LA RÉSURRECTION JÉNIN À PAULME

Hans-Sebald Beham, 1541

Hans-Sebald Beham, 1541

*

LA  RÉSURRECTION

JÉNIN  À  PAULME

*

L’unique source est dans un état déplorable (vers trop longs ou trop courts, fragments chantés introduits sans rime ni raison). De plus, les personnages sont complètement toqués, et l’auteur lui-même devait être soûl. Cette pièce fut écrite avant Légier d’argent (F 25), qui mentionne un « Jénin des Paulmes qu’est trespassé ». On place Légier d’argent au début des guerres d’Italie (∼1494) ; mais le v. 126, « J’ay cassé/ Cent lances ceste année à Millan », évoque plutôt l’occupation de Milan par les Français (1499-1500). Jénin à Paulme doit dater de 1499. Louis XII, qui régnait alors, entretenait un fol appelé Caillette1 ; or, Jénin contient un fou du même nom. Ce Caillette avait-il des talents d’acteur, comme Triboulet2, le bouffon de René d’Anjou ? Rien ne le prouve. Bonaventure Des Périers, qui ne l’a pas connu, le fait parler dans la 2° nouvelle des Récréations et Joyeux devis : le fol de Louis XII n’y montre aucun esprit, mais il sait répéter. Je crois plutôt que l’auteur de Jénin à Paulme fit là un portrait physique et sonore de Caillette, plus ressemblant que celui de Des Périers, puisqu’il s’agit en quelque sorte d’un enregistrement d’époque.

Ancêtre du tennis, le jeu de paume consistait à rattraper une balle de cuir (l’éteuf) avec la paume de la main, protégée par un gant. Plus tard, on utilisera une raquette.

Cette farce peut être considérée comme une sottie : Caillette est un fol, Jénin un badin. Nous possédons une Résurrection de Jénin Landore (BM 24), de 1515 ; mais Jénin Landore rentre du paradis en parlant latin, alors que Jénin à Paulme rentre de l’enfer en parlant picard3. En 1529, on jouait à Montpellier une Résurrection de l’Abbé [des Fous], non retrouvée4. Les thèmes sacrés que sont la mort, l’Enfer et la résurrection font ici l’objet d’un traitement plus que désinvolte ; il est vrai que les Sots accueillent souvent la Mort avec le sexe à l’air, comme en témoigne Holbein le Jeune dans la Danse macabre ou dans l’Alphabet de la Mort.

Source : Recueil de Florence, n° 50.

Structure : Rimes plates, abab/bcbc, avec plusieurs chansons.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.


*

Farce nouvelle trèsbonne & fort joyeuse de

la Résurrection

Jénin à Paulme

*

À cinq personnaiges, c’est assavoir :

   JÉNYN À PAULME5

      LA SEUR À JÉNYN

      JOACHIN

   THOYNON6

      CAILLETTE

*

La Résurrection de

Jényn à Paulme

*

*

              LA SEUR JÉNYN  commence       SCÈNE I

            Or est mon frère Jényn mort,

            Dont j’ay au cueur ung dur remort.

            L’av’ous point veu icy venir ?

            Le devoit Dieu faire mourir ?

5    Par Dieu, il s’en fust bien passé !

            Hée ! Jényn, tu es trespassé ;

            Pleust à Dieu que tu fusse(s) en vie !

                                           JOACHIN

            Et ! benoiste vierge Marie,

            Qu’i a-il ?

                                          LA SEUR

                               Grant adversité.

                                          JOACHIN

10   Vous monstrez qu’estes fort marrie ;

            Mais quoy ?

                                         LA SEUR

                                   Quoy ? Bénédicité !

            Je suis en tel perplécité

            Que, se de Dieu n’y a [point d’aide]7,

            [Il] n’est homme en ceste cité

15   Qui m’y sceust donner nul remède.

                                        JOACHIN

            Vous estes encor(e) forte et roide.

            Ayez bon cueur, prenez couraige,

            Et ne soyez pas si trèsfroide :

            On scet8, mort, que c’est une rage.

                                       LA SEUR

20   Jényn, mon frère ! Ha ! j’enraige

            Toutes les foys que je pense à toy.

                                       JOACHIN

            Et ! par Dieu, vécy bel ouvrage !

            […………………………………. -oy.]

            Av’ous mestier qu’on vous ramonne ?

            Quant il seroit l’heure de nonne,

25   Voulentiers vous allégeroye.

                                      LA SEUR

            Las ! onc depuis mon cueur n’eut joye9

            Que mon frère Jényn à Paulme

            Mourut en terre et au chaulme.

            Il n’a garde que on [lattrape]10.

                                     JOACHIN

30   Qui ? Jényn ? « Hy ! [hy !] Je te tappe ! »11

            Taisez-vous : nous aurons du pluc.

                                    LA SEUR

            Si n’es-tu po[i]nt, dessus12 le suc,

            Comme estoit mon frère Jényn.

                                    JOACHIN

            Je ne suis pas si trèsbadin13

35   Que ne vous maine aux Cordeliers14,

            Par saint Jehan, aussi voulentiers

            Que [le] fist oncques vostre frère.

                                    LA SEUR

            G’y vois souvent veoir mon beau père

            Pour reposer ma conscience.

                                    JOACHIN

40   Ho ! j’auray assez pascience,

            N’en doubtez ; je vous seray15 vray.

            Jényn mengea le papegay16,

            Mais je ne feray pas ainsi.

                                   LA SEUR

            Tu seroys tout villain, aussi !

                                   JOACHIN

45   Quant vous aurez ambition17

            De troter en commission

            Et aussi que le jeu vous hecte,

            Je vous mettray en ma brouette,

            Gorier(e) comme ung gentil gallant,

50   En lieu d’un chariot branlant.

            Par bieu ! je ne sçauroye mieulx dire.

                                   LA SEUR

            Qu’en ton fait n’y ayt que redire,

            Car je hente de[s] gens de bien.

                                   JOACHIN

            Que je dye ung mot ? Rien, rien, [rien] !

                                   LA SEUR

55   Quant mon frère Jényn vivoit,

            Partout grant chère on me faisoit

            En ces cloistres, en ces couvens :

            J(e) y avoye souhaict à tous vens,

            J’estoye partout la bien venue.

                                   JOACHIN

60   (J’entens bien ! vous est[i]ez congneue

            En tous lieux.)

                                   LA SEUR

                                      Mais que de finesse[s]

            Je faisoye !

                                   JOACHIN

                                  (Voire ! Sur les fesses

            Vous estes bien carillonnée.)

                                   LA SEUR

            Oncques femme de mère née,

65   Je croy, ne fist ce que j’ay fait.

            J’ay fait le fait et le deffait

            Entrer par l’ung, saillir par l’autre.

                                  JOACHIN

            (Voire ! Et Jényn couchoit au peaultre.

            Il avoit bonne pacience !)

                                  LA SEUR

70   Je vous jure ma conscience

            Que oncqs puys qu’il mourut, en somme,

            Je ne rencontray ung tel homme.

            J’en ay perdu mains bons repas.

                                   JOACHIN

            Par bieu ! je ne vous fauldray pas :

75   Je suis clerc, en telle matière ;

            Croyez-moy, nous ferons grant chère.

            Laissez Jényn, il fouille aux taulpes.

                                  LA SEUR

            Pas ne suis de ces meschan(te)s gaupes

            Qui le font à deux à la fois.

                                  JOACHIN

80   Vertu sainct Pierre, je vous crois !

            Suyvez-moy, la seur à Jénin :

            Nous mengerons d’un bon connin,

            Aujourd’huy, en quelque banquet.

                                  LA SEUR À JÉNIN

            Le scès-tu bien ?

                                  JOACHIN

                                          Cessons ce caquet.

85   N’ayez soucy qu(e) à bien « dancer18 ».

            Allons, et ne vueillez penser

            Fors qu(e) à tenir gestes de mesme(s).

                                  LA SEUR

            Ho ! se je ne faulx à mon esme,

            Je feray bien le personnaige.

            [………………………….. -aige.]

                                  JÉNIN À PAULME  [chante]          SCÈNE II

90   Hy ! hy ! Je te jou, je te tappe19 !

                                  JOACHIN

            Cheminon [………………… -appe.]

                                  JÉNIN,  en chantant

            Ababou, tenfarara, tenfarara !

                                 LA SEUR  [chante]

            Jamais mon cueur joye n’aura,20

            Joachin.

                                 JOACHIN

                             [Pour] quel[le] raison ?

                                 JÉNIN  chante

95   Arras m’envois en garnison.

            C’est Chose qui m’envoye, hoye !

                                 JOACHIN

            Sang bieu ! vélà en ceste voye

            Jénin à Paulme !

                                 LA SEUR

                                             Las ! et où ?

                                 JOACHIN

            Je l’ay ouÿ (i)cy.

                                 JÉNIN  chante

                                          Je te jou !

100  Tarara, tararirène ! Hy ! hy !

                                  LA SEUR

            Et ! par mon âme, c’est il, [ouy] !

            Jénin ! Jénin ! Jénin, mon frère !

                                  JÉNIN

            Hen ! hen ! Me cheur21 !

                                  LA SEUR

                                                              Que doy-je faire ?

            Vécy Jénin ressuscité.

                                   JÉNIN

105  Vray dis-tu.

                                   JOACHIN

                                    Bénédicité !

            Belle22 venue en ce royaulme !

                                   JÉNIN  [chante]

            Hy ! hy ! [hy !] Je te jou à paulme !

            Boit-on nyant ? Vin de festu ?

                                   LA SEUR

            Hélas, mon frère, d’où viens-tu ?

                                   JÉNIN23

110  Par ma foy ! d’estrange contrée.

                                   LA SEUR

            Tu en viens ? Mon Dieu !

                                   JÉNIN

                                                              Par [l’entrée]24,

            Trois lieues delà soleil levant.

                                   JOACHIN

            Nous sommes mieulx que par-devant.

                                   JÉNIN

            Je viens d’Enfer d’icy tout droit,

115  Où l’en ne fait à chascun droit.

            Il (y) a piteuse rouardure.

                                  JOACHIN

            Mais dy-moy se le chemin dure

            Longuement.

                                  JÉNIN

                                    C’est dïablerie.

                                  JOACHIN

            Quelz gens y sont, sans mocquerie ?

                                  JÉNIN

120  Par ma foy ! tousdis plus de sept :

            G’y ay veu Gilbert Cochet

            Attacqué parmy sa gargate25.

                                  JOACHIN

            Au plus parfond ?

                                   JÉNIN

                                               Bren de quien ! ouacte

            Que ch’est [i]chy, Dieu ! peu26 de cose.

                                   JOACHIN

125  Parlez à luy.

                                   LA SEUR

                                  En dea ! je n’ose.

            Je diffère jusqu(es) à demain.

                                   JÉNIN

            J’ay veu tousdis le povre Alain ;

            Et Charles, qui tua le hongre :

            Il est au plus près de ton oncle,

130  Joachin.

                                   JOACHIN

                               Reviendront-il point ?

                                   JÉNIN

            Par ma foy ! je n’en27 doubte point ;

            Attendez-les dedans deux moys.

                                   JOACHIN

            Si feray-ge.

                                   LA SEUR

                                 (Ouy dea, g’y vois.

            Quelle joye j’ay !)

                                   JÉNYN

                                          Hen ! hen ! [hen !]

                                  LA SEUR

135  (Et ! par monsieur saint Jehan,

            Je porteray mon busc28 gorrier.)

                                  JÉNYN

            Par foy ! j’é tousdis me[n] gosier

            Plus sec que plume de duvet :

            À boire ! à boire !

                                 LA SEUR

                                                 Jolivet,

140  Vous en aurez de bon couraige.

                                 JOACHIN

            Sacrement Dieu ! Jénin dit rage.

                                 JÉNIN chante

            Tarara rira riraine !

            Arras m’envois… Je tocque !

                                 JOACHIN

            Il a rapporté une tocque :

145  Il est plus fol qu’il ne fust oncques.

                                 LA SEUR

            Qu’est-il de faire ?

                                 JOACHIN

                                              Allons[-y]29 doncques,

            Qu’i ne se monstre à noz amys.

                                 LA SEUR

            En quel point tu m’as le cueur mis,

            Jénin mon frère, à ta mort !

150  J’en ay [eu] au cueur tel remort

            Qu(e) à peu que je ne suis trespassée.

                                 JÉNIN [chante]

            Ilz sont en gallée, gallée,

            Les maraulx ! Hon ! hon !

                                 CAILLETTE                    SCÈNE III

                                                   Hon ! hon ! hon ! hon !

            Vien-t’en avecques moy, Thoynon,

155  À la bien-venue de Jénin.

                                 THOYNON

            Mais est-il venu, mon cousin ?

                                  CAILLETTE

            Et ouy, il est avec sa seur.

            Vien sa avec moy, que je n’aye peur,

            Thoynon. Do do do do.

                                 THOYNON

                                  J’ay grant fain de le veoir,

160  Ha ha, mon cousin, pour tout voir !

            Caillette, nous ferons grant chère.

                                  CAILLETTE

            Prens-moy par là.

                                  THOYNON

                                            Fault-il tant faire ?

            Allons !30

                                  CAILLETTE  [chante]

                                Ton, ton, ton, ton, la, la !

                                  THOYNON

            Quel(le) contenance Caillette a !

165  Que dira mon cousin Jényn ?

                                  CAILLETTE  [chante]

            Il nous donra à boire du vin

            À sa feste, feste feste.

                                 THOYNON

                                              Ha ! ha !

            31 je le [vous] diray, allez.

                                 CAILLETTE  [chante]

            Carillonnez, carillonnez !

170  Ha ! ha ! ha ! ha ! ha ! ha !

                                 THOYNON,  en le frappant

                                                                Ha ! ha ! ha !

            Or sus, sus ! faictes bien le saige,

            Vélà Jénin.

                                 CAILLETTE

                               En quel passaige ?

            Je vous prie, menez-m’y tout droit.

                                THOYNON

            Le vélà, le vélà !

                                CAILLETTE

                                           Touet, touet !

                                THOYNON

175  Approuchons de luy saigement :

            Monstrez vostre gouvernement

            Et ne faictes plus le fol, non.

                                CAILLETTE                    SCÈNE IV

            Ha ! Jénin, Jénin, hon ! hon ! [hon !]

            Beau sire, baille-moy ta tappe !

                                 JÉNIN

180  Et je te jou ! Et je te tappe !

                                THOYNON

            Ha ! ha ! mon cousin, d’où viens-tu ?

            J’ay eu ung enfant, dy, oy-tu ?

            Tu ne l’as pas veu, il est mort ;

            Mais verras qui32 l’a fait.

                                  JOACHIN

                                                        Au fort,

185  Ce sera belle recouvrance.

                                 [JÉNIN]

            D’où est-il yssu ?

                                 THOYNON

                                           De [ma pance]33,

            Aussi grant q’ung petit cochon.

            Quant il fut né, il faisoit « hon ! » hon.

            Les larons le m’ont desrobé.

                                  JOACHIN

190  Tu le gaignas au Bourg-l’Abbé.

                                  THOYNON

            Merde34 !

                                   JOACHIN

                               [Tu] dy hardyment, ouy !

                                   JÉNYN chante

            Vécy la dance, barbary liry !

            Et ! Thoynon, Thoiny, Thoynette !

            Dieu gard [me mye]35 ! Dieu gard Caillette !

                                   CAILLETTE

195  Jénin, Dieu gard !

                                   JÉNIN

                                             Dieu vous bénoye !

            Je viens de veoir ma grande toye36

            Et l’âme de mon papegay.

                                   THOYNON

            Sainct Jehan ! je croy bien qu’il dit vray.

            Me congnois-tu point ?

                                    JOACHIN

                                                        Ouy, pour une…

                                    JÉNIN  chante

200  Happe-la-lune, happe-la-lune !37

                                    JOACHIN

            Plus joyeulx que oncques ne fut38.

                                    LA SEUR

            Changons propos.

                                    TOYNON

                                             Trut avant, trut !

            Allons faire ung bancquet ensemble.

                                    JOACHIN

            C’est trèsbien dit, comme il me semble.

205  Je seray le maistre d’hostel.

                                    LA SEUR

            Si39 bien advisé, il n’est tel.

            Il est temps de se resjouir.

                                   TOYNON

            Trut ! Vous n’avez garde de fouir,

            Il fault ensemble banqueter.

                                   CAILLETTE

210  Hon ! hon !

                                   JOACHIN

                                        Sans plus cy caqueter !

                                   JÉNIN

            Allons disner à no(z) maison.

            Je vous donray d’ung bon oyson,

            Par foy, et de la petite oye40.

                                   CAILLETTE

            Je le croiray mais que le voye :

215  Ne se fault pas mocquer de nous.

            Nous porterons (entendez-vous ?)

            Chacun sa bribe.

                                   JOACHIN

                                             C’est bien dit.

            Mais que je boive, il souffit ;

            Je ne manguë point grandement.

                                  LA SEUR

220  Vécy qu(e) on m’a donné, vray(e)ment,

            Ennuyt, à la Pomme-de-pin.

                                  JOACHIN

            Regardez icy quel loppin

            On m’a donné à la Rappée.

                                 TOYNON

            Nous serviron donc de purée,

225  Puis que vïande avez assez.

                                  JOACHIN

            Sus Bénédicité !

                                  TOYNON

                                          Commencez.

                                  JÉNIN  chante

            Nous sommes de l’Ordre de saint Baboyn41.

                                  Ilz chantent tous :

            L’Ordre ne dit mye de lever matin.

            Dormir jusqu’à prime et boire bon vin,

230  Et chanter matines sur ung pot de vin.

                                  TOYNON

            Ha ! ha ! [ha !] Fault-il faire ainsi ?

                                   JOACHIN

            Par Dieu ! Caillette a vécy42 !

            Esse la boisson43 qu’i nous donne ?

                                  TOYNON

            Ha, le villain !

                                  CAILLETE

                                       Est-elle bonne ?

235  Buvez-en à vostre appétit !

                                  LA SEUR

            Y44 en a assez d’ung petit :

            La boisson est toute esventée.

                                 CAILLETE

            Je l’ay tout maintenant percée,

            C’est mal entendu vostre cas.

240  Je vous pry, ne l’espargnez pas :

            Buvez, trempez-y vostre pain.

                                 JOACHIN

            Que grant dÿable le villain !

            Y nous a tous empuantiz.

                                 CAILLETE

            Vous estes ennonchalantis ;

245  N’ay-je pas fourny la boisson ?

                                 LA SEUR

            Je croy qu’il soit nourry de son,

            [Car] il vesse comme ung pourceau.

                                 TOYNON

            Vous ne mengerez huy morceau !

            Nous diffamez-vous en ce point ?

                                CAILLETE

250  Oste-moy ce poul qui me point,

            Toynon.

                                TOYNON

                            Mon frère, or allez !

            Vous nous avez bien ravalléz,

            Au ressuscitement de Jénin !

                                CAILLETE

            Bou !

                                TOYNON

                           Regardez-moy45 quel verdin !

255  On a bel honneur, à le suivre.

                                JÉNIN

            Hy ! hy ! [hy !]

                                LA SEUR

                                    Poix ! poix !

                               CAILLETE

                                                               Est-il yvre ?

            Il n’a pas trop beu, ce me semble.

                               TOYNON

            Mais avant qu(e) on se dés[as]semble,

            Tenons chapitre entre nous,

260  Veulx-tu ?

                                JOACHIN

                                Je m’en raporte à vous :

            Je tiendray46 ce que vous direz.

                                LA SEUR

            Et point vous ne contredirez ?

                                 JOACHIN

            Ainsi le prometz.

                                 LA SEUR

                                          Somme toute,

            Ung couvent auron (quoy qu’il couste),

265  Pour recepvoir ceulx qui venront

            Céans et qui ressuscit(e)ront

            Si comme a fait Jényn mon frère.

                                 JOACHIN

            Sainct Jehan ! [ma] dame, on le doit faire

            À celle fin. Quant je mourray,47

270  Peult-estre que ressuscit(e)ray :

            Au moins, auray-je maison faicte.

                                 LA SEUR

            Il fault qu(e) au vif el(le) soit pourtraicte.

            Qui y sera commis ?

                                 JOACHIN

                                                  Pour Dieu !

            Nommez la place et le lieu

275  D’icelle situation :

            Sans faire longue station,

            J(e) y feray bien tost besongner.

                                  THOYNON

            Aucuns en pourroient bien grongner,

            Et s’i pourront bien opposer.

                                  JOACHIN

280  Ilz ne sauroient rien proposer

            Qui nous sceust tourner préjudice.

                                  LA SEUR

            […………….] pour faire l’édiffice,

            [Je] veulx que Caillette on y mecte

            En chair[e], affin qu’il commecte

285  Par son auctorité quelq’un.

                                 THOYNON

            Ha ! pour bailler raison, c’est ung !

            En l’Ordre, n’y a son pareil.

                                 LA SEUR

            Vous faictes trop long appareil,

            Caillette ; assoyez-vous là !

290  Entendez deçà et delà ;

            Dictes quelque bonne pensée.

                                CAILLETTE

            Mais la chaire48 est-elle persée ?

            J(e) y vueil faire mon aisement.

                                LA SEUR

            Ouÿ, séez-vous seurement.

295  Vostre cul ung peu se repoise ?

                                CAILLETTE

            Je suis icy bien à mon aise.49

                                THOYNON

            Caillette, sus ! De vostre grâce,

            [Eslisez qui vouldriez qui]50 face

            Nostre couvent, et en quel lieu.

                                CAILLETTE

300  Ce sera Joachin, par Dieu :

            Il n’est [nul si] propre et gaillart.

                                LA SEUR

            Où sera-ce ?

                                CAILLETTE

                                    Au Champ-Gaillart51,

            Sur le grant chemin de voye,

           À celle fin que chascun nous voye

305  Pour augmenter nostre pratique.

                               LA SEUR

            Il n’y fault point faire réplique,

            Car il est trèsbien ordonné.

                               CAILLETTE

            Le congé vous en est donné ;

            Besongnez-y quant vous vouldrez.

                               LA SEUR

310  Joachin, le soing en prendrez :

            Vous estes ung grant inventeur.

            Se voulez ung soliciteur,

            Jényn, mon frère, servira.

                               JOACHIN

            Mais Caillette ne bougera :

315  Ce sera l’abbé du couvent.

                               CAILLETTE

            J’en suis d’acord.

                              TOYNON

                                           Et moy, vray(e)ment.

            C’est bien entendu la raison.

                              JÉNYN

            Je n’ay pas ung piètre [re]nom,

            Pour faire [au nys chière lye]52.

                             TOYNON

320  Allons-nous-en !

                             JÉNYN

                                              Mais je vous prie.

                             JOACHIN

            Vive[nt] les Enfans de Beauvais53 !

            Si, concluons par motz exprès

            La ressurection Jényn.54

            À Dieu vous dy jusqu’à demain !

                      EXPLICIT

*

1 Maurice Lever : Le Sceptre et la marotte. Hachette-Pluriel, 1985, pp. 160-162.   2 Bruno Roy : Pathelin : l’hypothèse Triboulet. Orléans, Paradigme, 2009.   3 Notre auteur parisien fait de ce dialecte la langue de l’enfer.   4 Petit de Julleville : Répertoire du théâtre comique en France au Moyen Âge, nº 298 et p.374.   5 Les personnages ne sont pas dans l’ordre d’apparition ; mais quoi de plus naturel pour une pièce où l’extravagance règne en maître ?   6 N’en déplaise à J. Koopmans, « Toinon » (ou « Toinette » au v.193) était un prénom féminin. Mais il est vrai que dans les sotties, les femmes étaient jouées par des hommes (cf. Thierry Martin : Le sexe folatique, in Trois études sur la sexualité médiévale, GayKitschCamp, 2001). C’est les garçons du Collège de Beauvais, à Paris, qui jouèrent cette pièce grivoise et scatologique écrite à leur intention.   7 F : remede  (qu’on retrouve au v.15.)   8 F : cest  (On sait que quand on est mort…)   9 Premier vers d’une chanson qui ouvre la farce des Queues troussées (F 6), fin XVº siècle. On le trouvait déjà dans la sottie des Deulx Gallans et Sancté (LV 12). Howard Mayer Brown (Music in the french secular theater, n° 319) oublie de le rattacher à notre pièce.  10 F : luy attraye  (Il ne craint plus qu’on l’attrape.)   11 Il imite Jénin, qui est obnubilé par le vocabulaire du jeu de paume.   12 F : sur  (Tu n’es pas, sur la tête, comme était mon frère Jénin : tu n’as pas de rasure, comme en ont les fous. Cf. Bruno Roy, p. 30.)   13 Le Badin, personnage récurrent des sotties, est une sorte de demi-fou.   14 Au bordel. D’après les amateurs de contrepèteries (voir Tabourot), c’est chez les bons cordeliers qu’on trouvait des cons bordeliers.   15 F : feray  (Le « f » et le « s » gothiques se ressemblent.)   16 Il est encore question de ce perroquet au v. 197.   17 F : appetit   18 Coïter. Guiraud, Dictionnaire érotique.   19 F : trippe  (Voir les vers 30 et 180.)   20 Premier vers d’une chanson du Jardin de Plaisance, nº 326.   21 Ma sœur. Pour les emprunts dialectaux, voir Halina Lewicka, Études sur l’ancienne farce française <Klincksieck, 1974>, p. 60.   22 F : Quelle  (Belle venue = bienvenue.)   23 F ajoute dessous : Dou je viens   24 F : ma foy oye  (On situait l’entrée des Enfers dans l’Apennin, notamment. La Sotise à huit personnaiges de La Vigne localisera aussi l’Enfer « Cent lieus delà soleil levant ».)   25 Forme picarde de « Attaché par la gorge ». Ce pendu n’est pas identifié.   26 F : que  (Encore du picard : « Bran de quien » = merde de chien ; « cose » = chose. « Ouacte » est inconnu, à moins de lire On acte : « On acte que » signifie « On note que ».)   27 F : men   28 F : boys  (Busc gorrier = corsage élégant.)   29 F : nous en   30 F ajoute : dont bien et saigement   31 F : On  (Allez où je vous dirai d’aller.)   32 F : quil  (Qui = celui qui.)   33 F : mon ventre   34 F : Maire  (Le juron « Merde ! » commence à concurrencer « Bran ! » vers 1500 : « Je veulx du lard, merde ! » L’Homme à mes pois <LV 51>.)   35 F : Memy  (En picard, me = ma.)   36 En Picardie, « taye » = grand-mère.   37 F ajoute dessous : Hen hen hen  (Happe-la-lune sert d’insulte dans la farce du Chauldronnier (BM 31), et dans l’Enquête de Coquillart : « Refformateur de tous coquus,/ Grant cousin de Happe-la-lune. »   38 F : fus   39 F : Cest  (Il n’est pas d’homme aussi avisé.)   40 « Caresses préliminaires. » (Guiraud, Dict. érotique.) « De maint tendron (il) fourrageoit les appas,/ Croyant déjà, grâce à la petite oie,/ À bonne fin amener ses ébats. » (Robbé de Beauveset.)   41 Brian Jeffery : Chanson verse of the early Renaissance, I, 123. London, 1971. Voir aussi la Pronostication d’Habenragel (Montaiglon, VI).   42 Vessir = péter.   43 Le pet est souvent considéré comme une boisson. Cf. le fabliau scatologique d’Audigier : « Donc buvez (dist Rainberge) [ce] que j’ai vessi ! »   44 F : Qui   45 F : mon   46 F : tiens   47 F ajoute : Et plus en vie ne seray   48 F : chaise  (Vers 284.)  La chaise percée permettra à Caillette de faire ses besoins ; mais elle permettra aussi à une main innocente de vérifier que ce nouveau pape en a deux et bien pendantes (duos habet et bene pendentes) : « D’où vient donc qu’à présent ceste preuve est cessée/ Et qu’on n’ha plus besoin de la chaire percée ?/ C’est pource que ceux-là qui ores les clefs [de saint Pierre] ont,/ Par les enfans qu’ils font monstrent bien ce qu’ils sont. » Henri Estienne.   49 F ajoute dessous : Bon bon   50 F : Establissez que vouldriez que  (Choisissez celui que vous voudriez qui fasse.)   51 L’eschollier lymousin (Pantagruel, VI, éd. 1532) vantera encore « les lupanares de Champgaillard ». Cf. les Premiers gardonnéz (note 9), et les Sotz qui remetent en point Bon Temps (note 50).   52 F : chiere lye au nys  (« Nys » est fautif.)   53 Les élèves du Collège de Beauvais, à Paris.   54 F ajoute : A paulme nostre amy tres

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :