LA RÉFORMERESSE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

LA  RÉFORMERESSE

*

 

 

Cette pièce écrite en Normandie après 1540 est une sottie protestante, comme la Mère de ville1 ; car les catholiques n’étaient pas les seuls à montrer d’heureuses dispositions pour la pornographie et la scatologie. Notre Réformeresse2 met par écrit les agissements des libertins, puis place cette confession sous une presse afin de « reformater » <vers 75> leur mauvaise vie.

Beaucoup d’auteurs dramatiques jouaient dans leurs pièces (Triboulet, Gringore, Lesnauderie…) : je pense que l’auteur anonyme de la Réformeresse tenait son propre rôle en la personne du 3ème Galant, ce qui rend plus savoureux les vers 239-257.

Source : Manuscrit La Vallière, folio 81 verso à 86 verso.

Structure : Rimes plates, avec 1 rondel double et 4 chansons.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

Farce à VI personnages

 

C’est assavoir :

     LA  RÉFORMERESSE

     LE  BADIN

     III  GALLANS

     UN  CLERQ

 

 

                                   LA  RÉFORMERESSE  comence    SCÈNE  I

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse ;

             Je mais chascun estat3 en presse

             Ainsy qu’il m’est préordonné.

                                   LE  BADIN4

5      Un serviteur bien ordonné

             Vous plai[rai]st-y poinct, ma mètresse ?

                                   LA  RÉFORMERESSE

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse.

             L’homme de savoir guerdonné5

10     Me fera révérence expresse

             Ou, comme une vielle compresse,

             Yl est de moy habandonné.

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse ;

15     Je mais chascun estat en presse

             Ainsy qu’il m’est préordonné.

                                   LE  BADIN

             Croyez que tantost, belle presse6

             Vous aurez,

             Puysqu’ainsy vous réformerez

20     Hommes et femmes par vos ars.

             [Ne] diront-y Domynus7 pars,

             Comme à ceulx qu’on donne couronne ?

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Qu’esse que cestuy fol blasonne,

             Qui me ront8 la teste en ce poinct ?

                                   LE  BADIN

25     Je demande s’y vous fault poinct

             De serviteur,

             Que je fusse réformateur

             Après que vous m’érez aprins9.

                                   LA  RÉFORMERESSE

             Quelz sçavoirs sont en toy comprins ?

30     Dy[-le-]moy, je te le commande10.

             Et davantage, je te demande

             Pourquoy tel instrument11 tu porte.

                                    LE  BADIN

             Pourquoy ? Sainct Jehan ! y me suporte12 ;

             Et sy13, par luy, j’ay du suport.

35     Passé dis ans14 je fusse mort,

             N’ust esté cestuy instrument.

             Souvent, mélancolieusement

             Vyvoys ; mais15, g’y prens mes esbas.

             Quant je voys contens16 ou débas,

40     Je prens l’instrument et m’en joue.

             Pour tant, se voulez que me loue

             [De vous, mectez-moy à l’essay :]17

             Vous vouérez que fère séray18.

                                   Le Badin sonne d’un sistre19 et chante.

              Dens Paris la bonne ville,

              L’Empereur20 est arivé.

45     Il y a eu mainte fille

              Qui a eu le cul rivé.

              Je l’ay dict et le diray ;

              C’est une chose avérée21,

              Je l’ay dict et le diray.

                                     LA  RÉFORMERESSE

50     Et ! vrayment, je vous retiendray22.

             Savez-vous bien telle chanson ?

             Y fault publier à plain son

             Les Estas23, qu’i nous viennent vouèr.

             Par ce poinct, on poura prévoir

55     Que ma presse soyt assouvye.

                                      LE  BADIN  joue et chante.

              Vous ferez follye,

              Mètresse, ma mye ;

              Vous ferez follye :

              Ne le faictes pas.

                                     LA  RÉFORMERESSE

60     Pourquoy [ne] m’apartient-y pas ?

             Je veulx qu’i souent24 tous réformés ;

             Au moins ceulx qui sont renommés

             De ne pas bien se25 gouverner.

                                     LE  BADIN

             Sainct Jehan ! vous érez beau corner26,

65     Sy en font rien qui soyt pour vous !

             Les prédicateurs, tous les jours,

             Braient27 et crient. Apetissez-les :

             Les chambèrières et valès

             Le[s] cressent28. Par bieu ! je le dis :

70     S’y devoyent perdre Paradis,

             Y n’en ferouent rien ; c’est simplesse.

                                     LA  RÉFORMERESSE

             Comment ? Je suys réformeresse ;

             Ne viendront-y poinct en ce lieu ?

                                     LE  BADIN

             Nénin. Foy que je doy à Dieu,

75     Vous aurez beau réformater.

             Mais penseryez-vous bien master29

             Les Estas et [les] mectre en presse30 ?

             Vous seriez plus grande mètresse

             Que n’est pas la femme d’un roy !

80     Mais (escoutez un peu), je croy,

             Un tas de petis populaires,

             Pour en presser un couple d’aires31,

             Cela ce peult bien avenir.

                                     LA  RÉFORMERESSE

             Toute foys, je veulx soutenir :

85     Y fault bien que ma presse serve

             Souèt à presser servant ou serve,

             Ou aultres gens en général.

 

                                 Icy entre[nt un Clerq et] III Galans, qui chantent :

             Nous sommes une bende             SCÈNE  II

            [Friande, galande]32, normande ;

90     Nous sommes une bende

             D’un joly cœur loyal.

                                     LE  PREMYER  GALANT

             Par le sang bieu ! j’ay le sommal

             De la teste persécuté :

              J’ay beu33, moy.

                                     [LE  IIIe  GALANT]

                                            Sy l’on34 eust esté

95     Chanter ainsy comme [l’]on chante,

             Vous eussiez eu plus de cinquante

             Personnes pour offrir à boyre.

             Maintenant, n’en est plus mémoyre.

             C’est pityé que gens sont recuictz35.

                                  LE  IIe  GALLANT

100    Quant est de moy, ma foy, j’en suys

             Fâché aussy bien comme toy ;

             Car pour lors, le Monde je voy

             Sy avaricieux et siche36.

             Il a pour nean[t] beau estre riche,

105    Les gallans ne s’amendent37 plus.

                                     LE  IIIe  GALANT

             J’ay veu que nous estions repus,

             Cheux les bourgoys, le temps passé ;

             Maintenant, tout y est cassé,

             Le tout sans avoir38 pié bouté.

110    S’un homme ne faict le conté39,

             On l’apelle fol et prodigue.

             On ne gaigne plus une figue ;

             Pour neant sommes-nous ramentus40.

                                    LE  CLERQ

             J’ay veu qu’on estions revestus41,

115    Entre no[u]s, chantres, serviteurs ;

             Mais pour cest heure, les flateurs

             Gardent qu(e) on ne [nous] donne rien.

             Eux-mesmes emportent le bien

             Qui apartient aux bons galans.

120    Or çà, n’en alons plus parlans,

             Mais disons deulx mos de chanson

             Pour passer nostre marisson42.

                                   Ilz chantent ensemble :

              Jacobin, la chose [est] tant doulcète43 !

 

                                    LE  BADIN44        SCÈNE  III

             Dormez-vous ? Qu’esse que vous faicte(s) ?

125    Vouécy de l’euvre45 qui nous vient.

             Je croy vrayment qu’i nous convyent

             Bien réformer ces gallans-cy.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Que sont-il ?

                                    LE  BADIN

                                   Enfans sans soucy46,

             Qui cherchent besongnes mal faictes.

130    C’est dommages qu’i n’ont receptes

             À requellir47 : quelz aplicans48 !

             Jamais les raseurs de G[u]ingans49

             N’alissent50 la sorte qu’i vont.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Va [leur] dire qu(e) on les semont51

135    Et somme de venir vers moy,

             Et que je les réformeray

             Et mectray en leur vraye essence52.

                                    LE  BADIN

             Par sainct Jehan, g’y voys. Mais je pence

             Qu’i parleront bien à vous, tous.

 

140    Dieu gard, messieurs !          SCÈNE  IV

                                    TOUS  ENSEMBLE

                                                 Que dictes-vous ?

                                    LE  BADIN53

             C’est ma mètresse qui vous mande

             Par moy, et aussy54 vous commande

             Que vous venez parler à elle.

                                    LE  PREMIER  GALANT

             Je vous prye, pour nostre querelle55,

145    Alon la vouèr.

             S’el[le] nous peûlt56 trèstous pourvoir,

             Nous serions ceste année hureux.

                                    LE  IIe  GALANT

             S’el me faisoyt chevalereux57,

             Je seroys hors d’un grand soulcy.

 

                                    LE  BADIN          SCÈNE  V

150    Dictes, mètresse, les vouécy.

             Commandez [tout] ce qu’il vous plaist.58

             Y ne leur fault guère de plaist59 :

             Plaisans ilz sont et triumphans.

                                    TOUS  ENSEMBLE

             Honneur, Dame !

                                    LA  RÉFORMERESSE

                                             A ! [mes] beaux enfans,

155    Vous soyez les trèsbien venus !

            Qui vous gouverne ?

                                    TOUS  ENSEMBLE

                                                 Vénus60.

                                    LE  BADIN

             Vouère ! Ménestr[i]eurs et chantres61,

             Bien souvent telz gens ont les chancres62,

             Poursuyvans leurs plaisirs menus.

                                    LA  RÉFORMERESSE

160    Chascun de vous estes tenus

             De me livrer cy, par estat63,

             Toute vostre vye et estat,

             Affin qu’ilz souent boutés en presse.

                                    LE  IIe  GALANT

             Ma dame la Réformeresse,

165    Nous n’avon estat ne demy64,

             Quoy qu’il soyt.

                                    LA  RÉFORMERESSE

                                         Voy(e)là, mon amy :

             Y fault que je l’aye65. Et le vostre ?

                                    LE  IIIe  GALANT

             Aussy vray que la patenostre66,

             Je diray le mien sans mentir.

                                    LE  CLERQ

170    Et moy, je vous veux advertir

             Que ne mentiray nulement.

 

                                    LE  BADIN  escript

             Or çà donc[ques], premièrement,

             Je m’en voys là [le] vostre escripre.

             S’il y a un peu à construyre67,

175    Il amendera à la presse.

             Vostre nom ?

                                    LE  IIe  GALANT

                                     Raul.

                                    LE  PREMIER  GALANT

                                                 Je le confesse.

                                    LE  BADIN  escript

             Esse pas Raul le Mal-pencé68 ?

                                    LE  [PREMIER  GALANT]69

             Et qui, tous les deables, eust pencé

             Qu’il eust sceu mon surnom par cœur ?

180    Vertu bieu, quel fin docteur !

             N’y mectez rien que vérité.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Tout le bien qu’avez mérité,

             Récitez-le, c’est vostre charge.

                                    LE  PREMIER  GALANT

             Quel bien ? J’ay un pourpoinct de sarge70 ;

185    C’est tout ce que j’ay pratiqué71.

                                    LE  BADIN  escript

             Avez-vous poinct communiqué

             Aultre foys en lieux dissolus ?

                                    LE  [PREMIERGALANT

             Et ! ouy dea.

                                    LE  BADIN

                                   Et puys les karolus72,

             De vos jeux, s’y treuvent fessés73 ?

                                    LE  PREMIER  GALANT

190    Que deable, vous en congnoissez !

             A ! vous estes trop fin pour moy.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Au demourant ?

                                    LE  [PREMIERGALANT

                                          Je le diray :

             J’ay beu, mengé et faict grand chère74.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Donné pour Dieu ?

                                    LE  BADIN

                                                Par ma foy, guère :

195    Ce n’est pas tous le[s] jours un soult.

                                    LE  PREMIER  GALANT

             Par Nostre Dame ! y congnoyt tout.

             Je pense, moy, qu’il soyt propheste.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Escrivez qu’on demeure en reste

             Au tavernier souvente foys,

200    Quant y convyent que les bourgoys75

             Leur donnent présens trop petis.

                                    LE  [PREMIERGALANT

             Ouy vrayment, des foys plus de dis76.

             Voy(e)là le mot qui clost la lestre.

                                    LE  BADIN

             Y fault cecy en presse mectre,

205    On vouerra s’il amendera.

 

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Çà ! après, qui commencera ?

             Ménestr[i]eur, tost aprochez,

             Que vous soyez tous despeschés

             Et réformés trètous ensemble.

                                    LE  [IIe]  GALANT

210    Je le veux bien.

                                    LE  BADIN

                                         In Gen77 ! y me semble

             Que cest estat-cy vauldra deux :

             Je congnoy des ménestrieux

             Qui sont plus paillars que marmos78.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Soudain abrégez en deulx mos,

215    Que vostre estat tost on congnoisse.

                                    LE  IIe  GALANT

             Ma dame la Réformeresse,

             Vray est que je suys amoureux.

             À dire, je m’en tiens joyeux

             Quant y fault que ma mye j’enjambe.

                                    LE  BADIN

220    N’en79 avez-vous poinct eu la « jambe »

             Aucune foys grosse par bas80 ?

                                    LE  IIe  GALANT

            Ouy dea.

                                    LE  BADIN

                           Et vouélà mes esbas !

             De telz gens, je say la légende.

             Par Dieu ! je veulx qu[e l’]on me pende

225    Se bien d’aultres on ne desgorge !

                                    LE  IIe  GALANT

             Quant je voy « l’amoureuse forge81 »,

             Je suys d’y hanter82 curieux.

                                    LE  BADIN

             Vous di-ge pas ? Ménestrieu(r)x,

             Musiciens, joueurs de Farces :

230    Yl ayment ces petites garces

             Plus qu’i ne font83 leur Créateur.

 

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Çà, monssieur le compositeur84,

             Venez vers moy prendre l’adresse85.

                                 LE  BADIN

             Y fault cecy bouter en presse.
235    Il amendera, ce pensai-ge.

                                    LA  RÉFORMERESSE

             Que dictes-vous ?

                                    LE  IIIe  GALANT

                                            Moy ? Et que say-ge !

             Voulez-vous presser mon honneur ?

                                    LE  BADIN

             Quel pratique86 ?

                                    [LE  IIIe  GALANT]87

                                             Compositeur.

                                    LE  BADIN

             Faiseur de Farces et de rimes ?

240    A ! il y a en eux des crimes,

             Sur ma foy, aussy bien qu’aux aultres.

             Et quelque foys, entre les vostres88,

             Faictes-vous poinct quelque dizain,

             Quelque rondeau, quelque huictain

245    Pour envoyer à vostre amye ?

                                    LE  IIIe  GALANT

             Ouy, bien souvent ; mais ce n’est mye

             De jour : cela se faict de nuict89.

                                    LE  BADIN

             Alez, alez, tout s’entresuyct :90

             Y sont tous sus le « bas métier91 ».

                                    LA  RÉFORMERESSE

250    Un facteur92 est-y [à] chastier

             Comme chantres ou ménestreu(r)s ?

                                    LE  BADIN

             Et ouy, ouy, y le sont plus qu’eux.

             Y le narent en leur devise93.

             J’en congnoys à la court d’église,

255    À94 la court laye et haulte court ;

             Mais par Dieu, jamais un chien court95

             Ne fut plus paillard qu’i sont tous !

             Je le voys bouter là-dessoublz

             Et le presser bien fermement.

 

                                    LA  RÉFORMERESSE96

260    Or çà, çà, le beau filz ! vitement,

             Dictes vérité sans rudesse.

                                    LE  CLERQ

             Ma dame la Réformeresse,

             Je la diray sy je la sçays.

                                    LE  BADIN

             Avez-vous pas97 aucunefoys,

265    Quant quelc’une alez98 réveiller,

             Pencé là : « Soublz vostre oreiller,

             Mon Dieu, vouélà un beau téton ! »

             Et99, chantant le petit dicton,

             Dire : « Pleust à Dieu estre grand,

270    Et estre là le demourant

             De la nuict, avec ceste dame ! »

                                    LE  CLERQ

             Ouy, yl est vray.

                                    LE  BADIN

                                       Et ! par mon âme,

             Je vous en croys, n’en jurez jà !

                                    [LA  RÉFORMERESSE]

             Or çà, vous commencez100 deisjà

275    À penser à ceste folye ?

 

                                    LE  PREMYER  GALANT

             Pour éviter mélencolye,

             Presseur qui pressez nos estas,

             Laissez-les en la presse à tas ;

             Puys demain, seront despressés.

280    Affin que vous resjouyssez

             Les honnestes gens de ce lieu,

             Une chanson pour dire adieu !101

 

                                                         FINIS

*

1 C’est-à-dire : la merde vile. (LV 28.)   2 Dans la moralité rouennaise des Povres deables (LV 16), le personnage de la Réformeresse n’est autre que « Proserpine, la déesse d’Enfer ». Ladite pièce est donc catholique.   3 Je mets sous la presse chaque état, chaque condition.   4 LV relègue ce 2° quatrain à la fin du rondel, après le vers 16.   5 Doté du savoir.   6 Une belle affluence.   7 LV : domynus que  (« Les paroles que le clerc profère en prenant la tonsure sont celles-cy : Dominus pars hereditatis meae… » Catéchismes, 1690.)  Au vers suivant, couronne = tonsure.   8 LV : rend  (Qui me rompt.)   9 Que vous m’aurez appris.   10 LV : demande  (à la rime.)   11 Un cistre, avec lequel le Badin s’accompagne quand il chante. Voir la note 19.   12 Il me fait vivre.   13 Et aussi, et donc.   14 Il y a dix ans que.   15 Désormais.   16 Des contentieux, des disputes.   17 Vers manquant. « Mettez-moy à l’essay, & vous recognoistrez que mes paroles sont les vrayes images de mon cœur. » H. C. Chastelleraudois.   18 Vous verrez ce que je saurai faire.   19 Les premiers éditeurs ont lu « fifre », et leurs successeurs les ont suivis sans recourir au manuscrit, qui porte indubitablement « sistre ». Toutefois, la graphie est ambiguë : le sistre, vieil instrument qu’on agitait pour marquer le rythme, est encore nommé à cette époque, mais uniquement dans des textes concernant l’Antiquité. Notre Badin joue donc du cistre, un instrument à cordes pincées en vogue dans ces années-là.   20 Charles Quint, le 1er janvier 1540. Cet événement donna lieu à une autre chanson, beaucoup plus sortable : « Quand l’empereur de Rome/ Arriva dans Paris. »   21 LV : ariue  (« C’est un fait avéré. Une chose avérée. » Dict. de l’Académie françoise.)   22 Je vais vous embaucher.   23 La tenue des États généraux, réunissant les trois États. « Les trois Estats du Royaume sont le Clergé, la Noblesse & le tiers Estat. » Dict. de l’Académie françoise.   24 Qu’ils soient (prononcé « swè »). Au vers 71, ferouent = feraient.   25 LV : leur   26 LV : sorner  (« Vous aurez beau corner/ S’il vous revient jamais aulcune corne. » Responce à l’Abbé des Conardz de Rouen.)  Le vers proverbial « Sainct Jehan ! vous aurez beau corner » apparaît dans une autre sottie normande du ms. La Vallière, Troys Gallans et Phlipot.   27 LV : Braist   28 Les accroissent, leur redonnent de l’influence aux dépens des huguenots. La doctrine de Luther toucha les intellectuels bien avant d’atteindre le peuple.   29 Mater, dompter.   30 Contrepèterie protestante : « les prêtres en messe. » Le clergé constituait l’un des trois ordres qui participaient aux États généraux.   31 Pendant 2 heures. Heure pouvait s’écrire oire : « Si fait tant, en poi [peu] d’oire. » (Godefroy.) En Normandie, oire se prononçait aire, et on écrivait « beire » ou « creire ». Ce vers est problématique malgré tout, puisque « couple » devrait être féminin : « Laissez bouilloner les matières ensemble pandant une couple d’heures. » (Jacques de Solleysel.)   32 LV : Galande friande  (C’est l’adaptation d’une chanson rapportée dans la farce du Savetier Calbain <BM 33> : « Je suis allemande, friscande, gallande./ Je suis allemande, fille d’ung Allemand. » Brown <Music in the french secular theater, n° 315> suggère d’autres sources, mais pas celle-là, qu’il étudie au n° 219.)   33 LV : veu  (Il a mal au crâne pour avoir trop bu.)   34 LV : nous  (Si nous avions chanté aussi bien.)  Philippe de Vigneulles confirme que « les Enffans sans soucy (…) chantoient tant bien que merveille ».   35 Comme les gens sont retors. « Et si félon et si recuit. » Godefroy.   36 Chiche, pingre. Ce Monde, qui est riche mais qui refuse l’aumône à trois Galants, est le héros d’une moralité normande du même manuscrit : Les troys Galans et le Monde qu’on faict paistre.   37 LV : mamendent  (S’amender = s’enrichir.)   38 LV : le  (Sans y avoir mis un pied.)   39 L’économe, celui qui a compté.   40 Rappelés à leur bon souvenir.   41 J’ai connu un temps où nous étions bien vêtus.   42 Notre contrariété.   43 Brown (n°256) identifie cette chanson avec L’autre jour de bon matin, de Clément Janequin : Guillemette, couchée sous un pèlerin, l’encourage ainsi : « Guigne [cogne], pélerin !/ La chose est tant doulcette. »   44 Il interroge la Réformeresse, qui écoute de loin le quatuor.   45 De l’ouvrage, du travail.   46 La « bande normande » (v. 89) des Enfants sans souci était une confrérie joyeuse qui s’adonnait au théâtre comique. En 1512, Clément Marot leur consacra une ballade, Des Enfans sans soucy, dans laquelle il est déjà question de marrisson, de chanter, de simplesse, de boire, de presse, d’amour, de Vénus, etc.   47 Qu’ils n’aient pas de rentrées d’argent à recueillir.   48 Gaillards. « Vélà ne sçay quelz appliquans/ Qui pourroient estre répliquans,/ Se nous disons rien de travers. » Sottie des Coppieurs (T 8).   49 Les rasoirs de Guingamp étaient réputés : « Oncques rasouèr de Guingant/ Ne fut plus affilé qu’elle est. » (Sottie de la Pippée.) Les raseurs de Guingamp devaient donc être rapides et adroits.   50 LV : nalist a  (N’alissent = n’allassent. « Que (…) toutes filles communes s’en allissent demourer au bordelz. » Jehan Aubrion.)  51 Que je les convoque.   52 Dans la vraie religion (celle des protestants), qui s’opposait à la vraie religion (celle des catholiques).   53 LV ajoute dessous : venu suys par deuers vous   54 LV : on   55 LV : apetis  (Querelle = cause, profit. « Ils bataillent pour nous & pour nostre querelle. » Calvin.)   56 Pût.   57 Fastueux comme un chevalier. « Sondeur suys de bas instrumens [de vulves],/ En amours vray chevalereux. » Les Povres deables (LV 16).   58 Même vers dans le Cousturier et son Varlet (LV 20), ce qui confirme ma correction.   59 De plaidoiries, de discours.   60 « Par Vénus gouverné,/ Qui rend homme amoureux en son adolescence. » Ronsard.   61 Les joueurs de vielle et les chanteurs profanes menaient une vie de bohème assez débridée. En jouant des aubades ou des sérénades, ils mettaient leur art au service des galants désireux de séduire une belle. Leur répertoire comprenait beaucoup de chansons gaillardes, souvent sur des poèmes de Clément Marot, qui était proche des réformateurs.   62 Des maladies vénériennes.   63 Sous la forme d’un mémoire.   64 Ni même la moitié d’un.   65 LV : les  (Ensuite, la Réformeresse parle aux autres Galants.)   66 Le Pater noster.   67 À améliorer. Le Badin s’adresse au 1er Galant.   68 Maulpensé [mal nourri] est un personnage du Capitaine Mal-en-point.   69 LV : IIIe g  (Comme d’habitude, le copiste du ms. La Vallière suit mécaniquement l’alternance Ie, IIe, IIIe, et ne s’occupe pas de l’action. Le 1er Galant, Raoul le Mal-pansé, est chantre <chanteur profane> ; le 2ème Galant est ménestreur <joueur de vielle> ; le 3ème Galant est compositeur <poète>. Toutes les rubriques entre [ ] étaient fausses.)   70 De serge, d’étoffe légère. Il croit qu’on lui parle de ses biens matériels.   71 Gagné.   72 Pièces de monnaie frappées sous Charles VIII.   73 Claqués, dépensés au jeu.   74 « Des goinfres & des desbauchéz qui s’appellent autrement enfants sans soucy, qui ne cherchent qu’à se divertir. » Furetière.   75 Les bourgeois qui entretiennent les Galants : voir le vers 107.   76 C’est arrivé plus de dix fois.   77 Abréviation normande de saint Jean. « –L’instrument [votre vulve]/ Y fauldra bien que l’on me preste./ –In Gen ! beau sire, sy je le preste,/ Que l’on me pende sans mercy ! » Jehan de Lagny, badin (LV 31).   78 Que des singes.   79 LV : Et men   80 L’œdème des jambes n’est pas un symptôme syphilitique, contrairement au chancre de la verge (vers 158). Les prétentieux nommaient leur pénis « la jambe du milieu », ou « la troisième jambe » (la terza gamba).   81 Métaphore érotique désignant le sexe de la femme.   82 Fréquenter. Jeu de mots sur enter [greffer]. « Monseigneur m’a conneue/ Et hanté[e] naturellement. » (Mistère du Viel Testament.) Cf. les Sotz qui remetent en point Bon Temps, vers 53.   83 Qu’ils n’aiment.   84 Poète, qui compose du théâtre en vers. (On examine le cas du 3ème Galant.)   85 Pour être redressé. « Y metre correpcion [correction] et adresce se le cas le doit. » Godefroy.   86 Quel métier ? LV ajoute : est il   87 LV : la reformeresse   88 LV : aultres  (Entre vous.)   89 « Dessus le soir, pour l’amour de s’amye,/ Devant son huys la petite chanson. » Marot, Des Enfans sans soucy.   90 LV ajoute dessous : farceurs rimeurs et rimaleurs   91 Le coït. « Et jouèrent tant du bas mestier que plus ne povoient. » Cent Nouvelles nouvelles.   92 Un faiseur de vers.   93 « Amour », la devise des poètes, engendra une célèbre chanson : J’ay pris Amours en ma devise (Löpelmann, n° 470). Cf. Ung jeune moyne, vers 271.   94 LV : de  (La cour laie [laïque] est un tribunal séculier, au contraire de la cour d’église.)  Les basochiens qui œuvraient dans les tribunaux étaient fort impliqués dans le théâtre comique ; voir par exemple la Sotie pour porter les présens.   95 Un courtaud, dont on a coupé la queue.   96 Elle s’adresse au clerc, c.-à-d. à l’étudiant.   97 LV : veu   98 LV : aues  (Certains clercs étaient en pension chez un professeur ; ledit professeur se levant aux aurores, on peut supposer que le clerc avait la mission de réveiller sa femme plus tard.)   99 LV : en   100 LV : penses   101 En farce, tout finit par des chansons. Mais cette fin abrupte pourrait indiquer que l’ultime feuillet a disparu, ou que la pièce est inachevée (ce qui expliquerait les vers incomplets). Plus il y avait de personnages, plus la pièce était longue : on n’aurait jamais enrôlé six acteurs pour jouer 282 vers. À titre de comparaison, la Farce à sis personnages du Poulier (LV 27) fait 744 vers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :