Archives de Tag: Gentilhomme

LE GENTIL HOMME ET SON PAGE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

 

 

*

LE  GENTIL   HOMME  ET   SON  PAGE

*

 

Ce dialogue normand, composé après le mois d’octobre 15251, campe un nobliau famélique et mythomane, contredit par un valet insolent qui a malgré tout de l’affection pour lui, oscillant entre Sancho Pança et Figaro. On trouvait le même couple bancal dans Légier d’argent (F 25), et des emprunts à cette farce fourmillent dans le présent dialogue.

Source : Manuscrit La Vallière, nº 10.

Structure : Rimes plates, avec 1 triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce joyeuse à deulx personnages, 

 c’est asçavoir

ung Gentil homme

et son Page

lequel devient laquès

 

*

 

                                     LE  GENTIL  HOMME  commence

            Mon page !

             LE  PAGE

                                     Qui fut et n’est plus.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pourquoy ?

             LE  PAGE

                                   Je veulx changer de maistre2.

             LE  GENTIL  HOMME

           La raison ?

             LE  PAGE

                                  Vous estes reclus3.

             LE  GENTIL  HOMME

           Mon page !

             LE  PAGE

                                   Qui fut et n’est plus.

           [………………………………. -us

           ……………………………….. -estre.

                                        LE  GENTIL  HOMME

5   Mon page !

             LE  PAGE

                                  Qui fut et n’est plus.]

             LE  GENTIL  HOMME

           Pour quoy cela ?

             LE  PAGE

                                          Je veulx changer de maistre.

             LE  GENTIL  HOMME

           Beaucoup de bons tours puys congnoistre,

           Que t’ay monstré le temps passé.

             LE  PAGE

           Vous chûtes par une fenestre,

10   À la montre4, et fustes cassé.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pource que j’estoys espassé5

           Et hardy en une bataille,

           On m’a cassé6 ; car on me baille,

           Le temps avenir, plus grand charge.

             LE  PAGE

15   Vous avez beau mentir ; que per-ge7 ?

           Car je cuyde, pour abréger,

           Que vous estes hors de danger

           De rien prendre8 à l’argent du Roy.

             LE  GENTIL  HOMME

           Tient-on pas grand conte9 de moy,

20   Quant je suys parmy les seigneurs ?

             LE  PAGE

           Ouy dea. Mes ce sont les greigneurs10

           Avec qui je vous vis jamais

           Que le Fin-Vergus11 de Beauvais,

           Monsieur du Croq, Hape-Gibet,

25   Qui ont tant usé de débet12

           Et trouvé13 chose[s] non perdus :

           Yl ont esté tous troys pendus

           Par le prévost des mareschaulx.

                                         LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, viençà !

           Nombrerès-tu bien les monceaulx

30   Des cors que j’ey mys à [la] fin14 ?

             LE  PAGE

           Ouy dea ! ouy dea ! Se j’avois un coffin15

           Des poulx qu’avez mys à [la] mort16,

           Yl en seroyt plain jusque au bort,

           Et fût-y grand comme un boysseau.

             LE  GENTIL  HOMME

35   M’a[s]-tu pas veu porter l’oyseau17,

           Et tenir train de gentillesse18 ?

             LE  PAGE

           [L’oyseau ?] Ouy dea, par hardiesse :

           Mais c’estouent poulès19 dérobés.

           LE  GENTIL  HOMME

           Touchant joueurs de cartes et de dés,

40   En vis-tu onc[ques] en ta vye

           Un mieulx prisé en seigneurye20,

           N(y) un plus beau joueur que je suys ?

           Car certainnement, je poursuys

           Tousjours le train des gentis hommes.

             LE  PAGE

45   Jamais vous n’y perdîtes grans sommes

           En un jour de vostre vivant :

           Car jamais je ne vous vis vailant

           Troys soublz que vous n’en dussiez sis21.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je ne sçay plus comme je suys ;

50   Mon varlet se moque de moy.

             LE  PAGE

           Non fais, je vous promais ma foy.

           Mais je ne me puys convertir22

           À vous ouïr sy fort mentir

           Et vous gorgier23 en ce poinct.

             LE  GENTIL  HOMME

55   Or viençà ! Ne te souvient-y poinct

           Que j’entris sans plus d’atente

           Vailamment [de]dens une tente

           Où je conquestis une enseigne24 ?

           Et sy, je prins un capitaine

60    Et deulx pièces d’artillerye.

             LE  PAGE

           [Et] où fusse ?

             LE  GENTIL  HOMME

                                        Dens une tente.

             LE  PAGE

           Où ?

             LE  GENTIL  HOMME

                        Dens une tente.

             LE  PAGE

                                                       [Où bien vite

           Avez fuy ?

             LE  GENTIL  HOMME ]

                                 Une bonne fuyte

           Vault mieulx c’une mauvaise atente25.

             [LE  PAGE]

65   Quant de cela, je n’en sçay rien.

           Mais vrayment, y me souvient bien

           Qu’à la Journée des Esperons26,

           [………………………. -ons,]

           Vous fuÿtes dens ung fossé.

           Et puys quant tout fut [d]éblocé27,

70   Vous [ac]courûtes au pillage28.

           LE  GENTIL  HOMME

           Tant tu me fais de dommage,

           De desplaisir et destourbier29 !

           Et sy tu me vouloys un petit suplier

           Et me coloquer30 en tous lieux,

75   Tu t’en trouverès beaucoup mieux :

           Je te pourvoyerès devant tous.

             LE  PAGE

           Je vous emprie, prenez pour vous

           Des biens, sy en povez avoir31 ;

           Garde n’avez de m’en bailler,

80   Ce croi-ge, sy n’en avez d’aultres.

             LE  GENTIL  HOMME

           Y fauldra que je vous épiaultres32,

           Sy de bref vous ne vous changez !

             LE  PAGE

           Y fauldra bien que vous rengez33,

           Ou que vous vous servez vous-mesmes !

             LE  GENTIL  HOMME

85   Tu sçays bien que tu es à mesmes34

           De tout mon bien d’or et d’argent.

           Tu congnoys tout entièrement,

           Maistre et seigneur de mes mugos35

           –Et tu m’entens bien en deulx mos36.

             LE  PAGE

90   Le deable emport qui [ne] vous vit

           Jamais que des gros [sans crédit]

           Qui courent parmy ces maraus37 !

           Vous n’avez jumens, ne chevaus,

           Ny habis qui ne souent en gage38 ;

95   Vostre chemyse est de louage.

           Et sy39, vous fault ung serviteur !

             LE  GENTIL  HOMME

           Tu says bien que tu es menteur :

           J’ay troys ou quatre nobles fieulx40,

           Et de la terre en plusieurs lieux.

100   Parmy les dames, qui [m’en croyt41,

           Quant auprès d’elles on me voyt,]42

           Je ne say aux-quelles entendre.

             LE  PAGE

           Il est bien vray que je vous vis prétendre,

           En un soeir43, au cler de la lune,

105   De coucher avec[que] que[l]que une

           Qui d’une main estoyt manquete44 ;

           Et vous eng[ign]a d’une pouquete45

           La galande, et revîntes tout nu46.

            LE  GENTIL  HOMME

           Voylà pour toy bien mal congneu

110   Le bon plaisir que je t’ay faict.

           Je t’ay acoustré, en effaict,

           Depuys l’espasse de dix ans.

           Voylà le train des bons enfans,

           Maintenant : ne congnoyssent rien.

             LE  PAGE

115   Sy vous ay-ge faict plus de bien

           Que vous ne m’avez déservy47.

             LE  GENTIL  HOMME

           Ne soyons poinct icy messuy48.

           As-tu poinct veu mon estan ?

             LE  PAGE

           Ouy, ouy, [et] les neiges d’anten49 !

120   (Y n’a ny estan, ne clapier50 :

           C’est ung grand fossé de bourbier

           Où sont gregnouiles et mûrons51.)

             LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

             LE  PAGE

                                   Je dis Monssieur que : « Les hérons

           Vous [y] ont faict un grand dommage52. »

             LE  GENTIL  HOMME

125   Vers quel costé ?

             LE  PAGE

                                           Vers le rivage.

           Yl ont gasté le petit fieu.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je t’en croy bien, page, par Dieu :

           Sy avoyt-y force pouesson53.

                                     LE  PAGE

           Il y en y a autant c’un ouéson

130   Porteroyt bien dedans son bec.

                                     LE  GENTIL  HOMME

           Mon grand muret […….. sec],

           Combien contient-y bien de tour ?

                                     LE  PAGE

           Autant qu’on feroit, de ce jour,

           À boyre chopine de vin.

135   (Y n’a terre, vigne, ne vin54 :

           Je dis vray, par saincte Marye !)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                    LE  PAGE

                                 [Que] vostre prarye

           Contient envyron quatre lieux55.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           A ! tu as dict vray, semydieux56 :

140   Yl y sont à la grand mesure.

           Quans herpens57 ay-ge de pasture ?

                                    LE  PAGE

           Envyron III ou IIII cens.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Qui ne te croyt, y n’a pas sens.

                                    LE  PAGE

           (Ouy, bien autant de sens, je dis,

145    Que sur la queue d’une souris.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Tous mes grains, où seront-y mis ?

                                     LE  PAGE

           y seront ?

                                     LE  GENTIL  HOMME

                                   Ouy, ouy.

                                     LE  PAGE

                                                      Cheux vos amys58 !

           Et me semble qu’i seroyt bon

           De les mectre en un mulon59,

150   Près du grenier où est le foing.

           (Par ma foy ! y n’a pain ne grain

           Qu’i séroyt60 mectre en sa gorge.

           Je dis vray, par monsieur sainct George !)

                                     [ LE  GENTIL  HOMME

           Mon avoynne61 est-elle battue ?

                                     LE   PAGE

           Par] ma foy, je ne l’ay poinct veue.

155    (El est d’une estrange couleur !

           D’avoynne ? Vouélà grand douleur.

           Je ne say qui luy eust baillée :

           Y n’en a pas une escullée62,

           De cela je suys bien certain.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

160   Et du reste de l’autre grain,

           Nous en avon à grand foyson ?

                                    LE  PAGE

           Ouy dea, assez et de raison,

           Ma foy, Monsieur, pour nostre année.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Ceste journée,

165   As-tu pas veu mes grans chevaux63 ?

                                    LE  PAGE

           Ouy, ma foy, Monssieur : y sont beaux.

           Y les faict bon vouèr à l’estable.

           (Des grans chevaulx ? Yl a le deable !

           Y n’a que de vielles jumens

170    Qui n’ont aux g[u]eulles nules dens :

           Vouélà tous les chevaux qu’il a.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Page, viençà ! Qui me bailla

           Ce cheval qui est à ma femme ?

                                   LE  PAGE

           Ce fust le roy, Monssieur. (Mon âme !

175   Comme y baille de la bigorne !

           C’est un viel cheval qui est borgne,

           Et n’est c’une vielle carongne

           De jument à qui les os percent ;

           Le cul et les jambes luy herchent64

180   De malle fine povreté.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Suy-ge monté,

           À ton advis, à l’avantage65 ?

                                 LE  PAGE

           Ouy Monssieur, [ainsy] comme [un] page

           Qui va à pié le plus66 du jour.

                                 LE  GENTIL  HOMME

185   Je ne doibtz pas avoir de pa[o]ur67,

           Quant je me trouve en quelque assault.

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                               Pren mon courtault68 :

           Je te le donne pour ton étrène ;

           Le tien te faict par trop de peine,

190  Car y me semble par trop las.

                                LE  PAGE

           Grand mercy, Monssieur ! Et ! quel soulas !

           Je me doys bien réconforter.

          (S’il en avoyt pour le porter

           Luy-mesmes, le povre cocu,

195   De XX soublz69 ou d’un povre escu,

           Pensez-vous qu’i feroyt du maistre ?)

                               LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                  Y te fault estre

           Dedens un moys en Angleterre.

                                LE  PAGE

           Et pour quoy faire ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                Tu m’iras querre

200  Douze haquenés70 à Hantonne,

           Que le roy [des] Engloys me donne ;

           Y valent bien, chascun, cent frans.

           Tu luy mairas71 mes chiens courans

           Pour coupler avec ses lév(e)riers.

                                LE  PAGE

           Ouy, par ma foy !

205   (Y n’a que des chiens à bergers,

           Tous aussy velus c’une vache ;

           Et sy, ont l’oreille aussy flache

           Et aussy mole c’une trippe.)

                                LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                  Que c’est [de] la tippe72,

210   Monssieur ? Voulez-vous qu’on luy maine ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Laquelle esse ?

                                LE  PAGE

                                       C’est Marjollaine,

           [C’est] la plus belle du tropeau.

           (Par ma foy ! on luy voyt73 la peau,

           Tant est morfondue et rongneuse.)

                                LE  GENTIL  HOMME

215   Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                 Elle est plaisante y amoureuse74,

           Ceste chienne, la plus du monde.

                                LE  GENTIL  HOMME

           Et ! c’est cela où je me fonde.

                                LE  PAGE

           Voulez-vous qu’el y soyt menée ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Ouy dea !

                                LE  PAGE

                              [Sy elle n’est]75 traînée,

220   Ceste chienne va sy à loysir

           Qu’à peine poura’le suyvir76

           Un cheval sy tost que le pas

           –Entendez-vous ? je ne mens pas–,

           Tant [elle] est vilaine, orde et salle.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

225   Page !

                                 LE  PAGE

                           Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                   Dedens ma salle77,

           Y faict-y pas maintenant beau ?

                                 LE  PAGE

           Ouy de[a], Monssieur, tout de nouveau78

           [Vous] l’avez faict paindre, pour seur.

           (Mais quelle salle ! c’est hideur :

230   Il n’en a poinct, que sa chemise79 ;

           C’est celle-là dont y devise

           Et de quoy il entent80 parler.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                 LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                 Va-moy seller

           Mon courtault, qui est à l’estable !

                                 LE  PAGE

235   Vostre courtault81 ? (De par le deable !

           Je n’en sache poinct qui vous hète82,

           Que celuy de vostre brayète,

           Qui vous donne bien du tourment…)

                                  LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                  LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                  LE  GENTIL  HOMME

            Aproche-toy légèrement !

240   Et ! tout le temps que me83 servy[s],

           –Je me croy bien à ton avis84,

           [Dis-moy le vray, par ton serment]–,

           T’ai-ge pas payé ton paiment

           Vaillamment, par chascun cartier85 ?

                                 LE  PAGE

           Y n’a poinct falu de papier

245    Pour en escripre la quictance !

           (J’en tiens86 encores sans doubtance

           Tout ce qu[e j’]en receus jamais.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Gens qui ont serviteurs parfaictz

           Les doibvent bien entretenir.

                                 LE  PAGE

250    Mais leur laisser tout leur[s] aquestz

           Vailamment, sans rien retenir.

           Je vous suplye, alons-nous-ent87

           Bien tost ; parton légèrement,

           Et laissez ceste vanterye

255   Dont estes plain : c’est moquerye

           [Que] de vous et de vostre affaire.

           Adieu, ne vous veuile desplaire88 !

 

                                                     FINIS

*

 

1 André Tissier : Recueil de farces, tome 10, pp. 187-189. Droz, 1996.   2 D’après le titre, il veut devenir laquais [valet d’armée]. Un page ne restait jamais dix ans <vers 112> dans cette fonction peu lucrative, et surtout, réservée aux enfants : car un page devait être le modèle réduit de son maître, comme en témoigne l’eau-forte de Jacques Callot intitulée un Gentilhomme et son Page (1617).   3 Cloîtré : la misère lui interdit toute vie sociale.   4 En regardant défiler la troupe. Il faisait donc partie des badauds, et non des soldats qui paradaient.   5 Loin de mes camarades (qui étaient restés en arrière).   6 Cassé aux gages, révoqué sans solde. Il fait semblant de mal comprendre le « cassé » du vers 9, qui se rapportait à ses fractures.   7 Vous mentez pour rien ; qu’ai-je à perdre ?   8 LV : perdre  (Vous ne risquez pas d’être payé par l’État, contrairement aux militaires.)   9 Jeu de mots involontaire sur « tenir compte » et « tenir des contes » [se livrer à des racontars].   10 Les plus importants.   11 Fin-verjus est un savetier alcoolique et roublard (F 33, T 11). Le croc est le crochet des tireurs de bourses, et un outil pour crocheter les serrures : « Successeurs de Villon en l’art de la pinse et du croq. » (Marot.) Happe-gibet est synonyme de brigand, meurtrier et voleur (les Épithètes de M. de la Porte). Bref, le Gentilhomme ne fréquente que du gibier de potence.   12 Des reconnaissances de dettes. (Lat. debet = il doit.)   13 Euphémisme pour « volé ».   14 Parviendrais-tu à compter les ennemis que j’ai tués ? « Je ne cognois deux ne trois tant soyent puissans hommes que (il) ne les eust bien mys à la fin. » A. de La Sale.   15 Un couffin, une corbeille.   16 Forme attestée : « Furent jugés & mys à la mort. » Brut. Cf. Troys Gallans et Phlipot, vers 422.   17 Le faucon, que les nobles portaient sur leur poing quand ils chassaient. Cf. le Faulconnier de ville.   18 Le train de vie de la Noblesse (vers 43-44).   19 C’étaient des poulets.   20 Parmi les seigneurs, qui jouaient gros jeu.   21 Vous n’avez jamais eu trois sous vaillants sans en devoir six.   22 Résoudre.   23 Vous rengorger, vous vanter.   24 Un étendard dans une tente de l’ennemi.   25 « Le proverbe qui dict qu’une bonne fuitte vaut mieux qu’une mauvaise attente. » (Straparole.) Pour garder ce proverbe intact, notre auteur a dû introduire un quatrain abba.   26 LV : alemans   Le 20 mai 1525, la « guerre des Boures » (ou des Rustauds) donna lieu à la bataille de Scherwiller : les soldats lorrains (renforcés par quelques gentilshommes français) battirent l’armée des paysans luthériens allemands. Mais aucune « Journée des Allemands » n’est connue sous ce nom. La seule « journée » qui avait marqué les esprits, c’est la Journée des Éperons (bataille de Guinegatte, 16 août 1513), lors de laquelle les soldats français avaient pris la fuite, à l’instar de notre Gentilhomme : cf. l’Avantureulx, vers 408 et note 114. Remarquons d’ailleurs que ce vers 67 n’a pas de pendant : on ignore s’il rimait en -ans ou en -ons. Il est probable qu’un des premiers copistes a modifié ce vers en songeant au traité de Moore (30 août 1525), sur lequel la France comptait encore en octobre pour établir une paix durable avec la perfide Albion ; plutôt que de rappeler aux Normands, déjà furieux contre ce traité, qu’Henri VIII d’Angleterre était en plus le vainqueur de Guinegatte, il valait mieux détourner l’attention populaire sur des vaincus allemands.   27 Quand le blocus fut levé. « Les habitans commencèrent à débloquer et sortir. » Godefroy.   28 Comme un vulgaire troupier : « Plusieurs soldats accoururent de tous costéz, (…) chacun accourant au pillage. » (Le Mercure françois.)  Les combattants français de Guinegatte guerroyèrent surtout contre des poules : « Actes de batailles/ Font contre poulailles/ Noz gens. » (G. Cretin, Lascheté des gensd’armes de France à la Journée des Esperons.)   29 De contrariété.   30 Me mettre en bonne place. Il demande à son page de le valoriser devant les gens, comme le gentilhomme de Légier d’argent (v. notice) : « Jaquet, tu me fais plaisir/ Des biens que vas disant de moy. »   31 Rime normande avèr / baillèr.   32 Fracasse. « Courbatu, espaultré et froissé. » Rabelais, Quart Livre, 14.   33 Que vous vous corrigiez.   34 Gérant. « Je vous mettray à mesme mes biens, où vous pourrez puiser et prendre tant de richesse comme il vous plaira. » Amyot.   35 LV : tresors  (En Normandie, mugot = trésor <cf. Godefroy>. « Nous trouvasmes force trésors inutiles ; nous descouvrismes (…) le beau et ample mugot de Molan. » Satyre Ménippée.)   36 À demi-mot : je n’en dis pas plus pour ne pas révéler où ils sont cachés.   37 Des pièces dévaluées qui ont cours chez les vauriens que vous fréquentez. « De toutes receptes,/ Je ne sache c’un gros qui court. » Le Poulier à sis personnages (LV 27).   38 Qui ne soient hypothéqués.   39 Pourtant.   40 Fiefs. Idem à 126.   41 Si vous m’en croyez. Cf. le vers 143.   42 LV : plus est / ne me croyent pas la on y me vouent   43 Un soir.   44 Manchote.   45 Elle vous escroqua d’une bourse.   46 Sans argent. Galande = galante : cf. la Réformeresse, vers 89.   47 Payé de retour. « Jamais je ne pourroye/ Vous desservir les biens que me donnez. » Charles d’Orléans.   48 Maishui, indéfiniment. « Despeschez donques !/ Je ne veuil estre icy messuy. » (L’Oficial, LV 22.) Entre la rubrique et le vers 117, LV a intercalé des pattes de mouches sans rime ni rythme : Vienca nen parle iamais   49 De l’an passé. Clin d’œil à Villon : « Mais où sont les neiges d’antan ? »   50 Ni étang, ni monceau de pierres. Les vers 118-161 sont à rapprocher de ceux où Messieurs de Mallepaye et de Bâillevant font l’état des lieux de leurs domaines en ruines (vers 247-249). Beaucoup d’autres thèmes sont communs à ces deux dialogues.   51 Des grenouilles et des mûriers-ronces.   52 En exterminant les grenouilles dont vous vous nourrissez.   53 Beaucoup de poisson.   54 Rime dupliquée, qu’on pourrait remplacer par « grain » ou « foin ».   55 4 lieues normandes = 17,7 km.   56 Atténuation de « si m’ait Dieu » [si Dieu m’aide].   57 Combien d’arpents.   58 Chez les affamés avec qui vous frayez. La formule annonce le « cheulx mes amys » des Troys Gallans et Phlipot, v. 442.   59 D’en faire une meule : « Deux petiz mullons de blé. » (Godefroy.) Mais le page parle-t-il des grains, ou des amis de son maître ?   60 Qu’il saurait, qu’il pourrait.   61 À la place du fragment que j’ajoute entre crochets, le copiste a écrit puis biffé : davoynne   62 De quoi emplir une écuelle.   63 Ceux qu’on utilisait à l’armée. De là vient l’expression : « Monter sur ses grands chevaux. »   64 Se traînent.   65 Ai-je une bonne monture ? M. de Mallepaye (vers 176) s’en inquiétait déjà.   66 La plus grande partie. Cf. Légier d’argent (v. notice) : « Et par deffault d’une jument,/ Il va à pié le plus souvent. »   67 De peur, puisque j’ai un bon destrier.   68 Cheval de selle. Idem vers 234.   69 Pour 20 sous : lorsqu’il a un peu d’argent.   70 Montures réservées aux femmes : « Ils sont suivis des litières & des hacquenés de Sa Sainteté. » (Du Mont.) Hantonne = Southampton : « [Ils] singlèrent devers Angleterre ; puis arrivèrent et prirent terre à Hantonne. » (Froissart.)   71 Mèneras. Henri VIII n’aurait jamais abâtardi ses lévriers greyhounds ! On rapproche les vers 199-204 du Journal d’un bourgeois de Paris : « Au dict an 1525, environ le huictiesme octobre, passèrent parmy la ville de Paris vingt ou vingt-cinq hacquenées d’Angleterre que le roy d’Angleterre envoyoit à monsieur le Daulphin estant à Bloys ; et envoia aussi un grand nombre de chiens de chasse, comme cent ou plus, où y avoit grandz dogues d’Angleterre. » Si la référence aux chevaux paraît convaincante, la référence aux chiens l’est beaucoup moins, puisque c’est les chiens français que le page doit conduire en Angleterre, et non l’inverse.   72 « Que doit-on faire de la tippe ? » Mot inconnu ; c’est peut-être un de ces normandismes dont la pièce regorge.   73 LV : vord   74 Digne d’être aimée. « La plus belle dame du roiaulme d’Engleterre, et la plus amoureuse. » Froissart.   75 LV : quelle   76 Pourra-t-elle suivre.   77 La salle principale du château.   78 Tout récemment.   79 Jeu de mots : il n’a de « sale » que sa chemise.   80 Il veut.   81 Le Gentilhomme oublie qu’il vient de le donner au page (vers 187-188). Ce dernier se venge en dénigrant son autre courtaud, c’est-à-dire son pénis : cf. la Complainte d’ung Gentilhomme à sa dame, note 94.   82 Qui puisse vous faire plaisir.   83 LV : mas   84 LV : serment  (Je me fie à ton avis.)   85 Chaque trimestre.   86 Je retiens de mémoire.   87 Rime attestée : Maistre Mymin qui va à la guerre, vers 193.   88 Ce congé s’adresse-t-il au public, comme il se doit, ou au Gentilhomme ?

 

Publicités

LE FAULCONNIER DE VILLE

Tabourot

Ainsi con se trouve

*

LE  FAULCONNIER 

DE  VILLE

*

Cette farce écrite en 1511 exploite « une anecdote grossière dont le comique douteux repose sur quelques équivoques gaillardes1 ». C’est dire son intérêt ! Ce n’est toutefois pas sans finesse que l’auteur applique à la drague le vocabulaire de la chasse, comme le faisait le Capitaine des Sotz fourréz de Malice. Malgré son nom, le fauconnier champêtre pratique une chasse ordinaire, et non la chasse au faucon, apanage des nobles ; mais l’auteur était obligé de faire un pendant au Fauconnier de ville, qui traque le « faux con2 », c’est-à-dire le sexe des femmes. On notera la présence d’un personnage féminin muet, ce qui est très rare.

Source : Recueil de Florence, nº 26.

Structure : abab/bcbc irrégulier, mêlé de rimes plates, avec 2 virelais.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce nouvelle du

Faulconnier de ville

qui emmaine la beste privée tandis que

le Faulconnier champestre et le Gentilhomme

sont bendéz pour la cuider prendre à tastons

 

*

 

À III personnages3, c’est assavoir :

     FAULCONNIER  DE  VILLE

     FAULCONNIER  CHAMPE[STRE,  PÉROTON]

     LE  GENTILHOMME

     [UNE  BELLE  FILLE]

 

*

 

                           LE FAULCONNIER DE VILLE commence en sifflant    SCÈNE I

             Huit huit huit huit huit huit huit ! À coup ! Sus ! Au déduict !

                           LE FAULCONNIER CHAMPESTRE  [en cornant de son cornet]

             Pront pront pront pront pront pront [pront pront] !

                                           LE FAULCONNIER DE VILLE,  en sifflant

             Huit huit huit huit huit huit huit [huit] !

             Sus ! À coup, icy environ ! 

                                           En parlant à ung quidem4 de la compaignie :

5     Escoutez, hay, mon compaignon,

              Celluy que je vis avant-hier :

              Prestez-moy vostre grant furon5

              Pour aller chas[s]er au terrier6.

              Avez-vous point de reg[n]ardier7

10    Lequel vous me puissiez prester ?

                                    LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Est-il moyen de conquester,

              Ennuit8, quelque beste sauvaige ?

              Pour tracasser ne pour guetter

              Au boys, n’est-il nul(le) avantaige ?

15    En ung bois ramaige9,

              Soubz ung verd bocaige,

              N’est-il nulle proye ?

                                  LE FAULCONNIER DE VILLE

              Je sçay le passaige

              Tout à l’avantaige

20    D’en prendre montjoye10.

                                   LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Qui est celluy-là ? Qu’on le voye !

              Qui estes-vous, hay, compaignon ?

                                   LE FAULCONNIER DE VILLE

              Je suis vostre, or et monnoye.

              Par ma foy, mon gentil mignon,

25    N’avez-vous pas nom Péroton,

              Celluy que je congneus ouan11 ?

              Esse vostre frère Jouhan

              Qui morut, ou [si] ce fut vous12 ?

                                  LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Il mourut, dont j’euz grant couroux.

                                 LE FAULCONNIER DE VILLE

30    N’en reschappa-il point ?

                                 LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

                                                            Nenny.

              Mais par ma foy, j’euz bien la toux13,

              Et fus plus malade que luy.

                                Adonc, le Faulconnier champestre corne de son cornet.

                                 LE FAULCONNIER DE VILLE

              Et pourquoy corne-tu ainsi ?

              Sang bieu ! tu me romps bien la teste.

                                 LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

35    Ha ! tu n’entens pas, mon amy :

              C’est pour espovanter la beste.

              Aultrement je ne la conqueste

              Jamais, se n’est par mon cornet.

                                 LE FAULCONNIER DE VILLE

              Sang bieu ! cela n’est point honneste.

40    Je n’y veulx q’ung petit sifflet.

                                      LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Ha, dea ! dictes-moy, s’il vous plaist,

              Qui vous estes, si trèsabille14 ?

                                    LE FAULCONNIER DE VILLE

              Mignon, dorelot et dehait15,

              Ung gentil faulconnier de ville.

                                    LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

45    Sainct Jehan ! je sçay bien le s[e]tille16

              De faulconnerie des champs.

                                    LE FAULCONNIER DE VILLE

              Nous sommes donc bien différens :

              Se cornez pour espovanter,

              Je siffle pour (l’) aprivoyser.

50    Mais dictes-moy sans plus baver :

              Que faictes-vous de cest espieu ?

                                   LE FAULCONNIER DES CHAMPS

              Que j’en fais ? C’est pour le senglier,

              Quant [je] le treuve en quelque lieu.

              […………………………. -ieu,]

              Vous ne portez point de baston ?

                                  LE FAULCONNIER DE VILLE

55    Si fais, si fais, par le sang bieu !

               J’en ay ung17 gorgias, mignon.

                                 LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Et que ne le portez-vous dont ?

                                 LE FAULCONNIER DE VILLE

              Si fais-je tousjours quant et moy18.

              Ma foy ! c’est ung maistre baston,

60    Long de demy pié et ung doy19.

              Mais aucuneffoys, par ma foy,

              Il ploye20 quant je baille ung estoc.

              Certes, oncques creste de coq21

              Ne fut plus rouge22 que le manche.

                                LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

65    Où le portez-vous ? En la manche ?

                                LE FAULCONNIER DE VILLE

              Nenny non, il a ung estuy

              Que j’ay tout proprement pour luy.

              Et jamais je ne le remue

              Sinon qu’ayes [la] beste abatue23.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

70    Vertu bieu, vous me dictes raige !

              Je suis en dangier qu’on me tue,

              Quant le senglier vient au passaige ;

              Et j’ay baston long d’avantaige,

              Ferré, et pour frapper de loing.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

75    Par sainct Jehan, je sçay [bien] l’usaige

              D’abatre [la] beste en ung coing.

              Lors, prens mon baston en mon poing

              Et frappe d’estoc et de taille.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

              Sang bieu ! je cuide qu’il se raille.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

80    J’avou Nostre Dame ! non fais.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

             Je congnois les quartiers du boys,

            Et si24, suis souvent sans rien prendre ;

            Tousjours de bons chiens deux ou trois

            À chacun buisson pour actendre.

85    Aussi, nul ne sçauroi[t] comprendre

            La joyeuseté qui y est.

            La belle petite herbe y croist,

            Et [si], le rossignol y chante25.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

            Sainct Jehan ! j’ay une autre forest

90    Où tous les jours le cocu26 chante.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

            J’ay belle hacquenée27 courante ;

            Le beau troctier28, s’il est besoing

            Trèsbien monter et courir loing

            Par-dessus le plain boys ramage ;

95    Tousjours le bel espieu au poing

            Pour prendre la beste sauvaige.

            Et s’il est besoing, j’ay mon paige

            Habillé gorgiasement29,

            Menant lévrier à l’avantaige.

100   Courir au boys légièrement ;

           Tomber tout plat (le plus souvent)

           En ung fossay, homme et cheval.

           Mais cela, c’est déduit royal,

            Il n’est jamais rien si honneste.

105   Aulcuneffoys, fendre la teste,

           [Se] rompre une jambe ou ung bras ;

           Ce n’est rien, mais qu’on ayt la beste,

           Pour tresbucher du hault en bas.

                               LE FAULCONNIER DE VILLE

           Par ma foy ! ce n’est pas mon cas.

110   Jà n’est si beau boys que Paris.

           Mais danger y a des marys

           Qui font le plus souvent le guet ;

           Ce sont les plus grans ennemis

           Qui [nous] puissent nuyre, en effect.

115   Saillir par la fenestre nect,

           Le plus souvent nous le faison(s).

           Puis estre empoignés [par le]30 guet,

           V(e)ez-en là toute la façon.

           Mais bien souvent, par tel blason31

120   Et par une belle promesse,

           J’abatz le beau féron32

           Quant je luy monstre ceste lesse33.

           Et puis jamais je ne la blesse,

           Car mon baston n’est point ferray.

           [……………………… -ray :]

125   Lever le beau petit corpset,

           Beau petit téton sadinet34,

           Belle entredeux35, belle poictrine,

           Belle croppièr[e], belle eschine,

           Beau musequin36, belles paupières,

130   Beaux petis yeulx, belle babine,

           Bel entretien, belles manières.

           Donner le vin aux chambèrières

           Pour parvenir à son actaincte37 ;

           Faire des choses singulières,

135   Mais que chandelle soit estaincte.

           Je [l’]ay chassay nuytée mainte ;

           À telz chaces je me congnoys :

           J’en suis ouvrier (sans faire feinte38)

           À la ville, nompas aux boys.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

140   Cela n’est point chasse de roys,

           De ducz, contes et gentilzhommes.

           Entre nous, mignons, quant nous sommes

           À chasser après quelque cerf,

           Il n’y a bras, jambe ne nerf

145   Que tout ne soit remply de joye,

           Quant ce vient à prendre la proye.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           C’est une grant joye,

           Quant on a monnoye,

           De chasser en ville.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

150   Pour prendre la proye

           Aux champs, par la voye,

           N’est chien39 si habille.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Il est inutille

           De sçavoir le stille

155   De chasser aux bestes :

           L’homme s’i débille

           Et s’en adnichille40,

           On s’i rompt [les testes]41.

           Nul ne face festes

160   De bestes muettes

           (Ne m’en parlez point !),

           Mais bestes honnestes

           Portant belles testes42

           Et le corps bien oint43.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

165   Quant on est à point,

           Jamais on ne faint44

           De courir aux boys.

           G’y ay faulté maint45

           Sans en faire plaint

170   En mon beau lourdoys46,

           Pour en prendre troys

           Tout à une foys

           Quant est le lever47.

                               LE FAULCONNIER DE VILLE

           Quant je voy chasser48

175   Sans trouver danger,

           C’est une plaisance ;

           Mais au bois troter,

           C’est pour enrager :

           Ce n’est que grevance.

                               LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

180   Moy, de ma naissance,

           J’ay la congnoissance

           Que49 c’est de chasser ;

           Mais par ignorance,

           Souvent on s’avance

185   Pour son col casser.

                               LE FAULCONNIER DE VILLE

           Qui se peult lasser

           Bestes pourchasser,

           Qui sont si mignonnes,

           Et les embrasser,

190   Et s’entrebaiser ?

           Telz chaces sont bonnes.

           [C]es belles tétonnes,

           Ces petites connes50,

           Ces beaux musequins51 ;

195   Bourgoises, nonnains,

           Les beaux brodequins :

           V(e)ez-en là la vie !

           Les beaux pathelins52

           Pour venir aux fins

200   De prendre s’amye.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

           Tant cela m’ennuye !

           Tu dis resverie :

           Il n’est que le boys.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Par saincte Marie !

205   Je n’ay point d’envie

           Qu’à ces beaux minoys.

 

                              LE GENTILHOMME             SCÈNE  II

           Arrière, villains ! Gentilloys53

           Sont-ilz point gens pour avoir bruyt54,

           Pour avoir bestes en leurs boys,

210   Pour chasser et faire déduyt ?

           En toutes pars sont, jour et nuyt.

           On doit aux gentilzhoms honneur.

           Il appartient à gentil cueur

           Services, hommaiges, honneurs.

215   Que font icy ces deux seigneurs ?

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Seigneur, « saigneurs55 », ce sont barbiers ;

           Nous sommes simples faulconniers,

           Il n’y a quelque56 seigneurie.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

           Je suis ung simple faulconnier,

220   Faulconnier me vueil renommer

           Et le seray toute ma vie.57

                              LE GENTILHOMME

           A-il quelque beste ravie ?

           Avez-vous riens prins en mon boys ?

           Je suis homme de seigneurie,

225   Je vueil entretenir mes droitz :

           Tribut me fault toutes les fois

           Qu(e) on prent [une] beste en ma terre.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

           Et ! que mauldicte soit la guerre58 !

           Je ne cessay huy de chasser,

230   De tournoyer, de tracasser,

           Ne de corner, ne de courir,

           De me tuer, de me lasser,

           Et n’ay rien sceu faire mourir.

                              LE GENTILHOMME

           Ha, dea ! il me soufist d’obéir ;

235   Je vous en crois bien, mon mignon.

           Ce non obstant que nous soyon

           Gentilzhommes, si fault-il bien

           Obéyr, et sur toute rien59

           Aux dames et aux damoyselles ;

240   Espéciallement aux belles

           Qui ont mynois mignon et doulx.

           Quant nous nous trouvons devant elles,

           Nous nous mettons bien à genous.

           Avez-vous riens prins aussy, vous ?

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

245   Sang bieu ! qu’en avez-vous affaire ?

           Cuidez-vous qu’il soit nécessaire

           Que saichez se je prens ou non ?

           Que vous sachez de mon affaire,

           Sur mon âme, le vélà bon !

                              LE GENTILHOMME

250   Si en sçauray-je ! Pourquoy non ?

           Certes, vous en aurez60 à dire.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Par le sang bieu ! Vueillez ou non,

           Vous n’en sçaurez jà rien, beau Sire.

                              LE GENTILHOMME

           Par le sang bieu ! vélà pour rire :

255   Il vueult contrefaire du maistre.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Il n’y a rire ne desrire :

           Point ne suis faulconnier champestre,

           Vous n’avez sur moy que congnoistre61.

           Je ne quiers point la sauvegine62 ;

260   Je quiers la beste féminine

           (Portant robe et chaperon,

           Gentil corps traictifz63 et mignon)

           Qui court tousjours sans nul arrest

           De çà de là, à l’environ

265   De Paris, à la grant forest64.

                              LE GENTILHOMME

           Sang bieu ! si [sçaurai-ge]65 que c’est,

           Se vous prenez riens66 sur ma terre.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Or sus, sus ! À coup qu’on s’affaire67,

           Par le sang bieu ! Je siffleray ;

270   Et vray(e)ment, après je verray,

           Se je prens quelque venoyson,

           Se vous aurez tribut ou non.

           Sang bieu ! on le verra ennuyt.   Adonc, il siffle :

           Huit huit huit huit huit huit huit [huit] !68

275   Je vous requier que chascun voye

           S’il nous viendra point quelque proye…

 

                      Icy, vient une belle fille de dehors, sans mot dire.    SCÈNE III

           Je ne suis pas si lourdinet :69

           Vécy le gent musequinet

           Qui se vient offrir à mes mains.

280   Tenez, quelz yeulx ! sont-il bien painctz ?  Icy, prent la belle fille.

           Rondes70 paupières, blondz sourcilz,

           Large fronc, petit nés traictifz,

           Long bras, molle main, menus dois.

           Regardez, à vostre advis,

285   S’on71 prent telles bestes au boys.

           Joues vermeilles, petit mynoys,

           Corps court, ferme pié et petit,

           Sertie72 comme ung beau harnoys.

           N’esse [pas] proye à l’appétit,

290   Ceste proye, pour chasser de nuyt ?

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

           Puisque [tu] as proye et déduit,

           Ne sçais-tu tirer ton baston ?

           Tu m’as dit qu’il est si mignon

           Et qu’il est si bien emmanchié73 :

295   Je te prie que nous le voyon

           Avant qu’il en soit plus presch[i]é.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Que le voyez ? C’est bien chié !

           La beste n’est pas abatue.

                              LE GENTILHOMME

           Dea ! il en fault avoir la veue,

300   De ceste beste nouvelle prise.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Et ! par la mort bieu, je la prise

           Plus que tous ceulx de vostre boys.

           Regardez-la bien au mynoys,

           [Et qu’]ung chascun sa veue y fiche.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

305   Sang bieu ! c’est une belle biche.

                              LE GENTILHOMME74

           Elle a le corps beau et mignon :

           G’y ay tribut, vueillez ou non.

           En effect, il n’y a remède.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Il fault qu’aultrement on procède,

310   Par ma foy ! Vous n’y aurez rien

           Tant que vivez, soit belle ou laide.

           Gentilesse75, m’entendez bien :

           Allez quérir vostre grant chien,

           Et en allez chasser au bois.

315   Que ayez ce gentil minoys ?

           Mais, beau Sire, de quel endroit76 ?

           Tel demande qui se déçoipt.

           Beste n’est point à départir77.

                              LE GENTILHOMME

           Le sang bieu ! avant que partir

320   D’icy, si en auray ma part !

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Beau Sire, tirez-vous à part

           Et gardez d’y mectre la pa(c)te :

           Car se vous estes si cocquart,

           Danger y a que ne vous bate.

325   La mort bieu ! fault-il qu’on départe

           Une mignonne si pollye ?

                              LE GENTILHOMME

           S’el estoit cent foys plus jolye,

           Et l’euss[i]ez-vous cent foys plus chère,

           Mon mignon, je vous certiffie :

330   J’auray du quartier de derrière78.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

           C’est une biche fort entière,

           Voyre qui n’est pas fort sauvaige ;

           Et vray(e)ment, ce seroit dommage

           De [la] faire mettre en quartiers :

335   El79 a les yeulx si beau[x] et clers,

           Si doulx et si bénivollens80.

           Pleust à Dieu que moy et mes chiens

           À nostre boys l’eussions trouvée !

           Saint Jehan ! je l’eusse esprouvée,

340   Et eusse sceu qu’elle sçayt faire.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Ma foy, il n’est point nécessaire

           À telz gens de trouver telz bestes ;

           C’est à entre nous81, gens honnestes,

           Qui sçavent les places et les lieux

345   Là où nous trouvons noz conquestes

           Et bestes qui portent telz yeulx.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

           Vous debvez bien estre joyeulx

           De congnoistre si bien le trac82.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Je [vous foys]83 mon beau trique-trac84

350   Tout doulcement, à ung sifflet ;

           Et se ne vient, je torche sac85

           Sur la joue, d’ung beau soufflet.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

           Vous en faictes ce qui vous plaist.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Rien, rien ! Je ne m’en vueil qu’aler

355   Au matin à l’issue d’un cloistre86,

           Sans une seulle heure guetter87.

           Je suis homme pour les congnoistre88.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

           La mort bieu ! je vouldrois bien estre

           Devenu faulconnier de ville,

360   Et que j’eusse laissé mon estre89.

           Je prise bien ung tel s[e]tille.

           Vélà beste assez habille

           Pour me nourrir toute ma vie.

           En effect, j’en ay grant envie.

365   En somme, je ne sçay que dire.

                              LE GENTILHOMME

           Çà, çà ! mignon, sans contredire,

           Il est temps de prendre mon droit90.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE,  en se mocquant

           Que vous fault-il91 ?

                              LE GENTILHOMME

                                                  De quel endroit

           Contrefaictes-vous le mocqueux ?

370   Je vueil avoir [de] l’entredeux,

           Du millieu et de la poictrine.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Vous portez par trop lasche mine92

           Pour avoir ce que demandez,

           Je cuide. Se vous actendez

375   Que la beste soit départie,

           Vous aurez petite partie.

           Vous n’estes point assez rusay.

                              LE GENTILHOMME

           Qu’esse-cy, suis-je abusay ?

           Vécy ung terrible censier93 !

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

380   Dieu ait l’âme du devancier

           De vostre premier père-grant !

           S’il estoit icy maintenant,

           Il vous seroit94 bien [au] besoing.

           De ce gentil sadinet groing95,

385   Que vous en eussiez une pièce ?

           Garde n’avez qu’on la deppièce,

           Qu’en eussiez à96 vos appétis !

           Gentilz faulconniers de Paris,

           Mignons, fraséz97 et [bien] honnestes,

390   Entendus en faitz et en ditz,

           Lairront-ilz départir98 leurs bestes ?

           Nenny non ! Ilz ont bonnes testes99,

           Ilz sont pour deffendre leur proye.

           Ilz ont de l’argent et monnoye,

395   Bagues, aneaulx et afficquetz :

           Ce sont leurs chiens et leurs bracquetz100,

           De quoy ils chassent tous les jours.

           Ilz sçavent les façons et tours

           De chasser [l]a beste privée101.

                              LE GENTILHOMME

400   Et ! sans plus faire d’estrivée102,

           [Je] propose en conclusion,

           Puisque tu as intencion

           Que n’en ayes rien aulcunement :

           Jouons, à quelque esbatement103,

405   À qui el sera toute entière.

                              LE FAULCONNIER [DE VILLE]

           Sang bieu, vécy bonne manière !

           Oncques-mais je ne vy mieulx dire.

           Certes j’en suis content, beau Sire.

           Regardez à quoy nous jouerons.

                              LE GENTILHOMME

410   Or çà, vécy que nous ferons,

           Affin que bien [vous] l’entendez :

           Moy et vous, nous serons bendéz104 ;

           Et ferons105 en telle manière

           Que on se tirera arrière.

415   Et qui plus tost dessus la teste

           Les deux mains mettra sur la beste,

           Il l’emmènera loyaulment106.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Par le sang bieu ! j’en suis content,

           Pourveu que l’autre joue pour moy.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

420   Le voulez-vous ?

                              LE GENTILHOMME

                                            Ouy, sur ma foy.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Or çà doncques, que je vous bende !

           Aultre chose ne vous demande.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

           Ne moy aussi. Je suis tout prest.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE

           Or çà doncques, sans plus d’arrest !   En les bendant :

425   Vous estes bendés, à ceste heure.

                              LE GENTILHOMME

           Demeure107 !

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

                                       Demeure !

                              LE GENTILHOMME

                                                            Demeure !

           Par ma foy, elle sera mienne.

                              LE FAULCONNIER DE VILLE,  en emmenant la Mignonne

           (Ce sera mon108, mais qu’il la tienne ;

           Mais il n’a garde qu’il [la touche]109.)

 

                              LE GENTILHOMME              SCÈNE  IV

430   Ha, ha ! s’emprès d’elle j’approuche,

           Je l’empoigneray hault et bas.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

           Mon serment ! il ne m’en chault pas

           Guères110, se je n’y metz la main.

                              LE GENTILHOMME

           Elle est mienne, pour tout certain,

435   Puisque tu n’y prétens nul droit.

           El111 debvroit estre cy endroit.

           Faire me fault encore ung pas.

                              LE FAULCONNIER CHAMPESTRE

           Je prometz à Dieu qu’el n’y est pas.

           En effect, je n’y treuve rien.   En se desbendant :

440   Certes, le cueur me disoit bien

           Qu’il nous112 joueroit de passe-passe.

                              LE GENTILHOMME,  [en se desbendant]

           Pleust à Dieu que je le trouvasse113

           Tout au coupet de nos garniers114 :

           Je le ferois saulter en bas !

445   Esse le fait de faulconniers

           De me tromper par ung tel cas ?

           Se je le tenois en mes las115,

           [Luy] et la beste, à mon chasteau,

           Ha ! il ne m’eschapperoit pas

450   Que il ne beust tout son saoul d’eau116 !

           Je vois117 après le ribaudeau.

           La mort bieu ! je le feray pandre118.

           Le sang bieu ! j’estoye bien veau

           De ce quoquart jeu119 entreprandre.

 

455   Messeigneurs, se voulez attendre             SCÈNE  V

           Jusqu(es) à une prochaine120 fois,

           Et nous essayerons à comprendre121

           Matière de pris et de poix122.

           Prenez en gré, car je m’en voys.

                                  

                                       EXPLICIT

 

*

1 Halina Lewicka, Études sur l’ancienne farce française, Klincksieck, 1974, p. 119.   2 Faux = perfide, trompeur. « J’ay autrefois vostre faucon tenu,/ Et m’en suis veu seul gouverneur et maistre. » (Mellin de Saint-Gelais.) Cf. Gratien Du Pont, vers 126, 228, 302, etc.   3 Quatre en comptant la fille.   4 Un quidam. Il se choisit un acolyte involontaire dans le public, que ce gag faisait toujours rire. Le fauconnier champêtre est de l’autre côté de la scène.   5 Furet. Mais au second degré : pénis (Guiraud, Dictionnaire érotique). « Son braquemard,/ Son furon furetant sans cesse. » Jodelle.   6 Sexe de la femme (Guiraud). « J’adressay [Je pointai] son furon et le boutay en mon terrier. » Cent Nouvelles nouvelles.   7 Chien pour chasser le renard. Ici, c’est un rabatteur, comme la lice des Sotz fourréz de Malice.   8 Aujourd’hui (anuit). Idem vers 273.   9 Ombragé par de nombreux rameaux. Idem vers 94.   10 Favorable pour en prendre une quantité (de proies). Mais aussi : pour en tirer du plaisir : « Dame Vénus, des amantz la montjoye. » Godefroy.   11 Cette année.   12 Déjà le rat de ville se moquait du rat des champs.   13 Il y avait eu une grave épidémie de coqueluche en août et septembre 1510. (On pense aujourd’hui qu’il s’agissait de la grippe.) Voir la Coqueluche, composée par Pierre Gringore, dit Mère Sotte.   14 Si habile.   15 Plaisant et joyeux.   16 Manière d’agir, ruse, subtilité. (Idem vers 361.) « J’en sçavoyes trèsbien le setille. » Les Sotz ecclésiasticques.   17 « Le baston à un bout qui me pend entre les jambes. » Rabelais, Tiers Livre, 18.   18 Avec moi, sur moi.  19 De 19 cm.   20 « Je feroye une jouste seulle,/ Mais ma pouvre lancette ploie. » Jehan Molinet.   21 Le phallus qui orne parfois le bonnet des Sots peut être symbolisé par une tête de coq, comme celles de ce fou et de sa marotte.   22 « Il jouera bien de son baston/ Au bout rouge. » Le Mariage de Robin Mouton, F 32.   23 Abattre une femme = la coucher par terre. « Liève sa chemise…./ Puisqu’elle est surprise,/ Abas-la, fouz-la ! » (Parnasse satyrique.) Idem vers 76, 121 et 298.   24 Et pourtant.   25 Le fauconnier champêtre est un amateur de chansons. Cf. le vers 221.   26 Jeu de mots sur coucou et cocu : « Ce n’est maintenant la saison/ Que les cocus doivent chanter. » 1623.   27 Jument.   28 Cheval qui va le trot.   29 Fastueusement.   30 F : du  (Le guet est une petite troupe armée qui effectue des rondes nocturnes.)   31 Tromperie. « Elle sçavoit tant de tours,/ Tant de ruses, tant de blason. » Guillaume Coquillart.   32 La bête sauvage : la pucelle.   33 Ce collier précieux. Cf. le vers 395.   34 Doux. Mais le sadinet désigne aussi le mont de Vénus. Cf. le Dorellot aux femmes, note 2.   35 Entrefesse. « En son entre-deux,/ [Elle] sentit un gros chose nerveux/ Qui lui farfouille le derrière. » (Cabinet satyrique.) Idem vers 370.   36 Museau, minois.   37 À son but.   38 F : feste   39 F : ciens (Il n’y a pas de chien si habile.)   40 S’y affaiblit et en est annihilé.   41 F : la teste   42 F : gestes   43 Parfumé.   44 On ne fait semblant.   45 J’ai échoué souvent.   46 Dans mon langage rustique. « Prest à jouer et à tout faire,/ Tant en lourdoys qu’en réthorique. » Les Vigilles Triboullet, T 11.   47 F : leurier  (« Le lever », c’est le moment de lever le camp, de partir.)  Il semble manquer deux vers en -oys, et un en -er.   48 F : chasser  (Je voy = je vais.)   49 De ce que.   50 Diminutif affectueux : « Acollez-moy, ma doulce conne ! » Le Dorellot.   51 Par métonymie, musequin [minois] représente la femme. Idem vers 278.   52 Langages insidieux.   53 Les gentilshommes.   54 Réputation.   55 F : seigneurs  (Les barbiers pratiquaient les saignées. Le fauconnier de ville traite les privilèges de la noblesse avec la même insolence que le barbier Figaro.)   56 Aucune.   57 Ce vers apparaît dans plusieurs chansons : voir le Gaudisseur, vers 3.   58 Cette polémique.   59 Sur toute chose.   60 F : scaures  (Dans ce vers, le futur a la valeur du présent.)   61 Rien à savoir.   62 La sauvagine, le gibier.   63 Traitis = bien tourné. Idem vers 282.   64 Le bois de Boulogne, aux abords de Paris, était déjà un lieu de rencontres. « De ce Paris, on a osté/ L’ung des grandz esbatz de l’esté…./ On a cloz le boys de Boulongne/ Si bien qu’on n’y sçayt plus entrer…./ Ceulx qui sont cause de l’affaire,/ Ne sçay s’ilz s’en trouveront bien./ De bourdeaulx [bordels], nous ne dirons rien. » Pour le cry de la Bazoche.   65 F : scauuaige   66 Quelque chose. F ajoute sous ce vers : Et scauray plaise ou non plaise / Que cest ou il y aura guerre   67 F : serre   68 F ajoute : Seigneurs ne faicies point de bruit   69 F ajoute au-dessus : Or regardes si je mentoye   70 F : Blondes   71 F : Sont  (Si on.)   72 F : Seruie  (Sertie = ajustée, bien cousue. On scande ser-ti-e.)   73 Pourvu d’un bon manche. « Un bon garçon de village très bien ammanché. » Bonaventure Des Périers.   74 F ajoute dessous : Ha par le sang bieu cest mon / Sans bieu quel petite genice   75 Monsieur le gentilhomme.   76 De quel droit. Idem vers 368.   77 À partager.   78 Terme de boucherie, et métaphore grivoise. Dans le Pasquil des cocus, on voit une femme « branler les quartiers de derrière » et danser le branle du loup, « la queue entre les jambes ».   79 F : Et   80 Bienveillants.   81 « Entre nous » est un normandisme pour « nous autres ». Idem vers 142. Cf. Lewicka, p. 61.   82 Action de suivre une trace.   83 F : voys  (Foys = fais.)   84 Manœuvres d’approche. « Le Trictrac des frères Frapars. » Pantagruel, 7.   85 Je frappe ma bourse pleine de pièces (afin d’attirer une proie). La vénalité des femmes est évoquée notamment aux vers 394-397. Voulant séduire une Parisienne, « Panurge l’alla veoir, portant en sa manche une grande bourse, (…) faisant sonner ses gettons comme si ce feussent escutz au soleil ». Pantagruel, 21.   86 On donnait des rendez-vous galants à la sortie des églises, et même à l’intérieur. Cf. le Dorellot, vers 109.   87 Attendre.   88 « Connaître » au sens biblique et néanmoins érotique.   89 F : maistre  (Estre = condition, manière d’être.)   90 Le tribut dont il est question aux vers 225-27. F ajoute : Nous ne faisons icy que nuyre / Qui meshuy attendre vouldroit   91 « Que vous faut-il ? » fut d’abord une demande polie des serviteurs. Puis les pages en firent une réplique insolente. « –Et ! viens à moy, quant je t’appelle !/ –Et ! me voicy. Que vous fault-il ? » Le Savetier qui ne respont que chansons, F 37.   92 Les amateurs de contrepets diront que sa mine est piteuse.   93 Celui qui perçoit l’impôt du cens.   94 F : feroit  (Il vous serait bien utile.)  On respectait beaucoup plus les hommes anoblis lors des croisades, que leurs inutiles descendants qui s’étaient « donné la peine de naître ». Voir la Satire V de Boileau.   95 Jolie fille. Par métonymie, le groin [visage] représente l’ensemble du corps.   96 F : en   97 Polis. Cf. Mallepaye et Bâillevant, vers 207.   98 Laisseront-ils partager.   99 Ils ont des couilles ! Testes = testicules : « Ung homme a deux testes, et la femme n’en a que une. » Bruno Roy, Devinettes françaises du Moyen Âge.   100 Leurs braques, leurs chiens de chasse.   101 Apprivoisée. « Un cheval, qui est beste privée et domestique. » (Hugues de Salve.) Idem dans le sous-titre de la pièce.   102 De débat.   103 À un jeu.   104 Nous aurons les yeux bandés. (Ils vont jouer la fille à colin-maillard.)   105 F : serons   106 F : royaulment  (Loyaument = à la loyale.)  Cf. le Dorellot, vers 183 e 185.   107 Ne bouge plus ! (Il s’adresse à la fille.)   108 C’est mon avis.   109 F : lapproche  (au vers suivant.)   110 C’est sans intérêt. « Il ne m’en chaut pas guères, car je ne fay pas mestier de ces gentillesses. » Jean-Pierre Camus.   111 F : Et   112 F : vous  (Qu’il nous jouerait un tour de passe-passe. Cf. le Munyer, vers 340.)   113 F : tenisse   114 Tout en haut de mon silo à grains. « Au coupeau d’un petit grenyer. » Le Trocheur de maris.   115 Lacs, liens.   116 Dans les douves du château.   117 Je vais, je cours. Ribaudeau = petit débauché.   118 Maître Pathelin, dupé par le berger, quittait les lieux en maugréant de pareilles menaces.   119 F : ien  (Coquard = stupide.)   120 F : autre   121 Renfermer (dans nos propos).   122 De prix et de poids.