LE CAPITAINE MAL-EN-POINT

Pont de Montereau

Pont de Montereau

*

LE  CAPITAINE

MAL-EN-POINT

*

 

Cette farce, écrite peu après 15161, est une des plus amusantes et des plus cruelles. On serait curieux d’en connaître l’auteur, qui allie la maîtrise du langage et l’érudition. Ce Picard2 appartenait à la Basoche de Paris, laquelle jouait farces et sotties sur la longue table de marbre noir <v. 681> qui meublait la Grand-Salle du Palais de la Cité. Des marches permettaient de monter sur cette table ; par les fenêtres de la Grand-Salle, on voyait alors le Pont-à-Billon3 <v. 655>, plus connu sous le nom de Pont-au-Change, qui raccordait l’Île de la Cité aux Halles <v. 287>, non loin des Quinze-Vingts <v. 626>.

En 1509, le chanoine Pra consacra les vers 5431-5606 du Mystère des trois Doms au Capitaine Malenpoint. Dans cette longue scène (qui ne fut d’ailleurs pas jouée faute de temps), le Capitaine embrigade un mendiant comme archer. Entre autres détails, notre farce reprend aux vers 125-126 le passage du mystère où Malenpoint se nomme : « –Et vostre non ? –C’est Mal-en-point,/ Le capitaine advanturier…./ Ung capitaine de renon. »

Source : Recueil de Florence, n° 49.

Structure : Rimes plates, avec 4 triolets, et un poème en AabbcC.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce nouvelle très bonne et fort joyeuse du

Capitaine Mal-en-point

*

 

À cinq personnaiges, c’est assavoir :

     BRIFFAULT

     PAILLART

     MAL-EN-POINT4, capi[taine]

     PRÈS-TONDU5

     MAULPENSÉ, capitaine des Mauxhait[i]éz6

*

 

                             BRIFFAULT  commence      SCÈNE  I

            Pinte à soupper, pinte à disner,

            Et puis chopine à desjeuner :

            Regardez combien cela monte.

            Et autant a [à] ressiner7.

5     Il n’en fault plus ymaginer,

            Par le sang bieu ! J’ay tout mon compte,

            Au moins se je ne me mesconte…

            Nenny, se j’ay bien entendu.

            Bref, mon argent est despendu8 :

10    Messieurs, il n’y a [plus] que frire9.

            Parquoy je me tiens bien de rire,

            Car je ne sçay où les dens mettre.

 

                              PAILLART          SCÈNE  II

            Est point céans monsieur mon maistre,

            Le capitaine de Nully10 ?

15    Je viens pour trencher11 devant luy,

            Mais je ne sçay où c’est qu’il souppe.

                             BRIFFAULT

            Sainte sang bieu ! quel happe-soupe

            Vécy, atout12 son gros juppon !

            Mengeroit-il point d’ung chappon,

20    S’il avoit jeûné de nouveau13 ?

                             PAILLART

            Ha ! ventre saint Gris ! quel dévot14,

            Atout celle15 chemise fine,

            Pour dire ung verset de cuisine

            En ung brévière de trippes !

25    Onc, puis le temps du roy Philippes16,

            Je ne vy homme mieux en point.

                             BRIFFAULT

            Dieu gart celuy qui a maint point

            Blanc et noir sur son hoc[que]ton17 !

                             PAILLART

            Dieu gart le gallant au pourpoint

30    Dont on voit saillir le coton !

                             BRIFFAULT

            D’où viens-tu, mon gent valleton ?

            Je croy que tu viens de repaistre.

                             PAILLART

            Non fois ; je demande mon maistre,

            Lequel m’a mandé pour trencher

35    Devant luy.

                             BRIFFAULT

                              Il vous tient bien cher18 ;

            Je croy que vous le gouvernez.

                             PAILLART

            Trèstout paisiblement.

                             BRIFFAULT

                                                  Tenez :

            Au monde, n’a qu(e) eur ou mal eur19.

            (Vécy ung droit petit seigneur !

40    Et nous aultres, n’aurons jà bien ?)

                             PAILLART

            Jamais, sans conseil, ne fait rien

            Premier que ne soye venu.

            Tout ce que je dy est tenu

            Comme d’ung bien grant capitaine.

                             BRIFFAULT

45    Et ! il est ta fièvre quartaine,

            Qui te puisse tenir estroit20 !

            Par bieu ! qui ne le congnoistroit,

            Il seroit filz d’ung empereur21.

                             PAILLART

            Et où m’as-tu veu ?

                             BRIFFAULT

                                          [Au chauffeur]22.

50    Je te congnois bien, soyes-en seur.

                             PAILLART

            Et de quel mestier ?

                             BRIFFAULT

                                            Rôtisseur.

            Ne nous fay jà cy du gros-bis23,

            On te congnois[t] à tes habis :

            Tu es aussi gras comme lart.

                             PAILLART

55    Comment m’appelle-t-on ?

                             BRIFFAULT

                                                         Paillart,

            Se tu n’as [ton nom eschangé]24.

                             PAILLART

            (Je puisse mourir25 enragé

            Se26 ces parolles ne sont vrayes !)

                             BRIFFAULT

            Quel grant conseillier de mes brayes

60    Il estoit desjà devenu !

            Ne nous fay plus du mescongnu,

            Car il n’en est point de mestier27.

                             PAILLART

            Pourquoy ?

                             BRIFFAULT

                            Nous sommes d’ung mestier28,

           Toy et moy, pour le faire court.

                             PAILLART

65    D’où viens-tu ?

                             BRIFFAULT

                                     Je viens de la Court,

            Où j’ay rosti plus de troys moys.

            G’y ay mon pourpoint de chamoys

            Trèstout brullé, et ceste cuisse.

                             PAILLART

            Vien çà ! Congnois-tu point la Louisse29 ?

70    Je croy que tu ne la veis oncques.

                             BRIFFAULT

            Et qui dyable congnois-je doncques ?

            Demande se je la gouverne !

                             PAILLART

            Que fait-elle ?

                             BRIFFAULT

                                Elle tient taverne.

            Je luy ay porté maint oyson

75    Et mainte espaulle de mouton,

            Quant le Roy estoit à Vendosme30.

                             PAILLART

            Sainct Jehan ! tu es ung notable homme.

            Puis-que tu as esté régent31

            À la Court, tu n’as point d’argent ?

80    Je cuide qu’il n’en est mémoire.

                             BRIFFAULT

            Pourquoy ?

                             PAILLART

                            Nous fussions allé boire

            Pour nous deviser sur le banc.

                             BRIFFAULT

            Crève-moy l’œil d’ung petit blanc32,

            Toy qui es si ferme raillart !

                             PAILLART

85    Estranglé sois-je d’ung paillart

            Se je soutiens pille ne croix33 !

            Non, sire, par la…

                             BRIFFAULT

                                       Je t’en croix,

            Il ne fault jà que tu en jures34.

                             PAILLART

            Allons cercher nos adventures,

90    Ne soyons plus cy en suspens.

            Il fault penser pour les despens.

            Entens-tu bien que je te chante ?35

 

                     MAL-EN-POINT  commence en chantant    SCÈNE III

            Hélas ! que la nuit est pesante

            À passer, qui36 n’a point souppé :

95    Une en dure plus de cinquante.

            [Hélas ! que la nuit est pesante.]

                             BRIFFAULT

            Qui est celuy qui si hault chante ?

            Est-il yvre de rippopé37 ?

                             MAL-EN-POINT,  [en chantant]

            Hélas ! que la nuit est pesante

100    À passer, qui n’a point souppé !

                             PAILLART

            Ha, sang bieu ! quel maistre Accipé38

            Vécy, atoute sa journade39 !

            Il a le beau pourpoint d’ostade40,

            Luysant comme la peau d’ung ours41

                             BRIFFAULT

105    Et ! par Dieu, sire, c’est velours

            Qu’il porte. Et ! l’eussiez-vous juré ?

                             MAL-EN-POINT

            Rien, c’est satin deffiguré ;

            Regardez-y bien, Jehan la Chèvre42 !

            Que la sanglante forte fièvre

110    Vous puisse espouser tous [les] deux !

                             PAILLART

            Pourquoy ?

                             MAL-EN-POINT

                            Pour ce que je me deulx

            De ce que ne vous vy long temps43.

                             BRIFFAULT

            Qui ? nous ?

                             MAL-EN-POINT

                                Il a44 plus de sept ans

            Que je suis par terre et par mer

115    Vous cerchant.

                             PAILLART

                                   C’est bon à humer !

            Dictes-nous la cause pourquoy.

                             MAL-EN-POINT

            Pour ce que vous estes à moy,

            Et ceulx que je tiens les plus chers.

                             BRIFFAULT

            À vous ?

                             MAL-EN-POINT

                         Vous estes mes archiers.

                             PAILLART

120    Voz archiers ?

                             MAL-EN-POINT

                                  De ma compaignie.

                             BRIFFAULT

            Par le sang bieu ! je le vous nye,

            S(e) aultre raison n’en est livrée.

                             MAL-EN-POINT

            Comment ? Vous portez ma livrée45,

            Tous deux ; ne me renoncez point.

                             PAILLART

125    Et qui estes-vous ?

                             MAL-EN-POINT

                                            Mal-en-point,

            Ung capitaine de renom.

                             BRIFFAULT

            Vélà ung bien estrange nom.

            Estes-vous ainsi appellé ?

                             MAL-EN-POINT

            Le gentil chappelet46 pellé,

130    La robe en [plusieurs lieux trouée]47

            Et la chem[i]se renouée48

            Se conferme[nt] bien à mes dis.

                             PAILLART

            Foy que doy Dieu de Paradis !

            Je cuide qu’il dit vérité.

                             BRIFFAULT

135    Voire ; mais quel auctorité

            A-il sur nous ? Je n’en sçay rien.

            […………………….. -ien ?]

                             MAL-EN-POINT

            Tous ceulx sont des gens Mal-en-point49,

            Qui n’ont jaquette ne pourpoint

            Et portent ung sac pour chemise,

140    Et ont, par celle belle bise,

            Les chaus[s]es trouées aux genoux.

                             PAILLART

            Saint Jehan ! nous sommes donc à vous.

                             MAL-EN-POINT

            Tous ceulx sont des gens Mal-en-point,

            Qui n’ont ne chaus[s]e ne pourpoint

145    (C’est selon l’ordre de Bélistre50),

            Et le beau chappelet à mistre51,

            Le jacques52 bien garny de poulx.

                             BRIFFAULT

            Saint Jehan ! nous sommes donc à vous.

                             MAL-EN-POINT

            Tous ceulx sont des gens Mal-en-point,

150    Qui n’ont d’argent ne pou53, ne point,

            Et ont si trèsgrant fain aux dens

            Qu’on y bouteroit bien dedens

            Deux chappons [ains qu’i fussent soûlz]54.

                             PAILLART

            Saint Jehan ! nous sommes donc à vous.

                             MAL-EN-POINT

155    Tous ceulx sont des gens Mal-en-point,

            Qui n’ont houseau ne soullier [j]oingt55,

            Ars devant et brûléz derrière

            De la crouppe56 de la chauldière,

            Et de la fumée tous roux.

                             BRIFFAULT

160    Saint Jehan ! nous sommes donc à vous,

            Maintenant je n’en doubte rien.

                             MAL-EN-POINT

            Ha, dea ! je le disoie bien,

            Qu’ainsi nous trouverions amys.

                             BRIFFAULT

            Mal-en-point, où serons-nous mis ?

165    Nous voulons sçavoir nostre office.

                             MAL-EN-POINT

            Chascun de vous l’aura propice

            Tout maintenant, car il le fault.

            Comment as-tu nom, toy ?

                             BRIFFAULT

                                                       Briffault.

                             MAL-EN-POINT

            Briffault, çà doncques ! Vous serez

170    Mon aulmosnier, et si ferez

            Mes aulmosnes et tous mes dons.

            Mais pour Dieu, que soyez prud’hons57 :

            Ne vous dannez point pour pécune58.

                             PAILLART

            Et moy, auray-je office aucune

175    De baillif ou de prométeur59 ?

                             MAL-EN-POINT

            Tu seras mon premier grateur,

            Car tu me sembles prompt et miste60.

            Mais scès-tu quoy ? Grate-moy viste

            Mon gris61, tandis que la paille art.

180    Comment as-tu nom, toy ?

                             PAILLART

                                                        Paillart.

                             MAL-EN-POINT

            Paillart ? Par saint Pierre de Romme !

            C’est le nom d’ung bien vaillant homme

            Qui n’est pas escous d’ung patin62.

                             PAILLART

            Nous entendons nostre latin63,

185    Et sommes assez rouges64 gueux.

                             MAL-EN-POINT

            Or, venez après moy tous deux ;

            Suyvez-moy de loing, pas à pas ;

            Entretenez-vous par les bras65.

            Et puis me dictes que vous semble

190    De moy : vois-je point ung bon bransle66,

            Et d’une bonne gravité ?

            Semblé-ge homme d’auctorité ?

            Mes archiers, vous n’en dictes rien ?

            Par Dieu ! je suis homme de bien,

195    Et en porte bien le semblant.

                             BRIFFAULT

            Advis m’est que je voy Rollant

            Fort marcher en une bataille :

            Il estoit ainsi de tel taille,

            J’en suis maintenant bien recors67.

200    Mais Mal-en-point a meilleur cors68

            Pour bien faire ung tour de souplesse.

                             MAL-EN-POINT

            Ha ! a j’ay fait ; mais dame Vieillesse

            Vient par-derrière, qui me somme.

            Non obstant que je suis vieil homme,

205    J’ay le visage bien riant.

                             PAILLART

            Il me souvient du roy Priant69 :

            Il est de stature ainsi grande70.

                             BRIFFAULT

            Je ne sçay qu’on ne [le demande]71

            Pour estre à quelque grant seigneur.

                             PAILLART

210    Pensez qu’il humera d’honneur

            Largement, mais qu’il s’entretiengne.

            Mais pour Dieu, de nous vous souv[i]engne,

            Quant vous aurez le vent à gré72.

                             MAL-EN-POINT

            Quant je n’auray aultre degré73

215    Que jà, n’ayez soucy de riens74 :

            Par Dieu, je vous feray des biens.

            Faictes grant chère avecques moy !

                             BRIFFAULT

            Vray(e)ment, il y a bien de quoy,

            La mersy Dieu et saint Légier75 !

 

                  MAUPENCÉ, CAPITAINE DES MAULX-HAICTIÉZ,  incipit 76

220    Près-tondu !                 SCÈNE  IV

                             PRÈS-TONDU

                               Maistre ?

                             MAUPENSÉ

                                               Sans songer,

            Vien avant, garson larronceau !

                             PRÈS-TONDU

            Je n’ay pas loysir de menger.

                             MAUPENSÉ

            [Près-tondu !

                             PRÈS-TONDU

                               Maistre ?

                             MAUPENSÉ

                                               Sans songer !]77

                             PRÈS-TONDU

            (S’il devoit tout vif enrager,

225    Si bouteray-je ce morceau.)

                             MAUPENSÉ

            Près-tondu !

                             PRÈS-TONDU

                              Maistre ?

                             MAUPENSÉ

                                               Sans songer,

            Vien avant, garson larronceau !

            Il est plus enflé qu’ung pourceau :

            Regardez ung peu son jupon.

230    Ung canart ou ung gras chappon

            Ne luy monte plus78 qu’une frèze.

                             PRÈS-TONDU

            Enflé suis donc de mâcher brèse ?

            Vous me servez bien de railler !

                             MAL-PENSÉ

            Pense-tu qu’on te puist bailler

235    Tousjours des79 chappons entre mains ?

                             PRÈS-TONDU

            Je me passasse bien à mains80,

            Mais qu’on me voulsist escouter.

                             MAUPENSÉ

            Tu as aussi bien à brouter

            Que compaignons que je visse oncque[s].

                             PRÈS-TONDU

240    Voire, les parois81.

                             MAULPENSÉ

                                          Et quoy doncques ?

            N’esse pas assez ? Je te prie

            Que laissons ceste mengerie ;

            Venons au propos de devant.

            C’est laide chose qu(e a) ung servant

245    Qui est en ce point sur sa bouche.

                             PRÈS-TONDU

            Bon gré ’n82 ait bieu ! Le fait me touche.

            Il y a jà plus de trois moys

            Que je ne menge que des pois

            Tous crus, pour mes dens aprouver83.

                             MAULPENSÉ

250    Varlet : où puissons-nous trouver

            Quelque gallant avantureux84

            Qui fust droictement bon baveux85,

            Pour passer temps à ses bons motz ?

                             PRÈS-TONDU

            Vous ne parlez point à propos.

255    Vous me promistes, quant je vins,

            Avoir telle viande et [telz] vins :

            Et je n’ay que povreté, non.

                             MAULPENSÉ

            Tu es aise selon mon nom :

            Car par Dieu, je suis maulpensé86

260    De toy.

                             PRÈS-TONDU

                       Il a dit vray, Macé,87

            Quant je n’ay gaige ne demy88,

            Ne rien.

                             MAULPENSÉ

                        Mon garson, mon amy,

            Mon mignon…

                             PRÈS-TONDU

                                 Mon estronc de chien !

                             MAULPENSÉ

            Tais-toy, je te feray du bien ;

265    C’est [d’]ung seigneur.

                             PRÈS-TONDU

                                                 Des poulx, des poulx89 !

            Mais que diable me ferez-vous ?

            M’envoyerez-vous tuer Karesme90 ?

            Vous estes si chétif vous-mesme

            Que n’avez que frapper91 aux dens.

                             MAULPENSÉ

270    Près-tondu, cerche-moy des gens,

            Beau sire, comme je disoye.

            En feras-tu riens ?

                             PRÈS-TONDU

                                         Je songeoye

            Aultre chose, mon gentil maistre.

                             MAULPENSÉ

            Il t’y fault diligence mettre :

275    Il me vient cy en la cervelle

            Une grosse chose nouvelle92,

            Dont treffort me mérencolie.

                             PRÈS-TONDU

            Ce peult estre quelque folie

            Qui couve soubz vostre bonnet.

                             MAULPENSÉ

280    Tu mens, maulvais garson, non est !

            Mais c’est ung gros fait à merveille(s)

            Qui me met la puce à l’oreille

            Et m’esmoye par tel façon.

                             PRÈS-TONDU  siffle

            [Huit, huit !]93

                             MAULPENSÉ

                                   Paix, paix, paillart garson !

285    Laissez vostre maistre parler !

            Près-tondu, il te fault aller

            À la Halle. Quant là seras,

            Regarde se tu trouveras

            Quelque homme de bon acabit

290    (Ne regarde point à l’abit,

            Mais qu’i soit ung bien nouvel homme94)

            Pour moy raconter bien grant somme

            Des haulx faitz d’armes et d’honneur.

                             PRÈS-TONDU

            Et se je treuve ung sermonneur,

295    Voullez-vous point que je m’en charge ?

                             MAULPENSÉ

            Nenny non ! Leur menche95 est si large

            Qu’on en seroit tout empesché.

                             PRÈS-TONDU

            Vous vous tenez pour tout presché,

            Je l’entens à vostre patoys.

                             MAULPENSÉ

300    Quiers-moy quelque gentil gallois

            Qui viengne avant, ou trois ou quatre,

            Pour passer temps et moy esbatre :

            Car je ne quiers qu’esbanoyer96.

                             PRÈS-TONDU

            Voire ; mais que[l] pars de payer ?

305    Vous ne parlez point du salère :

            […………………… -ère.]

                             MAUPENSÉ

            Il souffist, mais que je les aye.

            Tu scès bien en quel[le] monnoye

            J’ay payé gens à mon service.

            Dy tousjours qu’ilz auront office

310    Et que bien je les pourvoy(e)ray.

                             PRÈS-TONDU

            Je vois veoir se j’en trouveray.

            Nouvelles en orrez97 tantost.

 

                             PAILLART       SCENE  V

            Ha, sang bieu ! je sens du rost98 :

            Il y a a cy près une cuisine !

                             BRIFFAUT

315    Pleust ore à Dieu que ma cottine99

            Fust tainte et oingte, [et que prou ait]100

            Plain ung plat du meilleur brouet

            Qui fust huÿ en leschefritte !

 

                             PRÈS-TONDU101     SCÈNE  VI

            (Vray Dieu, quelz compaignons d’eslitte !

320    Comment ilz sont légiers et gens102 !

            Ce sont advocatz ou sergens :

            Regardez là quelz fines lippes

            Pour tesmoigner d’ung plat de tripes

            Devant ung juge de taverne !

325    Je cuide que bise et galerne103

            Leur font souvent ung grief assault.

            Il maschent le sens104 aussi chault

            Que [de] la braise au fons d’ung puis.

            Leurs jaretz sont si trèsfort cuitz

330    Qu’ilz ont couleur d’une saulssice105.

            Ilz vont en quelque grant office106

            Autour du maistre cuisinier.

            C’est de quelque gros prisonnier

            Qu’ilz ont [récousses ces]107 despouilles.

335    Saincte sang bieu ! quelz Rifflandouilles108

            Pour casser le col d’ung canard !)

 

            Dieu [gard ces]109 seigneurs !      SCÈNE  VII

                             MAL-EN-POINT

                                                             Dieu [te] gard,

            Mon gentil fallot110 ! Qui t’amaine ?

                             PRÈS-TONDU

            C’est Maulpensé, le capitaine

340    Des Maulx111 Haitiéz, qui droicte voye

            Vers vous me transmet, et envoye

            Sçavoir se de vostre clémence

            Vouldriez prendre la pascience

            À souper dedans sa maison.

                             MAL-EN-POINT

345    Barbe à barbe112 ?

                             PRÈS-TONDU

                                            Ainsi113 l’entend-on.

            Y viendrez-vous ?

                             M[A]L-EN-POINT

                                        Puis que le veult,

            Il me plaist bien. Mais qui le meust

            De nous mander ? Grant doubte en fais.

            Ouÿt-il114 parler de nos fais ?

350    Je cuide qu’il ne nous vit oncques ;

            Me congnoist-il bien ?

                             PRÈS-TONDU

                                               Et quoy doncques !

            On voit bien à vostre pourpoint

            Qu’on vous appelle Mal-en-point.

            Et aussi pensez, mon seigneur,

355    Qu’il est bien…

                             MAL-EN-POINT

                                  Vostre serviteur115 !

            Tenez116 tousjours vostre propos.

                             PRÈS-TONDU

            Dea, mon seigneur…

                             MAL-EN-POINT

                                           Ostez ces motz,

            Beau sire, et ne seigneuriez plus.

                             PAILLART

            Et ! couvrez-vous117, de par Jésus !

360    Car quoy, [luy ferez grant plaisir]118.

                             PRÈS-TONDU

            Grant mercys119 !

                             BRIFFAULT

                                          Vueillez vous couvrir,

            Se vous voulez qu’on parle à vous.

                             PRÈS-TONDU

            Grant mercys !

                             MAL-EN-POINT

                                    Ce n’est point à nous.

            Et ! par Dieu, mon gentil varlet,

365    Vous mettrez sus ce chappelet

            Sans en faire plus de débas !

            Et au propoz120 !

                             PRÈS-TONDU

                                         Vécy le cas :

            De vostre grande renommée,

            Qui est partout tant renommée

370    Que121 venue est jusqu(es) aux oreilles

            De mon maistre…

                             MAL-EN-POINT

                                      Vécy merveilles !

            En a-il jà ouÿ le bruit ?

                             PRÈS-TONDU

            Ouÿ, depuis six jours ou huyt ;

            Et a tel désir de vous veoir

375    Qu’il meurt.

                             PAILLART

                                Nous vouldroit-il avoir ?

            S’i vouldroit-il bien encliner ?

                             PRÈS-TONDU

            S’il pensast qu’il n’en peust finer122,

            Il n’eust pas fait attentes grandes.

            Mais il doubte123

                           BRIFFAULT

                                           Quoy ?

                             PRÈS-TONDU

                                                      Les vïandes :

380    Mais me dient aucuns baveux

            Que vous estes tant dangereux

            À servir de mest, que c’est rage ;

            Et ne voulez menger potage

            S’il ne baigne [très]tout en sucre124.

                             MAL-EN-POINT

385    C’est à Guillaume du Sépulcre125 !

            Nous sommes bons à assovir :

            Il n’y a nen plus à servir

            En nous qu(e) en ung enfant petit

            Riens qui soit.

                             PRÈS-TONDU

                                  Je l’ay tousjours dit,

390    Mais mon maistre croit le contraire.

            Je vous dirai son ordinaire :

            Vous aurez la belle porée126

            Au lart, (auc)uneffois la purée127,

            Le beau beuf et le beau mouton.

                             PAIL[L]ART

395    Par sainct Père128 ! là les vent-on ?

                             PRÈS-TONDU

            Puis serez servis fort et roide :

            Belle espaulle de mouton froide

            Au sel129, lardée de beau percil.

            C’est ung mès qui est bien gentil130,

400    Et fust pour servir les trois Roys131.

                             BRIFFAULT

            Allons-y, bon gré bieu, tous trois !

                             PRÈS-TONDU

            Tant qu’est132 de gibier, de poulaille,

            Vous n’en donnez guères ?

                             MAL-EN-POINT

                                                        Pas maille133.

                             PRÈS-TONDU

            Mais vous aurez de trèsbons vins,

405    L’oison134 rosty, les beaux poussins,

            Aucunesfois chascun sa poulle

            Devant son museau.

                             PAILLART

                                            Pied à boule135 !

                             PRÈS-TONDU

            Monsïeur, pour vous advertir,

            On ne peult pas tousjours rostir136

410    Vous arez, pour vous donner joye,

            La belle jolye petite oye

            Et le beau chappon au jonet137.

                             BRIFFAULT

            Ha, [par] saint Gris ! mon fait est net !

                             PRÈS-TONDU

            Puis vous aurez soubz vostre pate138

415    Chascun son gros chappon en paste139,

            La belle perdris, la bécasse ;

            À chascun morceau, pleine tasse

            De vin bastard ou vin d’osoye140.

                             PAILLART

            Et ! qu’il me tarde que g’y soye !

                             PRÈS-TONDU

420    Ung bel oyson gros et douillet

            Là aucuneffois à l’ail[l]et141.

            En deffault de dragée perlée142,

            Au soupper, force de gelée

            Pour vous aguyser l’appétit.

425    Ce mès-là vous seroit petit :

            On s’en passe à jour férial143,

            Ne fait pas ?

                             MAL-EN-POINT

                               Il n’y a riens mal.

                             PRÈS-TONDU

            Après tous voz mès et vitailles144,

            Chascun sa dousaine de cailles

430    Toutes rôties de broche145 en bouche.

            Et puis pour faire bonne bouche,

            Les dragées146 de sucre plains ;

            L’eaue rose à laver les147 mains,

            Le beau feu. Demandez-vous mieulx ?

                             BRIFFAULT

435    Parton[s] tost ! Bon gré en ait Dieux !

                             PRÈS-TONDU

            À chascun, son paon tout entier.

            Après, l’ypocras, le mestier,148

            La belle tarte d’Angleterre149.

                             MAL-EN-POINT

            Et ! allons-y, bon gré saint Pierre !

                           PRÈS-TONDU

440    Et puis après, sans départir150,

            Chascun son escu au partir :

            Vous l’aurez, Maupensé l’a dit.

            Et puis sans que nul soit desdit,

            Tout du moins .XX. ou .XXX. torches

445    Pour vous remener en vos porches151.

            Voulez-vous modes plus notables ?

                             PAILLART

            Allons-y, de par tous les dyables !

                             PRÈS-TONDU

            Puis en despit des mesdisans,

            Chascun sa fille152 de quinze ans,

450    Couchée en beaux lis [bien] parés

            Qui sont pour vous tous préparés,

            Encourtinéz153 de part en part.

                             BRIFFAULT

            Allons tost, le dyable y ait part !

                             PRÈS-TONDU

            Puis avant que Maupensé hobbe154,

455    À chascun le drap d’une robbe

            (L’ausne du pris de quatre escus).

            Puis vous fera laver les cuz

            Jusques à mynuit aux estuves :

            Pour vous sont apprestées les cuves155.

460    Ce banquet vous fera demain.

            Mon maistre a le cueur trop humain,

            Il ne se daigneroit desdire.

                             MAL-EN-POINT

            Sang bieu ! on ne sçauroit mieulx dire.

                             PRÈS-TONDU

            Vïandes a de commun cours156,

465    Que vous aurez près tous les jours ;

            Mais vous ne mengerez tels mès.

                             PAILLART

            Je ne sçay.

                             PRÈS-TONDU

                           Non feriez, jamais !

            Qui ne vous en feroit l’essay,

            Vous n’en vouldriez point.

                             BRIFFAULT

                                                        Je ne sçay.

                             PRÈS-TONDU

470    On s’en passeroit157 au besoing.

                             MAL-EN-POINT

            Qu’esse ?

                             PRÈS-TONDU

                           Le beau pasté158 de coing.

            Et moille de beuf à foison,

            Enveloppé[e] en peau d’oison.

            Et succre comme s’il sourdit159.

                             PAILLART

475    Par mon âme, vélà bien dit !

                             PRÈS-TONDU

            Et si, vous vueil bien dire arrière160

            Que mon maistre a une manière161

            Qu’il veult voulentiers beaux mengeurs.

                             BRIFFAULT

            Il n’en est pas trois aussi seurs

480    Que nous d’icy jusqu’à Pavie162.

                             PRÈS-TONDU

            Gardez aussi, sur vostre vie,

            Que vous ne soyez point honteux.

            Tranchez-moy aux pers et aux bleus163 :

            Mon maistre hait ces gens mignotz164.

485    Et se voz morceaux sont trop gros,

            Si, en prenez tout165 à la foys

            Double morceau, puis deux, puis trois !

            Faites ces mains chasser aux lièvres,

            L’une au plat [et] l’autre aux baul[i]èvres166 !

490    Tandis que la vïande habonde,

            Il est le plus joyeux du monde

            De veoir une mâchoire seiche

            Qui grain et balle167 vous despesche

            Comme une meulle de moulin.

                             PAILLART

495    Pour Dieu ! mettons-nous au chemin,

            Il me tarde que nous n’y sommes.

                             PRÈS-TONDU

            Attendez ung peu168, gentilz hommes,

            Je mettray vos robes à point.

            Vécy ung collet de pourpoint

500    Bien fin, et fust-il pour ung Conte !

                       MAL-EN-POINT.  Il doit avoir ung pourpoint gras,

                                                    celuy qui s’appelle Mal-en-point.

            Par Dieu ! nous n’en tenons [pas] compte,

            Nous ne sommes point bobenciers169.

                             PRÈS-TONDU

            On ne sçauroit trouver plus chiers,

            En ce monde, ne mieulx choisy.

                             BRIFFAULT

505    [Il est]170 d’ung satin gras moysi

            Yssu de la peau d’une chèvre.

                       [PRÈS-TONDU]171  Nota que y doit avoir ung chapeau

             de paille, celuy qui s’apelle Mal-en-point.

            Et le beau chappellet de bièvre172,

            Qui vault d’argent ung million.

            Dont est-il ?

                             MAL-EN-POINT

                               Il est de lyon173 :

510    Ne voyez-vous quel poil il porte ?

                             PRÈS-TONDU

            Entrez après moy à la porte174.

 

                              Salutat :          SCÈNE  VIII

            Çà, Monsïeur, Dieu vous bégnie !

            J’ay amené la compaignie

            Mal-en-point icy devers vous.

                             MAUPENSÉ

515    Où sont-ilz ?    Mal-en-point le salue et ses compaignons,

                                                ployant les genoulx.175

                             PRÈS-TONDU

                                (Ployez ces genoulz,

            Saluez cest apoticaire176.)

                             MAL-EN-POINT

            Sire, le grant Can de Cahaire177

            Vous doint vos plaisirs singuliers178 !

                             MAULPENSÉ

            D’où vienent ces trois escuyers

520    Qui n’ont point noblesse amaindrie ?

                             BRIFFAULT

            Nous venons de Salvigondrie179,

            D’Escosse[s] et de Saragosse,

            De Galerne180 et de Papagosse181,

            Et de plusieurs pays menus.

                             MAULPENSÉ

525    Vous soyez aussi bien venus

            Comme est ung poulx entre deux cinges !

            On voit bien à vos robes linges

            Que vostre estat n’est pas petit

            Mais se vous n’avez appétit

530    De desployer la maschouère

            Pour bien menger et pour bien boire,

            Pour Dieu, que vous tirez182 de là !

                             PAILLART

            Mais qu’il ne tiengne qu’à cela,

            Nostre fa[i]t se trouvera bon.

                             MAL-EN-POINT

535    Quant ilz vous tiennent ung jambon,

            Les v(e)ez-vous, ces deux présidens183 ?

            Ilz font saillir feu de leurs dens

            Comme on fait de ces gros cailloux184.

                             MAUPENSÉ

            Or [çà, Mal-en-point]185 ! contez-nous

540    De voz faitz, car j’en veulx ouÿr

            Pour moy ung petit esjouir,

            Car je suis fort mélencolique.

                             MAL-EN-POINT

            La chose la plus autentique

            Que je fis onc(ques) en ma jeunesse,

545    Ce fut quant je vins sur l’ânesse

            Monté, avecques Hanibal186

            Qui avoit ung grant vieil cheval

            Atoute la queue pellée.

            Sypion187 vint à la meslée,

550    Qui mena cent mille Souïsses

            Qui se brûlirent tous les cuisses188

            Avecques la Grosse Cathault189.

            Et là, firent ung grant assault

            (Pour conquérir le Sang Royal190)

555    Hector191, Tristan [et] Parceval,

            Avec[ques] Lancelot du Lac.

                             PRÈS-TONDU

            Voulez-vous ce lièvre au boussac192,

            Ou s’on le mectra au civé193 ?

             Je croy qu’il vault mieux au gravé194,

560    Et si, n’y mettrons point d’oignons.

                             MAULPENSÉ

            Certes : ilz sont bons compaignons,

            Et ne sont de rien dangereux195.

            En, hen196, sire !

                             MAL-EN-POINT

                                  Je vins à eulx

            Avec Nabugodonosor197,

565    Qui avoit une espée d’or

            Et faisoit rage d’en frapper.

            Sang bieu ! je le voy bien coupper

            Mille gorges de la main destre

            Et autant de la main sénestre.

570    Et deux lances bien assorties…

                             PRÈS-TONDU

            Et ces perdris, comment ?

                             MAL-EN-POINT

                                                       Rousties.

            Despesche-toy, mais qu’il te plaise.

                             BRIFFAULT

            Ha ! sang bieu, que nous serons aise !

                             PAILLART

            Tais-toy, il ne fault mot sonner.

                             PRÈS-TONDU

575    (S’on peut estre aise pour jeûner,

            Vous arez maintenant bon temps :

            Je croy qu’il y a bien sept ans

            Qu’il n’eust céans ne vin, ne blé.)

                             MAULPENSÉ

            Ainsi… ?

                             MAL-EN-POINT

                         Cestuy-là m’a troublé.

580    Les fièvres le puissent tenir !

            Ha ! je sçay : Qui eust veu venir

            La grosse bataille198 à grans nombres,

            Qui nous firent si grans encombres ?

            Au bon Fierabras de Connimbres199,

585    J’abatoye chevaulz et timbres200,

            Avec[ques] cinq cens sagitaires201

            Qui jouèrent si bien des naquières202

            Tout au millieu de la bataille.

            Ilz frappoient d’estoc et de taille ;

590    Et tousjours Mal-en-point sur bout203 !

                             PRÈS-TONDU

            Voulez-vous vos poussins au moust204 ?

            Maulpensé, vous n’en dictes rien ?

                             MAL-EN-POINT

            Voulez-vous ung estronc de chien ?

            Cestuy-cy ne se taira point !

                             PAILLART

595    Laissez-le dire, Mal-en-point,

            Il parle pour nostre prouffit.

                             MAULPENSÉ

            Lancelot fust-il desconfit ?

            Mal-en-point, je le vueil sçavoir.

                             MAL-EN-POINT

            Se Tristan [eust fait]205 son devoir

600    Aussi bien que Margot la206 fée,

            Qui luy bailla si grant baufrée207

            Au travers de la maschouère208,

            Cela est tout cler et notaire209.

            J’estoye assis tout au-dessus

605    Avecques le grant roy Arthus210,

            Olofernes qui tousjours frappe.

            David y vint atout sa harpe,

            Qui me cuidoit faire dancer ;

            J’avoye bien ailleurs à penser !

610    Et là vint Julius Pompée211,

            Qui se tua de son espée

            Quant au griffon coupit la pate212.

                             PRÈS-TONDU

            Ces chappons, les mettray-je en paste,

            Ou [bien] rostir au beau loisir

615    Au feu de charbon ?

                             MAL-EN-POINT

                                               Quel plaisir !

            Paix ! Que saint Anthoine vous arde213 !

                             PRÈS-TONDU

            Voulez-vous largement moustarde

            Parmy vostre barbe Robert214 ?

                             MAL-EN-POINT

            Tenez ! cy mon propos se pert

620    Pour ce paillart qu’ainsi caquette.

                             PAILLART

            Je vueil deslasser215 ma jaquette :

            Va te chier, bon combatant !

            La chair bieu !216 je mengeray tant,

            Que j’en auray (je te promès)

625    Pour trois jours !

                             BRIFFAULT

                                         Il y a des mès

            Trop plus que pour les Quinze-Vingtz217.

                             PRÈS-TONDU

            Duquel voulez-vous de voz vins ?

            S’en empliray cinq ou six potz.

                             MAULPENSÉ

            Du meilleur ! Or sire, à propos !

630    Vous vistes les seigneurs jouster ?

                             MAL-EN-POINT

            Je ne vous sçauroye rien compter,

            Pour les entremès218 qu’on me baille.

                             MAULPENSÉ

            Or sus ! qui gaigna la bataille ?

            Mal-en-point, vous achèverez.

                             MAL-EN-POINT

635    Je n’en diray plus.

                             MAULPENSÉ

                                          Si ferez,

            Beau sire, car je vous en prie.

                             MAL-EN-POINT

            Sus donc ! Rifflart219 de Barbarie,

            Tout armé de sa brigandine220

                             PRÈS-TONDU

            Et ces canars ?

                             MAULPENSÉ

                                  À la dodine221.

640    Ha, saint George ! il te fault tout dire222.

                             MAL-EN-POINT

            Vécy bien pour crever de rire !

            Quant à moy, je pers pascience.

                             PAILLART

            Par saint Jehan ! ce n’est pas science :

            Il parle pour nostre avantaige.

                             MAULPENSÉ

645    Çà ! qu’i a-il plus223 ?

                             PRÈS-TONDU

                                                Le potage224 :

            Faictes-les séoir sur ce banc.

            Haricot brun, haricot blanc225

            Et blanc mouton tout en ung pot.

                             MAL-EN-POINT

            Si mèshuy vous en dy ung mot,

650    Je prie Dieu qu’on me puisse pendre !

                             MAULPENSÉ

            Mal-en-point, on peult bien entendre

            Par vos gestes et par vos ditz

            Que vous estes preux et hardis,

            Sans craindre flesche ne raillon226 :

655    Et pour tant227, le Pont-à-Bâillon

            Garderez et là serez mis,

            Pour doubte228 de nos ennemis,

            Qu’ilz ne se boutent en ma terre.

                             BRIFFAULT

            Pour Dieu ! n’allons point en la guerre

660    Que nous n’ayons souppé premier.

                             MAULPENSÉ

            On vous portera à menger

            Largement. Av’ous entendu ?

            Sus tost ! menez-les, Près-tondu,

            Vistement garder le passaige !

 

                             PAILLART 229     SCÈNE  IX

665    Par le sang bieu ! on n’est pas saige,

            De partir sans avoir souppé.

                             PRÈS-TONDU

            On vous en portera.

                             BRIFFAULT

                                              La rage !

                             PAILLART

            Par le sang bieu ! on n’est pas sage.

                             PRÈS-TONDU

            Vous arez poire[s] et formage,

670    Rousty, boully, et tout sur pié230.

                             PAILLART

            Par le sang bieu ! on n’est pas saige,

            De partir sans avoir souppé.

                             BRIFFAULT

            J’ay si grant paour d’estre trompé

            Que la sueur m’en vient au fronc.

                             PRÈS-TONDU

675    Sus, compaignons ! Vécy le Pont

            À Bâillon que vous garderez,

            Et vécy où vous vous serrez231.

            Est point donc vostre estat notable ?

                             BRIFFAULT

            A Vécy trèsmerveilleuse table !

680    Dont est-elle, ne de quel arbre ?

                             PRÈS-TONDU

            De quoy est la table ? De marbre.

            Regardez donc se je vous flate.

            Et par-dessus, la belle nate,

            Jaulne232 comme le cul d’ung singe.

                             MAL-EN-POINT

685    Par mon serment ! vécy beau linge.

            Siéz-toy, Paillart, mon valeton.

            Sus, Briffault, séez, vous dit-on !

            Enfans, nous sommes tous privéz :

            Sommes-nous pas bien arrivéz ?

690    Fy de lart et de tout ce que…

                             PRÈS-TONDU

            Dictes, à cela je ne tousque233.

            Arrière pour la nicque-nocque234 !

                             BRIFFAULT

            J’ay si grant paour que ne nous mocque

            Que je pers près235 sens et mémoire.

                             PRÈS-TONDU

695    Voir(e)ment ? Quel vin voulez-vous boire,

            Pour vous refrêchir celle gorge ?

                            MAL-EN-POINT

            Blanc.

                             PAILLART

                      Rouge.

                             BRIFFAULT

                                 Clèret.

                             PRÈS-TONDU

                                            Ha, saint George !

            L’ung à l’autre en rien ne ressemble.

                             MAL-EN-POINT

            Aportez de tous trois ensemble :

700    Par ainsi nous contenterez.

            Et qu’i soit bon !

                             PRÈS-TONDU

                                      Vous en aurez.

            (Voire de l’eaue du vivier.)

            Vous serez souppéz en plénier236,

            Car vous [serez servis]237 devant,

705    Comme les moynes d’ung couvent

            Sont à servir au reffrétouèr238.

 

                             MAULPENSÉ 239      SCÈNE  X

            Il fault que je les aille veoir

            Pour les visiter ung petit.

 

                             PAILLART         SCÈNE  XI

            Vray Dieu ! que j’ay grant appétit

710    De despecier ceste poullaille !

                             MAL-EN-POINT

            Mais ces perdris !

                             PRÈS-TONDU

                                        (Baille-luy, baille,

            Nourrice, ton cul à téter240 !)

                             BRIFFAULT

            Escoute !

                             PAILLART

                          Rien n’y vault l’escouter :

            Il ne nous vient chose qui vaille.

                             BRIFFAULT

715    Hahay, que j’ay grant fain ! Je bâille,

            Tant ay paour que nous y faillon.

                             PAILLART

            À quoy, Briffault ?

                             BRIFFAULT

                                         À la mengeaille.

            Hahay, que j’ay grant fain ! Je bâille.

                             MAL-EN-POINT

            Serons-nous tousjours sans vitaille,

720    En gardant le Pont-à-Bâillon ?

                             BRIFFAULT

            Hahay, que j’ay grant fain ! Je bâille,

            Tant ay [paour que nous y faillon.]241

                             PAILLART

            Près-tondu242, que ne nous baille-on

            Nostre boully ou nostre rost

725    Vistement ?

                             MAL-EN-POINT243

                                 Et ! Près-tondu, [tost !]…

                             [PAILLART]

            Il ne vous a point entendu.

                             BRIFFAULT

            Va faire haster Près-tondu,

            Paillart : Mal-en-point se morfond.

            [……………………….. -ont]

            Quelque brouet ou quelque saulce.

                             PRÈS-TONDU

730    (Vélà mes escuyers de Beaulce244 :

            Je les fais soupper de bâiller.)

                             MAL-EN-POINT

            Il ne nous viendront rien bailler ?

            Que fussent-ilz à la rivière245 !

 

                             MAULPENSÉ       SCÈNE  XII

            Or avant, compaignons ! Quel chère

735    Faictes-vous ? Homme ne se hobbe246 !

            J’aymeroye mieux perdre ma robe

            Que nul ne désemparast le banc.

            Que dictes-vous de mon vin blanc ?

            Est-il friant et amoureux ?

                             PAILLART

740    Quel vin, bon gré ?

                             MAULPENSÉ

                                               Il est fumeux,

            Et prent [ung homme]247 par le front,

            Qui ne s’en garde.

                             BRIFFAULT

                                         Estronc, estronc !

            Mais que diable est-ce que vous dictes ?

                             MAULPENSÉ

            Voz perdris ont esté mal cuites ;

745    Mais pour Dieu, qu’i ne vous desplaise :

            Une autre fois serez plus aise,

            Quant je sçauray vostre venue.

                             MAL-EN-POINT

            C’est bien sa promesse tenue !

            Près-tondu, tu es vaillant sire :

750    Scès-tu quoy248 ?

                             PRÈS-TONDU

                                            Vécy qu’il veult dire :

            Il vient pour vous remercier

            De vos biens.

                             MAULPENSÉ

                                 Çà ! pour abréger,

            Vous prendrez en gré ceste fois.

            Mais je vous requiers à tous trois

755    Que vous me viengnez souvent veoir.

                             BRIFFAULT

            Rien, rien ! Faictes vostre devoir !

            Baillez-nous ce que vous sçavez249 !

 

                             PRÈS-TONDU      SCENE  XIII

            Sus, conpaignons ! Lavez250, lavez :

            Vous tenez trop longuement table.

                             PAILLART

760    Laver ? Nous ferons vostre diable !

            Mengé n’avons beuf ne mouton.

                             PRÈS-TONDU

            Quoy ? Et ! lavez, ce vous dit-on.

            Et puis direz251 deux motz de Grâces.

                             MAL-EN-POINT

            Et ! de quoy ay-je les mains graces ?

765    Je n’ay point souppé, bon gré bieu !

                             PRÈS-TONDU

            Si avez, dea, selon le lieu252

            Où vous estes, mes gentilzhommes.

            Regardez bien.

                             MAL-EN-POINT

                                    Où nous sommes ?

            Nous sommes, tristes et pensifz,

770    À la table de marbre assis,

            Couvers chascun d’ung vieil haillon,

            Et gardons le Pont-à-Bâillon,

            Tous prestz pour coudre et batailler253.

                             PRÈS-TONDU

            Ainsi vous sert-on de bâiller254,

775    De fain, de soif255 et de froidure,

            Et de sanglante morfondure256

            Qui vous tendra257 par les talons.

 

                             MAL-EN-POINT     SCÈNE  XIV

            Ainsi doncques nous en allons,

            Pance platte et les dens aguës,

780    Sans menger ne chappons, ne grues,

            Ne congnins258, ne perdrix, ne lièvres,

            Les dens tremblant et les baulièvres,

            Sans saulce rousse ne vertjus.

            Souviengne-vous-[en]259 sus et jus,

785    Seigneurs. Aussi, n’oubliez point

            Que les compaignons Mal-en-point

            Vont souvent coucher sans soupper,

            Quant ilz ne pevent rien attraper :

            Chascun l’a veu en son degré.

790    [Or] prenez nostre esbat en gré !

                  EXPLICIT

*

1 D’après Paul Verhuyck.   2 Mes prédécesseurs l’ont d’abord cru parisien, puis normand. En fait, tous les particularismes qui ont survécu à l’impression de l’œuvre sont picards : luy prononcé ly <v.15>, semble prononcé sanle <v.189>, flexions verbales en « i » (sourdit, coupit), réduction de Pierre en Père, aphérèse du en <v.246>, emploi de touquer au lieu de toucher <v.691>, tiendra écrit tendra <v.777>, etc. Sans oublier de nombreux emprunts à Jehan Molinet, le modèle de tous les poètes picards.   3 Notre auteur le surnomme « Pont-à-Bâillon », avec un jeu de mots sur bâiller de faim.   4 Tous ces noms émaillent la littérature comique de l’époque. Par exemple, dans les années 1480, le dialogue de Gautier et Martin nommait déjà un « Cappitaine de Mal-empoint ». Voir l’édition du Recueil de Florence par Jelle Koopmans, pp. 704-708.   5 Tondu de près, fauché. « Il crainct/ Que paovreté le vienne abbatre, (…)/ Car on l’a trop de près tondu. » Gilles Corrozet.   6 Mal portants : « Mornes, penssifz et mauhétiéz. » Godefroy.   7 Au souper. Briffaut [gourmand] est en train de calculer ses dépenses de taverne, dehors, assis devant un feu de paille (vers 179). L’action se déroule au pied de la Table de marbre.   8 Dépensé.   9 Il n’y a plus rien à mettre dans la poêle. « –Il n’y a plus que frire./ –Quel remède ? –Pescher des tanches. » Folle Bobance, BM 40.   10 La famille de Nully possédait la terre de Neuilly-sur-Marne. Mais nully = personne.   11 Paillard se prétend écuyer tranchant (officier qui découpe les viandes à la table d’un prince).   12 Avec. Jupon = tunique portée sous la cotte de mailles. Idem vers 229.   13 Récemment.   14 F : chevreau  (qui ne rime pas en -veau, et qui se marie mal à « verset » et à « bréviaire ».)   15 Avec cette.   16 Philippe VI avait régné de 1328 à 1350. Mais puisque Paillard a connu le roi Priam (vers 206), il a peut-être aussi connu Philippe II de Macédoine, le père d’Alexandre le Grand.   17 Des taches de gras sur sa sous-cuirasse (vers 53-54).   18 Il tient beaucoup à vous.   19 Chance ou malchance.   20 Qu’elle puisse te tenir serré !   21 F : emperis  (Archaïsme fautif pour empereris [impératrice], qui est en outre féminin.)  « Il serait fils d’un empereur » traduit le célèbre « imperatoris illum filium futurum » de Lampride, dans Diadumène.   22 F : A paris  (Contradiction relevée par Verhuyck, p. 31 : les protagonistes sont bel et bien à Paris, comme le détaille ma notice.)  En Wallonie –donc tout près de la Picardie–, le chauffeur est une pièce attenante à la cuisine : « Dans les maisons on trouve au rez-de-chaussée la cuisine et une autre chambre nommée chauffeur, lorsqu’elle possède une cheminée. » (Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, LVII, 1933, p. 139.) C’est aussi la plaque en fonte d’une cheminée de cuisine : « Au centre, formant l’âtre, est une large plaque ou taque de fonte, le chauffeur. » (Ibid., p. 149.) L’éditeur parisien n’a pas compris ce terme et l’a modifié maladroitement, ainsi que la rime.   23 Ne fais pas l’important.   24 F : eschange/ Ton nom  (Paillard = qui couche sur la paille, TLF.)   25 F : estre   26 F : Je  (Se = si.)   27 De nécessité : ce n’est plus la peine.   28 Nous exerçons le même métier, rôtisseur.   29 Il y avait bien une Louise à la cour : Louise de Savoie, la mère de François Ier.   30 François Ier y avait fait halte en 1515, alors qu’il marchait vers Marignan.   31 Mari de la régente : lors des campagnes militaires du roi, Louise de Savoie assurait la régence.   32 Éblouis-moi en me montrant un sou bien brillant.   33 Si j’ai une pièce (cf. pile ou face).   34 Briffaut empêche Paillard de jurer par la sainte Croix, ce qui était un sacrilège.   35 F ajoute : BRIFFAULT / Allons / PAILLART / Allons   36 Pour celui qui. Une chanson analogue agrémentait le Mystère de saint Martin, d’André de La Vigne : « Je croy que la nuyt est bien dure/ À passer, qui n’a point souppé. » Brown (Music in the french secular theater, n° 155) n’a pas répertorié cette dernière variante.   37 Mélange de vins restés dans les gobelets.   38 Marchand d’orviétan, souvent épinglé dans la littérature comique. En Normandie, « acciper » voulait dire escroquer.   39 Avec sa casaque.   40 De serge.   41 C’est-à-dire : usé.   42 Sobriquet qu’on applique à un imbécile, comme Jehan le Veau.   43 Depuis longtemps.   44 Il y a.   45 Vous êtes vêtus de haillons, comme moi.   46 Chapeau. (Idem vers 146, 365, 507.) Mal-en-point fait l’inventaire des guenilles qui couvrent ses deux archers. L’auteur s’inspire d’un autre loqueteux, l’Abuzé en Court : « Or avoit le gentil soudart/ Ung petit chapellet pellé. »   47 F : cinq ou six lieux percee   48 Dont les lambeaux sont noués ensemble. « De chemise renouée,/ D’estre povrement disné,/ Et de chausse dessirée,/ Libera nos, Domine ! » Jehan Molinet.   49 Des domestiques de Mal-en-point. Mais aussi : des gens mal en point (pécuniairement). Même double sens au vers 786.   50 De la mendicité. Un autre Picard, Jehan Molinet, avait dépeint la vie des clochards dans sa Chanson sur l’ordre de Bélistrie.   51 F : mestre  (Chapelet à mitre = petit chapeau conique.)   52 Jaque = justaucorps.   53 Ni peu.   54 F : oins qui fussent soubz  (Avant qu’ils n’en soient rassasiés.)   55 Joint, intact.   56 F : souppe  (La soupe est le morceau de pain qu’on trempe dans le bouillon <vers 17>. La croupe d’un chaudron en est la partie renflée, qui peut être brûlante.)  Les monastères et certains châteaux introduisaient des pauvres dans leurs cuisines pour qu’ils effectuent les sales besognes contre un peu de nourriture. Par exemple, les tourneurs de broches qui cuisaient littéralement dans l’âtre étaient rarement les rôtisseurs eux-mêmes : « Une bande chettive de bélistres [mendiants] et tournebroches infâmes. » (Jean de Quercy.) Cf. le Gaudisseur, vers 217-220. On devine que nos soi-disant « rôtisseurs », brûlés devant et derrière et roussis par la fumée, sont des clochards enrôlés pour tourner des broches et touiller des marmites. On les appelait d’ailleurs des marmiteux : « Quand vous verrez gens souffreteux [pauvres]/ Avoir d’or et d’argent plain bource,/ Et que les pauvres marmiteux/ Auront escus à plaine source. » Les Moyens très utiles.   57 Raisonnable.   58 Ne succombez pas au péché d’avarice.   59 Bailli (avec un jeu de mots sur bailler [donner]), et promoteur (avec un jeu de mots sur promettre, comme au vers 58 des Gens nouveaulx).   60 Coquet.   61 Fourrure du petit-gris, une variété d’écureuil. Tandis que la paille brûle : afin de jeter les parasites au feu. Dans le Mystère des trois Doms, on dit à Malenpoint : « Les poux ont sus vous beaux séjours. »   62 Qui n’est pas secoué par une semelle : qu’on ne chasse pas à coups de pied au cul. On trouve la variante « escorché d’ung patin » dans la Vie de sainct Christophle, qui invoque aussi un « capiteine mal en point », et un « escuyer de Beaulce » (cf. vers 730).   63 Nous comprenons l’argot des marginaux. Voir les Ballades en jargon, de François Villon.   64 Rusés, en référence au goupil Renart, qui était roux. « Bevards, vous estes rouges gueux. » Villon, Ball. en jargon, IV.   65 Tenez-vous bras dessus, bras dessous.   66 Ne vais-je pas à une bonne allure ? On se doute qu’il a la démarche d’un vieillard chétif. Dans le Mystère des trois Doms, Malenpoint marche en « tenant gravité honnorable. »   67 Souvenant.   68 Jeu de mots sur le cor de Roland et le corps de Mal-en-point.   69 Priam (même prononciation) régnait sur la ville de Troie.   70 F : grange   71 F : te mande  (Les deux hommes vouvoient toujours leur chef.)   72 En poupe.   73 Quand bien même je n’aurais d’autre grade, d’autre rang. Idem vers 789.   74 F : moy  (La forme « riens » réapparaît à 272, 389 et 427.)   75 Saint patron des affamés. « (Ébroyn) fist mettre et détenir ledit sainct Ligier en moult estroicte prison sans riens luy donner à manger. Et quant il eut esté si longuement qu’il cuydoit bien qu’il deust estre mort de fain, il envoya veoir en la prison, où il fut trouvé tout sain. » Maistre Nicolle Gilles.   76 Sur la grande Table de marbre, un décor minimaliste représente une salle de château. Maupensé est assis sur un trône. Derrière lui, Près-tondu dévore des pois crus.   77 F remplace ce refrain A du triolet par : Vien auant sanglant mensongier   78 Ne lui coûte pas plus à manger.   79 F : les   80 Je me contenterais de bien moins.   81 « Brouter les parois » est devenu « lécher les murs » : « Ses vieux compagnons de misère qui léchaient les murs du mitard pour s’apaiser un peu la soif. » (Alphonse Boudard.) Dans cette amusante scène, l’effronterie du valet et le dénuement du maître rappellent un autre dialogue, le Gentil homme et son page.   82 Aphérèse normanno-picarde du pronom « en ».   83 Mettre à l’épreuve. Les pois secs, beaucoup plus gros et plus friables que nos actuels petits pois, pouvaient à la rigueur être consommés crus. « Povres gens mengent les pois crus. » (Les Sotz qui remetent en point Bon Temps.)   84 Aventurier, mercenaire. Cf. l’Avantureulx.   85 Bavard. Idem vers 380.   86 Mal pansé par toi, mal nourri : « Nourriz et penséz/ D’orge et d’avoine. » (Hugues Salel.) Cf. Mallepaye et Bâillevant, vers 16, et la Réformeresse, vers 177.   87 Expression d’origine obscure, équivalant à l’actuel : « Tu parles, Charles ! » On trouve aussi la forme « C’est bien dit, Massé ! » dans la Résurrection de Jénin Landore (BM 24).   88 Je ne touche pas de gages, ni même la moitié d’un.   89 Rien du tout ! Même interjection désabusée dans les Sotz nouveaulx, et dans le Ramonneur de cheminées.   90 Carême : personnage carnavalesque qui annonce les jours maigres. « J’ay mangé du coquart [coq gras] pour tuer Carême. » Friquassée crotestyllonnée.   91 F : frappes   92 Une chimère. Mau-pensé est rendu mélancolique par de mauvaises pensées. Ce vers et le vers 281 évoquent un événement inquiétant : le règne de François Ier n’en fut pas avare, et les Prognostications prophétisaient toutes sortes de « merveilles » angoissantes. « Par icelle influence adviendront choses nouvelles, admirables, et telles que jamais ne furent ouïes les semblables. » De l’estat et mutation des temps, prouvant (…) la fin du Monde estre prochaine (1550).   93 Transcription phonétique du sifflement : « LE FAULCONNIER DE VILLE, en sifflant : “Huit, huit, huit, huit, huit, huit, huit, huit !” » Dans le Chant des Oyseaux, le compositeur Clément Janequin transcrit les sifflements par des séries de « huit ».   94 Un original. Mais l’auteur déprécie le « nouvel homme » (novum hominem) cher aux théologiens.   95 Les prêcheurs publics abusaient des effets de manches.   96 Je ne cherche qu’à me divertir.   97 F : orray  (Orrez = ouïrez.)   98 De la viande rôtie. Les trois affamés se sont rapprochés des Halles (vers 287).   99 F : cousine  (Cottine = petite cotte.)  Teinte et ointe = tachée et grasse de sauce.   100 F : qz pro et  (Et que prou ait = Et qu’elle ait beaucoup, qu’elle reçoive en abondance.)   101 Il descend de la Table de marbre et observe les militaires sans être vu. Il les rejoindra au vers 337.   102 Légers = minces (note 75). Gents = gracieux.   103 Vent de nord-ouest. « Il sembloit que le vent de bise/ Et galerne y fussent venus. » Farce des Coquins (F 53).   104 Ils font preuve d’un bon sens. Cf. Mallepaye et Bâillevant, vers 298.   105 « Cuisses ne sont plus, mais cuissetes,/ Grivelées comme saulcisses. » Villon.   106 Une office, un garde-manger.   107 F : recous esse  (Rescourre = enlever.)  Les bourreaux gardaient pour eux le linge des prisonniers qu’ils exécutaient. Voir la note suivante.   108 Bouffeurs d’andouilles, gloutons. Mais Rifflandouille est le nom d’un bourreau dans plusieurs Mystères, notamment dans le Mistère de saint Quentin, de l’inévitable Jehan Molinet. Les « bourreaux » de notre farce ne décapitent que des canards.   109 F : gar ses   110 Mon noble compagnon.   111 F : Mauluais  (Voir la note 6.)  Plutôt qu’un capitaine – il serait alors sur un pied d’égalité avec Mal-en-point –, Maupensé est un hobereau ruiné qui a besoin de soldats pour protéger sa terre contre ses voisins (vers 657-8). Cela dit, les capitaines qui entouraient le roi étaient tous des châtelains : en 1516, François Ier eut pour capitaines des gardes le seigneur de Montreuil-Bonnin, puis le seigneur de Chavigny.   112 Face à face.   113 F : Aussi   114 F : A il ouy  (Ce verbe est dissyllabique partout ailleurs.)   115 Avec sa courtoisie surannée, Mal-en-point récuse le titre de « monseigneur ».   116 Retenez, modérez.   117 Remettez votre chapeau.   118 F : grant plaisir luy feres   119 Refus poli de remettre son chapeau devant des hommes qui lui sont supérieurs.   120 Revenons à nos moutons.   121 F : Qui   122 Qu’il n’en puisse venir à bout.   123 Redoute.   124 Le Viandier de Taillevent décrit des potages [potées] sucrés.   125 Allusion au formidable appétit de Guillaume d’Orange ; ses frasques à Jérusalem sont narrées dans le Pèlerinage de Charlemagne.   126 Potage de poireaux au lard. « La belle porée avecques beau lard. » Cent Nouvelles nouvelles.   127 Bouillie de légumes. La pomme de terre d’Amérique n’était pas encore au menu.   128 Saint Pierre. Voir note 2.   129 F : soir  (D’après le Mesnagier de Paris, le « mouton rosti au sel menu » est bien une « espaule lardée de percil ». En revanche, le « mouton ausoerre » est un potage [une potée].)   130 Noble.   131 Les Rois mages.   132 Pour ce qui est.   133 Pas un sou.   134 F : Laisson  (Le Cuisinier françois donne la recette de l’ « oyson rosty ».)   135 Fermement ! Cf. Colin, filz de Thévot, vers 112.   136 Allusion mesquine aux deux « rôtisseurs », ou aux bourreaux (note 107) qui rôtissent les condamnés.   137 Jaunet = sauce à base de safran.   138 F : paste  (Rimes identiques aux vers 612-13.)   139 Même recette que pour le coq en pâte.   140 F : dasoye  (Osoye = muscat portugais : « Vin d’Anjou et osoye » <Jehan Meschinot>. À la rigueur, on pourrait lire Essoyes, qui est une commune champenoise : « Bon vin blanc bastard ou Essoye » <Folle Bobance, BM 40>.)  Le vin bâtard est un muscat : le Gaudisseur, vers 176.   141 Avec une sauce à l’ail. « Comment mangerez-vous ceste oye ?/ À l’aillet ou à la poyvrade ? » Godefroy.   142 Enrobée de sucre granuleux.   143 On s’en contente un jour ordinaire.   144 Victuailles. Idem vers 719.   145 L’auteur avait certainement noté l’expression picarde « de broc en bouche ».   146 F : dragmes  (On scande dra-gé-es.)   147 F : leurs  (Cf. le Gaudisseur, vers 201.)   148 J’intervertis les vers 436-7 : on servait toujours l’hypocras et le métier (gâteau sec qui l’accompagnait) à la fin du banquet, en guise de dessert, qu’on appelait l’issue. « Yssue est : ypocras et le mestier. » Mesnagier de Paris.   149 Aussi légère que le pudding, la tarte d’Angleterre était bâtie « de crême, de moëlle de bœuf, de pommes hachées bien en broc, de pruneaux, de vin blanc ».   150 Sans se désister.   151 Dans le vestibule de votre résidence.   152 Les plaisirs de la chair suivaient ceux de la chère. Cf. le Gaudisseur, vers 207.   153 Lits à baldaquins, protégés du jour et des courants d’air par des tentures. « Beau lict encourtiné de soye/ Pour musser la clarté qui nuict. » G. Corrozet.   154 Ne s’en aille.   155 Cf. le Gaudisseur, note 64. Nombreux sont les points communs entre ces deux pièces qui mettent en scène des vantards faméliques.   156 Il y a des nourritures ordinaires.   157 On s’en contenterait. Même vers dans la farce de Celuy qui se confesse à sa voisine (F 2).   158 La pâte. « Chascun son beau pasté de coing. » Guillaume Coquillart.   159 F : sourdoit  (Désinence picarde pour la rime ; voir la note 2. Sourdre = jaillir.)   160 À part, en secret.   161 Une manie.   162 François Ier y sera fait prisonnier en 1525.   163 Molinet emploie l’expression : « Sans espargnier ne pers ne bleu. » On peut comprendre ici : tranchez la viande sans vous épargner.   164 Maniérés.   165 F : deux  (qui figure au vers suivant.)   166 Aux balèvres, aux lèvres. Idem vers 782.   167 F : baille  (La balle est l’enveloppe du grain.)   168 F : petit  (Il dépoussière leurs hardes en tapant dessus.)   169 Frimeurs. Cf. la sottie de Folle Bobance (BM 40).   170 F : Cest  (À la fin du vers, jeu de mots sur « cramoisi ».)   171 F place la rubrique sous le v. 508, et la didascalie au-dessus du v. 505.   172 Chapeau en fourrure de castor. « Un si crasseux chapeau/ De bièvre noir. » Eustache Deschamps.   173 Jeu de mots. La fourrure du lion est évidemment plus rare que celle du castor, présent au Moyen Âge dans beaucoup de rivières françaises, qu’on baptisait parfois « la Bièvre » en son honneur.   174 Les comédiens montent sur la Table de marbre, où est stylisée une salle de château.   175 F renvoie cette didascalie sous la rubrique PRÈS-TONDU. Mal-en-point et ses compagnons saluent Maupensé, et non Près-tondu.   176 Cet escroc, ce charlatan. Maître Doribus est apothicaire.   177 F : Cataire  (Le grand Khan du Caire. « Roy du Cahaire et de Babilonne, et renommé entre lez Sarrasins. » Salhadin.)  « Je suis apoticaire/ Du grant souldan [sultan] qui est au Caire. » (Tout-ménage.)   178 Les Arabes passaient pour être fort adonnés au « plaisir singulier » de la sodomie. « Nous prenons singuliers esbas/ D’acomplir l’euvre de luxure./ Nous y allons contre nature (…)/ Et péchons avec les garçons/ Plustost que avecques les fillettes. » Mistère du Viel Testament.   179 F : saluigrondie  (À rapprocher de Salmigondin [salmigondis], que Rabelais localisera au pays des Dipsodes [des assoiffés].)   180 Il confond avec la Galice. Le « vent de Galerne » désignera le pet dans le Quart Livre de Rabelais, 9.   181 Contrée imaginaire nommée notamment dans la sottie Estourdi et Coquillart (T 2).   182 Retirez-vous.   183 On reprochait aux présidents, quel que soit leur office, de rester trop longtemps à table. La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor (Pantagruel, 7) détient un exemplaire de « la Bedondaine des Présidens ».   184 Des silex.   185 F : sa mauprest   186 Le Carthaginois Hannibal avait envahi l’Italie juché sur un éléphant. C’est François Ier qui venait de l’envahir à cheval, pour aller combattre les Suisses à Marignan.   187 Le Romain Scipion, vainqueur d’Hannibal.   188 Qui attrapèrent la syphilis. Lors des guerres d’Italie, les prostituées locales avaient inoculé le « mal de Naples » aux soldats français et aux mercenaires suisses, qui le transmirent aux prostituées de leur pays quand ils revinrent.   189 Cataut et Catin, diminutifs de Catherine, désignaient des prostituées, comme dans la Déroute et l’adieu des filles de joye. Voir la Muze historique : « Se réjouissans à gogo/ Avec Cataut, Fanchon, Margo. » En 1471, la Grosse Catault tenait un hôtel borgne à Paris. (Pierre Champion, François Villon, sa vie et son temps, pp. 109-110.)   190 C’est en effet l’étymologie du Saint Graal (sang réal).   191 Héros troyen, fils de Priam (vers 206). Les trois autres appartiennent à la littérature médiévale.   192 Préparation contenant des épices et du verjus. Près-tondu ne montre pas les denrées, qui sont inexistantes ; il désigne la porte de la cuisine, où il ne cesse d’aller et venir. Le gag qui consiste à interrompre sans arrêt des gens qui parlent est exploité largement dans les Cris de Paris.   193 Sauce au vin et à l’oignon (cive).   194 Sauce au gingembre et à la cannelle, sans oignons.   195 Ils ne sont pas difficiles (vers 381).   196 Allons !   197 Nabuchodonosor II, roi de Babylone. Même vers dans Ung Fol changant divers propos : c’est dire le sérieux de ce récit.   198 Ce gros bataillon.   199 Confusion avec Sortibrant de Connimbres, un personnage de la chanson de geste Fierabras. À l’époque où notre pièce fut créée, Conimbre n’était plus qu’une variante du connin, le sexe de la femme : « Le portier [clitoris] qui gardoit l’huys de la cité de Conimbre print plaisir au jeu tant, qu’il luy fit ouverture. » Nicolas de Troyes.   200 Cimiers de casques.   201 Archers (sagette = flèche).   202 Tambourins.   203 Debout.   204 Sauce au raisin. Très sucrée, elle donnait soif : « Qui menge poussin au moult/ Peult bien boire, après, ung tatin. » Sermon de l’Andouille.   205 F : neust feit   206 F : sa  (La fée Morgane.)  Par dépit amoureux, Morgane avait emprisonné Lancelot. En la rebaptisant « Margot la fée », notre auteur s’amuse à faire commettre une fausse faute à Mal-en-point, qui en commet si souvent de vraies : Margot la fée appartient sous ce nom au folklore breton. « (C’est un) pouvoir que ne tenez d’Alphée,/ D’Alquif, ny de Margot la fée. » D’Asssoucy.   207 Une gifle.   208 F : maschoire  (Ma-chou-ère rime en -oire <prononcé -ouère> à 530. Le vers 492 est suspect.)   209 Jeu de mots sur « clair et notoire » et « clerc et notaire ».   210 Le roi Arthur. Holopherne est un général de Nabuchodonosor (vers 564). Le futur roi David jouait de la harpe devant Saül.   211 Pompée se prénommait Cnaeus et non Julius, qui est le nom de Jules César, son vainqueur.   212 C’est Huon de Bordeaux qui coupa la patte à un griffon : « (Huon) luy bailla ung si grant coup d’espée par la joincture de la jambe que tout jus luy couppa. »   213 Vous brûle du « feu de saint Antoine », ou mal des ardents, i.e. l’ergotisme.   214 La barbe Robert est une sauce épicée dont le Vivendier dévoile la recette. Son attribution à « Robert Vinot, composeur de sauces » mort au XVIIème siècle, est anachronique. Il faut en revenir une fois de plus à Rabelais, qui donne dans le Quart Livre (chap. 40) une liste de « preux et vaillans cuisiniers » où figure « Robert : cestuy feut inventeur de la saulse Robert. »   215 Défaire les lacets : je veux me remplir le ventre.   216 L’acteur pouvait escamoter ce point d’exclamation pour obtenir un effet comique : « La chair de Dieu je mangerai tant… »   217 Hospice parisien qui nourrissait 300 aveugles.   218 Intermèdes au cours d’un banquet.   219 À cours de ressources livresques, Mal-en-point se met à inventer des noms. Le Sot du Mystère de la Passion de Troyes disait d’un diable : « C’est un très hideux rifflart. » La Barbarie (ancien nom de la Berbérie) englobe tous les pays musulmans. « Méliadus, estant en l’eage de troys ans ou environ, fut par les mores ravy [fut enlevé par les esclavagistes Africains] et emmené par mer en Barbarie. » Méliadus.   220 Revêtu de sa cuirasse.   221 Sauce à l’oignon et au pain grillé. Cf. les Cris de Paris, vers 271.   222 Il faut tout te dire.   223 Qu’y a-t-il, encore ? Il s’adresse à Près-tondu, qui revient.   224 Potée, légumes secs cuits dans un pot avec de la viande.   225 Le haricot (harigoter = couper la viande) est un ragoût de mouton, accommodé de sauce au roux, de sauce blanche, etc. Le haricot sec d’Amérique n’était pas encore implanté en Europe.   226 Trait d’arbalète.   227 Pour cela. Les Repues franches nommaient un « Cappitaine du Pont à Billon ».   228 Par crainte.   229 Tous les acteurs (sauf Maupensé) descendent de la Table de marbre.   230 Tout cela sur le champ.   231 Le banc où vous vous assiérez.   232 On marchait sur cette natte de paille, qui protégeait le marbre. Au vers suivant, « beau linge » est ironique.   233 F : tocque  (Touquer est la forme picarde de « toucher ». On peut traduire : Je ne m’en mêle pas, je n’y suis pour rien.)  On remarquera la rime tout ce que / tousque.   234 Assez de plaisanteries ! « Se je me mocque ?/ Maulgré en ait la nicque-nocque ! » Les Amoureux qui ont les botines Gaultier (F 9).   235 Presque.   236 En abondance.   237 F : servies  (Devant = avant tout le monde.)   238 Au réfectoire, les moines sans attribution dînent en premier. Puis c’est le tour de celui qui leur a lu la Bible à voix haute, et de ceux qui ont servi leurs frères à table.   239 Il quitte son trône pour aller profiter de ses victimes.   240 Cette formule narquoise reviendra deux fois dans la Friquassée crotestyllonnée : « Nourriche, baillez-ly votre cul à téter ! »   241 F : baille pour bailler  (Je reconstitue le refrain B du triolet d’après le vers 716.)   242 F : Maulpense  (qui n’entre qu’à 734. L’imprimeur a modifié la distribution des rôles d’une scène qu’il n’a pas comprise.)   243 F : MAULPENSE   244 La misère des nobles beaucerons était proverbiale : « Les gentilzhommes de Beauce desjeunent de bâisler. » Gargantua, 16.   245 Qu’ils soient noyés !   246 Que nul ne se dérange pour moi !   247 F : lhomme   248 Sais-tu ce que cela signifie ?   249 Maupensé retourne au château, et Près-tondu apporte une cuvette d’eau.   250 Lavez-vous les mains avec de l’eau de rose <vers 433>, maintenant que le repas est fini. (On mangeait avec les doigts.)   251 F : vous aurez  (Vous direz vos grâces [prière digestive].)   252 Le Pont-à-Bâillon, où nous bâillons de faim. Quant à la Table de marbre, on y mangeait très rarement. Aujourd’hui, sauter un repas se dit : « Manger à la table qui recule. »   253 F : pas tailler  (Coudre = en découdre.)   254 F : railler  (Cf. vers 731.)   255 F : froit  (qui fait double emploi avec « froidure ».)   256 Engelure des talons, qu’on appelle aussi « mule » (Le Monde qu’on faict paistre, note 24.)   257 Tiendra. Encore un picardisme ! « Ki en la maison le tendra,/ El rai [au rayon] ki del soleil vendra [viendra]. » Lapidaire de Cambridge.   258 Lapins.   259 F : et  (Sus et jus = en tous lieux.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :