TROTE-MENU ET MIRRE-LORET

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

TROTE-MENU  & 

MIRRE-LORET

*

 

Ce dialogue scatologique fut joué vers la fin du XVème siècle, à Paris, probablement sur le parvis de l’ancienne église Saint-Eustache, dans le quartier des Halles.

La paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois entendait percevoir une dîme des paroissiens de Saint-Eustache, qui ne tenaient pas outre mesure à la lui payer. Le présent dialogue est une guerre de religions en miniature que se livrent la paroisse de Saint-Eustache (représentée par Mire-loret1) et celle de Saint-Germain (représentée par Trotte-menu).

Le jeu du « Sot-s’y-met » consiste à placer une pièce de monnaie sur son front ou entre ses genoux serrés ; un joueur aux yeux bandés, ayant les mains derrière le dos, doit l’attraper avec sa langue. Trotte-menu triche : il met la pièce entre ses fesses. Dans les Avantures du baron de Fæneste, Agrippa d’Aubigné décrit un pareil tour lors d’une partie de « saussimet » : « Ces deux genoux estoient les fesses d’un lacquais, où vous fistes tant trévirer la pièce avec la langue, et la poussiez en un vilain pertuis. » La comparaison entre les joues et les fesses était courante : « Voz joues ressemblent vrayment/ À voz deux fesses proprement,/ Tant sont enflées et bouffies. » (Le Pourpoint rétréchy, F 44.)

Source : Recueil Trepperel, n° 7.

Structure : Rimes plates avec 4 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Sotie nouvelle à deux personnages

trèsbonne et fort joyeuse

*

 

[C’est assavoir :

    Le  Premier   Sot,  TROTE-MENU

    Le  Deusiesme  Sot,  MIRRE-LORET]

*

 

                           Le  Premier  Sot,  TROTE-MENU,  commence

              Ne suis-je pas céans venu             SCÈNE  I

              Assez tost pour nappes escourre2 ?

              Vous ne sçavez qu’est advenu.

              Ne suis-je pas céans venu ?

5      Se je n’eusse troté menu,

              De moy on eust fait de la bourre3.

              Ne suis-je pas céans venu

              Assez tost pour nappes escourre ?

              […………………… -ourre.]

              Ainsi, bouté me suis céans.

10     Escoutez : esse Orléans4 ?

              A ! nénil, j’ay assez loysir.

              Vous me ferez grant desplaisir,

              S’ung peu ne5 me donnez à boyre :

              J’en eusse ung peu meilleur mémoyre6

15     Pour vous racompter des nouvelles.

              Je croy que j’ay les escrouelles7,

              De8 ceste « eaue » que boy souvent.

              Se mon cul n’a ung peu de vent,

              Je suis taillé de tout gaster9.

20     Se vin est mauvais à taster,

              Il regibe10 trop mallement.

              Trèstous les jours tanseulement

              J’en burois bien, ce m’est advis :

              Je dors maintenant tant, envis11,

25     Sans prendre nulle médicine…

              Ceste-là si m’a fait ung signe12 :

              Je ne sçay si je luy ennuye.

              Que du remenant13 d’une truye

              Soit-elle demain desjunée !

 

                            Le  Deusiesme  Sot,  MIRRE-LORET

30     Dieu gard[e] la belle assemblée     SCÈNE  II

              Des deux costés et ou mellieu !

              Bien venu suis14 ceste journée.

              Dieu gard[e] la belle assemblée !

              Je cuide que ma destinée

35     Me devoit [bien] mettre en ce lieu.

              Dieu gard[e] la belle assemblée

              Des deux costés et ou mellieu !

              Heureux seray, par le sang bieu,

              Ou tout malheureux ceste année ;

40     Car j’ay une malle assenée15,

              La meilleure femme du monde :

              Je pry à Dieu qu’i la confonde16

              Pour la mettre en son Paradis !

              J’ay reçu des coups plus de dix,

45     Voyre, trèstous d’une fumelle17.

                Ma mère-grant si fut jumelle :

     Ne fusse pas belle portée ?

      [Mon père-grant l’a espousée :]18

               Si fut en ung cruel martire…

             Cestuy-là ne s’en fait que rire :

50     Pour tant19, plus n’en diray[-je] mot.

                                      TROTE-MENU20

              Le filz à la grosse Margot21,

              Que faictes-vous cy maintenant ?

                                      MIRRE-LORET

              Es-tu pas le petit bigot22

                                      TROTE-MENU

              Le filz à la grosse Margot,

55     Qu’as-tu fait de son amygot23 ?

                                      MIRRE-LORET

               … Qui parloit si bien l’allemant24 ?

                                      TROTE-MENU

              Le filz à la grosse Margot,

              Que faictes-vous cy maintenant ?

              Oncques, puis Caresme-pernant25,

60     Ne te peuz trouver en [la] place.

                                      MIRRE-LORET

              Par le glorieux saint Eustace,

              De quoy il est solempnité26 :

              J’avoye bonne voulenté

              D’enquérir où est ton repaire ;

65     Mais nullement n’en ay que faire,

              Puisqu’ainsi nous sommes trouvés.

              S’aucunement riens vous sçavez

              De nouveau27, au moi[n]s que j’en sache.

                                      TROTE-MENU

              Mort bieu ! J’achetté une vache

70     Dernièrement à ce lendit28,

              Qui porte, ainsi comme on [m’a] dit,

              Veaux et moutons [très]tout ensemble.

                                      MIRRE-LORET

              Pour Dieu ! gardez bien qu’on ne l’emble29 :

              La marchandise est bonne et belle.

75     Quant à moy, je vens la pucelle

              Et macquereau l’ung parmy l’autre.

                                      TROTE-MENU

              Tu es ung bon marchant de peautre30,

              Je l’entens bien à ta devise31.

              Voyrement, quant je me ravise,

80     Jouons à aucun jeu32 nous deux.

                                      MIRRE-LORET

              Et ! par sainct Jaque, je le veulx.

              Avise quel jeu tu veux faire.

              Contre toy, suis content [de] traire

              Chopine de vin à la fois.

85     Touteffoys, se nous fus[si]ons troys,

              Nous serions ung peu mieux sortis33.

                                      TROTE-MENU

              De peu de chose je t’advertis ;

              [Ce, du moins, çà]34 je te diray :

              De ma bource, je tireray

90     Ung grant blanc35 ; et [tout] ou mellieu

              De mon fronc, icy en ce lieu,

              Je l’atacheré36 davant tous.

              Les yeulx bendés auras trèstous ;

              Et se trouver le peux aux dens,

95     Il sera tien37.

                                      MIRRE-LORET

                                    Boutes dedens38 !

              Je suis tout rusé de ce fait.

              Mais ce seroit à toy mal fait

              Se me trichois aulcunement.

                                      TROTE-MENU

              Et ! non feray39, tout seurement :

100    Gens y a assez en la place.

             N’estes-vous pas de Saint-Eustace ?

             Vous estes mon voisin prochain.

             Et moy je suis de Saint-Germain40 :

             Jamais ne joueroye à ce tour.

                                       MIRRE-LORET

105    Vous verrez tantost ung beau tour.

             Bende-moy les yeulx, et t’avance

             Appertement41 !

                                      TROTE-MENU

                                     (Grande vaillance

             Ce sera à toy, se tu gaignes !)

             Tourne-toy deçà, se tu daignes42

110    Tu vois bien ?

                                       MIRRE-LORET

                                       Par la Magdaleine !

             Dieu te met[te] en fièvre quartaine

             Se43 plus voy des yeulx que des mains !

             Tous deux sommes cousins germains ;

             Jamais ne te vouldroie tromper.

115    Mais si je le povois atrapper44

                                      TROTE-MENU

             [Et ! tu l’auras] sans nulle doubte.

             Mais tu dois sçavoir somme toute

             Que des mains tu n’y a[uras] touche.

                                      MIRRE-LORET

             Ce seroit à moy grant reprouche.

120    (J’entens bien où tu veulx venir :

             Derrière les vouldrois tenir,

             Sur peine de paier l’amende.)

                                      TROTE-MENU

             Demeure[s] icy en attente

             Tant que je me soys mis à point.

                                      MIRRE-LORET

125    Seigneurs45, je vous diray ung point :

             Qu’il vous plaise de regarder

             Légièrement46, sans point tarder,

             À la monnoye, que soit bonne47.

             [Or] es-tu prest ?

                                      TROTE-MENU

                                           Nul mot ne sonne :

130    Tu me ferois tantost fumer48.

                                      MIRRE-LORET

             Tu [me] verras tantost humer49

             Ce grant blanc à la Bonne Pie50.

                                      TROTE-MENU

             Tu y vas de bonne estampie51 !

             Je croy de vray que tu l’auras.

135    Ha ! grant blanc, tu y demour[r]as ;

             Véci ton dernier sacrement.

                                      MIRRE-LORET

             Il sera à moy voyrement.

             N’esse pas icy ton visaige ?

             Par la mort bieu ! ouÿ, ce croy-je.52

                                      [TROTE-MENU]

140    Hélas ! pour Dieu, ne me mors point !

                                      [MIRRE-LORET]

             Et ! il est si trèsbien à point :

             Nullement ne pourroye faillir.

             Saint Jehan ! je l’ay fait trésaillir53,

             Je l’ay bien sentu à mon nez.

                                      [TROTE-MENU]

145    Vous serez tantost desjunéz54.

                                      MIRRE-LORET

             Il fault tost que tu le remettes.

                                      TROTE-MENU

             Dont premier fault que te remettes

             À la place dont es55 venu.

             Malheur si t’est bien advenu :

150    S’il ne fust chut, il estoit tien.

                                      MIRRE-LORET

             Certes encor(e) sera-il mien :

             Il n’a pas failli, qui recueuvre56.

             Tantost que je soy mis en œuvre !

             Si sera à coup despesché57.

                                      TROTE-MENU

155    Il sera tantost rataché.

             Tien-toy icy tant que soit fait.

                                      MIRRE-LORET

             Si feray-je.

                                      TROTE-MENU58

                                  Le plus parfaict

             Cul qui soit d’icy [jusqu’]à Romme,

             Pour visaige l’auras en forme59.

160    Mais mot ne sonnez, messïeurs.

             Se vous voyez de belles fleurs60,

             Cueillez[-les] pour faire ung boucquet.

             Avant, avant, petit naquet61 !

             C’est fait ; quant vous vouldrez venir…

                                      MIRRE-LORET

165    Quant il me vient au souvenir

             Du bon vin que buré62 tantost,

             Mon cueur dit que m’avance tost.

              Je pense que je n’y faudray63 pas.

                                      TROTE-MENU

             Comment tu y viens pas à pas !

                                      MIRRE-LORET

170    Dea ! je ne sçay pas le chemin.

                                      TROTE-MENU

             Et ! beau sire, tends-moy64 la main.

             Or fais ton devoir, tu es près.

                                      MIRRE-LORET

             Sang bieu ! je sens cy du cyprès,

             Ou des aux, ou du muglias65.

175    Tu fleures tout le faguenas66 !

             Mais quel dëable as-tu mengé ?

             Ton visaige [aus]si est changé :

             Mort bieu, que vécy grosse joue !

             Se c’estoit pour faire la moue !

180    Si sont-ilz belles et nourries…

             Fay-l’en de moy ces mocqueries67 ?

             Plus n’y jo[u]eray, par tous les saincts !

                                      TROTE-MENU

             Comment ! tu y touches des mains ?

                                      MIRRE-LORET

             Non fois68, vraiment, ou que le perde.

185    Mais vraiment je sens de la merde,

             Ou une vesse gâtinoise69.

                                      TROTE-MENU

             (Tu me remplis le cul de noyse :

             Ne scès-tu fort becquer dedens ?)

             Tu vois cy les gens attendans

190    À véoir jouer ce mistère70.

                                      MIRRE-LORET

             Je ne m’en sçauroye plus taire :

             Je sens icy du vent71 de bise.

             Comment ? Vécy bonne divise72.

             Metz-tu meintenant ung béguin73 ?

195    Tu as ton visaige sanguin :

             L’orine74 en devroit estre belle.

                                      TROTE-MENU

             Tu es ung gros villain rebelle :

             Gaigne le grant blanc, dy, coqu75 !

                                      MIRRE-LORET76

             Je regny sainct Gris ! c’est ung cu !!

200    Que le feu saint Anthoine l’arde77 !

             Et le mau saint Front [si] le farde78 !

             Et le mau saint Fiacre79 l’alume !

             M’as-tu fait becquer ceste enclume80,

             Du81 grant blanc que devoye boyre ?

205    Mais par monseigneur saint Grégoire82,

             J’ay beu d’ung trèspuant bruvaige83 !

             Je te combas : voylà mon gaige.

             Saint-Germain est-il si vilain

             Comme toy ? Et ! par Dieu, nennin84 !

210    Mais tous les gens ne vallent guère.

                                      TROTE-MENU

             Se je desploye ma banière85,

             Je te bauldray, si, grant atache86,

             Et y fust ores saint Eustac[h]e.

             Va-t’en, va, harengier foyreux !

                                      MIRRE-LORET

215    Mais toy, paillart tripier87 breneux !

             Vistupères-tu ma parroisse ?

             Je te mettré en tel destresse,

             Sanglant savetier, porte-fais !

                                      TROTE-MENU

             Tu es seigneur du Trou Punays88 !

                                      MIRRE-LORET

220    Et toy, de l’archon de Bourbon89 !

             Tien90 ! cela te semble-il bon ?

             C’est pour une ; vélà pour deux !

             Tu es bien povre malheureux,

             De te prendre à toy plus fort.

                                      TROTE-MENU

225    Haro ! bonnes gens, à la mort !

             Haro ! haro ! Hélas, je seigne.

             Fault-il que je porte l’enseigne91

             De ce cocquin de Saint-Eustace ?

             Encore ay ung noble en ma tasse92

230    Pour luy tenir bon pié et fort.

             Haro ! bonnes gens, à la mort !

                                      MIRRE-LORET

             Pour éviter plus grant discort,

             Je m’en yray de ceste place.

                                      TROTE-MENU

             Prenez-le, le villain a tort !

                                      MIRRE-LORET

235    Pour éviter plus grant discort.

                                      TROTE-MENU

             Hé ! vous voyez bien se j’ay tort ;

             Estes-vous tous pour Saint-Eustace ?

                                      MIRRE-LORET

             Pour éviter plus grant discord,

             Je m’en iray de ceste place.

240    Pour Dieu, que soye en vo[stre] grâce !

             Messïeurs, à Dieu vous comment93.

 

                                      TROTE-MENU    SCÈNE  III

             Il m’a pugny bien asprement.

             Mais il fault que je preigne en gré,94

             Vous priant degré à95 degré.

245    Je m’en iray96 aux Champs jouer,

             Pour véoir le regnart97 trocter.

             Adieu, messïeurs, je vous prie.

             Et98 que Dieu gard la compaignie !

 

                                         EXPLICIT

*

1 Un mirloret est un Sot, un bouffon (Godefroy). Ce personnage appartient au théâtre des basochiens : il servira de premier suppôt à la Basoche dans la sottie Pour le cry de la Bazoche. Voir aussi ma note 27. On peut en conclure que nos deux acteurs sont des basochiens qu’on a embauchés pour animer la fête paroissiale de Saint-Eustache.   2 Pour plier les nappes : pour finir ce qui reste sur les tables.   3 De la charpie.   4 Nos voisins et adversaires. Saint-Eustache côtoyait l’hôtel d’Orléans et la rue d’Orléans-Saint-Honoré.   5 T : vous   6 Quand on alimente l’estomac, on alimente la mémoire : « Et soupperay-je point premier ?/ J’en auray meilleure mémoire. » Celuy qui se confesse à sa voisine, F 2.   7 Inflammation des ganglions lymphatiques du cou.   8 À cause de. Nous comprenons vite que ce n’est pas de l’eau qu’il boit. On scandait « eau-e » en 2 syllabes.   9 Si je ne pète pas, je suis capable d’encrotter ma robe.   10 Il regimbe, il donne la diarrhée.   11 Malgré moi. Trotte-menu est visiblement soûl. Dans la Moralité du Mauvais Riche et du Ladre, le serviteur Trotemenu est tout aussi léthargique : « Haro ! que je suis endormis,/ Paresseux et affétardis ! » Le seul Trotemenu qui porte bien son nom, c’est le messager d’Hérode dans le Geu des Trois Roys : il court tout le temps.   12 Les deux comédiens vont interpeller constamment des spectateurs.   13 Des restes.   14 T : suie  (« En raportant de Court en Court/ Et en estant fin raporteur,/ Bien venu suys au temps qui court. » Décor peint, château du Plessis-Bourré.)   15 Une femme mal satisfaite : « (Je) ne fois chose qui agrée/ Guères à ma mal assenée,/ Dont me fait les groings [la gueule]. » Charles d’Orléans. Cf. le Munyer, vers 34.   16 Qu’il la tue. « Tant de gens mors et confondus. » Godefroy.   17 De la part de cette femelle. Les hommes battus excitaient l’hilarité du peuple, comme au vers 49 (cf. la note 30 du Munyer). Frappé par sa femme et cocu (vers 198), Mire-loret passe malgré tout pour un proxénète aux vers 75-76 et 163.   18 Vers manquant. Le pauvre grand-père supportait une épouse en double exemplaire.   19 Pour cela.   20 À partir d’ici, les rubriques portent le pre(mier) et le .II., que je remplace par TROTE-MENU et MIRRE-LORET.   21 C’est-à-dire : fils de pute. La Ballade de la Grosse Margot, de Villon, était déjà célèbre.   22 Prononciation française de by God : « La Grosse Margot,/ Très doulce face et pourtraicture,/ Foy que doy brulare [by Lord] bigot. » (Villon, Testament, 1585.) On donnait ce surnom aux envahisseurs anglais, mais aussi aux Normands, dont on supposait que la mère avait fauté avec un de ces by God. « Moult ont Francheis [les Français] Normans laidis [injurié],/ Et claiment [les appellent] bigos et draschiers [mangeurs d’orge]./ Souvent dient : “Sire, pourquoi/ Ne tollez [ne prenez-vous pas] la terre as bigos ?” » (Wace.)   23 La mère de Mire-loret a donc fauté avec un amigo : ces « routiers » espagnols à la solde du roi étaient certes les amis de la France, mais nul n’oubliait qu’ils y avaient commis de nombreux pillages et viols dans les années 1430.   24 Mire-loret termine la phrase qu’il a entamée au vers 53. Il accuse maintenant Trotte-menu de collaborer avec l’Allemagne, qui désirait alors annexer le duché de Bourgogne.   25 Carême-prenant : les réjouissances carnavalesques et théâtrales du Mardi gras.   26 Cette représentation fut donnée pour la fête paroissiale de Saint-Eustache, le 20 septembre.   27 Les Sots veulent toujours connaître les dernières nouvelles (vers 15). Cf. la note 84 des Premiers gardonnéz. Ces nouvelles ont presque toujours une forme fatrasique permettant à l’auteur de brocarder impunément des faits réels déguisés en histoires de fous. Pour les paroissiens de Saint-Eustache à cette époque, les 10 vers ci-dessous avaient un sens parfaitement clair. « (Les basochiens) introduysoient ordinairement sur l’eschafaut [sur la scène] trois d’entre eux, habillés en Sotz que l’on apelloit vulgairement mirelorets ou soteletz, dont l’un, nommé Rapporte-Nouvelles, interrogé par ses compaignons, leur rapportoit soubz équivoque de noms tous ceux ou celles qu’ils pensoient estre marqués de quelque vice. » Estienne Pasquier.   28 À la foire de Saint-Denis, du 11 au 24 juin.   29 Qu’on ne vous la vole.   30 Double sens : Balle du grain / Paillasse de bordel.   31 À la manière dont tu devises. Idem vers 193.   32 À un jeu : au Sot-s’y-met (v. ma notice). « Nous avions joué force jeux, entr’autres au saussimet : c’est le plus fat [sot] jeu de tous les jeux. » Agrippa d’Aubigné.   33 Pourvus. Au théâtre, les Sots vont généralement par trois.   34 T : Cest du moins sa   35 Une pièce de monnaie valant 13 deniers.   36 Je le collerai en l’humidifiant avec de la salive.   37 Trotte-menu va coller une pièce sur son front, et Mire-loret, les yeux bandés, devra l’attraper avec ses dents.   38 Tope là !   39 T : non  (Je ne le ferai pas : le public y veillera.)   40 Saint-Germain-l’Auxerrois, une paroisse voisine. Voir ma notice.   41 Promptement.   42 Il bande les yeux de Mire-loret.   43 T : Sen  (Se = si.)   44 Le grand blanc.   45 Il s’adresse au public.   46 Discrètement.   47 Que je ne sois pas payé en monnaie de singe, qu’on ne me trompe pas.   48 Mettre en colère. Mais aussi : Répandre du fumier. Dans un pareil contexte, le double sens coprologique est à privilégier.   49 Boire.   50 Plusieurs tavernes arboraient comme enseigne une pie. (Ce mot désignait familièrement la boisson : « Crocquer la pye. ») La Bonne Pie était sise rue de la Chausseterie –l’actuelle rue Saint-Honoré–, à deux pas de Saint-Eustache. Elle était fréquentée par des truands qui, pour plus de discrétion, ne la nommaient qu’en argot : « Si le rouastre [le prévôt] et ses anges/ Nous trovoit à la Gourde Pie. » (Vie de sainct Christofle.) « Je m’en brouay [m’en allai] au Gourd Piard. » (Id.) « Et brouons [nous allons] à la Gourde Pyenche. » (Les Premiers gardonnéz.)   51 D’un bon rythme.   52 T attribue les vers 139, 141 et 142 à Trote-menu, et les vers 140 et 145 à Mirre-loret.   53 Le grand blanc est tombé par terre. Trotte-menu va maintenant le placer au niveau de son coccyx dénudé.   54 Les tavernes servaient des repas.   55 T : est   56 Celui qui rentre dans ses frais n’a pas perdu.   57 Le grand blanc sera vite expédié.   58 Il s’adresse au public.   59 Tu l’auras en guise de visage.   60 Occasionnellement, on imprimait au fer rouge une fleur de lis sur la fesse des prostituées : « Ce sont damoiselles de Dannemarc, marquées à la fesse, qui ne gaignent plus rien…. Les dites damoiselles leur ont donné la vérolle. » (Les Grands jours tenus à Paris.) Mais je ne connais aucun exemple d’une telle flétrissure appliquée à des fesses masculines. On peut voir un anus fleuri dans le rébus de Picardie « Habe mortem præ oculis » : Abbé mort en pré, au cul lys.   61 T : naruet  (Naquet = jeune messager qui transmet des rendez-vous galants : « Tantost les maquereaux, et tantost les naquets,/ Leurs vallets effrontéz. » Jean Vatel.)  Trotte-menu s’adresse de nouveau à Mire-loret.   62 Que je boirai. Mire-loret espère obtenir cet argent pour acheter du vin (vers 132 et 204).   63 Que je n’y faillirai pas.   64 T : tand moy   65 Du baume de Chypre, de l’ail ou du musc.   66 Mauvaise odeur corporelle. Cf. Maistre Pierre Doribus, vers 155.   67 Il vitupère le public, qui se moque de lui.   68 Je ne le fais pas.   69 Jeu de mots sur la vesse (pet silencieux), et la vesce (esparcette à feuilles de vesce, ou sainfoin), une plante mellifère dont les abeilles du Gâtinais faisaient alors un miel réputé.   70 Cette cérémonie. Mais Eugénie Droz pense que notre sottie précédait le Mystère de saint Eustache. S’il s’agit de celui qu’on a joué près de Briançon en 1504, c’est exclu : il est écrit en provençal.   71 « Mire l’oret » veut dire « guette le vent ». Le vent de bise est un pet.   72 Sujet de conversation.   73 Un bonnet. Il a touché le bas de la robe que Trotte-Menu a retroussée au-dessus de son postérieur.   74 On évaluait la santé des gens à la couleur de leur urine, et réciproquement.   75 T : coquin   76 Il ôte son bandeau.   77 Le feu de saint Antoine est le mal des ardents, l’ergotisme.   78 Le mal de saint Front, c’est la lèpre, qui « farde » le visage de ses victimes.   79 T : iehan si  (Le mal de saint Jean, l’épilepsie, ne saurait « allumer » [enflammer] un cul. Le mal de saint Fiacre englobe les hémorroïdes et toutes les inflammations de l’anus : « Les fentes & crevasses du fondement, qu’on appelle mal saint Fiacre. » A. du Pinet.)   80 Embrasser ce postérieur. « Forgés du marteau naturel sur l’enclume de la nature. » Bruscambille.   81 Au lieu du.   82 Jeu de mots banal sur « grègues » : culottes.   83 Pour le pet considéré comme une boisson, voir la Résurrection Jénin à Paulme, vers 233.   84 T : nenil   85 Étendard d’une église ou d’un saint qu’on porte aux processions.   86 Je te baillerai une grande attaque. « Et leur commanda qu’ils allassent vistement attacher l’ennemi. » Godefroy.   87 Les harengères et les tripières étaient les commerçantes les plus mal embouchées ; on voit que des hommes pouvaient leur faire concurrence en matière de grossièreté.   88 Puant. Le Trou Punais était un cloaque proche du Pont-au-Change, dans le quartier Saint-Germain-l’Auxerrois. Cf. Pour porter les présens à la feste des Roys, vers 42.   89 L’arche de Bourbon, dans le quartier Saint-Germain-l’Auxerrois, près du Louvre, était un pont sous lequel s’accumulaient toute sorte d’immondices.   90 Il donne une première gifle à Trotte-menu.   91 La marque. Mais aussi : l’étendard (note 85).   92 J’ai une pièce d’or dans ma bourse.   93 Je vous recommande à Dieu. Mire-loret s’en va.   94 T ajoute un vers : Et vous aussi paraillement   95 T : en  (Petit à petit. « Le capitaine Charry, qui montoit degré à degré. » Blaise de Montluc.)   96 T : vois  (Cf. le vers 239.)  Quand le Sot parisien, d’un naturel peu bucolique, va « aux Champs », il va ordinairement lutiner les demoiselles du Champ-Gaillard. Cf. la Résurrection Jénin à Paulme, note 133.   97 La fourrure de renard qu’exhibent ces dames.   98 T : Cest

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :