Archives de Catégorie: Théâtre médiéval

TOUT-MÉNAGE

Recueil du British Museum

Recueil du British Museum

*

TOUT-MÉNAGE

*

Cette sottie rouennaise fut écrite après 1513. On peut regretter qu’elle porte le nom du plus insignifiant des trois personnages qui lui donnent vie, et pas le nom de Besogne-faite, une chambrière cossarde, menteuse, hypocrite, voleuse, médisante, aguicheuse, maladroite, geignarde et lascive. Besogne-faite est certes paresseuse, mais sa patronne Tout-ménage1, qui se limite à donner des ordres et à fréquenter les églises, ne l’est pas moins ; quant au Fol, qui se dit tantôt soldat et tantôt médecin, il ne travaille pas puisqu’il est fou.

Source : Recueil du British Museum, nº 48.

Structure : Rimes abab/bcbc, rimes plates avec de fortes irrégularités.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

 

*

 

Farce nouvelle de

Tout-ménage

*

 

À troys personnages, c’est assavoir :

    TOUT-MESNAGE

    BESONGNEFAICTE,  la chambèrière, qui est malade de plusieurs

                                                    maladies, comme vous verrez cy-dedans2.

    LE  FOL,  qui faict du médecin pour la guarir.

 

*

 

TOUT-MÉNAGE

 

 

                             LE  FOL  commence                      SCÈNE  I

          Dieu gard de mal la compaignye !

          Hault et bas, Dieu vous gard trèstous !

          Je viens tout droit de Lombardie,

          Où j’ay veu donner de beaulx coups ;

5      À peu que ne fus3 bien escoux

          De ces Suisses et Millannoys !

          « Plus cher auroye4 perdre cent so[u]lz

          Que d’estre icy deux jours ou troys

        (Ce dis-je5) ! Ma foy, je m’en voys :

10      Je ne vueil point suyvir la guerre ! »

                             TOUT-MESNAIGE,  primo       SCÈNE  II

           Trouver me fault en ceste terre

           Quelque chambèrière esgarée,

           Mais qu’elle ne soit point parée

           Ne tiffée6 comme sont beaulcoup ;

15   Car ilz ne font que gaster tout7.

           [……………………….. -aille,]

           Mais j’en vueil d’une bonne taille,

           Qui ne soit point encore usée8,

           Et qui vous fille une fusée9

           Tout soubdain, et voyse au moulin10

20   Hault et bas ; [et] soir et matin,

           Au marché et à la fontaine :

           Une garse11 faicte à la peine.

           Par ainsi, seroys bien heureuse.

                             BESONGNEFAICTE,   primo      SCÈNE  III

           Se trouvasse une12 malheureuse

25   Maistresse, il courroit bon temps.

           Mais en attendant, je prétens

           Que trouveray quelque fortune13,

           Et que Dieu m’en envoyera une

           Qui me sera bonne et propice.

            LE  FOL                SCÈNE  IV

30   Je viens de veoir une nourrisse

           Qui estoit encore pucelle14,

           Ce disoit ; et vouloit que feisse

           Cela15, et souffla la chandelle.

           « Mais (dis-je16), se la despucelle,

35   Je seroys en bien grand dangier

           De luy rompre ventre et forcelle17. »

           Dont la laissé, pour abréger.

                             TOUT-MESNAIGE         SCÈNE  V

           Avoir me fault, sans plus songer,

           Maintenant une chambèrière

40   Pour aller au vin pour [mieulx] boire18,

           Au marché et à la fontaine,

           Qui soit doulce, non pas haultaine,

           Pour me servir à mon besoing.

                             BESONGNEFAICTE

           J’apperçoys bien venir de loing

45   Une femme qui a affaire

           (Ce croy-je) d’une chambèrière.

           Vers elle m’en voys d’une tire.

                             TOUT-MESNAIGE

           Bien tost seray hors de martyre :

           Car là-devant, voy une fille

50   Qui me semble belle et gentille,

           Et cherche maistre, à mon advis.

                             LE  FOL              SCÈNE  VI

           Nostre chat print une souris

           Hyer au matin, enmy nostre astre19 ;

           Mais je fus si sot villenastre

55   Que je luy cuidoye bien oster :

           Et il s’en vint20 à moy jouster

           Et m’esgratigna le visaige.

           Une aultre foys, seray plus saige ;

           Car je vous prometz, par ma foy,

60   Qu(e) à chat jamais ne me jouray21 :

           Il est trop dangereux des gris22 !

                             TOUT-MESNAIGE          SCÈNE  VII

           Dieu vous gard, la fille au cler vis23 !

           Que quérez-vous, ma doulce amye ?

                             BESONGNE-FAICTE

           À servir, je vous certifie,

65   Quelque bonne femme de bien.

                             TOUT-MESNAIGE

           Que sçavez-vous faire ?

           [BESONGNE-FAICTE

                                                            Rien.

                             TOUT-MESNAIGE]24

                                                                            Rien ?

                             BESONGNE-FAICTE

           De cela ne vous soucÿez,

           Car je [vous] serviray si bien

           Que contente de moy serez.

                             TOUT-MESNAIGE

70   Dictes combien vous gaignerez.

                             BESONGNEFAICTE

           Maistresse, ce que vous vouldrez ;

           Nous n’en serons point en discort.

                             TOUT-MESNAIGE

           Se servez bien, je me fais fort

           Que vous feray beaucop de biens,

75   Car je ne vous retiendray riens25.

           Venez-vous-en avecques moy !

                             BESONGNEFAICTE

           Allez devant, je vous suyvray,

           Et dusse26 aller jusques à Caen27.

                             LE  FOL             SCÈNE  VIII

           Je vouldroys estre bourdiquen28

80   Des Chartreux ou des Célestins.

           Ou que fusse courtier de vins.

           Ou ung esprouveur de triacle29 :

           Dieu sçayt que feroys beau miracle

           De médecine, bien souvent !

85   Je criroys : « À la malle dent30 !

           À ce triacle et métridal31 ! »

           J’en guariroys maint du hault mal32

           Et de la malle maladie33.

           Car je suis maistre en Conardie34,

90   Médecin et cirurgien,

           Autant à Londres qu’à Rouen.

           Je mens : je suis apoticaire

           Du grant souldan35 qui est au Caire,

           Maistre passé en theologie36 ;

95   Et estudioys en Tur(e)quie

           Avecques Guillery Gambette,

           Dedans la ville de Tollette37,

           L’année qui vient… M’entendez38 vous ?

                             TOUT-MESNAIGE         SCÈNE   IX

           Ma chambèrière, mon cueur doulx :

100  Aller me fault à la boucherie.

           Comme est vostre nom, je vous prie ?

           De tout le moins, que vous congnoisse.

                             BESONGNEFAICTE

           On m’appelle, à nostre parroisse,

           Besongnefaicte39 ou Saudouvray.

                             TOUT-MESNAIGE

105  Besongnefaicte ? Av’ous dit vray ?

           Ce sont deux noms assez plaisans…

           Or tenez, voylà douze blancs40

           Pour aller à la boucherie.

                             BESONGNEFAICTE

           De grande joye ma bouche rie41 !

110  À chascune foys que j(e) iray,

           De bonne chair achepteray,

           Se je puis, pour ma bonne maistresse.

                             Pausa, en allant. 42

           « Le mal d’amour si fort me blesse

           Que je ne sçay que j’en feray ;

115  Et croy fermement qu’en mourray,

           Se n’en suis bien tost assouvie. »

             LE  FOL               SCÈNE  X

           Et ! qu’avez-vous, ma doulce amye ?

           Vous me semblez bien fort malade.

           Vous fault-il chanson ne ballade

120  Pour vous esjouir ung petit43 ?

                             BESONGNEFAICTE

           Nenny. J’ay perdu l’appétit,

           Car je n’ay [plus] joye ne lyesse.

                             LE   FOL

           Qu’avez-vous ? Dictes quel mal esse.

           Tant vous estes descoulourée !

125  Que vous faictes la pippe-souée44 !

           Vous estes en bien grand dangier

           D’estre folle et de enragier

           Du mal dont vous estes frappée ;

           Car vous estes bien attrappée

130  Du mal d’amours, qui fort vous picque.

                             BESONGNEFAICTE

           Estes-vous donc de la praticque45 ?

           Il semble que le saichez bien.

                             LE  FOL

           Ouÿ dea, je suis surgïen46.

           Je voys47, congnoys in facie48

135  Que le mal d’amours, hodie,

           Vous a féru49 jusques au vif.

           Mais il vous fault ung rétrainctif50

           Et de la vraye méd[e]cine.

                             BESONGNEFAICTE

           Que je paye pinte ou chopine,

140  Et que j’en aye pour [mon argent]51 !

           Car je ne puis, par mon serment,

           Faire ouvraige de mes deux mains.

                             LE  FOL

           Il vous fault de l’huylle de rains52 :

           Par ainsi, vous serez guarie.

145  Et puis prendre la raverdie53

           Avecques quelque verd gallant54.

                             BESONGNEFAICTE

           Et qui vous en a aprins tant ?

           Que vous estes grant escollier !

                              LE  FOL

           Je fus [passé] maistre au Sollier55,

150  Avec les veaulx56 à ma grant-mère ;

           Et estudié57 en grammaire,

           En poyterie58 et plusieurs ars,

           Que n’y gaignay pas deux liars.

           Ce fut autant de temps perdu.

155  Mais maintenant, suis entendu59

           En médecine ; et davantaige,

           À ceste heure suis aussi saige

           Qu’oncques-puis ne fournasmes-nous60.

             BESONGNE-FAICTE

           Estre vouldroys avecques vous :

160  Vous sçauriez ma desconvenue…

           Mais j’ay paour que ne soye batue,

           Car je demeure longuement.

           Vers ma maistresse vistement

           Je m’en revoys. Adieu vous dy !

165  Je vous reverray près d’icy,

           Quelque journée, plus à loysir,

           Si c’est de Dieu le doulx plaisir.

           Adieu vous dy, et grand mercy !

                             LE  FOL

           Mais la vostre ! Que [l’ayez cy]61 !

170  Faictes tout ce que vous ay dit,

           Et vous serez sans contredit

           Bien tost de vostre mal guarie.

                             BESONGNE-FAICTE      SCÈNE  XI

           Forger fault une menterie

           En m’en retournant à l’hostel62.

175  Une en ay soubz mon hasterel63,

           Je ne m’en soucye desjà plus.

                             Pausa, en s’en retournant.

           Hau ! maistresse, ouvrez-moy l’huys64 !

           Le bouchier viendra à ceste heure.

                             TOUT-MESNAIGE        SCÈNE   XII

           Que tu as faict longue demeure !

180  Elle deust desjà estre cuytte.

                             BESONGNE-FAICTE

           Il tuoit ung mouton d’eslite65,

           De quoy il vous doibt apporter.

           Et n’ay osé riens [r]apporter.

           Mais il m’a promis sur sa foy

185  Qu(e) icy sera si tost que moy.

           Et luy ay baillé de l’argent.

                             TOUT-MESNAIGE

           Tu es bonne fille, vrayement.

           [Or,] pense à faire ta besongne :

           Prens ung fizel et ta quelongne66.

190  Et tu allumeras ton feu,

           Tandis que m’en iray ung peu

           À la messe pour Dieu prier.

                             LE   FOL            SCÈNE  XIII

           Perdu suis que je ne puis pier67 ;

           Car j’ay si grant soif, sur mon âme,

195  Que je ne sçay si suis homme ou femme68.

           Veoir je m’en vois Besongnefaicte,

           Sçavoir se sa « besongne » est faicte69,

           Car la maistresse est à la messe.

                             BESONGNEFAICTE, en chantant    SCÈNE XIV

           « En douleur et tristesse

200  Languiray-je tousjours ?70 »

           Ce fust assez, en quinze jours,

           Que de filler une fisée71,

           Tant je suis bien embesongnée ;

           Je fille d’une si grant sorte72,

205  Et n’ay amy qui me conforte.

           Au moins, se j’eusse ung amoureulx,

           J’en auroys le cueur plus joyeulx :

           Fille sans amy est bien beste.

                             LE  FOL                SCÈNE  XV

           Que faictes-vous, Besongnefaicte ?

210  Faict-on point, en ceste contrée,

           Plus tost ung pet qu(e) une fisée ?

           Vray Dieu, quelle grand(e) filleresse !

                             BESONGNEFAICTE

           [Las !] je suis en si grant destresse

           Que je ne sçauroys besongner.

215  Mon doulx amy, sans séjourner,

           Dictes-moy qui73 me peult tenir.

                             LE  FOL

           « D’ung doulx penser, d’ung souvenir…74 »

           Et d’ung aultre mal, par sainct James,

           Qu’on dit la maladie des femmes :

220  C’est dangereuse maladye.

                             BESONGNE-FAICTE

           C’est donc du mal de jalousye,

           Ou du mal de saincte Quaquette75 ?

                             LE  FOL

           L’ung et l’autre fort vous moleste ;

           Mais c’est d’une aultre maladye.

                              BESONGNEFAICTE

225  Que je le saiche, je vous prie,

           Et je seray large du vin76.

           Est-ce point de sainct Mathelin77,

           Ou de quelque aultre mal de sainct ?

                             LE  FOL

           Encor n’avez-vous point attaint

230  Au vif le mal que ce peult estre.

           Touteffois, vous78 povez bien estre

           Entachée de plusieurs maulx ;

           Mais deux en a plus principaulx

           Qui vous rompent ainsi la teste.

                              BESONGNE-FAICTE

235  Ennement79 ! c’est donc à la feste

           De sainct Trotin et sainct Béset80 ?

             LE  FOL

           En ung des deux qui est [il]lec81.

           Et l’autre c’est, ma belle fille,

           La maladye de la « trop fille82 ».

240  Aultre chose ne vous tourmente.

                             BESONGNEFAICTE

           Sans point de doubte, je me vante

           Que j’en seray bien tost guarye.

           La trop fille ? Vierge Marie83 !

           Vous en dictes la vérité ?

                             LE  FOL

245  Pour passer vostre infirmité,

           Allez-vous-en à la fontaine84,

           Et ne fillez de la sepmaine :

           Par ce point, vous serez guarye.

                             BESONGNE-FAICTE

           J’avoys prins run85 ; mais, sur ma vie,

250  J’ay faict cent pièces de ma cane86.

           Allons-nous-en nous deux [en cane]87

           Devant que ma maistresse vienne !

                              LE  FOL

           Adieu, messieurs ! Et vous souviengne

           De plusieurs chambèrières folles.

255  Et prenez en gré noz parolles !

 

                                          FINIS

              Imprimé à Lyon.

*

 

1 Ce nom désigne tous les ustensiles et le petit mobilier nécessaires dans une maison. « Ledit seigneur lui donna tout ménaige, utencilles et autres meubles. » (Estienne Baluze.) « Une chambre bonne et honneste, garnie de tout mesnage. » (D’Arbois de Jubainville.)   2 Dans la présente brochure imprimée à Lyon entre 1532 et 1550.   3 BM : feux  (Il s’en fallut de peu que je ne fusse bien secoué.)  En 1513, pendant la quatrième guerre d’Italie, les troupes françaises furent chassées de Lombardie par des mercenaires suisses alliés aux Milanais.   4 J’aimerais mieux.   5 BM : Se deys ie  (Ai-je dit lorsque j’étais à Milan.)   6 Ni attifée. « S’estant parée et tiffée. » Godefroy.   7 Elles salopent leur travail.   8 BM : rusee  (De fait, les spectateurs pouvaient entendre « encor rusée ».)   9 Qui enroule un écheveau de fil. Mais filer une fusée = lâcher un pet (vers 211).   10 Qui aille chercher au moulin la farine du blé que j’ai fait moudre. Elle n’aurait pas à aller loin : il y avait plusieurs moulins le long du Robec, la rivière qui traversait Rouen.   11 Fille.   12 BM : quelque  (Si je trouvais une seule maîtresse.)   13 Une bonne fortune, y compris au sens érotique du terme.   14 Le Fol est un dépuceleur de nourrices, un enfonceur de portes ouvertes. « Je suis qui romps les huis ouvers/ Et despucelle les nourrisses. » Sermon joyeux d’un Dépucelleur de nourrices.   15 Faire cela = faire l’amour. Cf. Frère Guillebert, vers 33.   16 BM : se disie   17 Estomac.   18 Qui aille tirer du vin à la cave pour que je boive mieux.   19 Le parvis où nous mendions. L’aître (ou l’astre) est le parvis des églises où les infirmes et les fous font la manche, avec les chiens et chats qu’ils ont recueillis. À Rouen, « l’aistre Nostre-Dame » était bien connu. C’est probablement là que se déroule la pièce. Les chômeurs y rencontraient les employeurs potentiels : « L’estre Nostre-Dame de la ville de Roüen, lieu où tous les mannouvriers s’assemblent pour chercher de la pratique. » (Le Facécieux réveille-matin des esprits mélancholiques.) Enfin, on y trouvait une fontaine (vers 246), et plusieurs étals, parmi lesquels des boucheries (vers 100).   20 BM : vient  (Il vint s’attaquer à moi.)   21 Je ne me confronterai. Cf. les Esveilleurs du chat qui dort, vers 93. Rime avec « par ma fé », à la manière normande.   22 Des griffes (dialecte normand). « Ce grand Gassion, qui les guette/ Comme le chat fait la souris,/ Se promet leur monstrer ses gris. » La Muse normande.   23 Au clair visage. C’était un signe de candeur et de pureté…   24 L’imprimeur a sauté ce fragment, mais il a bien mis à la ligne le mot ci-dessous, preuve qu’il y a une lacune.   25 Les patrons pouvaient retenir des gages à leurs employés s’ils perdaient ou cassaient quelque chose. Mais au vers 186, c’est l’employée qui va retenir l’argent de sa patronne !   26 BM : fuffe  (Et dussé-je.)   27 BM : rouen  (Qui rend le vers trop long et la rime moins riche. L’imprimeur lyonnais a dû juger que Rouen était plus « vendeur » que Caen.)  Le vers 91 situe la pièce à Rouen.   28 En Normandie, un bourdican est un frère lai que les monastères employaient comme domestique. Rouen possédait un couvent de chartreux (Notre-Dame-de-la-Rose), et un couvent de célestins (Notre-Dame-du-Val).   29 Un charlatan qui expérimente son thériaque [contrepoison] sur les badauds. « Sa marote faisoit miracle,/ Car elle esprouvoit le triacle/ Contre poison et tout venin. » Sottie des Vigilles Triboullet, T 11.   30 C’est le cri public des arracheurs de dents qui veulent attirer des patients. « –Crier me fault. –Quoy ? –À la malle dent !/ Et en ung sac porter un gros serpent [alambic]/ Pour métridal et triacle esprouver. » Les Ditz de maistre Aliboron qui de tout se mesle.   31 Contrepoison dont les apothicaires attribuaient la formule au roi Mithridate.   32 De l’épilepsie. Les vers 82-92, qui confondent allègrement la chimie et l’alchimie, rappellent Maistre Pierre Doribus.   33 On a taxé de « mauvaise maladie » la lèpre, l’épilepsie, le catarrhe, la syphilis, et même la jalousie (vers 221) : « Mais vous avez enpris [attrapé] la male maladie :/ C’est ung mauls dolereus que fine jalousie. » Godefroid de Bouillon.   34 Je suis affilié aux Conards de Rouen (confrérie joyeuse dont les membres usurpaient des titres ronflants).   35 Sultan. Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 516-517.   36 On prononçait tio-lo-gie. Cf. les Sotz escornéz, vers 109.   37 Tolède s’était débarrassée de la domination musulmane en 1085, mais le reste de l’Espagne ne fut totalement libéré qu’en 1492. Panurge se vantera lui aussi d’avoir étudié les arts magiques « à l’eschole de Tolète » (Tiers Livre, 23).   38 BM : matendez  (Il a le sentiment que le public n’écoute plus ses divagations.)   39 Travail déjà fait, qui n’est donc plus à faire. Soûl d’œuvrer = fatigué de travailler. La servante appartient à « la grand confrairie des saouls d’ouvrer et enragéz de rien faire », comme « tous ceux et celles qui aiment besogne faite et entièrement achevée ». (1537.) Cette confrérie était sise à Rouen.   40 Pièces de monnaie.   41 Cette rime inspirait les poètes fantaisistes : « Ravys serez tous à la boucherie ;/ Si gay n’aura de qui la bouche rie. » Louis Chocquet. Voir aussi l’Épistre d’ung povre escolier malade, de Roger de Collerye.   42 Elle sort de la maison en chantant, et se dirige sans y prendre garde vers le Fol.   43 « Il n’y a chant, rondeau, ballade/ Qui me donne joye. » Telle est la réponse d’une autre servante qui, dans la farce de Frère Phillebert (LV 63), souffre du même mal que la nôtre : « Qu’elle est mallade,/ Hélas, d’aymer, la povre garce ! » On la soignera de la même façon, car « c’est le souverain remède/ De prendre le galant fort royde…./ Et que le galant bien frétille/ Pour luy garir sa maladye. » Cf. Frère Guillebert, note 70.   44 L’aguicheuse. « Voilà une belle mijaurée, une pimpe-souée bien bastie ! » (Le Bourgeois gentilhomme.)  « Doulx yeulx pipesouers. » (Martial d’Auvergne.)   45 Êtes-vous praticien ?   46 Chirurgien. Cf. Maistre Pierre Doribus, vers 17.   47 BM : vous  (Voir et connaître étaient les deux fondements du diagnostic : « Veoir et connoistre tout ce qui peut estre d’altération et maladie au corps humain. » Ambroise Paré.)  « Je vois, congnois et sçay/ Vostre mal. » Christine de Pizan.   48 Quand je vous vois en face. Hodie = aujourd’hui. Un médecin se devait de baragouiner quelques mots de latin.   49 Frappée (vers 128.)   50 Un astringent. « –[Et ta femme,] que tu dis qui a le cul tendre :/ Qu’y feras-tu ? –Il luy fault prendre/ Ung restraintif. » Deux hommes et leurs deux femmes, BM 10.   51 BM : de largent   52 L’huile de Reims était le saint chrême dont on oignait les nouveaux rois. Par dérision, l’huile de reins désignait le sperme : « Je ne scay/ Rien meilleur que huylle de rains. » L’amoureux passetemps.   53 Une reverdie, un assaut. « Je donnay la reverdie/ À deux belles jeunes femelles. » Sottie des Sotz nouveaulx farcéz, couvéz.   54 Cf. le Trocheur de maris, vers 162.   55 Je passai ma maîtrise à Saint-Cande-du-Solier. Ce collège avait obtenu le droit d’enseigner la grammaire (cf. le vers 151), une prérogative que détenait pourtant l’École de Grammaire de la cathédrale.   56 André Tissier propose une interprétation : « Les veaulx seraient des “sots” appartenant à la société des Conards, et la grant mère désignerait quelque Mère Sotte. » Recueil de farces, tome V, Droz, 1989, p. 302.   57 J’étudiai. Même désinence que « laissé » au vers 37.   58 En poèterie [poésie] : « Selon les auteurs de poèterie. » (Godefroy.) Mais on pouvait aussi comprendre poterie, et surtout pèterie.   59 Je m’y entends.   60 BM : fourniasmes nous  (Je suis un aussi grand sage que nous n’en avons créé depuis.) Rabelais recycla deux fois cette locution proverbiale, dont l’origine est inconnue : « À la lecture desquelz il devint aussi saige qu’oncques-puis ne fourneasmes-nous. » (Gargantua, 14.) « Par la responce qu’il nous donne, je suys aussi saige que oncques-puys ne fourneasmes-nous. » (Tiers Livre, 22.)  61 BM : lauez pris  (Merci est un substantif féminin <le Dorellot, vers 257-8> qui signifie « grâce ».)   62 À la maison de ma maîtresse.   63 Crâne.   64 Les Normands prononçaient « lu ». Dans la farce des Trois amoureux de la croix (F 8), « l’hus » rime avec « surplus ».   65 De choix. « Boire du vin d’eslite. » Godefroy.   66 Un fuseau et une quenouille pour filer la laine.   67 Boire de l’alcool. Cf. le Testament Pathelin, vers 173.   68 Cf. le Dorellot, vers 115. Le Fol voit Tout-ménage entrer dans la cathédrale Notre-Dame.   69 Si elle s’est fait besogner. Avoir besogne faite = avoir perdu sa virginité. « En fait de maistresse, il les aimoit mieux de la seconde main…. C’est-à-dire qu’il aimoit besongnefaite. » Homaïs, reyne de Tunis.   70 Cette romance de Nicolas Gombert a été publiée par Gaston Paris dans les Chansons du XV° siècle, p. 87.   71 De filer une fusée [quantité de fil enroulée autour d’un fuseau]. Il s’est donc passé 15 jours depuis l’autre fois. La maîtresse est de nouveau à l’église, en bonne adoratrice de saint Trottin (note 80).   72 Avec un tel rendement.   73 Quel mal, sachant que les maladies étaient personnifiées par des saints (vers 228).   74 Il fredonne un air à la mode amorcé involontairement par Besogne-faite. Nombre de chansons exploitaient le thème de la nostalgie. Voir par exemple Ce doulx penser et souvenir, de Firminus Caron.   75 Du bavardage. Pour tenter de guérir, les femmes qui en souffrent doivent aller prier sainte Caquette. Cf. la farce du Grant voiage et pèlerinage de Saincte-Caquette (T 23).   76 Je serai généreuse avec le vin de ma maîtresse. Voir le vers 139.   77 Suis-je atteinte de folie ? « Que le chault mal sainct Mathelin/ Luy puisse ronger la cervelle ! » L’Oficial, LV 22.   78 BM : que   79 Vraiment. Cf. le Povre Jouhan, vers 199 et passim.   80 C’est donc le mal des saints qu’on fête à la saint Trottin et à la saint Béset ? Le mal de saint Trottin oblige les femmes à trotter jusqu’aux églises où se donnent des rendez-vous galants : « Sus, madame, à la messe !/ Au sermon, ma maistresse !/ À Sainct-Trotin/ Monstrer le tétin ! » (Clément Janequin, le Chant des oyseaulx.) Le mal de saint Béset en est une variante : « Elles ne vont à Sainct-Trotin/ N’à Saint-Bézet. » (L’Advocat des dames de Paris touchant les pardons sainct Trotet.)   81 Vous souffrez d’un de ces deux-là.   82 La « trop file » est une crampe qui touchait les fileuses : « Pour guarir une femme de la trop-file : Si vostre femme est espaulée [a l’épaule démise]/ Ou éhanchée par trop filer. » (La Médecine de maistre Grimache.) Mais notre fileuse flegmatique ne risque pas d’en être atteinte ! Il y a donc un jeu de mots sur « trop fille », trop longtemps vierge : « Les femmes qui ont la trop-fille,/ Je les guaris en un instant. » (Varlet à louer.) On n’oubliait pas qu’à Rouen, une autre pucelle avait mal fini…   83 Voilà un juron bien choisi !   84 Rituellement, les chambrières et les valets qui puisaient de l’eau à la fontaine échangeaient des propos salaces, lesquels débouchaient parfois sur une conclusion horizontale. Dans la farce du Mince de Quaire (F 22), deux servantes qui attendent leur tour se font payer par un galant qui veut coucher avec elles.   85 Mon rang devant la fontaine. Les 20 premiers vers de la farce des Chambèrières (F 51) décrivent ce rigoureux protocole.   86 J’ai cassé ma cruche. « Rebeque vint à tout [avec] une cane sur l’espaule à la fontaine. » (Godefroy.) C’est l’origine de la cannette. Sans cruche, la servante n’a pas d’excuse pour aller draguer à la fontaine ; elle jette donc son dévolu sur le Fol.   87 BM : ensemble  (En faisant la cane = en fuyant le danger, comme un canard qui cache sa tête dans l’eau. « Lasche et sans combatre,/ [Mon vit] faict la cane et n’a plus de cœur. » Mathurin Régnier.)

 

LE TROCHEUR DE MARIS

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

LE  TROCHEUR  DE  MARIS

*

 

La farce rouennaise du Troqueur de maris fut composée vers 1540. Elle n’a guère inspiré les éditeurs modernes, et on se contentait jusqu’ici d’une édition de 18371. Plus courageuse que les médiévistes français, mon amie Jody Enders, de l’Université de Californie, vient d’en inclure une réjouissante adaptation dans son nouveau recueil de farces françaises : Holy Deadlock and further ribaldries. University of Pennsylvania Press, Philadelphia, 2017, pp. 318-339.

Source : Manuscrit La Vallière, nº 60.

Structure : Rimes plates, avec 2 triolets. Comme dans toutes les pièces qui circulent longtemps, le texte original a souffert, et de nombreux vers d’acteurs ont été ajoutés. Les innombrables redites prouvent que l’auteur a œuvré en très peu de temps ; il a d’ailleurs collé à la fin le congé standard, qui concluait notamment Sœur Fessue et l’Avantureulx.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

*

Farce  nouvelle  du

Trocheur  de  maris

 

*

 

À quatre personnaiges, c’est asçavoir :

       LE TROCHEUR DE MARIS

       LA PREMYÈRE FEMME

       LA DEUXIESME FEMME

       LA TROISIÈME FEMME

*

 

                             LE  TROCHEUR  commence          SCÈNE  I

         Qui vouldra2 sçavoir mon métier,

         Je suys trocheur prompt et habille,

         Nouveau venu en ce quartier.

         Qui vouldra sçavoir mon métier,

5    Mon « engin » est sain et entier3.

         Ma science n’est poinct labille4.

         Qui vouldra sçavoir mon métier,

         Je suys trocheur promp[t] et habille.

         Ne parlez plus de la Dandrille5,

10   Du Flagollet de sainct Vuandrille6,

         De Génin7 qui de toult se melle,

         De l’Aysné de Caulx qui se melle

         D’aprendre à faire des enfans8,

         Ny des Clers9 subtis et sçavans :

15   Car je suys un homme parfaict,

         Autant par dict comme par faict.

         Je faictz changer, je faictz trocher

         (Et sy, ne couste poinct trop cher)

         Un mary fol et sotouart10

20   En un mary frisque11 et gaillart,

         Un mary testu et génin12

         À un mary doulx et bénin,

         Un mary sot et mal-à-dextre13

         À un mary bon à congnoistre14,

25   Un mary mal endoctriné

         À un mary bien afiné,

         Un mary yvrongne ou lourdoys

         À un bon mary toutefoys.

         Et pourtant que15 je le puys faire,

30   Femmes ont de moy bien afaire

         En ce pays, comme j’entens !

         Par quoy, icy je les atens

         Pour aléger leur(s) fantasie16.

           LA  PREMYÈRE  COMMÈRE            SCÈNE  II

         [Vous soyez la trèsbien venue !17

           LA  DEUXIESME  COMMÈRE

35   Ma commère, Dieu vous bénye !

           LA  TROISIÈME  COMMÈRE

         Je vous ay presque descongnue.

                               LA  PREMYÈRE 18

         Vous soyez la trèsbien venue !

           LA   TROISIÈME

         Quant en ce poinct je vous ay veue,

         ……………………………… -ye.

           LA   PREMYÈRE

         Vous soyez la trèsbien venue !

           LA  DEUXIESME

40   Ma commère, Dieu vous bénye,]

         Car vous venez [cy] bien apoinct.

           LA  [PREMYÈRE]

         A ! vous ne sçavez qui me poinct19,

         Ma sceur, ma mye.

                                LA   [DEUXIESME]

                                              Y peult bien estre20.

           LA  [PREMYÈRE]

         J’ey un mary le plus sousdaistre21,

45   Le plus fol, le plus obstiné

         Qui fust jamais au monde né,

         Le plus cruel, le plus despict22.

         En luy, n’a beau faict ne beau dict.

           LA  [DEUXIESME]

         Et ! j’en ay un le plus mauldict.

50   Vray est qu’il est de bon esprit23

         Et sy je mens, Dieu me confonde !

         C’est le pire de tout le Monde,

         Le plus fier qui soyt sur [la] Terre.

           LA  [TROISIÈME]

         Et [moy] j’en ay un, par sainct Pierre,

55   À qui y ne souvyent de rien.

         Y ne mect son cœur qu’à son bien.

         C’est un balourt tout burelustre24.

           LA  [PREMYÈRE]

         Par sainct Jehan ! le myen, c’est un rustre

         Qui entretient une commère.

60   Encor, s’elle estoyt fresche ou clère25,

         Et qu’il luy fist bon ordinaire,

         J’éroys un peu de pacience.

           LA  [DEUXIESME]

         Le myen est plain d’impacience,

         Je dy vray, sur ma consience !

65   Un obstiné, un mal-aultru.

         C’est [un homme]26 le plus testu :

         Y ne vault pas un tout seul lyard27.

           LA  [TROISIÈME]

         Et le myen n’est que trop gaillard,

         Eust-il le col en une hard,28

70   Et trop franq à baiser29 ou joindre.

           LA  DEUXIESME

         Vous avez tort de vous en plaindre.

           LA  TROISIÈME

         Non ay.

           LA  PREMYÈRE

                          Sy avez.

           LA  [TROISIÈME]

                                              A ! ma commère,

         C’est un homme qui trop s’ingère

         À faire [leur désir]30 aulx femmes :

75   Voulentiers faict plaisir aulx dames ;

         Tousjours est emprès ou dessus.

           LA   [DEUXIESME]

         Et vous en plaignez-vous ? Jésus !

           LA  [TROISIÈME]

         Ouy, ma commère.

           LA   [DEUXIESME]

                                               Vous avez tort.

         Le myen, c’est un grand villain tort31,

80   Le plus salle et le plus ort

         Lâche-amanché32, un viel cabas ;

         Tant, qu’i fauldroict bien un vindas33,

         Durant la nuict, à le lever.

         Tousjours ne cesse de rêver,

85   De cresteler et ragacer34.

           LA  [PREMYÈRE]

         Y vous le fault donques trocher.

           LA   [DEUXIESME]

         Sy je danse en unne feste,

         Qui est une chose honneste,

         Il en aura mal à la teste

90   Et puys me vient bastre ou tencer.

           LA  PREMYÈRE

         Y vous le fault donques trocher.

           LA  DEUXIESME

         Et ! nous qui sommes sy mygnardes,

         Nous fault-il pas estre bragardes35

         Pour nos maris bien contenter ?

           LA  [PREMYÈRE]

95   Y nous les fault donques trocher.

           LA  [TROISIÈME]

         Sy je voys36 à Bonnes-Nouvelles,

         Y me plaindra [mes] deux chandelles.

         Cela ne couste pas trop cher.37

         Y ne fera que rechiner38.

           LA  [PREMYÈRE]

100  Y nous les fault tous III trocher.

           LA  [DEUXIESME]

         [Moy,] sy je voys à Bonsecours39,

         Il envoye après moy le cours40

         Un garçon ou une chamb(e)rierre ;

         Et semble que j’aille, en dèrierre41,

105  En quelque lieu me resjouyr.

         Où ? Je n’en ay nul souvenir.

         Cela m’est bien fort à passer42.

           LA   [TROISIÈME]

         Y nous les fault tous troys trocher.

           LA  [PREMYÈRE]

         Hélas ! sy je suys à malaise43,

110  Le myen s’en rist et est bien aise,

         Et ne tient nul conte de moy.

         Je vous jure et promais ma foy :

         Y vouldroict que je fusse morte,

         Pour avoir unne huguenote44,

115  Soyt-elle layde, belle et orde.

         Ma vye me fera abréger.

           LA  TROISIÈME

         Y nous les fault tous III trocher.

           LA   [DEUXIESME]

         Et ! quant je suys auprès du myen,

         [Onc] il ne parle, il ne dict rien ;

120  « Je suys là », [dy-je,] ou je soupire,

         Et ne me veult pas un mot dire.

         Suys-je pas en grand martire ?

         Moy, je ne demand que soullas45,

         En l’acollant de mes deulx bras ;

125  Mais il ne faict que rioter46.

           LA   [PREMYÈRE]

         Y nous les fault tous troys trocher.

           LA  TROISIÈME

         Par quel moyen ?

           LA  PREMYÈRE

                                           J’ey entendu

         C’un trocheur sage et entendu47

         Est arivé en ces quartiers,

130  Qui nous trochera voulontiers

         Nos troys maris trop nonchalans

         À troys aultres gentis, gallans,

         Gorgias & esperlucas48.

           LE  TROCHEUR 49         SCÈNE  III

         Je croy que j’ay bien vostre cas,

135  Car j’en ay [là] de toutes sortes.

         Dictes-moy50, que je vous en sortes,

         Sy vous plaist, à vostre apétit.

           LA  [TROISIÈME]

         Je vousisse51 un mary petit,

         Qui fût gentil, honneste et sage,

140  Qui gardît bien son mariage,

         Qui n’ayt Thomyne ne Lucette52

         À maintenyr, et qu’il m’achette

         [Choses bonnes, comme]53 liqueur

         Pour mectre auprès de mon cœur,

145  Soyt de relevée54 ou de matin ;

         Et aussy avoir de bon vin,

         Pain [blanc], cher55, vergus et vin-aigre.

           LA   [DEUXIESME]

         Et j’en veulx un qui soyt alaigre,

         Libéral, pront, franc du collier,

150  Et qui ne se face poinct prier

         Quant ce viendra à la « besongne » ;

         Et que sans dire mot, y m’enpongne

         Entre deulx dras56 sans faire noyse.

           LA   PREMYÈRE

         Et moy qui suys bonne galloyse,

155  Refaicte comme une bourgoyse,

         Je ne [vous] demande aultre chose

         Synon un mary (dire n’ose)

         Qui soyt de volonté françoyse57.

           LE  TROCHEUR

         Or bien, ma dame, sans faire noyse,

160  Je vous entens : pour abréger,

         Vous demandez un « cul léger »58,

         Un verd gallant bien ataché59

         Et qui ne soyt lâche amanché,

         Quant la derrée60 sy le vault.

           LA  DEUXIESME

165  Avez-vous [bien] ce qu’il me fault ?61

           LE  TROCHEUR

         Ouy ma dame.

           LA  TROISIÈME

                    Çà, çà, montrez !

           LE  TROCHEUR

                                                    V’en là62 un frisque.

           LA  PREMYÈRE

         C’est un pestilleur de morisque63,

         Un jolyet, un beau pigné64 !

         Et qui deable l’a égr[a]tiné ?

170  Il a le nes mengé de mites65.

           LE  TROCHEUR

         Sa66 vostre grâce, mes deulx hermytes

         Le trouvèrent en un tesnyer67,

         Au coupeau d’un petit grenyer68,

         Qui l’abillèrent en ce poinct69.

           LA  DEUXIESME

175  Par ma foy, y ne me duict poinct.

         Ostez, ce n’est c’un loquebault70 !

           LE  TROCHEUR

         Escoute[z], Dame, y n’est poinct ribault ;

         Et [s’il ajustoit]71 son pourpoinct…

           LA  TROISIÈME

         [Par] ma foy, y ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

180  Vésensy72 un sobre de bouche,

         Et n’est ne fier ne farouche,

         Qui baillera souldain la « touche

         D’Alemant73 » au gentil maujoinct74.

           LA   PREMYÈRE

         Par ma foy, il ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

185  Vensy75 un honneste et gaillard.

         Y n’est ne putier ne paillard.

         Et sy, est juste à son pourpoinct76.

           LA  DEUXIESME

         [Par] ma foy, il ne me duict poinct,

         Et il a le cul tout rompu.

           LE  TROCHEUR

190  Vésensy un tout jolletru77,

         Et qui est ferme contre l’escu78 :

         Et sy, il ne faillyra poinct.

           LA  TROISIÈME

         [Par] ma foy, il ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

         Tenez cy79 un homme de guerre,

195  Lequel [on] ne tient poinct [en] serre80 :

         Le cul luy pique81 et sy luy poinct !

           LA   DEUXIESME

         Par ma foy, [il ne me duict]82 poinct.

           LE  TROCHEUR

         En voulez-vous un vertueulx ?

         Il en fera autant que deulx.

200  Et sy, fera à vostre apoinct83.

           LA  TROISIÈME

         Par ma foy, [il ne me duict] poinct.

           LE  TROCHEUR

         Voulez-vous un musicien,

         Tant soyt-il viel ou antien ?

         Ou quelque donneur d[e g]ambades84 ?

205  Ou quelque forgeur de salades85 ?

         Un serurier, ou bonnetier ?

         Un drapier, ou un estaymier86 ?

         Un boulenger, un chaussetier ?

         Un masson, ou un cherpentier ?

210  Prenez-en un à vostre apoinct.

           LA  PREMYÈRE

         De tout cela je ne veulx poinct,

         Car je n’en veulx poinct de mestier87.

           LE  TROCHEUR

         Je ne vous séroys rien trocher88 ;

         Je n’ay donc rien qui vous soyt propre89.

215  Quelque mary(s) que je vous offre,

         Rien ne vous duict. Pour abréger,

         Alez en90 aultre lieu changer :

         On ne peult trocher mariage.

           LA  PREMYÈRE

         Il est certain, nous sommes d’âge

220  Que nous ne debvons poinct changer ;

         Il est certain, pour abréger.

           LA  DEUXIESME

         On ne doibt croire un estranger.

         Y n’amende poinct91 de changer.

           LA  TROISIÈME

         Chascun se deust de nous railler.

225  Y n’amende poinct de changer.

         En prenant congé de ce lieu,

         Une chanson pour dire « à Dieu » !

 

                  FINIS

*

 

1 Recueil de farces, moralités et sermons joyeux, publiés d’après le manuscrit de la Bibliothèque royale par Antoine Le Roux de Lincy et Francisque Michel. Ces deux érudits n’avaient pas lu Rabelais, puisqu’au vers 183, arguant que le copiste du ms. emploie la même graphie pour le « n » et pour le « u », ils transcrivent « manjoinct » au lieu de « maujoinct ». (Pour la même raison, dans leur recueil, ils ont rebaptisé « sœur Fesne » la sœur Fesue chère à Rabelais.)   2 Si on veut.   3 Non châtré, comme un cheval entier. Pour le double sens d’engin, cf. Raoullet Ployart, vers 92.   4 Labile, fragile.   5 La couille. « Et l’empoigna par ses dandrilles, car les Cordeliers sont cours-vestuz. » (Des Périers.) Nous avons là une énumération d’œuvres dramatiques normandes. Les deux premières sont perdues. Le troqueur sous-entend que la farce dont il est le héros vaut mieux que toutes les autres.   6 Fondateur de l’abbaye de Fontenelle (aujourd’hui Saint-Wandrille), près de Rouen. Flageolet [flûte] = pénis : « Un conseiller plein de cautelle [ruse],/ Fourny d’engin comme un mulet,/ Pour séduire une damoiselle/ Monstroit de loin son flageolet. » Cabinet satyrique.   7 Diminutif de Jean. « C’est Gennin qui de tout se melle. » (La Mère de ville, LV 28) « Je ne suis pas tel bourdeur, non,/ Que Jennin qui de tout se mesle. » (Montaiglon, XI.) Cette farce nous est parvenue sous le titre Jehan qui de tout se mesle (Revue du XVIe siècle, XI, 1924, pp. 131-140).   8 La farce des Batars de Caulx (LV 48) se trouve dans le même manuscrit que la nôtre, et elle est peut-être du même auteur. « L’aîné, qui est Henry » donne un cours d’éducation sexuelle à sa jeune sœur : « Tu bouteras tous les coups/ Deulx culz avec quatre genoulx,/ Après que seras maryée. »   9 Peut-être les trois « petits clercs » de la sottie des Esbahis (F 3).   10 Sot. Cf. le Povre Jouhan, vers 6. Naturellement, Le Roux de Lincy et F. Michel ont transcrit « sotonart ».   11 Fringant. Idem vers 166.   12 Stupide.   13 LV : male a dextre  (Maladroit.)   14 À connaître charnellement.   15 Parce que.   16 Leur mélancolie.   17 Ce triolet <vers 34-40>, qui annonce comme d’habitude un changement de scène, est en désordre dans le manuscrit. Je l’ai remis d’aplomb.   18 LV abrège les noms dans les rubriques : la p c, la ii c, et la iii c. Je ne le suivrai pas, d’autant que la distribution parle de femmes et non de commères. En outre, LV se livre une fois de plus <cf. le Monde qu’on faict paistre, note 11> à un numérotage mécanique des personnages (1ère, 2ème, 3ème) qui ne tient jamais compte des caractères et de l’action. LA PREMIÈRE COMMÈRE se plaint d’avoir épousé un rustre qui entretient une maîtresse ; LA DEUXIÈME COMMÈRE a épousé un tyran domestique, impuissant ; LA TROISIÈME COMMÈRE a épousé un avare doublé d’un obsédé sexuel. Jody Enders a donné des noms aux trois femmes, ce qui facilite la lecture.   19 Ce qui me chagrine.   20 Peut-être que si.   21 Soudard, mufle. « Alez, sousdextre !/ Comment ? Esse à vous à congnoistre/ Que c’est que du féminin genre ? » Farce des Troys Brus (LV 37).   22 Malfaisant. « Conduicte par gens cruelz, despitz. » Godefroy.   23 De bon vouloir (ironique).   24 LV : butelutre  (Burelustre = fou. « Sotz bons rustres,/ Sotz lourdaux et sots burelustres. » Monologue des Nouveaulx Sotz.)   25 « Une commère,/ Laquelle sera fresche et clère. » Les Batars de Caulx (v. note 8).   26 LV : lhomme  (Même construction qu’au vers 44.)   27 Il ne vaut pas un sou.   28 Quand bien même il aurait la corde au cou.   29 LV : baisser  (Trop prompt à me baiser et à me faire l’amour.) Le verbe baiser avait le même sens qu’aujourd’hui, bien que les commentateurs du Malade imaginaire veuillent faire croire que Thomas Diafoirus, quand il dit « Baiseray-je ? », songe seulement à embrasser la main de sa promise. « Baiser en toutes postures. » (Maynard, Priapées.) « Cinq ou six fois je l’ay baisée. (Chansons folastres.) « Vous avez baisé la vieille ? » (Donneau de Visé.)  Le verbe joindre avait un sens identique : « Tenir sa dame/ Et sy bien joindre, par mon âme,/ Qu’on luy face tourner les yeulx. (Parnasse satyrique.)   30 LV : plaisir  (Trop court, et plus justifié au vers suivant.)  Faire leur désir = leur passer tous leurs désirs.   31 Tordu, débandé. « [Elles] ayment mieux le droit que le tort. » (La Fluste à Robin.) Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 363.   32 Mou du manche, impuissant. (Idem vers 163.) C’est un personnage de Pates-ouaintes, note 15.   33 Un guindas, un treuil pour « bander » une arbalète.   34 De délirer, de crier comme une poule, et de rouspéter.   35 Élégantes.   36 Si je vais brûler des cierges. L’église Bonne-Nouvelle, à Rouen, sera quasiment détruite en 1562 par les protestants. Le prieuré dont elle faisait partie hébergeait l’illustre Abbaye des Conards de Rouen, une confrérie joyeuse qui exploitait un vaste répertoire de farces et de sotties ; le ms. La Vallière en contient plusieurs.   37 Réfection du vers 18.   38 Rechigner, montrer les dents.   39 LV : bansecours  (L’ancienne église de Bonsecours, à Rouen.)   40 Il envoie courir après moi.   41 Derrière son dos.   42 Difficile à supporter.   43 Si je suis malade. Jody Enders traduit : When it’s my time of the month. [Quand j’ai mes règles.]   44 La rime originale était en -orte. Le vocable « huguenot », qui n’était pas usité à l’époque où la pièce fut écrite, est typique des rajeunissements auxquels se livraient les copistes et les imprimeurs au gré de l’actualité : le ms. La Vallière fut copié vers 1575 en Normandie, où sévissaient alors les guerres de Religion (voir la note 36).   45 Du plaisir.   46 Quereller.   47 Compréhensif.   48 Élégants et coquets.   49 Les femmes s’étant rapprochées, il a entendu la fin de leur conversation. Au-dessus du v. 134, LV ajoute : ma dame   50 Dites-moi comment vous le voulez.   51 LV : vousise  (Je voudrais.)  Au-dessus de ce vers, LV ajoute : mon amy trocheur   52 Qui n’ait pas de maîtresses à entretenir.   53 LV : chosses de bonnes  (Liqueur = cordial, vin pharmaceutique destiné à soutenir le cœur.)   54 L’après-midi. Cf. Colin, filz de Thévot, vers 30.   55 Chair = viande. Verjus = jus de raisin vert utilisé comme le vinaigre. Le pain blanc était réservé aux riches.   56 Cf. le Povre Jouhan, vers 146.   57 « Likely a synonym for the sex act, as expertly practiced by the French, of course. » (Jody Enders.) De fait, l’adjectif « français » était devenu synonyme d’amoureux, d’érotique. Par exemple, la compagnie française désignait une maîtresse ou un amant : « Il luy donnoit de bon vin, et le fournissoit quelquefoys de compagnie françoyse. » (Des Périers.) Le baiser à la française qualifiait le french kiss : « Lui voulant sauter au col pour la baiser à la françoise. » (Recueil des plaisantes nouvelles, 1555.)   58 Un amant vigoureux.   59 Dont les attributs sont solidement attachés.   60 La denrée, la marchandise féminine.   61 LV ajoute dessous : trocheur   62 Vois-en là, en voilà. Le jeu de scène consiste à montrer des hommes qui font partie du public : ce gag toujours apprécié permet aux comédiens de mettre les rieurs de leur côté. Voir par exemple les Rapporteurs, vers 41 à 60.   63 Un danseur de danses mauresques, vêtu de soieries. Elle plaisante : c’est un clochard déguenillé.   64 Un mignon bien peigné.   65 Des rats lui ont rongé le nez (note 68).   66 Sauf. Avec votre permission.   67 Une tanière, un abri de fortune.   68 Au sommet d’un silo à grains. Cf. le Faulconnier de ville, vers 443. Ces « graniers » étaient envahis par les rats, qui avaient la réputation de ronger le nez des dormeurs. Je possède un Libelle contre les meusniers, contemporain de notre farce : « Ces raz/ Qu’ilz laissent courre en leurs guarniers/ Puissent-ilz, de nuict, aux meusniers/ Venir roigner nez et oreilles ! »   69 Les ermites étant eux-mêmes couverts de haillons, ils ne l’ont pas vêtu luxueusement.   70 Un loqueteux.   71 LV : sy est iuste a  (Le copiste a anticipé le vers 187.)   72 Voyez-en ici, en voici. Idem à 190.   73 Les escrimeurs germaniques avaient mis au point le meisterhau [maître coup], qui consistait à porter une touche en cours de parade et non en fin. Dans le langage érotique, touche = coup. (Frère Guillebert, vers 517.)   74 Le mal joint, le sexe de la femme. « Qu’à ce meschant, vilain et ort,/ [Elle] eust abandonné son maujoinct. » (Le Poulier à sis personnages, LV 27.) L’aîné des Batars de Caulx (v. note 8) veut que sa sœur se rase le maujoint, comme leur mère se le rasait.   75 Vois-en ici, en voici.   76 Il est tellement gros qu’il y entre juste. D’ailleurs, l’arrière de ses chausses a craqué (vers 189).   77 Jeune galant.   78 L’écu [le bouclier sur lequel on frappe] désigne le sexe de la femme : « Pource qu’elle avoit trouvée la lance de son champion si grosse, ne luy avoit osé bailler l’escu, doubtant qu’il ne la tuast. » (Cent Nouvelles nouvelles.) Les spectateurs pouvaient entendre « les culs ».   79 LV : voycy   80 Qu’on ne peut pas retenir, tant il est fougueux. « Conseillez-nous que nous ferons/ Pour les tenir tousjours en serre. » Les Femmes qui font acroire à leurs maris de vécies que ce sont lanternes, F 15.   81 Lui démange (de s’agiter). C’est donc un « cul léger » comme on en réclamait au vers 162.   82 LV : ie nen veulx  (Ce refrain resurgit aux vers 176, 180, 185, 189, 194, et avec la même faute à 201.)   83 Pour votre profit.   84 On hésite entre « donneur d’aubades » [chanteur], et « faiseur de gambades » [danseur].   85 De casques.   86 Un étameur, un orfèvre.   87 Je ne veux pas d’artisan.   88 Je ne saurais rien vous fournir.   89 Propice.   90 LV : les   91 Il n’est pas avantageux. Effectivement, les Femmes qui font refondre leurs maris (BM 6) se mordent les doigts d’avoir troqué leur vieil époux débonnaire contre un jeune qui les bat.

 

FRÈRE GUILLEBERT

Recueil du British Museum

Recueil du British Museum

*

FRÈRE  GUILLEBERT

*

 

Cette farce normande ou picarde, écrite peut-être en 15051, est inspirée notamment par deux fabliaux : les Braies au Cordelier, et les Braies le priestre. Elle offre un précieux répertoire du vocabulaire érotique ayant cours à son époque. On l’a couplée ultérieurement avec un sermon joyeux2 dans le même ton. Le « héros » du sermon s’appelle Guillebert3, comme en témoigne le vers 67 ; mais celui de la farce avait peut-être un nom plus court : les vers 124, 307, 330 et 503, qui nomment Guillebert, sont trop longs.

Source : Recueil du British Museum, nº 18.

Structure : Sermon joyeux (avec 7 strophes en ababbcC), 2 triolets, abab/bcbc, rimes plates, 5 strophes en ababbcC. La versification est très soignée, les rimes sont riches, ce qui permet de « décorriger » certaines corrections maladroites commises par l’imprimeur.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

 

*

Farce nouvelle de

Frère Guillebert

trèsbonne et fort joyeuse

*

 

À quatre personnages, c’est assavoir :

    FRÈRE GUILLEBERT

    L’HOMME VIEIL [MARIN]

    SA FEMME JEUNE

  LA COMMÈRE [AGNÈS]

*

                                            FRÈRE  GUILLEBERT  commence        SCÈNE  I

               Foullando in calibistris,

               Intravit per bouchan ventris

              Bidauldus, purgando renes.4

             Noble assistence, retenez

5     Ces motz pleins de dévotion.

           C’est touchant5 l’incarnation

           De l’ymage6 de la brayette

           Qui entre –corps, aureille7 et teste–

           Au précieulx ventre des dames.

10   Si demandez entre voz8, femmes :

           « Or çà, beau Père, quomodo9 ? »

           Le texte dict que foullando

           En foullant10 et faisant zic-zac,

           Le gallant se trouve au bissac11.

15   Entendez-vous bien, mes fillettes ?

           S’on s’encroue12 sur voz mamelettes

           Et qu’on vous chatouille le bas,

           N’en sonnez mot, ce sont esbatz ;

           Et n’en dictes rien à voz mères.

20   De quoy serviroient voz aumoyres13

          Si ne vouliez bouter dedens ?

           Se vous couchez tousjours à dens14,

           Jamais n’aurez les culz meurtris,

    Foullando in calibistris.

25   Gentilz gallans de rond bonnet15,

           Aymantz le [se]xe féminin,

           Gardez se l’atellier16 est net

           Devant que larder le connin17 :

           Car s’on prent en queue le venin18,

30   On est pirs qu’au trou Sainct-Patris19,

    Foullando in calibistris.

           Tétins voussus20, doulces fillettes

           Qui aimez bien faire cela21

           Et, en branlant voz mamelettes,

35   Jamais ne direz « [Hau !] Hollà22 ! »,

           Un point y est23 : guettez-vous là

           Que vous n’ayez fructus ventris24,

    Foullando in calibistris !

           Vous, jeunes dames mariées

40   Qui n’en avez pas à demy25

           [Et n’en estes rassasiées,]

           N’escondissez26 point un amy :

           Car restent27 –fust-il endormy–

           Au papa28 ceulx qui son[t] pestris

    Foullando in calibistris.

45   Je vous recommande, à mon prosne,

           Tous noz frères de robe grise29.

           Je vous promectz, c’est belle aumosne30

           Que faire bien à gens d’Église.

           Grans pardons a31, je vous advise,

50   À leur prester bouchan ventris,

    Foullando in calibistris.

           Plusieurs beaulx testins32 espiés

           Se font « batre » sans nul mercy ;

           Et puis qu’ilz ont des petis piedz

55   Au ventre33, ilz sont en soucy :

           « La[s] ! (se disent), d’où vient cecy ? »

          Et ! le veulx-tu sçavoir, Biétris34 ?

    Intravit per bouchan ventris.

           Un tas de vieilles esponnées35

60   Qui vous font tant de preudefemmes36,

           Il semble qu’ilz soient estonnées

           S’ilz oyent parler qu’on ayme dames ;

           Et ! vous croyez que les infâmes

           Ont tous les bas espoitronnéz37,

65   De servir purgando renes !

           Mes dames, je vous recommande

           Le povre frère Guillebert.

           Se l’une de vous me demande

           Pour fourbir un poy38 son haubert,

70   Approchez, car g’y suis expert.

           Plusieurs harnois39 ay estrénéz,

    Bidauldus purgando renes.

               LA  FEMME  commence 40            SCÈNE  II

           Dieu vous gard, ma commère Agnès,

           Et vous doint santé et soulas !

               LA  COMMÈRE

75   Ha ! ma commère, bien venez !

               LA  FEMME

           Dieu vous gard, ma commère Agnès !

               LA  COMMÈRE

           Que maigre et palle devenez !

           Qu’avez-vous, ma commère, hélas ?

               LA  FEMME

           Dieu vous gard, ma commère Agnès,

80   Et vous doint santé et soulas !

           Que cent foys morte me souhaitte !

               LA  COMMÈRE

           Et pourquoy ?

               LA  FEMME

                                        D’estre mise ès lacz41

           D’un vieillart, et ainsi subjette42

           De jour, de nuict, je vous souhette !

85   Mais de poindre43, c’est peu ou point.

           Quel plaisir a une fillette

           À qui le gentil tétin point ?

               LA  COMMÈRE

           Sçait-il plus rien du bas pourpoint44 ?

               LA  FEMME

           Hélas, ma mye, il s’est cassé.

90   S’en un moys un coup est appoint45,

           Il [en] est ainsi tost lassé.

           Je l’ay beau tenir embrassé :

           Trouve46 autant de goust qu’en vieil lard.

           Mauldict soit-il, qui a brassé47

95   Me marier à tel vieillard !

           Quel plaisir d’ung tel papelard48,

           Pour avoir en amour pasture !

               LA  COMMÈRE

           Il vous fault un amy gaillard

           Pour supplier49 à l’escripture.

100  Dieu n’entend point, aussi Nature,

           Que jeunes dames ayent souffrette50.

           Mais cerchez une créature

           Qui ayt la langue un poy51 segrette.

               LA  FEMME

           Il est vray [que] quand on en quette,

105  On est regardé de travers ;

           Mais quoy qu’on jase ou [qu’on] barbette,

           Je jouray de bref à l’anvers52.

           Doibt mon beau cor[p]s pourrir en vers

           Sans voir53 ce que faisoit ma mère ?

110  Vienne, fust-il moyne ou convers54 :

           Je luy presteray mon aumoyre.

               LA  COMMÈRE

           Enda ! c’est bien dict, ma commère.

           J’en ay faict, à mon temps, ainsi.

           C’est une chose bien amère

115  De languir tousjours en soucy.

               LA  FEMME

           Adieu donc, je m’en voys d’icy

           En attendant quelque advantage.

               FRÈRE  GUILLEBERT             SCÈNE  III

           Ma dame, ayez de moy mercy55,

           Ou mourir me fault avant aage.

120  Mon las cœur vous baille en ostage :

           Plaise-vous le mettre à son aise.

           Je vous dis en poy de langaige

           Ce qui me tient en grant mésaise.

               LA  FEMME

           Frère Guil(le)bert56, ne vous desplaise,

125  Ce n’est pas ainsi qu’on amanche57.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Ma mye, je vous pry qu’il vous plaise

           Endurer trois coups de la « lance » :

           C’est belle osmosne, sans doubtance,

           Donner pour Dieu aux souffretteux58.

               LA  FEMME

130  S[i] on savoit nostre accointance,

           Mes gens me saqueroient59 les yeulx.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Hé ! nous ferons si bien noz jeux

           Qu’on ne sçaura rien du hutin60.

           S’une foys je suys sur mes œufz61,

135  Je baulmeray62 sur le tétin.

               LA  FEMME

           Venez donc demain, bien matin :

           J’envoyray Marin au marché.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Plaisir sera au63 vieil mastin

           De trouver le pâtis herch(i)é64.

               LA  FEMME

140  Le vieillart a trop bon marché65.

                                           L’HOMME                 SCÈNE  IV

           Et dont vient mon jeune tétot ?

           Je vous ay toute jour cherché.

               LA  FEMME

           Que me voulez[-vous donc] si tost ?

               L’HOMME

           Et d’où vient mon jeune této[t] ?

145  Que vous [m’]engainez ung petiot66 !

               LA  FEMME

           Vostre « bas » est trop eslauché67

               L’HOMME

           Et d’où vient mon jeune tétot ?

           Je vous ay toute jour cherché.

               LA  FEMME

           Enda ! j’ay le cœur si fâché

150  Que vouldrois estre en Purgatoire !

               L’HOMME

           Vous fault-il ung suppositoire,

           Ou [ung] clistère barbarin68 ?

               LA  FEMME

           Vous m’avez abusée, Marin :

           Avec vous, je vis en langueur.

               L’HOMME

155  Je ne vous bas, ne fais rigueur.

           Demandez-moy s’il vous fault rien69.

               LA  FEMME

           Ce n’est point –vous n’entendez rien–

           Là où me tient la maladie70.

           Voulez-vous que je le vous die ?

160  Je suis par trop jeune pour vous.

               L’HOMME

           En ung moys, je fais mes cinq coups ;

           La sepmaine, ung coup justement71.

               LA  FEMME

           Cela, [ce] n’est qu’afemmement72 !

           J’aymerois tout aussi cher rien73.

               L’HOMME

165  Comment ! Vous vous passiez [très] bien

           De causquéson74, chez vostre mère.

               LA  FEMME

           La douleur est bien plus amère :

           Mourir de soif emprès le puis75 !

               L’HOMME

           Je fais tout le mieulx que je puis.

170  J’en suis, par Dieu, tout trèsbatu76,

           Combien que j’aye combatu77.

           Encor78, vous dictes estre enceinte.

               LA  FEMME

           [C’est d’avoir]79 prié une saincte

           Que pleine suis, de peu de chose…

175  Encor[e] dire ne vous ose

           Sçais bien quoy.

               L’HOMME

                                          Et dictes, bécire80 !

               LA  FEMME

           Marin, mon amy, je désire…

           Las ! je crains81 tant le povre fruict…

               L’HOMME

           Dictes-le-moy : soit cru ou cuit82,

180  Vous me verrez courir la rue.

               LA  FEMME

           Je désire de la morue

           Fresche, des moules, du pain mollet ;

           Et si, vouldrois bien d’ung collet

           D’ung gras mouton83, et d’ung vin doulx.

185  Et si, Marin (entendez-vous ?),

           De cela qui estoit si blanc

           Quand nous mariâmes.

               L’HOMME

                                                         Du flan ?

               LA  FEMME

           Et voyre, vous y estes tout droict84 !

           Je n’en puis durer, [or]endroit85.

               L’HOMME

190  J(e) iray donc demain, bien matin,

           Au marché.

               FRÈRE  GUILLEBERT                 SCÈNE  V

            Hé ! gentil tétin86 !

           Que tant tu me tiens en l’oreille87 !

 

               RONDEAU88

           Pour une qui [bien] s’appareille89

           Ung vray chef-d’œuvre de Nature,

195  Mon corps veulx mettre à l’avanture

           À les sangler pour la pareille90.

 

           Mon corps et membre(s) j’appareille91

           N’escondire pas créature,

           Pour une92.

 

200  Si ton mary dort ou si veille,

           Mais qu(e) accès j’aye à ta93 figure,

           Je veulx que l’on me défigure

           Se point un grain94 je m’esmerveille

           Pour une.

 

               L’HOMME                SCÈNE  VI

205  Il est [grand] temps que je m’esveille95.

           Adieu, je m’en vois au marché.

               LA  FAMME

           Adieu ! Et prenez bon marché96.

           Mais, je vous prie, n’oubliez rien.

               L’HOMME

           Nennin, non, il m’en souvient bien.97

               FRÈRE  GUILLEBERT                SCÈNE  VII

210  Holà, hay ! Je viens bien à point98.

               LA  FEMME

           Oy. Dévestez chausses et pourpoint,

           Et approchez : la place est chaulde.

               FRÈRE  GUILLEBERT  se  despouille 99

           Au moins, y a-il point de fraulde ?

           Je crains la touche100, sur mon âme !

                                          LA  FEMME

215  Pas n’estes digne d’avoir dame,

           Puis que vous estes si paoureux.

               L’HOMME              SCÈNE  VIII

           Et ! suis-je point bien malheureux

           D’avoir oublié mon bissac ?

           Je n’ay pennier, pouche101 ne sac

           [Où pourray mettre la vitaille.]102

220  Il fault bien tost que je m’en aille

           Requérir le mien…

                                                Hay ! holà !103

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Et ! vertu sainct Gens104 ! Qu’esse-là ?

           Monsieur sainct Françoys105 ! que peult-ce estre ?

               LA  FEMME

           Par [mon enda]106 ! C’est nostre maistre.

225  Je croy qu’il se doubte du jeu.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Que c’est ? vostre homme ? Vertu bieu !

           Hélas ! je suys bien malheureux.

           Le dyable m’a faict amoureux,

           Je croy ; ce n’a pas esté Dieu.

               LA  FEMME

230  Muchez-vous107 tost en quelque lieu :

           S’il vous trouve, vous estes frit.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Et ! mon Dieu, je suis bien destruit !

           Vertu sainct Gens ! le cul me tremble108.

           Or çà, s’il nous trouvoit ensemble,

235  Me turoit-il, à vostre advis ?

               LA  FEMME

           Jamais pire homme je ne vis.

           Et si, crains bien vostre instrument109.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Le dyable ayt part au hochement110

           Et à toute la cauquéson !

240  Accoustré seray en oyson111 :

           Je n’auray plus au cul que plume112.

               LA  FEMME

           S’il est engaigné113, il escume ;

           Semble, à veoir, ung homme desvé114.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Hé ! Pater noster et Avé !

245  Vertu bieu ! je suis bien hoché115.

               LA  FEMME

           Las ! mon amy, c’est trop presché ;

           Venez çà, je vous mucheray.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Qui m’en croira, je m’en fuyray,

           Par Dieu, le cas bien entendu.

               LA  FEMME

250  Mais que soyez bien estendu,

           Point ne vous voirra soubz ce coffre116.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Or çà donc, puis que le cas s’offre,

           Me voicy bouté à l’acul117.

           Et ! couvrez-moy un poy le cul118 :

255  Je sens bien le vent119 qui me frappe.

           S’une foys du danger j(e) eschape,

           S’on m’y r’a, je seray sapeur120.

                                           LA  FEMME

           Taisez-vous, n’ayez point de peur ;

           Je vous serviray, si je puis.

               L’HOMME

260  Et puys, hay ! m’ouvrirez-vous l’huis ?

               LA  FEMME 121

           Las ! mon amy, qui vous ramaine ?

               FRÈRE  GUILLEBERT

           (Il me fault cy estendre en raine122.

           Qu’au dyable soit-il ramené !)

               L’HOMME

           Hé ! suis-je point bien fortuné ?

265  J’avois oublié mon bissac.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           (À ce coup, je suis à bazac123 :

           Je suis, par Dieu, couché dessus !

           Et ! sainct Frémin et puis Jésus !

           C’est faict, hélas, du povre outil124 !

270  Vray Dieu ! il estoit si gentil,

           Et si gentement encresté125.)

               LA  FEMME

           Je vous l’avois, hier, apresté

           Sur ce coffre avant que coucher.

               L’HOMME

           Couchez-vous, je le voys cercher.

275  Et gardez-vous que n’ayez froid.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           (Il s’en vient, par Dieu, cy tout droict.

           Hé ! sainct Valéry126 ! Qu’esse-cy ?

           Ha ! s’il me prenoit en mercy127,

           Et qu’il print toute ma robille128

280  Mais hélas ! perdre la coquille129 ?

           Mon Dieu ! c’est pour fienter par tout130.)

               LA  FEMME

           Ne cerchez point là vers ce bout :

           Il n’y est point.

               L’HOMME

                                        Et où est-il don ?

               FRÈRE  GUILLEBERT

           (Mon Dieu, je demande pardon ;

285  Tout fin plat131, je te cry mercy !)

               L’HOMME

           On sent, par Dieu, cy le vessy132 :

           Vertu sainct Gens, quel puanteur !

               [LA  FEMME]

           Et ! on faict sa malle puteur133.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           (S’il estoit aussi tourmenté,

290  Il eust, par Dieu, piéçà fienté.)

               LA  FEMME

           Et puis ? l’avez-vous, Marin ?

               L’HOMME

                                                                 Peaulx134 !

           Point n’est cy parmy les drapeaulx135 ;

           On l’a quelque part mis en mue136.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           (Je suys mort si je me remue.

295  J’ay desjà le cul descouvert.

           Et pource, frère Guillebert,

           Mourras-tu si piteusement ?

           Deux motz feray de testament137,

           Devant que laisser ma cuiller138

300  Et qu’on139 m’ait couppé le couiller.

           À Cupido, dieu d’amourettes,

           Je laisse mon âme à pourveoir

           Pour la mettre avec des fillettes,

           Car j’estois140 bien aise à les veoir.

305  La dame aura mon cœur, pour voir141,

           Pour qui me fault icy périr.

           Frère Guillebert, te fault-il mourir142 ?

           Tétins143 poinctifz comme linotz144,

           Qui portent faces angélicques,

310  Pour fourbir leur custodinos145

           Auront l’ymage et mes brelicques146 :

           Ne les logez point parmy flicques147 ;

           Dedens jambons148 les fault nourrir.

           Frère Guillebert, te fault-il mourir ?

315  Jeunes dames, friantz tétotz,

           Vous aurez mes brayes149 pour tout gaige,

           Pour vous fourbir un poy le dos

           Quant vous avez faict le bagaige150.

           Frotez rains et ventre : g’y gaige,

320  Cela vous fera secourir151.

           Frère Guillebert, te fault-il mourir ?

           Aux muguetz, grateurs de pareilz152,

           Laisse ma dernière ordonnance ;

           On153 leur fera leurs appareilz

325  Sur l’orifice de la pance

           De leurs femmes. S’en est la chance154,

           Ilz en auront plus beau férir155.

           Frère Guillebert, te fault-il mourir ?

           Je prie à tous ces bons yvrongnes,

330  Se frère Guillebert est trespassé,

           Qu’ilz disent en [lavant leurs brongnes]156

           […………………………… -ssé :]

           « J’ay bien gardé, le temps passé,

           Mon gentil gosier de sorir157. »

           Frère Guillebert, te fault-il mourir ?)

               L’HOMME

335  Je ne sçay plus où le quérir.

           Il y a de la dyablerie.

               LA  FEMME

           Parlez de la Vierge Marie158 !

               L’HOMME

           Vertu bieu ! je suis trop fasché.

           Si fault-il qu’il soit cy caché.

               FRÈRE  GUILLEBERT

340  (In manus tuas, Domine159

           Nisi quia Domine ne…

           Tedet spiritus160 Et pelli…

           Confiteor, Deo celi…

           Ut queant quod chorus vatum…

345  Hé ! te perdray-je, beau baston161 ?

           C’est faict, ce coup. Povre couiller !

           Il vient, pardieu, tout droict fouiller

           Cy sur moy. Et ! vertu sainct Gens !

           Fault-il tuer ainsi les gens ?

350  Par Dieu ! je varie162 de crier.

           Gaignerois-je rien à prier,

           Et à luy monstrer ma couronne163 ?

           mon Dieu, comme tu me gravonne(s)164 !

           À Dieu, gentilz tesmoins165 pelus !)

               LA  FEMME

355  Mon amy, ne cherchez là plus :

           Qu’est cela pendu à ceste cheville166 ?

               L’HOMME

           Et, çà ! Au dyable, çà ! C’est ille167 !

           Venez, que vous vous faictes chercher.

               Nota qu’il doit prendre le hault-de-chaulses

               à frère Guillebert pour son bissac.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           (Encor pourray-je bien hocher168.

360  Vertu sainct Gens, que je suis aise !)

               L’HOMME

           Adieu, ma mye ! Que je vous baise

           Ung poy à mon département169.

               LA  FEMME

           N’espargnez point l’esbatement170.

               L’HOMME

           Je feray le cas171 au retour.

               FRÈRE  GUILLEBERT

365  Par sainct Gens ! revoycy bon tour.

           Encor pourra paistre pelée172.

               LA  FEMME

           Hélas ! j’estois bien désolée :

           Je cuydois qu’il vous mist à sac.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Où, gibet, [print-il]173 ce bissac ?

370  J’estois, par Dieu, couché dessus.

               LA  FEMME

           Et qu’a-il donc emporté174, Jésus ?

           Il sera bien tost cy rapoint175.

               FRÈRE  GUILLEBERT 176

           Par Dieu ! si ne m’y lairez177 point

           Rouge178 cul ravoir, sainct Françoys !

375  Par Nostre Dame ! je m’en vois,

           Mais que j’aye reprins [mes despoilles]179

           Vertu Dieu ! où est mon sac à coilles ?

           Comment ! je ne le trouve point.

               LA  FEMME

           Où est[oit]-il180, frère Gnillebert ?

               FRÈRE  GUILLEBERT

                                              Emprès mon pourpoint,

380  Pendus cy en ceste cheville.

               LA  FEMME

           Hé ! Vierge Marie, ce sont ille

           Qu’il a prins en lieu de bissac.

           Las ! mon Dieu, je suis à bazac :

           Il me tuera, mais qu’il le voye.

               FRÈRE  GUILLEBERT

385  (Ma foy, je m’en voys mettre en voye ;

           Je croy qu’il ne m’y verra181 point.

           Je prandray mon vit à mon poing :

           Mes mains me serviront de brayette.)182

               LA  FEM[M]E

           Hélas ! et suis-je bien meffaicte ?

390  N’est-ce point bien icy malheur ?

           En amours, je n’euz jamais eur183.

           Las ! je ne sçay que deviendray ;

           M’en fuyray-je, ou s[i] l’atendray ?

           Se je l’atens, il me tuera.

395  Je m’en vois veoir que me dira

           Ma commère…184

                                              Hélas, Dieu vous gard !        SCÈNE  IX

               LA  COMMÈRE

           Que vous avez piteux regard !

           Vous n’avez pas esté bastue ?

               LA  FEMME

           Hélas ! ma mye, je suis perdue.

400  Je ne sçauray que devenir.

               LA  COMMÈRE

           Bo[n], il ne fault point tant gémir :

           À tous maulx on trouve remède.

               LA  FEMME

           Donnez-moy conseil et ayde,

           Aultrement, je suis mise à sac.

405  Las ! ma mye, en lieu de bissac,

           Nostre homme a prins, comme [il apert]185,

           Les brayes de frère Guillebert,  plorando 186

           Et s’en va à tout187 au march[i]é.

               LA  COMMÈRE

           Cela, mon Dieu, c’est bien chié188 !

410  N’est-ce aultre chose qui vous point ?

               LA  FEMME

           Ha ! vous ne le congnoissez point :

           Il dira que j’en fais beaucoup ;

           Et si, jamais qu’un povre coup

           N’en fis189, par le prix de mon âme !

               LA  COMMÈRE

415  N’est-ce aultre chose ? Nostre Dame !

           Allez-vous-en à la maison.

           Je luy prouveray par raison

           Que ce sont les brayes sainct Françoys.

           Tenez gestes190, je m’y en vois.

420  Qu’on me fesse se ne l’appaise.

               [LA  FEMME]

           Hé ! mon Dieu, que me faictes aise !

           Je m’en voys191 trotant bien menu.

               L’HOMME              SCÈNE  X

           Me voicy donc tantost venu.

           Mais je suis quasi estouffé

425  Tant le bissac sent l’eschauffé192

           Et ! vertu sainct Gens, qu’esse-cy ?

           Bissac ? A ! Bissac, pardieu, non est :

           C’est l’abit d’un cul guères net,

           Car y voycy l’estuy à couilles.

430  En voulez-vous menger, des « moules »193 ?

           Me le faict-on194 ? Belle froissure195,

           Se je vous tiens, je vous asseure !

           Le dyable vous cauquera196 bien !

           Le diable enport se j’en fais rien,

435  Que n’ayez le gosier couppé !

           [……………………… -pé.]

           Hon ! me voicy bien atourné.

           Le margout197, quand suis retourné,

           Estoit muché en quelque lieu ;

           Ne le198 sçavois-je, vertu Dieu !

440  Je vous eusses bien foutiné199,

           Par Dieu, et fust-ce ung domine200 !

           Vous faictes fourbir le buhot201,

           Et on m’apellera Hu(ih)ot202 ?

           Et ! pardieu, j’en seray vengé.

445  Le grant diable m’a bien engé203

           De vostre corps, belle bourgeoise !

               LA  COMMÈRE            SCÈNE  XI

           Mon compère, vous faictes grand noyse :

           [Et si,] on ne vous a faict rien ?

               L’HOMME

           Vertu bieu ! on m’en baille bien.

450  Est-ce ainsi qu’on envoye les gens

           (Hon ! hon204 !) cauquer ? Vertu sainct Gens !

           La cauquéson sera amère !

               LA  COMMÈRE

           Et ! pensez-vous que ma commère

           Voulsist205, hélas, se mesporter ?

               L’HOMME

455  Le diable la206 puist emporter !  Monstrat caligas. 207

           Voyez : voylà la prudhomie208.

               LA  COMMÈRE

           Las ! mon amy, ne pensez mye

           Qu’il y ait icy de sa faulte.

           Le cœur dedens mon ventre saute,

460  Quant manier je vous les vois :

           Las ! ce sont les bray[e]s sainct Françoys,

           Ung si précieux reliquère.

               L’HOMME

           Et ! vertu sainct Gens, à quoy faire

           Les eust-on mises à ma maison ?

               LA  COMMÈRE

465  Vrayement, il y a bien raison :

           Et ! pensez-vous bien (Dieux avant209 !)

           Que vous eussiez faict un enfant

           Sans l’aide du sainct reliquaire ?

               L’HOMME

           Et pourquoy n’en sçaurois-je faire ?

               LA  COMMÈRE 210

470  Hélas ! vous estes esponné211.

               L’HOMME

           Encor, pardieu, suis estonné

           Comment cecy y peult servir.

               LA  COMMÈRE

           Quant du joyau on peult chevir212,

           Il en fault froter rains et pance

475  Sept foys, et dire sa Créance213 ;

           Puis après, rendre le debvoir214.

           On[c] ne les cuidasmes onc avoir ;

           Encor, s’on ne nous eust congneues215,

           Jamais nous216 ne les eussions eues.

480  Et si, da, les fault renvoyer.

               L’HOMME

           Je les yray donc convoyer

           Moy-mesmes jusques au convent217.

               LA  COMMÈRE

           Frère Guillebert vient souvent :

           Il ne les luy fault que bailler.

               L’HOMME

485  Or bien, donc. Il s’en fault aller

           Pour veoir qu’en dira nostre femme.218

 

           Pardonnez-moy, par Nostre Dame,          SCÈNE  XII

           Ma mye : j’ay failly219 lourdement.

               LA  COMMÈRE

           Vous ne sçavez pas, voyrement,

490  Qu’il estimoit220 de vous, ma mye ?

           Le bon homme ne pensoit mye

           Que eussiez les brayes sainct Françoys,

           Et en faisoit tout plain d’effrois221.

           Il ne sçavoit comme il en estoit222.

               LA  FEMME

495  Le cœur bien me l’admonnestoit223,

           Quand [ne] les ay trouvées ceans.

           J’aymerois mieulx pourrir en fiens224

           Que de me daigner mesporter !

               LA  COMMÈRE

           Ma mye, il les fault reporter.

               LA  FEMME

500  Las ! voyre, il nous ont bien servys.

               L’HOMME

           Par Dieu, ma mye, jamais [n’en vis]225

           Qu’à ceste heure-cy, Dieu avant !

               LA  COMMÈRE 226

           C’est frère Guil(le)bert là-devant.

           Il vaul[droi]t mieulx les luy bailler.

               L’HOMME

505  C’est bien dict.227

                Venez cy parler

           Un petit, s’il vous plaist, beau Père !

               FRÈRE  GUILLEBERT         SCÈNE  XIII

           A-t-on céans de moy affaire ?

           Je croy que ouy, comme je voys.

               LA  FEMME

           Ce sont les chausses228 sainct Françoys,

510  Que remporterez, s’il vous plaist.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Je le feray sans plus de plaict229 ;

           Mais boutez-vous tous à genoulx,

           Affin que le sainct prie pour nous.

           Et si, vous fault baiser tous trois

515  Les brayes de monsieur sainct Françoys230 :

           Vous aurez la laine231 plus doulce.

               LA  FEMME

           Baillez-m’en une bonne touche232,

           Puis qu’en ay eu si grand doulceur…

               FRÈRE  GUILLEBERT

           C’est trèsbien faict, ma bonne seur ;

520  Car c’est un fort beau reliquère.

               L’HOMME

           Allons les reporter, beau Père ;

           Que chascun voyse à son degré233.

               FRÈRE  GUILLEBERT

           Adieu, messieurs : prenez en gré234.

 

FINIS

Du jeune clergie de Meulleurs. 235

M P U

*

1 Voir la note 235. Elle fut imprimée à Rouen par Jehan de Prest, entre 1542 et 1559.   2 Jelle Koopmans l’a inclus dans son Recueil de Sermons joyeux (pp. 585-589). Il a aussi publié, dans la Revue Romane, un article qui éclaire la scénographie : Frère Guillebert : taxinomies et visualisations d’une farce. La meilleure édition de la pièce est due à André Tissier : Recueil de farces, VI, Droz, 1990. Citons encore les trouvailles normandes d’Emmanuel Philipot : Notice sur la farce de Frère Guillebert. (Mélanges Mario Roques, II, 1953.)   3 Ce nom fait penser à couille vert [verge vigoureuse] : « Moynes ? Que le mal feu les arde,/ Tant portent-ilz la couille verd ! » (Les Rapporteurs.) En outre, le guille-là désignait le pénis : voir l’Épitaphe du membre viril de frère Pierre, de Jodelle.   4 En fouillant dans le calibistri, le bidaud entra par la bouche du ventre, purgeant les reins.  Fouiller = coïter : « Fouillez et ne soyez piteux !/ Or fouillez bien au fond du pot ! » (Joyeusetéz, XIII).  Calibistri = vulve : « [Elle] laissa aux Cordeliers d’icy/ Son si joly callibistry. » (Le Duchat.)  Bidaud = pénis : « Maujoinct [la vulve] se mouille,/ Le povre bidault là s’abaisse. » (Le pourpoint fermant à boutons.)  Bouche = vulve : « Mets icy ton gros “doigt”, et bouche/ Bien hardiment ma basse bouche ! » (Parnasse satyrique.)   5 Au sujet de.   6 Statuette, qui de loin, avait l’apparence d’un godemiché. (Voir la morphologie humaine du phallus au vers suivant.) On dit que les nonnes employaient toutes sortes d’objets sacrés à des fins profanes. Cf. aussi le vers 311.   7 Testicules. « Le membre de Colin, deffaict,/ Se retira, penchant l’oreille. » (Cabinet satyrique.) Voir aussi le vers 192.   8 Entre vous. « Entre vos, femmes, (…)/ Vous pouriez demander : “Beau Père,/ Où se prend ce doulx ongnement [sperme] ?” » Sermon joyeulx pour rire, LV 3.   9 De quelle manière ?   10 En copulant. « Et jà montoit dès son jeune aage/ Sur les filles de son village,/ Et les culoit et les fouloit. » (Jodelle.) « Faire zic-zac » [zigzag = va-et-vient] est répertorié par Rose M. Bidler (Dictionnaire érotique. Ancien français, Moyen français, Renaissance).   11 Vulve. « Y vous la couche sur le dos,/ Et après cinq ou sis bons mos,/ Feist entrer “Geufray” au bissaq. » L’Oficial, LV 22.   12 Si on se cramponne à.   13 Armoire = ventre (Takeshi Matsumura, Dictionnaire du français médiéval, p.238). Idem au vers 111.   14 À plat ventre.   15 Bacheliers. « Il est bien temps que vous soyez/ Graduées, et que vous ayez/ Sur la teste le bonnet ront. » Les Femmes qui se font passer maistresses, F 16.   16 Regardez si la vulve est saine. « Eussent-ils, sur le déclin de leur aage, bandé à l’attelier de Vénus ? » Jean Dagoneau.   17 Avant d’y pénétrer. « Moy (…) qui sçais proprement mettre l’andouille au pot/ Et larder le connin. » J. de Schelandre.   18 La syphilis.   19 L’entrée du Purgatoire, mais aussi l’anus. Cf. le Gaudisseur, vers 64 et note 7.   20 BM : moussus  (Voussu = bombé, arrondi.)   21 Faire l’amour. « C’est une femme qui a fait/ Cela cent foys sans son mary. » Farce d’un Amoureux, BM 13.   22 Assez ! « Je cuydoys qu’el me dist “ Hollà ! ”,/ Mais elle me disoit : “ Là, là !/ Houssez fort ! ” » Sermon joyeux d’un Ramonneur de cheminées.   23 Il y a un hic. Se guetter = se garder, se méfier.   24 Préservez-vous d’une grossesse. Allusion au « fruit du ventre » de la Vierge Marie. Il est encore question d’un tel fruit au vers 178.   25 Qui n’avez pas la moitié du plaisir que vous souhaiteriez avoir.   26 N’éconduisez pas votre amant.   27 BM : rest &  (Car les enfants conçus pendant que vous copulez avec votre ami seront attribués au père officiel, même s’il dormait.)   28 BM : papar  (Papa = cocu qui reconnaît l’enfant d’un autre. « Et qui qu’en soit le père,/ Tu seras le papa. » Régnault qui se marie, F 7.)   29 Les moines franciscains, très défavorablement connus sous le nom de cordeliers, portaient une robe grise. Frère Guillebert est vêtu de ladite robe pour prononcer le sermon initial, mais il se rend au rendez-vous galant <vers 191> en civil, avec un pourpoint et un haut-de-chausses ; il reparaîtra en robe au vers 507, quand il aura perdu son habit séculier. Rabelais révèle que les béats Pères ne portent point de chausses sous leur froc : voilà pourquoi « leur pauvre membre s’estend en liberté à bride avallée, et leur va ainsi triballant sur les genoulx ». (Pantagruel, 16.)   30 « Mes dames, je suis d’avis que vous mestiez vos jambons parmy nos andouilles : vous ferez belle aumosne. » (Marguerite de Navarre, Propos facétieux d’un Cordelier en ses sermons.) Même expression au vers 128.   31 On gagne beaucoup d’indulgences. La Confession Margot exploite ce thème.   32 Femmes. On trouve cette métonymie aux vers 32, 52, 191 et 308 ; et sous la forme « tétot » aux vers 141 et 315. Épié = pointu comme le sommet d’un clocher, qu’on nommait l’épi ; cf. le vers 87.   33 Depuis qu’elles sont enceintes.   34 « Il y engrossa une gouge/ Qui avoit nom dame Biétrix. » Le Gaudisseur.   35 Épuisées (par la luxure).   36 Qui font tant les bégueules.   37 Ont les fesses usées par les frottements du lit (vers 23). « Une vieille espoitronée. » Roman de Renart.   38 Un peu. « Fourbir le haubert à une femme » est répertorié dans le Dictionnaire érotique de Bidler.   39 Vulves. « Rembourreux d’enffumés cabas [culs] :/ Laisser vous fault vostre mestier/ Sans plus fourbir ces vielz harnas. » (Ballade.) Étrenner = dépuceler.   40 C’est effectivement le vrai début de la pièce. Une jeune femme mal mariée va chez sa voisine Agnès, une veuve quelque peu entremetteuse.   41 Lacets, liens du mariage.   42 Esclave.   43 D’avoir une érection. « Il point droictement sur le dart. » Le Povre Jouhan.   44 De la braguette ? L’expression exacte est : « Savoir –ou entendre– le contrepoint. » C’est-à-dire, être habile dans les choses de l’amour.   45 Tiré.   46 BM : Tout  (J’y trouve.)   47 Celui qui a combiné de. Les parents mariaient souvent leurs filles à des vieux barbons, d’où le nombre de cocus.   48 Hypocrite.   49 Suppléer. Encore très lu à cette époque, le Roman de la Rose <Lettres gothiques, vv. 19633-19680> développe une longue métaphore sur l’écriture et le coït ; on y voit par exemple Orphée, l’inventeur de la pédérastie, « qui ne set arer [labourer] ne escrire/ Ne forgier en la droite [bonne] forge ». Quant à ses adeptes qui « pervertissent l’escripture », il faut que « les greffes [leur stylet] leur soient tollu [coupé],/ Quant escrire n’en ont vollu/ Dedenz les précieuses tables [vulves]/ Qui leur estoient convenables ».   50 Pénurie. « J’ey du jeu d’aymer grand soufreste. » Sermon joyeulx de la Fille esgarée, LV 44.   51 BM : pey  (Poy = peu.)  Avoir la langue un peu secrète : être discret.   52 « [Frère Colin] confessa tant l’une des plus jeunettes,/ Qu’à son plaisir la fit mettre à l’envers. » Germain Colin.   53 Sans connaître, sans faire.   54 Nouveau moine.   55 Pitié.   56 Trop long (voir ma notice). Faut-il lire Guilbert ? « Assemblées en la présence dudit nostre vénérable Frère Guilbert en nostre chapitre, au son de la cloche. » Histoire et antiquitéz du païs de Beauvaisis.   57 Le discours du frère, puisé aux meilleures sources de la poésie courtoise, manque de verdeur. La femme lui tend la perche (si j’ose dire) en jouant sur le double sens de emmancher : amorcer, et pénétrer. « N’est-il pas temps que vous emmenche ?/ Du temps perdu je suis marry,/ N’en desplaize à vostre mary. » Bonaventure Des Périers.   58 À ceux qui souffrent de la misère sexuelle.   59 Sacher = arracher.   60 Coït. « Ne furent culz de putain sans hutin. » Ballade.   61 Si je marche sur des œufs, si je suis sur mes gardes. Mais œufs = testicules : « Une prébende de moine, qui est une saucisse entre deux œufs. » Joyeusetéz.   62 J’éjaculerai sur vos seins pour ne pas vous inséminer. Baume = sperme : « Ce baume précieux qui donne la vie. » Nerciat.   63 BM : en  (Ce vieux chien aura le plaisir de trouver le pâturage de sa femme labouré.)   64 Hersé, labouré. Cf. Raoullet Ployart.   65 S’en tire à trop bon compte. Ici, elle rentre à la maison.   66 Je veux que vous me mettiez un peu mon bas de chausse. Jeu de mots involontaire : engainer = coïter. « Puis Martin jusche, et lourdement engaine. » (Clément Marot.)   67 Votre bas de chausse est trop disloqué. Mais bas = pénis.   68 À la manière des barbares turcs, qui passaient pour des sodomites indécrottables. « Qu’avecques moy elle s’en vienne,/ Et je luy bauldray ung clistoire/ Qu’on dit barbarin. » (Farce d’une femme à qui son voisin baille ung clistoire, F 28.) Voir note 70.   69 S’il vous manque quelque chose.   70 « La maladye de la trop-fille », comme on l’appelle dans Tout-ménage, tourmente aussi Perrete dans la farce de Frère Phillebert (LV 63) : pour la guérir, il faut que « Dieu luy doinct chose qui se dresse ». Et donc, frère Phillebert lui prescrit « un bon clistère barbarin ».   71 Dans la juste observance de la prescription de Celse : Semel in hebdomada [une seule fois par semaine].   72 Ce n’est bon que pour m’affamer. Le jeu de mots sur « femme » est réservé aux lecteurs.   73 J’aimerais tout autant n’avoir rien.   74 D’être côchée, saillie comme une poule par un coq. (Idem vers 239.) « Les cerfs rutent, les poissons frayent, les cocqs côchent. » Béroalde de Verville.   75 Référence à Charles d’Orléans, et surtout à Villon : « Je meurs de seuf auprès de la fontaine. »   76 BM : st rebatu  (Trébattu = transpercé <Godefroy>. « Une pluie tant grosse et sy espesse dont li uns et ly aultres furent tous moulliés et trèsbatus. » Froissart.)   77 Tellement j’ai battu votre con. Cf. Gratien Du Pont, vers 165.   78 D’ailleurs, au surplus.   79 BM : Ca este de  (Ce vers préfigure le dénouement.)   80 Exclamation. « Pourquoy cela ? Pourquoy, béchire !…./ Béchire ! celle fille-là/ Ne m’aime point. » (Les Enfans de Borgneux, F 27.) C’est peut-être une variante normanno-picarde de l’interjection « pécherre ! » [pécheur] : « Ha ! las, péchierres ! » (Godefroy.)   81 BM : crarins  (J’ai si peur pour l’apparence de mon bébé. On passait toutes ses « envies » à une femme enceinte, « affin que le fruit qu’elle porte n’en apporte enseigne [aucun stigmate] sur son corps ». Évangiles des Quenouilles.)   82 Que vous désiriez de la nourriture crue ou cuite. Elle la préfère crue : « [Ce Cordelier] demanda à toute l’assistence des femmes si elles ne sçavoient que c’estoit de manger de la chair crue de nuict. » Marguerite de Navarre.   83 BM : montom  (Elle veut du collier de mouton.)   84 Ce « tout droit » moqueur, précédé par un « entendez-vous » insistant, laisse penser que le produit blanc qu’elle a eu pendant sa nuit de noces n’était pas du flan…   85 Je ne peux plus y tenir, présentement.   86 Le moine soliloque dans la rue. Cette habile transition permet de faire passer la nuit et d’arriver au matin.   87 Tu me tiens par l’oreille… ou par les couilles (note 7).   88 BM met ce titre sous la rubrique. Or, ce rondeau simple de 12 vers commence au vers 193. Il était chanté.   89 Qui est pareille à, qui semble.   90 De les besogner toutes pour celle-là. « Voulez-vous bien que je vous sengle/ Par le ventre ? » Le Cousturier et son varlet, LV 20.   91 Je prépare à.   92 BM ajoute : & ce. [etc.]  Il n’est pas utile de résoudre la clausule à racine du refrain.   93 BM : la  (Pour peu que j’aie accès à ta personne.)   94 Si un peu je m’émerveille pour une autre.   95 Le couple est couché dans un lit.   96 Achetez à bon marché. Elle souhaite que son époux marchande longuement pour qu’il rentre plus tard.   97 Il sort, et le moine entre. La femme reste au lit.   98 J’arrive au bon moment. Mais à point = en érection. Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 361.   99 Il accroche son pourpoint et son haut-de-chausses à un clou, ne conservant que sa chemise longue.   100 L’épreuve. Mais aussi, un coup d’épée : « Avec l’espée rabatue, je donne simplement une touche. » Tabourot.   101 Ni panier, ni poche. Le bissac est un sac à deux poches : on le porte sur le col, et les poches pendent de part et d’autre sur le devant, comme les jambes d’un pantalon.   102 Vers manquant. Vitaille = victuailles (Capitaine Mal-en-point, vers 428 et 719), mais aussi provision de vits (Chambèrières, vers 31). Ce même sac à vits deviendra un « sac à couilles » au vers 377.   103 Il frappe à la porte de sa maison.   104 Saint Jean.   105 Le moine appartient à l’Ordre des franciscains, fondé par saint François d’Assise, qui est encore invoqué à 374.   106 BM : en da  (« Par mon enda ! » est un juron féminin. Voir Godefroy.)   107 Mussez-vous, cachez-vous.   108 « Mais de grand peur le cul me tremble. » Le Marchant de pommes, LV 71.   109 Aussi, j’ai très peur pour votre instrument. Ce vieil époux conciliant n’est pas bien dangereux (scène IV) ; mais sa femme joue d’une manière sadique avec la pleutrerie du moine.   110 Action de hocher une femme (vers 359).   111 Jeune jars qu’on a châtré pour qu’il n’importune pas les oies.   112 Que des poils : « Agneaulx de divers plumaiges. » (Godefroy.) Autrement dit, je n’aurai plus de couilles au cul. Même l’anatomiste Rabelais considère que les couilles sont pendues au cul : « Je te monstreray par évidence que tes couillons pendent au cul d’ung veau, coquart ! » (Quart Livre, 21.)   113 BM : en gaigne  (S’engaigner = s’irriter. « La femme à son mari s’engagne,/ Qui despend [dépense] son bien sans raison. » Godefroy.)   114 Fou furieux.   115 Secoué.   116 L’amant est bien sous le coffre, et pas dedans, sinon le public ne pourrait ni l’entendre, ni le voir. Beaucoup de coffres médiévaux étaient surélevés par des pieds, comme celui-ci (Musée de Cluny).   117 BM : la cul  (Bouté à l’accul = acculé.)   118 BM : col  (Le moine, accroupi en grenouille <vers 262>, a caché son buste sous le coffre, mais son postérieur dénudé reste visible. Sa maîtresse va poser du linge dessus.)   119 Il sent peut-être un avant-goût du pet qui va venir à 281.   120 BM imprime ainsi ce vers difficile : Son my ra ie seray asseure (Si on m’y reprend <vb « ravoir »>, je me ferai creuseur de tunnels.)  Ma conjecture permet d’obtenir une rime riche et un sens logique.   121 Elle ouvre, et son mari entre.   122 Dans la posture d’une rainette, genoux pliés et cuisses écartées. Pour plus de confort, il met sous ses genoux le bissac que la femme avait posé la veille sur le coffre (vers 272-273).   123 Je suis fichu. Idem vers 383.   124 Pénis. Cf. Raoullet Ployart, vers 29.   125 BM : en creste  (Le gland rouge est comparé à la crête d’un coq <note 129> : « Oncques creste de coq/ Ne fut plus rouge que le manche. » Le Faulconnier de ville.)   126 L’église de Meulers <note 235> est consacrée à saint Valéry.   127 En pitié, et qu’il prenne tout ce que j’ai en compensation.   128 « La robille, c’est à sçavoir tous ses vestemens, robes, chaperons, ceintures. » Guillaume Terrien.   129 Mon pénis. Dérivé de coq (anglais cock). « À qui vendez-vous voz coquilles,/ Entre vous, amans pèlerins ?/ Vous cuidez bien, par voz engins,/ À tous pertuis trouver chevilles. » (Charles d’Orléans.) Saint Coquilbault est un saint priapique invoqué contre la stérilité <note 149>.   130 Il ne peut se retenir de péter.   131 Humblement. Mais aussi : aplati sur le sol.   132 Une odeur de pet.   133 BM attribue ce vers au frère Guillebert ; or, il est dit par la femme, qui assume le pet afin de couvrir son amant. Male pu(an)teur = mauvaise odeur. Jeu de mots sur pute.   134 BM : Ouy et de beaulx  (Je n’en ai pas même la peau. Cf. l’actuel « Peau de balle ! ».)   135 Le linge.   136 Dans une cachette.   137 Ce testament paralyse l’action pendant 35 vers ; il a peut-être été mis là par l’auteur du sermon initial, où on trouvait déjà la forme rare du septain à refrain. Depuis François Villon, les testaments burlesques inspiraient les auteurs de farces. Voir par exemple le Testament Pathelin : « Et faire ung mot de testament. »   138 BM : maccueillir  (Cuillère = pénis. « –Mon mari l’a menu, mais il est long. –Bien, voilà qui est bon, quand la cueiller va jusqu’au fonds du pot. » Béroalde de Verville.)   139 BM : quant  (Le couiller désigne les bourses. Idem vers 346.)   140 BM : iay este   141 BM : veoir  (Pour vrai, en vérité. Il s’agit de la femme qui est dans le lit.)   142 Ce refrain est un décasyllabe à césure médiane, ce qui était fort rare. Sa musique en rappelle un autre, tout aussi interrogatif et suppliant, celui de l’Épistre de François Villon : « Le lesserez là, le povre Villon ? »   143 C’est toujours la métonymie symbolisant les femmes (note 32).   144 Pointus comme le bec des linottes.   145 Custodi nos ! Cet impératif a subi l’attraction du génitif custodis [du geôlier] : il désigne ici le sexe des femmes, qui garde prisonnier celui des hommes.   146 Mon pénis (vers 7) et mes breloques.   147 Tranches de lard salé : entre des cuisses maigres.   148 Entre des cuisses grasses. « Et couldre jambons et andouilles/ Tant que le lait en monte aux têtes. » Villon.   149 Les femmes qui ne parvenaient pas à procréer se frottaient avec les reliques de certains saints. À défaut d’un saint Guillebert, on pouvait par exemple invoquer son quasi homonyme saint Couillebaud. « Quant aux brayes [de S. François ou ses disciples], miraclifiquement elles faisoyent enfler le ventre aux femmes qui de nature estoyent stériles…. Combien de femmes brehaignes [stériles] sont devenues joyeuses mères de beaux enfans pour avoir baisé les brayes de S. François ? » (Henri Estienne.)   150 Le coït, l’action de baguer le pénis du mari : « –Et ! que je manye vostre chose…./ –Vous ne parlez que de bagaige. » (Farce de Jolyet, BM 5.) Passer la bague au doigt est connu comme un rite phallique : « Pour enfiler la bague et rembourer le bas/ De celle qu’il avoit choisi pour ses esbats. » (Th. de Viau.)   151 BM : recourir  (Cela vous sera d’un grand secours.)   152 Aux muguets [jeunes galants] qui grattent leur muguet [mycose syphilitique]. « Soupçonnant qu’un muguet ne luy fasse l’amour. » (Satyre Ménippée.) « La syphilis déguisée sous la forme d’un muguet très-intense. » (Archives générales de médecine.)   153 BM : Quon  (Appareils = pansements : « Vous nettoyerez la playe après en avoir ôté le premier apareil. »)  On mettra leur pansement sur le sexe de leur femme.   154 Si la chance en est, si elle est de la partie.   155 Ils frapperont mieux, au sens libre.   156 BM : launnt leurs brongues  (En rinçant leur gorge.)   157 BM : sotir  (Saurir = sécher comme un hareng saur. « Que nul ne puisse sorir, en la ville de Paris, harenc. » Godefroy.)   158 Et non pas du diable : cela portait malheur.   159 On reconnaît ici le début de l’extrême-onction. Mais la suite est un joyeux fatras où surnagent quelques bribes mal digérées. Quand ils ont peur, les hommes d’Église en perdent leur latin : cf. la Confession du Brigant. André Tissier <p.246> s’est évertué à traduire ce collage ; saluons son travail méritoire : « À moins que, Seigneur, / ton esprit ne soit fatigué d’être sollicité, / je confesse au Dieu du ciel, / pour que le chœur des prophètes puisse… »   160 Sedet spiritum eût été un peu moins aberrant, mais on n’en est plus là.   161 Pénis. Cf. le Faulconnier de ville, vers 54-78. Rime avec « vaton ».   162 Je diffère, je me retiens.   163 Les cheveux qui encerclent ma tonsure monacale, pour lui inspirer du respect.   164 Tourmentes.   165 BM : tesniers  (Au contraire de cet hapax, témoins [latin testis] est couramment employé dans le sens de testicules : « Et que j’ay, comme maint moines,/ Queue roide et tesmoings velus. » Eustache Deschamps.)  Pelus = poilus.   166 Qu’est-ce qui est pendu à ce clou ? Dans la pénombre matinale, Robin prendra les chausses du moine pour son bissac (note 99).   167 C’est lui (idem vers 381). En bon vieillard myope et gâteux, il parle ensuite au bissac, qu’il vouvoie.   168 Copuler. Cf. le Monde qu’on faict paistre, note 33.   169 Avant mon départ. « Baisez-moy, mon doulx plaisir,/ Au moins, à vo’ département. » Le Povre Jouhan.   170 Ne lésinez plus sur les ébats sexuels. « Sa femme,/ Qui de son clerc prenoit esbatement. » Joyeusetéz, XIII.   171 L’amour : « Quant venez pour faire le cas/ Avec moy. » (Le Badin qui se loue, BM 11.) Le mari s’en va, et Guillebert sort de sa cachette.   172 Pelée [décalottée] = verge. « [Elle] a porté verge pelée…./ Trop est vielle sa puterie. » Roman de Renart.   173 BM : a il prins  (« Gibet » renforce l’interrogation : cf. Maistre Mymin, vers 303.)   174 BM : apporte   175 De retour, quand il s’apercevra qu’il n’a pas son bissac.   176 BM : Guilleret   177 BM : rairez vous  (Lairrez = laisserez.)   178 BM : Ronge  (Vous ne m’y ferez plus avoir le cul rouge : le moine a eu les fesses rougies par le froid <vers 275>, mais il a surtout failli avoir le cul ensanglanté par la castration.)   179 BM : ma despoille  (Dès que j’aurai repris les vêtements dont je m’étais dépouillé.)   180 On scande « wé-té », comme on scande « wé » aux vers 183 et 377. Cf. ma préface.   181 BM : trouverra  (Il est si myope qu’il ne me verra pas dans la rue encore obscure.)   182 Il s’enfuit en pourpoint, et toujours en chemise longue.   183 Heur = chance.   184 Elle va chez sa voisine Agnès.   185 BM : bien expert  (Comme il appert = apparemment.)   186 En pleurant.   187 Avec elles.   188 C’est bien dit (avec une nuance ironique : la bouche qui expulse des mots est assimilée à un anus). Cf. le Faulconnier de ville, vers 297.   189 BM : fist  (Et pourtant, je n’ai tiré qu’un pauvre coup.)   190 Contrôlez-vous.   191 BM : doys  (Voys = vais. Elle rentre chez elle, tandis qu’Agnès guette le retour de Robin.)  Trotter menu = courir vite. Cf. Trote-menu et Mirre-loret.   192 Il examine le « bissac » malodorant qu’il portait sur son col.   193 Au vers 182, sa femme réclamait des moules au féminin, mais elle voulait des moules au masculin, c’est-à-dire des godemichés. « [Elle] en fut quitte pour faire élection des plus gros moules qu’elle pouvoit trouver…. Elle en fit tenter le gué [sonder son passage] par des plus menus et petits moules, puis vint aux moyens, puis aux grands. » Brantôme.   194 Me fait-on cocu ?   195 BM : fresaye  (Je vous promets une bonne fracture ! « Ceulx recevans coulps de poings ou de baston, dont n’y auroit blessure ou froisseure. » Loix, chartres et coutumes.)   196 Vous baisera (note 74) : je vous expédierai en Enfer.   197 Marcou, gros chat reproducteur.   198 BM : te   199 Ces deux vers visent l’amant de sa femme. Foutiner = donner des coups de verges… ou de verge.   200 Un prêtre.   201 Il déblatère de nouveau contre sa femme.  BM : huihot  (Buhot = orifice anal <Matsumura, Dictionnaire, p.474>.)   202 Un huihot, ou wihot, est un mari trompé : « Huyho, qui est à dire en françois : coux [cocu]. » (Godefroy.) « Ce mot Huyau est un synonyme de Huet » (Ducatiana.) Huet est un prénom de cocu entériné par les nombreuses variantes de l’expression « appeler Huet » (voir leur liste complète dans l’article HUET ), qui devient ici « appeler Huot ». Dans le fabliau des Braies le priestre, le cocu se fait traiter de huihot.   203 Pourvu, fait un cadeau empoisonné.   204 Il pleure : cf. le Munyer, vers 115 et note 31. Envoyer côcher = envoyer se faire foutre.   205 Ait voulu. Se méporter = mal se comporter. Idem vers 498.   206 BM : le   207 Il montre les chausses.   208 La sagesse de ma femme.   209 Que Dieu m’assiste ! Idem vers 502.   210 BM : femme   211 BM : esprouue  (Esponné = épuisé. Rimait déjà avec « estonné » aux vers 59-61.)   212 Quand on arrive à se procurer ce trésor. Un des modèles de notre farce est une facétie de Pogge intitulée en français Des reliques des brayes sainct François : « Pour ravoir ses brayes publicquement comme ung très sainct joyau. »   213 Réciter le Credo.   214 Accomplir le devoir conjugal. « Si l’espousée estoit point, la nuyt, morte ;/ Et si l’espoux avoit faict son devoir. » Marot.   215 Si les religieux ne nous avaient pas connues charnellement.   216 BM : ie   217 Au couvent des franciscains. La farce a dû être écrite pour Rouen, comme une bonne partie du théâtre comique de cette époque.   218 Ils vont retrouver la femme à la maison.   219 Je me suis trompé. Agnès l’interrompt vite pour informer la femme de son subterfuge.   220 Ce qu’il s’imaginait.   221 De bruit.   222 Il devenait fou. Cf. le Gentil homme et son page : « Je ne sçay plus comme je suys. »   223 M’en avertissait : je m’en suis douté.   224 Dans de la fiente. Rime avec cians.   225 BM : ny pensis  (Je n’en avais jamais vu. « Et puis allèrent plusieurs aultres femmes au convent faire honneur aux brayes de sainct François, [elles] qui jamais ne les avoient veues. » Pogge.)   226 Elle voit passer frère Guillebert devant la porte restée ouverte. Il a eu le temps de retourner au couvent pour revêtir son froc.   227 Il appelle le moine.   228 BM : choses  (La confusion s’explique : choses = parties sexuelles.)   229 De plaid, de discussions.   230 « Prindrent les Religieux celles brayes, et les firent baiser au mary et à tous les assistans. » Pogge.   231 On attendrait « l’haleine ». Laine = poils du pubis.   232 De votre laine, ou de votre alêne [poinçon] : « –C’est trèsgrand peine/ Que de ramonner à journée./ –Voyre, pour gens à courte alaine. » (Le Ramonneur de cheminées, BM 36.) La femme réclame un bon coup du goupillon avec lequel Guillebert bénit les protagonistes ; on se croirait dans la farce des Chambèrières.   233 Se place dans la procession selon son rang.   234 Prenez en patience l’infidélité de votre épouse.   235 Cette signature garde son mystère. Il y avait peut-être des jeunes clercs à Meulers, près de Dieppe. Mais « jeune clergie » pourrait traduire « frère mineur » ; or, les franciscains se nommaient officiellement « Ordre des frères mineurs ». Et le fabliau des Braies au Cordelier stipule bien : « les braies d’un Frère Menor. » Ce que confirme Henri Estienne dans l’Apologie pour Hérodote : « Ce furent les brayes de S. François qui couvrirent le déshonneur du haut-de-chausse qui avoit esté laissé par le Frère Mineur. » Plusieurs médiévistes voient dans les lettres MPU la date MDV : 1505.

 

LE GENTIL HOMME ET SON PAGE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

 

 

*

LE  GENTIL   HOMME  ET   SON  PAGE

*

 

Ce dialogue normand, composé après le mois d’octobre 15251, campe un nobliau famélique et mythomane, contredit par un valet insolent qui a malgré tout de l’affection pour lui, oscillant entre Sancho Pança et Figaro.

Source : Manuscrit La Vallière, nº 10.

Structure : Rimes plates, avec 1 triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

 

*

 

Farce joyeuse à deulx personnages, 

 c’est asçavoir

ung Gentil homme

et son Page

lequel devient laquès

 

*

 

                                     LE  GENTIL  HOMME  commence

            Mon page !

             LE  PAGE

                                     Qui fut et n’est plus.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pourquoy ?

             LE  PAGE

                                   Je veulx changer de maistre2.

             LE  GENTIL  HOMME

           La raison ?

             LE  PAGE

                                  Vous estes reclus3.

             LE  GENTIL  HOMME

           Mon page !

             LE  PAGE

                                   Qui fut et n’est plus.

           [………………………………. -us

           ……………………………….. -estre.

                                        LE  GENTIL  HOMME

5   Mon page !

             LE  PAGE

                                  Qui fut et n’est plus.]

             LE  GENTIL  HOMME

           Pour quoy cela ?

             LE  PAGE

                                          Je veulx changer de maistre.

             LE  GENTIL  HOMME

           Beaucoup de bons tours puys congnoistre,

           Que t’ay monstré le temps passé.

             LE  PAGE

           Vous chûtes par une fenestre,

10   À la montre4, et fustes cassé.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pource que j’estoys espassé5

           Et hardy en une bataille,

           On m’a cassé6 ; car on me baille,

           Le temps avenir, plus grand charge.

             LE  PAGE

15   Vous avez beau mentir ; que per-ge7 ?

           Car je cuyde, pour abréger,

           Que vous estes hors de danger

           De rien prendre8 à l’argent du Roy.

             LE  GENTIL  HOMME

           Tient-on pas grand conte9 de moy,

20   Quant je suys parmy les seigneurs ?

             LE  PAGE

           Ouy dea. Mes ce sont les greigneurs10

           Avec qui je vous vis jamais

           Que le Fin-Vergus11 de Beauvais,

           Monsieur du Croq, Hape-Gibet,

25   Qui ont tant usé de débet12

           Et trouvé13 chose[s] non perdus :

           Yl ont esté tous troys pendus

           Par le prévost des mareschaulx.

                                         LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, viençà !

           Nombrerès-tu bien les monceaulx

30   Des cors que j’ey mys à [la] fin14 ?

             LE  PAGE

           Ouy dea ! ouy dea ! Se j’avois un coffin15

           Des poulx qu’avez mys à [la] mort16,

           Yl en seroyt plain jusque au bort,

           Et fût-y grand comme un boysseau.

             LE  GENTIL  HOMME

35   M’a[s]-tu pas veu porter l’oyseau17,

           Et tenir train de gentillesse18 ?

             LE  PAGE

           [L’oyseau ?] Ouy dea, par hardiesse :

           Mais c’estouent poulès19 dérobés.

           LE  GENTIL  HOMME

           Touchant joueurs de cartes et de dés,

40   En vis-tu onc[ques] en ta vye

           Un mieulx prisé en seigneurye20,

           N(y) un plus beau joueur que je suys ?

           Car certainnement, je poursuys

           Tousjours le train des gentis hommes.

             LE  PAGE

45   Jamais vous n’y perdîtes grans sommes

           En un jour de vostre vivant :

           Car jamais je ne vous vis vailant

           Troys soublz que vous n’en dussiez sis21.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je ne sçay plus comme je suys ;

50   Mon varlet se moque de moy.

             LE  PAGE

           Non fais, je vous promais ma foy.

           Mais je ne me puys convertir22

           À vous ouïr sy fort mentir

           Et vous gorgier23 en ce poinct.

             LE  GENTIL  HOMME

55   Or viençà ! Ne te souvient-y poinct

           Que j’entris sans plus d’atente

           Vailamment [de]dens une tente

           Où je conquestis une enseigne24 ?

           Et sy, je prins un capitaine

60    Et deulx pièces d’artillerye.

             LE  PAGE

           [Et] où fusse ?

             LE  GENTIL  HOMME

                                        Dens une tente.

             LE  PAGE

           Où ?

             LE  GENTIL  HOMME

                        Dens une tente.

             LE  PAGE

                                                       [Où bien vite

           Avez fuy ?

             LE  GENTIL  HOMME ]

                                 Une bonne fuyte

           Vault mieulx c’une mauvaise atente25.

             [LE  PAGE]

65   Quant de cela, je n’en sçay rien.

           Mais vrayment, y me souvient bien

           Qu’à la Journée des Esperons26,

           [………………………. -ons,]

           Vous fuÿtes dens ung fossé.

           Et puys quant tout fut [d]éblocé27,

70   Vous [ac]courûtes au pillage28.

           LE  GENTIL  HOMME

           Tant tu me fais de dommage,

           De desplaisir et destourbier29 !

           Et sy tu me vouloys un petit suplier

           Et me coloquer30 en tous lieux,

75   Tu t’en trouverès beaucoup mieux :

           Je te pourvoyerès devant tous.

             LE  PAGE

           Je vous emprie, prenez pour vous

           Des biens, sy en povez avoir31 ;

           Garde n’avez de m’en bailler,

80   Ce croi-ge, sy n’en avez d’aultres.

             LE  GENTIL  HOMME

           Y fauldra que je vous épiaultres32,

           Sy de bref vous ne vous changez !

             LE  PAGE

           Y fauldra bien que vous rengez33,

           Ou que vous vous servez vous-mesmes !

             LE  GENTIL  HOMME

85   Tu sçays bien que tu es à mesmes34

           De tout mon bien d’or et d’argent.

           Tu congnoys tout entièrement,

           Maistre et seigneur de mes mugos35

           –Et tu m’entens bien en deulx mos36.

             LE  PAGE

90   Le deable emport qui [ne] vous vit

           Jamais que des gros [sans crédit]

           Qui courent parmy ces maraus37 !

           Vous n’avez jumens, ne chevaus,

           Ny habis qui ne souent en gage38 ;

95   Vostre chemyse est de louage.

           Et sy39, vous fault ung serviteur !

             LE  GENTIL  HOMME

           Tu says bien que tu es menteur :

           J’ay troys ou quatre nobles fieulx40,

           Et de la terre en plusieurs lieux.

100   Parmy les dames, qui [m’en croyt41,

           Quant auprès d’elles on me voyt,]42

           Je ne say aux-quelles entendre.

             LE  PAGE

           Il est bien vray que je vous vis prétendre,

           En un soeir43, au cler de la lune,

105   De coucher avec[que] que[l]que une

           Qui d’une main estoyt manquete44 ;

           Et vous eng[ign]a d’une pouquete45

           La galande, et revîntes tout nu46.

            LE  GENTIL  HOMME

           Voylà pour toy bien mal congneu

110   Le bon plaisir que je t’ay faict.

           Je t’ay acoustré, en effaict,

           Depuys l’espasse de dix ans.

           Voylà le train des bons enfans,

           Maintenant : ne congnoyssent rien.

             LE  PAGE

115   Sy vous ay-ge faict plus de bien

           Que vous ne m’avez déservy47.

             LE  GENTIL  HOMME

           Ne soyons poinct icy messuy48.

           As-tu poinct veu mon estan ?

             LE  PAGE

           Ouy, ouy, [et] les neiges d’anten49 !

120   (Y n’a ny estan, ne clapier50 :

           C’est ung grand fossé de bourbier

           Où sont gregnouiles et mûrons51.)

             LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

             LE  PAGE

                                   Je dis Monssieur que : « Les hérons

           Vous [y] ont faict un grand dommage52. »

             LE  GENTIL  HOMME

125   Vers quel costé ?

             LE  PAGE

                                           Vers le rivage.

           Yl ont gasté le petit fieu.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je t’en croy bien, page, par Dieu :

           Sy avoyt-y force pouesson53.

                                     LE  PAGE

           Il y en y a autant c’un ouéson

130   Porteroyt bien dedans son bec.

                                     LE  GENTIL  HOMME

           Mon grand muret […….. sec],

           Combien contient-y bien de tour ?

                                     LE  PAGE

           Autant qu’on feroit, de ce jour,

           À boyre chopine de vin.

135   (Y n’a terre, vigne, ne vin54 :

           Je dis vray, par saincte Marye !)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                    LE  PAGE

                                 [Que] vostre prarye

           Contient envyron quatre lieux55.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           A ! tu as dict vray, semydieux56 :

140   Yl y sont à la grand mesure.

           Quans herpens57 ay-ge de pasture ?

                                    LE  PAGE

           Envyron III ou IIII cens.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Qui ne te croyt, y n’a pas sens.

                                    LE  PAGE

           (Ouy, bien autant de sens, je dis,

145    Que sur la queue d’une souris.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Tous mes grains, où seront-y mis ?

                                     LE  PAGE

           y seront ?

                                     LE  GENTIL  HOMME

                                   Ouy, ouy.

                                     LE  PAGE

                                                      Cheux vos amys58 !

           Et me semble qu’i seroyt bon

           De les mectre en un mulon59,

150   Près du grenier où est le foing.

           (Par ma foy ! y n’a pain ne grain

           Qu’i séroyt60 mectre en sa gorge.

           Je dis vray, par monsieur sainct George !)

                                     [ LE  GENTIL  HOMME

           Mon avoynne61 est-elle battue ?

                                     LE   PAGE

           Par] ma foy, je ne l’ay poinct veue.

155    (El est d’une estrange couleur !

           D’avoynne ? Vouélà grand douleur.

           Je ne say qui luy eust baillée :

           Y n’en a pas une escullée62,

           De cela je suys bien certain.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

160   Et du reste de l’autre grain,

           Nous en avon à grand foyson ?

                                    LE  PAGE

           Ouy dea, assez et de raison,

           Ma foy, Monsieur, pour nostre année.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Ceste journée,

165   As-tu pas veu mes grans chevaux63 ?

                                    LE  PAGE

           Ouy, ma foy, Monssieur : y sont beaux.

           Y les faict bon vouèr à l’estable.

           (Des grans chevaulx ? Yl a le deable !

           Y n’a que de vielles jumens

170    Qui n’ont aux g[u]eulles nules dens :

           Vouélà tous les chevaux qu’il a.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Page, viençà ! Qui me bailla

           Ce cheval qui est à ma femme ?

                                   LE  PAGE

           Ce fust le roy, Monssieur. (Mon âme !

175   Comme y baille de la bigorne !

           C’est un viel cheval qui est borgne,

           Et n’est c’une vielle carongne

           De jument à qui les os percent ;

           Le cul et les jambes luy herchent64

180   De malle fine povreté.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Suy-ge monté,

           À ton advis, à l’avantage65 ?

                                 LE  PAGE

           Ouy Monssieur, [ainsy] comme [un] page

           Qui va à pié le plus66 du jour.

                                 LE  GENTIL  HOMME

185   Je ne doibtz pas avoir de pa[o]ur67,

           Quant je me trouve en quelque assault.

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                               Pren mon courtault68 :

           Je te le donne pour ton étrène ;

           Le tien te faict par trop de peine,

190  Car y me semble par trop las.

                                LE  PAGE

           Grand mercy, Monssieur ! Et ! quel soulas !

           Je me doys bien réconforter.

          (S’il en avoyt pour le porter

           Luy-mesmes, le povre cocu,

195   De XX soublz69 ou d’un povre escu,

           Pensez-vous qu’i feroyt du maistre ?)

                               LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                  Y te fault estre

           Dedens un moys en Angleterre.

                                LE  PAGE

           Et pour quoy faire ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                Tu m’iras querre

200  Douze haquenés70 à Hantonne,

           Que le roy [des] Engloys me donne ;

           Y valent bien, chascun, cent frans.

           Tu luy mairas71 mes chiens courans

           Pour coupler avec ses lév(e)riers.

                                LE  PAGE

           Ouy, par ma foy !

205   (Y n’a que des chiens à bergers,

           Tous aussy velus c’une vache ;

           Et sy, ont l’oreille aussy flache

           Et aussy mole c’une trippe.)

                                LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                  Que c’est [de] la tippe72,

210   Monssieur ? Voulez-vous qu’on luy maine ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Laquelle esse ?

                                LE  PAGE

                                       C’est Marjollaine,

           [C’est] la plus belle du tropeau.

           (Par ma foy ! on luy voyt73 la peau,

           Tant est morfondue et rongneuse.)

                                LE  GENTIL  HOMME

215   Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                 Elle est plaisante y amoureuse74,

           Ceste chienne, la plus du monde.

                                LE  GENTIL  HOMME

           Et ! c’est cela où je me fonde.

                                LE  PAGE

           Voulez-vous qu’el y soyt menée ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Ouy dea !

                                LE  PAGE

                              [Sy elle n’est]75 traînée,

220   Ceste chienne va sy à loysir

           Qu’à peine poura’le suyvir76

           Un cheval sy tost que le pas

           –Entendez-vous ? je ne mens pas–,

           Tant [elle] est vilaine, orde et salle.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

225   Page !

                                 LE  PAGE

                           Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                   Dedens ma salle77,

           Y faict-y pas maintenant beau ?

                                 LE  PAGE

           Ouy de[a], Monssieur, tout de nouveau78

           [Vous] l’avez faict paindre, pour seur.

           (Mais quelle salle ! c’est hideur :

230   Il n’en a poinct, que sa chemise79 ;

           C’est celle-là dont y devise

           Et de quoy il entent80 parler.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                 LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                 Va-moy seller

           Mon courtault, qui est à l’estable !

                                 LE  PAGE

235   Vostre courtault81 ? (De par le deable !

           Je n’en sache poinct qui vous hète82,

           Que celuy de vostre brayète,

           Qui vous donne bien du tourment…)

                                  LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                  LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                  LE  GENTIL  HOMME

            Aproche-toy légèrement !

240   Et ! tout le temps que me83 servy[s],

           –Je me croy bien à ton avis84,

           [Dis-moy le vray, par ton serment]–,

           T’ai-ge pas payé ton paiment

           Vaillamment, par chascun cartier85 ?

                                 LE  PAGE

           Y n’a poinct falu de papier

245    Pour en escripre la quictance !

           (J’en tiens86 encores sans doubtance

           Tout ce qu[e j’]en receus jamais.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Gens qui ont serviteurs parfaictz

           Les doibvent bien entretenir.

                                 LE  PAGE

250    Mais leur laisser tout leur[s] aquestz

           Vailamment, sans rien retenir.

           Je vous suplye, alons-nous-ent87

           Bien tost ; parton légèrement,

           Et laissez ceste vanterye

255   Dont estes plain : c’est moquerye

           [Que] de vous et de vostre affaire.

           Adieu, ne vous veuile desplaire88 !

 

                                                     FINIS

*

 

1 André Tissier : Recueil de farces, tome 10, pp. 187-189. Droz, 1996.   2 D’après le titre, il veut devenir laquais [valet d’armée]. Un page ne restait jamais dix ans <vers 112> dans cette fonction peu lucrative, et surtout, réservée aux enfants : car un page devait être le modèle réduit de son maître, comme en témoigne l’eau-forte de Jacques Callot intitulée un Gentilhomme et son Page (1617).   3 Cloîtré : la misère lui interdit toute vie sociale.   4 En regardant défiler la troupe. Il faisait donc partie des badauds, et non des soldats qui paradaient.   5 Loin de mes camarades (qui étaient restés en arrière).   6 Cassé aux gages, révoqué sans solde. Il fait semblant de mal comprendre le « cassé » du vers 9, qui se rapportait à ses fractures.   7 Vous mentez pour rien ; qu’ai-je à perdre ?   8 LV : perdre  (Vous ne risquez pas d’être payé par l’État, contrairement aux militaires.)   9 Jeu de mots involontaire sur « tenir compte » et « tenir des contes » [se livrer à des racontars].   10 Les plus importants.   11 Fin-verjus est un savetier alcoolique et roublard (F 33, T 11). Le croc est le crochet des tireurs de bourses, et un outil pour crocheter les serrures : « Successeurs de Villon en l’art de la pinse et du croq. » (Marot.) Happe-gibet est synonyme de brigand, meurtrier et voleur (les Épithètes de M. de la Porte). Bref, le Gentilhomme ne fréquente que du gibier de potence.   12 Des reconnaissances de dettes. (Lat. debet = il doit.)   13 Euphémisme pour « volé ».   14 Parviendrais-tu à compter les ennemis que j’ai tués ? « Je ne cognois deux ne trois tant soyent puissans hommes que (il) ne les eust bien mys à la fin. » A. de La Sale.   15 Un couffin, une corbeille.   16 Forme attestée : « Furent jugés & mys à la mort. » Brut. Cf. Troys Gallans et Phlipot, vers 422.   17 Le faucon, que les nobles portaient sur leur poing quand ils chassaient. Cf. le Faulconnier de ville.   18 Le train de vie de la Noblesse (vers 43-44).   19 C’étaient des poulets.   20 Parmi les seigneurs, qui jouaient gros jeu.   21 Vous n’avez jamais eu trois sous vaillants sans en devoir six.   22 Résoudre.   23 Vous rengorger, vous vanter.   24 Un étendard dans une tente de l’ennemi.   25 « Le proverbe qui dict qu’une bonne fuitte vaut mieux qu’une mauvaise attente. » (Straparole.) Pour garder ce proverbe intact, notre auteur a dû introduire un quatrain abba.   26 LV : alemans   Le 20 mai 1525, la « guerre des Boures » (ou des Rustauds) donna lieu à la bataille de Scherwiller : les soldats lorrains (renforcés par quelques gentilshommes français) battirent l’armée des paysans luthériens allemands. Mais aucune « Journée des Allemands » n’est connue sous ce nom. La seule « journée » qui avait marqué les esprits, c’est la Journée des Éperons (bataille de Guinegatte, 16 août 1513), lors de laquelle les soldats français avaient pris la fuite, à l’instar de notre Gentilhomme : cf. l’Avantureulx, vers 408 et note 42. Remarquons d’ailleurs que ce vers 67 n’a pas de pendant : on ignore s’il rimait en -ans ou en -ons. Il est probable qu’un des premiers copistes a modifié ce vers en songeant au traité de Moore (30 août 1525), sur lequel la France comptait encore en octobre pour établir une paix durable avec la perfide Albion ; plutôt que de rappeler aux Normands, déjà furieux contre ce traité, qu’Henri VIII d’Angleterre était en plus le vainqueur de Guinegatte, il valait mieux détourner l’attention populaire sur des vaincus allemands.   27 Quand le blocus fut levé. « Les habitans commencèrent à débloquer et sortir. » Godefroy.   28 Comme un vulgaire troupier : « Plusieurs soldats accoururent de tous costéz, (…) chacun accourant au pillage. » (Le Mercure françois.)  Les combattants français de Guinegatte guerroyèrent surtout contre des poules : « Actes de batailles/ Font contre poulailles/ Noz gens. » (G. Cretin, Lascheté des gensd’armes de France à la Journée des Esperons.)   29 De contrariété.   30 Me mettre en bonne place. Il demande à son page de le valoriser devant les gens.   31 Rime normande avèr / baillèr.   32 Fracasse. « Courbatu, espaultré et froissé. » Rabelais, Quart Livre, 14.   33 Que vous vous corrigiez.   34 Gérant. « Je vous mettray à mesme mes biens, où vous pourrez puiser et prendre tant de richesse comme il vous plaira. » Amyot.   35 LV : tresors  (En Normandie, mugot = trésor <cf. Godefroy>. « Nous trouvasmes force trésors inutiles ; nous descouvrismes (…) le beau et ample mugot de Molan. » Satyre Ménippée.)   36 À demi-mot : je n’en dis pas plus pour ne pas révéler où ils sont cachés.   37 Des pièces dévaluées qui ont cours chez les vauriens que vous fréquentez. « De toutes receptes,/ Je ne sache c’un gros qui court. » Le Poulier à sis personnages (LV 27).   38 Qui ne soient hypothéqués.   39 Pourtant.   40 Fiefs. Idem à 126.   41 Si vous m’en croyez. Cf. le vers 143.   42 LV : plus est / ne me croyent pas la on y me vouent   43 Un soir.   44 Manchote.   45 Elle vous escroqua d’une bourse.   46 Sans argent. Galande = galante : cf. la Réformeresse, vers 89.   47 Payé de retour. « Jamais je ne pourroye/ Vous desservir les biens que me donnez. » Charles d’Orléans.   48 Maishui, indéfiniment. « Despeschez donques !/ Je ne veuil estre icy messuy. » (L’Oficial, LV 22.) Entre la rubrique et le vers 117, LV a intercalé des pattes de mouches sans rime ni rythme : Vienca nen parle iamais   49 De l’an passé. Clin d’œil à Villon : « Mais où sont les neiges d’antan ? »   50 Ni étang, ni monceau de pierres. Les vers 118-161 sont à rapprocher de ceux où Messieurs de Mallepaye et de Bâillevant font l’état des lieux de leurs domaines en ruines (vers 247-249). Beaucoup d’autres thèmes sont communs à ces deux dialogues.   51 Des grenouilles et des mûriers-ronces.   52 En exterminant les grenouilles dont vous vous nourrissez.   53 Beaucoup de poisson.   54 Rime dupliquée, qu’on pourrait remplacer par « grain » ou « foin ».   55 4 lieues normandes = 17,7 km.   56 Atténuation de « si m’ait Dieu » [si Dieu m’aide].   57 Combien d’arpents.   58 Chez les affamés avec qui vous frayez. La formule annonce le « cheulx mes amys » des Troys Gallans et Phlipot, v. 442.   59 D’en faire une meule : « Deux petiz mullons de blé. » (Godefroy.) Mais le page parle-t-il des grains, ou des amis de son maître ?   60 Qu’il saurait, qu’il pourrait.   61 À la place du fragment que j’ajoute entre crochets, le copiste a écrit puis biffé : davoynne   62 De quoi emplir une écuelle.   63 Ceux qu’on utilisait à l’armée. De là vient l’expression : « Monter sur ses grands chevaux. »   64 Se traînent.   65 Ai-je une bonne monture ? M. de Mallepaye (vers 176) s’en inquiétait déjà.   66 La plus grande partie.   67 De peur, puisque j’ai un bon destrier.   68 Cheval de selle. Idem vers 234.   69 Pour 20 sous : lorsqu’il a un peu d’argent.   70 Montures réservées aux femmes : « Ils sont suivis des litières & des hacquenés de Sa Sainteté. » (Du Mont.) Hantonne = Southampton : « [Ils] singlèrent devers Angleterre ; puis arrivèrent et prirent terre à Hantonne. » (Froissart.)   71 Mèneras. Henri VIII n’aurait jamais abâtardi ses lévriers greyhounds ! On rapproche les vers 199-204 du Journal d’un bourgeois de Paris : « Au dict an 1525, environ le huictiesme octobre, passèrent parmy la ville de Paris vingt ou vingt-cinq hacquenées d’Angleterre que le roy d’Angleterre envoyoit à monsieur le Daulphin estant à Bloys ; et envoia aussi un grand nombre de chiens de chasse, comme cent ou plus, où y avoit grandz dogues d’Angleterre. » Si la référence aux chevaux paraît convaincante, la référence aux chiens l’est beaucoup moins, puisque c’est les chiens français que le page doit conduire en Angleterre, et non l’inverse.   72 « Que doit-on faire de la tippe ? » Mot inconnu ; c’est peut-être un de ces normandismes dont la pièce regorge.   73 LV : vord   74 Digne d’être aimée. « La plus belle dame du roiaulme d’Engleterre, et la plus amoureuse. » Froissart.   75 LV : quelle   76 Pourra-t-elle suivre.   77 La salle principale du château.   78 Tout récemment.   79 Jeu de mots : il n’a de « sale » que sa chemise.   80 Il veut.   81 Le Gentilhomme oublie qu’il vient de le donner au page (vers 187-188). Ce dernier se venge en dénigrant son autre courtaud, c’est-à-dire son pénis : cf. la Complainte d’ung Gentilhomme à sa dame, note 94.   82 Qui puisse vous faire plaisir.   83 LV : mas   84 LV : serment  (Je me fie à ton avis.)   85 Chaque trimestre.   86 Je retiens de mémoire.   87 Rime attestée : Maistre Mymin qui va à la guerre, vers 193.   88 Ce congé s’adresse-t-il au public, comme il se doit, ou au Gentilhomme ?

 

LA CONFESSION DU BRIGANT AU CURÉ

Biblioteca Apostolica Vaticana

Biblioteca Apostolica Vaticana

 

*

 

LA  CONFESSION  DU  BRIGANT

AU  CURÉ

 

*

 

Ce dialogue normand1 du XVIème siècle présente une particularité : le prêtre ne succombe ni au péché de luxure, ni au péché de gourmandise ; seul le péché d’avarice lui est imputable. Dans une forêt obscure, un bandit de grand chemin réclame sa bourse à un curé, qui la prétend vide, mais qui accepte de confesser le brigand. Celui-ci, à genoux aux pieds du curé, vide peu à peu la sainte bourse, tout en commentant son forfait dans les termes d’une confession en règle.

Source : Recueil de Florence, nº 10.

Structure : Rimes embrassées, rimes plates, rimes croisées. Les 44 derniers vers, dans un état désespéré, semblent avoir été reconstitués de mémoire.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

 

*

 

Farce nouvelle du Curé et du Brigant

 

*

À deux personnaiges, c’est assavoir :

    LE BRIGANT

    LE CURÉ

 

 

La Confession

du Brigant au Curé

 

*

 

                               LE  BRIGANT  commence               SCÈNE  I

          Je suis desconfit de quinquaille2,

         Tout mon argent est despendu3.

         À malle hart4 soit-il pendu,

         Qui soustient ne denier ne maille5 !

5   Or n’est-il riens qui ne me faille,

         Et [n’ay] grant planté6 d’escuz vieulx.

         Ma robbe a le ventre creux

         Depuis que je n’ay eu nul gaige.

         Tout me fauldra7, en mon mesnaige :

10   Du pain, du lart et du fourmaige.

         Je ne le tiendray pas à saige,

         Qui8 passera ains que je couche.

           LE  CURÉ                             SCÈNE   II

         Voicy la feste qui s’approuche

         De Pasques ; et pource, à ma cure

15   Je veulx aller à l’aventure

         Confesser mes paroissiens,

         Car ilz sont si trèsnégligens

         Que ce n’est que toute ignorance.

         Pour acquiter ma conscience,

20   La Dieu mercy, je suis tout prest.

         Aller me fault sans nul arrest ;

         Et si, convient que [me haston]9.

         Mais ung homme sans baston

         Est à la mercy des chiens10.

25   Or avant ! Je ne crains [plus] riens.

         Dieu me conduye, et Nostre Dame !

           LE   BRIGANT                       SCÈNE   III

         Par la croix bieu ! il ne passe âme.

         Je ne fois icy que morfondre…

         Je prie à Dieu qu’il me confonde

30   Si je ne voy là quelque proye.

         Ho, ho ! Il convient que je voye

         S’il y a point de compaignie.

         Sang bieu ! vous y perdrez la vie

         Tantost, domine Curate11.

           LE  CURÉ                   SCÈNE  IV

35   Je me suis [assez tost]12 hasté,

         Je seray bientost à mon estre13.

           LE  BRIGANT 14

         À mort ! à mort ! Demourez, prestre :

         Il fault retourner par-deçà15 !

           LE  CURÉ

         Hélas, hélas ! Et ! qu’esse-là ?

40   Pour Dieu, ne me faictes nul mal !

           LE  BRIGANT

         [Vient-on]16, à pié ou à cheval ?

           LE  CURÉ

         Je n’ay veu âme. [Quel tourment]17 !

           LE  BRIGANT

         Vous avez peur, maistre gallant18 ?

           LE  CURÉ

         Je cuydoye premièrement

45   Que ce fussent mauvaises gens ;

         Mais [voy que] non sont, Dieu mercy !

           LE  BRIGANT

         Jamais ne partiray d’icy

         Que n’aye compté vostre monnoye.

           LE  CURÉ

         (C’est donc pis que [je] ne cuydoye.)

50   Las, ne me faites nul effors !

           LE  BRIGANT

         Je te mettray la dague au corps,

         Par la chair Dieu, se tu dis mot !

           LE  CURÉ

         Nenny, je ne suis pas si sot ;

         Il n’en sera jamais nouvelle19.

           LE  BRIGANT

55   Çà, de l’argent !

           LE  CURÉ

                                        Il n’y a rouelle20,

         Par le Dieu qui me fist21, en ma tasse.

           LE  BRIGANT

         Parle bas, [de peur] qu’i ne passe

         Quelq’un qui face empeschement.

           LE  CURÉ

         Vous dictes vray, par mon serment ;

60   [Desjà] je l’avoye oublié.

         J’ay mon argent tout employé

         Au luminaire de la feste.

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu, ribault [de] prestre,

         Vous chanterez d’autre martin22 !

           LE  CURÉ

65   Je vous don(ne)ré ung pot de vin,

         Beau sire, et soyons amys.

           LE  BRIGANT

         Baille des escus cinq ou six :

         Tu n’auras garde qu’on [les t’emble]23.

           LE  CURÉ

         Je n’en vis oncques tant ensemble,

70   Par Dieu qui me fist, en ma bource.

           LE  BRIGANT

         S’il convient que je me courouce…

           LE  CURÉ

         [Ce me]24 seroit une grant peine.

           LE  BRIGANT

         Voicy desjà25 longue sepmaine

         Que je veulx estre confessé.

           LE  CURÉ

75   A ! par Dieu, tout sera laissé

         Devant que je ne vous confesse.

         Or sus, mectez-vous à vostre aise,

         Debout, assis, agenoillé26,

         Et dictes : « Benedicite,

80   Dominus27. »

           LE  BRIGANT

                                     Dy-le pour moy, [don28].

           LE  CURÉ

         Benedicite… Sempiternum…

         Secu29 corda… Predicatam30

         [Et] spiritus sancti… Amen !

         Or, dites donc : « Je me confesse. »

           LE  BRIGANT

85   Dy-le pour moy.

           LE  CURÉ

                                          Je me co[n]fesse

         À Dieu31.

           LE  BRIGANT

                            Et maulgré bieu du villain prestre32 !

         T’en veulx-tu desjà aller [paistre] ?

           LE  CURÉ

         C’est ung mot de confession.

           LE  BRIGANT

         Par la mort ! sans rémission

90   Je te tueray, se tu quaquettes.

           LE  CURÉ

         Or sus, dictes voz besongnettes33 :

         Avez-vous prins rien de l’autruy34 ?

           LE  BRIGANT

         [Se j’ay prins ?] Et ! morbieu, ouÿ :

         Quant je jou[o]ye aulx espinettes35

95   Avec[ques] les belles fillettes,

         Je leur ostoye leurs espilles36

         Et les donnoye à d’autres filles.

           LE  CURÉ

         Or Dieu le vous pardoint, [beau] sire !

         Comment vous va du péché d’ire37 ?

100  Vous courro[u]cez-vous voluntiers ?

           LE  BRIGANT

         Quant je vois38 parmy les santiers,

         [S’]une ronce ou une espinette

         Me happe parmy ma jambette,

         Incontinent je maulgroye Dieu

105  Et la couppe par le mellieu ;

         Voire tout bas39, sans mot sonner.

           LE  CURÉ

         Dieu le vous vueille pardonner !

         Mais d’argent prendre, il s’en fault f[r]aindre40.

           LE  BRIGANT 41

         Si fois-je, quant n’y puis actaindre.

           LE  CURÉ

110  C’est bien fait, car Dieu s’en courrouce.

         Avez-vous point, voyant42 la bource

         À ces gallans, et joué de « force »43 ?

           LE  BRIGANT

         Nenny, [pas encore, par Dieu]44.

           LE  CURÉ

         Or sus, faicte[s] bien vostre deu45 ;

115  Il faul[t] laisser, chascun, son fais46.

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu, je suis emprès ;

         Encor(e) ne fais que commencer.

           LE  CURÉ

         Il vous fault trèsbien [a]penser

         À mettre tout hors, mon amy.

           LE  BRIGANT

120  Aussi fais-je tant que je puis,

         Mais le pertuis47 est trop petit.

           LE  CURÉ

         Ce sera [pour] vostre prouffit,

         Mon amy : ne laissez rien.

           LE  BRIGANT

         [Pour] mon prouffit ? Par sainct Julien,

125  Au moins y ay-je espérance !

           LE  CURÉ

         N’avez-vous pas en Dieu fiance ?

         Dea ! ne vous hastez48 qu’à vostre aise.

           LE  BRIGANT

         Nenny dea, je suis bien aise.

         Vous fais-je point de desplaisir ?

           LE  CURÉ

130  Nenny non, faictes tout à loisir ;

         De vous amender j’ay grant joye.

           LE  BRIGANT

         Je vaulx mieulx que je ne faisoye

         Des escus, par Dieu, plus de six49.

           LE  CURÉ

         Vostre confession, beau filz,

135  Elle doit estre parfaicte.

           LE  BRIGANT

         El(le) sera, par Dieu, toute nette,

         Se je puis, avant que [je cesse]50.

           LE  CURÉ

         Dea, il ne fault pas que l’en laisse

         Aucuns péchés : n’en laissez nulz.

           LE  BRIGANT

140  Je prens les grans et les menus,

         Certes, j’en foys bien mon effors.

           LE  CURÉ

         Dieu vous sera miséricors.

         Or çà, savez-vous autre chose ?

           LE  BRIGANT

         L’autre jour, il y a grant pose51,

145  On avoit mis ung gras confit52

         À la gelée53, toute [une] nuyt ;

         Et je le prins.

           LE  CURÉ

                                 [C’est bien forgé]54 !

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu ! je le mengay

         Sans sel55, dont je m’en confesse.

           LE  CURÉ

150  Or çà, oyez-vous point la messe,

         Au dimenche, quant elle sonne ?

           LE  BRIGANT

         Je l’oy bien d’où je suis.

           LE  CURÉ

                                                   [Grant somme

         Avez]56, mais que faites vous tousjours ainsi ?

           LE  BRIGANT

         J’en ay beaucoup, [la] Dieu mercy57 !

           LE  CURÉ

155  Or mon amy dictes, après, [vos reliques58],

         Sans [me] faire tant de répliccques.

           LE  BRIGANT

         Je mengay l’autre jour des trippes

         D’une59 tripière, [à fines lippes]60 ;

         Et luy abbatis [sa tripière]61

160  Tant que la gresse cheut à terre.

         Et [j’ay] laissé là son62 couteau.

           LE  CURÉ

         Dea, nous en sommes bien et63 beau !

         Confession est-elle faicte ?

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu ! elle est [bien] nette :

165  Je ne sçay en [tout mon couraige]64

         Plus riens seul, s’il n’est bien sauvaige65.

           LE  CURÉ

         C’est vostre prouffit, j’ay66 fiance.

           LE  BRIGANT

         Or sus doncques, que l’en s’avance67 !

           LE  CURÉ

         Il vous fault avoir pénitence,

170  Pour des68 péchéz pardon avoir69.

           LE  BRIGANT

         Monsïeur, vueillez y penser :

         Car si vous me baillez grant charge,

         Je ne la sçauroie porter70.

           LE  CURÉ

         …………………. Ego asvote71

175  De la crouste d’ung pasté72

         Sicut erat… Sempiternam…

         [Et] spiritu sancti… Amen !

           LE  BRIGANT 73                SCÈNE  V

         Sire Morise, mon amy,

         [De grant sens vous estes garny]74.

                              LE  CURÉ

180  Vertu bieu ! je [chante mercy]75

         Que je n’é pas laissé l’endosse76.

         Morbieu ! se je reviens par cy…

         Je m’en vois à mon sacerdoce77,

         Confesser mes parroisiens.

185  Prenez en gré l’esbatement !

         Sire Dieu [vous donne tous biens]78 !

         Adieu vous dy pour maintenant.

 

           FINIS

 

*

 

1 Comme d’habitude, les particularismes normands n’ont survécu que dans les rimes : vers 16 et 17, 22 et 23, 111 et 112, 113 et 114, 170 et 171… Mais il nous reste un couplet sur les tripes, spécialité normande !   2 Cliquaille, monnaie.   3 Dépensé.   4 À une maudite corde.   5 Celui qui a des deniers ou des piécettes.   6 Quantité. Les écus vieux furent décriés le 5 décembre 1511.   7 Me fera défaut (verbe faillir, vers 5).   8 Celui qui passera avant que je ne me couche.   9 F : ie me haste  (Tournure normande : « Je n’avons pas putost eu gagé, que j’avons vu les deux hommes tout à plain. » Molière, Dom Juan, II, 1.)   10 Il ramasse une branche morte, et l’utilise comme canne pour marcher et se défendre pendant le long trajet entre son presbytère et la cure où il officie. Les villes se trouvaient dans la forêt, alors peuplée de chiens sauvages, de loups, et de détrousseurs.   11 Monsieur le Curé. C’est du vrai latin, contrairement à celui que va écorcher le curé.   12 F : asses toust   13 À destination.   14 Il surgit de derrière un arbre.   15 Par ici, vers moi. Il attrape le curé qui s’enfuyait.   16 F : Vient il  (Est-ce que quelqu’un d’autre vient ?)   17 F : quelconques  (« N’y est-elle point ? Quel tourment ! » Farce des bottines Gaultier, F 9.)   18 Les prêtres avaient une réputation de séducteurs.   19 F : nouuoelles  (Je n’en parlerai à personne.)   20 Aucune pièce de monnaie.   21 Même expression au vers 70. Tasse = bourse : « Prens dix escus en ma tasse. » Le Ramonneur de cheminées (F 30).   22 Vous changerez de ton. « Bientost vous ferai d’autre martin chanter. » Godefroy.   23 F : le lemble   (Tu ne craindras plus qu’on te les vole.)   24 F : Se  (On se demande si le curé plaint le brigand ou son argent.)   25 F : la   26 F : ou a genoulx  (Cf. la confession du Nouveau Pathelin : « –Çà, dictes, sans plus vous brouiller,/ Tout premier Benedicite…./ –Seray-je cy agenoillé ? »   27 Nombreux points communs avec la confession du Testament Pathelin (notamment les vers 327-330), et la confession du Munyer (vers 390-391).   28 Donc. On plaquait parfois cette rime commode à la fin d’un vers bancal : « Il suffist, je n’en dy rien, don. » Maistre Pierre Doribus.   29 Il faut comprendre Sursum corda [élevons nos cœurs]. Le curé a tellement peur qu’il mélange et estropie les textes liturgiques. Voir la note de Gustave Cohen, Recueil de farces françaises, p. 82.   30 F : predicale  (qui ne rime pas. Emprunt classique à saint Augustin : divino eloquio praedicatam = prêchée par une éloquence divine —que ne possède visiblement pas notre pauvre curé de campagne.)  Prédicatan rime avec aman, de même que le sempiternon du vers précédent rime avec don.   31 Le brigand comprend « Adieu ! », et croit que le curé va s’en aller.   32 Maudit soit ce vilain prêtre ! « Maugré du vieux ! » Farce de la Cornette.   33 Vos petites affaires. Double sens érotique (besogner = coïter) : « Vous sçavez bien la besongnette…./ Une autre foys, en la couchette,/ Nous jouerons entre deux draps. » Farce de Jolyet (BM 5).   34 Du bien d’autrui. Cf. la confession du Testament Pathelin, vers 388.   35 Espine = pine, pénis. « Dame Proserpine/ Fust espinée de l’espine/ Qui est en ta brague cachée. » (Rabelais, V, 46.) On peut comprendre : quand je faisais l’amour.   36 F : espingles  (Les espilles sont des épingles qui fermaient les robes : « S’il choit à la dame une espille. » XV Joyes de mariage.)   37 La colère est un péché capital.   38 Vais.   39 Silencieusement.   40 Se retenir (Godefroy). Le curé estime moins grave d’enfreindre le deuxième Commandement (« Tu ne prendras point le nom du Seigneur ton Dieu en vain ») que le septième (« Tu ne desroberas point »).   41 À partir de là, le brigand à genoux entrouvre discrètement l’aumônière du curé, puis en sort les pièces une à une. Le curé lui parle de sa conscience qu’il doit vider de tout péché, mais le brigand parle de la bourse du curé, qu’il vide de ses écus.   42 F : veu en   43 Les forces étaient les ciseaux des coupeurs de bourses. Voir l’édition Koopmans, p.176, note 32.   44 F : par dieu pas encore  (Cf. Koopmans, note 33.)   45 Votre devoir. « Di» rime avec « dû », à la manière normande.   46 Chacun doit laisser son fardeau moral. Le brigand songe plutôt à un fardeau métallique.   47 Le goulot de ma conscience. (Et l’ouverture de votre bourse.)   48 F : hastrs   49 Je vaux 6 écus de plus que je ne valais avant de me confesser.   50 F : la laisse  (Rime du même au même.)   51 Il y a longtemps.   52 F : chappon   53 À la campagne, on laissait refroidir les plats chauds sur une fenêtre, pour le plus grand plaisir des chapardeurs.   54 F : Dea iulfhange  (C’est bien combiné.)   55 Goulûment, comme le chat de Renart le nouvel quand il dévore un héron « sans nape et sans sel ».   56 F : Par dieu vous auez grant somme  (Vous avez tellement sommeil, que vous restez couché au lieu d’aller à l’église ? Le brigand va équivoquer sur les sommes d’argent. Cf. Koopmans, note 49.)   57 Même exclamation au vers 20. Cf. la Seconde Moralité de Genève, vers 129.   58 Le reliquat, le reste. « S’il y a encores en vous quelques reliques de l’amour passée. » Marguerite de Navarre.   59 F : A une  (Vers trop long.)  Les tripières vendaient au marché des tripes chaudes que les clients consommaient sur place, dans une écuelle ou une chope : « Demandé luy ay du brouet [sauce],/ En mon escuelle, de ses trippes. » (Farce de la Trippière, F 52.) « Je payeray choppine de tripes. » (Le Disciple de Pantagruel.) À défaut, on versait les tripes dans un cornet de papier fort : « Ma besace sera gastée,/ Se ne le metez au cornet. » (Un Aveugle, son varlet et une tripière, LV 13.) Les tripières de la littérature comique sont toujours victimes de resquilleurs, comme dans les Repues franches de maistre François Villon.   60 F : qui passoit  (« Regardez là quelz fines lippes/ Pour tesmoigner d’ung plat de tripes. » Le Capitaine Mal-en-point.)   61 F : son bacquet  (Tripière = pot en terre cuite muni d’un couvercle.)   62 F : mon  (Je me suis enfui avant qu’elle me poignarde.)  Le redoutable couteau à double tranchant des tripières était passé en proverbe : « L’Évangile est un cousteau de tripière, qui coupe des deux costéz. » Satyre Ménippée.   63 F : el  (Ce « nous » de majesté désigne le curé lui-même, qui regrette charitablement que la tripière n’ait pas tué le brigand.)   64 F : ma conscience  (Dans mon cœur, dans mon âme. « Ce sont choses (…) qui moult me grièvent et poisent en mon courage. » Froissart.)   65 Je n’ai pas laissé un sou, à moins qu’il n’ait des griffes.   66 F : Se ie ny ay part iay   67 Qu’on en finisse.   68 F : vos   69 Rime normande : avèr rime avec pensèr. Cf. Pates-ouaintes, vers 420 et 422.   70 Il faudrait une rime en -arge, ou à la rigueur en -age.   71 Ego absolvo te [je t’absous]. Pressé d’en finir, le curé recommence à dire n’importe quoi (note 29).   72 « De la croûte » évoque Juxta crucem [près de la croix], et « D’un pâté » rappelle Deus Pater [Dieu le Père].   73 Il s’éloigne en se parlant à lui-même. On apprend qu’il se nomme Maurice.   74 F : Vous estes garny de grant sens   75 F : eschape bien aucy  (Chanter merci = rendre grâces à Dieu.)   76 Le bas du dos : le curé se félicite de ne pas s’être fait violer ! Voir les Ballades en argot homosexuel de Villon <édition de Thierry Martin>. D’après le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud, « se faire endosser » = se faire sodomiser.   77 F : avanture  (Réminiscence des vers 15-16.)   78 F : le vous pardonne  (Encore une fois, ces « biens » sont plus terrestres que spirituels.)

 

LES RAPPORTEURS

Recueil Trepperel

 

*

LES RAPPORTEURS

*

La première mouture de cette sottie parisienne fut écrite en 1487, probablement par Henri Baude1. Les basochiens, qui en étaient les commanditaires et donc les propriétaires, lui ont adjoint des vers nouveaux jusqu’aux alentours de 1502. Elle est très proche de la sottie des Sotz escornéz, à peu près contemporaine et imprimée elle aussi par Trepperel. On y trouve une vignette identique : Pierre Gringore travesti en Mère Sotte2. On y trouve des personnages similaires : un Prince tyrannique, son éminence grise Gautier, et ses trois Sots en rupture d’obéissance. On y trouve aussi un poème en pentasyllabes, et une ballade mythologique en décasyllabes où l’on croise les mêmes dieux. On y trouve enfin d’innombrables concordances de style. En revanche, notre sottie des Rapporteurs n’a aucun lien avec la farce du Raporteur (LV 30). Les Rapporteurs sont des « reporters ». (Étymologiquement, c’est le même mot français.) Ils vont aux nouvelles et présentent leur rapport ; les actualités qu’ils passent en revue sont truffées d’allusions politiques.

La pièce dénonce3 la répression dont le théâtre des basochiens fut victime en 1486 : Charles VIII fit emprisonner quatre clercs de la Basoche et leur auteur Henri Baude4, coupables d’avoir brocardé sur scène des notables corrompus qui « n’en ont pas esté bien contens5 ». Pendant les jours gras6, les Sots partageaient les prérogatives des vrais fous et des bouffons royaux : ils pouvaient alors caricaturer les abus et les ridicules de leurs contemporains, à condition que ces derniers ne s’en formalisent pas trop. L’auteur de la sottie des Sobres Sotz (LV 64) ne l’oubliera pas :

    –Je le diroys bien, mais je n’ose,

    Car le parler m’est deffendu.

          (…) –Sy je n’avoys peur

    Qu’on me serrast trop fort les doys,

    En peu de mos je vous diroys

    Des choses qui vous feroyent rire.

    –À ces jours-cy, y fault tout dyre

    Ce qu’on sayt : on le prent à bien.

    –Par sainct Jehan ! je n’en diray rien :

    Y m’en pouroyt venir encombre.

Symbole de la lutte contre la censure (et d’un bras-de-fer entre le Parlement de Paris et les courtisans7), la sottie des Rapporteurs tint lieu de défouloir aux contestataires du Palais pendant quinze ans : sur la trame originale qui comptait 250 vers, on placarda au gré de l’actualité8 une centaine de vers anarchiques où éclate une violence jamais atteinte auparavant. Mais cette fois, nul n’a tenu à se reconnaître dans ce jeu de massacre. D’ailleurs, la version que nous connaissons a-t-elle pu être représentée ?

Que reste-t-il du théâtre de « maistre Henry Baulde » ?

* La Pragmatique entre gens de Court et la salle du Palais.  Quoi qu’on ait pu dire, ce dialogue de 1485 n’est pas dramatique.

* La brièvfe Moralité de 1486.  Elle a été détruite par les censeurs, et même son nom est inconnu.

* La sottie des Sotz escornéz.  Rien n’empêche qu’elle soit de Baude : lors du scandale de 1486, on a examiné les « Sotye et Moralité jouéz par lesdictz clercs ledit jour ». La sottie9 en question, dont on ignore tout, ne fut pas censurée ; elle existe peut-être encore.

* La sottie des Rapporteurs.  Baude contesta son emprisonnement dans deux épîtres en octosyllabes adressées au duc de Bourbon. Avec un tel désir d’en découdre, pourquoi aurait-il abandonné à un autre dramaturge le soin (et la jubilation) d’une vengeance publique ?

* Aulcun, Cognoissance et Malice.  Joël Blanchard10 attribue à Baude cette moralité qu’il date de 1484.

Source : Recueil Trepperel, nº 6.

Structure : Ballade, abab/bcbc, rimes plates, 3 triolets, 9 tercets pentasyllabiques. La métrique est très confuse à cause des rimes proliférantes qui furent ajoutées au fil des années. Le squelette de la forme première est parfaitement reconnaissable, mais je n’ai pas cru bon de « censurer » l’œuvre collective qui nous est parvenue.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

*

Sotie nouvelle à quatre parsonnaiges des

Rapporteurs

*

C’est assavoir :

    PROPTER QUOS 11, le Prince

    LE PREMIER SOT

    LE SECOND SOT

    LE TIERS SOT

                                  Les Rapporteurs

*

 

                             PROPTER QUOS,  le Prince,  commence       SCÈNE   I

        Saturne, filz du trosne impérial

        Et de Vesta12 (du plus hault élément13

        Dame et maistresse), au ceptre tribunal14

        [Dut renoncer ………….. -ment.]

5   Divisay fut le siècle15 vivement.

         Mais Jupiter, pour sa porcion [l]égalle16,

         Dessus Phébus a le gouvernement.

         Cuidant soy haulcer17, mainteffois on ravalle.

         Puis Neptunus18 (qui, ès19 lieux fluctueux

10  Et inundans, à Saturne succède),

         Cure receust20 des lieux pérécliteux ;

         Quant Boréas a déchassé si roide21,

         Je22 cuide, moy, qui n’y eust mis remède23,

         Englouty l’eust de ténébreure malle ;

15  Mais Neptunus luy24 monstra face laide.

         Cuidant soy haulser, mainteffois on ravalle.

         Touchant Pluto, lieux trèsparfonds et ysmes

         A désiray pour sa porcion avoir,

         Moyen duquel luy ont les [noirs] abismes25

20  Esté donnéz, et là fait son mou[v]oir.

         Proserpine le dev(e)roit bien sçavoir,

         Car des Enfers26 a visité la salle ;

         Mais Sérès sceut27 moyen de la [re]voir.

         Cuidant soy haulser, mainteffois on ravale.

25  Prince, pensez qu(e) avant [de] desjuner,

         Voz biberons ont forment face palle28.

         Mais puis après, on se doit pourmener29.

         Cuidant soy haulser, mainteffois on ravale.

         Mes Sotz sont-ilz point en la salle ?

30  [Çà, Gaultier,]30 va-les-moy hucher !

         Je croy, moy, qu(e) ilz se vont coucher.

         Touteffois, ilz m(e) avoient promis

         Que pour l’honneur de leurs amis

         Desquelz ilz ont aide et support31,

35  Aujourd’uy feroient leur rapport

         Comme [ilz] ont de bonne coustume.

           LE PREMIER SOT 32              SCÈNE  II

         Jésus, auquel point est la lune !

           LE SECOND [SOT]

         Benoist Dieu, que le temps est rouge33 !

           LE TIERS SOT

         Qui vouldra menger d’une prune,

40   Je vous requier qu’on ne se bouge.

           LE PREMIER

         Feste bieu, que de gens nouveaulx34 !

           LE SECOND

         Que de Dames et de Damoiselles !

           LE PREMIER

         Mais qu’il y35 fauldra de chappeaux !

           LE TIERS

         Feste bieu, que de gens nouveaux !

           [LE SECOND

         …………………………….. -eaux !]

           LE PREMIER

45   Ha ! je n’en vids jamais de telles.

                               LE SECOND

         Feste bieu, que de gens nouveaux !

                               LE TIERS

         Que de Dames et Damoiselles !

                               LE PREMIER

         Que de sotz !

                               LE SECOND

                                  Que d(e) oppiniastres !

                               LE TIERS

         Que de folz36 !

                               LE PREMIER

                                     [Et] que de follastres !

                               LE SECOND

50  Que de gens qui cuident sçavoir !

                               LE TIERS

         Qu(e) il en est qui ne sçavent riens !

                               LE PREMIER

         Que de gens qui ont trop devoir37 !

                               LE SECOND

         Que de gens qui ont trop de biens !

                               LE TIERS

         Que de macquerelles à Paris !

                               LE PREMIER

55  Que de « maisons » en la rue Saint-Denis38 !

                               LE SECOND

         [Qu’il est]39 de paiges macquereaulx !

                               LE TIERS

         Qu’il est de pouvres fringuereaulx40 !

                               LE PREMIER

         Que je voy porter41 brodequins

         À ces povres frans musequins42,

60   Par-dessus leurs chausses persées !

                               LE SECOND

         Mais que j’ay veu, depuis six ans,

         Paistre de grues43 parmy les champs,

         Qui toutesfois s’en sont vollées !

                              LE TIERS

         On a prins, à Sainct-Innocent44,

65  De l’eau, des plains potz plus de cent ;

         Puis n’a-on pas tout emporté.

                              PROPTER QUOS                  SCÈNE   III

         Après qu(e) auray bien escouté,

         Mes Sotz45, viendrez-vous, s’il vous plaist ?

         Vrayement, ilz ont bien tempesté !

70   [Après qu’auray bien escouté,

         ………………………….. -té.]

         Je croy qu’ilz ont le cueur dehait46.

         Après qu(e) auray bien escouté,

         Mes Sotz, viendrez-vous, s’il vous plaist ?

                               LE PREMIER

         Nous n’avons pas encore fait47.

                               LE SECOND

75  Nous ne sçavons par où descendre.

                               LE TIERS

         On nous a mis à faire guet.

                               LE PREMIER

         Taisez-vous, laissez-nous apprendre48.

                               PROPTER QUOS

         Or brief, je ne puis plus attendre.

         Ne cuidez pas que ce soit fable.

80   Se je voys49 là vers ceste table,

         Par tous les sains de Paradis,

         À chascun, des coups plus de dix

         Je vous donray sur vostre teste !

           LE PREMIER

         Je n’ay cure de telle feste.

           LE SECOND

85  Je n’ay cure, moy, qu’on me bate.

           LE TIERS

         Se n’avoyes50 la main à la paste,

         Si m’en fuiray-je du débat.

                              LE PREMIER

         Allons là, ce n’est q’ung esbat51 ;

         Si, verrons qu’il nous vouldra dire.

           LE SECOND

90  Pour me trouver en ung combat,

         Je suis plus vaillant que La Hire52.

           LE TIERS

         Pour m’enfuïr s’on me menace

         Et pour tantost vider la place,

         Jà n’en crains archier de la Garde53.

           LE SECOND

95  Allons là, je croy qu’il luy tarde ;

         Car nostre maistre Propter Quos

         Ayme fort ouÿr noz rappors.

           [LE PREMIER]

         Et ! le vélà qui nous regarde.

           LE SECOND

         J’iray54 quérir ma hallebarde,

100  Car j’ay grant peur qu’il nous oultraige.

           LE TIERS

         Il te part d’ung maulvais couraige55,

         De t’armer contre ton seigneur.

           LE SECOND

           Si à bien plus grant personnage !

           [PROPTER QUOS]56

         (Or s’ilz l’ont fait, c’est leur dommaige,

105  Et auront leur part de la peur.)

           LE PREMIER

         Propter Quos, le vray chief d’onneur,

         Jésus vous doint joye et sancté !

           PROPTER QUOS

         Et à vous, bonne prospérité57 !

         Et vous doint autant de ducatz

110  Comme en ont tous les Lombars

         Par delà le pays de Savoye !

         Mes Sotz, et puis ? Comme58 est la voye ?

         De quel chose estes-vous records59 ?

         Est-il point possible qu’on oye

115   Quelque chose de voz rappors ?

           LE PREMIER

         Voullez-vous qu’on vous die des mors

         Et de ceulx qui sont trespasséz60 ?

           PROPTER QUOS

         Laissez-moy ceulx-là, c’est assez ;

         Ne m’en faictes plus mencion !

           LE SECOND

120  Plusieurs sont aux gaiges casséz61,

         Qui ont receu leur pension.

           LE TIERS

         C’est une grant confusion

         Des choses qu’avons apperceues.

           LE PREMIER

         Nous n’au[r]ons pas la moitié dit

125  Jusques au temps de l’Antécrist,

         Des choses que nous avons veues.

           PROPTER QUOS

         Mes Sotz, de bon cueur je vous prie :

         Resjouyssez la compagnie

         De quelques rappors tous nouveaulx.

           LE PREMIER

130  Premier62, nous avons veu chevreaulx

         Qui voulloient mener paistre chièvres63.

           LE SECOND

         Nous avons veu chiens à monceaulx

         Qui s’enfuyoient devant les lièvres.

           LE TIERS

         Sergens ne sont plus larronceaux :

135  Ilz sont doulx comme jouvenceaulx

         Et ne boyvent plus mais que bière(s)64.

           PROPTER QUOS

         Ilz ne font leur sanglante fièvre,

         Les paillars pouacres65 infâmes !

         Ilz donroient aux dyables leurs âmes

140  Premier qu’ilz ne fussent larrons66 !

         Ces rappors-là ne sont pas bons,

         Car c’est toute[s] pures mensonges67.

         Dia68 ! la grandeur d’ung vieil tonneau

         Ne boit point la moitié tant d’eau

145  Que feroi[e]nt de vin ces yvrongnes !

           LE PREMIER

         Tant plus on les regarde ès trongnes,

         Tant plus les treuve enluminéz.

           LE SECOND

         J’avoue Dieu ! ilz ont sur le nez

         Une69 aulne de rouge esquarlate.

           LE TIERS

150  Que migraine70 de laine plate

         Ne reluise de telle manière !

           PROPTER QUOS

         Ce n’est donc pas de bonne bière,

         Comme ce fol me rapportoit71.

           LE PREMIER

         C’est, pardieu, de faire grant chère ;

155  Et si, ne sçay, moy, qui le poist72.

           PROPTER QUOS

         Sus, sus, mes suppostz ! Qu’on vous voist

         Procédans en ceste matière !

           LE SECOND

         Carmes n’ont plus de chambèrière73 ;

         Aussi n’ont pas les cordeliers.

160  Et, dit-on, sont74 les usuriers

         Sont marris qu’il n’est assez [o]vins75

           PROPTER QUOS

         Ilz ont menty, les chiens mâtins !

         Tousjours carmes auront freppières,

         Et usuriers seront marris

165  Se les laines ne sont fort chières.

         Que de Dieu [ilz] soient tous mauldictz !

           LE TIERS

         Jacobins ont à Dieu promis,

         Mectans tous ès Enffers leurs âmes,

         Que jamais ne permétront femmes

170  En leur maison (tant qu’il se76 sçaiche).

           PROPTER QUOS

         Et ! par sainct Jaques ! Une vache

         Yroit premier querre77 une preune

         Sept piedz au-dessus de la lune

         Ains78 que ces maistres jacobins,

175  Cordeliers, carmes, célestins

         Ne jouent de nature la basse.

         Onc chien puant, de « passe-passe »

         Ne fut si leste79, par mon âmes !

           LE PREMIER

         Moynes ne parlent plus aux dames.

180  Et dit-on qu’il n’en est pas trop80.

           [LE] SECOND

         Laissons cela, ilz sont infâmes :

         Ilz torchent leur cul de leur froc.

           LE TIERS

         Il n’est, par les saincts, rien plus sot

         Que moyne, avec son cappilla[i]re81.

           PROPTER QUOS

185  S’ung82 en avoyes qui fust mon frère

         Et j’eusse femme ung peu mignonne,

         Je lairoye toute la besongne

         Premier que ne m’en [donne garde]83.

         Moynes ? Que le mal feu les arde,

190  Tant portent-ilz la c[o]uille verd84 !

         Ce sont les gens [que plus nazarde]85.

         Je sçay bien de quoy moyne sert.

           LE PREMIER

         Ilz frappent86 à cul descouvert.

         S’en donne garde qui vouldra !

195  Carmes, cordeliers et chanoynes,

         Jacobins, augustins et moynes :

         Mauldit soit qui les espergnera !

           LE SECOND

         Je pry Dieu pour en voir87 le bout :

         Que le grant dyable emporte tout !

           LE TIERS

200  Si m’ont dit les dyables d’Enfer

         Qu’ilz les y feront bien chauffer

         À quelque pris que soit le boys.

           LE PREMIER

         Regnars ne mengeront plus d’oyes88

         Ne poulles : le pac en est fait89.

           LE SECOND

205  On ne verra plus chappellains

         Tromper90 femmes à leur[s] parroissains :

         Chacun sera du tout91 parfait.

           LE TIERS

         Les advocatz de maintenant

         Ne veullent plus prendre d’argent :

210  Ilz font tout pour l’amour de Dieu92.

           LE PREMIER

         Les sermonneurs93 de ceste ville

         Ne prennent plus ne croix, ne pille,

         Et ne partent point d’ung [bas] lieu94.

          LE SECOND

         Gens d’armes95, si, ont fait serment

215  Désormais [de] payer vrayement

         Leurs hostes parmy ces villaiges.

           LE TIERS

         Les ratz96 ont fait à Dieu promesse

         Que jamais, sans ouÿr la messe,

         Ilz ne mengeront nulz fromages.

           PROPTER QUOS

220  Vécy de bons petis langaiges,

         S’ilz sont vrays ; mais j’en fais grant doute.

           LE PREMIER

         En effait, de tous les oultraiges

         Qu’ilz ont fait, il n’en est plus goutte97

           LE SECOND

         Seigneurs ne seront plus gouteux98.

           LE TIERS

225  Maraulx ne seront plus pouilleux.

           LE PREMIER

         Changeurs ne sont99 plus usuriers.

           LE SECOND

         Il n’est plus de larrons cousturiés100.

           LE TIERS

         Maris ne seront plus cocus.

           LE PREMIER

         Grimaulx101 ne seront plus batus.

           LE SECOND

230  Il ne cherra102 jamais d’esglise.

           LE TIERS

         Les blédz n’auront plus de festus.

           LE PREMIER

         On ne verra plus truye qui pisse103.

           LE SECOND

         Marchans tiendront tous loyaulté104.

           LE TIERS

         On fera à chascun raison105.

           LE PREMIER

235  Toutes gelées seront l’esté.

           LE SECOND

         Brebis n’auront plus de toyson106.

           LE TIERS

         En Court ne règne plus envie.

           LE PREMIER

         En Romme n’est plus simonye.

           LE SECOND

         Rommains ayment [tous le]107 Sainct-Père.

           LE TIERS

240  En Ytallye n’a plus ducatz108.

           LE PREMIER

         Yvrongnes ne boyront109 que bière.

           LE SECOND

         Ce sont bonnes gens que Lombards110.

           LE PREMIER

         Normans ayment bien les Bretons111.

           LE SECOND

         Françoys ayment bien ceux de Flandres112.

           LE TIERS

245  L’eau qui passe soubz les moulins,

         Premier qu’i soit quatre matins113,

         Se convertira toute en cendres114.

           LE PREMIER

         Femmes n’auront plus malle115 teste.

           LE SECOND

         Le monde vivra tout en paix.

           LE TIERS

250  Ung mouton ne sera plus beste.

           LE PREMIER

         Quant on se trouvera en presse116,

         Personne ne fera plus vesse,

         Mais on ne fera [plus] que petz117.

           LE SECOND

         Mais que ces Pardons118 soient passéz,

255  Chacun fera des biens assez,

         Sans jamais penser à nul mal.

           LE TIERS

         Tous piétons119 iront à cheval.

           LE PREMIER

         Cloches ne feront plus tintins120.

           LE SECOND

         En oultre plus, les médecins

260  Désire[ro]nt que tous soient sains

         Et qu’il n’en soit plus de malades.

           LE TIERS

         Ménest[r]iers se sont complains,

         Et si, ont juray tous les Saincs

         Que plus ne souffleront aubades121.

           LE PREMIER

265  Tous rimeurs122 sont délibéréz

         Que s’ilz ne sont premier payéz,

         De ne123 faire nulles Balades.

           LE SECOND

         On donne pommes de grenades124

         Aux pourceaulx monsieur125 saint Anthoine.

           LE TIERS

270  On dit que dans126 une sepmainne,

           Bourges sera tout rebasty127.

           LE PREMIER

         Flamans couscheront sur le feurre128,

         Ne buront, ne mengeront beurre

         Jusques Sainct-Omer sera prins129.

           PROPTER QUOS

275  Et ! ont-ilz cela entreprins,

         Les Flamans ? Pleust au roy des Cieulx

         Qu’ilz se deussent grater les yeulx130

         Jusques ad ce que sera fait !

           LE SECOND

         Ha ! par saint Jaques, il n’est pas prest131 !

280  Ilz ont beau mouver la moustarde132 !

         Auffort, ilz sont saoulz ; on les133 garde

         Jusques ad ce qu’il sera nuyt.

           LE PREMIER

         Il fault rapporter sans nul bruit

         Quelques choses de [noz] merveilles.

285  J’ay veu « voller » sans avoir elles134.

           LE SECOND

         J’ay veu lire sans estre clerc.

           LE TIERS

         J’ay veu bailler jaune pour verd135.

           LE PREMIER

         J’ay veu cordenn[i]ers faire toilles.