendre

         [À mon filz Colin ?]61 Je regny !

                         LE PÈLERIN                    SCÈNE  V

245  Got ! fadracot garare [my,

    Vestud tauffe du lain]62 mistrande.

                         THÉVOT

         Mais que dyable est-ce qu’il demande ?

         Je n’entens point son jobelin63.

         Parle-il françoys, ou latin ?

250  Je ne sçay, sur ma conscience !

                         LE PÈLERIN

         Ô fillos ! aes d’implorance.

         Filos meretre salement64.

                         THÉVOT

         Veult-il faire son testament ?

    Colin, demande-luy cujus casus65,

255  De ton latin. En scez-tu plus ?

         Tu as tant esté à l’escolle !

                          LE PÈLERIN

         Sardore sore basterolle,

         Hohart zohart, belle fredrac.

                         THÉVOT

         Avoit-il rien en son bissac,

260  Quant tu le prins premièrement ?

         Tu le happas subtillement ;

         Tu fuz vaillant, il le fa(i)lloit.

         COLIN

         Et ! je le prins où il dormoit :

         Je n’y fusse pas arrivé.

                         LE PÈLERIN

265  Aaon mac, God ! tu te rivé.

         Tison grac errac rencontre.

                         THÉVOT

         Mais quel lettre est-ce qu’il nous monstre ?

         Monstre-la-moy, mon filz Colin.

         Je cuide qu’el(le) soit en latin.

270  « Uni… Uni… Universis. »

    Les lettres sont si très menues

    Que je ne sçay là où j’en suis.

         « Inspec… Inspec… Inspec… »

                         COLIN

                                              « Inspecturis66. »

                         THÉVOT

         Aa ! trédame, tu l’as trouvé.

275  Ma foy, j’estoye [si] fort troublé

         [Que] je la lisoye à revers.

         Mais il est tant de maulvais clercz !

         Pensez que voicy mal escript.

         Je cuide que la lettre dit

280  Qu’il s’en va en pèlerinage.

                         LE PÈLERIN

         Ouel, ouel !

                         THÉVOT

           Il me disoit bien mon67 couraige,

         Ma foy, qu’il estoit pèlerin.

         Je le congnoys bien au latin68.

         Le dyable y ait part, à la prise !

285  J’en eusse eu la robe [de Frise]69,

         Colin, et ta mère70 de mesme :

         S’il eust esté de Sarrazinesme71,

         Il eust payé plus de six mille solz.

         Deslye-le tost, nous sommes folz.

290  Tu n’as pas faict nouveaux exploiz.

    Il fault aller tenir noz plaiz, 72

    J’ay bien aultre[s] chose[s] à faire.

                         LE PÈLERIN

    Qu’este hore ? Commil consère !

        Hort, hort, myne coque73 gigois.

                         THÉVOT

295  Il s’en va à Firli… Firlibois…

         Par bieu ! à Saincte-Katherine74,

         Colin : la lettre le décline.

                         COLIN

         Vous n’entendez pas la façon :

         C’est Nostre-Dame-de-Cléron75 ;

300  Par ma foy, je croy qu’il y va.

                         THÉVOT

         Par sainct Père76 ! c’est donc cela ?

         Je n’avoye pas bien extrinqué77 ;

         Ou je cuide que le curé

         Y mist de mauvais latinage.

                         COLIN

305  Quant je l’avisé au visaige,

         Affin que bien je [le] vous die,

         Je cuidoye qu’il fust de Turcquie,

         Pource qu’il estoit si trèsgrant.78

                         THÉVOT                   SCÈNE  VI

         Laissons cecy pour maintenant.

310  Qu’ay-je faict de mon escriptoire ?

         Il me convient mettre en mémoire79

         Le cas de mes mémoriaulx.

         Comment espèleray-je « houseaulx » ?

                         COLIN

         [H, o, u, s, a, u, x, -saux.]80

                         THÉVOT

315  Ha ! par sainct Jaques, tu dis bien.

         Mais je ne sçay se j(e) oublye rien :

         Il fault regarder hault et bas.

                         LA FEMME                         SCÈNE  VII

         Et ! perdray-je l’oye et le jars81,

         La poulle et le coq [tout] ensemble ?

320  Fault-il qu’on desrobe et [qu’on] emble

         Aux povres gens, ainsi, le leur82 ?

         Je m’en voys par-devers Monsieur,

         Et luy porteray de mes pommes.

 

         Mon seigneur, entre nous qui sommes              SCÈNE  VIII

325  Subjectz dessus83 vostre justice,

         Vous nous debvez garder police84.

         Escoutez, car vécy pour vous85 ;

         Et pour Dieu, que me soyez doulx !

         Onc ne tastastes de tel pomme.

                         THÉVOT

330  Venez vous comparoir soubz l’orme86,

         Vous aurez expédition87.

                         LA FEMME

         Vécy encore en mon gyron

         Du froumaige, ung [très] bon quartier.

                         THÉVOT

         (Il faict bon estre officier :

335  Ilz ont tousjours de grans proffitz.)

         Colin, escoute çà, mon filz :

         Il est saison que [l’]on desplace88.

         LA FEMME

         Je voys mener paistre ma vasche ;

         Je reviendray incontinent.

340  Vous me trouverez seurement

         [Des]soubz l’orme où vous m’avez dit.

                         THÉVOT                   SCÈNE  IX

         Colin, par bieu, j’ay grand despit

         Qu’il me convient aller à pied.

         [Que] le grand dyable en soit loué,

345  Quant tu perdis nostre jument !

                         COLIN

         Le dyable soit au perdement89,

         Et quant onc je fuz à la guerre !

         Jamais ne laisseray90 ma terre,

         Par le sang bieu, ne mon pays !

                         THÉVOT

350  Que feras-tu ?

                          COLIN

                                    Ventre sainct Gris !

         Tousjours me venez harier91.

         Et ! brief je me veulx marier.

                         THÉVOT

         Marier ? Et à quelle fille ?

                         COLIN

         À la fille Gaultier Garguille92.

355  Je seray son mary, par bieu !

         J’ay parlé à elle en ung lieu,

         Et « si » el me dit93, l’autreffoys,

         Quant nous escossions les poys

         De mon cousin Pierre Truette.

                         THÉVOT

360  Elle est assez belle fillette,

         Se [ce] ne fust qu’elle est boyteuse94.

                         COLIN

         C’est tout ung : elle en est plus joyeuse.

                         THÉVOT

         Or laissons icy ce procès ;

         Il fault aller tenir noz plès.

365  J’ay bien aultre[s] chose[s] à faire.

         Allons ! demourras-tu derrière ?

         COLIN

         Je voys après incontinent.

                         THÉVOT

         Or sus, sus ! allons vistement !

         Il fault aller noz plaitz tenir.

370  Adieu jusques au revenir95 !

 

Cy fine la farce de Thévot et Colin son filz.

Imprimé nouvellement à Lyon

en la maison de feu Barnabé Chaussard,

près Nostre-Dame-de-Confort.

Mille cinq cens quarante-et-deux,

Le .XX. de juing.

 

*

 

 

1 Ces quatre personnages sont les « héros » de l’Avantureulx, une farce qui a été influencée et même contaminée par celle-ci.   2 BM : mere   3 À mort (idem vers 38). Le roi de Naples, Frédéric Ier, s’était accoquiné avec le Turc Bajazet.   4 Que Naples se rende, elle est prise !   5 Celui qui tient à sa vie.   6 En grande hâte. « Colin s’en va en la guerre,/ Sur les Turcz son corps esprouver./ Je croy qu’il reviendra grant erre/ Quant il orra les coups donner. » Maxwell <v. note 70>.   7 Il resta là-dedans pour se retirer du combat. « Qui toute la journée ne s’estoit retrait de combattre. » Godefroy.   8 Les maires étaient officiers de justice : vers 334.   9 L’après-midi.   10 Un justaucorps de toile (vers 80). Un fragment manuscrit de notre pièce dit : « Colin a porté mon grant jaques,/ Mays si le faisoit dépecer,/ Ce seroit bien pour me tromper./ Je l’ay porté en mainte armée,/ Que jamès il n’eust coup d’espée,/ Car je me savoye bien retraire. » Charles Samaran, Romania, t. 51 (1925), p. 200.   11 BM et F : trouuee   12 Bicêtre. Les valets portaient souvent le nom de la ville ou de la province dont ils étaient natifs. Les riches officiers (et les hâbleurs) étaient suivis par une ordonnance qui s’occupait de leurs armes et de leur cheval. Le pluriel des vers 81-82 englobe Colin et ses deux valets.   13 Et pourtant.   14 La fermière a gardé la jument (vers 47-48), tout comme elle a pris à Colin son bonnet, son jaque et sa dague.   15 On annonça une bataille. Cf. l’Avantureulx, vers 408.   16 Ayant une large garde. « Sa grand dague à rouelle. » Godefroy.   17 À l’armée.   18 Cocorico. Cette double interjection n’est pas limitée aux histoires de basse-cour : « Par la chair bieu, vieille mastine,/ Quoquelicocq ! Alléluya !/ Je vous tueray ! » (BM 10.) « Et ! par la vertu bieu ! Tu mens !/ Coquelicoq ! Alléluya ! » (BM 26.)   19 BM : Monsieur  —  F : Moaseinneur  (À 170 et 324, F donne Mon seigneur alors que BM donne Monsieur.)   20 La fermière.   21 Des coups de poing (vers 99). Pareille mésaventure advint au Franc-archier de Cherré : « Quant ceste vieille me battit,/ À qui j’avois emblé une oye. »   22 Je résistais fermement. On trouve ce vers dans le Franc-archier de Cherré, joué en 1524. Voir aussi le Capitaine Mal-en-point, vers 407.   23 Occupez-vous de moi.   24 Colin portait encore ce jaque chez la fermière (vers 37) : c’est donc elle qui le lui a pris. L’épisode relatant la « perte » du jaque a disparu, sauf chez Rousset, qui remplace les vers 116-120 par :

    Te laisser battre à une femme ;

    Qu’eusse-tu faict contre un gendarme,

         S’il t’eust présenté le combat ?

                         COLIN

         J’ay tousjours fuï tel débat

         Plain de péril [et] hazardeux.

                         THÉVOT

         C’est bien loin d’en combattre deux

         À la fois. Mais je ne voy point

    Ton jacques dessus ton pourpoint :

         Où est-il ?

                         COLIN

                             Je l’abandonnay

         À qui le voulut, et donnay,

         Pour fuïr plus légèrement.

 25 Je me dévêtis de mon uniforme afin de passer pour un civil.   26 Égouttoir à fromages (vers 43). Cf. Maistre Mymin, vers 189-190.   27 Champ où pousse du chanvre, dont on tirait le chènevis.   28 Il faut dire la vérité. On trouvait déjà ce vers dans le Plaidoyé de Coquillart. Une double ballade de Villon a pour refrain : « On doit dire du bien le bien. »   29 Les soldats passaient leur temps libre à jouer aux cartes et aux dés.   30 Le nid où elle couvait.   31 Les chevaux de l’armée portaient des clochettes, pour qu’on puisse les retrouver après une bataille.   32 L’équipage.   33 Cogne.   34 Qu’en sais-tu (puisque tu n’y étais pas) ? « –Ma puissance est grande. –Que scez-tu, se elle te durera longuement ? » Pétrarque.   35 Quand j’entendis le cri de ralliement de mon bataillon. « Quelle enseigne crierons-nous/ Quant vouldrons ralier à vous ? » Roman de Florimont.   36 Oisons. Outre la poule et un hypothétique coq, la fermière imagine maintenant de se faire rembourser des oies.   37 Je renie Dieu ! Faute d’avoir retenu les règles de l’armée, Colin en a du moins retenu les jurons : vers 51, 103, 350.   38 Le jobard, le sot. Ce vers qui manque dans BM et F est donné par Rousset.   39 Le craintif Colin avait transformé son jaque de toile en hoqueton, c’est-à-dire en corset rembourré. (Rousset modifie ce vers ainsi : Un jacques fort espais et long.) La farce du Pourpoint rétréchy (F 44) évoque justement un jeune fêtard surnommé « Colin Renbouré ».   40 De mon coq. On prononçait « co ».   41 Il lui fit l’amour. (Cf. le Gaudisseur, vers 209-210.) Rousset modifie les vers 174-175 : Et s’eschauffant en son harnois,/ Il luy feit trois ou quatre fois.   42 On sent bien que Thévot est plus admiratif que courroucé.   43 À voir les soldats du vers 152.   44 Lapsus pour « formellement », provoqué par l’épisode de la chambrière. La paysanne se grise avec un vocabulaire juridique approximatif.   45 Elle fusionne l’accessoire et l’incident, qui en droit, s’opposent au principal. Version Rousset : Tant au principal qu’incidens.   46 Malgré vous : « Si faudra-il, en despit de vos dentz, que vous passiez par mes mains. » (Calvin.) Mais ici, Thévot prend l’expression au pied de la lettre : la fermière est capable de mordre.   47 BM et F : Ce fut   48 Je saute d’un coup avec ma dague. « Sap ! sop ! » est une onomatopée imitant les coups de poignard : cf. l’Avantureulx, vers 480.   49 Leçon de F. BM remplace ce vers par : De ce plaindre par deuant moy/ Mes escoute que te diray   50 Ce vers de F est omis par BM.   51 Que vous avez dérobée. Le principal exploit militaire de Thévot est d’avoir tué un « grant beuf », exploit perpétué par ses armoiries : « Tousjours, depuis ce, porté j’ai/ La teste d’ung beuf en escu. » Maxwell <v. note 70>. La farce qui narrait ces hauts faits d’armes est malheureusement perdue.   52 Poids. As-tu fait mieux que moi ?   53 Baragouin.   54 Les pèlerins qui ne trouvaient plus de place dans les chapelles dormaient parfois au pied d’un calvaire.   55 On a vu dans ce vers un indice chronologique. En fait, le passage par Rome était le plus sûr et le plus commode pour aller de Naples en France.   56 Laisserai.   57 À moins qu’il ne soit dans un château fort.   58 Le « prisonnier » patiente dehors, devant la porte, sans avoir été désarmé de son bâton de pèlerin.   59 S’accrut.   60 BM : paour  (qui est monosyllabique au vers 64.)   61 Cette question est posée au pèlerin, qui en guise de réponse, entre dans la salle, provoquant l’effroi de Thévot.   62 BM : vestud my/ Touffe dulain  —  F : vestud mystre/ Tauffe du lain  (Le charabia est une incontournable tradition farcesque. Ici, l’étoffe de lin remplace le drap de laine cher au jargonneur Pathelin.) Pour d’autres interprétations tout aussi hasardeuses, on consultera l’édition du Recueil de Florence par Jelle Koopmans (pp. 103-104), et le Recueil de farces d’André Tissier (tome V, pp. 214-219).   63 Son jargon.   64 BM : salment  —  F : falement   65 La situation du « de cujus », c’est-à-dire du testateur.   66 Les sauf-conduits que l’Église délivrait aux pèlerins commençaient par « Universis inspecturis has præsentes litteras » : À tous ceux qui verront les présentes lettres. Un autre clerc va-t-en-guerre, Maître Mymin (scène V), a les mêmes difficultés de lecture.   67 BM : nu  —  F : au  (Mon cœur me disait bien. « Mon courage me disoit tousjours que je seroye par toy déceu et trahy. » Valentin et Orson.)   68 À son jargon.   69 BM et F : grise  —  Rousset : J’eusse eu une pièce de Frise  (Contre les abus vestimentaires des magistrats, une loi somptuaire de 1550 « fit défenses à tous juges royaux d’entrer au Barreau avec robbes de Frize ou de soye. »)   70 Elle apparaît dans une farce de 1517 : Thévot le maire, Perruche sa femme, et Colin « gendeguerre » leur fils, lequel s’en va sur les Turcz et prent son père prisonnier. (Ian Ramsay Maxwell, Humanisme et Renaissance, VI, 1939, pp. 541-546.)   71 Pays des Sarrasins. « Et fut en Sarrasinesme faire guerre aux Sarrasins. » Histoire de Charles VI.   72 Rendre la justice. Ce vers et le suivant sont mieux à leur place à 364-365 : le passage 291-293 semble interpolé.   73 BM : copue    F : coque  (On pourrait déduire « coque cigois », variante jargonnesque de « coque cigrue ».)   74 À l’église Sainte-Catherine-de-Fierbois, en Touraine, où Jeanne d’Arc retrouva l’épée avec laquelle Charles Martel avait vaincu les Sarrasins (dont il est question aux vers 213 et 287).   75 La basilique Notre-Dame-de-Cléry, près d’Orléans, où fut inhumé Louis XI. Le soldat Colin entend encore « sonner clairons » (vers 87) !   76 Saint Pierre : cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 395.   77 BM et F : extringue  (Extrinquer = démêler, débrouiller. « Ne pouvant s’extrinquer de ce labyrinthe. » Histoires prodigieuses, 1561.)   78 Le pèlerin reprend son sauf-conduit et sort.   79 Cf. Maistre Mymin, vers 266-267.   80 F  : H.o.u.s.i.a.u.x. -siaux    BM : Housiaulx siaulx.  (La lettre « x » se prononçait « ieu ».)  Il semble manquer un quatrième vers en -aux.   81 La fermière est derrière la porte. Assez fort pour être entendue par le maire, elle rallonge une fois de plus la liste des larcins dont elle voudrait se faire indemniser. Colin n’a volé qu’une poule (vers 195) : ce n’est rien par rapport à tout ce que la fermière lui a pris (note 14).   82 Leur bien. Cf. la Seconde Moralité, vers 253.   83 Contrairement à BM, F choisit la forme correcte : dessoubz. Mais la fermière maîtrise mal les formes correctes.   84 Faire régner l’ordre. « Pour garder police en leur mestier et pour obvier aux faultes et abus, tromperies et malversations qui s’y pourroient commettre. » Statuts et Règlements de la Communauté des maîtres Cordonniers.   85 Elle lui donne un panier de pommes. Il était d’usage d’acheter les juges avec de la nourriture, à tel point que leurs honoraires s’appelaient « les épices » [les dragées].   86 L’oreille attend la rime « sous l’homme ». Mais les juges de village exerçaient bel et bien leur corruption sous un orme : « L’énorme concussion que voyons huy entre ces juges pédanées [debout] soubs l’orme. » (Rabelais.) Cf. le Testament Pathelin, vers 516.   87 Votre affaire sera expédiée.   88 Il est temps de quitter la place.   89 Maudite soit cette perte.   90 BM et F : partiray  —  Rousset : laisseray   91 Bousculer.   92 Les expressions mêlant Gautier et Garguille remontent pour le moins au XVe siècle. Plusieurs farceurs du XVIe prirent « Gautier Garguille » pour pseudonyme ; le dernier mourut en 1633. En 1547, Noël Du Fail évoquera dans ses Propos rustiques une certaine Jouanne, « fille de Colin Guarguille, ce bon gautier ».   93 Elle m’a dit « oui ».   94 Les boiteuses étaient lubriques. Même le chaste Montaigne (III, 11) l’avouait : « Celuy-là ne cognoist pas Vénus en sa parfaicte douceur, qui n’a couché avec la boiteuse…. J’eusse dit que le mouvement détraqué de la boiteuse apportast quelque nouveau plaisir à la besoigne, et quelque poincte de douceur à ceux qui l’essayent…. Je me suis autresfois faict accroire avoir receu plus de plaisir d’une femme, de ce qu’elle n’estoit pas droicte. »   95 On a supposé qu’une autre pièce, perdue, racontait le procès : vu la minceur du sujet, c’est peu probable. Cependant, Colin Thévot a déjà eu affaire à la Justice, et il a même eu pour avocat maître Pathelin : cf. le Testament Pathelin, vers 99.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :