Archives de Tag: Saint Vuandrille

LE TROCHEUR DE MARIS

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

LE  TROCHEUR  DE  MARIS

*

 

La farce rouennaise du Troqueur de maris fut composée vers 1540. Elle n’a guère inspiré les éditeurs modernes, et on se contentait jusqu’ici d’une édition de 18371. Plus courageuse que les médiévistes français, mon amie Jody Enders, de l’Université de Californie, vient d’en inclure une réjouissante adaptation dans son nouveau recueil de farces françaises : Holy Deadlock and further ribaldries. University of Pennsylvania Press, Philadelphia, 2017, pp. 318-339.

Source : Manuscrit La Vallière, nº 60.

Structure : Rimes plates, avec 2 triolets. Comme dans toutes les pièces qui circulent longtemps, le texte original a souffert, et de nombreux vers d’acteurs ont été ajoutés. Les innombrables redites prouvent que l’auteur a œuvré en très peu de temps ; il a d’ailleurs collé à la fin le congé standard, qui concluait notamment Sœur Fessue et l’Avantureulx.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

Farce  nouvelle  du

Trocheur  de  maris

 

*

 

À quatre personnaiges, c’est asçavoir :

       LE TROCHEUR DE MARIS

       LA PREMYÈRE FEMME

       LA DEUXIESME FEMME

       LA TROISIÈME FEMME

*

 

                             LE  TROCHEUR  commence          SCÈNE  I

         Qui vouldra2 sçavoir mon métier,

         Je suys trocheur prompt et habille,

         Nouveau venu en ce quartier.

         Qui vouldra sçavoir mon métier,

5   Mon « engin » est sain et entier3.

         Ma science n’est poinct labille4.

         Qui vouldra sçavoir mon métier,

         Je suys trocheur promp[t] et habille.

         Ne parlez plus de la Dandrille5,

10  Du Flagollet de sainct Vuandrille6,

         De Génin7 qui de toult se melle,

         De l’Aysné de Caulx qui se melle

         D’aprendre à faire des enfans8,

         Ny des Clers9 subtis et sçavans :

15  Car je suys un homme parfaict,

         Autant par dict comme par faict.

         Je faictz changer, je faictz trocher

         (Et sy, ne couste poinct trop cher)

         Un mary fol et sotouart10

20  En un mary frisque11 et gaillart,

         Un mary testu et génin12

         À un mary doulx et bénin,

         Un mary sot et mal-à-dextre13

         À un mary bon à congnoistre14,

25  Un mary mal endoctriné

         À un mary bien afiné,

         Un mary yvrongne ou lourdoys

         À un bon mary toutefoys.

         Et pourtant que15 je le puys faire,

30  Femmes ont de moy bien afaire

         En ce pays, comme j’entens !

         Par quoy, icy je les atens

         Pour aléger leur(s) fantasie16.

           LA  PREMYÈRE  COMMÈRE            SCÈNE  II

         [Vous soyez la trèsbien venue !17

           LA  DEUXIESME  COMMÈRE

35  Ma commère, Dieu vous bénye !

           LA  TROISIÈME  COMMÈRE

         Je vous ay presque descongnue.

                               LA  PREMYÈRE 18

         Vous soyez la trèsbien venue !

           LA   TROISIÈME

         Quant en ce poinct je vous ay veue,

         ……………………………… -ye.

           LA   PREMYÈRE

         Vous soyez la trèsbien venue !

           LA  DEUXIESME

40  Ma commère, Dieu vous bénye,]

         Car vous venez [cy] bien apoinct.

           LA  [PREMYÈRE]

         A ! vous ne sçavez qui me poinct19,

         Ma sceur, ma mye.

                                LA   [DEUXIESME]

                                              Y peult bien estre20.

           LA  [PREMYÈRE]

         J’ey un mary le plus sousdaistre21,

45  Le plus fol, le plus obstiné

         Qui fust jamais au monde né,

         Le plus cruel, le plus despict22.

         En luy, n’a beau faict ne beau dict.

           LA  [DEUXIESME]

         Et ! j’en ay un le plus mauldict.

50  Vray est qu’il est de bon esprit23

         Et sy je mens, Dieu me confonde !

         C’est le pire de tout le Monde,

         Le plus fier qui soyt sur [la] Terre.

           LA  [TROISIÈME]

         Et [moy] j’en ay un, par sainct Pierre,

55  À qui y ne souvyent de rien.

         Y ne mect son cœur qu’à son bien.

         C’est un balourt tout burelustre24.

           LA  [PREMYÈRE]

         Par sainct Jehan ! le myen, c’est un rustre

         Qui entretient une commère.

60  Encor, s’elle estoyt fresche ou clère25,

         Et qu’il luy fist bon ordinaire,

         J’éroys un peu de pacience.

           LA  [DEUXIESME]

         Le myen est plain d’impacience,

         Je dy vray, sur ma consience !

65  Un obstiné, un mal-aultru.

         C’est [un homme]26 le plus testu :

         Y ne vault pas un tout seul lyard27.

           LA  [TROISIÈME]

         Et le myen n’est que trop gaillard,

         Eust-il le col en une hard,28

70  Et trop franq à baiser29 ou joindre.

           LA  DEUXIESME

         Vous avez tort de vous en plaindre.

           LA  TROISIÈME

         Non ay.

           LA  PREMYÈRE

                          Sy avez.

           LA  [TROISIÈME]

                                              A ! ma commère,

         C’est un homme qui trop s’ingère

         À faire [leur désir]30 aulx femmes :

75  Voulentiers faict plaisir aulx dames ;

         Tousjours est emprès ou dessus.

           LA   [DEUXIESME]

         Et vous en plaignez-vous ? Jésus !

           LA  [TROISIÈME]

         Ouy, ma commère.

           LA   [DEUXIESME]

                                               Vous avez tort.

         Le myen, c’est un grand villain tort31,

80  Le plus salle et le plus ort

         Lâche-amanché32, un viel cabas ;

         Tant, qu’i fauldroict bien un vindas33,

         Durant la nuict, à le lever.

         Tousjours ne cesse de rêver,

85  De cresteler et ragacer34.

           LA  [PREMYÈRE]

         Y vous le fault donques trocher.

           LA   [DEUXIESME]

         Sy je danse en unne feste,

         Qui est une chose honneste,

         Il en aura mal à la teste

90  Et puys me vient bastre ou tencer.

           LA  PREMYÈRE

         Y vous le fault donques trocher.

           LA  DEUXIESME

         Et ! nous qui sommes sy mygnardes,

         Nous fault-il pas estre bragardes35

         Pour nos maris bien contenter ?

           LA  [PREMYÈRE]

95  Y nous les fault donques trocher.

           LA  [TROISIÈME]

         Sy je voys36 à Bonnes-Nouvelles,

         Y me plaindra [mes] deux chandelles.

         Cela ne couste pas trop cher.37

         Y ne fera que rechiner38.

           LA  [PREMYÈRE]

100  Y nous les fault tous III trocher.

           LA  [DEUXIESME]

         [Moy,] sy je voys à Bonsecours39,

         Il envoye après moy le cours40

         Un garçon ou une chamb(e)rierre ;

         Et semble que j’aille, en dèrierre41,

105  En quelque lieu me resjouyr.

         Où ? Je n’en ay nul souvenir.

         Cela m’est bien fort à passer42.

           LA   [TROISIÈME]

         Y nous les fault tous troys trocher.

           LA  [PREMYÈRE]

         Hélas ! sy je suys à malaise43,

110  Le myen s’en rist et est bien aise,

         Et ne tient nul conte de moy.

         Je vous jure et promais ma foy :

         Y vouldroict que je fusse morte,

         Pour avoir unne huguenote44,

115  Soyt-elle layde, belle et orde.

         Ma vye me fera abréger.

           LA  TROISIÈME

         Y nous les fault tous III trocher.

           LA   [DEUXIESME]

         Et ! quant je suys auprès du myen,

         [Onc] il ne parle, il ne dict rien ;

120  « Je suys là », [dy-je,] ou je soupire,

         Et ne me veult pas un mot dire.

         Suys-je pas en grand martire ?

         Moy, je ne demand que soullas45,

         En l’acollant de mes deulx bras ;

125  Mais il ne faict que rioter46.

           LA   [PREMYÈRE]

         Y nous les fault tous troys trocher.

           LA  TROISIÈME

         Par quel moyen ?

           LA  PREMYÈRE

                                           J’ey entendu

         C’un trocheur sage et entendu47

         Est arivé en ces quartiers,

130  Qui nous trochera voulontiers

         Nos troys maris trop nonchalans

         À troys aultres gentis, gallans,

         Gorgias & esperlucas48.

           LE  TROCHEUR 49         SCÈNE  III

         Je croy que j’ay bien vostre cas,

135  Car j’en ay [là] de toutes sortes.

         Dictes-moy50, que je vous en sortes,

         Sy vous plaist, à vostre apétit.

           LA  [TROISIÈME]

         Je vousisse51 un mary petit,

         Qui fût gentil, honneste et sage,

140  Qui gardît bien son mariage,

         Qui n’ayt Thomyne ne Lucette52

         À maintenyr, et qu’il m’achette

         [Choses bonnes, comme]53 liqueur

         Pour mectre auprès de mon cœur,

145  Soyt de relevée54 ou de matin ;

         Et aussy avoir de bon vin,

         Pain [blanc], cher55, vergus et vin-aigre.

           LA   [DEUXIESME]

         Et j’en veulx un qui soyt alaigre,

         Libéral, pront, franc du collier,

150  Et qui ne se face poinct prier

         Quant ce viendra à la « besongne » ;

         Et que sans dire mot, y m’enpongne

         Entre deulx dras56 sans faire noyse.

           LA   PREMYÈRE

         Et moy qui suys bonne galloyse,

155  Refaicte comme une bourgoyse,

         Je ne [vous] demande aultre chose

         Synon un mary (dire n’ose)

         Qui soyt de volonté françoyse57.

           LE  TROCHEUR

         Or bien, ma dame, sans faire noyse,

160  Je vous entens : pour abréger,

         Vous demandez un « cul léger »58,

         Un verd gallant bien ataché59

         Et qui ne soyt lâche amanché,

         Quant la derrée60 sy le vault.

           LA  DEUXIESME

165  Avez-vous [bien] ce qu’il me fault ?61

           LE  TROCHEUR

         Ouy ma dame.

           LA  TROISIÈME

                    Çà, çà, montrez !

           LE  TROCHEUR

                                                    V’en là62 un frisque.

           LA  PREMYÈRE

         C’est un pestilleur de morisque63,

         Un jolyet, un beau pigné64 !

         Et qui deable l’a égr[a]tiné ?

170  Il a le nes mengé de mites65.

           LE  TROCHEUR

         Sa66 vostre grâce, mes deulx hermytes

         Le trouvèrent en un tesnyer67,

         Au coupeau d’un petit grenyer68,

         Qui l’abillèrent en ce poinct69.

           LA  DEUXIESME

175  Par ma foy, y ne me duict poinct.

         Ostez, ce n’est c’un loquebault70 !

           LE  TROCHEUR

         Escoute[z], Dame, y n’est poinct ribault ;

         Et [s’il ajustoit]71 son pourpoinct…

           LA  TROISIÈME

         [Par] ma foy, y ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

180  Vésensy72 un sobre de bouche,

         Et n’est ne fier ne farouche,

         Qui baillera souldain la « touche

         D’Alemant73 » au gentil maujoinct74.

           LA   PREMYÈRE

         Par ma foy, il ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

185  Vensy75 un honneste et gaillard.

         Y n’est ne putier ne paillard.

         Et sy, est juste à son pourpoinct76.

           LA  DEUXIESME

         [Par] ma foy, il ne me duict poinct,

         Et il a le cul tout rompu.

           LE  TROCHEUR

190  Vésensy un tout jolletru77,

         Et qui est ferme contre l’escu78 :

         Et sy, il ne faillyra poinct.

           LA  TROISIÈME

         [Par] ma foy, il ne me duict poinct.

           LE  TROCHEUR

         Tenez cy79 un homme de guerre,

195  Lequel [on] ne tient poinct [en] serre80 :

         Le cul luy pique81 et sy luy poinct !

           LA   DEUXIESME

         Par ma foy, [il ne me duict]82 poinct.

           LE  TROCHEUR

         En voulez-vous un vertueulx ?

         Il en fera autant que deulx.

200  Et sy, fera à vostre apoinct83.

           LA  TROISIÈME

         Par ma foy, [il ne me duict] poinct.

           LE  TROCHEUR

         Voulez-vous un musicien,

         Tant soyt-il viel ou antien ?

         Ou quelque donneur d[e g]ambades84 ?

205  Ou quelque forgeur de salades85 ?

         Un serurier, ou bonnetier ?

         Un drapier, ou un estaymier86 ?

         Un boulenger, un chaussetier ?

         Un masson, ou un cherpentier ?

210  Prenez-en un à vostre apoinct.

           LA  PREMYÈRE

         De tout cela je ne veulx poinct,

         Car je n’en veulx poinct de mestier87.

           LE  TROCHEUR

         Je ne vous séroys rien trocher88 ;

         Je n’ay donc rien qui vous soyt propre89.

215  Quelque mary(s) que je vous offre,

         Rien ne vous duict. Pour abréger,

         Alez en90 aultre lieu changer :

         On ne peult trocher mariage.

           LA  PREMYÈRE

         Il est certain, nous sommes d’âge

220  Que nous ne debvons poinct changer ;

         Il est certain, pour abréger.

           LA  DEUXIESME

         On ne doibt croire un estranger.

         Y n’amende poinct91 de changer.

           LA  TROISIÈME

         Chascun se deust de nous railler.

225  Y n’amende poinct de changer.

         En prenant congé de ce lieu,

         Une chanson pour dire « à Dieu » !

 

                  FINIS

*

 

1 Recueil de farces, moralités et sermons joyeux, publiés d’après le manuscrit de la Bibliothèque royale par Antoine Le Roux de Lincy et Francisque Michel. Ces deux érudits n’avaient pas lu Rabelais, puisqu’au vers 183, arguant que le copiste du ms. emploie la même graphie pour le « n » et pour le « u », ils transcrivent « manjoinct » au lieu de « maujoinct ». (Pour la même raison, dans leur recueil, ils ont rebaptisé « sœur Fesne » la sœur Fesue chère à Rabelais.)   2 Si on veut.   3 Non châtré, comme un cheval entier. Pour le double sens d’engin, cf. Raoullet Ployart, vers 92.   4 Labile, fragile.   5 La couille. « Et l’empoigna par ses dandrilles, car les Cordeliers sont cours-vestuz. » (Bonaventure Des Périers.) Nous avons là une énumération d’œuvres dramatiques normandes. Les deux premières sont perdues. Le troqueur sous-entend que la farce dont il est le héros vaut mieux que toutes les autres.   6 Fondateur de l’abbaye de Fontenelle (aujourd’hui Saint-Wandrille), près de Rouen. Flageolet [flûte] = pénis : « Un conseiller plein de cautelle [ruse],/ Fourny d’engin comme un mulet,/ Pour séduire une damoiselle/ Monstroit de loin son flageolet. » Cabinet satyrique.   7 Diminutif de Jean. « C’est Gennin qui de tout se melle. » (La Mère de ville, LV 28) « Je ne suis pas tel bourdeur, non,/ Que Jennin qui de tout se mesle. » (Montaiglon, XI.) Cette farce nous est parvenue sous le titre Jehan qui de tout se mesle (Revue du XVIe siècle, XI, 1924, pp. 131-140).   8 La farce des Batars de Caulx (LV 48) se trouve dans le même manuscrit que la nôtre, et elle est peut-être du même auteur. « L’aîné, qui est Henry » donne un cours d’éducation sexuelle à sa jeune sœur : « Tu bouteras tous les coups/ Deulx culz avec quatre genoulx,/ Après que seras maryée. »   9 Peut-être les trois « petits clercs » de la sottie des Esbahis (F 3).   10 Sot. Cf. le Povre Jouhan, vers 6. Naturellement, Le Roux de Lincy et F. Michel ont transcrit « sotonart ».   11 Fringant. Idem vers 166.   12 Stupide.   13 LV : male a dextre  (Maladroit.)   14 À connaître charnellement.   15 Parce que.   16 Leur mélancolie.   17 Ce triolet <vers 34-40>, qui annonce comme d’habitude un changement de scène, est en désordre dans le manuscrit. Je l’ai remis d’aplomb.   18 LV abrège les noms dans les rubriques : la p c, la ii c, et la iii c. Je ne le suivrai pas, d’autant que la distribution parle de femmes et non de commères. En outre, LV se livre une fois de plus <cf. le Monde qu’on faict paistre, note 11> à un numérotage mécanique des personnages (1ère, 2ème, 3ème) qui ne tient jamais compte des caractères et de l’action. LA PREMIÈRE COMMÈRE se plaint d’avoir épousé un rustre qui entretient une maîtresse ; LA DEUXIÈME COMMÈRE a épousé un tyran domestique, impuissant ; LA TROISIÈME COMMÈRE a épousé un avare doublé d’un obsédé sexuel. Jody Enders a donné des noms aux trois femmes, ce qui facilite la lecture.   19 Ce qui me chagrine.   20 Peut-être que si.   21 Soudard, mufle. « Alez, sousdextre !/ Comment ? Esse à vous à congnoistre/ Que c’est que du féminin genre ? » Farce des Troys Brus (LV 37).   22 Malfaisant. « Conduicte par gens cruelz, despitz. » Godefroy.   23 De bon vouloir (ironique).   24 LV : butelutre  (Burelustre = fou. « Sotz bons rustres,/ Sotz lourdaux et sots burelustres. » Monologue des Nouveaulx Sotz.)   25 « Une commère,/ Laquelle sera fresche et clère. » Les Batars de Caulx (v. note 8).   26 LV : lhomme  (Même construction qu’au vers 44.)   27 Il ne vaut pas un sou.   28 Quand bien même il aurait la corde au cou.   29 LV : baisser  (Trop prompt à me baiser et à me faire l’amour.) Le verbe baiser avait le même sens qu’aujourd’hui, bien que les commentateurs du Malade imaginaire veuillent faire croire que Thomas Diafoirus, quand il dit « Baiseray-je ? », songe seulement à embrasser la main de sa promise. « Baiser en toutes postures. » (Maynard, Priapées.) « Cinq ou six fois je l’ay baisée. » (Chansons folastres.) « Vous avez baisé la vieille ? » (Donneau de Visé.)  Le verbe joindre avait un sens identique : « Tenir sa dame/ Et sy bien joindre, par mon âme,/ Qu’on luy face tourner les yeulx. » (Parnasse satyrique.)   30 LV : plaisir  (Trop court, et plus justifié au vers suivant.)  Faire leur désir = leur passer tous leurs désirs.   31 Tordu, débandé. « [Elles] ayment mieux le droit que le tort. » (La Fluste à Robin.) Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 363.   32 Mou du manche, impuissant. (Idem vers 163.) C’est un personnage de Pates-ouaintes, note 15.   33 Un guindas, un treuil pour « bander » une arbalète.   34 De délirer, de crier comme une poule, et de rouspéter.   35 Élégantes.   36 Si je vais brûler des cierges. L’église Bonne-Nouvelle, à Rouen, sera quasiment détruite en 1562 par les protestants. Le prieuré dont elle faisait partie hébergeait l’illustre Abbaye des Conards de Rouen, une confrérie joyeuse qui exploitait un vaste répertoire de farces et de sotties ; le ms. La Vallière en contient plusieurs.   37 Réfection du vers 18.   38 Rechigner, montrer les dents.   39 LV : bansecours  (L’ancienne église de Bonsecours, à Rouen.)   40 Il envoie courir après moi.   41 Derrière son dos.   42 Difficile à supporter.   43 Si je suis malade. Jody Enders traduit : When it’s my time of the month. [Quand j’ai mes règles.]   44 La rime originale était en -orte. Le vocable « huguenot », qui n’était pas usité à l’époque où la pièce fut écrite, est typique des rajeunissements auxquels se livraient les copistes et les imprimeurs au gré de l’actualité : le ms. La Vallière fut copié vers 1575 en Normandie, où sévissaient alors les guerres de Religion (voir la note 36).   45 Du plaisir.   46 Quereller.   47 Compréhensif.   48 Élégants et coquets.   49 Les femmes s’étant rapprochées, il a entendu la fin de leur conversation. Au-dessus du v. 134, LV ajoute : ma dame   50 Dites-moi comment vous le voulez.   51 LV : vousise  (Je voudrais.)  Au-dessus de ce vers, LV ajoute : mon amy trocheur   52 Qui n’ait pas de maîtresses à entretenir.   53 LV : chosses de bonnes  (Liqueur = cordial, vin pharmaceutique destiné à soutenir le cœur.)   54 L’après-midi. Cf. Colin, filz de Thévot, vers 30.   55 Chair = viande. Verjus = jus de raisin vert utilisé comme le vinaigre. Le pain blanc était réservé aux riches.   56 Cf. le Povre Jouhan, vers 146.   57 « Likely a synonym for the sex act, as expertly practiced by the French, of course. » (Jody Enders.) De fait, l’adjectif « français » était devenu synonyme d’amoureux, d’érotique. Par exemple, la compagnie française désignait une maîtresse ou un amant : « Il luy donnoit de bon vin, et le fournissoit quelquefoys de compagnie françoyse. » (Des Périers.) Le baiser à la française qualifiait le french kiss : « Lui voulant sauter au col pour la baiser à la françoise. » (Recueil des plaisantes nouvelles, 1555.)   58 Un amant vigoureux.   59 Dont les attributs sont solidement attachés.   60 La denrée, la marchandise féminine.   61 LV ajoute dessous : trocheur   62 Vois-en là, en voilà. Le jeu de scène consiste à montrer des hommes qui font partie du public : ce gag toujours apprécié permet aux comédiens de mettre les rieurs de leur côté. Voir par exemple les Rapporteurs, vers 41 à 60.   63 Un danseur portant des « habis de drap de soye de pluiseurs coulleurs, propices à danser la morisque ». Bien entendu, elle plaisante : c’est un clochard déguenillé.   64 Un mignon bien peigné.   65 Des rats lui ont rongé le nez (note 68).   66 Sauf. Avec votre permission.   67 Une tanière, un abri de fortune.   68 Au sommet d’un silo à grains. Cf. le Faulconnier de ville, vers 443. Ces « graniers » étaient envahis par les rats, qui avaient la réputation de ronger le nez des dormeurs. Je possède un Libelle contre les meusniers, contemporain de notre farce : « Ces raz/ Qu’ilz laissent courre en leurs guarniers/ Puissent-ilz, de nuict, aux meusniers/ Venir roigner nez et oreilles ! »   69 Les ermites étant eux-mêmes couverts de haillons, ils ne l’ont pas vêtu luxueusement.   70 Un loqueteux.   71 LV : sy est iuste a  (Le copiste a anticipé le vers 187.)   72 Voyez-en ici, en voici. Idem à 190.   73 Les escrimeurs germaniques avaient mis au point le meisterhau [maître coup], qui consistait à porter une touche en cours de parade et non en fin. Dans le langage érotique, touche = coup. (Frère Guillebert, vers 517.)   74 Le mal joint, le sexe de la femme. « Qu’à ce meschant, vilain et ort,/ [Elle] eust abandonné son maujoinct. » (Le Poulier à sis personnages, LV 27.) L’aîné des Batars de Caulx (v. note 8) veut que sa sœur se rase le maujoint, comme leur mère se le rasait.   75 Vois-en ici, en voici.   76 Il est tellement gros qu’il y entre juste. D’ailleurs, l’arrière de ses chausses a craqué (vers 189).   77 Jeune galant.   78 L’écu [le bouclier sur lequel on frappe] désigne le sexe de la femme : « Pource qu’elle avoit trouvée la lance de son champion si grosse, ne luy avoit osé bailler l’escu, doubtant qu’il ne la tuast. » (Cent Nouvelles nouvelles.) Les spectateurs pouvaient entendre « les culs ».   79 LV : voycy   80 Qu’on ne peut pas retenir, tant il est fougueux. « Conseillez-nous que nous ferons/ Pour les tenir tousjours en serre. » Les Femmes qui font acroire à leurs maris de vécies que ce sont lanternes, F 15.   81 Lui démange (de s’agiter). C’est donc un « cul léger » comme on en réclamait au vers 162.   82 LV : ie nen veulx  (Ce refrain resurgit aux vers 176, 180, 185, 189, 194, et avec la même faute à 201.)   83 Pour votre profit.   84 On hésite entre « donneur d’aubades » [chanteur], et « faiseur de gambades » [danseur].   85 De casques.   86 Un étameur, un orfèvre.   87 Je ne veux pas d’artisan.   88 Je ne saurais rien vous fournir.   89 Propice.   90 LV : les   91 Il n’est pas avantageux. Effectivement, les Femmes qui font refondre leurs maris (BM 6) se mordent les doigts d’avoir troqué leur vieil époux débonnaire contre un jeune qui les bat.

 

Publicités