RAOULLET PLOYART

Bibliothèque nationale de France

Bibliothèque nationale de France

*

RAOULLET  PLOYART

*

Cette farce de Pierre Gringore fut jouée aux Halles de Paris le 23 février 1512, à la suite du Jeu du Prince des Sots et de l’Homme obstiné. Elle fourmille d’équivoques obscènes. Le mari, Ployart, dont la « bêche ploie1 », est trop vieux pour labourer la « vigne » de sa femme, qui cherche donc des ouvriers munis d’une « bêche plus ferme »…

Sources : Édition a de 1512, BnF, Rés. Ye-1317. Je la corrige sur l’édition b de 1513, Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, Rés. D.493.

Structure : Rimes plates, avec 2 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

*

La  Farce  de

Raoullet  Ployart

*

    [RAOULLET  PLOYART,  mary

    DOUBLETTE,  la  femme

    MAUSECRET,  varlet2

    FAIRE

     DIRE

  LE  SEIGNEUR  DE  BALLETREU]

*

                              RAOULLET  PLOYART,  mary               SCÈNE  I

         Mon tendron, ma gorge frazée3,

         Mon petit téton, ma rosée,

         Ma petite trongne, approchez !

                              DOUBLETTE,  la  femme

         Laissez-m’en paix, vous me fâchez !

                              RAOULLET

5       Quant je vous voy, je suis tant aise !

         Belle dame, que je vous baise

         Ung tantinet, je vous en prie !

                              MAUSECRET,  varlet

         (Elle fait [fort] la renchérie4

         Pour ce que mon maistre est jà vieulx.

10     Par Dieu ! je voy bien à ses yeulx

         Qu’el luy fera quelque finesse5.)

                             DOUBLETTE

         Mausecret !

                             MAUSECRET

                                   Qu’esse, ma maistresse ?

                              DOUBLETTE

          Il ne fault point que je le flate :

          Par ma foy, ma vigne se gaste

15      Par deffaulte de labourage.

                             RAOULLET

         J(e) y ay besongné de courage,

         Autresfois.

                             DOUBLETTE

                                   Vous n’en povez plus.

                              RAOULLET

          Si fais, dea !

                              MAUSECRET

                                        Si est-il conclus

           Qu’il y fault besongner, mon maistre ;

20     Ou ma maistresse y fera mettre

          D’autres ouvriers.

                              DOUBLETTE

                                               R(a)oullet6 Ployart,

          Je prens plaisir que tost ou tart

          Labourer ma vigne on se joue.

                              RAOULLET

         Et, par mon âme ! quant j(e) y houe7

25     Une journée, à motz exprès8,

         Les rains m’en font trois jours après

         Tant de mal, Doublette, ma femme !

                              MAUSECRET

          Mon maistre, c’est, par Nostre Dame,

          Par deffaulte de bons ostilz9.

                              DOUBLETTE

30     Permettez que vostre apprentis

          Y besongne10.

                              MAUSECRET

                                            Je feroye raige !

                              RAOULLET

           Qu’il besongnast à mon ouvrage ?

           Jamais je ne l’endureroye !

                              MAUSECRET

           A ! par Dieu, j(e) y besongneroye

35     Mieulx que vous.

                             DOUBLETTE

                                                 Quant la terre11 est seiche

          Et on n’a point de bonne besche,

          On ne la fait qu(e) esgratigner.


                              MAUSECRET

          Qui me laisseroit prouvigner12

          En la vigne de ma maistresse,

40    La terre seroit bien espesse

          Se ma besche n(e) alloit au fons.

                              DOUBLETTE

          R(a)oullet Ployart, je vous respondz

          Que ma vigne est quasi en frische13.

                              RAOULLET

          Brief, point ne vueil que d’aultre y fische

45   Eschallatz14 ; c’est à moy à faire.

          Qui esse qui va au contraire ?

          Moy tout seul fischer les y doys.

                              MAUSECRET

          On y en fische aucunesfois15

          De quoy mon maistre ne sçait rien…

                              DOUBLETTE

50   Te tairas-tu ?

                              MAUSECRET

                                       Je le sçay bien :

          Aussi faictes-vous, ma maistresse.

                              DOUBLETTE

          Par mon âme ! je prens lyesse

          Quant je voy qu’on houe de bon cueur.

                              MAUSECRET

          Ma foy ! il luy fault ung foulleur16

55   Qui renverse soubdain la terre.

          Et cuydez-vous comme elle serre

          La vendenge entre les jumelles17 ?

          Oncques ne veistes choses telles,

          Quant le pressoir18 est bien estrainct.

                              DOUBLETTE

60   R(a)oullet Ployart, mon mary, jainct19

          Comme ung pourceau dedans son tect20,

          Quant il a foullé ung tantet

          La vendenge.

                              RAOULLET

                                         Qui la vouldroit

          Servir à gré21, il luy fauldroit

65   Houer sa vigne jour et nuyt.

                              DOUBLETTE

          Cuydez-vous que prenne déduit

          À vostre labourage ? Non.

                              RAOULLET

          J’ay eu autresfois le renom

          De si bien fouller la vendenge !

                              DOUBLETTE

70   Et maintenant, quoy ?

                              RAOULLET

                                                      Je me renge,

          Me deultz22, et ne puis plus fouller.

                              MAUSECRET

          Vous ne povez faire couller

          La vendenge.

                              DOUBLETTE

                                           Par mon serment !

          Il besongne si laschement

75    Que souvent m’en treuve fâchée.

                              MAUSECRET

          Une belle terre gachée23

          Ne peult porter jamais bon fruict.

                              DOUBLETTE

          En effect ma terre est en bruit24.

          Il ne fault que trouver ouvriers

80   Qui y besongnent voulentiers

          Et qui aient des besches friandes25.

                               FAIRE                        SCÈNE  II26

          Voisin, les eaues seront bien grandes,

          Mais que les neiges soient fondues.

                              DIRE

         Sont point noz vignes morfondues

85   De ces gellées ?

                              FAIRE

                                          Nenny, voisin.

          J’ay espoir que quelque matin

          Ma vigne soit bien prouvignée.

                              DIRE

          Les vins sont bien vers, ceste année,

          Dont il fait mal aux bons buveux.

                              FAIRE

90   Ceulx qui ont gardé les vins vieulx

          N’y perdront rien.

                              DIRE

                                                Si nous fault-il

          Labourer d’ung engin27 subtil ;

     Car, ainsi comme je congnois28,

     Les vignes n’eurent si beau boys29

95   Long temps y a.

           FAIRE

                                            Loué soit Dieu !

          Transporter nous fault quelque lieu,

          Et labourer de bon courage.

           DOUBLETTE                     SCÈNE  III

         Vous estes tant lasche à l’ouvraige,

          R(a)oullet Ployart !

           RAOULLET

                                                 Je m’y employe

100  De bon cueur, mais ma besche ploye.

     Entendez-vous pas bien le terme30 ?

           DOUBLETTE

          Fy, fy ! s(e) une besche n’est ferme,

          Je n’en donroye pas ung festu.

           MAUSECRET

          Le procès est trop débatu31 :

105  Maistresse, laissez là mon maistre.

          D’aultres ouvriers il y fault mettre,

          Ou la vigne sera en frische.

           DOUBLETTE

          C’est ton maistre qui est si chiche

          Qu’il ne veult point qu(e) autre que luy

110  Y besongne. Par le jourd’huy ! 

     D’avoir de bons ouvriers me targe32.

           MAUSECRET

     Par Dieu ! vous n’estes que trop large33,

          Ma maistresse, chascun le dit.

          Je n’y metz point de contredit :

115  Trop vous ay veue habandonnée34.

           DOUBLETTE

          Il fault qu(e) à ceste après-disnée

     En ma vigne on besongne en tâche35.

           MAUSECRET

     Voullez-vous que je me destache36,

          Affin que je ploye mieulx les rains ?

120  Je vous coucheray les prouvains37

          Gentement, sans aller ailleurs38.

                              FAIRE                               SCÈNE  IV

          Vous fault-il point de laboureurs,

          Ma dame ?

                              DIRE

                                     Vécy des ouvriers

          Qui laboureront voulentiers

125  En vostre vigne.

                              DOUBLETTE

                                             Il me semble

          Que n’y povez tous deux ensemble

          Labourer.

                              MAUSECRET

                                   Vécy qu’on fera :

          Tandis que l’ung labourera,

          L’autre préparera sa besche.

130  Je feray le guet à la bresche39,

          De peur que mon maistre le voye.

                              DOUBLETTE

          S’il le sçavoit, je m’en fuyroye,

          Mausecret.

                              MAUSECRET

                                      Il n’en sçaura rien,

          Maistresse, vous m’entendez bien.

135  Après que labouré auront,

          Il fauldra, quant ilz s’en yront,

          Que laboure ung peu après eulx.

          Entendez-vous bien ?

                              DOUBLETTE

                                                      Je le veulx.

                              MAUSECRET

          Par ma foy ! je feray merveille.

140  Tandis, vois veoir se ma « bouteille »

          Sent l’esvent40.

                              DOUBLETTE

                                        C’est bien dit.

                              MAUSECRET

                                                                     Mon maistre

          En aura tantost belle lettre41 :

          On labourera bien sa terre.

                             DOUBLETTE

          Çà, labou(re)rons sans plus enquerre !…

145  Labourez, il vous est permis.

                              DIRE

          Puis qu(e) à labourer suis commis

          Vostre terre, je feray raige.

          Oncques ne veistes tel ouvrage

         Que j(e) y feray, je vous prometz.

                              DOUBLETTE

150  Sus ! besongnez.

                              DIRE

                                              Jamais, jamais

          Ung tel ouvrier ne fut congneu.

          J(e) y besongne dru et menu,

          De jour, de nuyt, songneusement ;

          C’est merveille !

                              DOUBLETTE

                                             Monstrez comment

155  Vous besongnez ; despeschez-vous !

                              DIRE

          Je suis ouvrier par-dessus tous,

          Maistre passé de la science.

                              DOUBLETTE

          Monstrez donc par expérience

          Ce que sçavez, bon gré mon âme !

                              DIRE

160  Je cuyde qu’il n’y a, ma dame,

          Tel ouvrier au monde que moy.

          Quant je laboure, par ma foy,

          C’est sucre42.

                              DOUBLETTE

                                         Vous ne faictes rien.

                              DIRE

          Par ma foy ! je laboure bien ;

165  Âme n’y sçauroit contredire.

                              DOUBLETTE

          [Et] comment vous nommez-vous ?

                              DIRE

                                                                          Dire.

                              DOUBLETTE

          Dire ? Nostre Dame, quel hoste !

          Vuydez tost, jouez de la botte43 !

          Dire ne sert rien en tel cas.

170   Sans rien faire vous estes las.

          Quoy ! vous n’estes qu(e) ung blasonneur44 !

                              DIRE

          Tenu suis pour bon laboureur.

          J’ay en plusieurs « terres » renom.

                              MAUSECRET

          Et ma maistresse dit que non45.

                              DOUBLETTE

175  Tais-toy, garçon ; tu me fais rire.

                              MAUSECRET

          Bref, vous ne voullez point de Dire,

          Je le voy bien à vostre trongne.

                              FAIRE

          Si vous voullez que j(e) y besongne,

          Dictes-le-moy.

                              DOUBLETTE

                                         Là, hardiment !

                              MAUSECRET

180  Comment il y va asprement !

          Il se congnoist en tel affaire.

                             DOUBLETTE

          Et vostre nom, mon amy ?

                              FAIRE

                                                            Faire.

                              MAUSECRET

          Par Dieu ! c’est ung merveilleux sire.

                              DOUBLETTE

          J’ayme bien mieulx Faire que Dire ;

185  Je veuil bien que chascun le sache.

                              MAUSECRET

          Il en œuvre comme de cyre46.

                              DOUBLETTE

          J’ayme bien mieulx Faire que Dire.

                              MAUSECRET

        Dire sans faire, il n’est rien pire.

                              DOUBLETTE

          Par ma foy, non, cela me fasche.

190  J’ayme bien mieulx Faire que Dire ;

          Je vueil bien que chascun le saiche.

                              FAIRE

          Ay-je pas bien tost fait ma tâche ?

                              DOUBLETTE

          Ouÿ, à toute dilligence.

                              FAIRE

          Voullez-vous que je recommence

195  De rechef ?

                              DOUBLETTE

                                   Mais je vous emprie !

          Point ne feray la renchérie.

          Besongnez, je vous ayderay.

                              FAIRE

          Et touchant quoy47 ?

                              DOUBLETTE

                                                     J’acolleray.

          Mais houez ferme, entendez-vous ?

200  Renversez c’en dessus dessoubz

          La « terre ».

                              FAIRE

                                       Ne vous soucyez,

          Mais48 que trèsbien servye soyez :

          Je n’ay garde d’estre endormy.

          Acollez !

                              DOUBLETTE

                               Là, là, mon amy.

205  Je serre les « bourjons » ensemble.

                              RAOULLET  PLOYART               SCÈNE  V

          (Je n’y entens ne fa, ne my49 !)

                              FAIRE

          Acollez !

                              DOUBLETTE

                               Là, là, mon amy.

                              RAOULLET

          (Qu’esse-là, bon gré sainct Rémy ?

          Ce jeu pas trop beau ne me semble.)

                              FAIRE

210  Acollez !

                              DOUBLETTE

                                 Là, là, mon amy.

          Je serre les bourjons ensemble.

                              RAOULLET

          (Il n’y a remède. Je tremble

          De despit. Ha ! je suis mutin50.

          Toutesfois je vueil veoir la fin ;

215  Et si, en suis peu resjouy.)

                              FAIRE

          Voullez-vous que je tierce51 ?

                              DOUBLETTE

                                                                 Ouÿ,

          Tandis que vous estes en cours52.

                              FAIRE

          Acollez et serrez tousjours !

                              DOUBLETTE

          Si feray-je, n’ayez soucy.

                              RAOULLET

220  (Ha, ha ! quel laboureur vécy !

          Saincte vertu bieu, quel mignon !

          Quel maistre gallant ! Hon, hon, hon !

          Vient-il labourer à mon estre53 ?)

                              MAUSECRET

          Ma maistresse, vécy mon maistre !

                              FAIRE

225  Il me fault retirer à part.     Il s’en fuyt.

                              DOUBLETTE

          Despeschez-vous, R(a)oullet Ployart,

          Mon amy, mon plaisant dorlot :

          Acollez-moy !

                              RAOULLET

                                           Ne me dy mot !

                              DOUBLETTE

          Estes-vous courroucé à moy ?

                              RAOULLET

230  Voy-je pas bien ce que je voy ?

                              DOUBLETTE

          Et qu(e) avez-vous veu, Dieu mercy ?

                              RAOULLET

          Ung gallant qui se part d’icy,

          Qui besongnoit en mon ouvrage.

                              DOUBLETTE

          Je n’ay pas si lasche courage54

235  Que vous cuydez, R(a)oullet Ployart.

                              MAUSECRET

          Il s’est retiré à l’escart

          Si tost qu’il vous a veu, mon maistre.

                              DOUBLETTE

          Tay-toy, Mausecret !

                              MAUSECRET

                                                    Il peult estre

          Qu’il ne le faisoit pour nul mal ;

240  Car il est si trèscordial

          Qu’on ne vit onc de meilleur homme.

                              DOUBLETTE

          J’aymeroye plus cher estre à Romme

          Que vous avoir fait quelque tort.

                              MAUSECRET

          Ilz labouroient eulx deux, d’accord

245  Quant faire binet et tiercet55.

          Ma maistresse accolloit, serroit :

          C’estoit merveille que d’y estre !

                              RAOULLET

          Je donray le cas à congnoistre

          Au Prince des Sotz.

                              DOUBLETTE

                                                     Touchant quoy ?

                              RAOULLET

250  Ha ! j’auray vengeance de toy

          Tout maintenant ; je sçais ton cas.

                              MAUSECRET

          Le Prince des Sotz n’y est pas56.

                              RAOULLET

          Quelq’ung a, pour ce cas, commis.

                              LE  SEIGNEUR  DE  BALLETREU       SCÈNE  VI

          Qu’esse qu’il y a, mes amys ?

                             RAOULLET

255  Nous ne venons pas pour ung peu57.

                              MAUSECRET

          Ma foy, monseigneur58 de Balletreu,

          Ilz sont soubz vostre seigneurie.

                              LE  SEIGNEUR  DE  BALLETREU

          Dictes-moy qu’il y a, m’amye.

          Despeschéz serez à deux coups59.

                             DOUBLETTE

260  C’est mon mary qui est jaloux.

                             RAOULLET

          Par Dieu ! je n’ay pas tort de l’estre.

                              MAUSECRET

          El est bonne femme, mon maistre ;

          Et aussi, vous estes bon homme60

                              LE  SEIGNEUR  DE  BALLETREU

          Or çà, çà, que je saiche comme

265  Vostre discord est advenu !

                              RAOULLET

          Il est vray que je suis venu

          En ma vigne pour prouvigner ;

          Doublette y faisoit besongner

          Des autres. Ayez-y regard61.

                              LE  SEIGNEUR  [DE  BALLETREU]

270  Qu’en dictes-vous ?

                              DOUBLETTE

                                                   R(a)oullet Ployart

          Tousjours tence, riotte ou grongne,

          Et est si lasche à la besongne,

          Monseigneur de Balletreu, qu’il laisse

          Ma vigne en frische.

                              MAUSECRET

                                                      Ma maistresse

275  Dit vérité : il n’y sçait rien,

          Et les autres besongnent bien.

          Entendez-vous ? C’est pour empreu62 !

                              DOUBLETTE

          La seigneurie de Balletreu

          Entretiens au mieulx que je puis.

                              LE  SEIGNEUR  [DE  BALLETREU]

280  Quant à moy, d’oppinion suis,

          Puis que dictes qu’il est si lâche,

          Qu(e) y facez besongner en tasche63.

          Et si, le dis par jugement64.

                              RAOULLET

          Monseigneur de Balletreu, comment

285  L’entendez-vous ? Je luy prometz

          La labourer bien, désormais,

          Tant qu’il n’y aura que redire.

                              MAUSECRET

          El ayme mieulx faire que dire :

          Ne faictes pas donc, ma maistresse ?

                              DOUBLETTE

290  Ouÿ, par ma foy !

                              LE  SEIGNEUR  [DE  BALLETREU]

                                                C’est simplesse

          D’en débatre. Sans plus enquerre,

          Faictes labourer vostre terre

          Hardiment, car ce n’est que jeu.

                              DOUBLETTE

          Certes, monseigneur de Balletreu,

295  Je congnois qu(e) à vous suis subgecte65.

                              RAOULLET

          Monseigneur de Balletreu, j’en jecte66

          Ung appel !

                              LE  SEIGNEUR  [DE  BALLETREU]

                                            Il se videra67 :

          Et toutesfois on conclura

          Que les femmes, sans contredire,

300  Ayment trop mieulx Faire que Dire.

*

                   FINIS

                                                                     *

1 Chez Jehan Molinet, c’est souvent Collin Ploiart qui personnifie l’impuissance.   2 C’est-à-dire apprenti (vers 30) de Ployart, lequel doit être artisan plutôt que vigneron, puisqu’il n’a visiblement aucun don pour le labourage, et que la vigne appartient à sa femme. Beaucoup de maris s’occupaient de la vigne que leur épouse avait reçue en dot.   3 Poitrine polie. « Une gorge blanche et frazée. » Coquillart.   4 « On dit qu’une femme fait fort la renchérie quand elle est vaine & dédaigneuse. » Dictionnaire de Furetière. Idem au v. 196.   5 Un mauvais coup. Le nom de Doublette nous informe déjà qu’elle fait preuve de doubleté [duplicité] : « Mais la doublette affine les plus rouges [trompe les plus rusés]. » Molinet.   6 On prononçait « Roulet » ou « Rolet », comme dans Maistre Mymin qui va à la guerre (vers 192, 276, 316).   7 Je la pioche. « [Elle] veult que je soye heure et demye/ Sur elle, à houer comme en vigne. » La Résolution d’Amours.   8 Pour parler clairement.   9 Outil = verge. « Mais quant ce vint à l’embrocher,/ Son outil ne se pust dresser. » Sermon de l’Endouille.   10 On ne présente plus le double sens grivois de ce verbe : cf. le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud.   11 Équivoque graveleuse. « Bien foible [il] me semble/ Pour labourer à deux terres ensemble. » Marot.   12 Si on me laissait « coucher les provins » (vers 120), c’est-à-dire : aplatir les poils du pubis.   13 Est laissée à l’abandon. « Votre vigne est en friche,/ Petite Janeton./ Ne faites point la chiche :/ Prenez un vi… » Si tu voulois, Lisette.   14 Échalas = pieu, et pénis. « M’estimez-vous indigne/ De ficher mon échalas dans votre quarquié de vigne ? » La Comédie de chansons, III, 2.   15 Quelquefois. Mausecret [secret mal gardé] porte bien son nom, lui aussi : cf. les vers 236-247.   16 a : fouilleur  –  b : foulleur  (Elle cherche un homme qui lui « foulera la vendange », comme aux vers 62 et 69. Cf. le Roman de Renart : « Ge vous ai folé la vendenge. »)   17 Ici comme à 73, la vendange est le jus de la « grappe », autrement dit le sperme. Les jumelles sont les fesses : « [Elle] offrait à son œil lubrique deux jumelles dont Ganymède aurait été jaloux. » Mirabeau.   18 Le vagin. « Madelon Chiquet fait voir chez elle (rue TireBoudin) à toute heure de relevée un pressoir à vis [vits]. » Le Plat de Carnaval.   19 Geint.   20 Toit, porcherie.   21 Si on voulait la satisfaire.   22 Se douloir = être endolori (vers 26-27).   23 En jachère. Cf. André Tissier, Recueil de Farces, II, p. 263, n. 76.   24 Est réputée. Mais aussi : est en rut. Cf. Tissier, note 78.   25 Appétissantes ; ou gourmandes.   26 Ce dialogue occupe une autre partie de l’estrade.   27 Esprit. Mais aussi : pénis. « Un basteleur/ Fourny d’engin comme un mullet,/ Monstrant au loing son flageollet. » Cabinet satyrique.   28 Jeu de mots sur « je connais » et « je cognais » [je coïtais].   29 Pénis. « Ores ton bois, naguères s’eslevant,/ Est tout penchant du costé d’Occident. » Cabinet satyrique.   30 Gringore venait d’écrire dans le Jeu du Prince des Sotz : « C’est assez pour le vendengier./ Entendez-vous pas bien le terme ? »   31 Raoullet s’en va.   32 Il me tarde.   33 Trop bonne. Mais aussi : trop élargie… Cette tirade de Mausecret est d’une rare insolence.   34 Généreuse. Mais aussi : de mauvaise vie.   35 Besogner en tâche = Travailler à la pièce (et non à la journée). « Peintres et doreurs qui ont besongné en tasche. » Comptes des bâtiments du Roi. Même expression au v. 282.   36 Que je détache mon pourpoint.   37 Les poils du pubis. V. note 12.   38 Sans que vous ayez besoin d’aller chercher ailleurs.   39 Devant votre « bresche d’amour », comme l’appelle Guillaume Colletet. « Passant la main à la bresche, et n’y trouvant point de poil. » (Béroalde de Verville.)   40 Cependant, je vais voir si mon biberon sent les vents. [Je vais aérer mon pénis : je vais pisser.] Dans le Sermon joyeulx pour rire, les bouteilles sont les testicules : « Deulx bouteilles/ Qui sont pendues certainement/ Entre le cul et l’instrument. »   41 Une grande contrariété. « Tu me l’as ostée,/ Ma bourse ; j’en ay belle lettre ! » Farce du Savetier Calbain (BM 33).   42 C’est un plaisir. Mais n’oublions pas que le sucre désignait aussi le sperme : « Et mon pauvre vit barbouillé/ De sucre plus blanc que l’albastre. » Cabinet satyrique.   43 Marchez, allez-vous-en !   44 Un discoureur. C’est la différence entre ceux qui en parlent sans le faire, et ceux qui le font sans en parler : « J’ayme beaucoup mieulx vous le faire/ Trois fois que vous en dire un mot. » Farce de Naudet (BM 15).   45 Dire s’en va.   46 Il fait d’elle ce qu’il veut. « Ces phisiciens m’ont tué/ De ces broulliz qu’ilz m’ont fait boire ;/ Et toutesfois les fault-il croire :/ Ilz en œuvrent comme de cire. » Pathelin.   47 De quelle manière ? Mais on pourrait comprendre : Et en touchant quoi ? D’ailleurs, au vers 205, elle lui « serre les bourgeons » [les testicules, comparés ici à des excroissances duveteuses].   48 Pourvu.   49 Je n’y entends note : je n’y comprends rien. Raoullet assiste à la scène, mais on ne le remarquera qu’au vers 224.   50 Révolté. « Je suis mutin : pour un rien je me bats. » Les Matières du temps.   51 « Tiercer : Soumettre (la terre) à un troisième labour. » Godefroy.   52 En érection.   53 À mon aître, à mon domicile.   54 Un si faible cœur.   55 Un deuxième et un troisième labour.   56 Le Prince figurait dans le Jeu qui ouvrait le triptyque, mais il est déjà parti. (Gringore ne pouvait décemment compromettre le roi Louis XII dans cette pochade !) Il a laissé un de ses Sots pour rendre la Justice en son nom : Balletrou est en effet le seigneur du lieu (vers 257, 278, 295). Ce Balle-trou, sans rapport direct avec l’actuel trou de balle, désignait le phallus : « Ma seulle braguette espoussètera tous les hommes, et sainct Balletrou, qui dedans y repose, décrottera toutes les femmes. » Rabelais, Pantagruel 26.   57 Pour des broutilles. Les trois protagonistes ont rejoint Balletrou, qui trône de l’autre côté de la scène.   58 On prononçait « mon sieur », en 2 syllabes. Cf. le Testament Pathelin, v. 517.   59 Il prend d’emblée le parti de Doublette, et ne recule pas devant une galanterie.   60 Bonne poire.   61 Prenez cela en considération.   62 Et d’une ! (Cf. les Sotz ecclésiasticques, vers 164.) Mausecret, déçu de n’avoir pu profiter de Doublette, compte se venger en distillant plusieurs vacheries.   63 Note 35.   64 Il applique un des Nouveaulx Droitz de Guillaume Coquillart : « Ce Droit deffend à povre, à riche,/ De laisser par longues journées/ Povres femmelettes en friche/ Par faulte d’estre labourées. »   65 Je suis votre sujette, je dois vous obéir.   66 J’interjette.   67 Il sera jugé. Et les conclusions de cet appel servent de « morale » à la pièce.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :