Archives de Tag: Dialogue

LE GENTIL HOMME ET SON PAGE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

 

 

*

LE  GENTIL   HOMME  ET   SON  PAGE

*

 

Ce dialogue normand, composé après le mois d’octobre 15251, campe un nobliau famélique et mythomane, contredit par un valet insolent qui a malgré tout de l’affection pour lui, oscillant entre Sancho Pança et Figaro. On trouvait le même couple bancal dans Légier d’argent (F 25), et des emprunts à cette farce fourmillent dans le présent dialogue.

Source : Manuscrit La Vallière, nº 10.

Structure : Rimes plates, avec 1 triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

Farce joyeuse à deulx personnages, 

 c’est asçavoir

ung Gentil homme

et son Page

lequel devient laquès

*

 

                                     LE  GENTIL  HOMME  commence

            Mon page !

             LE  PAGE

                                 Qui fut et n’est plus.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pourquoy ?

             LE  PAGE

                               Je veulx changer de maistre2.

             LE  GENTIL  HOMME

           La raison ?

             LE  PAGE

                              Vous estes reclus3.

             LE  GENTIL  HOMME

           Mon page !

             LE  PAGE

                               Qui fut et n’est plus.

           [………………………………. -us

           ……………………………….. -estre.

                                        LE  GENTIL  HOMME

5    Mon page !

             LE  PAGE

                               Qui fut et n’est plus.]

             LE  GENTIL  HOMME

           Pour quoy cela ?

             LE  PAGE

                                      Je veulx changer de maistre.

             LE  GENTIL  HOMME

           Beaucoup de bons tours puys congnoistre,

           Que t’ay monstré le temps passé.

             LE  PAGE

           Vous chûtes par une fenestre,

10    À la montre4, et fustes cassé.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pource que j’estoys espassé5

           Et hardy en une bataille,

           On m’a cassé6 ; car on me baille,

           Le temps avenir, plus grand charge.

             LE  PAGE

15    Vous avez beau mentir ; que per-ge7 ?

           Car je cuyde, pour abréger,

           Que vous estes hors de danger

           De rien prendre8 à l’argent du Roy.

             LE  GENTIL  HOMME

           Tient-on pas grand conte9 de moy,

20    Quant je suys parmy les seigneurs ?

             LE  PAGE

           Ouy dea. Mes ce sont les greigneurs10

           Avec qui je vous vis jamais

           Que le Fin-Vergus11 de Beauvais,

           Monsieur du Croq, Hape-Gibet,

25    Qui ont tant usé de débet12

           Et trouvé13 chose[s] non perdus :

           Yl ont esté tous troys pendus

           Par le prévost des mareschaulx.

                                         LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, viençà !

           Nombrerès-tu bien les monceaulx

30    Des cors que j’ey mys à [la] fin14 ?

             LE  PAGE

           Ouy dea ! ouy dea ! Se j’avois un coffin15

           Des poulx qu’avez mys à [la] mort16,

           Yl en seroyt plain jusque au bort,

           Et fût-y grand comme un boysseau.

             LE  GENTIL  HOMME

35    M’a[s]-tu pas veu porter l’oyseau17,

           Et tenir train de gentillesse18 ?

             LE  PAGE

           [L’oyseau ?] Ouy dea, par hardiesse :

           Mais c’estouent poulès19 dérobés.

           LE  GENTIL  HOMME

           Touchant joueurs de cartes et de dés,

40    En vis-tu onc[ques] en ta vye

           Un mieulx prisé en seigneurye20,

           N(y) un plus beau joueur que je suys ?

           Car certainnement, je poursuys

           Tousjours le train des gentis hommes.

             LE  PAGE

45    Jamais vous n’y perdîtes grans sommes

           En un jour de vostre vivant :

           Car jamais je ne vous vis vailant

           Troys soublz que vous n’en dussiez sis21.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je ne sçay plus comme je suys ;

50    Mon varlet se moque de moy.

             LE  PAGE

           Non fais, je vous promais ma foy.

           Mais je ne me puys convertir22

           À vous ouïr sy fort mentir

           Et vous gorgier23 en ce poinct.

             LE  GENTIL  HOMME

55    Or viençà ! Ne te souvient-y poinct

           Que j’entris sans plus d’atente

           Vailamment [de]dens une tente

           Où je conquestis une enseigne24 ?

           Et sy, je prins un capitaine

60     Et deulx pièces d’artillerye.

             LE  PAGE

           [Et] où fusse ?

             LE  GENTIL  HOMME

                                    Dens une tente.

             LE  PAGE

           Où ?

             LE  GENTIL  HOMME

                    Dens une tente.

             LE  PAGE

                                               [Où bien vite

           Avez fuy ?

             LE  GENTIL  HOMME ]

                             Une bonne fuyte

           Vault mieulx c’une mauvaise atente25.

             [LE  PAGE]

65    Quant de cela, je n’en sçay rien.

           Mais vrayment, y me souvient bien

           Qu’à la Journée des Esperons26,

           [………………………. -ons,]

           Vous fuÿtes dens ung fossé.

           Et puys quant tout fut [d]éblocé27,

70    Vous [ac]courûtes au pillage28.

           LE  GENTIL  HOMME

           Tant tu me fais de dommage,

           De desplaisir et destourbier29 !

           Et sy tu me vouloys un petit suplier

           Et me coloquer30 en tous lieux,

75    Tu t’en trouverès beaucoup mieux :

           Je te pourvoyerès devant tous.

             LE  PAGE

           Je vous emprie, prenez pour vous

           Des biens, sy en povez avoir31 ;

           Garde n’avez de m’en bailler,

80    Ce croi-ge, sy n’en avez d’aultres.

             LE  GENTIL  HOMME

           Y fauldra que je vous épiaultres32,

           Sy de bref vous ne vous changez !

             LE  PAGE

           Y fauldra bien que vous rengez33,

           Ou que vous vous servez vous-mesmes !

             LE  GENTIL  HOMME

85    Tu sçays bien que tu es à mesmes34

           De tout mon bien d’or et d’argent.

           Tu congnoys tout entièrement,

           Maistre et seigneur de mes mugos35

           –Et tu m’entens bien en deulx mos36.

             LE  PAGE

90    Le deable emport qui [ne] vous vit

           Jamais que des gros [sans crédit]

           Qui courent parmy ces maraus37 !

           Vous n’avez jumens, ne chevaus,

           Ny habis qui ne souent en gage38 ;

95    Vostre chemyse est de louage.

           Et sy39, vous fault ung serviteur !

             LE  GENTIL  HOMME

           Tu says bien que tu es menteur :

           J’ay troys ou quatre nobles fieulx40,

           Et de la terre en plusieurs lieux.

100   Parmy les dames, qui [m’en croyt41,

           Quant auprès d’elles on me voyt,]42

           Je ne say aux-quelles entendre.

             LE  PAGE

           Il est bien vray que je vous vis prétendre,

           En un soeir43, au cler de la lune,

105   De coucher avec[que] que[l]que une

           Qui d’une main estoyt manquete44 ;

           Et vous eng[ign]a d’une pouquete45

           La galande, et revîntes tout nu46.

            LE  GENTIL  HOMME

           Voylà pour toy bien mal congneu

110   Le bon plaisir que je t’ay faict.

           Je t’ay acoustré, en effaict,

           Depuys l’espasse de dix ans.

           Voylà le train des bons enfans,

           Maintenant : ne congnoyssent rien.

             LE  PAGE

115   Sy vous ay-ge faict plus de bien

           Que vous ne m’avez déservy47.

             LE  GENTIL  HOMME

           Ne soyons poinct icy messuy48.

           As-tu poinct veu mon estan ?

             LE  PAGE

           Ouy, ouy, [et] les neiges d’anten49 !

120   (Y n’a ny estan, ne clapier50 :

           C’est ung grand fossé de bourbier

           Où sont gregnouiles et mûrons51.)

             LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

             LE  PAGE

                               Je dis Monssieur que : « Les hérons

           Vous [y] ont faict un grand dommage52. »

             LE  GENTIL  HOMME

125   Vers quel costé ?

             LE  PAGE

                                         Vers le rivage.

           Yl ont gasté le petit fieu.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je t’en croy bien, page, par Dieu :

           Sy avoyt-y force pouesson53.

                                     LE  PAGE

           Il y en y a autant c’un ouéson

130   Porteroyt bien dedans son bec.

                                     LE  GENTIL  HOMME

           Mon grand muret […….. sec],

           Combien contient-y bien de tour ?

                                     LE  PAGE

           Autant qu’on feroit, de ce jour,

           À boyre chopine de vin.

135   (Y n’a terre, vigne, ne vin54 :

           Je dis vray, par saincte Marye !)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                    LE  PAGE

                              [Que] vostre prarye

           Contient envyron quatre lieux55.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           A ! tu as dict vray, semydieux56 :

140   Yl y sont à la grand mesure.

           Quans herpens57 ay-ge de pasture ?

                                    LE  PAGE

           Envyron III ou IIII cens.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Qui ne te croyt, y n’a pas sens.

                                    LE  PAGE

           (Ouy, bien autant de sens, je dis,

145    Que sur la queue d’une souris.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Tous mes grains, où seront-y mis ?

                                     LE  PAGE

           y seront ?

                                     LE  GENTIL  HOMME

                               Ouy, ouy.

                                     LE  PAGE

                                              Cheux vos amys58 !

           Et me semble qu’i seroyt bon

           De les mectre en un mulon59,

150   Près du grenier où est le foing.

           (Par ma foy ! y n’a pain ne grain

           Qu’i séroyt60 mectre en sa gorge.

           Je dis vray, par monsieur sainct George !)

                                     [ LE  GENTIL  HOMME

           Mon avoynne61 est-elle battue ?

                                     LE   PAGE

           Par] ma foy, je ne l’ay poinct veue.

155    (El est d’une estrange couleur !

           D’avoynne ? Vouélà grand douleur.

           Je ne say qui luy eust baillée :

           Y n’en a pas une escullée62,

           De cela je suys bien certain.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

160   Et du reste de l’autre grain,

           Nous en avon à grand foyson ?

                                    LE  PAGE

           Ouy dea, assez et de raison,

           Ma foy, Monsieur, pour nostre année.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Ceste journée,

165   As-tu pas veu mes grans chevaux63 ?

                                    LE  PAGE

           Ouy, ma foy, Monssieur : y sont beaux.

           Y les faict bon vouèr à l’estable.

           (Des grans chevaulx ? Yl a le deable !

           Y n’a que de vielles jumens

170    Qui n’ont aux g[u]eulles nules dens :

           Vouélà tous les chevaux qu’il a.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Page, viençà ! Qui me bailla

           Ce cheval qui est à ma femme ?

                                   LE  PAGE

           Ce fust le roy, Monssieur. (Mon âme !

175   Comme y baille de la bigorne !

           C’est un viel cheval qui est borgne,

           Et n’est c’une vielle carongne

           De jument à qui les os percent ;

           Le cul et les jambes luy herchent64

180   De malle fine povreté.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Suy-ge monté,

           À ton advis, à l’avantage65 ?

                                 LE  PAGE

           Ouy Monssieur, [ainsy] comme [un] page

           Qui va à pié le plus66 du jour.

                                 LE  GENTIL  HOMME

185   Je ne doibtz pas avoir de pa[o]ur67,

           Quant je me trouve en quelque assault.

           Page !

                                LE  PAGE

                    Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                      Pren mon courtault68 :

           Je te le donne pour ton étrène ;

           Le tien te faict par trop de peine,

190   Car y me semble par trop las.

                                LE  PAGE

           Grand mercy, Monssieur ! Et ! quel soulas !

           Je me doys bien réconforter.

          (S’il en avoyt pour le porter

           Luy-mesmes, le povre cocu,

195   De XX soublz69 ou d’un povre escu,

           Pensez-vous qu’i feroyt du maistre ?)

                               LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                LE  PAGE

                     Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                         Y te fault estre

           Dedens un moys en Angleterre.

                                LE  PAGE

           Et pour quoy faire ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                            Tu m’iras querre

200   Douze haquenés70 à Hantonne,

           Que le roy [des] Engloys me donne ;

           Y valent bien, chascun, cent frans.

           Tu luy mairas71 mes chiens courans

           Pour coupler avec ses lév(e)riers.

                                LE  PAGE

           Ouy, par ma foy !

205   (Y n’a que des chiens à bergers,

           Tous aussy velus c’une vache ;

           Et sy, ont l’oreille aussy flache

           Et aussy mole c’une trippe.)

                                LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                              Que c’est [de] la tippe72,

210   Monssieur ? Voulez-vous qu’on luy maine ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Laquelle esse ?

                                LE  PAGE

                                   C’est Marjollaine,

           [C’est] la plus belle du tropeau.

           (Par ma foy ! on luy voyt73 la peau,

           Tant est morfondue et rongneuse.)

                                LE  GENTIL  HOMME

215   Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                 Elle est plaisante y amoureuse74,

           Ceste chienne, la plus du monde.

                                LE  GENTIL  HOMME

           Et ! c’est cela où je me fonde.

                                LE  PAGE

           Voulez-vous qu’el y soyt menée ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Ouy dea !

                                LE  PAGE

                           [Sy elle n’est]75 traînée,

220   Ceste chienne va sy à loysir

           Qu’à peine poura’le suyvir76

           Un cheval sy tost que le pas

           –Entendez-vous ? je ne mens pas–,

           Tant [elle] est vilaine, orde et salle.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

225   Page !

                                 LE  PAGE

                       Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                          Dedens ma salle77,

           Y faict-y pas maintenant beau ?

                                 LE  PAGE

           Ouy de[a], Monssieur, tout de nouveau78

           [Vous] l’avez faict paindre, pour seur.

           (Mais quelle salle ! c’est hideur :

230   Il n’en a poinct, que sa chemise79 ;

           C’est celle-là dont y devise

           Et de quoy il entent80 parler.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                 LE  PAGE

                     Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                        Va-moy seller

           Mon courtault, qui est à l’estable !

                                 LE  PAGE

235   Vostre courtault81 ? (De par le deable !

           Je n’en sache poinct qui vous hète82,

           Que celuy de vostre brayète,

           Qui vous donne bien du tourment…)

                                  LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                  LE  PAGE

                     Monssieur ?

                                  LE  GENTIL  HOMME

            Aproche-toy légèrement !

240   Et ! tout le temps que me83 servy[s],

           –Je me croy bien à ton avis84,

           [Dis-moy le vray, par ton serment]–,

           T’ai-ge pas payé ton paiment

           Vaillamment, par chascun cartier85 ?

                                 LE  PAGE

           Y n’a poinct falu de papier

245    Pour en escripre la quictance !

           (J’en tiens86 encores sans doubtance

           Tout ce qu[e j’]en receus jamais.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Gens qui ont serviteurs parfaictz

           Les doibvent bien entretenir.

                                 LE  PAGE

250    Mais leur laisser tout leur[s] aquestz

           Vailamment, sans rien retenir.

           Je vous suplye, alons-nous-ent87

           Bien tost ; parton légèrement,

           Et laissez ceste vanterye

255   Dont estes plain : c’est moquerye

           [Que] de vous et de vostre affaire.

           Adieu, ne vous veuile desplaire88 !

 

                                             FINIS

*

 

1 André Tissier : Recueil de farces, tome 10, pp. 187-189. Droz, 1996.   2 D’après le titre, il veut devenir laquais [valet d’armée]. Un page ne restait jamais dix ans <vers 112> dans cette fonction peu lucrative, et surtout, réservée aux enfants : car un page devait être le modèle réduit de son maître, comme en témoigne l’eau-forte de Jacques Callot intitulée un Gentilhomme et son Page (1617).   3 Cloîtré : la misère lui interdit toute vie sociale.   4 En regardant défiler la troupe. Il faisait donc partie des badauds, et non des soldats qui paradaient.   5 Loin de mes camarades (qui étaient restés en arrière).   6 Cassé aux gages, révoqué sans solde. Il fait semblant de mal comprendre le « cassé » du vers 9, qui se rapportait à ses fractures.   7 Vous mentez pour rien ; qu’ai-je à perdre ?   8 LV : perdre  (Vous ne risquez pas d’être payé par l’État, contrairement aux militaires.)   9 Jeu de mots involontaire sur « tenir compte » et « tenir des contes » [se livrer à des racontars].   10 Les plus importants.   11 Fin-verjus est un savetier alcoolique et roublard (F 33, T 11). Le croc est le crochet des tireurs de bourses, et un outil pour crocheter les serrures : « Successeurs de Villon en l’art de la pinse et du croq. » (Marot.) Happe-gibet est synonyme de brigand, meurtrier et voleur (les Épithètes de M. de la Porte). Bref, le Gentilhomme ne fréquente que du gibier de potence.   12 Des reconnaissances de dettes. (Lat. debet = il doit.)   13 Euphémisme pour « volé ».   14 Parviendrais-tu à compter les ennemis que j’ai tués ? « Je ne cognois deux ne trois tant soyent puissans hommes que (il) ne les eust bien mys à la fin. » A. de La Sale.   15 Un couffin, une corbeille.   16 Forme attestée : « Furent jugés & mys à la mort. » Brut. Cf. Troys Gallans et Phlipot, vers 422.   17 Le faucon, que les nobles portaient sur leur poing quand ils chassaient. Cf. le Faulconnier de ville.   18 Le train de vie de la Noblesse (vers 43-44).   19 C’étaient des poulets.   20 Parmi les seigneurs, qui jouaient gros jeu.   21 Vous n’avez jamais eu trois sous vaillants sans en devoir six.   22 Résoudre.   23 Vous rengorger, vous vanter.   24 Un étendard dans une tente de l’ennemi.   25 « Le proverbe qui dict qu’une bonne fuitte vaut mieux qu’une mauvaise attente. » (Straparole.) Pour garder ce proverbe intact, notre auteur a dû introduire un quatrain abba.   26 LV : alemans   Le 20 mai 1525, la « guerre des Boures » (ou des Rustauds) donna lieu à la bataille de Scherwiller : les soldats lorrains (renforcés par quelques gentilshommes français) battirent l’armée des paysans luthériens allemands. Mais aucune « Journée des Allemands » n’est connue sous ce nom. La seule « journée » qui avait marqué les esprits, c’est la Journée des Éperons (bataille de Guinegatte, 16 août 1513), lors de laquelle les soldats français avaient pris la fuite, à l’instar de notre Gentilhomme : cf. l’Avantureulx, vers 408 et note 114. Remarquons d’ailleurs que ce vers 67 n’a pas de pendant : on ignore s’il rimait en -ans ou en -ons. Il est probable qu’un des premiers copistes a modifié ce vers en songeant au traité de Moore (30 août 1525), sur lequel la France comptait encore en octobre pour établir une paix durable avec la perfide Albion ; plutôt que de rappeler aux Normands, déjà furieux contre ce traité, qu’Henri VIII d’Angleterre était en plus le vainqueur de Guinegatte, il valait mieux détourner l’attention populaire sur des vaincus allemands.   27 Quand le blocus fut levé. « Les habitans commencèrent à débloquer et sortir. » Godefroy.   28 Comme un vulgaire troupier : « Plusieurs soldats accoururent de tous costéz, (…) chacun accourant au pillage. » (Le Mercure françois.)  Les combattants français de Guinegatte guerroyèrent surtout contre des poules : « Actes de batailles/ Font contre poulailles/ Noz gens. » (G. Cretin, Lascheté des gensd’armes de France à la Journée des Esperons.)   29 De contrariété.   30 Me mettre en bonne place. Il demande à son page de le valoriser devant les gens, comme le gentilhomme de Légier d’argent (v. notice) : « Jaquet, tu me fais plaisir/ Des biens que vas disant de moy. »   31 Rime normande avèr / baillèr.   32 Fracasse. « Courbatu, espaultré et froissé. » Rabelais, Quart Livre, 14.   33 Que vous vous corrigiez.   34 Gérant. « Je vous mettray à mesme mes biens, où vous pourrez puiser et prendre tant de richesse comme il vous plaira. » Amyot.   35 LV : tresors  (En Normandie, mugot = trésor <cf. Godefroy>. « Nous trouvasmes force trésors inutiles ; nous descouvrismes (…) le beau et ample mugot de Molan. » Satyre Ménippée.)   36 À demi-mot : je n’en dis pas plus pour ne pas révéler où ils sont cachés.   37 Des pièces dévaluées qui ont cours chez les vauriens que vous fréquentez. « De toutes receptes,/ Je ne sache c’un gros qui court. » Le Poulier à sis personnages (LV 27).   38 Qui ne soient hypothéqués.   39 Pourtant.   40 Fiefs. Idem à 126.   41 Si vous m’en croyez. Cf. le vers 143.   42 LV : plus est / ne me croyent pas la on y me vouent   43 Un soir.   44 Manchote.   45 Elle vous escroqua d’une bourse.   46 Sans argent. Galande = galante : cf. la Réformeresse, vers 89.   47 Payé de retour. « Jamais je ne pourroye/ Vous desservir les biens que me donnez. » Charles d’Orléans.   48 Maishui, indéfiniment. « Despeschez donques !/ Je ne veuil estre icy messuy. » (L’Oficial, LV 22.) Entre la rubrique et le vers 117, LV a intercalé des pattes de mouches sans rime ni rythme : Vienca nen parle iamais   49 De l’an passé. Clin d’œil à Villon : « Mais où sont les neiges d’antan ? »   50 Ni étang, ni monceau de pierres. Les vers 118-161 sont à rapprocher de ceux où Messieurs de Mallepaye et de Bâillevant font l’état des lieux de leurs domaines en ruines (vers 247-249). Beaucoup d’autres thèmes sont communs à ces deux dialogues.   51 Des grenouilles et des mûriers-ronces.   52 En exterminant les grenouilles dont vous vous nourrissez.   53 Beaucoup de poisson.   54 Rime dupliquée, qu’on pourrait remplacer par « grain » ou « foin ».   55 4 lieues normandes = 17,7 km.   56 Atténuation de « si m’ait Dieu » [si Dieu m’aide].   57 Combien d’arpents.   58 Chez les affamés avec qui vous frayez. La formule annonce le « cheulx mes amys » des Troys Gallans et Phlipot, v. 442.   59 D’en faire une meule : « Deux petiz mullons de blé. » (Godefroy.) Mais le page parle-t-il des grains, ou des amis de son maître ?   60 Qu’il saurait, qu’il pourrait.   61 À la place du fragment que j’ajoute entre crochets, le copiste a écrit puis biffé : davoynne   62 De quoi emplir une écuelle.   63 Ceux qu’on utilisait à l’armée. De là vient l’expression : « Monter sur ses grands chevaux. »   64 Se traînent.   65 Ai-je une bonne monture ? M. de Mallepaye (vers 176) s’en inquiétait déjà.   66 La plus grande partie. Cf. Légier d’argent (v. notice) : « Et par deffault d’une jument,/ Il va à pié le plus souvent. »   67 De peur, puisque j’ai un bon destrier.   68 Cheval de selle. Idem vers 234.   69 Pour 20 sous : lorsqu’il a un peu d’argent.   70 Montures réservées aux femmes : « Ils sont suivis des litières & des hacquenés de Sa Sainteté. » (Du Mont.) Hantonne = Southampton : « [Ils] singlèrent devers Angleterre ; puis arrivèrent et prirent terre à Hantonne. » (Froissart.)   71 Mèneras. Henri VIII n’aurait jamais abâtardi ses lévriers greyhounds ! On rapproche les vers 199-204 du Journal d’un bourgeois de Paris : « Au dict an 1525, environ le huictiesme octobre, passèrent parmy la ville de Paris vingt ou vingt-cinq hacquenées d’Angleterre que le roy d’Angleterre envoyoit à monsieur le Daulphin estant à Bloys ; et envoia aussi un grand nombre de chiens de chasse, comme cent ou plus, où y avoit grandz dogues d’Angleterre. » Si la référence aux chevaux paraît convaincante, la référence aux chiens l’est beaucoup moins, puisque c’est les chiens français que le page doit conduire en Angleterre, et non l’inverse.   72 « Que doit-on faire de la tippe ? » Mot inconnu ; c’est peut-être un de ces normandismes dont la pièce regorge.   73 LV : vord   74 Digne d’être aimée. « La plus belle dame du roiaulme d’Engleterre, et la plus amoureuse. » Froissart.   75 LV : quelle   76 Pourra-t-elle suivre.   77 La salle principale du château.   78 Tout récemment.   79 Jeu de mots : il n’a de « sale » que sa chemise.   80 Il veut.   81 Le Gentilhomme oublie qu’il vient de le donner au page (vers 187-188). Ce dernier se venge en dénigrant son autre courtaud, c’est-à-dire son pénis : cf. la Complainte d’ung Gentilhomme à sa dame, note 94.   82 Qui puisse vous faire plaisir.   83 LV : mas   84 LV : serment  (Je me fie à ton avis.)   85 Chaque trimestre.   86 Je retiens de mémoire.   87 Rime attestée : Maistre Mymin qui va à la guerre, vers 193.   88 Ce congé s’adresse-t-il au public, comme il se doit, ou au Gentilhomme ?

 

Publicités

LA CONFESSION DU BRIGANT AU CURÉ

Biblioteca Apostolica Vaticana

Biblioteca Apostolica Vaticana

 

*

 

LA  CONFESSION  DU  BRIGANT

AU  CURÉ

 

*

 

Ce dialogue normand1 du XVIème siècle présente une particularité : le prêtre ne succombe ni au péché de luxure, ni au péché de gourmandise ; seul le péché d’avarice lui est imputable. Dans une forêt obscure, un bandit de grand chemin réclame sa bourse à un curé, qui la prétend vide, mais qui accepte de confesser le brigand. Celui-ci, à genoux aux pieds du curé, vide peu à peu la sainte bourse, tout en commentant son forfait dans les termes d’une confession en règle.

Source : Recueil de Florence, nº 10.

Structure : Rimes embrassées, rimes plates, rimes croisées. Les 44 derniers vers, dans un état désespéré, semblent avoir été reconstitués de mémoire.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce nouvelle du Curé et du Brigant

 

*

À deux personnaiges, c’est assavoir :

    LE BRIGANT

    LE CURÉ

 

 

La Confession

du Brigant au Curé

 

*

 

                               LE  BRIGANT  commence          SCÈNE  I

          Je suis desconfit de quinquaille2,

         Tout mon argent est despendu3.

         À malle hart4 soit-il pendu,

         Qui soustient ne denier ne maille5 !

5    Or n’est-il riens qui ne me faille,

         Et [n’ay] grant planté6 d’escuz vieulx.

         Ma robbe a le ventre creux

         Depuis que je n’ay eu nul gaige.

         Tout me fauldra7, en mon mesnaige :

10    Du pain, du lart et du fourmaige.

         Je ne le tiendray pas à saige,

         Qui8 passera ains que je couche.

           LE  CURÉ                 SCÈNE   II

         Voicy la feste qui s’approuche

         De Pasques ; et pource, à ma cure

15   Je veulx aller à l’aventure

         Confesser mes paroissiens,

         Car ilz sont si trèsnégligens

         Que ce n’est que toute ignorance.

         Pour acquiter ma conscience,

20   La Dieu mercy, je suis tout prest.

         Aller me fault sans nul arrest ;

         Et si, convient que [me haston]9.

         Mais ung homme sans baston

         Est à la mercy des chiens10.

25   Or avant ! Je ne crains [plus] riens.

         Dieu me conduye, et Nostre Dame !

           LE   BRIGANT               SCÈNE   III

         Par la croix bieu ! il ne passe âme.

         Je ne fois icy que morfondre…

         Je prie à Dieu qu’il me confonde

30   Si je ne voy là quelque proye.

         Ho, ho ! Il convient que je voye

         S’il y a point de compaignie.

         Sang bieu ! vous y perdrez la vie

         Tantost, domine Curate11.

           LE  CURÉ          SCÈNE  IV

35   Je me suis [assez tost]12 hasté,

         Je seray bientost à mon estre13.

           LE  BRIGANT 14

         À mort ! à mort ! Demourez, prestre :

         Il fault retourner par-deçà15 !

           LE  CURÉ

         Hélas, hélas ! Et ! qu’esse-là ?

40   Pour Dieu, ne me faictes nul mal !

           LE  BRIGANT

         [Vient-on]16, à pié ou à cheval ?

           LE  CURÉ

         Je n’ay veu âme. [Quel tourment]17 !

           LE  BRIGANT

         Vous avez peur, maistre gallant18 ?

           LE  CURÉ

         Je cuydoye premièrement

45   Que ce fussent mauvaises gens ;

         Mais [voy que] non sont, Dieu mercy !

           LE  BRIGANT

         Jamais ne partiray d’icy

         Que n’aye compté vostre monnoye.

           LE  CURÉ

         (C’est donc pis que [je] ne cuydoye.)

50   Las, ne me faites nul effors !

           LE  BRIGANT

         Je te mettray la dague au corps,

         Par la chair Dieu, se tu dis mot !

           LE  CURÉ

         Nenny, je ne suis pas si sot ;

         Il n’en sera jamais nouvelle19.

           LE  BRIGANT

55   Çà, de l’argent !

           LE  CURÉ

                                    Il n’y a rouelle20,

         Par le Dieu qui me fist21, en ma tasse.

           LE  BRIGANT

         Parle bas, [de peur] qu’i ne passe

         Quelq’un qui face empeschement.

           LE  CURÉ

         Vous dictes vray, par mon serment ;

60   [Desjà] je l’avoye oublié.

         J’ay mon argent tout employé

         Au luminaire de la feste.

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu, ribault [de] prestre,

         Vous chanterez d’autre martin22 !

           LE  CURÉ

65   Je vous don(ne)ré ung pot de vin,

         Beau sire, et soyons amys.

           LE  BRIGANT

         Baille des escus cinq ou six :

         Tu n’auras garde qu’on [les t’emble]23.

           LE  CURÉ

         Je n’en vis oncques tant ensemble,

70   Par Dieu qui me fist, en ma bource.

           LE  BRIGANT

         S’il convient que je me courouce…

           LE  CURÉ

         [Ce me]24 seroit une grant peine.

           LE  BRIGANT

         Voicy desjà25 longue sepmaine

         Que je veulx estre confessé.

           LE  CURÉ

75   A ! par Dieu, tout sera laissé

         Devant que je ne vous confesse.

         Or sus, mectez-vous à vostre aise,

         Debout, assis, agenoillé26,

         Et dictes : « Benedicite,

80   Dominus27. »

           LE  BRIGANT

                                 Dy-le pour moy, [don28].

           LE  CURÉ

         Benedicite… Sempiternum…

         Secu29 corda… Predicatam30

         [Et] spiritus sancti… Amen !

         Or, dites donc : « Je me confesse. »

           LE  BRIGANT

85   Dy-le pour moy.

           LE  CURÉ

                                      Je me co[n]fesse

         À Dieu31.

           LE  BRIGANT

                        Et maulgré bieu du villain prestre32 !

         T’en veulx-tu desjà aller [paistre] ?

           LE  CURÉ

         C’est ung mot de confession.

           LE  BRIGANT

         Par la mort ! sans rémission

90   Je te tueray, se tu quaquettes.

           LE  CURÉ

         Or sus, dictes voz besongnettes33 :

         Avez-vous prins rien de l’autruy34 ?

           LE  BRIGANT

         [Se j’ay prins ?] Et ! morbieu, ouÿ :

         Quant je jou[o]ye aulx espinettes35

95   Avec[ques] les belles fillettes,

         Je leur ostoye leurs espilles36

         Et les donnoye à d’autres filles.

           LE  CURÉ

         Or Dieu le vous pardoint, [beau] sire !

         Comment vous va du péché d’ire37 ?

100  Vous courro[u]cez-vous voluntiers ?

           LE  BRIGANT

         Quant je vois38 parmy les santiers,

         [S’]une ronce ou une espinette

         Me happe parmy ma jambette,

         Incontinent je maulgroye Dieu

105  Et la couppe par le mellieu ;

         Voire tout bas39, sans mot sonner.

           LE  CURÉ

         Dieu le vous vueille pardonner !

         Mais d’argent prendre, il s’en fault f[r]aindre40.

           LE  BRIGANT 41

         Si fois-je, quant n’y puis actaindre.

           LE  CURÉ

110  C’est bien fait, car Dieu s’en courrouce.

         Avez-vous point, voyant42 la bource

         À ces gallans, et joué de « force »43 ?

           LE  BRIGANT

         Nenny, [pas encore, par Dieu]44.

           LE  CURÉ

         Or sus, faicte[s] bien vostre deu45 ;

115  Il faul[t] laisser, chascun, son fais46.

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu, je suis emprès ;

         Encor(e) ne fais que commencer.

           LE  CURÉ

         Il vous fault trèsbien [a]penser

         À mettre tout hors, mon amy.

           LE  BRIGANT

120  Aussi fais-je tant que je puis,

         Mais le pertuis47 est trop petit.

           LE  CURÉ

         Ce sera [pour] vostre prouffit,

         Mon amy : ne laissez rien.

           LE  BRIGANT

         [Pour] mon prouffit ? Par sainct Julien,

125  Au moins y ay-je espérance !

           LE  CURÉ

         N’avez-vous pas en Dieu fiance ?

         Dea ! ne vous hastez48 qu’à vostre aise.

           LE  BRIGANT

         Nenny dea, je suis bien aise.

         Vous fais-je point de desplaisir ?

           LE  CURÉ

130  Nenny non, faictes tout à loisir ;

         De vous amender j’ay grant joye.

           LE  BRIGANT

         Je vaulx mieulx que je ne faisoye

         Des escus, par Dieu, plus de six49.

           LE  CURÉ

         Vostre confession, beau filz,

135  Elle doit estre parfaicte.

           LE  BRIGANT

         El(le) sera, par Dieu, toute nette,

         Se je puis, avant que [je cesse]50.

           LE  CURÉ

         Dea, il ne fault pas que l’en laisse

         Aucuns péchés : n’en laissez nulz.

           LE  BRIGANT

140  Je prens les grans et les menus,

         Certes, j’en foys bien mon effors.

           LE  CURÉ

         Dieu vous sera miséricors.

         Or çà, savez-vous autre chose ?

           LE  BRIGANT

         L’autre jour, il y a grant pose51,

145  On avoit mis ung gras confit52

         À la gelée53, toute [une] nuyt ;

         Et je le prins.

           LE  CURÉ

                             [C’est bien forgé]54 !

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu ! je le mengay

         Sans sel55, dont je m’en confesse.

           LE  CURÉ

150  Or çà, oyez-vous point la messe,

         Au dimenche, quant elle sonne ?

           LE  BRIGANT

         Je l’oy bien d’où je suis.

           LE  CURÉ

                                               [Grant somme

         Avez]56, mais que faites vous tousjours ainsi ?

           LE  BRIGANT

         J’en ay beaucoup, [la] Dieu mercy57 !

           LE  CURÉ

155  Or mon amy dictes, après, [vos reliques58],

         Sans [me] faire tant de répliccques.

           LE  BRIGANT

         Je mengay l’autre jour des trippes

         D’une59 tripière, [à fines lippes]60 ;

         Et luy abbatis [sa tripière]61

160  Tant que la gresse cheut à terre.

         Et [j’ay] laissé là son62 couteau.

           LE  CURÉ

         Dea, nous en sommes bien et63 beau !

         Confession est-elle faicte ?

           LE  BRIGANT

         Par le sang bieu ! elle est [bien] nette :

165  Je ne sçay en [tout mon couraige]64

         Plus riens seul, s’il n’est bien sauvaige65.

           LE  CURÉ

         C’est vostre prouffit, j’ay66 fiance.

           LE  BRIGANT

         Or sus doncques, que l’en s’avance67 !

           LE  CURÉ

         Il vous fault avoir pénitence,

170  Pour des68 péchéz pardon avoir69.

           LE  BRIGANT

         Monsïeur, vueillez y penser :

         Car si vous me baillez grant charge,

         Je ne la sçauroie porter70.

           LE  CURÉ

         …………………. Ego asvote71

175  De la crouste d’ung pasté72

         Sicut erat… Sempiternam…

         [Et] spiritu sancti… Amen !

           LE  BRIGANT 73        SCÈNE  V

         Sire Morise, mon amy,

         [De grant sens vous estes garny]74.

                              LE  CURÉ

180  Vertu bieu ! je [chante mercy]75

         Que je n’é pas laissé l’endosse76.

         Morbieu ! se je reviens par cy…

         Je m’en vois à mon sacerdoce77,

         Confesser mes parroisiens.

185  Prenez en gré l’esbatement !

         Sire Dieu [vous donne tous biens]78 !

         Adieu vous dy pour maintenant.

           FINIS

*

1 Comme d’habitude, les particularismes normands n’ont survécu que dans les rimes : vers 16 et 17, 22 et 23, 111 et 112, 113 et 114, 170 et 171… Mais il nous reste un couplet sur les tripes, spécialité normande !   2 Cliquaille, monnaie.   3 Dépensé.   4 À une maudite corde.   5 Celui qui a des deniers ou des piécettes.   6 Quantité. Les écus vieux furent décriés le 5 décembre 1511.   7 Me fera défaut (verbe faillir, vers 5).   8 Celui qui passera avant que je ne me couche.   9 F : ie me haste  (Tournure normande : « Je n’avons pas putost eu gagé, que j’avons vu les deux hommes tout à plain. » Molière, Dom Juan, II, 1.)   10 Il ramasse une branche morte, et l’utilise comme canne pour marcher et se défendre pendant le long trajet entre son presbytère et la cure où il officie. Les villes se trouvaient dans la forêt, alors peuplée de chiens sauvages, de loups, et de détrousseurs.   11 Monsieur le Curé. C’est du vrai latin, contrairement à celui que va écorcher le curé.   12 F : asses toust   13 À destination.   14 Il surgit de derrière un arbre.   15 Par ici, vers moi. Il attrape le curé qui s’enfuyait.   16 F : Vient il  (Est-ce que quelqu’un d’autre vient ?)   17 F : quelconques  (« N’y est-elle point ? Quel tourment ! » Farce des bottines Gaultier, F 9.)   18 Les prêtres avaient une réputation de séducteurs.   19 F : nouuoelles  (Je n’en parlerai à personne.)   20 Aucune pièce de monnaie.   21 Même expression au vers 70. Tasse = bourse : « Prens dix escus en ma tasse. » Le Ramonneur de cheminées (F 30).   22 Vous changerez de ton. « Bientost vous ferai d’autre martin chanter. » Godefroy.   23 F : le lemble   (Tu ne craindras plus qu’on te les vole.)   24 F : Se  (On se demande si le curé plaint le brigand ou son argent.)   25 F : la   26 F : ou a genoulx  (Cf. la confession du Nouveau Pathelin : « –Çà, dictes, sans plus vous brouiller,/ Tout premier Benedicite…./ –Seray-je cy agenoillé ? »   27 Nombreux points communs avec la confession du Testament Pathelin (notamment les vers 327-330), et la confession du Munyer (vers 390-391).   28 Donc. On plaquait parfois cette rime commode à la fin d’un vers bancal : « Il suffist, je n’en dy rien, don. » Maistre Pierre Doribus.   29 Il faut comprendre Sursum corda [élevons nos cœurs]. Le curé a tellement peur qu’il mélange et estropie les textes liturgiques. Voir la note de Gustave Cohen, Recueil de farces françaises, p. 82.   30 F : predicale  (qui ne rime pas. Emprunt classique à saint Augustin : divino eloquio praedicatam = prêchée par une éloquence divine — que ne possède visiblement pas notre pauvre curé de campagne.)  Prédicatan rime avec aman, de même que le sempiternon du vers précédent rime avec don.   31 Le brigand comprend « Adieu ! », et croit que le curé va s’en aller. On trouve exactement le même jeu scénique dans la farce de Celuy qui se confesse à sa voisine (F 2), vers 403-405.   32 Maudit soit ce vilain prêtre ! « Maugré du vieux ! » Farce de la Cornette.   33 Vos petites affaires. Double sens érotique (besogner = coïter) : « Vous sçavez bien la besongnette…./ Une autre foys, en la couchette,/ Nous jouerons entre deux draps. » Farce de Jolyet (BM 5).   34 Du bien d’autrui. Cf. la confession du Testament Pathelin, vers 388.   35 Espine = pine, pénis. « Dame Proserpine/ Fust espinée de l’espine/ Qui est en ta brague cachée. » (Rabelais, V, 46.) On peut comprendre : quand je faisais l’amour.   36 F : espingles  (Les espilles sont des épingles qui fermaient les robes : « S’il choit à la dame une espille. » XV Joyes de mariage.)   37 La colère est un péché capital.   38 Vais.   39 Silencieusement.   40 Se retenir (Godefroy). Le curé estime moins grave d’enfreindre le deuxième Commandement (« Tu ne prendras point le nom du Seigneur ton Dieu en vain ») que le septième (« Tu ne desroberas point »).   41 À partir de là, le brigand à genoux entrouvre discrètement l’aumônière du curé, puis en sort les pièces une à une. Le curé lui parle de sa conscience qu’il doit vider de tout péché, mais le brigand parle de la bourse du curé, qu’il vide de ses écus.   42 F : veu en   43 Les forces étaient les ciseaux des coupeurs de bourses. Voir l’édition Koopmans, p.176, note 32.   44 F : par dieu pas encore  (Cf. Koopmans, note 33.)   45 Votre devoir. « Di» rime avec « dû », à la manière normande.   46 Chacun doit laisser son fardeau moral. Le brigand songe plutôt à un fardeau métallique.   47 Le goulot de ma conscience. (Et l’ouverture de votre bourse.)   48 F : hastrs   49 Je vaux 6 écus de plus que je ne valais avant de me confesser.   50 F : la laisse  (Rime du même au même.)   51 Il y a longtemps.   52 F : chappon   53 À la campagne, on laissait refroidir les plats chauds sur une fenêtre, pour le plus grand plaisir des chapardeurs.   54 F : Dea iulfhange  (C’est bien combiné.)   55 Goulûment, comme le chat de Renart le nouvel quand il dévore un héron « sans nape et sans sel ».   56 F : Par dieu vous auez grant somme  (Vous avez tellement sommeil, que vous restez couché au lieu d’aller à l’église ? Le brigand va équivoquer sur les sommes d’argent. Cf. Koopmans, note 49.)   57 Même exclamation au vers 20. Cf. la Seconde Moralité de Genève, vers 129.   58 Le reliquat, le reste. « S’il y a encores en vous quelques reliques de l’amour passée. » Marguerite de Navarre.   59 F : A une  (Vers trop long.)  Les tripières vendaient au marché des tripes chaudes que les clients consommaient sur place, dans une écuelle ou une chope : « Demandé luy ay du brouet [sauce],/ En mon escuelle, de ses trippes. » (Farce de la Trippière, F 52.) « Je payeray choppine de tripes. » (Le Disciple de Pantagruel.) À défaut, on versait les tripes dans un cornet de papier fort : « Ma besace sera gastée,/ Se ne le metez au cornet. » (Un Aveugle, son varlet et une tripière, LV 13.) Les tripières de la littérature comique sont toujours victimes de resquilleurs, comme dans les Repues franches de maistre François Villon.   60 F : qui passoit  (« Regardez là quelz fines lippes/ Pour tesmoigner d’ung plat de tripes. » Le Capitaine Mal-en-point.)   61 F : son bacquet  (Tripière = large pot en terre cuite muni d’un petit couvercle.)   62 F : mon  (Je me suis enfui avant qu’elle me poignarde.)  Le redoutable couteau à double tranchant des tripières était passé en proverbe : « L’Évangile est un cousteau de tripière, qui coupe des deux costéz. » Satyre Ménippée.   63 F : el  (Ce « nous » de majesté désigne le curé lui-même, qui regrette charitablement que la tripière n’ait pas tué le brigand.)   64 F : ma conscience  (Dans mon cœur, dans mon âme. « Ce sont choses (…) qui moult me grièvent et poisent en mon courage. » Froissart.)   65 Je n’ai pas laissé un sou, à moins qu’il n’ait des griffes.   66 F : Se ie ny ay part iay   67 Qu’on en finisse.   68 F : vos   69 Rime normande : avèr rime avec pensèr. Cf. Pates-ouaintes, vers 420 et 422.   70 Il faudrait une rime en -arge, ou à la rigueur en -age.   71 Ego absolvo te [je t’absous]. Pressé d’en finir, le curé recommence à dire n’importe quoi (note 29).   72 « De la croûte » évoque Juxta crucem [près de la croix], et « D’un pâté » rappelle Deus Pater [Dieu le Père].   73 Il s’éloigne en se parlant à lui-même. On apprend qu’il se nomme Maurice.   74 F : Vous estes garny de grant sens   75 F : eschape bien aucy  (Chanter merci = rendre grâces à Dieu.)   76 Le bas du dos : le curé se félicite de ne pas s’être fait violer ! Voir le glossaire des Ballades en argot homosexuel de Villon <édition de Thierry Martin>. D’après le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud, « se faire endosser » = se faire sodomiser.   77 F : avanture  (Réminiscence des vers 15-16.)   78 F : le vous pardonne  (Encore une fois, ces « biens » sont plus terrestres que spirituels.)

 

MALLEPAYE ET BÂILLEVANT

Bibliothèque nationale de France

Bibliothèque nationale de France

*

MALLEPAYE  ET  BÂILLEVANT

*

 

Ce dialogue de la fin du XVe siècle, qu’on imputait jadis à François Villon, est maintenant attribué à Roger de Collerye1. La virtuosité de sa versification, l’écriture en questions-réponses, l’absence d’intrigue et de scénographie, les caractères stéréotypés qui n’évoluent pas : tout l’apparente au jeu verbal des Sots.

La pièce exploite un cas de figure très courant : un fils de famille délaisse la gestion de son patrimoine pour aller vivre aux abords de la Cour dans l’espoir d’y être admis. L’espoir est vain ; le domaine, mis en coupe réglée par son métayer, ne peut plus entretenir la folie des grandeurs du courtisan, qui meurt de faim. Sauf qu’ici, nous n’avons pas affaire à une Moralité pontifiante, mais à un dialogue mené tambour battant. Nul désespoir et nulle aigreur dans cette partie de jeu de paume survoltée ; uniquement la confiance dans un avenir qui appartient aux plus débrouillards.

Source : Œuvres de Maistre Françoys Villon. Édition princeps de Galliot du Pré, Paris, 1532 <BnF., Inv. Rés. Ye-1295>.

Structure : aabaab/bbcbbc.

Cette édition : Cliquer sur Préface. (Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.)   G = édition Galliot du Pré.

 

*

 

Dyalogue de Messieurs de

Mallepaye & de Bâillevant

 

*

 

                                      MONSIEUR  DE  BÂILLEVANT2

             Monsïeur de Mallepaye3 !

                                      MALLEPAYE

                                                          Quoy

                                      BÂILLEVANT

             De neuf ?   M.4 On nous tient en aboy5

             Comme despourveux malureux.

             B. Si j’avoye autant que je doy,

5      Sang bieu, je seroye chez le Roy,

             Ung paige après moy, voire deux !

 

             M. Nous sommes francs,   B. adventureux.

             M. Riches ?   B. Bien aises.   M. Plantureux ?

             B. Voyre, de souhais6.   M. C’est assez.

10     B. Gentilz hommes,   M. hardis   B. et preux

             M. Par l’huys7 ;   B. Du joly Souffreteux8

             M. Héritiers ;   B. De gaiges casséz9.

             M. Nous sommes, puis trois ans passéz,

              Si mainces !   B. Si mal compasséz10 !

15     M. Si simples !   B. Ligiers11 comme vent.

             M. Si esbaudiz !   B. Si mal pansés12 !

             M. De donner pour Dieu ?   [B.] Dispenséz,

             Car nous jeusnons assez souvent.

      M.13 Hée ! monsïeur de Bâillevant14 !

 

20     [B.] Qui peûlt15 trouver soubz quelque auvant16

             Deux ou troys mille escus : quel(le) proye !

             M. Nous ferions bruyt.   B. Toutale(s)ment.

             M. Le quartier en vaul[droi]t l’arpent17.

             [B.18] Par Dieu, monsieur de Mallepaye,

25     J’escriptz contre ces murs.   M. Je raye

             Puis de charbon et puis de croye19.

             B. Je raille.   M. Je fays chère20 à tous.

             B. Nous avons beau coucher en [b]raye21,

             L’oreille au vent22, la guelle baye :

30     On ne faict point porchatz23 de nous.

 

             M. Hélas ! serons-nous jamais soûlx24 ?

             B. Il ne fault que deux ou trois coups

             Pour nous remonter.   M. Doux,   B. droictz,   M. drutz25

             B. Pour fringuer26,   M. pour porter le houx27 ;

35     B. Gens   M. à dire : « Dont venez-vous28 ? »

             De [nous, vous] seriez tous recreux29.

             B. Francs,   M. fins,   B. froictz,   M. fors,   B. grans,

                                                                < M. gros,   B. escreux30.

             M. Et ! si(lz) n’avions nulz biens acreuz31 !

             B. Nous debvons.   M. On nous doibt   B. fourraige32.

40     M. Entretenuz   B. comme poux creux33.

 

             M. Jurons « sang bieu ! », nous serons creuz34.

             Arrière, piettons de village35 !

             B. Ne suis-je pas beau personnaige ?

             M. J’ay train de seigneur,   B. pas de saige36 ;

45     M. Ressourdant   B. comme bel alun37.

             M. Pathelin38 en main,   B. dire raige.

 

             M. Et, par la mort bieu ! c’est dommaige

             Que ne mettons villains en run39.

             B. Hée ! cinq cens escus !   M. C’est esgrun40.

50     B. Quant j’en ay, j’en offre à chascun,

             Et suis bien aise quant j’en preste.

             M. 41 Mes rentes sont sur le commun42 ;

             Mais povres gens n’en ont pas ung :

              Je m’y romp(e)roye pour neant la teste.

55     B. S’il nous povoyt venir quelque enqueste,

             Quelque mandement ou requeste,

             Ou quelque bonne commission…

 

             M. Mais, en quelque banquet honneste,

             Faire acroire à cest ou à ceste

60     La Pramatique Sanction43.

             B. Et s(i) elle y croit ?   M. Promission44 !

             B. S(i) elle promect ?   M. Monicion45 !

             B. S(i) on l’admoneste ?   M. Qu(e) on marchande !

             B. S(i) on faict marché ?   M. Fruïctïon46 !

65     B. Se on fruit ?   M. La pétition47

             En forme de belle demande

             D’ung beau cent [d’]escus.   B. Quel vïande !

             M. Qui l’auroit quant on la demande,

             On feroit…   B. Quoy ?48   M. Feu.   B. Sainct Jehan49, voire !

70     M. On tauxeroit50 bien grosse admende

             Sur le faict de ceste demande,

             Se j’en quictoye le pétitoire51.

             B. Quel bien !   M. Quel heur !   B. Quel accessoire52 !

             M. Je me raffroîchiz la mémoire,

75     Quant il m’en souvient.   B. Quel plaisir !

 

             M. S(e) on nous bailloit par inventoire53

             Deux mil escuz en une armaire54,

             Ilz n’auroient garde d(e) y moysir.

             B. Qui peûlt55 prandre,   M. qui peûlt choisir,

80     B. Gaigner,   M. espargner,   B. se saisir :

             Nous serions par tout bien venuz.

 

             M. Ung songe !   B. Mais quel ?   M. De plaisir.

             B. Nous prendrons si bien [le] loisir

             De compter ne sçay quantz escuz56.

85     M. Nous sommes bien entretenuz,

             B. Ayméz,   M. portéz   B. et soustenuz.

             M. De noz parens   B. de bonne race57.

             M. Rentes assez et revenuz ;

             Et s(i) à présent n’en avons nulz,

90     Ce n’est que Malheur qui nous chasse.

             B. Je n’en faiz compte.   M. Je grimasse58.

             B. Je volle par coups.   M. Je tracasse

             Puis au poil [et] puis à la plume59.

             B. Je gaudis ; et si, je rimasse60.

95     Que voulez-vous ? il [ne] tient qu(e) ad ce

             Que je ne l’ay pas de coustume61.

 

             M. D’honneur assez.   B. Chascun en hume.

             M. Je destains le feu.   B. Je l’allume62.

             M. Je m’esbas.   B. Je passe mon dueil.

100    M. Le plus souvent, quant je me fume63,

             Je batt(e)roye comme fer(t) d’enclume,

             Se je [ne] me trouvoye tout seul !

             B. Je ris.   M. Je bave sur mon seuil.

             B. Je donne à quelqu(e) une ung guin d’ueil64.

105    M. Je m’esbas à je ne sçay quoy.

             B. J’entretiens.   M. Je faiz bel acueil.

             B. On me fait [tout] ce que je veueil,

             Quant nous sommes mon paige65 et moy.

 

             M. Je ne demande qu’avoir de…   [B.] Quoy ?

110    [M.] Belle amye ; et vivre à requoy66,

             Faire tousjours bonne entreprise,

             Belles armes, loyal au Roy.

             B. Mais, trois poulx rempans en aboy,

             Pour le gibier de la chemise.

115    M. Je porteroye pour devise

             La marguerite en or assise

             Et le houlx67 par tout estandu.

             B. Vostre cry, quel ?   M. « Nouvelle guise68 ! »

             B. Riens en recepte, tout69 en mise,

120    Et toute somme « item perdu70 ».

 

             M. Je vous seroye, au résidu71,

             Gorgias, sur le hault verdu72 ;

              Le bel estomac d’alouette73.

             B. Robbe ?   M. De gris blanc, gris perdu ;

125    Bien emprunté et mal rendu,

             Payé d’une belle estiquette74.

             B. Puis la chaîne d’or, la baguette75,

             Le latz76 de soye, la cornette

             De velours, le77 bel affiquet.

130    M. Quant nous aurions fait nostre emplète,

             La porte seroit bien estroicte,

             Se nous ne passions jusqu(es) au ticquet78 !

 

             B. Nectelet,   M. gorgias,   B. friquet79.

             M. De vert80 ?   B. Tousjours quelque bouquet,

135    Selon la saison de l’année.

             M. Et de paige ?   B. Quelque naquet81.

             M. S’il vient hasart en un banquet ?

             B. Le prendre entre bont et volée82.

             M. Aux survenans ?   B. Chère meslée.83

140    M. Aux povres duppes ?   B. La havée84.

             M. Et aux rustes ?   B. Le jobelin85.

             M. Aux mignons de Court ?   B. L’accollée.

             M. Aux gens de mesmes ?   B. La risée.

             M. Et aux ouvriers ?   B. Le pathelin86.

145    M. D’entretenir ?   B. Damoiselin87.

             M. Et saluer ?   B. Bas comme clin88.

             M. Et diviser89 ?   B. Motz tous nouveaulz.

 

             M. Pour contenter le féményn90,

             Nous ferions plus, d’un esc[he]lin91,

150    Qu(e) ung aultre de quinze royaulx.

 

             B. Hée ! cueurs joyeulx !   M. Hée ! cueurs loyaulx !

             B. Prestz,   M. prins92B. promps,   M. preux,  B. espéciaulx93,

             M. Ayméz,   B. supportéz94,   M. bien receuz.

             B. Nous dev[e]rions passer aux sceaulx

155    Envers les officier[s] royaulx

             Comme « messieurs les Despourveuz »95.

             M. De congnoissance avons [en sus]96.

             B. ………….…………., on nous a veuz

             Si gent(il)z,   M. si netz,   B. si francs,   M. si doulx.

 

160    B. Hélas ! cent escuz nous sont deubz97.

             M. Au fort, si nous les eussions euz,

             On ne tînt plus compte de nous.

             B. Nous avons faict plaisir à tous.

             M. Chère à dire : « Dont venez-vous ? »

165    B. Émerillonnéz98,   M. advenans.

             B. Cent escuz, et juger des coups99 :

             On auroit beau mettre aux deux bouz100,

             Se ne nous tenions des gaignans !

 

             M. Nous sommes deux si beaulx gallans !

170    B. Fringans,   M. bruyans,   B. allans,   M. parlans101,

             B. Esmeuz de franche volunté,

             M. Aagés de sens   B. et jeunes d’ans,

             M. Bien guetz102   B. [et] assez resc[r]éans,

             M. Povres d’argent,   B. prou de santé.

175    M. Chascun de nous est habité103 :

             B. Maison à Paris ;   M. Bien monté104,

             Aussi bien aux champs qu(e) en la ville.

 

             B. Il y a ceste malheurté

             Que, de l’argent qu(e) avons presté,

180    Nous n’en [avons ne]105 croix ne pille.

             M. Où sont les cens et deux cens mille

             Escus que nous avions en pille106,

             Quant chascun avoit bien du sien ?

             B. Au fort, se107 nous n’en avons mille,

185    Nous sommes (selon l’Évangille108)

             Des bien-heureulx du temps ancien.

             M. J’aymasse mieulx qu’il n’en fust rien !

             B. Trouvons-en par quelque moyen.

             M. Qu(i) en a, à présent ?   B. Je ne sçay.

190    M. Hé ! ung angin109 parisien !

             B. Art lombart110 !   M. Franc praticien111,

             Pour faire à présent ung essay112 !

 

             B. Je vis le temps que j’avanssay

             L’argent de Chose113, et adressay

195    Tel et tel et tel bénéfice114.

             M. Et ! mais moy, quant je commensay115

             Monseigneur Tel, et luy pourchassé116

             Moy-mesmes, tout seul, son office.

             B. [J’estoye tousjours à tous]117 propice.

 

200    Mais je crains…   M. Et quoy ?   B. Qu’Avarice

             Nous surprînt, si devenyons riches.

             M. Riches ? Quoy ! ceste faulce lisse118,

             Povreté, nous tient en sa lisse119.

             B. C’est ce qui nous faict estre chiches.

 

205    M. Nous sommes légiers   B. comme biches,

             M. Rebondis   [B.] comme belles miches,

             M.120 Et frayzés121   [B.] comme beaulx ongnons,

             M. Aussi coutelléz   B. comme chiches122,

             M. Adventureux   B. comme Suÿsses

210    À Nancy, sur les Bourguygnons123.

             M. Entre les gallans ?   B. Compaignons !

             M. Entre les gorgias ?   B. Mignons !

             M. Entre gens d’armes ?   B. Courageux !

             M. S’on barguigne124 ?   B. Nous bargui[g]nons !

215    M. Heureulx   B. comme beaulx champignons,

             Mis sus125 en ung jour ou en deux.

 

             M. Nous sommes les adventureux

             Despourveuz.   B. D’argent ?   M. Planteureux126 !

             B. De nouvelles plaisantes ?   M. Tant !

220    B. Pour servir princes ?   M. Curieux !

             B. Et pour les mignons ?   M. Gracieulx !

             B. Et pour le commun ?   M. Tant à tant127.

             Hée ! monsïeur de Bâillevant !128

 

             [B.] Quant reviendra le bon temps ?   M. Quant ?

225    Quant chascun aura ses souhais129.

             B. Cent mille escus argent content,

             Sur ma foy, je seroye content

             Qu’on ne parlast plus que de paix130.

 

             M. Nous sommes si francs,   B. si parfaiz,

230    M. Si sçavans,   B. si caux en nos faiz131,

             M. Si bien néz,   B. si preux,   M. si hardis,

             B. Saiges,   M. subtilz,   B. adviséz.   M. Mais

             B. Faulte d’argent et les grans prestz

             Nous ont ung peu appaillardis132.

 

235    M. Habandonnéz ?   B. Comme hardis133 !

             M. Requis ?   B. Comme les gras Mardis134 !

             M. Et fiers ?   B. Comme ung beau pet en baing !

             M. J’ay dueil que vieulx villains tarnys135

              Soient d’or et d’argent si garnis,

240    Et mignons en ont tant besoing.

 

             B. Nous avons froit,   M. chault,   B. fain,   M. soif,   B. soing ;

             M. Nous tracasson136   B. çà,   M. là,   B. près,   M. loing,

             B. Sans prouffit,   M. sans quelque adventaige.

             B. Mais s(i) on nous fonsoit137 or au poing,

245    Nous serions pour faire à ung coing

             Nostre prouffit d’aultruy dommaige138.

 

              [M.] Avez[-vous] tousjours l’éritaige

             De Bâillevant ?   B.139 Ouÿ.   M.140 J’enraige

             Qu(e) en Mallepaye n’a vins, bléz, grains.141

250    Cent franc[s] de rente et ung fromaige,

             Vous [m’]oriez142 dire de couraige :

             « Vive le Roy ! »   B. Ronfflez, villains143 !

 

             M. Qui a le vent144 ?   B. Joyeulx mondains.

             M. Gré de dames ?   B. Amoureux crains.

255    M. Et l’argent, qui ?   B. Qui plus embource.

             M. Qu’esse d’entre nous, courtissains145 ?

             B. Nous prenons escus pour146 douzains

             Franchement, et bource pour bource.

             M. Ha, monsïeur !   B. Sang bieu ! l’amourse147

260    M’a trop co[u]sté.   M. Et pourquoy ?   B. Pource148.

             M. Hay, hay !   B. Tout est mal compassé149.

             M. Comment ?   B. On ne joue plus du pousse150.

             Qui ne tire ?   M. Quicte la trousse151 :

             Autant vaul[droit] ung arc cassé.

 

265    B. Monsieur mon père eust amassé

             Plus d’escu[s] qu(e) on n’eust entassé

             En ung hospital152 de vermine.

             M. Mais nous avons si bien sassé

             (Le sang bieu !) que tout est passé,

270    Gros et menu, par l’estamyne153.

 

             B. S’i vient guerre, mort ou famine

             (Dont Dieu nous gard !), quel train, quel myne

             Ferons-nous pour gaigner le broust154 ?

             M. Quant est à moy, je me détermine

275    D’entrer chez voisin et voisine

             Et d’aller veoir se155 le pot bout.

 

             B. Mais regardons à peu de coust(z)

             Quel train nous viendroit mieulx à goust156,

             Pour amasser biens et honneurs.

280    M. Le meilleur est : prendre par tout.

             B. De rendre, quoy ?   M. On s’en absoult

             Pour cinq solz à ces pardonneurs157.

             B. Allons servir quelques seigneurs.

             M. Aucuns sont si petitz donneurs158

285    Qu(e) on n’y a que peine et meschance.

             B. Et prouffit, quel ?   M. Selon les eurs159.

             Mais entre nous, fins estradeurs160,

             Il nous fault esplucher161 la chance.

 

             B. Servons marchans.   M. Pour la pitance,

290    Pour fructus ventris162, pour la pence,

             On y gaigneroit ses despens.

             B. Et de fonsser163 ?   M. Bonne asseurance,

             Petite foy, large conscience :

             Tu n’y scèz riens, et y aprens.

 

295    B. De procès164, quoy ?   M. Si je m’y rens,

             Je veulx estre mis sur les rencz,

             S’ilz ont argent, si je n’en crocque !

             B. Quelz gens sont-ce ?   M. Gros maschesens165

             Qui se font bien servir des gens.

300    [B.] Mais de payer ?   [M.] Quérez qui bloque166 !

 

             B. Officiers, quoy ?   [M.] C’est toute mocque :

             L’ung pourchasse, l’autre desroque167 ;

             Et semble que tout soit pour eulx.

             Laissons-les là.168   B. Ho ! je n’y tocque169 !

305    Il n’est point de pire défroque170

             Que de malheur à malheureux.

 

             M. Pour despourveuz adventureux

             Comme nous, encor c’est le mieulx

             De faire l’ost171 et les gens d’armes.

310    B. En fuitte, je suis couraigeux.

             M. Et à frapper ?   B. Je suis piteux.

             Je crains trop les coups, pour les armes172.

 

             M. Servons donc Cordeliers ou Carmes,

             Et prenons leurs bissatz à fermes173,

315    Car il n’y a pas grant débit174.

             B. Il[z] nous prescheroient en beaulx termes

             Et pleureroyent maintes lermes

             Devant que nous prinssions l’abit175 !

             M. S(e) en ceste malheure et labit176

320    Nous mourions, par quelque acabit177,

             Âme n’y a qui bien nous face178.

             B. J’ay ung vieil harnoys qu’on forbit,

             Sur lequel je fonde ung aubit179.

             Et du surplus, Dieu le parface180 !

 

325    M. Hée ! fault-il que Fortune efface

             Nostre bon bruyt181 ?   B. Malheur nous chasse ;

             Mais il n’a nul bien, qui n’endure.

 

             M. Prenons quelque train182.   B. Suyvons trasse.

             M. Nous trassons, et quelq’ung nous trasse183.

330    À loups rabis184, grosse pasture.

             B. Allons !   M. Mais où ?   B. À l’aventure.

             M. Qui nous admoneste185 ?   B. Nature.

             M. Pour aller ?   B. Où on nous attend.

             M. Par quel chemin ?   B. Par soing ou cure186.

335    M. Logéz où ?   B. Près de la clousture

             De monsïeur d’Angoulevent187.

             M. Comment yrons-nous ?   B. [En marchant]

             …………. jusques à Claquedent188 .

      [M.] Et passerons par Mallepaye.


340    Brief ! c’est le plus expédient189

             Que nous gettons la plume au vent190 :

             Qui ne peult mordre, si abaye191.

             B. Où ung franc couraige s’employe,

             Il treuve à gaigner.   M. Quérons proye !

345    B. Desquelz serons-nous ?   M. Des plus fors !

             B. Il ne m’en chault, mais que j’en aye192,

             Que la plume au vent on envoye.

             M. Puis après ?   B. Alors comme alors193.

             M. La plume au vent !   B. Sus !   M. Là !   B. Dehors !

350    M. Au hault et au loing !   B. Corps pour corps194 !

             Je me tiendray des mieulx venuz.

             M. On n’yra point, quant serons mors,

             Demander au Roy les trésors

             De messïeurs les Despourveuz.195

355    La plume au vent !   B. Je le concluz,

             Pour les povres de ceste année.

             M. Ne demourons plus si confuz :

             Au grat ! la terre est dégelée196.

             B. Allons !   M. Suyvons quelque traînée197,

360    [N]ou[s] faisons cy [grant] demourée198.

              B. Devant199 !   M. Vostre fièvre est tremblée200,

             Car nous sommes tous estourdis201.

 

             B. Dieu doint aux riches riche & bonne année !

             M. Aux despourveuz ?   B. Grasse journée202 !

365    M. Et aux femmes ?   [B.] Pesant[z] maritz203 !

      Prenez en gré, grans et petitz !

*

1 Jean-Claude Aubailly : « Essai d’attribution et de datation du dialogue de MM. de Mallepaye et Baillevent. » Mélanges de langue et de littérature médiévales offerts à Pierre Le Gentil. S.E.D.E.S., 1973, pp. 65-73.   2 Baille-vent = qui rembourse avec de belles paroles. Je préfère lire « Bâille-vent », qui se nourrit de vent : au vers 336, Bâillevant nommera son quasi homonyme, « monsieur d’Angoulevent » [engouler = avaler].   3 Mauvaise paye. Ces deux noms de pauvres génèrent aussi une lecture scatologique : Mâle-pet et Baille-vents. Cf. le vers 237.   4 À partir d’ici, G (Galliot) réduit les noms à leur initiale : M. et B. J’aligne horizontalement ces rubriques et les fragments de vers, pour faciliter la lecture d’une œuvre qui, bien qu’injouable, fut écrite pour être entendue et non pour être lue, comme en témoigne le dernier vers.   5 Les créanciers nous harcèlent. « Vous me tenez en voz aboys ;/ De moy, n’avez mercy aucun. » Mieulx-que-devant (BM 57).   6 Nous prenons nos désirs pour la réalité. Tout le dialogue alterne des rêves éveillés et des retours à la dure réalité.   7 Courageux devant une porte. Cf. les vers 274-276.   8 Héros d’une pièce perdue de Triboulet, le Povre Souffreteux. <Triboulet, la Farce de Pathelin et autres pièces homosexuelles, GayKitschCamp, 2011, pp. 8 et 228.>   9 Allusion possible aux francs-archers, qui furent cassés de gages en 1481.   10 Mal arrangés. Idem vers 261.   11 Légers, ayant le ventre vide. Idem vers 205.   12 G : tapiz  (Pansé = nourri. Mal-pansé est un nobliau famélique dans le Capitaine Mal-en-point.)   13 G : B.   14 G : mallepaye  (qui ne rime pas.)   15 Qui pût = si on pouvait. Idem vers 79.   16 G : amant  (Auvent = abri pour les poules ; d’où la proie du vers suivant. Les paysans cachaient leurs économies dans des lieux inattendus. Cf. les Gens Nouveaulx, vers 87-88.)   17 Le quart en vaudrait le tout : nous nous contenterions de peu.   18 G n’attribue à Bâillevant que le vers 25.   19 De craie. On traçait sur les murs des églises des inscriptions votives, en espérant qu’elles se réalisent.   20 Bonne figure.   21 Dormir habillés, au cas où on nous appellerait à la Cour.   22 Aux aguets. La gueule bée = la bouche ouverte, prête à répondre aux appels.   23 Pourchas : on ne nous réclame pas.   24 Rassasiés.   25 Monosyllabes sur une même initiale. Idem vers 37 et 152.   26 Folâtrer ; trousser une femme.   27 Les bellâtres qui voulaient faire croire qu’ils avaient un cheval se promenaient housés (chaussés de bottes de cavaliers), et tenaient à la main une houssine, baguette de houx servant de cravache.   28 Injonction provocatrice, comme au vers 164. « En ce temps-là, j’estoye ung homme/ Franc pour dire : “ Dont venez-vous ? ” » (Monologue Coquillart.)   29 Vaincus.   30 Naturels.   31 Accru = prêté. Cf. les vers 179 et 233.   32 Nous devons de l’argent, mais on ne nous doit que du fourrage.   33 Aussi bien nourris que des poux affamés.   34 Crus, crédibles. On reconnaissait les hommes (et les femmes) de la bonne société aux jurons dont leurs phrases étaient pleines. On s’affichait comme un « homme de grant affaire » en « jurant fort d’estoc et de taille ». Les Sotz triumphans.   35 Soi-disant fantassins, faux soldats. « Ces pehons de villaige,/ J’entens pehons de plat pays. » Franc-archier de Baignollet.   36 Une démarche de sage. Mais on peut comprendre : Vous n’avez pas un train [un comportement] de sage.   37 G : alain  (Ressuscitant comme l’alun de plume [l’amiante], qui sort du feu plus pur qu’avant. « La toille que l’on faisoit avec l’alun de plume, lors qu’elle estoit sale, on n’avoit qu’à la jetter dans le feu & on la retiroit blanche comme de la neige. » Pierre Pomet.) Prêts à tout pour avoir de l’or, les deux hommes fréquentent des alchimistes : cf. les vers 191-192.   38 Le livret de la Farce de maistre Pathelin. Ce mystificateur sans foi ni loi était un modèle pour tous les chevaliers d’industrie. La première édition connue de Pathelin parut vers 1485.   39 Que nous ne mettions pas nos paysans en rang, au pas. « Nous les mectrons tous en un run ! » (Les Troys Galans et le Badin, LV 40.) En l’absence durable de leur maître, les paysans ne travaillaient plus, ou travaillaient pour leur profit personnel.   40 Une source d’aigreur. « Persévérer en son mal, c’est esgrun. » Clément Marot.   41 G : B.   42 Me sont payées par des gens du peuple.   43 Abuser de sa crédulité. La Pragmatique Sanction de 1438 était un instrument de chantage du roi de France contre le Vatican. À ce titre, elle fut abrogée puis rétablie plusieurs fois, selon que le roi était content ou mécontent du pape. Cette ordonnance devint un sujet de moqueries : dans le Moyen de parvenir, un chanoine la renomme grivoisement « la practique de l’ascension ». Quant à Rabelais, il écrit : « Voyant doncques, dist Baisecul, que la Pragmatique Sanction n’en faisoit nulle mention et que le pape donnoit liberté à un chascun de péter à son aise. »   44 Une promesse de don.   45 Une injonction de payer.   46 La jouissance, l’obtention.   47 La requête.   48 Dessous, G répète : B. Quoy ?   49 Jeu de mots sur le « feu de la Saint-Jean ».   50 On taxerait, on fixerait la somme.   51 Si j’acquittais l’acte pour la reconnaissance de mon droit de propriété.   52 Quel renfort.   53 Inventaire après décès, joint au testament.   54 Armoire, coffre en bois.   55 Si nous pouvions.   56 Je ne sais combien d’écus.   57 De par nos ancêtres, nous sommes de bonne race.   58 G : reimasse  (Grimacer = simuler.)   59 Je traque le gibier à poils et le gibier à plumes : je prends tout ce que je trouve.   60 Je fais le bel esprit, et même, j’écris des vers. « Mieulx que moy rithmassez. » Marot.   61 Que je n’y sois pas accoutumé. « On dit : Avoir de coustume (…), Il avoit de coustume, pour dire : Avoir accoustumé. » Dictionnaire de l’Académie françoise.   62 G : la hume   63 Quand je me fâche. « Quant je me fume,/ Il n’est homme, tant soit subtil,/ Qui osast lever le sourcil. » Mistère du Vieil Testament.   64 Un clin d’œil, une œillade.   65 Bâillevant rêve encore : il n’a pas de page, comme il l’avoue au vers 6.   66 En repos. « Je désire à requoy vivre, content de peu. » J.-A. de Baïf.   67 En héraldique, la marguerite symbolise la pureté, et le houx la persistance.   68 Dernière mode. « Ou soit qu’elle se vête à la nouvelle guise. » Jean Godard.   69 G : tant  (Tout en investissement, sans engranger aucune recette.)   70 À perte, à ne jamais rembourser. « Aux premiers motz de la cédule [du contrat],/ Tu peus bien mettre : Item perdu. » La Jessée, À Lumes, mauvais payeur.   71 Au reste.   72 G : verdi  (Être sur le haut verdu = être gorgias = être élégant. « Vous estes sur le hault verdus. » Le Monde qu’on faict paistre.)   73 Le jabot en avant, comme un oiseau qui se rengorge.   74 D’une reconnaissance de dette, comme Marchebeau et Galop (LV 68) dans un dialogue similaire au nôtre : « Ou nous payons par étiquète. »   75 Petite bague. La sottie de Folle Bobance (BM 40) met en scène des Fols qui se ruinent pour suivre la mode : ils arborent eux aussi des « baguettes » et des « chaînes d’or ».   76 Le lacet, le cordon. Cornette : extrémité longue du chaperon masculin, pouvant servir d’écharpe. Cf. la Farce de la Cornette, de Jehan d’Abundance.   77 G : ce  (Affiquet = bijou agrafé sur le vêtement ou sur le chapeau.)   78 Jusqu’au loquet.   79 Pimpant.   80 Un brin de verdure ?   81 Petit valet. Ou entremetteur : Trote-menu et Mirre-loret, note 31.   82 Saisir l’occasion au vol, comme la balle du jeu de paume. « Contre Fortune l’esvolée,/ Prenez entre bond et vollée. » Maistre Antitus.   83 Montrer aux nouveaux venus un visage mitigé.    84 La poignée de main. Mais aussi, la poignée de pièces qu’on emporte : « (Il) aura, pour toutes ses corvées,/ En ma bource quatre havées. » Villon.   85 Jargon réservé aux initiés, au détriment des rustres.   86 Les paroles trompeuses. Voir la note 38.   87 À la manière des damoiseaux. « Tu as le nez damoiselin. » Godefroy.   88 G : luy  (Clin = inclinaison de tête, révérence.)   89 Deviser, dire.   90 Les femmes, qui sont forcément vénales.   91 Shilling, petite monnaie ; opposé au royal, qui est une pièce d’or. « Eschelins et toutes autres monnoyes. » Histoire de Lorraine.   92 Les premiers. Voir « le prin tans » (le printemps), « le prin some » (le premier sommeil), « de prin saut » (tout d’un coup).   93 Puissants. « Hercules le très espécial. » Godefroy.   94 Entretenus.   95 Nous devrions être enregistrés par les chambellans sous le nom de « Messieurs les Dépourvus ».   96 G : assez  (En sus = à revendre.)   97 Dus. Voir la note 31.   98 Enjoués.   99 Des coups de dés.   100 « On aurait beau mettre des enjeux aux deux bouts de la table. » Édouard Fournier, le Théâtre français avant la Renaissance, p. 119.   101 Accumulation d’homéotéleutes.   102 Gais.   103 Bien logé. (Encore un rêve !)   104 Ayant une bonne monture. Cf. le Gentil homme et son Page, vers 181-182.   105 G : arions  (Ni croix ni pile : pas un sou.)   106 En piles.   107 G : ce  (Se = si.)   108 L’Évangile selon saint Luc : « Beati pauperes : quia vestrum est regnum Dei. » (Heureux vous qui êtes pauvres : car le royaume de Dieu est à vous.)   109 Une ruse de Paris. Cette édition de Galliot du Pré contient aussi les Repues franches, qui dévoilent les ruses des étudiants parisiens pour se procurer le nécessaire.   110 L’usure. Les usuriers lombards prêtaient aux nobles sur la caution de leur patrimoine : « Et les nobles emprunteront/ À belle usure des Lombars. » Henri Baude.   111 Un alchimiste qui transmue le mercure en or. Voir la note 37.   112 Une épreuve de la pureté de l’or sur la pierre de touche des alchimistes. « La pierre de touche fait le premier essay de l’or. » René François.   113 Untel. Cf. la Résurrection Jénin à Paulme, vers 96.   114 Et procurais des charges ecclésiastiques (abbayes, cures, etc.).   115 G : commence  (Commenser = avoir pour commensal, pour invité.)  « Monseigneur » se lit « mon sieur », en 2 syllabes.   116 Et cherchai à obtenir pour lui. « Lorsque Cicéron briguoit et prochassoit son consulat. » Godefroy.   117 G : iay este tousiours a tout  (Propice = serviable.)   118 Cette fausse lice, cette perfide chienne.   119 Dans sa lice, dans son enclos.   120 G : B.   121 Polis. « Gorgias, mignon,/ Franc, fraiz, frasé comme ung ongnon. » G. Coquillart, Monologue du Puys.   122 Ouverts comme des pois chiches fendus.   123 Le 5 janvier 1477 eut lieu la bataille de Nancy, où les troupes suisses du duc de Lorraine battirent les Bourguignons menés par Charles le Téméraire, qui fut tué.   124 Si on marchande.   125 Les champignons poussent en un jour.   126 Abondamment pourvus. « Gens qui sont en biens plantureux. » (Godefroy.) Nos galants continuent à rêver.   127 « Ces mots se disent entre joüeurs & veulent dire : nous voilà égaux en matière de jeu…. Nous voilà tant à tant, quitons. » Richelet.   128 G attribue ce vers à Bâillevant.   129 Ce qu’il souhaite. Le retour de Bon Temps est le moteur de nombreuses sotties.   130 Qu’on fasse la paix (avec nos débiteurs et nos créanciers).   131 Si prudents en nos actes.   132 Mis sur la paille.   133 Livrés à nous-mêmes comme des audacieux. Double sens : Abandonnés comme les hardits, petites pièces de monnaie dont on ne faisait plus grand cas. « Ces chevaliers estoient si très hardis/ Que de leur vie ne donnoyent deux ardiz. » (Godefroy.)   134 Le Mardi gras était notamment recherché par les acteurs de sotties : c’est le jour où ils pouvaient dire tout ce qu’ils voulaient sans craindre la censure.   135 Ternes, sans éclat. (Prononciation dite parisienne.)   136 Nous courons.   137 Payait. (Idem vers 292.) Cf. le Dorellot, vers 132, 141 et 152.   138 Nous profiterions, dans un coin, du préjudice financier d’autrui.   139 G : M.   140 G : B.   141 Les deux hobereaux parlent de leurs terres à l’abandon. G ajoute dessous la rubrique : M.   142 Vous m’entendriez.   143 Allez vous coucher, laissez la place ! « Ronfflez, villains ! Les jeunes ont le gal [l’avantage] ! » Lefranc.   144 Qui a le vent en poupe ?   145 Courtisans, selon la prononciation affectée de la Cour. « Courtissain jusques à la moelle des os, il estoit infatigable à faire des courbettes aux puissans. » Arsène Groulot.   146 G : peur  (Pour = au lieu de.)   147 G : la mousse  (L’amorce = l’appât. « L’amource qu’elle me laissa du feu amoureux par sa gratieuse promesse. » Amadis de Gaule.)   148 Parce que ! Bâillevant refuse de répondre à Mallepaye, qui insiste au vers suivant.   149 Agencé.   150 Les gens ne payent plus. « On tombe aisément d’accord avec eux, mais que on ne soit paresseux à jouer des poulces. » (Godefroy.) Nous avons gardé le geste de frotter notre pouce contre l’index quand nous parlons d’argent : c’est ainsi, en jouant du pouce, que nos aïeux faisaient tomber une à une les pièces qu’ils tenaient dans leur paume.   151 Pose son carquois.   152 Bâtiment religieux qui accordait l’hospitalité aux pauvres et aux pèlerins, dont l’hygiène n’était pas la principale vertu.   153 Par le tamis.   154 Pour trouver quelque chose à brouter. « Ceulx qui ne bougent d’alentour des tables plantureuses et friandes, qui ne cherchent que le broust. » Jacques Amyot.   155 G : ce   156 Quel genre de vie nous conviendrait.   157 Escrocs qui vendaient des indulgences et des fausses reliques. Voir la farce d’un Pardonneur, d’un triacleur et d’une tavernière (BM 26).   158 G : dhonneurs (« Grans promecteurs et petis donneurs. » L’Art d’Amours.)   159 Les heurs, les hasards.   160 Batailleurs. « Ung homme d’armes de Berne, grant pillart et fort estradeur. » Godefroy.   161 Dépouiller. « Celuy-là est plumé et espluché. » Michel Menot.   162 Dans l’Angélus, le « fruit des entrailles » désigne Jésus. Ici, plus prosaïquement, c’est la nourriture. Béroalde de Verville ira même plus loin dans le Moyen de parvenir (chap. 41) : « Fruict de ventre, c’est merde. »   163 Est-ce qu’ils payent bien ? V. la note 137.   164 Après avoir envisagé de servir les seigneurs et les marchands, on examine le cas des gens de Justice. Puis on étudiera les officiers royaux, les militaires, et les moines. Mais rien de tout cela ne rapporte.   165 G : marchesens  (= Sages. « De procureurs et d’advocatz,/ De docteurs et gros mâche-sens. » Coquillart. Cf. les Sotz triumphans, v. 61 et note 30. Cf. le Capitaine Mal-en-point, v. 327.)   166 Cherchez ce qui bloque.   167 Renverse (le contribuable).   168 G attribue cet hémistiche à Mallepaye.   169 Je n’y touche pas.   170 Malheur. « Il l’abbatit et luy cassa le suc [la tête]./ (Le serpent) garde n’avoit de dire, en ce défroc :/ Chantons Noël. » Marot.   171 L’armée. Les gens d’armes sont les soldats.   172 G : carmes   173 Prenons en bail leurs bissacs [besaces], avec lesquels ils mendient de la nourriture. « Nous sommes réduits au bisac…. Nous sommes voléz et ruinéz. » Montluc, Comédie des proverbes.   174 Il n’y a rien à débourser.   175 Avant que nous prenions l’habit religieux, que nous entrions dans les Ordres.   176 Dans ce triste état.   177 Accident.   178 Il n’y a personne qui pourrait nous sauver de l’Enfer (où nous irions en tant que moines). Au très attendu couplet antimilitariste succède le non moins attendu couplet anticlérical.   179 Fonder un obit = instituer une messe anniversaire pour un défunt, afin qu’il sorte plus vite du Purgatoire, moyennant finances. « Me laysser de quoy fonder un obit & fayre les aulmosnes requises. » Marie Stuart.   180 Que Dieu y pourvoie.   181 Notre bonne réputation.   182 Mêlons-nous à la suite qui accompagne une haute personnalité. « Un grand logis où estoit logé le train et l’ordinaire de Mme la princesse de Condé. » Godefroy.   183 Double sens de « tracer » : Nous errons, et quelqu’un nous traque (les créanciers des vers 2-4).   184 G : ravis  (Rabi = enragé. « Ainsi que loups rabis/ Meurtrissans les brebis. » Chansonnier huguenot.)   185 Qui nous y incite ?   186 Souci.   187 Pauvre qui se nourrit de vent. « Noble seigneur d’Angoulle-vent. » (Monologue des Nouveaulx Sotz.) C’est le surnom qu’adoptera le prince des Sots Nicolas Joubert au début du XVIIe siècle. Voir la note 2.   188 Maison qu’on n’a pas les moyens de chauffer. Dans la Chanson sur l’ordre de Bélistrie [mendicité], Jehan Molinet parle du « noble président de Clacquedent. » Les dépensiers de Folle Bobance <note 75> finiront leur vie dans une ruine du même genre, « le chasteau de Pouvreté ».   189 Avantageux.   190 Que nous allions au gré du vent. Idem vers 347.   191 Au moins, il aboie.   192 Du moment que j’ai de l’argent. Cf. le vers 189.   193 Nous aviserons le moment venu. « Le duc respondy qu’alors comme alors, du demain on s’aviseroit comme des autres jours. » George Chastellain.   194 En scellant nos deux destins. « Un geolier respond d’un prisonnier qui est à sa garde corps pour corps. » Furetière.   195 Il semble manquer un vers en -uz.   196 G : degeleee  (Une rime en -uz serait plus juste.)  Grat = action de gratter la terre (quand elle n’est pas gelée) pour trouver des vers à picorer.   197 Trace. À moins que pour finir, nos opportunistes ne se transforment en proxénètes : cf. le Povre Jouhan, vers 115 et 178.   198 Nous tardons trop. « Ne fere ci grant demorée. » Roman de Renart.   199 En avant !   200 Accompagnée de frissons.   201 Cet adjectif qualifie ordinairement les Sots. Cf. le 1er vers du Prince et les deux Sotz et du Jeu du Prince des Sotz, ainsi que le vers 226 des Sotz fourréz de malice.   202 Un jour gras, où il est permis de manger de la viande.   203 Des maris lourdauds, qui se laissent berner.