Archives de Tag: Normand

LE GENTIL HOMME ET SON PAGE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

 

 

*

LE  GENTIL   HOMME  ET   SON  PAGE

*

 

Ce dialogue normand, composé après le mois d’octobre 15251, campe un nobliau famélique et mythomane, contredit par un valet insolent qui a malgré tout de l’affection pour lui, oscillant entre Sancho Pança et Figaro. On trouvait le même couple bancal dans Légier d’argent (F 25), et des emprunts à cette farce fourmillent dans le présent dialogue.

Source : Manuscrit La Vallière, nº 10.

Structure : Rimes plates, avec 1 triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce joyeuse à deulx personnages, 

 c’est asçavoir

ung Gentil homme

et son Page

lequel devient laquès

 

*

 

                                     LE  GENTIL  HOMME  commence

            Mon page !

             LE  PAGE

                                     Qui fut et n’est plus.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pourquoy ?

             LE  PAGE

                                   Je veulx changer de maistre2.

             LE  GENTIL  HOMME

           La raison ?

             LE  PAGE

                                  Vous estes reclus3.

             LE  GENTIL  HOMME

           Mon page !

             LE  PAGE

                                   Qui fut et n’est plus.

           [………………………………. -us

           ……………………………….. -estre.

                                        LE  GENTIL  HOMME

5   Mon page !

             LE  PAGE

                                  Qui fut et n’est plus.]

             LE  GENTIL  HOMME

           Pour quoy cela ?

             LE  PAGE

                                          Je veulx changer de maistre.

             LE  GENTIL  HOMME

           Beaucoup de bons tours puys congnoistre,

           Que t’ay monstré le temps passé.

             LE  PAGE

           Vous chûtes par une fenestre,

10   À la montre4, et fustes cassé.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pource que j’estoys espassé5

           Et hardy en une bataille,

           On m’a cassé6 ; car on me baille,

           Le temps avenir, plus grand charge.

             LE  PAGE

15   Vous avez beau mentir ; que per-ge7 ?

           Car je cuyde, pour abréger,

           Que vous estes hors de danger

           De rien prendre8 à l’argent du Roy.

             LE  GENTIL  HOMME

           Tient-on pas grand conte9 de moy,

20   Quant je suys parmy les seigneurs ?

             LE  PAGE

           Ouy dea. Mes ce sont les greigneurs10

           Avec qui je vous vis jamais

           Que le Fin-Vergus11 de Beauvais,

           Monsieur du Croq, Hape-Gibet,

25   Qui ont tant usé de débet12

           Et trouvé13 chose[s] non perdus :

           Yl ont esté tous troys pendus

           Par le prévost des mareschaulx.

                                         LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, viençà !

           Nombrerès-tu bien les monceaulx

30   Des cors que j’ey mys à [la] fin14 ?

             LE  PAGE

           Ouy dea ! ouy dea ! Se j’avois un coffin15

           Des poulx qu’avez mys à [la] mort16,

           Yl en seroyt plain jusque au bort,

           Et fût-y grand comme un boysseau.

             LE  GENTIL  HOMME

35   M’a[s]-tu pas veu porter l’oyseau17,

           Et tenir train de gentillesse18 ?

             LE  PAGE

           [L’oyseau ?] Ouy dea, par hardiesse :

           Mais c’estouent poulès19 dérobés.

           LE  GENTIL  HOMME

           Touchant joueurs de cartes et de dés,

40   En vis-tu onc[ques] en ta vye

           Un mieulx prisé en seigneurye20,

           N(y) un plus beau joueur que je suys ?

           Car certainnement, je poursuys

           Tousjours le train des gentis hommes.

             LE  PAGE

45   Jamais vous n’y perdîtes grans sommes

           En un jour de vostre vivant :

           Car jamais je ne vous vis vailant

           Troys soublz que vous n’en dussiez sis21.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je ne sçay plus comme je suys ;

50   Mon varlet se moque de moy.

             LE  PAGE

           Non fais, je vous promais ma foy.

           Mais je ne me puys convertir22

           À vous ouïr sy fort mentir

           Et vous gorgier23 en ce poinct.

             LE  GENTIL  HOMME

55   Or viençà ! Ne te souvient-y poinct

           Que j’entris sans plus d’atente

           Vailamment [de]dens une tente

           Où je conquestis une enseigne24 ?

           Et sy, je prins un capitaine

60    Et deulx pièces d’artillerye.

             LE  PAGE

           [Et] où fusse ?

             LE  GENTIL  HOMME

                                        Dens une tente.

             LE  PAGE

           Où ?

             LE  GENTIL  HOMME

                        Dens une tente.

             LE  PAGE

                                                       [Où bien vite

           Avez fuy ?

             LE  GENTIL  HOMME ]

                                 Une bonne fuyte

           Vault mieulx c’une mauvaise atente25.

             [LE  PAGE]

65   Quant de cela, je n’en sçay rien.

           Mais vrayment, y me souvient bien

           Qu’à la Journée des Esperons26,

           [………………………. -ons,]

           Vous fuÿtes dens ung fossé.

           Et puys quant tout fut [d]éblocé27,

70   Vous [ac]courûtes au pillage28.

           LE  GENTIL  HOMME

           Tant tu me fais de dommage,

           De desplaisir et destourbier29 !

           Et sy tu me vouloys un petit suplier

           Et me coloquer30 en tous lieux,

75   Tu t’en trouverès beaucoup mieux :

           Je te pourvoyerès devant tous.

             LE  PAGE

           Je vous emprie, prenez pour vous

           Des biens, sy en povez avoir31 ;

           Garde n’avez de m’en bailler,

80   Ce croi-ge, sy n’en avez d’aultres.

             LE  GENTIL  HOMME

           Y fauldra que je vous épiaultres32,

           Sy de bref vous ne vous changez !

             LE  PAGE

           Y fauldra bien que vous rengez33,

           Ou que vous vous servez vous-mesmes !

             LE  GENTIL  HOMME

85   Tu sçays bien que tu es à mesmes34

           De tout mon bien d’or et d’argent.

           Tu congnoys tout entièrement,

           Maistre et seigneur de mes mugos35

           –Et tu m’entens bien en deulx mos36.

             LE  PAGE

90   Le deable emport qui [ne] vous vit

           Jamais que des gros [sans crédit]

           Qui courent parmy ces maraus37 !

           Vous n’avez jumens, ne chevaus,

           Ny habis qui ne souent en gage38 ;

95   Vostre chemyse est de louage.

           Et sy39, vous fault ung serviteur !

             LE  GENTIL  HOMME

           Tu says bien que tu es menteur :

           J’ay troys ou quatre nobles fieulx40,

           Et de la terre en plusieurs lieux.

100   Parmy les dames, qui [m’en croyt41,

           Quant auprès d’elles on me voyt,]42

           Je ne say aux-quelles entendre.

             LE  PAGE

           Il est bien vray que je vous vis prétendre,

           En un soeir43, au cler de la lune,

105   De coucher avec[que] que[l]que une

           Qui d’une main estoyt manquete44 ;

           Et vous eng[ign]a d’une pouquete45

           La galande, et revîntes tout nu46.

            LE  GENTIL  HOMME

           Voylà pour toy bien mal congneu

110   Le bon plaisir que je t’ay faict.

           Je t’ay acoustré, en effaict,

           Depuys l’espasse de dix ans.

           Voylà le train des bons enfans,

           Maintenant : ne congnoyssent rien.

             LE  PAGE

115   Sy vous ay-ge faict plus de bien

           Que vous ne m’avez déservy47.

             LE  GENTIL  HOMME

           Ne soyons poinct icy messuy48.

           As-tu poinct veu mon estan ?

             LE  PAGE

           Ouy, ouy, [et] les neiges d’anten49 !

120   (Y n’a ny estan, ne clapier50 :

           C’est ung grand fossé de bourbier

           Où sont gregnouiles et mûrons51.)

             LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

             LE  PAGE

                                   Je dis Monssieur que : « Les hérons

           Vous [y] ont faict un grand dommage52. »

             LE  GENTIL  HOMME

125   Vers quel costé ?

             LE  PAGE

                                           Vers le rivage.

           Yl ont gasté le petit fieu.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je t’en croy bien, page, par Dieu :

           Sy avoyt-y force pouesson53.

                                     LE  PAGE

           Il y en y a autant c’un ouéson

130   Porteroyt bien dedans son bec.

                                     LE  GENTIL  HOMME

           Mon grand muret […….. sec],

           Combien contient-y bien de tour ?

                                     LE  PAGE

           Autant qu’on feroit, de ce jour,

           À boyre chopine de vin.

135   (Y n’a terre, vigne, ne vin54 :

           Je dis vray, par saincte Marye !)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                    LE  PAGE

                                 [Que] vostre prarye

           Contient envyron quatre lieux55.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           A ! tu as dict vray, semydieux56 :

140   Yl y sont à la grand mesure.

           Quans herpens57 ay-ge de pasture ?

                                    LE  PAGE

           Envyron III ou IIII cens.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Qui ne te croyt, y n’a pas sens.

                                    LE  PAGE

           (Ouy, bien autant de sens, je dis,

145    Que sur la queue d’une souris.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Tous mes grains, où seront-y mis ?

                                     LE  PAGE

           y seront ?

                                     LE  GENTIL  HOMME

                                   Ouy, ouy.

                                     LE  PAGE

                                                      Cheux vos amys58 !

           Et me semble qu’i seroyt bon

           De les mectre en un mulon59,

150   Près du grenier où est le foing.

           (Par ma foy ! y n’a pain ne grain

           Qu’i séroyt60 mectre en sa gorge.

           Je dis vray, par monsieur sainct George !)

                                     [ LE  GENTIL  HOMME

           Mon avoynne61 est-elle battue ?

                                     LE   PAGE

           Par] ma foy, je ne l’ay poinct veue.

155    (El est d’une estrange couleur !

           D’avoynne ? Vouélà grand douleur.

           Je ne say qui luy eust baillée :

           Y n’en a pas une escullée62,

           De cela je suys bien certain.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

160   Et du reste de l’autre grain,

           Nous en avon à grand foyson ?

                                    LE  PAGE

           Ouy dea, assez et de raison,

           Ma foy, Monsieur, pour nostre année.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Ceste journée,

165   As-tu pas veu mes grans chevaux63 ?

                                    LE  PAGE

           Ouy, ma foy, Monssieur : y sont beaux.

           Y les faict bon vouèr à l’estable.

           (Des grans chevaulx ? Yl a le deable !

           Y n’a que de vielles jumens

170    Qui n’ont aux g[u]eulles nules dens :

           Vouélà tous les chevaux qu’il a.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Page, viençà ! Qui me bailla

           Ce cheval qui est à ma femme ?

                                   LE  PAGE

           Ce fust le roy, Monssieur. (Mon âme !

175   Comme y baille de la bigorne !

           C’est un viel cheval qui est borgne,

           Et n’est c’une vielle carongne

           De jument à qui les os percent ;

           Le cul et les jambes luy herchent64

180   De malle fine povreté.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Suy-ge monté,

           À ton advis, à l’avantage65 ?

                                 LE  PAGE

           Ouy Monssieur, [ainsy] comme [un] page

           Qui va à pié le plus66 du jour.

                                 LE  GENTIL  HOMME

185   Je ne doibtz pas avoir de pa[o]ur67,

           Quant je me trouve en quelque assault.

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                               Pren mon courtault68 :

           Je te le donne pour ton étrène ;

           Le tien te faict par trop de peine,

190  Car y me semble par trop las.

                                LE  PAGE

           Grand mercy, Monssieur ! Et ! quel soulas !

           Je me doys bien réconforter.

          (S’il en avoyt pour le porter

           Luy-mesmes, le povre cocu,

195   De XX soublz69 ou d’un povre escu,

           Pensez-vous qu’i feroyt du maistre ?)

                               LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                  Y te fault estre

           Dedens un moys en Angleterre.

                                LE  PAGE

           Et pour quoy faire ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                Tu m’iras querre

200  Douze haquenés70 à Hantonne,

           Que le roy [des] Engloys me donne ;

           Y valent bien, chascun, cent frans.

           Tu luy mairas71 mes chiens courans

           Pour coupler avec ses lév(e)riers.

                                LE  PAGE

           Ouy, par ma foy !

205   (Y n’a que des chiens à bergers,

           Tous aussy velus c’une vache ;

           Et sy, ont l’oreille aussy flache

           Et aussy mole c’une trippe.)

                                LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                  Que c’est [de] la tippe72,

210   Monssieur ? Voulez-vous qu’on luy maine ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Laquelle esse ?

                                LE  PAGE

                                       C’est Marjollaine,

           [C’est] la plus belle du tropeau.

           (Par ma foy ! on luy voyt73 la peau,

           Tant est morfondue et rongneuse.)

                                LE  GENTIL  HOMME

215   Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                 Elle est plaisante y amoureuse74,

           Ceste chienne, la plus du monde.

                                LE  GENTIL  HOMME

           Et ! c’est cela où je me fonde.

                                LE  PAGE

           Voulez-vous qu’el y soyt menée ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Ouy dea !

                                LE  PAGE

                              [Sy elle n’est]75 traînée,

220   Ceste chienne va sy à loysir

           Qu’à peine poura’le suyvir76

           Un cheval sy tost que le pas

           –Entendez-vous ? je ne mens pas–,

           Tant [elle] est vilaine, orde et salle.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

225   Page !

                                 LE  PAGE

                           Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                   Dedens ma salle77,

           Y faict-y pas maintenant beau ?

                                 LE  PAGE

           Ouy de[a], Monssieur, tout de nouveau78

           [Vous] l’avez faict paindre, pour seur.

           (Mais quelle salle ! c’est hideur :

230   Il n’en a poinct, que sa chemise79 ;

           C’est celle-là dont y devise

           Et de quoy il entent80 parler.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                 LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                 Va-moy seller

           Mon courtault, qui est à l’estable !

                                 LE  PAGE

235   Vostre courtault81 ? (De par le deable !

           Je n’en sache poinct qui vous hète82,

           Que celuy de vostre brayète,

           Qui vous donne bien du tourment…)

                                  LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                  LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                  LE  GENTIL  HOMME

            Aproche-toy légèrement !

240   Et ! tout le temps que me83 servy[s],

           –Je me croy bien à ton avis84,

           [Dis-moy le vray, par ton serment]–,

           T’ai-ge pas payé ton paiment

           Vaillamment, par chascun cartier85 ?

                                 LE  PAGE

           Y n’a poinct falu de papier

245    Pour en escripre la quictance !

           (J’en tiens86 encores sans doubtance

           Tout ce qu[e j’]en receus jamais.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Gens qui ont serviteurs parfaictz

           Les doibvent bien entretenir.

                                 LE  PAGE

250    Mais leur laisser tout leur[s] aquestz

           Vailamment, sans rien retenir.

           Je vous suplye, alons-nous-ent87

           Bien tost ; parton légèrement,

           Et laissez ceste vanterye

255   Dont estes plain : c’est moquerye

           [Que] de vous et de vostre affaire.

           Adieu, ne vous veuile desplaire88 !

 

                                                     FINIS

*

 

1 André Tissier : Recueil de farces, tome 10, pp. 187-189. Droz, 1996.   2 D’après le titre, il veut devenir laquais [valet d’armée]. Un page ne restait jamais dix ans <vers 112> dans cette fonction peu lucrative, et surtout, réservée aux enfants : car un page devait être le modèle réduit de son maître, comme en témoigne l’eau-forte de Jacques Callot intitulée un Gentilhomme et son Page (1617).   3 Cloîtré : la misère lui interdit toute vie sociale.   4 En regardant défiler la troupe. Il faisait donc partie des badauds, et non des soldats qui paradaient.   5 Loin de mes camarades (qui étaient restés en arrière).   6 Cassé aux gages, révoqué sans solde. Il fait semblant de mal comprendre le « cassé » du vers 9, qui se rapportait à ses fractures.   7 Vous mentez pour rien ; qu’ai-je à perdre ?   8 LV : perdre  (Vous ne risquez pas d’être payé par l’État, contrairement aux militaires.)   9 Jeu de mots involontaire sur « tenir compte » et « tenir des contes » [se livrer à des racontars].   10 Les plus importants.   11 Fin-verjus est un savetier alcoolique et roublard (F 33, T 11). Le croc est le crochet des tireurs de bourses, et un outil pour crocheter les serrures : « Successeurs de Villon en l’art de la pinse et du croq. » (Marot.) Happe-gibet est synonyme de brigand, meurtrier et voleur (les Épithètes de M. de la Porte). Bref, le Gentilhomme ne fréquente que du gibier de potence.   12 Des reconnaissances de dettes. (Lat. debet = il doit.)   13 Euphémisme pour « volé ».   14 Parviendrais-tu à compter les ennemis que j’ai tués ? « Je ne cognois deux ne trois tant soyent puissans hommes que (il) ne les eust bien mys à la fin. » A. de La Sale.   15 Un couffin, une corbeille.   16 Forme attestée : « Furent jugés & mys à la mort. » Brut. Cf. Troys Gallans et Phlipot, vers 422.   17 Le faucon, que les nobles portaient sur leur poing quand ils chassaient. Cf. le Faulconnier de ville.   18 Le train de vie de la Noblesse (vers 43-44).   19 C’étaient des poulets.   20 Parmi les seigneurs, qui jouaient gros jeu.   21 Vous n’avez jamais eu trois sous vaillants sans en devoir six.   22 Résoudre.   23 Vous rengorger, vous vanter.   24 Un étendard dans une tente de l’ennemi.   25 « Le proverbe qui dict qu’une bonne fuitte vaut mieux qu’une mauvaise attente. » (Straparole.) Pour garder ce proverbe intact, notre auteur a dû introduire un quatrain abba.   26 LV : alemans   Le 20 mai 1525, la « guerre des Boures » (ou des Rustauds) donna lieu à la bataille de Scherwiller : les soldats lorrains (renforcés par quelques gentilshommes français) battirent l’armée des paysans luthériens allemands. Mais aucune « Journée des Allemands » n’est connue sous ce nom. La seule « journée » qui avait marqué les esprits, c’est la Journée des Éperons (bataille de Guinegatte, 16 août 1513), lors de laquelle les soldats français avaient pris la fuite, à l’instar de notre Gentilhomme : cf. l’Avantureulx, vers 408 et note 114. Remarquons d’ailleurs que ce vers 67 n’a pas de pendant : on ignore s’il rimait en -ans ou en -ons. Il est probable qu’un des premiers copistes a modifié ce vers en songeant au traité de Moore (30 août 1525), sur lequel la France comptait encore en octobre pour établir une paix durable avec la perfide Albion ; plutôt que de rappeler aux Normands, déjà furieux contre ce traité, qu’Henri VIII d’Angleterre était en plus le vainqueur de Guinegatte, il valait mieux détourner l’attention populaire sur des vaincus allemands.   27 Quand le blocus fut levé. « Les habitans commencèrent à débloquer et sortir. » Godefroy.   28 Comme un vulgaire troupier : « Plusieurs soldats accoururent de tous costéz, (…) chacun accourant au pillage. » (Le Mercure françois.)  Les combattants français de Guinegatte guerroyèrent surtout contre des poules : « Actes de batailles/ Font contre poulailles/ Noz gens. » (G. Cretin, Lascheté des gensd’armes de France à la Journée des Esperons.)   29 De contrariété.   30 Me mettre en bonne place. Il demande à son page de le valoriser devant les gens, comme le gentilhomme de Légier d’argent (v. notice) : « Jaquet, tu me fais plaisir/ Des biens que vas disant de moy. »   31 Rime normande avèr / baillèr.   32 Fracasse. « Courbatu, espaultré et froissé. » Rabelais, Quart Livre, 14.   33 Que vous vous corrigiez.   34 Gérant. « Je vous mettray à mesme mes biens, où vous pourrez puiser et prendre tant de richesse comme il vous plaira. » Amyot.   35 LV : tresors  (En Normandie, mugot = trésor <cf. Godefroy>. « Nous trouvasmes force trésors inutiles ; nous descouvrismes (…) le beau et ample mugot de Molan. » Satyre Ménippée.)   36 À demi-mot : je n’en dis pas plus pour ne pas révéler où ils sont cachés.   37 Des pièces dévaluées qui ont cours chez les vauriens que vous fréquentez. « De toutes receptes,/ Je ne sache c’un gros qui court. » Le Poulier à sis personnages (LV 27).   38 Qui ne soient hypothéqués.   39 Pourtant.   40 Fiefs. Idem à 126.   41 Si vous m’en croyez. Cf. le vers 143.   42 LV : plus est / ne me croyent pas la on y me vouent   43 Un soir.   44 Manchote.   45 Elle vous escroqua d’une bourse.   46 Sans argent. Galande = galante : cf. la Réformeresse, vers 89.   47 Payé de retour. « Jamais je ne pourroye/ Vous desservir les biens que me donnez. » Charles d’Orléans.   48 Maishui, indéfiniment. « Despeschez donques !/ Je ne veuil estre icy messuy. » (L’Oficial, LV 22.) Entre la rubrique et le vers 117, LV a intercalé des pattes de mouches sans rime ni rythme : Vienca nen parle iamais   49 De l’an passé. Clin d’œil à Villon : « Mais où sont les neiges d’antan ? »   50 Ni étang, ni monceau de pierres. Les vers 118-161 sont à rapprocher de ceux où Messieurs de Mallepaye et de Bâillevant font l’état des lieux de leurs domaines en ruines (vers 247-249). Beaucoup d’autres thèmes sont communs à ces deux dialogues.   51 Des grenouilles et des mûriers-ronces.   52 En exterminant les grenouilles dont vous vous nourrissez.   53 Beaucoup de poisson.   54 Rime dupliquée, qu’on pourrait remplacer par « grain » ou « foin ».   55 4 lieues normandes = 17,7 km.   56 Atténuation de « si m’ait Dieu » [si Dieu m’aide].   57 Combien d’arpents.   58 Chez les affamés avec qui vous frayez. La formule annonce le « cheulx mes amys » des Troys Gallans et Phlipot, v. 442.   59 D’en faire une meule : « Deux petiz mullons de blé. » (Godefroy.) Mais le page parle-t-il des grains, ou des amis de son maître ?   60 Qu’il saurait, qu’il pourrait.   61 À la place du fragment que j’ajoute entre crochets, le copiste a écrit puis biffé : davoynne   62 De quoi emplir une écuelle.   63 Ceux qu’on utilisait à l’armée. De là vient l’expression : « Monter sur ses grands chevaux. »   64 Se traînent.   65 Ai-je une bonne monture ? M. de Mallepaye (vers 176) s’en inquiétait déjà.   66 La plus grande partie. Cf. Légier d’argent (v. notice) : « Et par deffault d’une jument,/ Il va à pié le plus souvent. »   67 De peur, puisque j’ai un bon destrier.   68 Cheval de selle. Idem vers 234.   69 Pour 20 sous : lorsqu’il a un peu d’argent.   70 Montures réservées aux femmes : « Ils sont suivis des litières & des hacquenés de Sa Sainteté. » (Du Mont.) Hantonne = Southampton : « [Ils] singlèrent devers Angleterre ; puis arrivèrent et prirent terre à Hantonne. » (Froissart.)   71 Mèneras. Henri VIII n’aurait jamais abâtardi ses lévriers greyhounds ! On rapproche les vers 199-204 du Journal d’un bourgeois de Paris : « Au dict an 1525, environ le huictiesme octobre, passèrent parmy la ville de Paris vingt ou vingt-cinq hacquenées d’Angleterre que le roy d’Angleterre envoyoit à monsieur le Daulphin estant à Bloys ; et envoia aussi un grand nombre de chiens de chasse, comme cent ou plus, où y avoit grandz dogues d’Angleterre. » Si la référence aux chevaux paraît convaincante, la référence aux chiens l’est beaucoup moins, puisque c’est les chiens français que le page doit conduire en Angleterre, et non l’inverse.   72 « Que doit-on faire de la tippe ? » Mot inconnu ; c’est peut-être un de ces normandismes dont la pièce regorge.   73 LV : vord   74 Digne d’être aimée. « La plus belle dame du roiaulme d’Engleterre, et la plus amoureuse. » Froissart.   75 LV : quelle   76 Pourra-t-elle suivre.   77 La salle principale du château.   78 Tout récemment.   79 Jeu de mots : il n’a de « sale » que sa chemise.   80 Il veut.   81 Le Gentilhomme oublie qu’il vient de le donner au page (vers 187-188). Ce dernier se venge en dénigrant son autre courtaud, c’est-à-dire son pénis : cf. la Complainte d’ung Gentilhomme à sa dame, note 94.   82 Qui puisse vous faire plaisir.   83 LV : mas   84 LV : serment  (Je me fie à ton avis.)   85 Chaque trimestre.   86 Je retiens de mémoire.   87 Rime attestée : Maistre Mymin qui va à la guerre, vers 193.   88 Ce congé s’adresse-t-il au public, comme il se doit, ou au Gentilhomme ?

 

Publicités

PATES-OUAINTES

Pates-ouaintes

Pates-ouaintes

*

PATES – OUAINTES

*

Cette sottie allégorique est trop longue, alourdie de références latines et de poèmes à forme fixe qui ne conviennent pas au théâtre, certes. Mais elle est peu connue. Certains croient même que son manuscrit est perdu depuis le XIX° siècle ! Or, Pates-ouaintes mérite plus de notoriété : aux vers 433-446, pour la première fois, des clercs exigent du Pouvoir les moyens de remplir leur fonction d’intellectuels sans contrepartie.

La représentation – pour ne pas dire le charivari – eut lieu le 19 février 1493, lors des festivités carnavalesques du Mardi gras. L’auteur, Pierre de Lesnauderie, composera notamment la moralité de la Cène des dieux <Trepperel n° 17>. Il jouait ici le rôle titre en imitant Girard Bureau (lieutenant du bailli de Caen et lui-même ancien étudiant de l’université caennaise), lequel avait notifié une ordonnance royale qui frappait d’un impôt ladite université, pourtant placée sous l’autorité de l’Église1.

Parmi les interprètes, « escoliers » de l’université de Caen, on reconnaissait le receveur général Beaunes, maître Jean de Caux, les deux neveux du conservateur Le Héricy, et l’auteur. Comme toujours dans les sotties, c’est un homme qui tenait le rôle féminin.

Sources : Matrologe de l’Université de Caen, Collection Mancel 69. Folios 305 recto à 331 recto. (Musée des Beaux-Arts de Caen2.) Manuscrit copié vers 1515 par Lesnauderie.  B : La Farce de Pates-Ouaintes. (Théodose Bonnin.) Ancelle, Évreux, 1843.

Structure : Rimes plates, abab/cdcd, avec 1 chanson balladée isométrique, 4 rondels doubles, 4 triolets, 2 ballades.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

La Farce de

Pates-ouaintes

*

    [LA  MÈRE  (l’Université, l’Église)

    LÂCHE-ENMANCHÉ

    VA-T’EN-QUITTE

    QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

    ESCOUTE-S’IL-PLEUT

    RIBON-RIBAINE

    PATES-OUAINTES]

*

LA MÈRE, nommée l’Université ou l’Église, incipit cantando :   SCÈNE I

     Quomodo sedet, etc.3

     La dame des gens salutaire

     Est faicte veufve et tributaire4,

     Princesse des pays5 désolée,

     Sans estre des siens consolée.

5    Ceste offence n’est pas à taire !

     Jérémie, souverain notaire,

     Avois-tu presceu ce mistère

     De me voir en ce point foulée ?

     La dame des gens salutaire

10    Est faicte veufve et tributaire,

     Princesse des pays désolée,

     [Sans estre des siens consolée.]

     Ceste offence n’est pas à taire !

     Rachel6, tendre et esplorée mère,

15    Plore o moy par douleur amère,

     Quand mes enffans m’ont violée !

     Déboutée suis, comme à volée,

     De ce dont suis propriétaire.

     La dame des gens salutaire

20    Est faicte veufve et tributaire,

     Princesse des pays désolée,

     Sans estre des siens consolée.

     Ceste offence n’est pas à taire !

     Pour neant suis douce et débonnaire

25    À mes enffans, que cher conserve ;

     Car mès qu’ilz aient le liminaire7,

     Ilz ne se soucient qui me serve.

     J’estoie dame, et on me fait serve

     Par moiens dampnés et obliques,

30    Aux yeux des gouverneurs publiques.

     Et n’y a celuy qui [n’]en pense ;

     Mès seuffrent parmy la despense8

     Les chiens à leur aise courir.

     Plus ne sçay à qui recourir.

35    Mes enffans ne m(e) ont point en cure9 ;

     Chacun, endroit soy, ne procure

     Que son proffit particulier.

     Et celluy qui tient la cuillier

     Par le manche, à tremper les souppes10

40    S’en donne ; et ne lui chault des coupes11,

     Ne come on traite mes ouaylles.

     Ilz ne donnent en moy deux mailles12,

     Et je les ay nourris si doux.

    LÂCHE-ENMANCHÉ, l’ung des enffans de l’Université    SCÈNE II

     Ne craignez plus : v(e)ez-nous cy tous !

45    Au mains la plus part, ce me semble.

               LA MÈRE

     Si je vous veisse tous ensemble,

     Je n’eusse pas tel peur des loupz.

               VA-T’EN-QUITTE,  l’ung des enffans

     Par votre foy, que craignez-vous ?

               LA MÈRE

     Ma substance, que chacun emble13.

               QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR, l’ung des enffans

50    Ne craignez plus : v(e)ez-nous cy tous !

     Au mains la plus part, ce me semble.

               LA MÈRE

     Vous avez manière de Foulx14,

     C’est la cause pour quoy je tremble.

     L’ung à l’autre point ne resemble ;

55    Et si debvez estre frères.

               ESCOUTE-S’IL-PLEULT,  l’ung des enffans

                    Nous ?

     Ne craignez plus : v(e)ez-nous cy tous !

     Au mains la plus part, ce me semble.

               LA MÈRE

     Si je vous veisse tous ensemble,

     Je n’eusse pas tel peur des loupz.

                LÂCHE-ENMANCHÉ

60    Pensez qu(e) ung lou seroit secouz,

     S’il venoit choir entre noz pates !

                LA MÈRE

     Voz raisons me semblent si plates

     Que j’en ay le cueur tout fâché.

     Tu me sembles lâche enmanché15

65    Terriblement.

                LÂCHE-ENMANCHÉ

                Votre mercy !

     Auxi m(e) appelle-l’en ainssy :

     Je suis Lâche-enmanché, voir(e)ment.

                LA MÈRE

     Je t’en croy ! Et toi ?

                VA-T’EN-QUITTE

                     Seurement

     Je suis appellé Va-t’en-quitte.

                LA MÈRE

70    Ô génération mauldite !

     En vous, y a peu de fiance.

     Si je n’avoie autre aliance

     Que de vous, je seroie deffaite.

     Vous autres, dittes (s’il vous haite16)

75    Voz nons, et vous venez offrir !

                QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Je suis Qui-ne-le-peult-souffrir,

     C’est le non que l’en m(e) attribue.

                LA MÈRE

     Celui qui les nons distribue

     Ne t(e) a pas le pire ballié17.

                QUI-NE-LE-PEULT[-SOUFFRIR]

80    Il y aira bien batallié

     Et rué d’estoc et de touche,

     Si je voux faux en tant que touche

     La partie que je doy garder.

                LA MÈRE

     Puisqu’il fault par tout regarder,

85    L’autre me die son non, s’il veult !

                ESCOUTE-S’IL-PLEUT,  filius ejus

     Moy ? Je suis Escoute-s’il-pleut18 :

     En ce point sui-ge bâtizé,

     Pour cause que je suis ruzé

     De bien nager entre deux eaux.

                 LA MÈRE

90    En effect, les termes sont beaux,

     Et bien duysibles à ung chescun !

     Et de [vous tous]19, je ne sçay qu(e) ung

     Où je puisse trouver pié ferme

     Se l’en me donne quelque alerme,

95    Qui m’est fort mauvaise fredaine.

        RIBON-RYBAYNE (fait pour Chalon20.)       SCÈNE III

     Qui vouldroit voir Ribon-ribaine,

     V(e)ez-le cy en propre personne.

                 LA MÈRE

     Ribon-ribaine ? Le non sonne

     Très mal, et l’abit21 pire encor !

                 RIBON-RIBAINE22

100   « Ribon-rybayne » : par saint Mor,

     Je me faiz ainssi appeller.

     Et se, ne vous fault jà céler

     La cause qui deçà m(e) amaine.

                 QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Que vient faire Ribon-ribayne

105   En ce quartier, ainssi en haste ?

     Il mettroit la main à la paste

     Voulentiers, je vous en asseure.

                 LA MÈRE

     La choze ne seroit pas seure

     De lui souffrir, en ce quartier,

110   Mettre la main au prouvendier23.

                 VA-T’EN-QUITTE

     Comment ! n’est-il pas vray pasteur ?

                 LA MÈRE

     C’est ung gros lou dévorateur,

     Qui ne lesse rien pendre au clou.

                 QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Mès esse de la peau d’ung lou

115   Qu’il s’est vestu ?

                 RIBON-RIBAINE

                 Tout proprement.

                 QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     As-tu lessé l’abillement

     Du vray pasteur pour cestuy prendre ?

     Tu es grandement à reprendre ;

     Et de ton cas, fort m(e) esmerveille.

                 RIBON-RIBAINE

120   Escoutez ung mot à l’oreille.

     Lâche-enman[n]ché, premièrement…

                 LÂCHE-ENMANCHÉ

             … Je n’y donrray consentement

     Tant que l’âme me bate au corps !

                 QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Qu’esse qu’il dit ?

                 LÂCHE-ENMANCHÉ

                 Par ses recors24,

125   Il cuide menger notre Mère.

                 ESCOUTE-S’IL-PLEUT

     Menger !

                 LÂCHE-ENMANCHÉ

              Par sainte Marie, boire25 !

                 QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Il n’entreprint onc si cher mors26.

                 VA-T’EN-QUITTE

     Mès par la foy de votre corps,

     Dittes-moy, s’il vous plaist, mon frère,

130   Qu’esse qu’il dit ?

                 LÂCHE-ENMANCHÉ

                 Par ses recors,

     Il cuide menger notre Mère.

                 RIBON-RIBAINE

     Vous en airez chacun son mors

     Entre vous, et me lessez faire.

                 QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     J’airois plus cher me voir deffaire

135   Que l’endurer !

                 ESCOUTE-S’IL-PLEUT

                 Dehors ! dehors !

     Qu’esse qu’il dit ?

                 LÂCHE-ENMANCHÉ

                 Par ses recors,

     Il cuide menger notre Mère.

                 VA-T’EN-QUITTE

     Menger !

                 LÂCHE-ENMANCHÉ

              Par sainte Marie, boire !

                 QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Onques n’entreprint si cher mors.

140   Ne sommes-nous pas assez fors,

     S(i) on voulon estre vertueux,

     Contre ce lou impétueux

     Qui veult notre Mère menger ?

     De moy, je la pense venger

145   Jusques à la desraine maille,

     S’il fault que ce gros lou l’assaille ;

     Et pour27 en mourir en la paine.

                 TOUS ENSEMBLE

     Sçavez-vous quoy, Ribon-ribayne ?

     Deslogez soudain, sans trompette !

                 LA MÈRE

150   Gardez bien que la main ne mette

     À moy, enffans, je vous suplie.

     S’il y a nul de vous qui plye,

     Je porte ch[é]ance et dangier

     Que vous ne me lessez mengier

155   À ce lou.

                LÂCHE-ENMANCHÉ

             J’en suys espeuré28.

                LA MÈRE

     Ô lâche ! Si, as-tu juré

     Me garder comme ton espouze.

                VA-T’EN-QUITTE

     Il29 porte une sauvage mouse30 :

     Je le crains biaucoup, somme toute.

                ESCOUTE-S’IL-PLEUT

160   Quant au regar de moy, j’escoute

     De quel part le vent peult venir.

          RIBON-RIBAINE, parlant à luy seul      SCÈNE IV

     Impossible est de parvenir,

     Sans autre moien, à mes fins :

     Car vécy des pasteurs trop fins,

165   En ce pays, pour garder leur Mère.

     Force me sera que je [m’]esclère

     À quelqu’un (ce sera du mains31)

     Qui lyra si estroit les mains

     De la Mère, qu’el(le) n’aira filz

170   Qui ne craigne, pour ses prouffiz,

     L’ozer secourir ne deffendre ;

     Ainssy, par ce point l’iroy prendre,

     Menger, riffler et transgloutir.

             PATES-OUAINTES  incipit         SCÈNE V

     J(e) ne fineray huy de sentir

175   Et d’escouter s’il vendra gent

     Qui m(e) oignist la pate32 d’argent

     Pour l’ordre de droit subvertir.

             RIBON-RIBAINE

     Je me viens à vous convertir33.

             PATES-OUAINTES

     Pour avoir de l’or frisque et gent,

180   J(e) ne finirai huy de sentir

     Et d’escouter s’il vendra gent.34

             RIBON-RIBAINE

     De mon cas vous veul advertir :

     Ma Mère m’a fait ung régent

     Si fin, si cault, si diligent,

185   Que menger la veux.

             PATES-OUAINTES

                   Sans mentir,

     J(e) ne finiray huy de sentir

     Et d’escouter s’il vendra gent

     Qui m(e) oignist la pate d’argent,

     Pour l’ordre de droit subvertir.

             RIBON-RIBAINE

190   [Besongnez !

             PATES-OUAINTES

                Il fauldroit nantir35,

     Ribon-ribaine.

             RIBON-RIBAINE

                Je l’appointes.]36

     Puisqu’on sçait qui doit garantir,

     Besongnez !

             PATES-OUAINTES

              Il fauldroit nantir :

     Cuidez-vous, pour dire et glatir,

195   Qu’on chevisse37 de Pates-ouaintes ?

             RIBON-RIBAINE

     Besongnez !

             PATES-OUAINTES

               Il fauldroit nantir,

     Ribon-ribaine.

             RIBON-RIBAINEponens donum in manu38

               Je l’appointes :

     Ilz seront ouaintes et prou39 ouaintes,

     Emplies, argentées et dorées.

200   On feroit de graces pourées40

     De l’ouainture qu’on vous y boute.

     Mès besongnez bien !

             PATES-OUAINTES

                    Somme toute,

     C’est raison. Mais que vous plaît-il

     Que je face ?

             RIBON-RIBAINE

                 Ung moien subtil

205   Fault trouver, pour ma Mère mordre

     Jusqu(ez) au sang.

             PATES-OUAINTES

                  J(e) y metray tel ordre

     Qu’el(le) sera mengée juc’aux oz.

             RIBON-RIBAINE

     Elle a de si fermes suppoz

     Entour elle pour la deffendre,

210   Que l’en ne sçait comme la prendre.

             PATES-OUAINTES

     Taisez-vous ; puisque je m’en mesle,

     Vous n’en trouverez nul rebelle.

     Car tous pour les humilier,

     Je voys à la Mère lier

215   Les deux mains.

             RIBON-RIBAINE

                Et de quoy ?

             PATES-OUAINTES

                            Que sai-ge !

     De quelque bref, ou gaige-plège,

     Ou de quelque clameur41 nouvelle.

     Allon, vous et moy, devers elle ;

     Je suis bien pourveu de lians.

             LA MÈRE                   SCÈNE VI

220   Hélas ! où êtes-vous, enffans ?

     Je voy desjà Ribon-ribayne,

     Lequel, pour me menger, amaine

     En sa compengnie Pates-ouaintes,

     Qui tant m’a fait de fausses pouaintes42.

225   Ne lessez pas mes droiz corrumpre.

            LÂCHE-ENMANCHÉ

     Somme, il vault mieux plier que rompre.

            LA MÈRE

     Sont-ce les tours que me jouez ?

            LÂCHE-ENMANCHÉ

     Deffendez-vous, si vous pouez43 ;

     Je ne m’en mesleroy de rien.

            LA MÈRE

230   En saincte Escripture, le chien

     Est mauldit, qui n’oze abayer.

            ESCOUTE-S’IL-PLEUT

     Qui ne doibt de l’escot paier

     En effect, il s’en peult bien taire.

            LA MÈRE

     Enffans engendrés d’adultère :

235   Plus fins44 estes que muletz fauves !

            VA-T’EN-QUITTE

     Se je m’en voys mes bagues sauves,

     Qu(e) ai-ge affaire de l’outre plus ?

            LA MÈRE

     Ô pasteurs vuydes de vertus,

     Corrumpus d’ardeur d’avarice !

240   Êtes-vous plains de tel abuz,

     Qu(e) habandonnez votre nourrice ?

            QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     S’il fault qu(e) avuesques vous périsse,

     Très voulentiers y périroy.

     En tant que touche mon office,

245   Ma Mère, je vous aideray ;

     Car pour rien je ne souffriray

     Que soiez abbay[é]e45 ne morse,

     Synon maulgré moy et par force.

             RIBON-RIBAINE

     Çà ! frères, contredittes-vous

250   Que ne succe ma Mère ?

            LÂCHE-ENMANCHÉ

                        Nous ?

     On n’y metron pas grant débat.

            PATES-OUAINTES

     Or, mengez donc.

            ESCOUTE-S’IL-PLEUT

                 Çà, chat !46 çà, chat !

            QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     A ! larron, tu n’en feras plus !

            RIBON-RIBAINE

     Venez-moy aider s’el(le) me bat.

            PATES-OUAINTES

255   Or, mengez donc.

            LÂCHE-ENMANCHÉ

                 Çà, chat ! çà, chat !

            RIBON-RIBAINE

     Liez-luy les mains sans rabat,

     Ou point n’en airoy le dessus.

            PATES-OUAINTES

     Or, mengez donc.

            QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

                 Çà, chat ! çà, chat !

     A ! larron, vous n’en ferez plus !

        PATES-OUAINTES, ligando manus Matris de pargameno47

260   En cas de délay ou reffuz

     D’obéyr à Ribon-rybaine,

     De plus for[s] liens que de laine

     Seront voz mains serrées et jouaintes.

            LA MÈRE

     Ha ! Pates-ouaintes, Pates-ouaintes,

265   Tu sçaiz bien que pouair n’y as.

     Te souvient-il point d’Ozïas,

     Non content d’office roialle,

     Qui voulut la sacerdotalle

     Entreprendre, et offrir l’encens,

270   Pour avoir or, argent et sens48 ?

     Et si tost que l’encensier tint

     Pour encenser, ladre49 devint.

     Notez bien, c’est texte de Bible.

             QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Enfant cruel, enfant terrible,

275   Enfant descongnu, renié50 :

     Es-tu point excomunié51,

     De forcer ta Mère en ce point ?

             LA MÈRE

     Mès celuy qui les pates ouaint,

     Par qui mon pouair est vaincu,

280   Est-il point semblable au cucu52,

     Filz putatif de l’oisellet

     Qui l’a nourry plus doux que let

     Jusqu(ez) ad ce qu’il soit grant et fort,

     Puis le mengut53 et met à mort ?

285   V(e)ez-en cy la similitude.

             QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Bref, si mettroi-ge mon estude

     À vous garantir ens et hors ;

     Et si je ne puis tout le corps,

     Si garantirai ge quelque bras.

             PATES-OUAINTES,  parlant à Ribon[-Ribaine]

290   Or, en pren par où tu vouldras :

     Maintenant a les mains liés ;

     Et si, n’a plus nulz aliéz

     Qui ozent ses liens deffaire.

             QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Escoute-s’il-pleust, mon bon frère,

295   Oston notre Mère de grief.

             ESCOUTE-S’IL-PLEUT

     Quel lien esse ycy ? Ung brief,

     Ung haro54, ou ung gaige-plaige ?

             LA MÈRE

     Enfans, je périrai, ce croi-ge,

     Se ne me secourez de bref.

             QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

300   Je pourchasse votre relief55 ;

     Mès à votre advis, qu(e) y feroi-ge ?

     Quelz liens sont-ce ycy ?

             LÂCHE-ENMANCHÉ

                       Ung brief,

     Ung haro, ou ung gaige-plège.

             QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Recourir convient vers le Chief56,

305   Luy remonstrer le sacrilège

     Qu’on fait contre le privilège

     De notre Mère.

             VA-T’EN-QUITTE

                 De rechief,

     Quelz liens sont-ce ycy ?

             ESCOUTE-S’IL-PLEUT

                      Ung bref,

     Ung haro, ou57 ung gaige-plège.

             LA MÈRE

310   Enffans, je périray, ce croi-ge,

     Se ne me secourez de bref.

             QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Appellez de ce tort et grief

     Que l’en vous fait, sans plus d’alongne58.

             LA MÈRE

     Je ne scay comment j(e) y besongne :

315   Pate(s)-ouaintes m’a lié les mains.

             QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     N’endurez point qu’on vous empongne.

             LA MÈRE

     Je ne sçay comment j(e) y besongne.

             QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Cest lien ycy n’est que longne59 :

     Rompez-le(s), vous ne pouez mains.

             LA MÈRE

320   Je ne sçay comment j(e) y besongne :

     Pate(s)-ouaintes m’a lié les mains.

             PATES-OUAINTES

     C’est pour le secours des humains,

     Povres rustiques tributaires60,

     Qui ne peuent aux nouviaux affaires61

325   Fournir, se la Mère n’y frye62.

             RIBON-RIBAINE

     Lyez, quelque choze qu’el(le) crye !

     Elle a du lait en la mamelle,

     Qu’on luy tirera de (des)soulz l’elle

     Licitement et sans offence.

             PATES-OUAINTES

330   Elle est privée de sa deffence.

             LA MÈRE

     Des mains, m’avez privé l’usage,

     [……………………………….. -age,]63

     Qui est une offence mout grièfve.

             QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Sy n’esse pas que votre glaive

     Ne puissez, s’il vous plaist, tirer ;

335   Si vous vous lessez martirer

     Vous-mesmes, la faulte est à vous.

             LA MÈRE

     Mes enfans qu(e) ay nourris si doux,

     Contre leurs propres juremens

     Me seuffrent faire ces tourmens,

340   Tant leur tient Avarice aux rates.

     Et eux-mesmes soullent64 leurs pates

     Au sang qu(e) on tire de ma vayne.

     Mais vélà cest Ribon-ribaine,

     Qui de Pates-ouaintes se hourde65

345   Pour me tenir la main si gourde

     Qu(e) homme vivant ne la deslye.

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     N’esse pas une grant folye

     Et ung abuz à Pates-ouaintes,

     Qu’il vendra de bref (les mains jouaintes,

350   Le chef nu, les genoulz à terre)

     Pour pardon et grâce requerre

     De vous, et présent, à main forte

     Vous veult commander ? Cela porte

     Contradiction, et implique

355   [Qu’]usez du glaive juridique

     Et donnez malédiction !

              LA MÈRE

     Or çà ! fils de perdition,

     Va-t’en-quitte ; et Lâche-enmanché,

     Fièble de rains, povre eshanché :

360   Souffre-tu que Ribon-ribaine

     Me mengusse66 et face tel paine ?

     Tu y donnes consentement ?

              LÂCHE-ENMANCHÉ

     Je n(e) ozeroye [faire] autrement,

     Puisque Pates-ouaintes s’en mesle.

              VA-T’EN-QUITTE

365   En effect, que je me rebelle

     Contre Ribon-ribaine en rien ?

     Non feray ! Il me traite bien ;

     J(e) amenderay de sa venue.

              RIBON-RIBAINE

     À ceste heure estes-vous tenue ;

370   De vous, puis bien faire à ma gyse67.

              LA MÈRE

     Sui-ge en ce point entretenue ?

              PATES-OUAINTES

     À ceste heure estes-vous tenue.

              LA MÈRE

     Mes amys m’ont seullette et nue

     Délessée ; chacun me desprise.

              RIBON-RIBAINE

375   À ceste heure estes-vous tenue ;

     De vous, puis bien faire à ma gyse.

              LA MÈRE

     On peult [bien] chanter à l’Église

     Les pleurs de Jérémie, cest an :

380   Omnes amici ejus spreverunt eam,

     Et facti sunt ei inimici68.

     De moy peult-on dire cecy.

     Mes suppoz gorriers, gorgias,

     Me lessent pillier sans mercy,

     Ne m’aydent, inter angustias69.

385   Mes propres enffans m’ont traÿe

     Et souffert70 mettre en servitute.

     Ceux me tiennent qui m’ont haÿe ;

     Je nourrys qui me perséquute ;

     Je suis convertie à rebours

390   Comme serve ignominieuse,

     Pource que j’ay perdu les jours

     De fertillité plantureuse.

     « J’ay habité entre les gens,

     Où n’ay point trouvé de repos71. »

395   Je croy, docteurs, clers et régens,

     Jérémye dit pour moy ces motz.

     Ribon-ribaine, juc’aux oz

     Me mengut ; et à bien le prendre,

     Il me deust garder et deffendre.

400   Je ne sçay qui l’en absouldra.

              RIBON-RIBAINE

     On dira ce que l’en vouldra,

     Mès j’en arroy ceste gueullée72.

              LA MÈRE

     Je suis bien galée73

     Et de près contrainte.

              RIBON-RIBAINE74

405   Vous estes peu plainte :

     À guères n’en chault.

              LA MÈRE

     J’ai eu ung assault

     De diverse gent.

              PATES-OUAINTES

     De bas ou de hault,

410   Fault avoir argent.

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Pour cry ne pour huc

     Ne l’ay peu deffendre.

              PATES-OUAINTES

     Quant il y a p(e)luc75,

     On y doit entendre.

              LA MÈRE

415   Par raisons trop plates

     Exigez mon bien.

              PATES-OUAINTES

     Quant on m(e) ouaint les pates,

     Je n’espargne rien.

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Il n’est loy humaine

420   Qui te peueulst76 sauver.

              RIBON-RIBAINE

     C’est ribon ribaine :

     Il en fault avoir.

              LA MÈRE

     Or bien ! Mès il est assavoir

     Se ceux qui m’ont lié les mains

425   Vendront point ung de ces demains

     Devant moy. Et si, pour leur coupe,

     La bouche leur cloe ou estoupe,

     Comme indignes de recepvoir

     Le plus grant bien77 qu’on peult avoir ?

430   Bien le pourray, se je le veux.

              RIBON-RIBAINE

     N’ayez peur : qui sera morveux,

     Si se mouche ! À tant vous suffise.

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Ô Pharaon, de qui la tirannise

     Est tant dampnée, détestée et mauldite :

435   Jamès denier n’exigas de l’Église,

     Mès l’as tousjours tenue inmu[n]e et quitte ;

     Et qui plus est, en ton pays d’Égypte,

     Gagoys78 les clers, l’Escripture le dit.

              LA MÈRE

     Puisque pour toy ma franchise est destruite,

440   Or-et-argent, de Dieu soys-tu mauldit !

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Le fier Néron, monarche et empirant79,

     Tesmoing Sénèque, a aymé gens d’estude.

     Trajen aussy, et Denis le Tirant80,

     Des anciens clers ont aymé l’abitude.

445   Païens estoient, l’Escripture le cude81 ;

     Tous clers avoient, soubz eux, leur intendit82.

              LA MÈRE

     Puisque pour toy la saison m’est si rude,

     Or-et-argent, de Dieu soys-tu mauldit !

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Ribon-ribaine, et Pate(s)-ouaintes aussy,

450   Qui votre Mère avez du pié frappée :

     Entendez-vous en demourer ainssy ?

     Ignorez-vous ne la voir plus chappée83 ?

     Je cuide, un jour, que de ceste lippée,

     Compte rendrez par raisonnable édit.

              LA MÈRE

455   Puisque pour toy suis ainssy galopée84,

     Or-et-argent, de Dieu soys-tu mauldit !

     Au Prince et chef soulz lequel suis régye

     En parleroy, s’on n’y met contredit,

     En lui disant par sentence eslargie :

460   Or-et-argent, de Dieu soys-tu mauldit !

             PATES-OUAINTES

     Ce que Ribon-ribaine dit,

     Vous le ferez ?

             LA MÈRE

                 À quel raison ?

             PATES-OUAINTES,  balbutiando sicut Buriau85

     Par la mort Dieu, metray en prison !

     Passé par là ou par la fenestre !

465   La chose publique doit estre

     Exposée, quant besoin en est.

              LA MÈRE

     Pour toute raison, il vous plaist ;

     Pour86 cela, il fault qu’il se face.

     Suffist-il point que j(e) impètre la grâce ?

470   Et ! Quant87, prenant bataille ocultement,

     Moÿse ainssy fist donc, en bien peu d’espace,

     Ses anemys deffist totallement.

     Mon office est de prier seullement,

     Je ne doy point avancer de métal.

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

475   Puisqu(e) à la Mère on fait tel forcement,

     Au Dieux88, hélas ! bien lui doit faire mal.

              LA MÈRE

     Crist, cher espoux, lesra-tu ton espouze

     Estre en ce point, par force, violée ?

     Pourquoi veux-tu qu(e) aultre que toy m’espouze

480   Sinistrement, par qui suis deffoulée ?

     De mes enfans deusse estre consolée,

     Mès l’ung d’eux m’est anemy capital.

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Quant de son filz la Mère est engoulée,

     Au Dieux, hélas ! bien lui doit faire mal.

              LA MÈRE

485   Soubtenue suis de mes enfans pisnés89,

     À qui je n’ay que trop peu de biens fait ;

     Mès ceux à qui j’ay les grans biens donnés

     Seuffrent mon droit estre du tout défait.

     Pates-ouaintes, qui de force et de fait

490   Me deust garder, me tumbe tout à mal.

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Puisqu’à la Mère est tel oultrage fait,

     Au Dieux, hélas ! bien lui doit faire mal.

              LA MÈRE

     Prince Jésus : mauldy Ribon-ribaine

     Et Pate(s)-ouaintes, qui me traitent si mal !

495   Je les nourrys, et ils me portent hayne.

     Au Dieux, hélas ! Bien me doit faire mal.

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Advertissez votre mémorial90

     Que telz liens n’ont pas sur vous puissance,

     Mès [vous] doibvent porter obéissance

500   Et tout honneur les foulx qui vous impèrent91.

              LÂCHE-ENMANCHÉ

     Ribon-ribaine et ses gens impropèrent92

     Notre Mère ; mès de peur de rien perdre,

     Je leur lerray prendre, ravir et herdre93

     Ce qu’il vouldront, j’en suis bien résolu.

              VA-T’EN-QUITTE

505   Quant est de moy, tout ce qu’il a voulu,

     Je l’ay souffert : aussi je m’en voys quitte.

     Et si, airoy ma part de la débite,

     Je l’ay tousjours ainssi acoustumé.

              ESCOUTE-S’IL-PLEUT

     J(e) ymagine, quand il aura plumé

510   Les gras oysiaux, qu’il m’en amendera94.

     Mès ce pendant, ma bouche se taira,

     Et deust estre la Mère transgloutie.

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Quant de ma partie,

     Je la desliray.

              LÂCHE-ENMANCHÉ

515   Par sainte Marie !

     Je n’y toucheray.

              RIBON-RIBAINE

     Je la mengeray,

     Il n’y a remède.

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     Je l’en garderoy,

520   Pour mourir tout rède.

              ESCOUTE-S’IL-PLEUT

     De moy, je n’y bite95

     Tant que l’en m’assaille.

              VA-T’EN-QUITTE

     Quant je m’en vois quitte,

     Je n’en pers pas maille.

              PATES-OUAINTES

525   Son droit débatu

     Je luy ay nyé.

              LA MÈRE

     Aussi en es-tu

     Excommunié.

              PATES-OUAINTES

     Pour neant on me flate :

530   S(i) on ne m(e) ouaint la pate

     D’or et d’argent plaine,

     On y pert sa payne.

              LA MÈRE

     Soubz la puissance Dieu hautaine,

     Desclère devant tous humains

535   Que ceux qui m’ont lié les mains

     Par brief ou opposition,

     Encourent l’indignation

     De Dieu puissant, de Pol et Pierre

     (Qui sont ses vicaires en Terre) !

540   Et par la teneur de ma bulle,

     Je casse, anichille, et adnulle,

     Et desclaire cassés et vains,

     Par les sains Pères primerains96,

     Tout ce qui contre moy est fait !

545   Et Dieu, qui a pouair parfait,

     Veulle besongner au sourplus.

              VA-T’EN-QUITTE

     Je m’en dépars97.

              ESCOUTE-S’IL-PLEUT

                 Je n’y pars98 plus.

              LÂCHE-ENMANCHÉ

     S(e) on a mal fait, je m’en raporte.

              LA MÈRE

     On ne me peult rien qu’à main forte,

550   Par le moien de pates ouaintes.

              QUI-NE-LE-PEULT-SOUFFRIR

     On vous a fait des paines maintes ;

     Mès, à Dieu la vengeance en soit,

     Qui congnoist, qui voit et qui sçait :

     Témoings, tous clers et gens notables,

555   Qui en eussent dit leurs notables,

     S’on les eust voulu escouter.

              LA MÈRE

     L’ire de Dieu est à doubter99,

     Sur ce point. Mais pour fin amère,

     Je vous pry que veullez noter

560   Que l’enffant a mengé la Mère.

 

                                  LESNAUDERIE,  scriba Conservatoris100.

*

1 Voir le Théâtre au service de la cause universitaire à la Renaissance de Lyse Roy, Parodies en scène d’Estelle Doudet, et la Parodie en situation de Jelle Koopmans.   2 Nous avons demandé une copie du ms. audit musée, qui nous a fait poireauter pendant un an avant de nous réclamer la somme de 717,70 € alors que notre site, fait par des bénévoles, est accessible gratuitement. Refusant de pareilles méthodes, nous avons décidé de publier ce texte d’après la très correcte édition Bonnin (B). Il est regrettable que des musées subventionnés par le public se prennent pour les propriétaires (voire pour les auteurs) de ce qui appartient à tout le monde, et que leur travail ne consiste pas à montrer les trésors que le public leur confie, mais à les lui cacher.   3 « Quomodo sedet sola civitas plena populo ? » (Comment cette ville gît-elle solitaire, autrefois si pleine de peuple ?) Début des Lamentations du prophète Jérémie, qui servent de fil rouge à toute la pièce.   4 Elle est soumise à la décime. « Facta est sub tributo », dit Jérémie.   5 Prononcer « pè », comme au v. 165.   6 Cf. Jérémie, XXXI, 15.   7 Pourvu qu’ils aient l’entrée en matière : l’argent.   8 Ils laissent dans le garde-manger.   9 N’ont plus cure de moi.   10 À tremper son pain dans le bouillon.   11 Coulpes, péchés. Idem v. 426.   12 Ils ne donnent pas un sou de moi.   13 Dérobe.   14 Cette pièce carnavalesque, aujourd’hui classée parmi les sotties, fut peut-être jouée par des Fols. Elle était donc moins statique qu’il n’y paraît à la lecture.   15 Impuissant, « faible de reins » (vers 359). « Un verd gallant bien ataché/ Et qui ne soyt lâche amanché. » Le Trocheur de maris.   16 S’il vous plaît.   17 CELUI QUI LES NOMS DISTRIBUE NE T’A PAS LE PIRE BALLIÉ contient l’anagramme « Lesnauderie praebuit ipse nomina » (c’est Lesnauderie lui-même qui a distribué les noms), à condition de remplacer un des trois U par un N, comme c’était admis <Y PRESCHE LE SALUT = Charles PyNselet // mA DURÉE est eN DIeU = Jean DureNd>. La signature de l’œuvre mêle aussi « Lesnauderie » à du latin.   18 Ne te mouille pas. Cf. le Povre Jouhan, v. 70.   19 B : tous vous   20 Ribon ribaine = de gré ou de force <v. 421>. Ce rôle caricature l’évêque de Chalon-sur-Saône, André de Poupet, chargé de collecter la décime.   21 Il est vêtu d’une peau de loup.   22 À partir d’ici, B abrège les noms en vedette. Je ne le suivrai pas.   23 Sur celui qui nous pourvoit en vivres.   24 Recours, ruses.   25 Prononciation bilabiale de « voire », induisant un jeu de mots sur « boire ».   26 Morsure. Idem v. 132.   27 Même si je dois. Idem v. 520.   28 B : espourey  (J’en suis épeuré = j’en ai bien peur.)   29 B : Je  (au lieu de Jl.)   30 B : trongne  (Mouse = figure. Trongne est influencé par la rime esponze, qui est une faute d’après le v. 477.)   31 Ce sera le minimum.   32 Oindre la patte = graisser la patte. D’où son nom, « Pattes ointes ».   33 Je viens me tourner vers vous.   34 B répète inutilement les refrains 176-7. Vendra = viendra.   35 Verser une garantie.   36 Ces deux vers omis par B constituent le début d’un rondel simple (triolet) enchaîné au rondel double.   37 Chevir = venir à bout.   38 « Posant un don dans sa main. » B met cette rubrique sous le v. 197.   39 B : pour  (Prou = beaucoup.)   40 La porée grasse est un potage de poireaux au lard.   41 Proclamation. Allusion à l’ordonnance qui liait les mains de l’Université. Le bref et le gage-pleige sont des brevets.   42 De perfides assauts.   43 Dans cette pièce, le verbe « pouvoir » est encore au stade archaïque : vers 228 et 319 (pouvez), 265, 279 et 545 (pouvoir), 324 (peuvent, 1 syllabe), 420 (pût).   44 Sournois.   45 Poursuivie par des aboiements : « Pour n’estre assailly des chiens ny abbayé. » (Guillaume Bouchet.) Morse = mordue.   46 Cri pour exciter les chiens.   47 « Liant les mains de la Mère avec du parchemin » (le bref ou le gage-pleige de 216).   48 Cens (redevance).   49 Des prêtres affirmèrent que le roi Ozias devint lépreux parce qu’il avait tenu l’encensoir à leur place.   50 B : renoe   51 Tous ces chantres de l’amour divin finirent en effet par s’excommunier les uns les autres.   52 Au coucou, qui pond dans le nid des autres oiseaux.   53 Mange. Idem v. 398.   54 Assignation en référé.   55 Je cherche à vous relever.   56 Le pape ? Alexandre VI ne s’opposait pas plus que son prédécesseur Innocent VIII à une taxation du clergé par Charles VIII.   57 B : et   58 Aloigne = retard, délai.   59 Une longe, une bride.   60 Paysans contribuables.   61 La nouvelle affaire qui justifiait un surcroît d’impôts était la défense de la Normandie contre un éventuel débarquement anglais.   62 Frayer = débourser.   63 B omet ce vers.   64 Souillent.   65 Se renforce.   66 Mange.   67 Prononciation spirante de « guise ». Cf. guisarme et gisarme.   68 « Tous ses amis l’ont rejetée/ Et se sont faits ses ennemis. »   69 « Au milieu des difficultés. » (Jérémie.)   70 B : souuert   71 « Habitavit inter gentes, nec invenit requiem. »   72 Cette grosse bouchée.   73 Battue.   74 B : Qui ne le peult   75 Butin.   76 Pût (note 43). Sauvèr rime avec avèr (v. 422).   77 La communion, sous la forme d’une hostie.   78 Tu gageais, tu rétribuais.   79 Décadent (avec un jeu de mots sur « empereur »).   80 Denys l’Ancien, tyran de Syracuse, a fini auteur dramatique.   81 Cuider = tenir pour vrai.   82 Volonté. « Prions pour le Prince susdit,/ Et ensuivons son intendit. » Épitaphe.   83 Revêtue d’un manteau d’église.   84 Tourmentée.   85 En balbutiant comme Girard Bureau (v. notice). Le préambule du ms. dit : « Maistre Pierre Delesnauderie, qui jouait Pates-ouaintes, et estoit abilley comme Buriau, et sy, le contrefaisoit de parolle. » Les deux vers suivants, hypermètres et inintelligibles, ainsi que le v. 174, montrent qu’il parlait très vite en avalant des syllabes. On peut comprendre : « Par la mort de Dieu ! je vous mettrai en prison./ Vous passerez par là ou par la fenêtre. » Bureau était présent lors de ce charivari.   86 B : Cest  (C’est votre bon plaisir, et pour cela, il faut que cela se fasse.)   87 B : que en  (Quand Moïse, levant une armée secrètement, fit ainsi [impétra la grâce divine]…)   88 Ô Dieu !   89 Puînés, nés après les autres.   90 Greffier.   91 Gouvernent.   92 Flétrissent de reproches.   93 Aherdre = saisir.   94 Que cela me sera profitable.   95 Bitter = toucher. « Ne bitter ni toucher aux dicts héritages. » Godefroy.   96 Premiers, souverains.   97 Je me retire.   98 Participe.   99 Redouter.   100 Secrétaire du Conservateur en chef de l’Université de Caen, Richard Le Héricy.

LE TESTAMENT PATHELIN

L’Avocat et la Mort

L’Avocat et la Mort

*

LE  TESTAMENT  PATHELIN

*

Cette farce normande fut écrite en 1470-75 selon André Tissier, en 1480-90 selon Jean-Claude Aubailly, au début du XVIe siècle selon August Wiedenhofen, et quelque peu avant selon Halina Lewicka. Elle s’appuie sur la Farce de Pathelin (∼1457), attribuée à Triboulet par Bruno Roy1 et Thierry Martin2, et sur le Testament de Villon, qui est devenu populaire avec l’édition de 1489 : je pense que cet imprimé fut le déclic qui motiva l’écriture du Testament Pathelin, outre l’encouragement que constituait la création récente du Nouveau Pathelin (∼1485).

Source : Édition Herouf <Arsenal, 8° BL-14489 Rés.>.

Structure : Rimes plates, aabaab/bbcbbc, abab/cdcd, avec 3 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface. (Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.)   Éd. = édition Herouf combinée aux autres éditions gothiques. Pour un relevé exhaustif des variantes, voir l’édition critique d’André Tissier3.


*

Le Testament Pathelin

*

À quatre personnaiges, c’est assavoir :

     [MAISTRE PIERRE] PATHELIN

     GUILLEMETTE

     L’APOTICAIRE [Maistre Aliborum]

     MESSIRE JEHAN [L’ANGELÉ], LE CURÉ

*

                 MAISTRE PIERRE commence    SCÈNE I

     Qui riens n’a plus que sa cornette,

     Guères ne vault le remenant4.

     Sang bieu ! voicy bonne sornette,

     [Qui riens n’a plus que sa cornette.]

5     Où estes-vous ? Hau, Guillemette !

     Dieux ! s’il vous plaist, venez avant.

     Qui riens n’a plus que sa cornette,

     Guères ne vault le remenant.

                  GUILLEMETTE           SCÈNE II

     Que vous fault-il ?

                  PATHELIN

                 Tout maintenant,

10    Le sac à mes causes perdues.

     Vistement, sans plus de tenues,

     Despeschez-vous : car je n’attens

     Qu’à faire tauxer les despens,

     Ainsi comme raison est deue.

15    Dea ! Pourtant, se j’ay la barlue5 ;

     Désormais je suis ung vieillart

     Nommé Pathelin Patrouillart6,

     Qui très haultement vous salue.

     Las ! qu’est la saison devenue

20    Puis dix ans ? En ma conscience,

     Je pers maintenant patience ;

     Car je souloye gaigner francz

     Là où ne gaigne petis blancz.

     Praticque7 si ne vault pas maille.

25    Hau, Guillemette !

                  GUILLEMETTE

                  Comme(nt) il bâille !

     Que demandez-vous, maistre Pierre ?

                  PATHELIN

     Ne m(e) estes-vous pas allé querre

     Le sac où sont mes escriptures ?

                  GUILLEMETTE

     Et ouy !

                  PATHELIN

             À toutes adventures,

30    Apportez, avec, mes lunettes ;

     Et gardez qu’elles soient nettes.

     Sus ! hastez-vous de revenir,

     Car aujourd’huy me fault tenir

     Le siége en nostre auditoire.

                  GUILLEMETTE

35    Et dictes-vous ?

                  PATHELIN

                Il est notoire

     Et certain, par mon sacrement !

     Je vous pry, faictes pres(en)tement.

     Tout est dedans mon escriptoire

     Sur le comptoir.

                  GUILLEMETTE

                Dieu, quel mémoire !

40    Arsoir8 le mistes sur le banc,

     Vostre sac. Bref, à parler franc,

     Vous vous troublez d’avocasser

     Et ne povez rien amasser

     Pour procèz [qu’à mener avez]9.

                  PATHELIN

45    M’AMYE, ET ! PUIS QUE VOUS SÇAVEZ

     Où tout est, apportez-les-moy ;

     Et je vous donray, par ma foy,

     Je ne sçay quoy que je vous garde.

                  GUILLEMETTE

     Les m’avez-vous bailléz en garde ?

50    Par Dieu, voicy bonne farce[rie] !

                  PATHELIN

     Ma femme, ma très doulce amye,

     Yrez-vous point quérir mon sac

     À mes causes ?

                  GUILLEMETTE

                (Il est passe au bac10,

     Maistre Pierre, par Nostre-Dame !)

                  PATHELIN

55    Hélas ! despeschez-vous, ma femme.

     Il est jà tard, l’heure s’aproche.

     Fauldray-je, ennuyt11 ? Las ! quel reproche

     J’auray des aultres assistens !

     [Or çà,]12 mon sac ! Je vous attens ;

60    Ou dictes se je ne l’auray point.

                  GUILLEMETTE

     Je ne sçay quel mouche vous point.

     Par celuy Dieu qui me fist naistre13 !

     Je cuide que, se estiez prebstre,

     Vous ne chanteriez que de sacz

65    Et de lettres !

                  PATHELIN

               Que de fratras !

     En vous, y a peu de sçavoir.

     Somme toute, je vueil avoir

     Mon sac : il fault que je m’en voyse.

     (C’est la façon de ma bourgoyse

70    De riens faire s’i ne luy plaist.)

                  GUILLEMETTE

     Or [laissez, de par Dieu, ce plait !]14 :

     Vélà toute vostre besongne.

                  PATHELIN

     Par Nostre-Dame de Boulongne !

     Vous valez moins que ne cuidoye.

75    Mais sçavez-vous que je pensoye ?

     Devant qu(e) aller en l’auditoire,

     Je ne sçay que faire ; de boire

     Ung horion15, c’est le plus seur.

                  GUILLEMETTE

     Pourquoy ? n’estes-vous pas asseur ?

80    Vous doubtez-vous d’aulcune chose16,

     Maistre Pierre ?

                  PATHELIN

                Je présuppose

     Que le temps ne soit dangereux ;

     Et d’aultre part, je suis jà vieulx.

     Cela faict à considérer.

                  GUILLEMETTE

85    Sus sus ! il vous fault délibérer :

     Ne pensez qu’à faire grant chère.

                  PATHELIN

     Aussi fais-je, m’amye chère.

     Gardez tout jusques au retour.

                  GUILLEMETTE

     Ne faictes guères de séjour ;

90    Revenez disner à l’hostel.

                  PATHELIN

     Si feray-je, tenez-lay tel.

     Seurement, je n’y fauldray pas.

     Aux plaitz, je m’en voys tout le pas,              SCÈNE III

     Mon baston noilleux en ma main.

95    Jour17 est assigné à demain

     Contre ung homme de la voyrie.

     L’entendement si me varie ;

     Ce n’est pas ce que je demande.

     Colin Tévot18 est en l’amende,

100   Et aussi Thibault Boutegourt,

     S’ilz ne comparent19 vers la Court

     En la somme de cent tournoys.

     « Appellez la femme au Dannoys

     Contre sa voysine Mahault ;

105   Ou mises seront en deffault,

     S’ilz ne viennent appertement.

     Messeigneurs20, oyez l’appointement

     Ennuict donné à nostre Court ;

     Fut présent Mathelin le Sourt,

110   Attourné21 de Gaultier Fait-nyent22… »

     Qu’est cecy, dea ! Nully ne vient ?

     Seray-je cy long temps sans feu ?

     Sainct Jehan ! je n’entens point ce jeu.

     Car je me sens ung petit fade23,

115   Et crains que ne soye malade.

     Je me tiens fort foyble et cassé.

     À mon hostel, par sainct Macé,

     Je m’en revoys tout bellement.

     Hau, Guillemette ! Appertement               SCÈNE IV

120   Venez à moy, ou je me meurs !

                  GUILLEMETTE

     Et ! dont vous viennent ces douleurs

     Que vous souffrez, mon doulx amy ?

                  PATHELIN

     Je suis demouré et failly,

     Et cuide que la Mort m’assault.

125   Venez à moy, le cueur me fault.

     Je voulsisse ung peu reposer

     Sus mon lict.

                  GUILLEMETTE

              Je ne puis gloser

     Dont vous procède tel méchef.

                  PATHELIN

     Aussi ne fais-je. Ung couvrechief,

130   M’amye, pour mettre en ma teste !

     Voirement, il [n’]est ennuict feste

     Pour moy. Doy-je point desj(e)uner ?

     Ung peu de brouet à humer !

     Je suis transy, se Dieu ne m’ayde.

                  GUILLEMETTE

135   Pour vous donner quelque remède,

     F(e)ray-je venir l’apoticaire ?

                  PATHELIN

     Baillez-moy dont premier à boire ;

     Et mettez cuire une poire

     Pour sçavoir s’il m’amendera.

                  GUILLEMETTE

140   Ayez en Dieu bonne mémoire ;

     Et ainsi, comme je puis croire,

     Vostre douleur allégera.

                  PATHELIN

     Las ! Guillemette, qui sçaura

     Trouver, ou que ce soit çà ou là,

145   Que j’aye une foys de bon vin ?

     Ou mourir il me conviendra

     (De faulte point il n’y aura),

     Car je me sens près de la fin.

                  GUILLEMETTE

     Ha ! maistre Pierre Pathelin,

150   Le droit joueur de jobelin24,

     Ayez en [Dïeu confience]25.

     Point ne vous fault de médecin :

     Si près estes de vostre fin,

     Pensez de vostre conscience.

                  PATHELIN

155   Las ! Guillemette, ma science

     (Qui procède de sapience)

     Est, se je meurs, pour moy perdue.

                  GUILLEMETTE

     Il est vray, par ma conscience !

     Il fault prendre en gré, quant j(e) y pense :

160   Ceste reigle est à tous deue.

                  PATHELIN

     Ung peu la main ! Le front me sue ;

     De fine frayeur je tressue,

     Tant je doubte26 à passer le pas.

     Je n’yray plus à la cohue,

165   Où chascun jour on brait et hue,

     Se j’aloye de vie à trespas.

     Tout beau ! Ma chère amye, hélas,

     Choyez-moy. Certes, je décline.

                  GUILLEMETTE

     G’y suis, mon amy.

                  PATHELIN

                  Guillemine27,

170   Se je mouroye tout maintenant,

     Je mourroye de la mort Rolant28 :

     À peine je puis papyer29.

     Je vous prye, que j(e) aye à pyer30

     Ung coup de quelque bon vin vieulx.

175   Et vous dépêchez, car j’en veulx.

     Le nouveau si m’est fort contraire.

                  GUILLEMETTE

     Ha ! maistre Pierre, il vous fault taire ;

     Vous vous rompez tout le cerveau.

                  PATHELIN

     N’apportez point de vin nouveau,

180   Car il faict avoir la va-tost31.

     Et si, vous prye…

                  GUILLEMETTE

                De quoy ?

                  PATHELIN

                         Que tost

     Vous allez [me] querre le prebstre.

     Et puis après, allez chiez maistre

     Aliborum32, l’apoticaire :

185   Qu’il vienne à moy, car j’ay affaire

     De luy très nécessairement.

     Et vous hastez ; car aultrement,

     Je mourray, se l’on n’y prent garde.

                  GUILLEMETTE

     Las ! maistre Pierre, fort me tarde

190   Que jà ne sont icy tous deux.

     Souvienne-vous du Roy des Cieulx,

     Qui pour nous, en croix, mort souffrit.

                  PATHELIN

     On vous entent bien, il souffit ;

     J’en auray bien tousjours mémoire.

195   Mais pourtant, laissez-moy à boire,

     Avant qu(e) aller à ce curé.

     Je ne vueil cidre ne péré33 :

     Bien au vin je me passeray.

                  GUILLEMETTE

     Tousjours du mieulx que je sçauray

200   Feray pour vous, jusqu(e) au mourir.

     Je voys nostre curé quérir :

     C’est messire Jehan l’Angelé.

                  PATHELIN

     Sang bieu ! on m’a mon vin meslé,

     Ou il fault dire qu’il s’esvente.

205   Je ne sçay quel vingt34 ou quel trente…

     Je n’en puis plus, à bref parler.

                  GUILLEMETTE           SCÈNE V

     Je ne sçay où pourray aller

     Pour plus tost ung voyage faire.

     Je m’en voys chez l’apoticaire,

210   Et puis g’iray chez messir(e)35 Jehan.

     Bon soir, sire !

                  L’APOTICAIRE

                Et vous, bon an,

     Vray(e)ment, m’amye, et bonne estraine !

     Qu’i a-il ?

                  GUILLEMETTE

             Quoy ? Soucy et peine,

     Se vous n’y mettez bref remède.

                  L’APOTICAIRE

215   Touchant quoy ?

                  GUILLEMETTE

                  Ha ! tant je suis vaine36 !

                  L’APOTICAIRE

     Qu’i a-il ?

                  GUILLEMETTE

              Quoy ? Soucy et peine.

                  L’APOTICAIRE

     Vous plaignez-vous de teste saine37 ?

     Dictes vostre cas, qu’on vous ayde.

     Qu’i a-il ?

                  GUILLEMETTE

             Quoy ? Soucy et peine,

220   Se vous n’y mettez bref remède.

     Sans plus que sermonne ne playde,

     Mon mary si tend à la fin.

                  L’APOTICAIRE

     Quel mary ?

                  GUILLEMETTE

               Le bon Pathelin,

     Mon amy. On n’y attend vie.

225   Je vous pry qu’on y remédye

     Sans espargner or ne argent.

                  L’APOTICAIRE

     Pas n’ay paour de vostre payement.

     Je feray pour vous le possible.

                  GUILLEMETTE

     Il est en fièbvre si terrible !

230   Venez-lay bien tost visiter.

                  ALIBORUM, APOTICAIRE

     Je m’y en voys sans arrester,

     Tenez-vous-en toute asseurée.

                  GUILLEMETTE          SCÈNE VI

     J’ay bien faict longue demourée ;

     Penser me fault de retourner.

235   Je ne sçay où pourray finer38

     De nostre curé, à ceste heure.

     Aller me fault où il demeure…

     Je le voy : qu’il fait layde chère39 !

     À sa main tient son brévière.

240   Bon jour, monsieur ! Deux motz à vous !

                  MESSIRE JEHAN

     Guillemette, tout doulx, tout doulx !

     Comment vous estes effroyée !

                  GUILLEMETTE

     Ha ! je suis la plus dévoyée40 :

     On n’attent vie à mon mary.

                  MESSIRE JEHAN

245   Est-il si fort malade ?

                  GUILLEMETTE

                   Ouy,

     Certes ; ce devez-vous sçavoir.

                  MESSIRE JEHAN

     Je le vueil doncques aller veoir.

                  GUILLEMETTE

     Maintenant.

                  MESSIRE JEHAN

               J(e) y courray grant erre.

    L’APOTICAIRE arrive chez Pathelin et luy dit :    SCÈNE VII

     Que faictes-vous ? Hau, maistre Pierre !

250   Comment se porte la santé41 ?

                  PATHELIN

     Je ne sçay. Par ma loyaulté42,

     Je me vouloye laisser mourir.

                  L’APOTICAIRE

     Et ! je viens pour vous secourir.

     Où vous tient vostre maladie ?

                  PATHELIN

255   A ! devant que je le vous dye,

     Donnez-m(oy) à boire ung horïon,

     Oyez-vous, maistre Aliborum,

     Avant que ma femme reviengne.

                  L’APOTICAIRE

     Jésus en bon propos vous tienne,

260   Mon amy ! Vous estes fort au bas.

                  PATHELIN

     Où est Guillemette !

                  ALIBORUM,  APOTICAIRE

                  Elle n’y est pas ;

     Elle est allée ung peu en la ville.

                  PATHELIN

     Or, selon vostre usaige et stille,

     Comme sommes-nous de la lune43 ?

                  L’APOTICAIRE

265   Au tiers quartier.

                  PATHELIN

                 J’en ay pour une44.

     Ne viendra mèshuy Guillemette ?

     En malle estraine Dieu la mette !

     Se je le vueil, qu’elle demeure !

                  GUILLEMETTE         SCÈNE VIII

     Je reviens.

                  L’APOTICAIRE

             À la très bonne heure !

                  GUILLEMETTE

270   Maistre Pierre, voicy venir

     Messir(e) Jehan qui, sans plus tenir…

     Est tout prest de vous ordonner.

                  PATHELIN

     Il nous fault doncques chopiner,

     Par accord, de tout le meilleur.

                  MESSIRE JEHAN

275   Comme le fait le bon seigneur ?

     Va-il ne avant ne arrière ?

                  PATHELIN

     Guillemette, à l’huys de derrière,

     Quelq’un m’apporte de l’argent.

                  MESSIRE JEHAN

     Dieu bénye, Dieu gard, bonne gent !45

280   Comme se porte ce malade ?

                  PATHELIN

     Allez-moy quérir ma sallade,

     M’amye, pour armer ma teste !

                  GUILLEMETTE

     Et ! par Dieu, vous estes bien beste :

     C’est messir(e) Jehan qui vous vient veoir.

                  PATHELIN

285   Bien, de par Dieu. Faictes-le seoir,

     Et puis on parlera à luy.

                  MESSIRE JEHAN

     Maistre Pierre, je suis celuy

     Qui vous vouldroit [service faire]46

     Et tout plaisir.

                  L’APOTICAIRE

               [S’en vostre affaire]47

290   Ne pensez, vous vous en allez.

     Dictes-moy se point vous voulez

     User de quelque médecine.

                  PATHELIN

     Je ne veulx faisant, paon ne cigne48 :

     J’ay l’appétit à ung poussin.

                  L’APOTICAIRE

295   User vous fault de succre fin49

     Pour faire en aller tout ce flume50.

                  PATHELIN

     Guillemette, que l’en me plume

     Ces deux oyseaulx que vous sçavez.

                  GUILLEMETTE

     Je cuyde, moy, que vous resvez.

300   Penser fault de vous mettre à point.

                  L’APOTICAIRE

     Brief, il ne luy amende point,

     Mais va tousjours de mal en pis.

                  PATHELIN

     Une escuellée de bon coulis,

     Seroit-ce point bonne vïande

305   Pour moy ?

                  L’APOTICAIRE

              Ung pou de lait d’amande

     Vous seroit meilleur à humer.

                  PATHELIN

     Si est-il bon à présumer

     Qu’à peine je pourroye ce prendre.

                  GUILLEMETTE

     Au surplus, il vous fault entendre

310   À vous confesser vistement

     Et faire ung mot de testament :

     Ainsi que doibt faire tout crestien.

                  PATHELIN

     Or çà ! vray(e)ment, je le vueil bien.

     Faictes nostre curé venir.

                  MESSIRE JEHAN

315   Çà, maistre Pierre : souvenir

     Vous convient de vos maulx51 passéz.

                  PATHELIN

     Je les ay [de] piéçà laisséz

     À tous ceulx qui n’en avoyent point.

                  MESSIRE JEHAN

     Las ! mon amy, Jésus vous doint

320   Avoir de luy bonne mémoire,

     Affin qu’avoir puissez la gloire52

     En laquelle tous ont fiance.

     Ayez, en après, souvenance

     De tous les maulx que feistes oncques.

325   Dictes après moy.

                  PATHELIN

                 Or sus doncques !

     Je vous suyvray, en vérité.

                  MESSIRE JEHAN

     Or dictes : « Bénédicité. »

                  PATHELIN

     Bénédicité, monsïeur53.

                  MESSIRE JEHAN

     Et ! voicy une grant hydeur !

330   Sav’ous respondre « Dominus » ?

                  PATHELIN

     Par ma foy, je n’en congnois nulz,

     Affin que le vray vous en dies.

                  MESSIRE JEHAN

     Confesser vous fault des ouÿes,

     Des yeulx, du nez et de la bouche.

                  PATHELIN

335   Jamais à telz gens [je] n’atouche,

     Car puis qu’ilz ont bouche, ilz ont dentz ;

     Si je boutoye mon doy dedans,

     Ilz me pourroyent jusqu’au sang mordre.

                  MESSIRE JEHAN

     (En cest homme-cy n’a point d’ordre ;

340   Il a tout le cerveau troublé.)

     Dea ! Dictes : « Je n’ay riens emblé. »

                  PATHELIN54

     Tout mon argent est[-il] en Seine ?!

                  MESSIRE JEHAN

     (Dieu, par Sa grâce, le ramaine

     Et le radresse en son [bon] sens !)

                  PATHELIN

345   Messir(e) Jehan, qu’esse que je sens :

     Pain fleury, ou [bien] tourte en pesle55 ?

     Qu’on me baille trois coups de pelle

     À ce chat56 que voy cy grimper !

     Il fault ung peu le moust happer,

350   Curé, car je ne beuz piéçà.

                  MESSIRE JEHAN

     (Je ne vis, puis dix ans en çà,

     Homme si plain de fantasie !)

     Or çà, vous confessez-vous mye

     De ceulx que vous avez trompéz ?

                  PATHELIN

355   Si ne s’i fussent pas boutéz,

     Je ne les alloye mye querre !

                  MESSIRE JEHAN

     Il vous convient pardon requerre

     De très bon cueur à Dieu le Père.

                  PATHELIN

     Vrayement, si fais-je : à son père57,

360   Et à ses sainctes et ses sainctz.

     Ces femmes qui ont si grans sains,

     Trop ne m’en puis esmerveiller :

     On n’a que faire d’oreiller,

     Quant on est couché avec elles.

                  MESSIRE JEHAN

365   (Il parle de Sains, de mamelles

     L’ung parmy l’autre : c’est pitié.

     Il a le cerveau tout vuydé,

     Je me doubte fort et [le] crains.)

     Confesser vous fault de voz mains

370   Et de vos cinq cens de nature.

                  PATHELIN

     Mises les ay à la ceincture

     Souvent, en faisant le gros-bis58,

     En disant aux gens « Et vobis ?59 »

     Quant on me disoit : « Bona diès ! »

                  MESSIRE JEHAN

375   Laissons trèstout cela en paix.

     Et venons à parler des piedz,

     Qui ès faulx60 lieux vous ont portéz ;

     Car nul n’en fault laisser derrière.

                  PATHELIN

     Et, comment ! Esse la manière ?

380   Se fault-il de tout confesser ?

                  MESSIRE JEHAN

     Ouy, certainement ; et penser

     Aux douze articles de la Foy.

                  PATHELIN

     Quant à ceux-là, je les congnoy(s) :

     Je les nommeroye bien par ordre.

385   Bref, ilz n’ont garde de me mordre.61

     Ay ! que je suis en challeur grande !

                  MESSIRE JEHAN

     En après, je vous fais demande :

     Avez-vous eu rien de l’autruy62

     Qu’il vous souviengne ?

                  PATHELIN

                    Hélas, ouy.

390   Mais de le dire n’est mestier.63

                  MESSIRE JEHAN

     Si est, vray(e)ment.

                  PATHELIN

                 C’est du drapier,

     Duquel j’eus cinq… dis-je six aulnes

     De drap, que en beaulx escus jaulnes

     Luy promis et devoye payer

395   Incontinent, sans délayer.

     Ainsi, fut-il de moy content.

     Mais je le trompay faulcement,

     Car oncques il n’en receupt croix

     Ne ne fera jà(mais).

                 MESSIRE JEHAN

                  Touteffoys,

400   Ce n’est pas bonne conscience.

                  PATHELIN

     Il fault qu’il preigne en patience,

     Car il n’en aura aultre chose.

                  MESSIRE JEHAN

     Et du berger ?

                  PATHELIN

                Parler n’en ose.

                  MESSIRE JEHAN

     Pourquoy cela ?

                  PATHELIN

                 Pour mon honneur.

                  MESSIRE JEHAN

405   Et, hardyment !

                  PATHELIN

                 Mon déshonneur,

     Si, y perroit64 à tousjours-mais.

                  MESSIRE JEHAN

     Et comme quoy ?

                  PATHELIN

                  Pource qu(e) en « bês »65

     Il me paya subtilement.

                  MESSIRE JEHAN

     Par qui fusse ?

                  PATHELIN

                Par qui, vrayment66 ?

410   Par moy, qui l’avoye introduyt.67

                  MESSIRE JEHAN

     Je vous entens bien, il suffit :

     Trompeurs sont voulentiers trompéz,68

     Soit tost ou tard, ou loing ou près.

     Outre ! ne laissez riens derrière.

                  PATHELIN

415   Et, comment ! Esse la manière ?

     Se fault-il du tout confesser ?69

                  MESSIRE JEHAN

     Ouÿ, certes, sans riens laisser

     (Dont conscience vous recorde70)

     Des œuvres de miséricorde.

420   Avez-vous les nudz revestus ?

                  PATHELIN

     Faulte de monnoye et d’escus

     M’en ont gardé, et m’en confesse.

                  MESSIRE JEHAN

     Ainsi vo(stre) confessïon cesse,

     Et vous fault absolution.

425   Av’ous de tout faict mention ?

     Requérez-vous à Dieu mercy ?

                  PATHELIN

     Hélas, monseigneur ! et aussi

     À toute sa benoiste court.

                  MESSIRE JEHAN

     C’est bien dit, pour le faire court.

430   Guillemette, et vous, mon amy,

     Vous voyez ce povre homme-cy

     En grant langueur et maladie,

     Près quasi de finir sa vie ;

     Il fault faire son testament

435   Cy-devant nous présentement,

     Sans fraulder ses hoirs71 et sa femme.

     Et, premier, commande son âme

     (Comme bon catholique) à Dieu

     Pour avoir [en Paradis lieu].

440   Ainsi soit-il ! Dictes « amen ».

                   PATHELIN

     C’est très bien dit, messire Jehan.

     Mais devant que rien en commence,

     J’arrouseray ma conscience :

     Guillemette, donnez-m(oy) à boyre !

445   Et puis après, ayez mémoyre

     D’en présenter à mon voysin.

     Et s’il n’y a assez de vin,

     Je vous prie qu’on en voyse traire.

     Messire Jehan, vostre escriptoire

450   Et du papier ! Si, escripvez.

                 GUILLEMETTE

     Regardez à qui vous lairrez72 :

     Je demourray povre et seullette.

                Icy commence Pathelin à faire son testament

                  en la manière qui s’ensuyt.

                 PATHELIN

     Tout premier à vous, Guillemette,

     Qui sçavez où sont mes escus,

455   Dedans la petite layette73 :

     Vous les aurez, s’ilz y sont plus74.

     Après, [à] tous vrays gaudisseurs,

     Bas percéz, gallans sans soucy75 :

     Je leur laisse les rôtisseurs,

460   Les bonnes tavernes aussi.

     [Et aussi, aux quatre convens,]76

     Cordelliers, Carmes, [Jacopins,

     Augustins]77 : soient hors ou soient ens,

     Je leur laisse tous bons lopins.

465   Item, je donne aux Filles Dieu,

     À Sainct-Amant et aux Béguines,

     Et à toutes nonnains, le jeu

     Qui se faict à force d’eschines…78

     Item, je laisse à tous sergens

470   (Qui ne cessent jour et sepmaine

     De prendre et de tromper [les] gens),

     Chascun une fièvre quartaine.

     À tous chopineurs et yvrongnes,

     Noter [je] vueil que je leur laisse

475   Toutes gouttes crampes79 (et rongnes)

     Au poing, au costé, et à la fesse.

     Et à l’hostel-Dieu de Rouen,

     Laisse et donne de franc vouloir

     Ma robbe grise que j’euz ouen80,

480   Et mon meschant chapperon noir.

     Après, à vous mon conseiller,

     Messir(e) Jehan, sans truffe81 ou sornette,

     Je vous laisse pour faire oreiller

     Les deux fesses de Guillemette,

485   Ma femme : cela est honneste.

     Et à vous, maistre Aliborum,

     D’oingnement [fin] plain une boiste,

     Voyre du pur diaculum82

     Pour exposer supra culum83

490   De ces fillettes. Sans plus dire,

     Chascun entend ceste rayson ;

     Il n’est jà besoing de l’escripre.

     C’est tout, messir(e) Jehan.

                  MESSIRE JEHAN

                      Or bien, sire.

                  PATHELIN

     Guillemette ?

                  GUILLEMETTE

                Quoy, maistre Pierre ?

                  PATHELIN

495   Mon couvrechief ne tient point serre :

     Il est trop lâche par-derrière.

                  GUILLEMETTE

     Il est bien.

                  PATHELIN

             Hée ! m’amye chère,

     Je n’en puis plus, à bref parler.

     Par ma foy, je m’en vueil aller.

500   Acomplissez mon testament.

                  GUILLEMETTE

     Las ! si feray-je, vrayement.

     Où voulez-vous estre enterré ?

                  PATHELIN

     N’a-il plus rien au pot carré

     À boire, avant que trespasser ?

                  GUILLEMETTE

505   Deussiez-vous en ce point farcer,

     Qui estes si près de la mort ?

                  PATHELIN

     De la mort ?

                  GUILLEMETTE

              Voyre.

                  PATHELIN

                    J’ay donc(ques) tort.

                  MESSIRE JEHAN

     Au nom de sainct Pierre l’apostre,

     Dictes où vous voulez que vostre

510   Corps soit bouté en sépulture.

                  PATHELIN

     En une cave, à l’advanture,

     Dessoubz ung muy de vin de Beaulne.

     Puis faictes faire en lettre jaulne84,

     Dessus moy, en beau parchemin :

515   « Cy repose et gist Pathelin,

     En son temps advocat soubz l’orme85,

     Conseillier de monseigneur de Corne86

     Et [ma] damoyselle sa femme.

     Priez Dïeu qu’il ayt son âme. »

520   Vous sçavez bien tout cela faire.

                  MESSIRE JEHAN

     Disposer fault du luminaire :

     En voulez-vous bien largement ?

                  PATHELIN

     Pour quatre liars seullement,

     Prins sur le meilleur de mes biens.

525   Aussi, n’oubliez [sur tout] riens87

     À faire mes armes pourtraire ;

     Oyez que vous y ferez faire :

     Pource qu(e) ayme la fleur du vin,

     Troys belles grappes de raisin

530   En ung champ d’or semé d’azur88.

     Je vous prie que j’en soye seur.

     Aultre chose ne vous requiers plus.

                  GUILLEMETTE

     Ne pensez point à telz abus,

     Mon amy : pensez à vostre âme.

             MAISTRE PIERRE PATHELIN meurt à ceste heure.

535   Hélas, Guillemette, ma femme :

     Il est, à ce coup, fait de moy.

     Adieu ! Jamais mot ne diray.

     La Mort va faire son effort…

                  GUILLEMETTE

     Ha ! Nostre-Dame de Montfort !

540   Le bon maistre Pierre est basy.

                  MESSIRE JEHAN

     Le remède est prier pour luy,

     Et requiescant89 in pace !

     Oublier fault le temps passé.

     Riens n’y vault le desconforter.

545   Despeschez-vous de le porter

     De ce lieu vistement en terre.

     Aliborum, qu’on le me serre

     Derrière et devant, ferme au corps !

                  L’APOTICAIRE

     Jésus90 luy soit miséricors,

550   Et à tous ceulx qui sont en vie !

                  GUILLEMETTE

     Amen ! Et la vierge Marie !

                  MESSIRE JEHAN

     Or, pensons de le mettre en corps91.

     Jésus luy soit miséricors !

                  GUILLEMETTE

     Hélas ! quant de luy me recors,

555   Je suis amèrement marrie.

                  MESSIRE JEHAN

     [Jésus] luy soit miséricors !

                  GUILLEMETTE

     Amen ! Et la vierge Marie !

                  MESSIRE JEHAN

     Jésus luy soit miséricors,

     Et à tous ceulx qui sont en vie !

     Adieu toute la compaignie !

       CY  FINE  LE  TESTAMENT  DE  PATHELIN

*

1 Pathelin : l’hypothèse Triboulet. Paradigme, Orléans, 2009.   2 Triboulet : La Farce de Pathelin et autres pièces homosexuelles. GayKitschCamp, 2011.   3 Recueil de farces, VIII, pp. 151-208. Droz, 1994.   4 Le reste.   5 Berlue, trouble de la vision.   6 Qui patauge dans la boue.   7 La profession d’avocat.   8 Hier au soir.   9 Éd. : que demener sachez   10 Il est déjà loin. Mais aussi : il devient impuissant. « Je suis proscrit et jà passé au bac :/ Car quant je veulx, à bauldryer ou à cric,/ Tendre l’engin, j’ay mal en l’esthomac. » Jehan Molinet.   11 « Ferai-je défaut à l’audience d’aujourd’hui ? » Tissier, p.157.   12 Éd. : Sa   13 Même vers dans le Prince et les deux Sotz, et dans la Farce de Pathelin (deux fois).   14 Éd. : tenez de par dieu ce soit  (Plaid = discours, querelle. « Laissons ce plait et ce langage ! » Collerye.)   15 Un coup. Idem v. 256.   16 Redoutez-vous quelque chose ?   17 Assignation à comparaître.   18 Cf. Colin, filz de Thévot.   19 Comparaissent.   20 Mes sieurs (2 syllabes).   21 Assisté.   22 Fainéant, qui ne fait rien.   23 Un peu faible.   24 Boniments, jargon.   25 Éd. : dieu confidence  (Pour « Di-eu » dissyllabique, qu’on retrouve au v. 519, voir Quale Pathelin de Giuseppe Di Stefano <Le Moyen français, nº VII, p.151>.)   26 Redoute. Idem v. 368.   27 Éd. : Guillemette  (dont Guillemine est une forme hypocoristique : « Dy, hau, Jaquet, ou Guillemine ! » Sottie des Sotz nouveaulx farcéz.)   28 Roland mourut de soif à Roncevaux. « C’est doncques de la mort Rollant/ Que je mourroye, car je bevroye/ Moult voulentiers ! » Celuy qui se confesse à sa voisine, F 2.   29 Balbutier.   30 Boire.   31 La diarrhée.   32 Personnage de faux savant (son nom désignera les ânes) qu’on croise dans beaucoup de textes comiques. On prononçait « Aliboron ».   33 Poiré, sorte de cidre que les Normands font avec des poires.   34 Confusion entre vin et vingt. Voir la confusion entre saints et seins à 360.   35 On appelait fréquemment les prêtres « messer », comme au Vatican. « Commandez, Messer Jehan : si feray-je ou y périray. » (Baculard d’Arnaud.) Idem vers 271, 284, 345, 482 et 493.   36 Sans force.   37 Pour rien. « Pas ne me plains de teste saine. » Gringore, Sottie de l’Astrologue.   38 Me pourvoir.   39 Mauvaise figure.   40 Égarée.   41 Même vers dans la Farce de Pathelin, et dans la Femme à qui son voisin baille ung clistaire (F 28), où apparaissent d’autres analogies avec notre farce.   42 Vraiment.   43 La lune influait sur la santé : « Un homme lunatique (…) auquel la lune commande. » Cholières.   44 J’ai une corne. Les cornes du croissant de lune symbolisaient le cocuage : « CONFRÈRE DE LA LUNE : cocu, cornard, homme qui porte des cornes, qui est logé au croissant. » Dictionaire comique, satyrique.   45 Passage interpolé. Les répliques 275-6 et 279-80 font double emploi. À 271, Pathelin comprend « Voici venir mes sergents » (cf. note 35) ; ce à quoi il répond <v. 281> : « Allez me chercher mon casque pour protéger ma tête ! » Il évoquera de nouveau la brutalité proverbiale des sergents à 469-72.   46 Éd. : faire service  (Réminiscence du Povre Jouhan : « Et croyez que je suis celuy/ Qui plus vous feroit de service. »)   47 Éd. : Maistre pierre sen vostre faict   48 Cf. le Monde qu’on faict paistre, note 57.   49 Raffiné, blanc, par opposition au sucre brun qui avait moins de valeur, de même que le pain complet avait moins de valeur que le pain blanc du v. 346.   50 Flegme, pituite.   51 Mauvaises actions.   52 La gloire éternelle, le Paradis.   53 Il ignore la formule initiale de la confession, comme le brigand de la Confession du Brigant au Curé. Beaucoup de pièces normandes révèlent que les hommes n’allaient jamais à l’église, et que les femmes y allaient pour rencontrer leur amant, qui était souvent le curé <vv. 481-5>. La Normandie gardera longtemps une réputation d’athéisme : « [Dieu] fait vivre cent ans le Normand Fontenelle,/ Et trousse à trente-neuf mon dévot de Pascal. » (Voltaire.)   54 Les éditions mettent cette rubrique au-dessus du v. 341, lequel ne peut être dit que par le curé, sur le modèle de 327. Pathelin croit alors que tout l’argent qu’il a volé est perdu. La Seine arrose Rouen. Embler = dérober.   55 À la poêle. Détournement irrévérencieux de « l’odeur de sainteté » qu’exhalent les martyrs en mourant : les saints embaument la rose, Pathelin pue le graillon.   56 Les superstitieux voyaient dans le chat un animal satanique.   57 Au père de Dieu : encore un blasphème.   58 L’important.   59 Réplique obscène : vos bis = vos vulves.   60 Mauvais.   61 Rappel du v. 338.   62 Vers analogue dans la Confession du Brigant au Curé. Guy Marchant : « J’ay eu de l’aultruy, quant je y pence. »   63 Ce n’est pas nécessaire.   64 Éd. : perdroit  (Paroir = paraître.)   65 Éd. : bee  (La Farce de Pathelin donne effectivement « bee », mais notre rime réclame un pluriel. « Une brebis/ Qui criait, ma mère, “bees !”. » Friquassée crotestyllonnée.)   66 Éd. : se fut   67 Qui l’avais initié à cette ruse.   68 Même vers dans Mahuet Badin (BM 28). Voir aussi les Sotz triumphans qui trompent Chacun.   69 Le passage 381-416, avec son fastidieux résumé de la Farce de Pathelin, fut ajouté après coup. Pour retomber sur ses pieds, l’interpolateur reprit ensuite les vers 378-80. Ces ajouts, dont je n’ai repéré que les plus maladroits, expliquent la longueur anormale de la pièce.   70 Vous rappelle le souvenir.   71 Héritiers.   72 Prenez garde à qui vous laisserez.   73 Coffret.   74 S’ils y sont toujours.   75 Cette compagnie joyeuse de Rouen montait des farces et des sotties.   76 Éd. : Aux quatre convens aussi   77 Éd. : Augustins/ Jacopins  (Jacopins rime plus richement avec « lopins » : Villon, Laiz 156-9 et Testament 1572-4.)   78 Ce quatrain imite le Laiz XXXII de Villon.   79 « Goutte crampe » est une locution formée d’un nom et de l’adjectif cramp [contracté] : les éditeurs modernes ont tort de mettre une virgule entre ces deux mots. Rogne = gale, teigne.   80 Cette année.   81 Plaisanterie.   82 Vaseline. Cf. les Sotz fourréz de Malice, v. 376 et note 69.   83 Sur le cul.   84 « Les parolles cy proposées (…)/ Escriptes d’or en lettre jaune,/ Sur ung tonneau de vin de Beaune. » Sermon joyeux de bien boire.   85 Expression qu’on trouve dans la Farce de Pathelin, et dans l’Enqueste de Coquillart.   86 Monseigneur (mon sieur) de Corne est sans doute un prototype de cocu. La confrérie joyeuse des « Cornards de Rouen » jouait des farces et des sotties.   87 Par-dessus tout. « Sur tout riens, est femme d’amiable talant. » Évangile aux Femmes.   88 Armoiries quelque peu fantaisistes. À titre de comparaison, le blasonnement d’Aussac (Tarn) est : D’or à la bande d’azur, chargée de trois grappes de raisin du champ.   89 Qu’ils reposent en paix. Ce pluriel est singulier mais pas unique : « De luy, comme d’ung trespassé,/ Chantons requiescant in pace ! » Régnault qui se marie (F 7).   90 Éd. : Dieu  (Même faute à 556.)   91 Éd. : biere  (Ce prétendu rondel de onze vers est en fait un triolet. L’expression « Mettre en corps » pour « Mettre le corps en terre » est une impropriété populaire qui a donné à corps le sens d’enterrement <v. Godefroy>. Refusant sans doute de l’entériner, les premiers copistes la corrigèrent au détriment de la rime. Par cette brèche ouverte dans le plan sacro-saint du triolet, tous les abus purent s’engouffrer.)

LE MONDE QU’ON FAICT PAISTRE

Ms. La Vallière

Ms. La Vallière

*

LE  MONDE 

QU’ON  FAICT  PAISTRE

*

Cette Moralité normande de la fin du XVe siècle échappe aux critères convenus : ici, le personnage du Monde refuse d’être victime des trompeurs, et il se défend contre leurs abus. C’est la seule pièce médiévale où le Monde est content de son sort ! Le snobisme de ce nouveau riche ne le rend pas plus sympathique pour autant.

Source : Manuscrit La Vallière, folio 123 verso à 132 verso.

Structure : abab/bcbc et rimes plates, avec 10 triolets et 1 double triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce joyeuse

à cinq personnages

*

C’est asçavoir :

     TROYS GALANS

     LE MONDE, qu’on faict paistre

     ORDRE

*

        LE PREMIER GALLANT comence et dict :     SCÈNE I

     Et puis1, est-il façon aulcune ?

                  LE IIe GALANT

     De quoy faire ?

                  LE IIIe GALANT

                 D’aquicter2 tout.

                  LE PREMIER GALANT

     Y souldra quelqu(e) un ou quelqu(e) une

     De bref, qui nous mectra deboult.

5    Je songe.

                  LE IIe GALANT

             Je suys en escoust.

                  LE IIIe GALANT

     J’ey mains, et sy ne puys rien prendre.

                  LE PREMIER GALANT

     Je suys frais, frais.

                  LE IIe GALANT

                 Et j’ey bon goust.

                  LE IIIe GALANT

     J’aprens, et sy suys à raprendre.

                  LE PREMIER GALANT

     De sancté, j’en ay à revendre

10    Largement, trop plus que de paille.

                  LE IIe GALANT

     Et au surplus, on doibt entendre

     Qu’en tout le trésor pas n’a3 maille.

                  LE IIIe GALANT

     A ! sy fault-il tenir bataille,

     Pour combastre ses ennemys.

                  LE PREMIER GALANT

15    C’est force ; ou que chascun s’en aille,

     Car, par Dieux, nous avons trop mys4.

                  LE IIe GALANT

     Et ! fault-il que les bons amys

     Départent sy hastivement ?

                  LE IIIe GALANT

     Dictes : sy n’ai-ge rien promys

20    À nul, par foy ny par serment.

                  LE PREMIER GALANT

     Ce qu’on faict volontairement

     Vault mieulx qu’à force mile foys.

                  LE IIe GALANT

     Quoy ! nous fauldra l’entendement ?

     Prenons courage ! Hault le boys,

25    Encore un coup !

                  LE IIIe GALANT

                  A ! je m’en voys,

     Quant à moy. Qui veult y demeure.

                  LE PREMIER GALANT

     (Y sera chevalier en loix,

     Sy s’en va dedens un cart d’heure.5)

                  LE IIe GALANT

     Sy, fault-il que chascun labeure

30    Du meileur cuir de son panier6.

     Sans s’effréer, chascun s’asseure !

     Ce jour sy n’est pas le dernier.

                  LE IIIe GALANT

     Nous sommes sas à charbonnier.

                  LE PREMIER GALANT

     Comment ?

                  LE IIe GALANT

              L’un l’aultre honnissons7.

                  LE IIIe GALANT

35    Mais, nous sommes sas de munyer :

     Plus vivons et plus blancissons.

                  LE PREMIER GALANT

     Plus nyeis que jeunes moys[s]ons8

     Nous sommes, tous troys.

                  LE IIe GALANT

                     Comme quoy ?

                  LE IIIe GALANT

     Plus vivons et moins congnoissons.

                  LE PREMIER GALANT

40    Laissons ce babil, c’est esmoy.

     L’en ne me doibt rien ; sy, ne doy :

     C’est à payer quant on l’aira.

                  LE IIe GALANT

     O ! que chascun pence de soy !

                  LE IIIe GALANT

     C’est bien dict, mon filz. Va-y, va.

45    (Aussy tost qu’il arivera,

     Y trouvera le baing toult chault.9)

                  LE PREMIER GALANT

     Seurement, sans parler plus hault,

     Y nous fault icy adviser

     Où nous irons, et deviser

50    Vitement. Et qu’on se délivre.

                  LE IIe GALANT

     G’iray avec le Monde vivre,

     Sy je puys, par quelque manière.

     Et vous ?

                  LE IIIe GALANT

             Pour mieulx mon cas poursuyvre,

     G’iray avec le Monde vivre.

                  LE PREMIER GALANT

55    Par ma foy ! sy je ne suys yvre,

     Comme vous soublz vostre banyère,

     G’iray avec le Monde vivre,

     Sy je puys, par quelque manière.

                  LE IIe GALANT

     G’iray le chemin de derière.

                  LE IIIe GALANT

60    Et moy le chemin de travers.

                  LE PREMIER GALANT

     Et moy à la gauche, en arière,

     Pource qu’on veoyt trop d’ieulx ouvers.

     Nous irons les chemins couvers,

     Que le soleil sy ne nous brûle.

                  LE IIe GALANT

65    Nos chevaulx ?

                  LE IIIe GALANT

                 Ilz sont trop dyvers :

     Nous aurons chascun une mule.

                  LE PREMIER GALANT

     Aulx talons10

                  LE IIe GALANT

                 Sy je dissimule,

     Et je le treuve en quelque coing,

     De luy dire…

                  LE IIIe GALANT

               Y fault qu’on recule,

70    Bien souvent, pour saillir plus loing.

                  LE [IIe] GALANT

     Je vous suplye, prenons le soing

     De faire le Monde une beste.

     Dictz-je bien ?

                  LE [IIIe] GALANT

                Moy, j’ey à la teste

     De l’aveugler, c’est mon vouloir,

75    Et luy faire entendre que noir

     Sera blanc. Et vous, nostre maistre ?

                  LE PREMIER GALANT11

     Et ! je feray ce Monde paistre,

     De quoy vous parlez, devant tous,

     Luy disant qu’il a une toux

80    Qu’i fault que par herbe on garisse.

                  LE IIe GALANT

     Que nul de nous ne se marisse :

     Y fault qu’à la fin chascun tende.

                  LE IIIe GALANT

     Il n’y a plus tiltre ne bende12 :

     Chascun fera son faict à part.

                  LE PREMIER GALANT

85    Sans argent, ofice ou prébende,

     Y n’y a plus tiltre ne bende.

                  LE IIe GALANT

     On ne debvons pas grand amende13

     De chanter à nostre départ.

                  LE IIIe GALANT

     Il n’[y] a plus tiltre ne bende14 :

90    Chascun fera son faict à part.

                  LE PREMIER GALANT

     Or chantons, que Dieu y ayt part !

                 Ilz chantent unne chanson.

                  LE IIe GALANT

     À Dieu, hau15 !

                  LE IIIe GALANT

                Va-t’en, va !

                  LE PREMIER GALANT

                          Revien !

                  LE IIe GALANT

     Says-tu quoy ? Dresse un grand mestier16.

                  LE IIIe GALANT

     Ne vous chault, je n’ombliray rien.

95    Adieu, hau !

                  LE PREMIER GALANT

               Va-t’en, va ! Et revien !

                  LE IIe GALANT

     Nous nous trouverons, aussy bien,

     Ensemble cheulx Le Pel[le]tier17.

                  LE IIIe GALANT

     Adieu, hau !

                  LE PREMIER GALANT

                Va-t’en, va !

                  LE IIe GALANT

                          Et revien !

     Say-tu quoy ? Dresse un grand18 mestier.

                  LE [PREMIER] GALANT

100   Que chascun tire son cartier19.

     Passons ce qu’avons entrepris.

                  LE [IIIe] GALANT         SCÈNE II

     Le mieulx faisant doibt avoir pris20.

     Y fault subtilement ouvrer

     Afin d’aulcun bien recouvrer21

105   Du Monde. Hau là ! je le voy.

     Pleust à Dieu qu’i n’y eust que moy

     À le gouverner, ce mignon !

     Comment ! y faict du compaignon22 ?

     Il me semble plus éveillé

110   Et nouvèlement abillé23

     Qu’aultre foys. Je voys par-delà.

     Dieu gard, Monde !

                  LE MONDE  entre

                   Que faictz-tu là ?

     Vien(t) par-devant, vien par-devant !

                  LE [IIIe] GALANT,  derière le Monde

     Y a-il personne ? Holà !

115   Dieu gard, le Monde !

                  LE MONDE

                    Que faictz-tu là ?

                  LE IIIe GALANT

     Je viens par-derière.

                  LE MONDE

                   Cela !

     Mais d’où me vient ce poursuyvant ?

                  LE [IIIe] GALANT

     Dieu gard, Monde !

                  LE MONDE

                   Que faictz-tu là ?

     Vien par-devant, vien par-devant !

                  LE [IIIe] GALANT

120   J’eusse bien dict : « Dieu vous avant24 ! »,

     Mais c’eust esté faict en village25.

                  LE MONDE

     Sy tu joue ton personnage,

     Sy le dy ! T’ose-tu monstrer ?

                  LE [PREMIER] GALANT    SCÈNE III

     J’ey grand désir de rencontrer

125   Ce Monde ; y fault que g’y converse.

     Je voys26, je viens puys je traverse,

     Pour cuyder venir à mes fins.

     On dict qu’i sayt des tours sans27 fins,

     Et jamais n’en fust sy subtil.

130   Je le voys. Non est… A ! c’est il :

     Il porte abillemens dyvers.

                  LE MONDE

     Cestuy-cy y vient de travers,

     Et l’aultre est venu par-derière.

                  LE PREMIER GALANT

     Vous n’entendez pas bien les vers28.

                  LE MONDE

135   Cestuy-cy [y vient]29 de travers.

                  LE [PREMIER] GALANT

     Voz yeulx sont changés à l’envers.

                  LE MONDE

     J’ey pour vous assez grand lumière.

     (Cestuy-cy il vient de travers,

     Et l’aultre est venu par-derière.

140   Je n’entens pas bien la matière :

     Le faict-il pour me faire rire ?

     Sy sérai-ge qu’i veulent dyre,

     Afin de me désennuyer.)

     Honneur, mon seigneur l’escuyer30 !

                  LE [PREMIER] GALANT

145   Monde, Dieu vous face joyeulx !

     Comme vous va ?

                  LE MONDE

                  De mieulx en mieulx ;

     Remply de biens, sain, en bon poinct.

     Et vous ?

                  LE PREMIER GALANT

             Comme sy n’en fust poinct :

     J’en suys plus bas qu’au fons du puys.

                  LE MONDE

150   Vostre compaignye en vault pis ;

     Je ne vous cherche pas un grain31.

                LE IIe GALANT, en chantant    SCÈNE IV

     Atendez à demain, atendez à demain !

     (Il y sont ; chascun faict sa main.

     Par Dieu ! sy, n’ay-ge pas trop mys32.)

155   Congnoissez vos petis amys,

     Monde gratïeulx, et plaisant…

                  LE MONDE

                       Hauche33 !

     Cestuy-ci revient à la gauche.

     Que voulez-vous ? Que Dieu le sache !

                  LE [IIe] GALANT

     Ainsy que Robin danse en tache34,

160   Nous venons vers vous.

                  LE MONDE

                    C’est bien faict.

                  LE PREMIER GALANT

     Vous en desplaist-il ?

                  LE MONDE

                    Tout me plaist.

                  LE IIe GALANT

     Je suys le vostre35, moy.

                  LE MONDE

                     Et36 moy.

                  LE IIIe GALANT

     Le Monde parle.

                  LE MONDE

                 Myeulx c’un gay37.

     Sus ! mon œuvre j’aprens assez.

165   Et puys, quoy ? Estes-vous [c]assés ?

                  LE PREMIER GALANT

     Cassés ? Nous sommes tous entiers.

     Vers vous avons prins les sentiers

     Pour avoir en vous abitude38.

                  LE MONDE

     Ilz sont clers.

                  LE IIe GALANT

               Venans de l’estude.

                  LE MONDE

170   Aussy, je vous faictz as[ç]avoir

     Qu’i fault quelque sience avoir,

     Qui veult aveq moy convercer.

            LE IIIe GALANT, à toult un esteur39 blanc à sa main,

                      et à l’aultre main, un esteur noir.

     Chascun a l’engin40 pour perser

     Un mur de saise piedz d’épès.

175   Or paix, or paix, mes amys, pès !

     Le maistre va jouer son jeu.

     Je voys41 aveugle[r] en ce lieu

     Le Monde.

                  LE MONDE

             Je t’en garderay !

     Mais vien par-devant.

                  LE [IIIe] GALANT

                   Non feray.

                  LE MONDE

180   Par Dieu ! sy portai-ge assez d’yeulx

     Pour veoir loing et en divers lieux ;

     Et sy, chascun en vault bien dis42.

                  LE [IIIe] GALANT

     Sy ferai-ge tant par mes dis

     Que je vous feray aveugler.

                  LE MONDE

185   Bref tu ne me séroys tant sengler

     Qu’en la fin tout [n’]en vaille un blanc43 !

                  LE IIIe GALANT

     Quel est cest esteur ?

                  LE MONDE

                    Il est blanc.

                  LE [IIIe] GALANT

     Il est noir. Chaussez vos lunètes !

                  LE MONDE

     C’est bien dict, mymin44 à sonnètes.

190   Et fust-il de sire45, il est jaulne.

     Voylà bien joué [le béjaulne]46,

     À veue d’euil, sans art d’Anemy47.

                  LE [IIIe] GALANT

     Vous n’y voyez pas à demy.

                  LE MONDE

     Sy faictz bien, car je voys partoult,

195   D’un costé et de l’aultre boult.

                  LE IIIe GALANT

     Vous n’avez pas des yeulx au col.

                  LE MONDE

     Or voy-ge bien que tu es fol,

     Bien lourdault, bien badin, bien beugle48,

     D’ainsy me cuyder faire aveugle.

                  LE PREMIER GALANT

200   Vous n’avez pas des yeulx au cul.

                  LE MONDE

     Y ne fault poinct tant de calcul.

                  LE [IIIe] GALANT

     Mon serment ! vous voyez bien loing.

                  LE MONDE

     Bien loing, y m’en est bien besoing.

     Encor plus loing que vous ne dictes.

205   Je voys bien des regnars49 hermites,

     Je voys mygnons, je voy mignonnes,

     Je voys ceulx qui en font de bonnes.

                  LE IIIe GALANT

     Vous voyez jusques en Levent50 ?

                  LE MONDE

     Je voy par-derière et davent.

210   En éfaict, je voy toulte gent.

                  LE PREMIER GALANT

     Vous ne voyez pas nostre argent.

                  LE MONDE

     Tant y seroit fort à conter !

          LE [PREMIER] GALANT, à toult des herbes en sa main

     Ce qui vous plaist à racompter

     Est vray, mais vous n’y voyez gouste.

215   Monde voécy qui est bon pour la gouste :

     Ce sont herbes substantieuses51,

     Très bonnes et fort vertueuses,

     S’y vous survenoyt aulcun mal.

                  LE MONDE

     Bail[l]ez-les à vostre cheval !

                  LE [PREMIER] GALANT

220   Ilz sont bonnes.

                  LE MONDE

                 Sy, les mengez !

                  LE PREMIER GALANT

     Alez, alez !

                  LE MONDE

               Ne vous bougez !

                  LE [PREMIER] GALANT

     Agardez, j’avois ouÿ dire

     Que vous aviez perdu le rire ;

     Voécy pour resjouir le cœur.

                  LE MONDE

225   Je n’eus jamais telle vigueur52,

     Ne tel force, ne tel vertu.

     Vous me cuidez faire abatu

     Au devant que l’on m’ait53 touché.

                  LE [PREMIER] GALANT

     Hay !

                  LE MONDE

           Tron54 !

                  LE PREMIER GALANT

                   Sy vous estiez couché

230   Pour vous reposer un petit,

     Cecy vous donroyt apétit,

     Et seriez sain comme un piot55.

                  LE MONDE

     Quel « sain » ? Je boy o56 vous d’un pot.

     Quelz herbes ? Ostez ce brouil[l]is,

235   Il ne me fault poinct de coulis :

     Je mengeüstz bien sans médecine.

                  LE [PREMIER] GALANT

     Par Dieu ! je n’y prens poinct bon sine.

                  LE MONDE

     Sy prenez d’un paon57.

                  LE [PREMIER] GALANT

                    Da !

                  LE MONDE

                         Quel « da » ?

     Et ! voécy bon Génin Dada58 !

240   Et alez, alez, nostre maistre.

     Et ! me cuidez-vous faire paistre,

     Et l’autre aveugler ? Qu’esse-cy ?

                  LE PREMIER GALANT

     Tant le Monde est fort à congnoistre !

                  LE MONDE

     Et ! me cuidez-vous faire paistre ?

245   Esse ce qui vous maine en cest estre ?

                  LE [PREMIER] GALANT

     Monde, alez-y tout beau.

                  LE MONDE

                    Cecy !

     Et ! me cuidez-vous faire paistre,

     Et l’aultre aveugler ? Qu’esse-cy ?

     Et vous, savez-vous rien aussy ?

250   Qu’estes-vous ?

                  LE [IIe],  à tout des boètes59

                Nigromansien60.

     Je sçays le viel art antien

     Du magique.

                  LE MONDE

              Il sent donc le jaulne61,

     Ce vièlard62 ? Et ! qu’il est béjaulne,

     Qui me vient gâcher63, assaillir !

255   Dont peuent64 ces troys mignons saillir,

     Qui me rompent ainsy la teste ?

     Que me veulx-tu ?

                  LE IIe GALANT

                  Vous faire beste.

     En ce lieu, sans vous remuer,

     Instamment vous feray muer

260   En cerf, en ours et en lyon65.

                  LE MONDE

     J’ayme(s) myeulx payer demyon66

     Et que je ne soys poinct mué,

     Tant l’or seroyt bien remué

     De telz mygnons.

                  LE IIIe GALANT

                 En ? Vous rail[l]ez !

265   En av’ous67 ? Or nous en baillez.

                  LE MONDE

     Endroict vous, l’or seroyt segret68 !

                  LE PREMIER GALANT

     Tout se pert.

                  LE IIe GALANT

               Il le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Qui eust cuydé qu’il eust tant sceu ?

                  LE PREMIER GALANT

     Nous ne frapons poinct à l’endroict69.

270   Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

              Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Y congnoyt le tort et le droict.

                  LE PREMIER GALANT

     Quant j’ey bien son cas aperceu,

     Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

              Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Qui eust cuydé qu’il eust tant sceu ?

                  LE PREMIER GALANT

275   On ne frapons poinct à l’endroict.

     Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

              Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

     Y congnoyt le tort et le droict.

                  LE PREMIER GALANT

     Quant j’ey [bien son cas]70 aperceu,

     Toult se pert.

                  LE IIe GALANT

                Y le bat trop froid.

                  LE IIIe GALANT

280   Qui eust pensé qu’il eust tant sceu ?

                  LE PREMIER GALANT

     Jamais il ne seroyt déceu71,

     En ce poinct. C’est pour toult gaster.

     Un mot, hau ! Y le fault flater72,

     Pour mieulx en chevir73, ce me semble.

                  LE IIe GALANT

285   Pour l’abatre et [pour] le mater,

     Un mot, hau, y le fault flater.

                  LE MONDE

     Musars, vous avez beau bater74 ;

     N’en tenez jà conseil ensemble.

                  LE IIIe GALANT

     Un mot, hau ! Y le fault flater,

290   Pour mieulx en chevir, ce me semble.

                  LE MONDE

     Chantez hardiment tous ensemble ;

     Ou aultrement, pour toult potage,

     C’est mal cherché vostre avantage.

                 Ilz chantent une chanson.

                  LE PREMIER GALANT

     Monde mondain, plaisant, subtil,

295   Honneste, gratïeulx, subtil, gentil :

     Tu reluys en mer et en terre.

     Pour néant [je te]75 requiers ?

                  LE MONDE

                        Serre76 !

                  LE IIe GALANT

     Gentil Monde, tant tu es riche !

     Endroict moy que tu ne soys chische.

300   Puys qu’en toy déshonneur s’eslongne,

     Donne-moy de tes grans biens.

                  LE MONDE

                        Congne77 !

     Dieu ayt l’âme de Raul Flatart78 !

     Par Dieu ! vous y venez bien tart,

     Com79 celuy qui crye la moutarde.

                  LE IIIe GALANT

305   Et, Monde : quant je te regarde,

     Tu me semble très gentement

     Vestu en ton acoustrement80.

     C’est fin drap, toultes foys ; n’est mye81 ?

                  LE MONDE

     C’est mon, mais vous ne l’arez mye.

                  LE PREMIER GALANT

310   Vous estes sur le hault verdus82.

     Vos beaulx jours ne sont pas perdus,

     Tant voécy un maistre pourpoinct !

                  LE MONDE

     C’est mon, mais vous ne l’arez poinct.

                  LE IIe GALANT

     Tant tu as maincte belle chose,

315   Monde ! Ta toque sent la rose,

     Et est bien tournée par compas83.

                  LE MONDE

     C’est mon, mais vous ne l’aurez pas.

     Qui me vouldroict ainsy navrer,

     Y me fauldroict bien enyvrer,

320   Et boyre cinq foys davantage.

     Vous y perdez vostre langage,

     Afin qu’âme ne s’y efforce.

                  LE IIIe GALANT

     Nous viv[r]ons aveq vous par force,

     Bon gré, mal gré.

                  LE MONDE

                 Sus vostre dam84 !

                  LE PREMIER GALANT

325   Qu’en dictes-vous ? Suis-je souldam85 ?

     À quel jeu l’avons-nous perdu ?

                  LE IIe GALANT

     Nous sommes tous d’Ève et d’Adam86 ;

     Qu’en dictes-vous ? Suis-je souldam ?

                  LE IIIe GALANT

     Qu’en faict-on plus en un quidem

330   Qui est, de nouveau, descendu87 ?

                  LE PREMIER GALANT

     Qu’en dictes-vous ? Suis-je souldam ?

     À quel jeu l’avons-nous perdu ?

                  LE IIe GALANT

     [Je vous gouvernray]88 en temps dû,

     Ainsy comme les aultres font.

                  LE MONDE

335   De mes89 biens, toult n’est pas fondu :

     Ceulx qui les pratiquent les ont.

                  ORDRE  entre           SCÈNE V

     Est le vent d’aval ou d’amont ?

     N’ai-ge pas oÿ un tamboys90

     Vers ce cartier ? Je m’y envoys

340   Pour veoir que c’est à retirer.

     Quant je voys d’aulcuns folyer,

     Ou d’aultres regiber ou mo[r]dre,

     G’y doibtz aler, car je suys Ordre,

     Qui mais les choses à leur droict.

345   Je voys fraper en bon endroict

     Sur toult ce qu’il y a de jeu.

     C’est le Monde. Bien, de par Dieu.

     Sy j’estoys tousjours avec luy,

     Il n’aroyt soulcy ny ennuy.

350   Quelz gens sont-ce91 là qui déplassent ?

     Il semble, à les veoir, qu’i l’agassent.

     Qu’âme ne parte de son lieu                  SCÈNE VI

     Pour moy ! Monde, Dieu vous gard ! Dieu

     Gard92 les aultres pareillement,

355   Toult ainsy comme vous !

                  LE MONDE

                      Paciamment,

     Y me fault tous heurs93 endurer.

     Combien que je ne puys pleurer,

     Car j’ey des biens plus que des maulx,

     Dieu mercy !

                  ORDRE

                Que dient et ces vassaulx,

360   Qui sont en ce poinct arivés ?

                  LE MONDE

     Ce sont troys povres engelés

     Qui me veulent menger toult cru.

                  ORDRE

     Monde, s’on leur a rien acreu94,

     Qu’on les paye afin qu’i s’en voisent95.

365   Que vous fault-il ?

                  LE MONDE

                  Y se dégoisent,

     Moytié figues, moytié raisins,

     Combien qu’i sont tous mes voisins.

     Mais pour vous compter la manière,

     Ce fol est venu par-derière

370   Pour m’aveugler.

                  ORDRE

                 Esse où il tent ?

                  LE IIIe GALANT

     Chascun le faict comme il entent.

                  LE MONDE

     Et l’aultre est venu de travers

     En me servant de mos couvers ;

     Et avoyt de l’erbe, ce maistre,

375   Dont y m’a cuydé faire paistre

     Non obstant que rien ne me deult96.

                  LE PREMIER GALANT

     A ! y gaigne le gal97 qui peult.

                  LE MONDE

     Le tiers estudye nigromance98,

     Et dict qu’il est en sa puissance

380   De me faire devenir beste.

                  ORDRE

     Quoy ? Y vous ont rompeu la teste ?

                  LE MONDE

     Toutefoys, il [m’]ont toult gasté.

                  ORDRE

     Comme quoy ?

                  LE MONDE

                 Il m’ont tant flaté,

     Et dict [de moy]99, à ma présence,

385   Tant de biens100, sus ma consience,

     Que ne m’en savoys délivrer.

     En fin, y m’ont cuydé navrer

     En me disant « Ce drap est fin,

     Ce pourpoinct est beau et godin »,

390   Voy(e)re, en plusieurs mos arunés101,

     Cuydant que je dise : « Tenez ! »

     Y n’avoyent garde de ce coup !

                  ORDRE

     Or vous retirez tous à coup !

     Servez-vous de telles offices ?

395   Alez impétrer bénéfices

     Soublz l’abaÿe de Frévaulx102 !

     Vuydez !

                  LE IIe GALANT

             Qui tiendra vos chevaulx,

     Comme vous vous éfervuez103 ?

                  ORDRE

     Quelz estoremens, quelz joyaulx !

400   Vydez !

                  LE IIIe GALANT

             Qui tiendra vos chevaulx ?

                  ORDRE

     Telz gens ne font que trop de maulx

     Au Monde. Sus, ne104 revenez !

     Vuydez !

                  LE PREMIER GALANT

              Qui tiendra vos chevaulx,

     Comme vous vous éfervuez ?

                  LE IIe GALANT

405   S’on ne sommes mors ou tués,

     Nous vivrons au Monde, vrayment.

                   ORDRE

     Comment ?

                   LE IIIe GALANT

               Ne vous chaille comment,

     Tant que le Grand Maistre vouldra.

                   ORDRE

     Voy(e)re ; mais donc, y vous fauldra

410   Vivre aultrement pour toulte reste.

     Aveugler, paistre, faire beste ?

     Chassez au loing, chassez, chassez !

                  LE PREMIER GALANT

     Et, comment ! Vous nous ravassez105 ?

     Demandes qu’il est.

                  LE IIe GALANT

                  Vostre nom ?

                  ORDRE

415   Mais le vostre ?

                  LE IIIe GALANT

                 Nostre renom

     S’épant oultre la grande mer.

                  ORDRE

     Et je me faictz Ordre nommer :106

     Je maine à reigle et à compas.

                  LE PREMIER GALANT

     Ordre, je ne vous congnoys pas.

                  ORDRE

420   Je vous en croys sans en jurer !

     Monde, s’on vous veult martirer,

     Je suys qui en faictz la raison.

                  LE MONDE

     Je vous ay veu longue saison ;

     Long temps a que je vous congnoys.

                  LE IIe GALANT

425   Sus, qu(e) aurons-nous ?

                  LE MONDE

                     Troys vins de nois107 !

     Vous estes bien sos rassotés108.

                  LE IIIe GALANT

     Sy conterons-nous vos pastés,

     Monde, quelque jour qui viendra.

                  LE MONDE

     Ceste109 foys n’en mengerez jà,

430   Car vous m’avez pris sur le vert.

                  ORDRE

     Vienne le grand chemin ouvert110

     Qui veult des biens du Monde avoir !

                  LE PREMIER GALANT

     Voylà nostre cas descouvert.

                  ORDRE

     Vienne le grand chemin ouvert,

435   Sans tenir le sentier couvert.

                  LE MONDE

     À tous je l’ay faict asçavoir :

     Vienne le grand chemin ouvert

     Qui veult des biens du Monde avoir !

                  ORDRE               SCÈNE VII

     Enfans, que nous faciez111 debvoir

440   De chanter, à la départye,

     Quelque chanson qui soyt partye112.

     Hardiment, je vous en dispense.

                  LE IIe GALANT

     Voylà pour nostre récompense.113

                                FINIS

*

1 Ces deux mots servent également d’introduction aux Sotz fourréz de Malice et aux Cris de Paris.   2 LV : de quicter   3 LV : la  (Il n’y a pas maille = il n’y a pas un sou.)   4 Nous avons mis trop de temps.   5 Incompréhensible. Étant donné que l’auteur ne recule pas devant les pires calembours, on pourrait oser : il sera chevalet en bois, s’il s’en va chez un cardeur. « Le cardeur travaillait sur un chevalet en bois. »   6 Travaille avec le meilleur cuir tiré de son panier, comme un bon cordonnier.   7 Nous noircissons.   8 Plus niais que des moineaux.   9 Il sera attendu (ironique).   10 Une engelure. Cf. les Sotz escornéz, v. 57. Étant trop pauvres pour avoir de vraies mules, ils ne sauraient avoir des chevaux.   11 Sur cette rubrique, LV en met une autre : LE IIIe G. Soucieux de respecter bêtement l’alternance 1e, 2e, 3e, le copiste ne suit plus l’action : le 1e Galant aborde le Monde en travers pour le faire paître ; le 2e l’aborde par la gauche pour le rendre bête ; le 3e l’aborde par-derrière pour l’aveugler. Toutes les rubriques entre [ ] étaient fausses.   12 Fi des titres nobiliaires et des bandes sur les blasons ! (On suppose qu’ils n’en ont pas plus que de chevaux.)   13 Ça ne nous coûtera rien. « On ne devons » est un normandisme, comme à 275 et 405.   14 LV : prebende   15 LV : hay  (vers 95 et 98.)   16 Une ruse. « Vous estes bien femme/ Pour luy dresser quelque mestier. » Pernet qui va au vin (BM 12).   17 Nous nous retrouverons peut-être à la taverne.   18 LV : aultre   19 Aille de son côté.   20 Le meilleur doit remporter le prix.   21 Afin d’obtenir de l’argent.   22 Il frime.   23 LV : a baille  (Le Monde porte des habits excentriques. Cf. le vers 131.)   24 Vous aide (forme populaire du verbe avancer).   25 Comme un villageois, un paysan. (Le Galant rappelle au Monde, qui le snobe, ses origines roturières.)   26 Je vais.   27 LV : tans   28 Vous ne comprenez rien.   29 LV : est venu   30 Le sodomite (jeu de mots sur « cul »), puisqu’il n’arrive jamais par-devant. « Et la chair qu’on prend par la bouche,/ L’escuyer luy met par le cu. » Parnasse satyrique.   31 Je ne tiens pas à vous fréquenter.   32 Pourtant, je n’ai pas mis trop de temps à venir. Cf. vers 16.   33 Interjection obscène. Hocher = secouer : « Quant une femme mariée/ A esté baysée et hochée/ D’ung autre que de son mary. » Moralité de Charité (BM 64). Le Monde lâchera deux autres interjections obscènes, à 297 et 301.   34 Sans ordre ni méthode. Robin est le type traditionnel du berger.   35 Votre serviteur.   36 LV : De  (Et moi = moi de même.)   37 Qu’un geai.   38 Fréquentation.   39 Avec un éteuf, une balle du jeu de paume.   40 L’intelligence. Mais dans le théâtre comique, le mot engin développe souvent un double sens grivois : « J’ay ainsi aigu la mémoire,/ Et l’engin si vif que c’est raige. » Le Pourpoint rétrécy (F 44).   41 LV : vous  (Voys = vais.)   42 Chacun de mes yeux en vaut dix.   43 Que tes efforts ne vaillent pas un sou.   44 Personnage de Sot qu’on trouvera notamment dans Maistre Mymin qui va à la guerre. Les sonnettes sont les grelots qui ornaient le costume des Sots.   45 Pour peu qu’il soit en cire.   46 LV : de rechange  (Béjaune [bec jaune] = novice. Cf. vers 253.)   47 Sans être sorcier. L’art de l’Ennemi [du diable], c’est la magie noire du v. 250.   48 Veau, imbécile.   49 Renards, hypocrites.   50 LV : eluent  (Le Levant, c’est l’Asie Mineure.)   51 Qui sustentent.   52 LV : liqueur   53 LV : mect   54 Jeu de mots sur « étron ».   55 Une petite pie.   56 LV : a  (En Normandie, o = avec.)   57 LV : pain  (Jeu de mots sur « signe » et « cygne ». Le cygne et le paon se mangeaient : « Poons rostiz et bons cisnes poivreis. » Raoul de Cambrai. Ces deux plats sont souvent accouplés : Testament Pathelin, v. 293.) Le Monde est amateur de calembours : vers 144, 229, 238, 253, 304.   58 Cocu. « Au ruisseau [elles] crottent leurs souliers/ Affin que Jényn Dada croye/ Qu’ilz viennent de Haubervilliers. » Coquillart, Monologue des Perruques.   59 Avec des boîtes.   60 Sorcier.   61 La merde.   62 Jeu de mots sur le « vieil art » du v. 251.   63 LV : agacher  (qu’on trouve sous une forme préférable à 351. Gâcher = souiller.)   64 Forme normande de « peuvent ».   65 LV : leon  (qui rime pour l’oreille mais pas pour l’œil. Dans l’Odyssée et dans les Métamorphoses d’Ovide, la magicienne Circé transformait déjà les hommes en animaux.)   66 Une chopine de vin.   67 Avez-vous de l’or ?   68 Avec vous, l’or serait bien caché.   69 Au bon endroit.   70 LV : congneu et  (vers 272.)   71 Trompé.   72 LV : haster  (vers 286 et 289.)   73 En venir à bout.   74 Baster = guetter. Beter = harceler.   75 LV : se que tu   76 Interjection obscène : serrer = masturber. « Poste [la verge] à Gaultier si serrez ung peu mieulx. » Villon, Ballades en argot homosexuel.   77 Interjection obscène : cogner = coïter. « Quand Gros Jan me vient besoigner,/ Il ne me coingne que du cul. » Rabelais, Quart Livre.   78 Prototype du flatteur, comme le Raoullet Ployart de Pierre Gringore est un prototype de l’impuissant.   79 LV : Que  (Le cri de guerre de Philippe le Hardi <moult me tarde> a fourni une devise à Dijon, mais aussi un cri public aux marchands de moutarde <moult tarde = il tarde beaucoup>. D’où le proverbe « C’est de la moutarde après dîner » [cela vient trop tard], dont Baïf tira : « Après le dîner, la moutarde. »)   80 Flatterie éhontée : cf. la note 23.   81 Le Galant recycle les termes de Pathelin escroquant le drapier.   82 Élégant. Cf. Mallepaye et Bâillevant, v. 122 et note 46.   83 Elle est bien proportionnée.   84 À vos risques et périls.   85 Suis-je battu ? Le sultan Boabdil, battu par les catholiques, avait perdu le Royaume de Grenade en 1492. Sa défaite, qui délivra l’Espagne de sept siècles d’occupation musulmane, fut retentissante dans toute l’Europe.   86 Nous sommes tous chrétiens.   87 Que peut-on faire de plus à quelqu’un qui, ayant été à la mode, a déchu ? (Possible rappel de la chute d’Adam.)   88 LV : de vous gouuerner   89 LV : mais   90 LV : timboys  (Tambois = vacarme.)   91 LV : sonse   92 LV : et   93 Heurts, attaques.   94 Si vous leur avez acheté quelque chose à crédit. (Du verbe accroire.)   95 LV : ailent  (S’en voisent = s’en aillent.)   96 Bien que je n’aie mal nulle part.   97 L’avantage.   98 LV : en igromansie   99 LV : des biens  (Cf. note suivante.)   100 LV : moy   101 Avec des mots judicieusement disposés.   102 Ce lieu mythique désigne un taudis glacial où « l’abbé de Froictz-Vaulx, qui n’endure/ Challeur (…),/ Vous chauffera comme luy-mesme ». (Monologue des Sotz joyeulx.) Ses moines « ne sçayvent les dens où mettre,/ Et sans soupper s’en vont coucher ». (Jeu du Prince des Sotz.)   103 S’effervuer  (lat. effervescere) = s’agiter. « L’autre s’effervue et se trouble. » Coquillart, Droitz nouveaulx, éd. Galliot du Pré.   104 LV : sus   105 Rabâchez. Mais il pourrait s’agir d’une forme normande de ravesquer [rabrouer].   106 « Mer / nommer » est la rime normande par excellence. LV ajoute dessous : que ceulx qui me veulent aymer   107 Vin dans lequel on a fait macérer des noix vertes.   108 LV : radotes  (« Sotz rassotéz, sotz nyais, sotz subtils. » Jeu du Prince des Sotz.)   109 LV : voyere quelque   110 Qu’il vienne en face, et non par des chemins détournés.   111 LV : face   112 Polyphonique.   113 LV ajoute : le premier va deuant commence

LA RÉFORMERESSE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

LA  RÉFORMERESSE

*

Cette pièce écrite en Normandie après 1540 est une sottie protestante, comme la Mère de ville1 ; car les catholiques n’étaient pas les seuls à montrer d’heureuses dispositions pour la pornographie et la scatologie. Notre Réformeresse2 met par écrit les agissements des libertins, puis place cette confession dans une presse afin de « reformater » <vers 75> leur mauvaise vie.

Beaucoup d’auteurs dramatiques jouaient dans leurs pièces (Triboulet, Gringore, Lesnauderie…) : je pense que l’auteur anonyme de la Réformeresse tenait son propre rôle en la personne du 3ème Galant, ce qui rend plus savoureux les vers 239-257.

Source : Manuscrit La Vallière, folio 81 verso à 86 verso.

Structure : Rimes plates, avec 1 rondel double et 4 chansons.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce à VI personnages

*

C’est assavoir :

     LA RÉFORMERESSE

     LE BADIN

     III GALLANS

     UN CLERQ

*

               LA RÉFORMERESSE comence      SCÈNE I

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse ;

              Je mais chascun estat en presse

             Ainsy qu’il m’est préordonné.

               LE BADIN3

5    Un serviteur bien ordonné

             Vous plai[rai]st-y poinct, ma mètresse ?

               LA RÉFORMERESSE

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse.

             L’homme de savoir guerdonné4

10   Me fera révérence expresse

             Ou, comme une vielle compresse,

             Yl est de moy habandonné.

             Par un art que Dieu m’a donné,

             Nommée suys Réformeresse ;

15   Je mais chascun estat en presse

             Ainsy qu’il m’est préordonné.

               LE BADIN

             Croyez que tantost, belle presse

             Vous aurez,

             Puys qu’ainsy vous réformerez

20   Hommes et femmes par vos ars.

     Diront-y Domynusque pars5,

             Comme à ceulx qu’on donne couronne ?

               LA RÉFORMERESSE

              Qu’esse que cestuy fol blasonne,

     Qui me ront6 la teste en ce poinct ?

               LE BADIN

25   Je demande s’y vous fault poinct

             De serviteur,

             Que je fusse réformateur

             Après que vous m’érez aprins.

               LA RÉFORMERESSE

             Quelz sçavoirs sont en toy comprins ?

30   Dy[-le-]moy, je te le commande7.

             Et davantage, je te demande

    Pourquoy tel instrument8 tu porte.

               LE BADIN

             Pourquoy ? Sainct Jehan ! y me suporte ;

             Et sy, par luy, j’ay du suport.

35   Passé dis ans je fusse mort,

             N’ust esté cestuy instrument.

             Souvent, mélancolieusement

             Vyvoys ; mais, g’y prens mes esbas.

    Quant je voys contens9 ou débas,

40   Je prens l’instrument et m’en joue.

             Pour tant, se voulez que me loue

             [De vous, mectez-moy à l’essay :]

             Vous vouérez que fère séray.

               Le Badin sonne d’un sistre et chante.

     Dens Paris la bonne ville,

     L’Empereur10 est arivé.

45    Il y a eu mainte fille

     Qui a eu le cul rivé.

     Je l’ay dict et le diray ;

     C’est une chose avérée11,

     Je l’ay dict et le diray.

                LA RÉFORMERESSE

50   Et ! vrayment, je vous retiendray

             (Savez-vous bien) telle chanson.

             Y fault publier à plain son

             Les Estas, qu’i nous viennent vouèr.

    Par ce poinct, on poura prévoir

55   Que ma presse soyt assouvye.

                 LE BADIN  joue et chante

     Vous ferez follye,

     Mètresse, ma mye ;

     Vous ferez follye :

     Ne le faictes pas.

                 LA RÉFORMERESSE

60   Pourquoy [ne] m’apartient-y pas ?

    Je veulx qu’i souent12 tous réformés ;

             Au moins ceulx qui sont renommés

    De ne pas bien se13 gouverner.

                 LE BADIN

             Sainct Jehan ! vous érez beau corner14,

65   Sy en font rien qui soyt pour vous !

             Les prédicateurs, tous les jours,

    Braient15 et crient. Apetissez-les :

             Les chambèrières et valès

             Le[s] cressent. Par bieu ! je le dis :

70   S’y devoyent perdre Paradis,

             Y n’en ferouent rien ; c’est simplesse.

                 LA RÉFORMERESSE

             Comment ? Je suys réformeresse ;

             Ne viendront-y poinct en ce lieu ?

                 LE BADIN

             Nénin. Foy que je doy à Dieu,

75   Vous aurez beau réformater.

             Mais penseryez-vous bien master

    Les Estas et [les] mectre en presse16 ?

             Vous seriez plus grande mètresse

             Que n’est pas la femme d’un roy !

80   Mais (escoutez un peu), je croy,

             Un tas de petis populaires,

             Pour en presser un couple d’aires,

             Cela ce peult bien avenir.

                 LA RÉFORMERESSE

             Toute foys, je veulx soutenir :

85   Y fault bien que ma presse serve

             Souèt à presser servant ou serve,

             Ou aultres gens en général.

             Icy entre[nt un Clerq et] III Galans, qui chantent

     Nous sommes une bende                    SCÈNE II

     [Friande, galande]17, normande ;

90    Nous sommes une bende

     D’un joly cœur loyal.

                 LE PREMYER GALANT

             Par le sang bieu ! j’ay le sommal

             De la teste persécuté :

    J’ay beu18, moy. Sy l’on19 eust esté

95   Chanter ainsy comme [l’]on chante,

             Vous eussiez eu plus de cinquante

             Personnes pour offrir à boyre.

             Maintenant, n’en est plus mémoyre.

             C’est pityé que gens sont recuictz.

                 LE IIe GALLANT

100  Quant est de moy, ma foy, j’en suys

             Fâché aussy bien comme toy ;

             Car pour lors, le monde je voy

             Sy avaricieux et siche.

             Il a pour nean beau estre riche,

105  Les gallans ne [s’amendent]20 plus.

                 LE IIIe GALANT

             J’ay veu que nous estions repus,

             Cheux les bourgoys, le temps passé ;

             Maintenant, tout y est cassé,

    Le tout sans avoir21 pié bouté.

110  S’un homme ne faict le conté22,

             On l’apelle fol et prodigue.

             On ne gaigne plus une figue ;

    Pour neant sommes-nous ramentus23.

                LE CLERQ

             J’ay veu qu’on estions revestus,

115  Entre no[u]s, chantres, serviteurs ;

             Mais pour cest heure, les flateurs

             Gardent qu(e) on ne [nous] donne rien.

             Eux-mesmes emportent le bien

             Qui apartient aux bons galans.

120  Or çà, n’en alons plus parlans,

             Mais disons deulx mos de chanson

             Pour passer nostre marisson.

               Ilz chantent ensemble.

      Jacobin, la chose tant doulcète…

                LE BADIN               SCÈNE III

             Dormez-vous ? Qu’esse que vous faicte(s) ?

125  Vouécy de l’euvre qui nous vient.

             Je croy vrayment qu’i nous convyent

             Bien réformer ces gallans-cy.

                LA RÉFORMERESSE

             Que sont-il ?

                LE BADIN

            Enfans sans soucy24,

             Qui cherchent besongnes mal faictes.

130  C’est dommages qu’i n’ont receptes

    À requellir : quelz aplicans25 !

    Jamais les raseurs de Gingans26

    N’alissent27 la sorte qu’i vont.

                LA RÉFORMERESSE

              Va [leur] dire qu(e) on les semont

135  Et somme de venir vers moy,

             Et que je les réformeray

             Et mectray en leur vraye essence.

                LE BADIN

             Par sainct Jehan, g’y voys. Mais je pence

             Qu’i parleront bien à vous, tous.

140  Dieu gard, messieurs !                    SCÈNE IV

                TOUS ENSEMBLE

                                                      Que dictes-vous ?

                LE BADIN28

             C’est ma mètresse qui vous mande

    Par moy, et aussy29 vous commande

             Que vous venez parler à elle.

                LE PREMIER GALANT

    Je vous prye, pour nostre querelle30,

145  Alon la vouèr.

             S’el[le] nous peûlt trèstous pourvoir,

             Nous serions ceste année hureux.

                LE IIe GALANT

             S’el me faisoyt chevalereux,

             Je seroys hors d’un grand soulcy.

                LE BADIN                SCÈNE V

150  Dictes, mètresse, les vouécy.

    Commandez [tout] ce qu’il vous plaist.31

             Y ne leur fault guère de plaist :

             Plaisans ilz sont et triumphans.

                TOUS ENSEMBLE

             Honneur, Dame !

                LA RÉFORMERESSE

                                              A ! [mes] beaux enfans,

155  Vous soyez les trèsbien venus !

             Qui vous gouverne ?

                TOUS ENSEMBLE

                                                  Vénus.

                LE BADIN

             Vouère ! Ménestr[i]eurs et chantres,

             Bien souvent telz gens ont les chancres,

             Poursuyvans leurs plaisirs menus.

                LA RÉFORMERESSE

160  Chascun de vous estes tenus

    De me livrer cy par estat32

             Toute vostre vye et estat,

             Affin qu’ilz souent boutés en presse.

                LE IIe GALANT

             Ma dame la Réformeresse,

165  Nous n’avon estat ne demy,

             Quoy qu’il soyt.

                LA RÉFORMERESSE

                                          Voy(e)là, mon amy :

    Y fault que je l’aye33. Et le vostre ?

                LE IIIe GALANT

             Aussy vray que la patenostre,

             Je diray le mien sans mentir.

                LE CLERQ

170  Et moy, je vous veux advertir

             Que ne mentiray nulement.

                LE BADIN  escript

             Or çà donc[ques], premièrement,

             Je m’en voys là [le] vostre escripre.

             S’il y a un peu à construyre,

175  Il amendera à la presse.

             Vostre nom ?

                LE IIe GALANT

                                      Raul.

                LE PREMIER GALANT

                                                Je le confesse.

                LE BADIN  escript

    Esse pas Raul le Mal-pencé34 ?

                LE [PREMIER GALANT]35

             Et qui, tous les deables, eust pencé

             Qu’il eust sceu mon surnom par cœur ?

180  Vertu bieu, quel fin docteur !

             N’y mectez rien que vérité.

                LA RÉFORMERESSE

             Tout le bien qu’avez mérité,

             Récitez-le, c’est vostre charge.

                LE PREMIER GALANT

             Quel bien ? J’ay un pourpoinct de sarge ;

185  C’est tout ce que j’ay pratiqué.

                LE BADIN  escript

             Avez-vous poinct communiqué

             Aultre foys en lieux dissolus ?

                LE [PREMIER] GALANT

             Et ! ouy dea.

                LE BADIN

                                     Et puys les karolus,

    De vos jeux, s’y treuvent fessés36 ?

                LE PREMIER GALANT

190  Que deable, vous en congnoissez !

             A ! vous estes trop fin pour moy.

                LA RÉFORMERESSE

             Au demourant ?

                LE [PREMIER] GALANT

                                           Je le diray :

             J’ay beu, mengé et faict grand chère.

                LA RÉFORMERESSE

             Donné pour Dieu ?

                LE BADIN

                                                Par ma foy, guère :

195  Ce n’est pas tous le[s] jours un soult.

                LE PREMIER GALANT