LES PREMIERS GARDONNÉZ

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

 

*

 

LES  PREMIERS  GARDONNÉZ

 

*

 

Cette sottie parisienne, sans doute jouée le 6 janvier 1492, est une « farce de collièges1 ». Le Principal du collège, nouvel avatar du Prince2 des Sots, retrouve des élèves fugueurs3. Parmi eux, le chouchou du maître, qui sera le premier guerdonné [récompensé].

À l’Épiphanie4, le 6 janvier, les collégiens célébraient la « feste du Roy de la febve ». Ils se déguisaient, puis jouaient des « farces, mommeries ou sottises » composées par eux-mêmes. Le Parlement de Paris confiait au principal du collège la rude tâche d’expurger le texte.

Source : Recueil Trepperel, nº 13.

Structure : Rimes abab/bcbc, rimes plates, avec 1 triolet, et une espèce de lai à trois rimes. Une fois de plus, le travail de l’imprimeur est de plus en plus fautif quand il approche de la fin.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

 

*

 

Sotie nouvelle à cinq personnages des

Premiers gardonnéz

 

*

 

C’est assavoir :

    LE  PRINCIPAL  [BIEN-VENU]

    L’ERMITE

    LE  COQUIN

    LE  PÈLERIN

   LE  QUART 5

 

*

 

                                          LE  PRINCIPAL  commence            SCÈNE  I

          Esse tout6 ? Où sont mes suppostz ?

          Où suis-je ? Vient-on plus céans ?

          Cecy me vient mal à propos7.

          Esse tout ? Où [sont] mes suppostz ?

5    Je cuide qu’ilz ont prins campos8 ;

         N’auray-je plus d’estudians ?

         Esse tout ? Où sont mes suppostz ?

         Où suis-je ? Vient-on plus céans ?

         Gentilz mignons, gentilz enffans,

10   Devez-vous présent reposer ?

         Ne viendrez-vous point sur les Champs9,

         Pour voz gentilz corps exposer ?

         N’est-il pas temps de composer10

         Chansons et balades nouvelles,

15   Prendre textes et les gloser

         Au vray, selon le contenu

         Par le Principal Bien-venu11 ?

         Que faictes-vous ? Levez voz velles12 !

         Me voullez-vous habandonner ?

20   Vous cherront les plumes des elles13,

         Au temps que vous devez voller

         Et mener jubilacion.

         Est-il temps de se désoller

         Et cheoir en tribulacion ?

25   Ne fust-il pas présent saison

         De mener tout esbatement,

         Actendu que le temps est bon14 ?

         Je ne l’entens point aultrement :

         Il sont mors et au finement15

30   Mes seigneurs, à Dieu je vous dis16.

               L’ERMITE           SCÈNE  II

         De profundis, de profundis

         Ad te clamavi, Domine17 !

               LE  PRINCIPAL

         Et ! qu’esse-cy ? Est tout finé18 ?

         Dois-je aller à recullorum19 ?

               L’ERMITE

35   Animabus famulorum

         Famularumque20.

               [LE  PRINCIPAL]

                                          [Est tout]21 perdu ?

         Oncques ne fus si esperdu !

               [L’ERMITE]

         Je vifz comme beste sauvaige,

         Tout reclus en ung hermitaige,

40   Sans que nully me solicite.

               LE  PRINCIPAL

         (Lais[s]ez-moy venir cest hermite ;

         Car je soye par le col pendu,

         Veu ce que je l’ay entendu,

         Se ce n’est ung de mes suppostz22.)

               L’ERMITE

45   Fratres, fratres, nolimus vos,

         Nolimus vos ignorare23

         Je rendray bien raison quare24

         Quant viendra en temps et en lieu.

         C’est grant fait que de servir Dieu ;

50   Ung chascun doit fuÿr le Monde.

               LE  PRINCIPAL 25

         (Je pry à Dieu qu’il me confonde

         Se ne vélà ung de mes gens !

         Je le congnois bien, je l’entens.

         Laissez-le venir, laissez faire.)

               L’ERMITE

55   La paix Dieu soit en ce repaire !

         Qu’i vous doint s’amour et sa grâce !

               LE  PRINCIPAL

         Beau Père, Jésus vous parface26

         Et vous donne perfection !

         Mais de quelle religion27

60   Estes-vous ? Je ne vous congnois.

               L’ERMITE

         Je me tiens, mon seigneur, ou28 bois,

         Pour acquérir mon saulvement.

               LE  PRINCIPAL

         Or, mettez jus29 l’abillement,

         Et puis nous verrons bel estat30 !

               L’ERMITE

65   Ô Dieu ! je seroyes appostat,

         Se je délaissoyes mon habit.

               LE  PRINCIPAL

         Ha ! « frère », que vélà bien dit !

         Par Dieu, si le mettrez-vous jus31 !

               L’ERMITE

         Hélas, mon rédempteur Jhésus !

70   Ne me faictes pas ceste oultraige !

               LE  PRINCIPA[L]

         Vécy ung hermite sauvaige32 ;

         En vistes-vous onc(ques) de la sorte ?

               L’ERMITE

         Vous voyez quel habit je porte,

         Il ne s’en fault plus enquérir.

               LE  PRINCIPAL

75   Pour quoy t’es-tu tant fait quérir ?

         Que ne vins-tu dès l’an passay33 ?

               L’ERMITE

         Venir n’estoit pas tout trassay34 :

         Les Festes estoient35 deffendus.

               LE  PRINCIPAL

         En ung gibet fussent pendus

80   Ceulx qui y misdrent36 empeschement !

         Vient-il que toy, pour le présent ?

         Des autres, en as-tu rien veu ?

               L’ERMITE

         Corps bieu ! il y a longuement

         Que ne les vy ne apparceu.

               LE  PRINCIPAL

85   S’ilz ne viennent, je suis déceu37.

               L’ERMITE

         Il n’est pas qu(e) aulcun ne [vous] faille38.

               LE  PRINCIPAL

         Nostre Estat seroit mal pourveu.

               LE  COQUIN 39       SCÈNE  III

         Quelque denier ou quelque maille,

         Ou quelque bon lopin de pain

90   Au povre [homs40] qui se meurt de fain !

         Pour Dieu, qui en a, si m’en baille !

               LE  PRINCIPAL

         Qu’esse que j’oy là ?

               L’ERMITE

                                               Ne vous chaille ;

         Escoutez ung peu le mien train41.

               LE  COQUIN

         Au povre homs qui [se] meurt de fain.

               LE  PRINCIPAL

95   Mais dit-il vray, ou s’il se raille ?

         S’il se mocque, que l’en l’as[s]aille,

         Et l’envoyez fouller le fain42 !

               LE  COQUIN

         Quelque denier ou quelque maille,

         Ou quelque bon loppin de pain

100  Au povre homs qui [se] meurt de fain !

               LE  PRINCIPAL

         Va-le empoingner par la main,

         Et m’admaine cel(le) truandaille43 !

               L’ERMITE

         Vous n’avez garde que g’y faille ;

         Je vous le vois quérir soudain.

               LE  COQUIN

105  Hélas ! fault-il que je m’en aille ?

         Au povre homs qui [se] meurt de fain.

               L’ERMITE

         Tirez avant, coquin villain !

         Venez devant le Principal !

               LE  COQUIN

         Hélas ! je n’ay fait aulcun44 mal :

110  Qu’avez-vous de moy entendu ?

         Je vous pry, se je suis pendu,

         Recommendez-moy à mes gens45.

         Laissez-moy aller, je me rens.

         Jesu Christe46, miserere !

115  Se je meur, je leur escripré

         Que la grant clef de nostre huche

         Est ou pertuys où je la muce47,

         Et qu’ilz gardent bien ma besace.

               L’ERMITE

         Principal, vez-le cy en place.

120  Regardez quel homme notable !

         Je cuide qu’il se tient coupable,

         Car il a grant peur de mourir.

               LE  PRINCIPAL

         Et que vient-il icy [q]uérir ?

         Veult-il présent troubler ma Court ?

125  Despoille-toy et le fais court48 !

         Il gist en mon oppinion

         Qu’il y a quelque fiction49

         Va-le despouiller vistement !

               LE  COCQUIN

         Je n’ay pas grant habillement,

130  Ne guières vestu sur le dos.

               [L’ERMITE]

         [C’est ung Sot !] Ralliamus nos50 !

                                           [LE  COQUIN]

         Je suis au point où je doibs estre51

         Principal, mon redoubtay maistre,

         Je pensoyes que vous fussiez mort.

               LE  PRINCIPAL

135   Par sainct Jehan ! tu avoyes grant tort,

         Car je n’en euz onc le couraige52.

               L’ERMITE

         Aussi seroit-ce grant dommaige

         De perdre ung [aus]si vaillant homme.

               LE  PRINCIPAL

         Or vien çà ! Déclaire-moy53 comme

140  Tu t’es habillié en ce point.

         Qu’as-tu trouvay ? Quel ver t’a point54 ?

         En l’aultre an, pourquoy ne vins-tu ?

               LE  COQUIN

         Tout n’en valloit pas ung festu.

         Nous fusmes bannis en tous lieux55,

145  En la malle grâce des dieux.

         Et puis ces paillards boulengiers

         Qui vendoient sept ou huit deniers

         Le pain qu’on a présent pour ung56.

         Quant je vy ce train et ce run57,

150  Je ne fus fol ne négligent,

         Mais couru[s] à Sainct-Innocent58

         Me fourrer avec les maraulx59.

               LE  PRINCIPAL

         Et de vivre ?

               LE  COQUIN

                                  Soubz beaulx estaulx60.

         Chacun apporte son loppin :

155  L’ung du pain [et] l’autre du vin ;

         L’ung avoit son morceau de lard,

         L’aultre des trippes61, pour sa part,

         [……………………… andouille.]62

         Chacun mect la main à la fouille63,

         Et brouon[s]64 à Gourde Pyenche65.

               L’ERMITE

160  Se treuve point quelque Laurence66

         Aulcuneffoiz sur le terrant67 ?

               LE  COQUIN

         Trouver je n’en vis oncques tant :

         Pensez qu’il y a maints assaulx68 !

               LE  PRINCIPAL

         Et du logis ?

               LE  COQUIN

                                    Soubz beaulx estaulx,

165  Je vous l’ay jà une foiz dit.

         Nous avons du guet sof-conduit69,

         Car il ne nous vient point chercher :

        Sergens n’ont garde d’approcher,

         Car il n’y a point de praticque70 ;

170  S’il viennent, on leur fait la nicque71.

         Car ilz n’y pensent trouver acquest72.

               LE  PRINCIPAL

         J’entens le train, je voy que c’est.

    On [y] brasse maint bon escot.

               LE  PÈLERIN,  en chantant      SCÈNE  IV

     « Sancte73 Michael, [da esco]74 !

175  Volo mandare75, Dieu bonum76 !

    Kyrieleyson, Kyrieleyson !

    Alleluya, alleluya ! »

               LE  PRINCIPAL

    Je croy qu’en Court il en y a…77

    Taisez-vous et faictes scilence78 !

               LE  PÈLERIN  [en chantant]

180  « Sancte Michael ! »

               LE  PRINCIPAL

                Il recommence ?

    Si fault-il que j’en voye la fin !

               L’ERMITE

    Habit porte de pèlerin.

         Je ne sçay que ce[la] peut estre.

               LE  COQUIN

         Je cuide que c’est ung fin maistre79.

               LE  PRINCIPAL

185  Par adventure qu’il cuide estre

         Entré en ung aulcun hôpital80.

               L’ERMITE

    Il n’y commence pas trop mal :

    Il en prent assez bien la voye81.

               LE  PRINCIPAL

    Va le quérir, que l’en le voye !

190  Il [est des miens]82, par adventure.

               LE  COQUIN

         Çà83, pèlerin !

               LE  PÈLERIN

             Dieu de Nature

    Le vous rende, mon doulx enfant !

               LE  COQUIN

    Il vous convient venir devant

    Le Principal, qui vous appelle.

               LE  PÈLERIN

195  A-il quelque chose nouvelle84 ?

         Je ne vueil point qu’on me ramposne85.

               LE  COQUIN

    Nenny ; c’est pour avoir l’aulmosne,

    Pour tant que vous la demandez.

               LE  PÈLERIN

    Je vous prie [que] recommendez

200  Vers luy ma [tant] pouvre personne ;

    Car par mon âme, qui me donne,

    Il fait bien et grant charité.

               LE  COQUIN

    Or, enquérez la vérité

    De ce « pèlerin », Principal !

               LE  PRINCIPAL

205  C’est ung mignon espécial,

    Je le congnoys86 bien à sa myne.

    Il ne fault jà qu’on l’examine,

         Par ma foy : je le congnoys à l’œil87.

    Despoullez-le tost, je le vueil !

210  Vous verrez, per sanctum Quoque88,

    Ung pèlerin de quando-que89 ;

    Je le voy bien à sa manière.

               L’ERMITTE

    Avallez90 la robe derrière !

    Principal, voyez quel appostre !

               LE  PÈLERIN

215  Hault le boys91, gallans ! Tout est nostre.

    Arrière, soucy ne92 meschance !

               LE  PRINCIPAL

    Mes gens me vienne[nt à la] chance93.

    Vien çà ! Dy-moy en brief langaige

    Où estoit ton pellerinaige.

               LE  PÈLERIN

220  Corps bieu ! pour vous dire le point,

    Principal, je n’y alloyes point ;

    Je ne faisoyes que par faintise.

               LE  PRINCIPAL

    Et pourquoy ?

               LE  PÈLERIN

                                       Et ! pour tant : se j’advise

    Aulcun paillard garson sergent

225  Qui me void ung baston portant

    Et me rencontre en [ung] chemin,

    Je diray que suis pèlerin94 ;

    Mais soubz l’ombre de ceste feste95,

    On leur baille bien sur la teste.

               LE  PRINCIPAL

230  Vélà trèsbeau pèlerinage !

               LE  PÈLERIN

    Item96, je gaigne davantaige,

    Soubz cest habit, aulcun[s] seigneurs97.

               LE  PRINCIPAL

    Et quelz gens ?

               L’ERMITE,  en sacoutant98

              Ce sont procureurs.

               LE  PRINCIPAL

    Les crains-tu ?

               LE  PÈLERIN

              Plus que nulle gent,

235  Car il ne font rien sans argent.

    Et puis quant tout l’argent est mis99,

    Il n’y a conffort100 ny amys.

    Unde locus101 que l’en doibt estre

    Parmy le trou d’une fenestre

240  Et par le trou d’une serrure,

    Qui n’est point mencion102 [très] seure,

    Veu qu’on ne scet pourquoy ne quant

    Estre excommunié content103.

               [LE  PRINCIPAL]

    Je n’entens point ceste raison.

               [LE  PÈLERIN]

245  Je loge bien en ma maison

    Pour une nuit tant seullement ;

    Ergo104, il s’ensuit clèrement,

    S’aulcun est vers moy despité105,

    Que je seray demain cité106

250  En mettant ung peu de papier

    Soubz la porte. C’est beau mestier !

               LE  PRINCIPAL

    Plusieurs sont en maulvais quartier

    Par maulvaises citacions.

    Combien107 qui doit, il doit payer

255  Sans aultres allégacions ;

    Mais de venir par les maisons

    Exécuter subtillement,

    Ce sont excommunications !

    Autant en emporte le vent108

               L’ERMITE

260  Si se109 fait cela bien souvent.

    Malleur à celluy qui la110 donne,

    S’il n’aparoist à la personne111 !

               LE  PRINCIPAL

    Nul ne peust de chose congnoistre

    Qui112 ne luy en fait apparestre.

265  Mais revenons à noz moutons113,

    Et plus à cecy n’arrestons.

    Est tout venu ? Il en fault ung114,

    Ce n’est pas [là] mon train commun

    Pour servir à mon appétit.

270  Qu(e) est devenu ung [mien] petit ?

    Il m’en convient avoir nouvelle.

               L’ERMITE

    Sercher le fault à la chandelle.

               LE  PRINCIPAL

    Je ne sçay s’on le trouvera.

               LE  COQUIN

    Ho ! je l’ay trouvé, vez-le là,

275  Propre com ung esmerillon115.

               LE  QUART         SCÈNE  V

    Fault-il que nous [nous] resveillon ?

    Le bon temps116 est-il revenu ?

    S’il fault que nous appareillon117,

    Je seray des premiers venu :

280  « J’ay tousjours [sotie] maintenu

    Et maintiendray toute ma vie118 ;

    Quelque cas qui soit advenu,

    J’ay tousjours maintenu sotie. »

               LE  PRINCIPAL

    Tu as gentille fantasie :

285  Tu ne fauldras point au besoing.

               LE  QUART

    J’estoye bien près, quoy qu’on [en] die ;

    Mais on ne me voit pas, de loing.

    Nonobstant que je prendray soing

    À bien servir le Principal,

290  Vous aultres qui venez de loing

    Vous l’avez entretenu mal ;

    Et pour vous dire en général,

    Se la lune119 n’est clère et belle,

    Il ne peut à mont ne à val

295  De nuyt cheminer sans chandelle.

          « Je reluys,120

          Je conduys,

      Je monstre la clère voye,

         Je vous duys

300       Et produis.

      Principal, où que je soye121,

      De vostre bien j’ay grant joye.

      Vous m’avez entretenu,

      Posay que tard venu je soye ;

305    Hault Principal Bien-venu,

      Tousjours m’avez soustenu.

      Je fusse plus tost venu, »

    Mais j’actendoye la bienvenue122.

               LE  PRINCIPAL

    Or vien [çà ! Dont]123 t’est advenue

310  Une pensée [aus]si sauvaige ?

    [Puis]que tu n’as eu tel couraige124

    Comme ceulx-cy, mal adviséz,

    Qui en leurs habitz desguiséz

    Estoient venus par-devers moy,

315  Déclaire-moy raison pourquoy

    Tu as maintenu ton est estat125.

               LE  QUART,  en sacoutant

    Escoutez deux motz…126

               LE  PRINCIPAL

                    Quel esbat !

    Pourquoy ont-ilz changié d’abit ?

               LE  QUART,  en sacoutant

    Pour tant que…

               LE  PRINCIPAL

                Paix, c’est assez dit !

320  Ilz se deffyoient ?

               LE  QUART,  en sacoutant

                Je m’en doubte127,

    Car le temps passay…

               LE  PRINCIPAL

                  Ha ! escoute,

    Tu es assez saige et subtil :

    Mes suppostz, que demandent-il ?

               LE  QUART

    De leur estat je m’esmerveil128.

325  Que je parle à vous de conseil…    Dicat in aure.129

               LE  PRINCIPAL

    L’ont-ilz dit ?

               LE  QUART,  en sacoutant

             Encor(e) plus…

               LE  PRINCIPAL

                        Quelz motz ?

               LE  QUART,  en sacoutant

    Item

               LE  PRINCIPAL

          Il va mal à propos.

               LE  QUART

    En effect, j’entens bien à eulx

    Qu’il fault que [vous] leur faciez mieulx.

               LE  PRINCIPAL

330  Fais-les130 tous venir !

               LE  QUART 131       SCÈNE  VI

                  Vez-les cy.

               LE  PRINCIPAL

    Par ce migno[nne]t132 que vécy,

    J’entens que mal estes contens,

    Et que par moy servir, aussi,

    Vous avez perdu vostre temps.

335  Vous avez esté diligens

    À moy servir, je le sçay bien.

    Parlez, ne soyez négligens,

    [Et] dictes-moy s’il vous fault rien.

               L’ERMITE

    Pour vous dire du bien le bien133,

340  Nous [vous] avons servy…

               LE  PRINCIPAL

                     Et puis ?

               LE  COQUIN

    Vous voyez l’estat où je suis.

    Je croy qu’il fault que je vous quicte.

               LE  PRINCIPAL

    Et pourquoy ?

               LE  COQUIN

              C’est134 une redicte !

    Jamais ne me fistes nul bien.

               L’ERMITE

345  Aussi, par semblable moyen,

    Il est saison que je m’en voise.

               LE  QUART

    Allons, tout beau, sans faire noise !

    Le moins débat est le meilleur.135

 

    Principal, dictes, mon seigneur :       SCÈNE  VII

350  Après toutes choses bien veuz,

    Il fault que voz gens soient pourveuz,

    Ou la chose ira mal à point.

               LE  PRINCIPAL

    Je regarderay sur ce point.

    Chascun sera content de moy.

355  Mignon, or t’en va, par ta foy,

    Et leur demande qu’il leur fault.

               LE  QUART

    Il convient batre le fer chault,

    Aultrement, tout n’en vauldroit rien.

 

    Compaignons, escoutez : je vien         SCÈNE  VIII

360  Devers vous en espicial136

    Vous dire que le Principal

    Est d’accord de vous contenter.

    Et pour tant, sans plus [cy] tarder,

    Venez sçavoir qu’il vous dira.

               L’ERMITE

365  Vienne ce qu’avenir pourra.

    De cas villain, long souvenir137.

    Au pis ne peut-il qu’avenir

    Que partir, qui138 rien ne donra.

               LE  PÈLERIN

    Aller parler [fault ; on]139 l’orra

370  Sans plus cy tenir long propos140.

               LE  QUART        SCÈNE  IX

    Principal, vécy voz suppostz ;

    Regardez que vous en ferez.

               LE  PRINCIPAL

    Je ne vueil pas que murmurez,

    Mes suppostz : dictes qu’il vous fault.

               L’ERMITE

375  Sans141 crier plus [bas ne plus hault]142,

    Après tous beaux motz blasonnéz143,

    Il fault que vous nous gardonnez144 ;

    Aultrement je ne l’entens pas.

               LE  PRINCIPAL

    Enffans, je congnoys vostre cas ;

380  Vous le ferez tirer145 à part.

    Rengez-vous chascun à l’esquart.

    Chascun emportera son don ;

    Vous aurez chascun son gardon146,

    Et ne vous ploignez point de moy.

385  Tien cestuy-cy : vélà pour toy147.

    Autant m’est Gaultier que Michault148.

               L’ERMITE

    Vous l’avez gardonnay bien hault !

               LE  PRINCIPAL

    [J’en veulx faire à mon appétit.]149

               [LE  PÈLERIN]

    [Convient-il que]150 le plus petit

    Soit tout le plus hault gardonnay ?

               LE  PRINCIPAL

390  Ce qui est donnay est donnay,

    Il n’en convient point murmurer.

    Vien çà, je te veil pardonner :

    Porte ce gardon sur151 ta manche.

               LE  COQUIN

    Principal, pour Dieu, qu’on s’avance

395  De moy donner aulcun gardon !

               LE  PRINCIPAL

    Or, tien cecy : vélà ton don152.

               LE  COQUIN

    Vous gardonnez en abaissant !

               LE  PÈLERIN

    Et puis moy, qui suis le plus grant,

    Ne seray-je point gardonnay ?

               LE  PRINCIPAL

400  Cestuy-cy te sera donnay153.

    Pense que [je] ne t’oublye pas.

               LE  PÈLERIN

    Par Dieu, mon gardon est bien bas !

               LE  PRINCIPAL

    So[u]ffise-toy144. N’en parlez plus,

    Aultrement, ce seroit abus.

405  Car selon que tous vous ferez,

    Gardon plus hault vous porterez

    Ou plus bas. Et notez ce point.

               L’ERMITE

    Je n’y entens rien.

               LE COQUIN

                Ne moy point.

               LE PÈLERIN

    Il [me] semble que tout va mal.

               LE  QUART

410  Nous sommes gardonéz à point,

    Ainsi qu’il plaist au Principal.

               LE  PRI[N]CIPAL

    Pour le vous dire en général,

    Enfans, vous estes gardonnéz ;

    Et vous ay assez ordonnéz145,

415  Selon Dieu et selon police146.

    (Il n’est si ferray qui ne glice147.)

    Affin de vous dire content,

    Prenez en gré pour maintenant.

    Tousjours aurez de mes nouvelles

420  En mes chasteaulx et mes tourelles148.

    Et nottez à mont et à val

    Que je suis vostre Principal,

    Qui vous ay tous149 entretenu.

               L’ERMITE

    Trèscher Principal Bien-venu,

425  Tousjours maintiendrons voz querelles150.

               LE  QUART

    De par moy serez soustenu

    Partout, Principal, de [par elles]151.

               LE  COQUIN

    Pour user cinquante semelles

    Soubz mes souliers152, n’en doubtez rien.

               LE  PÈLERIN

430  Principal, [très]tout ira bien,

    N’ayez pensée ne soucy.

               LE  PRINCIPAL

    Mes suppostz, je le vueil aussi.

    Vous sçavez qu’il y a mains jours

    Que mon resgne n’a point de cours153 ;

435  Et maintenant, vécy le temps154

    Que tous vous feray bien contens.

    Pensez tousjours de bien servir,

    Et à Dieu jusqu(es) au revenir !

 

                   EXPLICIT

*

1 Sottie des Coppieurs et Lardeurs, T 8.   2 Les deux mots viennent du latin princeps. Le Principal règne (vers 434) sur un État (vers 87), il possède une Cour (vers 124) et des châteaux (vers 420), il distribue des décorations à ses troupes (vers 393).   3 La désobéissance des Sots est un lieu commun. Voir le Prince et les deux Sotz, les Rapporteurs, les Sotz escornéz4 Voir l’édition d’Eugénie Droz, Recueil Trepperel, I, p. 96. Droz veut identifier notre pièce avec la « Farce des trois Coquins » dont parle la sottie des Coppieurs et Lardeurs (T 8). Elle a tort : la Farce des [trois] Coquins existe à part entière, et se trouve dans le recueil de Florence (F 53). La présente sottie ne comporte qu’un seul rôle de Coquin.   5 Le 4ème Sot. Les trois autres portent un déguisement par-dessus leur livrée de Sot, ce qui les fait changer de statut et de nom. Le rôle du Quart fut probablement écrit pour un nain ; cf. les vers 270, 272, 287, 388. La proximité des nains et des bouffons est bien connue : voir Dwarfs and jesters in art, d’Erika Tietze-Conrat (New-York, 1957).   6 Même formule – et circonstances analogues – dans le Prince et les deux Sotz, vers 48. La suite du vers se retrouve dans les Sotz escornéz, vers 224.   7 En ce jour de représentation théâtrale.   8 Congé, dans le jargon estudiantin. « Les enfans d’escolle/ Ont souvent campos. » (Godefroy.) Cf. les Sotz escornéz, vers 223.   9 Notre-Dame-des-Champs était l’un des lieux de ralliement des collégiens <Arthur Christian, Études sur le Paris d’autrefois>. Mais, tout comme l’écolier limousin de Pantagruel, ils fréquentaient aussi une rue malfamée qu’on surnommait « Champ-Gaillard » ; Cholières la qualifiait de « Champ-gaillard des bordèleries ». (Cf. la note 51 d’une autre sottie de collège, la Résurrection Jénin à Paulme.) Rappelons enfin que champ vient du latin campus, qui désigne aujourd’hui un cantonnement universitaire.   10 T : proposer   11 Le contenu bien accepté par le Principal (voir notice). Mais « Bien-venu » revient à 305 et à 424. Il peut s’agir d’un prénom, ou d’un patronyme. Ou d’un surnom : le « droit de bienvenue » (vers 308) désignait parfois les écus d’or que les collégiens offraient à leur principal lors de la foire du Lendit, et par extension, toutes les sommes qu’on extorquait aux élèves. « Se nourrissant des bienvenuës qu’il pouvoit attraper des escoliers qui vouloient apprendre à tirer des armes. » (Victor Palma Cayet.)   12 Hissez vos voiles pour venir jusqu’à moi.   13 Les plumes de vos ailes tomberont.   14 Que nous entrons dans les jours gras du Carnaval.   15 Trépassés.   16 La pièce ne pouvant être jouée faute d’acteurs, il prend congé du public.   17 « Du fond de l’abîme, vers toi j’ai crié, Seigneur. » (Psaume 130.) C’est une prière pour les âmes du Purgatoire.   18 Est-ce la fin du monde ?   19 Au piquet, dans le jargon du Quartier Latin, dont se délecte l’auteur. « L’on ne se soucyoit du pauvre Pantagruel, et [l’enfant] demeuroit ainsi à reculorum. » Rabelais.   20 T : Famulabus  (« Aux âmes de tes serviteurs et de tes servantes. » Psaume 130.)   21 T : tout est  (L’interrogation « Est tout » apparaît aussi à 33 et à 267, dans la bouche du Principal.)   22 Lesdits suppôts évoquent « les archisupposts, qui sont les escoliers desbauchéz ». (Olivier Chéreau, Le Jargon, ou langage de l’argot réformé, 1629.)   23 « Frères, nous ne voulons pas que vous ignoriez… » (Saint Paul, 1ère épître aux Thessaloniciens. « Nolumus » serait plus classique.)  L’Ermite répète tous les mots parce qu’il a oublié la fin de la citation : « …de dormientibus. » [ce qui concerne les morts.]   24 Pour laquelle : j’expliquerai pourquoi quand ça me sera revenu.   25 T : premier   26 Vous rende parfait.   27 De quel ordre religieux.   28 Au. Beaucoup d’ermites s’isolaient dans la forêt.   29 Mettez par terre.   30 T : esbat  (Nous verrons que vous avez un statut de Sot. Cf. le vers 316.)   31 Il lui arrache sa robe monacale, et fait apparaître le costume du Sot. Cf. le Prince et les deux Sotz, notes 36 et 38.   32 Pudique, alors que les moines ne rataient jamais une occasion de retrousser leur robe.   33 Ce vers et le vers 142 laissent penser que nous avons ici le second volet d’une pièce jouée l’année précédente. Le cas n’était pas rare : Amédée Porral écrivit à un an d’intervalle la 1ère Moralité de Genève et la 2ème Moralité de Genève ; Triboulet fit la même chose avec la sottie des Coppieurs et Lardeurs (T 8) et la sottie des Sotz qui corrigent le Magnificat (T 5) ; et Guillaume Coquillart avec le Plaidoyer d’entre la Simple et la Rusée et l’Enqueste d’entre la Simple et la Rusée.   34 T : cassay  (Pas tout tracé = pas commode, comme un chemin mal tracé.)   35 T : cestoient  (Le 4 novembre 1488, la Faculté des Arts avait interdit le théâtre scolaire lors des fêtes de la Saint-Martin, de la Sainte-Catherine et de la Saint-Nicolas. Il ne restait plus aux collégiens que la fête des Rois, et encore, avec des restrictions : voir la note 55.)   36 Mirent. Le Principal maudit ses employeurs.   37 Déçu = berné, floué.   38 Il n’est pas possible qu’un seul vous fasse défaut. Par association d’idées, « qu’aucun » semble faire venir le « Coquin ».   39 Le mendiant.   40 Homme. Voir les refrains 94, 100 et 106.   41 Mon histoire.   42 Le foin, la paille d’un cachot. Certains collèges disposaient d’un in pace où les bons pères enfermaient pendant quelques heures ou quelques jours les élèves punis.   43 Ce mendiant.   44 T : nul   45 Aux compagnons d’infortune avec qui je vis en communauté.   46 T : christi  (Jésus Christ, aie pitié !)   47 Musser = cacher. « En sa capeluche,/ On trouva tout incontinent/ Une clef d’une vieille huche. » Sottie des Vigilles Triboullet, T 11.   48 Dépouille-toi vite (de tes hardes). En argot moderne, se dépoiler = se déshabiller.   49 Tromperie.   50 « Réunissons-nous ! » Encore du jargon estudiantin.   51 Me voilà redevenu Sot.   52 Le cœur, l’envie.   53 T : mon  (Dis-moi pourquoi. Le Principal s’adresse au Coquin.)   54 Quelle mouche t’a piqué.   55 Depuis 1488, les collégiens ne pouvaient plus célébrer les fêtes hors de leur propre établissement. De même, ils n’avaient plus le droit de porter des costumes somptueux sur scène ; par défi, les jeunes comédiens se couvrirent de haillons.   56 Le prix du pain restait identique, mais son poids était redevenu réglementaire, suite à un arrêt du Parlement de Paris daté du 22 novembre 1491. La pièce fut donc jouée l’année suivante.   57 T : ieu  (Cet ordre des choses.)   58 Ce cimetière parisien abritait une véritable cour des Miracles : prostituées, « secrétaires des chambrières » [proxénètes], receleurs, alchimistes, écrivains publics, marchands, fugitifs profitant de l’immunité du lieu saint, vrais ou faux aveugles, prêcheurs, et surtout mendiants. « [Paris] estoit une bonne ville pour vivre mais non pour mourir, car les guenaulx [mendiants] de Sainct-Innocent se chauffoyent le cul des ossemens des mors. » (Pantagruel, 7.) Toute cette faune grouillait devant le miroir grimaçant que lui tendait la fameuse Dance Macabre ornant le charnier des Lingères.   59 Les mendiants.   60 Sous l’étal des marchands établis au cimetière des Saints-Innocents. Villon parlait déjà des clochards « gisans soubz les estaux ». (Laiz, 237.)   61 Les tripières ambulantes se faisaient souvent dévaliser : cf. la Confession du Brigant, note 59.   62 Vers manquant. Je déduis la rime d’après la Chanson sur l’ordre de Bélistrie, de Jehan Molinet, qui décrit les mêmes scènes de la vie de bohème : « Là ruons en nostre entonnoir [gosier]/ Mainte andoulle et maint boudin noir,/ Mainte trippe embrenée./ L’ung rongne au bout d’ung gras tailloir/ Et prend du lard en ung salloir. »   63 T : souille  (Le « s » et le « f » gothiques sont très proches.)  « Fouille ou fouillouze : bourse. » La Vie généreuse des Mercelots, Gueuz et Boesmiens.   64 Nous nous ébrouons, nous fuyons. Ce vers, écrit dans le plus pur argot parisien, emprunte aux Ballades en jargon de Villon : « Poussez de la quille [jambe] et brouez ! » (V.) « Gourde piarde. » (III.)   65 T : pyeuche  (Pianche = vin. « Je n’en puis plus, se je ne pie [bois]/ Quelque pianche bonne et fresche. » Condamnacion de Bancquet.)  Gourde Pyenche [bon vin] semble être la dénomination argotique de la Bonne Pie, une taverne parisienne fréquentée par des souteneurs : cf. Trote-menu et Mirre-loret, vers 131 et note 26.   66 T : lanreuce  (Une Laurence est l’équivalent d’une Margot, c’est-à-dire une prostituée, comme « Laurence la grant Chicheface » dans l’Enqueste de Coquillart.)  Le cimetière des Innocents était un lieu de racolage.   67 Territoire, en argot. « Par le terrant. » (Villon, Jargon, VIII.)   68 Des assauts sexuels. « Qu’elle ne soit de l’assault de Turquie. » (Villon, Jargon, IX.) Molinet confirme la liberté sexuelle des clochards : « Les ungz font la beste à deux dos/ Avecq joieuses cailles. » Chanson sur l’ordre de Bélistrie.   69 L’autorisation de la police, qui ne pouvait pas intervenir dans une enceinte sacrée. Or, le cimetière des Saints-Innocents appartenait à l’église du même nom.   70 D’autorisation.   71 On les nargue avec un geste obscène de la tête. « On voit que femme qui fornique/ Seult [a l’habitude de] faire à son mary la nique. » (Jehan Le Fèvre.) C’est l’origine du verbe niquer.   72 Ils savent qu’ils n’ont rien à gagner.   73 T : Saincte  (Par saint Michel, comme au vers 180.)   74 T : darescot  (« Donne-moi de la nourriture. » Voici la prière exacte : « Da escam omnibus in tempore opportuno. » Ce pèlerin affamé adore le latin de cuisine.)   75 T : mondent  (Je veux manger, bon dieu !)  Déformation toute collégienne de la parole du Christ au lépreux : « Volo, mundare ! » [Je le veux, sois guéri !]   76 T : sonen  (Bonnon rime avec éleison.)   77 Il y en a (des mendiants). Le Principal continue sa tirade précédente, qu’interrompt le Pèlerin.   78 Il s’adresse au Pèlerin. Cf. les Cris de Paris, où un Sot coupe sans arrêt la parole aux gens.   79 Un trompeur.   80 Il pense peut-être qu’il est entré dans un de ces hospices qui logeaient les pèlerins pour une nuit.   81 Il prend « le grand Chemin de l’Hospital, qui est l’ordre de Bélistrerie [mendicité] ». Pierre de L’Estoile commente ainsi un opuscule de 1490. Son auteur, Robert de Balsac, nous prévient : finiront à l’hôpital les « gens désobéissans à leur prince ».   82 T : er des mieus  (C’est peut-être un de mes Sots.)   83 T : Ce  (Venez ici.)   84 Tous les Sots rêvent de dire ou d’entendre des choses nouvelles. Cf. les Cris de Paris, vers 209.   85 T : ramposme  (Qu’on se moque de moi.)   86 Reconnais.   87 Je le reconnais à vue d’œil.   88 T : quoqz  (« Per sanctum quoque David. » Saint Fulgence.)  Devant l’aspect miteux du Pèlerin, le Principal jure « par saint Coquet ». Les étudiants ont toujours beaucoup joué avec les expressions latines : cf. la Confession Margot, note 45.   89 D’un jour, occasionnel. « Des escolliers de candoque. » Le Maistre d’escolle, LV 69.   90 Faites tomber.   91 Exclamation d’encouragement. (Cf. le Monde qu’on faict paistre, vers 24.) Ici, elle est prise au premier degré : « Levez votre gourdin ! » Voir le vers 229.   92 T : de  (Souci et malchance.)   93 D’une façon aléatoire, comme au jeu de dés. « Sorte de jeu à deux ou à trois déz. Ils joüent à la chance, joüer à la chance. » (Dict. de l’Académie françoise.)   94 Les pèlerins avaient le droit de porter un bâton ferré, qui leur servait de canne dans leurs longues pérégrinations. Cf. Colin, filz de Thévot, vers 223.   95 Sous le prétexte de cette plaisanterie.   96 De même. Formule scolastique qu’on retrouve à 327.   97 J’arrive à attendrir certains hauts personnages.   98 En lui parlant à l’oreille. « On va, on vient, on saccoute à l’aureille. » Godefroy.   99 Leur a été donné.   100 Il n’y a plus d’aide qui tienne.   101 D’où il s’ensuit.   102 Mansion = demeure. C’est naturellement un latinisme (mansio).   103 On peut être expulsé sans discussion.   104 Donc. Formule scolastique.   105 Si quelqu’un est en colère contre moi.   106 Je trouverai sous ma porte une citation à comparaître.   107 Bien que celui.   108 Nouvel emprunt à Villon : Ballade en vieil langage françoys.   109 T : ce  (Pourtant, cela se fait.)   110 T : le  (Qui donne la citation à comparaître.)   111 Si cela ne concerne pas la bonne personne.   112 Si on ne la lui rend pas apparente.   113 « Sus ! revenons à ses moutons. » Farce de Pathelin.   114 Il me manque un quatrième Sot.   115 Un petit faucon, qui est propre parce qu’il se lisse les plumes.   116 Le Carnaval.   117 Que nous nous préparions à jouer.   118 Ce quatrain est chanté. On y reconnaît le refrain « Et le seray toute ma vie » : cf. le Faulconnier de ville (vers 221) et le Gaudisseur (vers 3).   119 T : la luue  (Le clair de lune qui éclaire le Principal.)   120 Encore une chanson. Elle est à la gloire du clair de lune. Pour les rapports entre la lune et la folie, v. le Jeu du Prince des Sotz, vers 184.   121 T : suis   122 T : vonue  (J’attendais la foire du Lendit pour vous payer le droit de bienvenue. Voir la note 11.)   123 T : sa donc  (Dont = d’où. Le Principal entraîne le 4ème Sot à l’écart, pour que les trois autres n’entendent pas.)   124 Tu n’as pas eu le cœur.   125 Ta condition de Sot.   126 Il parle à l’oreille du Principal. Même jeu ci-dessous.   127 Je le crains.   128 T : me smerueille   129 Il lui parle à l’oreille.   130 T : Faictes les  (Le Principal tutoie ses élèves.)   131 Il va chercher ses trois camarades.   132 Favori. « Car il estoit le mignonnet/ Du Sot renommé maistre Mouche. » Les Vigilles Triboullet, T 11.   133 Pour vous dire la vérité. Cf. Colin, filz de Thévot, vers 126.   134 T : Cela est   135 Les trois Sots s’éloignent.   136 Spécialement.   137 S’il use d’un mauvais procédé, nous nous en souviendrons longtemps.   138 T : qung  (Que nous partions, si on ne nous donne rien.)   139 T : ou  (On l’écoutera.)   140 T : proces  (Les quatre Sots retournent devant le Principal.)   141 T : Dans   142 T : hault ne plus bas   143 Prononcés (nuance péjorative).   144 Récompensiez.   145 Mettre à part, comme un « cas d’école ».   146 Guerdon, récompense, galon. Cf. le Jeu du Prince des Sotz, vers 542. Le comique de la situation réside dans le fait qu’il s’agit là de gardons, c’est-à-dire de poissons, découpés dans du papier. Les sotties prennent toujours les expressions au pied de la lettre. Cela explique pourquoi l’auteur n’emploie jamais les formes courantes guerdon et guerdonner. Le poisson renvoie traditionnellement au Carême, qui suit les réjouissances festives et théâtrales du Carnaval, dont l’Épiphanie donne le départ. Usant d’une symbolique parfaitement claire, l’auteur nous dit que les jours maigres sont déjà là.   147 Il épingle un énorme gardon sur la manche du 4ème Sot.   148 J’en donne autant à l’un qu’à l’autre. Mais l’auteur avait intérêt à mettre le véritable nom des comédiens, pour faire rire leurs camarades dans le public.   149 Vers manquant. Je le supplée en piochant dans une lettre de Louis XI au Parlement de Paris (1480) : « J’en veulx faire à mon appétit, et non pas au vostre ! »   150 T : Comment il quel   151 T : sier  (Il épingle un gardon moins gros sur la manche de l’Ermite.)  Le galon que les sous-officiers portent sur leur manche s’appelle aujourd’hui la « sardine ».   152 Il épingle un petit gardon au Coquin.   153 Il épingle un gardon minuscule au Pèlerin.   154 Que cela te suffise. Allusion possible à une chanson : « Souffise-toy, povre cueur douloureux. » Löpelmann, n° 562.   155 Je vous ai donné assez de décorations.   156 Selon ma méthode de gouvernement.    157 Même les chevaux bien ferrés peuvent glisser : tout le monde peut avoir un moment de faiblesse. « N’est si ferré, comme on dit, qu’il ne glisse,/ Ne si saiges qui n’ayent sottes cervelles. » Pierre Gringore.   158 Certains collèges gothiques ressemblaient à des châteaux.   159 T : tousiours   160 Nous soutiendrons votre cause. « Maintenir la bone querele du royaume de France. » Jehanne d’Arc.   161 T : parrelles  (En leur nom, au nom de vos querelles.)   162 En marchant pour votre cause… ou en donnant des coups de pied aux fesses de vos ennemis.   163 Qu’il y a beaucoup de jours dans l’année où mon règne de Prince des Sots n’a pas cours.   164 La période du Carnaval.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :