Archives de Tag: Danse

LES CRIS DE PARIS

Cris de Paris

British Museum

 

*

LES  CRIS  DE  PARIS

*

Cette sottie anonyme, écrite vers 1540 et imprimée en 1548, est une des plus connues. Les cris des marchands ambulants, utilisés comme une contrainte pour structurer la première moitié de la pièce, en font l’originalité. La fin est plus conventionnelle, et ne se rattache au début que par son discours antimatrimonial.

Source : Recueil du British Museum, nº 42.

Structure : Rimes plates, avec 2 chansons et 1 triolet.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce nouvelle trèsbonne

et fort récréative pour rire.

 

Des cris de Paris

 

*

 

À troys personnaiges. C’est assavoir :

      LE PREMIER GALLANT

      LE SECOND GALLANT

      LE SOT

*

 

                                   LE PREMIER GALLANT  commence       SCÈNE  I

              Et puis ?

                                   LE SECOND 1

                              Et fontaine ?

                                  LE PREMIER

                                                        Et rivière[s] ?

              Ce sont tousjours de tes manières :

             Tu te gaudis.

                                LE SECOND

                                       Je me gaudis,

             Et en povreté, m’esbaudis

5     En passant ma mélencolie.

                                LE PREMIER

            Mélencolie n’est que follie.

                                LE SECOND

            Jamais charger ne s’en convient.

            Comment te va ?

                                LE PREMIER

                                             Comme il me vient.

                                LE SECOND

            Comment te vient ?

                                LE PREMIER

                                                 Comme il me va.

                                LE SECOND

10    Jamais gallant mieulx ne resva !

            Feras-tu tousjours le maulvais ?

            Comment te va ?

                               LE PREMIER

                                           Comme je vays2.

                               LE SECOND

            Comment vas-tu ?

                               LE PREMIER

                                              Comme je puis3.

                              LE SECOND

            Comme[nt] peulx-tu ?

                              LE PREMIER

                                                      Comme je suis.

                              LE SECOND

15   Comment es-tu ?

                              LE PREMIER

                                              Comme j’estoys.

                              LE SECOND

            Comme(nt) estoys-tu ?

                              LE PREMIER

                                                        Comme souloys4.

                              LE SECOND

            Comment souloys-tu ?

                              LE PREMIER

                                                        Comme moy.

                              LE SECOND

            Comme(nt) es-tu ?

                              LE PREMIER

                                                 Comme sans esmoy,

            Car aussi bien n’ay-je plus rien.

                              LE SECOND

20   [Nous faisons] fy du bien terrien ;

            Aussi ne nous veult-il pas suyvre.

                              LE PREMIER

            Ma foy ! mais que je puisse vivre

            Bien ayse en ce monde et rien faire,

            Je n’ay d’or ne d’argent que faire,

25   Ne de bource.

                              LE SECOND

                                         Ne moy aussi :

            Il n’est que vivre sans soucy.

                              LE PREMIER

            Mieulx vault [que] vivre sans six soubz5.

                              LE SECOND

            C’est tout ung, mais que soyons soûlz.

                              LE PREMIER

            À mon advis, tu dis trèsbien.

30   Nostre femme ne nous dit rien6,

            Noz enfans ne pleurent jamais.

                              LE SECOND

            C’est grant pitié, je te prometz,

            Que de pouvres gens mariéz.

            Ilz sont bien souvent hariéz7 ;

35   On m’a dit que c’est une mort.

                              LE PREMIER

            À foys on regibbe8, on s’i mort ;

            À foys on rit et on se joue ;

            À foys on donne9 sur la joue,

            Quant ung peu trop près on s’aproche ;

40   À foys on use de reproche ;

            À foys l’on rit, à foys l’on pleure ;

            À foys l’on dit : « Mauldit soit l’heure

            Que jamais marié(z) je fus ! »

                              LE SECOND

            J’en ay souvent faict le refus,

45   De prendre ordre10 de mariage.

                              LE PREMIER

            On y peult dire « mariage »

            Par mettre [marri] devant age11.

            Les ungz en meurent devant aage.

                              LE SECOND

            Les ungs y vivent à regret.

50   Quelque chose n’a12 de secret

            Dont maris ne sont acuséz.

                              LE PREMIER

            Les maris qui sont bien ruséz

            Et traictent leurs femmes si trèsdoulx,

            Et portent le fais13 sur le dos,

55   Tant qu’il n’en est point de pareilz.

                              LE SOT  se tire à part 14          SCÈNE  II

            Coteretz15 secz, coteretz [vieilz] !

                              LE SECOND

            Qu(i) esse-là ?

                              LE PREMIER

                                         Crieur de Paris.

            Or venez çà. Si les maris

            [Re]viennent yvres de s’esbatre16,

60   Et si la femme le[s] veult batre

            Et descouvrir ung peu l’embûche :

            Que prent l’ivrongne ?

                              LE SOT

                                                      Busche, busche !

                              LE SECOND

            Quel(le) busche ?

                              LE PREMIER

                                                Paix là !

                              LE SECOND

                                                                 Je m’en deulx17.

                              LE PREMIER

            S’il ont malle teste tous deux,

65   L’ung frappe, l’autre n’y retarde18 ?

                              LE SECOND

            C’est verjus tout vert [en]…

                              LE SOT

                                                                Moustarde19 !

                              LE SECOND

            Or vous taisez [donc], de par Dieu,

            Ou20 je vous lai(sse)ray en ce lieu !

            Attendez que nous ayons dict.

70   Or çà, si la femme mauldict

            Comme une malle fièbvre aygre :

            Qu’esse-là ?

                              LE SOT

                                     [Voylà bon] vinaigre !

                              LE PREMIER

            Je ne vis onc(ques) tel vinaigrier21 !

            Vous ne cesserez de crier ?

75   S’ilz ont tous deux maulvaise teste,

            L’une crie, l’autre tempeste ;

            Tousjours y est procès ouvert :

            Qu’esse ?

                              LE SOT

                            Vous fault-il point de saulce vert22 ?

                              LE SECOND

            Le dyable vous puisse saulcer23

80   Et en enfer [vous] exaulcer24 !

            Je ne veis onc [follie] tel[le] !

            Si le mary est sans cervelle

            Et la femme toute enragée :

            Que sera-ce ?

                              LE SOT

                                  Bourrée, seiche bourrée25 !

                              LE PREMIER

85   Ha ! qu(e) au gibet soit le bourreau !

            Son caquet ne vault ung porreau,

            Nomplus que lestue qu’on sème.

            Quant, au commencement, on s’ayme

            Si fort qu’on ne se peult26 laisser,

90   Et puis qu’on vient l’amour cesser

            (On s’en ennuye, si vous voulez) :

            Qu’esse ?

                              LE SOT

                               Choulx27 geléz, [choulx geléz] !

                              LE SECOND

            La malle gelée et froidure

            Te gèle tant que le froit dure !

                              LE PREMIER

95   Si la femme sçait caqueter,

            Baiser le mary et flater

            Tant que sa volunté se range28,

            Il est faict…

                              LE SOT

                                     À ma belle orange29 !

                              LE SECOND

            Taisez-vous, quant je le deffens30 !

100   [Et] s’ilz ont de petis enfans

            Ung plein foyer, gros et menus,

            Les ungs deschausséz, d’aultres31 nudz,

            [………………..…………… -let :]

            Quoy32 ?

                              LE SOT

                               Aportez le pot au laict !

                              LE PREMIER

            Or vous taisez !

                              LE SECOND

                                            Sans murmurer !

105   Et s’il est forcé d’endurer

            Et d’avaller33 fusse vinaigre,

            L’homme sera meschant et aigre34,

            Fumé, entre noir et moret35 :

            Quoy ?

                              LE SOT

                             [Harenc sor36,] harenc soret !

                              LE PREMIER

110   Ce Sot jamais ne cessera !

            Quant la femme vieille sera,

            Et qu’on n’en soit plus amoureux,

            Que dict37 le mary ?

                              LE SOT

                                             Houseaux38 vieulx ! Houseaux vieulx !

                              LE SECOND

            Taisez-vous, ou entrez dedans39 !

115   Si femme prent le frain aux dens,

            Comme ung coursier40 ou ung cheval,

            Quant son mary la traicte mal :

            Que f(e)ra-elle ? Qu’on le révelle !

                              LE SOT

            Pronostication nouvelle41 !

                              LE PREMIER

120   Voicy ung homme bien nouveau !

            Et si le mary est si veau

            De trop mal traicter sa partie,

            Tant que noyse soit départie,

            Mordantz comme loups et regnardz :

125   C’est feu.

                              LE SOT

                                  À mes beaux épinars42 !

                              LE SECOND

            La fièbvre vous puisse espiner !

            Onc ne me veis tant mastiner43 !

            Et quant une femme boit trop

            Et qu’el(le) ne peult aller le trot,

130   Quel vaisseau luy fault-il [au lit]44 ?

                              LE SOT

            Voyre45 joly(s), voyre joly(s) !

                              LE PREMIER

            Ha ! vous nous ferez enrager !

            Je ne veis onc tant langaiger !

            Mais qu(i) est-ce-là qui tant harie46 ?

135   Quant ung paouvre homme se marie,

            Et qu’il47 ne peult aulcunement

            Fournir à tout l’apoinctement,

            Et que tout bien mondain luy deffault :

            Que crira-il ?

                              LE SOT

                                      Argent m’y fault !

                              LE PREMIER

140   Plust à Dieu qu’il te fust failly !

            S’il est de sa femme assailly :

            « Noz enfans sont nudz comme veaulx. »

            Que fault-il chercher ?

                              LE SOT

                                               Vieil fer ! Vieulx drapeaulx48 !

                              LE SECOND

            Je vouldroy que tu fussez à Rome !

145   Pour Dieu, faictes taire cest homme ;

            Il nous rompt toute la mémoire.

            Si le mary ayme mieulx boire

            Que de tenir sa femme honneste,

            Et qu’elle soit, comme une beste,

150   Nue, sans oser voller hault49 :

            Que fault-il ?

                              [LE SOT

                                      Fouarre nouveau !50]

                              LE PREMIER

            Messieurs, nous ne sçaurions rien dire,

            Tant ce souillart nous remplist d(e) ire.

            Mais si ung mary se gouverne

155   En friandise à la taverne,

            Et en deust-il aller deschaulx51 :

            Quel metz est bon ?

                              LE SOT

                                           Pastéz tous chaulx ! Pastéz tous chaulx !

                              LE PREMIER

            Je vouldroye qu’il fust trespassé !

            Et quant le jeune aage est passé

160   Et que beaulté soit abollye :

            Que dit le mary ?

                              LE SOT

                                             Lie52, lie !

                              LE SECOND

            Que ceste chanson soit finée !

            Et se la femme est affinée

            Et qu’el[le] n(e) use que d’abus :

165   Quel potaige esse ?

                              LE SOT

                                                Choulx cabuz53 !

                              LE PREMIER

            Si la femme, en lieu de chanson,

            Paist le mary de mauldisson,

            Criant plus que sept torterelles :

            Que fault-il ?

                              LE SOT

                                       Amandes54 nouvelles !

                              LE SECOND

170   J’ay le cerveau mort, ce me semble.

            Et si l’homme et la femme ensemble

            S’entr’ébatent55 com(me) gens de bien,

            Et qu’il n’y ayt rien que tout bien,

            Mignotis et propos fallos56 :

175   Qu’esse ?

                              LE SOT

                                  À mes beaulx angelos57 !

                              LE PREMIER

            Voicy des propos triumphans !

            Si la mère dict aulx enfans :

            « Enfans, venez tout à vostre ayse »,

            Et [que] le père en soit mal ayse,

180   Congnoissant que les faictz soyent lais :

            Que prendra-il ?

                              LE SOT

                                               Balays, balays !

                              LE SECOND

            Se ung avanturier prent femme,

            Qu’el(le) le mauldie ou [le] diffame

            Comme ces jeunes et damoyseaulx,

185   Elle aura des…

                              LE SOT

                                          Cassemuseaulx !58

                              LE PREMIER

            En bonne foy, cela me nuist.

            Si le mary joue jour et nuyct

            À belles cartes et à beaulx déz :

            Quoy ?

                               LE SOT

                           Eschauldéz59 tout chaulx, eschauldéz !

                              LE SECOND

190   Si le mary a tout vendu

            Et la femme l’a60 despendu :

            Qu(e) auront-ilz après la grant messe

            À desjeuner ?

                              LE SOT

                                       Poyres d’Angoisse !

                              LE PREMIER

            Or taisez-vous, ou qu’on s’aproche61 !

195   Or çà ! si le mary reproche

            À sa femme son parentaige,

            Sa richesse, son héritaige,

            Sa beauté qui62 vault bien son [once] :

            Quoy ?

                              LE SOT

                            Responce(s) fraische63, responce(s) !

                              LE SECOND

200   Si enfans crient après leur père,

            L’ung a fain et l’aultre veult boyre :

            Et que leur donnera ce pouvre homme[s] ?

                              LE SOT

            [Mes pommes64 !] À mes belles pommes !

                              LE SECOND

            Et si une femme se doubte

205   (Ou qu’elle espie ou qu’elle escoute) :

            Que mangera elle par fantasie ?

                              LE SOT

            [Poires,] poires de jalousie !

                              LE PREMIER

            Ce crieur nous ront la cervelle.

            Nous eussions dit chose nouvelle,

210   Se [ce] ne fust trop quaquetté.

                              LE SECOND

            Quel bien a-il [cy] aquesté ?

            En effect, cela est trop ville ;

            Ce sont de ces procès65 de ville

            Qui nous font [soucy et ennuy]66.

                              LE SOT,  à part,  en chantant

215   Amourettes de nuyt,

            Jouyssance d’amours.67

                              LE PREMIER

            Voy-le cy faict à tous les jours ;

            Tenez, il est farcy de joye.

                              LE SOT,  encore en chantant

             L’autre ier68, quant chevauchoye

220   Mon chemin vers Digeon,

             Je rencontray la belle

             Qui sortoit du buisson.

             Amourettes de nuyt,

             Jouyssance d’amours.

225   Se je la disoye tous les jours,

            Par ma foy, je la sçauroye bien.

                              LE SECOND

            Hau ! voicy quelque homme de bien.

                              LE SOT

            C’est belle chose d’homme saige.

                              LE PREMIER

            Je congnois bien à son visaige

230   Qu’il n’a guères de sens en la teste :

            C’est quelque sot.

                              LE SECOND

                                              C’est quelque beste.

            Parlons à luy.

                              LE PREMIER

                                       J’en suis content,

            Ung petit en nous esbatant.

            Il a ung trèsjoyeulx regard.

 

235   Dieu vous gard, amy !              SCÈNE  III

                              LE SOT

                                                     Dieu vous gard

            De bien et de bonne santé !69

                              LE SECOND

            (Il a le cerveau évanté.)

            Que demandez-vous, en cest estre70 ?

                              LE SOT

            Je demande se je peulx71 estre

240   Le premier danceur de la Court.

            Tenez, je me tourne aussi court

            Qu’u[n]g beuf qui court après la vache.

                              LE PREMIER

            En effect il fault que je sache

            Si vous estes maistre danceur.

                              LE SOT

245   Maistre danceur ? Ouÿ, plus seur

            Ou plus hardy que Fierabras72.

            Agardez : je dance des bras ;

            N’est-ce pas signe que j’en sçay ?

                              LE SECOND

            Vrayment, jamais n’eusse pensé

250   Qu’on eust dancé des bras, [non].

                              LE SOT

                                                                        Non ?

            Vous n’estes donc qu(e) ung [gros] asnon !

            Je suis docteur en dancement.

                              LE PREMIER

            Vous estes docteur ?

                              LE SOT

                                                   Ouy, vray(e)ment.

            J’entens les leçons, les épistres.

255   En dance(s), il y a troys chapitres ;

            Mais vous ne les entendez pas.

                              LE SECOND

            Dictes-les-nous.

                              LE SOT

                                           Le premier pas

            Il fault par ung bout commencer ;

            C’est-à-dire qu’il fault dancer.73

260   Entendez-vous [bien], compaignons ?

            Les gallans frisques74 et mignons,

            Comme vous qui estes icy,

            Dancent des piedz75, des jambes aussy.

            [………………………….. -uis.]

            Les modernes, comme je suis,

265   Dancent76 des bras.

                              [LE PREMIER]

                                                  Quant la main tremble,

            Cela seroit bon (ce me semble)

            Qui voudroit des tripes saller77.

                              [LE SOT]

            Ne me venez point prothecoler78 :

            Par ma foy, je ne suis pas beste.

                              LE SECOND

270   Et les vieulx ?

                              LE SOT

                                        Dancent de la teste,

            À beaulx canars à la dodine79,

            En faisant si très layde mine

            Que de les veoir c’est grant plaisir.

                              LE PREMIER

            Escoutez, Maistre : j’ay désir

275   De sçavoir vostre volunté,

            Car vous estes plein de bonté.

            Serez-vous marié ou prebstre ?

                              LE SOT

            Ma mère a dict que voloye estre

            Marié ; si80 disoit ma tante,

280   Mais que ma seur en fust contente.

            Ce seroit une droicte raige !

            Mais qu’esse à dire, mariage ?

            Nostre Dame ! je n’e[n] sçay rien.

                              LE SECOND

            Vray(e)ment ? Je te l’aprendray bien :

285   Ce n’est que joye et [que] soulas.

            Et jamais homme n’en fut las,

            Quant on est flatté ou baisé.

                              LE SOT

            Il n’est pas donc(ques) si mal aysé

            À passer ? Quant il pleut, en Beausse,

290   Qui se course81, si se deschausse82 !

            S’il estoit aussi mal aysé,

            Quant ma femme m(e) auroit baysé,

            Je m’en riroye83 comme ung chien vert.

                              LE PREMIER

            (Il a l’entendement ouvert

295   Comme une belle uistre84 en l’esca(i)lle.)

            Escoutez, Dieu sçait s’on [y] galle85 !

            Jamais joye ne s’i deffera.

                              LE SOT

            Je ne sçay comme(nt) il se fera,

            Et comment cy se pourra estre ;

300   Ma mère m’a dict que le prebstre

            Espousera86 ma femme et moy.

                              LE SECOND

            Ouÿ.

                              LE SOT

                         Mais lequel ?

                              LE PREMIER

                                                   Que d’esmoy !

                              LE SOT

            Agardez, je le veulx sçavoir.

                              LE SECOND

            Pour la congnoissance en avoir,

305   Je le te voys conter icy.

            Le prebstre, sans çà ne sans cy,

            Vous espous(e)ra par bonne guyse

            Tous deux, à l’entrée de l’église.

            Et puis, ce faict, plus ne t’en dueilx.

                              LE SOT

310   Il couch(e)ra donc avec nous deux ?

            Par sainct Jehan, vous me faictes rire !

                              LE SECOND

            Ha ! vray(e)ment, je le te voys dire

            Par ung exemple87 droicturier.

            Or, prens le cas q’ung cousturier

315   Veult tailler, de gris ou de vert88,

             Une grand robbe à drap ouvert,

            Et puis il coust ; les pièces ensemble,

            L’une89 avec[ques] l’autre il assemble,

            Puis ce n’est qu(e) une robbe, [jà].

                              LE SOT

320   Donc, il fauldroit que je fusse drap

            Et qu’on me taillast par le corps ?

            Je ne suis pas de ces accordz ;

            Faictes le cousturier tourner90 !

                              LE PREMIER

            (On ne peult son cas atourner.)

325   Toutesfoys, si91 le fault-il estre.

                              LE SOT

            Le cousturier s(e)ra donc le prebstre

            Qui nous espousera ?

                              LE SECOND

                                                     Demain.

                              LE SOT

            Par Dieu, il n’y boutera jà la main,

            Ne m’en allez plus proposant !

330   Et s’il me picquoit en cousant,

            Il ne chanteroit jamais messe.

                              LE PREMIER

            Me veulx-tu [pas] escouter ?

                              LE SOT

                                                                Qu’esse ?

                              LE PREMIER

            Je le te diray, ce me semble.

            C’est quant ung menuisier assemble

335   Deux pièces de boys : les fault joindre ;

            Et pour ensemble les conjoindre,

            Et quant ilz sont joinctes92, il les colle.

            Aussi tu seras93, teste folle.

            Le prebstre vous assemblera,

340   La femme et toy, puis [ce] sera

            Tout ung. Entendz-tu ?

                              LE SOT

                                                       Rien, rien, [rien] !

            Trédame ! je n’en feray rien.

            Ne m’en venez point protecoller.

                              LE PREMIER

            Pourquoy ?

                              LE SOT

                                   Il me fauldroit coller

345   Avec ma femme comme ung coffre ?

            Mauldict soys-je si je m’y offre !

            Et si j’estoys collé à elle,

            Et elle fust assez rebelle,

            Et je voulisse aller disner :

350   Elle ne voudroit cheminer ;

            El(le) me feroit mourir de fain.

            Ma foy ! je ne suis pas [peu] fin :

            Agardez, je n’en feray rien.

                              LE PREMIER

            Jamais tu n’y auras que bien.

355   La femme te dira : « Mon fallot,

            Mon affetté, mon dorelot,

            Mon petit cueur, mon petit foye,

            Mon bien, mon so[u]las et ma joye,

            Et ma liesse délectable. »

360   Vous serez le premier à table,

            Sans noyse, sans bruyt, sans dangier ;

            Et aurez à boyre, à menger,

            Sans estre appellé rassoty.

                              LE SOT,  en chantant

            Nous mengerons du rôty,

365   Par avanture, s’il est cuyt.94

                              LE SECOND

            (Jamais je ne vis tel déduyt,

            Ne ung si dangereux folaistre95.)

            Vous serez maistre.

                              LE SOT

                                                 Maistre ?

                              LE PREMIER

                                                                    Maistre !

            Et ne s’en fauldra pas ung double96.

370   (Je veulx sçavoir qu’i pourra estre.)

                              LE SECOND

            Vous serez maistre.

                              LE SOT

                                                 [Maistre ?

                              LE PREMIER

                                                                       Maistre !

                              LE SOT]

            Me donra-l’on bien à repaistre ?

                              LE SECOND

            Vostre saoul.

                              LE PREMIER

                                      Se on ne vous trouble,

            Vous serez maistre.

                              [LE SOT

                                                 Maistre ?

                              LE SECOND

                                                                    Maistre !]

375   Et ne s’en fauldra pas ung double.

            [Puis] vous vous en yrez à couple

            Ainsi qu(e) une vache et ung beuf97,

            Et serez habillé tout neuf :

            Pourpoint de vert, gris d’ung escu,

380   Chausses à plain fons jusqu(es) au cul,

            Le collet de [gros] vert98 couvert,

            Et la chappe99 de velours vert,

            Et les beaulx chabos100 deux à deux.

                              LE SOT

            Des soulliers de vache tous neufz ?

                              LE PREMIER 101

385   Honte n’y aurez, ne diffame.

            Belle chose [c’]est, d’avoir femme

            Qui de son mary bien dispose.

                              LE SOT

            Belle chose est d’avoir espouse

            Qui monstre à son mary le groing102.

                              LE SECOND

390   Belle manière a, au besoing,

            Qui de sa voix103 a quelque apuy.

                              LE SOT

            Belle doctrine prent en luy,

            Qui de son poing faict ung maillet.

            Vous avez laissé ce fueillet ;

395   Mais si, l’ai-ge bien retenu.

                              LE SECOND

            Je voys104 vers vous tout frais venu.

            (Il ne doibt pas estre reprins105.)

            De grant follie ung homme est prins,

            Qui se fuyt pour106 femme espouser.

                              LE PREMIER

400   [De] grand(e) follie veult user,

            Qui tant se veult faire appeller107.

                              LE SECOND

            De grand(e) follie se veult mesler

            Qui à soy marier108 omet.

                              LE SOT

            De grant folye s’entremet

405   Qui se chastie par aultruy.

                              LE PREMIER

            (Ma foy ! nous n’en chevirons huy109.)

            Escoute là, sotte mémoire !

            Qui plus ne veult son conseil croire,

            En la fin voit son bien [finé].

                              LE SECOND

410   Qui plus ne veult estre enseigné,

            Il voit ou doit voir qu’il est nisse110.

                              LE PREMIER

            Qui plus ne veult qu’on le punisse,

            Il veoit ce qu’il ne demandoit111.

                              LE SOT

            Qui plus hault monte qu’il ne doit,

415   Il voit ung clocher de plus loing.112

                              LE SECOND

            Escoute[s], il n’est jà besoing

            De nous y rompre plus la teste.

                              LE PREMIER

            Et non, car il n’est qu(e) une beste.

            Aussi, [c’est raison souveraine]113

420   Qu(e) à laver la teste d’ung asne,

             On n’y pert que [de] la lescive.

                              LE SECOND

            Partons, affin que plus n’estrive114

            Contre nous ; seroit à reffaire.

                              LE SOT  conclud

            Enfans, pensez à mon affaire,

            [……….………….  mariage.]

425   Et ! vous semble que j’aye l’aage

            D’estre marié ceste année ?

            Une belle robbe tennée115

            À chascun vous pent116, de gros-vert :

            Voilà vostre cas117 recouvert.

 

430   En faisant la conclusion,                SCÈNE  IV

            Ce n’est [pas] par illusion,

            Ce qu(e) avons faict, ny par [con]tens118 :

            Ce n’est que pour passer le temps

            Et resjouyr la compaignie.

435   À Dieu ! Qu’il nous doint bonne vie !

 

 

CY FINE LA FARCE DES CRIS DE PARIS

Imprimé nouvellement à Lyon

en la maison de feu Barnabé Chaussard

près Nostre-Dame-de-Confort.

M.D.XLVIII

 

*

1 Il feint d’avoir compris « Et puits ».   2 BM : voys (Je corrige parce que l’auteur apprécie les « rimes pour l’œil », mais l’imprimeur conserve cette graphie par la suite.)   3 BM : peulx   4 Comme j’en avais l’habitude.   5 Jeu de mots sur « souci » et « 6 sous ».   6 Nous sommes célibataires.   7 Tourmentés.   8 Tantôt on regimbe.   9 On tape.   10 BM : lordre  (Il existe une farce de l’Ordre de mariage et de prebstrise, F 31.)   11 BM : aige  (Marri = affligé. Cf. le proverbe : « Aujourd’huy marié, demain marri. »)   12 BM : y a  (Il n’y a rien de si secret.)   13 Leur faix, leur fardeau.   14 Se tient à l’écart. Il est au bas de l’estrade (note 39), et il chante (vers 162) des réclames de vendeurs à la criée. Clément Janequin en a noté plusieurs dans la chanson des Cris de Paris.   15 Cotrets, fagots de bâtons. Plus ils sont secs et vieux, mieux ils brûlent. Mais les femmes peuvent s’en servir pour battre leur époux.   16 BM : la tauerne  (Les maris reviennent de s’ébattre avec des filles, et c’est cette embûche [ce secret] que leur femme veut leur faire avouer en les frappant.)  Dessous, BM ajoute : Et quilz veullent tenser ou batre  (vers qui contredit le suivant, avec le même mot à la rime.)   17 BM : dueil  (Je m’en plains.)   18 Peut-être faudrait-il « n’y regarde » [ne s’en prive pas].   19 Ça sent la moutarde, ça va barder. Dans la moutarde, le verjus remplaçait le vinaigre.   20 BM : Or   21 BM : vinaigre  (Vi-nai-grier [marchand de vinaigre] fait 3 syllabes.)   22 Sauce au persil, piquante et acide. « Or commence à cryer : “Vous fault-il poinct de saulce vert ?” » (Pantagruel, 31. Ajoutons, à propos de ce « cryeur de saulce vert » inventé par Rabelais, que « sa femme le bat comme plastre ».)   23 Vous mettre dans un baril de saumure.   24 Vous élever. X = S : Guillaume Alécis (ou Alexis) fit équivoquer « exaulses » avec « et saulces ».   25 Fagot (qui pouvait servir à fesser les enfants). Voir Alfred Franklin, L’annonce et la réclame ; les cris de Paris (1887), pp. 214 et 219. Signalons la contrepèterie che bourrée / bouche serrée.   26 BM : puisse   27 Choulx (coux) = couilles. <Ida Nelson, La Sottie sans souci, Champion, 1977, p. 99.> « Vous y avez trèsbien chassé/ Entour ma fille hault et bas,/ Et avez fait voz choux bien gras/ Avecques elle. » Celuy qui se confesse à sa voisine, F 2.   28 Jusqu’à ce qu’il lui obéisse.   29 Il est tout radouci. On employait l’orange pour adoucir certains plats. Le Vivendier, par exemple, propose du poisson « rosty à l’orenge espressée ».   30 Quand je vous défends de parler.   31 BM : les aultres   32 BM attribue ce « Quoy ? » au 1º Galant, alors qu’il clôt toujours l’intervention en cours (vers 109, 189 et 199).   33 BM : laualler   34 BM : maigre   35 Noir.   36 Saur. Les harengères, d’un naturel gouailleur, prononçaient « sot ».   37 BM : dira   38 On comparait les vagins trop larges à de vieilles bottes. « –(Elle est) habile comme une bische./ –Mais large com ung vieil houzeau ! » Resjouy d’amours, F 18.   39 Entrez dans le jeu, montez sur la scène. En 1700, François Guérard édita une planche consacrée aux cris de Paris ; en haut, à droite, une troupe comique occupe un tréteau que limite une cloison peinte. Les acteurs déclament leur cri pour attirer le public : « Il commence. Allons, vite, entrez ! » Mais les spectateurs n’entraient pas dans une hypothétique salle : ils entraient dans le jeu des comédiens. Au bas de la planche, deux vendeurs de partitions, debout sur une mini-estrade, chantent des « airs nouveaux ». Voilà tout le décor de notre sottie.   40 BM : courtier   41 Elle va raccourcir la destinée de son mari.   42 C’est le surnom plaisant des hérissons. « Et Espinarz li hériçons. » Roman de Renart.   43 Traiter comme un chien (un mâtin).   44 BM : polly  (On plaçait toujours un pot de chambre sous le lit.)   45 Un verre, un urinal : on en voit un dans le grand panier du marchand de verre. Les crieurs cultivaient le calembour grivois ; inévitablement, le cri « verre joli » s’entendait « verge au lit ».   46 BM : varie  (Harier = importuner.)   47 BM : quant il  48 Chiffons, pour habiller les enfants.   49 Sans oser parader.   50 Manque dans BM. (Voir l’illustration, et Franklin, pp. 178 et 220.) Les plus démunis s’isolaient du froid en mettant du feurre [de la paille] sous leurs oripeaux.   51 Pieds nus. Ayant froid, il voudra se réchauffer en mangeant des pâtisseries chaudes.   52 Déchet. On récoltait la lie de vin pour en faire une teinture.   53 Jeu de mots sur cabuser : tromper, séduire.   54 Jeu de mots sur amendes.   55 BM : Sentrebatent  (On pourrait lire S’entre-batent, mais ce vers a un sens érotique, comme dans la farce de Messire Jehan <LV 29> : « –S’entr’ébatent-ilz ?/ –J’ois bien messire Jehan qui geinct,/ Et ma mère luy va disant :/ “Messire Jehan, vous estes pesant.” »)   56 Plaisants.   57 Fromages, mais aussi : petits anges.   58 BM ajoute à la suite : chault cassemuseaulx chaulx.  (Les casse-museaux sont des gâteaux.)   59 Sorte de pain gonflé d’air, moins lourd et donc moins coûteux que le vrai : c’est tout ce qui reste à manger quand on s’est ruiné au jeu.   60 BM : lay  (Despendu = dépensé.)   61 Sinon approchez-vous.   62 BM : que   63 BM : franches  (La raiponce est une campanule dont on mange les feuilles et les racines.)   64 Fruits sans valeur. « Je n’en donne pas une pomme. » (Le Munyer.) On dirait aujourd’hui : Des nèfles !   65 Embarras.   66 BM : cecy sur ma vie  (Cf. le Monde qu’on faict paistre, v. 349.)   67 Cette chanson (répertoriée par H. M. Brown dans Music in the french secular theater, n° 17 et 254) va jusqu’au vers 224.   68 L’autre jour.   69 BM ajoute dessous : Aussi.  (Même formule de politesse inversée dans la farce de Guillerme <BM 19>, avec la même rime, « éventé ».)   70 En ce lieu.   71 BM : veulx   72 Ce géant sarrasin est le héros d’une chanson de geste ; mais de là à le faire danser…   73 BM intervertit les vers 258-259.   74 Élégants.   75 BM : bras  (qui ne s’oppose pas aux vers 247 et 265.)  Les rôles de Sots étaient les plus exigeants ; il fallait savoir tout faire : jouer, chanter, se livrer à des acrobaties, mais aussi danser, comme on peut le voir sur ce médaillon de ma collection personnelle, où le Sot revendique son appartenance au théâtre en tenant un masque dans sa main droite.   76 BM : dances   77 « Saler des tripes » est devenu « sucrer des fraises ».   78 Conseiller. Le « protocolle » est le souffleur de celui qui « jouë en farces & moralitéz ». (Jean Nicot.) Même vers hypermétrique à 343.   79 Dodiner = dodeliner, balancer. On évoque la recette du canard à la dodine dans le Capitaine Mal-en-point.  80 BM : se  (Si = aussi.)   81 Que celui qui se courrouce. « Et desjuner tous les matins/ Comme les escuiers de Beaulce./ Qui se courousse se deschausse ! » Guillaume Coquillart.   82 Le Sot prend ce verbe au sens propre. Mais dans cette expression, « se déchausser » = se défaire d’une chose (Godefroy) : « Or, s’il s’en courrousse, qu’il s’en deschausse : je n’y sçaurois que faire. » (Bonaventure Des Périers.)   83 BM : risoye  (Le chien vert est un avatar de Satan : « L’Ennemy vint encontre li en semblance d’un chien vert. » Agnès d’Harcourt.)   84 BM : vuistre  (Comme une huître fermée.)   85 Si on y prend du plaisir, dans le mariage. Cependant, un autre verbe galler signifie battre : « Mais bien vous galleray le dos,/ Se vous n’aprenez par droicture ! » (Godefroy.)   86 Mariera (idem à 307). Mais le Sot comprend : le prêtre épousera ma femme, puis moi.   87 BM : exempt  (Droiturier = juste.)   88 Le petit-gris et le vair étaient des fourrures d’écureuils. (Idem v. 379.) « Bien fu vestue et de ver et de gris. » Godefroy.   89 BM : Lung   90 S’en retourner.   91 BM : sil  (Si = ainsi.)   92 BM : ioinctz   93 BM : nas  (Ainsi tu seras collé à ta femme.)   94 Brown, n° 312.   95 BM : belistre  (qui ne rime pas avec maistre. « Bellâtre » n’existait pas encore, et aurait un sens peu satisfaisant.)  Fola(i)tre = fou. « Lequel estoit ung groz villain follaistre, et à demy sot. » Philippe de Vigneulles.   96 Pièce de monnaie. Il n’y manquera rien.   97 Le bœuf étant châtré, on devine qu’il sera vite cocu. Voir le vers 242.   98 Le gros-vair, fourrure d’écureuil, réapparaît à 428.   99 BM : chaine — Émile Picot <Recueil général des Sotties, III, 145> : chausse  (déjà au v. 380.) Là comme ailleurs, le Recueil des sotties françaises, publié par Koopmans, Bouhaïk-Gironès et Lavéant <tome I, Classiques Garnier, 2014>, se contente de recopier la vieille édition Picot sans le dire, au lieu de revenir au texte de base. Espérons que les deux prochains volumes seront moins paresseux.   100 Sabots.   101 BM ajoute : Or vous taisez car ie veulx   102 Qui lui fait la gueule. « Tant plus il la caressoit, d’avantage luy faisoit-elle le groin et se monstroit revesche. » Nicolas de Cholières.   103 BM : voye  (Celui qui peut se servir de sa voix pour crier.)   104 Je vais.   105 Il ne faut pas le contrarier.   106 Au lieu de.   107 Se fait prier.   108 BM : maniere   109 Nous n’en viendrons pas à bout aujourd’hui.   110 Stupide.   111 Il finit en Enfer.   112 Le proverbe moral dit : « Qui plus hault monte qu’il ne doibt,/ De plus hault chiet [choit] qu’il ne vouldroit. » Mais nous en avons ici la version anticléricale, réservée aux Sots, qui l’exposent encore dans trois autres sotties : les Vigilles Triboullet, le Dialogue du Fol et du Sage, et Pour le Cry de la Bazoche.   113 BM : ceste raison est viue  (« Souveraine » rime avec « âne ».)   114 Afin qu’il ne débatte plus.   115 Brune comme du tan.   116 Raccourci de l’expression « vous pend à l’œil », ou « vous pend au nez » : va vous arriver. Le Sot prévient les deux galants qu’ils vont devoir se vêtir luxueusement pour assister à son mariage.   117 Votre pénis (ital. cazzo). « [Il] avoit sa femme couchée près de luy, et qui luy tenoit son cas en pleine main. » Brantôme.   118 Contentieux, contestation.

Publicités