LES SOTZ FOURRÉZ DE MALICE

Sotz fourréz de Malice

Recueil Trepperel

*

LES  SOTZ 

FOURRÉZ  DE  MALICE

*

Cette pièce composée vers 1480 confirme les soupçons d’ambiguïté sexuelle qui pèsent parfois sur les sotties1 : le Capitaine est un pédéraste qui pratique la chasse au minet ; le jeune et joli Fine Mine (anagramme de « féminine ») ne brille pas par sa virilité ; Perroquet est un entremetteur qui confond les sexes ; la Chose Publicque était jouée par un homme travesti, comme toutes les femmes caricaturées dans les sotties. La pièce regorge de doubles sens homosexuels. Et nous connaissons par les gravures de l’époque l’usage que les Sots faisaient de leur marotte phallique.

Source : Recueil Trepperel, nº 33.

Structure : aabaab/bbcbbc, abab/bcbc/, rimes plates, abab/bcbc, Ballade, abaab/bcbbc, rimes plates, abab/bcbc, Triolet, Virelai, Ballade (il manque la strophe de Fine Mine).

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

Sotie nouvelle à cinq personnages des

Sotz fourréz de Malice

*

C’est assavoir :

      LE CAPPITAINE

      FINE MINE

      PERROCQUET

      L’AFFINEUR

      LA CHOSE PUBLICQUE

*

               LE CAPITAINE  commence       SCÈNE I

      Et puis, que dit-on ? Quelz esbatz ?

      À quoy pass’on le temps, hault et bas ?

      Qu’esse qu’on fait, en ceste place ?

      Ho ? Ho ? Bon gré saint Nicolas2 !

5     Par la foy de moy, je suis las :

      Il me fault seoir. Nul ne desplace3 !

      Je suis tout le jour à la chace4,

      Et aultre chose ne pourchace

      Que déduit et esbatement ;

10     Je trasse, je [vire], je passe,

      Je tourne, je [vois]5, je rapasse…

      Tousjours veil vivre plaisamment.

      J’ay de bons chiens parfaictement,

      De grans, de petis, largement,

15    Entre lesquelz a une lice6

      La plus aspre, par mon serment,

      Qui soit dessoubz le firmament.

      Hardiement que tout on esclipse7 :

      Il n’(y) a beste soit serf ou bische8

20    Ou senglier qu(i) eschapper luy puisse,

      Quant el(le) veult, en nulle saison.

      Malice a [à] nom, fine espice9.

      Brief ! ceste chienne [m’]est propice

      Et me duit bien en ma maison.

25    Vous lairez chappon et oyson

      Pour menger de la vena[i]son

      Qu’elle prent : c’est une nourrice !

      Je suis fourray de sa toyson,

      Et maint aultre à mon achoison :

30    Chascun se fourre de Malice.

      Elle est plus fine que létice10 ;

      On la grandist, on l’appetisse.

      Qui en a, il est bien fourray.

      Elle fait beaucoup de service.

35    Brief ! on tient celluy pour novice

      Qui de Malice n’est fourray.

               FINE MINE                SCÈNE II

      Perroquet !

               PERROQUET  en chantant à sa voulenté

                Holà !

                FINE MINE

                       Où es-tu, hay !

                PERROQUET

      Je suis (i)cy !

                FINE MINE

                Où est le Capitaine ?

                PERROQUET

     Je n’en sçay rien. Escoutez11

                FINE MINE

                           Hée !

40    Parlez, vostre fièvre quartaine !

                PERROCQUET

     Qui vous puisse serrer [la vaine]12

      Et faire claqueter les dens !

                LE CAPPITAINE

      Vélà mes gens, par sainct Hélaine !

      Pas ne cuident que soye céans.

                FINE MYNE

45    Ne parleras-tu point aux gens,

      Filz de putain ? J’enraigeray !

                PERROCQUET

      Hardiment vien çà, je t’atens !

              LE CAPPITAINE             SCÈNE III

     Ce sont ilz, bien je les entens.13

      Perrocquet, hau !

                PERROCQUET

                   Mon seigneur je voy(s).

                LE CAPITAINE

50    Tire avant, tire vistement !

                PERROCQUET

     Où est-il, mon seigneur14 ? Ha ! je le voy.

      Le vélà, c’est il vrayement.

                LE CAPPITAINE

      Et ! quel(le)s nouvelles, proprement ?

     As-tu parlay au dessusdit ?15

                PERROQUET

55    Ouy, et adjousté vostre16 dit

      À mes dictz.

                LE CAPPITAINE

               Et puis au surplus,

      Quoy ?

                PERROCQUET

           Il venra17 sans contredit

      Au soir, quant on ne verra plus.

                LE CAPPITAINE

      Or çà, en après ? Dy-moy plus :

60    Où estoit-il ?

                PERROCQUET

                 En sa chambre.

                LE CAPPITAINE

                             Estoit ?

                PERROCQUET

      Ouy.

                LE CAPPITAINE

            Et qui avec(ques) luy ?

                PERROCQUET

                             Non plus.

                LE CAPPITAINE

      Voire. Mais qu’esse qu’il faisoit ?

                PERROCQUET

     Elle filloit18.

                LE CAPPITAINE

                Quoy ?

                PERROQUET

                      Il siffloit.19

                LE CAPITAINE

      Que luy as-tu dit, au destroit ?

                PERROQUET

65    Ainsi que vous m’avez fait dire.

                LE CAPPITAINE

      En quelle manière ?

                PERROQUET

                     Sans rire.

                LA20 CAPPITAINE

      Comment !

                PERROQUET

               Mon seigneur, je faulx à dire !

     Luy ay dit : « Doint bon jour, ma dame !21

      Mon seigneur vous prie, sans dédire,

70    Qu’à luy venez s’il n’y a âme. »

                LE CAPITAINE

      Et t’a respondu ?

                PERROQUET

                   « Par mon âme !

      J(e) iray voulentiers, aussitost

      Que mon mary… dy-je ma femme,

      Sera hors, qui s’en va tantost. »

                LA CAPPITAINE

75    Hay ! tais-toy et n’en dis plus mot :

      Tu gastes tout, mauldis garson !

      (Aus)si ay-je ouÿ dire à ung Sot

      Que trop enquerre n’est pas bon.

                FINE MYNE               SCÈNE IV

      Est point venu cy environ

80    Le Capitaine des Sotz, hau ?

                LE CAPPITAINE

      Vien çà, vien, nous le te diron ;

      Approuche icy, le damoiseau.

                FINE MINE

      Ha ! mon seigneur, bon jour et beau !

      De tous coustés je vous cherchoye.

                LE CAPPITAINE

85    Et puis ? qu’i a-il de nouveau ?

                FINE MINE

      [………………………… -oye,]

      Nullement sçavoir ne povoye

      Où vous estiez certainement,

      Par quoy en grant soucy j’estoye ;

      Et de voz Sotz tout seurement,

90    Qui vous serchoient diligemment

      Tout par tout, hault et bas aussi.

                LE CAPITAINE

      S’ilz ont affaire aulcunement

      De moy, ilz me trouveront cy.

                L’AFFINEUR  parle           SCÈNE V

      Tavernier, cent mille merci(s)

95    De ce que m’avez fait si bien boire !

                LE CAPITAINE

      Qui est celluy qui crie ainsi ?

      N’es-tu pas de mes gens encore ?

                L’AFFINEUR

      [……………………………. -oire.]

      Deffait tu as cest huys. Tien ! tien !22

                PERROQUET

      C’est l’Affineur, ce croy-je.

                LE CAPITAINE

                         Voire.

                FINE MINE

100   C’est il, vray(e)ment, je l’entens bien.

                LE CAPITAINE

      Que je l’aye, cest homme de bien :

      Car je ne le vy de sepmaine.

                PERROQUET

      Affineur, [hau] !

                L’AFFINEUR

                   Qu’esse-là ?

                PERROQUET

                               Vien !

                L’AFFINEUR

      Et qui le dit ?

                PERROQUET

                 Le Capitaine.

                L’AFFINEUR

105   Est-il là ?

                FINE MINE

               Et ouy, ouy, admaine !

      Dépesche-toy, vien vistement !

                L’AFFINEUR               SCÈNE VI

      G’y [a]courray à longue allaine,

      […………………………. -ment !]

                LE CAPPITAINE

      Tout bellement, tout bellement !

                L’AFFINEUR

      Cappitayne, Dieu vous bénye !

                LE CAPPITAINE

110   Tu soyes trèsbien venu vray(e)ment,

      Et trèstoute la compaignie !

      Et ! me compte[z], je vous en prie,

      Des nouvelles, s’en sçavez[-vous]23.

      Et me dicte[s] sans tromperie

115   De quel[z] lieux vous venez [très]tous.

                L’AFFINEUR

      Trouvé me suis en plusieurs lieux,

      Là où j’ay veu de mes deux yeulx

      Plusieurs fourréz estrangement,

      Le plus désordonnéement24

120   Qu’oncques en ma vie je visse.

                LE CAPPITAINE

      Ilz sont donc fourréz de Malice.

                FINE MINE

      Sainct Jehan ! il en y a plusieurs,

      En l’ostel de ces grans seigneurs,

      Qui en ont fourréz leurs25 cotelles

125   Et, par faulcetéz et cautelles,

      Font ce qu’il vueillent à tous coups.

                LE CAPPITAINE

      Telz Sotz sont dessoubz moy trèstous.

                PERROCQUET

      Vous ne sçavez pas, Cappitaine :

      Je fus l’aultryer de la sepmaine

130   Au Palais, où vis en ce lieu

      Tant de chapperons fourréz, Dieu,

      Comme le vostre ! Esse lectice ?

                LE CAPPITAINE

      Et ! nenny non, c’est de Malice.

                L’AFFINEUR

      Les chappes de ces cardinaulx,

135   Arcevesques, évesques, légaulx,

      En sont fourré[e]s, et ces chanoines,

      Et ces curéz, et ces gros moines.

      C’est de vostre létice, n’est pas ?

                LE CAPITAINE

      C’est de Malice, n’en doubtez pas.

                PERROCQUET

140   Tous ces marchans, fourréz en sont ;

      Et aussi tous les biens qu’ilz ont.

      [Il] est vray que par ces fourreures,

      Leurs femmes ont grosses ceintures26

      Et en sont riches et puissans.

                LE CAPITAINE

145   Malice en est cause en tous temps.

                FINE MINE

      Et ces méseaulx, bélistriens27,

      Taingneux, folz [et] bazochiens :

      De quoy sont-ilz fourréz, de quoy ?

      Esse de vostre chienne28, ou quoy ?

150   En ceulx, ne voy que pillerie.

                LE CAPPITAINE

      Taisez-vous : c’est de plumerie.

                FINE MINE

      Quant est des femmes de Paris,

      Toutes celles qui ont maris

      N’en sont point fourés, comme crois ;

155   Mais plusieurs le sont de putoys29,

      Et aussi ayment les rampans30.

                LE CAPPITAINE

      Cela ment.31

                PERROCQUET

                J’avise enfans

      Qui n’ont que trois [ans pour tout rien]32,

      Qui en sont fourréz aussi bien

160   Comme je [le] seroye, en somme.

                LE CAPITAINE

      Ha ! vray(e)ment, vous estes grant homme,

      Pour estre fourray ! Quoy ? Comment ?

      Il est, par saint Pierre de Romme,

      Fourray de Malice, vray(e)ment ?

165   Pour vous dire, Sotz, seurement,

      Peu de gens sont, au temps qui court,

      Qui n’en soient fourréz largement,

      Soient gens de ville ou [gens] de Court.

      Qui [n’en est fourré]33 brief et court,

170   Il n’aura jà bien, vous souffisse :

      Ad celluy plus de bien acourt

      Qui est plus fourray de Malice.

                L’AFFINEUR

      Et ! comment, bon gré saint Mourice !

      Nous en sommes fourréz [très]tant,

175   Et n’y a nul qui dire puisse

      « Je suis trèsbien fourray », pourtant.

                FINE MINE

      Nous vous prions, mocquin-mocquant,

      Que vous pensiez de nous, Capitaine.

                LE CAPITAINE

      Vous serez très bien pourveuz.

                PERROQUET

                          Et quant ?

                LE CAPITAINE

180   Avant34 que passe la sepmaine.

                LA CHOSE PUBLICQUE        SCÈNE VII

      Admaine, admaine, admaine, [admaine] !

                LE CAPPITAINE

      Qu’esse-là ?

                LA CHOSE PUBLICQUE

                Faictes ouverture !

                L’AFFINEUR

      Ha, Dieu !

                FINE MINE

                 Quel plaisance mondaine !35

                PERROQUET

      Ventre saint Jehan, quel créature !

                LA CHOSE PUBLIQUE

185   Plusieurs gallans36 parlent à l’adventure

      De mon estat, de mon gouvernement,

      Qui ne sçavent sinon par computure37

      Quelle je suis, n’en quel point proprement ;

      Pour quoy vueil bien qu’on voye clèrement

190   Trèstout mon fait et bien en la praticque :

      Vélà comment maulvais gouvernement

      A fait et fait de la Chose Publicque.

      Gouvernée suis (qui m’est chose trèsdure38),

      Comme l’on voit, tellement-quellement.

195   Impossible m’est que plus je l’endure,

      Car traictée suis trop désordonnément.

      J’ay tant souffert de mal et de tourment

      Que rompue suis par ung train tirannique :

      Vélà comment maulvais gouvernement

200   A fait et fait de la Chose Publicque.

      Sotz [gouvernée nous ont]39 contre nature,

      Comme voyez, habillée follement40

      Et affollée par leur grant forffaicture,

      Et mise au bas ainsi totalement.

205   Troublée [je] suis et hors d’entendement ;

      Désollée suis et toute fantasticque :

      Vélà comment mauvais gouvernement

      A fait et fait de la Chose Publicque.

      Prince, je suis tirée présentement

210   De bon chemin, et myse en voye oblicque(s) :

      Vélà comment mauvais gouvernement

      A fait et fait [de] la Chose Publicque.

                L’AFFINEUR

      Comment sa langue desclique !

                FINE MYNE

      Par Dieu ! elle mord en riand41.

                PERROCQUET

215   Pas ne dit ung mot qui ne picque.

      Sang bieu, qu’el a le bec friant !

      Elle a le musequin bien plaisant ;

      Mais vray[e]ment c’est grant dommaige

      Qu’elle va ainsi boyteusant,

220   Car elle porte beau corpssaige.

                LE CAPPITAINE

      La Chose Publicque, à mon aage,

      Si trèsmal aller je ne vids.

      Venez sa, la dame au beau visaige :

      [Et] dictes-moy en brief42 langaige

225   Qui vous a en ce point mis.

                LA CHOSE PUBLICQUE

      Ung grant tas de grans Sotz estourdis,

      Gens de mauvais gouvernement.

      Je prie à Dieu de paradis

      Que de luy soient-ilz mauldictz,

230   Car gastée m’ont totallement !

                L’AFFINEUR

      Et comment, la belle, comment ?

                FINE MYNE

      Vous ont-ilz voulu efforcer ?

                PERROCQUET

      Point ne l’ont frappée droictement ;

      Ilz [l’]ont picquée si rudement !43

                LA CHOSE PUBLICQUE

235   S’ilz [m’]eussent fait estorcier,

      Guières pis ne m’eussent peu faire.

      Vray est que pour compter l’affaire,

      Que quant je fus à leur main mise

      Et à leur volenté soubz-mise,

240   J’estoye droicte comme ung jon,

      Forte et puissant com ung lyon,

      Riche en point comme une royne

      Et, en ma geste souveraine,

      Faisant à tout chascun plaisir.

245   Mais las ! telz m’ont voulu saisir

      Et metre en chanbre, com on fait

      Les aultres filles en effet ;

      Et en la chambre proprement

      Dudit mauvais gouvernement,

250   Où long temps, yver et esté,

      Ont fait de moy a leur volenté

      Tant qu’ilz m’ont toute mutillée ;

      Durant lequel temps, m’ont pillée

      Et destruite, ainsi que du tout.

255   Et puis quant il ont bien par tout

      Fait de moy à leur appétit,

      Habillée m’ont de cest habit

      Et m’ont boutée en lieu publicque ;

      Lesquelz vescu44 de ma praticque

260   Ont longuement, je vous promectz !

      Et quant ilz ont veu pour tous metz

      Que servir ne s’en pov[o]ient plus,

      Ilz m’ont tout(e) rompue au surplus

      Une jambe, comme on peut veoir.

                LE CAPPITAINE

265   Ad ce que puis appercevoir,

      […………………… ruffiens,]

      Infâmes sont comme fiens45,

      Puis qu’ilz vivent des pouvres femmes.

      Encore dy-je : ilz sont infâmes

      Tant ou plus que ces macquereaulx,

270   Ruffiens, meschans, lappereaulx,

      Happeloppins, tourneurs de broche,46

      Qui ne vivent que sus et soubz

      Que des culz des paillardes de jours47.

      Comment en font [d’elles], comment !

                L’AFFINEUR

275   Mais quel lieu esse proprement,

      « Lieu publicque », quant je contemple ?

                FINE MYNE

      Le lieu publicque, c’est le temple

      (Au moins ad cela je l’applicque)

      Et [lieu] de la Chose Publicque.

280   Je l’interprecte en ce point-là.

                PERROCQUET

      Par ma foy ! je croy bien cela :

      Car elle porte aussi, penson,

      Chapperon fort à la façon

      De ceulx des femmes de Bordeau48

                LA CHOSE PUBLIQUE

285   Du temps que mon cas estoit beau,

      Et que ma chose49 bien se portoit,

      À toute gens mieulx en estoit,

      Car tout le monde entretenoye ;

      Et paisiblement gouvernoye

290   Tout par tout générallement,

      Moyennant bon gouvernement,

      Dessoubz lequel j’estoye(s) adoncques.

      Lequel bon gouvernement, oncques

      N’euz dessoubz luy que gens de bien ;

295   Mais je n’euz oncques puis [plus] rien,50

      Certes, que je changié de maistre.

                LE CAPPITAINE

      Or çà, et veu qu’ainsi soubzmectre

      Avez esté aux dessusdictz :

      Dictes à sçavoir, ce tendis

300   Que vous estiez entre ces gens,

      [Si vous] n’aviez eu nulz enfans ?

                LA CHOSE PUBLICQUE

      Si ay, de vray ; j’en ay eu ung,

      Le51 pire de tout le commun,

      Que j’ay portay fort longuement ;

305   Lequel m’a donné du tourment,

      De l’ennuy52 et douleur amère ;

      Et ne faisoit rien pour sa mère,

      Tant est mauvais et détestable.

                L’AFFINEUR

      Comme(nt) a-il non ?

                LA CHOSE PUBLICQUE

                      Mal Importable53.

                FINE MYNE

310   Quoy ! avez-vous eu ung garson54 ?

                PERROQUET

      Et c’est signe, de par le deable,

      Qu’on vous a picqué, don ?55

                LE CAPPITAINE

      Mal Importable, ce mignon,

      Ont les Sotz engendray ([aussi]

315   Ce truant, ce mauvais larron)

      En la Chose Publicque, ainsi ?

      Pas [je] ne m’en tairé, non ! Si

      Se la Chose Publicque vray(e)ment

      Se porte mal, comme [on voit]56 cy,

320   Et va si trèsmauvaisement :

      Suppostz ! toy tout premièrement,

      L’Affineur, et toy Fine Myne,

      Et Parrocquet semblablement :

      Escoutez que je détermine.

325   Vous qui estes, en lieu de crine57,

      Fourréz de Malice en tous lieux,

      Vueil qu’on vous nomme par ce signe,

      Tous troys, les « Sotz Malicieux ».

      Et pourtant donc qu’estes tous tieulx58,

330   Je vous fais sans plus de réplicque

      Revisiteurs (pour faire mieulx,

      Tous troys) de la Chose Publique.

      Pour quoy, chascun de vous s’aplicque,

      Et tout par manière59 d’esbatz,

335   À revisiter sa60 fabricque

      Désormais, par tout, hault et bas.

                L’AFFINEUR

      Je vous mercye, par sainct Lucas,

      [Deux] cent mille fois, Cappitaine !

                FINE MINE

      Mon seigneur, c’est aussi bien mon cas :

340   Je vous mercie, par saint Lucas !

                PERROCQUET

      Procureurs ne vueil, n(e) advocatz :

      Bien (re)visiteray sans mitaine.

      Je vous mercie, par sainct Lucas,

      [Deux] cent mille fois, Cappitaine !

                LA CHOSE PUBLICQUE

345   Avant donc en bonne sepmaine !

      Amys, je me soubz-mectz à vous.

                LE CAPPITAINE

      N’ayez peur que mal on vous maine :

      La Chose Publicque on pourmaine.

      Rien ne trouverez que tout doulx.

                L’AFFINEUR  [en chantant]

350   Je vueil perdre cent sous61

      Se dessus et dessoubz

      N’est bien revisitée !

               FINE MYNE  [en chantant]

      Se mort[e] estoit de nous,

     Seroit, à deux genoux62,

355   Tantost ressuscitée.

              PERROCQUET  [en chantant]

      De moy, jour et nuytée,

     Jà tant l’ay agistée63

      Qu’aller la feray droict.

               LA CHOSE PUBLICQUE  [en chantant]

      Je suis débilitée :

360   Se j’estoye alectée64,

     Mieulx à point65 m’y viendroit.

               LE CAPPITAINE  [en chantant]

     À l’envers66, à l’endroit,

      Et par tout, tort ou droict,

      Revisitez-la bien !

                L’AFFINEUR

365   Quant le cueur luy fauldroit,

      J’ay ce qu’il luy fauldroit

      Et luy feroit grant bien.

                FINE MINE

      J’en feray si trèsbien

      Que je sçauray combien

370   De bien en son corps entre.

                PERROCQUET

      Se seul à seul la tien,

      Aussi sçauray-je bien,

      Par Dieu, qu’elle a ou ventre !

                L’AFFINEUR

     Se ploye avoit patente67,

                FINE MYNE

375   Mectre y fauldroit une tente68

                PERROCQUET

     Et du diaculum69.

                LE CAPPITAINE

      Pour ceste heure présente,

      Que d’ycy on s’absente :

      Temps est que recullon.

                L’AFFINEUR

380   Je suis prest ; montons à cheval

     Et chevauschons sans selle70. Et pour le mieulx,

     Disons71 « à Dieu ! », tant à mont com aval,

      Car nous avons affaire en aultres lieux.

      Pourtant, prenons ung congié gracieux

385   De ces gens-cy, ains72 que chascun desclique73 :

      Pardonnez tous74 aux Sotz Malicieux

      Revisiteurs de la Chose Publicque !

                 PERROCQUET

      De de ceste Chose Publicque, en général

      En avons cy parlay ung mot ou deux ;

390   Mais nonobstant, tout par espécial,

      Nous le prenons pour le lieu(x) précieux,

      C’est à sçavoir le lieu solacieux

      Là où on tient à tous venans bouticle.

      Pardonnez tous aux Sotz Malicieux

395   Revisiteurs de la Chose Publicque !

                 LE CAPITAINE

      Prince, je suis Cappitaine de ceulx

      Qui [re]mectront la Chose [en] bien unicque.

      Pardonnez tous aux Sotz Malicieux

      Revisiteurs de la Chose Publicque !

                           

                                             EXPLICIT

*

1 Ida Nelson : La Sottie sans souci, essai d’interprétation homosexuelle. Champion, 1977. Thierry Martin : Trois études sur la sexualité médiévale. Question de Genre/GKC, 2001. Triboulet : La Farce de Pathelin et autres pièces homosexuelles. Bibliothèque GayKitschCamp, 2011.   2 Le patron des chasseurs est saint Hubert. Mais le Capitaine invoque « saint Nicolas,/ Le grand saint que les hommes/ Portent la tête en bas :/ Quand ils la portent en l’air,/ Ils inondent les draps. » (Théo Staub, L’Enfer érotique de la chanson folklorique française, II, 139. Éd. d’Aujourd’hui, 1981.)   3 T : desplaise  (Que personne ne se dérange !)   4 T : chbae   5 T intervertit vire (v.10) et vois [vais].   6 Il prête un double ou un triple sens à lice, malice (qu’on agrandit ou qu’on rapetisse !), fourré, et toison.   7 T : eslisse  (Éclipser = cacher. On prononçait « éclisse ».)   8 Dans un contexte homosexuel, voir Villon, Testament 12 : « Je ne suis son serf ne sa biche. »   9 Fine mouche : « Il nous fault sçavoir en quel part/ Nous trouverons si fine espice. » (Sottie de la Pippée.)   10 Hermine.   11 T attribue ce mot au Capitaine.   12 T : les vaines  (« On fera la fièvre quartaine,/ Qui vous puisse serrer la vaine ! » Parnasse satyrique du XVº siècle.) Veine = pénis : « La longue roydeur de ma veine/ Bat ma chemise. » Folastries de la bonne chambrière.   13 La rime réclame « je les oy ». T ajoute dessous : Quon les face venir ens   14 On scandait « Wé-t-il mon sieur ».   15 Il paraît manquer un vers en -ment et un vers en -dit. Le « susdit » est un jeune homme auquel le Capitaine a voulu transmettre un rendez-vous amoureux par le biais de Perroquet. Le Capitaine en parle au masculin, Perroquet au féminin.   16 T : ton   17 T : verra  (Venra = viendra.)   18 Équivoque voulue entre « filait » et « fille ».   19 Filer est une activité de fille, alors que siffler est réservé aux garçons. T ajoute : Mais ie dis quil escripuoit   20 Sic ! Même confusion à 75. Or, capitaine est synonyme de pénis : « [Elle] mena tout doux/ Le petit capitaine au joly rendez-vous,/ Qui fier d’un triple coup, fist un nouveau déluge. » (Marc de Papillon.) Notons d’ailleurs que perroquet a le même double sens : « Une dame le vid dans ma main l’autre jour,/ Qui me dit que c’estoit un perroquet d’amour./ Des autres perroquets il diffère pourtant :/ Car eux fuyent la cage ; et luy, il l’ayme tant,/ Qu’il n’y est jamais mis qu’il n’en pleure de joye. » (Cabinet Satyrique.)   21 T intervertit les vers 67 et 68.   22 Toujours invisible du public, l’Affineur frappe le tavernier pour un motif qui devait apparaître au vers précédent. Il monte sur scène à 107.   23 T : tous   24 Comme au v. 196, il y a peut-être une allusion au « péché désordonné, ou bougrerie ». (Claude Courouve, Vocabulaire de l’homosexualité masculine, Payot, 1985, p.71.)   25 T : le nos   26 Sont bien grasses.   27 T : belistieus  (Et ces lépreux, ces mendiants.)   28 La lice nommée Malice (vers 15).   29 Gigolos : « Pour estre plus jolies aux nopces,/ La robe fourrée de putois. » (Guillaume Coquillart, Perruques 143.) Naturellement, la strophe misogyne est dite par Fine Mine.   30 Le rampan désigne une fourrure. Jeu de mots sur « rampant » : le serpent est un symbole diabolique et phallique.   31 Jeu de mots sur « C’est l’amant ».   32 T : quatre ou cinq ans  (Cheville due à l’attraction de la rime précédente. « Pour tout rien » <masculin rare mais attesté> = pour toute chose.)   33 T : ne soient fourrez   34 T : Ains   35 Dans T, la Chose Publicque ajoute : Tridon tridon tridon tridaine  (Les comédiens ajoutaient librement des onomatopées, et des vers prêtant à des jeux de scène appréciés du public. Voir par exemple la note du v. 234.)   36 T : gens   37 T : competure  (Computure = supposition. Du latin computare.)   38 T : tresseure   39 T : gouuerne nous  (« Contre nature » s’applique à la sodomie.)   40 Habillée en folle de théâtre. L’auteur de sotties Pierre Gringore se travestissait en Mère Sotte.  On connaît aussi le rébus de Picardie « Follement je vis » [Folle mange vits].   41 « Les chiens si mordent en riant. » Sottie des Menus propos.   42 T : beau  (réminiscence du vers précédent. « Je vous demande en brief langaige :/ N’y a-il cy que vous deux sotz ? » Les Sotz triumphans, où apparaît le jeune Fine Mine.) Plusieurs médiévistes pensent que le « bref langage » était un argot homosexuel. Cf. Villon, Ballades en argot homosexuel, Mille et une nuits, 1998.   43 T ajoute un vers d’acteur : Peut estre quilz la font clochier   44 T : vestus   45 Fientes.   46 Si ce vers n’est pas interpolé, comme c’est souvent le cas dans les énumérations, il manque un vers en -oche. À moins qu’on ne lise « tourneurs de rousts » (cf. le Gaudisseur, v. 218), qui rimerait avec soubz : il faudrait alors supprimer le v. 273.   47 T : tours  (La rime -ous -ours était admise.)   48 Un bordeau est un bordel : « Ruffiens, et vous tous qui de foutre avez cure,/ Et qui par les bordeaux desbauchéz fréquentez. » (Contre les sodomites. Ce sonnet de Mathurin Régnier se termine par ce vers : « Car vous obligerez une chose publique. »)   49 « Cas » et « chose » sont largement attestés dans le sens de pénis. (Guiraud, Dictionnaire érotique.)   50 Ou bien : Mais je n’[en] euz oncques puis rien  (« Puis » s’apparie au « que » du vers suivant : depuis que.)   51 T : La   52 T : lennemy   53 Insupportable.   54 Fine Mine revient à son principal centre d’intérêt, les garçons.   55 Passage altéré. Je supprime le début de la tirade du Capitaine : Ha voire dea voire dea. Les vers 313 et 314 étaient intervertis. Le 314 rimait en ainsi, comme le 316.   56 T : en vont   57 T : rime  (Crine = crinière.)   58 Tels.   59 T : mariere  (Le glissement érotique est amené par l’expression Que chacun s’applique : « Et afin qu’un chacun s’applique,/ Je te mettrai mon vit en main/ Et tu me branleras la picque. » Th. de Viau.)   60 T : la   61 T : soubz   62 Fellation ?  (Ceci n’est pas une pipe, c’est une tactique pour désarmer un adversaire.)   63 Masturbation ?   64 Allaitée. De sperme ?   65 Érection ? « S’il advenoit qu’il feust en poinct, eussiez dict que c’estoyent gens qui eussent leurs lances en l’arrest. » Pantagruel, I.   66 Sodomie ?   67 Si elle avait une plaie ouverte.   68 Une sonde (sens érotique). En latin, tenta = pénis.   69 Emplâtre (διὰ χυλῶν), ancêtre de la vaseline. Testament Pathelin, v. 488. On prononçait dïaculon.   70 « Chevaucher sans selle » est une locution érotique très employée : Guiraud, Dict. érotique.   71 T : Disant   72 T : auant   73 Défèque : « Et décliqua son povre broudier [cul]. » Chroniques gargantuines.   74 T : nous

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :