Archives de Tag: Conards de Rouen

LES FEMMES QUI FONT RENBOURER LEUR BAS

 

Boccace, Décaméron, BnF.

Boccace, Décaméron, BnF.

*

LES  FEMMES  QUI  FONT

RENBOURER  LEUR  BAS

*

 

Cette farce normande fut écrite au début du XVIe siècle.

Un bât est une selle d’âne1 composée de deux couches de cuir, molletonnées avec du rembourrage. Lorsque ce rembourrage se tasse et rend le bât inconfortable, on le fait changer par un sellier. Voilà l’action qui est décrite au premier degré. Au second degré, le « bas » désigne le sexe des femmes, qu’un « rembourreur de bas » doit fourrer avec son bâton afin d’y répandre de la bourre.

Source : Recueil de Florence, nº 36.

Structure : Rimes plates, mêlées de rimes croisées. Avec 2 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce nouvelle des

Femmes qui font

renbourer leur bas

 

*

 

À quatre personnages, c’est assavoir :

    LA  PREMIÈRE  FEMME

    LA  SECONDE  FEMME

    ESPOIR

    DE  MIEULX 2

*

 

                                            LA  PREMIÈRE  FEMME  commence         SCÈNE  I

            Ma voisine, en cest esté,

            Trop vivons sans esbatement3.

               LA  SECONDE  FEMME

            Vous en dites la vérité,

           Ma voisine, en cest esté.

               LA  PREMIÈRE

5   C’est bien cas de nouvelleté

         Que n’y ouvrez4 d’ente[n]dement.

         Ma voisine, en cest esté,

         Trop vivons sans esbatement.

               LA  SECONDE

         « Besongner » nous fault autrement,

10   Et faire rembourrer noz bas5.

               ESPOIR 6               SCÈNE  II

           Or escoutons tous ces débatz.

               DE  MIEULX

         Il nous fault renoncer noblesse,

         Disant que ne le sommes point7.

               LA  PREMIÈRE           SCÈNE  III

         Par mon âme ! mon bas me blesse.

               LA  SECONDE

15   Par mon âme ! le mien me point

         Merveilleusement8, tant est chault.

               LA  PREMIÈRE

         Le mien me tue.

               LA  SECONDE

              Il ne m’en chault.

               LA  PREMIÈRE

         Mon mal vous ne sçavez, en somme.

               LA  SECONDE

         Ne le baillez pas à ung homme

20   Vieil, qui ne le scéroit9 fourrer.

               LA  PREMIÈRE

         Allons-m’en faire rembourrer ;

         Prenez le vostre, j’ay le mien.

               LA  SECONDE

         Aussi ay-je dessoubz mon bras.

               LA  PREMIÈRE

         Il nous fault trouver le moyen

25   Qu’il nous face le cuir10 bien gras.

               [LA  SECONDE]

         Regardez-moy, suis-je bien necte ?

         Secouez ung peu ma cornette,

         Et la mectez dessus mon front.

               LA  PREMIÈRE

         Suis-je bien ?

               LA  SECONDE

                                    Ouy.

               LA  PREMIÈRE

                                                     Or, alon donc

30   En faisant bonne contenance.

               LA  SECONDE

         S’ung de ces seigneurs cy s’avance,

         Il le nous fauldra saluer.

               LA  PREMIÈRE

         Se nous avions ung [bon sellier]11,

         Bien [il] nous feroit nostre ouvraige.

               LA  SECONDE

35   M’ai[t] Dieulx12 ! il ont beau parsonnage.

               LA  PREMIÈRE

          Il sont au milieu de leur aige.

         Je ne sçay s’il ont bons « outilz ».

               ESPOIR                   SCÈNE  IV

         Il nous fault faire des motifs13

         Et leur demander où elles vont.

               DE  MIEULX

40   Attens, elles nous saluront.

               LA  PREMIÈRE            SCÈNE  V

         Jésus14 vous doint joye et santé,

         Gentilz seigneurs, en équité !

               ESPOIR

         Et vous aussy, belles bourgoises !

               DE  MIEULX

         Qu’elles sont doulces et courtoises !

               ESPOIR

45   Qu’el ont le… cueur15 franc et entier !

               DE  MIEULX

         Où allez-vous ainsi errant ?

               LA  PREMIÈRE

         Nous allons serche[r] ung sellier

         Pour embourer nos bas devant.

               ESPOIR

         Or n’alez plus nully serchant16,

50   Car nous sommes ce qu’il vous fault.

               LA  SECONDE

         Certainement, sans nul deffault,

         Mon seigneur, j’en suis trèsfort aise.

               ESPOIR

         Monstrez-les-nous !

               LES  DEULZ  FEMMES  ensemble

                                             Ne vous desplaise17 !

               ESPOIR

         Il ont besoing de bien estendre18.

               LA  PREMIÈRE

55   Mon seigneur, le cuir est bien tendre :

         Boutez-y le « baston » de mesure19.

               DE  MIEULX

         Il fault icy bonne embourreure.

               LA  PREMIÈRE

         Embourrez-le bien, quoy qu’il couste.

               LA  S[E]CONDE

         Ung an eut à la Penthecouste

60   Que [le mien]20 ne fut rembouré21.

               LA  PREMIÈRE

         Vrayment, c’est par trop demouré :

         Je m’esmerveil(le) qu’il n’escorchoit.

               LA  SECONDE

         N’osoyes : mon mary y estoit,

         Qui me tenoit bien à destroit22.

65   Pour dire, le trou est estroit !

               ESPOIR

         La mort bieu ! g’y mectroy la verge23.

               LA  SECONDE

         Gardez bien qu’il ne soit [trop] large !

         Boutez-la dedans par mesure.

               DE  MIEULX

         Il sera bien, je vous assure,

70   Car mon baston est bien petit.

               LA  PREMIÈRE

         C’est trèstout cela qui me duist,

         Mais qu’il soit gros à l’avenant.

               DE  MIEULX

         Il est bien pointu par-devant,

         Mais il est gros enprès le manche.

               LA  PREMIÈRE

75   Mais qu’il entre de croc ou de hanche24 !

         Il soufist, mais qu’il soit dedans.

               ESPOIR

         Il fault tirer ce cuir aux dens25,

         Pour le faire ung petit croistre.

               LA  SECONDE

         Par celuy Dieu qui nous fist naistre,

80   Vous le met[e]z trop coup à coup !

               ESPOIR

         Est-il bien ?

               LA  SECONDE

                                 Encore ung coup !

               ESPOIR

         Il ne reste qu’à l’embourer ;

         Quel bourre y voullez[-vous] fourrer ?

               LA  SECONDE

         Vrayment, sire, pour le plus seur,

85   Je voys demander à ma seur26

         De quoy fait embourrer le sien.

         Seur, quel bourre metz-tu au tien ?

               LA  PREMIÈRE

         Nostre Dame ! je n’en sçay rien,

         Quant est à moy ; avisez-y.

               DE  MIEULX

90   La boure d’ung estronc moysi

         Bonne seroit : elle est souesve27.

               LA  SECONDE

         Par mon âme, je croy qu’il resve !

         Et ! voicy ung trop bon raillard !

               LA  PREMIÈRE

         Mais de la bourre d’ung couillart28 :

95   Il n’y a rien plus advenent.

               LA  SECONDE

         Rien n’y a plus adoulcissant ;

         Boutez-y-en, je vous en prie !

               ESPOIR

         Ho, dame, vous serez servye !

               LA  PREMIÈRE

         Au mien, boutez-y-en aussi,

100  Je vous en pry, ung bon loppin.

               DE  MIEULX

         Aura-il assez de cecy ?

               LA  PREMIÈRE

         Ha ! s’aura mon, par sainct Gobin !

         Or avez-vous trèstout parfait ?

               [DE  MIEULX]29

         Ouy dea, tout cecy est parfait.

105  Au moins tantost, que je ne mente.

         Fault-il point couldre ceste fente ?

               LA  PREMIÈRE

         Il est trèsbien, je m’en contente.

         Nous faisons [cy] trop longue atente,

         Ma seur ; estes-vous despeschée ?

               LA  SECONDE

110  L’euvre sera tost achevée,

         Il ne fault que ung peu bouter.

               LA  PREMIÈRE 30

         Ha, dea ! je vous ve[u]il contenter

         De vostre peine, c’est raison ;

         Que vous fault-il ?

               DE  MIEULX

                                           Sans achoison31,

115  Ce que vouldrez, je vous pardonne.

               LA  PREMIÈRE

         Tenez, vélà que je vous donne ;

         Estes-vous bien de moy content ?

               DE  MIEULX

         J’en vouldroye [bien] avoir autant

         De tous ouvrayges32 que je foiz !

120  Au moins, baisez-moy une foiz

         Ains que départez de ce lieu.

               LA  PREMIÈRE

         Voulentiers, pour [vous] dire adieu.

         Ne vous chaille : dor[é]navant,

         Je vous viendray voir plus souvent.

               DE  MIEULX

125  Quant vous plaira, tout à commant33.

               LA  PREMIÈRE

         Certeinement je m’en vois voir

         Que ma voisine peut tant faire.

               DE  MIEULX

         Vous ferez bien vostre debvoir.

               LA  PREMIÈRE

         [Il est]34 bien temps de nous retraire,

130  [Ma] seur ; av’ous payay vostre homme ?

               LA  SECONDE 35

         Il ne [me] reste pas grant somme ;

         Or tenez, vélà vostre compte.

         Se n’est assez, dites sans honte.

               ESPOIR

         J’en ay as[s]ez, je m’en contente.

135  Ne m’espargnez36, mignone gente.

               LA  SECONDE

         Certes, je suis bien conseill[é]e37.

               [ESPOIR]

         À tout le moins, une acollée

         Me fault avoir et ung baiser.

               LA  SECONDE

         Pas ne le vous doibs refuser.

140  Adieu vous dy jusqu(es) au reveoir38 !

               ESPOIR

         Je pry à Dieu de mon pover

         Qu(e) il vous doint [tout] vostre désir39 !

               LA  PREMIÈRE

         Adieu jusques au revenir,

         Qui sera bien-tost, pour vous veoir40.

               DE  MIEULX

145  Ce que ferez sera debvoir41.

         Adieu vous dy, la belle fille !42

               LA  PREMIÈRE            SCÈNE  VI

         Ce mignon-là sçait bien le stille43 :

         Il « besongne » bien sans cesser.

               LA  SECONDE

         [Et] l’autre m’a fait chose utille.

               LA  PREMIÈRE

150  Le mien44 n’a garde de me blesser,

         Ma foy : il est bien45 eslargy !

               LA  SECONDE

         Le mien ne l’estoit qu’à demy ;

         Mais présent, est oultre mesure.

               LA  PREMIÈRE

         Onc46 ne fut si bon[ne] embourreure

155  Qu’il m’y a mis, à mon advis…

         Il est bas[se] heure47 ; je vous pleuvis48 :

         Allons-nous-en hastivement.

               LES  DEULX  FEMMES  ensemble

         Mes seigneurs, à Dieu vous command49 !

               ESPOIR                 SCÈNE  VII

         Certes, j’ay eu trèsbon pay(e)ment.

160  Aussy50 estoit nostre adventure.

               DE  MIEULX

         J’ay bien ouvert son bas devant.

               ESPOIR

         Certes, j’ay eu trèsbon payment.

               DE  MIEULX

         Porté m’y suis honnestement :

         Je luy ay51 fait bel[le] ouverture !

               ESPOIR

165  Certes, j’é eu trèsbon payment.

         [Aussy] estoit nostre adventure.

               DE  MIEULX

         Mon compaignon, sans nul murmure,

         Il nous fault aller pionner52

         En quelque lieu de cest argent.

               ESPOIR

170  Or, alon au Lion d’Argent53

         Toute la nuyt bien chopiner54.

               DE  MIEULX

         Il est temps de nous en aler,

         Car il est tard. Disons adieu.

               ESPOIR

         Seigneurs qui estes en ce lieu,

175  Vous avez cy veu noz esbatz,

         Et avez bien peu voir le stile

         Com les femmes de ceste ville

         Font devant embourrer leur bas.

         Des bonnes55 nous ne parlons pas.

180  Cy56 avons fait nostre povoir.

         Encore, elle[s aur]ont espoir

         De mieulx en mieulx y procéder,

         Donnant57 argent pour rembourrer,

         [S’on se]58 voullus[t] habandonner

185  À bien leur faire courtoisie.

         Vous plaise de59 nous pardonner

         S’avons failly, je vous en prie !

 

              EXPLICIT

*

1 Les bourgeoises se déplaçaient à dos d’âne. L’expression « bâter l’âne » a un sens érotique : « Pour parler en paroles couvertes, on a dit “ baster l’asne ” pour signifier faire, verminer, besongner. » Béroalde de Verville.   2 Espoir-de-mieux est une entité allégorique, ici fragmentée en deux personnages distincts. L’expression « espoir de mieux » apparaît comme une signature <voir la note 53> aux vers 181-182. Jelle Koopmans (Recueil de Florence, p. 506) croit reconnaître dans cette locution « la devise de François Girault, auteur du Moyen de soy enrichir », publié vers 1530. Mais avant d’être une devise assez commune, « espoir de mieux » est d’abord un cliché qui résume bien la mentalité médiévale, faite de nostalgie du passé, d’inquiétude face au présent, et d’espoir dans l’avenir.   3 Sans coït. « Par culz sont beaulx esbatemens. » XLI chansons.   4 F : ouures  (Œuvrer d’entendement = faire preuve de bon sens.)   5 « Femme, pour embourer son bas,/ Perdra plainement la grant messe. » Guillaume Coquillart.   6 Les hommes sont à l’écart, mais ils entendent les femmes. Les deux groupes vont dialoguer séparément, avant de se rejoindre au vers 41.   7 Que nous ne sommes pas nobles, afin de nous faire passer pour de vulgaires selliers.   8 Me pique excessivement.   9 Saurait. C’est un des normandismes qui ont échappé à l’imprimeur, avec sercher (vers 47 et 49), av’ous (130), pover (141), plévir (156), et la rime -erge -arge aux vers 66-67.   10 Le sexe. « Vostre cuyr, qui si fort vous point [pique]. » (Jehan Molinet.) Comme dira Restif de La Bretonne, elles veulent avoir « la charnière graissée ».   11 F : collier  (Cf. le vers 47.)   12 Que Dieu m’assiste !   13 Nous devons jouer les résolus. « Colléricque,/ Hardy, motif et esveillé. » Les Femmes qui font refondre leurs maris, BM 6.   14 F : Dieu  (Cf. les Rapporteurs, vers 107.)   15 Les deux hommes ne connaissent pas encore le cœur de ces dames, mais ils voient leur « cuir » symbolique, puisqu’elles le portent sous le bras (vers 22-23).   16 Le nobliau contrefait l’accent provincial de son interlocutrice.   17 Les femmes ne veulent pas montrer leur bas devant tout le monde. La première entraîne De Mieux derrière le rideau de fond, et la seconde y emmène Espoir.   18 F : entendre  (Vos bâts ont besoin d’être étendus, dilatés : vers 78.)   19 De taille raisonnable. Ce bâton sert à enfoncer la bourre jusqu’au fond du bât.   20 F : la mienne   21 F : rembouraye  (qui ne rime pas avec « demouré ».)   22 « Qui me surveillait étroitement. » Koopmans, note 18.   23 Le bâton de bourrelier. Dans sa note 19, Koopmans prétend que nous avons là une « rime dite parisienne ». Or, cette rime est tout aussi bien normande. Entre mille exemples, cf. le dialogue normand du Gentil homme et son page, où « charge » rime avec « per-ge ». Cf. la sottie normande de la Réformeresse, où « serge » est noté « sarge » et rime avec « charge ».   24 De gré ou de force. « Que l’ayez de croq ou de hanche. » Charles d’Orléans.   25 Métaphore du cunnilingus.   26 Ma commère.   27 Suave, douce comme le duvet qui couvre un étron moisi. « Qui est la plus douce plume du monde ? C’est celle d’un estront musy. » Joyeusetéz, XIII.   28 F : conillart  (Vers trop long. Le « n » et le « u » étaient le même caractère d’imprimerie, ce qui généra d’innombrables coquilles ; voir la note 45.)  La bourre d’un couillard est évidemment le sperme. Naguère, on souhaitait « bonne bourre » aux nouveaux mariés.   29 F : ESPOIR  (Voir la note 17.)   30 Elle revient en scène, avec De Mieux.   31 Sans discussion.   32 F : ouuraygez  (Pour tous les travaux que je fais. Les deux nobles <note 7> n’ont pas l’habitude d’être payés pour accomplir « l’ouvrage de reins ».)   33 Je suis à votre commandement.   34 F : Cest   35 Elle sort de derrière le rideau, avec Espoir, et elle s’adresse à lui.   36 « On dit Ne m’espargnez pas, pour dire : Employez-moy librement. » Dict. de l’Académie françoise.   37 Votre conseil est bon.   38 F : reuenir  (Confusion avec le v. 143. La rime pouver [pouvoir] est typiquement normande.)   39 « Je prie Dieu qu’il vous doint tout vostre désir ! » Marie de Clèves.   40 F : voeir   41 Vos désirs sont des ordres.   42 Les deux hommes s’éloignent.   43 Connaît son affaire.   44 Mon bât (vers 14).   45 F : bieu   46 F : Que   47 Il est tard (vers 173). « Il fut question de faire retraicte, car il estoit basse heure. » Vincent Carloix.   48 Je vous avertis. « Se ce ne faites, je plévis :/ Toutes vos gens seront occis ! » Renart le contrefait.   49 Je vous recommande. Ce congé s’adresse au public. Les femmes sortent, et leurs gigolos concluent la pièce.   50 F : Cy  (Notre aventure fut aussi très bonne. Je corrige également le refrain 166.)   51 Koopmans : au  —  Cohen : ay   52 Boire du piot [du vin], en argot. Les nobles savaient déjà s’encanailler !   53 Célèbre étuve rouennaise, qui eut la gloire de voir passer Jeanne d’Arc lorsqu’on la mena au bûcher, et l’honneur d’être fréquentée par les Conards de Rouen. Les Triomphes de l’Abbaye des Conards racontent que cette confrérie joyeuse, très impliquée dans le théâtre comique, organisa en 1540 une procession parodique à laquelle participait « un personnage nommé Espoir, [qui] tenoit en sa main une espoire ou sphère d’or » en déclamant des vers portant sa signature : « Qu’Espoir riant, aux jeunes favorable,/ Face revoir ce qu’on oste à vos yeux ! » Loin derrière, « Noblesse battoit le linge sur une selle. » Ce même opuscule nomme le Lyon d’argent et d’autres étuves de la ville parmi les « cartiers vénériens » et les « lieux dangereux ».   54 Boire des chopines. Mais aussi : culbuter, faire tomber d’une poussée. Les étuves étaient mixtes (les dames venaient notamment s’y faire « raser le pénil »), et elles comportaient des lits. On y passait la nuit à boire, à jouer aux dés, ou à copuler avec des filles louées par le tenancier raseur de pénil. Cependant, on n’y faisait pas de théâtre ; les Conards du Lion d’Argent préféraient les halles, plus spacieuses, « Pour recevoir des gens un million,/ Plus que n’avons de coustume au Lyon ». (Triomphes de l’Abbaye des Conards.)   55 Des femmes honnêtes.   56 F : Gy   57 F : Donnent   58 F : Sommes  (Pour peu qu’on veuille s’abandonner.)   59 F : a

 

Publicités

TOUT-MÉNAGE

Recueil du British Museum

Recueil du British Museum

*

TOUT-MÉNAGE

*

Cette sottie rouennaise fut écrite après 1513. On peut regretter qu’elle porte le nom du plus insignifiant des trois personnages qui lui donnent vie, et pas le nom de Besogne-faite, une chambrière cossarde, menteuse, hypocrite, voleuse, médisante, aguicheuse, maladroite, geignarde et lascive. Besogne-faite est certes paresseuse, mais sa patronne Tout-ménage1, qui se limite à donner des ordres et à fréquenter les églises, ne l’est pas moins ; quant au Fol, qui se dit tantôt soldat et tantôt médecin, il ne travaille pas puisqu’il est fou.

Source : Recueil du British Museum, nº 48.

Structure : Rimes abab/bcbc, rimes plates avec de fortes irrégularités.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce nouvelle de

Tout-ménage

*

 

À troys personnages, c’est assavoir :

    TOUT-MESNAGE

    BESONGNEFAICTE,  la chambèrière, qui est malade de plusieurs

                                                    maladies, comme vous verrez cy-dedans2.

    LE  FOL,  qui faict du médecin pour la guarir.

 

*

 

TOUT-MÉNAGE

 

 

                             LE  FOL  commence                      SCÈNE  I

          Dieu gard de mal la compaignye !

          Hault et bas, Dieu vous gard trèstous !

          Je viens tout droit de Lombardie,

          Où j’ay veu donner de beaulx coups ;

5      À peu que ne fus3 bien escoux

          De ces Suisses et Millannoys !

          « Plus cher auroye4 perdre cent so[u]lz

          Que d’estre icy deux jours ou troys

        (Ce dis-je5) ! Ma foy, je m’en voys :

10      Je ne vueil point suyvir la guerre ! »

                             TOUT-MESNAIGE,  primo       SCÈNE  II

           Trouver me fault en ceste terre

           Quelque chambèrière esgarée,

           Mais qu’elle ne soit point parée

           Ne tiffée6 comme sont beaulcoup ;

15   Car ilz ne font que gaster tout7.

           [……………………….. -aille,]

           Mais j’en vueil d’une bonne taille,

           Qui ne soit point encore usée8,

           Et qui vous fille une fusée9

           Tout soubdain, et voyse au moulin10

20   Hault et bas ; [et] soir et matin,

           Au marché et à la fontaine :

           Une garse11 faicte à la peine.

           Par ainsi, seroys bien heureuse.

                             BESONGNEFAICTE,   primo      SCÈNE  III

           Se trouvasse une12 malheureuse

25   Maistresse, il courroit bon temps.

           Mais en attendant, je prétens

           Que trouveray quelque fortune13,

           Et que Dieu m’en envoyera une

           Qui me sera bonne et propice.

            LE  FOL                SCÈNE  IV

30   Je viens de veoir une nourrisse

           Qui estoit encore pucelle14,

           Ce disoit ; et vouloit que feisse

           Cela15, et souffla la chandelle.

           « Mais (dis-je16), se la despucelle,

35   Je seroys en bien grand dangier

           De luy rompre ventre et forcelle17. »

           Dont la laissé, pour abréger.

                             TOUT-MESNAIGE         SCÈNE  V

           Avoir me fault, sans plus songer,

           Maintenant une chambèrière

40   Pour aller au vin pour [mieulx] boire18,

           Au marché et à la fontaine,

           Qui soit doulce, non pas haultaine,

           Pour me servir à mon besoing.

                             BESONGNEFAICTE

           J’apperçoys bien venir de loing

45   Une femme qui a affaire

           (Ce croy-je) d’une chambèrière.

           Vers elle m’en voys d’une tire.

                             TOUT-MESNAIGE

           Bien tost seray hors de martyre :

           Car là-devant, voy une fille

50   Qui me semble belle et gentille,

           Et cherche maistre, à mon advis.

                             LE  FOL              SCÈNE  VI

           Nostre chat print une souris

           Hyer au matin, enmy nostre astre19 ;

           Mais je fus si sot villenastre

55   Que je luy cuidoye bien oster :

           Et il s’en vint20 à moy jouster

           Et m’esgratigna le visaige.

           Une aultre foys, seray plus saige ;

           Car je vous prometz, par ma foy,

60   Qu(e) à chat jamais ne me jouray21 :

           Il est trop dangereux des gris22 !

                             TOUT-MESNAIGE          SCÈNE  VII

           Dieu vous gard, la fille au cler vis23 !

           Que quérez-vous, ma doulce amye ?

                             BESONGNE-FAICTE

           À servir, je vous certifie,

65   Quelque bonne femme de bien.

                             TOUT-MESNAIGE

           Que sçavez-vous faire ?

           [BESONGNE-FAICTE

                                                            Rien.

                             TOUT-MESNAIGE]24

                                                                            Rien ?

                             BESONGNE-FAICTE

           De cela ne vous soucÿez,

           Car je [vous] serviray si bien

           Que contente de moy serez.

                             TOUT-MESNAIGE

70   Dictes combien vous gaignerez.

                             BESONGNEFAICTE

           Maistresse, ce que vous vouldrez ;

           Nous n’en serons point en discort.

                             TOUT-MESNAIGE

           Se servez bien, je me fais fort

           Que vous feray beaucop de biens,

75   Car je ne vous retiendray riens25.

           Venez-vous-en avecques moy !

                             BESONGNEFAICTE

           Allez devant, je vous suyvray,

           Et dusse26 aller jusques à Caen27.

                             LE  FOL             SCÈNE  VIII

           Je vouldroys estre bourdiquen28

80   Des Chartreux ou des Célestins.

           Ou que fusse courtier de vins.

           Ou ung esprouveur de triacle29 :

           Dieu sçayt que feroys beau miracle

           De médecine, bien souvent !

85   Je criroys : « À la malle dent30 !

           À ce triacle et métridal31 ! »

           J’en guariroys maint du hault mal32

           Et de la malle maladie33.

           Car je suis maistre en Conardie34,

90   Médecin et cirurgien,

           Autant à Londres qu’à Rouen.

           Je mens : je suis apoticaire

           Du grant souldan35 qui est au Caire,

           Maistre passé en theologie36 ;

95   Et estudioys en Tur(e)quie

           Avecques Guillery Gambette,

           Dedans la ville de Tollette37,

           L’année qui vient… M’entendez38 vous ?

                             TOUT-MESNAIGE         SCÈNE   IX

           Ma chambèrière, mon cueur doulx :

100  Aller me fault à la boucherie.

           Comme est vostre nom, je vous prie ?

           De tout le moins, que vous congnoisse.

                             BESONGNEFAICTE

           On m’appelle, à nostre parroisse,

           Besongnefaicte39 ou Saudouvray.

                             TOUT-MESNAIGE

105  Besongnefaicte ? Av’ous dit vray ?

           Ce sont deux noms assez plaisans…

           Or tenez, voylà douze blancs40

           Pour aller à la boucherie.

                             BESONGNEFAICTE

           De grande joye ma bouche rie41 !

110  À chascune foys que j(e) iray,

           De bonne chair achepteray,

           Se je puis, pour ma bonne maistresse.

                             Pausa, en allant. 42

           « Le mal d’amour si fort me blesse

           Que je ne sçay que j’en feray ;

115  Et croy fermement qu’en mourray,

           Se n’en suis bien tost assouvie. »

             LE  FOL               SCÈNE  X

           Et ! qu’avez-vous, ma doulce amye ?

           Vous me semblez bien fort malade.

           Vous fault-il chanson ne ballade

120  Pour vous esjouir ung petit43 ?

                             BESONGNEFAICTE

           Nenny. J’ay perdu l’appétit,

           Car je n’ay [plus] joye ne lyesse.

                             LE   FOL

           Qu’avez-vous ? Dictes quel mal esse.

           Tant vous estes descoulourée !

125  Que vous faictes la pippe-souée44 !

           Vous estes en bien grand dangier

           D’estre folle et de enragier

           Du mal dont vous estes frappée ;

           Car vous estes bien attrappée

130  Du mal d’amours, qui fort vous picque.

                             BESONGNEFAICTE

           Estes-vous donc de la praticque45 ?

           Il semble que le saichez bien.

                             LE  FOL

           Ouÿ dea, je suis surgïen46.

           Je voys47, congnoys in facie48

135  Que le mal d’amours, hodie,

           Vous a féru49 jusques au vif.

           Mais il vous fault ung rétrainctif50

           Et de la vraye méd[e]cine.

                             BESONGNEFAICTE

           Que je paye pinte ou chopine,

140  Et que j’en aye pour [mon argent]51 !

           Car je ne puis, par mon serment,

           Faire ouvraige de mes deux mains.

                             LE  FOL

           Il vous fault de l’huylle de rains52 :

           Par ainsi, vous serez guarie.

145  Et puis prendre la raverdie53

           Avecques quelque verd gallant54.

                             BESONGNEFAICTE

           Et qui vous en a aprins tant ?

           Que vous estes grant escollier !

                              LE  FOL

           Je fus [passé] maistre au Sollier55,

150  Avec les veaulx56 à ma grant-mère ;

           Et estudié57 en grammaire,

           En poyterie58 et plusieurs ars,

           Que n’y gaignay pas deux liars.

           Ce fut autant de temps perdu.

155  Mais maintenant, suis entendu59

           En médecine ; et davantaige,

           À ceste heure suis aussi saige

           Qu’oncques-puis ne fournasmes-nous60.

             BESONGNE-FAICTE

           Estre vouldroys avecques vous :

160  Vous sçauriez ma desconvenue…

           Mais j’ay paour que ne soye batue,

           Car je demeure longuement.

           Vers ma maistresse vistement

           Je m’en revoys. Adieu vous dy !

165  Je vous reverray près d’icy,

           Quelque journée, plus à loysir,

           Si c’est de Dieu le doulx plaisir.

           Adieu vous dy, et grand mercy !

                             LE  FOL

           Mais la vostre ! Que [l’ayez cy]61 !

170  Faictes tout ce que vous ay dit,

           Et vous serez sans contredit

           Bien tost de vostre mal guarie.

                             BESONGNE-FAICTE      SCÈNE  XI

           Forger fault une menterie

           En m’en retournant à l’hostel62.

175  Une en ay soubz mon hasterel63,

           Je ne m’en soucye desjà plus.

                             Pausa, en s’en retournant.

           Hau ! maistresse, ouvrez-moy l’huys64 !

           Le bouchier viendra à ceste heure.

                             TOUT-MESNAIGE        SCÈNE   XII

           Que tu as faict longue demeure !

180  Elle deust desjà estre cuytte.

                             BESONGNE-FAICTE

           Il tuoit ung mouton d’eslite65,

           De quoy il vous doibt apporter.

           Et n’ay osé riens [r]apporter.

           Mais il m’a promis sur sa foy

185  Qu(e) icy sera si tost que moy.

           Et luy ay baillé de l’argent.

                             TOUT-MESNAIGE

           Tu es bonne fille, vrayement.

           [Or,] pense à faire ta besongne :

           Prens ung fizel et ta quelongne66.

190  Et tu allumeras ton feu,

           Tandis que m’en iray ung peu

           À la messe pour Dieu prier.

                             LE   FOL            SCÈNE  XIII

           Perdu suis que je ne puis pier67 ;

           Car j’ay si grant soif, sur mon âme,

195  Que je ne sçay si suis homme ou femme68.

           Veoir je m’en vois Besongnefaicte,

           Sçavoir se sa « besongne » est faicte69,

           Car la maistresse est à la messe.

                             BESONGNEFAICTE, en chantant    SCÈNE XIV

           « En douleur et tristesse

200  Languiray-je tousjours ?70 »

           Ce fust assez, en quinze jours,

           Que de filler une fisée71,

           Tant je suis bien embesongnée ;

           Je fille d’une si grant sorte72,

205  Et n’ay amy qui me conforte.

           Au moins, se j’eusse ung amoureulx,

           J’en auroys le cueur plus joyeulx :

           Fille sans amy est bien beste.

                             LE  FOL                SCÈNE  XV

           Que faictes-vous, Besongnefaicte ?

210  Faict-on point, en ceste contrée,

           Plus tost ung pet qu(e) une fisée ?

           Vray Dieu, quelle grand(e) filleresse !

                             BESONGNEFAICTE

           [Las !] je suis en si grant destresse

           Que je ne sçauroys besongner.

215  Mon doulx amy, sans séjourner,

           Dictes-moy qui73 me peult tenir.

                             LE  FOL

           « D’ung doulx penser, d’ung souvenir…74 »

           Et d’ung aultre mal, par sainct James,

           Qu’on dit la maladie des femmes :

220  C’est dangereuse maladye.

                             BESONGNE-FAICTE

           C’est donc du mal de jalousye,

           Ou du mal de saincte Quaquette75 ?

                             LE  FOL

           L’ung et l’autre fort vous moleste ;

           Mais c’est d’une aultre maladye.

                              BESONGNEFAICTE

225  Que je le saiche, je vous prie,

           Et je seray large du vin76.

           Est-ce point de sainct Mathelin77,

           Ou de quelque aultre mal de sainct ?

                             LE  FOL

           Encor n’avez-vous point attaint

230  Au vif le mal que ce peult estre.

           Touteffois, vous78 povez bien estre

           Entachée de plusieurs maulx ;

           Mais deux en a plus principaulx

           Qui vous rompent ainsi la teste.

                              BESONGNE-FAICTE

235  Ennément79 ! c’est donc à la feste

           De sainct Trotin et sainct Béset80 ?

             LE  FOL

           En ung des deux qui est [il]lec81.

           Et l’autre c’est, ma belle fille,

           La maladye de la « trop fille82 ».

240  Aultre chose ne vous tourmente.

                             BESONGNEFAICTE

           Sans point de doubte, je me vante

           Que j’en seray bien tost guarye.

           La trop fille ? Vierge Marie83 !

           Vous en dictes la vérité ?

                             LE  FOL

245  Pour passer vostre infirmité,

           Allez-vous-en à la fontaine84,

           Et ne fillez de la sepmaine :

           Par ce point, vous serez guarye.

                             BESONGNE-FAICTE

           J’avoys prins run85 ; mais, sur ma vie,

250  J’ay faict cent pièces de ma cane86.

           Allons-nous-en nous deux [en cane]87

           Devant que ma maistresse vienne !

                              LE  FOL

           Adieu, messieurs ! Et vous souviengne

           De plusieurs chambèrières folles.

255  Et prenez en gré noz parolles !

 

                                          FINIS

              Imprimé à Lyon.

*

 

1 Ce nom désigne tous les ustensiles et le petit mobilier nécessaires dans une maison. « Ledit seigneur lui donna tout ménaige, utencilles et autres meubles. » (Estienne Baluze.) « Une chambre bonne et honneste, garnie de tout mesnage. » (D’Arbois de Jubainville.)   2 Dans la présente brochure imprimée à Lyon entre 1532 et 1550.   3 BM : feux  (Il s’en fallut de peu que je ne fusse bien secoué.)  En 1513, pendant la quatrième guerre d’Italie, les troupes françaises furent chassées de Lombardie par des mercenaires suisses alliés aux Milanais.   4 J’aimerais mieux.   5 BM : Se deys ie  (Ai-je dit lorsque j’étais à Milan.)   6 Ni attifée. « S’estant parée et tiffée. » Godefroy.   7 Elles salopent leur travail.   8 BM : rusee  (De fait, les spectateurs pouvaient entendre « encor rusée ».)   9 Qui enroule un écheveau de fil. Mais filer une fusée = lâcher un pet (vers 211).   10 Qui aille chercher au moulin la farine du blé que j’ai fait moudre. Elle n’aurait pas à aller loin : il y avait plusieurs moulins le long du Robec, la rivière qui traversait Rouen.   11 Fille.   12 BM : quelque  (Si je trouvais une seule maîtresse.)   13 Une bonne fortune, y compris au sens érotique du terme.   14 Le Fol est un dépuceleur de nourrices, un enfonceur de portes ouvertes. « Je suis qui romps les huis ouvers/ Et despucelle les nourrisses. » Sermon joyeux d’un Dépucelleur de nourrices.   15 Faire cela = faire l’amour. Cf. Frère Guillebert, vers 33.   16 BM : se disie   17 Estomac.   18 Qui aille tirer du vin à la cave pour que je boive mieux.   19 Le parvis où nous mendions. L’aître (ou l’astre) est le parvis des églises où les infirmes et les fous font la manche, avec les chiens et chats qu’ils ont recueillis. À Rouen, « l’aistre Nostre-Dame » était bien connu. C’est probablement là que se déroule la pièce. Les chômeurs y rencontraient les employeurs potentiels : « L’estre Nostre-Dame de la ville de Roüen, lieu où tous les mannouvriers s’assemblent pour chercher de la pratique. » (Le Facécieux réveille-matin des esprits mélancholiques.) Enfin, on y trouvait une fontaine (vers 246), et plusieurs étals, parmi lesquels des boucheries (vers 100).   20 BM : vient  (Il vint s’attaquer à moi.)  On n’a jamais signalé que beaucoup de sots ou de badins possèdent un chat, à moins qu’ils ne soient possédés par lui : Jéninot qui fist un roy de son chat (BM 17), Robin Mouton (F 32), Mahuet qui donne ses œufz (F 39), etc.   21 Je ne me confronterai. Cf. les Esveilleurs du chat qui dort, vers 93. Rime avec « par ma fé », à la manière normande.   22 Des griffes (dialecte normand). « Ce grand Gassion, qui les guette/ Comme le chat fait la souris,/ Se promet leur monstrer ses gris. » La Muse normande.   23 Au clair visage. C’était un signe de candeur et de pureté…   24 L’imprimeur a sauté ce fragment, mais il a bien mis à la ligne le mot ci-dessous, preuve qu’il y a une lacune.   25 Les patrons pouvaient retenir des gages à leurs employés s’ils perdaient ou cassaient quelque chose. Mais au vers 186, c’est l’employée qui va retenir l’argent de sa patronne !   26 BM : fuffe  (Et dussé-je.)   27 BM : rouen  (Qui rend le vers trop long et la rime moins riche. L’imprimeur lyonnais a dû juger que Rouen était plus « vendeur » que Caen.)  Le vers 91 situe la pièce à Rouen.   28 En Normandie, un bourdican est un frère lai que les monastères employaient comme domestique. Rouen possédait un couvent de chartreux (Notre-Dame-de-la-Rose), et un couvent de célestins (Notre-Dame-du-Val).   29 Un charlatan qui expérimente son thériaque [contrepoison] sur les badauds. « Sa marote faisoit miracle,/ Car elle esprouvoit le triacle/ Contre poison et tout venin. » Sottie des Vigilles Triboullet, T 11.   30 C’est le cri public des arracheurs de dents qui veulent attirer des patients. « –Crier me fault. –Quoy ? –À la malle dent !/ Et en ung sac porter un gros serpent [alambic]/ Pour métridal et triacle esprouver. » Les Ditz de maistre Aliboron qui de tout se mesle.   31 Contrepoison dont les apothicaires attribuaient la formule au roi Mithridate.   32 De l’épilepsie. Les vers 82-92, qui confondent allègrement la chimie et l’alchimie, rappellent Maistre Pierre Doribus.   33 On a taxé de « mauvaise maladie » la lèpre, l’épilepsie, le catarrhe, la syphilis, et même la jalousie (vers 221) : « Mais vous avez enpris [attrapé] la male maladie :/ C’est ung mauls dolereus que fine jalousie. » Godefroid de Bouillon.   34 Je suis affilié aux Conards de Rouen (confrérie joyeuse dont les membres usurpaient des titres ronflants).   35 Sultan. Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 516-517.   36 On prononçait tio-lo-gie. Cf. les Sotz escornéz, vers 109.   37 Tolède s’était débarrassée de la domination musulmane en 1085, mais le reste de l’Espagne ne fut totalement libéré qu’en 1492. Panurge se vantera lui aussi d’avoir étudié les arts magiques « à l’eschole de Tolète » (Tiers Livre, 23).   38 BM : matendez  (Il a le sentiment que le public n’écoute plus ses divagations.)   39 Travail déjà fait, qui n’est donc plus à faire. Soûl d’œuvrer = fatigué de travailler. La servante appartient à « la grand confrairie des saouls d’ouvrer et enragéz de rien faire », comme « tous ceux et celles qui aiment besogne faite et entièrement achevée ». (1537.) Cette confrérie était sise à Rouen.   40 Pièces de monnaie.   41 Cette rime inspirait les poètes fantaisistes : « Ravys serez tous à la boucherie ;/ Si gay n’aura de qui la bouche rie. » (Louis Chocquet.) Voir aussi l’Épistre d’ung povre escolier malade, de Roger de Collerye.   42 Elle sort de la maison en chantant, et se dirige sans y prendre garde vers le Fol.   43 « Il n’y a chant, rondeau, ballade/ Qui me donne joye. » Telle est la réponse d’une autre servante qui, dans la farce de Frère Phillebert (LV 63), souffre du même mal que la nôtre : « Qu’elle est mallade,/ Hélas, d’aymer, la povre garce ! » On la soignera de la même façon, car « c’est le souverain remède/ De prendre le galant fort royde…./ Et que le galant bien frétille/ Pour luy garir sa maladye. » Cf. Frère Guillebert, note 70.   44 L’aguicheuse. « Voilà une belle mijaurée, une pimpe-souée bien bastie ! » (Le Bourgeois gentilhomme.)  « Doulx yeulx pipesouers. » (Martial d’Auvergne.)   45 Êtes-vous praticien ?   46 Chirurgien. Cf. Maistre Pierre Doribus, vers 17.   47 BM : vous  (Voir et connaître étaient les deux fondements du diagnostic : « Veoir et connoistre tout ce qui peut estre d’altération et maladie au corps humain. » Ambroise Paré.)  « Je vois, congnois et sçay/ Vostre mal. » Christine de Pizan.   48 Quand je vous vois en face. Hodie = aujourd’hui. Un médecin se devait de baragouiner quelques mots de latin.   49 Frappée (vers 128.)   50 Un astringent. « –[Et ta femme,] que tu dis qui a le cul tendre :/ Qu’y feras-tu ? –Il luy fault prendre/ Ung restraintif. » Deux hommes et leurs deux femmes, BM 10.   51 BM : de largent   52 L’huile de Reims était le saint chrême dont on oignait les nouveaux rois. Par dérision, l’huile de reins désignait le sperme : « Je ne scay/ Rien meilleur que huylle de rains. » L’amoureux passetemps.   53 Une reverdie, un assaut. « Je donnay la reverdie/ À deux belles jeunes femelles. » Sottie des Sotz nouveaulx farcéz, couvéz.   54 Cf. le Trocheur de maris, vers 162.   55 Je passai ma maîtrise à Saint-Cande-du-Solier. Ce collège avait obtenu le droit d’enseigner la grammaire (cf. le vers 151), une prérogative que détenait pourtant l’École de Grammaire de la cathédrale.   56 André Tissier propose une interprétation : « Les veaulx seraient des “sots” appartenant à la société des Conards, et la grant mère désignerait quelque Mère Sotte. » Recueil de farces, tome V, Droz, 1989, p. 302.   57 J’étudiai. Même désinence que « laissé » au vers 37.   58 En poèterie [poésie] : « Selon les auteurs de poèterie. » (Godefroy.) Mais on pouvait aussi comprendre poterie, et surtout pèterie.   59 Je m’y entends.   60 BM : fourniasmes nous  (Je suis un aussi grand sage que nous n’en avons créé depuis.) Rabelais recycla deux fois cette locution proverbiale, dont l’origine est inconnue : « À la lecture desquelz il devint aussi saige qu’oncques-puis ne fourneasmes-nous. » (Gargantua, 14.) « Par la responce qu’il nous donne, je suys aussi saige que oncques-puys ne fourneasmes-nous. » (Tiers Livre, 22.)  61 BM : lauez pris  (Merci est un substantif féminin <le Dorellot, vers 257-8> qui signifie « grâce ».)   62 À la maison de ma maîtresse.   63 Crâne.   64 Les Normands prononçaient « lu ». Dans la farce des Trois amoureux de la croix (F 8), « l’hus » rime avec « surplus ».   65 De choix. « Boire du vin d’eslite. » Godefroy.   66 Un fuseau et une quenouille pour filer la laine.   67 Boire de l’alcool. Cf. le Testament Pathelin, vers 173.   68 Cf. le Dorellot, vers 115. Le Fol voit Tout-ménage entrer dans la cathédrale Notre-Dame.   69 Si elle s’est fait besogner. Avoir besogne faite = avoir perdu sa virginité. « En fait de maistresse, il les aimoit mieux de la seconde main…. C’est-à-dire qu’il aimoit besongnefaite. » Homaïs, reyne de Tunis.   70 Cette romance de Nicolas Gombert a été publiée par Gaston Paris dans les Chansons du XV° siècle, p. 87. Voir aussi Howard Mayer Brown, Music in the french secular theater, n° 94.   71 De filer une fusée [quantité de fil enroulée autour d’un fuseau]. Il s’est donc passé 15 jours depuis l’autre fois. La maîtresse est de nouveau à l’église, en bonne adoratrice de saint Trottin (note 80).   72 Avec un tel rendement.   73 Quel mal, sachant que les maladies étaient personnifiées par des saints (vers 228).   74 Il fredonne un air à la mode amorcé involontairement par Besogne-faite. Nombre de chansons exploitaient le thème de la nostalgie. Voir par exemple Ce doulx penser et souvenir, de Firminus Caron.   75 Du bavardage. Pour tenter de guérir, les femmes qui en souffrent doivent aller prier sainte Caquette. Cf. la farce du Grant voiage et pèlerinage de Saincte-Caquette (T 23).   76 Je serai généreuse avec le vin de ma maîtresse. Voir le vers 139.   77 Suis-je atteinte de folie ? « Que le chault mal sainct Mathelin/ Luy puisse ronger la cervelle ! » L’Oficial, LV 22.   78 BM : que   79 Vraiment. Cf. le Povre Jouhan, vers 199 et passim. On trouve parfois la forme énayment, ou enné.   80 C’est donc le mal des saints qu’on fête à la saint Trottin et à la saint Béset ? Le mal de saint Trottin oblige les femmes à trotter jusqu’aux églises où se donnent des rendez-vous galants : « Sus, madame, à la messe !/ Au sermon, ma maistresse !/ À Sainct-Trotin/ Monstrer le tétin ! » (Clément Janequin, le Chant des oyseaulx.) Le mal de saint Béset en est une variante : « Elles ne vont à Sainct-Trotin/ N’à Saint-Bézet. » (L’Advocat des dames de Paris touchant les pardons sainct Trotet.)   81 Vous souffrez d’un de ces deux-là.   82 La « trop file » est une crampe qui affectait les fileuses : « Pour guarir une femme de la trop-file : Si vostre femme est espaulée [a l’épaule démise]/ Ou éhanchée par trop filer. » (La Médecine de maistre Grimache.) Mais notre fileuse flegmatique ne risque pas d’en être atteinte ! Il y a donc un jeu de mots sur « trop fille », trop longtemps vierge : « Les femmes qui ont la trop-fille,/ Je les guaris en un instant. » (Varlet à louer.) On n’oubliait pas qu’à Rouen, une autre pucelle avait mal fini… À l’inverse, la Parisienne délurée de la farce de Mahuet qui donne ses œufz (F 39) s’appelle « Peu-fille ».   83 Voilà un juron bien choisi !   84 Rituellement, les chambrières et les valets qui puisaient de l’eau à la fontaine échangeaient des propos salaces, lesquels débouchaient parfois sur une conclusion horizontale. Dans la farce du Mince de Quaire (F 22), deux servantes qui attendent leur tour se font payer par un galant qui veut coucher avec elles.   85 Mon rang devant la fontaine. Les 20 premiers vers de la farce des Chambèrières (F 51) décrivent ce rigoureux protocole.   86 J’ai cassé ma cruche. « Rebeque vint à tout [avec] une cane sur l’espaule à la fontaine. » (Godefroy.) C’est l’origine de la cannette. Sans cruche, la servante n’a pas d’excuse pour aller draguer à la fontaine ; elle jette donc son dévolu sur le Fol.   87 BM : ensemble  (En faisant la cane = en fuyant le danger, comme un canard qui cache sa tête dans l’eau. « Lasche et sans combatre,/ [Mon vit] faict la cane et n’a plus de cœur. » Mathurin Régnier.)