Archives de Tag: Latin de sacristie

LA CONFESSION DU BRIGANT AU CURÉ

Biblioteca Apostolica Vaticana

Biblioteca Apostolica Vaticana

 

*

 

LA  CONFESSION  DU  BRIGANT

AU  CURÉ

 

*

 

Ce dialogue normand1 du XVIème siècle présente une particularité : le prêtre ne succombe ni au péché de luxure, ni au péché de gourmandise ; seul le péché d’avarice lui est imputable. Dans une forêt obscure, un bandit de grand chemin réclame sa bourse à un curé, qui la prétend vide, mais qui accepte de confesser le brigand. Celui-ci, à genoux aux pieds du curé, vide peu à peu la sainte bourse, tout en commentant son forfait dans les termes d’une confession en règle.

Source : Recueil de Florence, nº 10.

Structure : Rimes embrassées, rimes plates, rimes croisées. Les 44 derniers vers, dans un état désespéré, semblent avoir été reconstitués de mémoire.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce nouvelle du Curé et du Brigant

 

*

À deux personnaiges, c’est assavoir :

    LE BRIGANT

    LE CURÉ

 

 

La Confession

du Brigant au Curé

 

*

 

                               LE  BRIGANT  commence               SCÈNE  I

          Je suis desconfit de quinquaille2,

         Tout mon argent est despendu3.

         À malle hart4 soit-il pendu,

         Qui soustient ne denier ne maille5 !

5   Or n’est-il riens qui ne me faille,

         Et [n’ay] grant planté6 d’escuz vieulx.

         Ma robbe a le ventre creux

         Depuis que je n’ay eu nul gaige.

         Tout me fauldra7, en mon mesnaige :

10   Du pain, du lart et du fourmaige.

         Je ne le tiendray pas à saige,

         Qui8 passera ains que je couche.

           LE  CURÉ                             SCÈNE   II

         Voicy la feste qui s’approuche

         De Pasques ; et pource, à ma cure

15   Je veulx aller à l’aventure

         Confesser mes paroissiens,

         Car ilz sont si trèsnégligens

         Que ce n’est que toute ignorance.

         Pour acquiter ma conscience,

20   La Dieu mercy, je suis tout prest.

         Aller me fault sans nul arrest ;

         Et si, convient que [me haston]9.

         Mais ung homme sans baston

         Est à la mercy des chiens10.

25   Or avant ! Je ne crains [plus] riens.

         Dieu me conduye, et Nostre Dame !

           LE   BRIGANT                       SCÈNE   III

         Par la croix bieu ! il ne passe âme.

         Je ne fois icy que morfondre…

         Je prie à Dieu qu’il me confonde

30   Si je ne voy là quelque proye.

         Ho, ho ! Il convient que je voye

         S’il y a point de compaignie.

         Sang bieu ! vous y perdrez la vie

         Tantost, domine Curate11.

           LE  CURÉ                   SCÈNE  IV

35   Je me suis [assez tost]12 hasté,

         Je seray bientost à mon estre13.

           LE  BRIGANT 14

         À mort ! à mort ! Demourez, prestre :

         Il fault retourner par-deçà15 !

           LE  CURÉ

         Hélas, hélas ! Et ! qu’esse-là ?

40   Pour Dieu, ne me faictes nul mal !

           LE  BRIGANT

         [Vient-on]16, à pié ou à cheval ?

           LE  CURÉ

         Je n’ay veu âme. [Quel tourment]17 !

           LE  BRIGANT

         Vous avez peur, maistre gallant18 ?

           LE  CURÉ

         Je cuydoye premièrement

45   Que ce fussent mauvaises gens ;

         Mais [voy que] non sont, Dieu mercy !

           LE  BRIGANT

         Jamais ne partiray d’icy

         Que n’aye compté vostre monnoye.

           LE  CURÉ

         (C’est donc pis que [je] ne cuydoye.)

50   Las, ne me faites nul effors !

           LE  BRIGANT

         Je te mettray la dague au corps,

         Par la chair Dieu, se tu dis mot !

           LE  CURÉ

         Nenny, je ne suis pas si sot ;

         Il n’en sera jamais nouvelle19.

           LE  BRIGANT

55   Çà, de l’argent !

           LE  CURÉ

                                        Il n’y a rouelle20,

         Par le Dieu qui me fist21, en ma tasse.

           LE  BRIGANT

         Parle bas, [de peur] qu’i ne passe

         Quelq’un qui face empeschement.

           LE  CURÉ

         Vous dictes vray, par mon serment ;

60   [Desjà] je l’avoye oublié.

         J’ay mon argent tout employé

         Au luminaire de la feste.

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu, ribault [de] prestre,

         Vous chanterez d’autre martin22 !

           LE  CURÉ

65   Je vous don(ne)ré ung pot de vin,

         Beau sire, et soyons amys.

           LE  BRIGANT

         Baille des escus cinq ou six :

         Tu n’auras garde qu’on [les t’emble]23.

           LE  CURÉ

         Je n’en vis oncques tant ensemble,

70   Par Dieu qui me fist, en ma bource.

           LE  BRIGANT

         S’il convient que je me courouce…

           LE  CURÉ

         [Ce me]24 seroit une grant peine.

           LE  BRIGANT

         Voicy desjà25 longue sepmaine

         Que je veulx estre confessé.

           LE  CURÉ

75   A ! par Dieu, tout sera laissé

         Devant que je ne vous confesse.

         Or sus, mectez-vous à vostre aise,

         Debout, assis, agenoillé26,

         Et dictes : « Benedicite,

80   Dominus27. »

           LE  BRIGANT

                                     Dy-le pour moy, [don28].

           LE  CURÉ

         Benedicite… Sempiternum…

         Secu29 corda… Predicatam30

         [Et] spiritus sancti… Amen !

         Or, dites donc : « Je me confesse. »

           LE  BRIGANT

85   Dy-le pour moy.

           LE  CURÉ

                                          Je me co[n]fesse

         À Dieu31.

           LE  BRIGANT

                            Et maulgré bieu du villain prestre32 !

         T’en veulx-tu desjà aller [paistre] ?

           LE  CURÉ

         C’est ung mot de confession.

           LE  BRIGANT

         Par la mort ! sans rémission

90   Je te tueray, se tu quaquettes.

           LE  CURÉ

         Or sus, dictes voz besongnettes33 :

         Avez-vous prins rien de l’autruy34 ?

           LE  BRIGANT

         [Se j’ay prins ?] Et ! morbieu, ouÿ :

         Quant je jou[o]ye aulx espinettes35

95   Avec[ques] les belles fillettes,

         Je leur ostoye leurs espilles36

         Et les donnoye à d’autres filles.

           LE  CURÉ

         Or Dieu le vous pardoint, [beau] sire !

         Comment vous va du péché d’ire37 ?

100  Vous courro[u]cez-vous voluntiers ?

           LE  BRIGANT

         Quant je vois38 parmy les santiers,

         [S’]une ronce ou une espinette

         Me happe parmy ma jambette,

         Incontinent je maulgroye Dieu

105  Et la couppe par le mellieu ;

         Voire tout bas39, sans mot sonner.

           LE  CURÉ

         Dieu le vous vueille pardonner !

         Mais d’argent prendre, il s’en fault f[r]aindre40.

           LE  BRIGANT 41

         Si fois-je, quant n’y puis actaindre.

           LE  CURÉ

110  C’est bien fait, car Dieu s’en courrouce.

         Avez-vous point, voyant42 la bource

         À ces gallans, et joué de « force »43 ?

           LE  BRIGANT

         Nenny, [pas encore, par Dieu]44.

           LE  CURÉ

         Or sus, faicte[s] bien vostre deu45 ;

115  Il faul[t] laisser, chascun, son fais46.

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu, je suis emprès ;

         Encor(e) ne fais que commencer.

           LE  CURÉ

         Il vous fault trèsbien [a]penser

         À mettre tout hors, mon amy.

           LE  BRIGANT

120  Aussi fais-je tant que je puis,

         Mais le pertuis47 est trop petit.

           LE  CURÉ

         Ce sera [pour] vostre prouffit,

         Mon amy : ne laissez rien.

           LE  BRIGANT

         [Pour] mon prouffit ? Par sainct Julien,

125  Au moins y ay-je espérance !

           LE  CURÉ

         N’avez-vous pas en Dieu fiance ?

         Dea ! ne vous hastez48 qu’à vostre aise.

           LE  BRIGANT

         Nenny dea, je suis bien aise.

         Vous fais-je point de desplaisir ?

           LE  CURÉ

130  Nenny non, faictes tout à loisir ;

         De vous amender j’ay grant joye.

           LE  BRIGANT

         Je vaulx mieulx que je ne faisoye

         Des escus, par Dieu, plus de six49.

           LE  CURÉ

         Vostre confession, beau filz,

135  Elle doit estre parfaicte.

           LE  BRIGANT

         El(le) sera, par Dieu, toute nette,

         Se je puis, avant que [je cesse]50.

           LE  CURÉ

         Dea, il ne fault pas que l’en laisse

         Aucuns péchés : n’en laissez nulz.

           LE  BRIGANT

140  Je prens les grans et les menus,

         Certes, j’en foys bien mon effors.

           LE  CURÉ

         Dieu vous sera miséricors.

         Or çà, savez-vous autre chose ?

           LE  BRIGANT

         L’autre jour, il y a grant pose51,

145  On avoit mis ung gras confit52

         À la gelée53, toute [une] nuyt ;

         Et je le prins.

           LE  CURÉ

                                 [C’est bien forgé]54 !

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu ! je le mengay

         Sans sel55, dont je m’en confesse.

           LE  CURÉ

150  Or çà, oyez-vous point la messe,

         Au dimenche, quant elle sonne ?

           LE  BRIGANT

         Je l’oy bien d’où je suis.

           LE  CURÉ

                                                   [Grant somme

         Avez]56, mais que faites vous tousjours ainsi ?

           LE  BRIGANT

         J’en ay beaucoup, [la] Dieu mercy57 !

           LE  CURÉ

155  Or mon amy dictes, après, [vos reliques58],

         Sans [me] faire tant de répliccques.

           LE  BRIGANT

         Je mengay l’autre jour des trippes

         D’une59 tripière, [à fines lippes]60 ;

         Et luy abbatis [sa tripière]61

160  Tant que la gresse cheut à terre.

         Et [j’ay] laissé là son62 couteau.

           LE  CURÉ

         Dea, nous en sommes bien et63 beau !

         Confession est-elle faicte ?

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu ! elle est [bien] nette :

165  Je ne sçay en [tout mon couraige]64

         Plus riens seul, s’il n’est bien sauvaige65.

           LE  CURÉ

         C’est vostre prouffit, j’ay66 fiance.

           LE  BRIGANT

         Or sus doncques, que l’en s’avance67 !

           LE  CURÉ

         Il vous fault avoir pénitence,

170  Pour des68 péchéz pardon avoir69.

           LE  BRIGANT

         Monsïeur, vueillez y penser :

         Car si vous me baillez grant charge,

         Je ne la sçauroie porter70.

           LE  CURÉ

         …………………. Ego asvote71

175  De la crouste d’ung pasté72

         Sicut erat… Sempiternam…

         [Et] spiritu sancti… Amen !

           LE  BRIGANT 73                SCÈNE  V

         Sire Morise, mon amy,

         [De grant sens vous estes garny]74.

                              LE  CURÉ

180  Vertu bieu ! je [chante mercy]75

         Que je n’é pas laissé l’endosse76.

         Morbieu ! se je reviens par cy…

         Je m’en vois à mon sacerdoce77,

         Confesser mes parroisiens.

185  Prenez en gré l’esbatement !

         Sire Dieu [vous donne tous biens]78 !

         Adieu vous dy pour maintenant.

 

           FINIS

 

*

 

1 Comme d’habitude, les particularismes normands n’ont survécu que dans les rimes : vers 16 et 17, 22 et 23, 111 et 112, 113 et 114, 170 et 171… Mais il nous reste un couplet sur les tripes, spécialité normande !   2 Cliquaille, monnaie.   3 Dépensé.   4 À une maudite corde.   5 Celui qui a des deniers ou des piécettes.   6 Quantité. Les écus vieux furent décriés le 5 décembre 1511.   7 Me fera défaut (verbe faillir, vers 5).   8 Celui qui passera avant que je ne me couche.   9 F : ie me haste  (Tournure normande : « Je n’avons pas putost eu gagé, que j’avons vu les deux hommes tout à plain. » Molière, Dom Juan, II, 1.)   10 Il ramasse une branche morte, et l’utilise comme canne pour marcher et se défendre pendant le long trajet entre son presbytère et la cure où il officie. Les villes se trouvaient dans la forêt, alors peuplée de chiens sauvages, de loups, et de détrousseurs.   11 Monsieur le Curé. C’est du vrai latin, contrairement à celui que va écorcher le curé.   12 F : asses toust   13 À destination.   14 Il surgit de derrière un arbre.   15 Par ici, vers moi. Il attrape le curé qui s’enfuyait.   16 F : Vient il  (Est-ce que quelqu’un d’autre vient ?)   17 F : quelconques  (« N’y est-elle point ? Quel tourment ! » Farce des bottines Gaultier, F 9.)   18 Les prêtres avaient une réputation de séducteurs.   19 F : nouuoelles  (Je n’en parlerai à personne.)   20 Aucune pièce de monnaie.   21 Même expression au vers 70. Tasse = bourse : « Prens dix escus en ma tasse. » Le Ramonneur de cheminées (F 30).   22 Vous changerez de ton. « Bientost vous ferai d’autre martin chanter. » Godefroy.   23 F : le lemble   (Tu ne craindras plus qu’on te les vole.)   24 F : Se  (On se demande si le curé plaint le brigand ou son argent.)   25 F : la   26 F : ou a genoulx  (Cf. la confession du Nouveau Pathelin : « –Çà, dictes, sans plus vous brouiller,/ Tout premier Benedicite…./ –Seray-je cy agenoillé ? »   27 Nombreux points communs avec la confession du Testament Pathelin (notamment les vers 327-330), et la confession du Munyer (vers 390-391).   28 Donc. On plaquait parfois cette rime commode à la fin d’un vers bancal : « Il suffist, je n’en dy rien, don. » Maistre Pierre Doribus.   29 Il faut comprendre Sursum corda [élevons nos cœurs]. Le curé a tellement peur qu’il mélange et estropie les textes liturgiques. Voir la note de Gustave Cohen, Recueil de farces françaises, p. 82.   30 F : predicale  (qui ne rime pas. Emprunt classique à saint Augustin : divino eloquio praedicatam = prêchée par une éloquence divine — que ne possède visiblement pas notre pauvre curé de campagne.)  Prédicatan rime avec aman, de même que le sempiternon du vers précédent rime avec don.   31 Le brigand comprend « Adieu ! », et croit que le curé va s’en aller. On trouve exactement le même jeu scénique dans la farce de Celuy qui se confesse à sa voisine (F 2), vers 403-405.   32 Maudit soit ce vilain prêtre ! « Maugré du vieux ! » Farce de la Cornette.   33 Vos petites affaires. Double sens érotique (besogner = coïter) : « Vous sçavez bien la besongnette…./ Une autre foys, en la couchette,/ Nous jouerons entre deux draps. » Farce de Jolyet (BM 5).   34 Du bien d’autrui. Cf. la confession du Testament Pathelin, vers 388.   35 Espine = pine, pénis. « Dame Proserpine/ Fust espinée de l’espine/ Qui est en ta brague cachée. » (Rabelais, V, 46.) On peut comprendre : quand je faisais l’amour.   36 F : espingles  (Les espilles sont des épingles qui fermaient les robes : « S’il choit à la dame une espille. » XV Joyes de mariage.)   37 La colère est un péché capital.   38 Vais.   39 Silencieusement.   40 Se retenir (Godefroy). Le curé estime moins grave d’enfreindre le deuxième Commandement (« Tu ne prendras point le nom du Seigneur ton Dieu en vain ») que le septième (« Tu ne desroberas point »).   41 À partir de là, le brigand à genoux entrouvre discrètement l’aumônière du curé, puis en sort les pièces une à une. Le curé lui parle de sa conscience qu’il doit vider de tout péché, mais le brigand parle de la bourse du curé, qu’il vide de ses écus.   42 F : veu en   43 Les forces étaient les ciseaux des coupeurs de bourses. Voir l’édition Koopmans, p.176, note 32.   44 F : par dieu pas encore  (Cf. Koopmans, note 33.)   45 Votre devoir. « Di» rime avec « dû », à la manière normande.   46 Chacun doit laisser son fardeau moral. Le brigand songe plutôt à un fardeau métallique.   47 Le goulot de ma conscience. (Et l’ouverture de votre bourse.)   48 F : hastrs   49 Je vaux 6 écus de plus que je ne valais avant de me confesser.   50 F : la laisse  (Rime du même au même.)   51 Il y a longtemps.   52 F : chappon   53 À la campagne, on laissait refroidir les plats chauds sur une fenêtre, pour le plus grand plaisir des chapardeurs.   54 F : Dea iulfhange  (C’est bien combiné.)   55 Goulûment, comme le chat de Renart le nouvel quand il dévore un héron « sans nape et sans sel ».   56 F : Par dieu vous auez grant somme  (Vous avez tellement sommeil, que vous restez couché au lieu d’aller à l’église ? Le brigand va équivoquer sur les sommes d’argent. Cf. Koopmans, note 49.)   57 Même exclamation au vers 20. Cf. la Seconde Moralité de Genève, vers 129.   58 Le reliquat, le reste. « S’il y a encores en vous quelques reliques de l’amour passée. » Marguerite de Navarre.   59 F : A une  (Vers trop long.)  Les tripières vendaient au marché des tripes chaudes que les clients consommaient sur place, dans une écuelle ou une chope : « Demandé luy ay du brouet [sauce],/ En mon escuelle, de ses trippes. » (Farce de la Trippière, F 52.) « Je payeray choppine de tripes. » (Le Disciple de Pantagruel.) À défaut, on versait les tripes dans un cornet de papier fort : « Ma besace sera gastée,/ Se ne le metez au cornet. » (Un Aveugle, son varlet et une tripière, LV 13.) Les tripières de la littérature comique sont toujours victimes de resquilleurs, comme dans les Repues franches de maistre François Villon.   60 F : qui passoit  (« Regardez là quelz fines lippes/ Pour tesmoigner d’ung plat de tripes. » Le Capitaine Mal-en-point.)   61 F : son bacquet  (Tripière = large pot en terre cuite muni d’un petit couvercle.)   62 F : mon  (Je me suis enfui avant qu’elle me poignarde.)  Le redoutable couteau à double tranchant des tripières était passé en proverbe : « L’Évangile est un cousteau de tripière, qui coupe des deux costéz. » Satyre Ménippée.   63 F : el  (Ce « nous » de majesté désigne le curé lui-même, qui regrette charitablement que la tripière n’ait pas tué le brigand.)   64 F : ma conscience  (Dans mon cœur, dans mon âme. « Ce sont choses (…) qui moult me grièvent et poisent en mon courage. » Froissart.)   65 Je n’ai pas laissé un sou, à moins qu’il n’ait des griffes.   66 F : Se ie ny ay part iay   67 Qu’on en finisse.   68 F : vos   69 Rime normande : avèr rime avec pensèr. Cf. Pates-ouaintes, vers 420 et 422.   70 Il faudrait une rime en -arge, ou à la rigueur en -age.   71 Ego absolvo te [je t’absous]. Pressé d’en finir, le curé recommence à dire n’importe quoi (note 29).   72 « De la croûte » évoque Juxta crucem [près de la croix], et « D’un pâté » rappelle Deus Pater [Dieu le Père].   73 Il s’éloigne en se parlant à lui-même. On apprend qu’il se nomme Maurice.   74 F : Vous estes garny de grant sens   75 F : eschape bien aucy  (Chanter merci = rendre grâces à Dieu.)   76 Le bas du dos : le curé se félicite de ne pas s’être fait violer ! Voir le glossaire des Ballades en argot homosexuel de Villon <édition de Thierry Martin>. D’après le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud, « se faire endosser » = se faire sodomiser.   77 F : avanture  (Réminiscence des vers 15-16.)   78 F : le vous pardonne  (Encore une fois, ces « biens » sont plus terrestres que spirituels.)

 

Publicités

SŒUR FESSUE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

 

*

 

SŒUR  FESSUE

 

*

 

Dans la première moitié du XVIe siècle, un auteur de farces eut l’idée de combiner deux histoires connues : celle d’une nonne trop discrète, et celle d’une abbesse trop pressée.

Source : Manuscrit La Vallière1, folios 204 verso à 211 verso.

Structure : Rimes plates, truffées d’adjonctions apocryphes que j’ai barrées.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce  nouvelle

 

*

 

À cinq personnages, c’est assavoir :

    L’ABEESSE

    SEUR DE BON-CŒUR

    SEUR ESPLOURÉE

    SEUR SAFRÈTE 2

    SEUR FESSUE

 

*

 

                             SEUR ESPLOURÉEE  commence                      SCÈNE  I

        Seur de Bon-cœur, je suys perdue,

        Et me treuve tant esperdue

        Que plus n’en puys !

          [SEUR DE BON-CŒUR] 3

                                              Qu’esse, ma seur ?

        Quel nouvèle av’ous entendue ?

5   Quoy ! vous estes-vous estendue

        Sur l’erbe, atendant la doulceur4 ?

                           SEUR ESPLOURÉE

        Nénin.

                           SEUR DE BON-CŒUR

                     Rendez mon esprit seur5.

         SEUR ESPLOURÉE

         Je ne le diray poinct.

                             SEUR DE BON-CŒUR

                                          Hélas !

         Donner je vous pouroys soulas,

10   Et vous garder de desplaisir.

         Dictes-le-moy tout [à] loysir :

         À ses amys, rien ne se celle.

          SEUR ESPLOURÉE

         A ! ma mye…

          SEUR DE BON-CŒUR

                                   Prenez une selle6.

         Vous estes bien fort couroucée.

15   Déclarez-moy vostre pencée :

         Qu’avez-vous ?

           SEUR ESPLOURÉE

                                        Rien.

          SEUR DE BON-CŒUR

                                                     À brief parler,

         Dictes-moy et [ne] mentez poinct.

         Vous estes-vous laissée aler7,

        Que8 vous tourmentez en ce poinct ?

20  Dictes !

          SEUR ESPLOURÉE

                    Je ne le diray poinct.

         Agardez, l’honneur en despent.

          SEUR DE BON-CŒUR

         C’est mal chanté son contrepoinct ;

         L’honneur sy près du cul ne pent.

          SEUR ESPLOURÉE

         Sy vous avez hapé le roide9,

25   Agardez, il n’y a remède :

          Nostre abesse en faict bien autant !

          SEUR DE BON-CŒUR

         Par ma foy ! mon cœur se repent

         Qu’i fault que j’en oye parler tant.

          SEUR ESPLOURÉE

         Je vous veuil dire tout contant

30   Que c’est que céans il y a :

         Vous congnoyssez bien seur Fessue ?

         Frère Roydimet l’a déseue10

         Et gastée11.

          SEUR DE BON-CŒUR

                          Avé Maria !

          SEUR ESPLOURÉE

         Elle est deigà grosse et ensaincte.

35   Sceur, ouez12, dea ! ce n’est pas faincte :

         Nous sommes toutes à quia13

         Par son faict.

          SEUR DE BON-CŒUR

                               Avé Maria !

         Et ! Jésus ! Et ! je l’ay tant faict,

         Et à mon plaisir satisfaict

40   Sans estre grosse !

          SEUR ESPLOURÉE

                                           Hélas, mon Dieu !

         Aussy l’ai-ge faict en mainct lieu,

         Comme elle.

          SEUR DE BON-CŒUR

                                 Avé Maria !

         Que j’en ay au cœur de détresse

         Et de douleur !

          SEUR SAFRÈTE                    SCÈNE  II

                                  Et ! qu’esse ? qu’esse ?

45   Que j’entende vostre débat !

         Comptez-moy, par forme d’esbat,

         Ce que maintenant vous disiez.

          SEUR ESPLOURÉE

         Ce n’est rien, non.

          SEUR SAFRÈTE

                                                Vous devisiez

         D’amour, en ce lieu, en commun ?

50   Mais c’est tout un, ouy, c’est tout un :

          Je n’en fais pas moins, en tout temps,

         Que les bonnes seurs de céans.

         Dictes hardiment !

          SEUR DE BON-CŒUR

                                               On le sçayt bien

         Que toutes on n’espargnons rien

55  Du nostre ; mais tel pissendalle14

         Sera cause d’un grand scandalle

         Dont nous serons désonoré[e]s15.

          SEUR SAFRÈTE

         Vous me semblez fort esplouré[e]s :

         Quelle chose av’ous aperceue ?

60   Qui a failly ?

          SEUR ESPLOURÉE et SEUR DE BON-CŒUR ensemble disent :

                                  C’est sceur Fessue

         Qui a faict…

          SEUR SAFRÈTE

                            Quoy ?

          SEUR DE BON-CŒUR

                                           Nous n’osons dire.

          SEUR SAFRÈTE

         Dictes, sy ce n’est que pour rire.

          SEUR ESPLOURÉE

         Rire ? Hélas ! Mais j’en pleure et plains,

         Et de larmes sont mes yeulx plains,

65   Pour la douleur que j’ey conceue.

          SEUR SAFRÈTE

         Qui cause cela ?

          SEUR DE BON-CŒUR et SEUR ESPLOURÉE ensemble disent :

                                    Seur Fessue.

          SEUR ESPLOURÉE

         Dormir je n’en peulx nuict ne jour ;

         Je n’ay ne repos, ne séjour,

         Ains de douleur je tremble et sue.

          SEUR SAFRÈTE

70   Qui vous faict ce mal ?

          SEUR DE BON-CŒUR et SEUR ESPLOURÉE ensemble disent :

                                                   Sceur Fessue,

         Qui a faict…

          SEUR SAFRÈTE

                              Ouy, mectre à genoulx16

         Quelque un ?

          SEUR ESPLOURÉE

                               Elle a faict comme nous ;

         Mais le pire, c’est qu’el est grosse.

          SEUR SAFRÈTE

         Grosse ? Jésuchrist ! quel endosse17 !

75   Esbahy[e] suys qu’on le permect.

         Mais déclarez-nous, je vous prye,

         Sans que son honneur on descrye,

         Qui l’a faict ?

          SEUR ESPLOURÉE

                                  Frère Rèdymet.

          SEUR SAFRÈTE

         Hélas ! el est déshonorée.

80   Et ! Vierge Marie honorée !

         Où la pourons-nous [bien] cacher,

         Le jour qu’el poura acoucher ?

          SEUR DE BON-CŒUR

         Je ne sçay.

          SEUR ESPLOURÉE

                            J’ey bien descouvert

         Aultre foys, qu’el estoyt joyeuse,

85   Et qu’el avoyt l’engin18 trop ouvert

         Pour estre faicte religieuse.

          SEUR SAFRÈTE

         Elle est plaisante et amoureuse.

         Long temps il y a qu’el aymoyt.

          SEUR ESPLOURÉE

         Qui, ma sœur ?

          SEUR SAFRÈTE

                                     Frère Rèdymet,

90   Rouge comme un beau chérubin19.

         Un jour, avec frère Lubin20,

         In caméra charitatis21,

         Tout doulcement je m’esbatis ;

         Mais il [n’est sy]22 fort compaignable.

          SEUR DE BON-CŒUR

95   Il est tant doulx et amyable,

         Sœur Safrète, quant y s’y mect !

          SEUR ESPLOURÉE

         Ouy, le bon frère Rèdymet,

         Quant il a la « teste » dressée

         Et que de luy suys embrassée,

100  Ma leçon23 bien tost se comprent.

          SEUR DE BON-CŒUR

         A ! jamais il ne me reprent24.

         Nous vivons no[u]z deulx comme amys :

         Aussy mon cœur luy ay promys.

         Bon Amour25 ainsy le permect.

          SEUR ESPLOURÉE

105  Quant au bon frère Rèdymet,

         Je le congnoy digne d’aymer.

         Mais afin de n’estre à blasmer,

         Pour faindre estre de saincte vye,

         Je veuil déclarer par envye26

110  À nostre abesse (ce n’est faincte)

         Comme sœur Fessue est ensaincte.

          SEUR DE BON-CŒUR

         C’est bien faict.

          SEUR SAFRÈTE

                                     C’est bien faict, ma sœur.

         Nostre bon père confesseur

         En orra27 le miséréré.

          SEUR DE BON-CŒUR

115  Je vouldroys qu’i28 fust enserré

         En ma chambre, pour sa prison.

          SEUR SAFRÈTE

         Sainct Pierre ! vous avez rayson :

         D’amour, aparence il y a

         En vos dictz.

          SEUR ESPLOURÉE, allant à l’abeesse pour parler à elle :    SCÈNE  III

                                      Avé Maria !

          L’ABEESSE

120  Gratia pléna29 ! Qu’avez-vous,

         Qui vous amène devers nous30 ?

          SEUR ESPLOURÉE

         Sans cause je [ne] vous viens voyr31.

          L’ABEESSE

         Certes, j’estoys en ce parloyr,

         En saincte… contemplation

125  Des mos d’édiffication32,

         Atendant l’heure du… menger33.

          SEUR ESPLOURÉE

         Sy Mort m’estoyt venue charger,

        Hélas ! je seroys bien heureuse.

          L’ABEESSE

         Et ! qu’esse ? Estes-vous amoureuse ?

130  Regrétez-vous encor le monde ?

                           SEUR ESPLOURÉE

         Nénin, non.

          L’ABEESSE

                               Céans, il habonde

         Autant de plaisir[s] savoureulx

         Comme au monde. Et qu’il ne soyt ainsy,

         [De]dens ceste maison icy,

135  Povez avoir un amoureulx.

          SEUR ESPLOURÉE

         Hélas ! mon cœur trop douloureulx

         Ne peult oultrer34. D’effort j’en sue.

          L’ABEESSE

         Et ! qu’esse, ma mye ?

          SEUR ESPLOURÉE

                                                   Seur Fessue,

         Qui a faict…

          L’ABEESSE

                              Vous dict-elle injure ?

140  Croyez-moy, par Dieu ! sy j’en jure,

         Elle en sera incarsérée.

         Comment ! faict-el la reserrée35 ?

          SEUR ESPLOURÉE

         Elle a faict…

          L’ABEESSE

                                     Je n’y entens rien en effaict.

          SEUR ESPLOURÉE

         Elle a faict…

          L’ABEESSE

                                Et quoy ?

          SEUR ESPLOURÉE

                                                         F[r]icatorès36.

          L’ABEESSE

145  Ô le grosson peccatorès37 !

         Per Dieu38, [elle] habuyct grandos

        Punitionnès39 sur le dos !

         Qui l’eust pencé ?

          SEUR ESPLOURÉE

                                            Elle [l’]a faict,

         Et a son péché satisfaict,

150  Car elle est grosse.

          L’ABEESSE

                                            Ô la laide !

         Il y convient mectre remède.

         Mais à qui a-elle adonné

         Son corps ?

          SEUR ESPLOURÉE

                                [El l’a]40 habandonné

         À frère Rèdymet, le moynne,

155  Il y a long temps.

          L’ABEESSE

                                           Que de peine41 !

         Tenamus chapitrum totus !42

         Sonnaté43 clochétas bien totus !

         Qu’el véniat44 !

          SEUR DE BON-CŒUR                  SCÈNE  IV

                                        Sus ! entre nous,

         Y nous convient mectre à genoulx45,

160  À ce chapitre.

          SEUR SAFRÈTE

                                       C’est bien dict ;

         Je n’y mectray nul contredict.

          L’ABEESSE

         Or, chantez !

          SEUR ESPLOURÉE

                                 Bénédicité !      O lieu de le dire, y chantent 46 :

                 Voz « huys » sont-il tous fermés ?

                 Fillètes, vous dormez.47

165      Quant pour vous sont consumméz48

                 Dormez-vous,

                 (Fillètes, fillètes vous dormez)

                 [Mes sens d’amour]49 enflamés,

                 Dormez-vous, fillètes ?

                 Fillètes, vous dormez.50

          SEUR FESSUE  entre                SCÈNE  V

170  A ! j’éray quelque advercité ;

         Je crains fort le punis[s]antés51.

          L’ABEESSE

         Vénité, et aprochantez !

         Madamus, agenouillaré,

         Quia vo[u]z fécit mouillaré

175  Le boudin52 : il est bon à voir !

          SEUR DE BON-CŒUR

        Vous avez laissé décepvoir

         Vostre honneur, dont le nostre en souffre.

          L’ABEESSE

         Vous en sentirez feu et souffre

         En Enfer ; et de vostre vye,

180  N’irez en bonne compaignye

         Sans injure. Et ! comme a-ce esté

         Qu’avez faict ceste lascheté ?

         Vous en souffrirez le trespas !

          SEUR FESSUE

         A ! mon Dieu, vous ne voyez pas

185   Ce qui vous pent devant les yeulx ?

          L’ABEESSE

         Mon cœur ne fust onc curieulx

         D’estre d’honneur tant descouverte53.

          SEUR FESSUE

         Hélas ! vostre veue est couverte,

         Dont vostre grand faulte despent :

190  Ce que devant les yeulx vous pent

         N’est pas de tous en congnoissance54.

          L’ABEESSE

         Puys que sur vous j’ey la puissence,

         Je vous pugniray bien à poinct.

          SEUR FESSUE

         A ! mon Dieu, vous ne voyez poinct

195  Ce qui est devant vostre veue ?

         J’ey failly comme despourveue

         De sens, dont coupable me sens.

         Mais…

          L’ABESSE

                       Quel mais ?

          SEUR FESSUE

                                                Il en est cinq cens

         Qui n’en ont causé nul55 esmoy ;

200  Et sy56, ne font pas mieulx que moy.

          L’ABEESSE

         [Encore vous]57 levez la teste ?

         Vous estes une faulse58 beste,

         Et avez grandement erré.

          SEUR ESPLOURÉE

         Y luy fault le Miséréré,

205  Pour la faulte qui est yssue59.

          SEUR FESSUE

         Et ! pardonnez à sœur Fessue !

          SEUR SAFRÈTE

         Y luy fault donner telle peine

         Que de douleur soyt toute plaine,

         Puysqu’on la void ainsy déceue.

          SEUR FESSUE

210  Et ! pardonnez à seur Fessue,

         Pour cela qu’el a entour60 elle.

          SEUR ESPLOURÉE

         Vrayment, el a juste querelle61 :

         Y ne fault pas son fruict62 gaster.

          SEUR FESSUE

         Qui vous eust voulu trop63 haster,

215  Lors qu’estiez ainsy comme moy,

         En plus grand douleur et esmoy

         Eussiez esté que je ne suys.

          L’ABEESSE

         Demeurez ! Plus oultre poursuys64 :

         Qui vous a ainsy oultragée ?

220  Vous estes grosse, et tant chergée65

         Que plus n’en povez.

         SEUR FESSUE

                                                A ! ma dame,

         Frère Rèdymet faict ce blasme

         En mainte religion66 bonne.

         Mais je vous pry qu’on me pardonne.

          L’ABEESSE

225  Où fusse ?

          SEUR FESSUE

                              [De]dens le dorteur67,

         À ma chambre, près le monteur68.

         Ici tant enquérir ne s’en fault69

          SEUR DE BON-CŒUR

         Et que ne criez-vous bien hault ?

          SEUR FESSUE

         Crier ? Je ne sçay qui en crye70.

          SEUR SAFRÈTE

230  Comment ! voécy grand moquerye !

         Nostre abeesse en sera blasmée.

          SEUR FESSUE

         Comment, crier ? J’estoys pasmée.

         Et puys en nostre reigle est dict

         (Où je n’ay faict nul contredict)

235  Qu’au dorteur on garde silence.

         Et sy j’eusse faict insolence,

         Bruict ou tumulte, ou quelque plaincte,

         C’estoyt, contre nostre Ordre, faincte71.

         Voyélà pourquoy n’osay mot dire.

          SEUR ESPLOURÉE

240  Vouélà bonne excuse pour rire !

          SEUR DE BON-CŒUR

         Très bien le silence el garda…

          L’ABEESSE

         Mais escoustez : qui vous garda

         De faire signe pour secours ?

         On y fust alé le grand cours72,

245  Et n’ussiez receu tel acul73.

                           SEUR FESSUE

         Las ! je faisoys signe du cul,

         Mais nul(e) ne me vint secourir74.

          SEUR SAFRÈTE

         Je n’eusse eu garde d’y courir.

          SEUR ESPLOURÉE

         Signe du cul ?

          SEUR SAFRÈTE

                                   Il est possible :

250  Frère Rèdymet est terrible ;

         Et n’eust sceu ceste povre ânière75

         Faire signe d’aultre manière.

          SEUR ESPLOURÉE

         C’est le signe d’un tel mestier76

          L’ABEESSE

         Mais il y a un an entier

255  Qu’el est grosse77 ; et ! n’eust-elle sceu

         Nous dire qu’el avoyt conceu ?

          SEUR FESSUE

         Dire ? Hélas !

          SEUR DE BON-CŒUR

                                    Ouy, dire, ouy, dire.

          SEUR FESSUE

         J’ey bien cause d’y contredire.

          SEUR SAFRÈTE

         Et comment ?

          SEUR FESSUE

                                 Hélas ! quant j’eu failly,

260  Mon cœur alors fut assailly

         De repentance et de grand peur

         Que l’Ennemy78, qui est trompeur,

         Ne m’enportast pour telle faulte.

         Demanday à la bonté haulte79

265  Pardon, lequel aulx bons permect.

         Et au bon frère Rèdymect

         Je demanday confession ;

         Lequel, à l’asolution80,

         Lors que bien il me descharga81,

270  Absolutement m’encharga

         De ne dire ce qu’avions faict

         No[u]z deulx, ce que j’ey bien parfaict

         Pour craincte de dannation :

         Car dire sa confession

275  Et dire le secrect du prestre,

         C’est assez pour à jamais estre

         Danné avec les obstinés82.

          SEUR ESPLOURÉE

          Certes, nous voélà bien menés !

         Ses excuses sont suffisantes.

          L’ABEESSE

280  Punye en serez, je me vantes.

         Ô la [grand] faulte ! ô le grand blasme !

          SEUR FESSUE

         Hélas ! je vous suply, ma dame :

         Ne regardez tant mon péché,

         Que le vostre (qui est caché)

285  Ne considérez83.

          L’ABEESSE

                                         Ha ! rusée,

         Suys-je de toy scandalisée84 ?

          SEUR FESSUE

         On veoyt à l’œuil d’aultruy tout oultre

         Un petit festu odieulx,

         Mais on ne veoyt poinct une poultre

290  Qu’on a souvent devant les yeulx85

          L’ABEESSE

         Ma renommée se porte mieulx

         Que la tienne.

          SEUR FESSUE

                                       Ne jugez poinct86 !

         Les jugemens sont odieulx

         Au Seigneur, qui est dieu des dyeulx.

295  Vous le sçavez de poinct en poinct.

         Paul87, glorieulx apostre sainct,

         Dict que celuy n’aura refuge

         D’excuse, qui sera tasché ;

         Et que luy-mesme il se juge

300  S’il est subject à tel péché.

          L’ABEESSE

         Voyélà suffisamment presché !88

         Suys-je comme toy, dy, meschante ?

         Par Celle-là de qui on chante89 !

         Je te feray bien repentir.

          SEUR SAFRÈTE

305  Elle se poura convertir,

         Ma dame : ce sera le myeulx.

          SEUR FESSUE

         Ce qui vous pent devant les yeulx,

         Qui faict vostre faulte congnoistre,

         Nous démonstre qu’i ne peult estre

310  Que vous ne fassiez de beaulx jeux90.

          L’ABEESSE

         Ce qui me pent devant les yeux ?

         Avé Maria ! qu’esse-cy ?

         Vous m’avez trop hastée, aussy :

         De venir, j’estoys empeschée.

315  Et ! mon Dieu, que je suys faschée !

          SEUR ESPLOURÉE

         Croyez, sy les loix ne sont faulces,

         Que c’est icy un hault-de-chaulces.

          L’ABEESSE

         Avé Maria ! Saincte Dame !

         Je ne suys moins digne de blasme

320  Que sœur Fessue.

          SEUR DE BON-CŒUR

                                              Sont-il d’usance91,

         Hault-de-chaulses ?

          L’ABEESSE

                                               J’ey desplaisance

         De mon faict.

          SEUR SAFRÈTE

                                      Et ! Dieu, quel outil !

         Les abeesses en portent-il,

         Maintenant ? J’en suys en soucy92.

          SEUR ESPLOURÉE

325  Un hault-de-chaulses !

          SEUR DE BON-CŒUR

                                              Qu’esse-cy ?

          L’ABEESSE

         Et ! n’en parlons plus.

          SEUR SAFRÈTE

                                             C’est pour rire ?

         A ! vous ne debvez escondire

         Seur Fessue d’absolution.

          SEUR DE BON-CŒUR

         C’est bien nouvelle invention,

330  Porter des chaulces sur la teste.

          L’ABEESSE

         On en puisse avoir male feste !

                           SEUR SAFRÈTE

         Or sus, sus ! chantons-en93 d’une aultre.

         On dict bien c’un barbier raid94 l’aultre,

         Et q’une main l’autre suporte95.

335  Y convient faire en ceste sorte :

         Donnez-luy l’asolution.

          SEUR ESPLOURÉE

         Voeylà très bonne invention.

         Vous estes à noz96 audinos.

          L’ABEESSE

         Tu fessisti sicut et nos97 ;

340  Parquoy absolvo te gratis

         In pécata98. Nunc dimitis

         [In cor bonnum]99, comme au passé100.

         Plus oultre, vadé in passé101 !

          SEUR FESSUE

         Gratias ! Me voeylà garie.

345  Je n’ay cause d’estre marie102.

          SEUR ESPLOURÉE                   SCÈNE  VI

         Conclusion : Je trouve erreur caché

         Que cestuy-là veult un péché reprendre,

         Duquel il est taché et empesché,

         Et par lequel en fin on le peult prendre.

350  Vous le pouvoez en ce lieu-cy comprendre.

         La faulte en est à vo[u]z deulx aperceue,

         Tesmoing l’abeesse aveques seur Fessue. 103

         En prenant congé de ce lieu,

         Unne chanson pour dire « à Dieu » !

 

                 FINIS

 

*

 

1 Dans ce même manuscrit, la sottie de la Mère de ville (composée vers 1541) fait dire au Garde-cul : « Il ne fault c’une seur Fessue/ Ayant vouloir estre pansue. »   2 Lascive.   3 LV : la IIe seur esplouree  (Je rétablis le nom des trois sœurs ; LV les numérote : la p[remiere], la IIe, la IIIe.)   4 Au 1° degré, la sœur demande à Éplorée si elle a pris froid. Au 2° degré, douceur se réfère au membre viril : « Quant elle eut la doulceur sentie/ De ce doulx membre qui fut roys [roide]. » Parnasse satyrique du XVe siècle.   5 Sûr : éclairez mon esprit.   6 Un siège.   7 Avez-vous fauté ?   8 LV : qui   9 Le raide, le phallus. V. note 10.   10 Déçue, abusée. « Raide y met » est un calembour latin : « Quel verset des Pseaumes aiment mieux les femmes ? C’est (…) Et ipse redimet, c’est-à-dire, Rède y met, ou roide y met. » Tabourot.   11 Engrossée.   12 LV : oues  (Ouez = oyez, écoutez.)   13 En mauvaise posture.   14 Un pisse-en-dalles est un acte inconvenant.   15 J’ai féminisé le masculin ici, à 58, et à 75 ; mais je n’ai pas touché à l’effarant Madamus de 173. Les cinq rôles de femmes étaient tenus par des hommes.   16 Pour coïter, l’amant se met à genoux sur le lit. On pourrait renforcer le comique de répétition des vers 61 et 144 en écrivant « Quoy ? » au lieu de « Ouy, ».   17 Fardeau. « Le maistre à son clerc persuade/ De donner l’amoureuse aubade/ À la pauvre pucelle grosse,/ Affin que le clerc eust l’andosse/ D’espouser la mère et l’enfant. » Sottie Pour le Cry de la Bazoche.   18 L’esprit ; mais aussi, le sexe. « Et l’autre devroit estre saige,/ Car elle a ung trèsgrant engin. » Guillaume Coquillart.   19 « Sotz rouges comme chérubins. » (Monologue des Sotz joyeulx.) Mais on associe traditionnellement la couleur rouge au phallus : la Confession Margot <v. 89>, le Faulconnier de ville <v. 64 et note 22>.   20 Un des innombrables prototypes de moines paillards : « Pour desbaucher par un doulx style/ Quelque fille de bon maintien,/ Frère Lubin le fera bien. » Clément Marot.   21 Dans la salle de charité, une pièce du couvent qu’on ouvrait lorsqu’il fallait nourrir des pèlerins.   22 LV : est bien  (Lubin n’est pas aussi bon compagnon que Raidymet. « [Ils] ne sont pas si compaignables à boire & et à manger. » Miroir de la navigation.)   23 Lecture d’un texte biblique. Double sens érotique : « L’un la fout en cul, l’autre en con./ Pour s’exercer en ce manège,/ Elle répète sa leçon/ Avecque le Sacré Collège.» Blot.    24 Il ne trouve rien à corriger lors de ma « leçon ».   25 La Bonne Amour, c’est l’amour courtois, d’après le Roman de la Rose, le Dit de la Rose, ou le Libro de buen amor de Juan Ruiz. Voilà un habillage bien romantique pour de vulgaires histoires de fesses et de Fessue ! Par pudeur, l’obscénité répondait au romantisme, comme ce croquis matérialiste dans la marge d’un manuscrit répond à l’enluminure officielle.   26 Les trois jalouses vont se venger de leur amant volage, et de sœur Fessue qui déshonore le couvent.   27 LV : aura  (Orra = ouïra, entendra notre prière. Miserere mei = aie pitié de moi.)   28 Qu’il (frère Raidymet) soit incarcéré. On emprisonnait les religieux fautifs dans un cachot nommé in pace. Cf. vers 141.   29 « Je vous salue, Marie, pleine de grâce. » Contre toute attente, il s’agit là d’une farce mariale : vers 33, 37, 42, 80, 119, 303, 312, 318, 345.   30 Lapsus : elle était censée être seule dans sa cellule.   31 LV : voyer  (Je ne viens pas vous voir sans raisons.)   32 Je lisais mon bréviaire. En fait, elle était au lit avec frère Raidymet (note 41). Dérangée par sœur Éplorée, elle a mis sur sa tête la culotte du frère au lieu de son voile. En s’appuyant sur Boccace, La Fontaine déplorera sa bévue dans le conte du Psautier : « Madame n’estoit/ En oraison, ny ne prenoit son somme :/ Trop bien alors dans son lit elle avoit/ Messire Jean, curé du voisinage…./ Elle se lève en haste, étourdiment,/ Cherche son voile, et malheureusement,/ Dessous sa main tombe du personnage/ Le haut-de-chausse, assez bien ressemblant/ (Pendant la nuit, quand on n’est éclairée)/ À certain voile aux Nonnes familier…./ La voilà donc de grègues affublée. »   33 Elle a failli commettre un nouveau lapsus : l’heure du berger est « l’heure favorable à un amant pour gagner sa maîtresse ». (Furetière.)   34 Aller plus loin.   35 La fausse pucelle : les jeunes mariées qui voulaient passer pour vierges usaient d’un astringent à base de myrte pour « resserrer les parties naturelles » avant la nuit de noce.   36 Des frottements. Le sens érotique s’appliquait surtout aux lesbiennes : « Tribades se disent fricatrices. » Brantôme.   37 Ô le gros péché ! (Le latin de sacristie va s’aggraver en même temps que l’indignation de l’abbesse.)   38 LV : perdien  (Le « n » et le « u » sont souvent confondus. La forme courante est per Diem, mais Noël Du Fail emploie per Dieu.)   39 Elle aura de grandes pénitences. (Au futur, il faudrait habebit.)   40 LV : elle a   41 Le chagrin de l’abbesse montre que c’est bien frère Raidymet qui était dans son lit.   42 Tenons ensemble chapitre [une assemblée].   43 LV : sonnare  (Sonnez toutes les cloches.)   44 Qu’elle vienne.   45 Les sœurs étant à genoux, elles ne pourront voir le haut-de-chausses qui coiffe l’abbesse.   46 Au lieu de dire le Benedicite, les nonnes chantent une chanson paillarde, insérée après coup entre les vers 162 et 170, qui riment ensemble. Je corrige ce texte (mis en musique entre 1536 et 1547 par Robert Godard) d’après une partition publiée en 1547. Cf. André Tissier, Recueil de Farces, XI, Droz, 1997, pp. 246-7.   47 La partition ajoute : Ouvrez-les-moy, si m’aymez./ Dormez-vous, fillettes ?/ Fillettes, vous dormez./ Dormez-vous seulettes ?   48 Partition : consummez    LV : consommes   49 Partition : Mes sens damour    LV : mais sans amours   50 La partition ajoute : Dormez-vous seulettes ?   51 La punition, en langage macaronique.   52 « Madame, agenouillez-vous, parce que vous avez fait mouiller le boudin. » Ce mot avait le même sens phallique que l’andouille : « Membre de moine, exorbitant boudin. » (Sénac de Meilhan.) On ne sort d’ailleurs pas de la religion, puisque sainct Boudin allait de pair(e) avec saincte Fente, d’après la farce du Pardonneur (BM 26).   53 Dégarnie.   54 N’est pas (encore) connu de tous.   55 LV : ny   56 Et pourtant.   57 LV : leues  (L’insolente ose lever la tête… et contempler la coiffe de l’abbesse.)   58 Perfide. Ce vers provient d’une Moralité imprimée en 1507, la Condamnacion de Bancquet.   59 Il lui faut le pardon, pour la faute qui est avouée.   60 En latin de sacristie, on pourrait mettre : inter (à l’intérieur d’elle). Cf. le vers 213.   61 Elle a raison de se plaindre.   62 Son enfant. On voit qu’il s’agit d’une farce : dans la réalité, les religieuses enceintes n’avaient d’autre choix que d’avorter ou de tuer le nouveau-né. « Quant à celles qui sont meurtrières de leurs enfans aussitost qu’ils sont sortis du ventre, les jettans ou les faisans jetter, il y a quelques années que les monastères des nonnains en eussent fourni bon nombre d’exemples (aussi bien que de celles qui les meurdrissent [tuent] en leur ventre). » Henri Estienne, Apologie pour Hérodote, XVIII. Le chap. VII ajoute : « Les nonnains (…) font mourir leur fruict estant encore en leur corps, par le moyen de quelques breuvages, ou bien estranglent leur enfant si tost qu’il est sorti. »   63 LV : tant  (Si on avait voulu trop vous hâter : si on était entré dans votre cellule, au lieu d’attendre que vous en sortiez.)   64 Restez ici ! Je continue.   65 Chargée, alourdie.   66 Maison de religion, couvent. « Du jeune garçon qui se nomma Thoinette pour estre receu à une religion de nonnains. » Bonaventure Des Périers.   67 LV : dortoueur  (qui n’est pas une rime riche. Dorteur = dortoir, vers 235.)   68 Près de « l’échelle pour monter au dorteur des dames » (Comptes de l’aumosnerie de S. Berthomé).   69 Toutes les nonnes l’ont fait au même endroit.   70 Je ne sais pas quelle autre aurait crié.   71 Une tromperie. (On peut préférer : fraincte [infraction].) Jean-Baptiste de Grécourt opposera une abbesse à une nonne enceinte dans son poème le Silence, qui s’achève ainsi : « –Vous n’aviez qu’à crier de tout votre pouvoir./ –Oui, mais (dit la nonnain) c’étoit dans le dortoir,/ Où notre règle veut qu’on garde le silence. »   72 En courant.   73 Une telle contrainte.   74 « Je (respondit la Fessue) leur faisois signes du cul tant que povois, mais personne ne me secourut. » Rabelais, Tiers Livre <1546> : le chapitre 19 emprunte à notre farce les aventures de sœur Fessue et du frère Royddimet.   75 Et cette oie blanche n’aurait pas pu.   76 Qu’on connaît l’amoureux métier, le bas métier.   77 Cf. Gargantua (chap. 3) : « Elle engroissa d’un beau filz et le porta jusques à l’unziesme moys. Car autant, voire dadvantage, peuvent les femmes ventre porter. » Le docteur Rabelais conclut malicieusement que les veuves peuvent donc jouer du serre-croupière deux mois après le trépas de leur mari.   78 Le diable.   79 À Dieu.   80 LV : la solution  (L’absolution, confirmée par le jeu de mots de 270. Idem vers 336.)   81 Me déchargea. 2° degré : me procura un orgasme : « Sophie décharge à son tour. » (Sade, la Nouvelle Justine.)   82 Les hérétiques.   83 Saint Paul, Épître aux Romains, II-3.   84 Transformée en objet de scandale.   85 Évangile selon saint Matthieu, VII-3.   86 Matthieu, VII-1.   87 Romains, II-1.   88 L’ennuyeux passage 291-301, envahi de rimes proliférantes, est visiblement interpolé : une simple nonne ignorant le latin n’argumente pas une discussion théologique !   89 Au nom de la Vierge, dont on chante les louanges.   90 Qu’il n’est pas possible que vous ne vous adonniez à des jeux amoureux. Les trois nonnes agenouillées vont enfin relever la tête et voir l’objet du délit.   91 Est-ce la mode (de porter sur la tête).   92 LV : esmoy  (Cf. les Gens nouveaulx, v. 244.)   93 LV : changons en  (Chantons d’une autre manière, changeons de ton.)   94 Rase. « On dit qu’un Barbier rait l’autre, pour dire qu’il faut que chacun dans sa profession se rende des offices réciproques. » Furetière.   95 Qu’une main aide l’autre.   96 LV : voz  (Vous êtes soumise à notre volonté [audi nos = écoute-nous]. « I li fet tous ses audinos » : il lui passe toutes ses volontés.)   97 Tu as fait comme nous.   98 Je t’absous sans pénitence pour tes péchés.   99 LV : Incorbennem  (Dans un cœur bon : « In cor bonum et devotum. » Nicolai de Gorrani.)   100 Maintenant, tu peux t’en aller avec un cœur pur, comme par le passé.   101 Va en paix.   102 Ultime pirouette sur le nom de Marie, qui avait elle aussi conçu sans péché.   103 Ces décasyllabes aux rimes mal disposées recyclent maladroitement les vers 283-285. Le congé final est commun à beaucoup de farces et de sotties.