Archives de Tag: Paris

SERRE-PORTE

British Library

British Library

*

SERRE – PORTE

*

.

Cette farce parisienne remonte sans doute à la fin du XVe siècle. Un des personnages a pour nom Fin-verjus. Vers 1458, Triboulet, le bouffon de René d’Anjou, composa les Vigilles Triboullet1 ; cette sottie énumère plusieurs pièces antérieures, dont l’une s’intitule Fin-verjus. Mais il ne s’agit pas forcément de la nôtre : ce nom synonyme de roublard fut donné à d’autres fripouilles. Par exemple, en 1525, Ung Gentil homme et son page nous informe que « Fin-verjus de Beauvais » a fini pendu.

L’infrastructure des lieux dénote que cette farce fut jouée au cours d’un Mystère : l’auteur profitait alors de décors beaucoup plus évolués qu’un simple podium nanti d’un rideau de fond. Voir par exemple la farce du Munyer, qui fut incluse dans le Mystère de St Martin, et qui bénéficia de son décor représentant l’Enfer.

Sources : Recueil de Florence, n° 33. On intitule généralement cette farce le Savetier, le Moine, la Femme et le Portier. Cependant, le titre Serre-porte apparaît sous le bois gravé. Jelle Koopmans2 la nomme Serre Porte [& Fin Verjus].

Structure : Rimes plates, avec 3 sixains pentasyllabiques.

Cette édition : Cliquer sur Préface. (Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.) L’éditeur ancien confond « se » avec « ce », et « si » avec « ci » ; je corrige tacitement. J’ai voulu rendre cette pièce enfin lisible –et peut-être jouable– en comblant de nombreuses lacunes : tous mes ajouts sont signalés dans le texte, et justifiés en notes.

.

*

Farce nouvelle trèsbonne

et fort joyeuse

*

 

À quattre personnages, c’est assavoir :

     LE  SAVETIER  [Fin-vertjus]

     LE  MOYNE  [Pierre Serre-porte]

     LA   FEMME

     LE  PORTIER

 

*

SERRE – PORTE

*

.

                     LE  SAVETIER  commence en chantant 3       SCÈNE  I

             L’autre jour, jouer m’aloye4

             [À] l’orée d’ung pré herbu.

             Je ne sçay que je quéroye,

             Ne que j’avoyë perdu.

5       Par mon serment ! se j’eusse beu5

         Une fois ou croqué la pie6,

         Je chantasse mieulx q’une pie

         Ne fait quant se liève au matin.

         Venez çà ! Y a-il certain7

10     De vous qui s’en veuille venir ?

         Ne me faictes plus ci tenir :

         Venez-vous-en avecques moy !          Il chante :

             En ce moys de may, hauvay,

             Doit-on faire amye.8

15     Par ma foy ! voicy compagnie

         Qui [s’en] vient9 ; c’est ung maistre moyne

         Qui sera très bien propre et ydoine

         À moy conduire au [sus]dit lieu

         À ce10 matin. Ha ! bon gré bieu,

20     Pas n’est celuy que je cuidoye…

         Si est11 ! Qu’il en ait froide joye !

         C’est frère Pierre Serre-porte12 ?

         Et ! non est, le diable l’emporte !

         Il a [par] trop sade13 visaige,

25     Touteffois : pert14 à son usaige

         De boire matin voulentiers.

         Je m’en vois prendre mes sentiers

         Vers luy.15

 

                             Bona dies, pater16 !               SCÈNE  II

                           LE  MOYNE

         Et vobis etiam, frater17 !

30     Quid vultis michi dicere18 ?

                           LE  SAVETIER

         Per Deum ! nescio, vere19 :

         Je n’entens point latinatis,

         Se ce n’est : « Ita, veniatis20 !

         Bona dies monachorum21»

35     Pour tant que beati quorum22

         Vault m[i]eulx que bona journus23.

                           LE  MOYNE

         On n’en treuve ci, ce jour, nulz,

         Par ma foy, ne soir ne matin,

         Qui use de si bon latin

40     Que vous avez ci récité.

                           LE  SAVETIER

         À Paris, y a grant cité ;

         Mais j(e) y ay fait des escolliers24

         Taire tout coy trèsvoulentiers,

         Si trèffort que c’estoit merveille[s] !

                           LE  MOYNE

45     (Il emporte bien les oreilles

         Destre[s]25 des dames d’Aigremont.)

                           LE  SAVETIER

         Que dictes-vous ?

                           LE  MOYNE

                                        Ung bonnet ront

         Si vous seroit bien duisant26, beau sire.

                           LE  SAVETIER

         Il ne tint qu(e) au faire et au dire27

50     Que [je] ne fu[sse] en logeotruie28

         Bachelier ; mais par ma follye,

         Je dy que point ne le seroye,

         Et que… Par le soleil qui roye29 !

         Vous y estiez, ce m’est advis.

                           LE  MOYNE

55     Sainct Jehan ! voirement, je le vis,

         Où vous fustes examiné,

         À Petit-Pont30

                           LE  SAVETIER31

                                        Ha ! domine,

         Par Deum, vere dicatis32 !

         Et quomodo vous vadatis33 ?

60     Vous portez-vous bien, frère Pierre ?

                           LE  MOYNE

         Ouy, vraiement.

                           LE  SAVETIER

                                      (Tué d’une pierre

         Ayez-vous la teste assommée !)

         Je ne vous vy de [ceste année]34 :

         Où dyable avez-vous [donc] esté ?

                           LE  MOYNE

65     J’ay presché yver et esté

         En plusieurs lieux en ce pays,

         Je vous promet !

                           LE  SAVETIER

                                      Je m’esbahys

         De vous veoir cy endroit, par Dieu !

         Ne vous souvient-il point du lieu

70     Où vous fustes une fois prins35 ?

                           LE  MOYNE

         Il ne fault point parler du pris36 ;

         Bien m’en souvient, par saint Rémy !

                           LE  SAVETIER

         Je vous y fu ung bon amy,

         Ne fu pas ?

                           LE  MOYNE

                              Ouÿ, seurement.

                           LE  SAVETIER

75     G’y estoye congneu37 vrayement

         Plus qu(e) homme qui soit soubz la nue.

                           LE  MOINE

         Çà ! je paieray ma bien-venue38

         Tout pour l’amour du temps passé.

                           LE  SAVETIER

         Par saint Jehan ! ce n’est pas tancé39.

80     Quant il vous plaira, je suis prest.

         Où irons-nous ?

                           LE  MOYNE

                                     Sans [plus d’]arrest40,

         Le portier de nostre maison41

         A bon vin selon la saison ;

         Et si42, n’est qu(e) à quatre deniers.

                           LE  SAVETIER

85     Vivent tous gentilz taverniers,

         Et tout pour l’amour du raisin !

 

         Portier !                                                       SCÈNE  III

                           LE  PORTIER

                          Qui est-ce là ? Voisin43,

         Qu’i a-il ?

                           LE  SAVETIER

                            Nouvelle t’aporte :

         C’est frère Pierre Serreporte

90     Et moy aussi, qui venons boire.

         Ou nom du benoist Roy de Gloire44,

         Mon amy, donne-nous bon vin,

         Je t’en pry !

                           LE  PORTIER

                               Par le Roy divin !

         Vous en aurez de plain tonneau45.

                           LE  SAVETIER

95     Or çà ! qu’i a-il de nouveau ?

         Frère Pierre, sçavez-vous rien ?46

                           LE  MOYNE

         Par mon serment ! je ne sçay rien,

         Sinon qu(e) on m’a dit, don je vien,

         Que vous [vous] estes marié.

                           LE  SAVETIER

100   Il est vray. Et ay espousay

         La plus gente, la plus joyeuse,

         La plus plaisant et gratieuse

         Qui fut oncques de mère née.

         Elle doit estre47 bien aymée :

105   Je ne luy suis en rien rebelle.

                           LE  MOYNE

         Beau sire, est-elle si belle,

         Si gente de corps et de vis48 ?

                           LE  SAVETIER

         Par le sainct bieu de Paradis !

         Pour complaire à toute gent,

110   Elle vous a ung corps tant gent,

         Ung nez faictifz49, bouche riant,

         Et est faicte comme de cire50.

         Et si, ne demande que rire.

         Se je vueil plourer, elle pleure ;

115   Rire et plourer tout à une heure51 :

         Je fois52 d’elle ce que je veulx.

                           LE  MOYNE

         Par la mort ! tu es bien eureux.

         Hélas, que ne puis-je ainsi faire !

                           LE  SAVETIER

         Encor elle est de tel affaire53

120   Que se je suis en quelque lieu,

         Elle y viendra, et y fust Dieu54,

         Et devant tout chascun me baise.

                           LE  MOYNE

         Ha, ribault ! Et ! que tu es aise,

         Quant en ce point elle t’acolle.

                           LE  SAVETIER

125   Saint Jehan ! il semble qu’el(le) soit folle,

         Quant elle vien : car, par saint Pol,

         Elle me vient saillir au col

         Par tel façon et par tel guise !

         Oncques Dieu55 ne fut, en église,

130   Ainsi festoyé que je suis.

                           LE  MOYNE

         Et ! je te pry tant que je puis,

         Au moins que pour ma bien-venue

         Je baise ung petit56, nu(e) à nue,

         Sa bouchète tant seulement.

                           LE  SAVETIER

135   Baiser57 ? Par mon sainct sacrement !

         Voulentiers vous la baiserez.

         Mais vécy comment vous ferez :

         De peur que ne vous escondisse58,

         Despouillez-moy froc et pelisse,

140   Et vestez mon habillement.

         Puis el(le) viendra hastivement

         Vous baiser, cuydant que soit moy.

                           LE  MOYNE

         Dictes-vous59 ?

                           LE  SAVETIER

                                     Ouÿ, pour [tout] vray.

         Faictes ainsi que je vous ay dit.

                           LE  MOYNE

145   Je puisse estre de Dieu mauldit

         Se maintenant ne60 sera fait !

         Mon cueur sera du tout refait61,

         Se puis baiser sa doulce face.

 

                           LA  FEMME62                   SCÈNE  IV

         Saincte doulce Dame de Grâce !

150   [Mais] que dyable est jà devenu

         Mon mary ? Il ne s’est tenu

         Guères longuement à l’ouvrage63.

         Je pry [Dieu que de]64 malle rage

         Puist-il avoir le cueur transsy !

155   Je n’ay mye ung tant seul hardy65

         Qu’i ne [le] porte à la taverne.

         Saint Jehan ! se je ne le gouverne

         Au gré de la fille [à] ma mère66,

         Je pry Dieu que la mort amère

160   Enfin, sans péché, si me tienne !

 

                           LE  MOYNE67                     SCÈNE  V

         Suis-je bien ?

                           LE  SAVETIER

                                 Ouy, par saint Estienne !

         Si bien à point qu’i n’y fault rien68.

         Mais venez çà69 : gardez-vous bien

         Que mot n’ysse70 de vostre bouche,

165   Quelque chose qu’elle vous touche71,

         Jusqu(es) à tant que tout à son aise

         Vous ayt acollé.

                           LE  MOYNE

                                      Par saint Nichaise72 !

         Je la lairray faire à son vueil73.

                           LE  SAVETIER

         Ne la guignez mye de l’ueil74,

170   Par saint Pol : je me courceroye75 !

                           LE  MOYNE

         Pensez que bien courcé seroye

         D’y penser à mal, par ma foy !

 

                           LA  FEMME76                    SCÈNE  VI

         Holà !

                           LE  PORTIER

                     Qu’est-ce77 ?

                           LA  FEMME

                                              Parlez à moy !

                           LE  PORTIER

         Que demandez-vous ?

                           LA  FEMME

                                               Fin-vertjus,

175   Mon mary, est-il point [venus

         Céans]78 boire depuis une heure ?

                           LE  PORTIER

         Fin-vertjus ? Se Dieu me sequeure79,

         Je ne sçay pas bien qui il est.

                           LA  FEMME

         Vous ne sçavez ? Vostre gibet !

180   Vous contrefaictes le railleur.

                           LE  PORTIER

         Il y a là ung esmailleur

         De hanaps à pié80 : est-ce luy ?

                           LA  FEMME

         Ouÿ, vrayement.

                           LE  PORTIER

                                      Par le jour d’huy,

         Je ne le congnoissoie mye.

185   Or allez, ma trèsdoulce amye ;

         Vous le trouverez où il disne.81

 

                          LA  FEMME  frape sur le moyne

                          cuydant que ce soit son mary, et dit :

         Je requier à la Vierge digne                           SCÈNE  VII

         Qu(e) estrangler se puist du disner !

         Venez-vous icy résigner

190   Vostre office82, paillart infemme ?

         Tenez ! tenez !

                           LE  MOYNE

                                   Ha ! Nostre Dame,

         Qu’est-ce-cy ? C’est ung ennemy83 !

                           LA  FEMME  frappe.

         Non est, par Dieu ! c’est vostre femme.

                           LE  MOYNE

         Je n’ay plus ne sens ne demy.

                           LE  SAVETIER

195   Taisez-vous, bon gré sainct Rémy !

         Elle entendra vostre parolle.

                           LE  MOYNE

         Et ! bon gré Dieu, elle m’affolle84.

         Aÿ, le ventre !

                           LE  SAVETIER

                                   Et ! taisez-vous.

                           LE  MOYNE

         Sang bieu ! elle me rompt de coups.

200   Qu[e] bon gré saint Jehan de Boulongne !

                           LA  FEMME  frappe.

         Av’ous bien humé85, nostre yvrongne,

         Infâme plain de déshonneur ?

         Certes, se ne fust pour l’honneur

         De ce bon seigneur ci présent86,

205   Je vous fisse le plus doulant87

         Qui fut onc(ques) en vostre lignaige !88

 

                          LE  MOYNE                         SCÈNE  VIII

         Je pry Dieu que [la] male rage

         Vous puisse abatre, belle dame !

         Mais esse ci la bonne femme

210   Que vous m’avez dit, Fin-vertjus ?

         Parmy le col soit-il pendus,

         Qui savoit le vostre penser89 !

                           LE  SAVETIER

         Ha ! pour Dieu, ne vueil[l]ez tenser90.

         Je ne sçay dont cecy luy vient.

215   Se ce n’est qu’i luy vient souvent.

         C’est91 son advertin qui la tient92 :

         Deux ou trois fois la sepmaine.

         En ce point, elle est gouvernée93

         Comme femme désordonnée.

220   L’a prinse94 aujourd’huy somme toute.

                           LE  MOYNE

         Ha ! que la [très]sanglante goute95

         La tienne, car mon corps s’en sent96.

               Voiez-vous, [présent]97,

               Ung povre innocent

225         A souvent le pire.

                           LE  SAVETIER

               Ha ! qui mal s’entent98,

               Brief sus luy descent

               Ung cas qui l’empire.

                           LE  MOYNE

               À vérité dire,

230         Je ne m’en puis rire :

               La chose m’est dure.

                           LE  SAVETIER

               Par mon âme, sire,

               Voiez le martire

               Que d’elle j’endure.

                           LE  MOYNE

235         Comment ? Tu disois

               Que d’elle faisois

               Tout à ton vouloir.

                           LE  SAVETIER

               Si veu ne l’eussiez,

               Pas ne [le] creussiez

240         Pour nésung avoir99.

                           LE  MOYNE

         Le diable y puisse part avoir,

         Et qui100 en ce lieu l’a mandée !

         J’ay la teste toute affollée

         De horrions101. Dieu la confonde !

                           LE  SAVETIER

245   (Vécy le meilleur tour102 du monde !

         Bien savoye, par ses deux mains103,

         Qu’en la fin n’en auroit jà mains104,

         Puisqu’avoit mon abit vestu.)

                           LE  MOYNE

         Au moins j’ay esté bien batu,

250   Je m’en loue trèsgrandement.

         Mais se tu veulx, par mon serment,

         Je trouveray bien la manière

         Pour la pugnir [d’estre si fière]105.

                           LE  SAVETIER

         Comment [ferez] ?

                           LE  MOYNE

                                          Vécy de quoy :

255   Tu luy diras que vienne à moy

         Se confesser ; et sans doubtance,

         Je luy donray tel pénitance

         Que mercy elle te crira106.

                           LE  SAVETIER

         Par saincte Marie ! non fera,

260   Et l’eust juré Dieu et sainct Gille107.

                           LE  MOYNE

         Tout aussi vray que l’Évangille,

         Elle le fera, j’en suis seur.

                           LE  SAVETIER

         Il n’y eut onques confesseur

         Qui luy sceust, par bieu, faire dire108.

                           LE  MOYNE

265   Et ! elle le fera, beau sire,

         Par ung moyen que luy diray ;

         Car entendant je luy feray109

         Qu’il fault qu’elle voise au Saint-Père110

         Pour la honte et [la] vitupère

270   Qu’elle m’a fait, entens-tu bien ?

                           LE  SAVETIER

         Par bieu ! c’est dit d’homme de bien,

         Et plain de trèsgrant sentement111.

         Et je la vois112, par mon serment,

         Faire venir par-devers vous.

                           LE  MOYNE

275   Or allez !

 

                           LE  SAVETIER113                   SCÈNE  IX

                           Quant je pense aux coups

         Que ce povr[e] homme, à voir dire114,

         A souffert, j’ay grant fain115 de rire.

         Comme il a esté attrappé !

 

                           LE  MOYNE                            SCÈNE  X

         Fin-vertjus m’a ennuyt116 trompé.

280   Mais se je puis, par voye aulcune117,

         Je luy en rendray bien d’une118

         De quoy il ne se doubte mye :

         Car, par bieu, je feray amye119

         De sa femme, s’en puis finer120.

285   On doit en tout temps affiner121

         Ung tel homme fin122 comme il est.

         [Or,] je m’en voys sans plus d’arrest

         L’actendre ; el(le) n’arrestera goute123.

 

                           LA  FEMME124                     SCÈNE  XI

         D’où venez-vous ? Que male goute

290   Vous envoie Dieu, sanglant yvrongne !

         Mais, beau sire, où est la besongne

         Que vous avez faicte ce125 jour ?

                           LE  SAVETIER

         Sçavez-vous qu’il est126 ? Sans séjour,

         Allez-vous-en tost confesser !

                           LA  FEMME

295   Confesser ?

                           LE  SAVETIER

                              Voire, confesser.

                           LA  FEMME

                                                Sans cesser,

         Tousjours tu te farceras de moy.

         [M]or[t] t’en survienne127 !

                           LE  SAVETIER

                                                          Par ma foy !

         Vous avez bien batu ung prestre.

                           LA  FEMME

         Ung prestre ?

                           LE  SAVETIER

                                 Et ! voire, par le Roy céleste,

300   Je ne dy rien que vérité.

                           LA  FEMME

         Ung prestre ? Bénédicité !

         Et qui est-il ?

                           LE  SAVETIER

                                  Par saint Anthoyne !

         S[i] a esté ung maistre moyne

         Qui buvoit avec moy orains128.

                           LA  FEMME

305   Saint Pol ! ç’a esté sur voz rains

         Que j’ay frappé, non pas sur luy,

         Je [le] sçay bien.

                           LE  SAVETIER

                                       Par le jourd’huy !

         Vous y avez mal advisé129.

                           LA  FEMME

         Il estoit donques desguisé

310   Pour prendre vostre habillement.

                           LE  SAVETIER

         Saint Jehan, voire !

                           LA  FEMME

                                           Dea ! [Mais] comment

         Av’ous trouvé tel tromperie ?

                           LE  SAVETIER

         Comment ? Dea, par saincte Marie !

         Il m’a tellement charié130,

315   Demandant si j’estoye marié ;

         Et je luy respondy que ouy.

         Adonc il fut tout esjouy,

         Voire ; mais par saint Pol, c’estoit

         De la grant joye qu’il avoit

320   De baiser vostre doulce face.

                           LA  FEMME

         Et ! par bieu, vécy bonne farce !

         Je suis donq(ues) excommuniée ?

                           LE  SAVETIER

         La chose n’est pas publiée131,

         Car il n’y avoit qu’antre nous.

325   Mais allez vous mectre à genoux

         Devant luy, et vous confessez132,

         À celle fin que vous pensez

         Avoir vostre absolution.

         Touteffois, pour conclusion,

330   Gardez-vous bien de ses [fins] tours :

         S(e) il vous vouloit prier d’amours,

         Que le me dictes aussitost !

                           LA  FEMME

         Et ! par bieu, vous estes bien sot :

         Moynes sont-ilz de tel nature133 ?

                           LE  SAVETIER

335   Le corps bieu ! à toute(s) adventure(s),

         Je n’y ay pas trop de fiance134

                           LA  FEMME

         Sachez, s(e) il fait signifiance

         De me dire fors135 que tout bien,

         Que je vous diray tout.

                           LE  SAVETIER

                                                 C’est bien.

340   Dictes, revenez ung peu çà136 !

         Je sçay de vray qu’i vous dira

         Ung mot que vous vueil dire icy137 :

         C’est que vous me criez mercy.

         Gardez que ne l’oubliez pas.

                           LA  FEMME

345   Mercy, sire ? Par saint Thomas !

         Se jamais jour je ne devoye

         Avoir mercy138, mieulx aimeroye

         Vous veoir bouté en terre basse139

         Que mercy je vous demandasse

350   Pour rien qu’on me die et [me] compte140 !

                           LE  SAVETIER

         [Si] n’esse pas bien là mon compte.

                           LA  FEMME

         Ne vous actendez pas que le face !

                           LE  SAVETIER

         Par le corps bieu ! la Chicheface141

         N’a[uroit] garde de vous menger,

355   Car je puis seurement juger

         Que vous estes fière et rebelle.

 

                           LA  FEMME142                      SCÈNE  XII

         Dieu vous gard, sire !

                           LE  MOYNE

                                              Dieu vous gard, belle !

         [Que désirez-vous ?]143

                           LA  FEMME

                                                    Certes, mon seigneur,

         Je suis bien marrie en mon cueur.

                           LE  MOYNE

360   Pourquoy ?

                           LA  FEMME

                             Car mon mary m’a dit ainsi

         Que vous buviez avecques luy

         Et qu’aviez vestu son habillement.

         Mais je vous jure mon serment

         Que j’ay esté et suis dolente144.

365   Et d’autre part, je suis contente

         D’en porter telle pénitence

         Qu’i vous plaira.

                           LE  MOYNE

                                        Sans doubtance,

         Celuy seroit maugracieux,

         [Que regardent voz deux beaux]145 yeulx,

370   S(e) il estoit mal content de vous.

         [Ce] non obstant, mon fin cueur doulx,

         Conseil [n’en aurez ci]146 endroit.

                           LA  FEMME

         Et pourquoy ?

                           LE  MOYNE

                                  Qui [de brief] vouldroit

         Juger le cas, ma doulce seur,

         [Rien n’y vauldroit ung confesseur :]147

375   Il vous fauldroit aller à Romme.

         Je trouveray manière148 comme

         Vous n’irez point, s(e) à vous ne tient149.

                           LA  FEMME

         Je feray ce qu’il appartient150.

         En signe de confession,

380   Me donnez absolution

         Du desplaisir que vous ay fait !

                           LE  MOYNE

         Certes, affin qu’à vostre fait

         Plus amplement je remédie,

         Il conviendra que j’estudie

385   En mon livre151 premièrement.

                           LA  FEMME

         Dictes-vous ?

                           LE  MOYNE

                                  Ouÿ, seurement,

         Il m’y convient estudier.

                           LA  FEMME

         [Vueillez-moy]152 donc expédier,

         Si m’en iray à mon affaire153.

                           LE  MOYNE

390   Certes, il ne se pourroit faire,

         Pour le mal154 qui s’en peut ensuivre.

                           LA  FEMME

         Et pourquoy ?

                           LE  MOYNE

                                  Je n’ay pas mon livre,

         Ouquel convient que j’estudie.

                           LA  FEMME

         Et où est-il ?

                           LE  MOYNE

                                En mon estudie155.

395   Et pour tant, [s’il ne]156 vous ennuyt,

         Rendez-vous-y encores nuyt157 ;

         Et là endroit, vous absouldré.

                           LA  FEMME

         Hélas, frère, je n’oseray :

         De mon mary seroye escousse158.

                           LE  MOYNE

400   Vous ne serez [donc] point absousse159

         Se n’y venez. Vécy merveille !

         Faictes ce que je vous conseille

         Pour le sauvement de vostre âme.

         G’y ay absoulte mainte femme

405   Et mainte notable bourgoise160.

                           LA  FEMME

         A, dea ! puisqu’i fault que g’y voyse,

         Dictes-moy où est vostre chambre.

                           LE  MOYNE

         Je le vous diray : [vous remembre161

         D’aller trouver nostre portier,

         Qui vous conduira sans tarder]162

         To[u]t droit à ung degré163 de pierre.

                           LA  FEMME

410   Comment av’ous nom ?

                           LE  MOYNE

                                                   Frère Pierre

         [Serre-porte.] Foy que doy Dieu,

         Ne cuydez pas que ce soit jeu !164

 

        Je vous auray par beaux baratz165.              SCÈNE  XIII

         Hélas, quant entre mes deux bras

415   La tendré166, je seray refait.

         Vélà le portier, c’est mon fait167 ;

         Je luy vois compter de bonne erre168

 

         Portier !                                                       SCÈNE  XIV

                           LE  PORTIER

                         Que vous plaist, frère Pierre ?

         Vous plaist-il chose que je puisse ?

                           LE  MOYNE

420   Je te pry, fay-moy ung service ;

         Mais garde bien qu’i n’en soit bruit169.

         Il doit venir, encores nuyt,

         Une gratieuse bourgoise

         En ma chambre sans faire noyse,

425   Entens-tu bien, pour confesser170.

         Je te pry, vien-la adresser

         À moy sans faire mention171.

                           LE  PORTIER

         Ho ! j’entens : c’est provision172.

         Il sera fait, par saincte Avoie173 !

                           LE  MOYNE

430   Mais garde bien qu’on ne la voye,

         Quant tu la bouteras dedans174 :

         Ce seroit pour yssir du sens175,

         Se le Prieur la congnoissoit176.

         Entens-tu bien ?

 

                           LA  FEMME177                        SCÈNE  XV

                                      [Que] Dieu y soit178 !

435   N’ay-je pas beaucop demouré ?

                           LE  SAVETIER

         Nostre Seigneur soit aouré179 !

         Vous me semblez maintenant doulce.

         Or avant ! estes-vous absousse180

         De voz péchéz, ma doulce seur ?

                           LA  FEMME

440   [Non pas.] Dieu me gard de maleur !

         Certes, il m’a dit que mes faultes

         Sont si horribles et si haultes181

         Que n’en seroie point [à] délivre182

         S’il n’estudioit en son livre.

445   Et pour toute conclusion,

         Je n’auray absolution

         Se je ne vois183, encores nuyt,

         En sa chambre entre sept et huit184 :

         À ceste heure me doit absouldre.

                           LE  SAVETIER

450   Ha, dame ! Que la malle fouldre

         Luy puisse relier185 la teste !

         Il ne fu[s]t oncques à tel feste,

         Se je le tenoye, par ma foy !

                           LA  FEMME

         N’en soiez de rien en esmoy :

455   J’ay trouvé trop bonne finesse186

         Pour le pugnir.

                           LE  SAVETIER

                                    Hélas, et qu’est-ce ?

                           LA  FEMME

         Attendez, je le vous diray :

         Ma robe je vous vestiray.

         Quant ainsi habillé serez,

460   En sa chambre vous en yrez.

         Je sçay, de vray, quant vous verra

         Ainsi habillé, il cuyd(e)ra

         Que ce sois-je, j’en suis certaine.

         Pour Dieu ! serrez-luy bien la vaine187

465   Si trèsasprement qu’i s’en loue !

                           LE  SAVETIER188

         Je luy feray manger de l’oue189,

         Par le sang que beuf190 respendit !

                           LA  FEMME

         Faictes bien ce que vous ay dit,

         Et contrefaictes bien la femme.

                           LE  SAVETIERen femme 191.

470   Si feray-je, par Nostre-Dame !

         Je sçay tout ce qu’il en peult estre192

         [Mais] où est sa chambre et son estre193 ?

         Je n’y sçay ne voye ne sentier194.

                           LA  FEMME

         Vous devez trouver le portier,

475   Qui jusques-là vous conduira.

 

                           LE  SAVETIER195                  SCÈNE  XVI

         Par le sang bieu ! il en aura

         Sus la cousture de sa chappe

         Avant que jamais il m’eschappe,

         Ou il sera plus fort que moy.

480   Vélà le portier, bien le voy ;

         C’est il196 qui me doit adresser.

 

                           LE  PORTIER                       SCÈNE  XVII

         Belle, où allez-vous ?

                           LE  SAVETIER,  en femme 197.

                                              Confesser

         À frère Pierre. Où est sa chambre ?

                           LE  PORTIER

         Ha, voirement, je me remembre198.

485   Je vous y mèneray tout droit…199

         Attendez-le icy endroit :

         Il est allé dire complie200.

         Mais venez çà, ma doulce amye.

         Ung baiser pour commencement !

                           LE  SAVETIER,  en femme.

490   Dea, j’ay bien autre pensement201,

         Car maintenant il n’est pas heure.

                           LE  PORTIER

         Il convient que je vous labeure202,

         Puisque avons temps et espace.

         Il sera fait !

                           LE  SAVETIER

                              Sauf vostre grâce,

495   Tirez-vous ung peu plus [de]là203 !

                           LE  PORTIER

         Et ! comment dea ? Esse cela ?

         Par sainct Jehan ! par là passerez,

         Et jamais vous n’eschapperez

         De céans, se ne faulx à traire204

 

                           LE  MOYNE                           SCÈNE  XVIII

500   Il est heure de me retraire

         En ma chambre, car je me doubte

         Que celle où j’ay ma joye toute

         Ne soit de cest[e] heure venue.

         Vé-la là205, je l’ay bien congneue206

505   Sans plus à sa philosomye207.

 

         Bien viennez, ma trèsdoulce amye !          SCÈNE  XIX

         Acollez-moy, mon cueur joyeulx !

                           LE  SAVETIER,  en femme.

         Hée, laissez-moy !

                           LE  MOYNE

                                          Une fois ou deux,

         Cela ne sera pas du compte208.

                           LE  SAVETIER

510   Et ! comment ? N’av’ous point de honte ?

         Regardez bien que vous ferez209 !

                           LE  MOYNE

         Par saint Père210 ! vous coucherez

         Ennuyt211 céans, et au matin,

         Je vous bailleray sans hutin212

515   Vostre absolution planière213.

                           LE  SAVETIER

         Et ! comment ? Esse la manière,

         Se je vien par dévotion

         Demander absolucion,

         De tenir femmes en ostage ?

                           LE  MOYNE

520   Ouÿ, vrayement, c’est mon usage.

                           LE  SAVETIER  frappe.

         Ha ! sire, vous n’estes pas saige.

         Vous en aurez, de ce baston !

         Voullez-vous mectre dissension

         En [lien sacré de] mariage214 ?

                           LE  MOYNE

525   Ouÿ, vrayement, c’est nostre usage.215

                           LE  SAVETIER

         Vous en aurez sur le visage,

         Par le sang bieu, frère Frapart216 !

                           LE  MOYNE

         Ha ! que le grant diable y ait part !

         Quelle femme j’ay ci trouvé !

                           LE  SAVETIER

530   Mon baston sera esprouvé

         Sus vostre dos : taste s(e) il blesse !

                           LE  MOYNE

         Je croy que c’est une diablesse217.

         Oncques je ne fuz si infâmes.

                           LE  SAVETIER

         Confessez-vous ainsi les femmes ?

535   Et puis se les voullez absouldre218 ?

                           LE  MOYNE

         Ha ! ma dame, que male fouldre

         Vous puisse relier la teste !

         Oncques je ne fu à tel feste,

         Par ma foy, ne si en mal aise.

 

                           LE  PORTIER219                       SCÈNE  XX

540   Sang bieu ! que frère220 Pierre est aise,

         Maintenant, avec celle gouge221 !

         Sainct Jehan ! elle sera bien rouge222,

         S(i) elle m’eschappe sans parler.223

 

         Ho ! ho ! Je vous deffens l’aller !                SCÈNE  XXI

545   Car il fault… vous m’entendez bien224.

                           LE  SAVETIER

         Dea ! je ne vous demande rien.

         Laissez-moy aller mon chemin.

                           LE  PORTIER

         On me tiendroit bien pour jényn225,

         Se vous m’eschappiez en ce point.

                           LE  SAVETIER,  en frapant.

550   Je vous pry, ne m’arrestez point :

         Il m’en fault aller tout batant226.

                           LE  PORTIER

         Et ! par bieu, j’en auray autant

         Que frère Pierre, c’est raison !

                           LE  SAVETIER  frape.

         Et ! par saint Pierre, s’aurez mon227 :

555   Servi[s] serez tout d’ung potage228

         Tous deux !

                           LE  PORTIER

                               Esse d’avantage229,

         Que vous en faictes tel largesse ?

                           LE  SAVETIER

         Quant femmes viennent à confesse,

         Les doit-on arrester ainsi ?

                           LE  PORTIER

560   Hélas, dame : pour Dieu, mercy !

         (Sang bieu, comme[nt] elle est rebelle !)

                           LE  SAVETIER

         Que230 dis-tu ?

                           LE  PORTIER

                                     Que vous estes belle

         Et bonne, par mon sacrement !231

 

        Se je n’eusse esquarry232, vrayement,           SCÈNE  XXII

565   J’eusse encor eu je ne sçay quoy.

 

                           LE  SAVETIER                           SCÈNE  XXIII

         Ilz sont très bien estrilléz, ce croy.

         En ce point233 les doit-on pugnir.

         À Dieu jusques au revenir !

         Prenez en gré, nous vous prion.

570   À Dieu, car nous nous en allon.

                                             FINIS

*

1 TRIBOULET : La Farce de Pathelin et autres pièces homosexuelles. GKC, 2011. Voir la préface de Thierry Martin, p. 9, et la p. 228.   2 Le Recueil de Florence. Paradigme, 2011, pp. 461-478. Pour les notes, voir l’édition d’André Tissier : Recueil de farces, t. IX. Droz, 1995, pp. 129-194.   3 Tel le savetier de cette gravure, Fin-verjus travaille dans son échoppe, largement ouverte sur la rue. (Au fond de l’échoppe, une porte donne sur le logis, d’où sa femme sortira au vers 149.) Il scrute la rue, en quête d’éventuels clients ou de futurs compagnons de beuverie.   4 Voir Brown, n° 258 ; Jeffery, II, 86. Le Sermon joyeulx d’ung Fol changeant divers propos (T 21) transcrit les deux premiers vers en octosyllabes. Les nombreux savetiers dépeints dans les farces passent leur temps à boire et à chanter.   5 Bu. Fin-verjus est alcoolique, comme tous les savetiers. Fidèle au dicton, il boit sa vigne en verjus : il n’attend pas que le raisin soit mûr pour en faire du vin.   6 Avalé du vin. Cf. le Gaudisseur, vers 9.   7 F : celny  (Y a-t-il quelqu’un parmi vous…)   8 Brown <n° 90> rapproche cette chanson de celle-ci : « En cest moys de may gracieux,/ Il faut faire amye nouvelle. » (Baude Cordier.) « Hauvay ! » est un vieux refrain de pastourelles ; ce mot rime avec moy (prononcé moé).   9 Un moine s’approche lentement. Sous la capuche, on ne distingue pas encore son visage.   10 F : de  (Le savetier veut se faire accompagner à la taverne par quelqu’un qui paiera pour lui.)   11 De loin, il hésite à reconnaître Serre-porte, de même que Pathelin hésitait à reconnaître le drapier : « N’est-ce pas y, là ? J’en fais doubte…/ Et ! si est. » Froide joie = mauvaise joie, malheur : « Les François ont eu froide joye/ Qu’il est mort d’eulx un très grant nombre. » ATILF.   12 Serrer une porte : la fermer à clé <cf. la serrure>. « Si refirent les portes clorre et serrer. » (Godefroy.) Ce nom conviendrait mieux au personnage du portier, mais nous verrons que le moine a l’habitude d’enfermer des femmes dans sa chambre.   13 Agréable. Mais on peut hésiter avec fade (le « s » et le « f » gothiques sont très proches). Maître Doribus a une recette pour que les visages fades redeviennent sades <vers 142-149>. Notre pièce fait de nombreux emprunts à la farce de Pathelin, où on peut lire : « Il n’a pas le visaige/ Ainsi potatif [alcoolique] ne si fade. »   14 Cela est dû. (Verbe paroir.)   15 Il sort dans la rue.   16 Bonjour, mon père !   17 Et à vous aussi, mon frère !   18 F : dare  (= donner. Correction d’André Tissier, p. 147.)  Que voulez-vous me dire ?   19 Par Dieu, je ne sais pas, en vérité.   20 Oui, venez ! (Sans doute une invitation à venir boire.)   21 (Vous avez le) bonjour des moines.   22 Parce que « heureux sont ceux ». (Beati quorum est le début du Psaume 32.)   23 Renversement du proverbe « Beati garniti vaut mieux que beati quorum », traduit par Furetière : « Il faut tâcher d’avoir toûjours la main garnie quand on a à contester quelque chose. » Notre savetier veut dire qu’un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. « Journu(s) » rime avec « nu(lz) ».   24 Les étudiants du Quartier Latin étaient tenus de s’exprimer dans cette langue.   25 Dextres, droites : « L’oreille destre coupée. » (Reg. crim. du Châtelet.) Le « clairet d’Aigremont » est un vin. Les dames d’Aigremont seraient par conséquent des bouteilles, comme le seront les dames-jeannes. Les bouteilles étaient munies de deux anses qu’on appelait des oreilles : « Ma mère, çà, nostre bouteille,/ Car je luy veulx tirer l’oreille ! » (L’Examinateur, BM 45.) En résumé, l’ivrogne tire l’oreille droite aux bouteilles de clairet.   26 Un bonnet de bachelier vous conviendrait bien. Cf. Frère Guillebert, vers 25.   27 Qu’à un examen écrit et à un examen oral.   28 En théologie. Fin-verjus insinue qu’elle sert de « loge aux truies », et que tous les moines sont des cochons.   29 Qui rayonne. Les Sotz qui remetent en point Bon Temps usent de la même interjection (vers 108).   30 Ce pont parisien était la tribune favorite des harangères, qui arboraient un langage beaucoup plus fleuri que celui des universitaires, comme le démontre Bonaventure Des Périers dans sa nouvelle intitulée : Du régent qui combatit une harangère du Petit-Pont à belles injures.   31 À partir d’ici, F abrège souvent les rubriques. Je ne le suivrai pas.   32 Seigneur, par Dieu, puissiez-vous dire vrai !   33 Et comment allez-vous ? Le savetier emploie vadatis (vous passez à gué) au lieu de vadetis (vous allez).   34 F : la iournee  (Le moine a été banni pendant plusieurs saisons.)   35 Pris. Sans doute fait-il partie de ces innombrables moines qui ont été pris en flagrant délit avec une femme mariée. Cela explique son bannissement.   36 Du prix que j’ai eu à payer. Ce prix pouvait aller d’une volée de coups à la castration.   37 Connu. On suppose que Fin-verjus, dans une maison où il était honorablement connu, a plaidé en faveur du moine lubrique.   38 Un pot pour fêter mon retour.   39 Ce n’est pas un sujet de discorde.   40 Sans hésitation. Voir le vers 287.   41 De notre monastère, dont le concierge a fait de sa loge une taverne. L’auteur s’inspire peut-être d’un de ces scandales locaux que le théâtre comique exploitait sans vergogne, pour le plus grand plaisir des spectateurs du voisinage.   42 Et même. Les deux hommes se dirigent vers la porte du monastère voisin.   43 Il reconnaît Fin-verjus, qui habite à côté, et qui fréquente déjà cette taverne clandestine.   44 Au nom de Dieu. Le portier fait entrer les deux hommes.   45 D’un tonneau qui est encore plein, dont le contenu n’est pas éventé. Le portier pose deux chopes et deux écuelles sur la table, puis il se retire. Le moine s’assied le dos à la porte d’entrée, et Fin-verjus s’assied en face de lui.   46 Savez-vous quelque chose d’intéressant ? On reconnaît la curiosité des hommes du Moyen Âge vis-à-vis des voyageurs, à une époque où la moindre information transitait par la parole.   47 Elle mérite d’être.   48 De visage.   49 Faitis = bien fait.   50 F : sire  (« Il est faict comme de cire, il est fort bien faict. » Robert Estienne.)   51 En un instant.   52 Je fais. « Je la vous faitz plourer et ryre :/ Bref, j’en faiz tout ce qu’il me plaist. » La Pippée.   53 De si bonne composition.   54 Même si Dieu était là.   55 Le crucifix, que les fidèles embrassent.   56 Un peu. Nu à nue = en étant nus. « Avecques moy coucha ung moyne/ Nu à nu dedans ma chambre. » La Confession Margot, note 10.   57 Coïter. Voir la note 29 du Trocheur de maris, et la note 130 du Povre Jouhan.   58 Qu’elle ne vous éconduise.   59 Parlez-vous sérieusement ? Idem vers 386.   60 F : il   61 Sera totalement comblé. Idem vers 415.   62 Par la porte du fond, elle entre dans l’échoppe mais n’y trouve pas son mari.   63 Il n’a pas travaillé longtemps.   64 F : a dieu que  (Voir le vers 208.)   65 F : blanc  (Je n’ai pas un seul sou.)  Le hardit est une petite monnaie : cf. Mallepaye et Bâillevant, vers 235. F croit rétablir la rime en ajoutant au-dessus : Regardez comme il est gaudy   66 À mon gré. Plaisanterie semblable dans le Cousturier et Ésopet (BM 34) : « Par l’âme du filz de mon père [par mon âme] ! »   67 Il a échangé son froc contre le costume et la large toque du savetier. Il se rassoit, le dos à la porte. Fin-verjus s’installe encore en face de lui ; sa figure est un peu dissimulée par la capuche.   68 Si bien déguisé qu’il n’y manque rien.   69 Approchez votre oreille.   70 Qu’un seul mot ne sorte.   71 Quoi qu’elle vous dise. Mais le savetier prend « toucher » dans le sens de frapper, et le moine, dans le sens de tâter.   72 Nicaise. Pour le rythme, Blaise conviendrait mieux.   73 Je la laisserai faire selon sa volonté.   74 Ne lui faites pas d’œillade.   75 Je me courroucerais.   76 Elle vient frapper à la loge du portier, se doutant que son mari est encore en train d’y boire.   77 F : Qui est ce la  (4 syllabes au v. 87.)   78 F : ceans / Venu  (Au vers 211, le singulier « pendus » rime avec Fin-vertjus.)   79 Que Dieu me secoure, me vienne en aide. Le portier fait preuve de solidarité masculine en protégeant son client.   80 Un hanap à pied est un vase métallique. Avec un jeu de mots sur pied, c’est aussi une chaussure. « Quel différence a-il d’un orfèvre à ung savetier ? Se l’un fait hanas à piet, aussi fait l’autre. » (Bruno Roy, Devinettes françaises du Moyen Âge.) Jelle Koopmans cite dans son édition <p. 477> une cause grasse découverte par Marie Bouhaïk : « Esmailleur de hanaps à pié, qui est à dire savetier. »   81 La femme entre dans la loge/taverne par-derrière le moine. Elle reconnaît le costume et la large toque de son mari.   82 Céder votre métier à quelqu’un d’autre, en jargon clérical.   83 Un diable.   84 Elle me blesse. (Idem vers 243.) « Très grièfment affolé et blécié. » ATILF.   85 Avez-vous assez bu ? « Et que bon vin cléret je hume,/ Qui est cy dedans ma bouteille. » Vie et histoyre de ma dame saincte Barbe.   86 Elle ne reconnaît pas son mari, qui lui fait face, parce qu’il a rabattu la capuche du froc jusqu’à son nez.   87 Endolori.   88 Elle s’en va.   89 Celui qui connaissait votre intention.   90 Veuillez ne pas me quereller.   91 F : De  (« Avertin : Maladie d’esprit qui rend opiniastre, furieux ou emporté. Quand son avertin le prend. » Furetière.)   92 F : tiengne   93 Elle est dominée par son caprice.   94 Son avertin l’a prise.   95 La douloureuse goutte. Idem vers 289.   96 S’en ressent, en garde des séquelles.   97 À présent. (Cf. les Premiers gardonnéz, vers 10.) À cause de cette lacune, F soude en octosyllabe les deux pentasyllabes 223-224.   98 Celui qui écoute ses mauvaises pulsions. « Qui mal s’entent,/ Qui à autrui conseil s’atent,/ Ou qui en autrui trop se fie. » Jehan de Condé.   99 Vous ne l’auriez cru à aucun prix. C’est une vieille locution : « Pour nésun avoir/ (Il) ne la povoit/ Veoir. » Christine de Pizan.   100 Celui qui. Le savetier est visé.   101 Blessée par les coups.   102 La meilleure blague. (Le savetier se livre à un aparté pendant que les deux hommes récupèrent leurs habits respectifs.)   103 Que par les deux mains de ma femme.   104 Le moine n’en aurait pas moins (de coups).   105 Vers incomplet. Le moine prétend punir la femme d’être si « fière et rebelle » vis-à-vis de son mari : voir le v. 356.   106 Qu’elle deviendra humble et obéissante.   107 Même si Dieu et St Gilles avaient juré qu’elle le fasse.   108 Qui saurait lui faire crier merci.   109 Je lui ferai comprendre.   110 Qu’elle aille implorer le pardon du pape. Ces pèlerinages étant coûteux et dangereux, les pécheurs faisaient tout pour en être exemptés.   111 D’imagination.   112 Vais.   113 Il quitte le monastère et marche vers son échoppe.   114 À vrai dire.   115 Faim, envie. « Chascun n’a pas si fain de rire/ Comme vous. » Farce de Pathelin.   116 Aujourd’hui.   117 D’une manière ou d’une autre.   118 Je lui en ferai une bien bonne.   119 Ma maîtresse.   120 Si je peux y parvenir.   121 Tromper.   122 Trompeur.   123 Elle ne tardera guère. (Il va l’attendre devant la loge du portier.)   124 Elle rabroue son mari, qui entre dans l’échoppe.   125 F : toute   126 Savez-vous quoi ? Cf. les Femmes qui font escurer leurs chaulderons (vers 105), et les Esveilleurs du chat qui dort (vers 63).   127 F : souuienne   128 Tout à l’heure.   129 Vous avez mal visé.   130 Harcelé.   131 Votre sacrilège n’est pas rendu public.   132 F : confesser  (La rime penser est aussi à l’infinitif, de même que garder au v. 330.)   133 Par extraordinaire, nous avons là une héroïne de farce qui est naïve, et fidèle à son époux.   134 De confiance.   135 Autre chose.   136 Revenez un peu ici. La femme est pressée d’aller se confesser.   137 F : si   138 Même si jamais, nul jour, je ne devais avoir de repos.   139 Vous voir mort et enterré.   140 Quoi qu’on me dise et qu’on me raconte.   141 Ce loup-garou, d’une maigreur squelettique, se nourrit exclusivement d’épouses qui obéissent à leur mari.   142 Elle sort et aperçoit le moine devant la loge du portier.   143 F : Et tout ce que vostre cueur desire   144 Affligée (de vous avoir battu).   145 F : qui le regart de voz deux  (Celui que regardent vos beaux yeux serait peu galant s’il n’était pas content de vous.)  Le moine s’emberlificote dans la phraséologie courtoise.   146 F : en aures si  (Je ne vous ordonnerai pas de pénitence ici.)   147 Vers manquant. Un confesseur ne servirait à rien. « Rien n’y vauldroit ma hallebarde. » Danse macabre.   148 F : naguiere  (Cette scène est très abîmée.)   149 S’il ne tient qu’à vous.   150 Ce qu’il faudra. F ajoute un vers : Enuers vous ie vous sy conuient   151 Dans mon pénitentiel.   152 F : Vueillez vous  (Expédier un pécheur : le confesser.)   153 Là où j’ai à faire.   154 À cause du mal : vous risqueriez d’être damnée. Voir le vers 403.   155 Dans mon cabinet d’études. Rappelons que cette scène se déroule dehors.   156 F : se il  (Et pour cette raison, si cela ne vous ennuie pas.)   157 Quand il fera à peine nuit. Idem vers 422 et 447.   158 Secouée.   159 F : absoulte  (« Elle fu absousse de l’office de abbéesse. » Godefroy.)  L’éditeur a fait la même modernisation au vers 438.   160 Bourgeoise. Idem vers 423.   161 Souvenez-vous. « E ! dame, de moy vous remembre ! » ATILF.   162 Lacune, que je comble d’après les vers 474-475.   163 Devant une marche. L’auteur utilise l’architecture dont il dispose ; voir ma notice.   164 La femme retourne chez elle.   165 Par la ruse.   166 Je la tiendrai. Refait = comblé.   167 C’est ce qu’il me fallait. Le portier sort de sa loge.   168 Je vais lui conter rapidement (mes dispositions).   169 Que cela ne s’ébruite pas.   170 Con fesser, coïter. (Cf. Gratien Du Pont, vers 417-440.) Le « entends-tu bien ? » des vers 425 et 434 souligne les « équivoques à deux ententes que nos bons pères ont surnommé des entends-trois » (Tabourot).   171 Sans faire de remarque.   172 Dans Ung Jeune moyne et ung viel gendarme, la fille demande « provision d’amour » (vers 39 et 174).   173 Allusion perfide à la chapelle Sainte-Avoye, où prétendent se rendre les épouses qui vont rejoindre leur amant. Voir la note 106 du Povre Jouhan.   174 Quand tu l’introduiras dans le monastère. Double sens : bouter dedans = pénétrer une femme. Cf. Frère Guillebert, vers 21.   175 Pour sortir de la raison, pour devenir fou.   176 La voyait. Double sens : la « connaissait » charnellement.   177 Elle entre dans l’échoppe, où son mari l’attend.   178 Que Dieu soit avec nous !   179 Adoré, loué.   180 F : absoulte  (Note 159.)   181 F : faulces   182 Délivrée. « Si tost qu’il seroit gary et à délivre du mal. » ATILF.   183 Vais.   184 Entre 7 et 8 heures du soir, à Paris, il fait déjà nuit, d’autant que cette Farce, comme la plupart des autres, fut jouée en hiver : le moine porte la pelisse hivernale (vers 139). Cette pénombre favorisera le déguisement du savetier.   185 Accabler. Cf. le Povre Jouhan, vers 372.   186 F : facon  (Finesse = ruse, tromperie. Cf. Raoullet Ployart, vers 11.)   187 Le cou. Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 41.   188 Il enfile la robe de sa femme, et il se coiffe de son chaperon.   189 Je le tromperai, comme maître Pathelin quand il promit au drapier de lui faire manger de l’oie.   190 Un souvenir de la Farce de Pathelin en entraîne un autre ; Pathelin atténue le mot Dieu avec la litote « bœuf » quand il jure en patois limousin : « Or regnye-ge beufz ! » (Ms. fr. 25467.) Mais cet euphémisme est plutôt gascon : « –Ho ! mord bœuf, sang bœuf ! –Vous m’effrayez, à ainsi jurer. –Ce ne sont que parolles héroïques & couleur de la rhétorique martiale pour aorner mon langage. » (John Eliot, Le Parlement des babillards.)   191 En contrefaisant la femme, vocalement et gestuellement.   192 Je suis bien placé pour savoir comment elles se comportent.   193 L’endroit où il demeure.   194 Je n’en connais pas le chemin.   195 Il sort, ramasse un gros bâton, et se dirige vers le monastère.   196 C’est lui. Nouvel emprunt à la farce de Pathelin (vers 1263). Voir aussi les Sotz fourréz de malice, vers 52 et 100.   197 En contrefaisant la femme.   198 Je me souviens (de ce que m’a ordonné Serre-porte).   199 Il conduit la prétendue femme devant la chambre du moine.   200 Prière que les religieux chantent en commun avant d’aller se coucher. Cf. le Povre Jouhan, vers 380.   201 Pensée, préoccupation.   202 Laboure. « Estes-vous si pute, à ceste heure,/ Que chacun qui vient vous labeure ? » Parnasse satyrique.   203 Écartez-vous ! « Tirez-vous un peu en delà, à quartier [à l’écart]. » Furetière.   204 Si je n’échoue pas à tirer (mon vit de la braguette). « Si trait le vit, dont une ânesse/ Peust bien estre vertoillie [saillie]. » (Du Fèvre de Creeil.) Le portier entend revenir le moine : il s’éclipse.   205 La voilà.   206 Je l’ai reconnue.   207 « Ceux qui sçavent un peu (ce) que c’est de parler correctement disent physionomie ; les autres, philosomie. » Henri Estienne.   208 Cela ne fera pas partie du compte. J.-B. Rousseau évoquera ce genre de calculs : « Un Cordelier gageoit à son hôtesse/ Qu’il lui feroit douze coups une nuit. » Tandis que le Cordelier marque les coups avec de la craie, sa maîtresse lui reproche « de marquer huit quand ce ne sont que sept ». Le moine réplique : « Voilà tout effacé./ Sus ! haut le cul, c’est à recommencer ! »   209 Faites bien attention à ce que vous allez faire.   210 Saint Pierre. Cf. Colin filz de Thévot, vers 301.   211 Cette nuit.   212 Sans contestation.   213 Plénière.   214 « Et y en avoit qui se mocquoyent du lien sacré de mariage. » F. de Belleforest.   215 Les vers 520 et 525 ne sont pas le refrain d’un poème : les comédiens, selon leur habitude, ont ajouté des vers dans une scène qui se prête au cabotinage, d’où les nombreuses rimes superfétatoires.   216 Moine paillard. Cf. Ung Jeune moyne et ung viel gendarme, vers 137.   217 La diablesse, toujours interprétée par un homme, est un personnage récurrent des Mystères.   218 Les vers 535-539 sont une réminiscence des vers 449-453.   219 Il attend dans sa loge que la « femme » revienne.   220 F : maistre  (Frère Pierre est nommé 8 autres fois. « Maître Pierre » est une nouvelle interférence avec la Farce de Pathelin.)   221 Avec cette fille légère. Cf. le Gaudisseur, vers 65.   222 Rusée, habile. Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 185.   223 La soi-disant femme se dirige vers la sortie.   224 L’expression est d’autant plus claire qu’elle désigne aussi un pénis : « (Robin) tire son… vous m’entendez bien,/ Et dedans le ventre la frappe. » Mathurin Régnier.   225 Pour un sot, un naïf. Cf. le Prince et les deux Sotz, vers 174.   226 Tambour battant. Double sens : en vous battant.   227 C’est bien ce que vous aurez. « Mon » est une particule de renforcement : cf. les Sotz ecclésiasticques, vers 141.   228 Vous serez servis du même plat.   229 Gratuit. « Tien, sotin, tien, receuil[le] ces biens : c’est d’avantage. » ATILF.   230 F : Quen  (Même question après un aparté au vers 47.)  Le savetier fait maintenant preuve de susceptibilité féminine : l’habit ne fait peut-être pas le moine, mais il fait la femme.   231 Il parvient à s’éloigner.   232 Déguerpi, en argot. « On les vit si bien escarrir/ Que âme ne demoura derrière. » Guillaume Coquillart.   233 De cette manière.

Publicités

MARCHEBEAU ET GALOP

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

MARCHEBEAU

.

ET  GALOP

*

.

Cette Moralité fut composée au début du XVIe siècle, par un Picard inscrit à la Basoche de Paris1. Son style impeccable et son humour cruel m’incitent à croire que c’est le même auteur qui écrira quelques années plus tard le Capitaine Mal-en-point.

Deux nobliaux désargentés, frères d’armes ayant servi jadis dans le même régiment de cavalerie, se remémorent le bon temps à coups d’allusions pour le moins cavalières. Leur dialogue doit beaucoup à celui de Mallepaye et Bâillevant. La seconde partie de l’œuvre parodie les romans courtois en convoquant deux personnages allégoriques, Amour et Convoitise2. D’autres sont nommés, comme le Temps ou Pitié. Mais le temps a bien changé, et la pitié n’est plus de mise. Notre Moralité s’achève sur une « morale » au goût du jour : Amour ne fait rien sans Argent.

Sources : Manuscrit La Vallière, n° 68.

Structure : Rimes aabaab/bbcbbc, avec un rondel double, un rondeau tercet de 11 vers, 11 septains en ababbcc, 4 quatrains à refrain.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

.

*

Farce  moralle

*

À quatre personnages, c’est asçavoir :

     MARCHE-BEAU3

     GALOP4

     AMOUR

     CONVOYTISE

 

*

                           MARCHE-BEAU  commence           SCÈNE  I

         Et puys, monsïeur de Galop ?

                           GALOP

         Quoy, monsïeur de Marche-beau ?

                           MARCHEBEAU

         On n’avon5 plaisance que trop,

         Quant nous chevauchons le hault trop6

5       Sur un bayard ou un moreau7.

                           GALOP

         Tousjours dehet8,

                          MARCHEBEAU

                                            Esprit nouveau,

                           GALOP

         Promps,

                           MARCHEBEAU9

                            Près,

                           GALOP

                                         Bien apris10,

                           MARCHEBEAU

                                                                    Gent(il) cerveau,

                           GALOP

         Plaisant babil,

                           MARCHEBEAU

                                      Langue à son cours.

                           GALOP

         Quant je suys aveq Ysabeau,

10    Je fonse et [me] rigolle beau11,

         Pour entretenir ses atours.

                           MARCHEBEAU

         Sang bieu ! j’ey faict cent mille tours,

         Depuys Paris jusques à Tours,

         Et tout pour l’amour de la belle.

                           GALOP

15    Et pour joÿr de mes amours,

         J’ey chevauché et nuyctz et jours,

         Voyre le plus souvent sans selle12.

                           MARCHEBEAU

         Y ne fault poinct que je le celle,

         Mais souvent je tremble et chancelle,

20    Quant je pence au temp[s] de jadis.

                           GALOP

         Tracasser13 de nuyct sans chandelle,

         Flûter, chanter ; et aulx chans14 d’elle,

         Je cuydoys estre en Paradis.

                           MARCHEBEAU

         Mais moy, j’en ay faict per à dis15.

25    Je cours, je trotes, je rauldis16,

         Je faictz gambades et grans saultz.

                           GALOP

         J’ey tant de chevaulx pourbondis17

         Que mes rains, de leur rebondis,

         En endurent de divers assaulx.

                           MARCHEBEAU

30    Nous chevauchons

                           GALOP

                                             Par mons,

                           MARCHEBEAU

                                                                  Par vaulx,

                           GALOP

         Puys à pié,

                           MARCHEBEAU

                                Puys sur nos chevaulx,

                           GALOP

         Puys en archier18,

                           MARCHEBEAU

                                            Puys en naquet19,

                           GALOP

         Puys chault,

                           MARCHEBEAU

                                  Puys l’abé de Frévaulx20.

                           GALOP

         Mais pour nos paynes et travaulx,

35    Nous y trouvons bien peu d’aquest.

                           MARCHEBEAU

         Aucune foys21, en un banquet,

         On dance,

                           GALOP

                              On donne le bouquet,

         On baise, on parle à s[on] amye.

                           MARCHE-BEAU

         Et puys, sy vient quelque braquet22

40    Qui soufle tout ?

                           GALOP

                                          On faict choquet23,

         On faict ensemble l’arquemye24.

         Puys on s’en va,

                           MARCHEBEAU

                                          On tire vye25,

                           GALOP

         Sans bruict,

                           MARCHEBEAU

                                 Sans noyse,

                           GALOP

                                                          Sans envye,

         Vivans en amoureulx traicté26.

                           MARCHEBEAU

45    Et en tel plaisance assouvye27,

         Nostre volonté est ravye

         En amours et joyeuseté.

                           GALOP

         Nous avons passé mainct esté28

         Où nous avons joyeulx esté.

                          MARCHEBEAU

50    Et maintenant, le temps se passe ;

         Nous sommes

                           GALOP

                                     [Mis] en pauvreté29,

                           MARCHEBEAU

         Nus,

                           GALOP

                      Minches30,

                           MARCHEBEAU

                                              En nécessité31.

                           GALOP

         Temps qui court, [aussy, nous compasse]32.

                           MARCHEBEAU

         Y fault jouer de passe-passe,

55    Mésouen33, durant quelque espace,

         Atendant le temps de jadis34.

                           GALOP

         Y n’est dyamant ne topasse35 ;

         Mais Faulte-d’argent, qui tost passe,

         Nous rend un pou acouardis36.

                           MARCHEBEAU

60    Sy sommes-nous frans,

                           GALOP

                                                    Fors,

                           MARCHEBEAU

                                                                  Hardys,

                           GALOP

         Rustres et en faicts et en dis,

         Sans engin37, science et mémoire.

                           MARCHEBEAU

         Mais tous nos sens sont interdis,

         Quant nous nous trouvons escondis

65    Sur le faict d’aulcun auditoire38.

                           GALOP

         Quel tourment !

                           MARCHEBEAU

                                        Quel dur assessoire39 !

                           GALOP

         Ce nous est un droict purgatoire40,

         Il n’est poinct de plus grans labis41.

                           MARCHEBEAU

         Encor est le faict péremptoire42,

70    Quant un marchant donne auditoyre43

         Sur le faict de nouveaulx abis44.

                           GALOP

         Nous cherchons partout nos ubis45,

                           MARCHEBEAU

         Quites pour un grates vos bis46.

         Ou nous payons par étiquète47.

75    Et puys, quoy ?

                           GALOP

                                       Ramina grobis48

                         MARCHEBEAU

         Nous marchons,

                          GALOP

                                         Comme gens hardis,

         Ayans la main sur la baguète49.

                          MARCHEBEAU

         Par tel poinct, on gaigne,

                           GALOP

                                                        On aqueste,

         Comme s’on l’avoyt par conqueste,

80    Posé qu’on baille signe ou seau50.

                           MARCHEBEAU

         Puys chascun qui nous voyt enqueste :

         « Mais qui est ce sieur sy honneste51 ? »

                           GALOP

         C’est le seigneur de Marchebeau.

                           MARCHEBEAU

         A ! monsieur de Galop, tout beau !

85    Nous chemynons sur le careau52

         Parmy les rues,

                           GALOP

                                       Puys au Palais53.

                           MARCHEBEAU

         S’y sourt connin ou lapereau54,

         Poinct ne voulons de maquereau :

         Nous sommes maistres.

                           GALOP

                                                     Et valès55.

                           MARCHEBEAU

90    Je suys fort comme un Arculès56 !

                           GALOP

         Et moy, vaillant comme un Achilès !

                           MARCHEBEAU

         Humble aulx coups,

                           GALOP

                                               Âpre à la vitaille57.

                           MARCHEBEAU

         Nos langaiges ne sont pas lais,

         Et sy, ne tient rien du58 Palais.

95    Quant c’est pour gibier qui le vaille,

         On forge aneaulx59,

                           GALOP

                                                On congne,

                           MARCHEBEAU

                                                                        On maille60.

                           GALOP

         Nous faisons plus pour une maille61

         Qu’aultres pour escus, envers femmes.

                           MARCHEBEAU

         Aucune foys62, on prent,

                           GALOP

                                                        On baille.

                           MARCHEBEAU

100  Et seulement cherchons bataille

         Pour avoir la grâce des dames63.

                           GALOP

         C’est un trésor.

                           MARCHEBEAU

                                        On y dict basmes64.

                           GALOP

         Qui en peult joÿr pour65 deulx drames,

         Il est ravy jusques aulx cieulx66.

                           MARCHEBEAU

105   J’abandonneroys corps et âmes

         Pour joïr, de celle que j[’a]mes,

         Sans plus, d’un baiser gratieux67.

                           GALOP

         Mos doulx,

                           MARCHEBEAU

                                 Honnestes,

                           GALOP

                                                        Précieux,

         Sy bien dis qu’on ne sairoyt myeulx68,

                           MARCHEBEAU

110  Plaisans, avenans, atraictys69.

                           GALOP

         Y n’est poinct de gens sy joyeulx

         Qu’entre nos70, povres amoureulx,

         Ayans dame au cœur amatis71.

                           MARCHEBEAU

         ……………………………. gentis,

                           GALOP

115  …………….., joyeulx,

                           MARCHEBEAU

                                                Récréatis.

                           GALOP

         Aulcune foys, temporiser72 :

         Par telz soings73 trouvons nos gratis.

                           MARCHEBEAU

         Ainsy, prenons nos apétis

         Sans bou[r]ce ouvrir n’esquot briser74.

120  Qui n’a argent

                           GALOP

                                        Doibt aviser

         Quelque moyen pour s’escuser.

                           MARCHEBEAU

         S’y ne s’escuse ?

                           GALOP

                                          Y75 baille gage.

                           MARCHEBEAU

         Encor est-il plus à priser

         Qui en sort pour bien deviser76,

125  Payant seulement de langage.

                           GALOP

         Pour combatre77 ?

                           MARCHEBEAU

                                            Gens de courage78.

                           GALOP

         Pour batailler79 ?

                           MARCHEBEAU

                                           C’est nostre usage :

         [………………………………… -armes.

         ………………………………….. -age

         ………………………………….. -age,]80

         Simples comme deulx frères d’armes.

                           GALOP

         Et sy nous trouvons aulx alarmes81,

130  Quel deffence ?

                           MARCHEBEAU

                                       Riens que de larmes,

         Sans tirer verge ne bâton82.

                           GALOP

         Poinct ne sommes de ces gens d’armes

         Qui ont dagues, lances et armes.

         Mais aulx femmes

                           MARCHEBEAU

                                             Bien combaton83

 

                     AMOUR  entre en chantant. 84          SCÈNE  II

135  Hélas ! pourquoy s’y marye-t-on ?85

        On est sy aise86, à marier !

        Quel bruict87, quant on a son gorier88

         Aymant de bonne amour certaine,

         Qui faict de sa bource mytaine89,

140  Et fonce argent pour gorgier90 !

                           CONVOYTISE  entre [en chantant].

         Dessoublz le houlx ou le laurier,91

         Auprès de la doulce fontaine…

                           AMOUR

         Quel bruict, quant on a son gorier

         Aymant de bonne amour certaine !

                           CONVOITISE

145  Quelque argentier ou trésorier,

         Ou quelque large92 capitaine

         Qui, pour heurter à la quitaine93,

         Donnast des escus un mill[i]er !

                           AMOUR

         Quel bruict, quant on a son gorier

150  Aymant de bonne amour certaine,

         Qui faict de sa bource mytaine,

         Et fonce argent pour gorgier !

 

                           MARCHEBEAU              SCÈNE  III

         J’os une voys, en ce cartier94,

         Qui fort en [bonne] amour95 se fonde.

                           GALOP

155  Sans qu’el demeure en son entier96,

         Y nous luy fault dresser métier97,

         Et qu’à sa chanson on responde.

                           MARCHEBEAU

         Et fust98 la plus belle du monde,

         Sy en99 sera’lle resjouye.             Y chante :

160        J’ey veu la beaulté ma mye100

               Enfermée dens une tour.

               Pleust à la Vierge Marye

               Que j’en fusse le seignour !

 

                           AMOUR                           SCÈNE  IV

         Or sus, chantons à nostre tour :

165  Y les fault à nous atirer.

                     AMOUR  et  CONVOYTISE  chantent :

         Franc cœur, qu’as-tu à soupirer ?101

         N’es-tu poinct [bien] à ta plaisance ?

 

                           GALOP                             SCÈNE  V

         Puysqu’ilz se mètent en despence102,

         Chantons, y nous y fault remectre !

                           MARCHEBEAU

170  D’aymer je m’y veulx entremectre,

        Puys que [chanter je l’ay ouÿe]103

         À l’ourée du boys, l’alouète.

 

                           AMOUR                             SCÈNE  VI

         Sus ! desplyons nostre gorgète104,

         Et leur respondons à l’envye105.

                           CONVOITISE  chante :

175  Amy, hélas (dict-elle), qu’i m’anuye106.

 

                           MARCHEBEAU107         SCÈNE  VII

         Dame de plaisance assouvye,

         Dieu vous doinct joye et bonne vye !

                           AMOUR

         Salut, sancté, bruict108 et renon !

                           GALOP

         Honneur je vous rens à l’envye,

180   Dame de plaisance assouvye !

                           MARCHEBEAU

         Vostre beaulté tant me convye

         Qu’el a ma volonté ravye

         Pour vous aymer, veuil[l]ez ou non.

                           GALOP

         Dame de plaisance assouvye,

185  Dieu vous doinct joye et bonne vye !

                           CONVOYTISE

         Salut, sancté, bruict et renom !

                           AMOUR

         Or çà ! et quel est vostre nom ?

                           MARCHEBEAU

         Je suys monsieur de Marchebeau.

                           AMOUR

         Et vous ?

                           GALOP

                             Monsïeur de Galop.

                           AMOUR109

190  Seurement, mon gentil mygnon,

         Et vous et vostre compaignon

         Portez non de bas s[e]igneuriau110.

                           MARCHEBEAU

         Et ! comment cela ?

                           CONVOITISE

                                               Marchebeau111 ?

         La raison est bien aparente !

                           AMOUR

195  Telz gens marchans sur le careau

         S’imposent telz gens de nouveau112 ;

         Mais ce sont mes seigneurs sans rente.

                           CONVOYTISE

         Portez vostre derrée en vente113,

         Et sortissez114, qu’el ne s’esvente !

                           GALOP

200  Ouy dea, sy tost ?

                           CONVOYTISE

                                           Troussez vos quilles115,

         Et n’y contez n’à vint116, n’à trente !

         Ce n’est poinct céans qu’est la vente

         Où debvez vendre vos coquilles117.

                           MARCHEBEAU

        Quoy, dames gentes et abilles118 :

205  Esse maintenant la manyère

         Et l’estat de sy belles filles,

         De donner responce sy fière ?

         Ne119 vous semble-il poinct qu’il afière

         À moy, qui par amour vous ame ?

210  [Ouy] dea ! Monsieur vault bien Madame120.

                           AMOUR

         Bien ! sy vous estes grand seigneur,

         Sy vous faictes121 donc bien servyr ;

         Mais pas ne voys, pour mon honneur,

         Qu’à vous je me doyve asservir,

215  Sy ne le voulez déservir122

         Par fort donner. C’est ma responce.

         On n’a plus d’Amours, qui ne fonce123.

                            GALOP

        Encor n’avons pas entendu124

        La requeste qu’i vous [plaist dire]125.

220  Croyez qu’à donner en temps deu126,

         On n’y vouldroyct pas contredire ;

         Mais pas ne debvez escondire

         Sy seurs127 amoureulx beaulx et gens.

         Beau parler128 apaise les gens.

                           CONVOYTISE

225  Il en vient tant de telz que vous,

         Chantereaulx129, barbouil[l]eurs130, raillars131,

         Qui ne virent onques sis soublz132

         Et font des amoureulx gaillars !

         Ce ne sont poinct te[l]s coquillars133

230  Qu’Amours doibt tenir en pasture134 :

         Amour, sy est quant argent dure.

                           MARCHEBEAU

         Sy je vous ay mon cœur donné,

         Dame gracieuse et honneste,

         Me lérez-vous135 abandonné

235  Sans ouïr mon humble requeste ?

         C’est que Pityé vous amonneste136

         Que nous secourez, corps et âmes.

         Pityé se doibt trouver137 aulx dames.

                           AMOUR

        Fussiez-vous Compte de palatin138,

240  Et plus beau cent foys que Jason139,

         Vous perdriez vostre latin,

         Et en vain faictes tel blason140.

         Plus n’est maintenant la saison

         De « secourir », s’on n’y aqueste141.

245  En vain faictes vostre requeste.

                           MARCHEBEAU

         Un reguard preschant142 de vostre œuil

         A faict d’amour mon cœur férir143,

         Espoirant que sy doulx ac[c]euil

         Me voulsist144 un peu secourir ;

250  Ou aultrement, je voys145 mourir,

         Sy de bref n’y donnez remède,

         Rac[c]euil146, confort, secours et ayde.

                           CONVOYTISE

         Mais avez-vous force d’argent,

         Qui147 voulez maintenir Amours ?

                           GALOP

255  Chascun en est léger et gent,

         Mais nous sommes de noble gent148,

         Dignes de porter les a[u]tours149.

                           CONVOYTISE

         Pour néant faictes tant de tours,

         Et en vain faictes tel demande.

                           MARCHEBEAU

260  Au moins, recevez ma demande150 !

                           AMOUR

         Qu’esse ?

                           MARCHEBEAU

                              [Voicy] une requeste

         Que vous présente par escript.

                           CONVOYTISE

         Y n’en fault plus faire d’enqueste :

         Vous y venez en temps prescript151.

                           MARCHEBEAU

265  Et ! pour l’amour de Jésuchrist,

         Ayez pitié du povre amant !

                           AMOUR

         Mon amy, à Dieu vous commant152 !

         On dict qu’à hardy demandeur

         Y fault hardiment refuser153.

                           CONVOYTISE154

270  Pas ne vous apartient tant d’eur155 ;

         Vous ne vous faictes qu’abuser156.

                           AMOUR

         Encor s’en fault-il excuser157,

         Et leur faire quelque despesche158 :

         Leur blason m’enuye et empesche159.

                           CONVOYTISE

275  Je leur voys faire un court adieu,

         Et les despescheray sy brief

         Que plus ne viendront en ce lieu

         Nous faire requeste ne grief…

         Tenez, galans, tenez ce bref160 :

280  C’est une lestre veue161 et leue.

                           GALOP

         Qu’esse ?

                           CONVOYTISE

                              Un vidimus sans queue162.

                           MARCHEBEAU

         Corps bieu ! nous sommes despeschés.

                           CONVOYTISE

         Sus, seigneurs, sus, [vous] despeschez !

         Ne faictes plus icy d’aproche[s] !

                           GALOP

285  Quel déshonneur !

                           MARCHEBEAU

                                            Quelles reproches !

         Nous sommes bas,

                           GALOP

                                             Mal compassés163,

         Plas comme gens d’armes cassés164,

                           MARCHEBEAU

         Confus comme fondeurs de cloches165.

                           GALOP

         On nous a coupé court les broches166

290  Sans [que puissons]167 aller jamais.

                           MARCHEBEAU

         Y ne fault plus chercher des pesches :

         Nous avons eu le dernier mès168.

                           CONVOITISE

         Allez, chantere[a]ulx,

                           AMOUR

                                                 Allez, nyvelès169,

                           CONVOITISE

         Minches,

                           AMOUR

                             Piètres,

                           CONVOYTISE

                                              De povre gent170 !

                           AMOUR

295  Entendez que font clers ou lès171 :

         Chanoynes, seigneurs ou valès,

         Au moins ne font rien sans Argent172.

                           MARCHEBEAU173

         S’on avoyt la force Herculès174,

         La beaulté d’Absalon175 le gent

300  Avec la vail[l]ence Achilès176,

         Amour ne faict rien sans Argent.

                           GALOP

         Il a beau faire compromys,

         Qui est de foncer négligent177 :

         Plus [n’]est de parens que d’amys178.

305  Amour ne faict rien sans Argent.

                           MARCHEBEAU

         Conclusion : qui s’est sumys179

         En amours, povre et indigent

         Il est renvoyé et démys180.

         Amour ne faict rien sans Argent.

 

                                                       FINIS

*

1 Le style basochien est reconnaissable dans le détournement du vocabulaire juridique. Les datations proposées pour Marchebeau couvrent toute la seconde moitié du XVe siècle. Elles s’appuient sur le vers 287 : « Plas comme gens d’armes cassés. » Or, à toutes les époques, des soldats ont été renvoyés, et pas seulement sous Charles VII. On nous dit encore que la satire des élégants caractérise les années 1480. C’est faux : la pièce qui pourfend le mieux les frimeurs est Folle Bobance (BM 40), écrite vers 1500. Ceux qui datent Marchebeau du XVe siècle négligent le vers 42, qui renferme une expression italienne (tirar via) d’importation récente. D’autre part, la culture des pêches <vers 291> s’est vraiment démocratisée à la Renaissance. Enfin, les chansons égrenées dans la pièce furent à la mode au début du XVIe siècle.   2 Amour, qui est un mot féminin, est ici le nom d’une femme ; dans le Roman de la Rose, c’est un dieu. Dans le même roman <vers 169-196>, Convoitise est déjà une allégorie féminine, comme dans le Roman de Fauvel, qui en fait la compagne de Charnalité [Sensualité].   3 « Marcher beau » (ou chevaucher beau) est un terme d’équitation qui signifie : avoir une belle prestance. « Elle marchoit beau et à trait :/ Tant belles façons, tant beaux gestes. » Le Monologue Coquillart.   4 Une chevauchée, au sens érotique : « De trot et de galot (il) luy donne des leçons. » (Mathurin Régnier.) Voir le vers 16.   5 Variante normanno-picarde de « nous n’avons ».   6 Un trot de démonstration, qu’on appelle aujourd’hui le passage.   7 Sur un cheval bai ou un cheval brun.   8 Gaiement.   9 À partir d’ici, LV abrège presque toujours ce nom en mar.   10 Civilisés.   11 Foncer = payer une femme : cf. le Dorellot, vers 132, 141 et 152. Se rigoler = se livrer à des ébats : « (Ilz) se rigollent avec ces fillectes tout l’iver. » A. de La Sale.   12 Chevaucher sans selle = chevaucher une femme. Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 381.   13 Aller et venir (Mallepaye, vers 92). Galop chante des sérénades sous la fenêtre de sa belle.   14 Le champ est la partie de la femme qu’il faut labourer. « La sibylle aussitôt dans sa chambre le mène,/ Et lui montre le champ de l’amoureux déduit. » Robbé de Beauveset.   15 Pair à dix = autant que dix. Cf. le Pèlerinage de Saincte-Caquette, vers 140 et 320.   16 On emploie ce verbe picard pour dire qu’un chasseur à cheval galope à droite et à gauche après le gibier. « Je rauldis, je trasse ;/ Je cherche la trasse,/ Et si, ne prens rien. » (Mystère d’ung Jeune enfant que sa mère donna au dyable.) Marchebeau se complaît dans le vocabulaire des cavaliers.   17 Fait caracoler. « Il pourbondit son cheval devant les dames. » Godefroy.   18 Dans l’imagerie populaire, les archers, à pied, traînaient derrière eux un sommier, un cheval de somme qui portait leur linge et leur attirail.   19 Petit page. Cet emprunt à Mallepaye <vers 136> est malvenu : ce n’est pas le naquet mais le « laquais » qui s’occupe des chevaux militaires. « Il avoit deux grans chevaulx pour la jouste, lesquels il faisoit mener en main par deux laquès. » Godefroy.   20 Sur cet abbé qui est trop pauvre pour se chauffer, voir la note 155 du Monde qu’on faict paistre.   21 Parfois.   22 Un courant d’air qui souffle les torches ?   23 On se cogne aux femmes, dans le noir ? Lexicalement, ce passage est douteux ; il est probable que des idiotismes picards ont été « francisés », comme c’est trop souvent le cas.   24 L’alchimie amoureuse. « Pour faire l’arquemye d’amours,/ Il est si peu d’ouvriers parfaiz. » ATILF.   25 On passe son chemin (terme de marine venu d’Italie). Panurge, craignant de débarquer dans une île de voleurs, crie au capitaine du bateau : « Tirons vie de long ! » (Quart Livre, 66.) La réplique de Marchebeau dissimule un double sens : on retire son vit.   26 Comme si nous vivions dans un roman courtois. De fait, nos deux idéalistes vivent dans un monde qui n’existe plus (et qui n’a d’ailleurs jamais existé), où les femmes écartaient les cuisses dès qu’on leur offrait des fleurs de rhétorique. Voir le vers 125.   27 Ce poncif des « traités amoureux » est réutilisé au vers 176. La littérature parodique l’avait galvaudé : « Mais veult-on plus joyeuse vie/ Qu’avoir sa plaisance assouvie/ Et rustrer avec les mignons ? » Régnault qui se marie à La Vollée, F 7.   28 Plus d’un été : de nombreuses années.   29 « Et [celui] quy est en povreté mis,/ Il ne scet quy sont ses amis. » Second mariage entre Dieu le filz et l’âme pécheresse (dont un des personnages se nomme Convoitise).   30 Forme picarde de « minces » : pauvres. (Idem vers 294. Voir aussi Mallepaye, vers 14.) Le Picard Jehan Molinet écrit : « Sain de corpz et minche d’argent. »   31 Nécessiteux.   32 LV : ausy non compase  (Nous façonne.)  Le Temps qui court est un personnage allégorique dans la moralité Chascun, Plusieurs, le Temps qui court, le Monde (LV 43).   33 Désormais.   34 Le retour de Bon Temps est le topos médiéval par excellence.   35 Nous n’avons ni diamants, ni topazes.   36 Un peu découragés. « Faulte d’argent et les grans prestz/ Nous ont ung peu appaillardis. » (Mallepaye.) Faute d’argent est un personnage allégorique dans la sottie Faulte d’argent, Bon Temps et les troys Gallans sans soucy (F 47).   37 Sans artifice. « Force vaut peu, sans engin ; et j’ay veu petits poissons, par engin, desconfire les grands. » Histoire d’Alexandre le Grand.   38 Ce charabia juridique peut se traduire ainsi : Quand nous sommes exclus d’une compagnie galante. Le « ui » de éconduire est picardisé en « i », comme au vers 222.   39 Quel tracas supplémentaire. « Quel accessoire ! » Mallepaye, vers 73.   40 C’est pour nous un véritable enfer.   41 Malheurs.   42 Sans contestation permise.   43 Accorde une audience (aux autres galants).   44 Au sujet des habits à la mode.   45 L’adverbe latin ubi signifie « où ? ». On l’intégrait au français dans le sens de « lieu où l’on peut vivre » : « Auxquelles deux personnes ils donnoient (…) un ubi, ou lieu. » Thomas La Grue.   46 Nous en sommes quittes pour un grates vobis [merci à vous]. Jeu de mots sur « grattez vos bis » : masturbez-vous (parce que vous n’aurez rien d’autre). Cf. Ung jeune moyne et ung viel gendarme, vers 456 et note 140.   47 Avec une reconnaissance de dette. « Payé d’une belle estiquette. » Mallepaye.   48 Fièrement. Cf. Maistre Mymin qui va à la guerre, vers 141.   49 La houssine des cavaliers, baguette de houx qui pouvait servir de cravache.   50 À supposer qu’on présente un seing ou un sceau (pour légaliser ce gain douteux).   51 Si élégant.   52 Nous marchons à pied sur le pavé : nous n’avons plus de chevaux. Idem vers 195.   53 Le Palais de Justice, dans l’île de la Cité, est le quartier général des basochiens. Les alentours sont un lieu de promenade, et de rencontres parfois tarifées.   54 S’il surgit un lapin ou un lapereau. Ces deux animaux à fourrure symbolisent le sexe de la femme.   55 Au jeu d’amour, les valets sont meilleurs que les maîtres. Voir la note 44 du Ramonneur de cheminées.   56 Comme Hercule, qui engrossa les 50 filles de Thespios en une nuit. On retrouve le fort Hercule et le vaillant Achille aux vers 298 et 300.   57 Vorace de victuailles. Mais aussi : ayant un vit vorace. « Si est mon maistre bien garny/ De vitailles pour un repas. » Les Chambèrières.   58 LV : au  (Et pourtant, cela ne doit rien au Palais de justice. Le jargon basochien des vers 63-71 et 260-264 prouve le contraire.)   59 Quand le gibier féminin en vaut la peine, on fait forger des bagues. Double sens érotique prépondérant : on lui martèle son bijou.   60 On donne des coups avec notre « maillet ».   61 Pour un demi-denier. « Pour contenter le féményn,/ Nous ferions plus, d’un eschellin,/ Qu’ung aultre de quinze royaulx. » Mallepaye.   62 Parfois.   63 Ces deux anciens militaires « ne bataillent q’aulx cus ». Troys Pèlerins et Malice, LV 67.   64 Des douceurs (baume).   65 LV : de  (Pour 2 drachmes, 2 francs. « .II. drames d’argent. » Godefroy.)   66 Jusqu’au 7ème ciel.   67 Pour obtenir de celle que j’aime un baiser, sans plus.   68 Qu’on ne saurait mieux dire.   69 Attractifs, charmants.   70 Que nous autres.   71 Maté, soumis. Les deux vers suivants sont tronqués, comme devait l’être le bord gauche du manuscrit de base.   72 Quelquefois, nous montrer accommodants (avec les dames).   73 LV : poings  (C’est avec de telles attentions que nous trouvons nos récompenses.)  Un gratis est une gratification : « Vous y voullez aller pour acquester aucun don et trouver aucun gratiz. » ATILF.   74 Ni sacrifier notre part d’héritage. « Le don qui est parti de l’escoc de l’aisné se départira entre les hoirs [les héritiers] dudit aisné. » (ATILF.) Bâillevant, lui aussi, veille à conserver son héritage <vers 247-248>.   75 LV : Sy  (Il donne un gage.)   76 Celui qui s’en tire parce qu’il parle bien (aux femmes).   77 Pour battre des cons. « Je n’avois tel couraige/ De con battre, et tel appétit. » (Franc-archier de Cherré.) Voir les calembours analogues de Gratien Du Pont, vers 151-168.   78 Nous sommes des hommes de cœur.   79 Pour copuler. Voir les vers 100-101.   80 Cette lacune rappelait probablement que les frères d’armes mettaient tout en commun, y compris leurs conquêtes féminines.   81 Si nous nous trouvons en difficulté : si nous subissons une panne sexuelle.   82 Double sens érotique.   83 Nous battons bien le con. Voir la note 77.   84 Marchebeau et Galop se trouvent sur la table de marbre de la Grand-Salle du Palais de justice. (Voir la notice du Capitaine Mal-en-point.) Amour et Convoitise sont au pied de ladite table ; les hommes les entendent mais ne les voient pas encore. Elles les rejoindront au vers 176.   85 Chanson de noces. Voir le Munyer, vers 136, et H. M. Brown : Music in the french secular theater, n° 154.   86 LV : esse  (On est si bien, quand on est encore à marier !)  La chanson dit : « Hélas ! pourquoy se mari-on ?/ On est si aise, à marier :/ On n’oit ne noise, ne tanson,/ Ne ses petis enfans plorer. »   87 Quelle jubilation.   88 LV : guerrier  (Voir les refrains 143 et 149.)  Gorrier = riche galant. « Les grans gorriers de Court,/ Les grans prodigues de despens ordinaires. » André de La Vigne.   89 Qui a toujours la main fourrée dans sa bourse, comme dans un gant : qui est généreux. « Les financiers qui faisoient, de la bourse de leur maistre, mitaine. » Satyre Ménippée.   90 Donne de l’argent pour nous engraisser.   91 Chanson non identifiée.   92 Généreux.   93 Pour faire l’amour. « Qui frappera à la quintaine. » Ung jeune moyne et ung viel gendarme.   94 J’entends une voix dans ce coin.   95 En amour courtois. Cf. le vers 150, et Sœur Fessue, vers 104.   96 Sans qu’elle reste inébranlable. « Et tous les souldars esmeuz [remontés] contre luy (…) ; et luy, demeure en son entier et en greigneur [plus grande] auctorité que paravant n’estoit. » Claude de Seyssel.   97 Tendre un piège. Cf. le Monde qu’on faict paistre, vers 93.   98 Fût-elle.   99 LV : on  (Du moins en sera-t-elle réjouie. L’aphérèse du « e » de (e)lle après un futur est courante dans les parlers du Nord : « Sy sera’lle de moy pipée. » <La Mère de ville, LV 28.> Voir aussi le vers 221 du Gentil homme et son page.)  La très mauvaise édition de Marchebeau publiée en 1872 par Édouard Fournier, qui repose sur la très mauvaise édition publiée en 1837 par Le Roux de Lincy et F. Michel, défigure ce vers de la sorte : « Sy on se ralle, resjouye et chante. »   100 De mon amie. Chanson répertoriée par Brown, n° 198.   101 On chante cette chanson dans deux autres farces du ms. La Vallière : les deux premiers vers dans le Médecin et le Badin (LV 39), et le 4ème vers dans le Pèlerinage de Mariage (LV 19). Voir Brown, n° 135.   102 LV : debuoir  (Puisqu’elles se mettent en frais pour nous séduire. « Se mettant en despence et, comme l’on dict, sur le bon bout, pour se faire valoir. » Vincent Carloix.)  Le masculin « puysqu’ilz » n’a rien d’étonnant : le théâtre de la Basoche confiait les rôles de jeunes filles à des clercs de procureurs.   103 LV : ie lay ouy chanter  (Je corrige pour la rime, mais la chanson dit effectivement : « Pour ce que je ouÿ chanter. »)  Voir Brown, n° 68.   104 Chantons à gorge déployée. Mais aussi : déplions la collerette qui dissimule notre poitrine.   105 À l’envi, à qui mieux mieux. Idem vers 179.   106 Que cela m’ennuie. « A, Dieu ! qu’il m’anuye. » (Charles d’Orléans.) Notre chanson est inconnue, et l’incipit qu’en donne Brown <n° 22> d’après la déplorable édition Fournier, n’arrange rien : « Amy, las ! dict el que m’anvye ! »   107 Les femmes rejoignent les hommes sur la table de marbre.   108 Bonne réputation.   109 LV ajoute dessous une interjection d’acteur : on on   110 Vous portez un nom de petit seigneureau. La finale -iau au lieu de -eau est picarde : comparer le picard fabliau et le francien fableau.   111 LV : bien et beau   112 Ces gens qui vont à pied (vers 85) veulent passer pour des gens nouveaux, pour des élégants.   113 Allez vendre vos denrées (au marché) !   114 LV : sortises  (Les juristes employaient un verbe sortir du 2ème groupe : « J’entends que cette clause sortisse son plein & entier effet. » <Dict. Acad. françoise.> Mais notre auteur n’a fait que consigner une déformation normanno-picarde de l’impératif sortez : « Fiers et mauldictz chiens enragés,/ Sortissez hors ! » Guillaume Tasserye.)   115 Jouez des gambettes, filez ! « Despêche-toy,/ Incontinent trousse tes quilles ! » Mistère du Viel Testament.   116 Ne comptez pas jusqu’à 20.   117 Vos salades. « On congnoist tous voz tours d’estrilles,/ Et bien clèrement voz latins./ Trotez, reprenez voz patins,/ Et troussez voz sacs et voz quilles !/ À qui vendez-vous voz coquilles ? » (Charles d’Orléans.) Double sens érotique : coquille = pénis (Frère Guillebert, vers 280).   118 Habiles.   119 Conjonction de coordination dépourvue de valeur négative : ni, et. Et vous semble-t-il que cela se rapporte à moi ? Afférir à = être approprié à, convenir à.   120 Je vaux autant que vous. « S’el ne me veult, aussi je ne la veulx./ Ce m’est tout un : Monsieur vault bien Madame ! » (Octovien de Saint-Gelays.) Cet adage est également le titre d’une chanson <Brown, n° 299 ; Brian Jeffery, t. I, p. 115>. Les deux couples de la pièce offrent un curieux parallélisme : Amour et Galop possèdent 5 lettres, et Convoitise et Marchebeau en possèdent le double.   121 Alors faites-vous.   122 Mériter en me donnant beaucoup (d’argent). Cf. le Gentil homme et son page, vers 116.   123 Si on ne paye pas.   124 Compris.   125 LV : demande  (Ce qu’il vous plaît de dire : ce que vous dites. « Sy saurai-ge qu’i vous plaist dire. » Mestier et Marchandise, LV 73.)   126 En temps dû, en temps utile.   127 Sûrs, fidèles.   128 Ce personnage allégorique est cité notamment dans le Temple de Cupido, de Clément Marot. On remarquera que dans notre farce, les allégories sont toujours invoquées par les hommes ; les femmes, elles, ont les pieds sur terre.   129 Donneurs de sérénades, comme Galop aux vers 21-22. Même injure à 293.   130 « Barbouilleurs de papier », rimailleurs qui troussent des poésies galantes en espérant trousser la femme à qui ils les dédient. « Tout le papier que j’ay autresfois barbouillé pour les dames. » Montaigne, I, 40.   131 Plaisantins. Ces trois catégories de pique-assiette seront étudiées en détail dans la Réformeresse.   132 Qui ne virent jamais 6 sous (dans leur bourse).   133 Vagabonds qui arborent la coquille Saint-Jacques des pèlerins de Compostelle.   134 Doit nourrir.   135 Me laisserez-vous.   136 Vous admoneste, vous exhorte.   137 LV : touruer  (On doit trouver dans les dames de la pitié.)   138 « Comtes palatins, seigneurs que le prince chargeait de fonctions judiciaires. » Littré.   139 Ce jeune prince conquit la Toison d’or. Aussi, Pernette du Guillet l’appelait « le beau Jason ».   140 Discours séducteur. (Idem vers 274.) Cf. le Faulconnier de ville, vers 119.   141 Si on n’y gagne rien.   142 On reconnaît l’adjectif perçant : « Par les longz traictz de tes perceanz regardz. » (Godefroy.) Mais il est déformé par deux picardismes. Premièrement, une chuintante, perchant : « D’un œil esveillé et perchant. » (G. Coquillart.) Deuxièmement, une métathèse, pçant.   143 Battre.   144 Me voulût. Doux Accueil est un personnage allégorique, par exemple dans le Passe-temps et songe du Triste. Le Roman de la Rose l’appelle Bel Accueil.   145 Je vais.   146 Refuge. Confort = réconfort.   147 Vous qui.   148 De noble race.   149 L’autour est une sorte d’épervier que les nobles —et seulement les nobles— portent sur leur poing quand ils chassent. « Vous ne devez donc pas mespriser les autours : car les premiers fauconniers d’aujourd’huy en font estat, & les Princes mesmes les estiment de très-bons oyseaux. » Charles d’Arcussia.   150 Rime du même au même, si ce n’est que la seconde comporte une nuance juridique : Marchebeau présente par écrit une demande en possessoire. Les « barbouilleurs de papiers » <vers 226> et autres « rimeurs à gages » <les Rapporteurs, vv. 265-7> avaient dans leurs poches des poèmes de circonstance déjà écrits, qu’ils n’avaient plus qu’à dégainer au bon moment. Leurs poésies amoureuses étaient suffisamment vagues pour convenir à de multiples femmes. Les recueils collectifs de l’époque sont pleins de ces circulaires rimées.   151 Vous arrivez trop tard, il y a prescription.   152 Je vous recommande. C’est une formule de congé.   153 « À bon demandeur, bon refuseur. » Proverbes communs.   154 LV : galop   155 Tant d’heur : une si bonne fortune.   156 Vous vous abusez.   157 Prendre congé d’eux. Amour s’adresse à Convoitise.   158 Il faut les dépêcher, les expédier. « Sa mort seroit belle dépesche ! » Godefroy.   159 Leur discours m’ennuie et me retarde.   160 Cette lettre. Marchebeau a dans sa poche des lettres d’amour (vv. 260-262), et Convoitise a dans sa manche des lettres de rupture.   161 LV : vueue  (Que nous avons vue et lue. Cette formule officielle équivaut à notre « lu et approuvé ».)  C’est une fin de non-recevoir.   162 Un renvoi pur et simple. Dans le Dorellot, Sadinette veut congédier son amant ruiné avec « ung vidimus sans queue ». Voir la note 99 de ladite farce, où j’explicite également le calembour « sans queue ».   163 Mal arrangés. « Si mal compasséz. » Mallepaye, vers 14.   164 Cassés de gages, comme Mallepaye et Bâillevant au vers 12 : révoqués sans solde. Cf. Troys Gallans et Phlipot, vers 296-297.   165 « Plus confus & mattéz que fondeurs de cloches. » (Jean Suau.) Proverbialement, les fondeurs de cloches sont estonnéz, sots, péneux, quinauts, piteulx, camus et honteux.   166 On a coupé court à nos arguments. « Si on oyt quelqu’un parler par ambages, on luy doit coupper la broche court et luy demander [ce] qu’il veut signifier. » Calvin.   167 LV : qui puisons  (Sans que nous puissions aller de l’avant, argumenter.)   168 LV : vers  (Nous venons d’avoir notre dernier mets, notre dessert : inutile d’aller chercher des pêches.)  « Manger des meûres à la fin du disner pour le dernier mets. » Dictionarium latino-gallicum.   169 « Nivelet : simple, imbécile. Mot picard. » (Dictionnaire rouchi-français.) « Se quelques nyais nyveletz/ S’adressent à nous. » (Pierre Gringore.)   170 De pauvre extraction. Les deux femmes poussent la moquerie jusqu’à imiter la versification fragmentée de leurs victimes.   171 Les clercs ou les laïcs.   172 Sans la permission de ce nouveau dieu. « Amour n’est plus dans le fœminin cueur :/ Car l’Argent est, dessus Amour, vaincueur. » Gilles Corrozet.   173 LV : convoytise   174 Même si on avait la force d’Hercule.   175 « Plus belle/ Cent foiz que le bel Absalon. » Pour porter les présens à la Feste des Roys.   176 La vaillance d’Achille.   177 Celui qui néglige de payer.   178 Quand on est fauché, il n’y a pas plus de parents que d’amis. « Pauvres gens n’ont amis ne parents. » Trésor de sentences dorées.   179 Soumis.   180 Et mis dehors. « Dieu tantost le desmist/ De Paradiz. » ATILF.

POUR PORTER LES PRÉSENS À LA FESTE DES ROYS

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

SOTIE  POUR  PORTER   LES  PRÉSENS  À  LA  FESTE  DES  ROYS

*

 

La Bibliothèque Nationale attribue cette sottie au basochien Jehan d’Abundance1, l’auteur du Joyeulx Mistère des trois Rois, qui met en scène les Rois Mages : « Et portons or, mirrhe et encens/ Avec beaucoup d’autres présens. » Notre sottie fut composée avant 1525, date à laquelle le recueil Trepperel fut clos. Jehan d’Abundance étant né au début du XVIème siècle, nous avons là une œuvre de jeunesse, écrite quand l’auteur appartenait à la Basoche de Paris. Rappelons qu’il signait « Jehan d’Abundance, bazochien ».

Le Roi de la Basoche régnait sur les clercs du Palais de Justice. Le dernier samedi du mois de mai, il présidait au « plant du May », solennité au cours de laquelle on plantait un arbre dans la cour dudit Palais. Il recevait des cadeaux le jour de la Fête des Rois, le 6 janvier ; or, cette fête de l’Épiphanie rappelle que les Rois Mages sont venus pour porter des présents à l’enfant Jésus. Au moment de l’Épiphanie2, les basochiens jouaient du théâtre comique et satirique dans la Grand-Salle du Palais3. On peut supposer que la Sottie pour porter les présents à la Fête des Rois, qui parodie lubriquement l’arrivée des Rois Mages et la plantation du May4, y fut créée par les basochiens après qu’ils eurent tiré les rois. (L’usage voulait qu’on nommât le Roi de la Basoche « roy de la feve », même si ce n’est pas lui qui avait eu la fève.)

Source : Recueil Trepperel, nº 15.

Structure : « Cri », 2 triolets, rimes plates, 1 ballade fourrée dont il manque l’envoi, rimes croisées, 1 ballade sans envoi.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

Sotie nouvelle à cinq personnaiges

Pour porter les présens à la feste des Roys.

 

Trèsbonne

*

 

C’est assavoir :

    LE  PREMIER  SOT

    LE  SECOND  SOT   [LUCAS]

    LES  TROIS  SOCTES

*

 

                               LE  PREMIER  SOT  commence 5      SCÈNE  I

         Dieu gard tous bons Sotz assoctéz

         Qui Soctie veullent nourrir !

         Céans y a des Sotz entréz.

         Dieu gart tous bons Sotz assoctéz !

5    Au moins, s’il en eust de rentéz6,

         Qu’on les fist devant nous venir !

         Dieu gard tous bons Sotz assoctéz

         Qui Soctie veullent nourrir !

         C’est bien assez pour devenir

10   Hors du sens et estre cocu.

         Et ! comment ? En mon temps, j’ay veu

         Ung Sot soctement gouverné,

         Lequel Sot fut soctement né,

         Sot sailli7 du ventre Soctise.

15   Ce Sot avoit trèsbonne guise,

         Car il se mesloit de tout faire.

         Il me fault tant crie[r] et braire

         Qu’il en vienne8 ung avecques moy,

         Pour m’oster hors de cest esmoy.

20   Pour ce, convient-il que j’appelle,

         Sur peine d’avoir de la pelle9 :

         [Despeschez-vous, Sotz eslentéz !]10

         Oyez-vous point qu’on vous demande11 ?

         Despeschez-vous et vous hastez !

25   [Despeschez-vous, Sotz eslentéz !]

         Se bien tost ne vous esventez12,

         Vous pourrez payer une13 amende.

         Despeschez-vous, Sotz eslentéz !

         Oyez-vous point qu’on vous demande ?

 

           LE  SECOND  SOT14    SCÈNE  II

30   Qu(i) esse là ?

           LE  PREMIER

                                    Ce [sont] Sotz rentéz.

           LE  SECOND

         De quel lieu ?

           LE  PREMIER

                                    De haultain paraige15.

           LE  SECOND

         Vallent-ilz rien16 ?

           LE  PREMIER

                                            Ouy quant au couraige.

           LE  SECOND

         Et au surplus ?

           LE  PREMIER

                                       C’est grant dommaige

         Q’ung Sot n’a tout ce qu’il souhaite.

           LE  SECOND

35    Entreray-je ?

           LE  PREMIER

                                   C’est fait en mouecte17,

         De proférer tant de langaige !

           LE  SECOND

         Encore le dy-je : entrerai-ge ?

           LE  PREMIER

         Entre, je le vueil, n’ayes frayeur.

           LE  SECOND

         Dieu vous doint oye18, mon seigneur !

           LE  PREMIER

40   Et ! couvrez-vous, de par sa Mère !

         Unde19 ?

           LE  SECOND

                              D’avecques la chivière20 :

         Je l’ay couschée au Trou Punais21.

           LE  PREMIER

         Je te demande dont tu es,

         Dont tu viens, et que tu sces faire.

           LE  SECOND

45   Je vous diray tout mon affaire :

         Je viens des Indes les Majours22 ;

         J’en suis venu n’a pas trois jours,

         De peur que je n’eusse dommaige

         À venir faire au Roy hommaige.

50   Mais comme ung vray Sot assoctay,

         Sot parfait, sotement hastay23,

         [Céans je viens]24 d’ung sot arroy,

         Sot assoctay, à vostre Roy,

         Pour le25 saluer soctement.

           LE  PREMIER

55   Saint Jehan ! tu parles haultement26 :

         Cuides-tu estre enmy la Halle27 ?

           LE  SECOND

         Nenny, je suis en une salle

         Propre à nourrir petis enffans28.

           LE  PREMIER

         Comment dis-tu cela ? Tu mens !

           LE  SECOND

60   Où suis-je donc(ques) ? En ung estable29 ?

         Vécy le lieu trèsprouffitable

         Où est la science30 trouvée.

           LE  PREMIER

         La fièvre te soit espousée !

         Tu as tort de dire cecy.

           LE  SECOND

65   Et, bon gré saint Jehan ! qu’esse-cy ?

         Suis-je où l’en sièche les drappeaux31 ?

           LE  PREMIER

         Hé ! nous ne sommes pas si veaulx.

           LE  SECOND

         Suis-je en une est[a]imerie32 ?

           LE  PREMIER

         Et, nenny non, bon gré ma vie !

           LE  SECOND

70    Suis-je en l’ostel33 d’ung bergier ?

           LE  PREMIER

         Tu me feroyes vif enraiger !

           LE  SECOND

         Je suis donc en ung Parlement34 ?

           LE  PREMIER

         Messïeurs, devinez s’il ment.

         Sur ma foy, tu es fantastique.

75   Tu es au lieu très ententicque

         Où gist et repose le Roy

         Des clers35, et trèstout son arroy.

         Le vois-tu en sa majesté ?

           LE  SECOND

         Ha ! par ma foy, je suis maté.

80   J’ay tort, je me tais, mot ne sonne.

           LE  PREMIER

         Tu es trèsmeschante personne.

         Au surplus, tu n’es qu(e) une beste.

 

           LES  TROYS  SOTTES 36     SCÈNE  III

         Coc coc coc coc qu’érecte !!

           LE  PREMIER  SOT

         Escoute !

           [LE  SECOND]

                             J’ay eu sur37 la teste.

85   Mon Dieu, soyez-nous amiable38 !

           LE  PREMIER

         Jour Dieu ! seroit-ce point ung diable ?

         Oncques je ne fus à telle Feste39 !

           LES  SOCTES

         Coc coc coc coc qu’érecte !!

           LE  PREMIER

         Saint Jehan ! vous aurez sur la teste,

90   Se je vous puis huy rencontrer.

           LE  SECOND  SOT

         Il nous les vault mieux conjurer40

         Affin qu’on voye leur pourtraicture.

           LE  PREMIER

                Ennemy41, je te conjure,

                       Laide figure,

95        Beste à deux dos42,

         Que tu ne me faces nulz maulx !

           LE  SECOND

         Par Dieu ! vélà raige, Dyanne43 !

         Regarde dessoubz ceste manne :

         Je croy que ce soit ung dïolle44.

           LE  PREMIER

100  Il me fault avoir une estolle45 :

         Je ne suis point assez hardy.

           LE  SECOND

         Tu as dit vray, c’est à jeudy46

         Et ! par bieu, g’y regarderay.

           LE  PREMIER

         Saint Jehan ! donc[ques] je m’en iray.

105  Mais auffort, fais ce que tu veux.

           LE  SECOND

         Tu faysoyes tant du merveilleux :

         Quant c’est auffort47, tu ne vaulx rien.

           LE  PREMIER

         Non, dea ? Et ! tu le verras bien48 :

         Vélà la manne tout debout.

110  Tu vois bien que c’est, ad ce coup.

         Que, tous les diables, faictes-vous49 ?

         Que vous puissez avoir la toux !

         Et qui vous sçavoit en cest aistre50 ?

           LA  PREMIÈRE  SOTTE

         Hélas ! pour Dieu, mercy51, mon maistre !

115  Nous sommes troys Sottes parfaictes,

         Et de sottie si bien faictes

         Que nous sommes Sottes sottans.

           LA  SECONDE  SOTTE

         Vous ne vistes, il y a grant temps,

         Telles Sottes céans logées.

120  Pour Sottes si52 oultrecuid[é]es,

         Oncques n’y en eut les pareilles.

           LA  TIERCE  SOTTE

         Je suis Sotte sans point d’oreilles,

         Mais je sçay, j’entens, je voy tout,

         Depuis le premier jusqu(es) au bout53.

125  Onc on ne vit Socte si socte.

           LE  SECOND  SOT

         Portons-les dedans une hocte54,

         Affin que tout chascun les voye.

           LE  PREMIER  SOT

         Je n’y prendroye point trop grant joye :

         De les porter, je m’en depporte.

           LA  PREMIÈRE  SOTTE

130  Laissez-nous entrer par la porte

         Pour55 qu’on nous voie, c’est le plus fort.

           LE  SECOND  SOT

         Ha ! sur ma foy, vous avez tort.

         Cuidez-vous que nous soions telz

         Comme56 vo[u]s, qui point ne mettez

135  Ordre ne raison en vos fais ?

         Nous ne sommes point si infetz57

         Que nous n’entendons nostre cas.

           LE  PREMIER

         Sces-tu que tu feras, Lucas58 ?

         Sans point faire icy l’allouecte59,

140  Il te fault avoir ta brouette,

         Et nous les mectrons brief dedans,

         Ces Sottes qui n’ont nulles dens,

         Ces Soctes soctans, rassoctées.

         Çà60 venez, Sottes [es]vent[é]es,

145  Soctes sans nul entendement,

         Sottes qui point d’advisement

         N’ont en leurs soctes entreprinses.

                               LE  SECOND 61

         Soctes soctans, vous estes prinses,

         Sottes asott[é]es sottement.

150  Je suis Sot ; pourtant, se je mens,

         Sotie me doibt pardonner.

                               LA  PREMIÈRE  SOCTE

         Au moins, s’il vous plaist nous donner62,

         Sotz assoctéz, de vostre grâce,

         Congié d’entrer, Sotz sans fallace63 :

155  Soctie vous doibt mercïer.

                               LA  SECONDE

         Puisque nous sommes d’oultre mer,

         Du royaume de Féménye64,

         Et ! par Dieu, on ne nous doit mye,

         Par-deçà, faire tel rigueur.

                               LA  TIERCE

160  Mon sot père estoit le majeur

         De trois Sotz soctement menéz,

         Sotz bruyans65 en soctye néz :

         Oncques ne fut ung tel soctant.

                               LE  PREMIER

         Il ne nous fault point estre tant

165  En ce propos, il nous ennuye.

         Or çà ! je vous diray, m’amie,

         [D’]entrer dedans ceste brouette66,

         Affin que mieulx on vous brouecte.

         Saint Jehan ! vous serez brouétées.

                              LA  SECONDE  SOTTE

170  Et ! nous ne l’avons point estées.

                               LE  SECOND

         Vous sçaurez que cecy veult dire.

                               LA  TIERCE

         Touteffois, ce n’est pas pour rire :

         Comment on nous maine à l’aboy67 !

                               LE  PREMIER

         Saluez bien tost nostre Roy !

175  Dépeschez-vous, chascun de vous,

         Et vous mectez à deux genoux,

         Car sa personne le vault bien.

                               LA  PREMIÈRE

         Roy triumphant en tout honneur et bien,

         Roy magnificque : vostre non fort redonde.

180  De roys, de roynes qui sont céans, je tien

         Que vous estes, par-dessus eulx, viconde68.

         En excellance, vostre valleur habonde

         Plus que nul autre, de cela suis certaine.

         Retenez-moy pour la vostre seconde69.

185   Je me soubzmectz en vostre droict demaine70.

                               LE  SECOND  SOT

         Cessez71 de tirer vostre alayne !

         Saluez le Roy de bon cueur !

                               LA  SECONDE  SOTE

         Je72 vous salue, mon trèshault[ain] seigneur,

         Comme ad celuy à qui honneur est deue73,

190  Trèshaultement, sans point avoir faveur74 ;

         Car, sur ma foy, g’y suis trèsbien tenue.

         Roy n’a75 céans de si trèsgrant vallue,

         Ne Royne76 aussi, je le vous acertaine.

         Quant je vous voy, tout le cueur me remue.

195  Retenez-moy en vostre droict demaine !

                               LE  PREMIER  SOT

         Sus, sus, destendez vostre vaine77,

         Socte en ce lieu icy logée.

         Jadis vous y fustes forgée78,

         Sote assotée soctement.

                               LA  TIERCE  SOTE

200  Roy gracieux [sur tous roys]79 : puissamment

         Je vous salue, moy, très-sote assotée.

         Sote je suis, assotée sotement.

         Car sotie je n’ay point déboutée,

         Mais est trèsfort dedans mon cueur entée ;

205  Doulce me semble comme raisin de vigne80.

         Roy triumphant, qu’el(le) ne soit point ostée !

         Je me soubzmectz en vostre droit demaine.

                                LE  PREMIER  SOT

         Çà, çà, approuchez vostre layne81,

         Mes Sotes sotement nommées !

210   Le Roy vous a trèsfort aym[é]es

         De ce que vous [l’]avez préféray.

         Je vous diray que je feray :

         Affin que chascun soit content,

         Il nous fault avoir ung présent,

215  Et nous deux luy présenterons.

                                LA  PREMIÈRE  SOTE

         Et ! par mon âme, non ferons82 !

         Nous ne souffrerons point cela !

                                LE  PREMIER  SOT

         Paix là ! paix là ! paix là ! paix là !

         Vous oys-je ung seul mot hongner83,

220  Gardez d’avoir à besongner :

         Car vous estes sur nostre terre.

                                LE  SECOND  SOT

         Attendez ung peu, je le voys querre

         Le présent digne à présenter.

                                LE  PREMIER  SOT

         Despesche-toy de l’apporter,

225  Affin que tout chascun le voye.

         Je te promectz, j’auray grant joye

         S’il peut estre assez magnificque.

                                LE  SECOND  SOT 84

         Vécy le présen[t] ententicque

         De quoy je vous avoie parlay.

                                LE  PREMIER

230  Pas ne doit estre ravallay85,

         Mais prisay de nous et de vous.

         Je croy que le fruit en est doulx ;

         Nonobstant, il est assez hingre86

         Son non, quel ?

                                LE  SECOND

                                       Pommier de malingre87,

235  Franc, courtoys, doulx et amyable.

                                LE  PREMIER

         Le Roy l’aira bien agréable.

         Il nous le fault nous deux porter.

                                LA  PREMIÈRE  [SOTE]

         Vécy assez pour enraigier !

                                LA  SECONDE

         S’il vous plaist, que nous le portons !

                                LE  PREMIER

240  Garde-le, puisque [le tenons]88.

         Vécy Soctes très-assoctées :

         Sur ma foy, ilz89 sont radobtées.

         Vous nous debvez obéissance !

         Et encore[s], à la présence

245  Du Roy triumphant, sans dommaige

         Vous allez cesser90 tel langaige !

         Cuidez-vous qu’il en soit content ?

                                LA  TIERCE

         Baillez-nous doncques ce présent,

         Car il nous le fault présenter.

                                LE  SECOND

250  Allez-vous-en bien tost couscher,

         Car vous estes ung peu trop nices91.

         À nous offrit telles offices92 ;

         Allons-luy bien tost présenter.

                                LE  PREMIER

         Laysse-moy premier commencer,

255  Mais tien devers toy le présent.

                                 LE  SECOND

         Quant ad cella, j’en suis content.

         Dy ce que tu veulx proférer.

                                 LE  PREMIER

         Il nous fault premier exposer

         L’arbre, et puis après la pomme93.

                                 LE  SECOND

260  Et ! despesche-toy, qu’on luy donne.

         Nous deussions desjà avoir fait.

                                 LE  PREMIER

         Je vous salue, [ô] Roy parfait !

         De mon povoir je vous supporte94.

         Regardez que nous avons fait :

265  Pour vous resjouyr on l’apporte.

         Vostre cappacité emporte95

         Nostre pouvre fragilité.

         Tant que je puis, je vous enorte96

         Qu’il soit tout ad cest[e] heure enté97 !

                                 LE  SECOND  SOT

270  Le présent si fut apporté

         De la terre au bon Prestre Jehan98 ;

         Et l’avoit Golias99 planté

         Dessus une montaigne, antan100.

         Il n’y fut planté de cest an101,

275  Mais avec(ques) moy je l’apportay

         Quant je passay parmy Jourdan102.

         Qu’il soit tout ad ce[ste] heure enté !

           LE  PREMIER  SOT

         ……………………………………

         Qu’il soit tout ad ceste103 heure enté !

         [………………………….. -té]

         Ce beau présent, je vous en prie !

280  J’ay eu peine à l’avoir osté

         Ad ces troys grans jumens de Brie.

           LE  SECOND  SOT

         Nulles [d’elles, je vous affie,]104

         Si ne l’a icy apporté.

         Mais voullez-vous que [l’]on vous die ?

285  Qu’il soit tout ad cest[e] heure enté105 !

           LE  PREMIER  SOT

         Or çà, çà ! c’est assez vanté

         Le fruit que cest arbre soustient.

         Tout incontinent qu’on le tient,

         Par vertu de ceste coctelle106,

290  La créature107 [en] est plus belle

         Cent foiz que le bel Absalon.

         La sapience Salomon

         Est actribuée à la mouelle108

         Qui est des[s]oubz ceste coctelle.

295  Le pépin109, après Salomon,

         J’actribueray au fort Sanson.

         Et tous ces troys110 vous actribue

         Comme ad celluy à qui est deue

         Beaulté, sapience et vigueur.

300  Recepvez en gré, mon seigneur.

         Se [nous] povyons, nous ferions mieulx.

           LE  SECOND  SOT

         Le présent vient de par nous deux.

        Si, vous prions : prenez en gré

         Ung chascun selon son degré.

305  Aultre chose n’eussions sceu faire

         Pour le Royaulme mieulx complaire.

         Ces Soctes soctans, assoctées,

         Ont esté par nous déboutées,

         Car il[z] vous voulloi[e]nt présenter

310  Ce présent, et encore enter

         Devant vostre grant majesté.

         Nous luy avons trèsbien enté

         Sans avoir conseil de ces Soctes.

         Pour Dieu, prenez en gré noz noctes111,

315  Trèshumblement je vous en prie.

         Dieu gard de mal la compaignie !

 

                  EXPLICIT

*

1 Voir Ung jeune moyne et ung viel gendarme, de Jehan d’Abundance.   2 Voir les Premiers gardonnéz, sottie jouée à l’Épiphanie.   3 Voir le Capitaine Mal-en-point et les Rapporteurs, pièces écrites par des basochiens. La satire allait tellement loin, qu’en juillet 1477, on a défendu au roi de la Basoche Jehan l’Esveillé et à ses comédiens « de jouer Farces, Moralitéz ou Soties au Palais de céans ne ailleurs ». Les basochiens n’épargnaient personne, comme en témoigne la sottie Pour le Cry de la Bazoche ès Jours Gras mil cinq cens quarante-huict (Picot, III, 239-267).   4 Ce terme prête à des équivoques dont les clercs se repaissaient : « Madame, j’ai un may d’une assez longue sorte,/ Roide, ferme et bien droit, et que je veux planter ;/ On dit que vous avez un trou à vostre porte :/ Je vous prie, avisez si le voulez prester. » (La Muse folastre.) Voir aussi Béroalde de Verville : « J’ay un may long et gros et fort également (…),/ Et qui se peut planter assez facilement. » Bref, le may appartient à la même espèce que l’arbre à vits (note 84).   5 Il se tient près de la porte, imitant l’huissier-buvetier de la Basoche, qui était le concierge du Palais.   6 Des rentiers, des riches. Idem au vers 30. La pauvreté des clercs est encore évoquée aux vers 32-34 et 301.   7 T : saillit  (Il est sorti du ventre de Sottise, qui s’appelle Mère Sottie aux vers 2, 151 et 155. D’ailleurs, So-ti-e est également scandé en 3 syllabes.)   8 T : viennent   9 De recevoir un coup de pelle sur les fesses. « D’une grosse pelle de boys,/ Voz troux de culz seront selléz ! » (Folle Bobance, BM 40.) Cf. le Povre Jouhan, vers 195.   10 T : Venez en place sotz assoctez  (C’est le refrain A de ce triolet, comme au v. 28.)   11 T : appelle  (C’est le refrain B de ce triolet, comme au v. 29.)   12 Si vous ne vous précipitez pas.   13 T : ung  (En plus des punitions qu’on leur infligeait, les basochiens payaient des amendes à tout propos. Cf. le Recueil des Statuts du Royaume de la Bazoche. Entre parenthèses, ce royaume était plutôt une république, puisqu’il élisait démocratiquement son roi.)   14 Il se présente à la porte. Le public entrevoit sa brouette, qui contient un arbre.   15 De haut lieu, de qualité. « Sot haultain, Sot de hault paraige. » Les Sotz escornéz.   16 Quelque chose.   17 La mouette est un oiseau bavard, comme l’alouette de 139, ou les poules de 83.   18 Que Dieu vous donne une oie ! Déformation du mot « joie » propre aux basochiens, toujours affamés de nourriture et de calembours. On pensait alors que le mot Basoche venait « de Oche, Oque, une Oie, & de Bas, petit. Basoche : la petite-oie. » (Antoine Court de Gébelin.)   19 D’où (venez-vous) ?   20 T : chiuiniere  (Le 2° Sot, qui n’est pas parisien, emploie une variante normanno-picarde de civière.) « En fin de confession, (il) me dit qu’il avoit besongné une civière…. –Quoy ! est-ce une civière rouleresse, ou à bras ? –Monsieur, elle est à bras, et à bran, et à bouche : c’est une vendeuse de cives [d’oignons]. » (Béroalde de Verville.) Autre vers explicite sur le même modèle : « Je viens d’avecque la femelle. » (Les Sotz qui remetent en point Bon Temps.)   21 Puant. Désigne à la fois l’anus, et le « Cul-de-sac Gloriette », un cloaque où les marchandes ambulantes jetaient leurs détritus : cf. Trote-menu et Mirre-loret, vers 219.   22 Des Grandes-Indes. « En terre de Persie é en Inde Major. » Albéric de Besançon.   23 T : hartay  (Hâté = venu en hâte.)   24 T : Sot ie vient  (Je viens ici d’une sotte manière.)   25 T : te   26 Trop fort.   27 Le marché où tu as rencontré la vendeuse d’oignons (vers 41). Mais l’auteur ne peut s’empêcher de railler ses concurrents qui jouaient aux Halles devant un public beaucoup moins choisi. Cf. le Jeu du Prince des Sotz et Raoullet Ployart.   28 Qui sont friands de gâteau des Rois, dont les reliefs traînent encore sur la célèbre Table de marbre de la Grand-Salle.   29 Ce mot était parfois masculin. Allusion à l’étable où arrivèrent les Rois Mages.   30 La connaissance divine. « Daniel/ Porte la science divine/ En son cuer et en sa poitrine. » (Guillaume de Machaut.)   31 Le linge. En ce jour de fête, la Grand-Salle est pavoisée.   32 Atelier d’un étameur. Les fêtes basochiennes étant très arrosées, les pots et les gobelets en étain n’y manquaient pas. Une des rengaines de la fête des Rois était : « Le Roy boit ! » Et tous les convives devaient alors en faire autant.   33 La maison. Nouvelle référence à l’étable des Rois Mages, et à l’étoile du Berger qu’ils ont suivie.   34 En effet, le Parlement de Paris siégeait dans la Grand-Salle du Palais de la Cité.   35 Des clercs de la Basoche. Son arroi = sa Cour.   36 Près de la porte se trouve une manne, c.-à-d. une grande corbeille en osier ; elle est retournée. Dessous, 3 Sottes qu’on ne voit pas encore imitent le caquetage des poules. Un bien curieux caquetage : COQ = pénis (« Adonc me dit la bachelette :/ –Que vostre coq cherche poulette ! » La Fontaine.) ÉRECTER = ériger (Godefroy). On se demande si les Sottes, qui sont étrangères, ne prononcent pas « cock erect » avec l’accent anglais.   37 T : dessus  (Cf. le vers 89.) J’ai reçu un choc, je suis assommé par la peur.   38 Favorable, bienveillant.   39 Sens figuré : un tel tourment (cf. les Rapporteurs, vers 84). Sens propre : une telle Fête (des Rois).   40 Exorciser, pour les faire apparaître.   41 Démon. « L’homme armé fist le signe de la croix en disant : Ennemy, je te conjure ! » (Cronicques gargantuines.) Le rondeau 166 de Charles d’Orléans s’intitule Ennemy, je te conjure.   42 T : taux  (On connaît surtout des diables à deux têtes. Mais les diables pouvaient eux aussi faire la « bête à deux dos », c’est-à-dire l’amour.)   43 J’ignore de quelle œuvre est tirée cette locution proverbiale. Notre auteur parodie peut-être la phraséologie chrétienne, qui diabolisait le paganisme : « Les Payens y avoient autrefois dressé un temple & un autel à leur Diane enragée. » (Vies des Saincts.) Mais le caractère colérique de la déesse amusait les poètes : « D’autres (…)/ Disent que Diane, enragée,/ S’estoit si rudement vengée/ Contre ce chasseur altéré. » (L’Ovide bouffon.)   44 Un diable. « Mais le grand diole y eut envie, et mist les Allemans par le derrière. » Pantagruel, 12.   45 L’étole est une bande de tissu que les exorcistes portent autour du cou.   46 Ce sera pour la semaine des quatre jeudis.   47 Au pied du mur.   48 Il retourne la manne qui cachait les Sottes, accroupies comme des poules, dont elles ont le langage (v. 83) et peut-être l’apparence : leur bonnet n’a pas d’oreilles d’ânes (v. 122), elles n’ont pas de dents (v. 142), et leur posture accroupie les empêche de marcher comme des humains (v. 126 et 167).   49 Il s’adresse aux 3 Sottes.   50 En ce lieu.   51 Pitié !   52 T : qui soient   53 Depuis le premier rang des spectateurs jusqu’au dernier.   54 Une hotte : la manne d’osier.   55 T : Puis   56 T : Que   57 Infects, pervertis.   58 Le 2° Sot n’a pas dit son nom, à moins qu’il ne manque des vers.   59 Sans bavarder inutilement.   60 T : Sottement  (Éventé = qui a la tête pleine de vent. « Il a le cerveau évanté. » Les Cris de Paris.)   61 Il avance sa brouette après en avoir ôté l’arbre qu’elle contenait.   62 T : pardonner   63 Sans artifices.   64 Du pays des Amazones, qui mirent sur pied une armée de pucelles, « les très plus beles/ Qui en cest monde fussent trouvées./ Ycelles vindrent de Féménye. » (Roman d’Élédus et Sérène.) Apparemment, les trois ambassadrices du royaume n’ont pas les qualités de leurs compatriotes.   65 T : bruyons   66 T : brunette  (On les met dans la brouette du vers 140.) Un de mes professeurs de la Sorbonne affirma un jour que la brouette avait été inventée au XVIIème siècle par Blaise Pascal ; on se demande alors avec quoi les bâtisseurs du Moyen Âge transportaient leurs pierres, et avec quoi les bourgeoises transportaient leurs godemichés.   67 T : labloy  (Mener aux abois = mettre dans une situation sans issue. Dict. du Moyen Français.)   68 Vicomte. Naturellement, le roi est bien au-dessus du vicomte ; mais les sotties prônent le mundus inversus.   69 T : belonde  (Mot inconnu.) Dans un duel à quatre, le second est celui qui prête main-forte : « Si vostre second est à terre, vous en avez deux sur les bras. » (Montaigne.) La Sotte se souvient qu’elle est une amazone. Mais les seuls duels que disputaient les rois de la Basoche étaient les parties de jeu de paume : le sceau royal de Pierre Barbe (qui fut le dernier roi de la Basoche de Rouen avant que ce titre ne soit remplacé par celui de régent) porte une raquette —avec un jeu de cartes et trois dés à jouer. On comprend pourquoi Guillaume Des Autels voyait dans son professeur de droit un « maistre des Raquetes ».   70 À votre pouvoir.   71 T : Despeschez vous  (« Tirer son haleine : Respirer. » <Furetière.> Il faut comprendre : Cessez de parler.)   72 T : Ve   73 Dû. « Du très-illustre Roy de la Bazoche, attendu sa qualité quia illi debetur honor. » (Recueil des Statuts du Royaume de la Bazoche.)   74 T : saueur   75 Il n’y a pas d’autre roi.   76 Sans doute est-ce Dame Bazoche, dont un suppôt tenait le rôle. Quand bien même il s’agirait de la reine de la Fève, dans ce milieu strictement masculin, on aurait aussi affaire à un travesti. La « reine Chicane » n’existait pas encore.   77 Calmez-vous.   78 La Justice a engendré des fous du prétoire, mais aussi des folles, bien avant la comtesse de Pimbesche des Plaideurs, Collantine du Roman bourgeois, ou la reine Chicane (note 76).   79 T : trestout troys  (Par-dessus tous les rois.)   80 Il faudrait une rime en -aine.   81 Votre personne. « Je ne me pourray garder de frotter ma laine avec quelque chicanoux. » Harangue de Turlupin le Soufreteux.   82 Nous ne tolérerons pas que vous présentiez un cadeau tous les deux.   83 Grommeler.   84 Il va chercher l’arbre à vits qu’il a apporté dans sa brouette. Naturellement, les Sottes veulent accaparer cet arbre à vits.   85 Dénigré.   86 Maigre.   87 Pommier qui donne des fruits aigres.   88 T : tu le tiens   89 Elles. (Idem au v. 309. Voir aussi « chascun » à 175. Les Sottes étaient jouées par des hommes.)  Radoté = retombé en enfance : « Tant estoit vielle et radotée. » Godefroy.   90 T : sceucer   91 Simplettes.   92 C’est à nous que le roi offrit de telles fonctions. La Basoche était une administration très bureaucratique.   93 Le fruit (lat. pomum). Offrir le fruit d’un arbre à vits était une attention délicate.   94 Je vous soutiens.   95 T : on sapporte  (Votre puissance sexuelle l’emporte sur. « Cest astre [le soleil] emporte tous les autres en splendeur et beauté. » Godefroy.)   96 Je vous exhorte. Il n’était pas rare d’offrir un cadeau en déclamant un poème. L’accompagner d’une pièce de théâtre demandait plus de moyens ; le Recueil de Copenhague nous a conservé une fort grivoise Présentation des joyaux, dialogue versifié que jouent un Sot et un messager tout en remettant ses cadeaux de mariage à une fiancée.   97 Planté, comme le May. Avec un sous-entendu : « Je suis si aise quand je cous,/ Si pour un C je mets un F,/ Qu’il m’est advis à tous les coups/ Que j’ente une mignonne greffe. » Béroalde de Verville.   98 Le Gaudisseur est allé lui aussi « en la terre de Prestre Jehan », royaume chrétien qu’on situait notamment en Éthiopie.   99 Cet évêque légendaire inspira les goliards, des basochiens en marge de l’Église. Ils sillonnaient l’Europe, et composaient en latin des poèmes très libres : voir les Carmina Burana.   100 T : a lan  (Antan = l’an dernier.) La rime était déjà chez Villon : « N’enquerez de sepmaine/ Où elles sont, ne de cest an,/ Qu’à ce reffrain ne vous remaine :/ Mais où sont les neiges d’antan ? »   101 Il n’y resta pas planté toute cette année.   102 T : dourdan  (Les bonimenteurs et autres marchands de reliques prétendaient rapporter du Jourdain toutes sortes d’objets fabuleux. « Je viens droit du fleuve Jourdain,/ De la fontaine de Jouvence,/ Où j’ay rapporté à mon sein/ Une beste de grant essence. » Les Sotz nouveaulx.)   103 T : ca  (Avant ce refrain, il manque 7 vers correspondant à la 3° strophe de cette ballade. Dessous, il manque le 1er vers de la 4° strophe.)   104 T : de ces iumens de brie  (Rime du même au même, inadmissible dans une ballade.)  Je vous affie = je vous l’affirme. Cf. le Gaudisseur, vers 44.   105 Les Sots plantent l’arbre à vits devant le roi.   106 De sa peau (la peau du pénis, en l’occurrence).   107 La prostituée. Cf. le Jeu du Prince des Sotz, vers 298.   108 Au sperme. « Elle jugeoit plustost qu’il (le chose viril) fût d’os, pource qu’elle en avoit le matin tiré la moüelle d’un. » Béroalde de Verville.   109 Logiquement, les pépins sont les testicules, qui renferment des graines.   110 Ces trois vertus : la beauté, la sagesse et la force. L’allégorie de l’arbre est redevable aux Complaintes et Épitaphes du Roy de la Bazoche, qu’André de La Vigne dédia au roi Pierre de Baugé, mort en 1501 : « L’arbre fleury, de vertus magnanime,/ Le parangon ayant tiltre de Roy,/ Le tronc d’Honneur, de Triumphe la syme. »   111 Les pièces comiques s’achèvent presque toujours sur une chanson à plusieurs voix. Celle-ci n’est pas arrivée jusqu’à nous, pas plus que le discours de remerciement du Roi de la Basoche.

 

LES SOTZ QUI REMETENT EN POINT BON TEMPS

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

LES  SOTZ  QUI  REMETENT

 

EN  POINT  BON  TEMPS

*

 

Cette sottie parisienne vit le jour en 14921. Charles VIII était devenu pleinement roi en mai 14912 ; le peuple crut alors que sa misère allait prendre fin. Pour preuve, trois boulangers qui trichaient comme tous les autres sur le poids du pain furent condamnés « à estre fustigés, nuds, de verges par les carrefours ». Le Parlement de Paris leur fit grâce (à la demande du roi) le 22 novembre 1491 ; mais le peuple3 retint surtout que cet arrêt du Parlement ordonnait aux boulangers « que doresnavant ils facent pain des bonté [qualité], blancheur et poids selon les dictes Ordonnances, sur peine d’estre pugnis corporellement ».

Autre raison d’espérer : le 6 décembre 1491, Charles VIII avait épousé Anne de Bretagne, ce qui mit un terme à la meurtrière et coûteuse guerre franco-bretonne.

La sottie, avec son final patriotique, rend bien compte de la bouffée d’espoir qui anima le pays pendant quelques mois.

Les personnages de la pièce sont connus par ailleurs, tels Bon Temps ou Mère Sottie. Le Général d’Enfance figure dans le Jeu du Prince des Sotz, et Tout dans la moralité Tout, Rien et Chascun (BM 56). Sotte Mine et Tête Légère s’appelaient Fine Mine et Tête Verte dans la sottie des Sotz triumphans.

Source : Recueil Trepperel, nº 12.

Structure : Rimes abab/bcbc, ralenties par une profusion de poèmes à forme fixe où l’on reconnaît 4 rondels doubles et 8 triolets. La quantité inhabituelle des indications scéniques laisse croire que Trepperel a imprimé le livret d’un chef de troupe.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

Soctie nouvelle à six personnages des

Sotz qui remetent en point Bon Temps

*

 

C’est assavoir :

    SOCTE  MINE

    TESTE  LIGIÈRE

    [MÈRE  SOCTIE  D’ENFFANCE]

    LE  GÉNÉRAL  D’ENFENCE

    BON  TEMPS

    TOUT 4

*

                             SOCTE MYNE, premier Sot, commence, estant à une fenestre 5.

             Debout ! debout !                  SCÈNE  I

              TESTE  LIGIÈRE,  à une aultre fenestre.

                                                Souffle, Michault6 !

              SOCTE  MYNE

              Les mauvais blédz sont-ilz mengiéz7 ?

              TESTE  LIGIÈRE

     [Le] deable emport8 les boulengiers

     Qui nous font mengier le pain chault9 !

              SOCTE  MYNE

5    De tout cela il ne leur chault.

     Ne seront-ilz point lédengiéz10 ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Debout, debout !

              SOCTE  MYNE

              Soufle, Michault !

              TESTE  LIGIÈRE

     Les mauvais blédz sont-il mengiéz ?

              SOCTE  MYNE

     Piller11 pacience nous fault

10    Tant que les vins soient vendengiéz12.

              TESTE  LIGIÈRE

     Ha ! nous en [serons revengiéz]13

     Après aoust, s’il n’y a deffault.

              SOCTE  MYNE

     Debout, debout !

              TESTE  LIGIÈRE

              Souffle, Michault !

              SOCTE  MYNE

     Les mauvais blédz sont-ilz mengiéz ?

              TESTE  LIGIÈRE

15    [Le] deable emport les boulengiers

     Qui nous font mengier le pain chault !

              SOCTE  MYNE

     Force est d’endurer.

              TESTE  LIGIÈRE

                Il le fault.

              SOCTE  MYNE

     Ung jour, serons hors de soucy.

              TESTE  LIGIÈRE

     Mais que jouons sur l’esch[a]uffault14,

20    Je diray d’or !

              SOCTE  MYNE

            Et moy aussi.

              TESTE  LIGIÈRE

     Le pain va bien à tout par luy15 :

     Il est plus grant qu’il ne soulloit16.

              SOCTE  MYNE

     Par le regard qui est sur luy17,

     Le pain va bien à tout par luy.

              TESTE  LIGIÈRE

25    On doit bien mauldire celluy18

     Par qui le commun se doulloit.

              SOTTE  MINE

     Le pain va bien à tout par luy :

     Il est plus grant qu’il ne soulloit.

              TESTE  LIGIÈRE

     Le peuple, brief, plus n’en povoit ;

30    Oncques telle doleur ne vids.

              SOTE  MINE

     Descendre nous fault.

              TESTE  LIGIÈRE

                 Ainsi soit !

              Ilz descendent.

              SOCTE  MINE

     Esse tout ?

              TESTE  LIGIÈRE

          Quoy ?

              SOCTE  [MINE]

              Et puis ?

              TESTE  LIGIÈRE

                   Et puis ?

              SOCTE  MINE

     Qui dit ?

              TESTE  LIGIÈRE

         Qui grongne ?

              SOCTE  MINE

                Qui grumelle19 ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Je viens20 d’avec[que] la femelle :

35    J’ay tant scellé21 que plus n’en puis.

               SOCTE  MYNE

     Et de quel lieu ?

              TESTE  LIGIÈRE

             De malpertuys22 :

     Tousjours maintiens l’orde23 jumelle.

              SOCTE  MINE

     Esse tout ?

              TESTE  LIGIÈRE

          Quoy ?

              SOCTE  MINE

              Et puis ?

              TESTE  LIGIÈRE

                  Et puis ?

              SOTTE  MYNE

     Qui dit ?

              TESTE  LIGIÈRE

         Qui grongne ?

              SOCTE  MYNE

                Qui grumelle ?

              TESTE  LIGIÈRE

40    Les bas instrumens24 j’entresuys ;

     Du bas mestier25 souvent me mesle.

              SOCTE  MYNE

     Pour tenir tétin et mamelle,

     Je suis froit com[me] l’eau d’ung puys.

              TESTE  LÉGIÈRE

     Esse tout ?

              SOCTE  MINE

          Quoy ?

              TESTE  LIGIÈRE

             Et puis ?

              SOCTE  MYGNE

                 Et puis ?

              TESTE  LIGIÈRE

45    Qui dit ?

              SOCTE  MINE

          Qui grogne ?

              TESTE  LIGIÈRE

                 Qui grumelle ?

     Je viens [d’avecque la femelle]26 :

     J’ay tant scellay que plus [n’en puis]27.

              [SOCTE  MINE]

     C’est le vray ?

              [TESTE  LIGIÈRE]

            Ad ce jeu me duictz.

              [SOCTE  MINE]

     La raison ?

              [TESTE  LIGIÈRE]

           Je suis baud28 de proys.

              [SOCTE  MINE] 29

50    Le [mal] feu arde tes conduys30 !

              [TESTE  LIGIÈRE]

     Je n’ay plus escus [d’or] de poix31.

              SOCTE  MINE

     Est-il vray ?

              TESTE  [LIGIÈRE]

           Ouÿ.

              SOCTE  MINE

              Je t’en croids.

              TESTE  LIGIÈRE

     Pour hanter l’instrument de bas,

     Je suis banny de saincte croix32.

55    Sainct Anthoine ard[e] le cabas33 !

              SOCTE  MINE

     C’est ung déduit.

              TESTE  [LIGIÈRE]

              Quel abus !

              SOCTE  MINE

                    Las !

              [TESTE  LIGIÈRE

     ……………………… -ète,]34

     Jamais je n’en puis estre las ;

     Et si, m’y romps et cul et teste.

              [SOCTE  MYNE]

     Quel plaisir !

              [TESTE  LIGIÈRE]

            Brief, le « jeu » j’appecte35.

              [SOTE  MINE]

60    J’en ay une qu[e j’]aime ung pou36 :

     Quant je luy fais37, si elle pète,

     [Que] saint Anthoine arde le trou !

     J’en suis tanné38.

              TESTE  LIGIÈRE

              Et moy, tout soû.

              SOTE  MINE

     Si, est-il force que je rive39 ;

65    Mais brief, c’est le port de Chatou :

     On n’y treuve ne fons, ne rive.

              MÈRE  SOCTIE  D’ENFFANCE     SCÈNE  II

     Socte Mine !

              SOCTE  MINE

            Qu(i) est là ?

              MÈRE  SOCTIE

                   Qui vive40 ?

              SOCTE  MINE

     Le41 trèsex[c]ellent Général

     (Pour son nom dire en général)

70    D’Enfance la suppellative42 !

              MÈRE  SOCTIE

     Du tout en tout, je suis pensive

     Qu’il ne vient cy, propos final.

     Teste Ligière !

              TESTE  LIGIÈRE

             Hau !

              MÈRE  SOCTIE

                Qui vive ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Le trèsexcellent Général !

              MÈRE  SOCTIE

75    Il viendra la cource hastive43,

     De voulloir franc et libéral,

     Revisiter44 l’original.

     L’eure n’est pas encor(e) tardive.

     Sote Mine !

              SOCTE  MINE

           Qu(i) est là ?

              MÈRE SOCTIE

                  Qui vive ?

              SOCTE  MINE

80    Le trèsexcellant Général

     (Pour son nom dire en général)

     D’Enfance la suppellative !

              TESTE  LIGIÈRE

     De vray, il joue45 à la « fossette ».

              SOCTE  MINE

     Il est sur quelque godinette46.

              TESTE  LIGIÈRE

85    Au bas mestier est déduisant.

              SOCTE  MINE

     C’est son train.

              MÈRE  SOCTIE

             C’est fait en enfant47.

              TESTE  LIGIÈRE

     Joueroit-il point à la « touppie48 » ?

              SOCTE  MINE

     Quelque part il crocque la pye49.

              TESTE  LIGIÈRE

     Il est des dames poursuivant.

              SOCTE  MYNE

90    C’est son train.

              MÈRE  SOCTIE

             C’est fait en enfant.

              TESTE  LIGIÈRE

     Il est aux champs avec les filles.

              SOCTE  MINE

     Il s’esbat voulentiers aux « billes50 ».

              TESTE  LIGIÈRE

     C’est ung jeu où51 est triumphant.

              SOCTE  MINE

     C’est son train.

              MÈRE  SOCTIE

             C’est fait en enfant :

95    Esse [cy son train]52 flourissant,

     Esse cy le joyeux53 rapport.

     Mes Sotz de couraige plaisant,

     Appellez-le, soit droit ou tort54 !

              SOCTE  MINE,  en chantant :

     Général !

              TESTE  LIGIÈRE

          Général !

              SOCTE  MINE

                 Général !  Il dort.

          LE  GÉNÉRAL  D’ENFANCE  monte à cheval 55 et vient.

100   Et ! je fais vos fièvres quartaines !        SCÈNE  III

             Mais tenez, quelz deux cappitaines56 !

     Je viens de mettre cul à bord57 ?

              SOCTE  MINE

     Général !

              TESTE  LIGIÈRE

          [Général !

              SOCTE  MINE]

               Il dort.

              LE  GÉNÉRAL

     Je viens d’avec le pitancier58

105   Du couvent de Serre-Fessier59,

            Là où j’ay scellé ung rapport60.

             SOCTE  MINE

     Général !

              TESTE  LIÉGIÈRE

          Général !

              SOCTE  MY(G)NE

               Il dort.

              [LE]  GÉNÉRAL

     Mes Sotz, par le soleil qui raye61,

     Avecques l’abbesse de Roye62

110   J’ay passay la rivière au port63.

              TESTE  LIGIÈRE

     Général !

              SOCTE  MYNE

          Général !

              TESTE  LIGIÈRE

               Il dort.

              MÈRE  SOCTIE

     Pour moy donner bon réconfort,

     Mon enffant Général d’Enffance,

     De descendre64 mectz ton effort,

115   Pour moy donner65 esjouyssance.

              LE  GÉNÉRAL

     Je l’accepte.

              SOCTE  MYNE

            À tout !

              TESTE  LIGIÈRE

                Vive Enffance !

              LE  GÉNÉRAL

     Je voys à vous, ma mère sote.

              MÈRE  SOCTIE

     Ayez de mon fait souvenance.

              LE  GÉNÉRAL

     Je l’accepte.

              SOCTE  MYNE

           À tout !

              MÈRE  SOCTIE

               Vive Enffance !

120   Pour dire motz à [ma] plaisance,

     Viens, mon enffant, ou je rassocte !

              LE  GÉNÉRAL

     Je l’accepte.

              SOCTE  MINE

            À tout !

              MÈRE  SOCTIE

                Vive Enffance !

              LE  GÉNÉRAL

     Je voys à vous, ma mère sote.

              TESTE  LIGIÈRE

     Il passe au bac66 à la pissocte.

              SOCTE  MINE

125   Comme quoy67 ?

              TESTE  LIGIÈRE

              En fais et en dictz,

     Il ne quiert point l’ordre bigotte68

     Pour serrer le déprofundis69

              SOCTE  MYNE

     C’est ung ouvrier !

              TESTE  LIGIÈRE

               En ses habitz,

     Autant luy [sont] targes qu(e) escus70.

130   Par force de river [le] bis71,

     Il apprent à tendre aux cocus72.

           LES  DEUX  SOTZ  chantent ensemble ce qui s’ensuit :

     Vive Enffance, garny(s) de Sotz testus !

     Par luy, sommes de nouveau [bien] vestus.

     Car le premier si luy est secourable

135   Pour le créer en hault bruit honnorable73.

              LE  GÉNÉRAL

     Tout est venu74, mectez la table !

              LES  DEUX  SOTZ,  en chantant :

     Nous chanterons maulgré tous [co]quibus75.

     Le Général a assez de quibus76 ;

     [Si] en soctie77 il se monstre notable,

140   Il peut tenir gros roussins78 en l’estable.

              Adonc monte le Général sur l’eschauffault.

              SOCTE  MYNE

     Honneur, Général redoubtable !

              LE  GÉNÉRAL

     Pour maintenir esjouyssance,

     Que mon siège soit préparé !

     Ma mère Soct[i]e, à plaisance,

145   Vécy le vostre tout paré.

              MÈRE  SOCTIE

     Vive l’enffant trèshonnouré

     Qui d’Enffance est [le] Général !

     Vostre bruit79 si est repparé

     Par le bon temps espicial80.

              LE  GÉNÉRAL

150   De vouloir franc et libéral,

     Bruyre je vueil de plus en plus.

     Sus, mes Sotz, à mont et à val !

     A-il rien de nouveau81, au surplus ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Le chier82 temps nous a ruéz jus.

              SOCTE  MYNE

155   J’ay83 mengié ma vigne en verjus.

              TESTE  LIGIÈRE

     Année84 ne fut onc si parverse.

              SOCTE  MYNE

     Povres gens mengent les pois crus.

              TESTE  LIGIÈRE

     J’en ay mains lourds escotz acrus85.

              LE  GÉNÉRAL

     La saison a esté diverse.

              SOCTE  MINE

160   Le pain a esté si petit !

              TESTE  LIGIÈRE

     J’avoye si bon appétit !

              [SOCTE  MYNE]

     Qui a fain, fault-il qu’on [le] verse ?

              TESTE  LIGIÈRE

     Ung pain tant noir, gras et recuict !

              SOCTE  MYNE

     Ung pain pesant et si mal cuict !

              MÈRE  SOCTIE

165   La saison a esté diverse.

              SOCTE  MYNE

     Les boulengiers m’ont fait jeûner.

              TESTE  LIGIÈRE

     Je fus ung jour sans desjuner.

              SOCTE  MYNE

     Maint en est cheu86 à la reverse.

              TESTE  LIGIÈRE

     Nully ne voulloit rien prester.

              SOCTE  MYNE

170   On ne trouvoit où emprumpter.

              LE  GÉNÉRAL

     La saison a esté diverse.

              SOTE  MYNE

              Le Général plain de sagesse 87

     [Excellente est, grande et haultaine,]88

     [La] Court de Parlement souvraine89 :

175   Sur le pain, el a mis bon rum90.

              LE  GÉNÉRAL

     C’est la nourice du commun91.

             El a fait droict de grant arrum.

              MÈRE  SOCTIE

             C’est la nourice du commun.

              SOCTE  MYNE

     Comme source de sapience,

180   Fontaine de toute science,

     Aiday nous a92, il est commun.

              LE  GÉNÉRAL

     C’est la nourrice du commun.

              TESTE  LIGIÈRE

     Paris, où gist toute saigesse :

     Pour ressourdre93 nostre foiblesse,

185   Tu as resjouy ung chascun.

              MÈRE  SOCTIE

     C’est la nourrice du commun.

              SOCTE  MYNE

     Souverain lieu, porte royal[e] :

     Soubz la couronne espicial[e]94,

     Resjouys nous as en commun.

              LE  GÉNÉRAL

190   C’est la nourrice du commun.

     Dieu la garde d’ennuy aulcun !

     Espérer fault bonnes nouvelles.

              SOCTE  MYNE

     Les blédz sont beaulx.

              TESTE  LIGIÈRE

                 Vignes sont belles.

              MÈRE  SOCTIE

     Gaudéamus95 !

              LE  GÉNÉRAL

             Vive bon temps !

              SOCTE  MINE

195   Maulgré les usurie[r]s rebelles,

     Les blédz sont beaulx.

              TESTE  LIGIÈRE

                 Vignes sont belles.

              SOCTE  MINE

     Le chier96 temps, par façons cruelles

     Nous a chastiéz, bien l’entens.

              TESTE  LIGIÈRE

     Les blédz sont beaulx.

              SOCTE  MINE

                 Vignes sont belles.

              TESTE  LIGIÈRE

200   Gaudéamus !

              LE  GÉNÉRAL

            Vive bon temps !

     …………., j’en suis contens :

     Appellez Bon Temps, et qu’il vienne !

     Affin que de luy il souvienne,

     De le veoir icy je prétens.

              SOCTE  MINE,  en huchant 97 :

205   Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

            Bon Temps !

              SOCTE  MINE

                   Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

                          Bon Temps !

            BON  TEMPS,  estant à une fenestre.   SCÈNE  IV

     Me vécy ! Suis-je bien en point98 ?

     Maistre suis de[s] povres items99.

              SOCTE  MYNE,  en huchant :

     Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

            Bon Temps !

              SOCTE  MINE

                   Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

                          Bon Temps !

              BON  TEMPS

     Piéçà100 je ne fus sur les rengs.

210   Le dieu Mars m’a mys en pourpoint101.

              SOCTE  MINE,  en huchant :

     Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

            Bon Temps !

              SOCTE  MINE

                   Bon Temps !

              TESTE  LIGIÈRE

                          Bon Temps !

              BON  TEMPS

     Me vécy ! Suis-je bien en point ?

              TOUT,  estant à une fenestre.     SCÈNE  V

     Et moy, des jeux, n’en suis-je point ?

     Me vécy prest de bout en bout.

              SOCTE  MYNE

215   Et comment te nomme[s]-tu ?

              TOUT

                     Tout.

     J’ay esté perdu long espace102 ;

     Mais Bon Temps (qui tout bien compasse)

     Et Bonne Paix m’ont mis debout.

     [………………………… -out

     …………………………. -ace.]

              LE  GÉNÉRAL

     Et comment te nommes-tu ?

              TOUT

                    Tout.

220   [J’ay esté perdu long espace.]

              BON  TEMPS

     De guerre nous avons le bout103,

     Dieu mercy et sa digne grâce !

              TOUT

     La noble Anne104 [a] plaisant[e] face ;

     Si, nous a resjouys du tout105.

              MÈRE  SOCTIE

225   Et comment te nommes-tu ?

              TOUT

                    Tout.

     J’ay esté perdu long espace ;

     Mais Bon Temps (qui tout bien compasse)

     Et Bonne Paix m’ont mis debout.

              BON  TEMPS

     Pour vous en racompter du tout106,

230   En Enffance je me vueil rendre.

              TOUT

     Et moy aussi g’y ay le goust.

     Descendre nous fault sans actendre.

              LE  GÉNÉRAL

     De les recuillir vous fault tendre107.

              BON  TEMPS

     Nous deux, allons veoir les esbatz !

              MÈRE  SOCTIE

235   Bon Temps, mon mignon doulx et tendre :

     Il te plaise descendre à bas !

              BON  TEMPS  et  TOUT  descendent.

             Dis[en]t en chantant ce qui s’ensuit :

     Vive soulas    Et tout esjouyssance108 !

     Sans estre las,   Nous allons en Enffance ;

     Bon Temps le veult, qui n’est perdu.

              SOCTE  MINE  et  TESTE  LIGIÈRE

              cha[n]tent ce qui s’ensuit :

240   Bon Temps, tu soyes le bien venu !

              BON  TEMPS  et  TOUT,

              en chantant ce qui s’ensuit :

     Les usurie[r]s    Nous ont fait grant grevance,

     [Et] boulengiers,  Du mal à grant outrance109.

     Mais ont eu la fessée110 au cul !

              SOCTE  MYNE  et  TESTE  LIGIÈRE

              [chantent] ce qui s’ensuit :

     Bon Temps, tu soyes le bien venu !

              SOCTE  MINE

245   Montez111 !

              TESTE  LIGIÈRE

           Montez !

              SOCTE  MYNE

               Au résidu112,

     Saluez le hault Général !

              BON  TEMPS,  en saluant le Général :

     De vouloir royal,

     Doulx et cordial,

     Hommaige vous rends.

              LE  GÉNÉRAL

250   Bien viengnez, Bon Temps !

              TOUT,  en saluant Mère Soctie :

     Socte triumphante,

     En soctoys113 puissante :

     Vers vous viens la voye.

              MÈRE  SOCTIE

     Tout, Dieu vous doint joye !

              BON  TEMPS

255   Noble Général

     De voulloir royal,

     Je viens sur voz rengs.

              LE  GÉNÉRAL

     Bien viengnez, Bon Temps !

              TOUT

     La Mère d’Enfance,

260   Honneur et114 puissance

     Jésus vous envoye !

              MÈRE  SOCTIE

     Tout, Dieu vous doint joye !

              BON  TEMPS

     Je suis bien de la morte-paye115,

     Il y pert116 bien à mes habitz.

              TOUT

265   Qui n’a point d’argent, rien ne paye.

              BON  TEMPS

     Je suis bien de la morte-paye.

              LE  GÉNÉRAL

     Bon cueur, sus117 !

              TOUT

              Saint Denis, mont-joye118 !

              BON  TEMPS

     On m’a servy de pain trop bis119.

     Je suis bien de la morte-paye,

270   Il y pert bien à mes habitz.

              LE  GÉNÉRAL

     Vray Dieu ! comment Tout est desmis120,

     Tout est deffait, en piteux point !

              SOCTE  MINE

     Bon Temps, qui t’a en ce point mis,

     De malle fièvre soit-il oingt !

              TESTE  LIGIÈRE

275   Bon Temps, tu es en povre point !

              SOCTE  MINE

     Mais comment Tout est desnué !

              BON  TEMPS

     Je n’ay ne robe ne pourpoint.

              MÈRE  SOCTIE

     Bon Temps, tu es en povre point !

              TOUT

     Sur ma robe, on n’y congnoyst point121 ;

280   Cest yver, n’ay guières sué.

              TESTE  [LIGIÈRE]

     Bon Temps, tu es en povre point !

              SOCTE  MINE

     Mais comment Tout est desnué !

              BON  TEMPS

     Pensez, on m’a bien gouverné !

     Depuis vingt ans, sans mesprison,

285   J’ay esté tousjours en prison

     Pire, cent fois, que la Gourdaine122.

              LE  GÉNÉRAL

     Bon Temps, tant tu as eu de paine !

              TOUT

     Et moy, par la guerre terrible,

     Long temps a que ne fus paisible.

290   Chascun jouoyt123 à l’esperdu.

              MÈRE  SOCTIE

     Tout a esté long temps perdu.

              LE  GÉNÉRAL

     Pour mieulx fournir le résidu,

     Je vueil, sans y mectre débat,

     Que Tout soit remys en estat.

295   Et pour mieux entendre le point,

     [………………………. -oint,]

     Et qu’en ce, n’y ait point de lobe124.

              SOCTE  MINE

     Bon Temps, endossez ceste robe

     Et ce chapperon.

              BON  TEMPS

              Vive Enffance !

              TESTE  LIGIÈRE,  en vestant Tout :

     Affin que nul si ne vous lobe125,

300   Çà, Tout : endosse[z] ceste robe.

              LE  GÉNÉRAL

     Que Bon Temps de ma Court ne hobe126,

     Ne Tout aussi : c’est ma plaisance.

              SOCTE  MYNE

     Bon Temps, endossez ceste robe

     Et ce chapperon.

              TOUT

              Vive Enffance !

              LE  GÉNÉRAL

305   Puisque Tout se rend en Enffance,

     Et Bon Temps, je ne puis périr.

              MÈRE  SOCTIE

     Nous au[r]ons des biens habondance,

     Puisque Tout127 se rend en Enffance.

              BON  TEMPS

     De moy on a esjouyssance :

310   Nully ne vous pourra férir128.

              SOCTE  MYNE

     Puisque Tout se rend en Enffance,

     Et Bon Temps, je ne puis périr.

              LE  GÉNÉRAL

     Pour [mieulx] liesse entretenir,

     Çà, Bon Temps : par bon[ne] accordance,

315   Ensemble dancez129 une dance,

     Remerciant Dieu le pasteur.

     [Socte Mine]130, tu es ung chanteur :

     Commence ! Prens-la de bon ton131.

              SOCTE  MYNE,  en chantant :

     Laudate, pueri, Dominum132 !

320   Bon Temps avons icy.

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri !

              SOCTE  MYNE

     Bon Temps avons icy,

     Et Tout nous gouvernon.

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri, Dominum !

              SOCTE  MYNE

325   Paix avons, Dieu mercy !

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri !

              SOCTE  MYNE

     Paix avons, Dieu mercy,

     Maulgré division133.

              Les aultres respondent :

     Laudate, pueri, Dominum !

              LE  GÉNÉRAL

330   Vive [la] France en unyon134,

     Tant que monde sera sur Terre !

              MÈRE  SOCTIE

     Vive le Bon Temps et son non135,

     Qui le povre commun desserre136 !

              TOUT

     Jamais ne puisse-il estre guerre

335   Jusques tant que Bon Temps la face137 !

 

              LE  GÉNÉRAL

     Seigneurs, voyez en ceste place

     Que Tout est remis en estat.

     Bon Temps, avant que je desplace138,

     Est remis en point sans débat.

340   Jésus, qui les péchéz rabat,

     Vueille préserver de souffrance

     Et tenir en joyeulx esbat

     Le noble royaulme de France

     Sans faire nulle déléance139

345   Ne nulle vindication140 !

 

     Socte Myne, à ta plaisance,

     Dy deux motz de collacion141 !

                   EXPLICIT

*

1 Entre le 9 février (note 104) et le 21 avril (note 84). Elle fut probablement créée à l’occasion du Mardi gras, le 6 mars.   2 Depuis 1483, il régnait sous la tutelle de sa sœur aînée, Anne de Beaujeu. (Cf. les Rapporteurs, note 63.) Le peuple ne le tenait donc pas responsable des abus fiscaux de la régente (voir la note 101).   3 La sottie des Premiers gardonnéz en parle aussi, aux vers 146-148.   4 T : Tout estant  (Mauvaise lecture de la didascalie qui précède le vers 213.)   5 Les acteurs apparaissent aux fenêtres d’une maison. Ils vont descendre sur la place (à l’aide d’une échelle ?) pour gagner l’estrade.   6 Locution proverbiale qu’on trouve par exemple dans Mieulx-que-devant (BM 57).   7 Les mauvais jours sont-ils derrière nous ? Par association d’idées, on va passer du blé au pain.   8 « Le diable emport le cousinaige ! » Le nouveau Pathelin.   9 Pour faire un profit immédiat, ils le vendent sans l’avoir laissé reposer. « Après que le pain est cuit et tiré hors du four, il doit reposer à tout le moins par l’espace et distance d’un jour devant que d’estre mangé, pour ce que le pain chauld est mauvais, attractif de mauvais air, et est peu conforme à nature humaine. » (Régime de vivre, et conservation du corps humain.) Cette prescription du « panis non calidus », édictée par l’école de médecine de Salerne, était encore très suivie.   10 T : fredengiez  (Laidenger = blâmer.)   11 Prendre. « Haulcer les espaulles et piller patience. » Jehan Marot.   12 Jusqu’en automne. On espérait une remise en ordre après le mois d’août (vers 12).   13 T : ferons vendengiez  (Nous en serons vengés, nous aurons notre revanche.)   14 Si nous jouons sur un échafaud [sur une estrade], j’en dirai de belles. Les acteurs de sotties passaient en revue les grands et les petits scandales du moment.   15 Par lui-même. « Qui est à tout par luy : Qui se gouverne par soy-mesme. » Robertus Stephanus.   16 Qu’il ne l’était. Voir ma notice.   17 Parce que les autorités surveillent le pain.   18 Le très impopulaire Louis XI, père de Charles VIII, avait multiplié par trois les rentrées d’impôts.   19 Grommelle.   20 T : vieus   21 Tamponné avec mon sceau viril. Confusion fréquente avec seller : « –Toutteffois semble-elle bien saige,/ Et chacun la tient pour pucelle./ –Et que voullez-vous ? On la selle ! » Celuy qui se confesse à sa voisine, F 2.   22 Du mauvais trou, de l’anus, par opposition au pertuis, qui désigne couramment le vagin : cf. Gratien Du Pont, vers 255.   23 T : lordre  (Les jumelles merdeuses sont les fesses des femmes : cf. Raoullet Ployart, vers 57. Il faut comprendre : J’entretiens toujours les fesses.)   24 Les vulves. « L’official condamna la pauvre jeune fille à prester son beau et joly instrument à son mary pour y besongner. » (Bonaventure Des Périers.) Même expression au vers 53.   25 Du coït. (Cf. la Réformeresse, vers 249.) Idem vers 85.   26 T : donce la semelle  (Entre les vers 46 et 50, la distribution des rôles se décale : T donne les répliques de Tête Légère à Sotte Mine, et inversement. Je rétablis entre [ ] les rubriques logiques.)   27 T : rien   28 T : beau  (Être baud de = être avide de. « Ribauds/ Qui de tout prendre sont si bauds. » Godefroy.)  Prois = cul. <Godefroy dit plus chastement : le derrière.> C’est un mot d’argot répertorié dans la Vie généreuse des mercelots : « La forest du prois : hault-de-chausses. Filer du prois : chier. L’aquige-proys [le trompe-cul] : la couille. » La phrase du sodomite Tête Légère se traduit ainsi : Je suis avide de culs.   29 T : teste creuse  (Même négligence aux vers 52, 56 et 280.)  Teste Creuse est également un Sot ; il jouait dans la sottie des Coppieurs et Lardeurs <T 8>, et dans celle des Sotz qui corrigent le Magnificat <T 5>.   30 Tes intestins.   31 Ayant le poids réglementaire. « Vingt escuz d’or de poys. » Archives de Nantes.   32 Je n’ai plus « ni croix ni pile », les femmes m’ont ruiné. Par métonymie, on appelait « croix » les monnaies dont le côté face s’ornait d’une croix : cf. le Testament Pathelin, vers 398.   33 Que le feu de saint Antoine brûle les culs ! (Idem vers 62.)  Cabas = cul : « Rembourreux d’enffuméz cabas,/ Laisser vous fault vostre mestier/ Sans plus fourbir ces vielz harnas. » Ballade.   34 À partir de ce vers manquant et jusqu’à 60, la distribution se décale à nouveau.   35 Je désire le coït. Sotte Mine comprend « jà pète », d’où sa réplique.   36 J’ai une femme que j’aime un peu.   37 Quand je lui fais l’amour. Cf. Colin, filz de Thévot, vers 175.   38 Fatigué.   39 « River : foutre. » (La Vie généreuse des mercelots.) Idem vers 130.   40 Elle pousse le cri de reconnaissance des soldats. En réponse, il faut qu’on acclame son fils, le Général d’Enfance.   41 Vive le Général !   42 La très puissante. Le Général gouverne le pays d’Enfance (vers 146-7). Ce pays de Cocagne où l’on trouve Tout et le Bon Temps (vers 305-6) est une homophonie de « en France ».   43 En courant.   44 T : ie reuisite  (Visiter son origine, sa source : sa mère.)   45 T : iouye  (Fossette = sexe de la femme : « Cons rondelets, corallines fossettes. » Ronsard.)  « Encore qu’il soit desgarni de boules, si peut-il néanmoins jouer à la fossette. » Bruscambille, Des chastréz.   46 Mignonne. « Quant cuyda prendre son délit [plaisir]/ De nuyt avec sa godinette. » Éloy d’Amerval.   47 Les Enfants sont les insouciants habitants du pays d’Enfance (note 42).   48 Cône de bois d’aspect vaguement phallique. Synonyme de toton, qui désigne la toupie et le pénis : « [Elle] reprend le toton, et le dresse/ Aussi-tost qu’il est abbatu. » Pierre Motin.   49 Il boit du vin. Cf. le Gaudisseur, vers 9.   50 Bille [bâton] = pénis. (Cf. Ung jeune moyne et ung viel gendarme, vers 127.) Du coup, on se demande s’il n’est pas au Champ-Gaillard (Jénin à Paulme, note 133) avec les filles de joie.   51 T : qui  (Où il triomphe.)   52 T : si son t tain   53 T : iouyeux  (Un rapport sexuel. Idem vers 106.)   54 Qu’il soit bandé ou débandé. « [Elles] ayment mieux le droit que le tort. » La Fluste à Robin.   55 Dans le Jeu du Prince des Sotz (vers 156), le Général d’Enfance montera encore sur un cheval de bois.   56 Ils me donnent des ordres comme des capitaines de navire. La métaphore maritime continue au vers suivant.   57 Suis-je donc sur un bateau ? « Le cul à bort mettre. » (E. Deschamps, Je vous souhaite entre vous, gens de mer.) La réponse –scatologique– est dans la question, puisque « mettre le cul à bord » = mettre le cul à l’air : « [Le prieur] mit le cul à bort et lui fit un pet. » (Coutumier de France.)   58 J’étais avec l’économe.   59 « Le grant prieur de Bondeculage, à Serrefessier », publia vers 1510 des Ordonnances touchant « la réformation des courtes chausses », autrement dit, des caleçons.   60 Un rapport sexuel (vers 96). Pour sceller, voir la note 21.   61 Rayonne.   62 Raie des fesses. « Vous baiseriez plus tost ma roye ! » (Jehan Molinet.) Le jeu de mots sur la ville picarde de Roye était commun : « Ne nous logeons jamès auprès de Roye ! » (Molinet.)  63 Je l’ai pénétrée.   64 Elle l’invite à descendre de son cheval de bois et à monter sur l’estrade. Il obéira au vers 141.   65 T : doibt  (Même modèle que 112.)   66 Il devient impuissant. (Cf. le Testament Pathelin, note 24.)  Pissote = appareil urinaire des femmes. (C’est l’équivalent féminin du pissot : cf. les Chambèrières, vers 77.)  La phrase est ironique : Tête Légère pense le contraire de ce qu’il dit.   67 Pourquoi ?   68 Il ne recherche pas l’ordre religieux de Serre-Fessier pour coïter. (Encore une antiphrase !)  Ordre était parfois féminin : « Il ne debvoit y avoir deux couvens d’une ordre ne d’une religion des mendians. » Chroniques de la ville de Metz.   69 Un vagin (littéralement : le fond de l’abîme). « Du de profundis nous jouerons./ Le bout des reins nous remuerons. » Le Mariage de Robin Mouton, F 32.   70 La targe est la monnaie des ducs de Bretagne, et donc de la reine (v. ma notice) ; l’écu est la monnaie de la France, et donc du roi. Les riches habits du Général sont le fruit de ces deux sources harmonieuses. Malheureusement, cette parabole édifiante est quelque peu gâchée par les deux vers qui riment avec ceux-ci…   71 Le sexe d’une femme. « La belle fille entre les bras,/ Et river le bis à plaisance/ Dix foys la nuyt. » Folle Bobance, BM 40.   72 À attraper les coucous avec un filet. Pour le jeu de mots sur cocus, voir le Faulconnier de ville, vers 90.   73 Car le premier venu vient à son aide pour lui conférer une bonne renommée.   74 Me voici ! (Au pays d’Enfance, on passe vite du lit à la table.) Ce vers proverbial reviendra dans Maistre Mymin qui va à la guerre <vers 28>.   75 Dans la sottie du Roy des Sotz (BM 38), Coquibus est un rapporteur, un médisant.   76 D’argent. Cf. Maistre Pierre Doribus, vers 50.   77 Dans la condition de Sot.   78 Chevaux. Mais aussi, pénis : « Son roussin cloche/ Et ne sonnoit qu’à une cloche. » (Molinet.)  Étable = vagin : «Mon povre courtault [pénis]/ Que j’ay (…) souvent logé en froide estable,/ Le povre, las ! est recru sur le sable ;/ De servir plus en crouppe ne luy chault. » (Parnasse satyrique.)   79 Votre réputation.   80 Exceptionnel.   81 « Il n’y a rien nouveau soubz le soleil. » Marguerite de Navarre.   82 Cher, onéreux. Idem vers 197.   83 T : Je  (J’ai vendangé avant l’heure, à perte.)   84 L’année commençait le jour de Pâques. Nous sommes donc toujours dans la calamiteuse année 1491, qui s’acheva le 21 avril 1492.   85 J’ai fait crédit de grosses dettes. « [Ilz] vinrent à ung tavernier à qui ilz devoient, prier qu’il leur accreust encores ung escot. » Godefroy.   86 Chu, tombé d’inanition.   87 Le début de ce poème en aabB/ccbB est abîmé. Eugénie Droz le corrige différemment dans son édition (p. 282).   88 T : lexcellente et grant haultesse  (Hautain = suprême.)  Martial d’Auvergne, procureur au Parlement de Paris, applique à la Justice les mêmes termes élogieux : « [Ils] venoient au roy et royaume de France/ (Pour le renom et la haulte excellance/ De la Justice lors régnant très hautaine)/ Quérir justice comme la souveraine. »   89 Villon lui-même avait adressé une Louenge à la Court du Parlement de Paris : « Souvraine Court, par qui sommes icy,/ Vous nous avez gardé de desconfire ;/ Or la langue seule ne peut souffire/ À vous rendre souffisantes louenges. »   90 Bon ordre (run). Voir ma notice.   91 Du peuple.   92 T : as  (La Cour du Parlement nous a aidés.)   93 Pour nous relever de.   94 Sous l’égide de la couronne royale. « Amenez Tibère demain :/ Le premier empereur rommain/ Le feray. Et ne faillez pas :/ Je luy vueil avant mon trespas/ Donner couronne espécialle. » Mystère des Actes des Apostres.   95 Réjouissons-nous !   96 T : cheir  (Cher, onéreux.)   97 En appelant.   98 Bien habillé. Il est vêtu de haillons (vers 210, 264, 277).   99 Des gens qui sont aussi pauvres que moi. (On prononçait itan.)   100 Depuis longtemps.   101 La guerre m’a laissé en chemise. La guerre entre le royaume de France et le duché de Bretagne (1487-1491) avait occasionné des levées d’impôts supplémentaires.   102 Longtemps.   103 La fin. Une fin provisoire, puisque Charles VIII allait bientôt déclencher les interminables guerres d’Italie, où la France n’a rien gagné d’autre que la syphilis.   104 Anne de Bretagne, la nouvelle reine, fit son entrée solennelle dans Paris le 9 février 1492. Séduit par cette jolie fille de 15 ans, le peuple lui réserva un accueil délirant.   105 Tout à fait.   106 Pour tout vous dire.   107 Vous devez les accueillir. (Il parle à ceux qui sont en bas.)   108 E. Droz (p. 256) voit ici une parodie de la chanson Vive le roy et sa noble puissance. Étant donné que ladite chanson est à la gloire de François Ier, c’est plutôt elle qui devrait parodier la nôtre… On remarquera les rimes des césures.   109 T : outraige   110 Des coups de verges. Voir ma notice.   111 Sur l’estrade. (Il s’adresse à Bon Temps et à Tout, qui viennent de descendre sur la place.)   112 T : Anresidu  (Au résidu = au reste.)   113 En sottise. « Il a l’esprit à la cuysine,/ Ce jaune-bec [blanc-bec], en son sotoys. » Sottie de la Pipée.   114 T : a   115 Je suis comme ces vieux soldats qui ne touchent qu’une demi-solde.   116 Cela apparaît.   117 Cri de guerre. « Bon cœur, souldart ! Bon cœur, sus ! Entre, monte, tue ! » Tragédie du sac de Cabrières.   118 Cri de guerre des rois de France.   119 Trop noir, dont la farine contient des scories, comme au vers 163. L’arrêt de 1491 réglementait la blancheur du pain (v. ma notice). Sous ce vers, T ajoute en vedette : Tout   120 Ruiné : à cause de Louis XI et de la régente, Tout est aussi pauvre que Bon Temps.   121 On n’y reconnaît pas un seul point, une maille intacte. « De robe, ne lui remest [reste] poinz. » Godefroy.   122 Une des geôles du Grand Châtelet. Il y a peut-être là une évocation du cardinal Balue : emprisonné par Louis XI de 1469 à 1480, il dormait dans une cage. Cf. les Sotz escornéz, vers 294-7.   123 T : a iouay   124 De tromperie.   125 Ne se moque de vous.   126 Ne bouge.   127 « Bien heureux est-il, en ce monde,/ [Celui] qui a Tout : nul bien ne luy fault. » Tout, Rien et Chascun, BM 56.   128 Frapper.   129 T : dancer  (Ils vont danser sur une parodie liturgique en forme de répons : c’est à peu près ce qu’on voyait dans les églises lors de la Fête des Fous.)   130 T : Soustenu  (« Tu es » se scande « t’es ».)   131 Attaque la chanson dans la bonne tonalité.   132 T : dominuz  (« Louez, enfants, le Seigneur ! » Psaume 112.)  On prononçait « Dominon ».   133 La division entre la couronne de France et le duché de Bretagne. Le mariage royal avait enfin ramené la paix : v. ma notice.   134 On œuvrait à un « édit d’union » entre la Bretagne et la France ; il fut signé 40 ans plus tard.   135 Son nom.   136 Qui libère le pauvre peuple.   137 À la fin du carnaval, une joyeuse mêlée opposait le cortège de Mardigras et celui de l’austère Carême. (Cf. la Bataille de Caresme et de Charnage, le Testament de Carmentrant [Carême-entrant], et surtout la Bataille de sainct Pensard à l’encontre de Caresme.) On considère que notre sottie fut jouée pendant les jours gras, dont l’incontournable Bon Temps était l’un des piliers. Le mot d’ordre du carnaval était de « rouler bon temps », de profiter des bons moments. Cf. les Fanfares (…) des Roule-Bontemps de la haute et basse Coquaigne (1613). Aujourd’hui, la devise « Laissez-les Bon Temps rouler ! » ne retentit plus que chez les Cadiens de Louisiane, lors du Mardi gras.   138 Avant que je ne me déplace, que je ne m’en aille.   139 Sans délai.   140 Revendication.   141 De discours. C’est traditionnellement une chanson.

 

LES PREMIERS GARDONNÉZ

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

 

*

LES  PREMIERS  GARDONNÉZ

*

 

Cette sottie parisienne, sans doute jouée le 6 janvier 1492, est une « farce de collièges1 ». Le Principal du collège, nouvel avatar du Prince2 des Sots, retrouve des élèves fugueurs3. Parmi eux, le chouchou du maître, qui sera le premier guerdonné [récompensé].

À l’Épiphanie4, le 6 janvier, les collégiens célébraient la « feste du Roy de la febve ». Ils se déguisaient, puis jouaient des « farces, mommeries ou sottises » composées par eux-mêmes. Le Parlement de Paris confiait au principal du collège la rude tâche d’expurger le texte.

Source : Recueil Trepperel, nº 13.

Structure : Rimes abab/bcbc, rimes plates, avec 1 triolet, et une espèce de lai à trois rimes. Une fois de plus, le travail de l’imprimeur est de plus en plus fautif quand il approche de la fin.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Sotie nouvelle à cinq personnages des

Premiers gardonnéz

*

 

C’est assavoir :

    LE  PRINCIPAL  [BIEN-VENU]

    L’ERMITE

    LE  COQUIN

    LE  PÈLERIN

    LE  QUART 5

*

 

                                          LE  PRINCIPAL  commence       SCÈNE  I

           Esse tout6 ? Où sont mes suppostz ?

           Où suis-je ? Vient-on plus céans ?

           Cecy me vient mal à propos7.

           Esse tout ? Où [sont] mes suppostz ?

5    Je cuide qu’ilz ont prins campos8 ;

          N’auray-je plus d’estudians ?

          Esse tout ? Où sont mes suppostz ?

          Où suis-je ? Vient-on plus céans ?

           Gentilz mignons, gentilz enffans,

10   Devez-vous présent reposer ?

           Ne viendrez-vous point sur les Champs9,

           Pour voz gentilz corps exposer ?

           N’est-il pas temps de composer10

           Chansons et balades nouvelles,

15   Prendre textes et les gloser

           Au vray, selon le contenu

           Par le Principal Bien-venu11 ?

           Que faictes-vous ? Levez voz velles12 !

           Me voullez-vous habandonner ?

20   Vous cherront les plumes des elles13,

           Au temps que vous devez voller

           Et mener jubilacion.

           Est-il temps de se désoller

           Et cheoir en tribulacion ?

25   Ne fust-il pas présent saison

           De mener tout esbatement,

           Actendu que le temps est bon14 ?

           Je ne l’entens point aultrement :

           Il sont mors et au finement15

30   Mes seigneurs, à Dieu je vous dis16.

.

               L’ERMITE    SCÈNE  II

           De profundis, de profundis

           Ad te clamavi, Domine17 !

               LE  PRINCIPAL

           Et ! qu’esse-cy ? Est tout finé18 ?

           Dois-je aller à recullorum19 ?

               L’ERMITE

35   Animabus famulorum

           Famularumque20.

               [LE  PRINCIPAL]

                                          [Est tout]21 perdu ?

           Oncques ne fus si esperdu !

               [L’ERMITE]

           Je vifz comme beste sauvaige,

           Tout reclus en ung hermitaige,

40   Sans que nully me solicite.

               LE  PRINCIPAL

           (Lais[s]ez-moy venir cest hermite ;

           Car je soye par le col pendu,

           Veu ce que je l’ay entendu,

           Se ce n’est ung de mes suppostz22.)

               L’ERMITE

45   Fratres, fratres, nolimus vos,

           Nolimus vos ignorare23

           Je rendray bien raison quare24

           Quant viendra en temps et en lieu.

           C’est grant fait que de servir Dieu ;

50   Ung chascun doit fuÿr le Monde.

               LE  PRINCIPAL 25

           (Je pry à Dieu qu’il me confonde

           Se ne vélà ung de mes gens !

           Je le congnois bien, je l’entens.

           Laissez-le venir, laissez faire.)

               L’ERMITE

55   La paix Dieu soit en ce repaire !

           Qu’i vous doint s’amour et sa grâce !

               LE  PRINCIPAL

           Beau Père, Jésus vous parface26

           Et vous donne perfection !

           Mais de quelle religion27

60   Estes-vous ? Je ne vous congnois.

               L’ERMITE

           Je me tiens, mon seigneur, ou28 bois,

           Pour acquérir mon saulvement.

               LE  PRINCIPAL

           Or, mettez jus29 l’abillement,

           Et puis nous verrons bel estat30 !

               L’ERMITE

65   Ô Dieu ! je seroyes appostat,

           Se je délaissoyes mon habit.

               LE  PRINCIPAL

           Ha ! « frère », que vélà bien dit !

           Par Dieu, si le mettrez-vous jus31 !

               L’ERMITE

           Hélas, mon rédempteur Jhésus !

70   Ne me faictes pas ceste oultraige !

               LE  PRINCIPA[L]

           Vécy ung hermite sauvaige32 ;

           En vistes-vous onc(ques) de la sorte ?

               L’ERMITE

           Vous voyez quel habit je porte,

           Il ne s’en fault plus enquérir.

               LE  PRINCIPAL

75   Pour quoy t’es-tu tant fait quérir ?

           Que ne vins-tu dès l’an passay33 ?

               L’ERMITE

           Venir n’estoit pas tout trassay34 :

           Les Festes estoient35 deffendus.

               LE  PRINCIPAL

           En ung gibet fussent pendus

80   Ceulx qui y misdrent36 empeschement !

           Vient-il que toy, pour le présent ?

           Des autres, en as-tu rien veu ?

               L’ERMITE

           Corps bieu ! il y a longuement

           Que ne les vy ne apparceu.

               LE  PRINCIPAL

85   S’ilz ne viennent, je suis déceu37.

               L’ERMITE

           Il n’est pas qu(e) aulcun ne [vous] faille38.

               LE  PRINCIPAL

           Nostre Estat seroit mal pourveu.

.

               LE  COQUIN 39    SCÈNE  III

           Quelque denier ou quelque maille,

           Ou quelque bon lopin de pain

90   Au povre [homs40] qui se meurt de fain !

           Pour Dieu, qui en a, si m’en baille !

               LE  PRINCIPAL

           Qu’esse que j’oy là ?

               L’ERMITE

                                               Ne vous chaille ;

           Escoutez ung peu le mien train41.

               LE  COQUIN

           Au povre homs qui [se] meurt de fain.

               LE  PRINCIPAL

95   Mais dit-il vray, ou s’il se raille ?

           S’il se mocque, que l’en l’as[s]aille,

           Et l’envoyez fouller le fain42 !

               LE  COQUIN

           Quelque denier ou quelque maille,

           Ou quelque bon loppin de pain

100  Au povre homs qui [se] meurt de fain !

               LE  PRINCIPAL

           Va-le empoingner par la main,

           Et m’admaine cel(le) truandaille43 !

               L’ERMITE

           Vous n’avez garde que g’y faille ;

           Je vous le vois quérir soudain.

               LE  COQUIN

105  Hélas ! fault-il que je m’en aille ?

           Au povre homs qui [se] meurt de fain.

               L’ERMITE

           Tirez avant, coquin villain !

           Venez devant le Principal !

               LE  COQUIN

           Hélas ! je n’ay fait aulcun44 mal :

110  Qu’avez-vous de moy entendu ?

           Je vous pry, se je suis pendu,

           Recommendez-moy à mes gens45.

           Laissez-moy aller, je me rens.

           Jesu Christe46, miserere !

115  Se je meur, je leur escripré

           Que la grant clef de nostre huche

           Est ou pertuys où je la muce47,

           Et qu’ilz gardent bien ma besace.

               L’ERMITE

           Principal, vez-le cy en place.

120  Regardez quel homme notable !

           Je cuide qu’il se tient coupable,

           Car il a grant peur de mourir.

               LE  PRINCIPAL

           Et que vient-il icy [q]uérir ?

           Veult-il présent troubler ma Court ?

125  Despoille-toy et le fais court48 !

           Il gist en mon oppinion

           Qu’il y a quelque fiction49

           Va-le despouiller vistement !

               LE  COCQUIN

           Je n’ay pas grant habillement,

130  Ne guières vestu sur le dos.

               [L’ERMITE]

           [C’est ung Sot !] Ralliamus nos50 !

                                           [LE  COQUIN]

           Je suis au point où je doibs estre51

           Principal, mon redoubtay maistre,

           Je pensoyes que vous fussiez mort.

               LE  PRINCIPAL

135  Par sainct Jehan ! tu avoyes grant tort,

           Car je n’en euz onc le couraige52.

               L’ERMITE

           Aussi seroit-ce grant dommaige

           De perdre ung [aus]si vaillant homme.

               LE  PRINCIPAL

           Or vien çà ! Déclaire-moy53 comme

140  Tu t’es habillié en ce point.

           Qu’as-tu trouvay ? Quel ver t’a point54 ?

           En l’aultre an, pourquoy ne vins-tu ?

               LE  COQUIN

           Tout n’en valloit pas ung festu.

           Nous fusmes bannis en tous lieux55,

145  En la malle grâce des dieux.

           Et puis ces paillards boulengiers

           Qui vendoient sept ou huit deniers

           Le pain qu’on a présent pour ung56.

           Quant je vy ce train et ce run57,

150  Je ne fus fol ne négligent,

           Mais couru[s] à Sainct-Innocent58

           Me fourrer avec les maraulx59.

               LE  PRINCIPAL

           Et de vivre ?

               LE  COQUIN

                                  Soubz beaulx estaulx60.

           Chacun apporte son loppin :

155  L’ung du pain [et] l’autre du vin ;

           L’ung avoit son morceau de lard,

           L’aultre des trippes61, pour sa part,

           [……………………… andouille.]62

           Chacun mect la main à la fouille63,

           Et brouon[s]64 à [la] Gourde Pyenche65.

               L’ERMITE

160  Se treuve point quelque Laurence66

           Aulcuneffoiz sur le terrant67 ?

               LE  COQUIN

           Trouver je n’en vis oncques tant :

           Pensez qu’il y a maints assaulx68 !

               LE  PRINCIPAL

           Et du logis ?

               LE  COQUIN

                                    Soubz beaulx estaulx,

165  Je vous l’ay jà une foiz dit.

           Nous avons du guet sof-conduit69,

           Car il ne nous vient point chercher :

          Sergens n’ont garde d’approcher,

           Car il n’y a point de praticque70 ;

170  S’il viennent, on leur fait la nicque71.

           Car ilz n’y pensent trouver acquest72.

               LE  PRINCIPAL

           J’entens le train, je voy que c’est.

    On [y] brasse maint bon escot.

.

               LE PÈLERIN, en chantant    SCÈNE IV

     « Sancte73 Michael, [da esco]74 !

175  Volo mandare75, Dieu bonum76 !

    Kyrieleyson, Kyrieleyson !

    Alleluya, alleluya ! »

               LE  PRINCIPAL

    Je croy qu’en Court il en y a…77

    Taisez-vous et faictes scilence78 !

               LE  PÈLERIN  [en chantant]

180  « Sancte Michael ! »

               LE  PRINCIPAL

                Il recommence ?

    Si fault-il que j’en voye la fin !

               L’ERMITE

    Habit porte de pèlerin.

         Je ne sçay que ce[la] peut estre.

               LE  COQUIN

         Je cuide que c’est ung fin maistre79.

               LE  PRINCIPAL

185  Par adventure qu’il cuide estre

         Entré en ung aulcun hôpital80.

               L’ERMITE

    Il n’y commence pas trop mal :

    Il en prent assez bien la voye81.

               LE  PRINCIPAL

    Va le quérir, que l’en le voye !

190  Il [est des miens]82, par adventure.

               LE  COQUIN

         Çà83, pèlerin !

               LE  PÈLERIN

             Dieu de Nature

    Le vous rende, mon doulx enfant !

               LE  COQUIN

    Il vous convient venir devant

    Le Principal, qui vous appelle.

               LE  PÈLERIN

195  A-il quelque chose nouvelle84 ?

         Je ne vueil point qu’on me ramposne85.

               LE  COQUIN

    Nenny ; c’est pour avoir l’aulmosne,

    Pour tant que vous la demandez.

               LE  PÈLERIN

    Je vous prie [que] recommendez

200  Vers luy ma [tant] pouvre personne ;

    Car par mon âme, qui me donne,

    Il fait bien et grant charité.

               LE  COQUIN

    Or, enquérez la vérité

    De ce « pèlerin », Principal !

               LE  PRINCIPAL

205  C’est ung mignon espécial,

    Je le congnoys86 bien à sa myne.

    Il ne fault jà qu’on l’examine,

         Par ma foy : je le congnoys à l’œil87.

    Despoullez-le tost, je le vueil !

210  Vous verrez, per sanctum Quoque88,

    Ung pèlerin de quando-que89 ;

    Je le voy bien à sa manière.

               L’ERMITTE

    Avallez90 la robe derrière !

    Principal, voyez quel appostre !

               LE  PÈLERIN

215  Hault le boys91, gallans ! Tout est nostre.

    Arrière, soucy ne92 meschance !

               LE  PRINCIPAL

    Mes gens me vienne[nt à la] chance93.

    Vien çà ! Dy-moy en brief langaige

    Où estoit ton pellerinaige.

               LE  PÈLERIN

220  Corps bieu ! pour vous dire le point,

    Principal, je n’y alloyes point ;

    Je ne faisoyes que par faintise.

               LE  PRINCIPAL

    Et pourquoy ?

               LE  PÈLERIN

                                       Et ! pour tant : se j’advise

    Aulcun paillard garson sergent

225  Qui me void ung baston portant

    Et me rencontre en [ung] chemin,

    Je diray que suis pèlerin94 ;

    Mais soubz l’ombre de ceste feste95,

    On leur baille bien sur la teste.

               LE  PRINCIPAL

230  Vélà trèsbeau pèlerinage !

               LE  PÈLERIN

    Item96, je gaigne davantaige,

    Soubz cest habit, aulcun[s] seigneurs97.

               LE  PRINCIPAL

    Et quelz gens ?

               L’ERMITE,  en sacoutant98

              Ce sont procureurs.

               LE  PRINCIPAL

    Les crains-tu ?

               LE  PÈLERIN

              Plus que nulle gent,

235  Car il ne font rien sans argent.

    Et puis quant tout l’argent est mis99,

    Il n’y a conffort100 ny amys.

    Unde locus101 que l’en doibt estre

    Parmy le trou d’une fenestre

240  Et par le trou d’une serrure,

    Qui n’est point mencion102 [très] seure,

    Veu qu’on ne scet pourquoy ne quant

    Estre excommunié content103.

               [LE  PRINCIPAL]

    Je n’entens point ceste raison.

               [LE  PÈLERIN]

245  Je loge bien en ma maison

    Pour une nuit tant seullement ;

    Ergo104, il s’ensuit clèrement,

    S’aulcun est vers moy despité105,

    Que je seray demain cité106

250  En mettant ung peu de papier

    Soubz la porte. C’est beau mestier !

               LE  PRINCIPAL

    Plusieurs sont en maulvais quartier

    Par maulvaises citacions.

    Combien107 qui doit, il doit payer

255  Sans aultres allégacions ;

    Mais de venir par les maisons

    Exécuter subtillement,

    Ce sont excommunications !

    Autant en emporte le vent108

               L’ERMITE

260  Si se109 fait cela bien souvent.

    Malleur à celluy qui la110 donne,

    S’il n’aparoist à la personne111 !

               LE  PRINCIPAL

    Nul ne peust de chose congnoistre

    Qui112 ne luy en fait apparestre.

265  Mais revenons à noz moutons113,

    Et plus à cecy n’arrestons.

    Est tout venu ? Il en fault ung114,

    Ce n’est pas [là] mon train commun

    Pour servir à mon appétit.

270  Qu(e) est devenu ung [mien] petit ?

    Il m’en convient avoir nouvelle.

               L’ERMITE

    Sercher le fault à la chandelle.

               LE  PRINCIPAL

    Je ne sçay s’on le trouvera.

               LE  COQUIN

    Ho ! je l’ay trouvé, vez-le là,

275  Propre com ung esmerillon115.

.

               LE  QUART    SCÈNE  V

    Fault-il que nous [nous] resveillon ?

    Le bon temps116 est-il revenu ?

    S’il fault que nous appareillon117,

    Je seray des premiers venu :

280  « J’ay tousjours [sotie] maintenu

    Et maintiendray toute ma vie118 ;

    Quelque cas qui soit advenu,

    J’ay tousjours maintenu sotie. »