Archives de Catégorie: Farce

LE VENDEUR DE LIVRES

Ms. La Vallière

Ms. La Vallière

 

*

LE  VENDEUR

DE  LIVRES

*

.

Cette farce composée vers 1515 est assez drôle. Mais elle est surtout désolante : en effet, elle égrène une longue liste de pièces, de libelles ou de chansons qui sont presque tous perdus.

Comme Tout-ménage,1 la pièce fut créée à Rouen, sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame. Le stand du vendeur de livres voisinait donc avec les étals des véritables marchands.

Sources : Manuscrit La Vallière, n° 15. Au n° 41, le même manuscrit présente une autre version de cette farce : Troys Commères et un Vendeur de livres. Elle comporte un rôle de femme supplémentaire. Je prends pour base la première version (LV1), et je la complète ou la corrige d’après la seconde (LV2).

Structure : Rimes plates, avec 1 triolet, 3 huitains à refrain.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

.

*

Farce  joyeuse

 

À troys personnages, c’est asçavoir :

       Un  VENDEUR   DE  LIVRES

       .II.  FEMMES

 

*

                           L’HOMME2  commence        SCÈNE  I

         Livres ! Livres ! Livres ! Livres !

         Chansons, balades et rondeaux !

         J’en portes pour3 plus de cent livres !

         Livres ! Livres ! Livres ! Livres !

5      Venez tost, que je vous en livres !

         Jamais n’en vistes de sy beaux !

         Livres ! Livres ! Livres ! Livres !

         Chansons, balades et rondeaux !

         La Farce Jénin aux fiseaux4 !

10    Le Testament maistre Mymin5

         Et Maistre Pierre Patelin6 !

         Et les Cent Nouvelles nouvelles7,

         Pour dames et pour damoyselles

         Qui ayment à passer le temps8 !

 

                           LA  PREMYÈRE  FEMME9        SCÈNE  II

15    Ma commère ?

                           LA  DEUXIESME  FEMME

                                       Je vous atens.

                           LA  PREMYÈRE10

         Et qu’esse que j’ay ouÿ crier ?

                           LA  DEUXIESME

         Ce sont les gens [à leur mestier] :

         [Quelque chose nouvelle on porte.]11

                           LA  PREMYÈRE

         Laisson-lay12 crier à la porte ;

20    [Et] puis s’il a rien qui nous duict13,

         Nous yrons, pour nostre déduict,

         L’acheter.

                           LA   DEUXIESME

                              Vous dictes très bien.

 

                           L’HOMME                               SCÈNE  III

         L’Estat de ceulx qui ne font rien !

         Et le Gouvernement des nouriches14 !

 

                           LA  PREMYÈRE                   SCÈNE  IV

25    Vouélà des traictés beaux et riches,

         De quoy n’oÿs jamais parler.

                           LA  DEUXIESME

         Y le fault laisser estaller15 ;

         Puys on prendron ce qui nous fault.

 

                           L’HOMME                             SCÈNE  V

         Le Trespassement sainct Bidault16 !

30    La Vye saincte Pèrenelle17 !

         La Chanson de la Péronnelle18 !

         La Vye monsieur sainct Françoys19 !

         Le Confitéor des Angloys20 !

         Le Trespassement de la Rayne21,

35    Avec la Gésine de Saine22

         Et l’Obstination des Suysses23 !

 

                           LA  PREMYÈRE                  SCÈNE  VI

         Par don24 voulontiers je les visses,

         Et me deust-il couster mes niques25 !

                           LA  DEUXIESME

         Aussy fissai-ge, par méniques26 !

40    Ma commère, parlon à luy.

 

                           L’HOMME                            SCÈNE  VII

         Et puys ? serai-ge icy mèshuy27,

         À crier sans mes livres vendre ?

 

                           LA  PREMYÈRE                  SCÈNE  VIII

         Nous le faison beaucoup atendre,

         Ma commère.

                           LA  DEUXIESME

                                     Faison28 ? Vresmys !

 

                           L’HOMME                            SCÈNE   IX

45    La Propriété des rubys,

         Avec la Nature des pierres !

         Le Devis des Mers et des Terres,

         Aveques le Dict des Pays29 !

                           LA  PREMYÈRE

         Pardon… Nous sommes esbaÿs

50    D’ouÿr tant de nouvelles choses.

                           LA  DEUXIESME

         Av’ous le Romant de la Roze ?

                           L’HOMME

         Ouy, ma dame.

                           LA   PREMYÈRE

                                       Monstrez-le-nous.

                           L’HOMME

         Il est enfermé tout dessoublz30 :

         Pas ne l’arez sy promptement.

                          LA  DEUXIESME

55    Montrez-nous le trespassement

         De quelque bon sainct glorieulx.

                           L’HOMME

         Ma dame, je vous feray bien myeulx :

         Vous aurez la Mort sainct Bidault31.

                           LA  PREMYÈRE

         Fy, fy ! ostez ! Il ne nous fault

60    À lyre qu’Avita Patron32.

                           L’HOMME

         Je l’ay lessé, pour le patron

         D’imprimerye, à l’imprimeur.

                           LA   DEUXIESME

         Quelz livres av’ous donc, seigneur,

         Plaisans à lire ?

                           L’HOMME

                                      J’ey la grand farce

65    Des Femmes qui ont la langue arse33

         Quant [ilz blasonnent]34 leurs marys.

                           LA  PREMYÈRE

         Monstrez les Regrectz des marys35,

         Sy vous les avez : ilz sont beaux.

                           L’HOMME

         Je n’ay que livres tous nouveaux,

70    Composés tout nouvellement36.

                           LA  DEUXIESME

         Montrez-nous le [Viel Testament]37,

         Et38 la Prophétie de Balam,

         Le Sacriffice d’Abraham,

         Le Jugement de Salomon.

                           L’HOMME

75    Et ! vous les érez au sermon

         Que l’en fera tout ce Karesme39.

                           LA   PREMYÈRE

         Et ! venez çà, c’est tout de mesme40 :

         Et les beaulx Dis des [Pères] sains41,

         Les av’ous poinct entre vos mains ?

80    Les portez-vous poinct imprimés ?

                           L’HOMME

         Nennin. Mais j’ay les Dis rimés

         De Mariage, qui se plainct

         De ce qu’il y a coqu mainct

         Qui sayt que sa femme le faict.

                           LA  DEUXIESME

85    Fy, fy ! ôtez, cela est infaict !42

                           L’HOMME43

         J’ey le Devys des grans habis,

         Des chaynes, carquens44 et rubis

         Que vous portez, et des grans manches45,

         Des patenostres sur vos panches46,

90    Et des petis souliers trop ouvers,

         Et vos grans tétins descouvers47,

         Aveq vostre cul contrefaict48.

                           [LA  PREMYÈRE]49

         Fy, fy ! ostez, cela est infaict !

                           L’HOMME

         J’ey le Voyage des fumelles

95    Qui s’en vont à Bonnes-Nouvelles50,

         Faignant d’humblement prier Dieu ;

         Lors, se retirent audict lieu

         où l’en vuyde flagons51, bouteilles,

         En faisant… choses nompareilles,

100  Desquelles Dindo52 rien ne sçayt.

                           LA  PREMYÈRE

         Fy, fy ! ostez, cela est infaict !

                           [LA  DEUXIESME]

         Et ! on faict des facteurs53 nouveaux

         Qui ne savent nomplus que veaux,

         Et ne séroyent54 trouver manière55

105   De rimer selon leur ma[t]ière

         S’y ne blasonnent nos estas56.

                           LA  PREMYÈRE

         Vous dictes vray. J’en says un tas

         Qui ne sayvent mectre57 ne prose,

         Et parlent de métamorfose58,

         [De grand-mère, de filofie,]59

110   D’arismétique et theologie60 ;

         Et sy61, n’en virent jamais livre.

                           L’HOMME

         Dame, vous savez qu’i fault vivre

         Ainsy qu’on peult62.

                           LA  DEUXIESME

                                                 Mais justement63,

         Ne parlant d’aultruy malement64.

115   Et vous voyez : ces quocardeaux

         Qui font balades, chansons, rondeaux

         Tant dissolus et tant difames,

         Que n’en desplaise aux bonnes femmes

         Et gentz de bien !

                           LA  PREMYÈRE

                                           Et non sans cause :

120   Y ne séroyent faire une clause65

         Que de paillardise ou d’ordure.

         Et n’y a [ne] pié, ne mesure,

         Setille66, ne bon art, ne vaine.

                           L’HOMME

         Voyez la Gésine de Saine67 :

125   Est-el pas bien faicte et rimée ?

                           LA  DEUXIESME

         Et ! qui deable l’a imprimée ?

         Il n’y a rime ne raison.

                           L’HOMME

         Vouécy la Farce Jehan Loyson,

         Et le Testament Pierre Maistre.

                           LA  PREMYÈRE

130   O ! nous n’en voulons rien congnoistre,

         Car il n’y a passe-temps nul68.

                           L’HOMME

         De69 Ceulx qui ont le feu au cul

         Veulà la farce.

                           LA  DEUXIESME

                                      Paix, vilain !

                           L’HOMME

         Je vous la vens avant la main70.

135   Et la Chanson du petit chien71 ?

                           LA  PREMYÈRE

         Et ! tu sçays72 bien qu’el ne vault rien

         Et qu’el est [trop] orde et infaicte ;

         Que maudict soyt-il, qui l’a faicte

         Ainsy au désonneur des dames !

                           L’HOMME

140   Vouécy le Romant de ces femmes

         Qui sont deulx ou troys jours perdu[e]s ;

         Et semble, à voèr, qu’i soyent fondu[e]s73.

         Et sont en quelque lieu en mue74,

         Où bien75 souvent on leur remue

145   Le derière, aussy le devant.

                           LA  DEUXIESME

         Nous ne voulons poinct ce romant !

                           L’HOMME

         Quoy, donc ?

                           LA  PREMYÈRE

                                    La Vie saincte Agnès.

                           L’HOMME

         Vouécy l’acte des Johanès76

         Qui font plaisir à leur maîtresse

150   Sans que personne le congnoisse77,

         Tandy que leur maistre est dehors.

                           LA   DEUXIESME

         Par le grand Dieu miséricors !

         Tu ne vaulx rien qu’à dire mal.

                           L’HOMME

         Voulez-vous poinct le Dotrinal78

155   Des chambèrières et79 méquines

         Qui vont cheux d’aucunes vouésines80,

         Faignant aler à la fontaine ?

         Et sont perdus une semaine,

         Ou troys ou quatre nuictz, du mains81.

                           LA  PREMYÈRE

160   [Fy !] Tant il est d’hommes vilains

         Et désonnestes de leur bouche !

                           L’HOMME

         Vouécy [le livre]82 sans reproche

         Des ceulx qui se vont estaler

         À Nostre-Dame83 pour parler

165   À quelqu(e) un : ou qu’i baille signe

         (Le jour, l’heure), ou qu’il détermine

         De se trouver au lieu prédict.

                           LA  DEUXIESME

         Tu es un homme bien maudict !

                           L’HOMME

         Tenez, vouélà le Contredict

170   De la chambèrière et du prestre.

                           LA  PREMYÈRE

         O ! nous n’en voulons rien congnoistre.84

                           LA  DEUXIESME

         Says-tu quoy85 ? Va hors de ceste Estre86,

         Ou l’on te fera bien vyder87 !

         Comment on te deust lapider,

175   Et ceulx qui parlent mal d’aultruy !

                           L’HOMME

         Ma dame, vouécy, à ce papier flestry,

         L’estat de cest[e] enfant soublz âge88

         Qui bailla89 à son hoste un gage

         Pour plus la moytié qu’i ne vault.

                           LA  PREMYÈRE

180   Faulx bagoulart, faictes un sault90 !

                           L’HOMME

         De Luc et Noc91 le bel assault !

         De Tournay92 le despucelage !

                           LA  DEUXIESME

         Faulx bagoulart, faictes un sault,

         Ou vous viendrez tost au partage

185   Des coups93 !

                           L’HOMME

                                      La Dame et le dîmage94 !

         Les Femmes qui ont le fillet95 !

         Ceulx96 qui renouvellent leur lect !

                           LA  PREMYÈRE

         Te tèras-tu ?

                           L’HOMME

                                   Les Mal contentes97 !

                           LA  DEUXIESME

         Iray-ge à toy ?

                           L’HOMME

                                     Les Fieux et rentes98

190   Des Filles nouvelles rendus99 !

         La farce des Nouveaux ponus100 !

         Et le Despuceleur de nouriches101 !

                           LA  PREMYÈRE

         Ma commère, nous sommes siches102

         De l’empongner ?

                           LA  DEUXIESME

                                             Ce sommes mon103 !

195   Prenon-lay, sans plus de sermon,

         L’une a[ux] cheveulx, l’autre à la gorge104.

                           L’HOMME

         Et ! qu’esse ycy, vertu sainct George ?

         J’aray icy beaucoup affaire.

                           LA  PREMYÈRE

         Et ! çà, çà ! L’on vous fera taire,

200   Puysqu’on vous tient ! À tout ! à tout !

                           L’HOMME  [en chantant]

                 O ! Va, deboult, deboult, [deboult] !

                 Dieu gard de mal la « cheville » !105

                           LA  DEUXIESME

         Vous en arez, des coups, cent mille,

         Faulx bagoulard, sy vous dictes rien106 !

                           L’HOMME  [en chantant]

205           Maudict soyt le petit chien

                 Qui abouaye, abouaye, abouaye,

                 Qui abouaye et ne voyt rien !107

                           LA  PREMYÈRE

         Sus, à genoulx ! Et qu’on le bède108 !

                           L’HOMME  [en chantant]

         Ne l’y109 boutez poinct, poinct, s’y n’est rède !

                           LA  PREMYÈRE

210   Encor chante et tousjours caquète ?

                           L’HOMME  [en chantant]

                 Trou du cul ! Perrète,

                 Choques des talons110,

                 Chuces la pignète111,

                 Vydes les gallons112 !         [Puis dict :]

215   Le Trespassement des nonnains113 !

         Le Devys [des …………. putains]114 !

         Le Blason du marché aux fesses115 !

                           LA  DEUXIESME

         Nous n’en sérions estre metresses,

         Ma commère : nous perdon temps.

                           LA  PREMYÈRE

220   On ne séroyt tenir les gens

         De parler, et les faire taire.

                           L’HOMME

         Mais me feriez-vous bien retraire116 ?

         Non, non, pour or ny pour argens.

 

         Prenez en gré le passe-temps.

225   [Avant que]117 partir de ce lieu,

         Une chanson pour dire « à Dieu » !

 

                                                      FINIS

*

1 Voir sa note 19.   2 C’est un vendeur de livres. Il est en train d’installer son stand au milieu des autres, sur le parvis de la cathédrale, tout en déclamant le « cri » des colporteurs afin d’attirer des clients. Il nomme un par un les livres qu’il sort de sa hotte et qu’il pose sur la table.   3 LV : a  (Pour plus de 100 livres tournois.)   4 Aux fuseaux, tel Hercule qui filait la laine aux pieds d’Omphale. Jénin est un badin qui apparaît dans beaucoup de pièces, dont la Résurrection Jénin à Paulme.   5 C’est, lui aussi, un héros récurrent. Il évoque son testament au vers 273 de Maistre Mymin qui va à la guerre.   6 Selon la ponctuation qu’on adopte, il peut s’agir de la Farce de maistre Pathelin, ou du Testament Pathelin.   7 Célèbre recueil de contes grivois, réédité en 1506.   8 À prendre du bon temps.   9 Juste à côté, la scène représente le logis de la 1ère Femme, que son amie vient chercher.   10 À partir d’ici, LV1 abrège les noms des femmes en « la p » et « la IIe ». Je ne le suivrai pas.   11 LV1 : qui quelque chosse de nouueau aporte  —  LV2 : qui tousiours jenesequoy porte  (Voir le vers 50.)  Le vers 17 est tronqué dans les deux copies.   12 Le pronom normand « lay » équivaut à « le ». Idem au vers 195.   13 S’il a quelque chose qui nous plaît   14 La littérature comique met souvent les nourrices à contribution : voir le vers 192.   15 Installer son étal.   16 Pénis : « Il convenoit qu’il montast sur sa femme, & mist son bidault au secret d’icelle. » (Les Joyeuses adventures.) Ce sermon joyeux est encore mentionné au vers 58. Voir aussi la note 4 de Frère Guillebert.   17 La Vie de sainte Perrennelle, fille de saint Pierre. Nous en conservons un grand nombre de manuscrits ; l’un d’eux fut apparemment imprimé.   18 On chante « Av’ous point veu la Perronnelle » dans le Savetier qui ne respond que chansons (F 37), et dans Ung savetier nommé Calbain (BM 33).   19 Saint François d’Assise avait fondé les Franciscains, ou Cordeliers, qu’on appelait aussi « frères Frapparts » à cause de leur débauche. Les femmes baisaient les braies de saint François pour tomber enceintes (voir les vv. 418-520 de Frère Guillebert). Le cordon de saint François désignait le pénis : « L’homme d’Église/ Lui mit ès mains son joïeux éguillon…./ C’est le cordon de saint François d’Assise. » J.-B. Rousseau.   20 Je ne connais que le Pater noster des Angloys, imprimé vers 1513. Réédité par A. de Montaiglon, Recueil de poésies françoises, t. I, pp. 125-130.   21 Les Épitaphes en rondeaux de la Royne, d’André de La Vigne. (Imprimé en 1514. Réédité par Montaiglon, XII, 111-127.) Anne de Bretagne fut reine deux fois, en épousant Charles VIII, puis Louis XII.   22 L’accouchement de la Seine qui, pendant les guerres, était grosse de cadavres. Il en est encore question au vers 124.   23 LV1 : souyches  (Pour la rime, je rétablis la graphie de Gringore. Les vers 25-36 manquent dans LV2.)  Pierre Gringore composa ce pamphlet vers 1512-1513, pour contrer l’humeur belliqueuse des mercenaires helvétiques : « Suysses, congnoissez le forfaict/ Que commectez, faisant à autruy guerre ! » Montaiglon, VIII, 283-289.   24 Par faveur.   25 Mes monnaies de billon.   26 Je le ferais bien aussi, par ma foi !   27 À partir de maintenant.   28 LV : se faison mon  (Vraimis = vraiment : « Et ! il aura doncques, vraymis,/ Un bonnadiès de ma personne. » <Le Badin qui se loue, BM 11.> La forme courante, vraibis, rimerait mieux.)  Les Femmes sortent de la maison, et se dirigent vers le libraire.   29 Imprimé peu avant 1515. Voir Montaiglon, V, 106-116.   30 Il est encore au fond de la hotte.   31 Note 16.   32 La bourgeoise inculte prétend vouloir lire en latin le De Vita Patrum [la Vie des Pères], de saint Grégoire de Tours. Il semble qu’on ait imprimé à Rouen une brochure de ce texte à partir du gros volume des œuvres de Grégoire publié à Paris en 1512. « Patrum » rimait en -on.   33 Brûlée. « Qu’eussiez-vous ores la langue arse ! » Saincte Caquette.   34 LV1 : y blament  (Quand elles critiquent.)   35 Des époux indignes exhalent leurs plus pathétiques regrets dans le Purgatoire des mauvais maris, imprimé au plus tard en 1484. Nous avons droit, par exemple, aux « regrez » des maris « jaloux de leurs preudes femmes ».   36 Sous-entendu : les maris d’aujourd’hui ne regrettent plus d’avoir embêté leur femme.   37 LV1 : trespassement  (L’Ancien Testament.)   38 LV : comme   39 Nous sommes donc en pleine période de Carnaval, particulièrement féconde pour le théâtre comique. Les restrictions du Carême vont suivre.   40 C’est la même chose (que la Vie des Pères).   41 « Les Sybilles (…) meslèrent les dictz des Pères sainctz avecques leurs révélations. » Jehan le Blond.   42 Trop long ; mais c’est le refrain des trois huitains 78-101.   43 Le passage 86-101 manque dans LV1. Cette accumulation de lieux communs contre la mode emprunte beaucoup à Guillaume Coquillart.   44 Colliers. « Autour du col, chaynes, coliers, carcans. » ATILF.   45 La critique des grandes manches visait essentiellement les hommes. Pourtant, les femmes n’échappaient pas à ce ridicule : « Méliadice (…) fut revestue d’une cotte juste de velloux tout vert à grans manches traînantes jusques à terre, et larges autant que la robbe. » Clériadus et Méliadice.   46 Votre panse (normandisme). Les mondaines accrochaient à leur ceinture un chapelet précieux. « À sa ceinture, un grand viet d’aze [vit d’âne il] portoit, comme les femmes portent patenostres. » Rabelais, Vème Livre, 17.   47 Les moralistes ironisaient sur la profondeur des décolletés. « Vos tétins descouvers et paréz de colliers, cheynes & afficquetz. » Jehan Bouchet.   48 Les « faux culs » que ces dames cachaient sous leur robe faisaient enrager les hommes. Voir la note 42 du Povre Jouhan.   49 LV2 : la III c  (Les vers 86-101 manquent dans LV1.)   50 Église de Rouen. (Cf. le Trocheur de maris, vers 96.) Les lieux de culte et de pèlerinage servaient d’alibi aux épouses qui sortaient rejoindre leur amant.   51 Flacons (normandisme). « Bouteilles, flagons, pots et pintes. » ATILF.   52 Le dindon de la Farce, leur mari trompé. « Le dendo faict bouillir le pot. » G. Coquillart.   53 Des faiseurs de vers. Cf. la Réformeresse, vers 250.   54 Ne sauraient, ne pourraient.   55 LV : matiere  (Et au vers suivant : maniere)   56 S’ils ne critiquent notre condition de femme.   57 LV1 : lestre  (Qui ne savent écrire ni en mètre [en vers] ni en prose.)   58 De métaphore. Dans les farces, toutes les femmes qui se risquent à user de termes techniques les estropient. Cf. Colin filz de Thévot (vv. 186-190), ou Ung jeune moyne (v. 175). Au vers 110, notre bourgeoise écorche les mots « arithmétique » et « théologie ».   59 Vers manquant. Je l’ai comblé grâce à Molière : « –Veux-tu toute ta vie offencer la Grammaire ?/ Qui parle d’offencer grand-mère ny grand-père ? » (Les Femmes sçavantes.) « Je n’entens point le latin, & je n’ay pas apris, comme vous, la filofie dans le Grand Cyre. » (Les Précieuses ridicules.)   60 Le peuple prononçait « tio-lo-gie » en 3 syllabes. Cf. Tout-ménage (v. 94), et les Sotz escornéz (v. 109).   61 Et pourtant.   62 Il faut bien vivre…   63 (Il faut vivre) chrétiennement. « Toute la perfection du Chrétien consiste en ces trois points, à sçavoir : (…) Vivre justement, ne faisant tort à personne. » François Péan.   64 LV : nulement  (Voir le vers 175.)  Malement = méchamment. « [Mes amis] ont parlé malement/ Et fraudulentement,/ Contre moy conspirans. » Jehan de Cartheny.   65 Ils ne sauraient écrire une strophe.   66 Ni style. Veine = inspiration. Nous voyons là, bien avant l’heure, les Précieuses qu’épinglera Somaize : « Elles sont toutes deux également critiques. En effet, cette passion de reprendre les accompagne tellement, qu’il est presque impossible de leur monstrer quatre lignes où elles ne trouvent à redire. » Grand Dictionaire historique des Prétieuses.   67 Note 22.   68 Il n’y a nul plaisir à leur lecture. En bonnes critiques littéraires, les deux femmes dénigrent des œuvres qu’elles n’ont pas lues.   69 LV : les  (« Pourquoy les femmes qui ayment le déduit hantent les gens de cloistre ? C’est pource qu’elles ont le feu d’enfer au cul : il faut des couilles bénistes pour l’esteindre. » Béroalde de Verville.)  L’auteur met presque toujours ceux pour celles : vv. 23, 163, 187.   70 En avant-première. Elle venait donc d’être imprimée, ce que les vers 69-70 confirment.   71 Nous en aurons un extrait aux vers 205-207.   72 Les deux bourgeoises commencent à tutoyer le bouquiniste, auquel elles s’estiment supérieures.   73 Qu’elles aient disparu, comme de la glace qui a fondu.   74 En prison.   75 LV : que   76 LV1 : jehanes  —  LV2 : jehennes  (Un johannès est un faiseur de cocus. C’est le nom du curé érotomane dans les Chambèrières.)   77 Le sache.   78 Un doctrinal est un manuel de bonnes manières.   79 LV1 : ou  (Meschines = servantes, généralement peu farouches. « La meschine y prit son plaisir,/ Car elle avoit parfaict désir/ Que son connin fust embroché. » Sermon joyeulx pour l’Entrée de table.)   80 Chez certaines voisines.   81 Du moins.   82 LV1 : a ce papier flestry  (Anticipation du vers 176.)  « Reproche » rime en -ouche : Trote-menu et Mirre-loret, vers 119.   83 De celles qui vont exposer leur « marchandise » sur le parvis de la cathédrale. L’aître Notre-Dame était aussi un lieu de racolage.   84 LV2 remplace cette inutile reprise du vers 130 par : tu es un homme bien mauldict / et regardes il nen a lestre   85 LV : quil y a   86 De l’aître Notre-Dame. Voir ma notice.   87 Vider les lieux.   88 Mineure. « Ledit enfant est mineur d’ans et sous aage. » ATILF.   89 LV : baille  (Qui vendit.)  Gage = pucelage. « Je suis prest d’estre votre espoux ;/ Mais permettez-moy que pour gage,/ Je prenne votre pucellage. » L’abbé Cotin.   90 Méchant calomniateur, allez-vous-en !   91 LV2 : lue et noe  —  LV1 : lue et noue  (LUC est l’anagramme de cul : « La feste sainct LUC trouverez/ Quand vostre CUL retournerez. » <Jehan Molinet.> NOC est l’anagramme de con : « Mais je crains que, comme le coq,/ Qu’à tout le monde il ne le die :/ Alors, que deviendroit mon NOC ? » <Claude d’Esternod.>)  Cet Assaut de Luc et Noc est l’ancêtre de la Dispute entre le Luc et le Noc : « Un jour, un LUC plein de fierté/ Tint au NOC ce langage :/ Foutras-tu toujours à mon nez/ Et dans mon voisinage ? »   92 LV : tournoy  (Le Dépucellage de la ville de Tournay, de Laurent Desmoulins, édité en 1513, est un libelle politique contre l’Angleterre. Nos deux pimbêches voient le mal partout !)   93 LV attribue ces deux mots à l’Homme.   94 Dans la 32ème des Cent Nouvelles nouvelles <v. le vers 12>, des moines paillards obtiennent que toutes les épouses leur paient le disme [le dixième] des coïts qu’elles accordent à leur mari : « Mes compaignons et moy avons fait acroire à toutes les femmes de ceste ville qu’elles doivent le disme des foiz que vous couchez avec elles. »   95 Le filet. « Un encyliglotte soubs la langue », diagnostiquera le docteur Rabelais : c’est l’infirmité dont souffre la muette dans la farce de Celluy qui avoit espousé une femme mute (Tiers Livre, 34). « Pourquoy ne parles-tu ?…./ On devroit oster le fillet./ Je luy osteray, mais qu’il ayt/ Ung bâillon, de peur qu’il ne morde. » Le Roy des Sotz, BM 38.   96 Celles. Les nourrices renouvelaient leur lait en se faisant mettre enceintes par leur patron. « Quelle viande ce seroit/ Pour bien renouveller le laict/ Des nourrisses ! » Les Chambèrières.   97 Cette farce est aussi dans le ms. La Vallière, au n° 61.   98 Les fiefs et rentes (formule notariale).   99 Les Filles-Rendues, ou Filles-Repenties, sont d’anciennes prostituées devenues pénitentes. « Les Noëlz trèsdévotz et joieulx, lesquelz chantent les Filles-Rendues, par dévotion. »   100 Les vers 8 et 110 des Sotz nouveaulx farcéz couvéz prouvent qu’il s’agit de la même pièce. « Pondus » rimerait mieux.   101 Le Sermon joyeux d’un Dépucelleur de nourrices. Montaiglon, VI, 199-208.   102 Chiches, capables. C’est la première occurrence de cette expression qui passera dans le langage écrit au XIXe siècle.   103 Nous le sommes ! « Mon » est une particule de renforcement : Serre-porte, vers 554.   104 Elles tapent sur le colporteur.   105 Le Savetier qui ne respond que chansons (F 37) complète ce refrain : « Or va debout, debout, debout !/ Dieu gard de mal la cheville/ (Au ! va, va debout, debout)/ Qui soupire par le bout. » Il faut corriger : la cheville qui transpire par le bout. Le sens priapique du mot « cheville » est flagrant au vers 85 des Chambèrières.   106 Calomniateur, si vous dites quelque chose.   107 Ces 3 vers sont le refrain de la Chanson du petit chien (vers 135). On les chante aussi dans le Savetier et Marguet (LV 74), et dans Ung savetier nommé Calbain (BM 33).   108 Qu’on l’oblige à s’en aller. « On les fist sur pié, sur bille,/ Bien tost beder et retourner. » (Godefroy.) Ce vers 208 manque dans LV1.   109 LV2 : ly  —  LV1 : luy  (Dans la liste de chansons du Vème Livre, Rabelais mentionne : « N’y boutez pas tout ! »)   110 Contre les reins de l’homme qui te chevauche.   111 Suce la pinette. « Veus-tu jouër (…)/ À la chuche-pinnette ? » Friquassée crotestyllonnée.   112 Les testicules. Le gallon est un pot ayant une capacité réglementaire : « Et puis nous buron plain galon/ Du meilleur vin de la cité. » ATILF.   113 Le bouquiniste revient à l’énumération de titres obscènes. L’intensité de la grivoiserie augmente en même temps que la vitesse du débit et que la force des coups. Sur la lubricité des nonnes, voir Sœur Fessue, et les vers 467-468 du Testament Pathelin.   114 LV1 omet ce vers. LV2 réduit ces 3 vers à : le blason des nonnains / le deuys ou marche aulx fesses   115 Du bordel. « Les autres (mangeoient leur bien) allans au marché aux fesses. » Béroalde de Verville.   116 LV : taire  (Faire retraire = forcer à se retirer, faire partir. « Dez gens armés (…) lez firent  retrayre dedens ladicte Bastide. » ATILF.)  Les Femmes s’enfuient.   117 LV1 : et au

Publicités

LES VIGILLES TRIBOULLET

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

LES VIGILLES

TRIBOULLET

*

Triboulet fut le bouffon du roi René d’Anjou1. Il naquit dans les années 1420, et survécut de peu à son royal patron, mort en juillet 14802. Il passait non seulement pour un comédien prodigieux, mais aussi pour un auteur dramatique important. On3 lui attribue la Farce de maistre Pathelin.

La sottie des Vigilles Triboullet, qu’il composa vers 1458, le montre couché dans un cercueil. Une enluminure tirée de son Débat de Triboulet et de la Mort le représente dans cette macabre position. Même quand il joue un mort, Triboulet ne peut s’empêcher de faire le clown pour amuser son public. Les vigiles dont parle le titre occupent la seconde moitié de l’ouvrage ; elles parodient la messe et les matines qu’on chantait pour les défunts.

Source : Recueil Trepperel, n° 11. Le texte a circulé pendant un demi-siècle avant d’atterrir chez un des plus mauvais imprimeurs de Paris, joint à trois autres sotties4 de Triboulet : on y chercherait vainement le style incomparable de Pathelin. Il suffit de voir l’irrégularité des strophes et des rimes dans les répons chantés pour comprendre que les ajouts successifs ont défiguré cette œuvre.

Structure : Rimes mêlées, et trop souvent emmêlées.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

C’est la farce ou sotie des

Vigilles Triboullet

*

À quattre personnaiges, c’est assavoir :

       SOTOUART

       CROQUEPIE5

       SOTIE

       Le ROSSIGNOL6

       [TRIBOULLET]

*

                           SOTIE7   commence          SCÈNE   I

        Où estes-vous, Folz afollés

        Follement folans en folie ?

                           CROQUEPIE

        Ha, dea ! ilz s’en sont [loing] vollés.

        Légiers esp(e)ritz, vollés, vollés.

5     Ostez-vous de mélencolie

        Pour présent foller en follie

        Par ces foloians folemens,

        Ces folâtres affolemens

        Affollés de folle affolance

10    Par trop folle, comme [a Fol lance]8.

        Fol qui ne folle n’est pas fol9.

                           SOT[IE]

        Croque-pie !

                           CROQUE-PIE

                                 Holà !

                           SOTIE

                                                Par sainct Pol !

        Puisqu’avez la teste si folle,

        Vous en tiendrez céans escolle.

15    Pour foller en toute saison,

        Jouon, fayson10, saulton, rion,

        Fol[oy]on11, voire à bras tourné !

                           CROQUE-PIE

        Voire ; mais le temps est tourné,

        Car la lune est [jà escornée]12.

20    Il est bicestre13 en ceste année.

                           SOTIE

        C’est cela… Çà, que dit le cueur ?

                           CROQUEPIE

        Tout basme14, tout bruyt, tout honneur.

                           SOTIE

        Scès-tu rien15 ?

                           CROQUEPIE

                                      Comme quoy ?

                           SOTIE

                                                                    Nouvelles.

                           CROQUEPIE

         Se l’en povoit voller sans elles16,

25    On desnicheroit mainte pie.

                           SOTIE

        Par Dieu ! je t’en croy, Croquepie :

        .Je le sç[av]ès dès [devant-hier]17.

                           CROQUEPIE

        Brief, je ne suis point savetier :

        Je ne sçay besongner qu’en neuf18.

                           SOTIE

30    Rien, rien19 ?

                           CROQUEPIE

                                       Non, non. Commençons ung œuf20,

        [Pour nous oster hors de soucy.]21

        Je suis, à foloyer, transsi

        Jusques au tiers ciel22.

                           SOTIE

                                                   Quoy ! si hault ?

                           CROQUEPIE

        S’il y avoit ung eschauffaut23,

        [Rage feroye]24, par mon serment !

                           SOTIE

35    On y jouroit25 bien haultement.

        Mais aussi, qui cherroit à bas26,

        On seroit ravalé bien bas ;

        Car c’est une rigle de Droit :

        Qui plus hault(e) monte qu’i ne doit,

                           CROQUEPIE

40    …Il voit ung clochier de plus loing27.

                           SOTIE

        La glose feroit bien besoing

        Affin d’entendre mieulx le cas.28

 

                           CROQUEPIE 29                SCÈNE  II

        Dessendez ung petit plus bas,

        Si verrez Nostre-Dame-des-Voltes30.

45    Vous n’auriez31 point au cul les crotes,

        Se [vous estiez]32 plus long vestu.

        Sotouart !

                           SOTOUART

                             Holà33 !

                           CROQUEPIE

                                                Que dis-tu ?

                           SOTOUART

        Tu en dis [bien] assez pour deux.

                           CROQUEPIE

        Qu’est-il de faire ?

                           SOTOUART

                                            Estre joyeulx,

50    Et dire toute nouveaulté.

        De passer tousjours troys pour deux,

        De blason, bons motz à planté.

                           CROQUEPIE

        C’est mon cry34.

                           SOTOUART

                                          Vélà grant beaulté.

                           CROQUEPIE

        C’est mon fait.

                           SOTOUART

                                    Plus n’en fault parler.

                           CROQUEPIE

55        Je m’en vueil aller.

                           SOTOUART

            Où veulx-tu voller ?

                           CROQUEPIE

            Je vueil bricoler35,

            Partout bavoler36 ;

            Rire est37 ma devise,

60        Foler est ma guise

            Jusqu’à la chemise38.

            Recepte ne mise

            N’en sera jà faicte39.

                           SOTOUART

            Rien n’est qui me nuyse.

65        Tous esbas je puise

            Dedans ma cornette40.

                           CROQUEPIE

        Dy-nous [i]cy quelque sornette

        Pour passer temps.

                           SOTOUART

                                            Ilz sont cuitz, cuitz.41

                           CROQUEPIE

        Comment ?

                           SOTOUART

                               Jacquet est cheu42 au puis,

70    Jaquet, Jaquet.

                           CROQUEPIE

                                     [Las !] quel Jaquet43 ?

                           SOTOUART

        [Menge sa]44 merde à plain bacquet,

        Puisqu’il fault [tant] que tu le saches !

                           CROQUEPIE

        Sotouart, qu’esse que tu masches

        Entre tes dens ? Esse estront mort45 ?

 

                     MÈRE   SOTIE,  en plourant. 46          SCÈNE  III

75        Hélas ! pourquoy est-il mort ?

                           ROSSIGNOL

            Hélas ! pourquoy est-il mort ?

                           SOTIE

            [Las !] il estoit si joyeulx !

                           ROSSIGNOL

            Il estoit si bon joueux

                           SOTIE

            …De Farces et de sornètes !

                           ROSSIGNOL

80        Il estoit si bon vuideur47

            De pinctes, et de chopinettes !

 

                           SOTOUART                                SCÈNE   IV

        Qu’esse que j’os48 ?

                           CROQUEPIE

                                              Grandes merveilles.

        Ouvrir nous convient nos oreilles

        Affin que nous oyons le cry.

85    Escoutons, je croy que c’est cy.

        Allons veoir que c’est.

                           SOTOUART

                                                  Je le vueil.

 

        Et ! qu’esse-cy qui fait ce dueil ?                   SCÈNE  V

        Aprouchez, pour Dieu, qu’on vous voye !

                           SOTIE

        Ha ! [mes] Sotz, vous démenez joye,

90    Et je suis ainsi subverty[e].

                           SOTOUART

        Hélas, nostre mère Sotie,

        Qui vous a présent divertie49 ?

        Par trop vous estes subvertie,

        De ce grant dueil que vous portez.

                           CROQUEPIE

95    Force est que vous [vous] déportez50,

        Et q’un petit vous supportez51

        Vos Sotz, que avez assertés52

        À foloyer de tous costés ;

        Force est que vous [vous] déportez,

100  Et que le fait nous racomptez :

        Dont vient ceste mélencolie ?

                           ROSSIGNOL

        Dictes présent : « Adieu, folie. »

        Tous esbas cessent, c’est le train53.

                           SOTIE

        Vous ne folerez plus demain,

105  Mes enfans.

                           CROQUEPIE

                                 Pourquoy ne feron ?

                           SOTIE

        Au jourd’huy enseveliron

        Vostre grant maistre, capitaine,

        Vostre principal…

                           SOTOUART

                                           Que de peine !

                           SOTIE

        …Vostre chief, vostre conduiteur,

110  Vostre père, vostre conservateur54

        Des Sotz de céans : c’est le fait.

                           SOTOUART

        Rossignol, est-ce Triboullet ?

                           ROSSIGNOL

        C’est Triboullet, n’en fault doubter.

                           SOTIE

        En terre nous le fault porter,

115  En lieu convenable et propice,

        Mais qu’e[n] aions fait le service55,

        Lequel il fault présent parfaire.

                           CROQUEPIE

        C’est pour nous une grant misère.

        Chantes, mère, nous respondron(s).

 

                           SOTIE,  en chantant :

120  Or est-il mort, le vray champion56,

        En sotoyant57 moult sotement.

        Le vécy en point comme ung pion58,

        Et faisant ung beau Testament59.

                           SOTOUART  et  CROQUEPIE

        En le plorant moult tendrement,

125  Nous en chanterons Te Deum60.         En chantant :

        Or est-il mort, le vray champion.

                           ROSSIGNOL

        Sotouart, chantes haultement

        Une espître de ses vielz fais.

 

                           [SOTOUART,]  ÉPISTOLE.

        Or escoutons tous, Sotz parfais !

130  Triboullet gyst en ceste couche.

        Le lieutenant de maistre Mousche61

        Jadis fut Sot62 en sotoyant

        Tout partout où fut demourant.

        Pour choppiner, fut63 esprouvé

135  Tout partout où estoit trouvé.

        De sa personne fort honneste64,

        Il65 faisoit tousjours place nette

        Pour humer pinte d’une alaine66.

        Il buvoit quarte67 toute pleine.

140  Quant de saussisses et de boudins,

        Il en mengeoit bien quatre-vingz

        Sans son desjeuner68, au matin.

        Puis quant venoit son advertin69,

        De70 trippes et piéz de mouton,

145  Il en mengeoit ung baneton71

        Tout sans mascher et avaller,

        Comme [en orrez]72 après parler.

                           SOTIE

        Sa marot[e] faisoit miracle,

        [Car] elle esprouvoit le triacle73

150  Contre poison et tout venin.

                           ROSSIGNOL

        Triboullet estoit médecin,

        Car pour faire quelque sinacle74,

        Sembloit estre démoniacle.

                           CROQUEPIE

        Jamais il n’avoit q’une placque75,

155  Qu’i mettoit dessoubz son cous[s]in.

                           SOTOUART

        Quant il montoit sur son rous[s]in76,

        Oncques on ne vit plus terrible !

                           SOTIE

        Il buvoit bien, dedans ung crible77,

        Ung pot et demy de bon vin.

                           ROSSIGNOL

160  Triboullet estoit médecin :

        Car pour faire quelque sinacle,

        Sa marote faisoyt miracle.

                           SOTIE

                C’estoit celluy

        Qui estoit tousjours tant joly78,

165  En tous les lieux où il estoit.

                           CROQUEPIE

                C’estoit celluy

        Qu(i) au palais royal est sailly79,

        Quant la Feste des Rois estoit80.

                           SOTOUART

                C’est[oit] celluy

170  Qui en sa vie n’eust failly

        De jouer quant le temps venoit.

                           ROSSIGNOL81

        Dieu luy pardoint tous ses meffais !

        De tous Folz il portoit le fais82,

        Comme premier sailloit en place83.

175  On le congnoist à ses effais :

        Il a composé mainte Farce.

                           SOTIE

        Encores fault-il que l’en face

        Unes vigilles assez brièfves.

        À celle fin que l’en parface

180  Le service, si aurez trèves84.

                           ROSSIGNOL

        Les louenges nous seront grèves.

        Despeschons-nous, c’est le plus net.

        Mère85, commencez !

 

                           SOTIE

                                            TRIBOULLET.

        Or est mort le Sot renommé

185  Qui estoit Triboullet nommé,

        Lequel, tout le temps de sa vie,

        Entretint noblement la pie86.

                           SOTOUART

        Il n’eust eu [ne] sens ne mémoire,

        S’il n’eust eu chascun coup à boire87.

190  Par boire fort de ce bon vin,

        Estoit réputé Sot devin.

                           CROQUEPIE

        De ses faiz, on en [fist] dispence88

        Par les seaux de nostre despence89.

                           SOTOUART

        Nous le devons donc bien plourer90,

195  Quant le voyons ainsi passe[r].

                           CROQUEPIE

        Or est-il mort et trespassé ;

        Mais se c’est de soif, je ne sçay.

                           TOUS  ENSEMBLE

        Triboulet, qu’es-tu devenu ?

        Nous t’avons meschamment perdu.

                           SOTOUART

200  Du [fond d’ung humide]91 célier

        Fut hier tiré le chevalier92.

                           CROQUEPIE

        Le lieutenant de maistre Mouche

        Avoit le museau soubz93 la broche.

                           SOTOUART

        Il tétoit là si doulcement

205  Qu’il y perdit l’entendement.

        Car, certes, le bon Triboulet

        Buvoit quarte de vin clairet94.

        De boire n’avoit point de honte,

        Mais de menger ne tenoit compte.95

                           CROQUEPIE

210  Sur terre, cheut comme transy,

        Ainsi comme le voyez cy96.

                           SOTOUART

        Or est-il mort et trespassé ;

        Mais se c’est de soif, je ne sçay.

                           TOUS  ENSEMBLE

        Vous orrez cy après, tantost,

215  Comment il cheut sans dire mot.

                           SOTOUART

        Vé-le là ! vé-le là !97

                           CROQUEPIE

        Quant il eut veu le valleton98,

        Vous l’eussiez veu trembler le menton !

                           SOTOUART

        Alors l’eussiez veu de courage99

        Parler ung très divers langaige100.

                           CROQUEPIE

220  Latin, picquart, flament, françoys :

        Il parloit tout à une voix.

                           SOTOUART

        Oncques maistre Françoys Villon

        Ne composa si bon jargon101.

                           CROQUEPIE

        Tant, que par grans102 nouvalités,

225  Fist quattre cens Moralitéz.

                           SOTOUART

        Autant de Farces fist encore(s),

        Qu(e) on a mis[es] en inventoire103.

                           CROQUEPIE

        Puis de [Sermons104 fist] grant foyson,

        Pour sa derrenière orayson.

                           SOTOUART

230  Or est-il mort et trespassé ;

        Mais se c’est de soif, je ne sçay.

                           TOUS  ENSEMBLE

        Las105 ! vé-le là tout estendu,

        Dont le deu[i]l nous est chier vendu.

 

                                         VERSUS :106

                           SOTOUART,  PREMIÈRE  LEÇON.

        Qui vouldroit au long racompter

235  La légende107 de Triboullet,

        Il fauldroit [la bien]108 hault monter

        Pour haultement la mettre au net.

        Il faisoit tout ce qu’il vouloit,

        Quant une fois ouvroit la bouche.

240  Car il estoit le mig[n]onnet

        Du Sot renommé maistre Mouche.109

        M : Pourquoy est-il mis, donc, en couche ?

        Pourquoy est-il là en repos ?

        [S : Tantost vous l’aprendra ma bouche,]

245  De quoy povez ouÿr deux motz :

        Il but pour ung soir XV bros.

        M : De quel vin ?    S : Jan110 ! de vin de Beaune.

        Tant111, que l’eschine de son dos

        En eslongna de demy aulne.

                           TOUS  ENSEMBLE,  RESPONCE.

250  Je ne sçay que nous en feron.

        Au fort, nous l’enseveliron

        De la Farce de Pathelin,

        Cousue de corne de belin112.

                           DEUX  ENSEMBLE

        Ses louenges et ses mérites

255  Sont bien dignes d[’y] estre escriptes.

                           [TOUS  ENSEMBLE]

        De la Farce de Pathelin

        Cousue de corne de belin.

 

                           CROQUEPIE,  .II.  LEÇON.

        Quant il eut bien de ce vin beu,

        Il se trouva tout esperdu,

260  Ainsi comme [l’]avez ouÿ.

        À terre cheut comme esblouy,

        Et commença à dire la Farce

        De Pathelin et de Poitrasse113,

        Le Cuir, le Povre souffreteux114,

265  Et les farces des amoureux,

        Comme la Filerie115, Tendrète,

        Fin-verjus, [et Besongne-faicte]116.

        M : Et quoy plus ?    C : Il disoit aussi117

        La Belle Dame sans mercy118.

270  Or, en faisons tous ses regrès.

        M : Estoit-il seul ?    C : Ouÿ. Après,

        Il saillit119 en salle troys foys,

        Vray Sot sotoyant120 en sottoys.

        M : Comment fut-il donc là trouvé ?

275  C : Pource qu’il estoit esprouvé121

        Lors, maistre Mousche, incontinent

        Fist demander son lieutenant,

        Qu’il [luy plaise]122 alors de huchier.

        Adonc on le fist desbuchier123

280  Et saillir hors de ceste cave.

        [………………………… -ave.]

                           TOUS  ENSEMBLE,  RESPONCE

        Pour sa douleur si fort et aigre,

        On l’arousa tout de vin aigre124 ;

        Mais le goust luy fist mal au cueur,

        Et en sentit plus grant douleur.

                           DEUX  ENSEMBLE

285  Après eut de la roménie125,

        Qui le cuyda remettre en vie.

                           TOUS  ENSEMBLE

        Mais le goust luy fist mal au cueur,

        Et en sentist plus grant douleur.

 

                           ROSSIGNOL126,  .III.  LEÇON

        Après qu’il eut perdu le goust,

290  Il cheut à terre de son hault.

        Adonc se releva debout.

        Commença à faire ung grant sault,

        Disant que l’en fist l’eschauffault127

        Et qu’il joueroit son personnage.

295  Mais il avoit le corps si chault

        Qu’il fondit comme ung gras formage.

        M : Estoit-il donc mort ?    R : Si estoit.

        M : Et ! comment cela ?    R : Il parloit

        Quant il quéroit ung tabernacle128,

300  Il est vray.    M : C’estoit ung miracle !

        R : Par les yeulx, vin rouge pissa

        .V. brocs entiers et une cruche,

    Dont le jardin on arrousa ;

    On y planta sollier129 de bûche.

305  M : Fusse tout ?  R : En sa capeluche,

    On trouva tout incontinent

    Une clef d’une vieille huche130

    Là où estoit son Testament.

                           SOTIE

    Mains Sotz en auront [grant] afaire,

310  Car c’estoit ung Sot autentique,

    Prest à jouer et à tout faire,

    Tant en lourdoys131 qu’en réthorique ;

    Car pour ung sens alégoricque,

    Il faisoit rage d’exposer132.

                           ROSSIGNOL

315  Et ! s’il n’y a point de réplique,133

    En terre nous le fault poser.

    Il faisoit raige d’exposer.

                           CROQUEPIE

    Alons la pierre basilicque

    Lever134, pour mettre la relicque135

320  Du corps, et de vin [l’]arrouser.

    Il faisoit rage d’exposer.

                           SOTIE

    Or que chascun, doncques, s’aplique

    (Quoy que nécessité implicque136)

    De sa louenge racompter !

325  Il faisoit rage d’exposer.

                           CROQUEPIE

    Où le mettrons-nous, quant g’y pense ?

                           [SOTIE]

    Portons le corps en la despense137 ;

    Et que les lampes, toute nuyt,

    Soient plaines d’huille, comme duit138

330  À sa personne, qui le vault.

                           SOTOUART

    Sera-il tout seul ?

                           SOTIE

             Il vous fault

    Veiller le corps, et tousjours boire

    Affin qu’aiez de luy mémoire.

    Faictes comme il vous a aprins,

335  Et jamais n’en serez reprins.

    Portez-le139 là tout doulcement,

    En chantant tout dévotement,

    Tout bas, la rouge létanie140.

    À Dieu toute la compaignie141 !

 

                                    EXPLICIT

*

1 Un deuxième Triboulet sera le fou de Louis XII, et un troisième celui de François Ier, d’après Guillaume Berthon.   2 On perd la trace de Triboulet après cette date. Sa dernière œuvre connue, le Débat de Triboulet et de la Mort, fut copiée vers 1480.   3 BRUNO ROY : Pathelin : l’hypothèse Triboulet. Paradigme, 2009. TRIBOULET : La Farce de Pathelin et autres pièces homosexuelles. Édition bilingue de Thierry Martin. Bibliothèque GKC, 2011.   4 Le Povre Jouhan, les Coppieurs et Lardeurs qui sont copiéz et farcéz (T 8), et les Sotz qui corrigent le Magnificat (T 5).   5 Boit vin. Le Munyer nommera un Régnault Croque-pie.   6 En 1462, il jouera dans les Sotz qui corrigent le Magnificat, une autre sottie de Triboulet. Vers 1555, la farce du Bateleur (LV 70) mentionnera le comédien Roussignol, ancien badin du temps jadis qui est au paradis depuis longtemps.   7 T : Sotouart  (qui n’entre qu’au vers 47. Même erreur après le vers 11.)   8 T : affolance  (La « lance » d’un Fol est folle.)   9 « Il n’est pas fol, (celui) qui ne folloye. » Vie de sainct Christofle.   10 T : foyson  (Faisons des rôles.)   11 Foloyer réapparaît aux vers 31 et 98. À bras tourné = furieusement, comme en faisant tournoyer une hache. « En gectant plusieurs coups de sa hache à bras tourné encontre icellui Pothon. » E. de Monstrelet.   12 T : escuree  (Les cornes sont les pointes du croissant de lune.)  René d’Anjou avait fondé l’Ordre des Chevaliers du Croissant <note 92>, dont l’emblème était un croissant de lune.   13 Un bissexte est le jour supplémentaire (et jugé néfaste) d’une année bissextile. « Aussi encores en ce temps est l’an du bissexte estimé malheureux. Voire que si nous reprochons à quelqu’un qu’il est cause de nostre malheur, nous luy disons : Vous me portez bissexte. » Pontus de Tyard.   14 Tout baume : que du bien. Bruit = réjouissance.   15 Sais-tu quelque chose de nouveau ?   16 « C’est folie de vouloir voler sans aile. » (Trésor des sentences.) Mais si on pouvait voler, on dénicherait les pies sans avoir à grimper aux arbres : « Aux arbres grimpé j’ay/ Pour desnicher ou la pye ou le geay. » (Clément Marot.) Naturellement, Sotie connaît tout cela depuis longtemps.   17 T : deuanti her  (Depuis avant-hier : depuis belle lurette.)   18 Contrairement aux cordonniers, les savetiers n’avaient pas le droit de travailler du cuir neuf. Donc, Croquepie ne veut rapporter que des nouvelles fraîches.   19 Aucune nouvelle récente ?   20 Commençons une partie de jeu de l’œuf. « Lesquels compaignons disans qu’ilz vouloient jouer à l’Œuf…. L’un d’eulx eust pris un œuf et l’eust mis emmy la sale où ilz estoient pour y jouer. » Lettre de rémission, 1413.   21 Vers manquant. « Celluy qui nous devoit oster/ Hors de soucy. » VIII Belles chansons nouvelles.   22 Transporté au 7ème ciel.   23 Un échafaud, un plateau de théâtre.   24 T : Je feroye rage   25 T : ioura   26 Si un des acteurs en tombait.   27 Ce proverbe plaît beaucoup aux Sots. Voir la note 112 des Cris de Paris.   28 On aurait bien besoin de notes pour comprendre ce que tu dis. Exaspérée, Sotie quitte les lieux.   29 Croquepie aperçoit Sotouart, perché en hauteur sur une fenêtre. Les Sots qui, tels les chats, aiment voir sans être vus, passent leur temps sur des fenêtres : voir par exemple le début des Sotz qui remetent en point Bon Temps.   30 T : volles  (La chapelle Notre-Dame-des-Voûtes, à Paris.)  Cette évocation parisienne fut peut-être ajoutée quand la pièce atteignit la capitale : les troupes de joueurs modifiaient les mentions géographiques au gré de leurs tournées. On ne devrait pas avoir trop de peine à découvrir un édifice médiéval d’Angers qui rime en -otes, ou à la rigueur en -outes.   31 T : naues  (Correction d’Eugénie Droz : Le Recueil Trepperel. Les Sotties. Slatkine, 1974.)   32 T : nesties  (D’en haut, Sotouart montre ses fesses, qu’on ne verrait pas s’il portait un habit plus long.)   33 Il saute de la fenêtre.   34 C’est ma devise. Cf. Mallepaye et Bâillevant, vers 118.   35 Aller çà et là.   36 Voleter.   37 T : cest   38 Jusqu’au bout, jusqu’à ce que je n’aie plus que ma chemise.   39 On n’en tiendra aucun compte. « De toutes ces accusations, je n’en fais ne recepte ne mise. » (J.-B. de Glen.) Ce que font ou disent les fous ne prête pas à conséquence.   40 Sous mon bonnet : dans ma cervelle.   41 C’est probablement une chanson. Le « f » et le « s » gothiques prêtant à confusion, je lirais plutôt : Ils font cuis-cuis.   42 T : cheut  (Il a chu dans le puits.)  Apparemment, c’est encore une chanson.   43 Croquepie s’inquiète parce que le valet de Triboulet s’appelle Jacquet. « À Jacquet, varlet de Triboulet, ledit jour : quinze solz pour achat de deux licoulz (…) pour la hacquenée et cheval des diz Jacquet et Triboulet. » Comptes du roi René, 1451.   44 T : Mengeus   45 Mord, mordu. Encore un classique du répertoire coprophage des Sots. « C’est grant merveille d’ung estront :/ Il est mord avant qu’il soit né. » Les Sotz escornéz.   46 Sotie et Rossignol arrivent lentement par l’autre côté de la scène, en poussant le cercueil ouvert où gît Triboulet.   47 Prononcer « videux ».   48 Que j’ois, que j’entends.   49 Écartée de votre humeur habituelle.   50 Que vous vous réconfortiez.   51 Et que vous souteniez un peu.   52 T : assortes  (Asserter = pousser à.)  Triboulet réutilisera ce mot rare dans son Débat de Triboulet et de la Mort : « Et vous contraint à tout mal, et assert. »   53 C’est la coutume, pendant un deuil.   54 Protecteur. « Je rendz grâces à Dieu, mon conservateur. » Rabelais.   55 Que nous ayons fait son service funèbre.   56 Le pilier de bars. « Quel vray champion de taverne ! » <Sermon joÿeux de Bien boire, BM 23.> Il faudrait scander cham-pi-on (en supprimant le « il »), mais la rime de 122 ne fait pas la diérèse non plus.   57 Depuis le début, nous avions des variations sur « fol ». À partir d’ici, nous en aurons sur « sot ».   58 Un buveur de vin. Cf. le Ramonneur de cheminées, vers 206.   59 Le vers 308 reparle de ce Testament. Il a dû y avoir un Testament Triboulet, de même qu’il y a eu un Testament Pathelin et un Testament maistre Mymin. (Voir la note de Droz, p. 236.) La mode des testaments théâtraux fut lancée par le Testament de Villon, dont Triboulet a vu le manuscrit : v. ma note 101.   60 Cet hymne conclut les matines. On prononçait « té déon ».   61 Triboulet fut le disciple du farceur et chef de troupe maître Mouche. Voir B. Roy, p. 16, et T. Martin, p. 6. Maître Mouche est encore nommé aux vv. 202, 241, et surtout au v. 276, qui laisse entendre que le professeur de Triboulet n’était pas bien loin pendant cette représentation. Le talent du bonhomme était si époustouflant qu’il passa en proverbe : « Il jouera mieulx que maistre Mouche,/ (Celui) qui me prendra en désarroy ! » (Guillaume Coquillart.) « Se vous povez le cas parfaire,/ Vous jourrez mieulx que maistre Mouche ! » (Miracle de Monseigneur sainct Nicolas.) « Se vous faictes ce que vous dictes, vous juerez mieulx que maistre Mouche ! » (Philippe de Vigneulles.) Rabelais immortalisa ce nom dans Pantagruel <16>, et dans le Tiers Livre <15>.   62 T : fort  (Correction Droz.)   63 T : est  (Pour bien boire, il fit ses preuves.)   64 Fort propre de sa personne, il nettoyait les tables en vidant les pintes qui les encombraient.   65 T : Qui   66 Pour boire une pinte d’une haleine, sans respirer.   67 Une grande chope. « J’en beu une quarte d’ung traict,/ Aussi bien que fist Triboullet. » Le Prince et les deux Sotz.   68 T : disner  (En dehors de son déjeuner.)   69 L’envie.   70 T : En   71 Une pleine corbeille. Triboulet, comme Grandgousier, ne mange que des produits salés qui donnent soif.   72 T : si orres  (Orrez [entendrez] comporte un jeu de mots à l’adresse des invités : comme vous en aurez après que nous aurons fini de parler.)   73 Le thériaque est un contrepoison. Cf. Tout-ménage, vers 82.   74 Un acte miraculeux. Le refrain 161 porte : finacle   75 Monnaie de cuivre.   76 Au théâtre, les Sots n’avaient pas d’autre monture qu’un cheval de bois. Mais certains fous en titre d’office eurent un vrai cheval ; c’était le cas de Triboulet (v. la note 43). En 1464, Charles d’Orléans, fin connaisseur de théâtre, lui offrira même une superbe jument.   77 À travers une passoire.   78 Voir la médaille où Francesco Laurana l’a représenté. Maurice Lever le décrit de la sorte : « Une espèce de gnome contrefait dont la tête, bizarrement taillée en pointe et à peine plus grosse que celle d’une poupée, faisait un saisissant contraste avec un corps épais, tassé sur lui-même. » Le Sceptre et la marotte, Hachette-Pluriel, 1985, pp. 115-116.   79 A sauté ; a dansé. Et par conséquent : a joué une sottie. Aux vers 174 et 272, le verbe saillir a le même sens. Le jeu des sotties était pour le moins sportif ; le verbe sauter (v. 16) et le saut (v. 292) le caractérisent bien. On comprend pourquoi Triboulet usait tant de chaussures.   80 Le roi René adorait le théâtre. Lors de l’Épiphanie, on représentait des pièces comiques. Vers 1454, Triboulet composa donc, et joua sous son propre nom, la sottie du Roy des Sotz : « –Je sçavoyes bien (…)/ Que vous viendriez à la Feste./ Comment a-il nom ? Triboulet. » Voir l’édition de Thierry Martin, p. 28.   81 T : sotouart   82 La charge, en tant que chef de troupe. Dans les Coppieurs et Lardeurs, il fait dire à un membre de ladite troupe nommé Sotin : « Où sont les Sotz de Triboulet ? » Sotin joua également dans les Sotz qui corrigent le Magnificat. Il fut l’interprète et sans doute l’auteur d’une autre sottie, le Prince et les deux Sotz, qui rend hommage à Triboulet (v. 130) et à maître Mouche (v. 59) ; on y reconnaît plusieurs emprunts aux Vigilles et au Roy des Sotz.   83 Dès qu’il sautait sur l’estrade pour jouer.   84 Pour qu’on accomplisse le service funèbre, vous aurez aujourd’hui relâche.   85 T : mais  (Voir les vers 91 et 119.)   86 La boisson, comme dans le nom de Croquepie.   87 Le vin est censé développer la mémoire. Les vers 332-333 relaient la même croyance. Cf. Ung Fol changant divers propos, note 45.   88 On lui en accorda la permission.   89 Notre cave à vins. « Or venez boire, je vous pry,/ En ma despense. » (ATILF.) Triple jeu de mots sur les sceaux, les Sots, et les seaux.   90 T : gemir   91 T : parfond mon amy du  (La cause du malaise de Triboulet n’est pas le vin, mais l’eau.)   92 Triboulet n’appartenait pas à l’Ordre des Chevaliers du Croissant, qu’avait fondé René d’Anjou. Mais il en fit une parodie dans le Roy des Sotz : l’Ordre s’intitule « Grand Fraternité de Sottie », et son emblème est une marotte baptisée Sotterie.   93 T : contre  (La broche est la cheville qui bouche un tonneau de vin. Prononcer « brouche ».)   94 T : tirent  (« Vin clairet de Lyon. » Le Gaudisseur.)   95 Ce distique contredit les vers 140-146.   96 Dans son cercueil ouvert, Triboulet ponctue par des pitreries muettes les lamentations dont il est l’objet.   97 Regardez-le ! Cette adjonction d’acteur met en évidence une nouvelle facétie de Triboulet.   98 Le garçon de taverne.   99 De bon cœur.   100 « Il ne cessera,/ Huy, de parler divers langaige ? » (Farce de Pathelin.) Ces dialectes sont bien ceux que Pathelin débite aux vers 834-968 de l’éd. Martin.   101 Villon rédigea ses premières Ballades en jargon vers 1455. On pense que, désirant se mettre sous la protection du grand poète qu’était le roi René, il vint à la cour d’Anjou en 1457. Auquel cas, Triboulet l’y a forcément rencontré : cela expliquerait qu’il ait pu connaître avant tout le monde les Ballades en jargon et le Testament, qui ne seront publiés qu’en 1489.   102 T : grandes  (Tellement, qu’avec de grandes innovations.)  Pour la virgule après « tant », voir le vers 248.   103 Dont on a fait un inventaire après décès, pour que des biens si précieux ne soient pas perdus. Rime en -ore : « Ensuyt par inventore les biens de l’esglise de Sainct-Gervaiz. » Registre paroissial.   104 Il y a une lacune. Triboulet fit des Sermons joyeux (pastiches obscènes et bachiques lus par un acteur déguisé en curé) pour qu’ils lui servent d’oraison funèbre.   105 T : Velela   106 T ajoute dessous un vers orphelin hors de propos : Nous en sommes tous bien maris   107 Texte relatant la vie d’un saint. « La Légende de saint Michiel. »   108 T : bien la  (Il faudrait remonter très loin en arrière.)   109 Pour faire honneur à ce grand virtuose, les Sots vont se mettre à dialoguer avec leur marotte, qui va chanter certains répons. Cf. Ung Fol changant divers propos, et la Ballade qui suit ce prétendu monologue. Pour plus de clarté, j’ajoute l’initiale des interlocuteurs (M = Marotte).   110 Par saint Jean ! Les Fols, qui ne sont pas si fous, ont une prédilection pour le vin de Beaune : Troys Galans et un Badin (v. 252), le Gaudisseur (v. 180), le Testament Pathelin (v. 512), etc.   111 Tellement, que son dos s’éloigna (de son ventre) ; qu’il gonfla comme une outre.   112 En guise de suaire, on enveloppera Triboulet dans un manuscrit en peau de sa meilleure farce, cousu par une aiguille en corne de mouton qui rappellera le procès du berger L’Agnelet.   113 Cette farce est perdue. Triboulet a l’air d’y tenir, puisqu’il la nomme encore en 1461 dans les Coppieurs et Lardeurs : « J’ay la Farce de Pathelin,/ Poitrasse, et le Pouvre Jouhan./ Ilz sont trop vieilles mésouen. » La pièce appartenait au répertoire scatologique : « (Vous parlez) d’estront, de bran ou de poitrace,/ De lécher le boyau cullier. » Eustache Deschamps.   114 Le Cuir est perdu ; il devait mettre en scène un savetier, comme de très nombreuses farces. Mallepaye et Bâillevant se diront héritiers du Joly souffreteux.   115 T : silerie  (Les fileries sont des veillées au cours desquelles les fileuses dévident leur fuseau et leurs potins. Cf. les Évangiles des Quenouilles.)  Triboulet reparle de cette pièce libidineuse dans les Coppieurs et Lardeurs : «La Fillerie est bonne farce./ Nous n’en voullons point de si grasse ! » Tendrette est perdue.   116 T : blason toute faicte  (Besogne-faite est un personnage de sotties qu’on trouvera dans Tout-ménage.)  Fin-verjus est un personnage de farces qu’on trouvera dans Serre-porte.   117 T : ainsi   118 Ce poème à deux voix d’Alain Chartier (1424) fut sans doute adapté pour la scène, comme beaucoup d’autres succès littéraires.   119 T : faillit   120 T : sotouart  (« Sotoyant sottement/ Et en sottois. » Débat de Triboulet et de la Mort.)  T place ce vers après 275.   121 Parce que Triboulet avait fait ses preuves, qu’il était expert.   122 T : plaira  (Hucher : déclamer le « cry » qui précède une sottie, comme celui qui occupe les 11 premiers vers de notre pièce.)   123 T : tresbuchier  (Débusquer, sortir.)   124 On appliquait du vinaigre sur les tempes de ceux qui avaient un malaise. Triboulet ne peut s’empêcher de le boire.   125 Du vin grec, qui faillit le ranimer.   126 T : Sotie   127 Qu’on dresse les tréteaux.   128 Calembour de collégiens sur le latin taberna : taverne. L’escholier lymosin fréquentera les « tabernes méritoires de la Pomme de Pin (…) et de la Mulle ». (Pantagruel, 6.) On pourrait le traduire par tavernacle.   129 T : molle  (Confusion avec le « moule de bûche », unité de mesure pour le bois à brûler.)  « Un grand monceau de souliers de bûche, alias des sabots. » (Bonaventure Des Périers.) D’après les comptes du roi René, Triboulet usait sur les planches quatre ou cinq paires de chaussures tous les mois. Bruno Roy <p. 129, n. 17> pense qu’il jouait tous les dimanches. Je crois plutôt qu’il distribuait des souliers aux acteurs de sa troupe, qui en détruisaient autant que lui. Espérons que le sabot qu’ils ont planté et arrosé a produit des surgeons !   130 « Si je meur, je leur escripré/ Que la grant clef de nostre huche/ Est au pertuys où je la muce. » Les Premiers gardonnéz.   131 En langage populaire. Cf. le Faulconnier de ville, vers 170.   132 De l’expliquer.   133 T intervertit ce vers avec le suivant.   134 Le tombeau du roi René se trouvait dans la cathédrale Saint-Maurice d’Angers. Les barbares l’ont détruit en 1793. En grec, basilikos veut dire royal.   135 T : replicque  (La reliquia ex corpore de Triboulet.)  « La précieuse relique du corps (de) saint Marc. » Christophle de Bonours.   136 T : luy plicque   137 Dans la cave (vers 193), où on le veillera avant de l’inhumer dans la cathédrale.   138 Comme il convient.   139 T : portes la   140 La litanie du vin rouge : vers 301. Eugénie Droz (p. 238) se fend d’une note que Triboulet n’eût pas reniée : « M. l’abbé Leroquais, auquel j’avais soumis l’expression de rouge letanie, m’assure qu’elle est inconnue des liturgistes. »   141 Le même congé clôt la Farce de Pathelin et le Prince et les deux Sotz.

UNG FOL CHANGANT DIVERS PROPOS

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

UNG  FOL

 

CHANGANT

 

DIVERS  PROPOS

*

Ce monologue comique fut composé à Paris sous le règne de Charles VIII. Mais s’agit-il vraiment d’un monologue ? Le Fol « échange divers propos » avec sa marotte, comme c’est souvent le cas dans les Sotties1, ou dans les Mystères et les Moralités qui réservent des tirades à ces virtuoses que sont les Sots. Je publie en appendice une ballade qui présente un numéro de ventriloque similaire.

Les collèges parisiens se faisaient une guerre acharnée dans tous les domaines, y compris dans celui du théâtre. Le collège du Cardinal-Lemoine avait eu le tort de jouer quelques pièces misogynes. Les autres collèges, relayés par les basochiens (qui voulaient régner sans concurrents sur le théâtre comique), l’en blâmèrent avec une furie d’autant plus disproportionnée qu’eux-mêmes disaient pis que pendre des femmes. Ce conflit dura près d’un siècle ; les acteurs changèrent, mais la mauvaise foi des uns et des autres perdura, ainsi que le plaisir de combattre des ennemis héréditaires qui n’avaient pas d’autres armes que des mots. Cet affrontement de bandes rivales ne sortit jamais du cadre rhétorique, et il n’en reste aujourd’hui que des témoignages versifiés :

* La sottie Le Prince et les deux Sotz (avant 1500). « Ou maistre Antitus qui se botte/ Pour remonstrer le Cardinal. »

* La farce antiféministe des Femmes qui se font passer maistresses (vers 1500). « Aussi au Cardinal-Lemoyne,/ Magister, on nous a fait tort :/ Il s’y dit que on nous batte fort/ D’ung gros “baston” faitis et court…./ Vrayment, je ne sçay pas que c’est/ Que tousjours ceulx du Cardinal/ Dient des femmes tant de mal. »

* La sottie Pour le Cry de la Bazoche (1549) donne des coups de règle au Cardinal-Lemoine, mais également à son complice, le collège de Bourgogne, personnifié par un certain Henry, qui s’y occupait du théâtre2. Ce dernier devint –et resta bien après son départ la tête de Turc des autres collèges et des basochiens, sous le surnom d’Enry de Bourgogne ou de maître Enrymé3. La sottie s’en prend « au ladre Cardinal Le Moyne/ Et au Bourguignon enfumé/ (Nostre ennemy maistre Enrymé) », eux dont « les parolles sont puantes,/ Ordes, villaines et cuysantes ».

* La moralité Mars et Justice (1564). « Le cardinal Lemoyne » est à Rome, mais il veut « revenir s’esbattre à son collège », où « les théologiens preinent plaisir aux plaidz ». Un des acteurs demande alors si « Enry de Bourgogne » fait « bien sa besogne ».

Source : Recueil Trepperel, n° 21.

Structure : Rimes plates, aababb.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Sermon 4  nouveau  d’ung  Fol

changant  divers  propos.

Très excellent entre les bons.

Pour rire.

*

                           [ LE  FOL ]

         Je demande à la compaignie :

         [Doyt point venir mère Folie ?]5

         Se c’est céans que doy[t] venir,

         [Je l’attens pour l’entretenir.]

         Vécy assez bonne raison.

         [Se riez de ma question,]

         Dictes-le-moy sans plus mentir :

5      Vous en pourriez bien repentir,

         Je le vous dy tout seur[e]ment.

 

         [Vécy ung grant assemblement.]

         Dieu vous gard tous, et moy aussi !

         Qui a tant mis de gens icy ?

         Holà, ho ! soustiens-toy, devant6 !

 

10    J’oy7 dire que doresnavant

         Une femme aura trois espoux8 ;

         Chya ! Mais9 trois boysseaux de poux

         Pour faire de l’uylle en Karesme !

 

         Comment peult-on faire la cresme

15    Qui vient du ventre de la vache ?

         Dictes-le-moy, [que je le sache]10,

         Car ne11 suis ouvrier de ce faire.

 

         Mais il fust ung peu nécessaire

         Que je fusse ung petit12 plus saige.

20    Je viens (i)cy pour faire ung messaige,

         Mais je ne sçay que je doy dire.

         Et ! par Dieu, vécy bien pour rire !

 

         Benoist soit-il qui me couva13 !

         Je ne sçay pas qui me trouva

25    Là où j’estoye, en une caige ;

         C’estoit ung oyseau de boucaige14,

         Mais je ne sçay comme il a nom.

                           [LA  MAROTTE]

         C’est ung coqu15.

                           [LE  FOL]

                                             Et ! non est, non.

         Ung d’entre vous en scet-il rien ?

                           [LA  MAROTTE]

30    C’est ung pichon16.

                           [LE  FOL]

                                              Estront de chien !

         Dictes-le-moy, à vostre advis.

                           [LA  MAROTTE]

         Beau sire Dieu ! c’est ung mauvis17.

                           [LE  FOL]

         Or suis-je bien hors de grant peine.

 

         N’est-il pas ennuit18 la sepmaine

35    Qu(e) on doyt boyre de bon vin cler19 ?

                           En  chantant  :

         Et ! l’a[s]-tu, la trigalle20, la trigalle ?

         Au bon vin cler, avalle, avalle !

         [Il nous fault] ce vin avaller,

         Qui fait aller21 et parler.

                           Puis  dit  :

40    Messïeurs, il m’en fault aller22

         Holà, ho ! je suis revenu.

         Sçavez-vous qu’il m’est advenu,

         Depuis que je m’en suis allé ?

         J’ay veu ung homme frais sallé23,

45    À qui j’ay donnay ung escu

         Affin qu’il me soufflast au cul.

         Vous ne sçavez pas que j’ay fait ?

         Par la mort bieu ! ung si gros pet,

         Cent foys plus gros que ne souloye(s)24.

                           En  chantant  :

50    Et ! l’autre jour, jouer m’aloye

         Par la sente d’ung pré herbu.25

                           Puis  dit  :

         Par la mort bieu ! j’ay si bien beu

         Que j’ay la corne du cul route26.

         Quantz petz fault-il pour une route27 ?

55    Qui le sçaura, si le me dye.

                           En  chantant  :

         Faulx28 envieux, Dieu vous mauldie !

         Vous m’avez la corne29 au cul mis.

                           Puis  dit  :

         Quant sera-il la Sainct-Remys30 ?

         Savez-vous pourquoy je le dis ?

60    Car les céliers31 de Paradis

         Seront voultes d’une montaigne

         Qui est en la mer de Bretaigne,

         Lardée de clou[s] de giroffle.

         Et y doit venir saint Christofle

65    Pour faire en Paradis ung mur

         De beurre et de formage32 dur.

         Avecques luy vient ung maçon

         Monté dessus ung lymaçon33.

         Et ! se je n’eusse là esté,

70    Jamais vous n’euss[i]ez veu clarté34 :

         Vous fussiez trèstous en ung tas.

         Dieu est logé au galatas35 :

         Aussy doit-il estre au36 plus hault.

                           En  chantant  :

         Et ! tu l’auras ou je l’auray, [hau !]

75    Le jeu de la pelote37.

                           Puis  dit  :

         J’ay fait faire une belle cote,

         Et chausse[s] d’estrange manière,

         Toutes boutte-ton-nés38 par derrière ;

         Et me viennent jusques au cul.

80    Trèstout me cousta ung escu,

         Ou au moins une paille d’orge.

                           En  chantant  :

         Et ! la truie est en l’orge,39

         Lorgi(e)n, lorget,

         La truye est [en] l’orge,

85    Lorgin, lorget.

                           Puis  dit  :

         Harou ! je doy faire le guet,

         Au jourd’huy, avec une pusse

         (Pource qu’elle fait une musse40

         À bouter dedens son trésor),

90    Avec Nabugodenosor41,

         Qui vient à tout42 dix mille mouches,

         Trèstous ung [vireton en]43 bouche[s].

         Et viennent par-delà Boyc[y]44.

 

         Se j’estoye troys jours ycy,

95    Vous ne me pririez45 pas de boyre ?

         Par ma foy ! j’ay petit mémoyre.

         J’estoye cy venu pour vous dire…

         Par mon âme ! vécy pour rire :

         J’ay l’entendement partroublé.

 

100  Se j’avoye beaucoup doublé46,

         Je seroye riche marchant.

         Ha ! seurement, g’iroye marchant

         Parmy les rues de Paris,

         Faisant Monsïeur du Gros-bis47,

105   [Robe fourée]48 de regnars,

         Comme font ung tas de cornars

         Qui n’ont vaillant ung seul denier :

         Ilz la doybvent au pèletier49,

         Mais cela, ce n’est que du moins.

 

110   Ce sont de ces fringans50 mondains

         Qui portent ces beaux brodequins

         Dessus51 la chausse dessirée,

         Puis les pantouffles.

                           [LA  MAROTTE]

                                                Quelz badins !

                           [LE  FOL]

         Et n’ont, pour passer la journée,

115   Pourpoint de satin.

                           [LA  MAROTTE]

                                               Quel traînée52 ?

                           [LE  FOL]

         De taffetas ou camelot53.

         Du hocqueton54 diray ung mot :

         Ung petit bordé, par-devant,

         De soye55, pour faire du je[a]nnot.

120   Et si56, n’ont pas vaillant ung blanc.

 

         Se je voulloye frapper au blanc57,

         Je diroye… Par ma conscience !

         Moult remaint de ce que fol pense58.

         Parleray-je des gens de Court,

125   Ou praticiens en finance59 ?

         À le vous dire brief et court,60

         Assez bien contrefont le sourt,

         Qui61 ne leur aporte monnoye.

         Qui auroit d’or une montjoye62,

130   Pour fournir à l’apointement…

         Diray-je tout ? Ha ! se j’osoye,

         Je parleroye bien aultrement.

         Mieulx vault soy taire sottement

         Que trop en saigement en parler.

 

135   Ha, par Dieu ! j’en ay veu bransler63

         Pour trop grans choses entreprendre.

         Pour loing saillir, fault reculler64,

         Cela assez povez entendre.

         Qui se congnoist se doit reprendre65

140   Sans entreprendre tel fardeau.

         Je tiens la chose par trop grande.

         Quant il y fault laisser la peau,

         [Le pas est trop grant à passer.]66

         Je ne vous dy rien de nouveau.

         Uneffois, il fault trespasser.

 

145   J’ay veu tant de bon temps passer,

         J’ay veu casser potz et bouteilles,

         J’ay veu des choses de merveilles.

         J’ay veu flateurs avoir grant bruyt67 ;

         J’ay veu leur coupper les oreilles.

150   Pendre, brusler, estre destruict.

         J’ay veu, par Dieu, en une nuyt,

         Il vault mieulx que n’en disse rien.

         À deux culz faire si grant bruyt !

         Je ne sçay se c’estoit pour bien.

155   Du joindre, alloit68 cela trop bien :

         Il sambloit, à les voir, jumeaux69.

         Du surplus, je n’en diré rien.

         Ilz s’entre-heurtoient des trumeaux70.

         Qu’i ne me le font [bien et]71 beaux ?

160   J’e[n] priseraye bien la manière.

 

         Comment feroy[-je] bonne chière,

         Quant je n’ay trésor ne finance ?

         J’ay ma boursette bien légière ;

         En72 elle, n’a point de fiance.

                           [LA  MAROTTE]

165   Combien ?

                           [LE  FOL]

                                Qui73 vit à sa plaisance,

         D’or et d’argent ne luy chault gaire.

         Santé, c’est le trésor de France :

         Qui l’a, vault d’or une minière.

 

         Je vueil parler de la matière

170   De ce Cardinal 74 et des siens :

         Ha ! pour infâme je le tiens.

         Touchent-il à l’honneur des dames ?

         Et ! par Dieu, ilz sont [trop] infâmes !

         Ilz ne sçavoyent plus que dire :

175  Vont-ilz sur les dames mesdire ?

         La façon n’est bonne ne belle.

         Et ! grosse teste sans cervelle !

         Vous sçavez bien que dictes mal,

         Puant infâme Cardinal ;

180   C’est à faire à maistre Enfumé75.

         Ha ! par Dieu, j’en suis fort fumé76,

         Le cueur m’en deult, j’en suis mar[r]y.

         C(e) a bien esté à vous mal dit,

         Dire que femmes habandonnées77

185   Sont, à Paris, où alouées

         Les a ce faulx78 maistre Enrimé,

         Infâme Bourguignon79 salé,

         Lequel est de vostre aliance.

         Puis, par vostre malle meschance,

190   Avez dernièrement joué

         Les Gouppillons80, et fort hué

         Les femmes que à leurs benoistiers.

         Mâche-étrons81 ! Traistres ! Meurtriers !

         Comment osez82 ainsi mesdire

195   Des dames ? Jésus, nostre Sire,

         Vous en vueille si bien pugnir

         Qu’à tousjours en puist souvenir !

         Vous estes bien meschans jennins83,

         Escoliers crottéz et badins

200   Qui n’avez point d’entendement,

         De parler ainsi sottement.

         Par ma foy, je ne m’en puis taire !

         Mes dames, donnez-leur à boyre84 !

         Ou leur donnez, en leur estraine,

205   La sanglante fièvre quartaine ;

         Quant de ma part tant seulement,

         De moy je leur en donne autant

         Ou plus largement la moitié85.

         Car je n’ay point d’entre eulx pitié.

210   Qui d’aultruy [mal] parler vouldra,

         Regarde soy : il se taira.

         Sont folastres, pour tout potaige.

         C’est dommaige qu’ilz n’ont [grant gaige]86,

         Car ilz ont fait belle vaillance87.

215   Ce sont folz plains d’oultrecuidance.

         Ilz ont failly plusieurs années

         À jouer88. Males de[s]tinées

         Les puissent trèstous craventer89,

         Et mal vent90 puist contre eulx venter !

 

220   Mais s’il y a eu faulte aucune91,

         C(e) a esté faulte de pécune :

         Habandonnés92 sont, par ma foy !

         [Mais qu’il y eust assez]93 de quoy,

         Ce sont gens pour tenir les rens

225   Et pour contreffaire les grans.

         Mais, par Dieu, ilz n’en ont pas ung94.

         Je ne m’en raporte qu(e) aux gens

         Qui les congnoissent à chascun.

 

         Y a-il point icy aucun95

230   Qui me voulsist, sans point mentir,

         Souffler au cul sans repentir ?

         Ou passer, par bonne manière,

         Son nez par mon huys de derrière ?

         N’en desplaise à la compaignie :

235   Pardonnez-moy, c’est ma folye96.

         A ! Folie tient97 celuy bien fol,

         Qui pour aimer se rompt le col.

         Je suis entré en fantaisie.

         Comment la fontaine est tarie,

240   D’Honneur98 !

                           [LA  MAROTTE]

                                      Et pourquoy plus ne vient99 ?

                           [LE  FOL]

         Pourquoy ? Pource que bien [il luy]100 souvient

         Que ung chascun la contrairie.

 

         J’ay leu en tant de librarie101

         Que j’ay l’entendement perdu ;

245   Et si102, n’ay pas partout bien veu.

         À moy seroit fort103 à congnoistre,

         Car [ung] chascun veult estre maistre.

                           [LA  MAROTTE]

         Maistre quoy ?

                           [LE  FOL]

                                       Dea ! maistre régent104.

         Voire105 ceulx qui n’ont point d’argent,

250   Et qui [ne] sçauroi[en]t soustenir

         Ce à106 quoy veullent parvenir.

                           [LA  MAROTTE]

         Parvenir quoy ?

                           [LE  FOL]

                                       Dea ! c’est grant chose107 ;

         Je n’y congnoys teste ne glose108.

                           [LA  MAROTTE]

         Parvenir ?

                           [LE  FOL]

                               Si est de manière109.

255   Mais à ung fol, ne luy chault gaire,

         Quelque chose qu’il ait comprinse,

         Mais qu’il ait fait son entreprinse110.

         J’en ay bien veu, par cy-devant,

         Qui ont bien mis le voille111 au vent ;

260   Et ! je vous jure sans mentir

         Qu’ilz s’en pourroi[e]nt bien repentir.

         Tant va le pot à l’eaue qu’il brise ;

         Tans gratte chièvre que mal gist.112

         Par mon âme ! quant je m’advise,

265   Qui a du vent de la chemise113,

         Il est tousjours de Dieu bénist.

 

         Chascun barboulle114, chascun dit.

         On115 le doit bien tenir pour beste,

         Qui116 fait de son varlet son maistre.

270   Quant à moy, je n’y entens rien(s).

 

         Parlons d’amour : c’est ung lien

         Qui est moult fort à gouverner.

         Ung jour on y est assez bien,

         L’autre, on n[’y] ose rectourner.

275   Quelque chose qu’on sceust donner,

         Aucuneffoys n’en feront rien.

 

         Adieu, mes seigneurs !… Je revien117

         Pour vous dire tant seullement

         Que s’envers vous ay nullement

280   Dit rien118 qui ne soit de mémoyre,

         À Dieu, et me donnez à boyre !

 

                                              EXPLICIT

 

*

                     BALLADE 119

 

       F :  Cinquante-trois. Ung sac tout plain120.

       Ung chien, ung chat.   M :  Il n’y scet note121.

       Sot trois fois, il s’en va demain,

       Bona dies122 tout plain sa hote.

       F :  Chantons la d[esrais]on123, Marotte !

       À une figue124, deux cabas125.

       Judas, Caïphes126, Barrabas,

       Dessus le toict d’une maison…

       Vous voiez bien trèstous mon cas,

       Que [je] fais rime sans raison.

 

11   Souppe de choux, barbe de chièvre,

       Un à deux blans127, ung chatmoufflet,

       Robe de sac, chappeau de bièvre128,

       Une lanterne. Et ung soufflet :

       Il dormoit.   M :  Tu mens, il ronffloit129.

       F :  Dormir de jour, veiller de nuyt.

       Gueule de four, et sept et huyt.

       Le temps s’en va et la saison.

       Chacun peut veoir, s’il ne s’en fuit,

       Que je fais rime sans raison.

 

21    « C’est bon marchié : c’est de la joue130 ! »

       Deux guaines et ung viel houseau ;

       Une pelle, aussi une houe…

       Il pleut.   M :  Il dit voir131 : vélà l’eau !

       F :  Piés de mouton, fraise132 de veau ;

       Une toaille, une fusée133 ;

       Une dague, aussi une espée ;

       Pater noster, une oroison…

       Vous véez bien sans demourée

       Que je fais rime sans raison.

 

31   Prince134, varletz, archiers et pages :

       Plain pot de laict et deux frommaiges135,

       Pour passer temps que nous faison !

       Vous véez devant voz visaiges

       Que je fais rime sans raison.

*

1 Au vers 76 des Sotz nouveaulx, un Fol rabroue sa marotte.   2 Cet homme n’était pas le principal du collège de Bourgogne, comme on le dit parfois. Mais quand Claude Roillet deviendra principal, il en profitera pour faire jouer par ses élèves les tragédies qu’il écrivait en latin ou en français.   3 Triple calembour sur « Henry », « enrimé » [enrhumé], et « en rimes ».   4 Le texte n’a rien à voir avec les Sermons joyeux, parodies latinisantes lues par un acteur déguisé en curé.   5 Sur les 7 premiers vers, il en manque 4 ; je les supplée arbitrairement pour faciliter la lecture. Les Fols passent beaucoup de temps à chercher leur mère, qui s’appelle Folie (les Sotz nouveaulx), ou Sotie (les Sotz triumphans).   6 Cet avertissement peut viser un spectateur du premier rang qui s’accoude au podium.   7 T : Jay ouy   8 La sottie des Menus propos est plus raisonnable : « On a fait au matin cryer/ Que une femme aura deux maris. »   9 Elle aura plutôt. Pendant le jeûne du Carême, on remplaçait le beurre par de l’huile.   10 T : ie vous emprie  (« Que je le saiche, je vous prie. » Tout-ménage.)   11 T : ie  (Car je ne sais pas la faire.)  À propos des fous nourris de crème, voir la note 135.   12 Un peu.   13 Béni soit celui qui me couva. Sur les Fols qui naissent dans des œufs, voir les Sotz nouveaulx, farcéz, couvéz.   14 De bocage, des bois.   15 Un coucou. Pour le jeu de mots sur « cocu », voir le vers 90 du Faulconnier de ville.   16 Jeu de mots sur « pigeon » et « pichon » de vin.   17 T : mauuais  (Mauvis = grive.)  Calembour sur « mau vit », impuissant : « Que diable avons-nous affaire si le maudit con lui a fait tort ? Les faucons [les vulves vérolées] engendrent les mauvis, & les mauvis les fauxcons. » Béroalde de Verville.   18 Anuit = aujourd’hui.   19 Il semble manquer un vers, à moins que « clair » ne rime avec « avalèr ».   20 Le cabaret. « On tenoit trigalle journellement, tant au cellier que à la cuisine. » (Archives de Fécamp.) La chanson est inconnue, d’autant que le Fol s’amuse à déformer les paroles de tout ce qu’il chante.   21 Aller à la selle, pour les gens constipés. C’est un cri de taverniers : « Vin vermeil, cléret et blanc !/ Et si, n’est qu’à ung petit blanc ;/ Et si, faict aller et parler ! » Le Chaulderonnier, le Savetier et le Tavernier (BM 31).   22 Il fait semblant d’aller à la selle, puis il revient et narre cet intermède scatologique avec force détails.   23 Tout frais, comme un maquereau qu’on vient juste de saler pour le vendre sec.   24 Que je n’avais l’habitude (d’en faire). Les Sots adoraient le jeu du pet-en-gueule.   25 Le Fol déforme la chanson initiale de Serre-porte. Le « pré herbu » désigne le pubis des femmes.   26 Rompue. « [Pantagruel] rompit quatre dentz à Lucifer, et une corne au cul. » (Pantagruel, 34.) Géographiquement, la corne est une espèce d’entonnoir ; elle peut donc symboliser un rectum : « Aboutissant par le bas à la fente & corne du Cul, près la ruë des Fesses. » (La Source et origine des cons sauvages.) Voir aussi la note 29.   27 Combien de pets faut-il pour qu’ils soient équivalents à un rot ? Le vers 30 des Sotz escornéz (une autre sottie de collège) donne la réponse.   28 Sournois. Le Fol déforme un rondeau du Jardin de Plaisance : « Faulx envieux, de Dieu soyez-vous mauldiz…./ Mais vous m’avez au cueur donné tristesse. »   29 T : mort  (Cf. les Sotz escornéz, vers 94-102.)  Mettre la corne au cul de quelqu’un, c’est le prendre pour un fou. Guillaume Bouchet parle d’un homme qui se fait passer pour tel ; les gens « luy mettoient des oreilles de veau sur sa teste, & la corne au cul ». (Les Sérées.) Voir aussi la note 26.   30 Au Moyen Âge, on fêtait la Saint-Remi le 1er octobre. C’était le début de l’année scolaire pour les collégiens, qui ne manquaient pas d’arroser un tel événement.   31 Les celliers, les caves à vin. Le délire qui consiste à transformer le Paradis en pays de Cocagne mangeable et buvable est assez courant. Voir par exemple Troys Galans et un Badin, vers 250-313.   32 De fromage.   33 T rétrograde ce vers après 64. Beaucoup d’enluminures montrent des hommes qui chevauchent des escargots.   34 T : neste  (La lumière du Paradis. « Repoz éternel donne à cil,/ Sire [Seigneur], et clarté perpétuelle ! » Villon.)   35 Au galetas, au grenier. Cf. les Sotz nouveaulx, vers 235.   36 T : le  (Au plus haut des cieux.)   37 Le jeu de paume. Sous-entendu grivois : pelote = prépuce. « Fu trenchée et ostée la pelote de sa nature [verge]. » (Godefroy.) Cette chanson, dans l’état où le Fol l’a mise, n’est pas identifiable.   38 Jeu de mots sur « boutonnés » et « boute ton nez » que reprendra L’Angely, le fou de Louis XIII.   39 Le Fol s’attaque ici à Je comence ma chançon, où l’on peut entendre : « La truie est en l’orge, Marguet. » Les dégâts commis par les porcs étaient une hantise : « La truye rompt le lien, s’enfuyt/ Tout fin droit fourrer dedens l’orge. » Les Menus propos.   40 Une cachette.   41 Nabuchodonosor II, roi de Babylone. C’est le vers 564 du Capitaine Mal-en-point.   42 Avec.   43 T : viareton en leur  (Le vireton est une flèche d’arbalète. L’archer le tenait entre ses dents parce qu’il avait besoin des deux mains pour tendre le guindal.)   44 De l’autre côté du collège de Boissy, dans le Quartier latin. Vont-ils l’attaquer ?   45 T : pririers  (Vous ne m’inviteriez pas à boire ?)  Le vin était bon pour la mémoire : « Me donnez à boyre :/ J’en eusse ung peu meilleur mémoyre. » Trote-menu et Mirre-loret.   46 Usé de duplicité, trompé des clients. « Trèstoute loiauté/ N’en peut-on recouvrer,/ Mais doubler et mentir. » Godefroy.   47 Faire le gros bis, ou le raminagrobis : faire l’important. Cf. Marchebeau et Galop, vers 75-77.   48 T : Foure de robes  (« Sa grosse robe fourrée de renars. » Marguerite de Navarre.)  Four-ré-e compte pour 3 syllabes.   49 Ils doivent encore payer cette robe au fourreur.   50 Élégants. Cf. le Gaudisseur, vers 7.   51 T : dessoubz  (Ils dissimulent dans des bottines leurs bas déchirés. « Que je voy porter brodequins/ À ces povres frans musequins,/ Par-dessus leurs chausses persées ! » Les Rapporteurs.)   52 En quoi est la traîne de leur cornette ?   53 Étoffe de poil. « Et cornette de camelot. » Le Povre Jouhan.   54 Corset.   55 Un peu bordé de soie sur le devant. Le jeannot est un sot : « Par ma foy, il est bien jehannot !/ Les gens dient que je suis sot ? » ATILF.   56 Et pourtant. Le blanc est une petite monnaie : « Que je n’ay pas ung blanc vaillant. » Maistre Mymin qui va à la guerre.   57 Dans le mille.   58 Ce proverbe signifie : Beaucoup de choses demeurent, de ce que pense un fou.   59 T : court laye  (Officiers des finances. « Les officiers royaulx et autres qui ont gouverné les finances, et praticiens, soient clers ou laiz. » <ATILF.> Les praticiens en finances existent toujours… en Afrique francophone.)  A-t-on ici expurgé le texte ? Le Fol lui-même s’autocensure aux vers 122, et 131-134. À la même époque, Henri Baude et quatre de ses acteurs furent mis en prison pour avoir brocardé un fonctionnaire des finances : voir la notice des Rapporteurs. Les officiers des Monnaies étaient donc intouchables, et Pierre Gringore, pourtant protégé par Louis XII beaucoup plus favorable au théâtre que son prédécesseur Charles VIII–, devra maquiller leurs noms dans le Jeu du Prince des Sotz (vv. 604-619).   60 T rétrograde ce vers après 123.   61 Quand on.   62 Un gros tas.   63 Se balancer au bout d’une corde.   64 Il faut reculer pour mieux sauter.   65 Doit se modérer.   66 Vers manquant. (Les vers 110-165 sont des sixains en aababb.) Passer le pas = mourir. Cf. le Testament Pathelin, vers 163.   67 Une grande réputation, comme Jean de Doyac, exécuteur des basses œuvres de Louis XI. En 1484, après la mort du roi, il fut condamné à être essorillé.   68 T : assez  (Le joindre est le coït : « Restoit seulement le moyen du joindre, qui fut tel que, la nuit ensuivant, il iroit coucher avec elle. » La Tromperie faicte à un marchand.)   69 Il semblait que c’étaient des jumeaux. Cette anecdote érotique met en scène deux hommes, et le Fol aimerait bien faire le troisième. On est loin des Chambèrières, qui s’indignaient de voir des moines sodomites (vv. 146-155).   70 Des jambes.   71 T : ouy dea de  (Bien et beau = bel et bien. « L’huys estoit bien et beau fermé. » Eustache Marcadé.)  Que ne me le font-ils aussi bien !   72 T : Sy  (Je ne peux pas faire confiance à ma bourse. « En vous, y a peu de fiance. » Pates-ouaintes.)   73 T : quil  (Celui qui vit librement.)   74 Le collège du Cardinal-Lemoine (voir notice).   75 Au diable, qualifié d’ « orrible mauvèz enfumé » par l’Advocacie Nostre-Dame. Il vit dans les fumées de l’enfer. « Un grant et puissant parsonnage/ Qu’on appelle maistre Enfumé. » Légier d’argent, F 25.   76 Furieux.   77 Débauchées. Cf. le Povre Jouhan, vers 109.   78 T : fault  (Faux = traître.)  Dans cette guerre dramatique ou en tout cas dramaturgique, maître Henry et le collège de Bourgogne soutenaient le collège du Cardinal-Lemoine. Voir ma notice.   79 Membre du collège de Bourgogne. Salé est une épithète méprisante qu’on accole aux Bourguignons : « Le suppliant dist qu’il avoit plus cher estre bastart que estre Bourguignon salé. » (Lettre de rémission, 1410.)   80 Il pourrait s’agir des Chambèrières : cette farce phallique et spermatique, jouée par des étudiants parisiens quelques années plus tôt, fait la part belle aux goupillons et aux bénitiers.   81 T : Achetroyent  (« On les nommera mâche-estrons, mâche-foires, mâche-merdes. » Rabelais, Vème Livre, 14.)   82 T : osses   83 Sots. Cf. Serre-porte, vers 548.   84 Faites-leur respirer un pet. Voir le vers 233 et la note 106 de la Résurrection Jénin à Paulme, une sottie parisienne créée au collège de Beauvais. Boire rime en -aire.   85 Une moitié de fièvres quartes en plus.   86 T : grans caiges  (Un gros salaire. « Je ne gaigne pas grand gaige. » La Permission aux servantes de coucher avec leurs maistres.)   87 Un bel acte de courage.   88 Par manque de moyens, de temps ou de vocations, les collégiens pouvaient rester plusieurs années sans remonter sur scène. « Il y a jà deux ans/ Que l’on n’a point monté sur l’échaufault céans./ Comme[nt] mon compagnon le Cardinal Lemoyne/ Se porte maintenant ? » Mars et Justice.   89 Écraser, accabler.   90 Un mauvais vent. On ne sort pas de la scatologie, qui est la signature de tout le théâtre de collège.   91 S’ils ont eu une défaillance, ç’a été une défaillance d’argent.   92 Dépensiers. Cf. le Povre Jouhan, vers 35.   93 T : Assez mais quil y eust  (Pour peu qu’il y ait assez d’argent dans leur bourse.)   94 Pas un sou.   95 Quelqu’un.   96 C’est ma lubie. Effectivement, le Fol voulait déjà qu’on lui souffle dans le cul au vers 46, qu’on y introduise le nez au vers 78, et qu’on y introduise autre chose au vers 159.   97 T : tiens  (Folie rend bien fou celui…)   98 T : Donneur  (La fontaine d’Honneur est une allégorie remontant aux chevaliers. « La Vertu, qui est la fontaine d’Honneur. » P. de la Primaudaye.)   99 Pourquoi ne coule-t-elle plus ?   100 T : me  (Parce qu’elle se souvient bien.)   101 De paperasses.   102 Et pourtant.   103 Difficile.   104 Professeur agrégé, en quelque sorte.   105 Y compris. Le maître régent pouvait faire de confortables bénéfices, mais il devait d’abord payer pour obtenir ce poste très convoité.   106 T : de   107 C’est difficile à dire.   108 Ni texte, ni commentaire.   109 T : maniers  (C’est l’usage. « Frère Gaultier/ Vient, et son clercq qui suit derrière :/ Là, font comme il est de manière. » Ung Sermon plaisant.)   110 Du moment qu’il a fait ce qu’il avait en tête.   111 La voile. « (Il) coupa la corde à laquelle le bateau estoit attaché, & laissa aller le voille au vent, là où Fortune le vouldroit conduyre. » Claude de Seyssel.   112 Un plaisantin a inséré là les deux premiers vers de la Ballade des proverbes, de Villon.   113 Celui qui est simple d’esprit. « Plusieurs niaiz si ont, sans doubte,/ Ainsi du vent de la chemise. » (Guillaume Coquillart.) Le Fol devait souligner cette profonde sentence en faisant un bruit de pet.   114 Bavarde à tort et à travers.   115 T : quon   116 Celui qui.   117 Comme au vers 40, le Fol fait mine de partir, puis il revient.   118 T : chose  (Quelque chose qui ne soit pas digne d’être retenu.)   119 Manuscrit Vu 22 de la Bibliothèque royale de Stockholm, f° 2r. Thierry Martin en a publié une édition bilingue : Poésie homosexuelle en jobelin, GKC, 2007, pp. 92-95. J’ajoute l’initiale des interlocuteurs : F = le Fol. M = la Marotte.   120 Les Sots prennent toujours les expressions au pied de la lettre ; celui-ci fait, au sens propre du terme, « rime sans raison ». Il est en train d’emplir son balluchon avant de déménager.   121 Il n’y connaît rien.   122 Avec des « Bonjour ! ».   123 Mot incompréhensible. Certains lisent « durron », ou « durion », ce qui n’a aucun sens.   124 Crotte : « Les cheveulx du cul, où & à quoy les figues pendent. » (Parangon de Nouvelles honnestes & délectables.) La figue est aussi un geste obscène particulièrement apprécié des Sots.   125 Postérieurs. Cf. les Sotz qui remetent en point Bon Temps, vers 55.   126 Ms : caiphles  (Caïphe condamna Jésus à mort.)  Barabbas fut libéré de prison à la place de Jésus.   127 Centimes. Faire un chaud mouflet consiste à souffler de la fumée au nez d’un dormeur avec un cornet de papier empli d’ouate enflammée, pour le faire tousser. C’est l’origine du camouflet, dont nous avons ici le chaînon manquant, chamouflet. « Qui dormira, qu’on le resveille,/ Ou qu’on luy donne ung chault moufflet ! » Mystère de la Passion de Troyes.   128 En fourrure de castor. Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 507.   129 On disait : Ronfler comme un soufflet de forge.   130 De la joue de bœuf. On retrouve littéralement ce « cri » de bouchers dans les Menus propos.   131 Vrai.   132 Tripes.   133 Une nappe, et un fuseau entouré de laine.   134 L’envoi des « sottes ballades » commence toujours par une invocation au Prince des Sots. Qui est ici en fort mauvaise compagnie…   135 Les médecins conseillaient de nourrir les fous avec des produits laitiers. « Je congnois fols nourris de cresmes. » Villon.

TROYS GALANS ET UN BADIN

Ms. La Valliere

Ms. La Valliere

*

TROYS  GALANS

 

ET  UN  BADIN

*

Cette pièce normande écrite en 1572 se distingue par un ton euphorique plutôt rare à cette époque ; il est vrai que l’auteur aimait bien le vin de Beaune… L’euphorie n’empêche pas les habituels coups de griffes contre les commerçants voleurs, les artisans malhonnêtes, les clercs ignorants, les sergents brutaux, ou les femmes bavardes.

Il s’agit là d’une sottie, puisqu’elle a pour interprètes un Badin, et des Galants joués par des Sots. Dans la sottie des Sobres Sotz (LV 64), un Badin et cinq Galants joués par des Sots nous expliquent la différence entre les Sots et les Badins :

   S :   … Les Sobres Sos nous sommes.

   B :   Je le croy ; mais estes-vous hommes

                Ainsy c’un aultre, comme moy ?

   S :   Nennin dea.

   B :           Nennyn ? Et pourquoy ?

                Que j’en sache l’intelligence.

   S :   Pource qu’il y a bien différence

                Entre Badins, Sages et Sos :

                Les Badins ne sont pas vrays Fo[l]s,

                Mais ilz ne sont ne Sos, ne Sages….

   B :   Je t’ay dict en d’aulcuns passages

                Que Sos ne sauroyent estre Sages ;

                Mais Badins le pevent bien estre.

Source : Manuscrit La Vallière, n° 40.

Structure : Rimes abab/bcbc, rimes plates, avec 1 triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

.

*

Farce  nouvelle

à  quatre  personnages

 

 

C’est asçavoir :

        TROYS  GALANS

        UN  BADIN   [Naudin  Belle-Mémoyre]

 

 

*

                     LE  PREMYER  GALANT  commence       SCÈNE  I

         [Qu’est-il]1 de faire ?

                           LE   IIe  GALANT

                                                Quoy ? De rire

         Sans avoir espritz endormys.

                           LE  IIIe  GALANT

         Joyeulx, joyeulx !

                           LE  PREMIER  [GALANT]

                                         Promptz à bien dire.

                           LE  IIe  GALANT2

         Qu’est-il de faire ?

                           LE  IIIe  GALANT

                                           Quoy ? De rire.

                           LE  PREMYER  GALANT

5       Y nous fault chagrin interdire.

                           LE  IIe  GALANT

         Et de soulcy ?

                           LE  IIIe  GALANT

                                   Du tout démys3.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Qu’est-il de faire ?

                           LE  IIe  GALANT

                                           Quoy ? De rire

         Sans avoir espritz endormys.

                           LE  IIIe  GALANT

         De joye mon cœur est4 transmys.

                           LE  PREMYER  GALANT

10     Désormais, ainsy que j’entens,

         Cause aurons de nous resjouir.

                           LE  IIe  GALANT

         Soublz5 bonne espoirance, j’atens

         Tout bon heur dont pourons joÿr.

                           LE  IIIe  GALANT

         Que reste-il plus ?

                           LE  PREMYER  GALANT

                                          Couroulx fuÿr,

15     Et mectre tout en[n]uy au bas.

                           LE  IIe  GALANT

         Et apéter6 ?

                           LE  IIIe  GALANT

                               Bons mos ouïr,

         Et laisser noyses et débas.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Que fault-y cesser ?

                           LE   IIe  GALANT

                                            Les combas,

         Et à bien faire s’employer7.

                           LE  IIIe  GALANT

20     Que fault-il chercher ?

                           LE  PREMYER  GALANT

                                                 Les esbas,

         Et de bon cœur Dieu8 suplyer

         Qu’i nous veuille ayder en ce lieu.

                           LE  IIe  GALANT

         De plaisir faisons nostre apieu9.

                           LE  IIIe  GALANT

         Et de soulas ?

                           LE  PREMYER  GALANT

                                   Une mémoyre10.

                           LE  IIe  GALANT

25     De plaisance et de joye ?

                           LE  IIIe  GALANT

                                                    C’est [gloyre.

                           LE  PREMYER  GALANT]11

         Bien dict !

.

                           LE  BADIN  entre 12                SCÈNE  II

                             Verdin, verdin jolys13 !

         In camera caritatis14.

         Sept : troys [et] quatre. Dix faict… quot 15 ?

         Il demoura pour son escot

30     À la taverne, le quoquin.

         Et ! faloyt-il qu’i bût du vin ?

         Et sy, n’avoyt denier ne maille16.

         Il réquapa17, vaille que vaille,

         Mais on le print par le colet.

                           LE  PREMYER  GALANT

35     Voécy quelque bon sotelet ;

         Vers luy il se fault adresser.

                           LE  IIe  GALANT

         Y nous fera le temps passer,

         À le veoir.

                           LE  IIIe  GALANT

                             Y dort, ou il ronge18 ?

                           LE  PREMYER  GALANT

         Que faictz-tu, mon amy ?

                           LE  BADIN

                                                     Je songe.

                           LE  IIe  GALANT

40     Tu songe[s] et tu ne dors pas ?

                           LE  BADIN

         Vous n’entendez pas bien le cas.

                           LE  IIIe  GALANT

         Comme quoy19 ?

                           LE  BADIN

                                        Je veille, et sy, dors.

         Pour tant20, sy je branle [le] corps,

         La teste dort.

                           LE  PREMYER  GALANT

                                  C’est aultre chose.

                           LE  BADIN

45     A ! je ne peulx plus faire pose21 :

         Il me fault vitement aler

         Voy(e)r ma mère, pour réveller

         Le grand secret de ma science.

                           LE  IIe  GALANT

         En as-tu ?

                           LE  BADIN

                             Par ma consience !

50     Ma teste n’en peult tant porter.

                           LE  IIIe  GALANT

         Devant que de te transporter22,

         Conte-nous quelque cas nouveau.

                           LE  BADIN

         Mais23 que nostre vache ayt vellé,

         Bien séray qu’el ara24 un veau.

                           LE  IIe  GALANT

55     Il est grand clerq.

                           LE  BADIN

                                          [In nobis]25 velle.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Il ne me semble pas badin.

                           LE  IIIe  GALANT

         Et vostre nom ?

                           LE  BADIN

                                      J’ey non Naudin.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Naudin comment ?

                           LE  BADIN

                                           Belle-Mémoyre26,

         [Comme cela est tout notoyre,]27

         Per fidem28, dedens nostre escolle.

                           LE  IIIe  GALANT

60     [Tel escollier]29 ne vis jamais en rolle,

         [Ny] ne cuyday veoir en ce lieu.

                           LE  BADIN

         J’emprins30 une Croix de par Dieu

         Toute nouvelle.

                           LE  PREMYER  GALANT

                                      Or dis comment.

                           LE  BADIN

         On disoyt antiennement :

65     A, B, C, D, E, F, G.

         [Ores, j’ay tout cela changé.]31

                           LE  IIe  GALANT

         Veulx-tu donc[ques] dire aultrement ?

                           LE  BADIN

         Et ouy, vrayment.

                           LE  PREMYER  GALANT

                                         Or dis comment.

         Tu seras quelque jour abé32 !

                           LE  BADIN

         [D’abord,] il y a : «G C. B ! »33

70     Car quant un homme [qui] aura

         Trop mengé, et à dire viendra :

         [« G C », l’oste]34 luy respondra :

         « Et B ! »35 N’esse pas donc le poinct

         De « –G C. B ! » ?

                           LE  IIe  GALANT

                                             Il ne ment poinct.

                           LE  IIIe  GALANT

75     Toute science en luy se hape36.

                           LE  BADIN

         J’ey songé que j’estoys [le] pape37.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Le pape ? Bénédicité !

                           LE  BADIN

         Ouy, par ma foy, je l’ay esté,

         N’en ayez la pensée troublée.

80     Car j’ey faict faire l’assemblée

         Des princes crestiens, que menoye

         Sur les Turs38, et les combatoye.

         Et quant m’esveillay au matin,

         J’aperceuptz que j’estoys Naudin ;

85     Et puys après, je m’endormys.

                           LE  IIe  GALANT

         Il sera pape, mes amys,

         Puysqu’il [l’]a songé.

                           LE  BADIN

                                               Non seray !

                           LE  IIIe  GALANT

         Et pourquoy ?

                           LE  BADIN

                                   Bien m’en passeray.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Pourtant, bien vous siéroyt39 la chape.

                           LE  BADIN

90     Sy je venoys estre le pape

         Et que j’alasse en la bataille,

         On y frape d’estoq et de taille.

         Ainsy que malheur vient à coup40,

         Y ne fauldroict c’un méchant coup

95     De canon, qui trop pince et mort :

         Pétouf ! voy(e)là le pape mort,

         Et Naudin tout ensemblement.

         Ne m’en faictes plus parlement41 ;

         Gardez bien de m’y eschaufer42.

                           LE  IIe  GALANT

100   Quant tu serès armé de fer,

         Tu n’aroys garde43, non, Naudin.

                           LE  BADIN

          J’ayme trop mieulx estre badin

         Et vivre ainsy tout désarmé,

         Que de mourir & estre armé,

105   Je vous le dis par mos exprès.

         Mais aussy, j’ey songé après

         Un songe merveilleux.

                           LE  IIIe  GALANT

                                                 Dy-nous44.

                           LE  BADIN

         Que j’estoys…

                           LE  PREMYER  GALANT

                                     Quoy ? Mengé des loups ?

                           LE  BADIN

         Nénin, nénin, c’estoyent bien plus beaulx dis :

110   Que j’estoys Dieu en Paradis.

                           LE  IIe  GALANT

         Sy tu l’estoys, que feroys-tu ?

                           LE  BADIN

         Que je feroys ? Es-tu testu !

                           LE  IIIe  GALANT

         Dy-le-nous, et plus ne varye45.

                           LE  BADIN

         Ma femme46 : la vierge Marye ;

115   Et ma sceur : saincte Katherine.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Comment cela ?

                           LE  BADIN

                                      Or adevine.

                           LE  IIe  GALANT

         Et nos troys47 ?

                           LE  BADIN

                                     Sainct Pierre, et sainct Pol,

         Et sainct Berthélemy48 o long col.

         Au moins, s’y venoyt à la porte

120   Un fol pour entrer de main forte,

         Vous luy [barrerez le passage]49.

                           LE  IIIe  GALANT

         Nous en sérons50 très bien l’usage.

         Y n’y entreroyt nulz sergens ?

                           LE  BADIN

         Non, car trop [il] sont diligens51 :

125   Il en pouroyent haper quelqu(e) un.

         On les metrions tous en un run52 !

         Les sergens, qui sont dangereulx,

         De tourmenter ne sont peureulx.

         Tout cela iroyt en enfer

130   Plaider aveques Lucifer,

         Pour acomplir tous leurs travaulx53.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Marchans de boys et de chevaulx54

         Yront-y poinct en Paradis ?

                           LE  BADIN

         Nénin, car y sont trop mauldis,

135   Impétueulx, trop incertains,

         Et tourmentent trop les humains.

                           LE  IIe  GALANT

         Et gens de guerre ?

                           LE  BADIN

                                           Encores mains55 !

         Enfer seroyt leur propre lieu.

         Y renient et maugrient56 Dieu

140   Pour moins que rien, en tous cartiers.

                           LE  IIIe  GALANT

         Et ceulx qui boyvent voulontiers,

         Seront-y poinct aveques vous57 ?

                           LE  BADIN

         Assis auprès de moy trèstous,

         Car j’ayme les bons pigourniers58.

                           LE  PREMYER  GALANT

145   Les boulengers et les monnyers59,

         Loger les fauldroyt, sans trufer60.

                           LE  BADIN

         Trèstous en enfer, en enfer !

         Boulengers font le petit pain61,

         Monniers desrobent le bon grain :

150   Pour tant62, c’est leur droicte maison

         Qu’en enfer.

                           LE  IIe  GALANT

                                 Vous avez raison.

                           LE  IIIe  GALANT

         Les povres laboureurs des champs,

         Qui à maulx sont tousjours marchans63

         Et par la guerre désolés :

155   Ne seroyent-il poinct consolés

         De vous par œuvre méritoyre ?

                           LE  BADIN

         Je les metroys en purgatoyre

         Pour parfaire leur pénitence.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Ménestrieurs, chantres de plaisance64,

160   Qui n’ont jamais le bon cœur vain

         Et ayment tant fort ce bon vin :

         Seroyent-y poinct aveques vous ?

                           LE  BADIN

         Assis auprès de moy trèstous,

         Car telz gens de joyeuseté

165   Ont bien, en leur temps, mérité

         D’estre boutés en Paradis.

                           LE  IIe  GALANT

         Et ainsy [ceulx] que je vous dis,

         De morisques qu’on dict baleurs65,

         Aultrement [dict], les beaulx danseurs :

170   Seront-il poinct saulvés ?

                           LE  BADIN

                                                      Nennin, nennin.

                           LE  IIIe  GALANT

         Dictes-nous la raison, Naudin,

         Car ilz sont tous de bonne sorte.

                           LE  BADIN

         Je leur feroys fermer la porte

         À fine force ou66, de danser,

175   Y me pouroyent bien tost casser

         Le plancher de mon Paradis67.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Je me resjouys à ses dis.

         Et où seroyent-il donq ?

                           LE  BADIN

                                                   Par sainct Pierre !

         Je les laisseroys sur la terre :

180   Au moins, quant danser il vouldroyent,

         Mon plancher poinct [il] ne romproyent ;

         Y danseroyent plus sûrement.

                           LE  IIe  GALANT

         Je vous demandes voy(e)rement :

         Où seroyent les bons biberons68

185   (Qui du bon vin font69 mouilerons),

         Et des bons buveurs les afins70 ?

                           LE  BADIN

         Assis auprès des chérubins71,

         Car y sont supos de Bacus72

                           LE  IIIe  GALANT

         Et ceulx qui ont engins bécus73,

190   Comme barbaudiers74, barbaudières ?

                           LE  BADIN

         Y laveront [tous] les chauldières75

         D’enfer, pour fère leur brassin76.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Taverniers qui brouillent le vin,

         Noyent77 le viel parmy les nouveaulx,

195   Où seront-ilz ?

                           LE  BADIN

                                     Aux78 deabloteaulx !

                           LE  IIe  GALANT

         Tous [les] brouilleurs seroyent dannés ?

                           LE  BADIN

         Voyre, et par moy condampnés ;

         Pas un seul n’en eschaperoyt.

                           LE  IIIe  GALANT

         Vostre bonté les sauveroyt79

200   En quelque coing.

                           LE  BADIN

                                          Non feroyt, nom !

         Je n’éroys que gens de renom,

         Comme pâtissiers, rôtisseurs,

         Chantres, ménestreurs et farceurs80.

         Au moins, sy faisoys un banquet,

205   Les uns feroyent le saupiquet81,

         Et les aultres fero[ye]nt leur cas82.

                            LE  IIe  GALANT

         Voyre ; mais on n’y menge pas,

         En Paradis.

                            LE  BADIN

                               Et ! je [vous dis]83

         Qu’on mengeroyt en Paradis

210   Jambons, bonnes poules, bouilys84 ;

         Et aulx vendredys, samedys,

         De bon pouesson85 par adventure,

         Pour soustenir la86 créature.

         Et pour [tout] vous dire, au certain,

215   Venir feroys87 les pierres en pain.

                           LE  IIIe  GALANT

         ………………. En brièfves sommes,

         Puysqu’avons tant parlé des hommes,

         Dictes-nous, sans semer diffames,

         S’en Paradis yront les femmes.

                           LE  BADIN

220   Y n’y entreroyt que les bonnes,

         [Les doulcinettes, les mignonnes.]88

         Les mauvaises n(’y) entreroyent pas.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Naudin, mais dictes-nous le cas

         Pourquoy c’est qu’i n’y entreroyent.

                           LE  BADIN

         Et ! pource que s’il y estoyent

225   Toutes par tropeaulx assemblés,

         Avant qu’ilz fussent dessemblés89,

         Y mainneroyent un tel sabat,

         Une sy grand noise et débat,

         Que moy (Dieu), les sainctes et sainctz,

230   De leur parler ne serions sains90 :

         Car leur caquet, qui fort enteste,

         Nous pouroyt bien casser la teste

         Et engendrer grand maladye.

                           LE  IIe  GALANT

         Naudin, y fault bien c’un cas dye :

235   Que l’homme passer ne se peult

         De femme, au moins sy une veult.

         Vous [le] sçavez bien, qui homme estes91.

                           LE  BADIN

         Je les feroys toutes muètes.

         Sy tost qu’en Paradis iroyent,

240   À jamais il ne parleroyent

         Jusqu(e) à ce que leur fisse signe.

                           LE  IIIe  GALANT

         Naudin en ce lieu nous assigne

         Pour nous resjouir de beaulx dis.

                           LE  BADIN

         Sy j’estoys Dieu de Paradis,

245   On ne mengeroyt que perdreaulx,

         Bécaces, faisans, lapereaulx,

         Et ce qui viendroyt en mémoyre92.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Dea ! Naudin, tu laisses le boyre ?

         Y fault parler de telz matières.

                           LE  BADIN

250   Je feroys que les rivières

         –Sans en mentir poulce ny aune93

         Seroyent de vin clairet de Byaune94,

         Et le reste de vin françoys95.

                           LE  IIe  GALANT

         Par sainct Jehan ! [bien] je le vouldroys,

255   Que fussiez Dieu.

                           LE  BADIN

                                        Et de la guerre,

         Jamais ne seroyt sur la terre,

         Car les canons et les bombardes,

         Les piques et les halebardes

         Seroyent tout de sucre scandis96.

                           LE  IIIe  GALANT

260   Je me resjouys à ses dis.

         En très bel estat nous en sommes.

                           LE  BADIN

         Je feroys venir les viés97 hommes

         À l’âge de vingt et deulx ans,

         Qui seroyent corporus98 et grans.

                           LE  PREMYER  GALANT

265   Et les99 femmes ?

                           LE  BADIN

                                          Tout droict à quinze.

         Et sy, tourneroyent comme un singe100,

         Et aussy doulces c’un aigneau.

                           LE  IIe  GALANT

         Ce cas-là seroyt fort beau ;

         Bien en priseroys101 les fassons.

                           LE  BADIN

270   [Et] je feroys que les buissons

         Et arbres qui sont par tropeaulx

         Aporteroyent de beaulx chapeaulx ;

         Les aubépines, des souliers ;

         Pareilement, les groiséliers102

275   Porteroyent pourpoinctz de velours.

                           LE  IIIe  GALANT

         Nos abis ne seroyent pas lours,

         Ne nos [teinctures poinct]103 trop faulces.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Quel remède104 d’avoir des chaulses ?

         Cela me semble fort estrange.

                           LE  BADIN

280   Va-toy mectre [de]dens la fange

         Jusques au cul.

                           LE  IIe  GALANT

                                    Qui le feroyt105,

         Certes, on les aporteroyt,

         Comment il [se] dict106, « toutes faictes ».

                           LE  IIIe  GALANT

         Comme auroyt-on des éguillètes107 ?

285   Voy(e)là de quoy il me souvient.

                           LE  BADIN

         L’erbe qui dedens les prés vient108

         Seroyent éguillètes ferr[é]es.

                           LE  PREMYER  GALANT

         Et quant y seroyent deffér[é]es ?

                           [LE  BADIN]

         Du fer en demour[r]oyt un boult109.

                           LE  IIe  GALANT

290   Encores ne dis-tu pas tout :

         Et que mengeroyent les chevaulx ?

                           LE  BADIN

         Y prendroyent peines et travaulx

         Sans menger et sans se lasser.

                           LE  IIIe  GALANT

         Naudin nous faict le temps passer ;

295   Il ne dict pas choses infammes.

                           LE  BADIN

         Je permétroys changer les femmes

         Comme les chevaulx et les mules.

                           LE  PREMYER  GALANT

         On voy(e)royt beaucoup de cédules110

         En plusieurs pays despécer111 !

                           LE  BADIN

300   Affin de tout sagrin112 c[h]asser,

         On seroyt franc dens les tavernes113.

         Je feroys de vessies lanternes114.

         Et pour mieulx venir à mon esme115,

         Jamais il ne seroyt Karesme116

305   (C’en est autant de despesché) :

         Ce seroyt aussy grand péché

         De jeusner que tuer un homme.

         J’asouldroys117 sans aller à Romme.

         Entendez bien que je propose.

                           LE  IIe  GALANT

310   Ce ne seroyt pas peu de chose ;

         Bien en priseroys les fassons.

                           LE  BADIN

         Je feroys que tous les glassons118

         Seroyent formage119 d’Engleterre.

         [Et s’on vouloit]120 faire la guerre,

315   On combatroyt à coup de poing.

         Je permétroys rompre le pain121

         Sur le genouil, sans nulz cousteaulx.

         Y ne fauldroict poinct de courtaultz122

         Pour s’enfuïr, sans nul besoing123.

320   Jamais homme n’yroyt sy loing

         Combastre : aulx maisons se tiendroyt124.

                           LE  IIIe  GALANT

         Vigne jamais ne gèleroyt ?

                           LE  BADIN

         Non, par ma foy, sy j’estoys Dieu !

         Y me fault partir de ce lieu

325   Pour aler dire mon sçavoir

         À ma mère, et pour sçavoir

         Sy je seray Dieu.

                           LE  PREMYER  GALANT

                                        Et sy vous l’estes ?

                           LE  BADIN

         Voz besongnes sont toutes faictes125 :

         Jamais ne serez malureux,

330   Mais tous troys serez sy heureux

         Qu’on ne vit onques les semblables.

                           LE  IIe  GALANT

         Que vous nous soyez profitables,

         Naudin !

                           LE  BADIN

                          Je vous feray des biens

         Tant126, que jamais n’en voy(e)rez riens :

335   Y vous viendront tous endormys127.

                           LE  IIIe  GALANT

         Adieu, Naudin !

                           LE  BADIN

                                     Adieu, mes amys !

                           LE  PREMYER  GALANT

         Mais concluez.

 

                           LE  BADIN                          SCÈNE  III

                                      Pour conséquence,

         Et du sens avoir la sentence128,

         Plusieurs Sos de tel[z] propos font129.

340   Sy povèr130 avoyent plus qu’i n’ont,

         Y feroyent choses impossibles

         Qui ne sont pas à eulx loisibles131,

         Comme avez veu en ceste place.

         Or chantons [tous] de bonne grâce !

345   En prenant congé de ce lieu,

         Nous vous dison à tous adieu.

                      

                          FINIS

 

*

1 LV : Q est i  (Refrain correct aux vers 4 et 7.)  Que faire ?   2 À partir d’ici, LV abrège ce mot en G. Le Premier Galant devient LE P G.   3 (Que nous en soyons) totalement mis hors.   4 LV : ay  (Mon cœur est transporté de joie.)   5 Sous, avec.   6 Désirer, rechercher.   7 LV : l employer   8 LV : luy   9 Notre appui. « Ung des disciples/ Qui en ce faict soit ferme appieu. » Godefroy.   10 Une coutume.   11 Lacune. (LV met sur une même ligne : cest bien dict ) « C’est gloire, entre nous autres, d’aymer. » Ollenix du Mont-Sacré.   12 Complètement ivre, il mélange les cris de métiers, le latin scolaire, l’arithmétique, et les souvenirs de taverne.   13 Déformation du cri des marchands de verre : « Verre, verre joli ! » Cf. les Cris de Paris, vers 131. Le verdin est un sot : cf. la Résurrection Jénin à Paulme, vers 254.   14 C’est le vers 92 de Sœur Fessue.   15 Combien ? Le Badin, qui se prétend « escollier », a des relents de latin : vers 27, 28, 55, 59.   16 Et pourtant, il n’avait pas un sou.   17 Il s’échappa.   18 Il rumine dans son esprit. « Toute nuyt n’ay faict que songer/ En ma fantasie, et ronger/ Par quels moyens pouvons juger/ Noz grans adversaires à mort. » Godefroy.   19 C’est-à-dire ?   20 Pour autant. Le Badin somnole entre deux vins, dans un état de dort-veille. « En un lit où pas ne dormoie,/ Einsois faisoie la dorveille,/ Com cils qui dort et encor veille. » (Guillaume de Machaut.) Le délire éthylique ne va pas tarder.   21 LV : posse  (Faire pause = rester ici.)   22 Chez ta mère.   23 Pour peu. On retrouve ce vers proverbial dans l’Homme à mes pois, LV 51.   24 Je saurai bien qu’elle aura.   25 LV : a noble  (St Paul a écrit : « Deus est qui operatur in nobis velle. » [C’est Dieu qui opère en nous le vouloir.] L’auteur tourne en dérision une maxime sur la grâce qui est à l’origine de la Réforme.)   26 L’alcool était censé accroître la mémoire : « Me donnez à boyre :/ J’en eusse ung peu meilleur mémoyre. » (Trote-menu et Mirre-loret.) Mais dans le prologue du Quart Livre, Priape fait souvent une confusion entre la mémoire (mens) et sa mentule (mentula est le diminutif de mens) : « Et me soubvient, car j’ay mentule… voyre diz-je mémoire, bien belle et grande assez pour emplir un pot beurrier. » Rabelais.   27 Vers manquant. Je mets à contribution le vers 157 de la Première Moralité jouée à Genève.   28 Par ma foi ! C’est le juron favori d’un autre clerc inculte, Guermouset (vers 442 et 461).   29 LV : Je  (Le copiste, qui n’a pas compris ce dialogue, a déplacé « tel escollier » sous le vers 61. La correction est d’Émile Picot : Recueil général des sotties, III, p. 329.)  En rôle = par écrit.   30 LV : jey aprins  (J’ai entrepris, du verbe emprendre : « Depuis que j’emprins la queste. » Perceforest.)  Une « croix de par Dieu » est un abécédaire pour apprendre l’alphabet. « Cet enfant sçait desjà bien sa croix de par Dieu. » Dict. de l’Académie françoise.   31 Je reconstitue ce vers manquant d’après une autre farce, le Médecin malgré luy : « Oüy, cela estoit autrefois ainsi ; mais nous avons changé tout cela. » (Molière.)   32 Les abbés passaient pour être savants. Le copiste n’a rien compris aux vers 69-74, et les éditeurs modernes non plus : « Il y a là, sur la prononciation des lettres, quelque malice qui nous échappe absolument. » Édouard Fournier.   33 Prononciation normande de : « J’ai soif. Bois ! » Dans la farce rouennaise de L’Examinateur (BM 45), « ABC » rime avec « mort de soif ». Dans celle de Pernet qui va à l’escolle (BM 46), « C » rime avec « j’ay soif ». Le ms. Vu 22 de la Bibliothèque royale de Stockholm donne ce triolet normand flanqué d’une traduction française :

           G. C.           J’ai soif,

           M. I.             ami.

           T. T.             Tais-toi !

           G. C.           J’ai soif.

           O. B.            Or, bois

           R. I.              et ris.

           G. C.           J’ai soif,

           M. I.             ami.

34 LV : Jey c et y  (L’hôte est un tavernier. « Où est le vin amoureulx ?/ Dea, Jaquet, chez l’Oste joyeulx. » Le Savatier et Marguet, LV 74.)   35 Eh ! bois. Dans la farce rouennaise de Pernet qui va à l’escolle (BM 46), quand le maître lui dit « B », Pernet répond : « Je viens tout fin droit de boire. »   36 S’accroche.   37 Le 2ème des Sotz ecclésiasticques rêve lui aussi de devenir pape (v. 268) et Dieu (v. 272).   38 Contre les Turcs. « Ce passage semble bien faire allusion à la ligue formée par le pape Pie V contre les Turcs, ligue qui aboutit à la bataille de Lépante (1571). » Note d’Émile Picot.   39 LV : suymroyt  (La chape vous conviendrait bien.)   40 Tout à coup.   41 Ne m’en parlez plus.   42 De m’y inciter.   43 Si tu avais une armure, tu ne craindrais rien. Nul n’avait oublié que le pape Jules II portait une armure et des armes : voir la note 218 du Jeu du Prince des Sotz.   44 LV : dy le nous  (Anticipation du vers 113.)   45 Ne tourne plus autour du pot.   46 Suite du vers 112 : Je ferais de ma femme, etc.   47 Normandisme pour « nous trois ». Cf. l’Avantureulx, vers 103 et 275.   48 Ce saint dénué d’importance n’a rien à faire avec Pierre et Paul. Mais le dramaturge ne l’a pas choisi par hasard. Les protestants avaient commis beaucoup d’exactions à Rouen (v. les notes 36 et 44 du Trocheur de maris). On leur rappelle ici que le massacre de la Saint-Barthélemy venait d’avoir lieu, le 24 août. Les huguenots de Rouen furent d’ailleurs pris à partie en automne. Le « long col » fait de l’humour noir sur l’amiral de Coligny, auquel on avait rallongé le col par pendaison. (En réalité, il n’avait plus de tête, et on l’avait seulement posé sur le gibet de Montfaucon.) François de Chantelouve pratiqua le même humour dans un pamphlet où il fait dire à Coligny : « & du vilain licol,/ De mes bourrèles mains haut estraindre mon col. » On reprochait à l’Amiral d’avoir plaidé la cause des réformateurs normands auprès du roi.   49 LV : barerres au vissage   50 LV : feron  (Nous en saurons. Au vers 54, « séray » = saurai.)   51 Ils sont trop zélés (à mal faire). Sur la mauvaise réputation des sergents, voir le Testament Pathelin, vers 469-472. Dans la Résurrection de Jénin Landore (BM 24), Jénin revient du Paradis : « Çà, Jénin : quant est de sergens,/ Paradis en est bien pourveu ?/ –Corbieu ! je n’y en ay point veu. »   52 Nous les remettrions à leur place. « Nous metrion tantost gens à rung. » (ATILF.) Cf. Mallepaye et Bâillevant, vers 48.   53 Leurs pénitences. Mais le dernier des travaux d’Hercule consistait à capturer Cerbère, qui gardait la porte des Enfers.   54 « Les macquignons, qui fardent la marchandise & la falsifient pour abuser les simples. » Calvin.   55 LV : moins  (Le sens est identique, mais la forme « mains », qui rime mieux, est normande. Cf. Pates-ouaintes, vers 45, 167 et 319.)   56 Blasphèment. Cf. la Confession du Brigant, vers 104.   57 Feignant de respecter ce futur dieu, les Galants se mettent à le vouvoyer.   58 Buveurs. Picorner = s’enivrer.   59 Les meuniers falsifiaient les quantités, ajoutaient des additifs prohibés, spéculaient sur la hausse des céréales, et vendaient du grain pourri. Voir la notice du Munyer.   60 Sans plaisanter.   61 Vendent leur pain au-dessous du poids réglementaire. Voir la notice des Sotz qui remetent en point Bon Temps.   62 Pour cela. Droite = légitime.   63 Qui vont toujours en peine.   64 Les « ménestrieurs et chantres » [joueurs de vielle et chanteurs profanes] étalent leur vie débridée dans la Réformeresse.   65 Ceux qu’on appelle des danseurs de morisques. Ces bacchanales bruyantes exigent qu’on fasse des bonds et qu’on martèle le sol avec ses pieds. Voir la note 63 du Trocheur de maris.   66 LV : car  (Ou = sinon.)   67 Le Paradis céleste reposait sur des nuages.   68 Buveurs. Cf. les Rapporteurs, vers 26.   69 LV : sont  (Le « s » et le « f » gothiques sont similaires. Voir la note 129.)  Les mouillerons sont des mouillettes de pain qu’on trempe dans le vin. Cf. la Résurrection Jénin à Paulme, vers 241.   70 Les proches, les semblables. « Voz parens, amis et affins. » ATILF.   71 Des anges.   72 Ils sont les suppôts de Bacchus, mais aussi des « bas culs », comme les habitants de Sodome qui se jetèrent sur des anges. Le dieu du vin couchait avec Ampélos et peut-être avec Adonis ; il en fut vilipendé par François Habert : « Puis, si la trogne en vient faire Bacchus [même si Bacchus fait la gueule],/ Venez, flaccons [flacs cons, vulves flasques], et mettez à bas culz ! » (Le Songe de Pantagruel.) Les « bas culs » se trouvent dans Rabelais <Vème Livre, 45>, de même que le « flac con à vitz » <Gargantua, chap. 4 de la 1ère éd.>.   73 Ceux qui ont le nez pointu, c’est-à-dire les alcooliques. « De jeune femme (portée) sur le vin, nez rouge et beccu. » Trésor des sentences.   74 Brasseurs de bière.   75 Les chaudrons dans lesquels on fait bouillir les âmes des pécheurs. Cf. le Munyer, vers 453.   76 Leur bière. Les brasseurs y mettaient toutes sortes de cochonneries. « Item, l’en deffend à tous brasseurs de servoises et bières qu’ilz ne mettent en leurs brassins poiz ne herbes ou autres mixtions deffendues. » ATILF.   77 LV : et metent  (Les fonds de tonneaux, éventés et piqués, ne pouvaient être vendus. Des taverniers sans scrupules les mélangeaient au vin nouvellement percé, qu’ils « brouillaient » de la sorte.)  Les mêmes fraudeurs « mouillaient » le vin en y ajoutant de l’eau. Le taux d’alcool du vin étant très faible (entre 7 et 10 degrés), il fallait beaucoup de bonne volonté pour parvenir à se soûler avec une telle piquette.   78 LV : aveq tous les  (Ils iront aux diables !)   79 LV répète ensuite le v. 198, et le v. 199 en l’attribuant au 1er Galant.   80 D’après la Réformeresse (vers 229), les « joueurs de Farces » sont aussi débauchés que les ménestreurs et les chantres.   81 Pileraient des épices pour faire une sauce piquante. Cf. Maistre Pierre Doribus, vers 19.   82 Leur numéro.   83 LV : feroys bis   84 Des viandes cuites dans leur bouillon.   85 Du poisson les jours maigres.   86 LV: ma  (Expression appliquée aux femmes enceintes qui ont des envies de nourriture.)  « Aidans la femme à soustenir la créature, de manière que par la nouvelle imagination du manger, ils (ses esprits vitaux) viennent à l’estomac. » Gabriel Chappuis.   87 Je transformerais. C’est encore plus fort que la multiplication des pains !   88 Vers manquant. Je recycle le v. 202 du Ramonneur de cheminées, qui rime aussi avec « bonne ».   89 Séparées. Les vers 223-227 et 240 parlent des femmes au masculin. C’est fréquent dans le théâtre comique, où des hommes tenaient les rôles féminins.   90 LV : sainctz  (Nous ne sortirions pas indemnes de leur bavardage.)  Au Paradis, Jénin Landore <note 51> a appris à « garder les femmes de parler », en emplissant leur bouche avec du vin.   91 Vous qui êtes un homme.   92 Ce dont on aurait envie.   93 Sans mentir si peu que ce soit, comme les drapiers qui trichent sur les mesures. Naudin confond le Paradis avec le pays de Cocagne.   94 De Beaune, en Bourgogne. Dans le Fabliaus de Coquaigne aussi, « Cele rivière que je di/ Est de vin vermeil jusqu’emmi,/ Du meillor que l’en puist trover/ En Biaune. »   95 Pour le peuple, l’ancien duché de Bourgogne n’était pas tout à fait français. La guerre des Bourguignons pro-Anglais contre les Armagnacs du roi de France n’était pas encore digérée.   96 Candi (normandisme). 24 ans avant l’édition du ms. La Vallière parue en 1837, Béranger composa un Voyage au pays de Cocagne où il y a des « hallebardes/ De sucre candi », et où les « fontaines,/ Au lieu d’eaux malsaines,/ Versent, toujours pleines,/ Le beaune. »   97 Revenir les vieux. Naudin ne précise pas s’il compte les rajeunir en les baignant dans la fontaine de Jouvence, comme le préconise le Fabliaus de Coquaigne, ou en les introduisant dans la fournaise des Femmes qui font refondre leurs maris (BM 6). D’après une estampe du XVII° siècle, au pays de Cocagne, « tousjours y boult une chaudière plaine/ D’eau, qui les vieux en jeunesse rameine ».   98 Solidement bâtis.   99 LV : vielles  (Les hommes appréciaient tout particulièrement les filles de 15 ans. Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 449.)  Quant à l’abbaye de Thélème –une autre utopie que notre auteur avait lue–, « les femmes y estoient receues depuis dix jusques à quinze ans ». Gargantua, 52.   100 Comme les singes obéissant au doigt et à l’œil aux bateleurs qui les font danser en public.   101 LV : presen eroys  (C’est le même vers que 311.)   102 Les groseilliers. Le linge et les accessoires seraient fournis gratuitement par tous ces végétaux, ce qui éviterait d’avoir affaire aux drapiers, couturiers, teinturiers et autres escrocs. Dans une estampe du XVII° siècle représentant le pays de Cocagne, « un arbre y a, large & hault, qui rapporte/ Chappeaux, chaussure, habitz de toute sorte ».   103 LV : aduantures  (La « mauvaise et desloyalle teincture » ne tenait pas longtemps. On avait « reprins les taincturiers par plusieurs foiz des faulces teinctures qu’ils feroient ès draps ». Archives de Bourges.)   104 Quel moyen.   105 Si on le faisait. La boue, en séchant, ressemblerait à une paire de chausses.   106 Comme on dit. Les chaussetiers faisaient déjà du prêt-à-porter ; on trouvait dans leur boutique des « chausses faictes & prestes à vendre ». Ordonnances du Roy.   107 L’aiguillette est un lacet qui ferme la braguette. (Avoir l’aiguillette nouée : être impuissant.) Les deux bouts du cordon sont ferrés avec du métal pour qu’on puisse les passer dans les boutonnières. Ce souci du détail vient encore de l’abbaye de Thélème, où « les aguillettes de soye » ont des « fers d’or bien esmailléz ». (Gargantua, 56.)   108 Pousse.   109 Il resterait suffisamment de métal (pour qu’on puisse fermer la braguette).   110 De promesses de mariage.   111 Mises en pièces, déchirées.   112 Chagrin. « Et mectre tout sagrin arière. » Le Lazare, LV 42.   113 Les joueurs de cartes et de dés ne tricheraient plus.   114 Depuis Diogène jusqu’à Rabelais (Vème Livre, 32), la lanterne fut l’emblème de la sagesse, alors que la vessie était l’emblème des fous : Jeu du Prince des Sotz, note 68. Il existe une farce des Femmes qui font acroire à leurs maris de vécies que ce sont lanternes (F 15).   115 À mon but. Cf. la Résurrection Jénin à Paulme, vers 88.   116 Jeûne de 40 jours qui suit le Carnaval. Le Fabliaus de Coquaigne limite les Carêmes à un tous les 20 ans.   117 J’absoudrais les péchés sans que ceux qui les ont commis aient besoin d’aller soudoyer le pape. Cf. Serre-porte, vers 268 et 375.   118 Les grêlons qui, en abîmant les vignes, sont préjudiciables aux amateurs de vin. Voir aussi le vers 322.   119 Seraient faits de fromage mou. « Une plaine pipe [tonneau] de fromaige d’Angleterre. »   120 LV : en son vouloir   121 LV : poing  (Formule liturgique remontant à la Cène.)  L’auteur joue sur une expression plus triviale, « rompre l’anguille au genou : Faire une chose impossible, ou prendre un mauvais moyen pour faire réussir une affaire. » Furetière.   122 LV : cousteaulx  (Le courtaud est un cheval. Cf. le Gentil homme et son page, vers 234.)   123 Puisqu’on n’aurait plus besoin de s’enfuir.   124 LV : viendroyt  (On resterait à la maison au lieu d’aller faire la guerre au loin.)   125 Votre sort sera réglé.   126 Tellement. Une autre sottie normande, Troys Gallans et Phlipot, exploite la naïveté d’un badin qui se croit messager de Dieu : « Pourvoyez-nous, en vostre règne./ Aussy ferai-ge. »   127 Pendant que vous dormirez. « Li païs a à non Coquaigne./ Qui plus i dort, plus i gaaigne :/ Cil qui dort jusqu’à miedi/ Gaaigne cinc sols et demi. » Li Fabliaus de Coquaigne.   128 La signification.   129 LV : sont  (Note 69.)   130 Du pouvoir (normandisme). Cf. les Femmes qui font renbourer leur bas, vers 141.   131 LV : posibles  (Permises, faisables. « Et nous pensons encor toutes choses loysibles,/ Aisées, sans reproche, honnestes et possibles. » A. de Rivaudeau.)

SERRE-PORTE

British Library

British Library

*

SERRE – PORTE

*

.

Cette farce de la fin du XVe siècle fut écrite pour Paris. Mais on l’a peut-être aussi jouée à Metz, où Philippe de Vigneulles paraît l’avoir entendue, si on en juge par les Cent Nouvelles nouvelles, composées de 1505 à 1515 : dans la 17e Nouvelle, un « bourgeois en habit de femme » se rend chez un chanoine qui a donné rendez-vous à son épouse, et lui flanque des coups de bâton. Le clerc du chanoine attend dehors, et quand la donzelle ressort, il cherche à profiter de l’aubaine : « Par Dieu, dit-il, ma doulce amye, vous n’en yrez pas ainsi, car aussi bien en aurai-je ma part comme a eu mon maistre. » Et en effet, il a sa part de bastonnade.

Un des personnages a pour nom Fin-verjus. Vers 1458, Triboulet, le bouffon de René d’Anjou, composa les Vigilles Triboullet ; cette sottie énumère plusieurs pièces antérieures, dont l’une s’intitule Fin-verjus. Mais il ne s’agit pas forcément de la nôtre : ce nom synonyme de roublard fut donné à d’autres fripouilles. Par exemple, en 1525, Ung Gentil homme et son page nous informe que « Fin-verjus de Beauvais » a fini pendu.

L’infrastructure des lieux dénote que cette farce fut jouée au cours d’un Mystère : l’auteur profitait alors de décors beaucoup plus évolués qu’un simple podium nanti d’un rideau de fond. Voir par exemple la farce du Munyer, qui fut incluse dans le Mystère de St Martin, et qui bénéficia de son décor représentant l’Enfer.

Source : Recueil de Florence, n° 33. On intitule généralement cette farce le Savetier, le Moine, la Femme et le Portier. Cependant, le titre Serre-porte apparaît sous le bois gravé. Jelle Koopmans2 la nomme Serre Porte [& Fin Verjus].

Structure : Rimes plates, avec 3 sixains pentasyllabiques.

Cette édition : Cliquer sur Préface. (Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.) L’éditeur ancien confond « se » avec « ce », et « si » avec « ci » ; je corrige tacitement. J’ai voulu rendre cette pièce enfin lisible –et peut-être jouable– en comblant de nombreuses lacunes : tous mes ajouts sont signalés dans le texte, et justifiés en notes.

.

*

Farce nouvelle trèsbonne

et fort joyeuse

*

 

À quattre personnages, c’est assavoir :

     LE  SAVETIER  [Fin-vertjus]

     LE  MOYNE  [Pierre Serre-porte]

     LA   FEMME

     LE  PORTIER

 

*

SERRE – PORTE

*

.

                     LE  SAVETIER  commence en chantant 3       SCÈNE  I

             L’autre jour, jouer m’aloye4

             [À] l’orée d’ung pré herbu.

             Je ne sçay que je quéroye,

             Ne que j’avoyë perdu.

5       Par mon serment ! se j’eusse beu5

         Une fois ou croqué la pie6,

         Je chantasse mieulx q’une pie

         Ne fait quant se liève au matin.

         Venez çà ! Y a-il certain7

10     De vous qui s’en veuille venir ?

         Ne me faictes plus ci tenir :

         Venez-vous-en avecques moy !          Il chante :

             En ce moys de may, hauvay,

             Doit-on faire amye.8

15     Par ma foy ! voicy compagnie

         Qui [s’en] vient9 ; c’est ung maistre moyne

         Qui sera très bien propre et ydoine

         À moy conduire au [sus]dit lieu

         À ce10 matin. Ha ! bon gré bieu,

20     Pas n’est celuy que je cuidoye…

         Si est11 ! Qu’il en ait froide joye !

         C’est frère Pierre Serre-porte12 ?

         Et ! non est, le diable l’emporte !

         Il a [par] trop sade13 visaige,

25     Touteffois : pert14 à son usaige

         De boire matin voulentiers.

         Je m’en vois prendre mes sentiers

         Vers luy.15

 

                             Bona dies, pater16 !               SCÈNE  II

                           LE  MOYNE

         Et vobis etiam, frater17 !

30     Quid vultis michi dicere18 ?

                           LE  SAVETIER

         Per Deum ! nescio, vere19 :

         Je n’entens point latinatis,

         Se ce n’est : « Ita, veniatis20 !

         Bona dies monachorum21»

35     Pour tant que beati quorum22

         Vault m[i]eulx que bona journus23.

                           LE  MOYNE

         On n’en treuve ci, ce jour, nulz,

         Par ma foy, ne soir ne matin,

         Qui use de si bon latin

40     Que vous avez ci récité.

                           LE  SAVETIER

         À Paris, y a grant cité ;

         Mais j(e) y ay fait des escolliers24

         Taire tout coy trèsvoulentiers,

         Si trèffort que c’estoit merveille[s] !

                           LE  MOYNE

45     (Il emporte bien les oreilles

         Destre[s]25 des dames d’Aigremont.)

                           LE  SAVETIER

         Que dictes-vous ?

                           LE  MOYNE

                                        Ung bonnet ront

         Si vous seroit bien duisant26, beau sire.

                           LE  SAVETIER

         Il ne tint qu(e) au faire et au dire27

50     Que [je] ne fu[sse] en logeotruie28

         Bachelier ; mais par ma follye,

         Je dy que point ne le seroye,

         Et que… Par le soleil qui roye29 !

         Vous y estiez, ce m’est advis.

                           LE  MOYNE

55     Sainct Jehan ! voirement, je le vis,

         Où vous fustes examiné,

         À Petit-Pont30

                           LE  SAVETIER31

                                        Ha ! domine,

         Par Deum, vere dicatis32 !

         Et quomodo vous vadatis33 ?

60     Vous portez-vous bien, frère Pierre ?

                           LE  MOYNE

         Ouy, vraiement.

                           LE  SAVETIER

                                      (Tué d’une pierre

         Ayez-vous la teste assommée !)

         Je ne vous vy de [ceste année]34 :

         Où dyable avez-vous [donc] esté ?

                           LE  MOYNE

65     J’ay presché yver et esté

         En plusieurs lieux en ce pays,

         Je vous promet !

                           LE  SAVETIER

                                      Je m’esbahys

         De vous veoir cy endroit, par Dieu !

         Ne vous souvient-il point du lieu

70     Où vous fustes une fois prins35 ?

                           LE  MOYNE

         Il ne fault point parler du pris36 ;

         Bien m’en souvient, par saint Rémy !

                           LE  SAVETIER

         Je vous y fu ung bon amy,

         Ne fu pas ?

                           LE  MOYNE

                              Ouÿ, seurement.

                           LE  SAVETIER

75     G’y estoye congneu37 vrayement

         Plus qu(e) homme qui soit soubz la nue.

                           LE  MOINE

         Çà ! je paieray ma bien-venue38

         Tout pour l’amour du temps passé.

                           LE  SAVETIER

         Par saint Jehan ! ce n’est pas tancé39.

80     Quant il vous plaira, je suis prest.

         Où irons-nous ?

                           LE  MOYNE

                                     Sans [plus d’]arrest40,

         Le portier de nostre maison41

         A bon vin selon la saison ;

         Et si42, n’est qu(e) à quatre deniers.

                           LE  SAVETIER

85     Vivent tous gentilz taverniers,

         Et tout pour l’amour du raisin !

 

         Portier !                                                       SCÈNE  III

                           LE  PORTIER

                          Qui est-ce là ? Voisin43,

         Qu’i a-il ?

                           LE  SAVETIER

                            Nouvelle t’aporte :

         C’est frère Pierre Serreporte

90     Et moy aussi, qui venons boire.

         Ou nom du benoist Roy de Gloire44,

         Mon amy, donne-nous bon vin,

         Je t’en pry !

                           LE  PORTIER

                               Par le Roy divin !

         Vous en aurez de plain tonneau45.

                           LE  SAVETIER

95     Or çà ! qu’i a-il de nouveau ?

         Frère Pierre, sçavez-vous rien ?46

                           LE  MOYNE

         Par mon serment ! je ne sçay rien,

         Sinon qu(e) on m’a dit, don je vien,

         Que vous [vous] estes marié.

                           LE  SAVETIER

100   Il est vray. Et ay espousay

         La plus gente, la plus joyeuse,

         La plus plaisant et gratieuse

         Qui fut oncques de mère née.

         Elle doit estre47 bien aymée :

105   Je ne luy suis en rien rebelle.

                           LE  MOYNE

         Beau sire, est-elle si belle,

         Si gente de corps et de vis48 ?

                           LE  SAVETIER

         Par le sainct bieu de Paradis !

         Pour complaire à toute gent,

110   Elle vous a ung corps tant gent,

         Ung nez faictifz49, bouche riant,

         Et est faicte comme de cire50.

         Et si, ne demande que rire.

         Se je vueil plourer, elle pleure ;

115   Rire et plourer tout à une heure51 :

         Je fois52 d’elle ce que je veulx.

                           LE  MOYNE

         Par la mort ! tu es bien eureux.

         Hélas, que ne puis-je ainsi faire !

                           LE  SAVETIER

         Encor elle est de tel affaire53

120   Que se je suis en quelque lieu,

         Elle y viendra, et y fust Dieu54,

         Et devant tout chascun me baise.

                           LE  MOYNE

         Ha, ribault ! Et ! que tu es aise,

         Quant en ce point elle t’acolle.

                           LE  SAVETIER

125   Saint Jehan ! il semble qu’el(le) soit folle,

         Quant elle vien : car, par saint Pol,

         Elle me vient saillir au col

         Par tel façon et par tel guise !

         Oncques Dieu55 ne fut, en église,

130   Ainsi festoyé que je suis.

                           LE  MOYNE

         Et ! je te pry tant que je puis,

         Au moins que pour ma bien-venue

         Je baise ung petit56, nu(e) à nue,

         Sa bouchète tant seulement.

                           LE  SAVETIER

135   Baiser57 ? Par mon sainct sacrement !

         Voulentiers vous la baiserez.

         Mais vécy comment vous ferez :

         De peur que ne vous escondisse58,

         Despouillez-moy froc et pelisse,

140   Et vestez mon habillement.

         Puis el(le) viendra hastivement

         Vous baiser, cuydant que soit moy.

                           LE  MOYNE

         Dictes-vous59 ?

                           LE  SAVETIER

                                     Ouÿ, pour [tout] vray.

         Faictes ainsi que je vous ay dit.

                           LE  MOYNE

145   Je puisse estre de Dieu mauldit

         Se maintenant ne60 sera fait !

         Mon cueur sera du tout refait61,

         Se puis baiser sa doulce face.

 

                           LA  FEMME62                   SCÈNE  IV

         Saincte doulce Dame de Grâce !

150   [Mais] que dyable est jà devenu

         Mon mary ? Il ne s’est tenu

         Guères longuement à l’ouvrage63.

         Je pry [Dieu que de]64 malle rage

         Puist-il avoir le cueur transsy !

155   Je n’ay mye ung tant seul hardy65

         Qu’i ne [le] porte à la taverne.

         Saint Jehan ! se je ne le gouverne

         Au gré de la fille [à] ma mère66,

         Je pry Dieu que la mort amère

160   Enfin, sans péché, si me tienne !

 

                           LE  MOYNE67                     SCÈNE  V

         Suis-je bien ?

                           LE  SAVETIER

                                 Ouy, par saint Estienne !

         Si bien à point qu’i n’y fault rien68.

         Mais venez çà69 : gardez-vous bien

         Que mot n’ysse70 de vostre bouche,

165   Quelque chose qu’elle vous touche71,

         Jusqu(es) à tant que tout à son aise

         Vous ayt acollé.

                           LE  MOYNE

                                      Par saint Nichaise72 !

         Je la lairray faire à son vueil73.

                           LE  SAVETIER

         Ne la guignez mye de l’ueil74,

170   Par saint Pol : je me courceroye75 !

                           LE  MOYNE

         Pensez que bien courcé seroye

         D’y penser à mal, par ma foy !

 

                           LA  FEMME76                    SCÈNE  VI

         Holà !

                           LE  PORTIER

                     Qu’est-ce77 ?

                           LA  FEMME

                                              Parlez à moy !

                           LE  PORTIER

         Que demandez-vous ?

                           LA  FEMME

                                               Fin-vertjus,

175   Mon mary, est-il point [venus

         Céans]78 boire depuis une heure ?

                           LE  PORTIER

         Fin-vertjus ? Se Dieu me sequeure79,

         Je ne sçay pas bien qui il est.

                           LA  FEMME

         Vous ne sçavez ? Vostre gibet !

180   Vous contrefaictes le railleur.

                           LE  PORTIER

         Il y a là ung esmailleur

         De hanaps à pié80 : est-ce luy ?

                           LA  FEMME

         Ouÿ, vrayement.

                           LE  PORTIER

                                      Par le jour d’huy,

         Je ne le congnoissoie mye.

185   Or allez, ma trèsdoulce amye ;

         Vous le trouverez où il disne.81

 

                          LA  FEMME  frape sur le moyne

                          cuydant que ce soit son mary, et dit :

         Je requier à la Vierge digne                           SCÈNE  VII

         Qu(e) estrangler se puist du disner !

         Venez-vous icy résigner

190   Vostre office82, paillart infemme ?

         Tenez ! tenez !

                           LE  MOYNE

                                   Ha ! Nostre Dame,

         Qu’est-ce-cy ? C’est ung ennemy83 !

                           LA  FEMME  frappe.

         Non est, par Dieu ! c’est vostre femme.

                           LE  MOYNE

         Je n’ay plus ne sens ne demy.

                           LE  SAVETIER

195   Taisez-vous, bon gré sainct Rémy !

         Elle entendra vostre parolle.

                           LE  MOYNE

         Et ! bon gré Dieu, elle m’affolle84.

         Aÿ, le ventre !

                           LE  SAVETIER

                                   Et ! taisez-vous.

                           LE  MOYNE

         Sang bieu ! elle me rompt de coups.

200   Qu[e] bon gré saint Jehan de Boulongne !

                           LA  FEMME  frappe.

         Av’ous bien humé85, nostre yvrongne,

         Infâme plain de déshonneur ?

         Certes, se ne fust pour l’honneur

         De ce bon seigneur ci présent86,

205   Je vous fisse le plus doulant87

         Qui fut onc(ques) en vostre lignaige !88

 

                          LE  MOYNE                         SCÈNE  VIII

         Je pry Dieu que [la] male rage

         Vous puisse abatre, belle dame !

         Mais esse ci la bonne femme

210   Que vous m’avez dit, Fin-vertjus ?

         Parmy le col soit-il pendus,

         Qui savoit le vostre penser89 !

                           LE  SAVETIER

         Ha ! pour Dieu, ne vueil[l]ez tenser90.

         Je ne sçay dont cecy luy vient.

215   Se ce n’est qu’i luy vient souvent.

         C’est91 son advertin qui la tient92 :

         Deux ou trois fois la sepmaine.

         En ce point, elle est gouvernée93

         Comme femme désordonnée.

220   L’a prinse94 aujourd’huy somme toute.

                           LE  MOYNE

         Ha ! que la [très]sanglante goute95

         La tienne, car mon corps s’en sent96.

               Voiez-vous, [présent]97,

               Ung povre innocent

225         A souvent le pire.

                           LE  SAVETIER

               Ha ! qui mal s’entent98,

               Brief sus luy descent

               Ung cas qui l’empire.

                           LE  MOYNE

               À vérité dire,

230         Je ne m’en puis rire :

               La chose m’est dure.

                           LE  SAVETIER

               Par mon âme, sire,

               Voiez le martire

               Que d’elle j’endure.

                           LE  MOYNE

235         Comment ? Tu disois

               Que d’elle faisois

               Tout à ton vouloir.

                           LE  SAVETIER

               Si veu ne l’eussiez,

               Pas ne [le] creussiez

240         Pour nésung avoir99.

                           LE  MOYNE

         Le diable y puisse part avoir,

         Et qui100 en ce lieu l’a mandée !

         J’ay la teste toute affollée

         De horrions101. Dieu la confonde !

                           LE  SAVETIER

245   (Vécy le meilleur tour102 du monde !

         Bien savoye, par ses deux mains103,

         Qu’en la fin n’en auroit jà mains104,

         Puisqu’avoit mon abit vestu.)

                           LE  MOYNE

         Au moins j’ay esté bien batu,

250   Je m’en loue trèsgrandement.

         Mais se tu veulx, par mon serment,

         Je trouveray bien la manière

         Pour la pugnir [d’estre si fière]105.

                           LE  SAVETIER

         Comment [ferez] ?

                           LE  MOYNE

                                          Vécy de quoy :

255   Tu luy diras que vienne à moy

         Se confesser ; et sans doubtance,

         Je luy donray tel pénitance

         Que mercy elle te crira106.

                           LE  SAVETIER

         Par saincte Marie ! non fera,

260   Et l’eust juré Dieu et sainct Gille107.

                           LE  MOYNE

         Tout aussi vray que l’Évangille,

         Elle le fera, j’en suis seur.

                           LE  SAVETIER

         Il n’y eut onques confesseur

         Qui luy sceust, par bieu, faire dire108.

                           LE  MOYNE

265   Et ! elle le fera, beau sire,

         Par ung moyen que luy diray ;

         Car entendant je luy feray109

         Qu’il fault qu’elle voise au Saint-Père110

         Pour la honte et [la] vitupère

270   Qu’elle m’a fait, entens-tu bien ?

                           LE  SAVETIER

         Par bieu ! c’est dit d’homme de bien,

         Et plain de trèsgrant sentement111.

         Et je la vois112, par mon serment,

         Faire venir par-devers vous.

                           LE  MOYNE

275   Or allez !

 

                           LE  SAVETIER113                   SCÈNE  IX

                           Quant je pense aux coups

         Que ce povr[e] homme, à voir dire114,

         A souffert, j’ay grant fain115 de rire.

         Comme il a esté attrappé !

 

                           LE  MOYNE                            SCÈNE  X

         Fin-vertjus m’a ennuyt116 trompé.

280   Mais se je puis, par voye aulcune117,

         Je luy en rendray bien d’une118

         De quoy il ne se doubte mye :

         Car, par bieu, je feray amye119

         De sa femme, s’en puis finer120.

285   On doit en tout temps affiner121

         Ung tel homme fin122 comme il est.

         [Or,] je m’en voys sans plus d’arrest

         L’actendre ; el(le) n’arrestera goute123.

 

                           LA  FEMME124                     SCÈNE  XI

         D’où venez-vous ? Que male goute

290   Vous envoie Dieu, sanglant yvrongne !

         Mais, beau sire, où est la besongne

         Que vous avez faicte ce125 jour ?

                           LE  SAVETIER

         Sçavez-vous qu’il est126 ? Sans séjour,

         Allez-vous-en tost confesser !

                           LA  FEMME

295   Confesser ?

                           LE  SAVETIER

                              Voire, confesser.

                           LA  FEMME

                                                Sans cesser,

         Tousjours tu te farceras de moy.

         [M]or[t] t’en survienne127 !

                           LE  SAVETIER

                                                          Par ma foy !

         Vous avez bien batu ung prestre.

                           LA  FEMME

         Ung prestre ?

                           LE  SAVETIER

                                 Et ! voire, par le Roy céleste,

300   Je ne dy rien que vérité.

                           LA  FEMME

         Ung prestre ? Bénédicité !

         Et qui est-il ?

                           LE  SAVETIER

                                  Par saint Anthoyne !

         S[i] a esté ung maistre moyne

         Qui buvoit avec moy orains128.

                           LA  FEMME

305   Saint Pol ! ç’a esté sur voz rains

         Que j’ay frappé, non pas sur luy,

         Je [le] sçay bien.

                           LE  SAVETIER

                                       Par le jourd’huy !

         Vous y avez mal advisé129.

                           LA  FEMME

         Il estoit donques desguisé

310   Pour prendre vostre habillement.

                           LE  SAVETIER

         Saint Jehan, voire !

                           LA  FEMME

                                           Dea ! [Mais] comment

         Av’ous trouvé tel tromperie ?

                           LE  SAVETIER

         Comment ? Dea, par saincte Marie !

         Il m’a tellement charié130,

315   Demandant si j’estoye marié ;

         Et je luy respondy que ouy.

         Adonc il fut tout esjouy,

         Voire ; mais par saint Pol, c’estoit

         De la grant joye qu’il avoit

320   De baiser vostre doulce face.

                           LA  FEMME

         Et ! par bieu, vécy bonne farce !

         Je suis donq(ues) excommuniée ?

                           LE  SAVETIER

         La chose n’est pas publiée131,

         Car il n’y avoit qu’antre nous.

325   Mais allez vous mectre à genoux

         Devant luy, et vous confessez132,

         À celle fin que vous pensez

         Avoir vostre absolution.

         Touteffois, pour conclusion,

330   Gardez-vous bien de ses [fins] tours :

         S(e) il vous vouloit prier d’amours,

         Que le me dictes aussitost !

                           LA  FEMME

         Et ! par bieu, vous estes bien sot :

         Moynes sont-ilz de tel nature133 ?

                           LE  SAVETIER

335   Le corps bieu ! à toute(s) adventure(s),

         Je n’y ay pas trop de fiance134

                           LA  FEMME

         Sachez, s(e) il fait signifiance

         De me dire fors135 que tout bien,

         Que je vous diray tout.

                           LE  SAVETIER

                                                 C’est bien.

340   Dictes, revenez ung peu çà136 !

         Je sçay de vray qu’i vous dira

         Ung mot que vous vueil dire icy137 :

         C’est que vous me criez mercy.

         Gardez que ne l’oubliez pas.

                           LA  FEMME

345   Mercy, sire ? Par saint Thomas !

         Se jamais jour je ne devoye

         Avoir mercy138, mieulx aimeroye

         Vous veoir bouté en terre basse139

         Que mercy je vous demandasse

350   Pour rien qu’on me die et [me] compte140 !

                           LE  SAVETIER

         [Si] n’esse pas bien là mon compte.

                           LA  FEMME

         Ne vous actendez pas que le face !

                           LE  SAVETIER

         Par le corps bieu ! la Chicheface141

         N’a[uroit] garde de vous menger,

355   Car je puis seurement juger

         Que vous estes fière et rebelle.

 

                           LA  FEMME142                      SCÈNE  XII

         Dieu vous gard, sire !

                           LE  MOYNE

                                              Dieu vous gard, belle !

         [Que désirez-vous ?]143

                           LA  FEMME

                                                    Certes, mon seigneur,

         Je suis bien marrie en mon cueur.

                           LE  MOYNE

360   Pourquoy ?

                           LA  FEMME

                             Car mon mary m’a dit ainsi

         Que vous buviez avecques luy

         Et qu’aviez vestu son habillement.

         Mais je vous jure mon serment

         Que j’ay esté et suis dolente144.

365   Et d’autre part, je suis contente

         D’en porter telle pénitence

         Qu’i vous plaira.

                           LE  MOYNE

                                        Sans doubtance,

         Celuy seroit maugracieux,

         [Que regardent voz deux beaux]145 yeulx,

370   S(e) il estoit mal content de vous.

         [Ce] non obstant, mon fin cueur doulx,

         Conseil [n’en aurez ci]146 endroit.

                           LA  FEMME

         Et pourquoy ?

                           LE  MOYNE

                                  Qui [de brief] vouldroit

         Juger le cas, ma doulce seur,

         [Rien n’y vauldroit ung confesseur :]147

375   Il vous fauldroit aller à Romme.

         Je trouveray manière148 comme

         Vous n’irez point, s(e) à vous ne tient149.

                           LA  FEMME

         Je feray ce qu’il appartient150.

         En signe de confession,

380   Me donnez absolution

         Du desplaisir que vous ay fait !

                           LE  MOYNE

         Certes, affin qu’à vostre fait

         Plus amplement je remédie,

         Il conviendra que j’estudie

385   En mon livre151 premièrement.

                           LA  FEMME

         Dictes-vous ?

                           LE  MOYNE

                                  Ouÿ, seurement,

         Il m’y convient estudier.

                           LA  FEMME

         [Vueillez-moy]152 donc expédier,

         Si m’en iray à mon affaire153.

                           LE  MOYNE

390   Certes, il ne se pourroit faire,

         Pour le mal154 qui s’en peut ensuivre.

                           LA  FEMME

         Et pourquoy ?

                           LE  MOYNE

                                  Je n’ay pas mon livre,

         Ouquel convient que j’estudie.

                           LA  FEMME

         Et où est-il ?

                           LE  MOYNE

                                En mon estudie155.

395   Et pour tant, [s’il ne]156 vous ennuyt,

         Rendez-vous-y encores nuyt157 ;

         Et là endroit, vous absouldré.

                           LA  FEMME

         Hélas, frère, je n’oseray :

         De mon mary seroye escousse158.

                           LE  MOYNE

400   Vous ne serez [donc] point absousse159

         Se n’y venez. Vécy merveille !

         Faictes ce que je vous conseille

         Pour le sauvement de vostre âme.

         G’y ay absoulte mainte femme

405   Et mainte notable bourgoise160.

                           LA  FEMME

         A, dea ! puisqu’i fault que g’y voyse,

         Dictes-moy où est vostre chambre.

                           LE  MOYNE

         Je le vous diray : [vous remembre161

         D’aller trouver nostre portier,

         Qui vous conduira sans tarder]162

         To[u]t droit à ung degré163 de pierre.

                           LA  FEMME

410   Comment av’ous nom ?

                           LE  MOYNE

                                                   Frère Pierre

         [Serre-porte.] Foy que doy Dieu,

         Ne cuydez pas que ce soit jeu !164

 

        Je vous auray par beaux baratz165.              SCÈNE  XIII

         Hélas, quant entre mes deux bras

415   La tendré166, je seray refait.

         Vélà le portier, c’est mon fait167 ;

         Je luy vois compter de bonne erre168

 

         Portier !                                                       SCÈNE  XIV

                           LE  PORTIER

                         Que vous plaist, frère Pierre ?

         Vous plaist-il chose que je puisse ?

                           LE  MOYNE

420   Je te pry, fay-moy ung service ;

         Mais garde bien qu’i n’en soit bruit169.

         Il doit venir, encores nuyt,

         Une gratieuse bourgoise

         En ma chambre sans faire noyse,

425   Entens-tu bien, pour confesser170.

         Je te pry, vien-la adresser

         À moy sans faire mention171.

                           LE  PORTIER

         Ho ! j’entens : c’est provision172.

         Il sera fait, par saincte Avoie173 !

                           LE  MOYNE

430   Mais garde bien qu’on ne la voye,

         Quant tu la bouteras dedans174 :

         Ce seroit pour yssir du sens175,

         Se le Prieur la congnoissoit176.

         Entens-tu bien ?

 

                           LA  FEMME177                        SCÈNE  XV

                                      [Que] Dieu y soit178 !

435   N’ay-je pas beaucop demouré ?

                           LE  SAVETIER

         Nostre Seigneur soit aouré179 !

         Vous me semblez maintenant doulce.

         Or avant ! estes-vous absousse180

         De voz péchéz, ma doulce seur ?

                           LA  FEMME

440   [Non pas.] Dieu me gard de maleur !

         Certes, il m’a dit que mes faultes

         Sont si horribles et si haultes181

         Que n’en seroie point [à] délivre182

         S’il n’estudioit en son livre.

445   Et pour toute conclusion,

         Je n’auray absolution

         Se je ne vois183, encores nuyt,

         En sa chambre entre sept et huit184 :

         À ceste heure me doit absouldre.

                           LE  SAVETIER

450   Ha, dame ! Que la malle fouldre

         Luy puisse relier185 la teste !

         Il ne fu[s]t oncques à tel feste,

         Se je le tenoye, par ma foy !

                           LA  FEMME

         N’en soiez de rien en esmoy :

455   J’ay trouvé trop bonne finesse186

         Pour le pugnir.

                           LE  SAVETIER

                                    Hélas, et qu’est-ce ?

                           LA  FEMME

         Attendez, je le vous diray :

         Ma robe je vous vestiray.

         Quant ainsi habillé serez,

460   En sa chambre vous en yrez.

         Je sçay, de vray, quant vous verra

         Ainsi habillé, il cuyd(e)ra

         Que ce sois-je, j’en suis certaine.

         Pour Dieu ! serrez-luy bien la vaine187

465   Si trèsasprement qu’i s’en loue !

                           LE  SAVETIER188

         Je luy feray manger de l’oue189,

         Par le sang que beuf190 respendit !

                           LA  FEMME

         Faictes bien ce que vous ay dit,

         Et contrefaictes bien la femme.

                           LE  SAVETIERen femme 191.

470   Si feray-je, par Nostre-Dame !

         Je sçay tout ce qu’il en peult estre192

         [Mais] où est sa chambre et son estre193 ?

         Je n’y sçay ne voye ne sentier194.

                           LA  FEMME

         Vous devez trouver le portier,

475   Qui jusques-là vous conduira.

 

                           LE  SAVETIER195                  SCÈNE  XVI

         Par le sang bieu ! il en aura

         Sus la cousture de sa chappe

         Avant que jamais il m’eschappe,

         Ou il sera plus fort que moy.

480   Vélà le portier, bien le voy ;

         C’est il196 qui me doit adresser.

 

                           LE  PORTIER                       SCÈNE  XVII

         Belle, où allez-vous ?

                           LE  SAVETIER,  en femme 197.

                                              Confesser

         À frère Pierre. Où est sa chambre ?

                           LE  PORTIER

         Ha, voirement, je me remembre198.

485   Je vous y mèneray tout droit…199

         Attendez-le icy endroit :

         Il est allé dire complie200.

         Mais venez çà, ma doulce amye.

         Ung baiser pour commencement !

                           LE  SAVETIER,  en femme.

490   Dea, j’ay bien autre pensement201,

         Car maintenant il n’est pas heure.

                           LE  PORTIER

         Il convient que je vous labeure202,

         Puisque avons temps et espace.

         Il sera fait !

                           LE  SAVETIER

                              Sauf vostre grâce,

495   Tirez-vous ung peu plus [de]là203 !

                           LE  PORTIER

         Et ! comment dea ? Esse cela ?

         Par sainct Jehan ! par là passerez,

         Et jamais vous n’eschapperez

         De céans, se ne faulx à traire204

 

                           LE  MOYNE                           SCÈNE  XVIII

500   Il est heure de me retraire

         En ma chambre, car je me doubte

         Que celle où j’ay ma joye toute

         Ne soit de cest[e] heure venue.

         Vé-la là205, je l’ay bien congneue206

505   Sans plus à sa philosomye207.

 

         Bien viennez, ma trèsdoulce amye !          SCÈNE  XIX

         Acollez-moy, mon cueur joyeulx !

                           LE  SAVETIER,  en femme.

         Hée, laissez-moy !

                           LE  MOYNE

                                          Une fois ou deux,

         Cela ne sera pas du compte208.

                           LE  SAVETIER

510   Et ! comment ? N’av’ous point de honte ?

         Regardez bien que vous ferez209 !

                           LE  MOYNE

         Par saint Père210 ! vous coucherez

         Ennuyt211 céans, et au matin,

         Je vous bailleray sans hutin212

515   Vostre absolution planière213.

                           LE  SAVETIER

         Et ! comment ? Esse la manière,

         Se je vien par dévotion

         Demander absolucion,

         De tenir femmes en ostage ?

                           LE  MOYNE

520   Ouÿ, vrayement, c’est mon usage.

                           LE  SAVETIER  frappe.

         Ha ! sire, vous n’estes pas saige.

         Vous en aurez, de ce baston !

         Voullez-vous mectre dissension

         En [lien sacré de] mariage214 ?

                           LE  MOYNE

525   Ouÿ, vrayement, c’est nostre usage.215

                           LE  SAVETIER

         Vous en aurez sur le visage,

         Par le sang bieu, frère Frapart216 !

                           LE  MOYNE

         Ha ! que le grant diable y ait part !

         Quelle femme j’ay ci trouvé !

                           LE  SAVETIER

530   Mon baston sera esprouvé

         Sus vostre dos : taste s(e) il blesse !

                           LE  MOYNE

         Je croy que c’est une diablesse217.

         Oncques je ne fuz si infâmes.

                           LE  SAVETIER

         Confessez-vous ainsi les femmes ?

535   Et puis se les voullez absouldre218 ?

                           LE  MOYNE

         Ha ! ma dame, que male fouldre

         Vous puisse relier la teste !

         Oncques je ne fu à tel feste,

         Par ma foy, ne si en mal aise.

 

                           LE  PORTIER219                       SCÈNE  XX

540   Sang bieu ! que frère220 Pierre est aise,

         Maintenant, avec celle gouge221 !

         Sainct Jehan ! elle sera bien rouge222,

         S(i) elle m’eschappe sans parler.223

 

         Ho ! ho ! Je vous deffens l’aller !                SCÈNE  XXI

545   Car il fault… vous m’entendez bien224.

                           LE  SAVETIER

         Dea ! je ne vous demande rien.

         Laissez-moy aller mon chemin.

                           LE  PORTIER

         On me tiendroit bien pour jényn225,

         Se vous m’eschappiez en ce point.

                           LE  SAVETIER,  en frapant.

550   Je vous pry, ne m’arrestez point :

         Il m’en fault aller tout batant226.

                           LE  PORTIER

         Et ! par bieu, j’en auray autant

         Que frère Pierre, c’est raison !

                           LE  SAVETIER  frape.

         Et ! par saint Pierre, s’aurez mon227 :

555   Servi[s] serez tout d’ung potage228

         Tous deux !

                           LE  PORTIER

                               Esse d’avantage229,

         Que vous en faictes tel largesse ?

                           LE  SAVETIER

         Quant femmes viennent à confesse,

         Les doit-on arrester ainsi ?

                           LE  PORTIER

560   Hélas, dame : pour Dieu, mercy !

         (Sang bieu, comme[nt] elle est rebelle !)

                           LE  SAVETIER

         Que230 dis-tu ?

                           LE  PORTIER

                                     Que vous estes belle

         Et bonne, par mon sacrement !231

 

        Se je n’eusse esquarry232, vrayement,           SCÈNE  XXII

565   J’eusse encor eu je ne sçay quoy.

 

                           LE  SAVETIER                           SCÈNE  XXIII

         Ilz sont très bien estrilléz, ce croy.

         En ce point233 les doit-on pugnir.

         À Dieu jusques au revenir !

         Prenez en gré, nous vous prion.

570   À Dieu, car nous nous en allon.

                                             FINIS

*

2 Le Recueil de Florence. Paradigme, 2011, pp. 461-478. Pour les notes, voir l’édition d’André Tissier : Recueil de farces, t. IX. Droz, 1995, pp. 129-194.   3 Tel le savetier de cette gravure, Fin-verjus travaille dans son échoppe, largement ouverte sur la rue. (Au fond de l’échoppe, une porte donne sur le logis, d’où sa femme sortira au vers 149.) Il scrute la rue, en quête d’éventuels clients ou de futurs compagnons de beuverie.   4 Voir Brown, n° 258 ; Jeffery, II, 86. Ung Fol changant divers propos transcrit les deux premiers vers en octosyllabes. Les nombreux savetiers dépeints dans les farces passent leur temps à boire et à chanter.   5 Bu. Fin-verjus est alcoolique, comme tous les savetiers. Fidèle au dicton, il boit sa vigne en verjus : il n’attend pas que le raisin soit mûr pour en faire du vin.   6 Avalé du vin. Cf. le Gaudisseur, vers 9.   7 F : celny  (Y a-t-il quelqu’un parmi vous…)   8 Brown <n° 90> rapproche cette chanson de celle-ci : « En cest moys de may gracieux,/ Il faut faire amye nouvelle. » (Baude Cordier.) « Hauvay ! » est un vieux refrain de pastourelles ; ce mot rime avec moy (prononcé moé).   9 Un moine s’approche lentement. Sous la capuche, on ne distingue pas encore son visage.   10 F : de  (Le savetier veut se faire accompagner à la taverne par quelqu’un qui paiera pour lui.)   11 De loin, il hésite à reconnaître Serre-porte, de même que Pathelin hésitait à reconnaître le drapier : « N’est-ce pas y, là ? J’en fais doubte…/ Et ! si est. » Froide joie = mauvaise joie, malheur : « Les François ont eu froide joye/ Qu’il est mort d’eulx un très grant nombre. » ATILF.   12 Serrer une porte : la fermer à clé <cf. la serrure>. « Si refirent les portes clorre et serrer. » (Godefroy.) Ce nom conviendrait mieux au personnage du portier, mais nous verrons que le moine a l’habitude d’enfermer des femmes dans sa chambre.   13 Agréable. Mais on peut hésiter avec fade (le « s » et le « f » gothiques sont très proches). Maître Doribus a une recette pour que les visages fades redeviennent sades <vers 142-149>. Notre pièce fait de nombreux emprunts à la farce de Pathelin, où on peut lire : « Il n’a pas le visaige/ Ainsi potatif [alcoolique] ne si fade. »   14 Cela est dû. (Verbe paroir.)   15 Il sort dans la rue.   16 Bonjour, mon père !   17 Et à vous aussi, mon frère !   18 F : dare  (= donner. Correction d’André Tissier, p. 147.)  Que voulez-vous me dire ?   19 Par Dieu, je ne sais pas, en vérité.   20 Oui, venez ! (Sans doute une invitation à venir boire.)   21 (Vous avez le) bonjour des moines.   22 Parce que « heureux sont ceux ». (Beati quorum est le début du Psaume 32.)   23 Renversement du proverbe « Beati garniti vaut mieux que beati quorum », traduit par Furetière : « Il faut tâcher d’avoir toûjours la main garnie quand on a à contester quelque chose. » Notre savetier veut dire qu’un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. « Journu(s) » rime avec « nu(lz) ».   24 Les étudiants du Quartier Latin étaient tenus de s’exprimer dans cette langue.   25 Dextres, droites : « L’oreille destre coupée. » (Reg. crim. du Châtelet.) Le « clairet d’Aigremont » est un vin. Les dames d’Aigremont seraient par conséquent des bouteilles, comme le seront les dames-jeannes. Les bouteilles étaient munies de deux anses qu’on appelait des oreilles : « Ma mère, çà, nostre bouteille,/ Car je luy veulx tirer l’oreille ! » (L’Examinateur, BM 45.) En résumé, l’ivrogne tire l’oreille droite aux bouteilles de clairet.   26 Un bonnet de bachelier vous conviendrait bien. Cf. Frère Guillebert, vers 25.   27 Qu’à un examen écrit et à un examen oral.   28 En théologie. Fin-verjus insinue qu’elle sert de « loge aux truies », et que tous les moines sont des cochons.   29 Qui rayonne. Les Sotz qui remetent en point Bon Temps usent de la même interjection (vers 108).   30 Ce pont parisien était la tribune favorite des harangères, qui arboraient un langage beaucoup plus fleuri que celui des universitaires, comme le démontre Bonaventure Des Périers dans sa nouvelle intitulée : Du régent qui combatit une harangère du Petit-Pont à belles injures.   31 À partir d’ici, F abrège souvent les rubriques. Je ne le suivrai pas.   32 Seigneur, par Dieu, puissiez-vous dire vrai !   33 Et comment allez-vous ? Le savetier emploie vadatis (vous passez à gué) au lieu de vadetis (vous allez).   34 F : la iournee  (Le moine a été banni pendant plusieurs saisons.)   35 Pris. Sans doute fait-il partie de ces innombrables moines qui ont été pris en flagrant délit avec une femme mariée. Cela explique son bannissement.   36 Du prix que j’ai eu à payer. Ce prix pouvait aller d’une volée de coups à la castration.   37 Connu. On suppose que Fin-verjus, dans une maison où il était honorablement connu, a plaidé en faveur du moine lubrique.   38 Un pot pour fêter mon retour.   39 Ce n’est pas un sujet de discorde.   40 Sans hésitation. Voir le vers 287.   41 De notre monastère, dont le concierge a fait de sa loge une taverne. L’auteur s’inspire peut-être d’un de ces scandales locaux que le théâtre comique exploitait sans vergogne, pour le plus grand plaisir des spectateurs du voisinage.   42 Et même. Les deux hommes se dirigent vers la porte du monastère voisin.   43 Il reconnaît Fin-verjus, qui habite à côté, et qui fréquente déjà cette taverne clandestine.   44 Au nom de Dieu. Le portier fait entrer les deux hommes.   45 D’un tonneau qui est encore plein, dont le contenu n’est pas éventé. Le portier pose deux chopes et deux écuelles sur la table, puis il se retire. Le moine s’assied le dos à la porte d’entrée, et Fin-verjus s’assied en face de lui.   46 Savez-vous quelque chose d’intéressant ? On reconnaît la curiosité des hommes du Moyen Âge vis-à-vis des voyageurs, à une époque où la moindre information transitait par la parole.   47 Elle mérite d’être.   48 De visage.   49 Faitis = bien fait.   50 F : sire  (« Il est faict comme de cire, il est fort bien faict. » Robert Estienne.)   51 En un instant.   52 Je fais. « Je la vous faitz plourer et ryre :/ Bref, j’en faiz tout ce qu’il me plaist. » La Pippée.   53 De si bonne composition.   54 Même si Dieu était là.   55 Le crucifix, que les fidèles embrassent.   56 Un peu. Nu à nue = en étant nus. « Avecques moy coucha ung moyne/ Nu à nu dedans ma chambre. » La Confession Margot, note 10.   57 Coïter. Voir la note 29 du Trocheur de maris, et la note 130 du Povre Jouhan.   58 Qu’elle ne vous éconduise.   59 Parlez-vous sérieusement ? Idem vers 386.   60 F : il   61 Sera totalement comblé. Idem vers 415.   62 Par la porte du fond, elle entre dans l’échoppe mais n’y trouve pas son mari.   63 Il n’a pas travaillé longtemps.   64 F : a dieu que  (Voir le vers 208.)   65 F : blanc  (Je n’ai pas un seul sou.)  Le hardit est une petite monnaie : cf. Mallepaye et Bâillevant, vers 235. F croit rétablir la rime en ajoutant au-dessus : Regardez comme il est gaudy   66 À mon gré. Plaisanterie semblable dans le Cousturier et Ésopet (BM 34) : « Par l’âme du filz de mon père [par mon âme] ! »   67 Il a échangé son froc contre le costume et la large toque du savetier. Il se rassoit, le dos à la porte. Fin-verjus s’installe encore en face de lui ; sa figure est un peu dissimulée par la capuche.   68 Si bien déguisé qu’il n’y manque rien.   69 Approchez votre oreille.   70 Qu’un seul mot ne sorte.   71 Quoi qu’elle vous dise. Mais le savetier prend « toucher » dans le sens de frapper, et le moine, dans le sens de tâter.   72 Nicaise. Pour le rythme, Blaise conviendrait mieux.   73 Je la laisserai faire selon sa volonté.   74 Ne lui faites pas d’œillade.   75 Je me courroucerais.   76 Elle vient frapper à la loge du portier, se doutant que son mari est encore en train d’y boire.   77 F : Qui est ce la  (4 syllabes au v. 87.)   78 F : ceans / Venu  (Au vers 211, le singulier « pendus » rime avec Fin-vertjus.)   79 Que Dieu me secoure, me vienne en aide. Le portier fait preuve de solidarité masculine en protégeant son client.   80 Un hanap à pied est un vase métallique. Avec un jeu de mots sur pied, c’est aussi une chaussure. « Quel différence a-il d’un orfèvre à ung savetier ? Se l’un fait hanas à piet, aussi fait l’autre. » (Bruno Roy, Devinettes françaises du Moyen Âge.) Jelle Koopmans cite dans son édition <p. 477> une cause grasse découverte par Marie Bouhaïk : « Esmailleur de hanaps à pié, qui est à dire savetier. »   81 La femme entre dans la loge/taverne par-derrière le moine. Elle reconnaît le costume et la large toque de son mari.   82 Céder votre métier à quelqu’un d’autre, en jargon clérical.   83 Un diable.   84 Elle me blesse. (Idem vers 243.) « Très grièfment affolé et blécié. » ATILF.   85 Avez-vous assez bu ? « Et que bon vin cléret je hume,/ Qui est cy dedans ma bouteille. » Vie et histoyre de ma dame saincte Barbe.   86 Elle ne reconnaît pas son mari, qui lui fait face, parce qu’il a rabattu la capuche du froc jusqu’à son nez.   87 Endolori.   88 Elle s’en va.   89 Celui qui connaissait votre intention.   90 Veuillez ne pas me quereller.   91 F : De  (« Avertin : Maladie d’esprit qui rend opiniastre, furieux ou emporté. Quand son avertin le prend. » Furetière.)   92 F : tiengne   93 Elle est dominée par son caprice.   94 Son avertin l’a prise.   95 La douloureuse goutte. Idem vers 289.   96 S’en ressent, en garde des séquelles.   97 À présent. (Cf. les Premiers gardonnéz, vers 10.) À cause de cette lacune, F soude en octosyllabe les deux pentasyllabes 223-224.   98 Celui qui écoute ses mauvaises pulsions. « Qui mal s’entent,/ Qui à autrui conseil s’atent,/ Ou qui en autrui trop se fie. » Jehan de Condé.   99 Vous ne l’auriez cru à aucun prix. C’est une vieille locution : « Pour nésun avoir/ (Il) ne la povoit/ Veoir. » Christine de Pizan.   100 Celui qui. Le savetier est visé.   101 Blessée par les coups.   102 La meilleure blague. (Le savetier se livre à un aparté pendant que les deux hommes récupèrent leurs habits respectifs.)   103 Que par les deux mains de ma femme.   104 Le moine n’en aurait pas moins (de coups).   105 Vers incomplet. Le moine prétend punir la femme d’être si « fière et rebelle » vis-à-vis de son mari : voir le v. 356.   106 Qu’elle deviendra humble et obéissante.   107 Même si Dieu et St Gilles avaient juré qu’elle le fasse.   108 Qui saurait lui faire crier merci.   109 Je lui ferai comprendre.   110 Qu’elle aille implorer le pardon du pape. Ces pèlerinages étant coûteux et dangereux, les pécheurs faisaient tout pour en être exemptés.   111 D’imagination.   112 Vais.   113 Il quitte le monastère et marche vers son échoppe.   114 À vrai dire.   115 Faim, envie. « Chascun n’a pas si fain de rire/ Comme vous. » Farce de Pathelin.   116 Aujourd’hui.   117 D’une manière ou d’une autre.   118 Je lui en ferai une bien bonne.   119 Ma maîtresse.   120 Si je peux y parvenir.   121 Tromper.   122 Trompeur.   123 Elle ne tardera guère. (Il va l’attendre devant la loge du portier.)   124 Elle rabroue son mari, qui entre dans l’échoppe.   125 F : toute   126 Savez-vous quoi ? Cf. les Femmes qui font escurer leurs chaulderons (vers 105), et les Esveilleurs du chat qui dort (vers 63).   127 F : souuienne   128 Tout à l’heure.   129 Vous avez mal visé.   130 Harcelé.   131 Votre sacrilège n’est pas rendu public.   132 F : confesser  (La rime penser est aussi à l’infinitif, de même que garder au v. 330.)   133 Par extraordinaire, nous avons là une héroïne de farce qui est naïve, et fidèle à son époux.   134 De confiance.   135 Autre chose.   136 Revenez un peu ici. La femme est pressée d’aller se confesser.   137 F : si   138 Même si jamais, nul jour, je ne devais avoir de repos.   139 Vous voir mort et enterré.   140 Quoi qu’on me dise et qu’on me raconte.   141 Ce loup-garou, d’une maigreur squelettique, se nourrit exclusivement d’épouses qui obéissent à leur mari.   142 Elle sort et aperçoit le moine devant la loge du portier.   143 F : Et tout ce que vostre cueur desire   144 Affligée (de vous avoir battu).   145 F : qui le regart de voz deux  (Celui que regardent vos beaux yeux serait peu galant s’il n’était pas content de vous.)  Le moine s’emberlificote dans la phraséologie courtoise.   146 F : en aures si  (Je ne vous ordonnerai pas de pénitence ici.)   147 Vers manquant. Un confesseur ne servirait à rien. « Rien n’y vauldroit ma hallebarde. » Danse macabre.   148 F : naguiere  (Cette scène est très abîmée.)   149 S’il ne tient qu’à vous.   150 Ce qu’il faudra. F ajoute un vers : Enuers vous ie vous sy conuient   151 Dans mon pénitentiel.   152 F : Vueillez vous  (Expédier un pécheur : le confesser.)   153 Là où j’ai à faire.   154 À cause du mal : vous risqueriez d’être damnée. Voir le vers 403.   155 Dans mon cabinet d’études. Rappelons que cette scène se déroule dehors.   156 F : se il  (Et pour cette raison, si cela ne vous ennuie pas.)   157 Quand il fera à peine nuit. Idem vers 422 et 447.   158 Secouée.   159 F : absoulte  (« Elle fu absousse de l’office de abbéesse. » Godefroy.)  L’éditeur a fait la même modernisation au vers 438.   160 Bourgeoise. Idem vers 423.   161 Souvenez-vous. « E ! dame, de moy vous remembre ! » ATILF.   162 Lacune, que je comble d’après les vers 474-475.   163 Devant une marche. L’auteur utilise l’architecture dont il dispose ; voir ma notice.   164 La femme retourne chez elle.   165 Par la ruse.   166 Je la tiendrai. Refait = comblé.   167 C’est ce qu’il me fallait. Le portier sort de sa loge.   168 Je vais lui conter rapidement (mes dispositions).   169 Que cela ne s’ébruite pas.   170 Con fesser, coïter. (Cf. Gratien Du Pont, vers 417-440.) Le « entends-tu bien ? » des vers 425 et 434 souligne les « équivoques à deux ententes que nos bons pères ont surnommé des entends-trois » (Tabourot).   171 Sans faire de remarque.   172 Dans Ung Jeune moyne et ung viel gendarme, la fille demande « provision d’amour » (vers 39 et 174).   173 Allusion perfide à la chapelle Sainte-Avoye, où prétendent se rendre les épouses qui vont rejoindre leur amant. Voir la note 106 du Povre Jouhan.   174 Quand tu l’introduiras dans le monastère. Double sens : bouter dedans = pénétrer une femme. Cf. Frère Guillebert, vers 21.   175 Pour sortir de la raison, pour devenir fou.   176 La voyait. Double sens : la « connaissait » charnellement.   177 Elle entre dans l’échoppe, où son mari l’attend.   178 Que Dieu soit avec nous !   179 Adoré, loué.   180 F : absoulte  (Note 159.)   181 F : faulces   182 Délivrée. « Si tost qu’il seroit gary et à délivre du mal. » ATILF.   183 Vais.   184 Entre 7 et 8 heures du soir, à Paris, il fait déjà nuit, d’autant que cette Farce, comme la plupart des autres, fut jouée en hiver : le moine porte la pelisse hivernale (vers 139). Cette pénombre favorisera le déguisement du savetier.   185 Accabler. Cf. le Povre Jouhan, vers 372.   186 F : facon  (Finesse = ruse, tromperie. Cf. Raoullet Ployart, vers 11.)   187 Le cou. Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 41.   188 Il enfile la robe de sa femme, et il se coiffe de son chaperon.   189 Je le tromperai, comme maître Pathelin quand il promit au drapier de lui faire manger de l’oie.   190 Un souvenir de la Farce de Pathelin en entraîne un autre ; Pathelin atténue le mot Dieu avec la litote « bœuf » quand il jure en patois limousin : « Or regnye-ge beufz ! » (Ms. fr. 25467.) Mais cet euphémisme est plutôt gascon : « –Ho ! mord bœuf, sang bœuf ! –Vous m’effrayez, à ainsi jurer. –Ce ne sont que parolles héroïques & couleur de la rhétorique martiale pour aorner mon langage. » (John Eliot, Le Parlement des babillards.)   191 En contrefaisant la femme, vocalement et gestuellement.   192 Je suis bien placé pour savoir comment elles se comportent.   193 L’endroit où il demeure.   194 Je n’en connais pas le chemin.   195 Il sort, ramasse un gros bâton, et se dirige vers le monastère.   196 C’est lui. Nouvel emprunt à la farce de Pathelin (vers 1263). Voir aussi les Sotz fourréz de malice, vers 52 et 100.   197 En contrefaisant la femme.   198 Je me souviens (de ce que m’a ordonné Serre-porte).   199 Il conduit la prétendue femme devant la chambre du moine.   200 Prière que les religieux chantent en commun avant d’aller se coucher. Cf. le Povre Jouhan, vers 380.   201 Pensée, préoccupation.   202 Laboure. « Estes-vous si pute, à ceste heure,/ Que chacun qui vient vous labeure ? » Parnasse satyrique.   203 Écartez-vous ! « Tirez-vous un peu en delà, à quartier [à l’écart]. » Furetière.   204 Si je n’échoue pas à tirer (mon vit de la braguette). « Si trait le vit, dont une ânesse/ Peust bien estre vertoillie [saillie]. » (Du Fèvre de Creeil.) Le portier entend revenir le moine : il s’éclipse.   205 La voilà.   206 Je l’ai reconnue.   207 « Ceux qui sçavent un peu (ce) que c’est de parler correctement disent physionomie ; les autres, philosomie. » Henri Estienne.   208 Cela ne fera pas partie du compte. J.-B. Rousseau évoquera ce genre de calculs : « Un Cordelier gageoit à son hôtesse/ Qu’il lui feroit douze coups une nuit. » Tandis que le Cordelier marque les coups avec de la craie, sa maîtresse lui reproche « de marquer huit quand ce ne sont que sept ». Le moine réplique : « Voilà tout effacé./ Sus ! haut le cul, c’est à recommencer ! »   209 Faites bien attention à ce que vous allez faire.   210 Saint Pierre. Cf. Colin filz de Thévot, vers 301.   211 Cette nuit.   212 Sans contestation.   213 Plénière.   214 « Et y en avoit qui se mocquoyent du lien sacré de mariage. » F. de Belleforest.   215 Les vers 520 et 525 ne sont pas le refrain d’un poème : les comédiens, selon leur habitude, ont ajouté des vers dans une scène qui se prête au cabotinage, d’où les nombreuses rimes superfétatoires.   216 Moine paillard. Cf. Ung Jeune moyne et ung viel gendarme, vers 137.   217 La diablesse, toujours interprétée par un homme, est un personnage récurrent des Mystères.   218 Les vers 535-539 sont une réminiscence des vers 449-453.   219 Il attend dans sa loge que la « femme » revienne.   220 F : maistre  (Frère Pierre est nommé 8 autres fois. « Maître Pierre » est une nouvelle interférence avec la Farce de Pathelin.)   221 Avec cette fille légère. Cf. le Gaudisseur, vers 65.   222 Rusée, habile. Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 185.   223 La soi-disant femme se dirige vers la sortie.   224 L’expression est d’autant plus claire qu’elle désigne aussi un pénis : « (Robin) tire son… vous m’entendez bien,/ Et dedans le ventre la frappe. » Mathurin Régnier.   225 Pour un sot, un naïf. Cf. le Prince et les deux Sotz, vers 174.   226 Tambour battant. Double sens : en vous battant.   227 C’est bien ce que vous aurez. « Mon » est une particule de renforcement : cf. les Sotz ecclésiasticques, vers 141.   228 Vous serez servis du même plat.   229 Gratuit. « Tien, sotin, tien, receuil[le] ces biens : c’est d’avantage. » ATILF.   230 F : Quen  (Même question après un aparté au vers 47.)  Le savetier fait maintenant preuve de susceptibilité féminine : l’habit ne fait peut-être pas le moine, mais il fait la femme.   231 Il parvient à s’éloigner.   232 Déguerpi, en argot. « On les vit si bien escarrir/ Que âme ne demoura derrière. » Guillaume Coquillart.   233 De cette manière.

MARCHEBEAU ET GALOP

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

MARCHEBEAU

.

ET  GALOP

*

.

Cette Moralité fut composée au début du XVIe siècle, par un Picard inscrit à la Basoche de Paris1. Son style impeccable et son humour cruel m’incitent à croire que c’est le même auteur qui écrira quelques années plus tard le Capitaine Mal-en-point.

Deux nobliaux désargentés, frères d’armes ayant servi jadis dans le même régiment de cavalerie, se remémorent le bon temps à coups d’allusions pour le moins cavalières. Leur dialogue doit beaucoup à celui de Mallepaye et Bâillevant. La seconde partie de l’œuvre parodie les romans courtois en convoquant deux personnages allégoriques, Amour et Convoitise2. D’autres sont nommés, comme le Temps ou Pitié. Mais le temps a bien changé, et la pitié n’est plus de mise. Notre Moralité s’achève sur une « morale » au goût du jour : Amour ne fait rien sans Argent.

Source : Manuscrit La Vallière, n° 68.

Structure : Rimes aabaab/bbcbbc, avec un rondel double, un rondeau tercet de 11 vers, 11 septains en ababbcc, 4 quatrains à refrain.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

.

*

Farce  moralle

*

À quatre personnages, c’est asçavoir :

     MARCHE-BEAU3

     GALOP4

     AMOUR

     CONVOYTISE

 

*

                           MARCHE-BEAU  commence           SCÈNE  I

         Et puys, monsïeur de Galop ?

                           GALOP

         Quoy, monsïeur de Marche-beau ?

                           MARCHEBEAU

         On n’avon5 plaisance que trop,

         Quant nous chevauchons le hault trop6

5       Sur un bayard ou un moreau7.

                           GALOP

         Tousjours dehet8,

                          MARCHEBEAU

                                            Esprit nouveau,

                           GALOP

         Promps,

                           MARCHEBEAU9

                            Près,

                           GALOP

                                         Bien apris10,

                           MARCHEBEAU

                                                                    Gent(il) cerveau,

                           GALOP

         Plaisant babil,

                           MARCHEBEAU

                                      Langue à son cours.

                           GALOP

         Quant je suys aveq Ysabeau,

10    Je fonse et [me] rigolle beau11,

         Pour entretenir ses atours.

                           MARCHEBEAU

         Sang bieu ! j’ey faict cent mille tours,

         Depuys Paris jusques à Tours,

         Et tout pour l’amour de la belle.

                           GALOP

15    Et pour joÿr de mes amours,

         J’ey chevauché et nuyctz et jours,

         Voyre le plus souvent sans selle12.

                           MARCHEBEAU

         Y ne fault poinct que je le celle,

         Mais souvent je tremble et chancelle,

20    Quant je pence au temp[s] de jadis.

                           GALOP

         Tracasser13 de nuyct sans chandelle,

         Flûter, chanter ; et aulx chans14 d’elle,

         Je cuydoys estre en Paradis.

                           MARCHEBEAU

         Mais moy, j’en ay faict per à dis15.

25    Je cours, je trotes, je rauldis16,

         Je faictz gambades et grans saultz.

                           GALOP

         J’ey tant de chevaulx pourbondis17

         Que mes rains, de leur rebondis,

         En endurent de divers assaulx.

                           MARCHEBEAU

30    Nous chevauchons

                           GALOP

                                             Par mons,

                           MARCHEBEAU

                                                                  Par vaulx,

                           GALOP

         Puys à pié,

                           MARCHEBEAU

                                Puys sur nos chevaulx,

                           GALOP

         Puys en archier18,

                           MARCHEBEAU

                                            Puys en naquet19,

                           GALOP

         Puys chault,

                           MARCHEBEAU

                                  Puys l’abé de Frévaulx20.

                           GALOP