LE MUNYER

Bibliothèque nationale de France

Bibliothèque nationale de France

*

LE  MUNYER

*

André (ou Andrieu) de La Vigne composa cette pièce scatologique pour servir d’intermède à son très édifiant Mystère de saint Martin1. (Saint Martin est le patron des meuniers.) La farce fut représentée à Seurre, en Bourgogne, le 9 octobre 1496. « Les meusniers, qui sont ordinairement larrons »2, avaient une réputation exécrable : on les accusait de vendre « paille pour grain » et « bran pour farine ».

Source : Ms. fr. 24332 de la Bibliothèque nationale de France, folios 241 recto à 254 verso.

Structure : abab/bcbc, aabaab/bbcbbc, aababb/ccdccd.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

*

Farce du Munyer

de qui le Deable emporte l’âme en Enffer

*

     [LE  MUNYER

     LA  FEMME

     LE CURÉ

     LUCIFFER

     SATHAN

     ASTAROTH

     PROSERPINE3

     BÉRITH]

*

                     LE MUNYER, couché en ung lit, comme malade4     SCÈNE  I

        Or suis-je en piteux desconfort

        Par maladie grièfve et dure ;

        Car espoir je n’ay de confort

        Au grant mal que mon cueur endure.

                       LA FEMME

5   Fault-il, pour ung peu de froidure,

        Tant de fatras mectre dessus ?

                       MUNYER

        J’ay moult grant peur, si le froit dure,

        Qu’aulcuns en seront trop déceux5.

        A ! les rains !

                       FEMME

                                      Sus, de par Dieu ! sus,

10  Que plus grant mal ne vous coppie6 !

                       MUNYER

        Femme, pour me mectre au-dessus,

        Baillez-moy…

                       FEMME

                                      Quoy ?

        MUNYER

                     La gourde pie7.

        Car Mort de si trèsprès m’espie

        Que je vaulx mains que trespassé.

        FEMME

15  Mais qu’ayez tousjours la roupie

        Au nez !

        MUNYER

            C’est bien compassé8 !

        Avant que j’aye au moins passé

        Le pas, pour Dieu, donnez-m’à boire !

        [………………………………… -passé.]

        A ! Dieu, le ventre !

         FEMME

                  Et voire, voire ;

20  J’ay ung trèsgracieux douaire

        De vostre corps, quant bien j(e) y pence !

         MUNIER

        Le cueur me fault9 !

         FEMME

                  Bien le doy croire.

         MUNYER

        Mort suis pour toute récompence,

        Se je ne refforme ma pence

25  De vendange délicieuse.

        Ne me plaignez poinct la despence,

        Femme ; soyez-moy gracieuse.

         FEMME

        Estre vous doybs malicieuse10

        À tout le moins ceste journée :

30  Car vie trop maulgracieuse

        M’avez en tous temps démenée.

         MUNYER

        Femme ne sçay de mère née

        Qui soit plus aise que vous estes.

         FEMME

        Je suis bien la malle assenée11,

35  Car nuyt ne jour, rien ne me faictes.

         MUNYER

        Aux jours ouvriers et jours de festes,

        Je foys tout ce que vous voulez.

        Et tant de petis tours…

         FEMME

                  Parfaictes12 !

         MUNYER

        [Ha ! ha !]13

         FEMME

               Dictes tout !

         MUNYER

                         Vous vollez,

40  Vous venez, et…

         FEMME

               Quoy ?

         MUNYER

                       Vous allez

        Puis chetz Gaultier, puys chetz Martin ;

        L’un gauldissez, l’autre gallez,

        Aultant de soir que de matin.

        Pencez que dens mon advertin14,

45  Les quinzes joyes15 n’en ay mye.

         FEMME

        L’avez-vous dit, villain mastin16 ?

        Vous en aurez !     Elle fait semblant de le batre.

         MUNYER

               Dictes, m’amye :

        Ou nom de la vierge Marie,

        Maintenant ne me batez poinct !17

         FEMME

50  Tenez, tenez !     Elle le bat.

         MUNYER

              Qui se marye

        Pour avoir ung tel contrepoinct ?

        Je ne sçay robe ne pourpoint

        Qui tantost n’en fust descousu.     Il pleure.

          FEMME

        Cella vous vient trop bien à poinct18.

          MUNYER

55  A ! c’est le bon temps qu’avez heu,

        Et le bien.

          FEMME

            Commant ?

          MUNYER

                      Ho ! Jhésu !

        Que gaignez-vous à me férir19 ?

          FEMME

        (Il en est taillé et cousu20.)

          MUNYER

        Vous me voulez faire mourir ?

60  Mais se je puis ung coup guérir,

        Mort bieu ! je [vous] fe…

          FEMME

                     Vous grongnez ?

        Encore faictes ?

          MUNYER

               Requérir,

        Mains joinctes, vous veulx.

          FEMME

                    Empoignez    (Elle frappe)

        Ceste prune !

          MUNYER

              Or besongnez,

65  Puis que vous l’avez entrepris.

          FEMME

        Par la croix bieu ! si vous fongnez21

          MUNYER

        A ! povre munyer, tu es pris,

        Et trop à tes despens repris.

        Que bon gré sainct Pierre de Romme…

          FEMME

70  Vous m’avez le mestier appris

        À mes despens, Mais[tre].22

          MUNYER                   

                       En somme,

        De grant despit vécy ung homme

        Mort, pour toute solucion.

          FEMME

        Je n’en donne pas une pomme23.

          MUNYER

75  En l’onneur de la Passion,

        Je demande confession,

        Pour mourir catholiquement.

          FEMME

        Mais plus tost la potacion24,

        Tandis qu’avez bon santement25.

          MUNYER

80  Vous vous mocquez, par mon serment !

        Quant mes douleurs seront estainctes26,

        Se par vous vois à dampnement,

        À Dieu je feray mes complainctes.

          LE CURÉ                          SCÈNE II

        Il y a des sepmaynes maintes

85  Que je ne vis nostre munyère.

        Pour ce, je m’en vois aux actaintes27

        La trouver.

          MUNYER                         SCÈNE III

             [De mal] coustumyère28,

        À ceste extrémyté dernyère,

        Estes trop.

          FEMME

             Qu’esse que tu dis ?

          MUNYER

90  Je conteray vostre manyère,

        Mais que je soye en Paradis.

        Avoir tous les membres roidis,

        Estre gisant sur une couche,

        Et batre ung homme ! Je mauldis     (Il pleure)

95  L’eure que jamais, bonne bouche29

          FEMME

        Fault-il qu’encore je vous touche ?

        Qu’esse-cy ? Faictes-vous la beste ?

          MUNYER

        Laissez-m’en pay ! Trop fine mouche

        Estes pour moy.

          FEMME

               Ho ! qui barbecte30 ?

100  Qui gronde ? qui ? Qu’esse-cy ? qu’esse ?

        Commant ! serai-ge poinct maistresse ?

        Que mèshuy plus ung mot je n’oye !

          LE CURÉ                          SCÈNE IV

        Madame, Dieu vous doinct lyesse,

        Et planté d’escus vous envoye !

          FEMME

105  Bien venu soyez-vous ! J’avoye

        Vouloir de vous aller quérir,

        Et maintenant partir debvoye.

          CURÉ

        Pour quoy ?

          FEMME

              Pour ce que mourir

        Veult mon mary, dont j’en ay joye.

          CURÉ

110  Il fauldra bien qu’on se resjoye,

        S’ainsi est.

          FEMME

            Chose toute seure.

        À son cas fault que l’on pourvoye

        Sagement, sans longue demeure.

          MUNYER

        Hellas ! et fault-il que je meure

115  (Hon, hon, hon31) ainsi meschamment ?     Il pleure.

          FEMME

        Jamais il ne vivra une heure ;

        Regardez.

          CURÉ32

           A ! par mon serment,

        Est-il vray. À Dieu vous commant,

        Munyer ! Baa, il est despesché.

          FEMME

120  Curé, nous vivrons gayement,

        S’il peult estre en terre couché33.

          CURÉ

        Trop long temps vous a empesché.

          FEMME

        Je n’y eusse peu contredire.

          MUNYER

        Que mauldit de Dieu (sans péché,

125  Touteffois, le puissé-je dire)

        Soit la pu…34

          FEMME

              Qu’esse-cy à dire ?

        Convient-il qu’à vous je revoise ?

          CURÉ

        Gauldir fauldra !

          FEMME

                Chanter35 !

          CURÉ

                        Et rire !

          FEMME

        Vous me verrez bonne galloise36.

          CURÉ

130  Et moy gallois.

          FEMME

              Sans bruyt37.

          CURÉ

                        Sans noyse.

          FEMME

        Des tours ferons ung million.

          CURÉ

        De nuyt et de jours.

          MUNYER

                 Quel(z) bourgeoise !

        T(u) en es bien, povre munyer !

          FEMME

                        Hon ?

          MUNYER

        Robin a trouvé Marion ;

135  Marion tousjours Robin treuve.     [Il chante :]

        Hellas ! pour quoy se marye-on ?38

          FEMME

        Je feray faire robe neufve,

        Si la Mort ung petit s’espreuve39

        À le me mectre [à une]40 part.

          CURÉ

140  Garde n’a que de là se meuve,

        Ne que plus en face départ,

        M’amye.     Il l’embrace.

          MUNYER

          Le deable y ait part

        À l’amytié, tant ell’ est grande !

        A ! En faict-on ainsi ?

          FEMME

                   Paix, coquart !

          CURÉ

145  Ung doulx baiser je vous demande.     Il l’embras[s]e.

          MUNYER

        Orde vielle putain ! truande !

        En faictes-vous ainsi ? Non mye,

        Vécy pour moy trop grant esclandre !

        Par le sainct sang…

                 Il fait semblant de se lever, et la fe[mme]

                vient à luy et fait semblant de le batre.

          FEMME

                  Quoy ?

          MUNYER

                         Rien, m’amye.

          FEMME

150  Hoon !

          MUNYER

           C’est le cueur qui me frémye41

        Dedens le corps, et me fait braire

        Il a plus d’une heure et demye.

          CURÉ

        Mais commant vous le faictes taire !

          FEMME

        S’il dit rien qui me soit contraire,

155  Causer le fois à mon devis.

          CURÉ

        Vous avez povoir voluntaire

        Dessus luy, selon mon advis.

          MUNYER

        Congé me fault prandre des vifz,

        Et m’en aller aux trespasséz

160  De bon cueur, et non pas envis42,

        Puis que mes beaux jours sont passéz…

           CURÉ

        Avez-vous rien43 ?

           FEMME

                Assez, assez,

        De cella ne fault faire doubte.

           MUNYER

        Qu’esse que tant vous rabassez44 ?

           FEMME

165  Je cuyde, moy, que tu radoubte45.

           MUNYER

        Vous semble-il que je n’oy goucte ?

        Si fois, dea ! Qui est ce gallant ?

        Il vous guérira de la goucte,

        Bien le sçay.

           FEMME

             C’est vostre parent,

170  À qui vostre mal apparent

        A esté par moy figuré.

           MUNYER

        Ce lignaige est trop différant.

           FEMME

        Par Dieu ! non est.

           MUNIER

                 C’est bien juré !

        Commant deable nostre curé

175  Est-il de nostre parentaige ?

           FEMME

        Quel curé ?

           MUNIER

              C’est bien procuré46 !

           FEMME

        Par mon âme !

           MUNIER

               Vous dictes raige !

           FEMME

        [Hé ! hé !]47

           MUNIER

             Ho ! [ho !]

           FEMME

                      Tant de langaige !

        C’est il, à payne d’un escu48.

           MUNYER

180  Sainct Jehan ! s’il est de mon lignaige,

        C’est du cartier devers le cu.

        Je sçay bien que je suis coquu49.

        Mais quoy ? Dieu me doint pascience !

           FEMME

        A ! paillart, esse bien vescu

185  De dire ainsi ? Ma conscience !

        Vous verrez vostre grant science,

        Car je le vois faire venir.     Elle vient au curé.

           CURÉ

        Qu’i a-il ? Quoy ?

           FEMME

                  Faictes scilence.

        Pour mieulx à noz fins parvenir,

190  Bonne myne vous fault tenir,

        Quant serez devant mon villain ;

        Et veillez tousjours maintenir

        Qu’estes son grant cousin germain.

        Entendez-vous ?

           CURÉ

                Oÿ.

           FEMME

                     La main

195  Luy mectrez dessus la poitryne,

        En luy affermant que demain

        Le doibt venir voir sa cousine ;

        Et advienra quelque voisine

        Pour luy donner alégement.

200  Mais il vous fault légyèrement50

        De ceste robe revestir

        Et ce chappeau.

           CURÉ

               Par mon serment !

        Pour faire nostre effect sortir,

        Si vous ne voyez bien mentir,

205  Je suis contant que l’on me pende

        Sans plus de ce cas m’advertir.

           MUNYER

        […………………………………. -ande.]

        A ! très orde vielle truande,

        Vous me baillez du cambouys51.

        Mais quoy ! vous en pairez l’amende,

210  Se jamais de santé joÿs.

        Qu’esse-cy ? Dea ! je m’esbaÿs :

        Qui deable la tient ? Somme toute,

        J’en despescheré52 le pays,

        Par le sang bieu, quoy qu’il me couste53 !

           CURÉ

215  Que faictes-vous là ?

           FEMME

                  [Paix !] j’escoute54

        La complainte de mon badin.

           CURÉ

        (Il fault qu’en bon train on le boute.)55

        Dieu vous doinct bon jour, mon cousin !

           MUNYER

        Il suffit bien d’estre voisin56

220  Sans estre de si grant lignaige.

           FEMME

        Regardez ce grox Lymosin57

        Qui a tousjours son hault couraige !

        Parlez à vostre parentaige,

        S’il vous plaist, en luy faisant feste.

           CURÉ

225  Mon cousin, quelle est votre raige58 ?

           MUNYER

        Haÿ ! vous me rompez la teste.

           FEMME

        Par mon serment ! c’est une beste :

        Ne pencez poinct à ce qu’il dit,

        Je vous en prie.

           MUNYER

              Celle requeste

230  Aura devers luy bon crédit.

           CURÉ

        Vous ai-ge meffait ne mesdit,

        Mon cousin ? Dont nous vient cecy ?

           FEMME

        Sus, sus ! que de Dieu soit mauldit

        Le villain ! Et ! parlez icy.

           MUNYER

235  Laissez-m’en paix !

           FEMME

                 Est-il ainsi ?

        Voire, ne parlerez-vous point ?

           MUNIER

        J’ay de dueil59 le corps tout transsi.

           CURÉ

        Par ma foy ! je n’en doubte poinct.

        Où esse que le mal vous poinct ?

240  Parlez à moy, je vous emprie.

           MUNYER

        Las ! mectez-moy la teste appoinct60,

        Car la Mort de trop près m’espie.

           FEMME

        Parlez à Régnault Croque-pie,

        Vostre cousin, qui vous vient voir.61

           MUNIER

245  Croque-pie ?

           FEMME

               Oÿ, pour voir62 !

        Pour faire vers vous son debvoir,

        Il est venu légièrement.

           MUNYER

   Se n’est-il pas.

           FEMME

              Si est, vrayment !

           MUNIER

        Ha ! mon cousin, par mon serment,

250  Humblement mercy vous demande

        De bon cueur.

           CURÉ

               Et puis commant63,

        Mon cousin, dictes-moy, s’amende

        Vostre douleur ?

           MUNIER

                Ell’ est si grande

        Que je ne sçay commant je dure.

           CURÉ

255  Pour sçavoir qui se recommande

        À vous, mon cousin, je vous jure

        Ma foy (dea, poinct ne me parjure)

        Que c’est Biétris vostre cousine,

        Ma femme Jehenne Turelure64,

260  Et Mélot65 sa bonne voisine,

        Qui ont pris du chemin saisine

        Pour vous venir réconforter.

           MUNIER

        Loué soit la grâce divine !

        Cousin, je ne me puis porter66.

           CURÉ

265  Il vous fault ung peu déporter,

        Et pencer de faire grant chière.

           MUNIER

        Je ne me puis plus comporter,

        Tant est ma malladie chière67.

        Femme, sans faire la renchière68,

270  Mectez acoup la table icy

        Et luy apportez une chière69 :

        Si se serra.

           CURÉ

            A ! grant mercy,

        Mon cousin, je suis bien ainsi ;

        Et si, ne veulx menger ne boire.

           MUNYER

275  J’ay si trèsgrant douleur par cy !

           CURÉ

        A ! cousin, il est bien à croire.

        Mais s’il plaist au doulx Roy de gloire70,

        Tantost recouvrerez santé.

           FEMME

        Je vois quérir du vin.

           MUNIER

                  Voir(e), voire.

280  Et apportez quelque pasté.

           FEMME

        Oncques de tel ne fut tasté71.

        Séez-vous.

           MUNYER

            Cousin, prenez place.

           FEMME

        Vécy pain et vin à planté72.

        Vous serrez-vous ?

           CURÉ

                 Sauf vostre grâce !

           MUNYER

285  Fault-il que tant de myne on face ?

        Par le sang bieu ! c’est bien juré :

        Vous vous serrez !

           CURÉ

                 Sans plus d’espace73,

         Que vous ne soyez parjuré.

           MUNYER

        A ! si c’estoit nostre curé,

290  Pas tant je ne l’en prieroye !

           CURÉ

        Et pour quoy ?

           MUNIER

               Il m’a procuré

        Aulcun cas que je vous diroye

        Voluntiers ; mais je n’oseroye,

        De peur.

           CURÉ

           Dictes hardi[e]ment !

           MUNIER

295  Non feray, car batu seroye.

           CURÉ

        Rien n’en diray, par mon serment !

           MUNIER

        Or bien donc, vous sçavez commant

        Ces prestres sont adventureux ;

        Et nostre curé, mesmement,

300  Est fort de ma femme amoureux.

        De quoy j’ay le cueur douloureux

        Et remply de proplexité74 :

        Car coquu je suis, maleureux,

        Bien le sçay.

           CURÉ

             Bénédicité !

           MUNIER

305  Le poinct de mon adversité

        Gist illec75, sans nul contredit.

        Gardez qu’il ne soit récité.

           CURÉ

        Jamais, [jamais] !

           FEMME

                 Qu’esse qu’il dit ?

        Je suis certayne qu’il mesdit

310  De moy ou d’aulcun myen amy,

        [Ce ……………………… mauldit.]

        Ne fait pas ?

           MUNIER

              Non, par sainct Rémy !

           CURÉ

        Il me disoit qu’il n’a dormy

        Depuis quatre ou cinq jours en çà,

        Et qu’il n’a si grox c’un fremy76

315  Le cueur ne les boyaulx.

           FEMME

                    Or çà !

        Beuvez delà, menge[z] deçà,

        Mon cousin, sans plus de langaige.

           LUCIFFER                        SCÈNE V

        Haro ! deables d’Enffer ! J’enraige,

        Je meurs de dueil, je pers le sens ;

320  J’ay laissé puissance et couraige

        Pour la grant douleur que je sens.

           SATHAN

        Nous sommes bien mil et cinq cens77

        Devant toy (que nous veulx-tu dire ?),

        Fiers, fors, félons, deables puissans

325  Pour tout le monde à mal induyre78.

           LUCIFFER

        Coquin[s], paillars, il vous fault duyre79

        D’aller tout fouldroyer sur terre,

        Et de mal faire vous déduyre ?

        Que la sanglante Mort vous serre !

330  S’il convient que je me defferre80

        De ceste gouffrineuse lice81,

        Je vous mectray, sans plus enquerre,

        En ung ténébreux maleffice !

           ASTAROTH

        Chacun de nous a son office82,

335  En Enffer : que veulx-tu qu’on face ?

           PROSERPINE

        De faire nouvel édiffice

        Tu n’as pas maintenant espace83.

           ASTAROTH

        Je me contente.

           SATHAN

               Et je me passe

        De demander une aultre charge.

           ASTAROTH

340  Je joue icy de passe-passe

        Pour mieulx faire mon tripotaige.

           BÉRITH

        Luciffer : à peu de langaige,

        En Enffer, je ne sçay que faire ;

        Car je n’ay office ne gaige

345  Pour ma volunté bien parfaire.

           LUCIFFER

        Qu’on te puisse au gibet deffaire,

        Filz de putain ort et immunde !

        Doncques, pour ton estat reffaire,

        Il te fault aller par le monde,

350  À celle fin que tu confonde

        Bauldement84 ou à l’aventure

        Dedens nostre habisme parfonde85

        L’âme d’aulcune créature.

           BÉRITH

        Puis qu’il fault que ce mal procure,

355  Dy-moy doncques légièrement

        Par où l’âme faict ouverture,

        Quant elle sort premièrement.

           LUCIFFER

        Elle sort par le fondement86 ;

        Ne faiz le guet qu’au trou du cu.

           BÉRITH

360  Ha ! j’en auray subtillement

        Ung millier pour moins d’un escu.

        Je m’y en voys.     Il s’en va.

           MUNIER                         SCÈNE VI

              D’avoir vescu

        Si long temps en vexacion,

        De la Mort est mon corps vaincu.

365  Pour toute résolucion,

        Doncques, sans grant dilacion,

        Allez-moy le prestre quérir,

        Qui me donrra confession,

        S’il luy plaist, avant que mourir.

           CURÉ

370  Or me dictes : fault-il courir,

        Ou se j’yray87 tout bellement ?

           MUNIER

        S’il ne me vient tost secourir,

        Je suis en ung piteux tourment.

           Il se va desvestir, et revestir en curé.

           BÉRITH                         SCÈNE VII

        (Vellà mon faict entièrement.

375  Munyer, je vous voys soulager.

        L’âme en auray soubdaynement,

        Avant que d’icy me bouger.

        Or me fault-il, pour abréger,

        Soubz son lit ma place comprandre88 :

380  Quant l’âme vouldra desloger,

        En mon sac je la pourray prandre.)

            Il se musse soubz le lit du munier, atout son sac.

            CURÉ                         SCÈNE VIII

        Commant dea ! je ne puis entendre

        Vostre cas, munyer : qu’esse-cy ?

            MUNIER

        À la mort me convient estandre.

385  Avant que je parte d’icy,

        Pourtant, je crie à Dieu mercy,

        Devant que le dur pas passer.

        Sur ce poinct, mectez-vous icy,

        Et me veillez tost confesser.

            CURÉ

390  Dictes.

            MUNIER

          Vous devez commancer,

        Me disant mon cas en substance89.

            CURÉ

        Et ! commant ? Je ne puis pencer90

        L’effect de vostre conscience.

            MUNIER

        A ! curé, je pers pascience.

            CURÉ

395  Commancez tousjours, ne vous chaille ;

        Et ayez en Dieu confience.

            MUNIER

        Or çà donques, vaille que vaille,

        Quoy qu’à la mort fort je travaille,

        Mon cas vous sera relaté.

400  Jamais je ne fus en bataille ;

        Mais pour boire en une boutaille,

        J’ay tousjours le mestier hanté.

        Aussi (fust d’iver, fust d’esté),

        J’ay bons champions91 fréquenté,

405  Et gourmetz de fine vinée ;

        Tant que, rabatu et conté92,

        Quelque chose qu’il m’ait costé,

        J’ay bien ma face enluminée.

        Apprès, tout le long de l’année,

410  J’ay ma volunté ordonnée

        (Comme sçavez) à mon moulin93,

        Où, plus que nul de mère née,

        J’ay souvant la trousse94 donnée

        À Gaultier, Guillaume ou Colin.

415  Et en sacs de chanvre ou de lin,

        De bléd valent plus d’un carlin95,

        Pour la doubte des adventures96,

        Atout ung petit picotin97,

        Je pris de soir et de matin

420  Tousjours d’un sac doubles moustures98.

        De cela fis mes nourritures,

        Et rabatis mes grans coustures99

        Quoy qu’il soit, faisant bonne myne,

        Somme, de toutes créatures.

425  Pour surporter100 mes forfaictures,

        Tout m’estoit bon, bran101 et faryne.

            CURÉ

        Celuy qui ès haulx [cieulx] domine

        Et qui les mondains enlumyne102

        Vous en doint pardon par sa grâce !

            MUNIER

430  Mon ventre trop se détermine.

        Hellas ! je ne sçay que je face.

        Ostez-vous !

            CURÉ

              A ! sauf vostre grâce.

            MUNIER

        Ostez-vous, car je me conchye !

            CURÉ

        Par sainct Jehan ! sire, preu vo[us] face103 !

435  Fy [fy]104 !

            MUNIER

             C’est merde reffreschie.

        Apportez tost une bréchie105

        Ou une casse106, sans plus braire,

        Pour faire ce qu’est neccessaire.

        Las ! à la mort je suis eslit107.

            FEMME

440  Pencez, si vous voulez, de traire

        (Pour mieulx prandre vostre délit108)

        Vostre cul audehors du lit :

        Par là s’en peult vostre âme aller.

            MUNIER

        Hellas ! regardez si voller

445  La verrez poinct par l’er du temps.

            Il mect le cul dehors du lict. Et le deable tend son sac,

         cepend[ant] qu’il chie dedans, puis s’en va cryant et hurlant.

            BÉRITH                        SCÈNE IX

        J’ay beau gauldir109, j’ay beau galler !

        Roy Luciffer, à moy entens !

        J’en ay fait de si maulxcontens110,

        Que proye nouvelle j’apporte.

            LUCIFFER

450  Actens, ung bien petit111 actens !

        Je te voys faire ouvrir la porte.

        Deables d’Enffer, sus ! Qu’on luy porte

        Une chauldière112 en ce lieu-cy !

        Et saichez comme se comporte

455  Le butin qu’il admayne icy.

            Ilz luy apportent une chauldière ; puis il vuyde

             son sac, qui est plain de bran mou[i]llé.

            SATHAN

   Qu’esse-là ?

            PROSERPINE

              Que deable esse-cy ?

        Se semble merde toute pure.

            LUCIFFER

        C’est mon113 : je la sens bien d’icy.

        Fy fy, ostez-moy celle ordure !

            BÉRITH

460  D’un munier remply de froidure,

        Voy-en cy l’âme toute entière,

        [……………………………… dure.]

            LUCIFFER

        D’un munyer ?

            SATHAN

               Fy ! quelle matière !

            LUCIFFER

        Par où la prins-tu ?

            BÉRITH

                  Par-derrière,

        Voyant le cu au descouvert.

            LUCIFFER

465  Or, qu’il n’y ait coing ne carrière

        D’Enffer que tout ne soit ouvert !

        Ung tour nous a baillé trop vert.

        Brou ! je suis tout enpuanti.

        Tu as mal ton cas recouvert114.

           SATHAN

470  Oncques tel(z) chose ne senty.

           LUCIFFER

        Sus ! acoup qu’il soit assorty,

        Et batu trèsvillaynement !

           SATHAN

        Je luy feray maulvais party.     Ilz le batent.

           BÉRITH

        À la mort !

           LUCIFFER

              Frappez hardiment !

           BÉRITH

475  À deux genoulx, trèshumblement,

        Luciffer, je te cry mercy,

        Te promectant certaynement

        (Puis que congnoys mon cas ainsi)

        Que jamais n’apporteray cy

480  Âme de munyer ne munyère.

           LUCIFFER

        Or te souviengne de cecy,

        Puis que tu as grâce planyère.

        Et garde d’y tourner arrière

        D’aultant que tu ayme ta vie.

485  Aussi, devant ne de costière115,

        Sur payne de haynne assouvye116,

        Deffens que nulluy117, par envie,

        Désormais l’âme ne procure

        De munyer estre icy ravie :

490  Car ce n’est que bran et ordure.

*

1 Publié par André Duplat. Droz, 1979. Ce spectacle de quatre jours s’acheva sur une autre farce du même auteur, l’Aveugle et le Boiteux. (André Tissier, Recueil de farces, XI. Droz, 1997.)   2 Rabelais, Tiers Livre, 2.   3 Avant d’être récupérée par le folklore catholique, Proserpine était l’épouse de Pluton, dieu des enfers. La nôtre fut jouée par messire Ponsot. Les cinq diables et le décor infernal font partie du Mystère.   4 Faisant semblant d’être malade. Les didascalies furent ajoutées dans la marge à l’intention exclusive des acteurs.   5 Déçus, trompés.   6 Frappe.   7 Le bon vin (argot). « Pier [boire] de la plus gourde pie. » (Coquillart, Monologue des perrucques.) Nous aurons un Croque-pie à 243.   8 Disposé.   9 Me manque (verbe faillir).   10 Méchante.   11 Mal mariée. Cf. Trote-menu et Mirre-loret, vers 40.   12 Finissez votre phrase !   13 Ms : Haaa   14 Ma fureur.   15 Les quinze Joyes de Nostre-Dame est une bluette virginale. Elle sera transformée en satire misogyne dans Les quinze Joyes de Mariage.   16 Sale chien. Mais « vilain » [paysan], qui revient à 191 et 234, n’est pas un hasard : notre farce s’inspire d’un fabliau de Rutebeuf, le Pet au Vilain.   17 Ms ajoute dessous : Malade suis   18 Vous pleurez en temps utile.   19 Frapper.   20 Réduit au silence. « – Je vis sans soing et sans soulcy/ Malgré vous, Science, ma dame…./ – Tu en es cousu et taillé. » Science et Asnerye (LV 50).   21 Grognez.   22 « Il a tant appris d’un tel maistre/ Le mestier de fourbe et de traistre. » La Miliade.   23 Pas plus cher qu’une pomme. « Qu’el ne prise pas une pomme. » Roman de la Rose.   24 Beuverie.   25 Sentiment, conscience.   26 Quand je serai mort.   27 À l’improviste.   28 « Souvent repris,/ Et de mal coustumier. » Proverbe au Vilain.   29 Obéissant au mors. « Ceus qui ont la bouche bonne, c’est-à-dire qui ne sont endurcis en leurs folies. » Dampmartin.   30 Grommelle. Rupture du schéma des rimes (il manque un vers en -ette, un en -esse et un en -ette). Même licence après 108, 199, 317 et 443. Mais la farce fut écrite en quelques jours.   31 Représentation sonore des pleurs, comme au v. 184 des Sotz triumphans.   32 Jusqu’au v. 217, il reste à l’entrée avec la femme. Le meunier, couché, ne peut pas les voir ; mais il entend certaines de leurs paroles et leurs baisers bruyants.   33 Ms : perche   34 Le meunier terminera son mot au vers 146.   35 Ms : chantez   36 Jouisseuse.   37 Sans publicité. Les « prêtresses », concubines des curés, restaient discrètes pour ne pas être victimes d’un charivari de la part des jeunes gens du village.   38 Début d’une chanson citée dans la farce de Marchebeau (LV 68). Le Jeu de Robin et Marion est d’Adam de la Halle.   39 S’évertue un peu.   40 Ms : dune  (À une part = à l’écart : « Et metre à une part les muebles. » Continuation de Guillaume de Tyr.)   41 Vu les problèmes intestinaux du meunier, cette expression peut renfermer le même sens scatologique que dans Maistre Mymin qui va à la guerre, v. 313, note 60.   42 Malgré moi.   43 Avez-vous de l’argent ? Cf. le vers 104.   44 Rabâchez.   45 Tu radotes.   46 Plaidé.   47 Ms : Hee   48 C’est votre parent, je suis prête à parier un écu.   49 « – C’est vostre cousin,/ Bien prochain de vostre lygnage./ – Et, vertu bieu ! quel cousinage !/ C’est donc lignage de cul./ Cousin, me faictes-vous coqu ? » Le Poulier à quatre personnages (LV 45).   50 Rapidement.   51 Vous essayez de me duper.   52 Débarrasserai.   53 Ms : gouste   54 « – S’en est-il alé ? – Paix ! j’escoute/ Ne sçay quoy qu’il va flageolant. » Farce de Pathelin.   55 Le curé entre dans la chambre.   56 Même vers dans Pernet qui va au vin (BM 12), où la femme fait passer son amant pour le cousin du mari, comme ici.   57 Ce rustre (cf. le villain de la note 16). « Tousjours quelque besongne entame,/ Dont ne peult ce gros Lymosin/ Sortir qu’à sa honte et diffame. » Marot.   58 Où avez-vous mal ? Il appuie sa main sur le front du malade.   59 De douleur.   60 Arrangez mon oreiller.   61 Il paraît manquer un vers en -pie, de même qu’un vers en -voir après 247. Croquepie [boit vin] est un personnage des Vigilles Triboullet (T 11), une sottie qui montre aussi un mourant alcoolique.   62 Oui, vraiment.   63 Ms : commande   64 Pourquoi la femme de Croque-pie n’a-t-elle pas le même nom que son mari ? La turelure [cornemuse] pourrait bien être l’origine de la turlute [fellation] : l’homosexuel Cambacérès aura pour sobriquet « tante Turlurette ». Au XVe s., Jennin Turelurette et Robin Turlure étaient des noms de cocus.   65 Prénom féminin : « Je te prie, Mélot m’amie,/ Aime-moy à fond. » L’autrier, jà piéçà.   66 Je me porte très mal.   67 Pénible.   68 La renchérie, la difficile.   69 Chaire, chaise.   70 À Dieu.   71 Goûté : « Le pasté/ De quoy je n’ay oncques tasté. » Farce des III nouveaulx martirs (F 40). On trouve les mêmes rimes dans la Farce du Pasté (F 19).   72 En quantité.   73 De retard.   74 Perplexité. « Tant suis en grant proplexité. » La Vigne, Mystère de St Martin.   75 La cause de mon malheur se trouve là.   76 Qu’une fourmi : « Le cueur n’ay si grox c’un fremy. » La Vigne, Mystère de St Martin.   77 Il englobe le public parmi les démons.   78 Ms : produyre   79 Il faut que je vous enseigne…?   80 Que je brise mes fers. D’après l’Apocalypse, Lucifer a été enchaîné dans un gouffre. Il s’en plaint au v. 5451 du Mystère de St Martin : « J’enraige, maulgré Dieu, du lyen ! »   81 De ce caverneux enclos : « Puyts infernal, dampné gouffrineux roc. » (La Vigne, Mystère de St Martin.) La lice est également le filet du diable : « C’est li Maufé [le diable] qui là nous maine,/ Qui tant nous fait plongier ès vices/ Qu’il nous enclot dedanz ses lices. » (Bestiaire divin.)   82 A déjà une charge.   83 Le temps.   84 Franchement.   85 Notre abîme profond.   86 « Ainsi leur sort l’âme par le cul. » Rabelais, Quart Livre, 43.   87 Ms : jey ray   88 Prendre.   89 Le meunier est si peu pratiquant qu’il ignore tout de la confession. Même cas de figure (avec un autre mourant alcoolique) dans le Testament Pathelin, vers 325-332.   90 Deviner.   91 Buveurs. « Quel vray champion de taverne ! » Sermon joyeux de bien boire.   92 Au bout du compte.   93 Vin et moulin sont réunis dans un dicton bourguignon, sous l’égide de St Martin : « À la Saint-Martin, bois ton vin/ Et laisse l’eau courre au moulin. »   94 Un croc-en-jambe, une tromperie.   95 De blé valant plus d’une pièce d’argent.   96 Par crainte des vicissitudes.   97 Avec une dosette.   98 Il utilise au sens propre l’expression : Prendre d’un sac deux moutures [double profit].   99 Rabattre la couture = battre quelqu’un. (Littré.)   100 Favoriser.   101 Le bran désigne la partie du son la plus grossière ; mais c’est aussi la merde, comme on le verra plus loin.   102 Qui éclaire les terriens.   103 Que cela vous fasse bon profit !   104 Le redoublement du fy permet de combler la mesure, et de faire un jeu de mots sur « maistre fy-fy », le surnom des vidangeurs, qu’on invoquait en présence d’excréments : « Maistre Fyfy, je croy que j’ay/ Le cul aussy foireux qu’ung geay. » (Jehan Molinet, Mistère de saint Quentin.) Même jeu de mots v. 459.   105 Cruche.   106 Bassin de métal.   107 Admis.   108 Vos aises.   109 J’ai des raisons de me réjouir.   110 J’ai causé tant de mécontentement (au meunier).   111 Un petit peu.   112 Un chaudron pour faire bouillir l’âme.   113 C’est mon avis.   114 Recouvré, rattrapé.   115 Devant ou de côté : d’une manière ou d’une autre.   116 Le copiste a d’abord écrit (puis biffé) : perdre la vie   117 Nul, personne.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :