Archives de Tag: Chambrière

TOUT-MÉNAGE

Recueil du British Museum

Recueil du British Museum

*

TOUT-MÉNAGE

*

Cette sottie rouennaise fut écrite après 1513. On peut regretter qu’elle porte le nom du plus insignifiant des trois personnages qui lui donnent vie, et pas le nom de Besogne-faite, une chambrière cossarde, menteuse, hypocrite, voleuse, médisante, aguicheuse, maladroite, geignarde et lascive. Besogne-faite est certes paresseuse, mais sa patronne Tout-ménage1, qui se limite à donner des ordres et à fréquenter les églises, ne l’est pas moins ; quant au Fol, qui se dit tantôt soldat et tantôt médecin, il ne travaille pas puisqu’il est fou.

Source : Recueil du British Museum, nº 48.

Structure : Rimes abab/bcbc, rimes plates avec de fortes irrégularités.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

 

*

 

Farce nouvelle de

Tout-ménage

*

 

À troys personnages, c’est assavoir :

    TOUT-MESNAGE

    BESONGNEFAICTE,  la chambèrière, qui est malade de plusieurs

                                                    maladies, comme vous verrez cy-dedans2.

    LE  FOL,  qui faict du médecin pour la guarir.

 

*

 

TOUT-MÉNAGE

 

 

                             LE  FOL  commence                      SCÈNE  I

          Dieu gard de mal la compaignye !

          Hault et bas, Dieu vous gard trèstous !

          Je viens tout droit de Lombardie,

          Où j’ay veu donner de beaulx coups ;

5      À peu que ne fus3 bien escoux

          De ces Suisses et Millannoys !

          « Plus cher auroye4 perdre cent so[u]lz

          Que d’estre icy deux jours ou troys

        (Ce dis-je5) ! Ma foy, je m’en voys :

10      Je ne vueil point suyvir la guerre ! »

                             TOUT-MESNAIGE,  primo       SCÈNE  II

           Trouver me fault en ceste terre

           Quelque chambèrière esgarée,

           Mais qu’elle ne soit point parée

           Ne tiffée6 comme sont beaulcoup ;

15   Car ilz ne font que gaster tout7.

           [……………………….. -aille,]

           Mais j’en vueil d’une bonne taille,

           Qui ne soit point encore usée8,

           Et qui vous fille une fusée9

           Tout soubdain, et voyse au moulin10

20   Hault et bas ; [et] soir et matin,

           Au marché et à la fontaine :

           Une garse11 faicte à la peine.

           Par ainsi, seroys bien heureuse.

                             BESONGNEFAICTE,   primo      SCÈNE  III

           Se trouvasse une12 malheureuse

25   Maistresse, il courroit bon temps.

           Mais en attendant, je prétens

           Que trouveray quelque fortune13,

           Et que Dieu m’en envoyera une

           Qui me sera bonne et propice.

            LE  FOL                SCÈNE  IV

30   Je viens de veoir une nourrisse

           Qui estoit encore pucelle14,

           Ce disoit ; et vouloit que feisse

           Cela15, et souffla la chandelle.

           « Mais (dis-je16), se la despucelle,

35   Je seroys en bien grand dangier

           De luy rompre ventre et forcelle17. »

           Dont la laissé, pour abréger.

                             TOUT-MESNAIGE         SCÈNE  V

           Avoir me fault, sans plus songer,

           Maintenant une chambèrière

40   Pour aller au vin pour [mieulx] boire18,

           Au marché et à la fontaine,

           Qui soit doulce, non pas haultaine,

           Pour me servir à mon besoing.

                             BESONGNEFAICTE

           J’apperçoys bien venir de loing

45   Une femme qui a affaire

           (Ce croy-je) d’une chambèrière.

           Vers elle m’en voys d’une tire.

                             TOUT-MESNAIGE

           Bien tost seray hors de martyre :

           Car là-devant, voy une fille

50   Qui me semble belle et gentille,

           Et cherche maistre, à mon advis.

                             LE  FOL              SCÈNE  VI

           Nostre chat print une souris

           Hyer au matin, enmy nostre astre19 ;

           Mais je fus si sot villenastre

55   Que je luy cuidoye bien oster :

           Et il s’en vint20 à moy jouster

           Et m’esgratigna le visaige.

           Une aultre foys, seray plus saige ;

           Car je vous prometz, par ma foy,

60   Qu(e) à chat jamais ne me jouray21 :

           Il est trop dangereux des gris22 !

                             TOUT-MESNAIGE          SCÈNE  VII

           Dieu vous gard, la fille au cler vis23 !

           Que quérez-vous, ma doulce amye ?

                             BESONGNE-FAICTE

           À servir, je vous certifie,

65   Quelque bonne femme de bien.

                             TOUT-MESNAIGE

           Que sçavez-vous faire ?

           [BESONGNE-FAICTE

                                                            Rien.

                             TOUT-MESNAIGE]24

                                                                            Rien ?

                             BESONGNE-FAICTE

           De cela ne vous soucÿez,

           Car je [vous] serviray si bien

           Que contente de moy serez.

                             TOUT-MESNAIGE

70   Dictes combien vous gaignerez.

                             BESONGNEFAICTE

           Maistresse, ce que vous vouldrez ;

           Nous n’en serons point en discort.

                             TOUT-MESNAIGE

           Se servez bien, je me fais fort

           Que vous feray beaucop de biens,

75   Car je ne vous retiendray riens25.

           Venez-vous-en avecques moy !

                             BESONGNEFAICTE

           Allez devant, je vous suyvray,

           Et dusse26 aller jusques à Caen27.

                             LE  FOL             SCÈNE  VIII

           Je vouldroys estre bourdiquen28

80   Des Chartreux ou des Célestins.

           Ou que fusse courtier de vins.

           Ou ung esprouveur de triacle29 :

           Dieu sçayt que feroys beau miracle

           De médecine, bien souvent !

85   Je criroys : « À la malle dent30 !

           À ce triacle et métridal31 ! »

           J’en guariroys maint du hault mal32

           Et de la malle maladie33.

           Car je suis maistre en Conardie34,

90   Médecin et cirurgien,

           Autant à Londres qu’à Rouen.

           Je mens : je suis apoticaire

           Du grant souldan35 qui est au Caire,

           Maistre passé en theologie36 ;

95   Et estudioys en Tur(e)quie

           Avecques Guillery Gambette,

           Dedans la ville de Tollette37,

           L’année qui vient… M’entendez38 vous ?

                             TOUT-MESNAIGE         SCÈNE   IX

           Ma chambèrière, mon cueur doulx :

100  Aller me fault à la boucherie.

           Comme est vostre nom, je vous prie ?

           De tout le moins, que vous congnoisse.

                             BESONGNEFAICTE

           On m’appelle, à nostre parroisse,

           Besongnefaicte39 ou Saudouvray.

                             TOUT-MESNAIGE

105  Besongnefaicte ? Av’ous dit vray ?

           Ce sont deux noms assez plaisans…

           Or tenez, voylà douze blancs40

           Pour aller à la boucherie.

                             BESONGNEFAICTE

           De grande joye ma bouche rie41 !

110  À chascune foys que j(e) iray,

           De bonne chair achepteray,

           Se je puis, pour ma bonne maistresse.

                             Pausa, en allant. 42

           « Le mal d’amour si fort me blesse

           Que je ne sçay que j’en feray ;

115  Et croy fermement qu’en mourray,

           Se n’en suis bien tost assouvie. »

             LE  FOL               SCÈNE  X

           Et ! qu’avez-vous, ma doulce amye ?

           Vous me semblez bien fort malade.

           Vous fault-il chanson ne ballade

120  Pour vous esjouir ung petit43 ?

                             BESONGNEFAICTE

           Nenny. J’ay perdu l’appétit,

           Car je n’ay [plus] joye ne lyesse.

                             LE   FOL

           Qu’avez-vous ? Dictes quel mal esse.

           Tant vous estes descoulourée !

125  Que vous faictes la pippe-souée44 !

           Vous estes en bien grand dangier

           D’estre folle et de enragier

           Du mal dont vous estes frappée ;

           Car vous estes bien attrappée

130  Du mal d’amours, qui fort vous picque.

                             BESONGNEFAICTE

           Estes-vous donc de la praticque45 ?

           Il semble que le saichez bien.

                             LE  FOL

           Ouÿ dea, je suis surgïen46.

           Je voys47, congnoys in facie48

135  Que le mal d’amours, hodie,

           Vous a féru49 jusques au vif.

           Mais il vous fault ung rétrainctif50

           Et de la vraye méd[e]cine.

                             BESONGNEFAICTE

           Que je paye pinte ou chopine,

140  Et que j’en aye pour [mon argent]51 !

           Car je ne puis, par mon serment,

           Faire ouvraige de mes deux mains.

                             LE  FOL

           Il vous fault de l’huylle de rains52 :

           Par ainsi, vous serez guarie.

145  Et puis prendre la raverdie53

           Avecques quelque verd gallant54.

                             BESONGNEFAICTE

           Et qui vous en a aprins tant ?

           Que vous estes grant escollier !

                              LE  FOL

           Je fus [passé] maistre au Sollier55,

150  Avec les veaulx56 à ma grant-mère ;

           Et estudié57 en grammaire,

           En poyterie58 et plusieurs ars,

           Que n’y gaignay pas deux liars.

           Ce fut autant de temps perdu.

155  Mais maintenant, suis entendu59

           En médecine ; et davantaige,

           À ceste heure suis aussi saige

           Qu’oncques-puis ne fournasmes-nous60.

             BESONGNE-FAICTE

           Estre vouldroys avecques vous :

160  Vous sçauriez ma desconvenue…

           Mais j’ay paour que ne soye batue,

           Car je demeure longuement.

           Vers ma maistresse vistement

           Je m’en revoys. Adieu vous dy !

165  Je vous reverray près d’icy,

           Quelque journée, plus à loysir,

           Si c’est de Dieu le doulx plaisir.

           Adieu vous dy, et grand mercy !

                             LE  FOL

           Mais la vostre ! Que [l’ayez cy]61 !

170  Faictes tout ce que vous ay dit,

           Et vous serez sans contredit

           Bien tost de vostre mal guarie.

                             BESONGNE-FAICTE      SCÈNE  XI

           Forger fault une menterie

           En m’en retournant à l’hostel62.

175  Une en ay soubz mon hasterel63,

           Je ne m’en soucye desjà plus.

                             Pausa, en s’en retournant.

           Hau ! maistresse, ouvrez-moy l’huys64 !

           Le bouchier viendra à ceste heure.

                             TOUT-MESNAIGE        SCÈNE   XII

           Que tu as faict longue demeure !

180  Elle deust desjà estre cuytte.

                             BESONGNE-FAICTE

           Il tuoit ung mouton d’eslite65,

           De quoy il vous doibt apporter.

           Et n’ay osé riens [r]apporter.

           Mais il m’a promis sur sa foy

185  Qu(e) icy sera si tost que moy.

           Et luy ay baillé de l’argent.

                             TOUT-MESNAIGE

           Tu es bonne fille, vrayement.

           [Or,] pense à faire ta besongne :

           Prens ung fizel et ta quelongne66.

190  Et tu allumeras ton feu,

           Tandis que m’en iray ung peu

           À la messe pour Dieu prier.

                             LE   FOL            SCÈNE  XIII

           Perdu suis que je ne puis pier67 ;

           Car j’ay si grant soif, sur mon âme,

195  Que je ne sçay si suis homme ou femme68.

           Veoir je m’en vois Besongnefaicte,

           Sçavoir se sa « besongne » est faicte69,

           Car la maistresse est à la messe.

                             BESONGNEFAICTE, en chantant    SCÈNE XIV

           « En douleur et tristesse

200  Languiray-je tousjours ?70 »

           Ce fust assez, en quinze jours,

           Que de filler une fisée71,

           Tant je suis bien embesongnée ;

           Je fille d’une si grant sorte72,

205  Et n’ay amy qui me conforte.

           Au moins, se j’eusse ung amoureulx,

           J’en auroys le cueur plus joyeulx :

           Fille sans amy est bien beste.

                             LE  FOL                SCÈNE  XV

           Que faictes-vous, Besongnefaicte ?

210  Faict-on point, en ceste contrée,

           Plus tost ung pet qu(e) une fisée ?

           Vray Dieu, quelle grand(e) filleresse !

                             BESONGNEFAICTE

           [Las !] je suis en si grant destresse

           Que je ne sçauroys besongner.

215  Mon doulx amy, sans séjourner,

           Dictes-moy qui73 me peult tenir.

                             LE  FOL

           « D’ung doulx penser, d’ung souvenir…74 »

           Et d’ung aultre mal, par sainct James,

           Qu’on dit la maladie des femmes :

220  C’est dangereuse maladye.

                             BESONGNE-FAICTE

           C’est donc du mal de jalousye,

           Ou du mal de saincte Quaquette75 ?

                             LE  FOL

           L’ung et l’autre fort vous moleste ;

           Mais c’est d’une aultre maladye.

                              BESONGNEFAICTE

225  Que je le saiche, je vous prie,

           Et je seray large du vin76.

           Est-ce point de sainct Mathelin77,

           Ou de quelque aultre mal de sainct ?

                             LE  FOL

           Encor n’avez-vous point attaint

230  Au vif le mal que ce peult estre.

           Touteffois, vous78 povez bien estre

           Entachée de plusieurs maulx ;

           Mais deux en a plus principaulx

           Qui vous rompent ainsi la teste.

                              BESONGNE-FAICTE

235  Ennément79 ! c’est donc à la feste

           De sainct Trotin et sainct Béset80 ?

             LE  FOL

           En ung des deux qui est [il]lec81.

           Et l’autre c’est, ma belle fille,

           La maladye de la « trop fille82 ».

240  Aultre chose ne vous tourmente.

                             BESONGNEFAICTE

           Sans point de doubte, je me vante

           Que j’en seray bien tost guarye.

           La trop fille ? Vierge Marie83 !

           Vous en dictes la vérité ?

                             LE  FOL

245  Pour passer vostre infirmité,

           Allez-vous-en à la fontaine84,

           Et ne fillez de la sepmaine :

           Par ce point, vous serez guarye.

                             BESONGNE-FAICTE

           J’avoys prins run85 ; mais, sur ma vie,

250  J’ay faict cent pièces de ma cane86.

           Allons-nous-en nous deux [en cane]87

           Devant que ma maistresse vienne !

                              LE  FOL

           Adieu, messieurs ! Et vous souviengne

           De plusieurs chambèrières folles.

255  Et prenez en gré noz parolles !

 

                                          FINIS

              Imprimé à Lyon.

*

 

1 Ce nom désigne tous les ustensiles et le petit mobilier nécessaires dans une maison. « Ledit seigneur lui donna tout ménaige, utencilles et autres meubles. » (Estienne Baluze.) « Une chambre bonne et honneste, garnie de tout mesnage. » (D’Arbois de Jubainville.)   2 Dans la présente brochure imprimée à Lyon entre 1532 et 1550.   3 BM : feux  (Il s’en fallut de peu que je ne fusse bien secoué.)  En 1513, pendant la quatrième guerre d’Italie, les troupes françaises furent chassées de Lombardie par des mercenaires suisses alliés aux Milanais.   4 J’aimerais mieux.   5 BM : Se deys ie  (Ai-je dit lorsque j’étais à Milan.)   6 Ni attifée. « S’estant parée et tiffée. » Godefroy.   7 Elles salopent leur travail.   8 BM : rusee  (De fait, les spectateurs pouvaient entendre « encor rusée ».)   9 Qui enroule un écheveau de fil. Mais filer une fusée = lâcher un pet (vers 211).   10 Qui aille chercher au moulin la farine du blé que j’ai fait moudre. Elle n’aurait pas à aller loin : il y avait plusieurs moulins le long du Robec, la rivière qui traversait Rouen.   11 Fille.   12 BM : quelque  (Si je trouvais une seule maîtresse.)   13 Une bonne fortune, y compris au sens érotique du terme.   14 Le Fol est un dépuceleur de nourrices, un enfonceur de portes ouvertes. « Je suis qui romps les huis ouvers/ Et despucelle les nourrisses. » Sermon joyeux d’un Dépucelleur de nourrices.   15 Faire cela = faire l’amour. Cf. Frère Guillebert, vers 33.   16 BM : se disie   17 Estomac.   18 Qui aille tirer du vin à la cave pour que je boive mieux.   19 Le parvis où nous mendions. L’aître (ou l’astre) est le parvis des églises où les infirmes et les fous font la manche, avec les chiens et chats qu’ils ont recueillis. À Rouen, « l’aistre Nostre-Dame » était bien connu. C’est probablement là que se déroule la pièce. Les chômeurs y rencontraient les employeurs potentiels : « L’estre Nostre-Dame de la ville de Roüen, lieu où tous les mannouvriers s’assemblent pour chercher de la pratique. » (Le Facécieux réveille-matin des esprits mélancholiques.) Enfin, on y trouvait une fontaine (vers 246), et plusieurs étals, parmi lesquels des boucheries (vers 100).   20 BM : vient  (Il vint s’attaquer à moi.)  On n’a jamais signalé que beaucoup de sots ou de badins possèdent un chat, à moins qu’ils ne soient possédés par lui : Jéninot qui fist un roy de son chat (BM 17), Robin Mouton (F 32), Mahuet qui donne ses œufz (F 39), etc.   21 Je ne me confronterai. Cf. les Esveilleurs du chat qui dort, vers 93. Rime avec « par ma fé », à la manière normande.   22 Des griffes (dialecte normand). « Ce grand Gassion, qui les guette/ Comme le chat fait la souris,/ Se promet leur monstrer ses gris. » La Muse normande.   23 Au clair visage. C’était un signe de candeur et de pureté…   24 L’imprimeur a sauté ce fragment, mais il a bien mis à la ligne le mot ci-dessous, preuve qu’il y a une lacune.   25 Les patrons pouvaient retenir des gages à leurs employés s’ils perdaient ou cassaient quelque chose. Mais au vers 186, c’est l’employée qui va retenir l’argent de sa patronne !   26 BM : fuffe  (Et dussé-je.)   27 BM : rouen  (Qui rend le vers trop long et la rime moins riche. L’imprimeur lyonnais a dû juger que Rouen était plus « vendeur » que Caen.)  Le vers 91 situe la pièce à Rouen.   28 En Normandie, un bourdican est un frère lai que les monastères employaient comme domestique. Rouen possédait un couvent de chartreux (Notre-Dame-de-la-Rose), et un couvent de célestins (Notre-Dame-du-Val).   29 Un charlatan qui expérimente son thériaque [contrepoison] sur les badauds. « Sa marote faisoit miracle,/ Car elle esprouvoit le triacle/ Contre poison et tout venin. » Sottie des Vigilles Triboullet, T 11.   30 C’est le cri public des arracheurs de dents qui veulent attirer des patients. « –Crier me fault. –Quoy ? –À la malle dent !/ Et en ung sac porter un gros serpent [alambic]/ Pour métridal et triacle esprouver. » Les Ditz de maistre Aliboron qui de tout se mesle.   31 Contrepoison dont les apothicaires attribuaient la formule au roi Mithridate.   32 De l’épilepsie. Les vers 82-92, qui confondent allègrement la chimie et l’alchimie, rappellent Maistre Pierre Doribus.   33 On a taxé de « mauvaise maladie » la lèpre, l’épilepsie, le catarrhe, la syphilis, et même la jalousie (vers 221) : « Mais vous avez enpris [attrapé] la male maladie :/ C’est ung mauls dolereus que fine jalousie. » Godefroid de Bouillon.   34 Je suis affilié aux Conards de Rouen (confrérie joyeuse dont les membres usurpaient des titres ronflants).   35 Sultan. Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 516-517.   36 On prononçait tio-lo-gie. Cf. les Sotz escornéz, vers 109.   37 Tolède s’était débarrassée de la domination musulmane en 1085, mais le reste de l’Espagne ne fut totalement libéré qu’en 1492. Panurge se vantera lui aussi d’avoir étudié les arts magiques « à l’eschole de Tolète » (Tiers Livre, 23).   38 BM : matendez  (Il a le sentiment que le public n’écoute plus ses divagations.)   39 Travail déjà fait, qui n’est donc plus à faire. Soûl d’œuvrer = fatigué de travailler. La servante appartient à « la grand confrairie des saouls d’ouvrer et enragéz de rien faire », comme « tous ceux et celles qui aiment besogne faite et entièrement achevée ». (1537.) Cette confrérie était sise à Rouen.   40 Pièces de monnaie.   41 Cette rime inspirait les poètes fantaisistes : « Ravys serez tous à la boucherie ;/ Si gay n’aura de qui la bouche rie. » Louis Chocquet. Voir aussi l’Épistre d’ung povre escolier malade, de Roger de Collerye.   42 Elle sort de la maison en chantant, et se dirige sans y prendre garde vers le Fol.   43 « Il n’y a chant, rondeau, ballade/ Qui me donne joye. » Telle est la réponse d’une autre servante qui, dans la farce de Frère Phillebert (LV 63), souffre du même mal que la nôtre : « Qu’elle est mallade,/ Hélas, d’aymer, la povre garce ! » On la soignera de la même façon, car « c’est le souverain remède/ De prendre le galant fort royde…./ Et que le galant bien frétille/ Pour luy garir sa maladye. » Cf. Frère Guillebert, note 70.   44 L’aguicheuse. « Voilà une belle mijaurée, une pimpe-souée bien bastie ! » (Le Bourgeois gentilhomme.)  « Doulx yeulx pipesouers. » (Martial d’Auvergne.)   45 Êtes-vous praticien ?   46 Chirurgien. Cf. Maistre Pierre Doribus, vers 17.   47 BM : vous  (Voir et connaître étaient les deux fondements du diagnostic : « Veoir et connoistre tout ce qui peut estre d’altération et maladie au corps humain. » Ambroise Paré.)  « Je vois, congnois et sçay/ Vostre mal. » Christine de Pizan.   48 Quand je vous vois en face. Hodie = aujourd’hui. Un médecin se devait de baragouiner quelques mots de latin.   49 Frappée (vers 128.)   50 Un astringent. « –[Et ta femme,] que tu dis qui a le cul tendre :/ Qu’y feras-tu ? –Il luy fault prendre/ Ung restraintif. » Deux hommes et leurs deux femmes, BM 10.   51 BM : de largent   52 L’huile de Reims était le saint chrême dont on oignait les nouveaux rois. Par dérision, l’huile de reins désignait le sperme : « Je ne scay/ Rien meilleur que huylle de rains. » L’amoureux passetemps.   53 Une reverdie, un assaut. « Je donnay la reverdie/ À deux belles jeunes femelles. » Sottie des Sotz nouveaulx farcéz, couvéz.   54 Cf. le Trocheur de maris, vers 162.   55 Je passai ma maîtrise à Saint-Cande-du-Solier. Ce collège avait obtenu le droit d’enseigner la grammaire (cf. le vers 151), une prérogative que détenait pourtant l’École de Grammaire de la cathédrale.   56 André Tissier propose une interprétation : « Les veaulx seraient des “sots” appartenant à la société des Conards, et la grant mère désignerait quelque Mère Sotte. » Recueil de farces, tome V, Droz, 1989, p. 302.   57 J’étudiai. Même désinence que « laissé » au vers 37.   58 En poèterie [poésie] : « Selon les auteurs de poèterie. » (Godefroy.) Mais on pouvait aussi comprendre poterie, et surtout pèterie.   59 Je m’y entends.   60 BM : fourniasmes nous  (Je suis un aussi grand sage que nous n’en avons créé depuis.) Rabelais recycla deux fois cette locution proverbiale, dont l’origine est inconnue : « À la lecture desquelz il devint aussi saige qu’oncques-puis ne fourneasmes-nous. » (Gargantua, 14.) « Par la responce qu’il nous donne, je suys aussi saige que oncques-puys ne fourneasmes-nous. » (Tiers Livre, 22.)  61 BM : lauez pris  (Merci est un substantif féminin <le Dorellot, vers 257-8> qui signifie « grâce ».)   62 À la maison de ma maîtresse.   63 Crâne.   64 Les Normands prononçaient « lu ». Dans la farce des Trois amoureux de la croix (F 8), « l’hus » rime avec « surplus ».   65 De choix. « Boire du vin d’eslite. » Godefroy.   66 Un fuseau et une quenouille pour filer la laine.   67 Boire de l’alcool. Cf. le Testament Pathelin, vers 173.   68 Cf. le Dorellot, vers 115. Le Fol voit Tout-ménage entrer dans la cathédrale Notre-Dame.   69 Si elle s’est fait besogner. Avoir besogne faite = avoir perdu sa virginité. « En fait de maistresse, il les aimoit mieux de la seconde main…. C’est-à-dire qu’il aimoit besongnefaite. » Homaïs, reyne de Tunis.   70 Cette romance de Nicolas Gombert a été publiée par Gaston Paris dans les Chansons du XV° siècle, p. 87. Voir aussi Howard Mayer Brown, Music in the french secular theater, n° 94.   71 De filer une fusée [quantité de fil enroulée autour d’un fuseau]. Il s’est donc passé 15 jours depuis l’autre fois. La maîtresse est de nouveau à l’église, en bonne adoratrice de saint Trottin (note 80).   72 Avec un tel rendement.   73 Quel mal, sachant que les maladies étaient personnifiées par des saints (vers 228).   74 Il fredonne un air à la mode amorcé involontairement par Besogne-faite. Nombre de chansons exploitaient le thème de la nostalgie. Voir par exemple Ce doulx penser et souvenir, de Firminus Caron.   75 Du bavardage. Pour tenter de guérir, les femmes qui en souffrent doivent aller prier sainte Caquette. Cf. la farce du Grant voiage et pèlerinage de Saincte-Caquette (T 23).   76 Je serai généreuse avec le vin de ma maîtresse. Voir le vers 139.   77 Suis-je atteinte de folie ? « Que le chault mal sainct Mathelin/ Luy puisse ronger la cervelle ! » L’Oficial, LV 22.   78 BM : que   79 Vraiment. Cf. le Povre Jouhan, vers 199 et passim. On trouve parfois la forme énayment, ou enné.   80 C’est donc le mal des saints qu’on fête à la saint Trottin et à la saint Béset ? Le mal de saint Trottin oblige les femmes à trotter jusqu’aux églises où se donnent des rendez-vous galants : « Sus, madame, à la messe !/ Au sermon, ma maistresse !/ À Sainct-Trotin/ Monstrer le tétin ! » (Clément Janequin, le Chant des oyseaulx.) Le mal de saint Béset en est une variante : « Elles ne vont à Sainct-Trotin/ N’à Saint-Bézet. » (L’Advocat des dames de Paris touchant les pardons sainct Trotet.)   81 Vous souffrez d’un de ces deux-là.   82 La « trop file » est une crampe qui touchait les fileuses : « Pour guarir une femme de la trop-file : Si vostre femme est espaulée [a l’épaule démise]/ Ou éhanchée par trop filer. » (La Médecine de maistre Grimache.) Mais notre fileuse flegmatique ne risque pas d’en être atteinte ! Il y a donc un jeu de mots sur « trop fille », trop longtemps vierge : « Les femmes qui ont la trop-fille,/ Je les guaris en un instant. » (Varlet à louer.) On n’oubliait pas qu’à Rouen, une autre pucelle avait mal fini… À l’inverse, la Parisienne délurée de la farce de Mahuet qui donne ses œufz (F 39) s’appelle « Peu-fille ».   83 Voilà un juron bien choisi !   84 Rituellement, les chambrières et les valets qui puisaient de l’eau à la fontaine échangeaient des propos salaces, lesquels débouchaient parfois sur une conclusion horizontale. Dans la farce du Mince de Quaire (F 22), deux servantes qui attendent leur tour se font payer par un galant qui veut coucher avec elles.   85 Mon rang devant la fontaine. Les 20 premiers vers de la farce des Chambèrières (F 51) décrivent ce rigoureux protocole.   86 J’ai cassé ma cruche. « Rebeque vint à tout [avec] une cane sur l’espaule à la fontaine. » (Godefroy.) C’est l’origine de la cannette. Sans cruche, la servante n’a pas d’excuse pour aller draguer à la fontaine ; elle jette donc son dévolu sur le Fol.   87 BM : ensemble  (En faisant la cane = en fuyant le danger, comme un canard qui cache sa tête dans l’eau. « Lasche et sans combatre,/ [Mon vit] faict la cane et n’a plus de cœur. » Mathurin Régnier.)

 

LES RAPPORTEURS

Recueil Trepperel

 

*

LES RAPPORTEURS

*

La première mouture de cette sottie parisienne fut écrite en 1487, probablement par Henri Baude1. Les basochiens, qui en étaient les commanditaires et donc les propriétaires, lui ont adjoint des vers nouveaux jusqu’aux alentours de 1502. Elle est très proche de la sottie des Sotz escornéz, à peu près contemporaine et imprimée elle aussi par Trepperel. On y trouve une vignette identique : Pierre Gringore travesti en Mère Sotte2. On y trouve des personnages similaires : un Prince tyrannique, son éminence grise Gautier, et ses trois Sots en rupture d’obéissance. On y trouve aussi un poème en pentasyllabes, et une ballade mythologique en décasyllabes où l’on croise les mêmes dieux. On y trouve enfin d’innombrables concordances de style. En revanche, notre sottie des Rapporteurs n’a aucun lien avec la farce du Raporteur (LV 30). Les Rapporteurs sont des « reporters ». (Étymologiquement, c’est le même mot français.) Ils vont aux nouvelles et présentent leur rapport ; les actualités qu’ils passent en revue sont truffées d’allusions politiques.

La pièce dénonce3 la répression dont le théâtre des basochiens fut victime en 1486 : Charles VIII fit emprisonner quatre clercs de la Basoche et leur auteur Henri Baude4, coupables d’avoir brocardé sur scène des notables corrompus qui « n’en ont pas esté bien contens5 ». Pendant les jours gras6, les Sots partageaient les prérogatives des vrais fous et des bouffons royaux : ils pouvaient alors caricaturer les abus et les ridicules de leurs contemporains, à condition que ces derniers ne s’en formalisent pas trop. L’auteur de la sottie des Sobres Sotz (LV 64) ne l’oubliera pas :

    –Je le diroys bien, mais je n’ose,

    Car le parler m’est deffendu.

          (…) –Sy je n’avoys peur

    Qu’on me serrast trop fort les doys,

    En peu de mos je vous diroys

    Des choses qui vous feroyent rire.

    –À ces jours-cy, y fault tout dyre

    Ce qu’on sayt : on le prent à bien.

    –Par sainct Jehan ! je n’en diray rien :

    Y m’en pouroyt venir encombre.

Symbole de la lutte contre la censure (et d’un bras-de-fer entre le Parlement de Paris et les courtisans7), la sottie des Rapporteurs tint lieu de défouloir aux contestataires du Palais pendant quinze ans : sur la trame originale qui comptait 250 vers, on placarda au gré de l’actualité8 une centaine de vers anarchiques où éclate une violence jamais atteinte auparavant. Mais cette fois, nul n’a tenu à se reconnaître dans ce jeu de massacre. D’ailleurs, la version que nous connaissons a-t-elle pu être représentée ?

Que reste-t-il du théâtre de « maistre Henry Baulde » ?

* La Pragmatique entre gens de Court et la salle du Palais.  Quoi qu’on ait pu dire, ce dialogue de 1485 n’est pas dramatique.

* La brièvfe Moralité de 1486.  Elle a été détruite par les censeurs, et même son nom est inconnu.

* La sottie des Sotz escornéz.  Rien n’empêche qu’elle soit de Baude : lors du scandale de 1486, on a examiné les « Sotye et Moralité jouéz par lesdictz clercs ledit jour ». La sottie9 en question, dont on ignore tout, ne fut pas censurée ; elle existe peut-être encore.

* La sottie des Rapporteurs.  Baude contesta son emprisonnement dans deux épîtres en octosyllabes adressées au duc de Bourbon. Avec un tel désir d’en découdre, pourquoi aurait-il abandonné à un autre dramaturge le soin (et la jubilation) d’une vengeance publique ?

* Aulcun, Cognoissance et Malice.  Joël Blanchard10 attribue à Baude cette moralité qu’il date de 1484.

Source : Recueil Trepperel, nº 6.

Structure : Ballade, abab/bcbc, rimes plates, 3 triolets, 9 tercets pentasyllabiques. La métrique est très confuse à cause des rimes proliférantes qui furent ajoutées au fil des années. Le squelette de la forme première est parfaitement reconnaissable, mais je n’ai pas cru bon de « censurer » l’œuvre collective qui nous est parvenue.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

*

Sotie nouvelle à quatre parsonnaiges des

Rapporteurs

*

C’est assavoir :

    PROPTER QUOS 11, le Prince

    LE PREMIER SOT

    LE SECOND SOT

    LE TIERS SOT

                                  Les Rapporteurs

*

 

                             PROPTER QUOS,  le Prince,  commence       SCÈNE   I

        Saturne, filz du trosne impérial

        Et de Vesta12 (du plus hault élément13

        Dame et maistresse), au ceptre tribunal14

        [Dut renoncer ………….. -ment.]

5   Divisay fut le siècle15 vivement.

         Mais Jupiter, pour sa porcion [l]égalle16,

         Dessus Phébus a le gouvernement.

         Cuidant soy haulcer17, mainteffois on ravalle.

         Puis Neptunus18 (qui, ès19 lieux fluctueux

10  Et inundans, à Saturne succède),

         Cure receust20 des lieux pérécliteux ;

         Quant Boréas a déchassé si roide21,

         Je22 cuide, moy, qui n’y eust mis remède23,

         Englouty l’eust de ténébreure malle ;

15  Mais Neptunus luy24 monstra face laide.

         Cuidant soy haulser, mainteffois on ravalle.

         Touchant Pluto, lieux trèsparfonds et ysmes

         A désiray pour sa porcion avoir,

         Moyen duquel luy ont les [noirs] abismes25

20  Esté donnéz, et là fait son mou[v]oir.

         Proserpine le dev(e)roit bien sçavoir,

         Car des Enfers26 a visité la salle ;

         Mais Sérès sceut27 moyen de la [re]voir.

         Cuidant soy haulser, mainteffois on ravale.

25  Prince, pensez qu(e) avant [de] desjuner,

         Voz biberons ont forment face palle28.

         Mais puis après, on se doit pourmener29.

         Cuidant soy haulser, mainteffois on ravale.

         Mes Sotz sont-ilz point en la salle ?

30  [Çà, Gaultier,]30 va-les-moy hucher !

         Je croy, moy, qu(e) ilz se vont coucher.

         Touteffois, ilz m(e) avoient promis

         Que pour l’honneur de leurs amis

         Desquelz ilz ont aide et support31,

35  Aujourd’uy feroient leur rapport

         Comme [ilz] ont de bonne coustume.

           LE PREMIER SOT 32              SCÈNE  II

         Jésus, auquel point est la lune !

           LE SECOND [SOT]

         Benoist Dieu, que le temps est rouge33 !

           LE TIERS SOT

         Qui vouldra menger d’une prune,

40   Je vous requier qu’on ne se bouge.

           LE PREMIER

         Feste bieu, que de gens nouveaulx34 !

           LE SECOND

         Que de Dames et de Damoiselles !

           LE PREMIER

         Mais qu’il y35 fauldra de chappeaux !

           LE TIERS

         Feste bieu, que de gens nouveaux !

           [LE SECOND

         …………………………….. -eaux !]

           LE PREMIER

45   Ha ! je n’en vids jamais de telles.

                               LE SECOND

         Feste bieu, que de gens nouveaux !

                               LE TIERS

         Que de Dames et Damoiselles !

                               LE PREMIER

         Que de sotz !

                               LE SECOND

                                  Que d(e) oppiniastres !

                               LE TIERS

         Que de folz36 !

                               LE PREMIER

                                     [Et] que de follastres !

                               LE SECOND

50  Que de gens qui cuident sçavoir !

                               LE TIERS

         Qu(e) il en est qui ne sçavent riens !

                               LE PREMIER

         Que de gens qui ont trop devoir37 !

                               LE SECOND

         Que de gens qui ont trop de biens !

                               LE TIERS

         Que de macquerelles à Paris !

                               LE PREMIER

55  Que de « maisons » en la rue Saint-Denis38 !

                               LE SECOND

         [Qu’il est]39 de paiges macquereaulx !

                               LE TIERS

         Qu’il est de pouvres fringuereaulx40 !

                               LE PREMIER

         Que je voy porter41 brodequins

         À ces povres frans musequins42,

60   Par-dessus leurs chausses persées !

                               LE SECOND

         Mais que j’ay veu, depuis six ans,

         Paistre de grues43 parmy les champs,

         Qui toutesfois s’en sont vollées !

                              LE TIERS

         On a prins, à Sainct-Innocent44,

65  De l’eau, des plains potz plus de cent ;

         Puis n’a-on pas tout emporté.

                              PROPTER QUOS                  SCÈNE   III

         Après qu(e) auray bien escouté,

         Mes Sotz45, viendrez-vous, s’il vous plaist ?

         Vrayement, ilz ont bien tempesté !

70   [Après qu’auray bien escouté,

         ………………………….. -té.]

         Je croy qu’ilz ont le cueur dehait46.

         Après qu(e) auray bien escouté,

         Mes Sotz, viendrez-vous, s’il vous plaist ?

                               LE PREMIER

         Nous n’avons pas encore fait47.

                               LE SECOND

75  Nous ne sçavons par où descendre.

                               LE TIERS

         On nous a mis à faire guet.

                               LE PREMIER

         Taisez-vous, laissez-nous apprendre48.

                               PROPTER QUOS

         Or brief, je ne puis plus attendre.

         Ne cuidez pas que ce soit fable.

80   Se je voys49 là vers ceste table,

         Par tous les sains de Paradis,

         À chascun, des coups plus de dix

         Je vous donray sur vostre teste !

           LE PREMIER

         Je n’ay cure de telle feste.

           LE SECOND

85  Je n’ay cure, moy, qu’on me bate.

           LE TIERS

         Se n’avoyes50 la main à la paste,

         Si m’en fuiray-je du débat.

                              LE PREMIER

         Allons là, ce n’est q’ung esbat51 ;

         Si, verrons qu’il nous vouldra dire.

           LE SECOND

90  Pour me trouver en ung combat,

         Je suis plus vaillant que La Hire52.

           LE TIERS

         Pour m’enfuïr s’on me menace

         Et pour tantost vider la place,

         Jà n’en crains archier de la Garde53.

           LE SECOND

95  Allons là, je croy qu’il luy tarde ;

         Car nostre maistre Propter Quos

         Ayme fort ouÿr noz rappors.

           [LE PREMIER]

         Et ! le vélà qui nous regarde.

           LE SECOND

         J’iray54 quérir ma hallebarde,

100  Car j’ay grant peur qu’il nous oultraige.

           LE TIERS

         Il te part d’ung maulvais couraige55,

         De t’armer contre ton seigneur.

           LE SECOND

           Si à bien plus grant personnage !

           [PROPTER QUOS]56

         (Or s’ilz l’ont fait, c’est leur dommaige,

105  Et auront leur part de la peur.)

           LE PREMIER

         Propter Quos, le vray chief d’onneur,

         Jésus vous doint joye et sancté !

           PROPTER QUOS

         Et à vous, bonne prospérité57 !

         Et vous doint autant de ducatz

110  Comme en ont tous les Lombars

         Par delà le pays de Savoye !

         Mes Sotz, et puis ? Comme58 est la voye ?

         De quel chose estes-vous records59 ?

         Est-il point possible qu’on oye

115   Quelque chose de voz rappors ?

           LE PREMIER

         Voullez-vous qu’on vous die des mors

         Et de ceulx qui sont trespasséz60 ?

           PROPTER QUOS

         Laissez-moy ceulx-là, c’est assez ;

         Ne m’en faictes plus mencion !

           LE SECOND

120  Plusieurs sont aux gaiges casséz61,

         Qui ont receu leur pension.

           LE TIERS

         C’est une grant confusion

         Des choses qu’avons apperceues.

           LE PREMIER

         Nous n’au[r]ons pas la moitié dit

125  Jusques au temps de l’Antécrist,

         Des choses que nous avons veues.

           PROPTER QUOS

         Mes Sotz, de bon cueur je vous prie :

         Resjouyssez la compagnie

         De quelques rappors tous nouveaulx.

           LE PREMIER

130  Premier62, nous avons veu chevreaulx

         Qui voulloient mener paistre chièvres63.

           LE SECOND

         Nous avons veu chiens à monceaulx

         Qui s’enfuyoient devant les lièvres.

           LE TIERS

         Sergens ne sont plus larronceaux :

135  Ilz sont doulx comme jouvenceaulx

         Et ne boyvent plus mais que bière(s)64.

           PROPTER QUOS

         Ilz ne font leur sanglante fièvre,

         Les paillars pouacres65 infâmes !

         Ilz donroient aux dyables leurs âmes

140  Premier qu’ilz ne fussent larrons66 !

         Ces rappors-là ne sont pas bons,

         Car c’est toute[s] pures mensonges67.

         Dia68 ! la grandeur d’ung vieil tonneau

         Ne boit point la moitié tant d’eau

145  Que feroi[e]nt de vin ces yvrongnes !

           LE PREMIER

         Tant plus on les regarde ès trongnes,

         Tant plus les treuve enluminéz.

           LE SECOND

         J’avoue Dieu ! ilz ont sur le nez

         Une69 aulne de rouge esquarlate.

           LE TIERS

150  Que migraine70 de laine plate

         Ne reluise de telle manière !

           PROPTER QUOS

         Ce n’est donc pas de bonne bière,

         Comme ce fol me rapportoit71.

           LE PREMIER

         C’est, pardieu, de faire grant chère ;

155  Et si, ne sçay, moy, qui le poist72.

           PROPTER QUOS

         Sus, sus, mes suppostz ! Qu’on vous voist

         Procédans en ceste matière !

           LE SECOND

         Carmes n’ont plus de chambèrière73 ;

         Aussi n’ont pas les cordeliers.

160  Et, dit-on, sont74 les usuriers

         Sont marris qu’il n’est assez [o]vins75

           PROPTER QUOS

         Ilz ont menty, les chiens mâtins !

         Tousjours carmes auront freppières,

         Et usuriers seront marris

165  Se les laines ne sont fort chières.

         Que de Dieu [ilz] soient tous mauldictz !

           LE TIERS

         Jacobins ont à Dieu promis,

         Mectans tous ès Enffers leurs âmes,

         Que jamais ne permétront femmes

170  En leur maison (tant qu’il se76 sçaiche).

           PROPTER QUOS

         Et ! par sainct Jaques ! Une vache

         Yroit premier querre77 une preune

         Sept piedz au-dessus de la lune

         Ains78 que ces maistres jacobins,

175  Cordeliers, carmes, célestins

         Ne jouent de nature la basse.

         Onc chien puant, de « passe-passe »

         Ne fut si leste79, par mon âmes !

           LE PREMIER

         Moynes ne parlent plus aux dames.

180  Et dit-on qu’il n’en est pas trop80.

           [LE] SECOND

         Laissons cela, ilz sont infâmes :

         Ilz torchent leur cul de leur froc.

           LE TIERS

         Il n’est, par les saincts, rien plus sot

         Que moyne, avec son cappilla[i]re81.

           PROPTER QUOS

185  S’ung82 en avoyes qui fust mon frère

         Et j’eusse femme ung peu mignonne,

         Je lairoye toute la besongne

         Premier que ne m’en [donne garde]83.

         Moynes ? Que le mal feu les arde,

190  Tant portent-ilz la c[o]uille verd84 !

         Ce sont les gens [que plus nazarde]85.

         Je sçay bien de quoy moyne sert.

           LE PREMIER

         Ilz frappent86 à cul descouvert.

         S’en donne garde qui vouldra !

195  Carmes, cordeliers et chanoynes,

         Jacobins, augustins et moynes :

         Mauldit soit qui les espergnera !

           LE SECOND

         Je pry Dieu pour en voir87 le bout :

         Que le grant dyable emporte tout !

           LE TIERS

200  Si m’ont dit les dyables d’Enfer

         Qu’ilz les y feront bien chauffer

         À quelque pris que soit le boys.

           LE PREMIER

         Regnars ne mengeront plus d’oyes88

         Ne poulles : le pac en est fait89.

           LE SECOND

205  On ne verra plus chappellains

         Tromper90 femmes à leur[s] parroissains :

         Chacun sera du tout91 parfait.

           LE TIERS

         Les advocatz de maintenant

         Ne veullent plus prendre d’argent :

210  Ilz font tout pour l’amour de Dieu92.

           LE PREMIER

         Les sermonneurs93 de ceste ville

         Ne prennent plus ne croix, ne pille,

         Et ne partent point d’ung [bas] lieu94.

          LE SECOND

         Gens d’armes95, si, ont fait serment

215  Désormais [de] payer vrayement

         Leurs hostes parmy ces villaiges.

           LE TIERS

         Les ratz96 ont fait à Dieu promesse

         Que jamais, sans ouÿr la messe,

         Ilz ne mengeront nulz fromages.

           PROPTER QUOS

220  Vécy de bons petis langaiges,

         S’ilz sont vrays ; mais j’en fais grant doute.

           LE PREMIER

         En effait, de tous les oultraiges

         Qu’ilz ont fait, il n’en est plus goutte97

           LE SECOND

         Seigneurs ne seront plus gouteux98.

           LE TIERS

225  Maraulx ne seront plus pouilleux.

           LE PREMIER

         Changeurs ne sont99 plus usuriers.

           LE SECOND

         Il n’est plus de larrons cousturiés100.

           LE TIERS

         Maris ne seront plus cocus.

           LE PREMIER

         Grimaulx101 ne seront plus batus.

           LE SECOND

230  Il ne cherra102 jamais d’esglise.

           LE TIERS

         Les blédz n’auront plus de festus.

           LE PREMIER

         On ne verra plus truye qui pisse103.

           LE SECOND

         Marchans tiendront tous loyaulté104.

           LE TIERS

         On fera à chascun raison105.

           LE PREMIER

235  Toutes gelées seront l’esté.

           LE SECOND

         Brebis n’auront plus de toyson106.

           LE TIERS

         En Court ne règne plus envie.

           LE PREMIER

         En Romme n’est plus simonye.

           LE SECOND

         Rommains ayment [tous le]107 Sainct-Père.

           LE TIERS

240  En Ytallye n’a plus ducatz108.

           LE PREMIER

         Yvrongnes ne boyront109 que bière.

           LE SECOND

         Ce sont bonnes gens que Lombards110.

           LE PREMIER

         Normans ayment bien les Bretons111.

           LE SECOND

         Françoys ayment bien ceux de Flandres112.

           LE TIERS

245  L’eau qui passe soubz les moulins,

         Premier qu’i soit quatre matins113,

         Se convertira toute en cendres114.

           LE PREMIER

         Femmes n’auront plus malle115 teste.

           LE SECOND

         Le monde vivra tout en paix.

           LE TIERS

250  Ung mouton ne sera plus beste.

           LE PREMIER

         Quant on se trouvera en presse116,

         Personne ne fera plus vesse,

         Mais on ne fera [plus] que petz117.

           LE SECOND

         Mais que ces Pardons118 soient passéz,

255  Chacun fera des biens assez,

         Sans jamais penser à nul mal.

           LE TIERS

         Tous piétons119 iront à cheval.

           LE PREMIER

         Cloches ne feront plus tintins120.

           LE SECOND

         En oultre plus, les médecins

260  Désire[ro]nt que tous soient sains

         Et qu’il n’en soit plus de malades.

           LE TIERS

         Ménest[r]iers se sont complains,

         Et si, ont juray tous les Saincs

         Que plus ne souffleront aubades121.

           LE PREMIER

265  Tous rimeurs122 sont délibéréz

         Que s’ilz ne sont premier payéz,

         De ne123 faire nulles Balades.

           LE SECOND

         On donne pommes de grenades124

         Aux pourceaulx monsieur125 saint Anthoine.

           LE TIERS

270  On dit que dans126 une sepmainne,

           Bourges sera tout rebasty127.

           LE PREMIER

         Flamans couscheront sur le feurre128,

         Ne buront, ne mengeront beurre

         Jusques Sainct-Omer sera prins129.

           PROPTER QUOS

275  Et ! ont-ilz cela entreprins,

         Les Flamans ? Pleust au roy des Cieulx

         Qu’ilz se deussent grater les yeulx130

         Jusques ad ce que sera fait !

           LE SECOND

         Ha ! par saint Jaques, il n’est pas prest131 !

280  Ilz ont beau mouver la moustarde132 !

         Auffort, ilz sont saoulz ; on les133 garde

         Jusques ad ce qu’il sera nuyt.

           LE PREMIER

         Il fault rapporter sans nul bruit

         Quelques choses de [noz] merveilles.

285  J’ay veu « voller » sans avoir elles134.

           LE SECOND

         J’ay veu lire sans estre clerc.

           LE TIERS

         J’ay veu bailler jaune pour verd135.

           LE PREMIER

         J’ay veu cordenn[i]ers faire toilles.

           LE SECOND

         J’ay veu quarrelleurs136 advocatz.

           LE TIERS

290  Et moy, d’escus faire ducatz137.

           LE PREMIER

         On m’a dit que pour lors, en Court,

         Il n’est mémoire de raport138 :

         Tous sont ensemble bons amys.

           LE SECOND

         Lévriers n’ont cure de connils139.

           LE TIERS

295  Le plus habille140 est le plus lourd.

           LE PREMIER

         Qui mieulx entent est le plus sourd.

           LE SECOND

         Qui a beau nez il boit bien ès bouteilles141.

           LE TIERS

         Qui entent mieulx qui a grans oreilles.

           PROPTER QUOS

         Voz rapors me di[s]ent merveilles ;

300  Et si, ne les puis bien entendre.142

         Je ne puis bien ces motz comprendre.

           LE PREMIER

         Après qu’on aura bien raillié,

         Propter Quos, on n’a plus taillié143 :

         Je croy qu’on ne [nous peult]144 reprendre.

           LE SECOND

305  Cousturiés145 seront bien requis,

         Avant que tout soit bien repris,

         Qu’on a taillié depuis naguère(s).

           LE TIERS

         Encore ne se peut-on taire.

           LE PREMIER

         On frappe d’estoc et de taille,

310  Mais la cousture sera lourde146.

           LE SECOND

         Je doubte qu’i ait jeu sans bourde147.

           LE TIERS

         Se le chat entre dans la bourde148,

         Souris haÿront la chandelle.

         De cela, bien je me vante.

           LE PREMIER

315  Il n’est sepmaine qu’il ne vente,

         Au moins se l’air n’est bien rebelle149.

         LE SECOND

         En mousche qui picque,

         En chat qui repplique,

         Ne donne asseurance.

           LE TIERS

320  En fleuve qui dort,

         En serpent qui mord,

         N’a point d’asseurance.

           PROPTER QUOS

         Balade(s) sans rime

         Ne [que son de]150 lyme

325  N’a151 point d’accordance.

           LE PREMIER

         De folle entreprise152,

         De femme requise,

         Ne vient que meschief153.

           LE SECOND

         Tous membres ont labeur154,

330  Quant il vient douleur

         Qui grièfve le chief155.

           LE TIERS

         Entreprise folle,

         Mainte gens affolle :

         Vélà le salaire.

           PROPTER QUOS

335  Il vauldroit bien mieulx

         Soy grater les yeulx

         Que soy les hors traire.

           LE PREMIER

         Quant la chose est feicte,

         Fol est qui barbette156 :

340  Le conseil est prins.

           LE SECOND

         Pour ne dire mot

         De tout ce qu’on ot157,

         On n’est point reprins.

           LE TIERS

         [À] qui jamais n’eust rapportay158,

           LE PREMIER

345  Saint Jaques, il n’eust pas tant cousté !

           LE SECOND

         Ce n’est159 mon, le dyable y ait part !

         Allons-nous-en, faisons départ.

           LE PREMIER

         À Dieu, hau ! Nous prenons congié.

         Noz rappors160 avons mis en train.

           LE SECOND

350  Deppartons, car c’est trop songé.

           LE TIERS

         À Dieu, hau ! Nous prenons congié.

         […………………………………. -gé.]

         Nous reviendrons quelque demain.

           [LE PREMIER

         À Dieu, hau ! Nous prenons congié.

         Noz rappors avons mis en train.]

                 EXPLICIT

*

1 Mort après 1496. Fonctionnaire des impôts, il compose des poèmes parfois érotiques, et du théâtre souvent polémique.   2 Cela ne signifie pas que Gringore en est l’auteur : le même bois gravé orne les quatre premières sotties du recueil Trepperel.   3 Cf. les vers 33-34, 222-223, 302-311, et 341-346.   4 « Baude, après brisement de portes,/ En effect à mynuict fut pris/ Et au Petit Chastellet mys. » Lectre de Baude audict seigneur de Bourbon. Je cite Henri Baude d’après l’édition de ses Œuvres complètes que prépare Brian McKay.   5 Id. Le roi est plus explicite : « Aucuns, soubz umbre de jouer ou faire jouer certaines moralitéz et farces, ont publiquement dit ou fait dire plusieurs parolles séditieuses sonnans commotion [appelant à l’émeute], principalement touchans à Nous et à nostre Estat. »   6 Mais la Moralité litigieuse de Baude fut donnée le lundi des Rogations (1er mai 1486), ce qui n’était pas très adroit.   7 Au grand dam de la Cour, le Parlement avait autorisé ses clercs à représenter la Moralité de 1486. Il aggrava son cas en les faisant sortir de prison dès que possible.   8 Ces greffons rattachés au jour le jour à un tronc principal sont typiques de la création populaire. Prenons l’exemple du Père Dupanloup : cette chanson paillarde naquit vers 1845. Des plaisantins lui greffèrent un couplet  sur l’Institut en 1854, sur l’Assemblée générale en 1871, sur les ballons dirigeables en 1901, sur Superbagnères en 1912, sur Citroën et la Tour Eiffel en 1924, etc.   9 Les deux ou trois pièces qui constituaient une représentation étaient parfois du même auteur : le Jeu du Prince des Sotz + l’Homme obstiné + Raoullet Ployart sont de Pierre Gringore ; le Mystère de saint Martin + le Munyer + l’Aveugle et le Boiteux sont d’André de la Vigne.   10 Moralité à six personnages. Droz, 2008.   11 « À cause desquels. » Ce nom pourrait venir des « histriones propter quos dissidebatur » <Suétone, III, 37>, qualifiant des comédiens punis après une rixe mortelle entre spectateurs. Je ne crois pas que notre dramaturge ait pu connaître le « propter quos Principis humanitas dedit » de Cassiodore, d’autant que l’humanité du Prince Propter Quos reste à démontrer.   12 T : veste  (Saturne est le fils d’Uranus [le ciel] et de Vesta [la terre].)   13 T : clement  (Vesta est aussi la déesse du feu.)   14 Au sceptre de juge suprême. Saturne fut détrôné par son fils Jupiter, et son empire fut partagé : Jupiter prit la terre et le ciel, Phébus le soleil, Neptune la mer, Borée le vent, Pluton l’enfer.   15 Le monde profane.   16 La portion légale est la part minimale qu’un testateur est tenu de laisser à chacun de ses héritiers.   17 Dans les 4 occurrences de ce refrain, il faut lire s’hausser. « Lecteur, tu vois ainsy que s’hausse le subjait. » (Traduction anonyme de Dante.)   18 T : neptimus  (Je corrige la même coquille au vers 15.)   19 T : les  (Les lieux fluctueux et inondants sont les océans.)   20 T : liura  (Reçut le soin des lieux propices aux naufrages. « Il receust la cure et le gouvernement de tout l’empire. » Godefroy.)   21 Quand Neptune a houspillé Borée si rudement. Au 1er chant de l’Énéide, Neptune menace les Vents, qui ont soufflé sur la mer sans son ordre : « Vous me paierez votre faute par une peine sans pareille ! Fuyez vite, et dites ceci à votre roi [Éole] : ce n’est pas à lui qu’échut l’empire marin, mais à moi ! »   22 T : Et   23 Que si on ne l’avait pas calmé. Virgile n’indique nulle part que quelqu’un a calmé Neptune. Quant au Roman d’Énéas, qui était encore très lu, il ne mentionne même pas l’intervention de Neptune dans cet épisode.   24 T : leur  (Se contenta de lui montrer une mine renfrognée.)   25 Les Enfers. « Démon sorti des noirs abismes. » Quinault. 26 T : anfans  (Elle fut enlevée par Pluton et devint déesse des Enfers.)   27 T : trouuar  (Cérès, déesse des moissons, est la mère de Proserpine. Elle obtint de Jupiter que sa fille passe la moitié de l’année sur terre avec elle.)   28 Vos Sots alcooliques ont fortement la face pâle. « Yvroignes et biberons, esveilliez-vous ! » Godefroy.   29 Faire une promenade digestive.   30 T : Sagultier  (Présent dans les Sotz escornéz, ce conseiller du Prince reste muet dans notre pièce, à moins qu’on ne lui attribue les vers 25-26.)  Hucher = appeler.   31 Plusieurs magistrats du Palais s’étaient porté caution pour faire libérer leurs camarades. Ils assistaient sans aucun doute à cette représentation donnée sur leur territoire.   32 Les trois Sots sont perchés sur des fenêtres (note 49) dont ils descendront après le vers 88. Ils regardent dehors pour avoir des nouvelles à rapporter, avec une prédilection pour les détails indiscrets, comme l’annonce le vers suivant : « Qui vous mettroit le cul à l’esparé [à l’air]/ Pour bien sçavoir en quel point est la lune,/ L’on sçauroit bien, sans faire long narré,/ Si soubz les draps vous estes blanche ou brune. » Parnasse satyrique.   33 Menaçant, d’un point de vue pécuniaire. « –Le temps est rouge./ –Dictes sy feroyt-il beau temps/ Sy vous avyez d’or pleine bouge ? » Mestier et Marchandise (LV 73).   34 À la mode. Cf. la sottie des Gens nouveaulx. Jusqu’au vers 60, le public est pris pour cible.   35 T : il   36 T : sotz  (qui est déjà au vers précédent. Les variations sur un même radical –par exemple fol/folâtre– sont caractéristiques des sotties.)   37 Éternelle opposition entre les pauvres qui ont trop de travail, et les riches qui ne font rien.   38 Il y avait déjà des maisons de passe « rue Sainct-Denys,/ Où sont plus d’oyseaulx que de nidz » (sottie Pour le cry de la Bazoche). L’auteur insère lesdites maisons entre les maquerelles et les maquereaux.   39 T : Qui les  (Sur les pages entremetteurs, voir les naquets de Trote-menu et Mirre-loret, note 31.)   40 Jeunes élégants.   41 T : portes   42 Jeunes galants. Ils dissimulent dans des bottines les trous de leurs bas : « Ces fringans mondains/ Qui portent ces beaux brodequins/ Dessuz la chausse dessirée. » Sermon joyeulx d’ung Fol (T 21).   43 On donnait déjà des noms d’oiseaux aux percepteurs. À partir de 1498, Louis XII diminua l’impôt de la taille. (Cf. le Jeu du Prince des Sotz, vers 351.) Il protégea aussi les paysans contre les exactions des soldats et des fonctionnaires royaux.   44 Le cimetière des Saints-Innocents, qui jouxtait la rue Saint-Denis, fut submergé par une crue de la Seine en janvier 1496.   45 T : solz  (L’imprimeur hésite entre « sotz » et « folz ». Idem à 73.)   46 Joyeux.   47 Fini.   48 Apprendre des nouvelles pour faire nos rapports.   49 Si je vais. Les basochiens jouaient du théâtre comique sur la table de marbre du Palais de la Cité <voir la notice du Capitaine Mal-en-point>. La salle du vers 29 est la Grand-Salle où se trouvait la table, et les rapporteurs font le guet (vers 76) sur ses fenêtres sises en hauteur.   50 T : iauoyes  (Si je n’étais pas en train de faire quelque chose.)  Au sens propre, la « pâte » est peut-être un quignon de pain que grignote le Tiers Sot : déjà au vers 39, il mangeait des prunes.   51 Ce n’est qu’un jeu, qu’une comédie.   52 Ce héros du siège d’Orléans était mort en 1443, mais les joueurs de cartes le célébraient encore : « N’ouÿstes-vous oncques/ Parler des beaux faitz de La Hire,/ Qui fut si vaillant homme en guerre ? » Farce des Coquins (F 53).   53 Dont la poltronnerie était proverbiale. « Je suis tant las,/ Que quatorze archiers de la Garde/ Me battroyent à la halebarde. » Clément Marot.   54 T : Iray ie   55 Cœur.   56 T : le tiers   57 « Honneur, bonne prospérité,/ Santé ! » Lectres de Baude envoyées à Mgr de Bourbon.   58 T : et  (La voie est-elle libre ? Peut-on parler sans crainte ?)   59 Souvenants.   60 Le roi Charles VIII, persécuteur des basochiens, mourut le 7 avril 1498. Propter Quos n’a pas l’air de le regretter.   61 Cassés de gages, renvoyés. Dès qu’il accéda au trône, en 1498, Louis XII fit annuler son mariage avec Jeanne de France, qui fut reléguée à Bourges avec 12 000 écus de pension.   62 Premièrement. Baude employa cet adverbe : « Premier, je vy ung tas de bestes. »   63 La « chèvre », Anne de Beaujeu, exerça la régence de 1483 à 1491, en attendant la majorité du « chevreau » Charles VIII, qui l’aurait bien envoyée « paître ». Dans la Sotye des Croniqueurs, Gringore dira du jeune roi : « C’estoit l’aigneau mené en lesse. »   64 La bière est moins alcoolisée que le vin : cf. les vers 152 et 241.   65 Galeux.   66 Plutôt que de cesser de voler. Sur la corruption des sergents, voir le Testament Pathelin, vers 469-472. Nos basochiens n’ont pas digéré que des sergents aient cassé leur porte en pleine nuit (note 4).   67 Ce mot était parfois féminin : « C’est une pure mensonge sans fondement ny apparence. » Catherine de Médicis.   68 T : De  (Le volume d’un vieux tonneau n’absorberait pas autant d’eau, ni même la moitié, que ces ivrognes absorbent de vin.)   69 T : Ung  (L’écarlate est une étoffe rouge : « Demie aulne d’escarlate sanguine. »)   70 Étoffe de laine teinte en rouge vif.   71 Au vers 136.   72 Qui paye leurs agapes.   73 Certaines chambrières arrondissaient leurs fins de mois (et parfois leur ventre) en couchant avec leur maître. Cf. la farce des Chambèrières. Les fripières du vers 163 ont le même gagne-pain, et Rabelais les voue « à Vénus, comme putains, macquerelles, (…) chambèrières d’hostèlerie ». (Pantagruéline Prognostication.)   74 T : que  (Un mastic a fait tomber « sont » au début du vers suivant.)   75 S’il n’y a pas assez d’ovins, on manquera de laine (ce qui permettra aux usuriers de spéculer). Ces deux vers ont une réponse en écho à 164-165.   76 T : le  (Pour autant qu’on le sache.)   77 T : querir   78 T : Ha  (Ains que = plutôt que.)   79 T : listre  (Passe-passe = va-et-vient.)   80 Entre autres choses, on reprochait au clergé d’être pléthorique.   81 Scapulaire, froc sans manches.   82 T : Sang  (Si j’en avais un.)   83 T : puisse garder  (Plutôt que de ne pas m’en protéger. « Nous ne vous laisserons en paix, premier que ne nous en ayez dit quelque chose », Amadis de Gaule.)  Cf. le vers 194.   84 Une verge vigoureuse.   85 T : qui plus hazarde  (Nasarder = bafouer : « Battu, nazardé et desrobbé », Rabelais, Tiers Livre.)   86 Ils coïtent. D’où leur surnom de « frères frapparts ». Baude a beaucoup donné dans l’anticléricalisme ; son poème le plus connu, les Lamentacions Bourrien, campe « ung chanoine bien gras » qui joue « en ung mol lict, près d’ung grant feu » avec son fils de deux ans ; il regrette le départ de sa concubine, et se console avec « le bon vin cléret » et « le pot-au-feu ». Le chanoine termine ainsi : « Mon Dieu (dit-il), donne-moy pacience !/ Qu’on a de maulx pour servir Saincte Église ! »   87 T : auoir  (Pour en voir la fin. Mais « bout » ayant un sens phallique, on leur souhaite d’être châtrés par le diable. Un mouvement de marotte pouvait souligner ce vœu pieux.)   88 Une rime masculine serait préférable. Les oies adultes n’ont rien à craindre d’un renard, contrairement à leur progéniture : « Regnarts mengeront maint oison. » Baude.   89 Le pacte est conclu. « Ceste fois, est fait nostre pac. » Les Sotz escornéz.   90 Abuser, suborner.   91 Totalement.   92 Cf. les Gens nouveaulx, vers 45-46.   93 T : sergens  (qui occupent déjà les vers 134 et suivants.)  Les prédicateurs itinérants s’enrichissaient en prêchant la pauvreté. Les Sermons joyeux en font des ivrognes lubriques.   94 Ne sortent pas d’un bordel. « Il alloit de nuyt par ville et en maulvaix et bas lieux. » (Granvelle.) En outre, « chevaulcher ès bas lieux » = coïter (Jehan Molinet).   95 T : darges  (Les soldats se faisaient nourrir et loger gratis par la population.)   96 T : chatz  (qui ne mangent pas de fromage.)  Les ras [rasés] sont les clercs tonsurés. Dans l’argot des coquillards, un « ras » est un homme d’église. On devine un jeu de mots sur rapporteurs et ras porteurs, comme dans la sottie du Roy des Sotz (BM 38) : « –Qu’esse qu’il porte en ceste hotte ?/ –Ce sont ratz. C’est ung rapporteur :/ Vécy Coquibus qui ratz porte. » Baude a écrit un poème intitulé : Ung homme qui porte sur son doz une hotte plaine de ratz et s’appelle le Rapporteur.   97 Le Parlement de Paris avait élargi les quatre clercs malgré « tous les outrages » dont le roi les accusait. Il s’agissait bien de clercs tonsurés, puisque l’évêque de Paris somma le lieutenant-criminel « de luy rendre lesditz prisonniers comme clercs ».   98 Louis XII allait régulièrement au Palais de justice. Lors de ses crises de goutte, il arrivait à la Grand-Salle sur un petit mulet qui avait gravi l’escalier en trottinant sur des planches inclinées. Pour les basochiens, ce spectacle devait être aussi drôle qu’une sottie.   99 T : seront  (Le présent a valeur de futur, comme au vers 134 et au vers suivant.)  Les changeurs de monnaies trafiquaient sur le Pont-au-Change.   100 Certains couturiers détournaient une part du tissu que les clients leur remettaient. Cf. le Cousturier et Ésopet (BM 34). Si Cousturié est bien le nom d’un fonctionnaire corrompu (note 145), le public entendit cette ponctuation : « Il n’est plus larron, Cousturié. »   101 Les écoliers.   102 T : sera  (Cherra : futur du verbe choir.)  Plusieurs églises se sont effondrées dans ces années-là, par exemple en Auvergne lors du « tremble-terre » de mars 1490.   103 Attaque indirecte contre les antonins (note 124). Ces moines laissaient divaguer leurs porcs en ville, ce qui gênait les piétons : Baude a consacré un distique aux Porceaulx qui ont répandu ung plain panier de fleurs. La rue qui menait au couvent des antonins était parfois rebaptisée « rue de la Truye-qui-pisse », ou « rue Pisse-truye ».   104 Ne tricheront plus sur les poids et mesures.   105 On rendra justice à chacun.   106 On ne sera plus obligé de les tondre. Les brebis symbolisaient fréquemment les contribuables.   107 T : tousles  (Le pape espagnol Alexandre VI Borgia imposa son despotisme sanguinaire de 1492 à 1503 ; il fut « extrêmement haï du Peuple Romain », dira Agrippa d’Aubigné.)   108 La France comptait sur cette éventuelle pénurie pour voir finir la première guerre d’Italie (1494-1497). Ducats rime avec Lombards, comme à 109-110.   109 T : bouront  (Voir la note 64.)   110 À ceci près qu’on les tenait pour des usuriers (vers 110), des empoisonneurs (Jeu du Prince des Sotz, note 23), et des sodomites (tels les « bougres lombars » du Grant Jubillé de Millan). Baude les a souvent critiqués : « Et les nobles emprunteront/ À belle usure des Lombars. »   111 La rime est fausse. Doit-on lire Picards ? Manque-t-il un vers en -ons ?   112 C’est plutôt les Flamands qui auraient pu se plaindre des humiliations infligées par la France. En 1493, le traité de Senlis aplanit les malentendus, mais une certaine animosité réciproque perdura.   113 Un de ces quatre matins.   114 Des meuniers peu scrupuleux alourdissaient leur farine avec de la cendre.   115 Mauvaise.   116 En société, en public.   117 T : ptez  (Au contraire de la vesse, le pet est bruyant : on reconnaît donc le péteur.) « Ung pet équipolle à deux vesses. » Les Sotz escornéz.   118 Si notre sottie marque le deuxième anniversaire de la moralité censurée en 1486, on évoque ici les trois jours des Rogations, du 12 au 14 mai 1488. (Voir note 6).   119 Fantassins.   120 T : de bruit  (Tintin = tintement. « Le tintin de la cloche », Estienne Pasquier.)   121 Qu’ils ne donneront plus de concert à l’aube sous les fenêtres d’une belle.   122 T : francois  (Rimeur = poète. Un de ces rimeurs à gages est décrit dans la Réformeresse, vers 238-257.)   123 T : me   124 La grenade était notoirement l’emblème de Maximilien d’Autriche, qui protégea les Hospitaliers de Saint-Antoine (les antonins), et leur permit en 1502 d’arborer sur leur écusson les armes de l’Empire. Ces moines vivaient avec des porcs et se conduisaient comme des cochons : « Chacun a sa femme ou sa mie./ Tout en va par gueule et par ventre,/ L’avoir qui à Saint-Antoine entre./ Ils marient moult bien leurs filles./ Ils ne prisent mie deux billes/ Saint Antoine ni son pouvoir./ Trop conquièrent, trop ont d’avoir,/ Trop souvent déçoivent [ils trompent] les gens. » Guiot de Provins (je modernise sa graphie). Voir la note 103.   125 T : mon seigneur  (Il est d’usage d’appeler les saints monsieur : « Le groing/ Du pourceau monsieur sainct Anthoine », farce du Pardonneur <BM 26>.)  Les « pourceaux » étaient les antonins eux-mêmes, à cause de leur goinfrerie : « Les religieux du lieu s’appellent pourceaux de St. Antoine par humilité ; ils sont obligés de faire huit repas ! » Pierre de L’Estoile.   126 T : dedans   127 T : rabesty  (Après l’incendie du 22 juillet 1487, il fallut en réalité plusieurs décennies pour rebâtir la ville de Bourges : ses échevins avaient accaparé 23 000 livres tournois destinées à la reconstruction.)   128 Sur de la paille.   129 Soit repris à la France, qui avait conquis le 27 mai 1487 cette ville flamande unie à la Maison de Bourgogne. Saint-Omer et « les Flammans en servaige » seront libérés par les Bourguignons le 11 février 1489. Nous avons donc le terminus a quo et le terminus ad quem des vers 272-282, qui sont originels d’après le schéma des rimes.   130 Scruter l’avenir en vain. Idem vers 336.   131 On n’en est pas près.   132 Remuer la merde.   133 T : leur  (On attend qu’il fasse nuit.)  Saint-Omer fut investi par surprise en pleine nuit, à l’insu du « guet qui lors estoit fort négligent » : cette litote du Flamand Molinet dans sa Chronique laisse entendre que les sentinelles étaient soûles.   134 « Si la guerre n’estoit un moyen de voler/ Sans ailes et sans plume, on n’y voudroit aller. » Jacques Du Lorens.   135 Faire un marché de dupes, les sceaux de cire jaune ayant moins de valeur que les sceaux de cire verte.   136 Jeu de mots sur carreleurs [savetiers] et querelleurs.   137 J’ai vu de l’argent français devenir italien. En 1495, Charles VIII remboursa des prêts ruineux à la ville de Florence. Gringore en parle dans la Sotye des Croniqueurs : « Noz escus, muéz en ducas/ Furent. »  138 On a oublié les cafardages. « Je metz les seigneurs en soucy,/ Pour rapporter en Court secrettement. » Baude.   139 T : congnins  (« Connil » désigne le lapin, et le sexe de la femme ; or, chacun savait que les lévriers de Charles VIII dormaient sur son lit, et que le blason de son épouse Anne de Bretagne comportait deux lévriers.)  Conni(l)s rime avec amis.   140 Habile.   141 Avoir un grand nez (comme Charles VIII) empêche de boire dans un gobelet. « Qui a beau nez, il boyt à la bouteille. » John Palsgrave.   142 T ajoute une concaténation des vers 296 et 301 : qui mieulx entent ces motz comprendre   143 On n’a plus mis en pièces personne.   144 T : pourra  (Qu’on ne peut rien trouver à nous reprocher.)   145 Dans cette métaphore couturière, tailler retrouve son sens propre, et reprendre signifie « faire des reprises, retoucher ». Mais les répliques 302-311 et le vers 227 semblent viser un personnage réel : le patronyme « Cousturié » (ou « Le Cousturié ») était fort commun. Les basochiens furent-ils dénoncés au roi par un Cousturié traité de larron dans la pièce de 1486 ?   146 La facture sera salée.   147 De jeu théâtral sans plaisanteries.   148 La chaumière. « Et ne demoura quasi bourde ne maison », Godefroy. Ce mot a donné bordel.   149 T : sery   150 T : en son ce  (Pas plus que le son d’une lime n’a d’harmonie.)   151 T : ma   152 Les Folles entreprises de Pierre Gringore datent de 1505.   153 Méchef, inconvénient.   154 Peine.   155 Qui lèse la tête. Mais dans les allégories, le « chef » désigne le roi.   156 Murmure.   157 Oit, entend.   158 À celui qui n’aurait jamais fait de rapports satiriques.   159 T : neust  (Ce n’est mon = ce n’est pas mon avis.)   160 T : rapporteurs

LES CHAMBÈRIÈRES

British Museum

British Museum

 

*

 

LES CHAMBÈRIÈRES

 

*

 

Cette farce parisienne (elle ne sort pas du Quartier Latin) est égrillarde et anticléricale. Imprimée vers 1550, elle est plus ancienne qu’on ne le dit : beaucoup de pièces du XVe siècle ont été imprimées au XVIe, après un dépoussiérage plus ou moins agressif. Les vers 138 à 150 semblent se référer aux années 1451-1454 : les étudiants parisiens se livrèrent à des émeutes lorsqu’on leur reprit la pierre du Pet-au-diable qu’ils avaient dérobée. La garde tira, un étudiant fut tué. François Villon a connu ces échauffourées sanglantes, qu’il évoque quelques années plus tard dans le Testament : « Je luy donne ma librairie/ Et le Rommant du Pet-au-deable. » Il fait ce legs à Guillaume de Villon, son père adoptif, qui était chapelain de l’église Saint-Benoît-le-Bétourné (nommée au v. 139), rue Saint-Jacques. Dans la même rue se trouvait alors la taverne du Mortier d’or (nommée au v. 150), que Villon cite dans le Laiz : « Item, laisse le Mortier d’or/ À Jehan l’espicier de la Garde. » Le passage 146-155 développe une allusion transparente à la sodomie ; nous savons que les homosexuels – dont on admet aujourd’hui que Villon faisait partie1 – fréquentaient certaines tavernes : pourquoi pas le Mortier d’or ? Enfin, Guillaume et François résidaient au cloître Saint-Benoît, nommé au v. 143. L’auteur pourrait donc être un camarade de Villon, comme le fut probablement l’auteur des Repues franches de maistre Françoys Villon et ses compaignons. En tout cas, l’œuvre ne manque pas de finesse, quoi qu’en disent les puritains.

Les chambrières et les nourrices n’étaient pas réputées pour leur pudeur farouche, comme le soulignent nombre de textes comiques. Il existe par exemple une autre Farce des Chambèrières (F 51) ; et dans le recueil du British Museum, notre pièce est précédée par un croquignolet Débat de la Nourrisse et de la Chambèrière, où l’on trouve aussi un clerc nommé Johannès.

Source : Recueil du British Museum, n° 50.

Structure : Rimes plates.

Cette édition : Cliquer sur Préface.

 

*

 

Farce nouvelle des

 

Chambèrières

 

qui vont à la messe de cinq heures

 

pour avoir de l’eaue béniste

 

*

 

À quatre personnages, c’est assavoir :

    DOMINE JOHANNÈS

    TROUSSETAQUEUE 2

    LA NOURRISSE

    SAUPIQUET 3

 

*

 

                             SAUPICQUET  commence                     SCÈNE  I

            Troussetaqueue, hastons-nous viste !

            Si voulons estre à l’eaue béniste4

            De cinq heures, il nous fault partir.

          TROUSSETAQUEUE

            Saupicquet, pour vous advertir,

5     Enda ! je suis toute lassée5.

          SAUPICQUET

     Pourquoy ?

          TROUSSETAQUEUE

             M’amye, de nuictée

     Ne reposay. Ceste bigote

     (Par sainct Velu !) qui est mon hoste6

     Vouloit faire la renchérie

10    Hier au soir, et par fâcherie

     Ne vouloit point aller coucher

     Avec Monsieur, ne luy toucher ;

     Mais vouloit faire un lict à part.

          SAUPICQUET

     Quant elle se trouve à l’escart,7

15    Par ma foy, elle entend bien jeu.

          TROUSSETAQUEUE

     El(le) disoit qu’elle avoit fait veu

     À madame saincte Nytouche

     De ne coucher (mais, bonne bouche,

     Pour l’amour de son amarry8)

20    Jamais avecques son mary

     Les vendredis et samedys.

          SAUPIQUET

     Il sembloit doncques, à ses ditz,

     Qu’el9 fût tendre du petit ventre.

          TROUSSETAQUEUE

     Je croy, par ma foy, qu’on y entre

25    Assez souvent sans chaussepied.

          SAUPICQUET

     Ma maistresse est femme de pied10 :

     El n’a garde de faire telz veux11.

     Elle en logeroit avant deux

     Que son « logis » ne fust fourny12 !

          TROUSSETAQUEUE

30    Si, est mon maistre bien garny

     De vitailles13 pour un repas.

     Il luy dit : « [Ne] viendrez-vous pas

     [Vous] coucher tost en vostre lieu ? »

     « – Nenny, [car] j’ay promis à Dieu. »

35    Ce disoit ma maistresse. Adonc

     Dist mon maistre : « Je m’en vois donc

     Coucher avec(ques) Troussetaqueue,

     Nostre chambrière. »

          SAUPICQUET

                   Si la queue

     Fust dressée, tu eusses, ce croy,

40    Esté bien fière14 ! Mais, par ta foy,

     [Ne] l’eusses-tu pas bien voulu ?

          TROUSSETAQUEUE

     Pourquoy non ? S’il fust [ad]venu

     Que mon maistre m’eust accollée,

     J’estois maistresse.

          SAUPICQUET

                 À la vollée

45    Se fait15 de bons marchéz, sans doubte.

      Monsieur et Madame j’escoute

     Aucunesfois, quand sont couchéz.

     Ma maistresse dit : « Approchez,

     Mon amy ! Et pour ce matin,

50    N’oubliez pas le picotin16. »

     Et mon maistre respond tousjours :

     « M’amye, nous sommes en décours17 ;

     Attendre fault la plaine lune

     Et le croissant18. »

          TROUSSETAQUEUE

                 C’est la commune

55    Deffaicte. Que fait Saupiquet

     Quand telz motz oyt ?

          SAUPICQUET

                      Je vous prometz,

     M’amye, que, de force de rire,

     Je suis contraincte (à bref vous dire)

     Mordre mes draps à belles dentz !

          LA  NOURRISSE                     SCÈNE  II

60    Je suis venue assez à temps

     Pour aller ensemble à la messe

     De cinq heures.

          TROUSSETAQUEUE

                Puis, nourrisse ? Esse,

     Par ta foy, après desjeuner19 ?

          LA NOURRISSE

     Ma foy, je n’y puis que20 jeusner,

65    Tant ay mal au cueur, au matin.

     Si je ne boy troys doigtz de vin,

     Je ne fais bien de la journée.

          TROUSSETAQUEUE

     Il semble que soyez débiffée21 :

     Vous avez la couleur tant pasle !

          SAUPIQUET

70    Elle sent trop souvent le masle :

     Je croy qu’elle encharge22 d’un filz.

          LA NOURRISSE

     Si, a-il long temps que ne fis

     Bonne chère entre deux tresteaulx23.

          SAUPICQUET

     Tu n’es point orde à tes drapeaulx24,

75    Car tu es souvent remuée…

          TROUSSETAQUEUE

     El(le) veult faire bonne buée25 :

     El(le) manie souvent le pissot26.

          LA NOURRISSE

     Par ma foy ! il seroit bien sot,

     Qui me27 penseroit restouper28.

          TROUSSETAQUEUE

80    [Ne] te sens-tu point dégoustée ?

     Le « morceau » te semble-il amer ?

          LA NOURRISSE

     Je pers le boire et le menger,

     Alors que le mal me presse.

          SAUPICQUET

     Tu semble aux sainctz29 de la parroisse :

85    Tousjours as la « cheville » au trou.

          TROUSSETAQUEUE

     Il ne luy chault pas beaucoup où30,

     Mais qu’el(le) rue31 son coup à l’emblée.

          SAUPIQUET

     Il y aura bonne assemblée32,

     S’elle n’emporte la victoire !

          LA NOURRISSE

90    Il y a un prothenotaire33

     Qui vient souvent à nostre hostel.

     Mais entendez : le cas est tel

     Qu’il baise34 souvent ma maistresse.

     On y songe de la finesse

95    Plus fine que vous ne pensez.

          TROUSSETAQUEUE

     [Et] ne la fait-il point dancer35

     Aucunesfois la basse note ?

          LA NOURRISSE

     Ma foy, m’amye, cela desnote36 :

     Mon maistre est bon37 à appaiser

100   De peu de chose !

          SAUPICQUET

                     Le38 baiser

     De chambrières ou de maistresses,

     C’est un adjournement39 de fesses.

          TROUSSETAQUEUE

     Voire, qui seroit dangereuse40

     Du « bas ».

          SAUPIQUET

             Vous estes bien heureuse,

105   Nourrisse, d’avoir [à bandon]41

     Pain et vin en vostre maison.

          LA NOURRISSE

      Et puis le beau vin de coucher42 :

     Par ma foy ! il n’y a rien cher43,

     Quand le prothenotaire y vient.

         TROUSSETAQUEUE

110   Ma foy, m’amye, à rien ne tient

     Que nostre maison ne soit riche ;

     Mais ma maistresse est si chiche,

     Enda, qu’el(le) me fait bien tirer

     Tout en gros un demy septier

115   Pour elle et mon maistre. Mais mot44 !

     El(le) me fait mettre de l’eaue au pot

     Bien largement, n’en doubtez point,

     Pourtant que Monsieur n’en met point

     En son vin durant le disner.

          SAUPICQUET

120   Nous pourrions [cy] tant séjourner

     Que nous perdrions l’eaue béniste.

          TROUSSETAQUEUE

     La messe n’est pas encor(e) dicte,

     On la sonne de tous costéz.

          LA NOURRISSE

     Où irons-nous ?

          TROUSSETAQUEUE

                Mais, escoutez,

125   Allons à Sainct-Paul45 hardiement.

          SAUPICQUET

     Aller à Sainct-Paul ? Mais comment !

     On dit [qu’]après que le vicaire

     Eut fait tout ce qu’il vouloit faire

     De sa chambrière, il luy mist46 sus

130   Qu’elle a desrobé ses escus !

          LA NOURRISSE

     Montons là-hault47 vers Sainct-Estienne :

     Nous y trouverons quelque moyne

     Qui dira la messe de prime.

          SAUPICQUET

     C’est bien dit ; car comme j’estime,

135   L’aspergès48 d’un moyne, sans doubte,

     Est si bon qu’il n’en jette goutte

     Qu’el(le) ne soit béniste deux fois.

          LA NOURRISSE

     Enda ! je voys aucunesfois49

     À Sainct-Benoist.

          SAUPIQUET

                Ce n’est pas jeu50 !

140   J’entens que les bastons à feu51

     Y ont, cest an, sonné si ferme

     Qu’ilz ont estonné tout le germe

     De toutes mes dames [du Cloistre]52,

     Qui n’a peu proffiter ne croistre

145   En sorte qu(e) ayent peu engrossir.

          TROUSSETAQUEUE

     Je ne prens point trop grand plaisir

     À leurs eaues bénistes : j’entens

     Qu’on y a fait, puis peu de temps,

     Un aspergès, mais assez or[d],

150   Non pas , mais au « mortier d’or53 »…

          LA NOURRISSE

     Comment ?

          [TROUSSETAQUEUE]

             En lieu de verjus,

     J’ay entendu qu’on mist du jus

     D’un clistère au moyne, se dit-on,

            Pour54 l’eaue béniste d’un chappon…

          SAUPICQUET

155   Ilz estoient bien à55 loysir !

          TROUSSETAQUEUE

     Nous avons assez beau choisir56 :

          Nous sommes au plus fort de Paris.

          LA NOURRISSE

           Voicy trop de charivaris,

           Et fusse pour un pèlerin

160   De Romme !

                           TROUSSETAQUEUE

                                 Allons à Sainct-Sév(e)rin :

           Dom(i)ne Johannès57 dit la messe,

           Qui fait si bien que c’est noblesse

           L’aspergès à ses chambrières.

                            SAUPICQUET

           Dea ! je ne croy pas que son père

165   Ne fust du mestier58 comme luy.

                            LA  NOURRISSE

           Ne tençons pas mèshuy icy.

                            TROUSSETAQUEUE

           Nourrisse, vous avez grand haste.

                            SAUPIQUET

           Puis qu’el(le) n’a plus ne pain, ne paste,

           El(le) n’enrage que de bluster59.

                           DOMINE  JOHANNÈS                SCÈNE  III

170   Asperges me, Domine,

           Ys[s]opo, et lavabis me.

           Miserere mei, Deus !60

           Aprochez-vous ! Qui dit « J’en veulx » ?

          Gloria Patri !61 N’en vient-il point ?

                           TROUSSETAQUEUE

175   Nous sommes venues62 bien apoint

           Pour l’eaue béniste recevoir

           Des premières.

                           LA NOURRISSE

                                      J’en veulx avoir

           Devant qu’il y ayt plus grand foulle.

                           SAUPICQUET

           Vostre eaue béniste bien me coulle,

180   Dom(i)ne Johannès : jettez fort !

                           DOMINE   JOHANNÈS

           Mes dames, vous avez grand tort.

                           TROUSSETAQUEUE

           Tu lavabis me hardiement !

                           LA  NOURRISSE

            Dea, dom(i)ne Johannès : et comment !

            La nourrisse n’aura-el(le) rien ?

                           DOMINE  JOHANNÈS

185   Paix là ! je vous fourniray bien.

           Asperges [me]…

                           SAUPICQUET

                                       Deçà63, deçà !

                           DOMINE  JOHANNÈS

           Attendez, chacun en aura,

           Mais je ne puis tout faire ensemble.

           Asperges… Je croy qu’il vous semble

190   Que mon « eaue » fault64 ? Non fait, jamais.

                           SAUPICQUET

           Encores, dom(i)ne Johannès !

           Asperges me hardi[e]ment,

           Et lavabis me [promptement] !

                           TROUSSETAQUEUE

           Jettez plus fort ! Vostre aspergès

195   Est par trop court.

                           DOMINE  JOHANNÈS

                                        Approchez vous près,

           Mon coup ne s’estend pas si loing.

                            SAUPICQUET

           Par ma foy ! j(e) y mettray la main,

           Se ne faictes vostre devoir.

                           TROUSSETAQUEUE

           Cette folle veult tout avoir.

200   Sainct Jehan ! j’en auray comme vous.

                           SAUPICQUET

           Au moins, maniez-le tout doulx :

           Vous y allez moult rudement.

           Si vous romp[i]ez l’instrument

           De [dom(i)ne Johannès]65, dommage

205   Ce seroit.

                           LA  NOURRISSE

                             Et si en auray-je,

           Par la mercy Dieu, [quoy qu’on en ayt]66 !

           Ou je vous happ(e)ray au « collet »67

           Et fussiez-vous dom(i)ne Johannès

           De Sainct-Sév(e)rin !

                           TROUSSETAQUEUE

                                              Vous [le] romp(e)rez :

210   Son vipillon laissez entier68 !

                           SAUPICQUET

            S’el(le) l’avoit en son benoistier69,

           Elle aymeroit plus cher mourir

           Que l’oster, et y deust-il pourrir !

                           DOMINE  JOHANNÈS

           Par ma foy ! [plus] je ne sçaurois

215   Ainsi fournir à toutes trois :

           Plus n’ay d’eaue à mon benoistier70.

                           LA  NOURRISSE

           La nourrisse en a bon mestier71,

           De si petit qu’il en y a72.

                           DOMINE  JOHANNÈS

           Or, taisez-vous ! on vous fera

220   Bien mieulx.

                           TROUSSETAQUEUE

                                 Et quoy ?

                           DOMINE  JOHANNÈS

                                                    Vous vous en yrez ;

           Et puis dimenche reviendrez,

           Et je y fourniray (mais qu’on vueille

           Escouter un peu à l’oreille)

           À chascune d’un vipillon.

                           TROUSSETAQUEUE

225   Que j’en aye bon eschantillon !

                           DOMINE  JOHANNÈS

           Du meilleur endroit de la beste

           Qui s’enfle au pot73

                           SAUPIQUET

                                               Pour ceste feste,

            Je me passeray74 bien au vostre,

           Dom(i)ne Johannès.

                           LA  NOURRISSE

                                                 Que le nostre

230   Soit bon et gros, [n’y faillez point] !

                          DOMINE  JOHANNÈS

           [Assez] pour tenir à plain poing.

                           SAUPICQUET

           [Il seroit bien gros, par ma foy,]75

            Si elle en faisoit à deux fois !

                           LA  NOURRISSE

             Quelle vïande ce seroit,

235   Pour bien renouveller le laict

            Des nourrisses, […… -née] !

                           TROUSSETAQUEUE

         Elle emprunte sur [la fournée]76

         Souvent un pain pour son repas.

                           LA  NOURRISSE

         Je vous prie, ne faillez donc pas.

                           DOMINE  JOHANNÈS

240   Ne vous souciez, croyez-moy.

         Allez-vous-en chascun par soy.

                           SAUPICQUET

         Nourrisse, vous estes caulte77

         En pourchatz.

                           LA  NOURRISSE 78

                                      Mais qu’il n’y ayt faulte,

         Car a[près] vous nous attendrons !

                           DOMINE  JOHANNÈS

245   Allez-vous-en en voz maisons

           Veoir si l’endouille est [jà] rostie79 !

           Je m’en vois d’une autre partie.

            Prou vous face80 la compagnie !

 

                                              FIN

 

 *

 

1 Pierre Guiraud : Le Jargon de Villon ou le gai savoir de la Coquille. Christine Martineau-Génieys : L’Homosexualité dans le Lais et le Testament de François Villon. Yvan Lepage : François Villon et l’homosexualité. Thierry Martin : Ballades en argot homosexuel de Villon, etc.   2 Voir la Farce des Queues troussées (F 6).   3 Sauce piquante ; mais aussi : mauvais tour. En argot : casseur de coffres. « Saupicqués frouans des gours arques. » (Villon, Ballade en jargon n° 4.) Dans la farce, il s’agit d’une chambrière.   4 La messe de prime (vers 133), la première de la journée, était dite à 5 heures du matin. Dans notre farce, l’eau bénite désigne le sperme : « Cette eau bénite dont le père Jérôme t’arrosa un jour la gorge. » Dom Bougre.   5 BM : fresche  (Montaiglon <cf. note 7> : « Le mal qu’elle a est qu’elle est fort lassée :/Huyct jour [y] a qu’elle ne s’est point couchée. ») Enda est un juron féminin : vers 113, 138.   6 Qui m’héberge chez elle : autrement dit, ma patronne. Saint Velu est le héros priapique d’un sermon joyeux (Koopmans, Recueil de Sermons joyeux, Droz, 1988, n° 29).   7 Le Caquet des bonnes chambèrières  (Montaiglon, Recueil de Poésies françoises, V, p.79-80) reprend les vers 7-27, 46-50, 57-59, et 90-97 de notre farce. Il donne ici : Quoy qu’elle en voulsist pour sa part/ Deux piedz voire, pour tout le moin,/ Plustost aujourd’huy que demain.   8 Au profit de son soupirant. BM intervertit les vers 19 et 20, que je rétablis d’après Montaiglon.   9 BM : Quil – Montaiglon : Qu’elle  (Il y avait des femmes tendres du bas <T 23>, et des femmes tendres du cul <BM 10>.)   10 A les pieds sur terre.   11 Des vœux à sainte Nitouche (vers 16-17).   12 Elle en engloutirait deux avant que son vagin ne soit plein.   13 De victuailles, c’est-à-dire de vit. D’où la locution : « Être bien envitaillé. »   14 Si tu l’avais refusée.   15 Il se fait.   16 Ma ration de sperme. Cf. le Jeu du Prince des Sotz, note 7.   17 Déclin, débandade.   18 La croissance, l’érection.   19 As-tu déjà déjeuné ? Les nourrices étaient des goinfres et des ivrognes.   20 BM : plus   21 En mauvais état.   22 Qu’elle est enceinte. On reprochait aux nourrices leurs mœurs dépravées : « Nous aymons mieulx (respond une nourrice)/ Ung pié d’andouille entre les deux jambons. » Parnasse satyrique.   23 Les tables étaient des planches posées sur deux tréteaux.   24 Ton linge ne risque pas d’être poussiéreux.   25 Lessive.   26 Le robinet du cuvier à linge, et celui de l’homme.   27 BM : te   28 BM : rescourre  (Retouper = boucher un trou, une vulve : « Mais n’oubliez pas vostre broche:/ Tousjours avons un fer qui loche/ Ou quelque trou à restoupper. » Les Femmes qui font escurer leurs chaulderons.) La rime restouper/dégoustée est irrégulière, mais pensez/dancer aussi, à 95.   29 Aux icônes suspendues à une cheville.   30 Dans quel trou. V. le vers 150.   31 Tire.   32 C’est qu’il y aura vraiment beaucoup d’hommes.   33 Un protonotaire, un secrétaire pontifical.   34 Embrasse.   35 Montaiglon donne ici : « Il luy faict dancer une dance,/ Combien qu’il ne soit ménestrier ;/ Il la chevauche sans estrier,/ Sans avoir esperon ne botte,/ Le trihory en basse notte. »   36 Démontre que.   37 Facile.   38 BM : De   39 Une promesse.   40 Pour une femme qui serait exigeante.   41 BM : habandon  (à bandon = à discrétion.)   42 « On appelle Vin de coucher un verre de vin, ou une petite collation qu’on présente à ceux qui se mettent au lit. » Furetière.   43 Rien n’est trop cher.   44 Chut ! Ne dites mot !   45 L’ancienne église Saint-Paul-des-Champs, sise dans le Marais, est trop loin. J’opterais plutôt pour l’ex-église Saint-Côme. Le vers 126 deviendrait : Aller à Sainct-Cosme ? Et ! comment ?   46 BM : met  (Mettre sus = mettre sur le dos de quelqu’un, accuser.)   47 L’ancienne église Saint-Étienne-du-Mont trônait au sommet de la montagne Sainte-Geneviève.   48 Le goupillon, avec un sens phallique. « Car oncques ne luy atouchay [je ne l’ai touchée]./ –L’aspergès si fut esmouché ? » Mistère d’une jeune fille.   49 Je vais parfois. L’Église Saint-Benoît-le-Bétourné [le mal tourné, parce qu’elle était orientée à l’ouest] fut victime du vandalisme d’Haussmann, comme tant d’autres merveilles du Moyen Âge que le vandalisme révolutionnaire avait épargnées.   50 Ce n’est pas sans danger.   51 Les armes à feu, dont le bruit a fait avorter des religieuses enceintes. V. ma notice.   52 BM : des carmes  (Des bénédictines fréquentaient les chanoines du cloître Saint-Benoît.)   53 Non par-devant, mais par-derrière. Le mortier avait un sens libre : « L’outil de mariage…. après avoir bien pilé en son mortier, il crache dedans. » (Béroalde de Verville.)  L’or, avec un jeu de mots sur ord [sale], désignait les excréments : « L’or de touche est au cul des foiratiers. » (Molinet.)  Dans sa traduction des Poèmes homosexuels de Villon <GKC, 2007, p.23, note 2>, Thierry Martin voit dans ce mortier d’or une allusion à la sodomie.   54 À la place de. Le chapon [coq châtré] est un homme efféminé.   55 BM : a de  (Être bien à loisir = ne pas s’en faire : « J’estois bien à loisir quand j’escrivois cecy. » Brantôme.)   56 Choix, en matière d’églises.   57 Faut-il identifier le paillard Johannès au cardinal Guillaume d’Estouteville, chanoine de l’église Saint-Séverin et père d’au moins cinq enfants ? Dans le Laiz et dans le Testament, Villon parlera de son cousin, Robert d’Estouteville, prévôt de Paris.   58 Ait été un aussi bon prêtre que son fils. En effet, le père de Guillaume exerçait la sinécure de grand bouteiller de France.   59 Tamiser la farine ; et coïter : « En cas que autant de foys je ne belute ma femme future la première nuyct de mes nopces. » Rabelais, Tiers Livre, 11. Il manque un vers en -ter.   60 « Tu m’aspergeras, Seigneur, avec de l’hysope, et tu me laveras. Aie pitié de moi, mon Dieu ! » L’hysope est une plante aphrodisiaque : v. note 92.   61 Gloire au Père ! Au grand bouteiller de France ?   62 BM : venus  (Rappelons que nous avons affaire à trois comédiens travestis en femmes. Les vers 187 et 241 portent chacun au lieu de chacune.)   63 Par ici !   64 Fait défaut, manque. Sa vantardise est digne de Panurge : « Me avez-vous trouvé en la confrairie des faultiers [impuissants] ? Jamais, jamais, au grand fin jamais ! » Tiers Livre, 11.   65 BM : messire Jehan quel  (Confusion avec un des nombreux curés farcesques baptisés « messire Jehan » : cf. le Testament Pathelin.)   66 BM : qui que en die  (Quoi qu’on en pense. « Ici, quoi qu’on en ait, les gens ont la manie/ De vous trouver toujours nouvelle compagnie. » Dalban.)   67 Au pénis. « Ce collet qui va en roidissant. » La Fluste à Robin.   68 BM : entrer  (Vipillon = goupillon = phallus : « Laissez les nonnains se donner du goupillon à l’opposite des reins. » Béroalde de Verville.)   69 Ici, le bénitier désigne le sexe de la femme. (Guiraud, Dictionnaire érotique.)   70 Ici, ce mot désigne les testicules. « Au chevet du lit, pour tous jeux,/ Pend un benoistier qui est gourd [lourd],/ Avec un aspergès joyeulx/ Tout plain d’eaue benoiste de Court. » Coquillart.   71 Besoin.   72 Si peu qu’il y en ait.   73 Au vagin. « Glissez-vous au fin fonds du creux ;/ Or fouillez bien au fond du pot. » Joyeusetéz, XIII.   74 Je me contenterai.   75 BM : Par ma foy il seroit bien gros  (La rime foy/fois présente la même irrégularité que Saupiquet/prometz, ou chambrières/père.)   76 BM : lautre cuisse  (Emprunter un pain sur la fournée = faire l’amour avant le mariage. « Les filles donnent tant de privauté aux jeunes gens, que bien souvent ils empruntent un pain sur la fournée. » Caquets de l’accouchée.   77 Cauteleuse, rusée.   78 Elle s’adresse à Johannès.   79 Allez voir ailleurs si j’y suis ! Mais l’andouille est un cliché de la littérature érotique : cf. le Sermon de l’endouille (Koopmans, n° 7).   80 Grand bien vous fasse. Cet ultime vers a été ajouté.