LA RÉSURRECTION JÉNIN À PAULME

Hans-Sebald Beham

Hans-Sebald Beham, 1541

*

LA  RÉSURRECTION

JÉNIN  À  PAULME

*

 

 

Cette pochade loufoque fut écrite avant la farce de Légier d’argent (F 25), qui mentionne un « Jénin des Paulmes qu’est trespassé ». On place Légier d’argent au début des guerres d’Italie (∼1494) ; mais le vers 126, « J’ay cassé/ Cent lances ceste année à Millan », évoque plutôt l’occupation de Milan par les Français (1499-1500). Jénin à Paulme doit dater de 1499. Louis XII, qui régnait alors, entretenait un fol appelé Caillette1 ; or, Jénin met en scène un fou du même nom. Ce Caillette avait-il des talents d’acteur, comme Triboulet2, le bouffon de René d’Anjou ? Rien ne le prouve. Bonaventure Des Périers, qui ne l’a pas connu, le fait parler dans la 2° nouvelle des Récréations et Joyeux devis : le fol de Louis XII n’y montre aucun esprit, mais il sait répéter. Je crois plutôt que l’auteur de Jénin à Paulme fit là un portrait physique et sonore de Caillette, plus ressemblant que celui de Des Périers, puisqu’il s’agit en quelque sorte d’un enregistrement d’époque.

Ancêtre du tennis, le jeu de paume consistait à rattraper une balle de cuir (l’éteuf) avec la paume de la main, protégée par un gant. Plus tard, on utilisa un battoir ou une raquette.

Cette farce est véritablement une sottie : Caillette est un fol, Jénin un badin. Nous possédons une Résurrection de Jénin Landore (BM 24), de 1515 ; mais Jénin Landore rentre du Paradis en parlant latin, alors que Jénin à Paulme rentre de l’Enfer en parlant picard3. En 1529, on jouait à Montpellier une Résurrection de l’Abbé [des Fous], non retrouvée4. Les thèmes sacrés que sont la mort, l’Enfer et la « résurrection de Jénin » (qui paraphrase la résurrection de Jésus), font ici l’objet d’un traitement plus que désinvolte ; il est vrai que les Sots accueillent souvent la Mort avec le sexe à l’air, comme en témoigne Holbein le Jeune dans la Danse macabre ou dans l’Alphabet de la Mort.

Cest les garçons du collège de Beauvais, à Paris, qui jouèrent cette pièce grivoise et scatologique écrite à leur intention, et peut-être par un des leurs. Au XVIe siècle, ils monteront des pièces de Jacques Grévin. On dit parfois que Cyrano de Bergerac a écrit la comédie du Pédant joué dans ce collège.

Source : Recueil de Florence, n° 50.

Structure : Rimes plates, abab/bcbc, avec plusieurs chansons.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce nouvelle trèsbonne & fort joyeuse de

la Résurrection

Jénin à Paulme

*

À cinq personnaiges, c’est assavoir :

      JÉNYN  À  PAULME5

      LA  SEUR  À  JÉNYN

      JOACHIN

      THOYNON6

      CAILLETTE

*

                                         LA  SEUR  JÉNYN  commence    SCÈNE  I

               Or est mon frère Jényn mort,

               Dont j’ay au cueur ung dur remort.

               L’av’ous point veu icy venir ?

               Le devoit Dieu faire mourir ?

5      Par Dieu ! il s’en fust bien passé.

               Hée ! Jényn, tu es trespassé ;

               Pleust à Dieu que tu fusse(s) en vie !

 

                                                     JOACHIN       SCÈNE  II

               Et ! benoiste vierge Marie,

               Qu’i a-il ?

                                                    LA  SEUR

                                 Grant adversité.

                                                    JOACHIN

10      Vous monstrez qu’estes fort marrie ;

               Mais quoy ?

                                                   LA  SEUR

                                     Quoy ? Bénédicité !

               Je suis en tel perplécité7

               Que, se de Dieu n’y a [point d’aide]8,

               [Il] n’est homme en ceste cité

15      Qui m’y sceust donner nul remède.

                                                  JOACHIN

               Vous estes encor(e) forte et roide.

               Ayez bon cueur9, prenez couraige,

               Et ne soyez pas si trèsfroide :

               On scet10, mort, que c’est une rage.

                                                 LA  SEUR

20      Jényn, mon frère ! Ha ! j’enraige

               Toutes les foys que je pense à toy.

                                                 JOACHIN

               Et ! par Dieu, vécy bel ouvrage !

               […………………………. -oy.]

               Av’ous mestier11 qu’on vous « ramonne » ?

               Quant il seroit l’heure de nonne12,

25      Voulentiers vous allégeroye.

                                                LA  SEUR

               Las ! onc depuis mon cueur n’eut joye13

               Que mon frère Jényn à Paulme

               Mourut. En terre et [à la]14 chaulme,

               Il n’a garde que on [lattrape]15.

                                               JOACHIN

30      Qui ? Jényn ? « Hy ! [hy !]  Je te tappe16 ! »

               Taisez-vous : nous aurons du pluc17.

                                              LA  SEUR

               Si n’es-tu po[i]nt, dessus18 le suc,

               Comme estoit mon frère Jényn.

                                              JOACHIN

               Je ne suis pas si trèsbadin19

35      Que ne vous maine aux Cordeliers20,

               Par saint Jehan, aussi voulentiers

               Que [le] fist oncques vostre frère.

                                              LA  SEUR

               G’y vois21 souvent veoir mon beau Père

               Pour reposer ma conscience.

                                              JOACHIN

40      Ho ! j’auray assez pascience,

               N’en doubtez ; je vous seray22 vray.

               Jényn mengea le papegay23,

               Mais je ne feray pas ainsi.

                                             LA  SEUR

               Tu seroys tout villain, aussi !

                                              JOACHIN

45      Quant vous aurez intention24

               De troter en commission25

               Et aussi que le « jeu » vous hecte26,

               Je vous mettray en ma brouette,

               Gorier27 comme ung gentil gallant,

50      En lieu d’un chariot branlant.

               Par bieu ! je ne sçauroye mieulx dire.

                                             LA  SEUR

               Qu’en ton fait n’y ayt que redire,

               Car je hente28 de[s] gens de bien.

                                             JOACHIN

               Que je dye ung mot ? Rien, rien, [rien] !

                                             LA  SEUR

55      Quant mon frère Jényn vivoit,

               Partout grant chère on me faisoit

               En ces cloistres, en ces couvens :

               J(e) y avoye souhaict à tous vens,

               J’estoye partout la bien venue.

                                             JOACHIN

60      (J’entens bien ! vous est[i]ez congneue

               En tous lieux.)

                                             LA  SEUR

                                        Mais que de finesse[s]29

               Je faisoye !

                                             JOACHIN

                                 (Voire ! Sur les fesses

               Vous estes bien carillonnée.)

                                             LA  SEUR

               Oncques femme de mère née,

65      Je croy, ne fist ce que j’ay fait.

               J’ay fait le fait et le deffait30

               Entrer31 par l’ung, saillir par l’autre.

                                            JOACHIN

               (Voire ! Et Jényn couchoit au peaultre32.

               Il avoit bonne pacience !)

                                            LA  SEUR

70      Je vous jure ma conscience

               Que oncqs puys33 qu’il mourut, en somme,

               Je ne rencontray ung tel homme.

               J’en ay perdu mains bons repas34.

                                             JOACHIN

               Par bieu ! je ne vous fauldray pas35 :

75      Je suis clerc, en telle matière ;

               Croyez-moy, nous ferons grant chère.

               Laissez Jényn, il fouille aux taulpes36.

                                            LA  SEUR

               Pas ne suis de ces meschan(te)s gaupes37

               Qui le font à deux à la fois.

                                            JOACHIN

80      Vertu sainct Pierre, je vous crois38 !

               Suyvez-moy, la seur à Jénin :

               Nous mengerons d’un bon connin39,

               Aujourd’huy, en quelque banquet.

                                            LA  SEUR  À  JÉNIN

               Le scès-tu bien ?

                                            JOACHIN

                                  Cessons ce caquet.

85      N’ayez soucy qu(e) à bien « dancer40 ».

               Allons, et ne vueillez penser

               Fors qu(e) à tenir gestes de mesme(s).

                                            LA  SEUR

               Ho ! se je ne faulx à mon esme41,

               Je feray bien le personnaige.

               [………………….. -aige.]

 

                                  JÉNIN  À  PAULME  [chante]42     SCÈNE  III

90      Hy ! hy ! Je te jou, je te tappe43 !

                                            JOACHIN

               Cheminon [………… -appe.]

                                            JÉNIN,  en chantant

               Ababou, tenfarara, tenfarara !

                                           LA  SEUR  [chante]

               Jamais mon cueur joye n’aura44,

               Joachin.

                                           JOACHIN

                             [Pour] quel[le] raison ?

                                           JÉNIN  chante

95      [À] Arras m’en vois45 en garnison.

               C’est Chose46 qui m’envoye, hoye !

                                           JOACHIN

               Sang bieu ! vélà en ceste voye

               Jénin à Paulme !

                                           LA  SEUR

                                             Las ! et où ?

                                           JOACHIN

               Je l’ay ouÿ (i)cy.

                                           JÉNIN  chante

                                           Je te jou !

100     Tarara, tararirène ! Hy ! hy !

                                            LA  SEUR

               Et ! par mon âme, c’est il, [ouy] !

               Jénin ! Jénin ! Jénin, mon frère !

                                            JÉNIN

               Hen ! hen ! Me cheur47 !

                                            LA  SEUR

                                                          Que doy-je faire ?

               Vécy Jénin ressuscité.

                                             JÉNIN

105     Vray dis-tu.

                                              JOACHIN

                                      Bénédicité !

               Belle48 venue en ce royaulme !

                                              JÉNIN  [chante]

               Hy ! hy ! Je te jou à [la] paulme !

               Boit-on nyant49 [de] vin de festu50 ?

                                             LA  SEUR

               Hélas, mon frère, d’où viens-tu ?

                                              JÉNIN51

110     Par ma foy ! d’estrange contrée.

                                             LA  SEUR

               Tu en viens ? Mon Dieu !

                                             JÉNIN

                                                           Par [l’entrée]52,

               Trois lieues delà soleil levant.

                                             JOACHIN

               Nous sommes mieulx que par-devant.

                                             JÉNIN

               Je viens d’Enfer d’icy tout droit,

115     Où l’en ne fait à chascun droit53.

               Il y a piteuse rouardure54.

                                            JOACHIN

               Mais dy-moy se le chemin dure

               Longuement.

                                            JÉNIN

                                      C’est dïablerie.

                                            JOACHIN

               Quelz gens y sont, sans mocquerie ?

                                            JÉNIN

120     Par ma foy ! tousdis55 plus de sept :

               G’y ay veu Gilbert Cochet

               Attacqué parmy sa gargate56.

                                            JOACHIN

               Au plus parfond57 ?

                                             JÉNIN

                                              Bren de quien58 ! ouacte

               Que ch’est [i]chy, Dieu, peu59 de cose.

                                             JOACHIN

125     Parlez à luy.

                                             LA  SEUR

                                        En dea ! je n’ose.

               Je diffère jusqu(es) à demain.

                                             JÉNIN

               J’ay veu tousdis le povre Alain ;

               Et Charles, qui tua le hongre60 :

               Il est au plus près de ton oncle,

130     Joachin.

                                             JOACHIN

                                 Reviendront-il point ?

                                             JÉNIN

               Par ma foy ! je n’en61 doubte point ;

               Attendez-les dedans deux moys.

                                              JOACHIN

               Si feray-ge.

                                             LA  SEUR

                                  (Ouy dea, g’y vois62.

               Quelle joye j’ay !)

                                             JÉNYN

                                               Hen ! hen ! [hen !]

                                            LA  SEUR

135     (Et ! par monsieur saint Jehan,

               Je porteray mon busc63 gorrier.)

                                             JÉNYN

               Par foy ! j’é tousdis me[n] gosier

               Plus sec que plume de duvet :

               À boire ! à boire !

                                           LA  SEUR

                                                Jolivet64,

140     Vous en aurez de bon couraige65.

                                           JOACHIN

               Sacrement Dieu ! Jénin dit rage.

                                           JÉNIN  chante

               Tarara rira riraine !

               [À] Arras m’en vois… Je tocque66 !

                                           JOACHIN

               Il a rapporté une tocque67 :

145     Il est plus fol qu’il ne fust oncques.

                                           LA  SEUR

               Qu’est-il de faire ?

                                           JOACHIN

                                              Allons[-y]68 doncques,

               Qu’i ne se monstre à noz amys.

                                           LA  SEUR

               En quel point tu m’as le cueur mis,

               Jénin mon frère, à ta mort !

150     J’en ay [eu] au cueur tel remort

               Qu(e) à peu que je ne suis trespassée.

                                           JÉNIN  [chante]

               Ilz sont en gallée69, gallée,

               Les maraulx ! Hon ! hon !

 

                                           CAILLETTE        SCÈNE  IV

                                                    Hon ! hon ! hon ! hon !

               Vien-t’en avecques moy, Thoynon,

155     À la bien-venue de Jénin.

                                           THOYNON

               Mais est-il venu, mon cousin ?

                                            CAILLETTE

               Et ouy, il est avec sa seur.

               Vien sa avec moy, que je n’aye peur,

               Thoynon. Do do do do.

                                           THOYNON

                                        J’ay grant fain de le veoir,

160     Ha ha, mon cousin, pour tout voir70 !

               Caillette, nous ferons grant chère.

                                            CAILLETTE

               Prens-moy par la…71

                                            THOYNON

                                                      Fault-il tant faire ?

               Allons !72

                                            CAILLETTE  [chante]

                               Ton, ton, ton, ton, la, la !

                                            THOYNON

               Quel(le) contenance Caillette a !

165     Que dira mon cousin Jényn ?

                                            CAILLETTE  [chante]

               Il nous donra à boire du vin

               À sa feste, feste, feste.

                                           THOYNON

                                                     Ha ! ha !

               73 je le [vous] diray, allez.

                                           CAILLETTE  [chante]

               Carillonnez74, carillonnez !

170     Ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha !

                                           THOYNON,  en le frappant

                                                              Ha ! ha ! ha !

               Or sus, sus ! faictes bien le saige,

               Vélà Jénin.

                                           CAILLETTE

                                En quel passaige ?

               Je vous prie, menez-m’y tout droit.

                                          THOYNON

               Le vélà, le vélà !

                                           CAILLETTE

                                          Touet, touet !

                                          THOYNON

175     Approuchons de luy saigement :

               Monstrez vostre gouvernement75

               Et ne faictes plus le fol, non.

 

                                          CAILLETTE        SCÈNE  V

               Ha ! Jénin, Jénin, hon ! hon ! [hon !]

               Beau sire, baille-moy ta tappe76 !

                                           JÉNIN

180     Et je te jou ! Et je te tappe !

                                           THOYNON

               Ha ! ha ! mon cousin, d’où viens-tu ?

               J’ay eu ung enfant, dy, oy-tu ?

               Tu ne l’as pas veu, il est mort ;

               Mais verras qui77 l’a fait.

                                             JOACHIN

                                                            Au fort,

185     Ce sera belle recouvrance78.

                                            [JÉNIN]

               D’où est-il yssu ?

                                           THOYNON

                                            De [ma pance]79,

               Aussi grant q’ung petit cochon.

               Quant il fut né, il faisoit « hon ! » hon.

               Les larons le m’ont desrobé80.

                                             JOACHIN

190     Tu le gaignas au Bourg-l’Abbé81.

                                             THOYNON

               Merde82 !

                                             JOACHIN

                                 [Tu] dy hardyment83, ouy !

                                             JÉNYN  chante

               Vécy la dance, barbary liry84 !

               Et ! Thoynon, Thoiny, Thoynette !

               Dieu gard [me mye]85 ! Dieu gard Caillette !

                                             CAILLETTE

195     Jénin, Dieu gard !

                                              JÉNIN

                                                  Dieu vous bénoye !

               Je viens de veoir ma grande toye86

               Et l’âme de mon papegay87.

                                             THOYNON

               Sainct Jehan ! je croy bien qu’il dit vray.

               Me congnois-tu point ?

                                              JOACHIN

                                                         Ouy, pour une…88

                                               JÉNIN  chante

200     Happe-la-lune, happe-la-lune !89

                                              JOACHIN

               Plus joyeulx [qu’huy]90, oncques ne fus[t].

                                              LA  SEUR

               Changons propos.

                                              TOYNON

                                               Trut avant91, trut !

               Allons faire ung bancquet ensemble.

                                              JOACHIN

               C’est trèsbien dit, comme il me semble.

205     Je seray le maistre d’hostel.

                                              LA  SEUR

               Si92 bien advisé, il n’est tel.

               Il est temps de se resjouir.

                                             TOYNON

               Trut ! Vous n’avez garde de fouir,

               Il fault ensemble banqueter.

                                             CAILLETTE

210     Hon ! hon !

                                             JOACHIN

                                       Sans plus cy caqueter !

                                             JÉNIN

               Allons disner à no93 maison.

               Je vous donray d’ung bon « oyson94 »,

               Par foy, et de la petite oye95.

                                             CAILLETTE

               Je le croiray mais que le voye :

215     Ne se fault pas mocquer de nous.

               Nous porterons (entendez-vous ?)

               Chacun sa bribe96.

                                             JOACHIN

                                                 C’est bien dit.

               Mais que je boive, il [me] souffit ;

               Je ne manguë point grandement.

                                            LA  SEUR

220     Vécy qu(e) on m’a donné, vray(e)ment,

               Ennuyt97, à la Pomme-de-pin98.

                                            JOACHIN

               Regardez icy quel loppin

               On m’a donné à la Rappée99.

                                           TOYNON

               Nous serviron donc de purée100,

225     Puisque vïande avez assez.

                                            JOACHIN

               Sus, Bénédicité !

                                            TOYNON

                                         Commencez101.

                                            JÉNIN  chante

               Nous sommes de l’Ordre de saint Baboyn102.

                                            Ilz chantent tous :

               L’Ordre ne dit mye de lever matin.

               Dormir jusqu’à prime103 et boire bon vin,

230     Et chanter matines sur ung pot de vin.

                                            TOYNON104

               Ha ! ha ! [ha !] Fault-il faire ainsi ?

                                              JOACHIN

               Par Dieu, Caillette a vécy105 !

               Esse la boisson106 qu’i nous donne ?

                                            TOYNON

               Ha, le villain !

                                            CAILLETE

                                     Est-elle bonne ?

235     Buvez-en à vostre appétit !

                                            LA  SEUR

               Y107 en a assez d’ung petit :

               La boisson est toute esventée108.

                                           CAILLETE

               Je l’ay tout maintenant percée109,

               C’est mal entendu vostre cas.

240     Je vous pry, ne l’espargnez pas :

               Buvez, trempez-y vostre pain110.

                                           JOACHIN

               Que grant dÿable le villain !

               Y nous a tous empuantiz.

                                           CAILLETE

               Vous estes ennonchalantis111 ;

245     N’ay-je pas fourny la boisson ?

                                           LA  SEUR

             Je croy qu’il soit nourry de son,

             [Car] il vesse comme ung pourceau.

                                           TOYNON112

               Vous ne mengerez huy morceau !

               Nous diffamez-vous en ce point ?

                                          CAILLETE

250     Oste-moy ce poul qui me point113,

               Toynon.

                                          TOYNON

                             Mon frère, or allez !

               Vous nous avez bien ravalléz114,

               Au ressuscitement de Jénin !

                                          CAILLETE

               Bou !

                                         TOYNON

                            Regardez-moy115 quel verdin !

255     On a bel honneur, à le suivre.

                                           JÉNIN

               Hy ! hy ! [hy !]

                                          LA  SEUR

                                         Poix116 ! poix !

                                         CAILLETE

                                                                      Est-il yvre ?

               Il n’a pas trop beu, ce me semble.

                                         TOYNON

               Mais avant qu(e) on se dés[as]semble,

               Tenons chapitre117 entre nous,

260     Veulx-tu ?

                                          JOACHIN

                                   Je m’en raporte à vous :

               Je tiendray118 ce que vous direz.

                                          LA  SEUR

               Et point vous ne contredirez ?

                                           JOACHIN

               Ainsi le prometz.

                                           LA  SEUR

                                           Somme toute,

               Ung couvent119 auron (quoy qu’il couste),

265     Pour recepvoir ceulx qui venront120

               Céans et qui ressuscit(e)ront

               Si comme a fait Jényn mon frère.

                                           JOACHIN

               Sainct Jehan ! dame, on le doit [bien] faire

               À celle fin. Quant je mourray,121

270     Peult-estre que ressuscit(e)ray :

               Au moins, auray-je maison faicte.

                                           LA  SEUR

               Il fault qu(e) au vif el(le) soit pourtraicte122.

               Qui y sera commis ?

                                           JOACHIN

                                                  Pour Dieu !

               Nommez[-moy] la place et le lieu

275     D’icelle situation :

               Sans faire longue station123,

               J(e) y feray bien tost besongner.

                                            THOYNON

               Aucuns124 en pourroient bien grongner,

               Et s’i pourront bien opposer.

                                            JOACHIN

280     Ilz ne sauroient rien proposer

               Qui nous sceust tourner préjudice.

                                            LA  SEUR

               [………….] pour faire l’édiffice,

               [Je] veulx que Caillette on y mecte

               En chair[e], affin qu’il commecte125

285     Par son auctorité quelq’un.

                                           THOYNON

               Ha ! pour bailler raison, c’est ung126 !

               En l’Ordre127, n’y a son pareil.

                                           LA  SEUR

               Vous faictes trop long appareil128,

               Caillette ; assoyez-vous là !

290     Entendez deçà et delà ;

               Dictes quelque bonne pensée.

                                         CAILLETTE

               Mais la chaire129 est-elle persée ?

               J(e) y vueil faire mon aisement130.

                                          LA  SEUR

               Ouÿ, séez-vous seurement.

295     Vostre cul ung peu se repoise ?

                                          CAILLETTE

               Je suis icy bien à mon aise.131

                                          THOYNON

               Caillette, sus ! De vostre grâce,

               [Eslisez qui vouldriez qui]132 face

               Nostre couvent, et en quel lieu.

                                          CAILLETTE

300     Ce sera Joachin, par Dieu :

               Il n’est [nul si] propre et gaillart.

                                          LA  SEUR

               Où sera-ce ?

                                          CAILLETTE

                                  Au Champ-Gaillart133,

               Sur le grant chemin de voye,

              À celle fin que chascun nous voye

305     Pour augmenter nostre pratique134.

                                         LA  SEUR

               Il n’y fault point faire réplique,

               Car il est trèsbien ordonné.

                                         CAILLETTE

               Le congé135 vous en est donné ;

               Besongnez-y quant vous vouldrez.

                                         LA  SEUR

310     Joachin, le soing en prendrez :

               Vous estes ung grant inventeur.

               Se voulez ung soliciteur136,

               Jényn, mon frère, servira.

                                         JOACHIN

               Mais Caillette ne bougera :

315     Ce sera l’abbé137 du couvent.

                                         CAILLETTE

               J’en suis d’acord.

                                        TOYNON

                                           Et moy, vray(e)ment.

               C’est bien entendu la raison.

                                         JÉNYN

               Je n’ay pas ung piètre [re]nom,

               Pour faire chière lye au ny138.

                                       TOYNON

320     Allons-nous-en !

                                       JÉNYN

                                             Mais je vous pry139.

                                       JOACHIN

               Vive[nt] les Enfans de Beauvais140 !

               Si, concluons par motz exprès

               La Ressurection Jényn.141

               À Dieu vous dy jusqu’à demain !

                                            EXPLICIT

*

1 Maurice Lever : Le Sceptre et la marotte. (Hachette-Pluriel, 1985, pp. 160-162.) De même qu’il y avait eu deux Triboulet, de même il y eut deux Caillette. Le second, un attardé mental, traînait dans les rues de Paris. Il mourut en 1514. Son épitaphe, la Vie et trespassement de Caillette <Montaiglon, X>, fut écrite une dizaine d’années plus tard. Les deux légendes qui entouraient ces fous ont parfois été confondues (v. la note 77).   2 Bruno Roy : Pathelin : l’hypothèse Triboulet. Orléans, Paradigme, 2009.   3 Notre auteur parisien fait de ce dialecte la langue de l’Enfer.   4 Petit de Julleville : Répertoire du théâtre comique en France au Moyen Âge, nº 298 et p. 374.   5 Les personnages ne sont pas nommés dans leur ordre d’apparition ; mais quoi de plus naturel pour une pièce où l’extravagance règne en maître ?   6 Elle est la cousine de Jénin (v. 165) et la sœur de Caillette (v. 251). « Thoinon », ou « Thoinette » au v. 193, est le diminutif d’Antoinette : « Madame Anthoinette de Salvan, qui signe Thoinon Desalvan. » (Registre paroissial.) Quoi qu’affirme Jelle Koopmans <Recueil de Florence, pp. 709-720>, c’est donc un prénom féminin : « Je ne dy pas que vostre seur Thoinon/ Ne soit belle ; mais quoy, vous l’estes davantage. » (Ronsard.) Mais il est vrai que dans les sotties, les femmes étaient jouées par des hommes <cf. Thierry Martin : Le sexe folatique, in Trois études sur la sexualité médiévale, GayKitschCamp, 2001>.   7 Détresse.   8 F : remede  (à la rime.)   9 De la force.   10 F : cest  (On sait que quand on est mort.)   11 Avez-vous besoin. « Ma cheminée,/ Qui souloit estre ramonnée/ Tous les jours bien cinq ou six fois. » Le Ramonneur de cheminées, F 30.   12 L’heure de none, midi. Jeu de mots sur l’heure des nonnes, équivalent féminin de l’heure du berger. Dans le Décaméron (traduit par Laurent de Premierfait), deux nonnes veulent coucher un après-midi avec le jardinier du couvent : « Tu vois, ma seur, que le soleil est environ heure de nonne ; je croy que toutes les nonnains, fors que nous, dorment. » La sexualité exubérante des religieuses est le thème de Sœur Fessue.   13 Premier vers d’une chanson qui ouvre la farce des Queues troussées (F 6). On le trouvait déjà dans la sottie des Deulx Gallans et Sancté (LV 12). Brown (Music in the french secular theater, n° 319) oublie de le rattacher à notre pièce.   14 F : au  (La chaume est un terrain en friche.)   15 F : luy attraye  (Il ne craint plus qu’on l’attrape.)   16 Il imite Jénin, qui est obnubilé par le jeu de paume.   17 En argot, rétribution qu’on donne aux prostituées. « Du pluc et butin qu’elle avoit à la force de ses reins conquesté, avoit acquis vaisselle et tapisserie, linge et aultres meubles. » (Cent Nouvelles nouvelles, 77.) Cf. le Dorellot, vers 155.   18 F : sur  (Tu n’es pas, sur la tête, comme était mon frère Jénin : tu n’as pas de rasure, comme en ont les fous. Cf. Bruno Roy, p. 30.)   19 Le Badin, personnage récurrent des sotties, est une sorte de demi-fou.   20 Sur la réputation génésique de ces moines, voir Frère Guillebert. D’après les amateurs de contrepèteries (cf. Tabourot), chez les bons cordeliers, on trouve des cons bordeliers.   21 J’y vais.   22 F : feray  (Le « f » et le « s » gothiques se ressemblent.)  Je vous serai fidèle.   23 Il est encore question de ce perroquet au vers 197. Allusion à une pièce perdue ?   24 F : appetit  (Quand vous aurez intention de réïtérer la saignée. » Jean Falcon.)   25 D’aller faire une commission loin d’ici.   26 Vous agrée (verbe haiter). La brouette est l’ancêtre du taxi.   27 F : Goriere  (Élégant. Idem vers 136.)   28 Je fréquente.   29 De mauvais tours. Cf. Raoullet Ployart, vers 11.   30 Le bandé et le débandé. « Le membre de Colin, deffaict,/ Se retira, penchant l’oreille. » Cabinet satyrique.   31 F : Entrez  (Entrer par un trou, sortir par un autre.)   32 Sur une paillasse, pendant que sa sœur était au lit avec des moines. « Et sy je veulx coucher au peaultre,/ Y me contrainct coucher au lict. » Les Mal contentes, LV 61.   33 Que depuis.   34 Depuis que mon souteneur est mort, je ne suis plus invitée aux banquets.   35 Je ne vous ferai pas défaut.   36 Il est sous terre.   37 Salopes.   38 Joachin sous-entend qu’elle fait l’amour avec plus de deux hommes à la fois.   39 Un lapin. Mais « connin » désigne également le sexe de la femme. Cf. Frère Guillebert, vers 28.   40 Coïter. (Guiraud, Dictionnaire érotique.) Cf. les Chambèrières, vers 96.   41 Si je ne me trompe pas dans mes prévisions. « Si je ne faulx à mon esme, c’est ung entremetteux. » Palsgrave.   42 Il est loin des deux autres protagonistes, qui ne le voient pas encore.   43 F : trippe  (Voir les vers 30 et 180.)  Jénin chante n’importe quelle mélodie en plaquant dessus le vocabulaire du jeu de paume.   44 On trouve cette chanson dans le Jardin de Plaisance, nº 326.   45 Je m’en vais. La garnison française d’Arras avait été battue par les Bourguignons en 1492. Le répertoire français abonde en chansons militaires, qu’elles soient héroïques ou satiriques : toutes les batailles et tous les généraux en ont suscité.   46 Ce mot remplace le patronyme –qu’on ne savait ni orthographier, ni prononcer– du capitaine qui dirigeait la garnison d’Arras. Son nom généra une bonne quinzaine de variantes, de Karquelavent à Querquelevan, en passant par Karquendlavan, Carquelevent, Kerkelevant, Karkuelavent, Kerquelevet ou Kerguellavant.   47 Ma sœur. Jénin a pris l’accent picard. Pour les emprunts dialectaux, voir Halina Lewicka, Études sur l’ancienne farce française <Klincksieck, 1974>, p. 60.   48 F : Quelle  (Belle venue = bienvenue. « Il advient/ Q’un autre compaignon survient,/ À qui l’en fait belle venue. » Martial d’Auvergne.)   49 Pas (négation picarde). « Dy, viens-tu nient de Picardie ? » Farce de Pathelin.   50 Ne boit-on pas de vin de paille ? « Onze barils de vins françois de festuz. » (Taillevent.)   51 F ajoute dessous : Dou je viens   52 F : ma foy oye  (On situait l’entrée des Enfers dans l’Apennin, notamment. La Sotise à huit personnaiges, d’André de La Vigne, localisera aussi l’Enfer « Cent lieus delà soleil levant ».)   53 Où on ne rend pas justice à chacun.   54 Forme picarde de « regardure » : physionomie. « Que le feu saint Frémin d’Amiens/ Te puist mignier [miner] le rewardure/ (Puisqu’il me fault parler piquart) ! » Éloy d’Amerval.   55 En tout cas. Idem vers 127 et 137.   56 Forme picarde de « Attaché par la gorge ». Ce pendu n’est pas identifié. La visite aux pensionnaires de l’Enfer est une mode qui remonte à l’Odyssée.   57 Profond. Les damnés sont répartis en zones plus ou moins profondes selon la gravité de leurs péchés. Voir l’Enfer de Dante.   58 Merde de chien ! « Ouacte » est inconnu. Il faut peut-être lire On acte : « On acte que » signifie « On prend date que ».   59 F : que  (En Picardie, cose = chose.)   60 Le cheval (ou l’homme) châtré.   61 F : men   62 J’y vais (parler à Jénin).   63 F : boys  (Busc gorrier = corsage élégant.)  Grâce au retour de son souteneur, elle sera de nouveau invitée dans les banquets luxueux.   64 Mon joli. La relation entre la sœur et son maquereau de frère est aussi ambiguë que celle de Caillette avec sa sœur Thoinon.   65 Je vous en verserai de bon cœur.   66 Je touche (picardisme). Au jeu de paume, on ne doit pas toucher une balle jouée.   67 Il est toqué.   68 F : nous en   69 Ils rament dans une galère, les vagabonds. En 1494, Charles VIII avait envoyé à Naples six galères et leurs galériens.   70 Pour tout vrai.   71 Par la main. Ou par la verge. Caillette = testicule. « Le coupeur de caillettes. » Jehan Bouchet.   72 F ajoute : dont bien et saigement   73 F : On  (Allez où je vous dirai d’aller.)   74 Même sens érotique qu’au vers 63.   75 La manière dont vous vous gouvernez.   76 Tape dans ma main, en guise de salut.   77 F : quil  (Celui qui l’a fait pourrait bien être son frère, Caillette. « S’on luy disoit : “Caillette, où est l’enfant ?”,/ Il respondoit tout à coup : “Il est mort.” » Vie et trespassement de Caillette.)   78 De belles retrouvailles.   79 F : mon ventre  (Correction suggérée par Jelle Koopmans.)  Koopmans <p. 715, n. 66> explique ce vers avec la note suivante : « Mythe de l’homme “enceint”. » Or, Thoinon est bel et bien une fille : « Donne-moy ton pucelage,/ Disoit Pierrot à Thoinon./ Elle respondit que non. » (Gaultier Garguille.)   80 Dans les romans à l’eau de rose, les bébés se faisaient souvent enlever par des bohémiens ou par des pirates barbaresques. Mais leurs riches parents les retrouvaient toujours à la fin, grâce à un signe de reconnaissance. Notre auteur joue sur la frustration engendrée par des histoires qui commencent et ne finissent pas, ou qui se terminent sans qu’on en connaisse le début.   81 Une des nombreuses rues parisiennes dévolues à la prostitution. Un proverbe disait : « Des enfans du Bourlabé, qui ne demandent qu’amour & simplesse. » (Adrien de Montluc.)   82 F : Maire  (Le juron « Merde ! » commence à concurrencer « Bran ! » vers 1500 : « Je veulx du lard, merde ! » L’Homme à mes pois, LV 51.)   83 Tu parles grossièrement.   84 Véci la danse Barbari, de Bertrand de Vaqueras. Quelques décennies plus tard, Antoine Barbé composa sur cet air une messe intitulée : Missa Vécy la danse de Barbarie. Avouons que c’est une belle promotion pour une morisque, une danse berbère !   85 F : Memy  (En picard, me = ma.)   86 En Picardie, « taye » = grand-mère. Celle de Jénin est donc en Enfer.   87 Un perroquet n’a pas d’âme et ne va pas en Enfer, contrairement aux Papes gais : « Toute la chanterie/ Du Papegay de Romme. » Eustorg de Beaulieu.   88 Il s’apprête à lâcher un mot désobligeant, mais la chanson de Jénin lui coupe la parole, tout en complétant sa pensée. Le même procédé anime la première moitié des Cris de Paris.   89 F ajoute dessous : Hen hen hen  (Happe-la-lune sert d’insulte dans la farce du Chauldronnier <BM 31>, et dans l’Enquête de Guillaume Coquillart : « Refformateur de tous coquus,/ Grant cousin de Happe-la-lune. »)   90 F : que  (Il ne fut jamais plus bouffon qu’aujourd’hui.)  Refonte du vers 145 : « Il est plus fol qu’il ne fust oncques. »   91 Interjection courante. Cf. le Dorellot, vers 22.   92 F : Cest  (Il n’est pas d’homme aussi avisé.)   93 F : noz  (En Picardie, « no » = « notre ».)  Jénin parle à sa sœur : ils habitent la même maison.   94 Même sens phallique que oiseau. « Voilà un gentil oiseau ; je m’en vay gager que si on luy touchoit sur la queue, on la luy feroit redresser. » Charles Sorel.   95 « Caresses préliminaires. » (Guiraud, Dict. érotique.) « De maint tendron (il) fourrageoit les appas,/ Croyant déjà, grâce à la petite oie,/ À bonne fin amener ses ébats. » (Robbé de Beauveset.)   96 Son morceau.   97 Anuit = cette nuit. (Cf. la Confession Margot, vers 2.) Les femmes pauvres mais honnêtes rendaient certains services manuels aux messieurs contre de la nourriture.   98 Cette taverne, embusquée dans l’île de la Cité, jouissait d’une pénombre propice. Par deux fois, Villon la qualifie de « trou » (Laiz 149 ou 157, Testament 1045).   99 « RAPPÉE. Nom de lieu dans la halle de Paris : “Buvoit en la Rappée, ès halles de Paris.” » (La Curne de Sainte-Palaye.)  Les marchands des Halles nourrissaient les idiots, comme cela est rapporté dans la Vie et trespassement de Caillette.   100 De la bouillie de légumes. Cf. le Capitaine Mal-en-point, note 127.   101 Commencez à le dire (le Benedicite qui précède le repas). On trouve une scène comparable dans Sœur Fessue (vers 162) : les religieuses annoncent qu’elles vont dire le Benedicite, mais « o lieu de le dire, y chantent » une chanson paillarde, comme c’est le cas ici.   102 Brian Jeffery : Chanson verse of the early Renaissance, I, 123. Voir aussi la Pronostication d’Habenragel (Montaiglon, VI) : « Tous ces suppoz de l’Ordre Sainct-Babouyn/ Haront tousjour pertroublé le cerveau,/ Les ungs d’iceulx par trop boire de vin,/ Et la pluspart pour ne boire point d’eau. »   103 L’heure de prime : 6 heures du matin.   104 Elle entend un bruit incongru émis par Caillette.   105 Vessir = péter.   106 Le pet est souvent considéré comme une boisson. Voir le fabliau scatologique d’Audigier : « Donc buvez, dist Rainberge, [ce] que j’ai vessi ! »   107 F : Qui  (Un peu suffit.)   108 Pleine de « vents ».   109 Je l’ai mise en perce, je l’ai entamée.   110 On trempait couramment le pain dans du vin : cela s’appelait une miaulée.   111 F : en nonchalentis  (Dédaigneux.)   112 Elle frappe sur le crâne de Caillette, comme au vers 170.   113 Qui me pique la tête.   114 Humiliés.   115 F : mon  (Verdin = niais.)   116 La paix !   117 Une assemblée, comme les religieux.   118 F : tiens   119 Dans le genre du « couvent de Serre-Fessier ». (Les Sotz qui remetent en point Bon Temps.)   120 Viendront.   121 F ajoute : Et plus en vie ne seray   122 Qu’elle soit dessinée sur le vif.   123 Pause.   124 Certains. Les théologiens ne verraient pas d’un bon œil cette abbaye de Thélème avant la lettre.   125 Qu’il désigne.   126 C’est quelqu’un ! Le fait est qu’il n’a pas moins de raison que les autres.   127 Dans l’Ordre de Saint-Babouin (vers 227).   128 Préparatif.   129 F : chaise  (Vers 284.)  La chaise percée permettra au flatulent Caillette de faire ses besoins ; mais elle pourrait aussi permettre à une main innocente de vérifier que ce nouveau pape, dont le nom veut dire « couille », en a deux et bien pendantes (duos habet et bene pendentes) : « D’où vient donc qu’à présent ceste preuve est cessée/ Et qu’on n’ha plus besoin de la chaire percée ?/ C’est pource que ceux-là qui ores les clefs [de saint Pierre] ont,/ Par les enfans qu’ils font monstrent bien ce qu’ils sont. » Henri Estienne.   130 Mes besoins. « Le prisonnier demanda au dit sergent qu’il le déferrast pour aller faire son aisement. » Godefroy.   131 F ajoute dessous : Bon bon   132 F : Establissez que vouldriez que  (Choisissez celui que vous voudriez qui fasse.)   133 Un lieu de prostitution. L’eschollier lymousin (Pantagruel, VI, éd. 1532) vantera encore « les lupanares de Champgaillard ». Cf. les Premiers gardonnéz (note 9), et les Sotz qui remetent en point Bon Temps (note 50).   134 Le nombre de nos pratiquants (choisis dans la clientèle des prostituées).   135 La permission.   136 Un conseiller.   137 Sur l’abbé des Fous, voir la note 70 des Sotz ecclésiasticques.   138 F : nys (Ny = nid. « Tel cuide les oyseaulx au ny. » Guillaume Alécis.)   139 F : prie  (qui fausse la rime. On lit « je vous pry » au vers 240.)   140 Les élèves du collège de Beauvais, à Paris.   141 F ajoute : A paulme nostre amy tres

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :