LE DORELLOT AUX FEMMES

Adultère (XVº s.)

Adultère (XVº s.)

*

LE  DORELLOT

AUX  FEMMES

*

Cette farce date probablement de la fin du XVe siècle. Outre le caractère de la femme vénale, du mari faible et de l’amant idéaliste, elle fait de nombreux emprunts au Povre Jouhan : vers 26, 62-63, 71, 328, 368, etc. On peut aussi lui trouver des points communs avec les Amoureux qui ont les botines Gaultier (F 9). Notre pièce illustre une expression, « avoir la chemise [de] Bertrand », c’est-à-dire : se contenter des restes dont un autre ne veut plus.

Source : Recueil de Florence, nº 24.

Structure : Rimes plates, avec 2 chansons, 2 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce nouvelle trèsbonne & fort joyeuse du

Dorellot aux femmes

qui en a la chemise Bertrand

*

À quatre personaiges, c’est assavoir :

      BERTRAND

      SADINETTE

      LE  DORELOT

      FAICTE-AU-MESTIER

*

 

                                              BERTRAND  commence   SCÈNE  I

              Mon tecton1 !

                                              SADINETTE 2,  femme Bertrand

                                    Et ! hay avant, hay !

                                             BERTRAND

              Sans me faire plus de délay,

              Seray-je point baisé en l’œil ?

                                            SADINETTE

              Haro ! Et d’où vient cest orgueil ?

                                           BERTRAND

5     Ma poupée !

                                           SADINETTE

                                  Tant de fatras !

                                           BERTRAND

              Le vous feray-je3 ?

                                           SADINETTE

                                          Ouy dea, trois4,

              Encore beaucop, par saint Pierre !

                                          BERTRAND

              M’amye !

                                          SADINETTE

                           Quoy ?

                                         BERTRAND

                                       Dont vient tel guerre ?

              Qu’avez-vous, ma doulce rousée ?

                                        SADINETTE

10     Et ! rien, rien.

                                        BERTRAND

                                         Estes-vous coursée5

              Contre moy ? [Hélas !] qu’ay-je fait ?

                                        SADINETTE

              Tant dire !

                                       BERTRAND

                               Mon cueur !

                                       SADINETTE

                                                    Tant de plait6 !

              Ha ! que vous estes ennuyeulx.

              Laissez-m(oy) en paix !

                                       BERTRAND

                                                 Bien je le veulx.

15     Mais belle dame, dictes-moy

              Ung bon mot7.

                                       SADINETTE

                                    Aÿe ! laissez-moy !

                                      BERTRAND

              Qu’avez-vous, estes-vous malade ?

                                      SADINETTE

              Nenny, que vous estes maussade8 !

                                      BERTRAND

              Acollez-moy, ma doulce conne9.

20     Ferez-vous ?

                                      SADINETTE

                                      Encor(e) ?

                                     BERTRAND

                                                       Ma mignonne !

                                     SADINETTE

              Cecy !

                                    BERTRAND

                        Mon tout, mon entretant10,

              Baisez-moy !

                                   SADINETE

                                  Et trut, trut avant11 !

              Fouet à l’huys12 ! (Ilz sont passéz13 ?)

              Tant de mines14 !

                                   BERTRAND

                                        Vous vous farsez15 ?

25     Et don[t] viennent ces petis motz ?

                                   SADINETE

              Mon Dieu, qu’il en y a16 de sotz !

              (Quant tout le monde est [es]levay17,

              [L’]est-il ?)

                                  BERTRAND

                                Suis-je bien arrivay18 ?

              Tournez-vous deçà, mon trèstout,

30     Et d’ung beau baston à ung bout19

              Aurez, avant que je repose,

              Doze fois.

                                   SADINETE

                            Hélas, doulce chose !

               (Vueillez m’acoller ce pourceau20 !)

                                  BERTRAND

              Ma femme…

                                  SADINETE

                                Tenez, quel joyau21 !

35     (Hélas ! et qu’ilz ne le me font !)

                                  BERTRAND

              Qu’esse-ci ? Comment on respond !

              Auffort, il n’est que d’endurer.

                                 SADINETE

              Vous deveriez beaucop durer.

                                 BERTRAND

              Comme quoy22 ?

                                 SADINETE

                                        Vous estes bien neuf23.

                                 BERTRAND

40     (Ataché24 !)

                                 SADINETE

                                   Avez-vous point seuf25 ?

              Il vous fault boire ceste honte26.

                                  BERTRAND

              Ha, dea ! vous avez vostre compte.

              Nous sommes bien : ma dame sue.27

                                  SADINETTE

              Tenez cy : suis-je bien pourveue,

45     Ne suis-je pas bien endouée28 ?

                                  BERTRAND

              Allons !

                                  SADI[NETTE]

                          (Je suis ailleurs vouée,

              C’est bien du moins de mon soucy.)

              Tant de prières !

                                  BERTRAND

                                         Qu’esse-cy ?

              Et ! dictes-moy, se vous voulez,

50     Qu’il y a29.

                                 SADINETE

                                (Quoy ! ilz sont couchéz ?)

              Mon amy, le logis est plain ;

              Nous sommes bien ! C’est à demain.

              (Je n’ai rien, encor une fois.

              Vécy grant hideur !)

                                   BER[TRAND]30

                                                Je m’en vois31,

55     Par le ventre bieu, par despit.

                                   SADINETTE

              Par Nostre Dame, c’est bien dit :

              Vous me pugnirez par ce point32.

 

                                   BERTRAND         SCÈNE  II

              Ventre Dieu ! me baill’on de l’oingt33 ?

              Je suis fort en sa malle34 grâce.

60     Quel remède ? Ho ! je m’en passe,

              Pour le présent, d’en plus parler.

              Se ne luy laisse bien ronger

              Son frain, que je n’en aye rien !

 

                          FAICTE-AU-MESTIER,  maquerelle35   SCÈNE III

              Qui est céans ? Y puis-je bien36,

65     Tant doulcette ?

                                   SADINETTE

                                           Hay ! ma commère,

              Comment vous portez-vous ? Quel cherre ?

              Qui vous maine en ce quartier ?

              S’il y a rien sur le mestier37,

              Je te prie qu’on le m’entame38.

                                  FAICTE[-AU-MESTIER]

70     Et ! je vous viens veoir, belle dame.

              Il est grant maistre, qui vous voit39.

                                   SADINETTE

              Dieu le scet !

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                                  J’ay veu qu’on souloit40

              T’entretenir au moins aux festes.

                                   SADINETTE

              Ha ! que c’est bien dit ! Que vous estes

75     Grant baveuse41, quant vous voullez !

                                  FAICTE-AU-MESTIER

              Je croy que vous [me congnoissez]42.

              Et ! bien, bien…

                                  SADINETTE

                                        Dieux ! où sommes-nous ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

              Et puis, comment en estes-vous ?

                                  SADINETTE

              De qui ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                          De vostre beau mary.

                                  SADINETTE

80     Comment ? Je l’ay bien fait marry,

              Je l’ay bien mys en fièvres blanches43.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

              Je me fais fort que tu luy trenches

              (Ne fais pas ?) de la précieuse44.

                                 SADINETTE

              Non, guère.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

                               Quel religieuse !

                                 SADINETTE

85     Il ne scet comment me complaire ;

              Car, par Dieu, je le vous fais taire

              Et bouter dedans ung pinot45,

              Se je veulx.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

                              Hé ! povre Jhannot46 !

                                  SADINETTE

              Oultre plus, je le fais lever

90     Pour me bailler l’eau à laver,

              Ou pour m’aller quérir le pot

              À l’orine.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                              Povre Jhannot,

              Tu es vray martir en ce monde.

                                  SADINETTE

              Vous n’avez garde qu’il réponde,

95     Pour injure que je luy disse,

                                 FAICTE-AU-MESTIER

              Non ?

                                 SADINETTE

                       Non, non, que je ne luy fisse

              Tantost rabaisser son caquet.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

              En effet, je voy bien que c’est :

              Il n’oseroit sonner ung mot

100    Contre toy.

                                 SADINETTE

                                    Et ouy dea, tantost

             (Par Nostre Dame) si hardy.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Je t’en croy. Mais laissons cecy.

             Vien çà. Depuis quant ne vis-tu

             (Je l’ay bien aultreffois congneu)

105    Cestuy-là ?

                                    SADINETTE

                                   Qui ?

                                    FAICTE-AU-MESTIER

                                             Ton dorelot47,

             Ton mignon, ton petit fallot48,

             Que sçay-je ? ton gouvernement49.

                                     SADINETTE

             Je le vy l’autre jour, vray(e)ment,

             Au moustier50, en oyant la messe.

                                    FAICTE-AU-MESTIER

110    Y eut-il point quelque promesse

            N(e) heure assignée51 nullement ?

                                    SADINETE

            Nenny, par bieu !

                                    FAICTE-AU-MESTIER

                                         Non ?

                                    SADINETTE

                                                  Seurement,

             Car je faignois ne le veoir point.

                                   FAICTE-AU-MESTIER

             Ton dorelot est en tel point

115    Qu’il ne scet [s’il est]52 homme ou femme.

                                   SADINETTE

             Mais par bieu…

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                                      Voire, sur mon âme !

             Bref, il n’en dort ne [nuyt ne jour]53.

             Il en pert les piedz54.

                                   SADINETTE

                                               J’ay grant paour

             Qu’il y laisse ung jour sa plume55.

                                   FAICTE-AU-MESTIER

120    Il veult56 ensuivre la coustume ;

             Croyez qu’il en est bien féru.

                                   SADINETTE

             Mais par bieu…

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                                      Je n’eusse pas creu

             Qu’il en eust bouté com il fait.

                                   SADINETTE

             Mais de vray ?

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                                    Il est plus deffait

125    Et blesme que n’est ung drappeau57.

                                    SADINETTE

             Et ne scet-il aller tout beau ?

             De quoy s’échauffe58 le jeune homme ?

             Il pert sa peine, c’est la somme59 :

             Il fault qu’autre face son cours60.

                                  FAICTE-AU-MESTIER61

130    Par bieu ! il fist hier bien cent tours

             Par cy-devant pour te trouver.

                                  SADINETTE

             Il ne vault rien, non, pour foncer62.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

             Pourquoy ?

                                 SADINETTE

                               Il est trop bas de poil63 ;

             Je croy qu’il fut né à Nouël64,

135    Ou [bien] qu’il a esté pelé.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

             Je m’en doubte : il est gelé,

             Il est defferray tout à plat65.

                                  SADINETTE

             Vous le voyez eschac et mat.

             Ainsi est le gallant galé66.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

140    C’est cela ; il a tant fillé67

             Et foncé, qu’il n’a plus que frire.

                                 SADINETTE

             Et s’il revient ?

                                 FAICTE-AU-MESTIER

                                     Il luy fault dire

             Que les fourriers68 y ont esté,

             Qui y ont ung autre bouté,

145    Et que tout le logis est plain.

                                  SADINETTE

             Et qu’il revienne quant ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                                                       Demain.

             Par ce point, sera débouté.

                                  SADINETTE

             Il sera de moy bien traicté,

             Pourveu que tout premièrement

150    Il fournisse l’appointement69.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Et sans cela ?

                                  SADINETTE

                                  Fouet à l’huis !

             Ha ! il foncera, se je puis,

             Ou il y laissera l’endosse70.

             Vélà tout.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                            C’est com on escosse

155    Les galans qui n’ont point de pluc71,

             Au fort.

                                  SADINETTE

                          Frappé-je pas au but ?

             Vélà le cas, vélà la guise.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Ha ! s’il n’en a doncques ?

                                  SADINETTE

                                                        [De prise ?

             Fouet à l’huis ! Fy du]72 pelé,

160    Fy, fy !

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                          La croix bieu ! c’est parlé

             Proprement et de main de maistre.

                                  SADINETTE

             N’est pas donc ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                                         Tu es digne d’estre

             La mignonne d’ung petit roy,

             Par Dieu !

                                  SADINETTE

                              Suis pas ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                                            Ouy, par ma foy.

165    Tu scèz tout ce qu’il en peut estre ;

             Tu es faicte73.

                                  SADINETTE

                               C’est bien dit, Maistre :

             Je ne suis que ton escollière.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Par mon serment ! tu es ouvrière,

             Liève quant tu veux ta bouticle.

                                   SADINETTE74

170    C’est trop parlé de la manicle75.

             Faicte-au-mestier, par [ton] serment,

             Vidz-tu [pas] mon gouvernement76 ?

             Piéçà77 je cuide qu’il est mort.

                                   FAICTE-AU-MESTIER

             Ha ! par le corps bieu, il a tort

175    Qu’il ne s’acquicte autrement

             De te venir veoir.

                                  SADINETTE

                                       Voirement78.

             Car j’ay veu qu’il ne passoit jour

             Qu’il ne vînt faire cy ung tour.

             J’ay peur qu’il ne prenne moustarde

180    Autre part. Certes, il me tarde

             Merveilleusement de le veoir.

 

                                  LE  DORELOT  [chante]     SCÈNE  IV

             Est-il possible de faire son debvoir

             Plus loyaument, ne mieulx soy aquiter ?

             N’est-il possible à engin79 concepvoir

185    Les maulx qu’on a pour loyaument aymer ?

             Par Dieu, nenny. Car je m’ose vanter

             Que pour servir amours de loial cueur,

             Je suis celuy qui y veulx employer

             Corps et âme. Mais touteffois, j’é peur

190    Que celle en qui est [lors] mon seul refuge

             Me80 mescongnoisse, veu le piteux déluge

             Là où Fortune m’a mis tout desnué…

             Mais quel remède ? Il est de moy sué81.

             Je ne désire autre chose, ne vueil

195    Tant seulement que d’elle un doux acueil.

             Or ne fault-il qu’un bon hazart ;

             Et ! par Dieu, jà homme couart

             N’acquerra jamais belle dame.

             Iray-je ? Et ouy, sur mon âme :

200    Il n’a rien, qui ne s’adventure.82

 

             Qui est céans83 ?           SCÈNE  V

                                   SADINETTE

                                       Je vous asseure

             Que vécy mon gouvernement84

             Qui vient.

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                            Mais par Dieu…

                                   SADINETTE

                                                      Ouy, vray(e)ment.

             Belle dame, Faicte-au-mestier,

205    Va-y veoir.

                                    FAICTE-AU-MESTIER

                                   Feray-je l’entrer ?

                                    SADINETTE

             Ouy. Mais se c’est mon dorelot,

             Dy-luy que tu reviens tantost

             Et que je suis ung tantinet

             Empeschée. S’il n’est mye nect85,

210    Hardiment que je n’en ayes rien !

                                     FAICTE-AU-MESTIER

             Mais scès-tu bien par quel moyen86

             Tu te deschargeras de luy ?

                                     SADINETTE

             Se je [le] sçay bien ? Et ! ouy, ouy,

             Va veoir qui c’est [tant] seullement.

 

                                     FAICTE-AU-MESTIER 87    SCÈNE  VI

215    Qui esse-là ?

                                     LE  DORELOT

                                     C’est ung gallant.

                                     FAICTE-AU-MESTIER 88

             Que demandez-vous, mon amy ?

                                     LE  DORELOT

             Or escoutez, avez-vous ouÿ ?

             Je vous demande en mariage,

             M’amye.

                                     FAICTE-AU-MESTIER

                             Dieux, quel avantage !

220    Vostre « amye » n’est pas si noire89.

             Qu’i a-il, de par Dieu ?

                                     LE  DORELOT

                                                    Quoy ?

                                     FAICTE-AU-MESTIER

                                                                Voire.

                                     LE  DORELOT

             Sadinette est el[le] céans ?

                                     FAICTE-AU-MESTIER

             S’elle y est ? Ouÿ dea… riens, riens90 !

             À l’autre huys allez [veoir], mon frère.

                                     LE  DORELOT

225    Et dea ! ne soyez pas si fière.

             Qu[e j’]ayes [d’]audience ung seul mot !

             Dictes-luy que c’est son dor(e)lot,

             Qui l’a autreffois gouvernée.

                                     FAICTE-AU-MESTIER

             Elle est ailleurs embesongnée91,

230    Mon amy. Dieu vous face bien !

                                    LE  DORELOT

             Et ! pour Dieu, soyez mon moyen92 :

             Je vous donray ung chapperon,

             Par le ventre bieu !

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                                             Nenny non !

             En a-l’en93 ainsi pour des prunes ?

235    Eschec94 ! Allez à ces communes95 !

             Noz amys, vous vous abusez96.

 

                                   SADINETE       SCÈNE  VII

             Qui esse ? Comment vous musez !

             Luy fault-il tenir tant de plait ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             C’est vostre dorelot.

                                  SADINETTE

                                              Non est !

240    Et que veult-il, le bon seigneur ?

             En a-il ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                          Par bieu ! j’ay grant peur

             Qu’il ne soit des plus bas perséz97.

                                  SADINETTE

             Il (y) en aura donc de farséz98

             Bien au vif. Fay, fay-le venir !

                                  FAICTE-AU-MESTIER

245    Et s’il n’en veult compte tenir,

             Quel pars ?

                                 SADINETTE

                              Ung beau congié de Court,

             [Ung] vidimus sans queue99.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

                                                            Tout court ?

                                  SADINETTE

             Que veulx-tu, n’esse pas assez ?

             Fay-le venir sans plus.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                                                  Passez.

                                  SADINETTE

250    S’il en a, on me puist est[r]aindre

             S’il n’est bien achevay de paindre100 !

             Hardiment que je n’en ayes rien !101

 

                                 FAICTE-AU-MESTIER102    SCÈNE  VIII

             Çà, où estes-vous ? Je revien.

             Saint Jaques ! je l’ay tant preschée

255    Qu’en la fin s’i est accordée,

             Moyennant aussi, par tel si103,

             En tout bien…

                                  LE  DORELOT

                                     La sienne mercy

             Et la104 vostre, Faicte-au-mestier !

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Il n’y a de quoy. Çà, entrer !

                                  LE  DORELOT  [chante]

260    Ma seulle pensée,

             Mon tout, mon plaisir,

             Et ma mieulx aymée

             Que je veulx servir :

             Comment va ?

                                  SADINETTE

                                     À vostre plaisir,

265    Mon dorelot, mon assotté.

             Où av’ous si long temps esté,

             Beau sire, sans me venir veoir ?

                                  LE  DORELOT

             Je n’ay pas bien fait mon devoir,

             Mais je récompenseray tout.

                                  SADINETTE

270    Cr(oy)ez que je vous ayme beauco[u]p ;

             Mais vous estes si grans baveux105

             Entre vous, hommes, et joncheux106

                                  LE  DORELOT

             Quoy ? Cela, ce n’est que pour rire.

                                  SADINETTE

             Je sçay bien que107 vous sçavez dire,

275    Voire, d’entre nous, povres femmes.

             Brief, nous en avons tous les blasmes,

             Quant en avez fait voz choulx gras108.

                                  LE  DORELOT

             Et comment cela ?

                                  SADINETTE

                                           À plain[s] bras,

             Chascun en dit sa rastellée109 ;

280    Et fault qu’on soit déshonnourée

             Sans plus, pour vous faire plaisir.

                                  LE  DORELOT

             Amour110

                                   SADINETTE

                             Vous me faictes mourir.

                                   LE  DORELOT

             Par la mort ! je ne saiche point

             Qu’oncques…

                                   SADINETTE

                                   Pour Dieu, n’en jurez point !

285    Pour cest heure, il n’est jà mestier111.

             On nous tient bien sur le mestier112

             Mainteffois que n’y pensons pas.

                                    LE  DORELOT

             Vous le dictes.

                                    SADINETTE

                                   Hélas, hélas !

                                   FAICTE-AU-MESTIER

             Ha ! par ma foy, il n’oseroit.

                                    SADINETTE

290    Non, ce croy-je : on le batroit.

                                    LE  DORELOT

             Ceulx qui le font sont bien infâmes !

             On dict113 bien, plainement, des femmes,

             Sans en rien charger leur honneur.

                                     SADINETTE

             Venez çà, aussi, mon seigneur.

295    M’aviez-vous pas piéçà promis

             Une robe ?

                                     FAICTE-AU-MESTIER

                               (Encor [el] vault pis114 !)

                                     SADINETTE

             Une chose promise est deue.

                                     LE  DORELOT

             Et par Dieu ! j’en ay une vestue115

             Qui est bien vostre, s’il vous plaist ;

300    Et le corps avec.

                                     SADINETTE

                                             On nous paist116

             Assez souvent de tel promesse.

                                     LE  DORELOT

             Par le sacrement de la messe !

             J’[en] ay en mon logis deux coupples :

             Deux fourrées de martes117, deux do[u]bles118,

305    Bien à vostre commandement.

                                      SADINETTE

             Ha ! la vostre mercy, vray(e)ment :

             Pas ne vous vouldroies tant charger.

                                     LE  DORELOT

             Or en effect, pour abréger,

             Ne le faictes, sans plus, que dire119.

                                     SADINETTE

310    En avez-vous point une pire

             Que celle qu(e) avez [là] vestue ?

                                     LE  DORELOT

             Pour quoy ?

                                     SADINETTE

                                 Ma fille est tant nue !

             Je luy en feroies une robe.

                                    LE  DORELOT

             Par saint Jehan ! Avant que [je] hobe120

315    D’icy, bel[le] dame, el [l’]aura.

                                    SADINETE

             Sauf vostre grâce121 !

                                   LE  DORELOT

                                                Si aura,

             Par le ventre bieu, belle dame !

                                   SADINETE

             Ouÿ, mais vous seriez infâme

             De vous en aller en pourpoint,

320    De par Dieu.

                                  LE  DORELOT

                                       Ne m’en parlez point.

                                  SADINETTE

             Grant mercis, jusqu’au desservir122.

             La pourray-je faire servir

             À me faire une simple cocte123,

             Ceste-cy ?

                                 FAICTE-AU-MESTIER

                             Tant vous estes sotte !

                                 SADINETE

325    Ce sont erres de revenir124.

                                 LE  DORELOT

             Par bieu ! je suis presqu’au mourir

             De la naturelle amictié

             Qu(e  j’)ay en vous.

                                 SADINETTE

                                               Vélà grant pitié.

                                 LE  DORELOT

             Ma douleur est si trèsterrible,

330    En effect ! Il n’est pas possible

             D’aimer tant. J’en meurs sur le pié125,

             Seurement.

                                 SADINETTE

                               Et vélà grant pitié.

                                 LE  DORELOT

             Venez çà ! M’en croyez-vous point ?

             La mort bieu ! j’en suis en tel point,

335    Et plus encor(e) de la moictié

             Que je ne dy.

                                 SADINETTE

                                 Vélà grant pitié

             De si mortelle maladie.

                                 LE  DORELOT

             Il n’est nul qui y remédie

             Que vous, pour en bref m’aléger.

                                 SADINETTE

340    Vous estes en ung grant danger,

             S’il est vray ce que vous me dictes.

                                 LE  DORELOT

             Entre vous, femmes, estes duictes126

             De nous guérir incontinant.

                                 SADINETTE

             Hélas ! pour Dieu, allez-vous-en :

345    J’ay ouÿ mon mary cracher127.

                                LE  DORELOT

             Las ! où me pourray-je cache[r] ?

             Par le sang bieu, je suis perdu !

                                SADINETTE

             Allez tost ! Il vous est mescheu128,

             Par ma foy, se céans vous treuve.

                                LE  DORELOT

350    Que j’ayes ung manteau, qu’il ne pleuve !

             Sang bieu, [m’en] iray-je en pourpoint129 ?

             Quelque robe !

                                SADINETTE

                                       Je n’en ay point,

             Se ne voulez une chemise.

                                LE  DORELOT

             Ha ! par le corps bieu, c’est la guise130.

355    Baillez çà ! Est-elle à Bertran,

             Vostre mary ?

                                SADINETTE

                                   Ouy, par sainct Jehan.

             Ne vous chaille, je la vous donne.

             Tenez, regardez, est-el bonne ?

             Pour Dieu, courrez tost, mon mygnon !

                                 LE  DORELOT

360    Par le ventre bieu, c’est raison :

             J’ay donc la chemise Bertran.

             Comment, et esse la façon ?

             Par le ventre bieu, c’est raison.

             Ainsi s’en va le compaignon.

365    Dieu la vueil[le] mectre en mal an !

             Par le ventre bieu, c’est raison :

             J’ay donc la chemise Bertran131.

 

                                 SADINETTE      SCÈNE  IX

             Or s’en va le povre Jouhan.

             L’ay-je bien affinay132, au moins ?

                                 FAICTE-AU-MESTIER

370    Il a la chemise Bertran.

                                 SADINETTE

             Or s’en va le povre Jouhan.

                                 FAICTE-A[U]-MESTIER

             Autre foiz, le vy ung droit paon133,

             Entre femmes.

                                 SADINETTE

                                   Ne plus ne moins,

             Or s’en va le povre Jouhan.

375    L’ay-je bien affinay, au moins ?

             Croyez que quant j(e) y metz les mains,

             Fault qu’il soit [ung] maistre affineur134,

             Se de moy il est deffineur135

             Et se par moy n’est affinay.

380    Les plus fins n’[en] ont pas finay,

             Ne ne fineront par leur finesse136 :

             Car d’affiner je suis maistresse

             Comme ung [droit] maistre Domine137.

             Se de moy est138 bien dominé,

385    Je le dorlote139 et [le] poupine ;

             Et lors, en la fin, je l’afine

             Ainsi net que quant il fut né.

             Prenez en gré, car c’est finé !

 

                                                      EXPLICIT

*

 

 

           RONDEAU 140

 

             Fine [affinée et pleine]141 de finesse,

             Qui d’affiner ne cessez nullement :

             Par voz fins tours et fin affinement,

             Des affineurs estes l’affineresse.

 

             J’ay grant désir sçavoir à quel fin est-ce142

             Que m’affinez tousjours si finement,

                           Fine [affinée].

 

             Si les fins tours qu’aprîtes en jeunesse

             Vous maintenez tousjours si finement,

             Fin trouverez à vostre finement,

             Par qui serez affinée en vieillesse,

                           Fine [affinée].

 

*

1 « Mon téton » désigne affectueusement une femme. Cf. Raoullet Ployart, vers 2.   2 Sade = gracieuse, charmante. Sadinette en est le diminutif : « Si l’une a plus d’esclat, l’autre est plus sadinette. » (Godefroy.)  Sadinet = mont de Vénus : « Ces larges rains, ce sadinet/ Assis sur grosses fermes cuisses/ Dedens son petit jardinet. » (Villon.)   3 Le faire = faire l’amour (idem vers 35) : « Quelque gallant s’y fourrera (…)/ Et on vous le fera, fera. » Parnasse satyrique.   4 En 1584, Théodore de Bèze reprocha au peuple parisien de prononcer ce chiffre troas ou tras.   5 Courroucée.   6 De plaidoirie, de discussion. Idem vers 238.   7 Un mot gentil.   8 La femme est sade, et l’époux est mal sade.   9 F : coune  (C’est encore un terme affectueux. Cf. le Faulconnier de ville, vers 193.)   10 Passe-temps.   11 Interjection polyvalente. Cf. le Povre Jouhan, vers 67.   12 À la porte ! Fou-et compte pour 2 syllabes. La même locution revient à 151 et 159.   13 Mes amants sont morts ? À l’intérieur de son dialogue avec Bertrand, Sadinette se livre à un monologue dans lequel elle déplore la vulgarité de son époux, et surtout l’absence de ses amants (vers 23, 35, 46, 51 et 53).   14 Que de grimaces ! Cf. le Munyer, vers 285.   15 Vous vous moquez.   16 Qu’il y en a.   17 Éduqué.   18 Bien loti. Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 689.   19 De mon phallus. « Le baston à un bout qui me pend entre les jambes. » Rabelais.   20 F : pousteau  (Correction proposée par Jelle Koopmans.)   21 Allusion (apparemment peu flatteuse) au « bijou de famille » de Bertrand. Cf. Guiraud, Dictionnaire érotique.   22 Pourquoi.   23 Novice. Évidemment, ce qui est neuf dure longtemps.   24 Elle m’a eu.   25 Soif.   26 Cf. l’expression « toute honte bue ».   27 Ce vers proverbial se trouve dans l’Ordre de mariage (F 31), et dans le Parnasse satyrique. Dans le Savetier, le Sergent et la Laitière (T 31), on varie les plaisirs : « Nous sommes bien, ma dame pisse. »   28 Dotée.   29 Ce qu’il y a.   30 À partir d’ici, l’imprimeur abrège la plupart des rubriques. Je ne le suivrai pas.   31 Je m’en vais. Il sort de la maison.   32 Je serai bien punie si vous partez.   33 Me donne-t-on de la graisse de porc ? On s’en servait pour lubrifier l’anus afin d’administrer un clystère.   34 Mauvaise.   35 Elle entre chez Sadinette. C’est une professionnelle du « bas métier », comme son nom l’indique. « Nous venons à des tavernes, hosteleries, estuves et autres bons lieux : nous trouvons là des chambrières faites au mestier, et qui ne valent pas beaucoup d’argent. » Henri Estienne.   36 Puis-je vous être utile ?   37 Sur le métier à tisser : si tu as des projets pour moi.   38 Jeu de mots érotique : qu’on me le pénètre. « Je sçay comment il faut appetisser le bas [rétrécir mon sexe]/ Tout ainsi qu’il estoit quand je fus entamée. » Délices satyriques.   39 Il est fort, celui qui arrive à vous voir. Même vers dans le Povre Jouhan, vers 206.   40 Qu’on avait coutume de.   41 Bavarde, médisante.   42 F : mescongnoissez   43 Désir sexuel non satisfait. « Ladicte chambèrière, qui ainsy luy avoit baillé l’advance [une tromperie] et faict trembler les fièbvres blanches tout du long d’une nuict. » (Martial d’Auvergne.) Voir la note 126.   44 Trancher de la précieuse = faire la sainte-nitouche.   45 F : minot  (Pinot = baril à mettre les poissons salés.)   46 Le mari s’appelle Bertrand. Jeannot et Jean (ou Jouhan au vers 368) sont les noms génériques des dupes, des cocus.   47 Amant, au sens physique ou au sens courtois.   48 Plaisant.   49 L’homme qui te gouverne (vers 228). Idem vers 172 et 202. « Demande se je la gouverne. » Le Capitaine Mal-en-point.   50 Au monastère. On donnait couramment des rendez-vous amoureux dans les églises, où les femmes allaient sans leur mari. Voir la note 126.   51 F : signee  (« As-si-gné-e » compte pour 4 syllabes.)  Assigner une heure = fixer un rendez-vous.   52 F : cest  (« J’ay si grant soif, sur mon âme,/ Que ne sçay si suis homme ou femme. » Tout-ménage.)   53 F : jour ne nuyt   54 Les pédales. « Il est si amoureux qu’il en perd les pieds. » (Dict. de l’Académie françoise.) Voir la note 126.   55 Son plumage, sa vie. Mais la plume désigne également le pénis : « Ce qui vous donne envie d’appuyer vostre plume charnelle sur le parchemin vierge de ma fille. » Cyrano de Bergerac.   56 F : fault   57 Un drap.   58 F : se chauffe   59 L’aboutissement normal.   60 Suive sa destinée, remplace le précédent.   61 F ajoute : Que voullez vous ce sont amours   62 Pour payer. Idem vers 141 et 152. (Pour les termes argotiques, v. la note 75.)  Plusieurs farces —dont le Povre Jouhan— épinglent les femmes mariées qui se font entretenir par leurs amants. À bien y regarder, ces pièces témoignent d’une forme d’admiration pour les épouses débrouillardes, et critiquent surtout les maris cocus et contents.   63 Privé de ressources. (Prononcer « pwèl », pour rimer avec Nouèl.) « Bas-de-poil et la Qui-n’a-guère/ Vous feront très joyeuse chère. » Monologue des Sotz joyeulx de la nouvelle bande (Montaiglon, III).   64 Jeu de mots : le cordon de sa bourse est noué. Noël était une des principales échéances pour les gros paiements.   65 Il est comme un cheval qui a perdu ses fers. « –Je suis affiné [appauvri]./ –Et moy, defferré tout à plat. » Gautier et Martin.   66 Le joueur a été joué.   67 Filer = dévider son fuseau.   68 Officiers qui réquisitionnent des logements pour y cantonner des soldats.   69 De l’argent, mes appointements. Cf. les Cris de Paris, vers 137.   70 Sa cape. En fait, le dorelot va y laisser sa robe. (Pour les termes argotiques, v. la note 75.)   71 Rétribution qu’on donne aux prostituées.  « Nous aurons du pluc. » La Résurrection Jénin à Paulme. (Pour les termes argotiques, v. la note 75.)   72 F : Dagrise / Fouet aduise le  (Prise = chose à prendre. Pelé = ruiné.)   73 Parfaite.   74 F place dessous le vers 211.   75 En argot, un « frère de la manicle » est un coupe-bourse ; « être de la manicle » = tromper. Ces dames connaissent la langue des bas-fonds : manicle, foncer [payer], endosse [cape], pluc [argent], eschec [gare], queue [pénis]…   76 Mon nouvel amant. Il en est question aux vers 129, 144, et 201-205.   77 Depuis longtemps. Idem vers 295.   78 Vraiment. F ajoute dessous : Jay peur quil nait empeschement   79 À un esprit de.   80 F : Ne   81 C’en est fait de moi. « Je suis mort : il en est sué. » Le Savetier, le Sergent et la Laitière (T 31).   82 Ces quatre vers rappellent les vers 103-107 du Resjouy d’amours (F 18) : « Iray-je ? Par mon Rédempteur !/ Il n’a rien, qui ne s’aventure./ Hé ! sang bieu, quelle créature !/ Je m’y en voys, bon gré ma vie :/ Jà couhard n’aura bel amye. »   83 Il frappe à la porte de Sadinette.   84 Mon amant sérieux, et non le dorelot.   85 S’il n’est pas vêtu élégamment.   86 F met ce vers avant 170.   87 Elle va derrière la porte d’entrée.   88 Elle entrouvre la porte.   89 N’a pas l’âme assez noire pour accepter.   90 Faite-au-métier se reprend après avoir gaffé.   91 Besognée. « Et la lingère embesognée,/ De pointe d’éguille et de cul,/ Tasche de gaigner son escu. » Le Retour et restablissement des arts et mestiers.   92 Mon entremetteuse.   93 En a-t-on (des maîtresses).   94 Gare ! « Eschec qu’acolléz ne soiez/ Par la po[u]e du marieux ! » Villon, Ballades en jargon. (Pour les termes argotiques, v. la note 75.)   95 Chez les filles publiques. « Tu es plus commune/ Que ne sont celles du bordeau. » L’Antéchrist et les trois femmes.   96 Elle lui claque la porte au nez et retourne vers Sadinette.   97 À sec, comme un tonneau qui est bas percé afin qu’on puisse en tirer les dernières gouttes. « Ung homme mince [pauvre] et bas percé. » Guillaume Coquillart.   98 Victimes d’une farce.  99 Un « vidimus sans queue », ou « vidimus tout court », est une attestation de conformité sans le nom du garant : « –Qu’esse ? –Un vidimus sans queue./ –Corps bieu ! nous sommes despeschés. » Marchebeau et Galop (LV 68). Pour le jeu de mots sur « sans queue », voir Gargantua, 11 : « Coupez-vous la chose aux enfans ? Il seroyt Monsieur sans queue. »   100 Si je ne lui donne pas le coup de grâce. « Il ne luy falloit que cela, le pauvre homme, pour l’achever de peindre. » Godefroy.   101 L’imprimeur ajouta cette reprise du v. 210 parce qu’il ponctuait « estraindre ! » et « paindre, ». L’inutile v. 253 fut alors ajouté pour la rime.   102 Elle ouvre la porte.   103 En marchandant, à une condition. « La paix est faicte,/ Par tel si qu’Agnès me promette/ Que jamais n’y retournera. » Godefroy.   104 F : le   105 Bavards, incapables de garder un secret.   106 Trompeurs.   107 Ce que.   108 Choux (coux) = couilles. <Ida Nelson, La Sottie sans souci, Champion, 1977, p. 99.> « Vous y avez trèsbien chassé/ Entour ma fille hault et bas,/ Et avez fait voz choux bien gras/ Avecques elle. » Celuy qui se confesse à sa voisine, F 2.   109 « Dire sa rastelée : Dire à son tour librement tout ce qu’on sçait, tout ce qu’on pense de quelque chose. » Dict. de l’Académie françoise.   110 F : Aa mort   111 Ce n’est plus nécessaire.   112 Sur le métier à tisser : on parle de nous. Mais voir les notes 35 et 37.   113 F : list   114 Sadinette est encore pire que je ne le pensais. On trouve le pronom féminin « el » au vers 358.   115 J’en porte une. Certaines robes étaient mixtes.   116 On nous repaît.   117 De martre.   118 Doublées, garnies d’une doublure.   119 Ne faites que le dire, sans plus. (Vous n’avez qu’à demander.)   120 Que je parte.   121 Je ne puis accepter. Le dorelot lui donne sa robe ; il se retrouve en pourpoint et en haut-de-chausses.   122 Jusqu’à ce que je vous rende la pareille. « Dont je vous mercie tous deux jusques au desservir. » Girart de Vienne.   123 Cotte, jupe. Sadinette parle à Faite-au-métier. Il n’est déjà plus question de la fille qu’elle s’est inventée pour émouvoir le dorelot.   124 C’est un goût de revenez-y.   125 Je meurs d’amour. « Elle est tant amoureuse de vous qu’elle en meurt sur le pied. » Bandello (trad. Boisteau.)   126 Habiles. Nicolas de Troyes a compilé cette première partie de la farce dans le Grand Parangon des Nouvelles nouvelles <n° 133> : une femme se refuse à son « pouvre Jehan de mary ». Sa chambrière, Jehanne, la conseille : « –Il ne tiendra qu’à vous que vous n’ayez bonne robbe et cotte de mesme. –Et comment, dit la dame ? –De celuy que vous sçavez. » Le jeune galant dont il est question, amoureux de la dame, « en estoit tant son amy qu’il en perdoit les piés. –Comment, dit la dame à Jehanne, en est-il sur ce point ? –Madame, dit Jehanne, il en a les fièbvres blanches et en est tel qu’il n’en scet qu’il fait. » Les deux femmes déplorent que les hommes « ne font compte de pouvres femmes quant ils en sont seigneurs, tant sont traistres ». Naturellement, « la dame estoit allée à l’esglise, là où le gallant se trouva ». L’amoureux promet une robe (au lieu d’un chaperon) à la chambrière entremetteuse pour obtenir son aide, mais l’honnête femme refuse provisoirement : « Ah ! dit-elle, je n’en prendray point. » En l’absence du mari, elle fait entrer le galant, « et la dame a la robbe ».   127 F : crachez  (C’est encore une invention de Sadinette.)   128 Vous êtes mort.   129 F : ce point  (Cf. vers 319.)  À l’arrivée (fictive) du mari, l’amant s’enfuit en pourpoint et en chemise, comme Frère Guillebert.   130 La coutume.   131 Le dorelot s’enfuit probablement « par l’huys de derrière » : dans l’adaptation de Nicolas de Troyes, c’est par là qu’il est entré.   132 Trompé grâce à une ruse.   133 Oiseau qui déploie sa queue devant les femelles.   134 Trompeur. La pièce finit sur un jeu lexical qui aurait pu servir de début à une sottie. Le même jeu alimente un rondeau (attribué à Jehan Molinet) que je publie en appendice.   135 S’il vient à bout de moi.   136 Ni n’accompliront leur tour de finesse.   137 Personnage de trompeur. « Tenez-vous sus vos gardes, (…)/ C’est quelque maistre Domine. » La Mère de ville (LV 28).   138 F : a  (Sadinette devient sadique.)   139 Dor(e)lot est à l’origine du verbe dorloter.   140 Nº 117 du Jardin de Plaisance et Fleur de Rhétorique. (Slatkine Reprints, 1976.) Ce rondeau fut mis en musique par Vassal.   141 Jardin de Plaisance : a finer remplie  (Je corrige d’après le Jardin d’Honneur, qui publie ce poème sous la forme d’un triolet.) On pourrait encore citer la Muse chasseresse :

      À Dieu vous dy, fine affinée.

      Le fin, par vous est affiné.

      Vostre aage est, peu s’en faut, finé ;

      Mais vostre chaleur n’est finée.

      Que fussiez-vous bien confinée

      Aux plus froids monts du Dauphiné !

      À Dieu vous dy, fine affinée.

      Le fin, par vous est affiné.

142 On prononçait finesse. « Sang bieu ! je vous feray finesse./ Paix, paillars ! Mais à quel fin esse/ De parler tousjours mal contens ? » Mestier et Marchandise (LV 73).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :