Archives de Tag: Recueil de Florence

LA CONFESSION DU BRIGANT AU CURÉ

Biblioteca Apostolica Vaticana

Biblioteca Apostolica Vaticana

 

*

 

LA  CONFESSION  DU  BRIGANT

AU  CURÉ

 

*

 

Ce dialogue normand1 du XVIème siècle présente une particularité : le prêtre ne succombe ni au péché de luxure, ni au péché de gourmandise ; seul le péché d’avarice lui est imputable. Dans une forêt obscure, un bandit de grand chemin réclame sa bourse à un curé, qui la prétend vide, mais qui accepte de confesser le brigand. Celui-ci, à genoux aux pieds du curé, vide peu à peu la sainte bourse, tout en commentant son forfait dans les termes d’une confession en règle.

Source : Recueil de Florence, nº 10.

Structure : Rimes embrassées, rimes plates, rimes croisées. Les 44 derniers vers, dans un état désespéré, semblent avoir été reconstitués de mémoire.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

 

*

 

Farce nouvelle du Curé et du Brigant

 

*

À deux personnaiges, c’est assavoir :

    LE BRIGANT

    LE CURÉ

 

 

La Confession

du Brigant au Curé

 

*

 

                               LE  BRIGANT  commence               SCÈNE  I

          Je suis desconfit de quinquaille2,

         Tout mon argent est despendu3.

         À malle hart4 soit-il pendu,

         Qui soustient ne denier ne maille5 !

5   Or n’est-il riens qui ne me faille,

         Et [n’ay] grant planté6 d’escuz vieulx.

         Ma robbe a le ventre creux

         Depuis que je n’ay eu nul gaige.

         Tout me fauldra7, en mon mesnaige :

10   Du pain, du lart et du fourmaige.

         Je ne le tiendray pas à saige,

         Qui8 passera ains que je couche.

           LE  CURÉ                             SCÈNE   II

         Voicy la feste qui s’approuche

         De Pasques ; et pource, à ma cure

15   Je veulx aller à l’aventure

         Confesser mes paroissiens,

         Car ilz sont si trèsnégligens

         Que ce n’est que toute ignorance.

         Pour acquiter ma conscience,

20   La Dieu mercy, je suis tout prest.

         Aller me fault sans nul arrest ;

         Et si, convient que [me haston]9.

         Mais ung homme sans baston

         Est à la mercy des chiens10.

25   Or avant ! Je ne crains [plus] riens.

         Dieu me conduye, et Nostre Dame !

           LE   BRIGANT                       SCÈNE   III

         Par la croix bieu ! il ne passe âme.

         Je ne fois icy que morfondre…

         Je prie à Dieu qu’il me confonde

30   Si je ne voy là quelque proye.

         Ho, ho ! Il convient que je voye

         S’il y a point de compaignie.

         Sang bieu ! vous y perdrez la vie

         Tantost, domine Curate11.

           LE  CURÉ                   SCÈNE  IV

35   Je me suis [assez tost]12 hasté,

         Je seray bientost à mon estre13.

           LE  BRIGANT 14

         À mort ! à mort ! Demourez, prestre :

         Il fault retourner par-deçà15 !

           LE  CURÉ

         Hélas, hélas ! Et ! qu’esse-là ?

40   Pour Dieu, ne me faictes nul mal !

           LE  BRIGANT

         [Vient-on]16, à pié ou à cheval ?

           LE  CURÉ

         Je n’ay veu âme. [Quel tourment]17 !

           LE  BRIGANT

         Vous avez peur, maistre gallant18 ?

           LE  CURÉ

         Je cuydoye premièrement

45   Que ce fussent mauvaises gens ;

         Mais [voy que] non sont, Dieu mercy !

           LE  BRIGANT

         Jamais ne partiray d’icy

         Que n’aye compté vostre monnoye.

           LE  CURÉ

         (C’est donc pis que [je] ne cuydoye.)

50   Las, ne me faites nul effors !

           LE  BRIGANT

         Je te mettray la dague au corps,

         Par la chair Dieu, se tu dis mot !

           LE  CURÉ

         Nenny, je ne suis pas si sot ;

         Il n’en sera jamais nouvelle19.

           LE  BRIGANT

55   Çà, de l’argent !

           LE  CURÉ

                                        Il n’y a rouelle20,

         Par le Dieu qui me fist21, en ma tasse.

           LE  BRIGANT

         Parle bas, [de peur] qu’i ne passe

         Quelq’un qui face empeschement.

           LE  CURÉ

         Vous dictes vray, par mon serment ;

60   [Desjà] je l’avoye oublié.

         J’ay mon argent tout employé

         Au luminaire de la feste.

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu, ribault [de] prestre,

         Vous chanterez d’autre martin22 !

           LE  CURÉ

65   Je vous don(ne)ré ung pot de vin,

         Beau sire, et soyons amys.

           LE  BRIGANT

         Baille des escus cinq ou six :

         Tu n’auras garde qu’on [les t’emble]23.

           LE  CURÉ

         Je n’en vis oncques tant ensemble,

70   Par Dieu qui me fist, en ma bource.

           LE  BRIGANT

         S’il convient que je me courouce…

           LE  CURÉ

         [Ce me]24 seroit une grant peine.

           LE  BRIGANT

         Voicy desjà25 longue sepmaine

         Que je veulx estre confessé.

           LE  CURÉ

75   A ! par Dieu, tout sera laissé

         Devant que je ne vous confesse.

         Or sus, mectez-vous à vostre aise,

         Debout, assis, agenoillé26,

         Et dictes : « Benedicite,

80   Dominus27. »

           LE  BRIGANT

                                     Dy-le pour moy, [don28].

           LE  CURÉ

         Benedicite… Sempiternum…

         Secu29 corda… Predicatam30

         [Et] spiritus sancti… Amen !

         Or, dites donc : « Je me confesse. »

           LE  BRIGANT

85   Dy-le pour moy.

           LE  CURÉ

                                          Je me co[n]fesse

         À Dieu31.

           LE  BRIGANT

                            Et maulgré bieu du villain prestre32 !

         T’en veulx-tu desjà aller [paistre] ?

           LE  CURÉ

         C’est ung mot de confession.

           LE  BRIGANT

         Par la mort ! sans rémission

90   Je te tueray, se tu quaquettes.

           LE  CURÉ

         Or sus, dictes voz besongnettes33 :

         Avez-vous prins rien de l’autruy34 ?

           LE  BRIGANT

         [Se j’ay prins ?] Et ! morbieu, ouÿ :

         Quant je jou[o]ye aulx espinettes35

95   Avec[ques] les belles fillettes,

         Je leur ostoye leurs espilles36

         Et les donnoye à d’autres filles.

           LE  CURÉ

         Or Dieu le vous pardoint, [beau] sire !

         Comment vous va du péché d’ire37 ?

100  Vous courro[u]cez-vous voluntiers ?

           LE  BRIGANT

         Quant je vois38 parmy les santiers,

         [S’]une ronce ou une espinette

         Me happe parmy ma jambette,

         Incontinent je maulgroye Dieu

105  Et la couppe par le mellieu ;

         Voire tout bas39, sans mot sonner.

           LE  CURÉ

         Dieu le vous vueille pardonner !

         Mais d’argent prendre, il s’en fault f[r]aindre40.

           LE  BRIGANT 41

         Si fois-je, quant n’y puis actaindre.

           LE  CURÉ

110  C’est bien fait, car Dieu s’en courrouce.

         Avez-vous point, voyant42 la bource

         À ces gallans, et joué de « force »43 ?

           LE  BRIGANT

         Nenny, [pas encore, par Dieu]44.

           LE  CURÉ

         Or sus, faicte[s] bien vostre deu45 ;

115  Il faul[t] laisser, chascun, son fais46.

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu, je suis emprès ;

         Encor(e) ne fais que commencer.

           LE  CURÉ

         Il vous fault trèsbien [a]penser

         À mettre tout hors, mon amy.

           LE  BRIGANT

120  Aussi fais-je tant que je puis,

         Mais le pertuis47 est trop petit.

           LE  CURÉ

         Ce sera [pour] vostre prouffit,

         Mon amy : ne laissez rien.

           LE  BRIGANT

         [Pour] mon prouffit ? Par sainct Julien,

125  Au moins y ay-je espérance !

           LE  CURÉ

         N’avez-vous pas en Dieu fiance ?

         Dea ! ne vous hastez48 qu’à vostre aise.

           LE  BRIGANT

         Nenny dea, je suis bien aise.

         Vous fais-je point de desplaisir ?

           LE  CURÉ

130  Nenny non, faictes tout à loisir ;

         De vous amender j’ay grant joye.

           LE  BRIGANT

         Je vaulx mieulx que je ne faisoye

         Des escus, par Dieu, plus de six49.

           LE  CURÉ

         Vostre confession, beau filz,

135  Elle doit estre parfaicte.

           LE  BRIGANT

         El(le) sera, par Dieu, toute nette,

         Se je puis, avant que [je cesse]50.

           LE  CURÉ

         Dea, il ne fault pas que l’en laisse

         Aucuns péchés : n’en laissez nulz.

           LE  BRIGANT

140  Je prens les grans et les menus,

         Certes, j’en foys bien mon effors.

           LE  CURÉ

         Dieu vous sera miséricors.

         Or çà, savez-vous autre chose ?

           LE  BRIGANT

         L’autre jour, il y a grant pose51,

145  On avoit mis ung gras confit52

         À la gelée53, toute [une] nuyt ;

         Et je le prins.

           LE  CURÉ

                                 [C’est bien forgé]54 !

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu ! je le mengay

         Sans sel55, dont je m’en confesse.

           LE  CURÉ

150  Or çà, oyez-vous point la messe,

         Au dimenche, quant elle sonne ?

           LE  BRIGANT

         Je l’oy bien d’où je suis.

           LE  CURÉ

                                                   [Grant somme

         Avez]56, mais que faites vous tousjours ainsi ?

           LE  BRIGANT

         J’en ay beaucoup, [la] Dieu mercy57 !

           LE  CURÉ

155  Or mon amy dictes, après, [vos reliques58],

         Sans [me] faire tant de répliccques.

           LE  BRIGANT

         Je mengay l’autre jour des trippes

         D’une59 tripière, [à fines lippes]60 ;

         Et luy abbatis [sa tripière]61

160  Tant que la gresse cheut à terre.

         Et [j’ay] laissé là son62 couteau.

           LE  CURÉ

         Dea, nous en sommes bien et63 beau !

         Confession est-elle faicte ?

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu ! elle est [bien] nette :

165  Je ne sçay en [tout mon couraige]64

         Plus riens seul, s’il n’est bien sauvaige65.

           LE  CURÉ

         C’est vostre prouffit, j’ay66 fiance.

           LE  BRIGANT

         Or sus doncques, que l’en s’avance67 !

           LE  CURÉ

         Il vous fault avoir pénitence,

170  Pour des68 péchéz pardon avoir69.

           LE  BRIGANT

         Monsïeur, vueillez y penser :

         Car si vous me baillez grant charge,

         Je ne la sçauroie porter70.

           LE  CURÉ

         …………………. Ego asvote71

175  De la crouste d’ung pasté72

         Sicut erat… Sempiternam…

         [Et] spiritu sancti… Amen !

           LE  BRIGANT 73                SCÈNE  V

         Sire Morise, mon amy,

         [De grant sens vous estes garny]74.

                              LE  CURÉ

180  Vertu bieu ! je [chante mercy]75

         Que je n’é pas laissé l’endosse76.

         Morbieu ! se je reviens par cy…

         Je m’en vois à mon sacerdoce77,

         Confesser mes parroisiens.

185  Prenez en gré l’esbatement !

         Sire Dieu [vous donne tous biens]78 !

         Adieu vous dy pour maintenant.

 

           FINIS

 

*

 

1 Comme d’habitude, les particularismes normands n’ont survécu que dans les rimes : vers 16 et 17, 22 et 23, 111 et 112, 113 et 114, 170 et 171… Mais il nous reste un couplet sur les tripes, spécialité normande !   2 Cliquaille, monnaie.   3 Dépensé.   4 À une maudite corde.   5 Celui qui a des deniers ou des piécettes.   6 Quantité. Les écus vieux furent décriés le 5 décembre 1511.   7 Me fera défaut (verbe faillir, vers 5).   8 Celui qui passera avant que je ne me couche.   9 F : ie me haste  (Tournure normande : « Je n’avons pas putost eu gagé, que j’avons vu les deux hommes tout à plain. » Molière, Dom Juan, II, 1.)   10 Il ramasse une branche morte, et l’utilise comme canne pour marcher et se défendre pendant le long trajet entre son presbytère et la cure où il officie. Les villes se trouvaient dans la forêt, alors peuplée de chiens sauvages, de loups, et de détrousseurs.   11 Monsieur le Curé. C’est du vrai latin, contrairement à celui que va écorcher le curé.   12 F : asses toust   13 À destination.   14 Il surgit de derrière un arbre.   15 Par ici, vers moi. Il attrape le curé qui s’enfuyait.   16 F : Vient il  (Est-ce que quelqu’un d’autre vient ?)   17 F : quelconques  (« N’y est-elle point ? Quel tourment ! » Farce des bottines Gaultier, F 9.)   18 Les prêtres avaient une réputation de séducteurs.   19 F : nouuoelles  (Je n’en parlerai à personne.)   20 Aucune pièce de monnaie.   21 Même expression au vers 70. Tasse = bourse : « Prens dix escus en ma tasse. » Le Ramonneur de cheminées (F 30).   22 Vous changerez de ton. « Bientost vous ferai d’autre martin chanter. » Godefroy.   23 F : le lemble   (Tu ne craindras plus qu’on te les vole.)   24 F : Se  (On se demande si le curé plaint le brigand ou son argent.)   25 F : la   26 F : ou a genoulx  (Cf. la confession du Nouveau Pathelin : « –Çà, dictes, sans plus vous brouiller,/ Tout premier Benedicite…./ –Seray-je cy agenoillé ? »   27 Nombreux points communs avec la confession du Testament Pathelin (notamment les vers 327-330), et la confession du Munyer (vers 390-391).   28 Donc. On plaquait parfois cette rime commode à la fin d’un vers bancal : « Il suffist, je n’en dy rien, don. » Maistre Pierre Doribus.   29 Il faut comprendre Sursum corda [élevons nos cœurs]. Le curé a tellement peur qu’il mélange et estropie les textes liturgiques. Voir la note de Gustave Cohen, Recueil de farces françaises, p. 82.   30 F : predicale  (qui ne rime pas. Emprunt classique à saint Augustin : divino eloquio praedicatam = prêchée par une éloquence divine —que ne possède visiblement pas notre pauvre curé de campagne.)  Prédicatan rime avec aman, de même que le sempiternon du vers précédent rime avec don.   31 Le brigand comprend « Adieu ! », et croit que le curé va s’en aller.   32 Maudit soit ce vilain prêtre ! « Maugré du vieux ! » Farce de la Cornette.   33 Vos petites affaires. Double sens érotique (besogner = coïter) : « Vous sçavez bien la besongnette…./ Une autre foys, en la couchette,/ Nous jouerons entre deux draps. » Farce de Jolyet (BM 5).   34 Du bien d’autrui. Cf. la confession du Testament Pathelin, vers 388.   35 Espine = pine, pénis. « Dame Proserpine/ Fust espinée de l’espine/ Qui est en ta brague cachée. » (Rabelais, V, 46.) On peut comprendre : quand je faisais l’amour.   36 F : espingles  (Les espilles sont des épingles qui fermaient les robes : « S’il choit à la dame une espille. » XV Joyes de mariage.)   37 La colère est un péché capital.   38 Vais.   39 Silencieusement.   40 Se retenir (Godefroy). Le curé estime moins grave d’enfreindre le deuxième Commandement (« Tu ne prendras point le nom du Seigneur ton Dieu en vain ») que le septième (« Tu ne desroberas point »).   41 À partir de là, le brigand à genoux entrouvre discrètement l’aumônière du curé, puis en sort les pièces une à une. Le curé lui parle de sa conscience qu’il doit vider de tout péché, mais le brigand parle de la bourse du curé, qu’il vide de ses écus.   42 F : veu en   43 Les forces étaient les ciseaux des coupeurs de bourses. Voir l’édition Koopmans, p.176, note 32.   44 F : par dieu pas encore  (Cf. Koopmans, note 33.)   45 Votre devoir. « Di» rime avec « dû », à la manière normande.   46 Chacun doit laisser son fardeau moral. Le brigand songe plutôt à un fardeau métallique.   47 Le goulot de ma conscience. (Et l’ouverture de votre bourse.)   48 F : hastrs   49 Je vaux 6 écus de plus que je ne valais avant de me confesser.   50 F : la laisse  (Rime du même au même.)   51 Il y a longtemps.   52 F : chappon   53 À la campagne, on laissait refroidir les plats chauds sur une fenêtre, pour le plus grand plaisir des chapardeurs.   54 F : Dea iulfhange  (C’est bien combiné.)   55 Goulûment, comme le chat de Renart le nouvel quand il dévore un héron « sans nape et sans sel ».   56 F : Par dieu vous auez grant somme  (Vous avez tellement sommeil, que vous restez couché au lieu d’aller à l’église ? Le brigand va équivoquer sur les sommes d’argent. Cf. Koopmans, note 49.)   57 Même exclamation au vers 20. Cf. la Seconde Moralité de Genève, vers 129.   58 Le reliquat, le reste. « S’il y a encores en vous quelques reliques de l’amour passée. » Marguerite de Navarre.   59 F : A une  (Vers trop long.)  Les tripières vendaient au marché des tripes chaudes que les clients consommaient sur place, dans une écuelle ou une chope : « Demandé luy ay du brouet [sauce],/ En mon escuelle, de ses trippes. » (Farce de la Trippière, F 52.) « Je payeray choppine de tripes. » (Le Disciple de Pantagruel.) À défaut, on versait les tripes dans un cornet de papier fort : « Ma besace sera gastée,/ Se ne le metez au cornet. » (Un Aveugle, son varlet et une tripière, LV 13.) Les tripières de la littérature comique sont toujours victimes de resquilleurs, comme dans les Repues franches de maistre François Villon.   60 F : qui passoit  (« Regardez là quelz fines lippes/ Pour tesmoigner d’ung plat de tripes. » Le Capitaine Mal-en-point.)   61 F : son bacquet  (Tripière = pot en terre cuite muni d’un couvercle.)   62 F : mon  (Je me suis enfui avant qu’elle me poignarde.)  Le redoutable couteau à double tranchant des tripières était passé en proverbe : « L’Évangile est un cousteau de tripière, qui coupe des deux costéz. » Satyre Ménippée.   63 F : el  (Ce « nous » de majesté désigne le curé lui-même, qui regrette charitablement que la tripière n’ait pas tué le brigand.)   64 F : ma conscience  (Dans mon cœur, dans mon âme. « Ce sont choses (…) qui moult me grièvent et poisent en mon courage. » Froissart.)   65 Je n’ai pas laissé un sou, à moins qu’il n’ait des griffes.   66 F : Se ie ny ay part iay   67 Qu’on en finisse.   68 F : vos   69 Rime normande : avèr rime avec pensèr. Cf. Pates-ouaintes, vers 420 et 422.   70 Il faudrait une rime en -arge, ou à la rigueur en -age.   71 Ego absolvo te [je t’absous]. Pressé d’en finir, le curé recommence à dire n’importe quoi (note 29).   72 « De la croûte » évoque Juxta crucem [près de la croix], et « D’un pâté » rappelle Deus Pater [Dieu le Père].   73 Il s’éloigne en se parlant à lui-même. On apprend qu’il se nomme Maurice.   74 F : Vous estes garny de grant sens   75 F : eschape bien aucy  (Chanter merci = rendre grâces à Dieu.)   76 Le bas du dos : le curé se félicite de ne pas s’être fait violer ! Voir les Ballades en argot homosexuel de Villon <édition de Thierry Martin>. D’après le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud, « se faire endosser » = se faire sodomiser.   77 F : avanture  (Réminiscence des vers 15-16.)   78 F : le vous pardonne  (Encore une fois, ces « biens » sont plus terrestres que spirituels.)

 

LE PRINCE ET LES DEUX SOTZ

Hendrik Hondius, d’après Bruegel l’Ancien

Hendrik Hondius, d’après Bruegel l’Ancien

 

*

LE  PRINCE  ET  LES  DEUX  SOTZ

*

On date du début du XVIe siècle cette pochade parisienne. Mais elle est caractéristique des sotties primitives, et elle se réfère aux œuvres et à l’entourage de Triboulet (nommé au vers 130), qui mourut peu après 1480.1 Les spécialistes s’accordent pour dire qu’elle fut écrite par un basochien : les emprunts juridiques sont fréquents ; l’auteur affiche son mépris pour le collège du Cardinal-Lemoine, pour les jacobins et pour les carmes ; enfin, les clercs de la Basoche jouaient leurs sotties non loin de Saint-Germain-l’Auxerrois (cf. le vers 140, et la notice du Capitaine Mal-en-point).

Source : Recueil de Florence, nº 1.

Structure : Cri en aabaab/ccdccd, rimes plates, abab/bcbc.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

*

Farce nouvelle fort joyeuse

à trois personnaiges

*

C’est assavoir :

    LE PRINCE  [Maistre Coquart]

    LE PREMIER SOT  [Sotin2]

    LE SECOND SOT   [Sotibus]

*

                             LE  PRINCE  commence, estant habillé en longue robe,

                   et desoubz est habillé en Sot :

        Sotz estourdiz, Sotz assottéz                     SCÈNE  I

         Qui3 faictes ce que vous voulez :

               Eslevez voz oreilles !

         À venir, point ne demourez,

5   Et icy courant4 acourez !

               Vécy l’an des merveilles.

         Sotz ont le Temps5, quoy qu’il en soit ;

         Il est sot qui ne l’aperçoit.

               Quant Folie se démaine,

10   Roger le scet, Bontemps6 le voit ;

         Ainsi, soit à tort ou à droit,

               Il passe la sepmaine.

         Chacun de vous, s’i[l] est sçavant,

         Et se doit mectre à foller7 avant,

15    Et passer en follye :

         C’est elle qui doresnavant

         Fait tourner le moulin à vent8,

               Car tousjours le fol lye.

         Fol qui follie, il est follet.

20   Ung saige ne scet que fol est

                Se9 premier ne l’espreuve.

         Ung fol a tousjours fol a souhaict

         Et vient à tout le monde à het10,

               Quelque part qu’il se treuve.

25   S’il fait mal par trop folloyer

         Et puis on le veult affoller11

               Ou payer une amende,

         Fol ne demande qu’à galler ;

         C’est ung fol, laisse-le aller12 :

30     Il ne sçait qu’i demande.

           LE  .I.  SOT                     SCÈNE  II

         Qu’esse que je voy là venir13 ?

           LE  .II.  SOT

         Haro !

           LE  PREMIER

                    Qu’esse ?

           LE  SECOND

                                    Il me fait frémir.

         Je ne sçay, moy, que ce peult estre.

           LE  PREMIER

         Est-il point escollier ou prestre,

35   Pour ce qu’il a ceste grant robe ?

           LE  SECOND

         Il vient.

           LE  PREMIER

                       Il ne hobe.

           LE  SECOND

         Il vient.

           LE  PREMIER

                      Il reculle.

           LE  SECOND

                                       Il ne hobe.

         Je ne me congnois à son fait.

           LE  PREMIER

         Qu’il est maigre !

           LE  SECOND

                                     Qu’il est deffait !

           LE  PREMIER

         Quel Socratès !

           LE  SECOND

                                   Quel valeton14 !

           LE  PREMIER

40   Quel Pithagoras !

           LE  SECOND

                                        Quel Platon !

           LE  PREMIER

           Quel mignon !

           LE  SECOND

                                    Qu’il est [ver]molu !

         Mais regardez ce fol testu,

         Comme il regarde çà et là.

           LE  PREMIER

         Regardez-moy quel Sot vélà !

           LE  PRINCE

45   Sotin, approche sans eslongne15 !

           LE  PREMIER

         Quel museau !

           LE  SECOND

                                 Quel mine !

           LE  PREMIER

                                                     Quel trongne !

           LE  PRINCE

         Hon, hon ! Quoy ? Que diable esse-cy ?

         Est-ce16 tout ? Et d’où vient cecy ?

         Quant mes Sotz trouve, qu’esse à dire

50   Qu’ilz se gardent si bien de rire ?

         Jamais cestuy tort ne fut veu.

         (Sont-ilz saiges depuis ung peu ?

         Quel diablerie, quel sinagogue(s)17 !

         Si ne sont-ilz point en leur(s) vogue(s)18.)

55   Avant, Sotin ! Que faictes-vous ?

         (On leur a fait quelque courroux.)

         Sotibus !

           LE  PREMIER

                        [Je croy qu’il rassote :]19

         Qu’esse qu’il dit ?

           LE  SECOND

                                        Je n’y entens note.

           LE  PREMIER

         Esse point maistre Mousche20 ?

           LE  SECOND

                                                              Non.

           LE  PREMIER

60   Or, par monsieur sainct Sim[é]on21,

         Si esse quelque teste sotte.

           LE  PRINCE

         Sotin ! Sotin !

           LE  SECOND

                                Il chante à note22.

           LE  PREMIER

         C’est quelque prince capital.

           LE  .II.  SOT

         Ou maistre Antitus qui se botte

65   Pour remonstrer le Cardinal23.

           LE  PRINCE

         Hau, mes suppostz !

           LE  .II.  [SOT]

                                           Propos final24,

         Le sang bieu, c’est maistre Co[q]uart25 !

           LE  PREMIER  SOT

         Hau ! nostre Prince original.

         Honneur !

           LE  SECOND

                            Gloire !

           LE  PREMIER

                                           Magnificence !

           LE  SECOND

70   [Que nous vault ?]26

           LE  PRINCE

                                                Garre le pénal27 !

           LE  PREMIER

         Dont nous vient ceste ordonnance28 ?

           LE  SECOND

         D’où venez-vous ?

           LE  PRINCE

                                          De veoir la dance,

         L’estat et le train de la Court.

           LE  PREMIER

         Qu’avez veu ?

           LE  PRINCE

                                La vieille ballance

75   Où l’en pesoit les gens de Court.

           LE  .I.  [SOT]

         Qui bruit là ?

           LE  PRINCE

                                 Le Temps qui court,

         Tout nouveau, tout nouvelles gens29.

         Ung chacun est dessus le bort,

         Et si ne peut entrer dedans.

80   Mais à vous demande, présent[z] :

         De quoy estes-vous esbahis30 ?

           LE  PREMIER

         Esbahis ?

           LE  PRINCE

                         Voire.

           LE  .I.  [SOT]

                                       À mon advis,

         Je le vous diray maintenant :

         Quant regarde présentement

85   La contenance et la manière

         Que tenez voz parolles, infère31

         Que ne soyez plus nostre Maistre.

           LE  PRINCE

         Par celuy Dieu qui me fist naistre !

         Je ne sçay32 pas que voullez dire.

           LE  .I.  SOT

90   J’ay veu que vous souliez rire33

         Et folloyer en folloyant.

           LE  PRINCE

         [Si] est-il vray.

           LE  PREMIER  SOT

                                    Et maintenant,

         Vous portez une longue robe.

         Pour Dieu ! que d’ilec on la hobe34,

95   Car je vous ay jà descongneu35.

           LE  SECOND

         Ma foy, c’est qui m’a tant tenu

         De parler à votre personne.

         Mais premier que plus loing m’eslongne,

         Si Nostre Dame vous doint joye,

100  Despoullez-vous tost36, que je voye

         Si vous estes Sot soubz la forme37.

           Icy doivent despouller le Prince.38

         [Et !] vécy une chose énorme !

         Je voy aussi… Je congnois [bien]

         Qu’on ne congnoist gens [qu’]au maintien

105  [Et qu’à]39 l’abit, soit long ou court.

           LE  PRINCE

         C’est la coustume de la Court :

         Mais q’ung homme soit bien vestu,

         Ung chascun si sera esmeu

         De le vouloir entretenir.

           LE  SECOND

110  Dictes-moy, Prince, sans mentir :

         Pourquoy n’y estes-vous encor ?

           LE  PRINCE

         Et ! je vous jure par sainct Mor

         Que j’ayme mieulx cy folloyer

         Que d’estre plus en ce dangier !

           LE  PREMIER

115  Vous voulez-vous dont reposer ?

           LE  PRINCE

         Plus ne vous en vueil exposer,

         Car vous avez trop sotes testes.

           LE  PREMIER

         Or çà, recommançons40 noz festes,

         Puis que vous estes revenu.

120  Je vous cuidoys avoir perdu,

         Et que jamais je ne vous tinsse.

           LE  PRINCE

         Faictes honneur41 à vostre Prince,

         Et me dictes cy en présent,

         Sans rien laisser aucunement,

125  Comment vous avez folloyé.

           LE  SECOND

         Une fois, tant je m’enyvray

         De la servoyse de Rouen,

         Que j’en avoye si grant ahan42 ;

         J’en beu une quarte43 d’ung traict

130  Aussi bien que fist Triboullet.

         N’estoyt-ce pas bien folloyé ?

           LE  PREMIER

         C’est ung estront de chien chié

         Emmy44 vostre sanglante de gorge !

           LE  PRINCE

         Holà, hau ! que nul ne desloge45 !

135  Dy-moy : que [mengeoys entre]46 deux ?

           LE  SECOND

         Je mengeays deux ou trois moyeux

         D’aulx47 et d’ongnons, sans pain ne sel.

           LE  PRINCE

         Tu es ung bon fol naturel48 !

         Et que n’achetoye-tu du pain ?

           LE  SECOND

140  Sur le clochier de Sainct-Germain49

         Je laissay toute ma pécune.

           LE  PRINCE

         Or sus ! c’est assez parler d’une.

         Que ferons-nous ?

           LE  PREMIER

                                         Tousjours grant chère !

           LE  SECOND

         Je le veulx bien.

           LE  PRINCE

                                     C’est ma manière.

145  Aucuneffois, je vous amyelle

         Ma raye du cul si doulcement :

         Grant n’est mousche50 jeune ne vieille

         Que je ne happe incontinant.

           LE  PREMIER

         Je veulx prescher tout maintenant ;

150  Donnez-moi votre béne[i]sson51.

           LE  PRINCE

         Qu(i) esse-là ?

           LE  SECOND

                                 C’est ung Sot.

           LE  PREMIER

                                                         C’est mon52.

           LE  PRINCE

         Que veult-il ?

           LE  SECOND

                                Votre béneisson.

           LE  PREMIER

         Jube, Domine, benedicere !53

           LE  SECOND

                                                            Amen !

         Que Dieu [si] te mecte en mal an54 !

           LE  PREMIER

155  Je suis prest d’évangélister.

         Ne vous sçavez-vous adviser

         De parer autrement la chaire,

         Affin de me garder de braire55 ?

         Que Dieu en mal an si vous mecte,

160  Et trèstous ceulx qui font la beste,

         Et qui mèshuy en preschera !

         Et puis se56 course qui vouldra ;

         Si ce fust Jacobin ou Carme,

         Je prens sur Dieu et sur mon âme

165  Qu’il [fust pendu]57 dès huy matin !

         Par Dieu ! il coustera ung tatin58

         À qui que soit, j’en ay juré !

         Riez-vous, monsieur le curé ?

         Gardez bien que ne vous empongne !

170  J’avoye la meilleur[e] besongne59,

         Et qui venoit tout à propos ;

         Je l’eusse exposé en deux motz

         Et puis une petite fin60.

           LE  .II.  SOT

         Par ma foy ! tu es bien jényn61

175  De vouloir prescher devant moy.

         Et ! tays-toy, tays, Sotin, tais-toy !

         Je veulx chanter à contrepoint.

           LE  PRINCE

         Vrayement, cela ne me duit point,

         Car j’ay trop grant mal en la teste.

           LE  .II.  SOT

180  N’est-il pas aujourd’uy la feste

         Que nous devons tous folloyer62 ?

           LE  .I.  [SOT]

         Hau ! Prince, je vous vueil compter

         Ce que j’ay veu depuis deux jours.

           LE  PRIN[CE]

         Et ! je te supply par amours :

185  Dy quelque chose de nouveau.

           LE  .I.  [SOT]

         J’ay aujourd’uy veu ung thoreau

         Plus petit que une souris63.

           LE  .II.  [SOT]

         C’est trop menty, et je m’en ris.

         As-tu tant songé à le dire64 ?

190  Prince, je m’en vois d’une tire

         Veoir se j(e) aprendray quelque chose.

           LE  PRIN[CE]

         Par Dieu ! d’icy bouger je n’ose.

           LE  .I.  [SOT]

         Dictes pourquoy.

           LE  PRINCE

                                        Je me repose.

           LE  .II.  [SOT]

         Allons-nous-en à la taverne.

           LE  PRIN[CE]

195  Nous fault-il point une lanterne65 ?

           LE  .II.  [SOT]

         Nenny, non : c’est à saiges gens.

           LE  PRIN[CE]

         Allon !

           LE  .I.  [SOT]

                      Bonjour !

           LE  .II.  [SOT]

                                       Devant !

           LE  .I.  [SOT]

                                                       Attens66 !

           LE  .II.  SOT

         Prenez en gré, je vous en prie !

           LE  PREMIER

         À Dieu toute la compaignie67 !

*

                  FINIS

*

1 TRIBOULET : La Farce de Pathelin et autres pièces homosexuelles. GayKitschCamp, 2011. Cette édition critique de Thierry Martin contient : la sottie du Roy des Sotz (pp. 17-57) ; la farce de Maistre Pathelin (pp. 59-201) ; la sottie des Vigilles Triboullet (pp. 203-235) ; la sottie des Coppieurs et Lardeurs (pp. 237-307) ; la sottie des Sotz qui corrigent le Magnificat (pp. 309-361).  2 Ce personnage apparaît dans deux sotties de Triboulet : les Coppieurs, et les Sotz qui corrigent le Magnificat3 F : Que   4 F : acourant   5 « Je vous asseure/ Que les Sotz ont tousjours le Temps. » Les Sotz triumphans. Le Temps (le Bon Temps du vers 10, ou le Temps qui court du vers 76) est, avec le Monde, le personnage allégorique le plus important du théâtre médiéval ; on regrette son absence, et on espère son retour. Cf. les Moralités de Genève6 « Roger Bon Temps » était la personnification nostalgique d’un passé meilleur mais révolu. Roger de Collerye s’appropria ce vieux nom quelques décennies plus tard.  7 F : passer  (La répétition de ce verbe aux vers 12, 14 et 15 est suspecte.)  Foller = faire le fou. « Fol qui ne folle n’est pas fol. » Vigilles Triboullet. Le principe du « cry » est de répéter le plus souvent possible le radical fol ou sot.   8 Les Fols entretiennent un rapport étroit avec le vent, dont leur tête est remplie. Cf. le Prince des Sots « Angoulevent », dans Mallepaye et Bâillevant (notes 2 et 109). Triboulet dit dans le Roy des Sotz : « Vécy ung Sot qui donne vent ;/ Il nous servira de soufflet. » Enfin, les Sots ont un vrai talent de pétomanes : cf. Trote-menu et Mirre-loret.   9 F : Ce  (Se premier = si d’abord.)   10 De bonne humeur. Mais aussi, en érection. Cf. le Povre Jouhan, vers 151.   11 Assommer, blesser. Le passage 18-26, avec son avalanche de fols, est très proche des onze premiers vers des Vigilles Triboullet.   12 « Ha ! c’est un Fol, laissez-le aller. » Dialogue du Fol et du Sage, qui offre des similitudes avec les vers 18-30.  13 Les deux Sots observent le Prince de loin, et ne le reconnaissent pas. Leur crainte mêlée de curiosité devant l’inconnu est propre à la fin du Moyen Âge : cf. les Esveilleurs du chat qui dort, vers 33-44.   14 Pour rester avec les philosophes grecs, on pourrait mettre Xénophon.   15 F : demourance  (Sans eslongne = sans délai. « Sans différer et sans élogne. » Godefroy.)  16 F : Estoit ce  (Sur cette formule de reproche, cf. le Povre Jouhan, vers 435.)   17 Sabbat de sorciers. « Les Sorciers estans assembléz en leur Synagogue adorent premièrement Satan. » Henry Boguet.  18 F : iogues  (En grande forme. « Nous voyons les contempteurs de Dieu estre en leur vogue & avoir le vent en poupe. » Calvin.)  19 Qu’il devient sot. « Je croy que cest homme rassote. » Le Povre Jouhan, vers 26.   20 Célèbre farceur, chef de troupe et « Sot renommé » qui, au milieu du XVe siècle, eut Triboulet pour disciple. Cf. Bruno Roy, Pathelin : l’hypothèse Triboulet, Paradigme, 2009, p.16.  21 Saint Syméon d’Émèse, dit le Fol-en-Christ. Son cas relevait de la psychiatrie. « Demander à sainct Siméon Salus [le Fou] un grain de cette sainte folie qui l’a rendu si sage & si saint. » Méditations de Philagie.   22 Il crie fort. Chanter à note = claironner, annoncer hautement (ATILF). « Il le diroit tantost à Malebouche, qui le chanteroit à note par tous les quarrefours du pays. » Guillaume de Machault.  23 Qui chausse ses bottes de duel pour faire des remontrances au collège du Cardinal-Lemoine. Ce collège encourageait les propos misogynes : « Au Cardinal Lemoyne,/ Magister, on nous a fait tort :/ Il s’y dit que on nous batte fort…./ Vrayment, je ne sçay pas que c’est/ Que tousjours ceulx du Cardinal/ Dient des femmes tant de mal. » (Les Femmes qui se font passer maistresses, F 16.) Le poète maître Antitus Faure <voir les Sotz escornéz, note 23> n’ayant jamais parlé des femmes, notre pièce évoque par conséquent le personnage homonyme qui est entré en littérature en 1442 grâce au Champion des dames. Dans la Farce des deux jeunes femmes qui coifèrent leurs maris par le conseil de maistre Antitus, ce grand féministe vitupérera les époux médisants : « Et ! à jamais vous mesdirez/ Dessus ces pauvres femmelettes ?/ Par bieu, vous rompez bien vos testes,/ Car tousjours je les soustiendray. »  24 En définitive.   25 Un maître coquard est un fol. « Je me rys d’ung maistre coquart,/ Le plus follas que je viz oncques. » (Sottie de la Pipée.) Les vers 66-67 nuisent au schéma des rimes.  26 F : De nouueau  (Cette insolence attire au 2° Sot une menace du Prince.)   27 F : penat — Koopmans : penart (= poignard) — Cohen : penal  (= pénitence induite par « le vœu pénal, qui a été émis ou comme sanction d’une faute, ou à titre de moyen pour l’éviter ». Jules Besson.)  28 Votre comportement.   29 Cf. la sottie des Gens nouveaulx30 La sottie des Esbahis (F 3) a plusieurs points communs avec celle-ci.  31 F : chiere  (Inférer que = déduire. « S’il y a eu quelques femmes mal advisées, vous inférerez que toutes les autres femmes ne vallent rien. » Godefroy.)   32 « Je ne sçay quel mouche vous point./ Par celuy Dieu qui me fist naistre ! » Testament Pathelin, vers 61-62.  33 Que vous aviez naguère coutume de rire.   34 Qu’on l’enlève de là.   35 Je ne vous ai pas reconnu.   36 Dans le Roy des Sotz, on déshabille Triboulet : « –Despouille-le tost ! –Quel “seigneur” !/ Il est tout fin fol par-dessoubz. » Dans les Sotz qui corrigent le Magnificat, Sotin déshabille un fol : « Despouillez ceste robe ! »   37 F : robe  (qui ne rime pas. En droit, « sous la forme » = dans les règles. « En cas que le tout se treuve avoir esté faict et passé soubs la forme et solemnitéz. » Nouveau coutumier général.38 C’est la scène rituelle du déshabillage du Fol : cf. le Jeu du Prince des Sotz, note 146. La « chose énorme » était symbolisée par une marotte, comme celle qu’exhibe le personnage central de notre illustration.  39 F : Que a  (Les juristes et les médecins sont « de robe longue », les nobles « de robe courte ». Mais on distingue les magistrats « de robe longue, s’ils sont reçus sur la loi après avoir pris leurs licences ; & de robe courte s’ils n’y sont pas reçus ». On faisait la même distinction pour les chirurgiens.)   40 F : recommancerons  (Ce quatrain assimile le Prince au Temps : note 5.)   41 Même revendication du Roy des Sotz : « Se vous me venez faire honneur. »   42 Tourment.   43 Une grande chope. « Triboullet gyst en ceste couche,/ Le lieutenant de maistre Mousche./ Pour humer pinte d’une alaine,/ Il buvoit quarte toute pleine. » Vigilles Triboullet44 F : En  (« C’est ung estront/ De chien chié emmy vostre gorge ! » Colin qui loue et despite Dieu <BM 14>. Le drapier de la farce de Pathelin jurait « par la sanglante gorge ».)   45 F : se hobe  (Déloger = s’enfuir. La rime est régulière : cf. carme/âme aux vers 163-164.)  46 F : mengeust tu rntre  47 Des cœurs d’ails. Les temps sont durs : Triboulet, lui, entre deux gorgées de vin, gobait quatre-vingts saucisses et boudins, suivis par un banneton de tripes et de pieds de mouton. Vigilles Triboullet, vers 141-147.   48 Un fou authentique, contrairement au Sot, qui fait le fou. « Or est-il plus fol, [celui] qui boute/ Tel fol naturel en procès. » Farce de Pathelin49 Les marguilliers de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, en face du Louvre, sollicitèrent longuement les dons des paroissiens pour fondre une cloche monumentale. Cette cloche, baptisée « Marie », sera posée en 1527. (45 ans plus tard, elle sonnera le début du massacre de la Saint-Barthélemy.)  50 Mouche à miel = abeille. Mouche = mouchard. « Ce nom de “mouches avait été donné aux agents qu’Antoine de Mouchy, premier espion de la Cour de France sous François Ier, employait pour découvrir les opinions religieuses de ses contemporains…. Les mouches employées à la chasse antipédérastique se recrutaient le plus souvent parmi de jeunes prostitués qui avaient eu affaire à la justice. » Maurice Lever, les Bûchers de Sodome, 10/18, p.263. Sur les allusions à l’homosexualité dans les sotties, voir la notice des Sotz fourréz de malice51 Bénédiction. Les Sots parodiaient les prêches dans des Sermons joyeux obscènes et scatologiques. Cf. le Sermon joyeux de tous les Fous (Jelle Koopmans, Recueil de Sermons joyeux, Droz, 1988, n° 12).  Ici, le 1° Sot enfile la robe longue du Prince, qui du coup ne le reconnaît plus.   52 C’est la vérité. Cf. le Munyer, vers 458.   53 « Daigne, Seigneur, me bénir. » Cette formule latine précède les leçons des Vigiles ; c’est avec elle que commence le Sermon joyeulx de saint Billouart (Koopmans, n° 3).  54 En malheur. Idem vers 159. « Amen » rimait en -an55 De placer autrement ma chaise, pour que je ne sois pas obligé de crier. Jeu de mots sur « chaire », qui désignait la chaire et la chaise ; le Sot va prêcher debout sur une chaise.  56 F : ce  (Se courrouce.)  57 F : fut tendu  (Je prends Dieu et mon âme à témoin qu’il serait pendu ce matin.)   58 Un coup de poing. « En donnant maint coup et tatin/ Aux Angloys. » Godefroy.  59 La tâche de prononcer un sermon.   60 Il s’agit du très classique « sermon en trois points », comprenant l’exorde, la confirmation, et la péroraison.   61 Bête. « Quel glorieulx sot ! Quel jényn ! » Sottie des Coppieurs. Cf. la Résurrection Jénin à Paulme62 On jouait des sotties les jours de fête. Cf. Trote-menu et Mirre-loret, note 15.  63 Le bestiaire fantastique est souvent sollicité dans les fatrasies des Sots : « J’avoys une jument/ Qui cochonna [mit bas] quinze thoriaulx. » Sottie des Sotz nouveaulx farcéz, couvéz. Voir aussi les Sotz escornéz, vers 31-32.   64 « Tu as beaucoup mis à le dire. » Le Roy des Sotz.   65 Depuis Diogène jusqu’à Rabelais (Vème Livre, chap. 32), la lanterne fut l’emblème de la sagesse. On l’opposait à la vessie, qui était l’emblème des fous : Jeu du Prince des Sotz, note 49.  66 F : Je le attens   67 Cette formule clôt deux pièces de Triboulet : la farce de Pathelin, et les Vigilles Triboullet.

LES ESVEILLEURS DU CHAT QUI DORT

Musée de Cluny

Musée de Cluny

*

LES  ESVEILLEURS

DU  CHAT  QUI  DORT

*

Cette sottie de la fin du XVe siècle est bâtie sur des triolets (rondels simples en ABaAabAB), de sorte que les vers de transition sont minoritaires : l’auteur n’a pas dû avoir beaucoup de temps. Un proverbe a fourni le sujet, fort mince au demeurant. Quant au modèle, il pourrait s’agir d’un… chien ! Je publie en annexe un poème d’Henri Baude († 1496) où Canis remplace Mittis, mais où l’injonction à la prudence est aussi prononcée par un Fol.

Source : Recueil de Florence, nº 34.

Structure : abab/bcbc, avec 10 triolets.

Cette édition : Ciquer sur Préface.

*

Farce nouvelle à trois personnaiges,

trèsbonne et fort joyeuse, des

Esveilleurs du chat qui dort

dont ilz s’en prennent par le nez et sont farcéz

*

     [LE PREMIER ESVEILLEUR

     LE SECOND ESVEILLEUR

     LE FOL]

*

            LE PREMIER ESVEILLEUR commence   SCÈNE I

     Mon compaignon !

                  LE SECOND ESVEILLEUR

                   Que te fault-il ?

                  LE PREMIER

     Que ferons-nous, au temps qui court ?

                  LE SECOND

     User nous fault de gent babil1.

                  LE PREMIER

     Mon compaignon !

                  LE SECOND

                   Que te fault-il ?

                  LE PREMIER

5    User n’en fault à ung subtil.

                  LE SECOND

     User en fault à quelque lourd.

                  LE PREMIER

     Mon compaignon !

                  LE SECOND

                   Que te fault-il ?

                  LE PREMIER

     Que ferons-nous, au temps qui court ?

                  LE SECOND

     Allons-nous-en tous, bref et court,

10    Par(my) le pays, à l’adventure.

                  LE PREMIER

     Mais, aller nous fault à la Court :

     Là trouverons quelque pasture.

                  LE SECOND

     Que ferons-nous ?

                  LE PREMIER

                  La turelure2

     Y chanterons, en passant temps.

                  LE SECOND

15    Or y allons de grant allure,

     Sans faire noises ne contemps3.

                  LE PREMIER

     Au rega[r]d de moy, je prétens

     Que g’y trouveray quelque chose.

                  LE SECOND

     Si feray-je, ainsi [je] l’entens ;

20    Au moins s’aulcun ne s’i oppose.

                  LE PREMIER

     Or nous verrons, en la perclose4,

     Que[l] bien venir nous en pourra.

                  LE SECOND

     Se sommes pourveuz, je suppose

     Qu’encor on nous honnourera ?

                  LE PREMIER

25    Et pourquoy non ? On le fera

     Certainement, c’est bien raison.

                  LE SECOND

     Chascun « mon seigneur » nous dira,

     Mésouen, en toute saison.

                  LE PREMIER

     Se [je] suis pourveu, ma maison

30    Sera5 mieulx garnye qu’elle n’est.

                  LE SECOND

     En la mienne, des biens foison

     [Il] y aura, sans faire arrest.

                  LE PREMIER, avisant ung chat qui dort

     Mais qu’esse-là qui apparest

     Icy devant en ce chemin ?

                  LE SECOND, en avisant aussi

35    Esse point d’ung pot quelque taist6 ?

                  LE PREMIER

     Mais qu’esse-là qui apparest ?

                  LE SECOND

     Se c’est chose qui soit d’acquest7,

     Je le sçauray, par sainct Lubin !

                  LE PREMIER

     Mais qu’esse-là qui apparest

40    Icy devant en ce chemin ?

                  LE SECOND

     Ha ! j’avou Dieu et saint Frémin :

     C’est ung chat qui est endormy.

                  LE PREMIER

     Que c’est ? Ung chat ? Sainct Saturny !

     Je cuidoyes que ce fust l’Ennemy8.

                  LE SECOND

45    Il s’en fault ung blanc et demy9 :

     Le dïable est ung ort souillon.

                  LE PREMIER

     Il10 fault que nous le réveillon ;

     Fault-il qu’il dorme maintenant ?

                  LE SECOND

     C’est trèsbien dit ; à luy allon !

                  LE PREMIER

50    Il fault que nous le réveillon.

                  [LE SECOND]

     Il ne fault point que nous raillon :

     Ses oreilles soyons tenant.

                  LE PREMIER

     Il fault que nous le réveillon ;

     Fault-il qu’il dorme maintenant ?

                  LE SECOND

55    Une oreille, sans séjournant,

     J’ay empongnée de Mittis11.

                  LE PREMIER

     Et moy l’autre, au remenant.

                  LE SECOND

     Une oreille, sans séjournant,

     Chascun avons entretenant.

                  LE PREMIER

60    Or tirons, mais nunc dimittis12 !

                  LE SECOND

     Une oreille, sans séjournant,

     J’ay empoingnée de Mittis.

                  LE PREMIER

     Sçais-tu qu’il est, amy subtilz ?

     Ung peu le fault faire chanter.

                  LE SECOND

65    De cela, soyons advertis.

                  LE PREMIER

     Desjà se prent à gringoter13.

                  LE FOL                SCÈNE II

     Seigneurs, je me viens transporter

     Par-devers vous à ce besoing.

                  LE PREMIER

     Besoing n’avons de rassoter14.

                  LE FOL

70    Seigneurs, je me viens transporter

     À vous aider et supporter.

                  LE SECOND

     Va-t’en musser en quelque coing !

                  LE FOL

     Seigneurs, je me viens transporter

     Par-devers vous à ce besoin.

                  LE PREMIER

75    Fol es de prendre pour nous soing,

     Car point ne t’en sçavons de grâce.

                  LE FOL

     Ne tuez beste, s’el15 n’est grace ;

     Autrement, perdriez voz paines.

                  LE SECOND

     Que tu l’entendes : sans mittaines16,

     Nous esveillons le chat qui dort.

                  LE FOL

     Pas ne ferez17 sans avoir paines.

                  LE PREMIER18

     Que tu l’entendes : sans mitaines,

     Nous l’esveillons à quelque estraines19.

                  LE FOL

     [Et] s’il vous esgratigne ou mort ?

                  LE SECOND

85    Que tu l’entendes : sans mitaines,

     Nous esveillons le chat qui dort.

                  LE .I., en se prenant au nez

     Ha ! le grant deable vous emport20 !

     M’av’ous ainsi esgratigné ?

                  LE FOL

     Il ne vous a point fait de tort,

90    S’il vous a ung petit pigné.

                  LE SECOND, en se prenant au nez

     La chair bieu ! je suis empoigné.

     J’en ay ma part comme tu as.

                  LE FOL

     Ha ! vous fault-il jouer aux chatz ?

     Quant dorment, ne leur fault toucher.

                  LE PREMIER

95    Mal m’en est prins, en ce pourchaz.

                  [LE FOL]

     Ha ! vous fault-il jouer aux chatz ?

                  LE SECOND

     J’ay bien fait de plusieurs achatz,

     Mais cestuy-cy est le plus cher.

                  LE FOL

     Ha ! vous fault-il jouer aux chas ?

100   Quant dorment, ne leur fault toucher.

     Mon amy, la[i]ssez-le coucher,

     Ung aultre fois, tout à son aise.

                  LE PREMIER

     Jamais ne vouldroy approcher

     Tant que vive, ne vous desplaise !

                  LE SECOND

105   Aussi ne feray, par sainct Blaise !

     Mais c’est trop tard désor[e]mais.

                  LE FOL

     Dea ! il vault mieulx tard que jamais,

     Vous l’avez bien tousjours ouÿ dire.

                  LE PREMIER

     De chat esveiller me desmetz.

                  LE FOL

110   Dea ! il vault mieulx tard que jamais.

                  LE SECOND

     Si fais-je. Mes21, cest entremetz

     Me demour[r]a, sans contredire.

                  LE FOL

     Dea ! il vault mieulx tard que jamais,

     Vous l’avez bien tousjours ouÿ dire.

                  LE PREMIER

115   Je requiers à Dieu que mauldire

     Puissë-il le chat et la chaterie !

                  LE SECOND

     Amen, amen ! Tout d’une tire,

     Il m’a bien mis en resverie22.

                  LE FOL

     Conclusion en farserie :

120   Du chat qui dort, les23 esveilleurs

     Sont attrapéz, dont fault qu’on rie.

     Conclusion en farserie :

     Le chat, sans point de mocquerie,

     Sur les mains leur a mis couleurs24.

125   Conclusion en Farserie

     Du chat qui dort les Esveilleurs25.

                  LE PREMIER

     À toutes gens sont grant[z] folleurs26

     De pourchasser à aultruy mal.

                  LE SECOND

     Se esté n’euss[i]ons réveilleurs,

130   Cecy n’eussions, propos final.

                  LE FOL

     Adieu disons en général,27

     Seigneurs et dames, hault et bas.

     Nous en allons par cy aval.

     Adieu disons en général,

     [……………………………. -al.]

135   Prenez en gré tous noz esbatz.

     Adieu disons en général,

     Seigneurs et dames, hault et bas.

                             EXPLICIT

*

*

 

UNG  HOMME  QUI  BOUTE  AVEC  UNG  BASTON  UNG  CHIEN  QUI  DORT

(Henri  Baude)

 

            Maistre Canis, vous dormez trop,

            Et le dormir vous est contraire.

                               LE CHIEN

             De me réveiller tu as tort.

             Si je dors, ne te doibt desplaire.

                               UNG AUTRE QUIDAM

             Tel réveille le chien qui dort,

             Qui gaigneroit mieulx de se taire.

             Quant il dort, il ne peult mal faire ;

             Mais quant il ne dort pas, il mort ! 28

*

1 Il faut faire du boniment (pour exploiter les riches).   2 Sorte de danse. « On y danceroit la turelure. » Le Pourpoint rétrécy (F 44).   3 Contentieux, disputes.   4 Finalement.   5 F : Fera   6 Tesson, morceau. La queue de ce chat doit ressembler à l’anse d’un pot.   7 Profitable.   8 Le diable.   9 Il y a une grande différence. (Le blanc était une pièce d’argent.)   10 F : Ie   11 Nom de chat, comme Mitou, Mitaut ou Mitte pelue. C’est l’origine de Mistigri.   12 « Nunc dimittis servum tuum, Domine. » (Saint Luc.) Mais nunc suivi d’un mot commençant par une consonne se prononçait alors comme le français non ; je traduis donc Non dimittis par : « Ne lâche pas ! » À l’opposé, Jelle Koopmans <p. 481, n. 23> traduit « lâche [l’oreille] maintenant », ce qui cadre mal avec le contexte.   13 Fredonner.   14 De devenir sots (en écoutant un Sot).   15 F : celle (S’el = si elle.)   16 Sans prendre de précautions. « On n’a point tel chat sans mitaines. » Colin qui loue et despite Dieu (BM 14).   17 F : serez   18 F : SECOND   19 À tout hasard.   20 Il parle au chat, qui lui a griffé le nez.   21 Mais = désormais, comme au v. 11.   22 Fureur.   23 F : tes   24 Du sang, quand ils se sont touché le nez.   25 Conclusion de la Farce des Éveilleurs du chat qui dort.   26 Folies.   27 Notre auteur pressé a pris dans d’autres pièces les formules stéréotypées qui composent ce congé.   28 Henri Baude : Poésies complètes. Édition critique de Brian McKay à paraître.

LE DORELLOT AUX FEMMES

Adultère (XVº s.)

Adultère (XVº s.)

*

LE  DORELLOT

AUX  FEMMES

*

Cette farce date probablement de la fin du XVe siècle. Outre le caractère de la femme vénale, du mari faible et de l’amant idéaliste, elle fait de nombreux emprunts au Povre Jouhan : vers 26, 62-63, 71, 328, 368, etc. On peut aussi lui trouver des points communs avec les Amoureux qui ont les botines Gaultier (F 9). Notre pièce illustre une expression, « avoir la chemise [de] Bertrand », c’est-à-dire : se contenter des restes dont un autre ne veut plus.

Source : Recueil de Florence, nº 24.

Structure : Rimes plates, avec 2 chansons, 2 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

*

Farce nouvelle trèsbonne & fort joyeuse du

Dorellot aux femmes

qui en a la chemise Bertrand

*

À quatre personaiges, c’est assavoir :

      BERTRAND

      SADINETTE

      LE DORELOT

      FAICTE-AU-MESTIER

*

               BERTRAND  commence         SCÈNE I

             Mon tecton !

                                              SADINETTE,  femme Bertrand

                                        Et ! hay avant, hay !

                                             BERTRAND

             Sans me faire plus de délay,

             Seray-je point baisé en l’œil ?

                                            SADINETTE

             Haro ! Et d’où vient cest orgueil ?

                                           BERTRAND

5    Ma poupée !

                                           SADINETTE

                                    Tant de fatras !

                                           BERTRAND

             Le vous feray-je1 ?

                                           SADINETTE

                                              Ouy dea, trois,

             Encore beaucop, par saint Pierre !

                                          BERTRAND

             M’amye !

                                          SADINETTE

                               Quoy ?

                                         BERTRAND

                                               Dont vient tel guerre ?

             Qu’avez-vous, ma doulce rousée ?

                                        SADINETTE

10     Et ! rien, rien.

                                        BERTRAND

                                           Estes-vous coursée

             Contre moy ? [Hélas !] qu’ay-je fait ?

                                        SADINETTE

             Tant dire !

                                       BERTRAND

                                   Mon cueur !

                                       SADINETTE

                                                             Tant de plait !

             Ha ! que vous estes ennuyeulx.

             Laissez-m(oy) en paix !

                                       BERTRAND

                                                         Bien je le veulx.

15     Mais belle dame, dictes-moy

             Ung bon mot2.

                                       SADINETTE

                                         Aÿe ! laissez-moy !

                                      BERTRAND

             Qu’avez-vous, estes-vous malade ?

                                      SADINETTE

             Nenny, que vous estes maussade !

                                      BERTRAND

             Acollez-moy, ma doulce conne3.

20     Ferez-vous ?

                                      SADINETTE

                                            Encor(e) ?

                                     BERTRAND

                                                                  Ma mignonne !

                                     SADINETTE

             Cecy !

                                    BERTRAND

                            Mon tout, mon entretant4,

             Baisez-moy !

                                   SADINETE

                                      Et trut, trut avant !

             Fouet à l’huys5 ! (Ilz sont passéz6 ?)

             Tant de mines !

                                   BERTRAND

                                           Vous vous farsez ?

25     Et don[t] viennent ces petis motz ?

                                   SADINETE

             Mon Dieu, qu’il en y a de sotz !

             (Quant tout le monde est [es]levay7,

             [L’]est-il ?)

                                  BERTRAND

                                    Suis-je bien arrivay ?

             Tournez-vous deçà, mon trèstout,

30     Et d’ung beau baston à ung bout8

             Aurez, avant que je repose,

             Doze fois.

                                   SADINETE

                                Hélas, doulce chose !

              (Vueillez m’acoller ce pourceau9 !)

                                  BERTRAND

             Ma femme…

                                  SADINETE

                                     Tenez, quel joyau10 !

35     (Hélas ! et qu’ilz ne le me font !)

                                  BERTRAND

             Qu’esse-ci ? Comment on respond !

             Auffort, il n’est que d’endurer.

                                 SADINETE

             Vous deveriez beaucop durer.

                                 BERTRAND

             Comme quoy ?

                                 SADINETE

                                           Vous estes bien neuf.

                                 BERTRAND

40     (Ataché !)

                                 SADINETE

                                      Avez-vous point seuf ?

             Il vous fault boire ceste honte.

                                  BERTRAND

             Ha, dea ! vous avez vostre compte.

             Nous sommes bien : ma dame sue.11

                                  SADINETTE

             Tenez cy : suis-je bien pourveue,

45     Ne suis-je pas bien endouée ?

                                  BERTRAND

             Allons !

                                  SADI[NETTE]

                              (Je suis ailleurs vouée,

             C’est bien du moins de mon soucy.)

             Tant de prières !

                                  BERTRAND

                                             Qu’esse-cy ?

             Et ! dictes-moy, se vous voulez,

50     Qu’il y a.

                                 SADINETE

                                (Quoy ! ilz sont couchéz ?)

             Mon amy, le logis est plain ;

             Nous sommes bien ! C’est à demain.

     (Je n’ai rien, encor une fois.

             Vécy grant hideur !)

                                   BER[TRAND]12

                                                    Je m’en vois,

55     Par le ventre bieu, par despit.

                                   SADINETTE

             Par Nostre Dame, c’est bien dit :

             Vous me pugnirez par ce point.

                                   BERTRAND

             Ventre Dieu ! me baill’on de l’oingt ?

             Je suis fort en sa malle grâce.

60     Quel remède ? Ho ! je m’en passe,

             Pour le présent, d’en plus parler.

             Se ne luy laisse bien ronger

             Son frain, que je n’en aye rien !

                                 FAICTE-AU-MESTIER,  maquerelle       SCÈNE II

             Qui est céans ? Y puis-je bien,

65     Tant doulcette ?

                                   SADINETTE

                                                  Hay ! ma commère,

             Comment vous portez-vous ? Quel cherre ?

             Qui vous maine en ce quartier ?

             S’il y a rien sur le mestier,

             Je te prie qu’on le m’entame.

                                  FAICTE[-AU-MESTIER]

70     Et ! je vous viens veoir, belle dame.

             Il est grant maistre, qui vous voit.

                                   SADINETTE

             Dieu le scet !

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                                       J’ay veu qu’on souloit

             T’entretenir au moins aux festes.

                                   SADINETTE

             Ha ! que c’est bien dit ! Que vous estes

75     Grant baveuse, quant vous voullez !

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Je croy que vous [me congnoissez]13 !

             Et ! bien, bien…

                                  SADINETTE

                                            Dieux ! où sommes-nous ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Et puis, comment en estes-vous ?

                                  SADINETTE

             De qui ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                              De vostre beau mary.

                                  SADINETTE

80     Comment ? Je l’ay bien fait marry,

             Je l’ay bien mys en fièvres blanches.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

             Je me fais fort que tu luy trenches

             (Ne fais pas ?) de la précieuse14.

                                 SADINETTE

             Non, guère.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

                                   Quel religieuse !

                                 SADINETTE

85     Il ne scet comment me complaire ;

             Car, par Dieu, je le vous fais taire

             Et bouter dedans ung pinot15,

             Se je veulx.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

                                  Hé ! povre Jhannot16 !

                                  SADINETTE

             Oultre plus, je le fais lever

90     Pour me bailler l’eau à laver

             Ou pour m’aller quérir le pot

             À l’orine.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                              Povre Jhannot,

             Tu es vray martir en ce monde.

                                  SADINETTE

             Vous n’avez garde qu’il réponde,

95     Pour injure que je luy disse,

                                 FAICTE-AU-MESTIER

             Non ?

                                 SADINETTE

                           Non, non, que je ne luy fisse

             Tantost rabaisser son caquet.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

             En effet, je voy bien que c’est :

             Il n’oseroit sonner ung mot

100    Contre toy.

                                 SADINETTE

                                      Et ouy dea, tantost,

             Par Nostre Dame, si hardy.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Je t’en croy. Mais laissons cecy.

             Vien çà. Depuis quant ne vis-tu

             (Je l’ay bien aultreffois congneu)

105    Cestuy-là ?

                                    SADINETTE

                                       Qui ?

                                    FAICTE-AU-MESTIER

                                                    Ton dorelot,

             Ton mignon, ton petit fallot,

             Que sçay-je ? ton gouvernement.

                                     SADINETTE

             Je le vy l’autre jour, vray(e)ment,

             Au moustier, en oyant la messe.

                                    FAICTE-AU-MESTIER

110    Y eut-il point quelque promesse

            N(e) heure [as]signéë nullement ?

                                    SADINETE

            Nenny, par bieu !

                                    FAICTE-AU-MESTIER

                                             Non ?

                                    SADINETTE

                                                           Seurement,

             Car je faignois ne le veoir point.

                                   FAICTE-AU-MESTIER

             Ton dorelot est en tel point

115    Qu’il ne scet [s’il est]17 homme ou femme.

                                   SADINETTE

             Mais par bieu !

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                                          Voire, sur mon âme !

             Bref, il n’en dort ne [nuyt ne jour]18.

             Il en pert les piedz.

                                   SADINETTE

                                               J’ay grant paour

             Qu’il y laisse ung jour sa plume.

                                   FAICTE-AU-MESTIER

120    Il veult19 ensuivre la coustume ;

             Croyez qu’il en est bien féru.

                                   SADINETTE

             Mais par bieu !

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                                          Je n’eusse pas creu

             Qu’il en eust bouté com il fait.

                                   SADINETTE

             Mais de vray ?

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                                         Il est plus deffait

125    Et blesme que n’est ung drappeau20.

                                    SADINETTE

             Et ne scet-il aller tout beau ?

             De quoy s’échauffe21 le jeune homme ?

             Il pert sa peine, c’est la somme.

             Il fault qu’autre face son cours.

                                  FAICTE-AU-MESTIER22

130    Par bieu ! il fist hier bien cent tours

             Par cy-devant pour te trouver.

                                  SADINETTE

             Il ne vault rien, non, pour foncer23.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

             Pourquoy ?

                                 SADINETTE

                                    Il est trop bas de poil24 ;

             Je croy qu’il fut né à Nouèl,

135    Ou [bien] qu’il a esté pelé.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

             Je m’en doubte : il est gelé,

             Il est defferray tout à plat25.

                                  SADINETTE

             Vous le voyez eschac et mat.

             Ainsi est le gallant galé.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

140    C’est cela ; il a tant fillé

             Et foncé, qu’il n’a plus que frire.

                                 SADINETTE

             Et s’il revient ?

                                 FAICTE-AU-MESTIER

                                         Il luy fault dire

             Que les fourriers y ont esté,

             Qui y ont ung autre bouté,

145    Et que tout le logis est plain.

                                  SADINETTE

             Et qu’il revienne quant ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                                                           Demain.

             Par ce point, sera débouté.

                                  SADINETTE

             Il sera de moy bien traicté,

             Pourveu que tout premièrement

150    Il fournisse l’appointement.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Et sans cela ?

                                  SADINETTE

                                      Fouet à l’huis !

             Ha ! il foncera, se je puis,

             Ou il y laissera l’endosse.

             Vélà tout.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                               C’est com on escosse

155    Les galans qui n’ont point de pluc,

             Au fort.

                                  SADINETTE

                           Frappé-je pas au but ?

             Vélà le cas, vélà la guise.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Ha ! s’il n’en a doncques ?

                                  SADINETTE

                                                               [De prise ?

             Fouet à l’huis ! Fy du]26 pelé,

160    Fy, fy !

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                               La croix bieu ! c’est parlé

             Proprement et de main de maistre.

                                  SADINETTE

             N’est pas donc ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                                             Tu es digne d’estre

             La mignonne d’ung petit roy,

             Par Dieu !

                                  SADINETTE

                                  Suis pas ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                                                     Ouy, par ma foy.

165    Tu scèz tout ce qu’il en peut estre ;

             Tu es faicte.

                                  SADINETTE

                                   C’est bien dit, maistre :

             Je ne suis que ton escollière.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Par mon serment ! tu es ouvrière,

             Liève quant tu veux ta bouticle.

                                   SADINETTE27

170    C’est trop parlé de la manicle28.

             Faicte-au-mestier, par [ton] serment,

             Vidz-tu [pas] mon gouvernement29 ?

             Piéçà je cuide qu’il est mort.

                                   FAICTE-AU-MESTIER

             Ha ! par le corps bieu, il a tort

175    Qu’il ne s’acquicte autrement

             De te venir veoir.

                                  SADINETTE

                                           Voirement.30

             Car j’ay veu qu’il ne passoit jour

             Qu’il ne vînt faire cy ung tour.

             J’ay peur qu’il ne prenne moustarde

180    Autre part. Certes, il me tarde

             Merveilleusement de le veoir.

                                  LE DORELOT   [chante]           SCÈNE III

             Est-il possible de faire son debvoir

             Plus loyaument, ne mieulx soy aquiter ?

             N’est-il possible à engin31 concepvoir

185    Les maulx qu’on a pour loyaument aymer ?

             Par Dieu, nenny ! Car je m’ose vanter

             Que pour servir amours de loial cueur,

             Je suis celuy qui y veulx employer

             Corps et âme. Mais touteffois, j’é peur

190    Que celle en qui est [lors] mon seul refuge

             Me32 mescongnoisse, veu le piteux déluge

             Là où Fortune m’a mis tout desnué…

             Mais quel remède ? Il est de moy sué33.

             Je ne désire autre chose, ne vueil

195    Tant seulement que d’elle un doux acueil.

             Or ne fault-il qu’un bon hazart ;

             Et ! par Dieu, jà homme couart

             N’acquerra jamais belle dame.

             Iray-je ? Et ouy, sur mon âme :

200    Il n’a rien, qui ne s’adventure.34

             Qui est céans ?                        SCÈNE IV

                                   SADINETTE

                                         Je vous asseure

             Que vécy mon gouvernement35

             Qui vient.

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                               Mais par Dieu…

                                   SADINETTE

                                                             Ouy, vray(e)ment.

             Belle dame, Faicte-au-mestier,

205    Va-y veoir.

                                    FAICTE-AU-MESTIER

                                     Feray-je l’entrer ?

                                    SADINETTE

             Ouy. Mais se c’est mon dorelot,

             Dy-luy que tu reviens tantost

             Et que je suis ung tantinet

             Empeschée. S’il n’est mye nect,

210    Hardiment que je n’en ayes rien !

                                     FAICTE-AU-MESTIER

             Mais scès-tu bien par quel moyen36

             Tu te deschargeras de luy ?

                                     SADINETTE

             Se je [le] sçay bien ? Et ! ouy, ouy,

             Va veoir qui c’est [tant] seullement.

                                     FAICTE-AU-MESTIER             SCÈNE V

215    Qui esse-là ?

                                     LE DORELOT

                                         C’est ung gallant.

                                     FAICTE-AU-MESTIER

             Que demandez-vous, mon amy ?

                                     LE DORELOT

             Or escoutez, avez-vous ouÿ ?

             Je vous demande en mariage,

             M’amye.

                                     FAICTE-AU-MESTIER

                             Dieux, quel avantage !

220    Vostre amye n’est pas si noire37.

             Qu’i a-il, de par Dieu ?

                                     LE DORELOT

                                                      Quoy ?

                                     FAICTE-AU-MESTIER

                                                                     Voire.

                                     LE DORELOT

             Sadinette est el[le] céans ?

                                     FAICTE-AU-MESTIER

             S’elle y est ? Ouÿ dea… riens, riens38 !

             À l’autre huys allez [veoir], mon frère.

                                     LE DORELOT

225    Et dea ! ne soyez pas si fière.

             Qu[e  j’]ayes audience ung seul mot !

             Dictes-luy que c’est son dor(e)lot,

              Qui l’a autreffois gouvernée.

                                     FAICTE-AU-MESTIER

             Elle est ailleurs embesongnée,

230    Mon amy. Dieu vous face bien !

                                    LE DORELOT

             Et ! pour Dieu, soyez mon moyen :

             Je vous donray ung chapperon,

             Par le ventre bieu !

                                   FAICTE-AU-MESTIER

                                                Nenny non !

             En a-l’en39 ainsi pour des prunes ?

235    Eschec ! Allez à ces communes40 !

             Noz amys, vous vous abusez.

                                   SADINETE                    SCÈNE VI

             Qui esse ? Comment vous musez !

             Luy fault-il tenir tant de plait ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             C’est vostre dorelot.

                                  SADINETTE

                                                Non est !

240    Et que veult-il, le bon seigneur ?

             En a-il ?

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                              Par bieu ! j’ay grant peur

             Qu’il ne soit des plus bas perséz.

                                  SADINETTE

             Il (y) en aura donc de farséz

             Bien au vif. Fay, fay-le venir !

                                  FAICTE-AU-MESTIER

245    Et s’il n’en veult compte tenir,

             Quel pars ?

                                 SADINETTE

                                  Ung beau congié de Court,

             [Ung] vidimus sans queue41.

                                 FAICTE-AU-MESTIER

                                                                 Tout court ?

                                  SADINETTE

             Que veulx-tu ! n’esse pas assez ?

             Fay-le venir sans plus.

                                  FAICTE-AU-MESTIER

                                                    Passez.

                                  SADINETTE

250    S’il en a, on me puist est[r]aindre

             S’il n’est bien achevay de paindre !

             Hardiment que je n’en ayes rien !42

                                 FAICTE-AU-MESTIER             SCÈNE VII

             Çà, où estes-vous ? Je revien.

             Saint Jaques ! je l’ay tant preschée

255    Qu’en la fin s’i est accordée,

             Moyennant aussi, par tel si,

             En tout bien.

                                  LE DORELOT

                                    La sienne mercy

             Et la43 vostre, Faicte-au-mestier !

                                  FAICTE-AU-MESTIER

             Il n’y a de quoy. Çà, entrer !

                                  LE DORELOT  [chante]

260    Ma seulle pensée,

             Mon tout, mon plaisir,

             Et ma mieulx aymée

             Que je veulx servir :

             Comment va ?

                                  SADINETTE

                                         À vostre plaisir,

265    Mon dorelot, mon assotté.

             Où av’ous si long temps esté,

             Beau sire, sans me venir veoir ?

                                  LE DORELOT

             Je n’ay pas bien fait mon devoir,

             Mais je récompenseray tout.

                                  SADINETTE

270    Cr(oy)ez que je vous ayme beauco[u]p ;

             Mais vous estes si grans baveux

             Entre vous, hommes, et joncheux…

                                  LE DORELOT

             Quoy ? Cela, ce n’est que pour rire.

                                  SADINETTE

             Je sçay bien que vous sçavez dire,

275    Voire, d’entre nous, povres femmes.

             Brief, nous en avons tous les blasmes,

             Quant en avez fait voz choulx gras44.

                                  LE DORELOT

             Et comment cela ?

                                  SADINETTE

                                                À plain[s] bras,

             Chascun en dit sa rastellée ;

280    Et fault qu’on soit déshonnourée

             Sans plus, pour vous faire plaisir.

                                  LE DORELOT

             Amour45

                                   SADINETTE

                                  Vous me faictes mourir.

                                   LE DORELOT

             Par la mort, je ne saiche point

             Qu’oncques…

                                   SADINETTE

                                        Pour Dieu, n’en jurez point !

285    Pour cest heure, il n’est jà mestier46.

             On nous tient bien sur le mestier

             Mainteffois que n’y pensons pas.

                                    LE DORELOT

             Vous le dictes.

                                    SADINETTE

                                       Hélas, hélas !

                                   FAICTE-AU-MESTIER

             Ha ! par ma foy, il n’oseroit.

                                    SADINETTE

290    Non, ce croy-je : on le batroit.

                                    LE DORELOT

             Ceulx qui le font sont bien infâmes !

             On dict47 bien, plainement, des femmes,

             Sans en rien charger leur honneur.

                                     SADINETTE

             Venez çà, aussi, mon seigneur.

295    M’aviez-vous pas piéçà promis

             Une robe ?

                                     FAICTE-AU-MESTIER

                                   (Encor[e] vault pis48 !)

                                     SADINETTE

             Une chose promise est deue.

                                     LE DORELOT

             Et par Dieu ! j’en ay une vestue

             Qui est bien vostre, s’il vous plaist ;

300    Et le corps avec.

                                     SADINETTE

                                               On nous paist

             Assez souvent de tel promesse.

                                     LE DORELOT

             Par le sacrement de la messe !

             J’[en] ay en mon logis deux coupples :

             Deux fourrées de martes, deux do[u]bles,

305    Bien à vostre commandement.

                                      SADINETTE

             Ha ! la vostre mercy, vray(e)ment :

             Pas ne vous vouldroies tant charger.

                                     LE DORELOT

             Or en effect, pour abréger,

             Ne le faictes, sans plus, que dire49.

                                     SADINETTE

310    En avez-vous point une pire

             Que celle qu(e) avez [là] vestue ?

                                     LE DORELOT

             Pour quoy ?

                                     SADINETTE

                                     Ma fille est tant nue !

             Je luy en feroies une robe.

                                    LE DORELOT

             Par saint Jehan ! Avant que [je] hobe

315    D’icy, bel[le] dame, el [l’]aura.

                                    SADINETE

             Sauf vostre grâce !

                                   LE DORELOT

                                                Si aura,

             Par le ventre bieu, belle dame !

                                   SADINETE

             Ouÿ, mais vous seriez infâme

             De vous en aller en pourpoint,

320    De par Dieu.

                                  LE DORELOT

                                         Ne m’en parlez point.

                                  SADINETTE

             Grant mercis, jusqu’au desservir50.

             La pourray-je faire servir

             À me faire une simple cocte,

             Ceste-cy ?

                                 FAICTE-AU-MESTIER

                                 Tant vous estes sotte !

                                 SADINETE

325    Ce sont erres de revenir51.

                                 LE DORELOT

             Par bieu ! je suis presqu’au mourir

             De la naturelle amictié

             Qu(e  j’)ay en vous.

                                 SADINETTE

                                                   Vélà grant pitié.

                                 LE DORELOT

             Ma douleur est si trèsterrible,

330    En effect ! Il n’est pas possible

             D’aimer tant. J’en meurs sur le pié,

             Seurement.

                                 SADINETTE

                                  Et vélà grant pitié.

                                 LE DORELOT

             Venez çà ! M’en croyez-vous point ?

             La mort bieu ! j’en suis en tel point,

335    Et plus encor(e) de la moictié

             Que je ne dy.

                                 SADINETTE

                                    Vélà grant pitié

             De si mortelle maladie.

                                 LE DORELOT

             Il n’est nul qui y remédie

             Que vous, pour en bref m’aléger.

                                 SADINETTE

340    Vous estes en ung grant danger,

             S’il est vray ce que vous me dictes.

                                 LE DORELOT

             Entre vous, femmes, estes duictes

             De nous guérir incontinant.

                                 SADINETTE

             Hélas ! pour Dieu, allez-vous-en :

345    J’ay ouÿ mon mary cracher.

                                LE DORELOT

             Las ! où me pourray-je cacher ?

             Par le sang bieu, je suis perdu !

                                SADINETTE

             Allez tost ! Il vous est mescheu.

             Par ma foy, se céans vous treuve…

                                LE DORELOT

350    Que j’ayes ung manteau, qu’il ne pleuve !

             Sang bieu, [m’en] iray-je en pourpoint52 ?

             Quelque robe !

                                SADINETTE

                                          Je n’en ay point,

             Se ne voulez une chemise.

                                LE DORELOT

             Ha ! par le corps bieu, c’est la guise.

355        Baillez çà ! Est-elle à Bertran,

             Vostre mary ?

                                SADINETTE

                                       Ouy, par sainct Jehan.

             Ne vous chaille, je la vous donne.

             Tenez, regardez, est-el bonne ?

             Pour Dieu, courrez tost, mon mygnon !

                                 LE DORELOT

360    Par le ventre bieu, c’est raison :

             J’ay donc la chemise Bertran.

             Comment, et esse la façon ?

             Par le ventre bieu, c’est raison.

             Ainsi s’en va le compaignon.

365    Dieu la vueil[le] mectre en mal an !

             Par le ventre bieu, c’est raison :

             J’ay donc la chemise Bertran.

                                 SADINETTE                  SCÈNE VIII

             Or s’en va le povre Jouhan.

             L’ay-je bien affinay, au moins ?

                                 FAICTE-AU-MESTIER

370    Il a la chemise Bertran.

                                 SADINETTE

             Or s’en va le povre Jouhan.

                                 FAICTE-A[U]-MESTIER

             Autre foiz, le vy ung droit paon,

             Entre femmes.

                                 SADINETTE

                                      Ne plus ne moins,

             Or s’en va le povre Jouhan.

375    L’ay-je bien affinay, au moins ?

             Croyez que quant j(e) y metz les mains,

             Fault qu’il soit [ung] maistre affineur,

             Se de moy il est deffineur53

             Et se par moy n’est affinay !

380    Les plus fins n’[en] ont pas finay,

             Ne ne fineront par leur finesse :

             Car d’affiner je suis maistresse

             Comme ung [droit] maistre Domine54.

             Se de moy est55 bien dominé,

385    Je le dorlote56 et [le] poupine ;

             Et lors, en la fin, je l’afine

             Ainsi net que quant il fut né.

             Prenez en gré, car c’est finé !

*

                                                      EXPLICIT

*

RONDEAU57

*

             Fine à finer remplie de finesse,

             Qui d’affiner ne cessez nullement :

             Par voz fins tours et fin affinement,

             Des affineurs estes l’affineresse.

*

             J’ay grant désir sçavoir à quel fin est-ce

             Que m’affinez tousjours si finement,

                           Fine à finer.

*

             Si les fins tours qu’aprîtes en jeunesse

             Vous maintenez tousjours si finement,

             Fin trouverez à vostre finement,

             Par qui serez affinée en vieillesse,

                           Fine à finer.

*

1 Le faire = faire l’amour (idem v. 35) : « Quelque gallant s’y fourrera (…)/ Et on vous le fera, fera. » Parnasse satyrique.   2 Un mot gentil.   3 F : coune  (Cf. le Faulconnier de ville, v. 193.)   4 Passe-temps.   5 On passe aux coups (Di Stefano, Dictionnaire des locutions en moyen français). Fou-et compte pour 2 syllabes. Cf. vers 151 et 159.   6 Mes amants sont morts ? À l’intérieur de son dialogue avec Bertrand, Sadinette se livre à un monologue dans lequel elle déplore la vulgarité de son époux, et surtout l’absence de ses amants (vers 23, 35, 46, 51 et 53).   7 Éduqué.   8 Le Faulconnier de ville, note 10.   9 F : pousteau  (Correction proposée par Jelle Koopmans.)   10 Allusion (apparemment peu flatteuse) au « bijou de famille » de Bertrand. Cf. Guiraud, Dictionnaire érotique.   11 Ce vers proverbial se trouve dans l’Ordre de mariage (F 31), et dans le Parnasse satyrique. Dans le Savetier, le Sergent et la Laitière (T 31), on varie les plaisirs : « Nous sommes bien, ma dame pisse. »   12 À partir d’ici, l’imprimeur abrège la plupart des rubriques. Je ne le suivrai pas.   13 F : mescongnoissez   14 Trancher de la précieuse = faire la sainte-nitouche.   15 F : minot  (Pinot = baril à mettre les poissons salés.)   16 Le mari s’appelle Bertrand. Jehannot = niais, cocu.   17 F : cest  (« J’ay si grant soif, sur mon âme,/ Que ne sçay si suis homme ou femme. » Tout-ménage.)   18 F : jour ne nuyt   19 F : fault   20 Un chiffon.   21 F : se chauffe   22 F ajoute : Que voullez vous ce sont amours   23 Pour payer. Idem vers 141 et 152.   24 Lâche. Prononcer « pwèl », pour rimer avec Nouèl [Noël]. Bas-de-poil est un personnage du Monologue des Sotz joyeulx de la nouvelle bande (Montaiglon, III).   25 Il est comme un cheval qui a perdu ses fers « –Je suis affiné [appauvri]./ –Et moy, defferré tout à plat. » Gautier et Martin.   26 F : Dagrise / Fouet aduise le  (Prise = chose à prendre.)   27 F place dessous le vers 211.   28 En argot, un « frère de la manicle » était un coupe-bourse ; « être de la manicle » = tromper. Ces dames connaissent la langue des bas-fonds : manicle, foncer [payer], endosse [cape], pluc [argent], queue [pénis]…   29 Mon amant sérieux. Il en sera question aux vers 201-205.   30 F ajoute : Jay peur quil nait empeschement   31 À un esprit.   32 F : Ne   33 C’en est fait de moi. « Je suis mort : il en est sué. » Le Savetier, le Sergent et la Laitière (T 31).   34 Ces quatre vers expliquent les vers 103-107 du Resjouy d’amours (F 18).   35 Mon amant sérieux, et non le Dorelot.   36 F met ce vers avant 170.   37 N’a pas l’âme si noire pour accepter.   38 Faite-au-métier se reprend après avoir gaffé.   39 En a-t-on (des maîtresses).   40 Chez les filles publiques.   41 Un « vidimus sans queue », ou « vidimus tout court », est une attestation de conformité sans le nom du garant : « –Qu’esse ? –Un vidimus sans queue./ –Corps bieu ! nous sommes despeschés. » Marchebeau et Galop (LV 68). Pour le jeu de mots sur « sans queue », v. Gargantua, 11 : « Coupez-vous la chose aux enfans ? Il seroyt Monsieur sans queue. »   42 L’imprimeur ajouta cette reprise du v. 210 parce qu’il ponctuait « estraindre ! » et « paindre, ». L’inutile v. 253 fut alors ajouté pour la rime.   43 F : le   44 Vos profits, vos jouissances. « Sotz qui faictes aux dames les choux gras. » Jeu du Prince des Sotz.   45 F : Aa mort   46 Ce n’est plus nécessaire.   47 F : list   48 Sadinette est encore pire que je ne le pensais.   49 Ne faites que le dire, sans plus. (Vous n’avez qu’à demander.)   50 Jusqu’à ce que je vous rende la pareille.   51 C’est un goût de revenez-y.   52 F : ce point  (Cf. vers 319.)   53 S’il vient à bout de moi.   54 Personnage de trompeur : « C’est quelque maistre Domine,/ C’est quelque laveur de cullers. » Sottie de la Mère de ville (LV 28).   55 F : a   56 Dor(e)lot est à l’origine de ce verbe.   57 Nº 117 du Jardin de Plaisance et Fleur de Rhétorique. Slatkine Reprints, 1976.

MAISTRE MYMIN QUI VA À LA GUERRE

Songes drolatiques de Pantagruel

Songes drolatiques de Pantagruel

*

MAISTRE  MYMIN 

QUI  VA  À  LA  GUERRE

*

Cette farce écrite entre 1513 (selon Koopmans) et 1530 (selon Droz) fait partie d’un cycle disparate dont il ne reste que Maistre Mimin estudiant (BM 44) et Maistre Mimin le gouteux (BM 35). Le tiers fol des Sotz nouveaulx farcéz couvéz (Picot II, 185) s’appelait déjà Mymin, et sa mère Lubine.

La pièce est antimilitariste, comme beaucoup de farces : voir l’Avantureulx, le GaudisseurTroys Gallans et Phlipot, le Capitaine Mal-en-point… Les soldats, qui ravageaient les cultures et rançonnaient les villages, étaient haïs pour leur bêtise et leur brutalité. En outre, ils étaient méprisés pour leur poltronnerie, eux qui pillaient les campagnes au lieu de combattre. Les profiteurs en prenaient aussi pour leur grade ; l’auteur de la sottie Pour le Cry de la Bazoche (Picot, III, 260) écrivit en 1549 ces vers toujours valables :

*

     —Monsieur Rien, je vous faitz demande

     Pourquoy le royaulme de France

     N’est jamais en paix n’asseurance.

     —Je vous respondray sur ce pas :

     Pour ce qu’on ne la cherche pas.

     —La raison ?

                           —Paix, où tout bien sonne,

     Ne destruict ne gaste personne ;

     Et n’est possible qu’homme chiche

     Ou avare devienne riche

     Premier qu’un aultre n’apauvrisse. (…)

     Pour quoy, guerre (à tous maulx compaigne)

     Est meilleure, il le fault penser,

     À gens qui veulent s’advancer,

     Que la paix.

*

Source : Recueil de Florence, nº 4.

Structure : Rimes plates, avec 2 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

 

*

Farce nouvelle à cinq personnaiges de

Maistre Mymin

qui va à la guerre

atout sa grant escriptoire pour mettre

en escript tous ceulx qu’il y tuera

*

      MAÎTRE MYMIN

      LE CAPITAINE [DE SOT-VOULOIR]

      LUBINE

      LE SOULDART [DE FROIT-HAMEL]

      LE SEIGNEUR [DE PETIT-POVOIR]

*

      LE CAPITAINE DE SOT-VOULOIR  commence    SCÈNE I

      Quel dommaige q’ung grant couraige

      Comme moy n’a point l’avantaige

      Des ennemys (j’entens la proye) !

      Je les tueroye, j’en abatroye,

5     Comme Thévot1, homme crueux

      De mourir si soubdainement ;

      La chose qu’il aimoit le mieux

      Me laissa en son testament :

      C’est sa lance ; j’en suis plus fier.

10     Se [je] trouvasse où l’employer…

            LE SEIGNEUR DE PETIT-POVOIR2     SCÈNE II

      Et ! vécy bien pour enraiger

      Que je n’ay pas ung blanc vail[l]ant.

      Et si, ay le panart3 taillant

      De Copin de Valenciennes4 :

15     Toutes victoires estoient siennes.

      Au moins en avoit-il le los.

      En toutes guerres terriennes,

      Tant chrestiennes que payennes,

      Il despêcheoit tout à deulx motz.

                   LE CAPITAINE         SCÈNE III

20     Vécy droictement à propos :

      J’aperçoy delà gens mouvoir.

                   LE SEIGNEUR

      Capitaine de Sot-voulloir,

      Honneur ! Je vous cherche partout.

                   LE CAPITAINE

      Mettons-nous dessus le beau bout.

25     Ce s(e)ra une belle [pré]bende5

      De racompter nostre légende,

      Pour nostre bruit espoventable.

           LE SOULDART [DE FROIT-HAMEL]    SCÈNE IV

      Tout est venu, mettez la table !

                   [LE SEIGNEUR]

      Tout beau, car je suis estonné.

30     Si, suis-je bien embastonné :

      J’ay l’arc (Dieu en pardoint à l’âme !)

      Du franc archier du Boys-Guillaume6,

      Sa salade et [ses] ganteletz,

      Dague pour férir aux pouletz,

35     Deux flèches bruslé[e]s par le bout7.

      Et puis, comment se porte tout ?

      Fait-on plus nulz coups dangereux ?

      Sot-vouloir, homme couraigeux8,

      Vous vous faictes partout sercher.

                   LE CAPITAINE

40     Sus, gallans, sus ! Il fault marcher

      Fièrement en toutes rencontres.

                   LE [SOULDART DE FROIT-HAMEL]9

      Capitaine, sans faire monstres10,

      J’ay ataché ung escripteau

      Icy près, [en]contre ung posteau :

45     Que gens fors et aventureux

      Viennent, et ilz seront receuz

      Soubz nous troys.

                   LE CAPITAINE

                  C’est fait d’ung grant sens.

                   LE SOULDART

      Et que ceulx seront innocens

      Qui se trouveront en ma voye.

                   LE CAPITAINE

50     La char bieu ! nous crirons montjoye,

      Si j’en trouvons ung à l’escart.

      Quel lance !

                   LE SOULDART

                Quel arc !

                   LE SEIGNEUR DE PETIT-POVOIR

                         Quel panart !

                   LE CAPITAINE

      Quant est à moy, je les pourfendz.

                   LE SEIGNEUR

      Je les fais trembler, sur les rencz.

                   LE SOULDART

55     N’ay-je point baillé sur les dens

      À d’aucuns ? Et tomber adans11,

      De mes mains ? Mais, ils sont casséz.

                   LE CAPITAINE

      Dieu ait l’âme des trépasséz

      En son seculorum, amen !

60     Mais en beau sang de crestian

      Je me suis autres foys disnay.

                   LE SEIGNEUR

      Et moy, que je m’y12 suis baigné

      Comme en eaue de belle fontaine !

                   LE SAULDART

      J’ay veu autrefois capitaine,

65     Les mains plus rouges que crevisses ;

      On en eust bien fait des saucisses,

      Tant l’eusse dépecé menu.

                   LE CAPITAINE

      Ce qui est fait est advenu.

      Il fault penser doresnavant

70     À faire plus fort que devant.

      Et chascun se face valoir.

                   LE SEIGNEUR

      Capitaine de Sot-vouloir,

      Vous ne serez pas escondit :

      Il sourdera13, sur nostre édit

75     Qui est là endroit attaché,

      Quelque huron enharnasché.

      Chantons ! Je m’en voys le ton prendre.

         Adonc, ilz chantent tous troys ensemble ce qui s’ensuit :

      Nous en yrons sans plus attendre,

      Maintenant, sur les Bourguignons.

                   LE CAPITAINE

80     Les Bourguignons nous attendons.

      Marchons ung grant pas, fièrement !

            MAISTRE MYMIN,  habillé en Badin d’une longue

                 jacquette et enbéguyné14 d’ung béguin, ayant une

            grande escriptoire ; en chantant :    SCÈNE V

      Et comment, comment, et comment ?

      Sont pèlerins si bonnes gens ?  En advisant l’escripteau15, dit :

      Ha ! ha ! Qu’esse-là, voirement ?

85     Qui a là mis ceste cédulle ?

      Mais seroit-ce point une bulle ?

      Ou quelque lettre d’une cure ?

      Lire la vois, à l’adventure :

      P trenchié16 : « Par. » S, I : « si. »

90     « Par cy… » Ha dea, qu’esse ? Et ! qu’esse-cy ?

      « [S’il est] au cul couppeau d’ongnons… »

      Hen ! « S’il est aucuns compaignons,17

      Soient de ville[s] ou de villaiges,

      Qui veullent avoir [de] bons gaiges

95     Du capitaine Sot-voulloir,

      Du seigneur de Petit-povoir,

      Et du18 soudart de Froit-hamel

      Qui a cy mis son escriptel. »

      La Mort me vienne bientost querre

100    Se je ne m’en voys à la guerre !

      Ma mère, hau !                       SCÈNE VI

                   LUBINE,  SA MÈRE

                  Je voys, je voys :

      Tu as encore belle voix.

      Que Dieu la te vueille saulver !

      Mais tu la pourrois bien grever.

                   MAISTRE MYMIN

105    Certes, je m’en vois à la guerre.

                   LUBINE

      Qui l’a dit ?

                   MAISTRE MYMIN

                 On m’est venu querre…19

      Je dy : J’ay leu ung escriptel

      Où il met : « S’il est quel ne tel

      Qui vueille recepvoir bons gaiges

110    Pour ses chevaulx et pour ses paiges,

      [Qu’il] vienne. »

                   LUBINE

                  Est-ce [ce] qui te maine20 ?

                   MAISTRE MYMIN

      Je m’en voys veoir le capitaine,

      Car je porteray sa devise.

                   LUBINE

      Que feras-tu de ta clergise ?

                   MAISTRE MYMIN

115    C’est pour messire Bavotier,

      Le curé de nostre monstier,21

      Se je demeure en chemin.

                   LUBINE

      Et ! revien-t’en, Maistre Mimin !

                   MAISTRE MYMIN22

      Per Deum sanctum, non feray !

                   LUBINE

120    Par mon serment, doncques, g’iray,

      Et me deussiez-vous tous destruire !

      Je pleure, et si, [tu] me fais rire.

      Tu as tousjours ton saoul de beurre,

      Couché en ung lit plain de feurre

125    Aussi molet que le beau lin.

      Que veulx-tu plus ?

                   MAISTRE MYMIN

                    Boyre du vin

      Ainsi comme on a beu les nostres23.

                   LUBINE

      Garde tousjours noz patenostres,

      Comment qu’il soit. Hée ! mère Dieu !

130    Et où veulx-tu aller ?

                   MAISTRE MIMIN

                     Au lieu

      Où sont les vaillans capitaines.

                   LUBINE

      De sanglante[s] fièvre[s] quartaines

      Soient-ilz saisis, pour leur payement !

      Or vrayment, g’iray veoir comment

135    Il te gouverneront.

                   MAISTRE MIMIN

                    Venez…

      Je les voy là. Tenez, tenez !

      Compter les voys : empr[e]u24, deux, trois.

      Je cuidoys que le(s) Genevoys

      Du Boys-Guillaume fust avecques.

140    Et puis ? que faictes-vous illecques ?

      Font-ilz du raminagrosbis25 ?

                   LE SOULDART         SCÈNE VII

      Sang bieu, quel gardeur de brebis !

                   LUBINE

      Mes amys, je vous crie mercy !

      C’est pour mon enfant que vécy,

145    Qui veult devenir gens de guerre.

                   LE CAPITAINE

      C’est ung beau gallant, par saint Pierre26,

      Mais qu’il soit hardy en courage.

                   MAISTRE MYMIN

      Per animam27 canis ! J’enrage

      Que je ne treuve à batailler !

                   LE SEIGNEUR

150    Il est ferme comme ung pillier.

      Tenez : zac !

                   LE SOULDART

                  Il a forte eschine.

                   LE CAPITAINE

      Qui ne le verroit qu’à la mine,

      On le jugeroit fol, au28 fort.

                   LUBINE

      Ha ! Nostre Dame de Montfort !

155    Il m’a tant cousté à nourir,

      Et je voy qu’il s’en va mourir :

      Il n’en a honte ne demie.

                   LE SEIGNEUR

      Or ne vous courcez point, m’amie.

      Nous l’armerons si bien en point

160    Qu’on ne sauroit trouver [ung point]29

      À luy faire mal d’une éguille.

                   LUBINE

      Il est mouvant comme une anguille ;

      S’il n’eust esté si frénatique,

      Nous l’eussons fait ecclésiastique30,

165    Moy et son père Raoullet.

                   LE SOUBDART

      M’amie, il est bien où il est.

      Venir pourra à tel hutin

      Qu’il pourra avoir tel butin

      Qu’il s’en sentira à jamais.

                   LUBINE

170    Dictes-vous ?

                   LE SEIGNEUR

                  Ouy, je vous prometz ainsi :

      On a souvent telle adventure.

                   LUBINE

      Las ! où s’en va ma nouriture !

      Maistre Mimin, tu demourras31.

      Or, fais du mieux que tu pourras.

175    S’il vous plaist, vous le conduirez.

      Mon filz, ce que vous gaignerez,

      Raportez-le à la maison.

                   MAISTRE MIMIN

      Si feray-je.

                   LE CAPITAINE

                C’est bien raison ;

      Il vous en envoira de beaux !

                   MAISTRE MIMIN

180    Je vous recommende noz veaux.

      Qu’on maine les cochons au boys.

      [Et] donnez à mon chien Turquoys

      Mon desjuner et mon soupper.

                   LUBINE

      Veux-tu plus rien ?

                   MAISTRE MIMIN

                    Et à Rogier,

185    Qu’il preigne [bien] garde à ses bestes ;

      Et qu’il me garde mes sonnettes32

      Avecques mon psautier33 d’ymaiges,

      Aux enseignes de[s] six fourmaiges

      Que nous emblasmes au chasier34.

                   LUBINE

190    Ton père ne dois oublier ;

      Ce n’est pas bien fait, mon varlet.

                   MA[I]STRE MIMIN

      Dictes à mon pare R(a)oulet

      Que c’est bien.

                   LE SOULDART

                 Retournez-vous-ent :

      Car plus y serez longuement,

195    Et plus de mal vous en seroit35.

                   LUBINE

      Messeigneurs, gardez-luy son droit ;

      Je le vous (re)commant, et [à Dieu]36.

                   LE CAPITAINE         SCÈNE VIII

      Que de babil, par le sang bieu !

      Il fault armer Maistre Mimin,

200    Et puis empoigner le chemin

      Et aller fort piller aux tables37.

                   MAISTRE MIMIN

      Ma foy, je n’ay point peur de dyable[s] :

      Je suis clerc, et Maistre passé38.

      Qui vouldra, cantemus basse39 ;

205    Et puis nous irons nous combatre.

                   LE CAPITAINE

      C’est bien dit ; il est bon follastre.

                   LE SOULDART

      Sus ! Qui sçaura rien, si le monstre !

      Chantons, et je feray le contre40.                  

            Adonc, ilz chantent tous ensemble ce qui s’ensuit :

      Ilz s’en vont trèstous en la guerre,

210    Maintenant, les bons compaignons.

      La renommée court grant erre

      Que dagues ont sur les rongnons41.

                   LUBINE              SCÈNE IX

      Ha ! mère Dieu ! Quant je m’avise,

      Mimin, tu pers bien ta clergise.

215    Tu me donnes bien du courroux.

      Gens d’armes, maulditz soiez-vous !

      Par la croix bieu de Paradis !

      Je verray comment sont hardis ;

      Et si, sera tout à ceste heure42.

220    Que Maistre Mimin leur demeure,

      Mon filz, mon enfant, ma figure,

      Ma godinette créature ?

      Vrayment, g’y bouteray remède !

      Et si, n’y demande point d’aide.

    Adonc, ilz chantent ensemble ce qui s’ensuit :      SCÈNE X

225    Aux armes, aux armes, aux armes !

                   [LE SEIGNEUR]

      Maistre Mimin, tiens[-nous] bons termes43.

                   LE CAPITAINE

      Qu’esse-cy ?

                   MAISTRE MIMIN

                  C’es[t] brigandinas44.

                   LE CAPITAINE

      Oste ce latin, [poitrine as]45 !

      Crie en tout lieu [où on]46 arrive,

230    Fièrement : « Qui vive ! »

                   MAISTRE MIMIN

                          Qui vive ?

      Mais il vault mieulx que je l’escripve.

                   LE SOUDART

      « À mort ! »

                   MAISTRE MIMIN

                   À mort ? Fuyons-nous-en[t] !

                   LE CAPITAINE

      Ha ! vélà bon commencement !

      Tien, vestz ce jacques… Tu te [c]haulse47 ?

                   MAISTRE MIMIN

235    Ainsi en fait-on, en Beaulse,

      Pour guéter [la] beste à l’acul.

                   LE CAPITAINE

      Comment ! t’armes-tu sur le cul ?

                   MAISTRE MIMIN

      Encor j’ay peur d’estre fessé.

                   LE SEIGNEUR

      Vélà gentement commencé !

                   MAISTRE MIMIN

240    J’en ay veu d’autres, ne vous chaille.

      Or sus ! irons-nous en bataille

      Et n’auray-je rien sur ma teste ?

                   LE SOUDART

      Tien cecy.

                   MAISTRE MIMIN

                Hé ! qu’elle48 est honneste,

      Celle capeline de fer.

245    Or, vienne le dyable d’enfer,

      À sçavoir se je ne le tue !

      Qu’auray-je puis ?

                   LE CAPITAINE

                    Cette massue,

      Pour jouer à double ou à quitte.

                   MAISTRE MIMIN

      Tout le monde mettray en fuite,

250    Puis que m’y metz, propos final.

      Mais qui nous pourroit faire mal ?

                   LE SEIGNEUR

      Irons-nous sur Navarriens ?

                   MAISTRE MIMIN

      Et ! nenny non, cela n’est riens.

                   LE SOUDART

      Sur leurs voysins, au pis finer ?

                   MAISTRE MIMIN

255    Ce n’est pas pour ung desjeuner

      De tous ces folz baragouins.

      Tremblez, payens et Sarasins49,

      Mimin s’en va frapper dedens !

      Capitaine, soyez marchans

260    Après moy.

                   LE CAPITAINE

                 As-tu peur, ribault ?

                   MAISTRE MYMIN

      Se nous sommes prins [e]n sursault,

      Frapperay-je pas50 sur le nez ?

                   LE SEIGNEUR

      Affin que vous y aprenez,

      Au hault du manoir51, tout ainsi,

265    Et voirement. Dea ! et qu’esse-cy

      Qui te pend ?

                   MAISTRE MYMIN

                  C’est mon escriptoire,

      Pour mettre trèstous en mémoire

      Ceulx que nous y assommerons.

                   LE SOUDART

      C’est bien dit. Or, nous en allons !

270    Au col, ton baston ne desbauche.

                   MAISTRE MYMIN

      À Dieu me comment ! À la gauche !

      C’est [i]cy grant empeschement :

      Se je meurs, par mon testament52

      (Je n’ay peur sinon53 de mon col),

275    Je laisse mon habit au fol…

      Dieu pardoint ! à R(a)olet, mon père ;

      Et tous [mes béguins]54 à ma mère.

      Et se je meurs en ceste guerre,

      Pour ceulx qui me mettront en terre

280    Je dirai ung Des profundis,

      Devant qu’aller en Paradis.

    LUBINE, habillée en homme, cornant d’ung cornet    SCÈNE XI

      Truc ! truc ! Prenez-les, prenez-les !

      Et si, n’en faictes nul relais

      Nomplus qu’on feroit d’une autrusse !

                   MAISTRE MYMIN

285    Je ne sçay par où je me musse !

      Capitaine de Sot-vouloir,

      Le seigneur de Petit-povoir

      Et le soudart de Froit-hamel :

      Me laisserez-vous ?

                   LE CAPITAINE

                    Paix, bourrel !

                   LE SOUDART

290    Parle bas, tu nous feras prendre !

                   LE SEIGNEUR

      S’on estoit quitte pour se rendre…

      Mais nenny, ilz sont plus que nous.

                   MAISTRE MYMIN

      Et où, grant deable, courez-vous ?

      Me lais[s]erez-vous tout seullet ?

                   LE SOUDART

295    Ilz approchent !

                   LE SEIGNEUR

                    Gardons les coups !

                   MAISTRE MYMIN

      Et où, grant dyable, courez-vous ?

      Qu’estrangler vous puissent les loups !

      Ha ! que ce jeu me semble laid.

      Et où, grant deable, courez-vous ?

300    Me lais[s]erez-vous tout seulet ?55

                   LUBINE,  en cornant56

      À eulx tost ! Arrive, arrive !

      Qui vive ! qui vive ! qui vive !

      Mais où, gibet57, sont-ilz alléz ?

      Où sont ces grans vanteurs coulés,

305    Qui contrefaisoient les vaillans ?

      Ilz s’en sont fouÿs, les gallans.

      Maistre Mymin, Maistre Mymin !58

                   MAISTRE MYMIN

      Je vous prometz, par sainct Frémin,

      Qu’il s’en est de peur enfouÿ.

                   LUBINE

310    Ha ! Par mon serment ! je t’ay ouÿ.

      Encore as le plus grant honneur59.

                   MAISTRE MYMIN

      Ce ne suis-je pas, mon Seigneur.

      De frayeur, le cueur me frémie60.

                   LUBINE

      Je l’os bien !

                   MAISTRE MYMIN

                 Ce ne suis-je mye,

315    Par ma foy !

                   LUBINE

                 Vien çà61, s’il te plaist.

                   MAISTRE MYMIN

      Hélas, mon bon père R(a)oullet !

                   LUBINE

      Et qui t’a mis cecy62 derrière ?

                   MAISTRE MYMIN

      Qui estes-vous ?

                   LUBINE

                    Je suis ta mère.

                   MAISTRE MYMIN

      De ce dire avez beau prescher,

320    Car ma mère n’est pas vachère63.

      Qui estes-vous ?

                   LUBINE

                    Je suis ta mère.

                   MAISTRE MYMIN

      Vous [ne] seriez plustost mon père,

      Qui cy viendroit pour moy sercher ?

      Qui estes-vous ?

                   LUBINE

                    Je suis ta mère.

                   MAISTRE MYMIN

325    De ce dire avez beau prescher !

                   LUBINE

      Pour cause que je t’ay si cher,

      Je me suis en cest estat mis.

      On doit radresser ses amis

      Le mieux qu’on peult, sans aucun blasme.

330    Il n’est finesse que de femme,

      Quant el(le) veult appliquer son sens.

      Vien-t’en, mon doulx enfant, [céans] :

      Au monde n’ay chose si chère.

                   MAISTRE MYMIN

      Touteffois estes-vous ma mère ?

335    Ma mère avoit [de] si grans dens :

      Ouvrez, que je voye dedens…

      Je les voy, ma mère Lubine !

                   LUBINE

      Quel[z] adventure[ux] de cuisine !

      Ilz sont partis couardement.

                   MAISTRE MYMIN

340    Ma mère, retournons-nous-en[t] :

      Trois jours a que je ne souppay.

                   LUBINE

      Je sçay bien que je te don(ne)ray.

      Mais par le vray doux Roy céleste,

      Vous serez dedens trois jours prestre,

345    Ou jamais vous ne le serez.

                   MAISTRE MYMIN

      Doncques, vous me désarmerez ?

      Je ne chanteray pas ainsi :     En chantant :

      Per omnia ?

                   LUBINE

                 Partons d’icy.

      On dist bien vray, c’est chose clère :

350    Il n’est vraye amour que de mère.

      Pour tant, vueillez nous pardonner.             SCÈNE XII

      Ce lieu voulons habandonner.64

      Seigneurs et dames, hault et bas,

      Prenez en gré tous noz esbatz !

                               FINIS

*

1 Héros du cycle de Thévot le maire.   2 C’est un impuissant : « El se remarie (…) pour essaier si l’autre sera aussi chétif et de petit povoir comme celui qui est trespassé. » Les XV Joyes de mariage.   3 Pénard = poignard. Idem v. 52.   4 Malgré les efforts méritoires de Jelle Koopmans, cette gloire locale reste inconnue.   5 Revenu, rente.   6 Cf. le vers 139, et les Sotz escornéz, vers 25.   7 Elles ont servi de broches pour rôtir les poulets volés.   8 F : oultraigeux   9 F : SEIGNEUR DE PETIT POVOIR  (Cf. vers 97-98.)   10 Discrètement.   11 Face contre terre.   12 F : me   13 F : souldra  (Sourdre = surgir. J’ajoute un « » svarabhaktique, car la pièce est normande.)   14 F : en beguyne  (Béguin = bonnet de Sot <cf. la Sottie des Béguins>. Mymin est un « Badin », un demi-Sot. Voir aussi le v. 186.)   15 F : lescriptoire   16 Le « P tranché » est un « » dont la jambe est traversée par une petite barre ; c’est l’abréviation de « par ».   17 Homophonie approximative, quatre siècles avant Raymond Roussel : au cul copeau d’oignons aucuns compagnons.   18 F : le   19 Lubine doit faire une grimace sceptique devant ce mensonge, que Mimin rectifie prudemment.   20 F : ameaiene   21 S’il est curé, c’est qu’il a déjà été clerc ! Monstier = moustier [monastère] : on et ou étaient parfois interchangeables (couvent = convent).   22 F : Numin   23 Les soldats vidaient les caves.   24 1, au début d’un compte.   25 Font-ils les fiers ? « Ramina grobis,/ Nous marchons comme gens hardis,/ Ayans la main sur la baguète ! » Marchebeau et Galop (LV 68).   26 F : gris   27 F : animan  (« Par l’âme de mon chien ! » Notre clerc ignore que pour l’Église, les animaux n’ont pas d’âme. En plus, son chien s’appelle Turquoys <v. 182>, ce qui n’est pas très catholique.)   28 F : ou  (Au fort = au reste.)   29 F : enpoint  (= attaque, charge.)   30 F : homme deglise   31 F : denoureras  (Demeurer = mourir : vers 117.)   32 Mes grelots de Sot. Dans le Monde qu’on faict paistre, il était déjà question d’un « Mymin à sonnètes ».   33 F : monstier  (Psautier = recueil de psaumes, parfois illustré.)   34 Lieu où l’on fait égoutter les fromages.   35 F : feroit   36 F : adieu  (Je vous le recommande, ainsi qu’à Dieu : vers 271.)   37 F : chables  (= arbres abattus par le vent.) Les tables, c.-à-d. les autels, attiraient les pillards : « On nous embleroit nos calices/ Devant nous, à la table Dé [de Dieu] ! » (Des braies au cordelier.)   38 Je suis passé maître ès Arts. Sur ce diplôme destiné aux ignorants, voir l’Avantureulx, v. 439.   39 Chantons tout bas.   40 La partie d’alto.   41 Ils ont la réputation d’être impuissants.   42 Immédiatement. En fait, il se passe trois jours (v. 341) entre le départ de Mimin et l’intervention de Lubine. Cela est dû à la distorsion du temps qui affecte le théâtre du Moyen Âge, comparable à la distorsion de l’espace qui frappe sa peinture.   43 Réponds-nous correctement. (On va l’interroger pour évaluer ses connaissances militaires.)   44 Brigandine = cotte de mailles. Mimin ne peut s’empêcher d’ajouter une désinence latine.   45 F : point rinas  (Poitrine = cuirasse, plastron de métal.)   46 F : quon   47 Mimin enfile ses jambes dans le justaucorps pour qu’il protège ses fesses. Voir l’Avantureulx, v. 228.   48 F : quil  (« Cette capeline de fer » n’est sans doute qu’une casserole, comme la massue de 247 n’est qu’un bâton à 270. Mais tous les enfants aiment se déguiser.)   49 Musulmans et Arabes : « Et Dex [Dieu] confonde paiens et Sarrazins ! » La Prise d’Orange.   50 F : par   51 De la braguette : « Les horificques couilles de Lorraine (…) abhorrent le mannoir des braguettes. » Tiers Livre, 8. C’est en frappant Mimin à cet endroit que le seigneur de Petit-pouvoir remarque l’écritoire qui pend à sa ceinture.   52 Un Testament maistre Mymin est mentionné dans la farce du Vendeur de livres (LV 15 et 41).   53 F : signon  (Je n’ai peur que d’être pendu.)   54 F : begnins et  (Note 14.)   55 Il manque un vers de transition en -let.   56 F : dornant   57 Interjection. Cf. le Povre Jouhan, v. 261.   58 F attribue ce vers à… maître Mimin.   59 Car tu es le seul à n’avoir pas fui.   60 C’est surtout son cul qui frémit : d’après Bernard Faivre <Répertoire des farces françaises, Imprimerie nationale, 1993>, « il en vesse de terreur ». C’est ce bruit qu’entend Lubine au vers suivant.   61 F : ce   62 F : icy  (Ceci, c’est le jaque du v. 237.)   63 Elle n’a pas de cornet de vacher.   64 F intervertit les vers 352 et 353.

LE FAULCONNIER DE VILLE

Musée de Cluny

Musée de Cluny

*

LE  FAULCONNIER 

DE  VILLE

*

Cette farce écrite en 1511 exploite « une anecdote grossière dont le comique douteux repose sur quelques équivoques gaillardes1 ». C’est dire son intérêt ! Ce n’est toutefois pas sans finesse que l’auteur applique à la drague le vocabulaire de la chasse, comme le faisait le Capitaine des Sotz fourréz de Malice. On notera la présence d’un personnage féminin muet, ce qui est très rare.

Source : Recueil de Florence, nº 26.

Structure : abab/bcbc irrégulier, mêlé de rimes plates, avec 2 virelais.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

*

Farce nouvelle du

Faulconnier de ville

qui emmaine la beste privée tandis que

le Faulconnier champestre et le Gentilhomme

sont bendés pour la cuider prendre à tastons

*

À III personnages2, c’est assavoir :

     FAULCONNIER DE VILLE

     FAULCONNIER CHAMPE[STRE, PÉROTON]

     LE GENTILHOMME

     [UNE BELLE FILLE]

*

   LE FAULCONNIER DE VILLE commence en sifflant    SCÈNE I

             Huit huit huit huit huit huit huit ! À coup ! Sus ! Au déduict !

     LE FAULCONNIER CHAMPESTRE  [en cornant de son cornet]

            Pront pront pront pront pront pront [pront pront] !

             LE FAULCONNIER DE VILLE,  en sifflant

             Huit huit huit huit huit huit huit [huit] !

             Sus ! À coup, icy environ ! 

            En parlant à ung quidem de la compaignie :

5    Escoutez, hay, mon compaignon,

            Celluy que je vis avant-hier :

     Prestez-moy vostre grant furon3

     Pour aller chas[s]er au terrier4.

     Avez-vous point de reg[n]ardier5

10    Lequel vous me puissiez prester ?

                                        LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Est-il moyen de conquester,

              Ennuit, quelque beste sauvaige ?

              Pour tracasser ne pour guetter

              Au boys, n’est-il nulle avantaige ?

15    En ung bois ramaige,

              Soubz ung verd bocaige,

              N’est-il nulle proye ?

                                        LE FAULCONNIER DE VILLE

              Je sçay le passaige

              Tout à l’avantaige

20    D’en prendre montjoye.

                                       LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Qui est celluy-là ? Qu’on le voye !

              Qui estes-vous, hay, compaignon ?

                                       LE FAULCONNIER DE VILLE

              Je suis vostre, or et monnoye,

              Par ma foy, mon gentil mignon.

25    N’avez-vous pas nom Péroton,

              Celluy que je congneus ouan ?

              Esse vostre frère Jouhan

      Qui morut, ou [si] ce fut vous6 ?

                                       LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Il mourut, dont j’euz grant couroux.

                                       LE FAULCONNIER DE VILLE

30    N’en reschappa-il point ?

                                      LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

                                                            Nenny.

      Mais par ma foy, j’euz bien la toux7,

              Et fus plus malade que luy.

                                    Adonc, le Faulconnier champestre corne de son cornet.

                                      LE FAULCONNIER DE VILLE

              Et pourquoy corne-tu ainsi ?

              Sang bieu ! tu me romps bien la teste.

                                      LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

35    Ha ! tu n’entens pas, mon amy :

              C’est pour espovanter la beste.

              Aultrement je ne la conqueste

              Jamais, se n’est par mon cornet.

                                     LE FAULCONNIER DE VILLE

              Sang bieu ! cela n’est point honneste.

40    Je n’y veulx q’ung petit sifflet.

                                    LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Ha, dea ! dictes-moy, s’il vous plaist,

              Qui vous estes, si trèsabille ?

                                    LE FAULCONNIER DE VILLE

              Mignon, dorelot et dehait,

      Ung gentil faulconnier8 de ville.

                                    LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

45    Sainct Jehan ! je sçay bien le s[e]tille9

              De faulconnerie des champs.

                                    LE FAULCONNIER DE VILLE

              Nous sommes donc bien différens :

              Se cornez pour espovanter,

              Je siffle pour (l’) aprivoyser.

50    Mais dictes-moy sans plus baver :

              Que faictes-vous de cest espieu ?

                                   LE FAULCONNIER DES CHAMPS

              Que j’en fais ? C’est pour le senglier,

              Quant [je] le treuve en quelque lieu.

              […………………………………………. -ieu,]

              Vous ne portez point de baston ?

                                  LE FAULCONNIER DE VILLE

55    Si fais, si fais, par le sang bieu !

      J’en ay ung gorgias, mignon.10

                                 LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Et que ne le portez-vous dont ?

                                 LE FAULCONNIER DE VILLE

              Si fais-je tousjours quant et moy.

              Ma foy ! c’est ung maistre baston,

60    Long de demy pié et ung doy11.

              Mais aucuneffoys, par ma foy,

              Il ploye12 quant je baille un(e) estoc.

              Certes, oncques creste de coq

      Ne fut plus rouge13 que le manche.

                                LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

65    Où le portez-vous ? En la manche ?

                                LE FAULCONNIER DE VILLE

              Nenny non, il a ung estuy

              Que j’ay tout proprement pour luy.

              Et jamais je ne le remue

              Sinon qu’ayes [la] beste abatue.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

70    Vertu bieu, vous me dictes raige !

              Je suis en dangier qu’on me tue,

              Quant le senglier vient au passaige ;

              Et j’ay baston long d’avantaige,

              Ferré, et pour frapper de loing.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

75    Par sainct Jehan, je sçay l’usaige

              D’abatre [la] beste en ung coing.

              Lors, prens mon baston en mon poing

              Et frappe d’estoc et de taille.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Sang bieu ! je cuide qu’il se raille.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

80    J’avou Nostre Dame ! non fais.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Je congnois les quartiers du boys,

              Et si, suis souvent sans rien prendre ;

              Tousjours de bons chiens deux ou trois

             À chacun buisson pour actendre.

85     Aussi, nul ne sçauroi[t] comprendre

              La joyeuseté qui y est.

              La belle petite herbe y croist,

              Et [si], le rossignol y chante14.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Sainct Jehan ! j’ay une autre forest

90    Où tous les jours le cocu15 chante.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              J’ay belle hacquenée courante ;

              Le beau troctier, s’il est besoing

              Trèsbien monter et courir loing

              Par-dessus le plain boys ramage ;

95    Tousjours le bel espieu au poing

              Pour prendre la beste sauvaige.

      Et s’il est besoing, j’ay mon paige

              Habillé gorgiasement,

              Menant lévrier à l’avantaige.

100    Courir au boys légièrement ;

               Tomber tout plat, le plus souvent

               En ung fossay, homme et cheval.

              Mais cela, c’est déduit royal,

              Il n’est jamais rien si honneste.

105    Aulcuneffoys, fendre la teste,

              [Se] rompre une jambe ou ung bras ;

              Ce n’est rien, mais qu’on ayt la beste

              Pour tresbucher du hault en bas.

                               LE FAULCONNIER DE VILLE

              Par ma foy ! ce n’est pas mon cas.

110    Jà n’est si beau boys que Paris.

              Mais danger y a des marys

              Qui font le plus souvent le guet ;

              Ce sont les plus grans ennemis

              Qui [nous] puissent nuyre, en effect.

115    Saillir par la fenestre nect,

              Le plus souvent nous le faison(s).

      Puis estre empoignés [par le]16 guet,

              V(e)ez-en là toute la façon.

              Mais bien souvent, par tel blason

120    Et par une belle promesse,

      J’abatz le beau féron17

      Quant je luy monstre ceste lesse18.

              Et puis jamais je ne la blesse,

              Car mon baston n’est point ferray.

              [……………………………………… -ray :]

125    Lever le beau petit corpset,

              Beau petit têton sadinet,

              Belle entredeux, belle poictrine,

              Belle croppièr[e], belle eschine,

              Beau musequin, belles paupières,

130    Beaux petis yeulx, belle babine,

              Bel entretien, belles manières.

              Donner le vin aux chambèrières

              Pour parvenir à son actaincte ;

              Faire des choses singulières,

135    Mais que chandelle soit estaincte.

              Je [l’]ay chassay nuytée mainte ;

              À telz chaces je me congnoys :

      J’en suis ouvrier (sans faire feinte19)

              À la ville, nompas aux boys.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

140    Cela n’est point chasse de roys,

               De ducz, contes et gentilzhommes.

              Entre nous, mignons, quant nous sommes

              À chasser après quelque cerf,

              Il n’y a bras, jambe ne nerf

145    Que tout ne soit remply de joye,

              Quant ce vient à prendre la proye.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              C’est une grant joye,

              Quant on a monnoye,

              De chasser en ville.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

150    Pour prendre la proye

              Aux champs, par la voye,

              N’est chien20 si habille.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Il est inutille

              De sçavoir le stille

155    De chasser aux bestes :

              L’homme s’i débille

      Et s’en adnichille21,

      On s’i rompt [les testes]22.

              Nul ne face festes

160    De bestes muettes

              (Ne m’en parlez point !),

              Mais bestes honnestes

      Portant belles testes23

              Et le corps bien oint.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

165    Quant on est à point,

              Jamais on ne faint

              De courir aux boys.

      G’y ay faulté maint24

               Sans en faire plaint

170    En mon beau lourdoys25,

              Pour en prendre troys

              Tout à une foys

      Quant est le lever26.

                               LE FAULCONNIER DE VILLE

      Quant je voy chanter27

175    Sans trouver danger,

               C’est une plaisance ;

              Mais au bois troter,

              C’est pour enrager :

              Ce n’est que grevance.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

180    Moy, de ma naissance,

              J’ay la congnoissance

              Que c’est de chasser ;

              Mais par ignorance,

               Souvent on s’avance

185    Pour son col casser.

                               LE FAULCONNIER DE VILLE

               Qui se peult lasser

               Bestes pourchasser,

               Qui sont si mignonnes,

               Et les embrasser,

190    Et s’entrebaiser ?

               Telz chaces sont bonnes.

               [C]es belles têtonnes,

      Ces petites connes28,

               Ces beaux musequins ;

195    Bourgoises, nonnains,

              Les beaux brodequins :

              V(e)ez-en là la vie !

               Les beaux pathelins

              Pour venir aux fins

200    De prendre s’amye.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Tant cela m’ennuye !

              Tu dis resverie :

              Il n’est que le boys.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Par saincte Marie !

205    Je n’ay point d’envie

              Qu’à ces beaux minoys.

                              LE GENTILHOMME                SCÈNE II

              Arrière, villains ! Gentilloys

              Sont-ilz point gens pour avoir bruyt,

              Pour avoir bestes en leurs boys,

210    Pour chasser et faire déduyt ?

              En toutes pars sont, jour et nuyt.

              On doit aux gentilzhoms honneur.

              Il appartient à gentil cueur

              Services, hommaiges, honneurs.

215    Que font icy ces deux seigneurs ?

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Seigneur, « saigneurs29 », ce sont barbiers ;

              Nous sommes simples faulconniers,

              Il n’y a quelque seigneurie.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Je suis ung simple faulconnier,

220    Faulconnier me vueil renommer

              Et le seray toute ma vie.30

                              LE GENTILHOMME

              A-il quelque beste ravie ?

              Avez-vous riens prins en mon boys ?

              Je suis homme de seigneurie,

225    Je vueil entretenir mes droitz :

              Tribut me fault toutes les fois

              Qu(e) on prent [une] beste en ma terre.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Et ! que mauldicte soit la guerre31 !

              Je ne cessay huy de chasser,

230    De tournoyer, de tracasser,

              Ne de corner, ne de courir,

              De me tuer, de me lasser,

              Et n’ay rien sceu faire mourir.

                              LE GENTILHOMME

              Ha, dea ! il me soufist d’obéir ;

235    Je vous en crois bien, mon mignon.

      Ce non obstant que nous soyon

              Gentilzhommes, si fault-il bien

              Obéyr, et sur toute rien

              Aux dames et aux damoyselles ;

240    Espéciallement aux belles

              Qui ont mynois mignon et doulx.

              Quant nous nous trouvons devant elles,

              Nous nous mettons bien à genous.

              Avez-vous riens prins aussy, vous ?

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

245    Sang bieu ! qu’en avez-vous affaire ?

              Cuidez-vous qu’il soit nécessaire

              Que saichez se je prens ou non ?

              Que vous sachez de mon affaire,

              Sur mon âme, le vélà bon !

                              LE GENTILHOMME

250    Si en sçauray-je ! Pourquoy non ?

              Certes, vous en aurez32 à dire.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Par le sang bieu ! Vueillez ou non,

              Vous n’en sçaurez jà rien, beau Sire.

                              LE GENTILHOMME

              Par le sang bieu ! vélà pour rire :

255    Il vueult contrefaire du maistre.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Il n’y a rire ne desrire :

              Point ne suis faulconnier champestre,

              Vous n’avez sur moy que congnoistre.

              Je ne quiers point la sauvegine ;

260    Je quiers la beste féminine

              (Portant robe et chaperon,

              Gentil corps traictifz et mignon)

              Qui court tousjours sans nul arrest

              De çà de là, à l’environ

265    De Paris, à la grant forest.

                              LE GENTILHOMME

              Sang bieu ! si [sçaurai-ge]33 que c’est,

              Se vous prenez riens sur ma terre.34

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Or sus, sus ! À coup qu’on s’affaire35,

              Par le sang bieu ! Je siffleray ;

270    Et vray(e)ment, après je verray,

              Se je prens quelque venoyson,

              Se vous aurez tribut ou non.

              Sang bieu ! on le verra ennuyt.   Adonc, il siffle :

              Huit huit huit huit huit huit huit [huit] !36

275    Je vous requier que chascun voye

              S’il nous viendra point quelque proye…

             Icy, vient une belle fille de dehors, sans mot dire.    SCÈNE III

              Je ne suis pas si lourdinet :37

              Vécy le gent musequinet

              Qui se vient offrir à mes mains.

280   Tenez, quelz yeulx ! sont-il bien painctz ?  Icy, prent la belle fille.

              Rondes38 paupières, blondz sourcilz,

              Large fronc, petit nés traictifz,

              Long bras, molle main, menus dois.

      Regardez, à vostre advis,

285    S’on39 prent telles bestes au boys.

              Joues vermeilles, petit mynoys,

              Corps court, ferme pié et petit,

              Sertie40 comme ung beau harnoys.

              N’esse [pas] proye à l’appétit,

290    Ceste proye, pour chasser de nuyt ?

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Puisque [tu] as proye et déduit,

              Ne sçais-tu tirer ton baston ?

              Tu m’as dit qu’il est si mignon

              Et qu’il est si bien emmanchié41 :

295    Je te prie que nous le voyon

              Avant qu’il en soit plus presch[i]é.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Que le voyez ? C’est bien chié !

              La beste n’est pas abatue.

                              LE GENTILHOMME

              Dea ! il en fault avoir la veue,

300    De ceste beste nouvelle prise.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Et ! par la mort bieu, je la prise

              Plus que tous ceulx de vostre boys.

              Regardez-la bien au mynoys,

              [Et qu’]ung chascun sa veue y fiche.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

305    Sang bieu ! c’est une belle biche.

                              LE GENTILHOMME42

              Elle a le corps beau et mignon :

              G’y ay tribut, vueillez ou non.

              En effect, il n’y a remède.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Il fault qu’aultrement on procède,

310    Par ma foy ! Vous n’y aurez rien

              Tant que vivez, soit belle ou laide.

              Gentilesse, m’entendez bien :

              Allez quérir vostre grant chien,

              Et en allez chasser au bois.

315    Que ayez ce gentil minoys ?

              Mais, beau Sire, de quel endroit ?

              Tel demande qui se déçoipt.

              Beste n’est point à départir43.

                              LE GENTILHOMME

              Le sang bieu ! avant que partir

320    D’icy, si en auray ma part !

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Beau Sire, tirez-vous à part

              Et gardez d’y mectre la pa(c)te :

              Car se vous estes si cocquart,

              Danger y a que ne vous bate.

325    La mort bieu ! fault-il qu’on départe

              Une mignonne si pollye ?

                              LE GENTILHOMME

              S’el estoit cent foys plus jolye,

              Et l’euss[i]ez-vous cent foys plus chère,

              Mon mignon, je vous certiffie :

330    J’auray du quartier de derrière.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              C’est une biche fort entière,

              Voyre qui n’est pas fort sauvaige ;

              Et vray(e)ment, ce seroit dommage

              De [la] faire mettre en quartiers :

335    El44 a les yeulx si beau[x] et clers,

              Si doulx et si bénivollens.

              Pleust à Dieu que moy et mes chiens

              À nostre boys l’eussions trouvée !

              Saint Jehan ! je l’eusse esprouvée,

340    Et eusse sceu qu’elle sçayt faire.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Ma foy, il n’est point nécessaire

              À telz gens de trouver telz bestes ;

              C’est à entre nous45, gens honnestes,

              Qui sçavent les places et les lieux

345    Là où nous trouvons noz conquestes

              Et bestes qui portent telz yeulx.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Vous debvez bien estre joyeulx,

              De congnoistre si bien le trac46.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Je [vous foys]47 mon beau trique-trac48

350    Tout doulcement, à ung sifflet ;

              Et se ne vient, je torche sac

              Sur la joue, d’ung beau soufflet49.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Vous en faictes ce qui vous plaist.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Rien, rien ! Je ne m’en vueil qu’aler

355    Au matin à l’issue d’un cloistre,

              Sans une seulle heure guetter.

              Je suis homme pour les congnoistre50.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              La mort bieu ! je vouldrois bien estre

              Devenu faulconnier de ville,

360    Et que j’eusse laissé mon estre51.

              Je prise bien ung tel s[e]tille.

              Vélà beste assez habille

              Pour me nourrir toute ma vie.

              En effect, j’en ay grant envie.

365    En somme, je ne sçay que dire.

                              LE GENTILHOMME

              Çà, çà ! mignon, sans contredire,

              Il est temps de prendre mon droit.52

                              LE FAULCONNIER DE VILLE,  en se mocquant

              Que vous fault-il(e) ?53

                              LE GENTILHOMME

                                                         De quel endroit

              Contrefaictes-vous le mocqueux ?

370    Je vueil avoir [de] l’entredeux54,

              Du millieu et de la poictrine.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Vous portez par trop lasche mine55

              Pour avoir ce que demandez,

              Je cuide. Se vous actendez

375    Que la beste soit départie,

              Vous aurez petite partie.

              Vous n’estes point assez rusay.

                              LE GENTILHOMME

              Qu’esse-cy, suis-je abusay ?

              Vécy ung terrible censier56 !

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

380    Dieu ait l’âme du devancier

              De vostre premier père-grant !

              S’il estoit icy maintenant,

              Il vous feroit bien besoing.

              De ce gentil sadinet groing,

385    Que vous en eussiez une pièce ?

              Garde n’avez qu’on la deppièce,

              Qu’en eussiez à57 vos appétis !

              Gentilz faulconniers de Paris,

              Mignons, fraséz et [bien] honnestes,

390    Entendus en faitz et en ditz,

              Lairront-ilz départir leurs bestes ?

              Nenny non ! Ilz ont bonnes testes58,

              Ilz sont pour deffendre leur proye.

              Ilz ont de l’argent et monnoye,

395    Bagues, aneaulx et afficquetz :

              Ce sont leurs chiens et leurs bracquetz,

              De quoy ils chassent tous les jours.

              Ilz sçavent les façons et tours

              De chasser [l]a beste privée.

                              LE GENTILHOMME

400    Et ! sans plus faire d’estrivée,

              [Je] propose en conclusion,

              Puis que tu as intencion

              Que n’en ayes rien aulcunement :

              Jouons, à quelque esbatement,

405    À qui el sera toute entière.

                              LE FAULCONNIER [DE VILLE]

              Sang bieu, vécy bonne manière !

              Oncques-mais je ne vy mieulx dire.

      Certes j’en suis content, beau Sire.

              Regardez à quoy nous jouerons.

                              LE GENTILHOMME

410    Or çà, vécy que nous ferons,

              Affin que bien [vous] l’entendez :

              Moy et vous, nous serons bendéz59 ;

              Et ferons60 en telle manière

              Que on se tirera arrière.

415    Et qui plus tost dessus la teste

              Les deux mains mettra sur la beste,

              Il l’emmènera loyaulment61.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Par le sang bieu ! j’en suis content,

              Pourveu que l’autre joue pour moy.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

420    Le voulez-vous ?

                              LE GENTILHOMME

                                            Ouy, sur ma foy.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Or çà doncques, que je vous bende !

              Aultre chose ne vous demande.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Ne moy aussi. Je suis tout prest.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Or çà doncques, sans plus d’arrest !   En les bendant :

425    Vous estes bendés, à ceste heure.

                              LE GENTILHOMME

              Demeure62 !

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

                                    Demeure !

                              LE GENTILHOMME

                                                          Demeure !

              Par ma foy, elle sera mienne.

                           LE FAULCONNIER DE VILLE, en emmenant la Mignonne

              (Ce sera mon, mais qu’il la tienne ;

              Mais il n’a garde qu’il [la touche]63.)

                              LE GENTILHOMME               SCÈNE IV

430    Ha, ha ! s’emprès d’elle j’approuche,

              Je l’empoigneray hault et bas.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Mon serment ! il ne m’en chault pas

              Guères, se je n’y metz la main.

                              LE GENTILHOMME

              Elle est mienne, pour tout certain,

435    Puis que tu n’y prétens nul droit.

              El64 debvroit estre cy endroit.

              Faire me fault encore ung pas.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Je prometz à Dieu qu’el n’y est pas.

              En effect, je n’y treuve rien.   En se desbendant :

440    Certes, le cueur me disoit bien

              Qu’il nous65 joueroit de passe-passe.

          LE GENTILHOMME,  [en se desbendant]

              Pleust à Dieu que je le trouvasse66

              Tout au coupet de nos garniers67 :

              Je le ferois saulter en bas !

445    Esse le fait de faulconniers

              De me tromper par ung tel cas ?

              Se je le tenois en mes las,

              [Luy] et la beste, à mon chasteau,

              Ha ! il ne m’eschapperoit pas

450    Que il ne beust tout son saoul d’eau68 !

              Je vois après le ribaudeau.

              La mort bieu ! je le feray pandre.

              Le sang bieu ! j’estoye bien veau

              De ce quoquart jeu69 entreprandre.

455    Messeigneurs, se voulez attendre               SCÈNE V

              Jusqu(es) à une prochaine70 fois,

              Et nous essayerons à comprendre

              Matière de pris et de poix.

              Prenez en gré, car je m’en voys.

                                  

                                       EXPLICIT

*

1 Halina Lewicka, Études sur l’ancienne farce française, Klincksieck, 1974, p. 119.   2 Quatre en comptant la fille.   3 Furet. Mais au second degré : pénis (Guiraud, Dictionnaire érotique). « Son braquemard,/ Son furon furetant sans cesse. » Jodelle.   4 Sexe de la femme (Guiraud). « J’adressay [Je pointai] son furon et le boutay en mon terrier. » Cent Nouvelles nouvelles.   5 Chien pour chasser le renard. Ici, c’est un rabatteur, comme la lice des Sotz fourréz de Malice.   6 Déjà le rat de ville se moquait du rat des champs.   7 Il y avait eu une grave épidémie de coqueluche en 1510.   8 Le faucon (jeu de mots sur con) désignait le sexe de la femme : « J’ay autrefois vostre faucon tenu,/ Et m’en suis veu seul gouverneur et maistre. » Saint-Gelais.   9 Manière d’agir, ruse, subtilité. Idem vers 361.   10 « Le baston à un bout qui me pend entre les jambes. » Rabelais, Tiers Livre, 18.   11 De 19 cm.   12 « Je feroye une jouste seulle,/ Mais ma pouvre lancette ploie. » Jehan Molinet.   13 « Il jouera bien de son baston/ Au bout rouge. » Le Mariage de Robin Mouton (F 32).   14 Le fauconnier champêtre est un amateur de chansons. Cf. vers 221.   15 Jeu de mots sur coucou et cocu : « Ce n’est maintenant la saison/ Que les cocus doivent chanter. » 1623.   16 F : du   17 Bête sauvage.   18 Ce collier précieux. Cf. vers 395.   19 F : feste   20 F : ciens   21 S’y affaiblit et en est annihilé.   22 F : la teste   23 F : gestes   24 J’ai échoué souvent.   25 Dans mon langage rustique.   26 F : leurier  (« Le lever », c’est le moment de lever le camp, de partir. Il semble manquer deux vers en -oys, et un en -er.)   27 Il faut peut-être lire : Quant je voys chasser.   28 Diminutif affectueux : « Acollez-moy, ma doulce conne ! » Le Dorellot aux femmes.   29 F : seigneurs  (Les barbiers pratiquaient les saignées. Le Fauconnier de ville traite les privilèges de la noblesse avec la même insolence que le barbier Figaro.)   30 Ce vers apparaît dans plusieurs chansons : voir le Gaudisseur, v. 3.   31 Cette polémique.   32 F : scaures  (Dans ce vers, le futur a la valeur du présent.)   33 F : scauuaige   34 F ajoute : Et scauray plaise ou non plaise / Que cest ou il y aura guerre   35 F : serre   36 F ajoute : Seigneurs ne faicies point de bruit   37 F ajoute au-dessus : Or regardes si je mentoye   38 F : Blondes   39 F : Sont   40 F : Seruie  (Sertie = ajustée, bien cousue. On scande ser-ti-e.)   41 Pourvu d’un bon manche. « Un bon garçon de village très bien ammanché. » Des Périers.   42 F ajoute dessous : Ha par le sang bieu cest mon / Sans bieu quel petite genice   43 Partager.   44 F : Et   45 « Entre nous » est un normandisme pour « nous autres ». Idem vers 142. Cf. Lewicka, p. 61.   46 Action de suivre une trace.   47 F : voys  (Foys = fais.)   48 Manœuvres d’approche. « Le Trictrac des Frères Frapars. » Pantagruel, 7.   49 Et si elle ne vient pas, je la gifle. Koopmans (p. 383) voit dans « sac ! » une interjection. C’est possible.   50 « Connaître » au sens biblique et néanmoins érotique.   51 F : maistre  (Estre = condition, manière d’être.)   52 F ajoute : Nous ne faisons icy que nuyre / Qui meshuy attendre vouldroit   53 « Que vous faut-il ? » fut d’abord une réplique polie des serviteurs. Puis les pages en firent une réplique insolente.   54 De l’entrefesse (v. 127). « En son entre-deux,/ [Elle] sentit un gros chose nerveux/ Qui lui farfouille le derrière. » Cabinet satyrique.   55 Les amateurs de contrepets diront que sa mine est piteuse.   56 Celui à qui on paie le cens.   57 F : en   58 Ils ont des couilles ! Testes = testicules : « Ung homme a deux testes, et la femme n’en a que une. » Bruno Roy, Devinettes françaises du Moyen Âge.   59 Nous aurons les yeux bandés. (Ils vont jouer la fille à colin-maillard.)   60 F : serons   61 F : royaulment  (Loyaument = à la loyale.)   62 Ne bouge plus ! (Il s’adresse à la fille.)   63 F : lapproche  (au vers suivant.)   64 F : Et   65 F : vous   66 F : tenisse   67 Tout en haut de mon silo à grains. « Au coupeau d’un petit grenyer. » Le Trocheur de maris.   68 Dans les douves du château.   69 F : ien   70 F : autre

LE CAPITAINE MAL-EN-POINT

Pont de Montereau

Pont de Montereau

*

LE CAPITAINE

MAL-EN-POINT

*

Cette farce, écrite peu après 15161, est une des plus amusantes et des plus cruelles. On serait curieux d’en connaître l’auteur, qui allie la maîtrise du langage et l’érudition. Ce Picard2 appartenait à la Basoche de Paris, laquelle jouait farces et sotties sur la longue table de marbre noir <v. 681> qui meublait la Grand-Salle du Palais de la Cité. Des marches permettaient de monter sur cette table ; par les fenêtres de la Grand-Salle, on voyait alors le Pont-à-Billon3 <v. 655>, plus connu sous le nom de Pont-au-Change, qui raccordait l’Île de la Cité aux Halles <v. 287>, non loin des Quinze-Vingts <v. 626>.

Source : Recueil de Florence, n° 49.

Structure : Rimes plates, avec 4 triolets, et un poème en AabbcC.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

*

Farce nouvelle très bonne et fort joyeuse du

Capitaine Mal-en-point</