MAISTRE PIERRE DORIBUS

doribus

Recueil Trepperel

 

*

MAISTRE  PIERRE  DORIBUS

*

 

Ce dialogue parisien date de la fin du XVème siècle. L’auteur en est probablement maître Doribus1, un des marchands d’orviétan qui haranguaient les naïfs sur les ponts de Paris bien avant l’illustre Tabarin. Selon Rabelais2, il avait disserté en public sur les vertus de l’urine de chien en teinturerie, un sujet que Tabarin n’aurait pas renié.

Si le prénom « Pierre » évoque la pierre philosophale des alchimistes, le nom « Doribus » fait référence à la poudre d’oribus3, une poudre de perlimpinpin émanant de ladite pierre.

 En juin 1504, « maistre Pierre Doribus, homme estrangier [Parisien], » fut banni de Besançon4 pour avoir administré des remèdes mortels : « Yl s’est entremis à gouverner et médiciner plusieurs malaides de ladicte cité, tellement que, comme l’on dit, aucuns en sont mors. »

 Source : Recueil Trepperel, nº 9.

 Structure : Rimes plates, abab/bcbc. Les fréquentes entorses au schéma des rimes ne génèrent pas de lacunes : on peut donc conclure à des négligences de versification.

 Cette édition : Cliquer sur Préface.

*

 

Sotie nouvelle à deux parsonnages des

Sotz qui rec[u]euvrent

leur  mortier

*

 

C’est assavoir :

    MAISTRE PIERRE DORIBUS

    LE SOT

*

 

 

Maistre Pierre Doribus

 

Cy commence une trèsbonne Sotie nouvelle des Sotz qui recueuvrent5 leur mortier. À deux parsonnaiges, c’est assavoir maistre Pierre Doribus, et le Sot.

*

 

                             MAISTRE  PIERRE  DORIBUS,  apoticaire,  commence

            Or çà, çà ! Sans plus délayer6,                 SCÈNE  I

            Il me fault maintenant crier

            Mon mestier, pour dire le voir7,

            Pour ung pou le faire valloir

5    Soit avec saiges ou [avec] sotz.

           Il crie :

             Deux onces de triagoros

            Et une dragme de croquaire,

            Et trois ou quatre vitz de coqz :

            Ce sera bon électuaire.

           En pillant en son mort[i]er :

 10   Après, il me fault aussi faire

            Pour ces bourgoises de Paris

            Quelque récipé8, pour attraire

            À challeur leurs povres maris.

           LE SOT                      SCÈNE  II

            Ventre bieu, quel charivaris !

 15   Qui dyable est cestuy-là qui pille ?

            Quant je l’advise, je m’en ris.

            C’est quelque surgïen9 de ville.

            Quoy, dyable ! comment il [com]pille10 !

            Il fait là quelque saupiquet11.

 20   Il me fault aller veoir qu’il fait,

            Car il le me fault [re]congnoistre,

            Affin que je saiche qu’il est

            Et pourquoy il est en cest estre12.

 

            Dieu soit céans ! Dieu vous gard, Maistre !          SCÈNE  III

 25   Que faictes-vous icy de bon ?

           MAISTRE PIERRE

            Que je foys ? Vécy bien pour paistre !

            Mais dictes-le à ce mignon.13

           LE SOT

            Que vous estes fier ! Pourquoy non ?

            Je viens cy pour voustre prouffit.

           MAISTRE PIERRE

 30   Il suffist, je n’en dy rien, don.

           LE SOT

           Avez-vous icy rien qui duyt14 ?

           MAISTRE PIERRE

            J’ay tout tant que jamais Dieu fist.

            J’ay des choses les plus terribles.

            Pour mes drogues, chascun me suit.

 35   J’ay choses quasi impossibles :

            J’ay pour faire gens invisibles15.

            J’ay tout tant qu’on demandera.

            Toutes chouses me sont possibles16.

            Esprouve-moy qui le vouldra.

           LE SOT

 40   Maudit soit-il qui t’en croyra !

            Ventre bieu, quel maistre mignon !

           MAISTRE PIERRE

            À l’esprouver, on le verra.

           LE SOT

            Regardez quel maistre Aliboron17 !

            Vostre nom, que nous le sachon,

 45   Affin qu’il n’y ait point d’abus.

           MAISTRE PIERRE

            Je suis nommé par mon droit18 nom.

           LE SOT

            Quel19 ?

           MAISTRE PIERRE

                              Maistre Pierre Doribus.

           LE SOT

            Quoy ? Maistre Pierre Doribus ?

            C’est le nom de quelque messaire20

 50   Pour bien attraper de quibus21.

            Vertu bieu, quel apoticaire22 !

            Il a de l’aubert et du caire23.

            Il est gourt ; si, scet bien son mestier.

            Çà, Maistre, que voulez-vous fair[e] ?

 55   Quelle chose esse, en ce mortier ?

           MAISTRE PIERRE

            C’est une chose forte à faire,

            Car je y suis après depuis hier.

           LE SOT

            Maistre, vueillez-la-moy nommer.

           MAISTRE PIERRE

            Pensez qu’elle n’est pas mauvaise,

 60   Se vous en voulez acheter :

            C’est de la chose de trop-aise24

           LE SOT

            [De] trop-aise ?

           MAISTRE PIERRE

                                        Ouÿ, [par sainct Blaise25 :

            De] trop-aise.

           LE SOT

                                      Je vous entens.

           MAISTRE PIERRE

            Amy, mais qu’il ne vous desplaise,

 65   J’en ay baillé à plusieurs gens.

           LE SOT

            Trop-aise a fait maintz broullemens26 ;

            [Trop-aise a fait]27 les malcontens

            Metre sus [pied] gendarm[e]rie.

           MAISTRE PIERRE

            Trop-aise est bonne droguerie,

 70   Mais qu’on s’en vueille contenter.

           LE SOT

            C’est très maulvaise espicerie :

            Le dyable le puist emporter !

           MAISTRE PIERRE

            Vous me rompez mes esperitz,

            De me blasmer ma marchandise.

           LE SOT

 75   Rien, rien, elle n’en vault pas pis.

            Monstrez-m’en tost d’une aultre guise.

           MAISTRE PIERRE

            J’ay une recepte cy mise

            Pour la maladie des jaloux.

           LE SOT

            Pour Dieu, qu’elle me soit aprise !

 80   Ventre bieu ! la me célez-vous ?

           MAISTRE PIERRE

            Récipé pour gens qui sont coux28 :

            Quelque bon bruvaige doulcet,

            C’est-à-dire ung bruvaige doux,

            Et l’avaler doux comme lait29.

           LE SOT

 85   Vélà ung récipé bien fait,

            Et bon pour adoulcir le cueur.

           MAISTRE PIERRE

            Il le [vous] fault boyre, en effect.

            Il n’y a remède m[e]illeur ;

            C’est le bruvaige le plus seur

 90   Que boyvent les plus gens de bien.

           LE SOT

            Sang bieu ! tu es ung vray seigneur30

            Et ung droit maistre surgïen.

           MAISTRE PIERRE

            Tenez, regardez : n’est-ce rien ?

            Lisez ung pou en mon registre ;

 95   Vous y trou[v]erez, sçay-je bien,

            Mainte leçon et mainte épistre.

           LE SOT

            [Regarder je vueil]31 ce chapitre

            Pour sçavoir qu’il y a de bon.

            Mais dites-moy que fait ce tiltre,

 100  Il fault bien que nous le sachon.

           MAISTRE PIERRE

            Recepte pour quelque mignon

            Qui aura les cheveux [c]aducques32 :

            Deux onces de pouldre à canon,

            Cela fait enfler les perucques33.

           LE SOT

 105  Quoy ! y met-on te[l]s fureluques34 ?

            Je ne vy onc(ques) escripre mieux.

           MAISTRE PIERRE

            Ou temps que on portoit les hucques35,

            On ne portoit point de telz cheveux.

           LE SOT

            Merque[z]36 cecy pour ces fri[n]gueux37

 110  Qui ont38 perrucques à l’envie.

           MAISTRE PIERRE

            De lire soyez curieux,

            Vous verrez39 la génealogie.

           LE SOT

            Remède [à rencoutrer]40 la truye

            Qui fut prinse dans41 les Tournelles.

 115  Plusieurs de ceste compaignie

            Y firent maintes plaies nouvelles42.

           MAISTRE PIERRE

            Ce qu’on fait pour les damoiselles

            Se doit [bien] prendre en pati[e]nce.

           LE SOT

            Par le sang bieu ! telle[s] et telles

 120  Eurent grant pitié de l’offence.

           MAISTRE PIERRE

            Je les congnois, sur ma conscience !

            Ilz43 sont trètous vaillans aux « armes ».

           LE SOT

            J’ay trouvé ne sçay quoy de bon :

            Ce sont receptes pour les femmes…

 125  Le diray-je ? Hon, hon, hon, [hon].

           MAISTRE PIERRE

            Quel « hon, hon » ? Véez cy bon mignon !

            Je n’entens point bien les latins44.

           LE SOT

            Récipé pour mauvais tétins

            Et pour ceulx qui portent mollettes45 :

 130  Pour les faire tous les matins

            Aussi rondis46 comme billettes.

            Cela n’est pas pour les fillettes ;

            C’est pour ces grans v[i]eilles fard[é]es.

           MAISTRE PIERRE

            Holà ! Les choses sont secrètes :

 135  Qu’elz ne me soient point divulgu[é]es !

           LE SOT

            Femmes qui ont les fesses molles :

            Recepte pour les faire dures.

            Sont-ce pas bonnes épistolles ?

            Mais les matières47 sont trop dures.

           MAISTRE PIERRE

 140  Lisez toutes ces escriptu[r]es,

            Vous verrez maintes fentaisies.

           LE SOT

            Item pour ces v[i]eilles flestries

            Qui ont la coulleur sale et fade :

            Vécy en escript drogueries

 145  Pour leur faire le visaige sade48.

            Recepte pour faire fard de Granade49 :

            E[s]t de la carne50 d’ung regnart

            Avecques force de moustarde ;

            Vous ne veistes onc meilleur fard.

           MAISTRE PIERRE

 150  Mettez ceste recepte à part,

            Elle est sur toutes souveraine.

           LE SOT

            En vécy une aultre à l’escart

            Que je liray (je y mettray peine) :

            Femmes qui ont mauvaise alaine

 155  Et qui sentent le faguenas51 :

            Il ne leur fault que de la graine

            De violette ou de muglias.

           MAISTRE PIERRE

            Regardez-moy, dessus ce pas,

            Quelle chose y a pour ces gouges.

           LE SOT

 160  Par le sang bieu ! c’est [cy] mon cas :

            Pour faire les baulièvres rouges52

            Aux mignons de ceste ville.

           MAISTRE PIERRE

            Le corps bieu ! ilz sont assez rouges53 ;

            Chascun d’eux y est bien habille54.

 165  Je leur [en] ay donné le stille ;

            Ce qu’ilz font je leur ay aprins.

           LE SOT

            Est-il vray ?

           MAISTRE PIERRE

                                  Vray comme Évangille.

           LE SOT

            Vous leur avez vendu bon pris.

           MAISTRE PIERRE

            J’en ay vendu parmy Paris

 170  Où je me suis bien fait payer.

           LE SOT

            Ne cell[e]z rien à vos amis :

            Qu’avez-vous dedans ce mortier ?

           MAISTRE PIERRE 55

            Or n’y vueillez point espier !

            Recullez-vous, il n’y a rien.

           LE SOT

 175  Tu es ung vaillant espicier.

           MAISTRE PIERRE

            Par bieu, tu es homme de bien !

            Que sces-tu ou quoy ou combien

            S’il y a drogues56 dangereuse[s] ?

            Ne touchez à rien qui soit mien.

 180  Vos manières sont outrageuses.

            Plus n’en verrez pour maintenant,

            Car je m’en voys trèstout courant

            Boire une foys à chère lye57.

            À Dieu toute la compaignie !

 

                FINIS

*

1 Voir la préface de l’édition d’Eugénie Droz.   2 Pantagruel, 22.   3 « Les sinapizant avecques un peu de pouldre d’oribus. » (Pantagruel, Prologue.) Naturellement, c’était de la poudre aux yeux : « Ils taschent à mettre certaine poudre d’auribus aux yeux des simples pour les aveugler. » (Arnauld Sorbin.) Le jeune Gargantua <chap. 22> « jouoit à la barbe d’oribus », qui est, d’après Gilles Ménage, « un jeu où les enfans, sous le semblant de faire une barbe à l’un d’entr’eux qui a les yeux bandés, lui en font une avec de la merde ».   4 Journal de la cité de Besançon.   5 T : receuurrnt  (L’un des deux Sots recouvrira son mortier avec un couvercle au vers 173.)   6 Sans plus de délai.   7 Pour dire la vérité. Sur les cris de métiers, cf. les Cris de Paris.   8 Une formule pharmaceutique, en l’occurrence aphrodisiaque. Pour se faire mieux comprendre, Doribus devait exécuter un geste phallique avec le pilon du mortier.   9 Chirurgien.   10 Il amalgame des composants. « Une sorte de pilulles compilées de cent et tant d’ingrédients. » Montaigne, II, 37.   11 Sauce piquante dont on pilait les épices dans un mortier. Le Parangon de Nouvelles honnestes et délectables consacrera plusieurs pages au « cuysinier Doribus ». Quant aux vits de coqs du vers 8, ils renforçaient les recettes aphrodisiaques : « Les couillons de cocqs et de levraux,/ Le gingembre confit, la mouche cantaride. » (Ronsard.)   12 En ce lieu.   13 Il prend les badauds à témoins.   14 Quelque chose qui me convient.   15 « Et vous verrez chose terrible :/ Car je me feray invisible. » La Résurrection de Jénin Landore (BM 24).   16 Le simple bateleur devient thaumaturge et s’égale à Dieu. Si l’on en croit d’Assoucy, le dieu Phébus lui-même se flattait d’être « le grand maistre Doribus/ Du matras [trait d’arbalète] et de l’arbaleste ».   17 T : fratribus  (Pour la mesure, on peut remplacer Regardez par Voyez.) Maître Aliboron est le prototype du pédant qui sait tout faire : dans les Ditz de maistre Aliborum qui de tout se mesle, il est également triacleur [vendeur de thériaque], basteleur et apoticaire. Son serviteur, maistre Hambrelin, « faire sçay[t] pouldre d’oribus ». L’apothicaire du Testament Pathelin s’appelle maistre Aliborum, de même qu’un mauvais latiniste dans la sottie des Sotz qui corrigent le Magnificat (T 5).   18 Véritable. Il croit se démarquer des autres « savants en us », qui s’affublent aussi de faux noms latins. En latin, Doribus est l’ablatif pluriel de Dores [les Doriens].   19 T : Comment   20 Empoisonneur (de l’italien messer) : « Dieu nous gard d’ung tour de Breton,/ D’ung Messaire et de son boucon [poison] ! » Pierre d’Anthe.   21 De l’argent. Nul besoin d’attendre l’affaire des Poisons pour trouver des empoisonneurs stipendiés par des héritiers impatients.   22 Charlatan. Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 516.   23 De l’argent, dans l’argot parisien. « [Les coquillars] appellent argent aubert, caire, ou puille. » Au vers suivant, gourd [bon] appartient aussi au jargon des criminels.   24 Qui rend très riche.   25 On trouve les rimes aise/sainct Blaise/desplaise dans les Esveilleurs du chat qui dort. Saint Blaise était médecin.   26 T : broullans  (Brouillement = sujet de brouille.)   27 T : Tropr aise   28 Cocus. Doribus lit le titre des recettes dans son registre (vers 94).   29 « Porter patiemment, Avaller doulx comme laict. » Dictionarium latinogallicum.   30 Jeu de mots sur « saigneur » annonçant le chirurgien du vers suivant.   31 T : Regardes ie vuiel   32 Qui perd ses cheveux.   33 « Ces perrucques boursoufflées,/ Légières, qui par bon moyen/ Deviennent grosses et enflées. » Guillaume Coquillart, les Nouveaulx Droitz. Voir aussi la fin de son Monologue des Perrucques.   34 Futilités. Mais aussi : longues mèches qu’arboraient les freluquets. « Deux freluques/ De cheveulx. » Coquillart, Nouveaulx Droitz.   35 Des capes munies d’un capuchon qui couvrait les cheveux.   36 Prononciation parisienne de « marquez ».   37 Frimeurs. « Noz mignons fringués et bruyans,/ Noz fringans, noz perruquians. » Coquillart, Nouveaulx Droitz.   38 T : font   39 T : veraes  (On prononçait gé-nia-lo-gie : « La génialogye des dux qui régnèrent avant que il eust onqs Roy en France. »)   40 T : encontre  (Rencoutrer = raccoutrer, recoudre.) Allusion aux femmes qui visitaient les cachots des Chambres de Justice et autres Tournelles, au risque de s’y faire violer. « Dames visitent les linceaulx [draps de lits]/ En Chambre ou en quelque Tournelle. » Coquillart, Blason des armes et des dames.   41 T : dedans   42 S’ajoutant aux plaies naturelles de la dame. Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 374.   43 Forme archaïque de Elles. « Ne furent-ilz femmes honnestes ? » Villon, Testament.   44 Les rébus. Mais on peut lire aussi : « Je ne comprends pas bien les auteurs latins. »   45 Pour les seins qui ont besoin d’être rembourrés avec du molleton.   46 T : rondes  (Rondi = arrondi : « Les cheveulz rondiz », Godefroy.)   47 Jeu de mots scatologique amené par les fesses.   48 Plaisant.   49 La ville espagnole de Grenade, occupée par les Arabes, offrait tous les raffinements de la débauche orientale.   50 T : corne  (La « chair de renard » serait plus adéquate que son hypothétique corne. Cela dit, les bonimenteurs vendaient même de la corne de licorne.)   51 La transpiration. Cf. Trote-menu et Mirre-loret, vers 174, où faguenas rime aussi avec muglias [musc].   52 T : reuges  (Balèvres = lèvres.)   53 Rusés.   54 Habile.   55 Doribus recouvre son mortier avec un couvercle. Il s’agit d’un autre mortier que celui qui contient du trop-aise (vers 55-61).   56 T : dorgues   57 Avec un visage épanoui. Cf. le Gaudisseur, vers 176.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :