LE PRINCE ET LES DEUX SOTZ

Hendrik Hondius, d’après Bruegel l’Ancien

Hendrik Hondius, d’après Bruegel l’Ancien

 

*

LE  PRINCE  ET  LES  DEUX  SOTZ

*

On date du début du XVIe siècle cette pochade parisienne. Mais elle est caractéristique des sotties primitives, et elle se réfère aux œuvres et à l’entourage de Triboulet (nommé au vers 130), qui mourut peu après 1480.1 Les spécialistes s’accordent pour dire qu’elle fut écrite par un basochien : les emprunts juridiques sont fréquents ; l’auteur affiche son mépris pour le collège du Cardinal-Lemoine, pour les jacobins et pour les carmes ; enfin, les clercs de la Basoche jouaient leurs sotties non loin de Saint-Germain-l’Auxerrois (cf. le vers 140, et la notice du Capitaine Mal-en-point).

Les personnages, pour le moins velléitaires, nous promettent successivement une satire de la Cour, un sermon, une chanson, des ragots ; mais rien de tout cela n’aboutit, et cette histoire de fous qui passent leur temps à ne pas se reconnaître se termine en queue de poisson.

Source : Recueil de Florence, nº 1.

Structure : Cri en forme de tercets, rimes plates, abab/bcbc.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce nouvelle fort joyeuse

à trois personnaiges

*

C’est assavoir :

    LE  PRINCE  [Maistre  Coquart]

    LE  PREMIER  SOT  [Sotin2]

    LE  SECOND  SOT  [Sotibus]

*

                  LE  PRINCE  commence, estant habillé en longue

                                  robe, et des[s]oubz est habillé en Sot :

         Sotz estourdiz, Sotz assottéz          SCÈNE  I

         Qui3 faictes ce que vous voulez :

                 Eslevez4 voz oreilles !

.

         À venir, point ne demourez,

5    Et icy courant5 acourez !

                 Vécy l’an des merveilles6.

.

         Sotz ont le Temps7, quoy qu’il en soit ;

         Il est sot qui8 ne l’aperçoit.

                 Quant Folie se démaine,

10   Roger le scet, Bontemps9 le voit ;

         Ainsi, soit à tort ou à droit,

                 Il passe la sepmaine.

.

         Chacun de vous, s’i[l] est sçavant,

         Et se doit mectre à foller10 avant,

15      Et passer en follye :

.

         C’est elle qui doresnavant

         Fait tourner le moulin à vent11,

                 Car tousjours le fol lye12.

.

         Fol qui follie, il [n’]est follet13.

20   Ung saige ne scet que fol est

                 Se14 premier ne l’espreuve.

.

         Ung fol a tousjours fol a souhaict

         Et vient à tout le monde à het15,

                 Quelque part qu’il se treuve.

.

25   S’il fait mal par trop folloyer

         Et puis on le veult affoller16

                 Ou payer une amende,

         Fol ne demande qu’à galler ;

         C’est ung fol, laisse-le aller17 :

30      Il ne sçait qu’i demande.

.

          LE  .I.  SOT       SCÈNE  II

         Qu’esse que je voy là venir18 ?

          LE  .II.  SOT

         Haro !

          LE  PREMIER

                    Qu’esse ?

          LE  SECOND

                                    Il me fait frémir.

         Je ne sçay, moy, que ce peult estre.

          LE  PREMIER

         Est-il point escollier ou prestre,

35   Pour ce qu’il a ceste grant robe ?

          LE  SECOND

         Il vient.

          LE  PREMIER

                       Il ne hobe.

          LE  SECOND

         Il vient.

          LE  PREMIER

                      Il reculle.

          LE  SECOND

                                      Il ne hobe19.

         Je ne me congnois à son fait.

          LE  PREMIER

         Qu’il est maigre !

          LE  SECOND

                                    Qu’il est deffait !

          LE  PREMIER

         Quel Socratès !

          LE  SECOND

                               Quel valeton20 !

          LE  PREMIER

40   Quel Pithagoras !

          LE  SECOND

                                      Quel Platon !

          LE  PREMIER

         Quel mignon !

          LE  SECOND

                                  Qu’il est [vert]molu21 !

         Mais regardez ce fol testu,

         Comme il regarde çà et là.

          LE  PREMIER

         Regardez-moy quel Sot vélà !

          LE  PRINCE

45   Sotin, approche sans eslongne22 !

          LE  PREMIER

         Quel museau !

          LE  SECOND

                                Quel mine !

          LE  PREMIER

                                                      Quel trongne !

          LE  PRINCE23

         (Hon, hon ! Quoy ? Que diable esse-cy ?

         Est-ce24 tout ? Et ! d’où vient cecy ?

         Quant mes Sotz trouve, qu’esse à dire

50   Qu’ilz se gardent si bien de rire ?

         Jamais cestuy tort ne fut veu.

         Sont-ilz saiges depuis ung peu ?

         Quel diablerie, quel sinagogue(s)25 !

         Si ne sont-ilz point en [leur vogue]26.)

55   Avant, Sotin !! Que faictes-vous ?

         (On leur a fait quelque courroux.)

         Sotibus !!

          LE  PREMIER

                          [Je croy qu’il rassote :]27

         Qu’esse qu’il dit ?

          LE  SECOND

                                     Je n’y entens note.

          LE  PREMIER

         Esse point maistre Mousche28 ?

          LE  SECOND

                                                     Non.

          LE  PREMIER

60   Or, par monsieur sainct Sim[é]on29,

         Si esse quelque teste sotte.

          LE  PRINCE

         Sotin !! Sotin !!

          LE  SECOND

                                Il chante à note30.

          LE  PREMIER

         C’est quelque prince-cardinal31.

          LE  .II.  SOT

         Ou maistre Antitus32 qui se botte

65   Pour remonstrer le Cardinal33.

          LE  PRINCE

         Hau, mes suppostz !!

          LE  .II.  [SOT]

                                           Propos final34,

         Le sang bieu, c’est maistre Co[q]uart35 !

          LE  PREMIER  SOT

         Hau ! nostre Prince original36.

         Honneur !

          LE  SECOND

                           Gloire !

          LE  PREMIER

                                         Magnificence !

          LE  SECOND

70   [Que nous vault ?]37

          LE  PRINCE

                                           Garre le pénal38 !

          LE  PREMIER

         [Et dont vous]39 vient ceste ordonnance ?

          LE  SECOND

         D’où venez-vous ?

          LE  PRINCE

                                       De veoir la dance,

         L’estat et le train de la Court.

          LE  PREMIER

         Qu’avez veu ?

          LE  PRINCE

                                La vieille ballance

75   Où l’en pesoit l’argent40 de court.

          LE  .I.  [SOT]

         Qui bruit là ?

          LE  PRINCE

                             Le Temps qui court41,

         Tout nouveau, tout nouvelles gens42.

         Ung chacun est dessus le bort,

         Et si ne peut entrer dedans43.

80   Mais à vous demande, présent[z] :

         De quoy estes-vous esbahis44 ?

          LE  PREMIER

         Esbahis ?

          LE  PRINCE

                          Voire.

          LE  .I.  [SOT]

                                   À mon advis,

         Je le vous diray maintenant :

         Quant regarde présentement

85   La contenance et la manière

         Que tenez voz parolles, infère45

         Que ne soyez plus nostre Maistre.

          LE  PRINCE

         Par celuy Dieu qui me fist naistre !

         Je ne sçay pas46 que voullez dire.

          LE  .I.  SOT

90   J’ay veu que vous souliez rire47

         Et folloyer en folloyant.

          LE  PRINCE

         [Si] est-il vray.

          LE  PREMIER  SOT

                             Et maintenant,

         Vous portez une longue robe.

         Pour Dieu ! que d’ilec on la hobe48,

95   Car je vous ay jà descongneu49.

          LE  SECOND

         Ma foy, c’est qui m’a tant tenu50

         De parler à votre personne.

         Mais premier51 que plus loing m’eslongne,

         Si Nostre Dame vous doint joye,

100  Despoullez-vous tost52, que je voye

         Si vous estes Sot soubz la forme53.

          Icy doivent despouller 54 le Prince.

         [Et !] vécy une chose énorme !

         Je voy aussi… Je congnois [bien]

         Qu’on ne congnoist gens [qu’]au maintien

105  [Et qu’à]55 l’abit, soit long ou court.

          LE  PRINCE

         C’est la coustume de la Court :

         Mais q’ung homme soit bien vestu,

         Ung chascun si sera esmeu

         De le vouloir entretenir.

          LE  SECOND

110  Dictes-moy, Prince, sans mentir :

         Pourquoy n’y estes-vous encor ?

          LE  PRINCE

         Et ! je vous jure par sainct Mor

         Que j’ayme mieulx cy folloyer

         Que d’estre plus en ce dangier !

          LE  PREMIER

115  Vous voulez-vous dont reposer ?

          LE  PRINCE

         Plus ne vous en vueil exposer,

         Car vous avez trop sotes testes.

          LE  PREMIER

         Or çà, recommançons56 noz festes,

         Puisque vous estes revenu.

120  Je vous cuidoys avoir perdu,

         Et que jamais je ne vous tinsse.

          LE  PRINCE

         Faictes honneur57 à vostre Prince,

         Et me dictes cy en présent,

         Sans rien laisser aucunement,

125  Comment vous avez folloyé.

          LE  SECOND

         Une fois, tant je m’enyvray

         De la servoyse de Rouen,

         Que j’en avoye si grant ahan58 ;

         J’en beu une quarte59 d’ung traict

130  Aussi bien que fist Triboullet.

         N’estoyt-ce pas bien folloyé ?

          LE  PREMIER

         C’est ung estront de chien chié

         Emmy60 vostre sanglante de gorge !

          LE  PRINCE

         Holà, hau ! que nul ne desgorge61 !

135  Dy-moy : que [mengeoys entre]62 deux ?

          LE  SECOND

          Je mengeays deux ou trois moyeux

         D’aulx63 et d’ongnons, sans pain ne sel.

          LE  PRINCE

         Tu es ung bon fol naturel64 !

         Et que n’achetoye-tu du pain ?

          LE  SECOND

140  Sur le clochier de Sainct-Germain65

         Je laissay toute ma pécune.

          LE  PRINCE

         Or sus ! c’est assez parlé(z) d’une66.

         Que ferons-nous ?

          LE  PREMIER

                                     Tousjours grant chère !

          LE  SECOND

         Je le veulx bien.

          LE  PRINCE

                                 C’est ma manière.

145  Aucuneffois, je vous amyelle

         Ma raye du cul si doulcement :

         Grant n’est mousche67 jeune ne vieille

         Que je ne happe incontinant.

          LE  PREMIER68

         Je veulx prescher tout maintenant ;

150  Donnez-moi votre béne[i]sson69.

          LE  PRINCE

         Qu(i) esse-là70 ?

          LE  SECOND

                                 C’est ung Sot.

          LE  PREMIER

                                                    C’est mon71.

          LE  PRINCE

         Que veult-il ?

          LE  SECOND

                           Votre béneisson.

          LE  PREMIER

         Jube, Domine, benedicere72 !

          LE  SECOND

                                                  Amen !

         Que Dieu [si] te mecte en mal an73 !

          LE  PREMIER

155  Je suis prest d’évangéliser.

         Ne vous sçavez-vous adviser

         De parer autrement la chaire,

         Affin de me garder de braire74 ?

          [LE  SECOND]

         Que Dieu en mal an si vous mecte,

160  Et trèstous ceulx qui font la beste,

         Et qui mèshuy en preschera !

          [LE  PREMIER]

         Et puis ? Se75 course qui vouldra ;

         Si ce fust Jacobin ou Carme,

         Je prens sur Dieu et sur mon âme

165  Qu’il [fust pendu]76 dès huy matin !

         Par Dieu ! il coust(e)ra ung tatin77

         À qui que soit, j’en ay juré !

         Riez-vous, monsieur le curé78 ?

         Gardez bien que ne vous empongne !

170  J’avoye la meilleur[e] besongne79,

         Et qui venoit tout à propos ;

         Je l’eusse exposé en deux motz

         Et puis une petite fin80.

          LE  .II.  SOT

         Par ma foy ! tu es bien jényn81

175  De vouloir prescher devant moy.

         Et ! tays-toy, tays, Sotin, tais-toy !

         Je veulx chanter à contrepoint82.

          LE  PRINCE

         Vrayement, cela ne me duit point83,

         Car j’ay trop grant mal en la teste.

          LE  .II.  SOT

180  N’est-il pas aujourd’uy la feste

         Que nous devons tous folloyer84 ?

          LE  .I.  [SOT]

         Hau ! Prince, je vous vueil compter

         Ce que j’ay veu depuis deux jours.

          LE  PRIN[CE]

         Et ! je te supply par amours :

185  Dy quelque chose de nouveau.

          LE  .I.  [SOT]

         J’ay aujourd’uy veu ung thoreau

         Plus petit que une souris85.

          LE  .II.  [SOT]

         C’est trop menty, et je m’en ris.

         As-tu tant songé à le dire86 ?

190  Prince, je m’en vois d’une tire87

         Veoir se j(e) aprendray quelque chose.

          LE  PRIN[CE]

         Par Dieu ! d’icy bouger je n’ose.

          LE  .I.  [SOT]

         Dictes pourquoy.

          LE  PRINCE

                                   Je me repose88.

          LE  .II.  [SOT]

         Allons-nous-en à la taverne89.

          LE  PRIN[CE]

195  Nous fault-il point une lanterne90 ?

          LE  .II.  [SOT]

         Nenny, non : c’est à saiges gens.

          LE  PRIN[CE]

         Allon !

          LE  .I.  [SOT]

                     Bonjour !

          LE  .II.  [SOT]

                                      Devant !

          LE  .I.  [SOT]

                                                        Attens91 !

          LE  .II.  SOT

         Prenez en gré, je vous en prie !

          LE  PREMIER

         À Dieu toute la compaignie92 !

               FINIS

*

1 TRIBOULET : La Farce de Pathelin et autres pièces homosexuelles. <GayKitschCamp, 2011.> Cette édition critique de Thierry Martin contient : la sottie du Roy des Sotz (pp. 17-57) ; la farce de Maistre Pathelin (pp. 59-201) ; la sottie des Vigilles Triboullet (pp. 203-235) ; la sottie des Coppieurs et Lardeurs (pp. 237-307) ; la sottie des Sotz qui corrigent le Magnificat (pp. 309-361).   2 Ce personnage apparaît dans deux sotties de Triboulet : les Coppieurs, et les Sotz qui corrigent le Magnificat.   3 F : Que  (Les Sots étourdis et les Sots rassottés sont également convoqués par le cri du Jeu du Prince des Sotz.)   4 Dressez. Le chaperon des Sots est orné d’oreilles d’âne.   5 F : acourant   6 Annus mirabilis. Pour mieux vendre les pronostications et les almanachs, on laissait croire qu’ils annonçaient une année de prodiges. « Chascun se préparoit à voir l’an des merveilles, comme ils l’apelloyent. » Agrippa d’Aubigné.   7 « Je vous asseure/ Que les Sotz ont tousjours le Temps. » (Les Sotz triumphans.) Le Temps –le Bon Temps du vers 10, ou le Temps qui court du vers 76– est, avec le Monde, le personnage allégorique le plus important du théâtre médiéval ; on regrette son absence, et on espère son retour. Cf. les Moralités de Genève.   8 Celui qui.   9 « Roger Bon Temps » était la personnification nostalgique d’un passé meilleur mais révolu. Roger de Collerye s’appropria ce vieux nom quelques décennies plus tard.   10 F : passer  (La répétition de ce verbe aux vers 12, 14 et 15 est suspecte.)  Foller = faire le fou. « Fol qui ne folle n’est pas fol. » (Vigilles Triboullet.) Le principe du « cry » est de répéter le plus souvent possible le radical fol ou sot.   11 Les Fols entretiennent un rapport étroit avec le vent, dont leur tête est remplie. Dans Mallepaye et Bâillevant (notes 2 et 187), le Prince des Sots se nomme Angoulevent. Dans le Roy des Sotz, Triboulet dit : « Vécy ung Sot qui donne vent ;/ Il nous servira de soufflet. » Enfin, les Sots ont un vrai talent de pétomanes : cf. Trote-menu et Mirre-loret.   12 La Folie lie le fou. La rime folie / fol lie a été surexploitée par la poésie morale. Dans les rébus de Picardie dont la folie constitue la clé, le « fol lie » toujours quelque chose.   13 Il n’est pas fou : il a raison.   14 F : Ce  (Se premier : si d’abord il ne l’éprouve.)   15 De bonne humeur. Mais aussi, en érection. Cf. le Povre Jouhan, vers 151.   16 Assommer, blesser. Le passage 18-26, avec son avalanche de fols, est très proche des onze premiers vers des Vigilles Triboullet.   17 « Ha ! c’est un Fol, laissez-le aller. » Dialogue du Fol et du Sage, qui offre des similitudes avec les vers 18-30.   18 Les deux Sots observent le Prince de loin ; ils ne le reconnaissent pas, car son uniforme de Sot est masqué par une robe longue munie d’une capuche. Leur crainte mêlée de curiosité devant l’inconnu est propre à la fin du Moyen Âge : cf. les Esveilleurs du chat qui dort, vers 33-44.   19 Il ne bouge plus.   20 Pour rester avec les philosophes grecs, on pourrait mettre Xénophon.   21 Vermoulu. Étant donné que les Sots font beaucoup d’allusions sexuelles, on peut traduire par impuissant. « Yl sera tant acouardy,/ Mais que son bourdon [pénis] soyt lassé./ Le mien est rompu et cassé,/ Tout verd-moulu depuys long temps. » Le Pèlerinage de mariage, LV 19.   22 F : demourance  (Sans eslongne = sans délai. « Sans différer et sans élogne. » Godefroy.)   23 En aparté.   24 F : Estoit ce  (Sur cette formule de reproche, cf. le Povre Jouhan, vers 435.)   25 Sabbat de sorciers. « Les Sorciers estans assembléz en leur Synagogue adorent premièrement Satan. » Henry Boguet.   26 F : leurs iogues  (En grande forme. « Nous voyons les contempteurs de Dieu estre en leur vogue & avoir le vent en poupe. » Calvin.)   27 Qu’il devient sot. « Je croy que cest homme rassote. » Le Povre Jouhan.   28 Célèbre farceur, chef de troupe et « Sot renommé » qui, au milieu du XVe siècle, eut Triboulet pour disciple. Cf. Bruno Roy : Pathelin : l’hypothèse Triboulet. <Paradigme, 2009, p.16.>   29 Saint Syméon d’Émèse, dit le Fol-en-Christ. Son cas relevait de la psychiatrie. « Demander à sainct Siméon Salus [le Fou] un grain de cette sainte folie qui l’a rendu si sage & si saint. » Méditations de Philagie.   30 Il crie fort. Chanter à note = claironner, annoncer hautement. « Il le diroit tantost à Malebouche, qui le chanteroit à note par tous les quarrefours du pays. » Guillaume de Machault.   31 F : capital  (qui n’a pas grand sens.)  Si la pièce a été composée du vivant de Louis XI († 1483), il valait mieux modifier le mot « cardinal », qui risquait de lui rappeler le prince-cardinal Balue <voir la notice des Sotz ecclésiasticques >. « Ô Prince-cardinal ! ta langue infecte,/ Plus venimeuse que langue de serpent,/ Bien doys mauldire en ta pensée couverte. » Balade contre le cardinal Balue.   32 Le poète maître Antitus Faure. (Voir les Sotz escornéz, note 46.) Il n’a jamais parlé des femmes ; par conséquent, notre pièce évoque le personnage homonyme qui est entré en littérature en 1442 grâce au Champion des dames. Dans la Farce des deux jeunes femmes qui coifèrent leurs maris par le conseil de maistre Antitus, ce grand féministe vitupérera les époux médisants : « Et ! à jamais vous mesdirez/ Dessus ces pauvres femmelettes ?/ Par bieu, vous rompez bien vos testes,/ Car tousjours je les soustiendray. »   33 Qui chausse ses bottes de duel pour aller faire des remontrances au collège du Cardinal-Lemoine. Ce collège encourageait les propos misogynes, comme le déplorent les Femmes qui se font passer maistresses (F 16) : « Au Cardinal Lemoyne,/ Magister, on nous a fait tort :/ Il s’y dit que on nous batte fort…./ Vrayment, je ne sçay pas que c’est/ Que tousjours ceulx du Cardinal/ Dient des femmes tant de mal. »   34 En définitive.   35 Un maître coquard est un fol. « Je me rys d’ung maistre coquart,/ Le plus follas que je viz oncques. » (Sottie de la Pipée.) Les vers 66-67 nuisent au schéma des rimes.   36 Originel, authentique.   37 F : De nouueau  (Cette insolence attire au 2ème Sot une menace du Prince.)   38 F : penat — Koopmans : penart — Cohen : penal  (Le pénal est une pénitence induite par « le vœu pénal, qui a été émis ou comme sanction d’une faute, ou à titre de moyen pour l’éviter ». Jules Besson.)   39 F : Dont nous  (Ordonnance = comportement.)   40 F : les gens  (Le trébuchet sur lequel on pesait jadis l’argent à son juste poids. Les Proverbes rimés nous incitent à « tenir l’argent de court », autrement dit, à le surveiller de près.)   41 La dernière mode.   42 Cf. la sottie des Gens nouveaulx.   43 Parmi ces gens nouveaux qui bruissent aux abords de la Cour sans pouvoir y entrer, citons Mallepaye et Bâillevant.   44 La sottie des Esbahis (F 3) a plusieurs points communs avec celle-ci.   45 F : chiere  (Inférer que = déduire. « S’il y a eu quelques femmes mal advisées, vous inférerez que toutes les autres femmes ne vallent rien. » Godefroy.)   46 F : pss  (« Je ne sçay quel mouche vous point./ Par celuy Dieu qui me fist naistre ! » Testament Pathelin.)   47 Que vous aviez naguère coutume de rire.   48 Qu’on l’enlève de là.   49 Je ne vous ai pas reconnu.   50 Ce qui m’a retenu.   51 Avant.   52 Dans le Roy des Sotz, on déshabille Triboulet : « –Despouille-le tost ! –Quel “seigneur” !/ Il est tout fin fol par-dessoubz. » Dans les Sotz qui corrigent le Magnificat, Sotin déshabille un fol : « Despouillez ceste robe ! »   53 F : robe  (qui ne rime pas.)  En droit, « sous la forme » = dans les règles. « En cas que le tout se treuve avoir esté faict et passé soubs la forme et solemnitéz. » Nouveau coutumier général.   54 F : despoullez  (Dépouiller de sa robe.)  C’est la scène rituelle du déshabillage du Sot : cf. la note 228 du Jeu du Prince des Sotz. La « chose énorme » était symbolisée par une marotte, comme celle qu’exhibe le personnage central de notre illustration. Chez les Fols, l’exhibitionnisme est naturel, comme on peut le voir ici, ou ici, ou ici, ou ici, ou ici, ou ici, ou ici, ou ici, ou ici, ou ici, ou ici, ou ici, ou encore ici. Un Fol dépouillé de ses attributs a toujours d’autres « attributs » en réserve pour rappeler que le sexe et la folie sont indissociables.   55 F : Que a  (Les juristes et les médecins sont « de robe longue », les nobles « de robe courte ». Mais on distingue les magistrats « de robe longue, s’ils sont reçus sur la loi après avoir pris leurs licences ; & de robe courte s’ils n’y sont pas reçus ». On faisait la même distinction pour les chirurgiens.)   56 F : recommancerons  (Ce quatrain assimile le Prince au Temps ; v. la note 7.)   57 Le Roy des Sotz exprime la même revendication : « Se vous me venez faire honneur. »   58 Tourment.   59 Une grande chope. « Triboullet gyst en ceste couche,/ Le lieutenant de maistre Mousche./ Pour humer pinte d’une alaine,/ Il buvoit quarte toute pleine. » Vigilles Triboullet.   60 F : En  (« C’est ung estront/ De chien chié emmy vostre gorge ! » Colin qui loue et despite Dieu, BM 14. Le drapier de la farce de Pathelin jurait « par la sanglante gorge ».)   61 F : se hobe  (Que nul ne dise d’injures ! « Si Servet (…) n’eust desgorgé force injures contre luy. » Calvin.)   62 F : mengeust tu rntre   63 Des cœurs d’ails. Les temps sont durs : Triboulet, lui, entre deux gorgées de vin, gobait quatre-vingts saucisses et boudins, suivis par un banneton de tripes et de pieds de mouton. Vigilles Triboullet, vers 141-147.   64 Un fou authentique, contrairement au Sot, qui fait le fou. « Or est-il plus fol, [celui] qui boute/ Tel fol naturel en procès. » Farce de Pathelin.   65 Les marguilliers de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, en face du Louvre, sollicitèrent longuement les dons des paroissiens pour fondre une cloche monumentale. Cette cloche, baptisée « Marie », sera posée en 1527. (45 ans plus tard, elle sonnera le début du massacre de la Saint-Barthélemy.)   66 D’une matière, d’un sujet. « Quand on luy parle d’ung, il respond d’autre. » Dicton.   67 Il y a peu de mouches à miel (d’abeilles) que je n’attrape. À l’époque où l’œuvre fut imprimée, les Parisiens n’ignoraient pas que la « raie du cul » attirait une autre catégorie de mouches, les mouchards : « Ce nom de “mouches avait été donné aux agents qu’Antoine de Mouchy, premier espion de la Cour de France sous François Ier, employait pour découvrir les opinions religieuses de ses contemporains…. Les mouches employées à la chasse antipédérastique se recrutaient le plus souvent parmi de jeunes prostitués qui avaient eu affaire à la justice. » (Maurice Lever, les Bûchers de Sodome, 10/18, p.263.) Sur les allusions à l’homosexualité dans les sotties, voir la notice des Sotz fourréz de malice.   68 Il enfile la robe longue à capuche que portait le Prince tout à l’heure. Il devient donc lui aussi méconnaissable en tant que fou, puisqu’il n’en affiche plus les attributs.   69 Votre bénédiction. Les Sots parodiaient les prêches dans des Sermons joyeux obscènes et scatologiques. Cf. le Sermon joyeux de tous les Fous (Jelle Koopmans, Recueil de Sermons joyeux, Droz, 1988, n° 12).   70 Il ne reconnaît plus le 1er Sot, qui s’est déguisé en prêcheur grâce à la robe longue. L’habit fait le moine, mais comme d’habitude, le sage n’est qu’un fou déguisé.   71 C’est la vérité. Cf. le Munyer, vers 458.   72 « Daigne, Seigneur, me bénir. » Cette formule précède les leçons des Vigiles ; c’est avec elle que commence le Sermon joyeulx de saint Billouart (Koopmans, n° 3).   73 En malheur. Idem vers 159. « Amen » rimait en -an : cf. Maistre Mymin qui va à la guerre, vers 59.   74 De placer autrement ma chaise, pour que je ne sois pas obligé de crier. « Chaire » désigne la chaire du prêtre et la chaise. Le Sot veut prêcher debout sur une chaise.   75 F : ce  (Se courrouce. Cf. le Jeu du Prince des Sotz, vers 207.)   76 F : fut tendu  (Je prends Dieu et mon âme à témoins qu’il serait pendu ce matin.)   77 Un coup de poing. « En donnant maint coup et tatin/ Aux Angloys. » Godefroy.   78 Il montre quelqu’un dans le public. Ce vers est peut-être le refrain d’une chanson.   79 La tâche de prononcer un sermon.   80 Le sermon en trois points comprend l’exorde, la confirmation, et la péroraison.   81 Bête. « Quel glorieulx sot ! Quel jényn ! » (Les Coppieurs.) Cf. la Résurrection Jénin à Paulme.   82 Une chanson à 3 voix. Traditionnellement, on réserve la chanson polyphonique pour la fin de la pièce : le Monde qu’on faict paistre, vers 441.   83 Ne me convient pas.   84 On jouait des sotties les jours de fêtes. Cf. Trote-menu et Mirre-loret, note 26.   85 Le bestiaire fantastique est souvent sollicité dans les fatrasies des Sots : « J’avoys une jument/ Qui cochonna [mit bas] quinze thoriaulx. » (Les Sotz nouveaulx farcéz, couvéz.) Voir aussi les Sotz escornéz, vers 31-32.   86 « Tu as beaucoup mis à le dire. » Le Roy des Sotz.   87 Je m’en vais sans m’arrêter. « Vers elle m’en voys d’une tire. » Tout-ménage.   88 Il réplique au vers 115, qu’il n’a pas digéré.   89 Les joueurs abandonnent leur public pour aller boire, comme maître Doribus ou les Sots triomphants. Quand l’auteur ne sait pas comment conclure, c’est une fin très pratique.   90 Depuis Diogène jusqu’à Rabelais (Vème Livre, chap. 32), la lanterne fut l’emblème de la sagesse, d’où le vers qui suit. On opposait la lanterne à la vessie, qui était l’emblème des fous : Jeu du Prince des Sotz, note 68.   91 F : Je le attens   92 Cette formule clôt deux pièces de Triboulet : la farce de Pathelin, et les Vigilles Triboullet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :