LE MONDE QU’ON FAICT PAISTRE

Ms. La Vallière

Ms. La Vallière

*

LE  MONDE 

QU’ON  FAICT  PAISTRE

*

Cette Moralité normande de la fin du XVe siècle échappe aux critères convenus : ici, le personnage du Monde refuse d’être victime des trompeurs, et il se défend contre leurs abus. C’est la seule pièce médiévale où le Monde est content de son sort ! Le snobisme de ce nouveau riche ne le rend pas plus sympathique pour autant.

Source : Manuscrit La Vallière, folio 123 verso à 132 verso.

Structure : abab/bcbc et rimes plates, avec 10 triolets et 1 double triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce joyeuse

à cinq personnages

*

C’est asçavoir :

     TROYS GALANS

     LE MONDE, qu’on faict paistre

     ORDRE

*

        LE PREMIER GALLANT comence et dict :     SCÈNE I

     Et puis1, est-il façon aulcune ?

                  LE IIe GALANT

     De quoy faire ?

                  LE IIIe GALANT

                 D’aquicter2 tout.

                  LE PREMIER GALANT

     Y souldra quelqu(e) un ou quelqu(e) une

     De bref, qui nous mectra deboult.

5    Je songe.

                  LE IIe GALANT

             Je suys en escoust.

                  LE IIIe GALANT

     J’ey mains, et sy ne puys rien prendre.

                  LE PREMIER GALANT

     Je suys frais, frais.

                  LE IIe GALANT

                 Et j’ey bon goust.

                  LE IIIe GALANT

     J’aprens, et sy suys à raprendre.

                  LE PREMIER GALANT

     De sancté, j’en ay à revendre

10    Largement, trop plus que de paille.

                  LE IIe GALANT

     Et au surplus, on doibt entendre

     Qu’en tout le trésor pas n’a3 maille.

                  LE IIIe GALANT

     A ! sy fault-il tenir bataille,

     Pour combastre ses ennemys.

                  LE PREMIER GALANT

15    C’est force ; ou que chascun s’en aille,

     Car, par Dieux, nous avons trop mys4.

                  LE IIe GALANT

     Et ! fault-il que les bons amys

     Départent sy hastivement ?

                  LE IIIe GALANT

     Dictes : sy n’ai-ge rien promys

20    À nul, par foy ny par serment.

                  LE PREMIER GALANT

     Ce qu’on faict volontairement

     Vault mieulx qu’à force mile foys.

                  LE IIe GALANT

     Quoy ! nous fauldra l’entendement ?

     Prenons courage ! Hault le boys,

25    Encore un coup !

                  LE IIIe GALANT

                  A ! je m’en voys,

     Quant à moy. Qui veult y demeure.

                  LE PREMIER GALANT

     (Y sera chevalier en loix,

     Sy s’en va dedens un cart d’heure.5)

                  LE IIe GALANT

     Sy, fault-il que chascun labeure

30    Du meileur cuir de son panier6.

     Sans s’effréer, chascun s’asseure !

     Ce jour sy n’est pas le dernier.

                  LE IIIe GALANT

     Nous sommes sas à charbonnier.

                  LE PREMIER GALANT

     Comment ?

                  LE IIe GALANT

              L’un l’aultre honnissons7.

                  LE IIIe GALANT

35    Mais, nous sommes sas de munyer :

     Plus vivons et plus blancissons.

                  LE PREMIER GALANT

     Plus nyeis que jeunes moys[s]ons8

     Nous sommes, tous troys.

                  LE IIe GALANT

                     Comme quoy ?

                  LE IIIe GALANT

     Plus vivons et moins congnoissons.

                  LE PREMIER GALANT

40    Laissons ce babil, c’est esmoy.

     L’en ne me doibt rien ; sy, ne doy :

     C’est à payer quant on l’aira.

                  LE IIe GALANT

     O ! que chascun pence de soy !

                  LE IIIe GALANT

     C’est bien dict, mon filz. Va-y, va.

45    (Aussy tost qu’il arivera,

     Y trouvera le baing toult chault.9)

                  LE PREMIER GALANT

     Seurement, sans parler plus hault,

     Y nous fault icy adviser

     Où nous irons, et deviser

50    Vitement. Et qu’on se délivre.

                  LE IIe GALANT

     G’iray avec le Monde vivre,

     Sy je puys, par quelque manière.

     Et vous ?

                  LE IIIe GALANT

             Pour mieulx mon cas poursuyvre,

     G’iray avec le Monde vivre.

                  LE PREMIER GALANT

55    Par ma foy ! sy je ne suys yvre,

     Comme vous soublz vostre banyère,

     G’iray avec le Monde vivre,

     Sy je puys, par quelque manière.

                  LE IIe GALANT

     G’iray le chemin de derière.

                  LE IIIe GALANT

60    Et moy le chemin de travers.

                  LE PREMIER GALANT

     Et moy à la gauche, en arière,

     Pource qu’on veoyt trop d’ieulx ouvers.

     Nous irons les chemins couvers,

     Que le soleil sy ne nous brûle.

                  LE IIe GALANT

65    Nos chevaulx ?

                  LE IIIe GALANT

                 Ilz sont trop dyvers :

     Nous aurons chascun une mule.

                  LE PREMIER GALANT

     Aulx talons10

                  LE IIe GALANT

                 Sy je dissimule,

     Et je le treuve en quelque coing,

     De luy dire…

                  LE IIIe GALANT

               Y fault qu’on recule,

70    Bien souvent, pour saillir plus loing.

                  LE [IIe] GALANT

     Je vous suplye, prenons le soing

     De faire le Monde une beste.

     Dictz-je bien ?

                  LE [IIIe] GALANT

                Moy, j’ey à la teste

     De l’aveugler, c’est mon vouloir,

75    Et luy faire entendre que noir

     Sera blanc. Et vous, nostre maistre ?

                  LE PREMIER GALANT11

     Et ! je feray ce Monde paistre,

     De quoy vous parlez, devant tous,

     Luy disant qu’il a une toux

80    Qu’i fault que par herbe on garisse.

                  LE IIe GALANT

     Que nul de nous ne se marisse :

     Y fault qu’à la fin chascun tende.

                  LE IIIe GALANT

     Il n’y a plus tiltre ne bende12 :

     Chascun fera son faict à part.

                  LE PREMIER GALANT

85    Sans argent, ofice ou prébende,

     Y n’y a plus tiltre ne bende.

                  LE IIe GALANT

     On ne debvons pas grand amende13

     De chanter à nostre départ.

                  LE IIIe GALANT

     Il n’[y] a plus tiltre ne bende14 :

90    Chascun fera son faict à part.

                  LE PREMIER GALANT

     Or chantons, que Dieu y ayt part !

                 Ilz chantent unne chanson.

                  LE IIe GALANT

     À Dieu, hau15 !

                  LE IIIe GALANT

                Va-t’en, va !

                  LE PREMIER GALANT

                          Revien !

                  LE IIe GALANT

     Says-tu quoy ? Dresse un grand mestier16.

                  LE IIIe GALANT

     Ne vous chault, je n’ombliray rien.

95    Adieu, hau !

                  LE PREMIER GALANT

               Va-t’en, va ! Et revien !

                  LE IIe GALANT

     Nous nous trouverons, aussy bien,

     Ensemble cheulx Le Pel[le]tier17.

                  LE IIIe GALANT

     Adieu, hau !

                  LE PREMIER GALANT

                Va-t’en, va !

                  LE IIe GALANT

                          Et revien !

     Say-tu quoy ? Dresse un grand18 mestier.

                  LE [PREMIER] GALANT

100   Que chascun tire son cartier19.

     Passons ce qu’avons entrepris.

                  LE [IIIe] GALANT         SCÈNE II

     Le mieulx faisant doibt avoir pris20.

     Y fault subtilement ouvrer

     Afin d’aulcun bien recouvrer21

105   Du Monde. Hau là ! je le voy.

     Pleust à Dieu qu’i n’y eust que moy

     À le gouverner, ce mignon !

     Comment ! y faict du compaignon22 ?

     Il me semble plus éveillé

110   Et nouvèlement abillé23

     Qu’aultre foys. Je voys par-delà.

     Dieu gard, Monde !

                  LE MONDE  entre

                   Que faictz-tu là ?

     Vien(t) par-devant, vien par-devant !

                  LE [IIIe] GALANT,  derière le Monde

     Y a-il personne ? Holà !

115   Dieu gard, le Monde !

                  LE MONDE

                    Que faictz-tu là ?

                  LE IIIe GALANT

     Je viens par-derière.

                  LE MONDE

                   Cela !

     Mais d’où me vient ce poursuyvant ?

                  LE [IIIe] GALANT

     Dieu gard, Monde !

                  LE MONDE

                   Que faictz-tu là ?

     Vien par-devant, vien par-devant !

                  LE [IIIe] GALANT

120   J’eusse bien dict : « Dieu vous avant24 ! »,

     Mais c’eust esté faict en village25.

                  LE MONDE

     Sy tu joue ton personnage,

     Sy le dy ! T’ose-tu monstrer ?

                  LE [PREMIER] GALANT    SCÈNE III

     J’ey grand désir de rencontrer

125   Ce Monde ; y fault que g’y converse.

     Je voys26, je viens puys je traverse,

     Pour cuyder venir à mes fins.

     On dict qu’i sayt des tours sans27 fins,

     Et jamais n’en fust sy subtil.

130   Je le voys. Non est… A ! c’est il :

     Il porte abillemens dyvers.

                  LE MONDE

     Cestuy-cy y vient de travers,

     Et l’aultre est venu par-derière.

                  LE PREMIER GALANT

     Vous n’entendez pas bien les vers28.

                  LE MONDE

135   Cestuy-cy [y vient]29 de travers.

                  LE [PREMIER] GALANT

     Voz yeulx sont changés à l’envers.

                  LE MONDE

     J’ey pour vous assez grand lumière.

     (Cestuy-cy il vient de travers,

     Et l’aultre est venu par-derière.

140   Je n’entens pas bien la matière :

     Le faict-il pour me faire rire ?

     Sy sérai-ge qu’i veulent dyre,

     Afin de me désennuyer.)

     Honneur, mon seigneur l’escuyer30 !

                  LE [PREMIER] GALANT

145   Monde, Dieu vous face joyeulx !

     Comme vous va ?

                  LE MONDE

                  De mieulx en mieulx ;

     Remply de biens, sain, en bon poinct.

     Et vous ?

                  LE PREMIER GALANT

             Comme sy n’en fust poinct :

     J’en suys plus bas qu’au fons du puys.

                  LE MONDE

150   Vostre compaignye en vault pis ;

     Je ne vous cherche pas un grain31.

                LE IIe GALANT, en chantant    SCÈNE IV

     Atendez à demain, atendez à demain !

     (Il y sont ; chascun faict sa main.

     Par Dieu ! sy, n’ay-ge pas trop mys32.)

155   Congnoissez vos petis amys,

     Monde gratïeulx, et plaisant…

                  LE MONDE

                       Hauche33 !

     Cestuy-ci revient à la gauche.

     Que voulez-vous ? Que Dieu le sache !

                  LE [IIe] GALANT

     Ainsy que Robin danse en tache34,

160   Nous venons vers vous.

                  LE MONDE

                    C’est bien faict.

                  LE PREMIER GALANT

     Vous en desplaist-il ?

                  LE MONDE

                    Tout me plaist.

                  LE IIe GALANT

     Je suys le vostre35, moy.

                  LE MONDE

                     Et36 moy.

                  LE IIIe GALANT

     Le Monde parle.

                  LE MONDE

                 Myeulx c’un gay37.

     Sus ! mon œuvre j’aprens assez.

165   Et puys, quoy ? Estes-vous [c]assés ?

                  LE PREMIER GALANT

     Cassés ? Nous sommes tous entiers.

     Vers vous avons prins les sentiers

     Pour avoir en vous abitude38.

                  LE MONDE

     Ilz sont clers.

                  LE IIe GALANT

               Venans de l’estude.

                  LE MONDE

170   Aussy, je vous faictz as[ç]avoir

     Qu’i fault quelque sience avoir,

     Qui veult aveq moy convercer.

            LE IIIe GALANT, à toult un esteur39 blanc à sa main,

                      et à l’aultre main, un esteur noir.

     Chascun a l’engin40 pour perser

     Un mur de saise piedz d’épès.

175   Or paix, or paix, mes amys, pès !

     Le maistre va jouer son jeu.

     Je voys41 aveugle[r] en ce lieu

     Le Monde.

                  LE MONDE

             Je t’en garderay !

     Mais vien par-devant.

                  LE [IIIe] GALANT

                   Non feray.

                  LE MONDE

180   Par Dieu ! sy portai-ge assez d’yeulx

     Pour veoir loing et en divers lieux ;

     Et sy, chascun en vault bien dis42.

                  LE [IIIe] GALANT

     Sy ferai-ge tant par mes dis

     Que je vous feray aveugler.

                  LE MONDE

185   Bref tu ne me séroys tant sengler

     Qu’en la fin tout [n’]en vaille un blanc43 !

                  LE IIIe GALANT

     Quel est cest esteur ?

                  LE MONDE

                    Il est blanc.

                  LE [IIIe] GALANT

     Il est noir. Chaussez vos lunètes !

                  LE MONDE

     C’est bien dict, mymin44 à sonnètes.

190   Et fust-il de sire45, il est jaulne.

     Voylà bien joué [le béjaulne]46,

     À veue d’euil, sans art d’Anemy47.

                  LE [IIIe] GALANT

     Vous n’y voyez pas à demy.

                  LE MONDE

     Sy faictz bien, car je voys partoult,

195   D’un costé et de l’aultre boult.

                  LE IIIe GALANT

     Vous n’avez pas des yeulx au col.

                  LE MONDE

     Or voy-ge bien que tu es fol,

     Bien lourdault, bien badin, bien beugle48,

     D’ainsy me cuyder faire aveugle.

                  LE PREMIER GALANT

200   Vous n’avez pas des yeulx au cul.

                  LE MONDE

     Y ne fault poinct tant de calcul.

                  LE [IIIe] GALANT

     Mon serment ! vous voyez bien loing.

                  LE MONDE

     Bien loing, y m’en est bien besoing.

     Encor plus loing que vous ne dictes.

205   Je voys bien des regnars49 hermites,

     Je voys mygnons, je voy mignonnes,

     Je voys ceulx qui en font de bonnes.

                  LE IIIe GALANT

     Vous voyez jusques en Levent50 ?

                  LE MONDE

     Je voy par-derière et davent.

210   En éfaict, je voy toulte gent.

                  LE PREMIER GALANT

     Vous ne voyez pas nostre argent.

                  LE MONDE

     Tant y seroit fort à conter !

          LE [PREMIER] GALANT, à toult des herbes en sa main

     Ce qui vous plaist à racompter

     Est vray, mais vous n’y voyez gouste.

215   Monde voécy qui est bon pour la gouste :

     Ce sont herbes substantieuses51,

     Très bonnes et fort vertueuses,

     S’y vous survenoyt aulcun mal.

                  LE MONDE

     Bail[l]ez-les à vostre cheval !

                  LE [PREMIER] GALANT

220   Ilz sont bonnes.

                  LE MONDE

                 Sy, les mengez !

                  LE PREMIER GALANT

     Alez, alez !

                  LE MONDE

               Ne vous bougez !

                  LE [PREMIER] GALANT

     Agardez, j’avois ouÿ dire

     Que vous aviez perdu le rire ;

     Voécy pour resjouir le cœur.

                  LE MONDE

225   Je n’eus jamais telle vigueur52,

     Ne tel force, ne tel vertu.

     Vous me cuidez faire abatu

     Au devant que l’on m’ait53 touché.

                  LE [PREMIER] GALANT

     Hay !

                  LE MONDE

           Tron54 !

                  LE PREMIER GALANT

                   Sy vous estiez couché

230   Pour vous reposer un petit,

     Cecy vous donroyt apétit,

     Et seriez sain comme un piot55.

                  LE MONDE

     Quel « sain » ? Je boy o56 vous d’un pot.

     Quelz herbes ? Ostez ce brouil[l]is,

235   Il ne me fault poinct de coulis :

     Je mengeüstz bien sans médecine.

                  LE [PREMIER] GALANT

     Par Dieu ! je n’y prens poinct bon sine.

                  LE MONDE

     Sy prenez d’un paon57.

                  LE [PREMIER] GALANT

                    Da !

                  LE MONDE

                         Quel « da » ?

     Et ! voécy bon Génin Dada58 !

240   Et alez, alez, nostre maistre.

     Et ! me cuidez-vous faire paistre,

     Et l’autre aveugler ? Qu’esse-cy ?

                  LE PREMIER GALANT

     Tant le Monde est fort à congnoistre !

                  LE MONDE

     Et ! me cuidez-vous faire paistre ?

245   Esse ce qui vous maine en cest estre ?

                  LE [PREMIER] GALANT

     Monde, alez-y tout beau.

                  LE MONDE

                    Cecy !

     Et ! me cuidez-vous faire paistre,

     Et l’aultre aveugler ? Qu’esse-cy ?

     Et vous, savez-vous rien aussy ?

250   Qu’estes-vous ?

                  LE [IIe],  à tout des boètes59

                Nigromansien60.

     Je sçays le viel art antien

     Du magique.

                  LE MONDE

              Il sent donc le jaulne61,

     Ce vièlard62 ? Et ! qu’il est béjaulne,

     Qui me vient gâcher63, assaillir !

255   Dont peuent64 ces troys mignons saillir,

     Qui me rompent ainsy la teste ?

     Que me veulx-tu ?

                  LE IIe GALANT

                  Vous faire beste.

     En ce lieu, sans vous remuer,

     Instamment vous feray muer

260   En cerf, en ours et en lyon65.

                  LE MONDE

     J’ayme(s) myeulx payer demyon66

     Et que je ne soys poinct mué,

     Tant l’or seroyt bien remué

     De telz mygnons.

                  LE IIIe GALANT

                 En ? Vous rail[l]ez !

265   En av’ous67 ? Or nous en baillez.

                  LE MONDE

     Endroict vous, l’or seroyt segret68 !

                  LE PREMIER GALANT

     Tout se pert.

                  LE IIe GALANT

               Il le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Qui eust cuydé qu’il eust tant sceu ?

                  LE PREMIER GALANT

     Nous ne frapons poinct à l’endroict69.

270   Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

              Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Y congnoyt le tort et le droict.

                  LE PREMIER GALANT

     Quant j’ey bien son cas aperceu,

     Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

              Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Qui eust cuydé qu’il eust tant sceu ?

                  LE PREMIER GALANT

275   On ne frapons poinct à l’endroict.

     Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

              Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Y congnoyt le tort et le droict.

                  LE PREMIER GALANT

     Quant j’ey [bien son cas]70 aperceu,

     Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

                Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

280   Qui eust pensé qu’il eust tant sceu ?

                  LE PREMIER GALANT

     Jamais il ne seroyt déceu71,

     En ce poinct. C’est pour toult gaster.

     Un mot, hau ! Y le fault flater72,

     Pour mieulx en chevir73, ce me semble.

                  LE IIe GALANT

285   Pour l’abatre et [pour] le mater,

     Un mot, hau, y le fault flater.

                  LE MONDE

     Musars, vous avez beau bater74 ;

     N’en tenez jà conseil ensemble.

                  LE IIIe GALANT

     Un mot, hau ! Y le fault flater,

290   Pour mieulx en chevir, ce me semble.

                  LE MONDE

     Chantez hardiment tous ensemble ;

     Ou aultrement, pour toult potage,

     C’est mal cherché vostre avantage.

                 Ilz chantent une chanson.

                  LE PREMIER GALANT

     Monde mondain, plaisant, subtil,

295   Honneste, gratïeulx, subtil, gentil :

     Tu reluys en mer et en terre.

     Pour néant [je te]75 requiers ?

                  LE MONDE

                        Serre76 !

                  LE IIe GALANT

     Gentil Monde, tant tu es riche !

     Endroict moy que tu ne soys chische.

300   Puys qu’en toy déshonneur s’eslongne,

     Donne-moy de tes grans biens.

                  LE MONDE

                        Congne77 !

     Dieu ayt l’âme de Raul Flatart78 !

     Par Dieu ! vous y venez bien tart,

     Com79 celuy qui crye la moutarde.

                  LE IIIe GALANT

305   Et, Monde : quant je te regarde,

     Tu me semble très gentement

     Vestu en ton acoustrement80.

     C’est fin drap, toultes foys ; n’est mye81 ?

                  LE MONDE

     C’est mon, mais vous ne l’arez mye.

                  LE PREMIER GALANT

310   Vous estes sur le hault verdus82.

     Vos beaulx jours ne sont pas perdus,

     Tant voécy un maistre pourpoinct !

                  LE MONDE

     C’est mon, mais vous ne l’arez poinct.

                  LE IIe GALANT

     Tant tu as maincte belle chose,

315   Monde ! Ta toque sent la rose,

     Et est bien tournée par compas83.

                  LE MONDE

     C’est mon, mais vous ne l’aurez pas.

     Qui me vouldroict ainsy navrer,

     Y me fauldroict bien enyvrer,

320   Et boyre cinq foys davantage.

     Vous y perdez vostre langage,

     Afin qu’âme ne s’y efforce.

                  LE IIIe GALANT

     Nous viv[r]ons aveq vous par force,

     Bon gré, mal gré.

                  LE MONDE

                 Sus vostre dam84 !

                  LE PREMIER GALANT

325   Qu’en dictes-vous ? Suis-je souldam85 ?

     À quel jeu l’avons-nous perdu ?

                  LE IIe GALANT

     Nous sommes tous d’Ève et d’Adam86 ;

     Qu’en dictes-vous ? Suis-je souldam ?

                  LE IIIe GALANT

     Qu’en faict-on plus en un quidem

330   Qui est, de nouveau, descendu87 ?

                  LE PREMIER GALANT

     Qu’en dictes-vous ? Suis-je souldam ?

     À quel jeu l’avons-nous perdu ?

                  LE IIe GALANT

     [Je vous gouvernray]88 en temps dû,

     Ainsy comme les aultres font.

                  LE MONDE

335   De mes89 biens, toult n’est pas fondu :

     Ceulx qui les pratiquent les ont.

                  ORDRE  entre           SCÈNE V

     Est le vent d’aval ou d’amont ?

     N’ai-ge pas oÿ un tamboys90

     Vers ce cartier ? Je m’y envoys

340   Pour veoir que c’est à retirer.

     Quant je voys d’aulcuns folyer,

     Ou d’aultres regiber ou mo[r]dre,

     G’y doibtz aler, car je suys Ordre,

     Qui mais les choses à leur droict.

345   Je voys fraper en bon endroict

     Sur toult ce qu’il y a de jeu.

     C’est le Monde. Bien, de par Dieu.

     Sy j’estoys tousjours avec luy,

     Il n’aroyt soulcy ny ennuy.

350   Quelz gens sont-ce91 là qui déplassent ?

     Il semble, à les veoir, qu’i l’agassent.

     Qu’âme ne parte de son lieu                  SCÈNE VI

     Pour moy ! Monde, Dieu vous gard ! Dieu

     Gard92 les aultres pareillement,

355   Toult ainsy comme vous !

                  LE MONDE

                      Paciamment,

     Y me fault tous heurs93 endurer.

     Combien que je ne puys pleurer,

     Car j’ey des biens plus que des maulx,

     Dieu mercy !

                  ORDRE

                Que dient et ces vassaulx,

360   Qui sont en ce poinct arivés ?

                  LE MONDE

     Ce sont troys povres engelés

     Qui me veulent menger toult cru.

                  ORDRE

     Monde, s’on leur a rien acreu94,

     Qu’on les paye afin qu’i s’en voisent95.

365   Que vous fault-il ?

                  LE MONDE

                  Y se dégoisent,

     Moytié figues, moytié raisins,

     Combien qu’i sont tous mes voisins.

     Mais pour vous compter la manière,

     Ce fol est venu par-derière

370   Pour m’aveugler.

                  ORDRE

                 Esse où il tent ?

                  LE IIIe GALANT

     Chascun le faict comme il entent.

                  LE MONDE

     Et l’aultre est venu de travers

     En me servant de mos couvers ;

     Et avoyt de l’erbe, ce maistre,

375   Dont y m’a cuydé faire paistre

     Non obstant que rien ne me deult96.

                  LE PREMIER GALANT

     A ! y gaigne le gal97 qui peult.

                  LE MONDE

     Le tiers estudye nigromance98,

     Et dict qu’il est en sa puissance

380   De me faire devenir beste.

                  ORDRE

     Quoy ? Y vous ont rompeu la teste ?

                  LE MONDE

     Toutefoys, il [m’]ont toult gasté.

                  ORDRE

     Comme quoy ?

                  LE MONDE

                 Il m’ont tant flaté,

     Et dict [de moy]99, à ma présence,

385   Tant de biens100, sus ma consience,

     Que ne m’en savoys délivrer.

     En fin, y m’ont cuydé navrer

     En me disant « Ce drap est fin,

     Ce pourpoinct est beau et godin »,

390   Voy(e)re, en plusieurs mos arunés101,

     Cuydant que je dise : « Tenez ! »

     Y n’avoyent garde de ce coup !

                  ORDRE

     Or vous retirez tous à coup !

     Servez-vous de telles offices ?

395   Alez impétrer bénéfices

     Soublz l’abaÿe de Frévaulx102 !

     Vuydez !

                  LE IIe GALANT

             Qui tiendra vos chevaulx,

     Comme vous vous éfervuez103 ?

                  ORDRE

     Quelz estoremens, quelz joyaulx !

400   Vydez !

                  LE IIIe GALANT

             Qui tiendra vos chevaulx ?

                  ORDRE

     Telz gens ne font que trop de maulx

     Au Monde. Sus, ne104 revenez !

     Vuydez !

                  LE PREMIER GALANT

              Qui tiendra vos chevaulx,

     Comme vous vous éfervuez ?

                  LE IIe GALANT

405   S’on ne sommes mors ou tués,

     Nous vivrons au Monde, vrayment.

                   ORDRE

     Comment ?

                   LE IIIe GALANT

               Ne vous chaille comment,

     Tant que le Grand Maistre vouldra.

                   ORDRE

     Voy(e)re ; mais donc, y vous fauldra

410   Vivre aultrement pour toulte reste.

     Aveugler, paistre, faire beste ?

     Chassez au loing, chassez, chassez !

                  LE PREMIER GALANT

     Et, comment ! Vous nous ravassez105 ?

     Demandes qu’il est.

                  LE IIe GALANT

                  Vostre nom ?

                  ORDRE

415   Mais le vostre ?

                  LE IIIe GALANT

                 Nostre renom

     S’épant oultre la grande mer.

                  ORDRE

     Et je me faictz Ordre nommer :106

     Je maine à reigle et à compas.

                  LE PREMIER GALANT

     Ordre, je ne vous congnoys pas.

                  ORDRE

420   Je vous en croys sans en jurer !

     Monde, s’on vous veult martirer,

     Je suys qui en faictz la raison.

                  LE MONDE

     Je vous ay veu longue saison ;

     Long temps a que je vous congnoys.

                  LE IIe GALANT

425   Sus, qu(e) aurons-nous ?

                  LE MONDE

                     Troys vins de nois107 !

     Vous estes bien sos rassotés108.

                  LE IIIe GALANT

     Sy conterons-nous vos pastés,

     Monde, quelque jour qui viendra.

                  LE MONDE

     Ceste109 foys n’en mengerez jà,

430   Car vous m’avez pris sur le vert.

                  ORDRE

     Vienne le grand chemin ouvert110

     Qui veult des biens du Monde avoir !

                  LE PREMIER GALANT

     Voylà nostre cas descouvert.

                  ORDRE

     Vienne le grand chemin ouvert,

435   Sans tenir le sentier couvert.

                  LE MONDE

     À tous je l’ay faict asçavoir :

     Vienne le grand chemin ouvert

     Qui veult des biens du Monde avoir !

                  ORDRE               SCÈNE VII

     Enfans, que nous faciez111 debvoir

440   De chanter, à la départye,

     Quelque chanson qui soyt partye112.

     Hardiment, je vous en dispense.

                  LE IIe GALANT

     Voylà pour nostre récompense.113

                                FINIS

*

1 Ces deux mots servent également d’introduction aux Sotz fourréz de Malice et aux Cris de Paris.   2 LV : de quicter   3 LV : la  (Il n’y a pas maille = il n’y a pas un sou.)   4 Nous avons mis trop de temps.   5 Incompréhensible. Étant donné que l’auteur ne recule pas devant les pires calembours, on pourrait oser : il sera chevalet en bois, s’il s’en va chez un cardeur. « Le cardeur travaillait sur un chevalet en bois. »   6 Travaille avec le meilleur cuir tiré de son panier, comme un bon cordonnier.   7 Nous noircissons.   8 Plus niais que des moineaux.   9 Il sera attendu (ironique).   10 Une engelure. Cf. les Sotz escornéz, v. 57. Étant trop pauvres pour avoir de vraies mules, ils ne sauraient avoir des chevaux.   11 Sur cette rubrique, LV en met une autre : LE IIIe G. Soucieux de respecter bêtement l’alternance 1e, 2e, 3e, le copiste ne suit plus l’action : le 1e Galant aborde le Monde en travers pour le faire paître ; le 2e l’aborde par la gauche pour le rendre bête ; le 3e l’aborde par-derrière pour l’aveugler. Toutes les rubriques entre [ ] étaient fausses.   12 Fi des titres nobiliaires et des bandes sur les blasons ! (On suppose qu’ils n’en ont pas plus que de chevaux.)   13 Ça ne nous coûtera rien. « On ne devons » est un normandisme, comme à 275 et 405.   14 LV : prebende   15 LV : hay  (vers 95 et 98.)   16 Une ruse. « Vous estes bien femme/ Pour luy dresser quelque mestier. » Pernet qui va au vin (BM 12).   17 Nous nous retrouverons peut-être à la taverne.   18 LV : aultre   19 Aille de son côté.   20 Le meilleur doit remporter le prix.   21 Afin d’obtenir de l’argent.   22 Il frime.   23 LV : a baille  (Le Monde porte des habits excentriques. Cf. le vers 131.)   24 Vous aide (forme populaire du verbe avancer).   25 Comme un villageois, un paysan. (Le Galant rappelle au Monde, qui le snobe, ses origines roturières.)   26 Je vais.   27 LV : tans   28 Vous ne comprenez rien.   29 LV : est venu   30 Le sodomite (jeu de mots sur « cul »), puisqu’il n’arrive jamais par-devant. « Et la chair qu’on prend par la bouche,/ L’escuyer luy met par le cu. » Parnasse satyrique.   31 Je ne tiens pas à vous fréquenter.   32 Pourtant, je n’ai pas mis trop de temps à venir. Cf. vers 16.   33 Interjection obscène. Hocher = secouer : « Quant une femme mariée/ A esté baysée et hochée/ D’ung autre que de son mary. » Moralité de Charité (BM 64). Le Monde lâchera deux autres interjections obscènes, à 297 et 301.   34 Sans ordre ni méthode. Robin est le type traditionnel du berger.   35 Votre serviteur.   36 LV : De  (Et moi = moi de même.)   37 Qu’un geai.   38 Fréquentation.   39 Avec un éteuf, une balle du jeu de paume.   40 L’intelligence. Mais dans le théâtre comique, le mot engin développe souvent un double sens grivois : « J’ay ainsi aigu la mémoire,/ Et l’engin si vif que c’est raige. » Le Pourpoint rétrécy (F 44).   41 LV : vous  (Voys = vais.)   42 Chacun de mes yeux en vaut dix.   43 Que tes efforts ne vaillent pas un sou.   44 Personnage de Sot qu’on trouvera notamment dans Maistre Mymin qui va à la guerre. Les sonnettes sont les grelots qui ornaient le costume des Sots.   45 Pour peu qu’il soit en cire.   46 LV : de rechange  (Béjaune [bec jaune] = novice. Cf. vers 253.)   47 Sans être sorcier. L’art de l’Ennemi [du diable], c’est la magie noire du v. 250.   48 Veau, imbécile.   49 Renards, hypocrites.   50 LV : eluent  (Le Levant, c’est l’Asie Mineure.)   51 Qui sustentent.   52 LV : liqueur   53 LV : mect   54 Jeu de mots sur « étron ».   55 Une petite pie.   56 LV : a  (En Normandie, o = avec.)   57 LV : pain  (Jeu de mots sur « signe » et « cygne ». Le cygne et le paon se mangeaient : « Poons rostiz et bons cisnes poivreis. » Raoul de Cambrai. Ces deux plats sont souvent accouplés : Testament Pathelin, v. 293.) Le Monde est amateur de calembours : vers 144, 229, 238, 253, 304.   58 Cocu. « Au ruisseau [elles] crottent leurs souliers/ Affin que Jényn Dada croye/ Qu’ilz viennent de Haubervilliers. » Coquillart, Monologue des Perruques.   59 Avec des boîtes.   60 Sorcier.   61 La merde.   62 Jeu de mots sur le « vieil art » du v. 251.   63 LV : agacher  (qu’on trouve sous une forme préférable à 351. Gâcher = souiller.)   64 Forme normande de « peuvent ».   65 LV : leon  (qui rime pour l’oreille mais pas pour l’œil. Dans l’Odyssée et dans les Métamorphoses d’Ovide, la magicienne Circé transformait déjà les hommes en animaux.)   66 Une chopine de vin.   67 Avez-vous de l’or ?   68 Avec vous, l’or serait bien caché.   69 Au bon endroit.   70 LV : congneu et  (vers 272.)   71 Trompé.   72 LV : haster  (vers 286 et 289.)   73 En venir à bout.   74 Baster = guetter. Beter = harceler.   75 LV : se que tu   76 Interjection obscène : serrer = masturber. « Poste [la verge] à Gaultier si serrez ung peu mieulx. » Villon, Ballades en argot homosexuel.   77 Interjection obscène : cogner = coïter. « Quand Gros Jan me vient besoigner,/ Il ne me coingne que du cul. » Rabelais, Quart Livre.   78 Prototype du flatteur, comme le Raoullet Ployart de Pierre Gringore est un prototype de l’impuissant.   79 LV : Que  (Le cri de guerre de Philippe le Hardi <moult me tarde> a fourni une devise à Dijon, mais aussi un cri public aux marchands de moutarde <moult tarde = il tarde beaucoup>. D’où le proverbe « C’est de la moutarde après dîner » [cela vient trop tard], dont Baïf tira : « Après le dîner, la moutarde. »)   80 Flatterie éhontée : cf. la note 23.   81 Le Galant recycle les termes de Pathelin escroquant le drapier.   82 Élégant. Cf. Mallepaye et Bâillevant, v. 122 et note 46.   83 Elle est bien proportionnée.   84 À vos risques et périls.   85 Suis-je battu ? Le sultan Boabdil, battu par les catholiques, avait perdu le Royaume de Grenade en 1492. Sa défaite, qui délivra l’Espagne de sept siècles d’occupation musulmane, fut retentissante dans toute l’Europe.   86 Nous sommes tous chrétiens.   87 Que peut-on faire de plus à quelqu’un qui, ayant été à la mode, a déchu ? (Possible rappel de la chute d’Adam.)   88 LV : de vous gouuerner   89 LV : mais   90 LV : timboys  (Tambois = vacarme.)   91 LV : sonse   92 LV : et   93 Heurts, attaques.   94 Si vous leur avez acheté quelque chose à crédit. (Du verbe accroire.)   95 LV : ailent  (S’en voisent = s’en aillent.)   96 Bien que je n’aie mal nulle part.   97 L’avantage.   98 LV : en igromansie   99 LV : des biens  (Cf. note suivante.)   100 LV : moy   101 Avec des mots judicieusement disposés.   102 Ce lieu mythique désigne un taudis glacial où « l’abbé de Froictz-Vaulx, qui n’endure/ Challeur (…),/ Vous chauffera comme luy-mesme ». (Monologue des Sotz joyeulx.) Ses moines « ne sçayvent les dens où mettre,/ Et sans soupper s’en vont coucher ». (Jeu du Prince des Sotz.)   103 S’effervuer  (lat. effervescere) = s’agiter. « L’autre s’effervue et se trouble. » Coquillart, Droitz nouveaulx, éd. Galliot du Pré.   104 LV : sus   105 Rabâchez. Mais il pourrait s’agir d’une forme normande de ravesquer [rabrouer].   106 « Mer / nommer » est la rime normande par excellence. LV ajoute dessous : que ceulx qui me veulent aymer   107 Vin dans lequel on a fait macérer des noix vertes.   108 LV : radotes  (« Sotz rassotéz, sotz nyais, sotz subtils. » Jeu du Prince des Sotz.)   109 LV : voyere quelque   110 Qu’il vienne en face, et non par des chemins détournés.   111 LV : face   112 Polyphonique.   113 LV ajoute : le premier va deuant commence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :