LES SOTZ QUI REMETENT EN POINT BON TEMPS

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

 

LES  SOTZ  QUI  REMETENT

 

EN  POINT  BON  TEMPS

 

*

 

Cette sottie parisienne vit le jour en 14921. Charles VIII était devenu pleinement roi en mai 14912 ; le peuple crut alors que sa misère allait prendre fin. Pour preuve, trois boulangers qui trichaient comme tous les autres sur le poids du pain furent condamnés « à estre fustigés, nuds, de verges par les carrefours ». Le Parlement de Paris leur fit grâce (à la demande du roi) le 22 novembre 1491 ; mais le peuple3 retint surtout que cet arrêt du Parlement ordonnait aux boulangers « que doresnavant ils facent pain des bonté [qualité], blancheur et poids selon les dictes Ordonnances, sur peine d’estre pugnis corporellement ».

Autre raison d’espérer : le 6 décembre 1491, Charles VIII avait épousé Anne de Bretagne, ce qui mit un terme à la meurtrière et coûteuse guerre franco-bretonne.

La sottie, avec son final patriotique, rend bien compte de la bouffée d’espoir qui anima le pays pendant quelques mois.

Les personnages de la pièce sont connus par ailleurs, tels Bon Temps ou Mère Sottie. Le Général d’Enfance figure dans le Jeu du Prince des Sotz, et Tout dans la moralité Tout, Rien et Chascun (BM 56). Sotte Mine et Tête Légère s’appelaient Fine Mine et Tête Verte dans la sottie des Sotz triumphans.

Source : Recueil Trepperel, nº 12.

Structure : Rimes abab/bcbc, ralenties par une profusion de poèmes à forme fixe où l’on reconnaît 4 rondels doubles et 8 triolets. La quantité inhabituelle des indications scéniques laisse croire que Trepperel a imprimé le livret d’un chef de troupe.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Soctie nouvelle à six personnages des

Sotz qui remetent en point Bon Temps

*

 

C’est assavoir :

    SOCTE  MINE

    TESTE  LIGIÈRE

    [MÈRE  SOCTIE  D’ENFFANCE]

    LE  GÉNÉRAL  D’ENFENCE

    BON  TEMPS

    TOUT 4

*

 

                                         SOCTE  MYNE,  premier Sot,  commence, estant à une fenestre 5.

             Debout ! debout !                                   SCÈNE  I

              TESTE  LIGIÈRE,  à une aultre fenestre.

                                                 Souffle, Michault6 !

              SOCTE  MYNE

              Les mauvais blédz sont-ilz mengiéz7 ?

              TESTE  LIGIÈRE

     [Le] deable emport8 les boulengiers

     Qui nous font mengier le pain chault9 !

              SOCTE  MYNE

5    De tout cela il ne leur chault.

     Ne seront-ilz point lédengiéz10 ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Debout, debout !

              SOCTE  MYNE

                Soufle, Michault !

              TESTE  LIGIÈRE

     Les mauvais blédz sont-il mengiéz ?

              SOCTE  MYNE

     Piller11 pacience nous fault

10    Tant que les vins soient vendengiéz12.

              TESTE  LIGIÈRE

     Ha ! nous en [serons revengiéz]13

     Après aoust, s’il n’y a deffault.

              SOCTE  MYNE

     Debout, debout !

              TESTE  LIGIÈRE

                Souffle, Michault !

              SOCTE  MYNE

     Les mauvais blédz sont-ilz mengiéz ?

              TESTE  LIGIÈRE

15    [Le] deable emport les boulengiers

     Qui nous font mengier le pain chault !

              SOCTE  MYNE

     Force est d’endurer.

              TESTE  LIGIÈRE

                   Il le fault.

              SOCTE  MYNE

     Ung jour, serons hors de soucy.

              TESTE  LIGIÈRE

     Mais que jouons sur l’esch[a]uffault14,

20    Je diray d’or !

              SOCTE  MYNE

               Et moy aussi.

              TESTE  LIGIÈRE

     Le pain va bien à tout par luy15 :

     Il est plus grant qu’il ne soulloit16.

              SOCTE  MYNE

     Par le regard qui est sur luy17,

     Le pain va bien à tout par luy.

              TESTE  LIGIÈRE

25    On doit bien mauldire celluy18

     Par qui le commun se doulloit.

              SOTTE  MINE

     Le pain va bien à tout par luy :

     Il est plus grant qu’il ne soulloit.

              TESTE  LIGIÈRE

     Le peuple, brief, plus n’en povoit ;

30    Oncques telle doleur ne vids.

              SOTE  MINE

     Descendre nous fault.

              TESTE  LIGIÈRE

                   Ainsi soit !

              Ilz descendent.

              SOCTE  MINE

     Esse tout ?

              TESTE  LIGIÈRE

            Quoy ?

              SOCTE  [MINE]

                  Et puis ?

              TESTE  LIGIÈRE

                         Et puis ?

              SOCTE  MINE

     Qui dit ?

              TESTE  LIGIÈRE

            Qui grongne ?

              SOCTE  MINE

                      Qui grumelle19 ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Je viens20 d’avec[que] la femelle :

35    J’ay tant scellé21 que plus n’en puis.

               SOCTE  MYNE

     Et de quel lieu ?

              TESTE  LIGIÈRE

                De malpertuys22 :

     Tousjours maintiens l’orde23 jumelle.

              SOCTE  MINE

     Esse tout ?

              TESTE  LIGIÈRE

            Quoy ?

              SOCTE  MINE

                  Et puis ?

              TESTE  LIGIÈRE

                         Et puis ?

              SOTTE  MYNE

     Qui dit ?

              TESTE  LIGIÈRE

            Qui grongne ?

              SOCTE  MYNE

                       Qui grumelle ?

              TESTE  LIGIÈRE

40    Les bas instrumens24 j’entresuys ;

     Du bas mestier25 souvent me mesle.

              SOCTE  MYNE

     Pour tenir tétin et mamelle,

     Je suis froit com[me] l’eau d’ung puys.

              TESTE  LÉGIÈRE

     Esse tout ?

              SOCTE  MINE

             Quoy ?

              TESTE  LIGIÈRE

                   Et puis ?

              SOCTE  MYGNE

                          Et puis ?

              TESTE  LIGIÈRE

45    Qui dit ?

              SOCTE  MINE

            Qui grogne ?

              TESTE  LIGIÈRE

                      Qui grumelle ?

     Je viens [d’avecque la femelle]26 :

     J’ay tant scellay que plus [n’en puis]27.

              [SOCTE  MINE]

     C’est le vray ?

              [TESTE  LIGIÈRE]

              Ad ce jeu me duictz.

              [SOCTE  MINE]

     La raison ?

              [TESTE  LIGIÈRE]

             Je suis baud28 de proys.

              [SOCTE  MINE] 29

50    Le [mal] feu arde tes conduys30 !

              [TESTE  LIGIÈRE]

     Je n’ay plus escus [d’or] de poix31.

              SOCTE  MINE

     Est-il vray ?

              TESTE  [LIGIÈRE]

             Ouÿ.

              SOCTE  MINE

                   Je t’en croids.

              TESTE  LIGIÈRE

     Pour hanter l’instrument de bas,

     Je suis banny de saincte croix32.

55    Sainct Anthoine ard[e] le cabas33 !

              SOCTE  MINE

     C’est ung déduit.

              TESTE  [LIGIÈRE]

                Quel abus !

              SOCTE  MINE

                        Las !

              [TESTE  LIGIÈRE

     ……………………… -ète,]34

     Jamais je n’en puis estre las ;

     Et si, m’y romps et cul et teste.

              [SOCTE  MYNE]

     Quel plaisir !

              [TESTE  LIGIÈRE]

              Brief, le « jeu » j’appecte35.

              [SOTE  MINE]

60    J’en ay une qu[e j’]aime ung pou36 :

     Quant je luy fais37, si elle pète,

     [Que] saint Anthoine arde le trou !

     J’en suis tanné38.

              TESTE  LIGIÈRE

                 Et moy, tout soû.

              SOTE  MINE

     Si, est-il force que je rive39 ;

65    Mais brief, c’est le port de Chatou :

     On n’y treuve ne fons, ne rive.

              MÈRE  SOCTIE  D’ENFFANCE            SCÈNE  II

     Socte Mine !

              SOCTE  MINE

              Qu(i) est là ?

              MÈRE  SOCTIE

                       Qui vive40 ?

              SOCTE  MINE

     Le41 trèsex[c]ellent Général

     (Pour son nom dire en général)

70    D’Enfance la suppellative42 !

              MÈRE  SOCTIE

     Du tout en tout, je suis pensive

     Qu’il ne vient cy, propos final.

     Teste Ligière !

              TESTE  LIGIÈRE

              Hau !

              MÈRE  SOCTIE

                   Qui vive ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Le trèsexcellent Général !

              MÈRE  SOCTIE

75    Il viendra la cource hastive43,

     De voulloir franc et libéral,

     Revisiter44 l’original.

     L’eure n’est pas encor(e) tardive.

     Sote Mine !

              SOCTE  MINE

             Qu(i) est là ?

              MÈRE SOCTIE

                      Qui vive ?

              SOCTE  MINE

80    Le trèsexcellant Général

     (Pour son nom dire en général)

     D’Enfance la suppellative !

              TESTE  LIGIÈRE

     De vray, il joue45 à la « fossette ».

              SOCTE  MINE

     Il est sur quelque godinette46.

              TESTE  LIGIÈRE

85    Au bas mestier est déduisant.

              SOCTE  MINE

     C’est son train.

              MÈRE  SOCTIE

                C’est fait en enfant47.

              TESTE  LIGIÈRE

     Joueroit-il point à la « touppie48 » ?

              SOCTE  MINE

     Quelque part il crocque la pye49.

              TESTE  LIGIÈRE

     Il est des dames poursuivant.

              SOCTE  MYNE

90    C’est son train.

              MÈRE  SOCTIE

                C’est fait en enfant.

              TESTE  LIGIÈRE

     Il est aux champs avec les filles.

              SOCTE  MINE

     Il s’esbat voulentiers aux « billes50 ».

              TESTE  LIGIÈRE

     C’est ung jeu où51 est triumphant.

              SOCTE  MINE

     C’est son train.

              MÈRE  SOCTIE

                C’est fait en enfant :

95   Esse [cy son train]52 flourissant,

     Esse cy le joyeux53 rapport.

     Mes Sotz de couraige plaisant,

     Appellez-le, soit droit ou tort54 !

              SOCTE  MINE,  en chantant :

     Général !

              TESTE  LIGIÈRE

            Général !

              SOCTE  MINE

                      Général !  Il dort.

              LE  GÉNÉRAL  D’ENFANCE  monte à cheval 55 et vient.

100   Et ! je fais vos fièvres quartaines !                    SCÈNE  III

            Mais tenez, quelz deux cappitaines56 !

     Je viens de mettre cul à bord57 ?

              SOCTE  MINE

     Général !

              TESTE  LIGIÈRE

            [Général !

              SOCTE  MINE]

                    Il dort.

              LE  GÉNÉRAL

     Je viens d’avec le pitancier58

105   Du couvent de Serre-Fessier59,

            Là où j’ay scellé ung rapport60.

             SOCTE  MINE

     Général !

              TESTE  LIÉGIÈRE

           Général !

              SOCTE  MY(G)NE

                  Il dort.

              [LE]  GÉNÉRAL

     Mes Sotz, par le soleil qui raye61,

     Avecques l’abbesse de Roye62

110   J’ay passay la rivière au port63.

              TESTE  LIGIÈRE

     Général !

              SOCTE  MYNE

            Général !

              TESTE  LIGIÈRE

                   Il dort.

              MÈRE  SOCTIE

     Pour moy donner bon réconfort,

     Mon enffant Général d’Enffance,

     De descendre64 mectz ton effort,

115   Pour moy donner65 esjouyssance.

              LE  GÉNÉRAL

     Je l’accepte.

              SOCTE  MYNE

              À tout !

              TESTE  LIGIÈRE

                     Vive Enffance !

              LE  GÉNÉRAL

     Je voys à vous, ma mère sote.

              MÈRE  SOCTIE

     Ayez de mon fait souvenance.

              LE  GÉNÉRAL

     Je l’accepte.

              SOCTE  MYNE

              À tout !

              MÈRE  SOCTIE

                     Vive Enffance !

120   Pour dire motz à [ma] plaisance,

     Viens, mon enffant, ou je rassocte !

              LE  GÉNÉRAL

     Je l’accepte.

              SOCTE  MINE

              À tout !

              MÈRE  SOCTIE

                     Vive Enffance !

              LE  GÉNÉRAL

     Je voys à vous, ma mère sote.

              TESTE  LIGIÈRE

     Il passe au bac66 à la pissocte.

              SOCTE  MINE

125   Comme quoy67 ?

              TESTE  LIGIÈRE

                 En fais et en dictz,

     Il ne quiert point l’ordre bigotte68

     Pour serrer le déprofundis69

              SOCTE  MYNE

     C’est ung ouvrier !

              TESTE  LIGIÈRE

                  En ses habitz,

     Autant luy [sont] targes qu(e) escus70.

130   Par force de river [le] bis71,

     Il apprent à tendre aux cocus72.

              LES  DEUX  SOTZ  chantent ensemble ce qui s’ensuit :

     Vive Enffance, garny(s) de Sotz testus !

     Par luy, sommes de nouveau [bien] vestus.

     Car le premier si luy est secourable

135   Pour le créer en hault bruit honnorable73.

              LE  GÉNÉRAL

     Tout est venu74, mectez la table !

              LES  DEUX  SOTZ,  en chantant :

     Nous chanterons maulgré tous [co]quibus75.

     Le Général a assez de quibus76 ;

     [Si] en soctie77 il se monstre notable,

140   Il peut tenir gros roussins78 en l’estable.

              Adonc monte le Général sur l’eschauffault.

              SOCTE  MYNE

     Honneur, Général redoubtable !

              LE  GÉNÉRAL

     Pour maintenir esjouyssance,

     Que mon siège soit préparé !

     Ma mère Soct[i]e, à plaisance,

145   Vécy le vostre tout paré.

              MÈRE  SOCTIE

     Vive l’enffant trèshonnouré

     Qui d’Enffance est [le] Général !

     Vostre bruit79 si est repparé

     Par le bon temps espicial80.

              LE  GÉNÉRAL

150   De vouloir franc et libéral,

     Bruyre je vueil de plus en plus.

     Sus, mes Sotz, à mont et à val !

     A-il rien de nouveau81, au surplus ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Le chier82 temps nous a ruéz jus.

              SOCTE  MYNE

155   J’ay83 mengié ma vigne en verjus.

              TESTE  LIGIÈRE

     Année84 ne fut onc si parverse.

              SOCTE  MYNE

     Povres gens mengent les pois crus.

              TESTE  LIGIÈRE

     J’en ay mains lourds escotz acrus85.

              LE  GÉNÉRAL

     La saison a esté diverse.

              SOCTE  MINE

160   Le pain a esté si petit !

              TESTE  LIGIÈRE

     J’avoye si bon appétit !

              [SOCTE  MYNE]

     Qui a fain, fault-il qu’on [le] verse ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Ung pain tant noir, gras et recuict !

              SOCTE  MYNE

     Ung pain pesant et si mal cuict !

              MÈRE  SOCTIE

165   La saison a esté diverse.

              SOCTE  MYNE

     Les boulengiers m’ont fait jeûner.

              TESTE  LIGIÈRE

     Je fus ung jour sans desjuner.

              SOCTE  MYNE

     Maint en est cheu86 à la reverse.

              TESTE  LIGIÈRE

     Nully ne voulloit rien prester.

              SOCTE  MYNE

170   On ne trouvoit où emprumpter.

              LE  GÉNÉRAL

     La saison a esté diverse.

              SOTE  MYNE

             Le Général plain de sagesse 87

     [Excellente est, grande et haultaine,]88

     [La] Court de Parlement souvraine89 :

175   Sur le pain, el a mis bon rum90.

              LE  GÉNÉRAL

     C’est la nourice du commun91.

             El a fait droict de grant arrum.

              MÈRE  SOCTIE

             C’est la nourice du commun.

              SOCTE  MYNE

     Comme source de sapience,

180   Fontaine de toute science,

     Aiday nous a92, il est commun.

              LE  GÉNÉRAL

     C’est la nourrice du commun.

              TESTE  LIGIÈRE

     Paris, où gist toute saigesse :

     Pour ressourdre93 nostre foiblesse,

185   Tu as resjouy ung chascun.

              MÈRE  SOCTIE

     C’est la nourrice du commun.

              SOCTE  MYNE

     Souverain lieu, porte royal[e] :

     Soubz la couronne espicial[e]94,

     Resjouys nous as en commun.

              LE  GÉNÉRAL

190   C’est la nourrice du commun.

     Dieu la garde d’ennuy aulcun !

     Espérer fault bonnes nouvelles.

              SOCTE  MYNE

     Les blédz sont beaulx.

              TESTE  LIGIÈRE

                   Vignes sont belles.

              MÈRE  SOCTIE

     Gaudéamus95 !

              LE  GÉNÉRAL

               Vive bon temps !

              SOCTE  MINE

195   Maulgré les usurie[r]s rebelles,

     Les blédz sont beaulx.

              TESTE  LIGIÈRE

                   Vignes sont belles.

              SOCTE  MINE

     Le chier96 temps, par façons cruelles

     Nous a chastiéz, bien l’entens.

              TESTE  LIGIÈRE

     Les blédz sont beaulx.

              SOCTE  MINE

                   Vignes sont belles.

              TESTE  LIGIÈRE

200   Gaudéamus !

              LE  GÉNÉRAL

              Vive bon temps !

     [………….,] j’en suis contens :

     Appellez Bon Temps, et qu’il vienne !

     Affin que de luy il souvienne,

     De le veoir icy je prétens.

              SOCTE  MINE,  en huchant 97 :

205   Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

             Bon Temps !

              SOCTE  MINE

                     Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

                             Bon Temps !

              BON  TEMPS,  estant à une fenestre.        SCÈNE  IV

     Me vécy ! Suis-je bien en point98 ?

     Maistre suis de[s] povres items99.

              SOCTE  MYNE,  en huchant :

     Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

             Bon Temps !

              SOCTE  MINE

                     Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

                             Bon Temps !

              BON  TEMPS

     Piéçà100 je ne fus sur les rengs.

210   Le dieu Mars m’a mys en pourpoint101.

              SOCTE  MINE,  en huchant :

     Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

             Bon Temps !

              SOCTE  MINE

                     Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

                             Bon Temps !

              BON  TEMPS

     Me vécy ! Suis-je bien en point ?

              TOUT,  estant à une fenestre.         SCÈNE  V

     Et moy, des jeux, n’en suis-je point ?

     Me vécy prest de bout en bout.

              SOCTE  MYNE

215   Et comment te nomme[s]-tu ?

              TOUT

                       Tout.

     J’ay esté perdu long espace102 ;

     Mais Bon Temps (qui tout bien compasse)

     Et Bonne Paix m’ont mis debout.

     [………………………… -out

     …………………………. -ace.]

              LE  GÉNÉRAL

     Et comment te nommes-tu ?

              TOUT

                     Tout.

220   [J’ay esté perdu long espace.]

              BON  TEMPS

     De guerre nous avons le bout103,

     Dieu mercy et sa digne grâce !

              TOUT

     La noble Anne104 [a] plaisant[e] face ;

     Si, nous a resjouys du tout105.

              MÈRE  SOCTIE

225   Et comment te nommes-tu ?

              TOUT

                     Tout.

     J’ay esté perdu long espace ;

     Mais Bon Temps (qui tout bien compasse)

     Et Bonne Paix m’ont mis debout.

              BON  TEMPS

     Pour vous en racompter du tout106,

230   En Enffance je me vueil rendre.

              TOUT

     Et moy aussi g’y ay le goust.

     Descendre nous fault sans actendre.

              LE  GÉNÉRAL

     De les recuillir vous fault tendre107.

              BON  TEMPS

     Nous deux, allons veoir les esbatz !

              MÈRE  SOCTIE

235   Bon Temps, mon mignon doulx et tendre :

     Il te plaise descendre à bas !

              BON  TEMPS  et  TOUT  descendent.

             Dis[en]t en chantant ce qui s’ensuit :

     Vive soulas    Et tout esjouyssance108 !

     Sans estre las,   Nous allons en Enffance ;

     Bon Temps le veult, qui n’est perdu.

              SOCTE  MINE  et  TESTE  LIGIÈRE

              cha[n]tent ce qui s’ensuit :

240   Bon Temps, tu soyes le bien venu !

              BON  TEMPS  et  TOUT,

              en chantant ce qui s’ensuit :

     Les usurie[r]s    Nous ont fait grant grevance,

     [Et] boulengiers,  Du mal à grant outrance109.

     Mais ont eu la fessée110 au cul !

              SOCTE  MYNE  et  TESTE  LIGIÈRE

              [chantent] ce qui s’ensuit :

     Bon Temps, tu soyes le bien venu !

              SOCTE  MINE

245   Montez111 !

              TESTE  LIGIÈRE

              Montez !

              SOCTE  MYNE

                     Au résidu112,

     Saluez le hault Général !

              BON  TEMPS,  en saluant le Général :

     De vouloir royal,

     Doulx et cordial,

     Hommaige vous rends.

              LE  GÉNÉRAL

250   Bien viengnez, Bon Temps !

              TOUT,  en saluant Mère Soctie :

     Socte triumphante,

     En soctoys113 puissante :

     Vers vous viens la voye.

              MÈRE  SOCTIE

     Tout, Dieu vous doint joye !

              BON  TEMPS

255   Noble Général

     De voulloir royal,

     Je viens sur voz rengs.

              LE  GÉNÉRAL

     Bien viengnez, Bon Temps !

              TOUT

     La Mère d’Enfance,

260   Honneur et114 puissance

     Jésus vous envoye !

              MÈRE  SOCTIE

     Tout, Dieu vous doint joye !

              BON  TEMPS

     Je suis bien de la morte-paye115,

     Il y pert116 bien à mes habitz.

              TOUT

265   Qui n’a point d’argent, rien ne paye.

              BON  TEMPS

     Je suis bien de la morte-paye.

              LE  GÉNÉRAL

     Bon cueur, sus117 !

              TOUT

                 Saint Denis, mont-joye118 !

              BON  TEMPS

     On m’a servy de pain trop bis119.

     Je suis bien de la morte-paye,

270   Il y pert bien à mes habitz.

              LE  GÉNÉRAL

     Vray Dieu ! comment Tout est desmis120,

     Tout est deffait, en piteux point !

              SOCTE  MINE

     Bon Temps, qui t’a en ce point mis,

     De malle fièvre soit-il oingt !

              TESTE  LIGIÈRE

275   Bon Temps, tu es en povre point !

              SOCTE  MINE

     Mais comment Tout est desnué !

              BON  TEMPS

     Je n’ay ne robe ne pourpoint.

              MÈRE  SOCTIE

     Bon Temps, tu es en povre point !

              TOUT

     Sur ma robe, on n’y congnoyst point121 ;

280   Cest yver, n’ay guières sué.

              TESTE  [LIGIÈRE]

     Bon Temps, tu es en povre point !

              SOCTE  MINE

     Mais comment Tout est desnué !

              BON  TEMPS

     Pensez, on m’a bien gouverné !

     Depuis vingt ans, sans mesprison,

285   J’ay esté tousjours en prison

     Pire, cent fois, que la Gourdaine122.

              LE  GÉNÉRAL

     Bon Temps, tant tu as eu de paine !

              TOUT

     Et moy, par la guerre terrible,

     Long temps a que ne fus paisible.

290   Chascun jouoyt123 à l’esperdu.

              MÈRE  SOCTIE

     Tout a esté long temps perdu.

              LE  GÉNÉRAL

     Pour mieulx fournir le résidu,

     Je vueil, sans y mectre débat,

     Que Tout soit remys en estat.

295   Et pour mieux entendre le point,

     [………………………. -oint,]

     Et qu’en ce, n’y ait point de lobe124.

              SOCTE  MINE

     Bon Temps, endossez ceste robe

     Et ce chapperon.

              BON  TEMPS

                Vive Enffance !

              TESTE  LIGIÈRE,  en vestant Tout :

     Affin que nul si ne vous lobe125,

300   Çà, Tout : endosse[z] ceste robe.

              LE  GÉNÉRAL

     Que Bon Temps de ma Court ne hobe126,

     Ne Tout aussi : c’est ma plaisance.

              SOCTE  MYNE

     Bon Temps, endossez ceste robe

     Et ce chapperon.

              TOUT

                 Vive Enffance !

              LE  GÉNÉRAL

305   Puisque Tout se rend en Enffance,

     Et Bon Temps, je ne puis périr.

              MÈRE  SOCTIE

     Nous au[r]ons des biens habondance,

     Puisque Tout127 se rend en Enffance.

              BON  TEMPS

     De moy on a esjouyssance :

310   Nully ne vous pourra férir128.

              SOCTE  MYNE

     Puisque Tout se rend en Enffance,

     Et Bon Temps, je ne puis périr.

              LE  GÉNÉRAL

     Pour [mieulx] liesse entretenir,

     Çà, Bon Temps : par bon[ne] accordance,

315   Ensemble dancez129 une dance,

     Remerciant Dieu le pasteur.

     [Socte Mine]130, tu es ung chanteur :

     Commence ! Prens-la de bon ton131.

              SOCTE  MYNE,  en chantant :

     Laudate, pueri, Dominum132 !

320   Bon Temps avons icy.

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri !

              SOCTE  MYNE

     Bon Temps avons icy,

     Et Tout nous gouvernon.

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri, Dominum !

              SOCTE  MYNE

325   Paix avons, Dieu mercy !

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri !

              SOCTE  MYNE

     Paix avons, Dieu mercy,

     Maulgré division133.

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri, Dominum !

              LE  GÉNÉRAL

330   Vive [la] France en unyon134,

     Tant que monde sera sur Terre !

              MÈRE  SOCTIE

     Vive le Bon Temps et son non135,

     Qui le povre commun desserre136 !

              TOUT

     Jamais ne puisse-il estre guerre

335   Jusques tant que Bon Temps la face137 !

 

              LE  GÉNÉRAL

     Seigneurs, voyez en ceste place

     Que Tout est remis en estat.

     Bon Temps, avant que je desplace138,

     Est remis en point sans débat.

340   Jésus, qui les péchéz rabat,

     Vueille préserver de souffrance

     Et tenir en joyeulx esbat

     Le noble royaulme de France

     Sans faire nulle déléance139

345   Ne nulle vindication140 !

 

     Socte Myne, à ta plaisance,

     Dy deux motz de collacion141 !

 

                   EXPLICIT

*

1 Entre le 9 février (note 104) et le 21 avril (note 84). Elle fut probablement créée à l’occasion du Mardi gras, le 6 mars.   2 Depuis 1483, il régnait sous la tutelle de sa sœur aînée, Anne de Beaujeu. (Cf. les Rapporteurs, note 63.) Le peuple ne le tenait donc pas responsable des abus fiscaux de la régente (voir la note 101).   3 La sottie des Premiers gardonnéz en parle aussi, aux vers 146-148.   4 T : Tout estant  (Mauvaise lecture de la didascalie qui précède le vers 213.)   5 Les acteurs apparaissent aux fenêtres d’une maison. Ils vont descendre sur la place (à l’aide d’une échelle ?) pour gagner l’estrade.   6 Locution proverbiale qu’on trouve par exemple dans Mieulx-que-devant (BM 57).   7 Les mauvais jours sont-ils derrière nous ? Par association d’idées, on va passer du blé au pain.   8 « Le diable emport le cousinaige ! » Le nouveau Pathelin.   9 Pour faire un profit immédiat, ils le vendent sans l’avoir laissé reposer. « Après que le pain est cuit et tiré hors du four, il doit reposer à tout le moins par l’espace et distance d’un jour devant que d’estre mangé, pour ce que le pain chauld est mauvais, attractif de mauvais air, et est peu conforme à nature humaine. » (Régime de vivre, et conservation du corps humain.) Cette prescription du « panis non calidus », édictée par l’école de médecine de Salerne, était encore très suivie.   10 T : fredengiez  (Laidenger = blâmer.)   11 Prendre. « Haulcer les espaulles et piller patience. » Jehan Marot.   12 Jusqu’en automne. On espérait une remise en ordre après le mois d’août (vers 12).   13 T : ferons vendengiez  (Nous en serons vengés, nous aurons notre revanche.)   14 Si nous jouons sur un échafaud [sur une estrade], j’en dirai de belles. Les acteurs de sotties passaient en revue les grands et les petits scandales du moment.   15 Par lui-même. « Qui est à tout par luy : Qui se gouverne par soy-mesme. » Robertus Stephanus.   16 Qu’il ne l’était. Voir ma notice.   17 Parce que les autorités surveillent le pain.   18 Le très impopulaire Louis XI, père de Charles VIII, avait multiplié par trois les rentrées d’impôts.   19 Grommelle.   20 T : vieus   21 Tamponné avec mon sceau viril. Confusion fréquente avec seller : « –Toutteffois semble-elle bien saige,/ Et chacun la tient pour pucelle./ –Et que voullez-vous ? On la selle ! » Celuy qui se confesse à sa voisine, F 2.   22 Du mauvais trou, de l’anus, par opposition au pertuis, qui désigne couramment le vagin : cf. Gratien Du Pont, vers 255.   23 T : lordre  (Les jumelles merdeuses sont les fesses des femmes : cf. Raoullet Ployart, vers 57. Il faut comprendre : J’entretiens toujours les fesses.)   24 Les vulves. « L’official condamna la pauvre jeune fille à prester son beau et joly instrument à son mary pour y besongner. » (Bonaventure Des Périers.) Même expression au vers 53.   25 Du coït. (Cf. la Réformeresse, vers 249.) Idem vers 85.   26 T : donce la semelle  (Entre les vers 46 et 50, la distribution des rôles se décale : T donne les répliques de Tête Légère à Sotte Mine, et inversement. Je rétablis entre [ ] les rubriques logiques.)   27 T : rien   28 T : beau  (Être baud de = être avide de. « Ribauds/ Qui de tout prendre sont si bauds. » Godefroy.)  Prois = cul. <Godefroy dit plus chastement : le derrière.> C’est un mot d’argot répertorié dans la Vie généreuse des mercelots : « La forest du prois : hault-de-chausses. Filer du prois : chier. L’aquige-proys [le trompe-cul] : la couille. » La phrase du sodomite Tête Légère se traduit ainsi : Je suis avide de culs.   29 T : teste creuse  (Même négligence aux vers 52, 56 et 280.)  Teste Creuse est également un Sot ; il jouait dans la sottie des Coppieurs et Lardeurs <T 8>, et dans celle des Sotz qui corrigent le Magnificat <T 5>.   30 Tes intestins.   31 Ayant le poids réglementaire. « Vingt escuz d’or de poys. » Archives de Nantes.   32 Je n’ai plus « ni croix ni pile », les femmes m’ont ruiné. Par métonymie, on appelait « croix » les monnaies dont le côté face s’ornait d’une croix : cf. le Testament Pathelin, vers 398.   33 Que le feu de saint Antoine brûle les culs ! (Idem vers 62.)  Cabas = cul : « Rembourreux d’enffuméz cabas,/ Laisser vous fault vostre mestier/ Sans plus fourbir ces vielz harnas. » Ballade.   34 À partir de ce vers manquant et jusqu’à 60, la distribution se décale à nouveau.   35 Je désire le coït. Sotte Mine comprend « jà pète », d’où sa réplique.   36 J’ai une femme que j’aime un peu.   37 Quand je lui fais l’amour. Cf. Colin, filz de Thévot, vers 175.   38 Fatigué.   39 « River : foutre. » (La Vie généreuse des mercelots.) Idem vers 130.   40 Elle pousse le cri de reconnaissance des soldats. En réponse, il faut qu’on acclame son fils, le Général d’Enfance.   41 Vive le Général !   42 La très puissante. Le Général gouverne le pays d’Enfance (vers 146-7). Ce pays de Cocagne où l’on trouve Tout et le Bon Temps (vers 305-6) est une homophonie de « en France ».   43 En courant.   44 T : ie reuisite  (Visiter son origine, sa source : sa mère.)   45 T : iouye  (Fossette = sexe de la femme : « Cons rondelets, corallines fossettes. » Ronsard.)  « Encore qu’il soit desgarni de boules, si peut-il néanmoins jouer à la fossette. » Bruscambille, Des chastréz.   46 Mignonne. « Quant cuyda prendre son délit [plaisir]/ De nuyt avec sa godinette. » Éloy d’Amerval.   47 Les Enfants sont les insouciants habitants du pays d’Enfance (note 42).   48 Cône de bois d’aspect vaguement phallique. Synonyme de toton, qui désigne la toupie et le pénis : « [Elle] reprend le toton, et le dresse/ Aussi-tost qu’il est abbatu. » Pierre Motin.   49 Il boit du vin. Cf. le Gaudisseur, vers 9.   50 Bille [bâton] = pénis. (Cf. Ung jeune moyne et ung viel gendarme, vers 127.) Du coup, on se demande s’il n’est pas au Champ-Gaillard (Jénin à Paulme, note 51) avec les filles de joie.   51 T : qui  (Où il triomphe.)   52 T : si son t tain   53 T : iouyeux  (Un rapport sexuel. Idem vers 106.)   54 Qu’il soit bandé ou débandé. « [Elles] ayment mieux le droit que le tort. » La Fluste à Robin.   55 Dans le Jeu du Prince des Sotz (vers 156), le Général d’Enfance montera encore sur un cheval de bois.   56 Ils me donnent des ordres comme des capitaines de navire. La métaphore maritime continue au vers suivant.   57 Suis-je donc sur un bateau ? « Le cul à bort mettre. » (E. Deschamps, Je vous souhaite entre vous, gens de mer.) La réponse –scatologique– est dans la question, puisque « mettre le cul à bord » = mettre le cul à l’air : « [Le prieur] mit le cul à bort et lui fit un pet. » (Coutumier de France.)   58 J’étais avec l’économe.   59 « Le grant prieur de Bondeculage, à Serrefessier », publia vers 1510 des Ordonnances touchant « la réformation des courtes chausses », autrement dit, des caleçons.   60 Un rapport sexuel (vers 96). Pour sceller, voir la note 21.   61 Rayonne.   62 Raie des fesses. « Vous baiseriez plus tost ma roye ! » (Jehan Molinet.) Le jeu de mots sur la ville picarde de Roye était commun : « Ne nous logeons jamès auprès de Roye ! » (Molinet.)  63 Je l’ai pénétrée.   64 Elle l’invite à descendre de son cheval de bois et à monter sur l’estrade. Il obéira au vers 141.   65 T : doibt  (Même modèle que 112.)   66 Il devient impuissant. (Cf. le Testament Pathelin, note 10.)  Pissote = appareil urinaire des femmes. (C’est l’équivalent féminin du pissot : cf. les Chambèrières, vers 77.)  La phrase est ironique : Tête Légère pense le contraire de ce qu’il dit.   67 Pourquoi ?   68 Il ne recherche pas l’ordre religieux de Serre-Fessier pour coïter. (Encore une antiphrase !)  Ordre était parfois féminin : « Il ne debvoit y avoir deux couvens d’une ordre ne d’une religion des mendians. » Chroniques de la ville de Metz.   69 Un vagin (littéralement : le fond de l’abîme). « Du de profundis nous jouerons./ Le bout des reins nous remuerons. » Le Mariage de Robin Mouton, F 32.   70 La targe est la monnaie des ducs de Bretagne, et donc de la reine (v. ma notice) ; l’écu est la monnaie de la France, et donc du roi. Les riches habits du Général sont le fruit de ces deux sources harmonieuses. Malheureusement, cette parabole édifiante est quelque peu gâchée par les deux vers qui riment avec ceux-ci…   71 Le sexe d’une femme. « La belle fille entre les bras,/ Et river le bis à plaisance/ Dix foys la nuyt. » Folle Bobance, BM 40.   72 À attraper les coucous avec un filet. Pour le jeu de mots sur cocus, voir le Faulconnier de ville, vers 90.   73 Car le premier venu vient à son aide pour lui conférer une bonne renommée.   74 Me voici ! (Au pays d’Enfance, on passe vite du lit à la table.) Ce vers proverbial reviendra dans Maistre Mymin qui va à la guerre <vers 28>.   75 Dans la sottie du Roy des Sotz (BM 38), Coquibus est un rapporteur, un médisant.   76 D’argent. Cf. Maistre Pierre Doribus, vers 50.   77 Dans la condition de Sot.   78 Chevaux. Mais aussi, pénis : « Son roussin cloche/ Et ne sonnoit qu’à une cloche. » (Molinet.)  Étable = vagin : «Mon povre courtault [pénis]/ Que j’ay (…) souvent logé en froide estable,/ Le povre, las ! est recru sur le sable ;/ De servir plus en crouppe ne luy chault. » (Parnasse satyrique.)   79 Votre réputation.   80 Exceptionnel.   81 « Il n’y a rien nouveau soubz le soleil. » Marguerite de Navarre.   82 Cher, onéreux. Idem vers 197.   83 T : Je  (J’ai vendangé avant l’heure, à perte.)   84 L’année commençait le jour de Pâques. Nous sommes donc toujours dans la calamiteuse année 1491, qui s’acheva le 21 avril 1492.   85 J’ai fait crédit de grosses dettes. « [Ilz] vinrent à ung tavernier à qui ilz devoient, prier qu’il leur accreust encores ung escot. » Godefroy.   86 Chu, tombé d’inanition.   87 Le début de ce poème en aabB/ccbB est abîmé. Eugénie Droz le corrige différemment dans son édition (p. 282).   88 T : lexcellente et grant haultesse  (Hautain = suprême.)  Martial d’Auvergne, procureur au Parlement de Paris, applique à la Justice les mêmes termes élogieux : « [Ils] venoient au roy et royaume de France/ (Pour le renom et la haulte excellance/ De la Justice lors régnant très hautaine)/ Quérir justice comme la souveraine. »   89 Villon lui-même avait adressé une Louenge à la Court du Parlement de Paris : « Souvraine Court, par qui sommes icy,/ Vous nous avez gardé de desconfire ;/ Or la langue seule ne peut souffire/ À vous rendre souffisantes louenges. »   90 Bon ordre (run). Voir ma notice.   91 Du peuple.   92 T : as  (La Cour du Parlement nous a aidés.)   93 Pour nous relever de.   94 Sous l’égide de la couronne royale. « Amenez Tibère demain :/ Le premier empereur rommain/ Le feray. Et ne faillez pas :/ Je luy vueil avant mon trespas/ Donner couronne espécialle. » Mystère des Actes des Apostres.   95 Réjouissons-nous !   96 T : cheir  (Cher, onéreux.)   97 En appelant.   98 Bien habillé. Il est vêtu de haillons (vers 210, 264, 277).   99 Des gens qui sont aussi pauvres que moi. (On prononçait itan.)   100 Depuis longtemps.   101 La guerre m’a laissé en chemise. La guerre entre le royaume de France et le duché de Bretagne (1487-1491) avait occasionné des levées d’impôts supplémentaires.   102 Longtemps.   103 La fin. Une fin provisoire, puisque Charles VIII allait bientôt déclencher les interminables guerres d’Italie, où la France n’a rien gagné d’autre que la syphilis.   104 Anne de Bretagne, la nouvelle reine, fit son entrée solennelle dans Paris le 9 février 1492. Séduit par cette jolie fille de 15 ans, le peuple lui réserva un accueil délirant.   105 Tout à fait.   106 Pour tout vous dire.   107 Vous devez les accueillir. (Il parle à ceux qui sont en bas.)   108 E. Droz (p. 256) voit ici une parodie de la chanson Vive le roy et sa noble puissance. Étant donné que ladite chanson est à la gloire de François Ier, c’est plutôt elle qui devrait parodier la nôtre… On remarquera les rimes des césures.   109 T : outraige   110 Des coups de verges. Voir ma notice.   111 Sur l’estrade. (Il s’adresse à Bon Temps et à Tout, qui viennent de descendre sur la place.)   112 T : Anresidu  (Au résidu = au reste.)   113 En sottise. « Il a l’esprit à la cuysine,/ Ce jaune-bec [blanc-bec], en son sotoys. » Sottie de la Pipée.   114 T : a   115 Je suis comme ces vieux soldats qui ne touchent qu’une demi-solde.   116 Cela apparaît.   117 Cri de guerre. « Bon cœur, souldart ! Bon cœur, sus ! Entre, monte, tue ! » Tragédie du sac de Cabrières.   118 Cri de guerre des rois de France.   119 Trop noir, dont la farine contient des scories, comme au vers 163. L’arrêt de 1491 réglementait la blancheur du pain (v. ma notice). Sous ce vers, T ajoute en vedette : Tout   120 Ruiné : à cause de Louis XI et de la régente, Tout est aussi pauvre que Bon Temps.   121 On n’y reconnaît pas un seul point, une maille intacte. « De robe, ne lui remest [reste] poinz. » Godefroy.   122 Une des geôles du Grand Châtelet. Il y a peut-être là une évocation du cardinal Balue : emprisonné par Louis XI de 1469 à 1480, il dormait dans une cage. Cf. les Sotz escornéz, vers 294-7.   123 T : a iouay   124 De tromperie.   125 Ne se moque de vous.   126 Ne bouge.   127 « Bien heureux est-il, en ce monde,/ [Celui] qui a Tout : nul bien ne luy fault. » Tout, Rien et Chascun, BM 56.   128 Frapper.   129 T : dancer  (Ils vont danser sur une parodie liturgique en forme de répons : c’est à peu près ce qu’on voyait dans les églises lors de la Fête des Fous.)   130 T : Soustenu  (« Tu es » se scande « t’es ».)   131 Attaque la chanson dans la bonne tonalité.   132 T : dominuz  (« Louez, enfants, le Seigneur ! » Psaume 112.)  On prononçait « Dominon ».   133 La division entre la couronne de France et le duché de Bretagne. Le mariage royal avait enfin ramené la paix : v. ma notice.   134 On œuvrait à un « édit d’union » entre la Bretagne et la France ; il fut signé 40 ans plus tard.   135 Son nom.   136 Qui libère le pauvre peuple.   137 À la fin du carnaval, une joyeuse mêlée opposait le cortège de Mardigras et celui de l’austère Carême. (Cf. la Bataille de Caresme et de Charnage, le Testament de Carmentrant [Carême-entrant], et surtout la Bataille de sainct Pensard à l’encontre de Caresme.) On considère que notre sottie fut jouée pendant les jours gras, dont l’incontournable Bon Temps était l’un des piliers. Le mot d’ordre du carnaval était de « rouler bon temps », de profiter des bons moments. Cf. les Fanfares (…) des Roule-Bontemps de la haute et basse Coquaigne (1613). Aujourd’hui, la devise « Laissez-les Bon Temps rouler ! » ne retentit plus que chez les Cadiens de Louisiane, lors du Mardi gras.   138 Avant que je ne me déplace, que je ne m’en aille.   139 Sans délai.   140 Revendication.   141 De discours. C’est traditionnellement une chanson.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :