Archives de Tag: Noble

LES FEMMES QUI FONT RENBOURER LEUR BAS

 

Boccace, Décaméron, BnF.

Boccace, Décaméron, BnF.

*

LES  FEMMES  QUI  FONT

RENBOURER  LEUR  BAS

*

 

Cette farce normande fut écrite au début du XVIe siècle.

Un bât est une selle d’âne1 composée de deux couches de cuir, molletonnées avec du rembourrage. Lorsque ce rembourrage se tasse et rend le bât inconfortable, on le fait changer par un sellier. Voilà l’action qui est décrite au premier degré. Au second degré, le « bas » désigne le sexe des femmes, qu’un « rembourreur de bas » doit fourrer avec son bâton afin d’y répandre de la bourre.

Source : Recueil de Florence, nº 36.

Structure : Rimes plates, mêlées de rimes croisées. Avec 2 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce nouvelle des

Femmes qui font

renbourer leur bas

 

*

 

À quatre personnages, c’est assavoir :

    LA  PREMIÈRE  FEMME

    LA  SECONDE  FEMME

    ESPOIR

    DE  MIEULX 2

*

 

                                            LA  PREMIÈRE  FEMME  commence         SCÈNE  I

            Ma voisine, en cest esté,

            Trop vivons sans esbatement3.

               LA  SECONDE  FEMME

            Vous en dites la vérité,

           Ma voisine, en cest esté.

               LA  PREMIÈRE

5   C’est bien cas de nouvelleté

         Que n’y ouvrez4 d’ente[n]dement.

         Ma voisine, en cest esté,

         Trop vivons sans esbatement.

               LA  SECONDE

         « Besongner » nous fault autrement,

10   Et faire rembourrer noz bas5.

               ESPOIR 6               SCÈNE  II

           Or escoutons tous ces débatz.

               DE  MIEULX

         Il nous fault renoncer noblesse,

         Disant que ne le sommes point7.

               LA  PREMIÈRE           SCÈNE  III

         Par mon âme ! mon bas me blesse.

               LA  SECONDE

15   Par mon âme ! le mien me point

         Merveilleusement8, tant est chault.

               LA  PREMIÈRE

         Le mien me tue.

               LA  SECONDE

              Il ne m’en chault.

               LA  PREMIÈRE

         Mon mal vous ne sçavez, en somme.

               LA  SECONDE

         Ne le baillez pas à ung homme

20   Vieil, qui ne le scéroit9 fourrer.

               LA  PREMIÈRE

         Allons-m’en faire rembourrer ;

         Prenez le vostre, j’ay le mien.

               LA  SECONDE

         Aussi ay-je dessoubz mon bras.

               LA  PREMIÈRE

         Il nous fault trouver le moyen

25   Qu’il nous face le cuir10 bien gras.

               [LA  SECONDE]

         Regardez-moy, suis-je bien necte ?

         Secouez ung peu ma cornette,

         Et la mectez dessus mon front.

               LA  PREMIÈRE

         Suis-je bien ?

               LA  SECONDE

                                    Ouy.

               LA  PREMIÈRE

                                                     Or, alon donc

30   En faisant bonne contenance.

               LA  SECONDE

         S’ung de ces seigneurs cy s’avance,

         Il le nous fauldra saluer.

               LA  PREMIÈRE

         Se nous avions ung [bon sellier]11,

         Bien [il] nous feroit nostre ouvraige.

               LA  SECONDE

35   M’ai[t] Dieulx12 ! il ont beau parsonnage.

               LA  PREMIÈRE

          Il sont au milieu de leur aige.

         Je ne sçay s’il ont bons « outilz ».

               ESPOIR                   SCÈNE  IV

         Il nous fault faire des motifs13

         Et leur demander où elles vont.

               DE  MIEULX

40   Attens, elles nous saluront.

               LA  PREMIÈRE            SCÈNE  V

         Jésus14 vous doint joye et santé,

         Gentilz seigneurs, en équité !

               ESPOIR

         Et vous aussy, belles bourgoises !

               DE  MIEULX

         Qu’elles sont doulces et courtoises !

               ESPOIR

45   Qu’el ont le… cueur15 franc et entier !

               DE  MIEULX

         Où allez-vous ainsi errant ?

               LA  PREMIÈRE

         Nous allons serche[r] ung sellier

         Pour embourer nos bas devant.

               ESPOIR

         Or n’alez plus nully serchant16,

50   Car nous sommes ce qu’il vous fault.

               LA  SECONDE

         Certainement, sans nul deffault,

         Mon seigneur, j’en suis trèsfort aise.

               ESPOIR

         Monstrez-les-nous !

               LES  DEULZ  FEMMES  ensemble

                                             Ne vous desplaise17 !

               ESPOIR

         Il ont besoing de bien estendre18.

               LA  PREMIÈRE

55   Mon seigneur, le cuir est bien tendre :

         Boutez-y le « baston » de mesure19.

               DE  MIEULX

         Il fault icy bonne embourreure.

               LA  PREMIÈRE

         Embourrez-le bien, quoy qu’il couste.

               LA  S[E]CONDE

         Ung an eut à la Penthecouste

60   Que [le mien]20 ne fut rembouré21.

               LA  PREMIÈRE

         Vrayment, c’est par trop demouré :

         Je m’esmerveil(le) qu’il n’escorchoit.

               LA  SECONDE

         N’osoyes : mon mary y estoit,

         Qui me tenoit bien à destroit22.

65   Pour dire, le trou est estroit !

               ESPOIR

         La mort bieu ! g’y mectroy la verge23.

               LA  SECONDE

         Gardez bien qu’il ne soit [trop] large !

         Boutez-la dedans par mesure.

               DE  MIEULX

         Il sera bien, je vous assure,

70   Car mon baston est bien petit.

               LA  PREMIÈRE

         C’est trèstout cela qui me duist,

         Mais qu’il soit gros à l’avenant.

               DE  MIEULX

         Il est bien pointu par-devant,

         Mais il est gros enprès le manche.

               LA  PREMIÈRE

75   Mais qu’il entre de croc ou de hanche24 !

         Il soufist, mais qu’il soit dedans.

               ESPOIR

         Il fault tirer ce cuir aux dens25,

         Pour le faire ung petit croistre.

               LA  SECONDE

         Par celuy Dieu qui nous fist naistre,

80   Vous le met[e]z trop coup à coup !

               ESPOIR

         Est-il bien ?

               LA  SECONDE

                                 Encore ung coup !

               ESPOIR

         Il ne reste qu’à l’embourer ;

         Quel bourre y voullez[-vous] fourrer ?

               LA  SECONDE

         Vrayment, sire, pour le plus seur,

85   Je voys demander à ma seur26

         De quoy fait embourrer le sien.

         Seur, quel bourre metz-tu au tien ?

               LA  PREMIÈRE

         Nostre Dame ! je n’en sçay rien,

         Quant est à moy ; avisez-y.

               DE  MIEULX

90   La boure d’ung estronc moysi

         Bonne seroit : elle est souesve27.

               LA  SECONDE

         Par mon âme, je croy qu’il resve !

         Et ! voicy ung trop bon raillard !

               LA  PREMIÈRE

         Mais de la bourre d’ung couillart28 :

95   Il n’y a rien plus advenent.

               LA  SECONDE

         Rien n’y a plus adoulcissant ;

         Boutez-y-en, je vous en prie !

               ESPOIR

         Ho, dame, vous serez servye !

               LA  PREMIÈRE

         Au mien, boutez-y-en aussi,

100  Je vous en pry, ung bon loppin.

               DE  MIEULX

         Aura-il assez de cecy ?

               LA  PREMIÈRE

         Ha ! s’aura mon, par sainct Gobin !

         Or avez-vous trèstout parfait ?

               [DE  MIEULX]29

         Ouy dea, tout cecy est parfait.

105  Au moins tantost, que je ne mente.

         Fault-il point couldre ceste fente ?

               LA  PREMIÈRE

         Il est trèsbien, je m’en contente.

         Nous faisons [cy] trop longue atente,

         Ma seur ; estes-vous despeschée ?

               LA  SECONDE

110  L’euvre sera tost achevée,

         Il ne fault que ung peu bouter.

               LA  PREMIÈRE 30

         Ha, dea ! je vous ve[u]il contenter

         De vostre peine, c’est raison ;

         Que vous fault-il ?

               DE  MIEULX

                                           Sans achoison31,

115  Ce que vouldrez, je vous pardonne.

               LA  PREMIÈRE

         Tenez, vélà que je vous donne ;

         Estes-vous bien de moy content ?

               DE  MIEULX

         J’en vouldroye [bien] avoir autant

         De tous ouvrayges32 que je foiz !

120  Au moins, baisez-moy une foiz

         Ains que départez de ce lieu.

               LA  PREMIÈRE

         Voulentiers, pour [vous] dire adieu.

         Ne vous chaille : dor[é]navant,

         Je vous viendray voir plus souvent.

               DE  MIEULX

125  Quant vous plaira, tout à commant33.

               LA  PREMIÈRE

         Certeinement je m’en vois voir

         Que ma voisine peut tant faire.

               DE  MIEULX

         Vous ferez bien vostre debvoir.

               LA  PREMIÈRE

         [Il est]34 bien temps de nous retraire,

130  [Ma] seur ; av’ous payay vostre homme ?

               LA  SECONDE 35

         Il ne [me] reste pas grant somme ;

         Or tenez, vélà vostre compte.

         Se n’est assez, dites sans honte.

               ESPOIR

         J’en ay as[s]ez, je m’en contente.

135  Ne m’espargnez36, mignone gente.

               LA  SECONDE

         Certes, je suis bien conseill[é]e37.

               [ESPOIR]

         À tout le moins, une acollée

         Me fault avoir et ung baiser.

               LA  SECONDE

         Pas ne le vous doibs refuser.

140  Adieu vous dy jusqu(es) au reveoir38 !

               ESPOIR

         Je pry à Dieu de mon pover

         Qu(e) il vous doint [tout] vostre désir39 !

               LA  PREMIÈRE

         Adieu jusques au revenir,

         Qui sera bien-tost, pour vous veoir40.

               DE  MIEULX

145  Ce que ferez sera debvoir41.

         Adieu vous dy, la belle fille !42

               LA  PREMIÈRE            SCÈNE  VI

         Ce mignon-là sçait bien le stille43 :

         Il « besongne » bien sans cesser.

               LA  SECONDE

         [Et] l’autre m’a fait chose utille.

               LA  PREMIÈRE

150  Le mien44 n’a garde de me blesser,

         Ma foy : il est bien45 eslargy !

               LA  SECONDE

         Le mien ne l’estoit qu’à demy ;

         Mais présent, est oultre mesure.

               LA  PREMIÈRE

         Onc46 ne fut si bon[ne] embourreure

155  Qu’il m’y a mis, à mon advis…

         Il est bas[se] heure47 ; je vous pleuvis48 :

         Allons-nous-en hastivement.

               LES  DEULX  FEMMES  ensemble

         Mes seigneurs, à Dieu vous command49 !

               ESPOIR                 SCÈNE  VII

         Certes, j’ay eu trèsbon pay(e)ment.

160  Aussy50 estoit nostre adventure.

               DE  MIEULX

         J’ay bien ouvert son bas devant.

               ESPOIR

         Certes, j’ay eu trèsbon payment.

               DE  MIEULX

         Porté m’y suis honnestement :

         Je luy ay51 fait bel[le] ouverture !

               ESPOIR

165  Certes, j’é eu trèsbon payment.

         [Aussy] estoit nostre adventure.

               DE  MIEULX

         Mon compaignon, sans nul murmure,

         Il nous fault aller pionner52

         En quelque lieu de cest argent.

               ESPOIR

170  Or, alon au Lion d’Argent53

         Toute la nuyt bien chopiner54.

               DE  MIEULX

         Il est temps de nous en aler,

         Car il est tard. Disons adieu.

               ESPOIR

         Seigneurs qui estes en ce lieu,

175  Vous avez cy veu noz esbatz,

         Et avez bien peu voir le stile

         Com les femmes de ceste ville

         Font devant embourrer leur bas.

         Des bonnes55 nous ne parlons pas.

180  Cy56 avons fait nostre povoir.

         Encore, elle[s aur]ont espoir

         De mieulx en mieulx y procéder,

         Donnant57 argent pour rembourrer,

         [S’on se]58 voullus[t] habandonner

185  À bien leur faire courtoisie.

         Vous plaise de59 nous pardonner

         S’avons failly, je vous en prie !

 

              EXPLICIT

*

1 Les bourgeoises se déplaçaient à dos d’âne. L’expression « bâter l’âne » a un sens érotique : « Pour parler en paroles couvertes, on a dit “ baster l’asne ” pour signifier faire, verminer, besongner. » Béroalde de Verville.   2 Espoir-de-mieux est une entité allégorique, ici fragmentée en deux personnages distincts. L’expression « espoir de mieux » apparaît comme une signature <voir la note 53> aux vers 181-182. Jelle Koopmans (Recueil de Florence, p. 506) croit reconnaître dans cette locution « la devise de François Girault, auteur du Moyen de soy enrichir », publié vers 1530. Mais avant d’être une devise assez commune, « espoir de mieux » est d’abord un cliché qui résume bien la mentalité médiévale, faite de nostalgie du passé, d’inquiétude face au présent, et d’espoir dans l’avenir.   3 Sans coït. « Par culz sont beaulx esbatemens. » XLI chansons.   4 F : ouures  (Œuvrer d’entendement = faire preuve de bon sens.)   5 « Femme, pour embourer son bas,/ Perdra plainement la grant messe. » Guillaume Coquillart.   6 Les hommes sont à l’écart, mais ils entendent les femmes. Les deux groupes vont dialoguer séparément, avant de se rejoindre au vers 41.   7 Que nous ne sommes pas nobles, afin de nous faire passer pour de vulgaires selliers.   8 Me pique excessivement.   9 Saurait. C’est un des normandismes qui ont échappé à l’imprimeur, avec sercher (vers 47 et 49), av’ous (130), pover (141), plévir (156), et la rime -erge -arge aux vers 66-67.   10 Le sexe. « Vostre cuyr, qui si fort vous point [pique]. » (Jehan Molinet.) Comme dira Restif de La Bretonne, elles veulent avoir « la charnière graissée ».   11 F : collier  (Cf. le vers 47.)   12 Que Dieu m’assiste !   13 Nous devons jouer les résolus. « Colléricque,/ Hardy, motif et esveillé. » Les Femmes qui font refondre leurs maris, BM 6.   14 F : Dieu  (Cf. les Rapporteurs, vers 107.)   15 Les deux hommes ne connaissent pas encore le cœur de ces dames, mais ils voient leur « cuir » symbolique, puisqu’elles le portent sous le bras (vers 22-23).   16 Le nobliau contrefait l’accent provincial de son interlocutrice.   17 Les femmes ne veulent pas montrer leur bas devant tout le monde. La première entraîne De Mieux derrière le rideau de fond, et la seconde y emmène Espoir.   18 F : entendre  (Vos bâts ont besoin d’être étendus, dilatés : vers 78.)   19 De taille raisonnable. Ce bâton sert à enfoncer la bourre jusqu’au fond du bât.   20 F : la mienne   21 F : rembouraye  (qui ne rime pas avec « demouré ».)   22 « Qui me surveillait étroitement. » Koopmans, note 18.   23 Le bâton de bourrelier. Dans sa note 19, Koopmans prétend que nous avons là une « rime dite parisienne ». Or, cette rime est tout aussi bien normande. Entre mille exemples, cf. le dialogue normand du Gentil homme et son page, où « charge » rime avec « per-ge ». Cf. la sottie normande de la Réformeresse, où « serge » est noté « sarge » et rime avec « charge ».   24 De gré ou de force. « Que l’ayez de croq ou de hanche. » Charles d’Orléans.   25 Métaphore du cunnilingus.   26 Ma commère.   27 Suave, douce comme le duvet qui couvre un étron moisi. « Qui est la plus douce plume du monde ? C’est celle d’un estront musy. » Joyeusetéz, XIII.   28 F : conillart  (Vers trop long. Le « n » et le « u » étaient le même caractère d’imprimerie, ce qui généra d’innombrables coquilles ; voir la note 45.)  La bourre d’un couillard est évidemment le sperme. Naguère, on souhaitait « bonne bourre » aux nouveaux mariés.   29 F : ESPOIR  (Voir la note 17.)   30 Elle revient en scène, avec De Mieux.   31 Sans discussion.   32 F : ouuraygez  (Pour tous les travaux que je fais. Les deux nobles <note 7> n’ont pas l’habitude d’être payés pour accomplir « l’ouvrage de reins ».)   33 Je suis à votre commandement.   34 F : Cest   35 Elle sort de derrière le rideau, avec Espoir, et elle s’adresse à lui.   36 « On dit Ne m’espargnez pas, pour dire : Employez-moy librement. » Dict. de l’Académie françoise.   37 Votre conseil est bon.   38 F : reuenir  (Confusion avec le v. 143. La rime pouver [pouvoir] est typiquement normande.)   39 « Je prie Dieu qu’il vous doint tout vostre désir ! » Marie de Clèves.   40 F : voeir   41 Vos désirs sont des ordres.   42 Les deux hommes s’éloignent.   43 Connaît son affaire.   44 Mon bât (vers 14).   45 F : bieu   46 F : Que   47 Il est tard (vers 173). « Il fut question de faire retraicte, car il estoit basse heure. » Vincent Carloix.   48 Je vous avertis. « Se ce ne faites, je plévis :/ Toutes vos gens seront occis ! » Renart le contrefait.   49 Je vous recommande. Ce congé s’adresse au public. Les femmes sortent, et leurs gigolos concluent la pièce.   50 F : Cy  (Notre aventure fut aussi très bonne. Je corrige également le refrain 166.)   51 Koopmans : au  —  Cohen : ay   52 Boire du piot [du vin], en argot. Les nobles savaient déjà s’encanailler !   53 Célèbre étuve rouennaise, qui eut la gloire de voir passer Jeanne d’Arc lorsqu’on la mena au bûcher, et l’honneur d’être fréquentée par les Conards de Rouen. Les Triomphes de l’Abbaye des Conards racontent que cette confrérie joyeuse, très impliquée dans le théâtre comique, organisa en 1540 une procession parodique à laquelle participait « un personnage nommé Espoir, [qui] tenoit en sa main une espoire ou sphère d’or » en déclamant des vers portant sa signature : « Qu’Espoir riant, aux jeunes favorable,/ Face revoir ce qu’on oste à vos yeux ! » Loin derrière, « Noblesse battoit le linge sur une selle. » Ce même opuscule nomme le Lyon d’argent et d’autres étuves de la ville parmi les « cartiers vénériens » et les « lieux dangereux ».   54 Boire des chopines. Mais aussi : culbuter, faire tomber d’une poussée. Les étuves étaient mixtes (les dames venaient notamment s’y faire « raser le pénil »), et elles comportaient des lits. On y passait la nuit à boire, à jouer aux dés, ou à copuler avec des filles louées par le tenancier raseur de pénil. Cependant, on n’y faisait pas de théâtre ; les Conards du Lion d’Argent préféraient les halles, plus spacieuses, « Pour recevoir des gens un million,/ Plus que n’avons de coustume au Lyon ». (Triomphes de l’Abbaye des Conards.)   55 Des femmes honnêtes.   56 F : Gy   57 F : Donnent   58 F : Sommes  (Pour peu qu’on veuille s’abandonner.)   59 F : a

 

Publicités

LE GENTIL HOMME ET SON PAGE

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

 

 

*

LE  GENTIL   HOMME  ET   SON  PAGE

*

 

Ce dialogue normand, composé après le mois d’octobre 15251, campe un nobliau famélique et mythomane, contredit par un valet insolent qui a malgré tout de l’affection pour lui, oscillant entre Sancho Pança et Figaro. On trouvait le même couple bancal dans Légier d’argent (F 25), et des emprunts à cette farce fourmillent dans le présent dialogue.

Source : Manuscrit La Vallière, nº 10.

Structure : Rimes plates, avec 1 triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce joyeuse à deulx personnages, 

 c’est asçavoir

ung Gentil homme

et son Page

lequel devient laquès

 

*

 

                                     LE  GENTIL  HOMME  commence

            Mon page !

             LE  PAGE

                                     Qui fut et n’est plus.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pourquoy ?

             LE  PAGE

                                   Je veulx changer de maistre2.

             LE  GENTIL  HOMME

           La raison ?

             LE  PAGE

                                  Vous estes reclus3.

             LE  GENTIL  HOMME

           Mon page !

             LE  PAGE

                                   Qui fut et n’est plus.

           [………………………………. -us

           ……………………………….. -estre.

                                        LE  GENTIL  HOMME

5   Mon page !

             LE  PAGE

                                  Qui fut et n’est plus.]

             LE  GENTIL  HOMME

           Pour quoy cela ?

             LE  PAGE

                                          Je veulx changer de maistre.

             LE  GENTIL  HOMME

           Beaucoup de bons tours puys congnoistre,

           Que t’ay monstré le temps passé.

             LE  PAGE

           Vous chûtes par une fenestre,

10   À la montre4, et fustes cassé.

             LE  GENTIL  HOMME

           Pource que j’estoys espassé5

           Et hardy en une bataille,

           On m’a cassé6 ; car on me baille,

           Le temps avenir, plus grand charge.

             LE  PAGE

15   Vous avez beau mentir ; que per-ge7 ?

           Car je cuyde, pour abréger,

           Que vous estes hors de danger

           De rien prendre8 à l’argent du Roy.

             LE  GENTIL  HOMME

           Tient-on pas grand conte9 de moy,

20   Quant je suys parmy les seigneurs ?

             LE  PAGE

           Ouy dea. Mes ce sont les greigneurs10

           Avec qui je vous vis jamais

           Que le Fin-Vergus11 de Beauvais,

           Monsieur du Croq, Hape-Gibet,

25   Qui ont tant usé de débet12

           Et trouvé13 chose[s] non perdus :

           Yl ont esté tous troys pendus

           Par le prévost des mareschaulx.

                                         LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, viençà !

           Nombrerès-tu bien les monceaulx

30   Des cors que j’ey mys à [la] fin14 ?

             LE  PAGE

           Ouy dea ! ouy dea ! Se j’avois un coffin15

           Des poulx qu’avez mys à [la] mort16,

           Yl en seroyt plain jusque au bort,

           Et fût-y grand comme un boysseau.

             LE  GENTIL  HOMME

35   M’a[s]-tu pas veu porter l’oyseau17,

           Et tenir train de gentillesse18 ?

             LE  PAGE

           [L’oyseau ?] Ouy dea, par hardiesse :

           Mais c’estouent poulès19 dérobés.

           LE  GENTIL  HOMME

           Touchant joueurs de cartes et de dés,

40   En vis-tu onc[ques] en ta vye

           Un mieulx prisé en seigneurye20,

           N(y) un plus beau joueur que je suys ?

           Car certainnement, je poursuys

           Tousjours le train des gentis hommes.

             LE  PAGE

45   Jamais vous n’y perdîtes grans sommes

           En un jour de vostre vivant :

           Car jamais je ne vous vis vailant

           Troys soublz que vous n’en dussiez sis21.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je ne sçay plus comme je suys ;

50   Mon varlet se moque de moy.

             LE  PAGE

           Non fais, je vous promais ma foy.

           Mais je ne me puys convertir22

           À vous ouïr sy fort mentir

           Et vous gorgier23 en ce poinct.

             LE  GENTIL  HOMME

55   Or viençà ! Ne te souvient-y poinct

           Que j’entris sans plus d’atente

           Vailamment [de]dens une tente

           Où je conquestis une enseigne24 ?

           Et sy, je prins un capitaine

60    Et deulx pièces d’artillerye.

             LE  PAGE

           [Et] où fusse ?

             LE  GENTIL  HOMME

                                        Dens une tente.

             LE  PAGE

           Où ?

             LE  GENTIL  HOMME

                        Dens une tente.

             LE  PAGE

                                                       [Où bien vite

           Avez fuy ?

             LE  GENTIL  HOMME ]

                                 Une bonne fuyte

           Vault mieulx c’une mauvaise atente25.

             [LE  PAGE]

65   Quant de cela, je n’en sçay rien.

           Mais vrayment, y me souvient bien

           Qu’à la Journée des Esperons26,

           [………………………. -ons,]

           Vous fuÿtes dens ung fossé.

           Et puys quant tout fut [d]éblocé27,

70   Vous [ac]courûtes au pillage28.

           LE  GENTIL  HOMME

           Tant tu me fais de dommage,

           De desplaisir et destourbier29 !

           Et sy tu me vouloys un petit suplier

           Et me coloquer30 en tous lieux,

75   Tu t’en trouverès beaucoup mieux :

           Je te pourvoyerès devant tous.

             LE  PAGE

           Je vous emprie, prenez pour vous

           Des biens, sy en povez avoir31 ;

           Garde n’avez de m’en bailler,

80   Ce croi-ge, sy n’en avez d’aultres.

             LE  GENTIL  HOMME

           Y fauldra que je vous épiaultres32,

           Sy de bref vous ne vous changez !

             LE  PAGE

           Y fauldra bien que vous rengez33,

           Ou que vous vous servez vous-mesmes !

             LE  GENTIL  HOMME

85   Tu sçays bien que tu es à mesmes34

           De tout mon bien d’or et d’argent.

           Tu congnoys tout entièrement,

           Maistre et seigneur de mes mugos35

           –Et tu m’entens bien en deulx mos36.

             LE  PAGE

90   Le deable emport qui [ne] vous vit

           Jamais que des gros [sans crédit]

           Qui courent parmy ces maraus37 !

           Vous n’avez jumens, ne chevaus,

           Ny habis qui ne souent en gage38 ;

95   Vostre chemyse est de louage.

           Et sy39, vous fault ung serviteur !

             LE  GENTIL  HOMME

           Tu says bien que tu es menteur :

           J’ay troys ou quatre nobles fieulx40,

           Et de la terre en plusieurs lieux.

100   Parmy les dames, qui [m’en croyt41,

           Quant auprès d’elles on me voyt,]42

           Je ne say aux-quelles entendre.

             LE  PAGE

           Il est bien vray que je vous vis prétendre,

           En un soeir43, au cler de la lune,

105   De coucher avec[que] que[l]que une

           Qui d’une main estoyt manquete44 ;

           Et vous eng[ign]a d’une pouquete45

           La galande, et revîntes tout nu46.

            LE  GENTIL  HOMME

           Voylà pour toy bien mal congneu

110   Le bon plaisir que je t’ay faict.

           Je t’ay acoustré, en effaict,

           Depuys l’espasse de dix ans.

           Voylà le train des bons enfans,

           Maintenant : ne congnoyssent rien.

             LE  PAGE

115   Sy vous ay-ge faict plus de bien

           Que vous ne m’avez déservy47.

             LE  GENTIL  HOMME

           Ne soyons poinct icy messuy48.

           As-tu poinct veu mon estan ?

             LE  PAGE

           Ouy, ouy, [et] les neiges d’anten49 !

120   (Y n’a ny estan, ne clapier50 :

           C’est ung grand fossé de bourbier

           Où sont gregnouiles et mûrons51.)

             LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

             LE  PAGE

                                   Je dis Monssieur que : « Les hérons

           Vous [y] ont faict un grand dommage52. »

             LE  GENTIL  HOMME

125   Vers quel costé ?

             LE  PAGE

                                           Vers le rivage.

           Yl ont gasté le petit fieu.

             LE  GENTIL  HOMME

           Je t’en croy bien, page, par Dieu :

           Sy avoyt-y force pouesson53.

                                     LE  PAGE

           Il y en y a autant c’un ouéson

130   Porteroyt bien dedans son bec.

                                     LE  GENTIL  HOMME

           Mon grand muret […….. sec],

           Combien contient-y bien de tour ?

                                     LE  PAGE

           Autant qu’on feroit, de ce jour,

           À boyre chopine de vin.

135   (Y n’a terre, vigne, ne vin54 :

           Je dis vray, par saincte Marye !)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                    LE  PAGE

                                 [Que] vostre prarye

           Contient envyron quatre lieux55.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           A ! tu as dict vray, semydieux56 :

140   Yl y sont à la grand mesure.

           Quans herpens57 ay-ge de pasture ?

                                    LE  PAGE

           Envyron III ou IIII cens.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Qui ne te croyt, y n’a pas sens.

                                    LE  PAGE

           (Ouy, bien autant de sens, je dis,

145    Que sur la queue d’une souris.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Tous mes grains, où seront-y mis ?

                                     LE  PAGE

           y seront ?

                                     LE  GENTIL  HOMME

                                   Ouy, ouy.

                                     LE  PAGE

                                                      Cheux vos amys58 !

           Et me semble qu’i seroyt bon

           De les mectre en un mulon59,

150   Près du grenier où est le foing.

           (Par ma foy ! y n’a pain ne grain

           Qu’i séroyt60 mectre en sa gorge.

           Je dis vray, par monsieur sainct George !)

                                     [ LE  GENTIL  HOMME

           Mon avoynne61 est-elle battue ?

                                     LE   PAGE

           Par] ma foy, je ne l’ay poinct veue.

155    (El est d’une estrange couleur !

           D’avoynne ? Vouélà grand douleur.

           Je ne say qui luy eust baillée :

           Y n’en a pas une escullée62,

           De cela je suys bien certain.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

160   Et du reste de l’autre grain,

           Nous en avon à grand foyson ?

                                    LE  PAGE

           Ouy dea, assez et de raison,

           Ma foy, Monsieur, pour nostre année.

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Ceste journée,

165   As-tu pas veu mes grans chevaux63 ?

                                    LE  PAGE

           Ouy, ma foy, Monssieur : y sont beaux.

           Y les faict bon vouèr à l’estable.

           (Des grans chevaulx ? Yl a le deable !

           Y n’a que de vielles jumens

170    Qui n’ont aux g[u]eulles nules dens :

           Vouélà tous les chevaux qu’il a.)

                                    LE  GENTIL  HOMME

           Page, viençà ! Qui me bailla

           Ce cheval qui est à ma femme ?

                                   LE  PAGE

           Ce fust le roy, Monssieur. (Mon âme !

175   Comme y baille de la bigorne !

           C’est un viel cheval qui est borgne,

           Et n’est c’une vielle carongne

           De jument à qui les os percent ;

           Le cul et les jambes luy herchent64

180   De malle fine povreté.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Viençà, page ! Suy-ge monté,

           À ton advis, à l’avantage65 ?

                                 LE  PAGE

           Ouy Monssieur, [ainsy] comme [un] page

           Qui va à pié le plus66 du jour.

                                 LE  GENTIL  HOMME

185   Je ne doibtz pas avoir de pa[o]ur67,

           Quant je me trouve en quelque assault.

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                               Pren mon courtault68 :

           Je te le donne pour ton étrène ;

           Le tien te faict par trop de peine,

190  Car y me semble par trop las.

                                LE  PAGE

           Grand mercy, Monssieur ! Et ! quel soulas !

           Je me doys bien réconforter.

          (S’il en avoyt pour le porter

           Luy-mesmes, le povre cocu,

195   De XX soublz69 ou d’un povre escu,

           Pensez-vous qu’i feroyt du maistre ?)

                               LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                  Y te fault estre

           Dedens un moys en Angleterre.

                                LE  PAGE

           Et pour quoy faire ?

                                LE  GENTIL  HOMME

                                                Tu m’iras querre

200  Douze haquenés70 à Hantonne,

           Que le roy [des] Engloys me donne ;

           Y valent bien, chascun, cent frans.

           Tu luy mairas71 mes chiens courans

           Pour coupler avec ses lév(e)riers.

                                LE  PAGE

           Ouy, par ma foy !

205   (Y n’a que des chiens à bergers,

           Tous aussy velus c’une vache ;

           Et sy, ont l’oreille aussy flache

           Et aussy mole c’une trippe.)

                                LE  GENTIL  HOMME

           Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                  Que c’est [de] la tippe72,

210   Monssieur ? Voulez-vous qu’on luy maine ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Laquelle esse ?

                                LE  PAGE

                                       C’est Marjollaine,

           [C’est] la plus belle du tropeau.

           (Par ma foy ! on luy voyt73 la peau,

           Tant est morfondue et rongneuse.)

                                LE  GENTIL  HOMME

215   Que dis-tu ?

                                LE  PAGE

                                 Elle est plaisante y amoureuse74,

           Ceste chienne, la plus du monde.

                                LE  GENTIL  HOMME

           Et ! c’est cela où je me fonde.

                                LE  PAGE

           Voulez-vous qu’el y soyt menée ?

                                LE  GENTIL  HOMME

           Ouy dea !

                                LE  PAGE

                              [Sy elle n’est]75 traînée,

220   Ceste chienne va sy à loysir

           Qu’à peine poura’le suyvir76

           Un cheval sy tost que le pas

           –Entendez-vous ? je ne mens pas–,

           Tant [elle] est vilaine, orde et salle.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

225   Page !

                                 LE  PAGE

                           Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                   Dedens ma salle77,

           Y faict-y pas maintenant beau ?

                                 LE  PAGE

           Ouy de[a], Monssieur, tout de nouveau78

           [Vous] l’avez faict paindre, pour seur.

           (Mais quelle salle ! c’est hideur :

230   Il n’en a poinct, que sa chemise79 ;

           C’est celle-là dont y devise

           Et de quoy il entent80 parler.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                 LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                 LE  GENTIL  HOMME

                                                 Va-moy seller

           Mon courtault, qui est à l’estable !

                                 LE  PAGE

235   Vostre courtault81 ? (De par le deable !

           Je n’en sache poinct qui vous hète82,

           Que celuy de vostre brayète,

           Qui vous donne bien du tourment…)

                                  LE  GENTIL  HOMME

           Page !

                                  LE  PAGE

                         Monssieur ?

                                  LE  GENTIL  HOMME

            Aproche-toy légèrement !

240   Et ! tout le temps que me83 servy[s],

           –Je me croy bien à ton avis84,

           [Dis-moy le vray, par ton serment]–,

           T’ai-ge pas payé ton paiment

           Vaillamment, par chascun cartier85 ?

                                 LE  PAGE

           Y n’a poinct falu de papier

245    Pour en escripre la quictance !

           (J’en tiens86 encores sans doubtance

           Tout ce qu[e j’]en receus jamais.)

                                 LE  GENTIL  HOMME

           Gens qui ont serviteurs parfaictz

           Les doibvent bien entretenir.

                                 LE  PAGE

250    Mais leur laisser tout leur[s] aquestz

           Vailamment, sans rien retenir.

           Je vous suplye, alons-nous-ent87

           Bien tost ; parton légèrement,

           Et laissez ceste vanterye

255   Dont estes plain : c’est moquerye

           [Que] de vous et de vostre affaire.

           Adieu, ne vous veuile desplaire88 !

 

                                                     FINIS

*

 

1 André Tissier : Recueil de farces, tome 10, pp. 187-189. Droz, 1996.   2 D’après le titre, il veut devenir laquais [valet d’armée]. Un page ne restait jamais dix ans <vers 112> dans cette fonction peu lucrative, et surtout, réservée aux enfants : car un page devait être le modèle réduit de son maître, comme en témoigne l’eau-forte de Jacques Callot intitulée un Gentilhomme et son Page (1617).   3 Cloîtré : la misère lui interdit toute vie sociale.   4 En regardant défiler la troupe. Il faisait donc partie des badauds, et non des soldats qui paradaient.   5 Loin de mes camarades (qui étaient restés en arrière).   6 Cassé aux gages, révoqué sans solde. Il fait semblant de mal comprendre le « cassé » du vers 9, qui se rapportait à ses fractures.   7 Vous mentez pour rien ; qu’ai-je à perdre ?   8 LV : perdre  (Vous ne risquez pas d’être payé par l’État, contrairement aux militaires.)   9 Jeu de mots involontaire sur « tenir compte » et « tenir des contes » [se livrer à des racontars].   10 Les plus importants.   11 Fin-verjus est un savetier alcoolique et roublard (F 33, T 11). Le croc est le crochet des tireurs de bourses, et un outil pour crocheter les serrures : « Successeurs de Villon en l’art de la pinse et du croq. » (Marot.) Happe-gibet est synonyme de brigand, meurtrier et voleur (les Épithètes de M. de la Porte). Bref, le Gentilhomme ne fréquente que du gibier de potence.   12 Des reconnaissances de dettes. (Lat. debet = il doit.)   13 Euphémisme pour « volé ».   14 Parviendrais-tu à compter les ennemis que j’ai tués ? « Je ne cognois deux ne trois tant soyent puissans hommes que (il) ne les eust bien mys à la fin. » A. de La Sale.   15 Un couffin, une corbeille.   16 Forme attestée : « Furent jugés & mys à la mort. » Brut. Cf. Troys Gallans et Phlipot, vers 422.   17 Le faucon, que les nobles portaient sur leur poing quand ils chassaient. Cf. le Faulconnier de ville.   18 Le train de vie de la Noblesse (vers 43-44).   19 C’étaient des poulets.   20 Parmi les seigneurs, qui jouaient gros jeu.   21 Vous n’avez jamais eu trois sous vaillants sans en devoir six.   22 Résoudre.   23 Vous rengorger, vous vanter.   24 Un étendard dans une tente de l’ennemi.   25 « Le proverbe qui dict qu’une bonne fuitte vaut mieux qu’une mauvaise attente. » (Straparole.) Pour garder ce proverbe intact, notre auteur a dû introduire un quatrain abba.   26 LV : alemans   Le 20 mai 1525, la « guerre des Boures » (ou des Rustauds) donna lieu à la bataille de Scherwiller : les soldats lorrains (renforcés par quelques gentilshommes français) battirent l’armée des paysans luthériens allemands. Mais aucune « Journée des Allemands » n’est connue sous ce nom. La seule « journée » qui avait marqué les esprits, c’est la Journée des Éperons (bataille de Guinegatte, 16 août 1513), lors de laquelle les soldats français avaient pris la fuite, à l’instar de notre Gentilhomme : cf. l’Avantureulx, vers 408 et note 42. Remarquons d’ailleurs que ce vers 67 n’a pas de pendant : on ignore s’il rimait en -ans ou en -ons. Il est probable qu’un des premiers copistes a modifié ce vers en songeant au traité de Moore (30 août 1525), sur lequel la France comptait encore en octobre pour établir une paix durable avec la perfide Albion ; plutôt que de rappeler aux Normands, déjà furieux contre ce traité, qu’Henri VIII d’Angleterre était en plus le vainqueur de Guinegatte, il valait mieux détourner l’attention populaire sur des vaincus allemands.   27 Quand le blocus fut levé. « Les habitans commencèrent à débloquer et sortir. » Godefroy.   28 Comme un vulgaire troupier : « Plusieurs soldats accoururent de tous costéz, (…) chacun accourant au pillage. » (Le Mercure françois.)  Les combattants français de Guinegatte guerroyèrent surtout contre des poules : « Actes de batailles/ Font contre poulailles/ Noz gens. » (G. Cretin, Lascheté des gensd’armes de France à la Journée des Esperons.)   29 De contrariété.   30 Me mettre en bonne place. Il demande à son page de le valoriser devant les gens, comme le gentilhomme de Légier d’argent (v. notice) : « Jaquet, tu me fais plaisir/ Des biens que vas disant de moy. »   31 Rime normande avèr / baillèr.   32 Fracasse. « Courbatu, espaultré et froissé. » Rabelais, Quart Livre, 14.   33 Que vous vous corrigiez.   34 Gérant. « Je vous mettray à mesme mes biens, où vous pourrez puiser et prendre tant de richesse comme il vous plaira. » Amyot.   35 LV : tresors  (En Normandie, mugot = trésor <cf. Godefroy>. « Nous trouvasmes force trésors inutiles ; nous descouvrismes (…) le beau et ample mugot de Molan. » Satyre Ménippée.)   36 À demi-mot : je n’en dis pas plus pour ne pas révéler où ils sont cachés.   37 Des pièces dévaluées qui ont cours chez les vauriens que vous fréquentez. « De toutes receptes,/ Je ne sache c’un gros qui court. » Le Poulier à sis personnages (LV 27).   38 Qui ne soient hypothéqués.   39 Pourtant.   40 Fiefs. Idem à 126.   41 Si vous m’en croyez. Cf. le vers 143.   42 LV : plus est / ne me croyent pas la on y me vouent   43 Un soir.   44 Manchote.   45 Elle vous escroqua d’une bourse.   46 Sans argent. Galande = galante : cf. la Réformeresse, vers 89.   47 Payé de retour. « Jamais je ne pourroye/ Vous desservir les biens que me donnez. » Charles d’Orléans.   48 Maishui, indéfiniment. « Despeschez donques !/ Je ne veuil estre icy messuy. » (L’Oficial, LV 22.) Entre la rubrique et le vers 117, LV a intercalé des pattes de mouches sans rime ni rythme : Vienca nen parle iamais   49 De l’an passé. Clin d’œil à Villon : « Mais où sont les neiges d’antan ? »   50 Ni étang, ni monceau de pierres. Les vers 118-161 sont à rapprocher de ceux où Messieurs de Mallepaye et de Bâillevant font l’état des lieux de leurs domaines en ruines (vers 247-249). Beaucoup d’autres thèmes sont communs à ces deux dialogues.   51 Des grenouilles et des mûriers-ronces.   52 En exterminant les grenouilles dont vous vous nourrissez.   53 Beaucoup de poisson.   54 Rime dupliquée, qu’on pourrait remplacer par « grain » ou « foin ».   55 4 lieues normandes = 17,7 km.   56 Atténuation de « si m’ait Dieu » [si Dieu m’aide].   57 Combien d’arpents.   58 Chez les affamés avec qui vous frayez. La formule annonce le « cheulx mes amys » des Troys Gallans et Phlipot, v. 442.   59 D’en faire une meule : « Deux petiz mullons de blé. » (Godefroy.) Mais le page parle-t-il des grains, ou des amis de son maître ?   60 Qu’il saurait, qu’il pourrait.   61 À la place du fragment que j’ajoute entre crochets, le copiste a écrit puis biffé : davoynne   62 De quoi emplir une écuelle.   63 Ceux qu’on utilisait à l’armée. De là vient l’expression : « Monter sur ses grands chevaux. »   64 Se traînent.   65 Ai-je une bonne monture ? M. de Mallepaye (vers 176) s’en inquiétait déjà.   66 La plus grande partie. Cf. Légier d’argent (v. notice) : « Et par deffault d’une jument,/ Il va à pié le plus souvent. »   67 De peur, puisque j’ai un bon destrier.   68 Cheval de selle. Idem vers 234.   69 Pour 20 sous : lorsqu’il a un peu d’argent.   70 Montures réservées aux femmes : « Ils sont suivis des litières & des hacquenés de Sa Sainteté. » (Du Mont.) Hantonne = Southampton : « [Ils] singlèrent devers Angleterre ; puis arrivèrent et prirent terre à Hantonne. » (Froissart.)   71 Mèneras. Henri VIII n’aurait jamais abâtardi ses lévriers greyhounds ! On rapproche les vers 199-204 du Journal d’un bourgeois de Paris : « Au dict an 1525, environ le huictiesme octobre, passèrent parmy la ville de Paris vingt ou vingt-cinq hacquenées d’Angleterre que le roy d’Angleterre envoyoit à monsieur le Daulphin estant à Bloys ; et envoia aussi un grand nombre de chiens de chasse, comme cent ou plus, où y avoit grandz dogues d’Angleterre. » Si la référence aux chevaux paraît convaincante, la référence aux chiens l’est beaucoup moins, puisque c’est les chiens français que le page doit conduire en Angleterre, et non l’inverse.   72 « Que doit-on faire de la tippe ? » Mot inconnu ; c’est peut-être un de ces normandismes dont la pièce regorge.   73 LV : vord   74 Digne d’être aimée. « La plus belle dame du roiaulme d’Engleterre, et la plus amoureuse. » Froissart.   75 LV : quelle   76 Pourra-t-elle suivre.   77 La salle principale du château.   78 Tout récemment.   79 Jeu de mots : il n’a de « sale » que sa chemise.   80 Il veut.   81 Le Gentilhomme oublie qu’il vient de le donner au page (vers 187-188). Ce dernier se venge en dénigrant son autre courtaud, c’est-à-dire son pénis : cf. la Complainte d’ung Gentilhomme à sa dame, note 94.   82 Qui puisse vous faire plaisir.   83 LV : mas   84 LV : serment  (Je me fie à ton avis.)   85 Chaque trimestre.   86 Je retiens de mémoire.   87 Rime attestée : Maistre Mymin qui va à la guerre, vers 193.   88 Ce congé s’adresse-t-il au public, comme il se doit, ou au Gentilhomme ?