LE FAULCONNIER DE VILLE

Musée de Cluny

Musée de Cluny

*

LE  FAULCONNIER 

DE  VILLE

*

Cette farce écrite en 1511 exploite « une anecdote grossière dont le comique douteux repose sur quelques équivoques gaillardes1 ». C’est dire son intérêt ! Ce n’est toutefois pas sans finesse que l’auteur applique à la drague le vocabulaire de la chasse, comme le faisait le Capitaine des Sotz fourréz de Malice. On notera la présence d’un personnage féminin muet, ce qui est très rare.

Source : Recueil de Florence, nº 26.

Structure : abab/bcbc irrégulier, mêlé de rimes plates, avec 2 virelais.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce nouvelle du

Faulconnier de ville

qui emmaine la beste privée tandis que

le Faulconnier champestre et le Gentilhomme

sont bendés pour la cuider prendre à tastons

*

À III personnages2, c’est assavoir :

     FAULCONNIER DE VILLE

     FAULCONNIER CHAMPE[STRE, PÉROTON]

     LE GENTILHOMME

     [UNE BELLE FILLE]

*

   LE FAULCONNIER DE VILLE commence en sifflant    SCÈNE I

             Huit huit huit huit huit huit huit ! À coup ! Sus ! Au déduict !

     LE FAULCONNIER CHAMPESTRE  [en cornant de son cornet]

             Pront pront pront pront pront pront [pront pront] !

             LE FAULCONNIER DE VILLE,  en sifflant

             Huit huit huit huit huit huit huit [huit] !

             Sus ! À coup, icy environ ! 

            En parlant à ung quidem de la compaignie :

5    Escoutez, hay, mon compaignon,

              Celluy que je vis avant-hier :

     Prestez-moy vostre grant furon3

     Pour aller chas[s]er au terrier4.

     Avez-vous point de reg[n]ardier5

10    Lequel vous me puissiez prester ?

                                        LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Est-il moyen de conquester,

              Ennuit, quelque beste sauvaige ?

              Pour tracasser ne pour guetter

              Au boys, n’est-il nulle avantaige ?

15   En ung bois ramaige,

              Soubz ung verd bocaige,

              N’est-il nulle proye ?

                                        LE FAULCONNIER DE VILLE

              Je sçay le passaige

              Tout à l’avantaige

20   D’en prendre montjoye.

                                       LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Qui est celluy-là ? Qu’on le voye !

              Qui estes-vous, hay, compaignon ?

                                       LE FAULCONNIER DE VILLE

              Je suis vostre, or et monnoye,

              Par ma foy, mon gentil mignon.

25   N’avez-vous pas nom Péroton,

              Celluy que je congneus ouan ?

              Esse vostre frère Jouhan

     Qui morut, ou [si] ce fut vous6 ?

                                       LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Il mourut, dont j’euz grant couroux.

                                       LE FAULCONNIER DE VILLE

30   N’en reschappa-il point ?

                                      LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

                                                            Nenny.

     Mais par ma foy, j’euz bien la toux7,

              Et fus plus malade que luy.

                                    Adonc, le Faulconnier champestre corne de son cornet.

                                      LE FAULCONNIER DE VILLE

              Et pourquoy corne-tu ainsi ?

              Sang bieu ! tu me romps bien la teste.

                                      LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

35   Ha ! tu n’entens pas, mon amy :

              C’est pour espovanter la beste.

              Aultrement je ne la conqueste

              Jamais, se n’est par mon cornet.

                                     LE FAULCONNIER DE VILLE

              Sang bieu ! cela n’est point honneste.

40   Je n’y veulx q’ung petit sifflet.

                                    LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Ha, dea ! dictes-moy, s’il vous plaist,

              Qui vous estes, si trèsabille ?

                                    LE FAULCONNIER DE VILLE

              Mignon, dorelot et dehait,

     Ung gentil faulconnier8 de ville.

                                    LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

45   Sainct Jehan ! je sçay bien le s[e]tille9

              De faulconnerie des champs.

                                    LE FAULCONNIER DE VILLE

              Nous sommes donc bien différens :

              Se cornez pour espovanter,

              Je siffle pour (l’) aprivoyser.

50   Mais dictes-moy sans plus baver :

              Que faictes-vous de cest espieu ?

                                   LE FAULCONNIER DES CHAMPS

              Que j’en fais ? C’est pour le senglier,

              Quant [je] le treuve en quelque lieu.

              […………………………………………. -ieu,]

              Vous ne portez point de baston ?

                                  LE FAULCONNIER DE VILLE

55    Si fais, si fais, par le sang bieu !

     J’en ay ung gorgias, mignon.10

                                 LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Et que ne le portez-vous dont ?

                                 LE FAULCONNIER DE VILLE

              Si fais-je tousjours quant et moy.

              Ma foy ! c’est ung maistre baston,

60    Long de demy pié et ung doy11.

              Mais aucuneffoys, par ma foy,

              Il ploye12 quant je baille un(e) estoc.

              Certes, oncques creste de coq

     Ne fut plus rouge13 que le manche.

                                LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

65    Où le portez-vous ? En la manche ?

                                LE FAULCONNIER DE VILLE

              Nenny non, il a ung estuy

              Que j’ay tout proprement pour luy.

              Et jamais je ne le remue

              Sinon qu’ayes [la] beste abatue.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

70    Vertu bieu, vous me dictes raige !

              Je suis en dangier qu’on me tue,

              Quant le senglier vient au passaige ;

              Et j’ay baston long d’avantaige,

              Ferré, et pour frapper de loing.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

75    Par sainct Jehan, je sçay l’usaige

              D’abatre [la] beste en ung coing.

              Lors, prens mon baston en mon poing

              Et frappe d’estoc et de taille.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Sang bieu ! je cuide qu’il se raille.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

80    J’avou Nostre Dame ! non fais.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Je congnois les quartiers du boys,

              Et si, suis souvent sans rien prendre ;

              Tousjours de bons chiens deux ou trois

             À chacun buisson pour actendre.

85    Aussi, nul ne sçauroi[t] comprendre

              La joyeuseté qui y est.

              La belle petite herbe y croist,

              Et [si], le rossignol y chante14.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Sainct Jehan ! j’ay une autre forest

90    Où tous les jours le cocu15 chante.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              J’ay belle hacquenée courante ;

              Le beau troctier, s’il est besoing

              Trèsbien monter et courir loing

              Par-dessus le plain boys ramage ;

95    Tousjours le bel espieu au poing

              Pour prendre la beste sauvaige.

     Et s’il est besoing, j’ay mon paige

              Habillé gorgiasement,

              Menant lévrier à l’avantaige.

100   Courir au boys légièrement ;

               Tomber tout plat, le plus souvent

               En ung fossay, homme et cheval.

              Mais cela, c’est déduit royal,

              Il n’est jamais rien si honneste.

105   Aulcuneffoys, fendre la teste,

              [Se] rompre une jambe ou ung bras ;

              Ce n’est rien, mais qu’on ayt la beste

              Pour tresbucher du hault en bas.

                               LE FAULCONNIER DE VILLE

              Par ma foy ! ce n’est pas mon cas.

110   Jà n’est si beau boys que Paris.

              Mais danger y a des marys

              Qui font le plus souvent le guet ;

              Ce sont les plus grans ennemis

              Qui [nous] puissent nuyre, en effect.

115   Saillir par la fenestre nect,

              Le plus souvent nous le faison(s).

     Puis estre empoignés [par le]16 guet,

              V(e)ez-en là toute la façon.

              Mais bien souvent, par tel blason

120   Et par une belle promesse,

     J’abatz le beau féron17

     Quant je luy monstre ceste lesse18.

              Et puis jamais je ne la blesse,

              Car mon baston n’est point ferray.

              [……………………………………… -ray :]

125   Lever le beau petit corpset,

              Beau petit têton sadinet,

              Belle entredeux, belle poictrine,

              Belle croppièr[e], belle eschine,

              Beau musequin, belles paupières,

130   Beaux petis yeulx, belle babine,

              Bel entretien, belles manières.

              Donner le vin aux chambèrières

              Pour parvenir à son actaincte ;

              Faire des choses singulières,

135   Mais que chandelle soit estaincte.

              Je [l’]ay chassay nuytée mainte ;

              À telz chaces je me congnoys :

     J’en suis ouvrier (sans faire feinte19)

              À la ville, nompas aux boys.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

140   Cela n’est point chasse de roys,

              De ducz, contes et gentilzhommes.

              Entre nous, mignons, quant nous sommes

              À chasser après quelque cerf,

              Il n’y a bras, jambe ne nerf

145   Que tout ne soit remply de joye,

              Quant ce vient à prendre la proye.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              C’est une grant joye,

              Quant on a monnoye,

              De chasser en ville.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

150   Pour prendre la proye

              Aux champs, par la voye,

              N’est chien20 si habille.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Il est inutille

              De sçavoir le stille

155   De chasser aux bestes :

              L’homme s’i débille

     Et s’en adnichille21,

     On s’i rompt [les testes]22.

              Nul ne face festes

160   De bestes muettes

              (Ne m’en parlez point !),

              Mais bestes honnestes

     Portant belles testes23

              Et le corps bien oint.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

165   Quant on est à point,

              Jamais on ne faint

              De courir aux boys.

     G’y ay faulté maint24

               Sans en faire plaint

170   En mon beau lourdoys25,

              Pour en prendre troys

              Tout à une foys

     Quant est le lever26.

                               LE FAULCONNIER DE VILLE

     Quant je voy chanter27

175   Sans trouver danger,

               C’est une plaisance ;

              Mais au bois troter,

              C’est pour enrager :

              Ce n’est que grevance.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

180   Moy, de ma naissance,

              J’ay la congnoissance

              Que c’est de chasser ;

              Mais par ignorance,

               Souvent on s’avance

185   Pour son col casser.

                               LE FAULCONNIER DE VILLE

               Qui se peult lasser

               Bestes pourchasser,

               Qui sont si mignonnes,

               Et les embrasser,

190   Et s’entrebaiser ?

               Telz chaces sont bonnes.

               [C]es belles têtonnes,

     Ces petites connes28,

               Ces beaux musequins ;

195   Bourgoises, nonnains,

              Les beaux brodequins :

              V(e)ez-en là la vie !

              Les beaux pathelins

              Pour venir aux fins

200   De prendre s’amye.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Tant cela m’ennuye !

              Tu dis resverie :

              Il n’est que le boys.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Par saincte Marie !

205   Je n’ay point d’envie

              Qu’à ces beaux minoys.

                              LE GENTILHOMME                SCÈNE II

              Arrière, villains ! Gentilloys

              Sont-ilz point gens pour avoir bruyt,

              Pour avoir bestes en leurs boys,

210   Pour chasser et faire déduyt ?

              En toutes pars sont, jour et nuyt.

              On doit aux gentilzhoms honneur.

              Il appartient à gentil cueur

              Services, hommaiges, honneurs.

215   Que font icy ces deux seigneurs ?

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Seigneur, « saigneurs29 », ce sont barbiers ;

              Nous sommes simples faulconniers,

              Il n’y a quelque seigneurie.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Je suis ung simple faulconnier,

220   Faulconnier me vueil renommer

              Et le seray toute ma vie.30

                              LE GENTILHOMME

              A-il quelque beste ravie ?

              Avez-vous riens prins en mon boys ?

              Je suis homme de seigneurie,

225   Je vueil entretenir mes droitz :

              Tribut me fault toutes les fois

              Qu(e) on prent [une] beste en ma terre.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Et ! que mauldicte soit la guerre31 !

              Je ne cessay huy de chasser,

230   De tournoyer, de tracasser,

              Ne de corner, ne de courir,

              De me tuer, de me lasser,

              Et n’ay rien sceu faire mourir.

                              LE GENTILHOMME

              Ha, dea ! il me soufist d’obéir ;

235   Je vous en crois bien, mon mignon.

     Ce non obstant que nous soyon

              Gentilzhommes, si fault-il bien

              Obéyr, et sur toute rien

              Aux dames et aux damoyselles ;

240   Espéciallement aux belles

              Qui ont mynois mignon et doulx.

              Quant nous nous trouvons devant elles,

              Nous nous mettons bien à genous.

              Avez-vous riens prins aussy, vous ?

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

245   Sang bieu ! qu’en avez-vous affaire ?

              Cuidez-vous qu’il soit nécessaire

              Que saichez se je prens ou non ?

              Que vous sachez de mon affaire,

              Sur mon âme, le vélà bon !

                              LE GENTILHOMME

250   Si en sçauray-je ! Pourquoy non ?

              Certes, vous en aurez32 à dire.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Par le sang bieu ! Vueillez ou non,

              Vous n’en sçaurez jà rien, beau Sire.

                              LE GENTILHOMME

              Par le sang bieu ! vélà pour rire :

255   Il vueult contrefaire du maistre.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Il n’y a rire ne desrire :

              Point ne suis faulconnier champestre,

              Vous n’avez sur moy que congnoistre.

              Je ne quiers point la sauvegine ;

260   Je quiers la beste féminine

              (Portant robe et chaperon,

              Gentil corps traictifz et mignon)

              Qui court tousjours sans nul arrest

              De çà de là, à l’environ

265   De Paris, à la grant forest.

                              LE GENTILHOMME

              Sang bieu ! si [sçaurai-ge]33 que c’est,

              Se vous prenez riens sur ma terre.34

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Or sus, sus ! À coup qu’on s’affaire35,

              Par le sang bieu ! Je siffleray ;

270   Et vray(e)ment, après je verray,

              Se je prens quelque venoyson,

              Se vous aurez tribut ou non.

              Sang bieu ! on le verra ennuyt.   Adonc, il siffle :

              Huit huit huit huit huit huit huit [huit] !36

275   Je vous requier que chascun voye

              S’il nous viendra point quelque proye…

                      Icy, vient une belle fille de dehors, sans mot dire.    SCÈNE III

              Je ne suis pas si lourdinet :37

              Vécy le gent musequinet

              Qui se vient offrir à mes mains.

280   Tenez, quelz yeulx ! sont-il bien painctz ?  Icy, prent la belle fille.

              Rondes38 paupières, blondz sourcilz,

              Large fronc, petit nés traictifz,

              Long bras, molle main, menus dois.

     Regardez, à vostre advis,

285   S’on39 prent telles bestes au boys.

              Joues vermeilles, petit mynoys,

              Corps court, ferme pié et petit,

              Sertie40 comme ung beau harnoys.

              N’esse [pas] proye à l’appétit,

290   Ceste proye, pour chasser de nuyt ?

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Puisque [tu] as proye et déduit,

              Ne sçais-tu tirer ton baston ?

              Tu m’as dit qu’il est si mignon

              Et qu’il est si bien emmanchié41 :

295   Je te prie que nous le voyon

              Avant qu’il en soit plus presch[i]é.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Que le voyez ? C’est bien chié !

              La beste n’est pas abatue.

                              LE GENTILHOMME

              Dea ! il en fault avoir la veue,

300   De ceste beste nouvelle prise.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Et ! par la mort bieu, je la prise

              Plus que tous ceulx de vostre boys.

              Regardez-la bien au mynoys,

              [Et qu’]ung chascun sa veue y fiche.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

305   Sang bieu ! c’est une belle biche.

                              LE GENTILHOMME42

              Elle a le corps beau et mignon :

              G’y ay tribut, vueillez ou non.

              En effect, il n’y a remède.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Il fault qu’aultrement on procède,

310   Par ma foy ! Vous n’y aurez rien

              Tant que vivez, soit belle ou laide.

              Gentilesse, m’entendez bien :

              Allez quérir vostre grant chien,

              Et en allez chasser au bois.

315   Que ayez ce gentil minoys ?

              Mais, beau Sire, de quel endroit ?

              Tel demande qui se déçoipt.

              Beste n’est point à départir43.

                              LE GENTILHOMME

              Le sang bieu ! avant que partir

320   D’icy, si en auray ma part !

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Beau Sire, tirez-vous à part

              Et gardez d’y mectre la pa(c)te :

              Car se vous estes si cocquart,

              Danger y a que ne vous bate.

325   La mort bieu ! fault-il qu’on départe

              Une mignonne si pollye ?

                              LE GENTILHOMME

              S’el estoit cent foys plus jolye,

              Et l’euss[i]ez-vous cent foys plus chère,

              Mon mignon, je vous certiffie :

330   J’auray du quartier de derrière.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              C’est une biche fort entière,

              Voyre qui n’est pas fort sauvaige ;

              Et vray(e)ment, ce seroit dommage

              De [la] faire mettre en quartiers :

335   El44 a les yeulx si beau[x] et clers,

              Si doulx et si bénivollens.

              Pleust à Dieu que moy et mes chiens

              À nostre boys l’eussions trouvée !

              Saint Jehan ! je l’eusse esprouvée,

340   Et eusse sceu qu’elle sçayt faire.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Ma foy, il n’est point nécessaire

              À telz gens de trouver telz bestes ;

              C’est à entre nous45, gens honnestes,

              Qui sçavent les places et les lieux

345   Là où nous trouvons noz conquestes

              Et bestes qui portent telz yeulx.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Vous debvez bien estre joyeulx,

              De congnoistre si bien le trac46.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Je [vous foys]47 mon beau trique-trac48

350   Tout doulcement, à ung sifflet ;

              Et se ne vient, je torche sac

              Sur la joue, d’ung beau soufflet49.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Vous en faictes ce qui vous plaist.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Rien, rien ! Je ne m’en vueil qu’aler

355   Au matin à l’issue d’un cloistre,

              Sans une seulle heure guetter.

              Je suis homme pour les congnoistre50.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              La mort bieu ! je vouldrois bien estre

              Devenu faulconnier de ville,

360   Et que j’eusse laissé mon estre51.

              Je prise bien ung tel s[e]tille.

              Vélà beste assez habille

              Pour me nourrir toute ma vie.

              En effect, j’en ay grant envie.

365   En somme, je ne sçay que dire.

                              LE GENTILHOMME

              Çà, çà ! mignon, sans contredire,

              Il est temps de prendre mon droit.52

                              LE FAULCONNIER DE VILLE,  en se mocquant

              Que vous fault-il(e) ?53

                              LE GENTILHOMME

                                                             De quel endroit

              Contrefaictes-vous le mocqueux ?

370   Je vueil avoir [de] l’entredeux54,

              Du millieu et de la poictrine.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Vous portez par trop lasche mine55

              Pour avoir ce que demandez,

              Je cuide. Se vous actendez

375   Que la beste soit départie,

              Vous aurez petite partie.

              Vous n’estes point assez rusay.

                              LE GENTILHOMME

              Qu’esse-cy, suis-je abusay ?

              Vécy ung terrible censier56 !

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

380   Dieu ait l’âme du devancier

              De vostre premier père-grant !

              S’il estoit icy maintenant,

              Il vous feroit bien besoing.

              De ce gentil sadinet groing,

385   Que vous en eussiez une pièce ?

              Garde n’avez qu’on la deppièce,

              Qu’en eussiez à57 vos appétis !

              Gentilz faulconniers de Paris,

              Mignons, fraséz et [bien] honnestes,

390   Entendus en faitz et en ditz,

              Lairront-ilz départir leurs bestes ?

              Nenny non ! Ilz ont bonnes testes58,

              Ilz sont pour deffendre leur proye.

              Ilz ont de l’argent et monnoye,

395   Bagues, aneaulx et afficquetz :

              Ce sont leurs chiens et leurs bracquetz,

              De quoy ils chassent tous les jours.

              Ilz sçavent les façons et tours

              De chasser [l]a beste privée.

                              LE GENTILHOMME

400   Et ! sans plus faire d’estrivée,

              [Je] propose en conclusion,

              Puis que tu as intencion

              Que n’en ayes rien aulcunement :

              Jouons, à quelque esbatement,

405   À qui el sera toute entière.

                              LE FAULCONNIER [DE VILLE]

              Sang bieu, vécy bonne manière !

              Oncques-mais je ne vy mieulx dire.

     Certes j’en suis content, beau Sire.

              Regardez à quoy nous jouerons.

                              LE GENTILHOMME

410   Or çà, vécy que nous ferons,

              Affin que bien [vous] l’entendez :

              Moy et vous, nous serons bendéz59 ;

              Et ferons60 en telle manière

              Que on se tirera arrière.

415   Et qui plus tost dessus la teste

              Les deux mains mettra sur la beste,

              Il l’emmènera loyaulment61.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Par le sang bieu ! j’en suis content,

              Pourveu que l’autre joue pour moy.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

420   Le voulez-vous ?

                              LE GENTILHOMME

                                                Ouy, sur ma foy.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Or çà doncques, que je vous bende !

              Aultre chose ne vous demande.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Ne moy aussi. Je suis tout prest.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

              Or çà doncques, sans plus d’arrest !   En les bendant :

425   Vous estes bendés, à ceste heure.

                              LE GENTILHOMME

              Demeure62 !

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

                                       Demeure !

                              LE GENTILHOMME

                                                             Demeure !

              Par ma foy, elle sera mienne.

                           LE FAULCONNIER DE VILLE, en emmenant la Mignonne

              (Ce sera mon, mais qu’il la tienne ;

              Mais il n’a garde qu’il [la touche]63.)

                              LE GENTILHOMME               SCÈNE IV

430   Ha, ha ! s’emprès d’elle j’approuche,

              Je l’empoigneray hault et bas.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Mon serment ! il ne m’en chault pas

              Guères, se je n’y metz la main.

                              LE GENTILHOMME

              Elle est mienne, pour tout certain,

435   Puis que tu n’y prétens nul droit.

              El64 debvroit estre cy endroit.

              Faire me fault encore ung pas.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Je prometz à Dieu qu’el n’y est pas.

              En effect, je n’y treuve rien.   En se desbendant :

440   Certes, le cueur me disoit bien

              Qu’il nous65 joueroit de passe-passe.

          LE GENTILHOMME,  [en se desbendant]

              Pleust à Dieu que je le trouvasse66

              Tout au coupet de nos garniers67 :

              Je le ferois saulter en bas !

445   Esse le fait de faulconniers

              De me tromper par ung tel cas ?

              Se je le tenois en mes las,

              [Luy] et la beste, à mon chasteau,

              Ha ! il ne m’eschapperoit pas

450   Que il ne beust tout son saoul d’eau68 !

              Je vois après le ribaudeau.

              La mort bieu ! je le feray pandre.

              Le sang bieu ! j’estoye bien veau

              De ce quoquart jeu69 entreprandre.

455   Messeigneurs, se voulez attendre               SCÈNE V

              Jusqu(es) à une prochaine70 fois,

              Et nous essayerons à comprendre

              Matière de pris et de poix.

              Prenez en gré, car je m’en voys.

                                  

                                       EXPLICIT

*

1 Halina Lewicka, Études sur l’ancienne farce française, Klincksieck, 1974, p. 119.   2 Quatre en comptant la fille.   3 Furet. Mais au second degré : pénis (Guiraud, Dictionnaire érotique). « Son braquemard,/ Son furon furetant sans cesse. » Jodelle.   4 Sexe de la femme (Guiraud). « J’adressay [Je pointai] son furon et le boutay en mon terrier. » Cent Nouvelles nouvelles.   5 Chien pour chasser le renard. Ici, c’est un rabatteur, comme la lice des Sotz fourréz de Malice.   6 Déjà le rat de ville se moquait du rat des champs.   7 Il y avait eu une grave épidémie de coqueluche en 1510.   8 Le faucon (jeu de mots sur con) désignait le sexe de la femme : « J’ay autrefois vostre faucon tenu,/ Et m’en suis veu seul gouverneur et maistre. » Saint-Gelais.   9 Manière d’agir, ruse, subtilité. Idem vers 361.   10 « Le baston à un bout qui me pend entre les jambes. » Rabelais, Tiers Livre, 18.   11 De 19 cm.   12 « Je feroye une jouste seulle,/ Mais ma pouvre lancette ploie. » Jehan Molinet.   13 « Il jouera bien de son baston/ Au bout rouge. » (Le Mariage de Robin Mouton, F 32.)  Le phallus qui orne parfois le bonnet des Sots peut être symbolisé par une tête de coq.   14 Le fauconnier champêtre est un amateur de chansons. Cf. vers 221.   15 Jeu de mots sur coucou et cocu : « Ce n’est maintenant la saison/ Que les cocus doivent chanter. » 1623.   16 F : du   17 Bête sauvage.   18 Ce collier précieux. Cf. vers 395.   19 F : feste   20 F : ciens   21 S’y affaiblit et en est annihilé.   22 F : la teste   23 F : gestes   24 J’ai échoué souvent.   25 Dans mon langage rustique.   26 F : leurier  (« Le lever », c’est le moment de lever le camp, de partir. Il semble manquer deux vers en -oys, et un en -er.)   27 Il faut peut-être lire : Quant je voys chasser.   28 Diminutif affectueux : « Acollez-moy, ma doulce conne ! » Le Dorellot aux femmes.   29 F : seigneurs  (Les barbiers pratiquaient les saignées. Le Fauconnier de ville traite les privilèges de la noblesse avec la même insolence que le barbier Figaro.)   30 Ce vers apparaît dans plusieurs chansons : voir le Gaudisseur, v. 3.   31 Cette polémique.   32 F : scaures  (Dans ce vers, le futur a la valeur du présent.)   33 F : scauuaige   34 F ajoute : Et scauray plaise ou non plaise / Que cest ou il y aura guerre   35 F : serre   36 F ajoute : Seigneurs ne faicies point de bruit   37 F ajoute au-dessus : Or regardes si je mentoye   38 F : Blondes   39 F : Sont   40 F : Seruie  (Sertie = ajustée, bien cousue. On scande ser-ti-e.)   41 Pourvu d’un bon manche. « Un bon garçon de village très bien ammanché. » Des Périers.   42 F ajoute dessous : Ha par le sang bieu cest mon / Sans bieu quel petite genice   43 Partager.   44 F : Et   45 « Entre nous » est un normandisme pour « nous autres ». Idem vers 142. Cf. Lewicka, p. 61.   46 Action de suivre une trace.   47 F : voys  (Foys = fais.)   48 Manœuvres d’approche. « Le Trictrac des Frères Frapars. » Pantagruel, 7.   49 Et si elle ne vient pas, je la gifle. Koopmans (p. 383) voit dans « sac ! » une interjection. C’est possible.   50 « Connaître » au sens biblique et néanmoins érotique.   51 F : maistre  (Estre = condition, manière d’être.)   52 F ajoute : Nous ne faisons icy que nuyre / Qui meshuy attendre vouldroit   53 « Que vous faut-il ? » fut d’abord une demande polie des serviteurs. Puis les pages en firent une réplique insolente.   54 De l’entrefesse (v. 127). « En son entre-deux,/ [Elle] sentit un gros chose nerveux/ Qui lui farfouille le derrière. » Cabinet satyrique.   55 Les amateurs de contrepets diront que sa mine est piteuse.   56 Celui à qui on paie le cens.   57 F : en   58 Ils ont des couilles ! Testes = testicules : « Ung homme a deux testes, et la femme n’en a que une. » Bruno Roy, Devinettes françaises du Moyen Âge.   59 Nous aurons les yeux bandés. (Ils vont jouer la fille à colin-maillard.)   60 F : serons   61 F : royaulment  (Loyaument = à la loyale.)   62 Ne bouge plus ! (Il s’adresse à la fille.)   63 F : lapproche  (au vers suivant.)   64 F : Et   65 F : vous   66 F : tenisse   67 Tout en haut de mon silo à grains. « Au coupeau d’un petit grenyer. » Le Trocheur de maris.   68 Dans les douves du château.   69 F : ien   70 F : autre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :