Archives de Catégorie: Moyen français

SERRE-PORTE

British Library

British Library

*

SERRE – PORTE

*

.

Cette farce parisienne remonte sans doute à la fin du XVe siècle. Un des personnages a pour nom Fin-verjus. Vers 1458, Triboulet, le bouffon de René d’Anjou, composa les Vigilles Triboullet1 ; cette sottie énumère plusieurs pièces antérieures, dont l’une s’intitule Fin-verjus. Mais il ne s’agit pas forcément de la nôtre : ce nom synonyme de roublard fut donné à d’autres fripouilles. Par exemple, en 1525, Ung Gentil homme et son page nous informe que « Fin-verjus de Beauvais » a fini pendu.

L’infrastructure des lieux dénote que cette farce fut jouée au cours d’un Mystère : l’auteur profitait alors de décors beaucoup plus évolués qu’un simple podium nanti d’un rideau de fond. Voir par exemple la farce du Munyer, qui fut incluse dans le Mystère de St Martin, et qui bénéficia de son décor représentant l’Enfer.

Sources : Recueil de Florence, n° 33. On intitule généralement cette farce le Savetier, le Moine, la Femme et le Portier. Cependant, le titre Serre-porte apparaît sous le bois gravé. Jelle Koopmans2 la nomme Serre Porte [& Fin Verjus].

Structure : Rimes plates, avec 3 sixains pentasyllabiques.

Cette édition : Cliquer sur Préface. (Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.) L’éditeur ancien confond « se » avec « ce », et « si » avec « ci » ; je corrige tacitement. J’ai voulu rendre cette pièce enfin lisible –et peut-être jouable– en comblant de nombreuses lacunes : tous mes ajouts sont signalés dans le texte, et justifiés en notes.

.

*

Farce nouvelle trèsbonne

et fort joyeuse

*

 

À quattre personnages, c’est assavoir :

     LE  SAVETIER  [Fin-vertjus]

     LE  MOYNE  [Pierre Serre-porte]

     LA   FEMME

     LE  PORTIER

 

*

SERRE – PORTE

*

.

                     LE  SAVETIER  commence en chantant 3       SCÈNE  I

             L’autre jour, jouer m’aloye4

             [À] l’orée d’ung pré herbu.

             Je ne sçay que je quéroye,

             Ne que j’avoyë perdu.

5       Par mon serment ! se j’eusse beu5

         Une fois ou croqué la pie6,

         Je chantasse mieulx q’une pie

         Ne fait quant se liève au matin.

         Venez çà ! Y a-il certain7

10     De vous qui s’en veuille venir ?

         Ne me faictes plus ci tenir :

         Venez-vous-en avecques moy !          Il chante :

             En ce moys de may, hauvay,

             Doit-on faire amye.8

15     Par ma foy ! voicy compagnie

         Qui [s’en] vient9 ; c’est ung maistre moyne

         Qui sera très bien propre et ydoine

         À moy conduire au [sus]dit lieu

         À ce10 matin. Ha ! bon gré bieu,

20     Pas n’est celuy que je cuidoye…

         Si est11 ! Qu’il en ait froide joye !

         C’est frère Pierre Serre-porte12 ?

         Et ! non est, le diable l’emporte !

         Il a [par] trop sade13 visaige,

25     Touteffois : pert14 à son usaige

         De boire matin voulentiers.

         Je m’en vois prendre mes sentiers

         Vers luy.15

 

                             Bona dies, pater16 !               SCÈNE  II

                           LE  MOYNE

         Et vobis etiam, frater17 !

30     Quid vultis michi dicere18 ?

                           LE  SAVETIER

         Per Deum ! nescio, vere19 :

         Je n’entens point latinatis,

         Se ce n’est : « Ita, veniatis20 !

         Bona dies monachorum21»

35     Pour tant que beati quorum22

         Vault m[i]eulx que bona journus23.

                           LE  MOYNE

         On n’en treuve ci, ce jour, nulz,

         Par ma foy, ne soir ne matin,

         Qui use de si bon latin

40     Que vous avez ci récité.

                           LE  SAVETIER

         À Paris, y a grant cité ;

         Mais j(e) y ay fait des escolliers24

         Taire tout coy trèsvoulentiers,

         Si trèffort que c’estoit merveille[s] !

                           LE  MOYNE

45     (Il emporte bien les oreilles

         Destre[s]25 des dames d’Aigremont.)

                           LE  SAVETIER

         Que dictes-vous ?

                           LE  MOYNE

                                        Ung bonnet ront

         Si vous seroit bien duisant26, beau sire.

                           LE  SAVETIER

         Il ne tint qu(e) au faire et au dire27

50     Que [je] ne fu[sse] en logeotruie28

         Bachelier ; mais par ma follye,

         Je dy que point ne le seroye,

         Et que… Par le soleil qui roye29 !

         Vous y estiez, ce m’est advis.

                           LE  MOYNE

55     Sainct Jehan ! voirement, je le vis,

         Où vous fustes examiné,

         À Petit-Pont30

                           LE  SAVETIER31

                                        Ha ! domine,

         Par Deum, vere dicatis32 !

         Et quomodo vous vadatis33 ?

60     Vous portez-vous bien, frère Pierre ?

                           LE  MOYNE

         Ouy, vraiement.

                           LE  SAVETIER

                                      (Tué d’une pierre

         Ayez-vous la teste assommée !)

         Je ne vous vy de [ceste année]34 :

         Où dyable avez-vous [donc] esté ?

                           LE  MOYNE

65     J’ay presché yver et esté

         En plusieurs lieux en ce pays,

         Je vous promet !

                           LE  SAVETIER

                                      Je m’esbahys

         De vous veoir cy endroit, par Dieu !

         Ne vous souvient-il point du lieu

70     Où vous fustes une fois prins35 ?

                           LE  MOYNE

         Il ne fault point parler du pris36 ;

         Bien m’en souvient, par saint Rémy !

                           LE  SAVETIER

         Je vous y fu ung bon amy,

         Ne fu pas ?

                           LE  MOYNE

                              Ouÿ, seurement.

                           LE  SAVETIER

75     G’y estoye congneu37 vrayement

         Plus qu(e) homme qui soit soubz la nue.

                           LE  MOINE

         Çà ! je paieray ma bien-venue38

         Tout pour l’amour du temps passé.

                           LE  SAVETIER

         Par saint Jehan ! ce n’est pas tancé39.

80     Quant il vous plaira, je suis prest.

         Où irons-nous ?

                           LE  MOYNE

                                     Sans [plus d’]arrest40,

         Le portier de nostre maison41

         A bon vin selon la saison ;

         Et si42, n’est qu(e) à quatre deniers.

                           LE  SAVETIER

85     Vivent tous gentilz taverniers,

         Et tout pour l’amour du raisin !

 

         Portier !                                                       SCÈNE  III

                           LE  PORTIER

                          Qui est-ce là ? Voisin43,

         Qu’i a-il ?

                           LE  SAVETIER

                            Nouvelle t’aporte :

         C’est frère Pierre Serreporte

90     Et moy aussi, qui venons boire.

         Ou nom du benoist Roy de Gloire44,

         Mon amy, donne-nous bon vin,

         Je t’en pry !

                           LE  PORTIER

                               Par le Roy divin !

         Vous en aurez de plain tonneau45.

                           LE  SAVETIER

95     Or çà ! qu’i a-il de nouveau ?

         Frère Pierre, sçavez-vous rien ?46

                           LE  MOYNE

         Par mon serment ! je ne sçay rien,

         Sinon qu(e) on m’a dit, don je vien,

         Que vous [vous] estes marié.

                           LE  SAVETIER

100   Il est vray. Et ay espousay

         La plus gente, la plus joyeuse,

         La plus plaisant et gratieuse

         Qui fut oncques de mère née.

         Elle doit estre47 bien aymée :

105   Je ne luy suis en rien rebelle.

                           LE  MOYNE

         Beau sire, est-elle si belle,

         Si gente de corps et de vis48 ?

                           LE  SAVETIER

         Par le sainct bieu de Paradis !

         Pour complaire à toute gent,

110   Elle vous a ung corps tant gent,

         Ung nez faictifz49, bouche riant,

         Et est faicte comme de cire50.

         Et si, ne demande que rire.

         Se je vueil plourer, elle pleure ;

115   Rire et plourer tout à une heure51 :

         Je fois52 d’elle ce que je veulx.

                           LE  MOYNE

         Par la mort ! tu es bien eureux.

         Hélas, que ne puis-je ainsi faire !

                           LE  SAVETIER

         Encor elle est de tel affaire53

120   Que se je suis en quelque lieu,

         Elle y viendra, et y fust Dieu54,

         Et devant tout chascun me baise.

                           LE  MOYNE

         Ha, ribault ! Et ! que tu es aise,

         Quant en ce point elle t’acolle.

                           LE  SAVETIER

125   Saint Jehan ! il semble qu’el(le) soit folle,

         Quant elle vien : car, par saint Pol,

         Elle me vient saillir au col

         Par tel façon et par tel guise !

         Oncques Dieu55 ne fut, en église,

130   Ainsi festoyé que je suis.

                           LE  MOYNE

         Et ! je te pry tant que je puis,

         Au moins que pour ma bien-venue

         Je baise ung petit56, nu(e) à nue,

         Sa bouchète tant seulement.

                           LE  SAVETIER

135   Baiser57 ? Par mon sainct sacrement !

         Voulentiers vous la baiserez.

         Mais vécy comment vous ferez :

         De peur que ne vous escondisse58,

         Despouillez-moy froc et pelisse,

140   Et vestez mon habillement.

         Puis el(le) viendra hastivement

         Vous baiser, cuydant que soit moy.

                           LE  MOYNE

         Dictes-vous59 ?

                           LE  SAVETIER

                                     Ouÿ, pour [tout] vray.

         Faictes ainsi que je vous ay dit.

                           LE  MOYNE

145   Je puisse estre de Dieu mauldit

         Se maintenant ne60 sera fait !

         Mon cueur sera du tout refait61,

         Se puis baiser sa doulce face.

 

                           LA  FEMME62                   SCÈNE  IV

         Saincte doulce Dame de Grâce !

150   [Mais] que dyable est jà devenu

         Mon mary ? Il ne s’est tenu

         Guères longuement à l’ouvrage63.

         Je pry [Dieu que de]64 malle rage

         Puist-il avoir le cueur transsy !

155   Je n’ay mye ung tant seul hardy65

         Qu’i ne [le] porte à la taverne.

         Saint Jehan ! se je ne le gouverne

         Au gré de la fille [à] ma mère66,

         Je pry Dieu que la mort amère

160   Enfin, sans péché, si me tienne !

 

                           LE  MOYNE67                     SCÈNE  V

         Suis-je bien ?

                           LE  SAVETIER

                                 Ouy, par saint Estienne !

         Si bien à point qu’i n’y fault rien68.

         Mais venez çà69 : gardez-vous bien

         Que mot n’ysse70 de vostre bouche,

165   Quelque chose qu’elle vous touche71,

         Jusqu(es) à tant que tout à son aise

         Vous ayt acollé.

                           LE  MOYNE

                                      Par saint Nichaise72 !

         Je la lairray faire à son vueil73.

                           LE  SAVETIER

         Ne la guignez mye de l’ueil74,

170   Par saint Pol : je me courceroye75 !

                           LE  MOYNE

         Pensez que bien courcé seroye

         D’y penser à mal, par ma foy !

 

                           LA  FEMME76                    SCÈNE  VI

         Holà !

                           LE  PORTIER

                     Qu’est-ce77 ?

                           LA  FEMME

                                              Parlez à moy !

                           LE  PORTIER

         Que demandez-vous ?

                           LA  FEMME

                                               Fin-vertjus,

175   Mon mary, est-il point [venus

         Céans]78 boire depuis une heure ?

                           LE  PORTIER

         Fin-vertjus ? Se Dieu me sequeure79,

         Je ne sçay pas bien qui il est.

                           LA  FEMME

         Vous ne sçavez ? Vostre gibet !

180   Vous contrefaictes le railleur.

                           LE  PORTIER

         Il y a là ung esmailleur

         De hanaps à pié80 : est-ce luy ?

                           LA  FEMME

         Ouÿ, vrayement.

                           LE  PORTIER

                                      Par le jour d’huy,

         Je ne le congnoissoie mye.

185   Or allez, ma trèsdoulce amye ;

         Vous le trouverez où il disne.81

 

                          LA  FEMME  frape sur le moyne

                          cuydant que ce soit son mary, et dit :

         Je requier à la Vierge digne                           SCÈNE  VII

         Qu(e) estrangler se puist du disner !

         Venez-vous icy résigner

190   Vostre office82, paillart infemme ?

         Tenez ! tenez !

                           LE  MOYNE

                                   Ha ! Nostre Dame,

         Qu’est-ce-cy ? C’est ung ennemy83 !

                           LA  FEMME  frappe.

         Non est, par Dieu ! c’est vostre femme.

                           LE  MOYNE

         Je n’ay plus ne sens ne demy.

                           LE  SAVETIER

195   Taisez-vous, bon gré sainct Rémy !

         Elle entendra vostre parolle.

                           LE  MOYNE

         Et ! bon gré Dieu, elle m’affolle84.

         Aÿ, le ventre !

                           LE  SAVETIER

                                   Et ! taisez-vous.

                           LE  MOYNE

         Sang bieu ! elle me rompt de coups.

200   Qu[e] bon gré saint Jehan de Boulongne !

                           LA  FEMME  frappe.

         Av’ous bien humé85, nostre yvrongne,

         Infâme plain de déshonneur ?

         Certes, se ne fust pour l’honneur

         De ce bon seigneur ci présent86,

205   Je vous fisse le plus doulant87

         Qui fut onc(ques) en vostre lignaige !88

 

                          LE  MOYNE                         SCÈNE  VIII

         Je pry Dieu que [la] male rage

         Vous puisse abatre, belle dame !

         Mais esse ci la bonne femme

210   Que vous m’avez dit, Fin-vertjus ?

         Parmy le col soit-il pendus,

         Qui savoit le vostre penser89 !

                           LE  SAVETIER

         Ha ! pour Dieu, ne vueil[l]ez tenser90.

         Je ne sçay dont cecy luy vient.

215   Se ce n’est qu’i luy vient souvent.

         C’est91 son advertin qui la tient92 :

         Deux ou trois fois la sepmaine.

         En ce point, elle est gouvernée93

         Comme femme désordonnée.

220   L’a prinse94 aujourd’huy somme toute.

                           LE  MOYNE

         Ha ! que la [très]sanglante goute95

         La tienne, car mon corps s’en sent96.

               Voiez-vous, [présent]97,

               Ung povre innocent

225         A souvent le pire.

                           LE  SAVETIER

               Ha ! qui mal s’entent98,

               Brief sus luy descent

               Ung cas qui l’empire.

                           LE  MOYNE

               À vérité dire,

230         Je ne m’en puis rire :

               La chose m’est dure.

                           LE  SAVETIER

               Par mon âme, sire,

               Voiez le martire

               Que d’elle j’endure.

                           LE  MOYNE

235         Comment ? Tu disois

               Que d’elle faisois

               Tout à ton vouloir.

                           LE  SAVETIER

               Si veu ne l’eussiez,

               Pas ne [le] creussiez

240         Pour nésung avoir99.

                           LE  MOYNE

         Le diable y puisse part avoir,

         Et qui100 en ce lieu l’a mandée !

         J’ay la teste toute affollée

         De horrions101. Dieu la confonde !

                           LE  SAVETIER

245   (Vécy le meilleur tour102 du monde !

         Bien savoye, par ses deux mains103,

         Qu’en la fin n’en auroit jà mains104,

         Puisqu’avoit mon abit vestu.)

                           LE  MOYNE

         Au moins j’ay esté bien batu,

250   Je m’en loue trèsgrandement.

         Mais se tu veulx, par mon serment,

         Je trouveray bien la manière

         Pour la pugnir [d’estre si fière]105.

                           LE  SAVETIER

         Comment [ferez] ?

                           LE  MOYNE

                                          Vécy de quoy :

255   Tu luy diras que vienne à moy

         Se confesser ; et sans doubtance,

         Je luy donray tel pénitance

         Que mercy elle te crira106.

                           LE  SAVETIER

         Par saincte Marie ! non fera,

260   Et l’eust juré Dieu et sainct Gille107.

                           LE  MOYNE

         Tout aussi vray que l’Évangille,

         Elle le fera, j’en suis seur.

                           LE  SAVETIER

         Il n’y eut onques confesseur

         Qui luy sceust, par bieu, faire dire108.

                           LE  MOYNE

265   Et ! elle le fera, beau sire,

         Par ung moyen que luy diray ;

         Car entendant je luy feray109

         Qu’il fault qu’elle voise au Saint-Père110

         Pour la honte et [la] vitupère

270   Qu’elle m’a fait, entens-tu bien ?

                           LE  SAVETIER

         Par bieu ! c’est dit d’homme de bien,

         Et plain de trèsgrant sentement111.

         Et je la vois112, par mon serment,

         Faire venir par-devers vous.

                           LE  MOYNE

275   Or allez !

 

                           LE  SAVETIER113                   SCÈNE  IX

                           Quant je pense aux coups

         Que ce povr[e] homme, à voir dire114,

         A souffert, j’ay grant fain115 de rire.

         Comme il a esté attrappé !

 

                           LE  MOYNE                            SCÈNE  X

         Fin-vertjus m’a ennuyt116 trompé.

280   Mais se je puis, par voye aulcune117,

         Je luy en rendray bien d’une118

         De quoy il ne se doubte mye :

         Car, par bieu, je feray amye119

         De sa femme, s’en puis finer120.

285   On doit en tout temps affiner121

         Ung tel homme fin122 comme il est.

         [Or,] je m’en voys sans plus d’arrest

         L’actendre ; el(le) n’arrestera goute123.

 

                           LA  FEMME124                     SCÈNE  XI

         D’où venez-vous ? Que male goute

290   Vous envoie Dieu, sanglant yvrongne !

         Mais, beau sire, où est la besongne

         Que vous avez faicte ce125 jour ?

                           LE  SAVETIER

         Sçavez-vous qu’il est126 ? Sans séjour,

         Allez-vous-en tost confesser !

                           LA  FEMME

295   Confesser ?

                           LE  SAVETIER

                              Voire, confesser.

                           LA  FEMME

                                                Sans cesser,

         Tousjours tu te farceras de moy.

         [M]or[t] t’en survienne127 !

                           LE  SAVETIER

                                                          Par ma foy !

         Vous avez bien batu ung prestre.

                           LA  FEMME

         Ung prestre ?

                           LE  SAVETIER

                                 Et ! voire, par le Roy céleste,

300   Je ne dy rien que vérité.

                           LA  FEMME

         Ung prestre ? Bénédicité !

         Et qui est-il ?

                           LE  SAVETIER

                                  Par saint Anthoyne !

         S[i] a esté ung maistre moyne

         Qui buvoit avec moy orains128.

                           LA  FEMME

305   Saint Pol ! ç’a esté sur voz rains

         Que j’ay frappé, non pas sur luy,

         Je [le] sçay bien.

                           LE  SAVETIER

                                       Par le jourd’huy !

         Vous y avez mal advisé129.

                           LA  FEMME

         Il estoit donques desguisé

310   Pour prendre vostre habillement.

                           LE  SAVETIER

         Saint Jehan, voire !

                           LA  FEMME

                                           Dea ! [Mais] comment

         Av’ous trouvé tel tromperie ?

                           LE  SAVETIER

         Comment ? Dea, par saincte Marie !

         Il m’a tellement charié130,

315   Demandant si j’estoye marié ;

         Et je luy respondy que ouy.

         Adonc il fut tout esjouy,

         Voire ; mais par saint Pol, c’estoit

         De la grant joye qu’il avoit

320   De baiser vostre doulce face.

                           LA  FEMME

         Et ! par bieu, vécy bonne farce !

         Je suis donq(ues) excommuniée ?

                           LE  SAVETIER

         La chose n’est pas publiée131,

         Car il n’y avoit qu’antre nous.

325   Mais allez vous mectre à genoux

         Devant luy, et vous confessez132,

         À celle fin que vous pensez

         Avoir vostre absolution.

         Touteffois, pour conclusion,

330   Gardez-vous bien de ses [fins] tours :

         S(e) il vous vouloit prier d’amours,

         Que le me dictes aussitost !

                           LA  FEMME

         Et ! par bieu, vous estes bien sot :

         Moynes sont-ilz de tel nature133 ?

                           LE  SAVETIER

335   Le corps bieu ! à toute(s) adventure(s),

         Je n’y ay pas trop de fiance134

                           LA  FEMME

         Sachez, s(e) il fait signifiance

         De me dire fors135 que tout bien,

         Que je vous diray tout.

                           LE  SAVETIER

                                                 C’est bien.

340   Dictes, revenez ung peu çà136 !

         Je sçay de vray qu’i vous dira

         Ung mot que vous vueil dire icy137 :

         C’est que vous me criez mercy.

         Gardez que ne l’oubliez pas.

                           LA  FEMME

345   Mercy, sire ? Par saint Thomas !

         Se jamais jour je ne devoye

         Avoir mercy138, mieulx aimeroye

         Vous veoir bouté en terre basse139

         Que mercy je vous demandasse

350   Pour rien qu’on me die et [me] compte140 !

                           LE  SAVETIER

         [Si] n’esse pas bien là mon compte.

                           LA  FEMME

         Ne vous actendez pas que le face !

                           LE  SAVETIER

         Par le corps bieu ! la Chicheface141

         N’a[uroit] garde de vous menger,

355   Car je puis seurement juger

         Que vous estes fière et rebelle.

 

                           LA  FEMME142                      SCÈNE  XII

         Dieu vous gard, sire !

                           LE  MOYNE

                                              Dieu vous gard, belle !

         [Que désirez-vous ?]143

                           LA  FEMME

                                                    Certes, mon seigneur,

         Je suis bien marrie en mon cueur.

                           LE  MOYNE

360   Pourquoy ?

                           LA  FEMME

                             Car mon mary m’a dit ainsi

         Que vous buviez avecques luy

         Et qu’aviez vestu son habillement.

         Mais je vous jure mon serment

         Que j’ay esté et suis dolente144.

365   Et d’autre part, je suis contente

         D’en porter telle pénitence

         Qu’i vous plaira.

                           LE  MOYNE

                                        Sans doubtance,

         Celuy seroit maugracieux,

         [Que regardent voz deux beaux]145 yeulx,

370   S(e) il estoit mal content de vous.

         [Ce] non obstant, mon fin cueur doulx,

         Conseil [n’en aurez ci]146 endroit.

                           LA  FEMME

         Et pourquoy ?

                           LE  MOYNE

                                  Qui [de brief] vouldroit

         Juger le cas, ma doulce seur,

         [Rien n’y vauldroit ung confesseur :]147

375   Il vous fauldroit aller à Romme.

         Je trouveray manière148 comme

         Vous n’irez point, s(e) à vous ne tient149.

                           LA  FEMME

         Je feray ce qu’il appartient150.

         En signe de confession,

380   Me donnez absolution

         Du desplaisir que vous ay fait !

                           LE  MOYNE

         Certes, affin qu’à vostre fait

         Plus amplement je remédie,

         Il conviendra que j’estudie

385   En mon livre151 premièrement.

                           LA  FEMME

         Dictes-vous ?

                           LE  MOYNE

                                  Ouÿ, seurement,

         Il m’y convient estudier.

                           LA  FEMME

         [Vueillez-moy]152 donc expédier,

         Si m’en iray à mon affaire153.

                           LE  MOYNE

390   Certes, il ne se pourroit faire,

         Pour le mal154 qui s’en peut ensuivre.

                           LA  FEMME

         Et pourquoy ?

                           LE  MOYNE

                                  Je n’ay pas mon livre,

         Ouquel convient que j’estudie.

                           LA  FEMME

         Et où est-il ?

                           LE  MOYNE

                                En mon estudie155.

395   Et pour tant, [s’il ne]156 vous ennuyt,

         Rendez-vous-y encores nuyt157 ;

         Et là endroit, vous absouldré.

                           LA  FEMME

         Hélas, frère, je n’oseray :

         De mon mary seroye escousse158.

                           LE  MOYNE

400   Vous ne serez [donc] point absousse159

         Se n’y venez. Vécy merveille !

         Faictes ce que je vous conseille

         Pour le sauvement de vostre âme.

         G’y ay absoulte mainte femme

405   Et mainte notable bourgoise160.

                           LA  FEMME

         A, dea ! puisqu’i fault que g’y voyse,

         Dictes-moy où est vostre chambre.

                           LE  MOYNE

         Je le vous diray : [vous remembre161

         D’aller trouver nostre portier,

         Qui vous conduira sans tarder]162

         To[u]t droit à ung degré163 de pierre.

                           LA  FEMME

410   Comment av’ous nom ?

                           LE  MOYNE

                                                   Frère Pierre

         [Serre-porte.] Foy que doy Dieu,

         Ne cuydez pas que ce soit jeu !164

 

        Je vous auray par beaux baratz165.              SCÈNE  XIII

         Hélas, quant entre mes deux bras

415   La tendré166, je seray refait.

         Vélà le portier, c’est mon fait167 ;

         Je luy vois compter de bonne erre168

 

         Portier !                                                       SCÈNE  XIV

                           LE  PORTIER

                         Que vous plaist, frère Pierre ?

         Vous plaist-il chose que je puisse ?

                           LE  MOYNE

420   Je te pry, fay-moy ung service ;

         Mais garde bien qu’i n’en soit bruit169.

         Il doit venir, encores nuyt,

         Une gratieuse bourgoise

         En ma chambre sans faire noyse,

425   Entens-tu bien, pour confesser170.

         Je te pry, vien-la adresser

         À moy sans faire mention171.

                           LE  PORTIER

         Ho ! j’entens : c’est provision172.

         Il sera fait, par saincte Avoie173 !

                           LE  MOYNE

430   Mais garde bien qu’on ne la voye,

         Quant tu la bouteras dedans174 :

         Ce seroit pour yssir du sens175,

         Se le Prieur la congnoissoit176.

         Entens-tu bien ?

 

                           LA  FEMME177                        SCÈNE  XV

                                      [Que] Dieu y soit178 !

435   N’ay-je pas beaucop demouré ?

                           LE  SAVETIER

         Nostre Seigneur soit aouré179 !

         Vous me semblez maintenant doulce.

         Or avant ! estes-vous absousse180

         De voz péchéz, ma doulce seur ?

                           LA  FEMME

440   [Non pas.] Dieu me gard de maleur !

         Certes, il m’a dit que mes faultes

         Sont si horribles et si haultes181

         Que n’en seroie point [à] délivre182

         S’il n’estudioit en son livre.

445   Et pour toute conclusion,

         Je n’auray absolution

         Se je ne vois183, encores nuyt,

         En sa chambre entre sept et huit184 :

         À ceste heure me doit absouldre.

                           LE  SAVETIER

450   Ha, dame ! Que la malle fouldre

         Luy puisse relier185 la teste !

         Il ne fu[s]t oncques à tel feste,

         Se je le tenoye, par ma foy !

                           LA  FEMME

         N’en soiez de rien en esmoy :

455   J’ay trouvé trop bonne finesse186

         Pour le pugnir.

                           LE  SAVETIER

                                    Hélas, et qu’est-ce ?

                           LA  FEMME

         Attendez, je le vous diray :

         Ma robe je vous vestiray.

         Quant ainsi habillé serez,

460   En sa chambre vous en yrez.

         Je sçay, de vray, quant vous verra

         Ainsi habillé, il cuyd(e)ra

         Que ce sois-je, j’en suis certaine.

         Pour Dieu ! serrez-luy bien la vaine187

465   Si trèsasprement qu’i s’en loue !

                           LE  SAVETIER188

         Je luy feray manger de l’oue189,

         Par le sang que beuf190 respendit !

                           LA  FEMME

         Faictes bien ce que vous ay dit,

         Et contrefaictes bien la femme.

                           LE  SAVETIERen femme 191.

470   Si feray-je, par Nostre-Dame !

         Je sçay tout ce qu’il en peult estre192

         [Mais] où est sa chambre et son estre193 ?

         Je n’y sçay ne voye ne sentier194.

                           LA  FEMME

         Vous devez trouver le portier,

475   Qui jusques-là vous conduira.

 

                           LE  SAVETIER195                  SCÈNE  XVI

         Par le sang bieu ! il en aura

         Sus la cousture de sa chappe

         Avant que jamais il m’eschappe,

         Ou il sera plus fort que moy.

480   Vélà le portier, bien le voy ;

         C’est il196 qui me doit adresser.

 

                           LE  PORTIER                       SCÈNE  XVII

         Belle, où allez-vous ?

                           LE  SAVETIER,  en femme 197.

                                              Confesser

         À frère Pierre. Où est sa chambre ?

                           LE  PORTIER

         Ha, voirement, je me remembre198.

485   Je vous y mèneray tout droit…199

         Attendez-le icy endroit :

         Il est allé dire complie200.

         Mais venez çà, ma doulce amye.

         Ung baiser pour commencement !

                           LE  SAVETIER,  en femme.

490   Dea, j’ay bien autre pensement201,

         Car maintenant il n’est pas heure.

                           LE  PORTIER

         Il convient que je vous labeure202,

         Puisque avons temps et espace.

         Il sera fait !

                           LE  SAVETIER

                              Sauf vostre grâce,

495   Tirez-vous ung peu plus [de]là203 !

                           LE  PORTIER

         Et ! comment dea ? Esse cela ?

         Par sainct Jehan ! par là passerez,

         Et jamais vous n’eschapperez

         De céans, se ne faulx à traire204

 

                           LE  MOYNE                           SCÈNE  XVIII

500   Il est heure de me retraire

         En ma chambre, car je me doubte

         Que celle où j’ay ma joye toute

         Ne soit de cest[e] heure venue.

         Vé-la là205, je l’ay bien congneue206

505   Sans plus à sa philosomye207.

 

         Bien viennez, ma trèsdoulce amye !          SCÈNE  XIX

         Acollez-moy, mon cueur joyeulx !

                           LE  SAVETIER,  en femme.

         Hée, laissez-moy !

                           LE  MOYNE

                                          Une fois ou deux,

         Cela ne sera pas du compte208.

                           LE  SAVETIER

510   Et ! comment ? N’av’ous point de honte ?

         Regardez bien que vous ferez209 !

                           LE  MOYNE

         Par saint Père210 ! vous coucherez

         Ennuyt211 céans, et au matin,

         Je vous bailleray sans hutin212

515   Vostre absolution planière213.

                           LE  SAVETIER

         Et ! comment ? Esse la manière,

         Se je vien par dévotion

         Demander absolucion,

         De tenir femmes en ostage ?

                           LE  MOYNE

520   Ouÿ, vrayement, c’est mon usage.

                           LE  SAVETIER  frappe.

         Ha ! sire, vous n’estes pas saige.

         Vous en aurez, de ce baston !

         Voullez-vous mectre dissension

         En [lien sacré de] mariage214 ?

                           LE  MOYNE

525   Ouÿ, vrayement, c’est nostre usage.215

                           LE  SAVETIER

         Vous en aurez sur le visage,

         Par le sang bieu, frère Frapart216 !

                           LE  MOYNE

         Ha ! que le grant diable y ait part !

         Quelle femme j’ay ci trouvé !

                           LE  SAVETIER

530   Mon baston sera esprouvé

         Sus vostre dos : taste s(e) il blesse !

                           LE  MOYNE

         Je croy que c’est une diablesse217.

         Oncques je ne fuz si infâmes.

                           LE  SAVETIER

         Confessez-vous ainsi les femmes ?

535   Et puis se les voullez absouldre218 ?

                           LE  MOYNE

         Ha ! ma dame, que male fouldre

         Vous puisse relier la teste !

         Oncques je ne fu à tel feste,

         Par ma foy, ne si en mal aise.

 

                           LE  PORTIER219                       SCÈNE  XX

540   Sang bieu ! que frère220 Pierre est aise,

         Maintenant, avec celle gouge221 !

         Sainct Jehan ! elle sera bien rouge222,

         S(i) elle m’eschappe sans parler.223

 

         Ho ! ho ! Je vous deffens l’aller !                SCÈNE  XXI

545   Car il fault… vous m’entendez bien224.

                           LE  SAVETIER

         Dea ! je ne vous demande rien.

         Laissez-moy aller mon chemin.

                           LE  PORTIER

         On me tiendroit bien pour jényn225,

         Se vous m’eschappiez en ce point.

                           LE  SAVETIER,  en frapant.

550   Je vous pry, ne m’arrestez point :

         Il m’en fault aller tout batant226.

                           LE  PORTIER

         Et ! par bieu, j’en auray autant

         Que frère Pierre, c’est raison !

                           LE  SAVETIER  frape.

         Et ! par saint Pierre, s’aurez mon227 :

555   Servi[s] serez tout d’ung potage228

         Tous deux !

                           LE  PORTIER

                               Esse d’avantage229,

         Que vous en faictes tel largesse ?

                           LE  SAVETIER

         Quant femmes viennent à confesse,

         Les doit-on arrester ainsi ?

                           LE  PORTIER

560   Hélas, dame : pour Dieu, mercy !

         (Sang bieu, comme[nt] elle est rebelle !)

                           LE  SAVETIER

         Que230 dis-tu ?

                           LE  PORTIER

                                     Que vous estes belle

         Et bonne, par mon sacrement !231

 

        Se je n’eusse esquarry232, vrayement,           SCÈNE  XXII

565   J’eusse encor eu je ne sçay quoy.

 

                           LE  SAVETIER                           SCÈNE  XXIII

         Ilz sont très bien estrilléz, ce croy.

         En ce point233 les doit-on pugnir.

         À Dieu jusques au revenir !

         Prenez en gré, nous vous prion.

570   À Dieu, car nous nous en allon.

                                             FINIS

*

1 TRIBOULET : La Farce de Pathelin et autres pièces homosexuelles. GKC, 2011. Voir la préface de Thierry Martin, p. 9, et la p. 228.   2 Le Recueil de Florence. Paradigme, 2011, pp. 461-478. Pour les notes, voir l’édition d’André Tissier : Recueil de farces, t. IX. Droz, 1995, pp. 129-194.   3 Tel le savetier de cette gravure, Fin-verjus travaille dans son échoppe, largement ouverte sur la rue. (Au fond de l’échoppe, une porte donne sur le logis, d’où sa femme sortira au vers 149.) Il scrute la rue, en quête d’éventuels clients ou de futurs compagnons de beuverie.   4 Voir Brown, n° 258 ; Jeffery, II, 86. Le Sermon joyeulx d’ung Fol changeant divers propos (T 21) transcrit les deux premiers vers en octosyllabes. Les nombreux savetiers dépeints dans les farces passent leur temps à boire et à chanter.   5 Bu. Fin-verjus est alcoolique, comme tous les savetiers. Fidèle au dicton, il boit sa vigne en verjus : il n’attend pas que le raisin soit mûr pour en faire du vin.   6 Avalé du vin. Cf. le Gaudisseur, vers 9.   7 F : celny  (Y a-t-il quelqu’un parmi vous…)   8 Brown <n° 90> rapproche cette chanson de celle-ci : « En cest moys de may gracieux,/ Il faut faire amye nouvelle. » (Baude Cordier.) « Hauvay ! » est un vieux refrain de pastourelles ; ce mot rime avec moy (prononcé moé).   9 Un moine s’approche lentement. Sous la capuche, on ne distingue pas encore son visage.   10 F : de  (Le savetier veut se faire accompagner à la taverne par quelqu’un qui paiera pour lui.)   11 De loin, il hésite à reconnaître Serre-porte, de même que Pathelin hésitait à reconnaître le drapier : « N’est-ce pas y, là ? J’en fais doubte…/ Et ! si est. » Froide joie = mauvaise joie, malheur : « Les François ont eu froide joye/ Qu’il est mort d’eulx un très grant nombre. » ATILF.   12 Serrer une porte : la fermer à clé <cf. la serrure>. « Si refirent les portes clorre et serrer. » (Godefroy.) Ce nom conviendrait mieux au personnage du portier, mais nous verrons que le moine a l’habitude d’enfermer des femmes dans sa chambre.   13 Agréable. Mais on peut hésiter avec fade (le « s » et le « f » gothiques sont très proches). Maître Doribus a une recette pour que les visages fades redeviennent sades <vers 142-149>. Notre pièce fait de nombreux emprunts à la farce de Pathelin, où on peut lire : « Il n’a pas le visaige/ Ainsi potatif [alcoolique] ne si fade. »   14 Cela est dû. (Verbe paroir.)   15 Il sort dans la rue.   16 Bonjour, mon père !   17 Et à vous aussi, mon frère !   18 F : dare  (= donner. Correction d’André Tissier, p. 147.)  Que voulez-vous me dire ?   19 Par Dieu, je ne sais pas, en vérité.   20 Oui, venez ! (Sans doute une invitation à venir boire.)   21 (Vous avez le) bonjour des moines.   22 Parce que « heureux sont ceux ». (Beati quorum est le début du Psaume 32.)   23 Renversement du proverbe « Beati garniti vaut mieux que beati quorum », traduit par Furetière : « Il faut tâcher d’avoir toûjours la main garnie quand on a à contester quelque chose. » Notre savetier veut dire qu’un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. « Journu(s) » rime avec « nu(lz) ».   24 Les étudiants du Quartier Latin étaient tenus de s’exprimer dans cette langue.   25 Dextres, droites : « L’oreille destre coupée. » (Reg. crim. du Châtelet.) Le « clairet d’Aigremont » est un vin. Les dames d’Aigremont seraient par conséquent des bouteilles, comme le seront les dames-jeannes. Les bouteilles étaient munies de deux anses qu’on appelait des oreilles : « Ma mère, çà, nostre bouteille,/ Car je luy veulx tirer l’oreille ! » (L’Examinateur, BM 45.) En résumé, l’ivrogne tire l’oreille droite aux bouteilles de clairet.   26 Un bonnet de bachelier vous conviendrait bien. Cf. Frère Guillebert, vers 25.   27 Qu’à un examen écrit et à un examen oral.   28 En théologie. Fin-verjus insinue qu’elle sert de « loge aux truies », et que tous les moines sont des cochons.   29 Qui rayonne. Les Sotz qui remetent en point Bon Temps usent de la même interjection (vers 108).   30 Ce pont parisien était la tribune favorite des harangères, qui arboraient un langage beaucoup plus fleuri que celui des universitaires, comme le démontre Bonaventure Des Périers dans sa nouvelle intitulée : Du régent qui combatit une harangère du Petit-Pont à belles injures.   31 À partir d’ici, F abrège souvent les rubriques. Je ne le suivrai pas.   32 Seigneur, par Dieu, puissiez-vous dire vrai !   33 Et comment allez-vous ? Le savetier emploie vadatis (vous passez à gué) au lieu de vadetis (vous allez).   34 F : la iournee  (Le moine a été banni pendant plusieurs saisons.)   35 Pris. Sans doute fait-il partie de ces innombrables moines qui ont été pris en flagrant délit avec une femme mariée. Cela explique son bannissement.   36 Du prix que j’ai eu à payer. Ce prix pouvait aller d’une volée de coups à la castration.   37 Connu. On suppose que Fin-verjus, dans une maison où il était honorablement connu, a plaidé en faveur du moine lubrique.   38 Un pot pour fêter mon retour.   39 Ce n’est pas un sujet de discorde.   40 Sans hésitation. Voir le vers 287.   41 De notre monastère, dont le concierge a fait de sa loge une taverne. L’auteur s’inspire peut-être d’un de ces scandales locaux que le théâtre comique exploitait sans vergogne, pour le plus grand plaisir des spectateurs du voisinage.   42 Et même. Les deux hommes se dirigent vers la porte du monastère voisin.   43 Il reconnaît Fin-verjus, qui habite à côté, et qui fréquente déjà cette taverne clandestine.   44 Au nom de Dieu. Le portier fait entrer les deux hommes.   45 D’un tonneau qui est encore plein, dont le contenu n’est pas éventé. Le portier pose deux chopes et deux écuelles sur la table, puis il se retire. Le moine s’assied le dos à la porte d’entrée, et Fin-verjus s’assied en face de lui.   46 Savez-vous quelque chose d’intéressant ? On reconnaît la curiosité des hommes du Moyen Âge vis-à-vis des voyageurs, à une époque où la moindre information transitait par la parole.   47 Elle mérite d’être.   48 De visage.   49 Faitis = bien fait.   50 F : sire  (« Il est faict comme de cire, il est fort bien faict. » Robert Estienne.)   51 En un instant.   52 Je fais. « Je la vous faitz plourer et ryre :/ Bref, j’en faiz tout ce qu’il me plaist. » La Pippée.   53 De si bonne composition.   54 Même si Dieu était là.   55 Le crucifix, que les fidèles embrassent.   56 Un peu. Nu à nue = en étant nus. « Avecques moy coucha ung moyne/ Nu à nu dedans ma chambre. » La Confession Margot, note 10.   57 Coïter. Voir la note 29 du Trocheur de maris, et la note 130 du Povre Jouhan.   58 Qu’elle ne vous éconduise.   59 Parlez-vous sérieusement ? Idem vers 386.   60 F : il   61 Sera totalement comblé. Idem vers 415.   62 Par la porte du fond, elle entre dans l’échoppe mais n’y trouve pas son mari.   63 Il n’a pas travaillé longtemps.   64 F : a dieu que  (Voir le vers 208.)   65 F : blanc  (Je n’ai pas un seul sou.)  Le hardit est une petite monnaie : cf. Mallepaye et Bâillevant, vers 235. F croit rétablir la rime en ajoutant au-dessus : Regardez comme il est gaudy   66 À mon gré. Plaisanterie semblable dans le Cousturier et Ésopet (BM 34) : « Par l’âme du filz de mon père [par mon âme] ! »   67 Il a échangé son froc contre le costume et la large toque du savetier. Il se rassoit, le dos à la porte. Fin-verjus s’installe encore en face de lui ; sa figure est un peu dissimulée par la capuche.   68 Si bien déguisé qu’il n’y manque rien.   69 Approchez votre oreille.   70 Qu’un seul mot ne sorte.   71 Quoi qu’elle vous dise. Mais le savetier prend « toucher » dans le sens de frapper, et le moine, dans le sens de tâter.   72 Nicaise. Pour le rythme, Blaise conviendrait mieux.   73 Je la laisserai faire selon sa volonté.   74 Ne lui faites pas d’œillade.   75 Je me courroucerais.   76 Elle vient frapper à la loge du portier, se doutant que son mari est encore en train d’y boire.   77 F : Qui est ce la  (4 syllabes au v. 87.)   78 F : ceans / Venu  (Au vers 211, le singulier « pendus » rime avec Fin-vertjus.)   79 Que Dieu me secoure, me vienne en aide. Le portier fait preuve de solidarité masculine en protégeant son client.   80 Un hanap à pied est un vase métallique. Avec un jeu de mots sur pied, c’est aussi une chaussure. « Quel différence a-il d’un orfèvre à ung savetier ? Se l’un fait hanas à piet, aussi fait l’autre. » (Bruno Roy, Devinettes françaises du Moyen Âge.) Jelle Koopmans cite dans son édition <p. 477> une cause grasse découverte par Marie Bouhaïk : « Esmailleur de hanaps à pié, qui est à dire savetier. »   81 La femme entre dans la loge/taverne par-derrière le moine. Elle reconnaît le costume et la large toque de son mari.   82 Céder votre métier à quelqu’un d’autre, en jargon clérical.   83 Un diable.   84 Elle me blesse. (Idem vers 243.) « Très grièfment affolé et blécié. » ATILF.   85 Avez-vous assez bu ? « Et que bon vin cléret je hume,/ Qui est cy dedans ma bouteille. » Vie et histoyre de ma dame saincte Barbe.   86 Elle ne reconnaît pas son mari, qui lui fait face, parce qu’il a rabattu la capuche du froc jusqu’à son nez.   87 Endolori.   88 Elle s’en va.   89 Celui qui connaissait votre intention.   90 Veuillez ne pas me quereller.   91 F : De  (« Avertin : Maladie d’esprit qui rend opiniastre, furieux ou emporté. Quand son avertin le prend. » Furetière.)   92 F : tiengne   93 Elle est dominée par son caprice.   94 Son avertin l’a prise.   95 La douloureuse goutte. Idem vers 289.   96 S’en ressent, en garde des séquelles.   97 À présent. (Cf. les Premiers gardonnéz, vers 10.) À cause de cette lacune, F soude en octosyllabe les deux pentasyllabes 223-224.   98 Celui qui écoute ses mauvaises pulsions. « Qui mal s’entent,/ Qui à autrui conseil s’atent,/ Ou qui en autrui trop se fie. » Jehan de Condé.   99 Vous ne l’auriez cru à aucun prix. C’est une vieille locution : « Pour nésun avoir/ (Il) ne la povoit/ Veoir. » Christine de Pizan.   100 Celui qui. Le savetier est visé.   101 Blessée par les coups.   102 La meilleure blague. (Le savetier se livre à un aparté pendant que les deux hommes récupèrent leurs habits respectifs.)   103 Que par les deux mains de ma femme.   104 Le moine n’en aurait pas moins (de coups).   105 Vers incomplet. Le moine prétend punir la femme d’être si « fière et rebelle » vis-à-vis de son mari : voir le v. 356.   106 Qu’elle deviendra humble et obéissante.   107 Même si Dieu et St Gilles avaient juré qu’elle le fasse.   108 Qui saurait lui faire crier merci.   109 Je lui ferai comprendre.   110 Qu’elle aille implorer le pardon du pape. Ces pèlerinages étant coûteux et dangereux, les pécheurs faisaient tout pour en être exemptés.   111 D’imagination.   112 Vais.   113 Il quitte le monastère et marche vers son échoppe.   114 À vrai dire.   115 Faim, envie. « Chascun n’a pas si fain de rire/ Comme vous. » Farce de Pathelin.   116 Aujourd’hui.   117 D’une manière ou d’une autre.   118 Je lui en ferai une bien bonne.   119 Ma maîtresse.   120 Si je peux y parvenir.   121 Tromper.   122 Trompeur.   123 Elle ne tardera guère. (Il va l’attendre devant la loge du portier.)   124 Elle rabroue son mari, qui entre dans l’échoppe.   125 F : toute   126 Savez-vous quoi ? Cf. les Femmes qui font escurer leurs chaulderons (vers 105), et les Esveilleurs du chat qui dort (vers 63).   127 F : souuienne   128 Tout à l’heure.   129 Vous avez mal visé.   130 Harcelé.   131 Votre sacrilège n’est pas rendu public.   132 F : confesser  (La rime penser est aussi à l’infinitif, de même que garder au v. 330.)   133 Par extraordinaire, nous avons là une héroïne de farce qui est naïve, et fidèle à son époux.   134 De confiance.   135 Autre chose.   136 Revenez un peu ici. La femme est pressée d’aller se confesser.   137 F : si   138 Même si jamais, nul jour, je ne devais avoir de repos.   139 Vous voir mort et enterré.   140 Quoi qu’on me dise et qu’on me raconte.   141 Ce loup-garou, d’une maigreur squelettique, se nourrit exclusivement d’épouses qui obéissent à leur mari.   142 Elle sort et aperçoit le moine devant la loge du portier.   143 F : Et tout ce que vostre cueur desire   144 Affligée (de vous avoir battu).   145 F : qui le regart de voz deux  (Celui que regardent vos beaux yeux serait peu galant s’il n’était pas content de vous.)  Le moine s’emberlificote dans la phraséologie courtoise.   146 F : en aures si  (Je ne vous ordonnerai pas de pénitence ici.)   147 Vers manquant. Un confesseur ne servirait à rien. « Rien n’y vauldroit ma hallebarde. » Danse macabre.   148 F : naguiere  (Cette scène est très abîmée.)   149 S’il ne tient qu’à vous.   150 Ce qu’il faudra. F ajoute un vers : Enuers vous ie vous sy conuient   151 Dans mon pénitentiel.   152 F : Vueillez vous  (Expédier un pécheur : le confesser.)   153 Là où j’ai à faire.   154 À cause du mal : vous risqueriez d’être damnée. Voir le vers 403.   155 Dans mon cabinet d’études. Rappelons que cette scène se déroule dehors.   156 F : se il  (Et pour cette raison, si cela ne vous ennuie pas.)   157 Quand il fera à peine nuit. Idem vers 422 et 447.   158 Secouée.   159 F : absoulte  (« Elle fu absousse de l’office de abbéesse. » Godefroy.)  L’éditeur a fait la même modernisation au vers 438.   160 Bourgeoise. Idem vers 423.   161 Souvenez-vous. « E ! dame, de moy vous remembre ! » ATILF.   162 Lacune, que je comble d’après les vers 474-475.   163 Devant une marche. L’auteur utilise l’architecture dont il dispose ; voir ma notice.   164 La femme retourne chez elle.   165 Par la ruse.   166 Je la tiendrai. Refait = comblé.   167 C’est ce qu’il me fallait. Le portier sort de sa loge.   168 Je vais lui conter rapidement (mes dispositions).   169 Que cela ne s’ébruite pas.   170 Con fesser, coïter. (Cf. Gratien Du Pont, vers 417-440.) Le « entends-tu bien ? » des vers 425 et 434 souligne les « équivoques à deux ententes que nos bons pères ont surnommé des entends-trois » (Tabourot).   171 Sans faire de remarque.   172 Dans Ung Jeune moyne et ung viel gendarme, la fille demande « provision d’amour » (vers 39 et 174).   173 Allusion perfide à la chapelle Sainte-Avoye, où prétendent se rendre les épouses qui vont rejoindre leur amant. Voir la note 106 du Povre Jouhan.   174 Quand tu l’introduiras dans le monastère. Double sens : bouter dedans = pénétrer une femme. Cf. Frère Guillebert, vers 21.   175 Pour sortir de la raison, pour devenir fou.   176 La voyait. Double sens : la « connaissait » charnellement.   177 Elle entre dans l’échoppe, où son mari l’attend.   178 Que Dieu soit avec nous !   179 Adoré, loué.   180 F : absoulte  (Note 159.)   181 F : faulces   182 Délivrée. « Si tost qu’il seroit gary et à délivre du mal. » ATILF.   183 Vais.   184 Entre 7 et 8 heures du soir, à Paris, il fait déjà nuit, d’autant que cette Farce, comme la plupart des autres, fut jouée en hiver : le moine porte la pelisse hivernale (vers 139). Cette pénombre favorisera le déguisement du savetier.   185 Accabler. Cf. le Povre Jouhan, vers 372.   186 F : facon  (Finesse = ruse, tromperie. Cf. Raoullet Ployart, vers 11.)   187 Le cou. Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 41.   188 Il enfile la robe de sa femme, et il se coiffe de son chaperon.   189 Je le tromperai, comme maître Pathelin quand il promit au drapier de lui faire manger de l’oie.   190 Un souvenir de la Farce de Pathelin en entraîne un autre ; Pathelin atténue le mot Dieu avec la litote « bœuf » quand il jure en patois limousin : « Or regnye-ge beufz ! » (Ms. fr. 25467.) Mais cet euphémisme est plutôt gascon : « –Ho ! mord bœuf, sang bœuf ! –Vous m’effrayez, à ainsi jurer. –Ce ne sont que parolles héroïques & couleur de la rhétorique martiale pour aorner mon langage. » (John Eliot, Le Parlement des babillards.)   191 En contrefaisant la femme, vocalement et gestuellement.   192 Je suis bien placé pour savoir comment elles se comportent.   193 L’endroit où il demeure.   194 Je n’en connais pas le chemin.   195 Il sort, ramasse un gros bâton, et se dirige vers le monastère.   196 C’est lui. Nouvel emprunt à la farce de Pathelin (vers 1263). Voir aussi les Sotz fourréz de malice, vers 52 et 100.   197 En contrefaisant la femme.   198 Je me souviens (de ce que m’a ordonné Serre-porte).   199 Il conduit la prétendue femme devant la chambre du moine.   200 Prière que les religieux chantent en commun avant d’aller se coucher. Cf. le Povre Jouhan, vers 380.   201 Pensée, préoccupation.   202 Laboure. « Estes-vous si pute, à ceste heure,/ Que chacun qui vient vous labeure ? » Parnasse satyrique.   203 Écartez-vous ! « Tirez-vous un peu en delà, à quartier [à l’écart]. » Furetière.   204 Si je n’échoue pas à tirer (mon vit de la braguette). « Si trait le vit, dont une ânesse/ Peust bien estre vertoillie [saillie]. » (Du Fèvre de Creeil.) Le portier entend revenir le moine : il s’éclipse.   205 La voilà.   206 Je l’ai reconnue.   207 « Ceux qui sçavent un peu (ce) que c’est de parler correctement disent physionomie ; les autres, philosomie. » Henri Estienne.   208 Cela ne fera pas partie du compte. J.-B. Rousseau évoquera ce genre de calculs : « Un Cordelier gageoit à son hôtesse/ Qu’il lui feroit douze coups une nuit. » Tandis que le Cordelier marque les coups avec de la craie, sa maîtresse lui reproche « de marquer huit quand ce ne sont que sept ». Le moine réplique : « Voilà tout effacé./ Sus ! haut le cul, c’est à recommencer ! »   209 Faites bien attention à ce que vous allez faire.   210 Saint Pierre. Cf. Colin filz de Thévot, vers 301.   211 Cette nuit.   212 Sans contestation.   213 Plénière.   214 « Et y en avoit qui se mocquoyent du lien sacré de mariage. » F. de Belleforest.   215 Les vers 520 et 525 ne sont pas le refrain d’un poème : les comédiens, selon leur habitude, ont ajouté des vers dans une scène qui se prête au cabotinage, d’où les nombreuses rimes superfétatoires.   216 Moine paillard. Cf. Ung Jeune moyne et ung viel gendarme, vers 137.   217 La diablesse, toujours interprétée par un homme, est un personnage récurrent des Mystères.   218 Les vers 535-539 sont une réminiscence des vers 449-453.   219 Il attend dans sa loge que la « femme » revienne.   220 F : maistre  (Frère Pierre est nommé 8 autres fois. « Maître Pierre » est une nouvelle interférence avec la Farce de Pathelin.)   221 Avec cette fille légère. Cf. le Gaudisseur, vers 65.   222 Rusée, habile. Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 185.   223 La soi-disant femme se dirige vers la sortie.   224 L’expression est d’autant plus claire qu’elle désigne aussi un pénis : « (Robin) tire son… vous m’entendez bien,/ Et dedans le ventre la frappe. » Mathurin Régnier.   225 Pour un sot, un naïf. Cf. le Prince et les deux Sotz, vers 174.   226 Tambour battant. Double sens : en vous battant.   227 C’est bien ce que vous aurez. « Mon » est une particule de renforcement : cf. les Sotz ecclésiasticques, vers 141.   228 Vous serez servis du même plat.   229 Gratuit. « Tien, sotin, tien, receuil[le] ces biens : c’est d’avantage. » ATILF.   230 F : Quen  (Même question après un aparté au vers 47.)  Le savetier fait maintenant preuve de susceptibilité féminine : l’habit ne fait peut-être pas le moine, mais il fait la femme.   231 Il parvient à s’éloigner.   232 Déguerpi, en argot. « On les vit si bien escarrir/ Que âme ne demoura derrière. » Guillaume Coquillart.   233 De cette manière.

Publicités

MARCHEBEAU ET GALOP

Manuscrit La Vallière

Manuscrit La Vallière

*

MARCHEBEAU

.

ET  GALOP

*

.

Cette Moralité fut composée au début du XVIe siècle, par un Picard inscrit à la Basoche de Paris1. Son style impeccable et son humour cruel m’incitent à croire que c’est le même auteur qui écrira quelques années plus tard le Capitaine Mal-en-point.

Deux nobliaux désargentés, frères d’armes ayant servi jadis dans le même régiment de cavalerie, se remémorent le bon temps à coups d’allusions pour le moins cavalières. Leur dialogue doit beaucoup à celui de Mallepaye et Bâillevant. La seconde partie de l’œuvre parodie les romans courtois en convoquant deux personnages allégoriques, Amour et Convoitise2. D’autres sont nommés, comme le Temps ou Pitié. Mais le temps a bien changé, et la pitié n’est plus de mise. Notre Moralité s’achève sur une « morale » au goût du jour : Amour ne fait rien sans Argent.

Sources : Manuscrit La Vallière, n° 68.

Structure : Rimes aabaab/bbcbbc, avec un rondel double, un rondeau tercet de 11 vers, 11 septains en ababbcc, 4 quatrains à refrain.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

.

*

Farce  moralle

*

À quatre personnages, c’est asçavoir :

     MARCHE-BEAU3

     GALOP4

     AMOUR

     CONVOYTISE

 

*

                           MARCHE-BEAU  commence           SCÈNE  I

         Et puys, monsïeur de Galop ?

                           GALOP

         Quoy, monsïeur de Marche-beau ?

                           MARCHEBEAU

         On n’avon5 plaisance que trop,

         Quant nous chevauchons le hault trop6

5       Sur un bayard ou un moreau7.

                           GALOP

         Tousjours dehet8,

                          MARCHEBEAU

                                            Esprit nouveau,

                           GALOP

         Promps,

                           MARCHEBEAU9

                            Près,

                           GALOP

                                         Bien apris10,

                           MARCHEBEAU

                                                                    Gent(il) cerveau,

                           GALOP

         Plaisant babil,

                           MARCHEBEAU

                                      Langue à son cours.

                           GALOP

         Quant je suys aveq Ysabeau,

10    Je fonse et [me] rigolle beau11,

         Pour entretenir ses atours.

                           MARCHEBEAU

         Sang bieu ! j’ey faict cent mille tours,

         Depuys Paris jusques à Tours,

         Et tout pour l’amour de la belle.

                           GALOP

15    Et pour joÿr de mes amours,

         J’ey chevauché et nuyctz et jours,

         Voyre le plus souvent sans selle12.

                           MARCHEBEAU

         Y ne fault poinct que je le celle,

         Mais souvent je tremble et chancelle,

20    Quant je pence au temp[s] de jadis.

                           GALOP

         Tracasser13 de nuyct sans chandelle,

         Flûter, chanter ; et aulx chans14 d’elle,

         Je cuydoys estre en Paradis.

                           MARCHEBEAU

         Mais moy, j’en ay faict per à dis15.

25    Je cours, je trotes, je rauldis16,

         Je faictz gambades et grans saultz.

                           GALOP

         J’ey tant de chevaulx pourbondis17

         Que mes rains, de leur rebondis,

         En endurent de divers assaulx.

                           MARCHEBEAU

30    Nous chevauchons

                           GALOP

                                             Par mons,

                           MARCHEBEAU

                                                                  Par vaulx,

                           GALOP

         Puys à pié,

                           MARCHEBEAU

                                Puys sur nos chevaulx,

                           GALOP

         Puys en archier18,

                           MARCHEBEAU

                                            Puys en naquet19,

                           GALOP

         Puys chault,

                           MARCHEBEAU

                                  Puys l’abé de Frévaulx20.

                           GALOP

         Mais pour nos paynes et travaulx,

35    Nous y trouvons bien peu d’aquest.

                           MARCHEBEAU

         Aucune foys21, en un banquet,

         On dance,

                           GALOP

                              On donne le bouquet,

         On baise, on parle à s[on] amye.

                           MARCHE-BEAU

         Et puys, sy vient quelque braquet22

40    Qui soufle tout ?

                           GALOP

                                          On faict choquet23,

         On faict ensemble l’arquemye24.

         Puys on s’en va,

                           MARCHEBEAU

                                          On tire vye25,

                           GALOP

         Sans bruict,

                           MARCHEBEAU

                                 Sans noyse,

                           GALOP

                                                          Sans envye,

         Vivans en amoureulx traicté26.

                           MARCHEBEAU

45    Et en tel plaisance assouvye27,

         Nostre volonté est ravye

         En amours et joyeuseté.

                           GALOP

         Nous avons passé mainct esté28

         Où nous avons joyeulx esté.

                          MARCHEBEAU

50    Et maintenant, le temps se passe ;

         Nous sommes

                           GALOP

                                     [Mis] en pauvreté29,

                           MARCHEBEAU

         Nus,

                           GALOP

                      Minches30,

                           MARCHEBEAU

                                              En nécessité31.

                           GALOP

         Temps qui court, [aussy, nous compasse]32.

                           MARCHEBEAU

         Y fault jouer de passe-passe,

55    Mésouen33, durant quelque espace,

         Atendant le temps de jadis34.

                           GALOP

         Y n’est dyamant ne topasse35 ;

         Mais Faulte-d’argent, qui tost passe,

         Nous rend un pou acouardis36.

                           MARCHEBEAU

60    Sy sommes-nous frans,

                           GALOP

                                                    Fors,

                           MARCHEBEAU

                                                                  Hardys,

                           GALOP

         Rustres et en faicts et en dis,

         Sans engin37, science et mémoire.

                           MARCHEBEAU

         Mais tous nos sens sont interdis,

         Quant nous nous trouvons escondis

65    Sur le faict d’aulcun auditoire38.

                           GALOP

         Quel tourment !

                           MARCHEBEAU

                                        Quel dur assessoire39 !

                           GALOP

         Ce nous est un droict purgatoire40,

         Il n’est poinct de plus grans labis41.

                           MARCHEBEAU

         Encor est le faict péremptoire42,

70    Quant un marchant donne auditoyre43

         Sur le faict de nouveaulx abis44.

                           GALOP

         Nous cherchons partout nos ubis45,

                           MARCHEBEAU

         Quites pour un grates vos bis46.

         Ou nous payons par étiquète47.

75    Et puys, quoy ?

                           GALOP

                                       Ramina grobis48

                         MARCHEBEAU

         Nous marchons,

                          GALOP

                                         Comme gens hardis,

         Ayans la main sur la baguète49.

                          MARCHEBEAU

         Par tel poinct, on gaigne,

                           GALOP

                                                        On aqueste,

         Comme s’on l’avoyt par conqueste,

80    Posé qu’on baille signe ou seau50.

                           MARCHEBEAU

         Puys chascun qui nous voyt enqueste :

         « Mais qui est ce sieur sy honneste51 ? »

                           GALOP

         C’est le seigneur de Marchebeau.

                           MARCHEBEAU

         A ! monsieur de Galop, tout beau !

85    Nous chemynons sur le careau52

         Parmy les rues,

                           GALOP

                                       Puys au Palais53.

                           MARCHEBEAU

         S’y sourt connin ou lapereau54,

         Poinct ne voulons de maquereau :

         Nous sommes maistres.

                           GALOP

                                                     Et valès55.

                           MARCHEBEAU

90    Je suys fort comme un Arculès56 !

                           GALOP

         Et moy, vaillant comme un Achilès !

                           MARCHEBEAU

         Humble aulx coups,

                           GALOP

                                               Âpre à la vitaille57.

                           MARCHEBEAU

         Nos langaiges ne sont pas lais,

         Et sy, ne tient rien du58 Palais.

95    Quant c’est pour gibier qui le vaille,

         On forge aneaulx59,

                           GALOP

                                                On congne,

                           MARCHEBEAU

                                                                        On maille60.

                           GALOP

         Nous faisons plus pour une maille61

         Qu’aultres pour escus, envers femmes.

                           MARCHEBEAU

         Aucune foys62, on prent,

                           GALOP

                                                        On baille.

                           MARCHEBEAU

100  Et seulement cherchons bataille

         Pour avoir la grâce des dames63.

                           GALOP

         C’est un trésor.

                           MARCHEBEAU

                                        On y dict basmes64.

                           GALOP

         Qui en peult joÿr pour65 deulx drames,

         Il est ravy jusques aulx cieulx66.

                           MARCHEBEAU

105   J’abandonneroys corps et âmes

         Pour joïr, de celle que j[’a]mes,

         Sans plus, d’un baiser gratieux67.

                           GALOP

         Mos doulx,

                           MARCHEBEAU

                                 Honnestes,

                           GALOP

                                                        Précieux,

         Sy bien dis qu’on ne sairoyt myeulx68,

                           MARCHEBEAU

110  Plaisans, avenans, atraictys69.

                           GALOP

         Y n’est poinct de gens sy joyeulx

         Qu’entre nos70, povres amoureulx,

         Ayans dame au cœur amatis71.

                           MARCHEBEAU

         ……………………………. gentis,

                           GALOP

115  …………….., joyeulx,

                           MARCHEBEAU

                                                Récréatis.

                           GALOP

         Aulcune foys, temporiser72 :

         Par telz soings73 trouvons nos gratis.

                           MARCHEBEAU

         Ainsy, prenons nos apétis

         Sans bou[r]ce ouvrir n’esquot briser74.

120  Qui n’a argent

                           GALOP

                                        Doibt aviser

         Quelque moyen pour s’escuser.

                           MARCHEBEAU

         S’y ne s’escuse ?

                           GALOP

                                          Y75 baille gage.

                           MARCHEBEAU

         Encor est-il plus à priser

         Qui en sort pour bien deviser76,

125  Payant seulement de langage.

                           GALOP

         Pour combatre77 ?

                           MARCHEBEAU

                                            Gens de courage78.

                           GALOP

         Pour batailler79 ?

                           MARCHEBEAU

                                           C’est nostre usage :

         [………………………………… -armes.

         ………………………………….. -age

         ………………………………….. -age,]80

         Simples comme deulx frères d’armes.

                           GALOP

         Et sy nous trouvons aulx alarmes81,

130  Quel deffence ?

                           MARCHEBEAU

                                       Riens que de larmes,

         Sans tirer verge ne bâton82.

                           GALOP

         Poinct ne sommes de ces gens d’armes

         Qui ont dagues, lances et armes.

         Mais aulx femmes

                           MARCHEBEAU

                                             Bien combaton83

 

                     AMOUR  entre en chantant. 84          SCÈNE  II

135  Hélas ! pourquoy s’y marye-t-on ?85

        On est sy aise86, à marier !

        Quel bruict87, quant on a son gorier88

         Aymant de bonne amour certaine,

         Qui faict de sa bource mytaine89,

140  Et fonce argent pour gorgier90 !

                           CONVOYTISE  entre [en chantant].

         Dessoublz le houlx ou le laurier,91

         Auprès de la doulce fontaine…

                           AMOUR

         Quel bruict, quant on a son gorier

         Aymant de bonne amour certaine !

                           CONVOITISE

145  Quelque argentier ou trésorier,

         Ou quelque large92 capitaine

         Qui, pour heurter à la quitaine93,

         Donnast des escus un mill[i]er !

                           AMOUR

         Quel bruict, quant on a son gorier

150  Aymant de bonne amour certaine,

         Qui faict de sa bource mytaine,

         Et fonce argent pour gorgier !

 

                           MARCHEBEAU              SCÈNE  III

         J’os une voys, en ce cartier94,

         Qui fort en [bonne] amour95 se fonde.

                           GALOP

155  Sans qu’el demeure en son entier96,

         Y nous luy fault dresser métier97,

         Et qu’à sa chanson on responde.

                           MARCHEBEAU

         Et fust98 la plus belle du monde,

         Sy en99 sera’lle resjouye.             Y chante :

160        J’ey veu la beaulté ma mye100

               Enfermée dens une tour.

               Pleust à la Vierge Marye

               Que j’en fusse le seignour !

 

                           AMOUR                           SCÈNE  IV

         Or sus, chantons à nostre tour :

165  Y les fault à nous atirer.

                     AMOUR  et  CONVOYTISE  chantent :

         Franc cœur, qu’as-tu à soupirer ?101

         N’es-tu poinct [bien] à ta plaisance ?

 

                           GALOP                             SCÈNE  V

         Puysqu’ilz se mètent en despence102,

         Chantons, y nous y fault remectre !

                           MARCHEBEAU

170  D’aymer je m’y veulx entremectre,

        Puys que [chanter je l’ay ouÿe]103

         À l’ourée du boys, l’alouète.

 

                           AMOUR                             SCÈNE  VI

         Sus ! desplyons nostre gorgète104,

         Et leur respondons à l’envye105.

                           CONVOITISE  chante :

175  Amy, hélas (dict-elle), qu’i m’anuye106.

 

                           MARCHEBEAU107         SCÈNE  VII

         Dame de plaisance assouvye,

         Dieu vous doinct joye et bonne vye !

                           AMOUR

         Salut, sancté, bruict108 et renon !

                           GALOP

         Honneur je vous rens à l’envye,

180   Dame de plaisance assouvye !

                           MARCHEBEAU

         Vostre beaulté tant me convye

         Qu’el a ma volonté ravye

         Pour vous aymer, veuil[l]ez ou non.

                           GALOP

         Dame de plaisance assouvye,

185  Dieu vous doinct joye et bonne vye !

                           CONVOYTISE

         Salut, sancté, bruict et renom !

                           AMOUR

         Or çà ! et quel est vostre nom ?

                           MARCHEBEAU

         Je suys monsieur de Marchebeau.

                           AMOUR

         Et vous ?

                           GALOP

                             Monsïeur de Galop.

                           AMOUR109

190  Seurement, mon gentil mygnon,

         Et vous et vostre compaignon

         Portez non de bas s[e]igneuriau110.

                           MARCHEBEAU

         Et ! comment cela ?

                           CONVOITISE

                                               Marchebeau111 ?

         La raison est bien aparente !

                           AMOUR

195  Telz gens marchans sur le careau

         S’imposent telz gens de nouveau112 ;

         Mais ce sont mes seigneurs sans rente.

                           CONVOYTISE

         Portez vostre derrée en vente113,

         Et sortissez114, qu’el ne s’esvente !

                           GALOP

200  Ouy dea, sy tost ?

                           CONVOYTISE

                                           Troussez vos quilles115,

         Et n’y contez n’à vint116, n’à trente !

         Ce n’est poinct céans qu’est la vente

         Où debvez vendre vos coquilles117.

                           MARCHEBEAU

        Quoy, dames gentes et abilles118 :

205  Esse maintenant la manyère

         Et l’estat de sy belles filles,

         De donner responce sy fière ?

         Ne119 vous semble-il poinct qu’il afière

         À moy, qui par amour vous ame ?

210  [Ouy] dea ! Monsieur vault bien Madame120.

                           AMOUR

         Bien ! sy vous estes grand seigneur,

         Sy vous faictes121 donc bien servyr ;

         Mais pas ne voys, pour mon honneur,

         Qu’à vous je me doyve asservir,

215  Sy ne le voulez déservir122

         Par fort donner. C’est ma responce.

         On n’a plus d’Amours, qui ne fonce123.

                            GALOP

        Encor n’avons pas entendu124

        La requeste qu’i vous [plaist dire]125.

220  Croyez qu’à donner en temps deu126,

         On n’y vouldroyct pas contredire ;

         Mais pas ne debvez escondire

         Sy seurs127 amoureulx beaulx et gens.

         Beau parler128 apaise les gens.

                           CONVOYTISE

225  Il en vient tant de telz que vous,

         Chantereaulx129, barbouil[l]eurs130, raillars131,

         Qui ne virent onques sis soublz132

         Et font des amoureulx gaillars !

         Ce ne sont poinct te[l]s coquillars133

230  Qu’Amours doibt tenir en pasture134 :

         Amour, sy est quant argent dure.

                           MARCHEBEAU

         Sy je vous ay mon cœur donné,

         Dame gracieuse et honneste,

         Me lérez-vous135 abandonné

235  Sans ouïr mon humble requeste ?

         C’est que Pityé vous amonneste136

         Que nous secourez, corps et âmes.

         Pityé se doibt trouver137 aulx dames.

                           AMOUR

        Fussiez-vous Compte de palatin138,

240  Et plus beau cent foys que Jason139,

         Vous perdriez vostre latin,

         Et en vain faictes tel blason140.

         Plus n’est maintenant la saison

         De « secourir », s’on n’y aqueste141.

245  En vain faictes vostre requeste.

                           MARCHEBEAU

         Un reguard preschant142 de vostre œuil

         A faict d’amour mon cœur férir143,

         Espoirant que sy doulx ac[c]euil

         Me voulsist144 un peu secourir ;

250  Ou aultrement, je voys145 mourir,

         Sy de bref n’y donnez remède,

         Rac[c]euil146, confort, secours et ayde.

                           CONVOYTISE

         Mais avez-vous force d’argent,

         Qui147 voulez maintenir Amours ?

                           GALOP

255  Chascun en est léger et gent,

         Mais nous sommes de noble gent148,

         Dignes de porter les a[u]tours149.

                           CONVOYTISE

         Pour néant faictes tant de tours,

         Et en vain faictes tel demande.

                           MARCHEBEAU

260  Au moins, recevez ma demande150 !

                           AMOUR

         Qu’esse ?

                           MARCHEBEAU

                              [Voicy] une requeste

         Que vous présente par escript.

                           CONVOYTISE

         Y n’en fault plus faire d’enqueste :

         Vous y venez en temps prescript151.

                           MARCHEBEAU

265  Et ! pour l’amour de Jésuchrist,

         Ayez pitié du povre amant !

                           AMOUR

         Mon amy, à Dieu vous commant152 !

         On dict qu’à hardy demandeur

         Y fault hardiment refuser153.

                           CONVOYTISE154

270  Pas ne vous apartient tant d’eur155 ;

         Vous ne vous faictes qu’abuser156.

                           AMOUR

         Encor s’en fault-il excuser157,

         Et leur faire quelque despesche158 :

         Leur blason m’enuye et empesche159.

                           CONVOYTISE

275  Je leur voys faire un court adieu,

         Et les despescheray sy brief

         Que plus ne viendront en ce lieu

         Nous faire requeste ne grief…

         Tenez, galans, tenez ce bref160 :

280  C’est une lestre veue161 et leue.

                           GALOP

         Qu’esse ?

                           CONVOYTISE

                              Un vidimus sans queue162.

                           MARCHEBEAU

         Corps bieu ! nous sommes despeschés.

                           CONVOYTISE

         Sus, seigneurs, sus, [vous] despeschez !

         Ne faictes plus icy d’aproche[s] !

                           GALOP

285  Quel déshonneur !

                           MARCHEBEAU

                                            Quelles reproches !

         Nous sommes bas,

                           GALOP

                                             Mal compassés163,

         Plas comme gens d’armes cassés164,

                           MARCHEBEAU

         Confus comme fondeurs de cloches165.

                           GALOP

         On nous a coupé court les broches166

290  Sans [que puissons]167 aller jamais.

                           MARCHEBEAU

         Y ne fault plus chercher des pesches :

         Nous avons eu le dernier mès168.

                           CONVOITISE

         Allez, chantere[a]ulx,

                           AMOUR

                                                 Allez, nyvelès169,

                           CONVOITISE

         Minches,

                           AMOUR

                             Piètres,

                           CONVOYTISE

                                              De povre gent170 !

                           AMOUR

295  Entendez que font clers ou lès171 :

         Chanoynes, seigneurs ou valès,

         Au moins ne font rien sans Argent172.

                           MARCHEBEAU173

         S’on avoyt la force Herculès174,

         La beaulté d’Absalon175 le gent

300  Avec la vail[l]ence Achilès176,

         Amour ne faict rien sans Argent.

                           GALOP

         Il a beau faire compromys,

         Qui est de foncer négligent177 :

         Plus [n’]est de parens que d’amys178.

305  Amour ne faict rien sans Argent.

                           MARCHEBEAU

         Conclusion : qui s’est sumys179

         En amours, povre et indigent

         Il est renvoyé et démys180.

         Amour ne faict rien sans Argent.

 

                                                       FINIS

*

1 Le style basochien est reconnaissable dans le détournement du vocabulaire juridique. Les datations proposées pour Marchebeau couvrent toute la seconde moitié du XVe siècle. Elles s’appuient sur le vers 287 : « Plas comme gens d’armes cassés. » Or, à toutes les époques, des soldats ont été renvoyés, et pas seulement sous Charles VII. On nous dit encore que la satire des élégants caractérise les années 1480. C’est faux : la pièce qui pourfend le mieux les frimeurs est Folle Bobance (BM 40), écrite vers 1500. Ceux qui datent Marchebeau du XVe siècle négligent le vers 42, qui renferme une expression italienne (tirar via) d’importation récente. D’autre part, la culture des pêches <vers 291> s’est vraiment démocratisée à la Renaissance. Enfin, les chansons égrenées dans la pièce furent à la mode au début du XVIe siècle.   2 Amour, qui est un mot féminin, est ici le nom d’une femme ; dans le Roman de la Rose, c’est un dieu. Dans le même roman <vers 169-196>, Convoitise est déjà une allégorie féminine, comme dans le Roman de Fauvel, qui en fait la compagne de Charnalité [Sensualité].   3 « Marcher beau » (ou chevaucher beau) est un terme d’équitation qui signifie : avoir une belle prestance. « Elle marchoit beau et à trait :/ Tant belles façons, tant beaux gestes. » Le Monologue Coquillart.   4 Une chevauchée, au sens érotique : « De trot et de galot (il) luy donne des leçons. » (Mathurin Régnier.) Voir le vers 16.   5 Variante normanno-picarde de « nous n’avons ».   6 Un trot de démonstration, qu’on appelle aujourd’hui le passage.   7 Sur un cheval bai ou un cheval brun.   8 Gaiement.   9 À partir d’ici, LV abrège presque toujours ce nom en mar.   10 Civilisés.   11 Foncer = payer une femme : cf. le Dorellot, vers 132, 141 et 152. Se rigoler = se livrer à des ébats : « (Ilz) se rigollent avec ces fillectes tout l’iver. » A. de La Sale.   12 Chevaucher sans selle = chevaucher une femme. Cf. les Sotz fourréz de malice, vers 381.   13 Aller et venir (Mallepaye, vers 92). Galop chante des sérénades sous la fenêtre de sa belle.   14 Le champ est la partie de la femme qu’il faut labourer. « La sibylle aussitôt dans sa chambre le mène,/ Et lui montre le champ de l’amoureux déduit. » Robbé de Beauveset.   15 Pair à dix = autant que dix. Cf. le Pèlerinage de Saincte-Caquette, vers 140 et 320.   16 On emploie ce verbe picard pour dire qu’un chasseur à cheval galope à droite et à gauche après le gibier. « Je rauldis, je trasse ;/ Je cherche la trasse,/ Et si, ne prens rien. » (Mystère d’ung Jeune enfant que sa mère donna au dyable.) Marchebeau se complaît dans le vocabulaire des cavaliers.   17 Fait caracoler. « Il pourbondit son cheval devant les dames. » Godefroy.   18 Dans l’imagerie populaire, les archers, à pied, traînaient derrière eux un sommier, un cheval de somme qui portait leur linge et leur attirail.   19 Petit page. Cet emprunt à Mallepaye <vers 136> est malvenu : ce n’est pas le naquet mais le « laquais » qui s’occupe des chevaux militaires. « Il avoit deux grans chevaulx pour la jouste, lesquels il faisoit mener en main par deux laquès. » Godefroy.   20 Sur cet abbé qui est trop pauvre pour se chauffer, voir la note 155 du Monde qu’on faict paistre.   21 Parfois.   22 Un courant d’air qui souffle les torches ?   23 On se cogne aux femmes, dans le noir ? Lexicalement, ce passage est douteux ; il est probable que des idiotismes picards ont été « francisés », comme c’est trop souvent le cas.   24 L’alchimie amoureuse. « Pour faire l’arquemye d’amours,/ Il est si peu d’ouvriers parfaiz. » ATILF.   25 On passe son chemin (terme de marine venu d’Italie). Panurge, craignant de débarquer dans une île de voleurs, crie au capitaine du bateau : « Tirons vie de long ! » (Quart Livre, 66.) La réplique de Marchebeau dissimule un double sens : on retire son vit.   26 Comme si nous vivions dans un roman courtois. De fait, nos deux idéalistes vivent dans un monde qui n’existe plus (et qui n’a d’ailleurs jamais existé), où les femmes écartaient les cuisses dès qu’on leur offrait des fleurs de rhétorique. Voir le vers 125.   27 Ce poncif des « traités amoureux » est réutilisé au vers 176. La littérature parodique l’avait galvaudé : « Mais veult-on plus joyeuse vie/ Qu’avoir sa plaisance assouvie/ Et rustrer avec les mignons ? » Régnault qui se marie à La Vollée, F 7.   28 Plus d’un été : de nombreuses années.   29 « Et [celui] quy est en povreté mis,/ Il ne scet quy sont ses amis. » Second mariage entre Dieu le filz et l’âme pécheresse (dont un des personnages se nomme Convoitise).   30 Forme picarde de « minces » : pauvres. (Idem vers 294. Voir aussi Mallepaye, vers 14.) Le Picard Jehan Molinet écrit : « Sain de corpz et minche d’argent. »   31 Nécessiteux.   32 LV : ausy non compase  (Nous façonne.)  Le Temps qui court est un personnage allégorique dans la moralité Chascun, Plusieurs, le Temps qui court, le Monde (LV 43).   33 Désormais.   34 Le retour de Bon Temps est le topos médiéval par excellence.   35 Nous n’avons ni diamants, ni topazes.   36 Un peu découragés. « Faulte d’argent et les grans prestz/ Nous ont ung peu appaillardis. » (Mallepaye.) Faute d’argent est un personnage allégorique dans la sottie Faulte d’argent, Bon Temps et les troys Gallans sans soucy (F 47).   37 Sans artifice. « Force vaut peu, sans engin ; et j’ay veu petits poissons, par engin, desconfire les grands. » Histoire d’Alexandre le Grand.   38 Ce charabia juridique peut se traduire ainsi : Quand nous sommes exclus d’une compagnie galante. Le « ui » de éconduire est picardisé en « i », comme au vers 222.   39 Quel tracas supplémentaire. « Quel accessoire ! » Mallepaye, vers 73.   40 C’est pour nous un véritable enfer.   41 Malheurs.   42 Sans contestation permise.   43 Accorde une audience (aux autres galants).   44 Au sujet des habits à la mode.   45 L’adverbe latin ubi signifie « où ? ». On l’intégrait au français dans le sens de « lieu où l’on peut vivre » : « Auxquelles deux personnes ils donnoient (…) un ubi, ou lieu. » Thomas La Grue.   46 Nous en sommes quittes pour un grates vobis [merci à vous]. Jeu de mots sur « grattez vos bis » : masturbez-vous (parce que vous n’aurez rien d’autre). Cf. Ung jeune moyne et ung viel gendarme, vers 456 et note 140.   47 Avec une reconnaissance de dette. « Payé d’une belle estiquette. » Mallepaye.   48 Fièrement. Cf. Maistre Mymin qui va à la guerre, vers 141.   49 La houssine des cavaliers, baguette de houx qui pouvait servir de cravache.   50 À supposer qu’on présente un seing ou un sceau (pour légaliser ce gain douteux).   51 Si élégant.   52 Nous marchons à pied sur le pavé : nous n’avons plus de chevaux. Idem vers 195.   53 Le Palais de Justice, dans l’île de la Cité, est le quartier général des basochiens. Les alentours sont un lieu de promenade, et de rencontres parfois tarifées.   54 S’il surgit un lapin ou un lapereau. Ces deux animaux à fourrure symbolisent le sexe de la femme.   55 Au jeu d’amour, les valets sont meilleurs que les maîtres. Voir la note 44 du Ramonneur de cheminées.   56 Comme Hercule, qui engrossa les 50 filles de Thespios en une nuit. On retrouve le fort Hercule et le vaillant Achille aux vers 298 et 300.   57 Vorace de victuailles. Mais aussi : ayant un vit vorace. « Si est mon maistre bien garny/ De vitailles pour un repas. » Les Chambèrières.   58 LV : au  (Et pourtant, cela ne doit rien au Palais de justice. Le jargon basochien des vers 63-71 et 260-264 prouve le contraire.)   59 Quand le gibier féminin en vaut la peine, on fait forger des bagues. Double sens érotique prépondérant : on lui martèle son bijou.   60 On donne des coups avec notre « maillet ».   61 Pour un demi-denier. « Pour contenter le féményn,/ Nous ferions plus, d’un eschellin,/ Qu’ung aultre de quinze royaulx. » Mallepaye.   62 Parfois.   63 Ces deux anciens militaires « ne bataillent q’aulx cus ». Troys Pèlerins et Malice, LV 67.   64 Des douceurs (baume).   65 LV : de  (Pour 2 drachmes, 2 francs. « .II. drames d’argent. » Godefroy.)   66 Jusqu’au 7ème ciel.   67 Pour obtenir de celle que j’aime un baiser, sans plus.   68 Qu’on ne saurait mieux dire.   69 Attractifs, charmants.   70 Que nous autres.   71 Maté, soumis. Les deux vers suivants sont tronqués, comme devait l’être le bord gauche du manuscrit de base.   72 Quelquefois, nous montrer accommodants (avec les dames).   73 LV : poings  (C’est avec de telles attentions que nous trouvons nos récompenses.)  Un gratis est une gratification : « Vous y voullez aller pour acquester aucun don et trouver aucun gratiz. » ATILF.   74 Ni sacrifier notre part d’héritage. « Le don qui est parti de l’escoc de l’aisné se départira entre les hoirs [les héritiers] dudit aisné. » (ATILF.) Bâillevant, lui aussi, veille à conserver son héritage <vers 247-248>.   75 LV : Sy  (Il donne un gage.)   76 Celui qui s’en tire parce qu’il parle bien (aux femmes).   77 Pour battre des cons. « Je n’avois tel couraige/ De con battre, et tel appétit. » (Franc-archier de Cherré.) Voir les calembours analogues de Gratien Du Pont, vers 151-168.   78 Nous sommes des hommes de cœur.   79 Pour copuler. Voir les vers 100-101.   80 Cette lacune rappelait probablement que les frères d’armes mettaient tout en commun, y compris leurs conquêtes féminines.   81 Si nous nous trouvons en difficulté : si nous subissons une panne sexuelle.   82 Double sens érotique.   83 Nous battons bien le con. Voir la note 77.   84 Marchebeau et Galop se trouvent sur la table de marbre de la Grand-Salle du Palais de justice. (Voir la notice du Capitaine Mal-en-point.) Amour et Convoitise sont au pied de ladite table ; les hommes les entendent mais ne les voient pas encore. Elles les rejoindront au vers 176.   85 Chanson de noces. Voir le Munyer, vers 136, et H. M. Brown : Music in the french secular theater, n° 154.   86 LV : esse  (On est si bien, quand on est encore à marier !)  La chanson dit : « Hélas ! pourquoy se mari-on ?/ On est si aise, à marier :/ On n’oit ne noise, ne tanson,/ Ne ses petis enfans plorer. »   87 Quelle jubilation.   88 LV : guerrier  (Voir les refrains 143 et 149.)  Gorrier = riche galant. « Les grans gorriers de Court,/ Les grans prodigues de despens ordinaires. » André de La Vigne.   89 Qui a toujours la main fourrée dans sa bourse, comme dans un gant : qui est généreux. « Les financiers qui faisoient, de la bourse de leur maistre, mitaine. » Satyre Ménippée.   90 Donne de l’argent pour nous engraisser.   91 Chanson non identifiée.   92 Généreux.   93 Pour faire l’amour. « Qui frappera à la quintaine. » Ung jeune moyne et ung viel gendarme.   94 J’entends une voix dans ce coin.   95 En amour courtois. Cf. le vers 150, et Sœur Fessue, vers 104.   96 Sans qu’elle reste inébranlable. « Et tous les souldars esmeuz [remontés] contre luy (…) ; et luy, demeure en son entier et en greigneur [plus grande] auctorité que paravant n’estoit. » Claude de Seyssel.   97 Tendre un piège. Cf. le Monde qu’on faict paistre, vers 93.   98 Fût-elle.   99 LV : on  (Du moins en sera-t-elle réjouie. L’aphérèse du « e » de (e)lle après un futur est courante dans les parlers du Nord : « Sy sera’lle de moy pipée. » <La Mère de ville, LV 28.> Voir aussi le vers 221 du Gentil homme et son page.)  La très mauvaise édition de Marchebeau publiée en 1872 par Édouard Fournier, qui repose sur la très mauvaise édition publiée en 1837 par Le Roux de Lincy et F. Michel, défigure ce vers de la sorte : « Sy on se ralle, resjouye et chante. »   100 De mon amie. Chanson répertoriée par Brown, n° 198.   101 On chante cette chanson dans deux autres farces du ms. La Vallière : les deux premiers vers dans le Médecin et le Badin (LV 39), et le 4ème vers dans le Pèlerinage de Mariage (LV 19). Voir Brown, n° 135.   102 LV : debuoir  (Puisqu’elles se mettent en frais pour nous séduire. « Se mettant en despence et, comme l’on dict, sur le bon bout, pour se faire valoir. » Vincent Carloix.)  Le masculin « puysqu’ilz » n’a rien d’étonnant : le théâtre de la Basoche confiait les rôles de jeunes filles à des clercs de procureurs.   103 LV : ie lay ouy chanter  (Je corrige pour la rime, mais la chanson dit effectivement : « Pour ce que je ouÿ chanter. »)  Voir Brown, n° 68.   104 Chantons à gorge déployée. Mais aussi : déplions la collerette qui dissimule notre poitrine.   105 À l’envi, à qui mieux mieux. Idem vers 179.   106 Que cela m’ennuie. « A, Dieu ! qu’il m’anuye. » (Charles d’Orléans.) Notre chanson est inconnue, et l’incipit qu’en donne Brown <n° 22> d’après la déplorable édition Fournier, n’arrange rien : « Amy, las ! dict el que m’anvye ! »   107 Les femmes rejoignent les hommes sur la table de marbre.   108 Bonne réputation.   109 LV ajoute dessous une interjection d’acteur : on on   110 Vous portez un nom de petit seigneureau. La finale -iau au lieu de -eau est picarde : comparer le picard fabliau et le francien fableau.   111 LV : bien et beau   112 Ces gens qui vont à pied (vers 85) veulent passer pour des gens nouveaux, pour des élégants.   113 Allez vendre vos denrées (au marché) !   114 LV : sortises  (Les juristes employaient un verbe sortir du 2ème groupe : « J’entends que cette clause sortisse son plein & entier effet. » <Dict. Acad. françoise.> Mais notre auteur n’a fait que consigner une déformation normanno-picarde de l’impératif sortez : « Fiers et mauldictz chiens enragés,/ Sortissez hors ! » Guillaume Tasserye.)   115 Jouez des gambettes, filez ! « Despêche-toy,/ Incontinent trousse tes quilles ! » Mistère du Viel Testament.   116 Ne comptez pas jusqu’à 20.   117 Vos salades. « On congnoist tous voz tours d’estrilles,/ Et bien clèrement voz latins./ Trotez, reprenez voz patins,/ Et troussez voz sacs et voz quilles !/ À qui vendez-vous voz coquilles ? » (Charles d’Orléans.) Double sens érotique : coquille = pénis (Frère Guillebert, vers 280).   118 Habiles.   119 Conjonction de coordination dépourvue de valeur négative : ni, et. Et vous semble-t-il que cela se rapporte à moi ? Afférir à = être approprié à, convenir à.   120 Je vaux autant que vous. « S’el ne me veult, aussi je ne la veulx./ Ce m’est tout un : Monsieur vault bien Madame ! » (Octovien de Saint-Gelays.) Cet adage est également le titre d’une chanson <Brown, n° 299 ; Brian Jeffery, t. I, p. 115>. Les deux couples de la pièce offrent un curieux parallélisme : Amour et Galop possèdent 5 lettres, et Convoitise et Marchebeau en possèdent le double.   121 Alors faites-vous.   122 Mériter en me donnant beaucoup (d’argent). Cf. le Gentil homme et son page, vers 116.   123 Si on ne paye pas.   124 Compris.   125 LV : demande  (Ce qu’il vous plaît de dire : ce que vous dites. « Sy saurai-ge qu’i vous plaist dire. » Mestier et Marchandise, LV 73.)   126 En temps dû, en temps utile.   127 Sûrs, fidèles.   128 Ce personnage allégorique est cité notamment dans le Temple de Cupido, de Clément Marot. On remarquera que dans notre farce, les allégories sont toujours invoquées par les hommes ; les femmes, elles, ont les pieds sur terre.   129 Donneurs de sérénades, comme Galop aux vers 21-22. Même injure à 293.   130 « Barbouilleurs de papier », rimailleurs qui troussent des poésies galantes en espérant trousser la femme à qui ils les dédient. « Tout le papier que j’ay autresfois barbouillé pour les dames. » Montaigne, I, 40.   131 Plaisantins. Ces trois catégories de pique-assiette seront étudiées en détail dans la Réformeresse.   132 Qui ne virent jamais 6 sous (dans leur bourse).   133 Vagabonds qui arborent la coquille Saint-Jacques des pèlerins de Compostelle.   134 Doit nourrir.   135 Me laisserez-vous.   136 Vous admoneste, vous exhorte.   137 LV : touruer  (On doit trouver dans les dames de la pitié.)   138 « Comtes palatins, seigneurs que le prince chargeait de fonctions judiciaires. » Littré.   139 Ce jeune prince conquit la Toison d’or. Aussi, Pernette du Guillet l’appelait « le beau Jason ».   140 Discours séducteur. (Idem vers 274.) Cf. le Faulconnier de ville, vers 119.   141 Si on n’y gagne rien.   142 On reconnaît l’adjectif perçant : « Par les longz traictz de tes perceanz regardz. » (Godefroy.) Mais il est déformé par deux picardismes. Premièrement, une chuintante, perchant : « D’un œil esveillé et perchant. » (G. Coquillart.) Deuxièmement, une métathèse, pçant.   143 Battre.   144 Me voulût. Doux Accueil est un personnage allégorique, par exemple dans le Passe-temps et songe du Triste. Le Roman de la Rose l’appelle Bel Accueil.   145 Je vais.   146 Refuge. Confort = réconfort.   147 Vous qui.   148 De noble race.   149 L’autour est une sorte d’épervier que les nobles —et seulement les nobles— portent sur leur poing quand ils chassent. « Vous ne devez donc pas mespriser les autours : car les premiers fauconniers d’aujourd’huy en font estat, & les Princes mesmes les estiment de très-bons oyseaux. » Charles d’Arcussia.   150 Rime du même au même, si ce n’est que la seconde comporte une nuance juridique : Marchebeau présente par écrit une demande en possessoire. Les « barbouilleurs de papiers » <vers 226> et autres « rimeurs à gages » <les Rapporteurs, vv. 265-7> avaient dans leurs poches des poèmes de circonstance déjà écrits, qu’ils n’avaient plus qu’à dégainer au bon moment. Leurs poésies amoureuses étaient suffisamment vagues pour convenir à de multiples femmes. Les recueils collectifs de l’époque sont pleins de ces circulaires rimées.   151 Vous arrivez trop tard, il y a prescription.   152 Je vous recommande. C’est une formule de congé.   153 « À bon demandeur, bon refuseur. » Proverbes communs.   154 LV : galop   155 Tant d’heur : une si bonne fortune.   156 Vous vous abusez.   157 Prendre congé d’eux. Amour s’adresse à Convoitise.   158 Il faut les dépêcher, les expédier. « Sa mort seroit belle dépesche ! » Godefroy.   159 Leur discours m’ennuie et me retarde.   160 Cette lettre. Marchebeau a dans sa poche des lettres d’amour (vv. 260-262), et Convoitise a dans sa manche des lettres de rupture.   161 LV : vueue  (Que nous avons vue et lue. Cette formule officielle équivaut à notre « lu et approuvé ».)  C’est une fin de non-recevoir.   162 Un renvoi pur et simple. Dans le Dorellot, Sadinette veut congédier son amant ruiné avec « ung vidimus sans queue ». Voir la note 99 de ladite farce, où j’explicite également le calembour « sans queue ».   163 Mal arrangés. « Si mal compasséz. » Mallepaye, vers 14.   164 Cassés de gages, comme Mallepaye et Bâillevant au vers 12 : révoqués sans solde. Cf. Troys Gallans et Phlipot, vers 296-297.   165 « Plus confus & mattéz que fondeurs de cloches. » (Jean Suau.) Proverbialement, les fondeurs de cloches sont estonnéz, sots, péneux, quinauts, piteulx, camus et honteux.   166 On a coupé court à nos arguments. « Si on oyt quelqu’un parler par ambages, on luy doit coupper la broche court et luy demander [ce] qu’il veut signifier. » Calvin.   167 LV : qui puisons  (Sans que nous puissions aller de l’avant, argumenter.)   168 LV : vers  (Nous venons d’avoir notre dernier mets, notre dessert : inutile d’aller chercher des pêches.)  « Manger des meûres à la fin du disner pour le dernier mets. » Dictionarium latino-gallicum.   169 « Nivelet : simple, imbécile. Mot picard. » (Dictionnaire rouchi-français.) « Se quelques nyais nyveletz/ S’adressent à nous. » (Pierre Gringore.)   170 De pauvre extraction. Les deux femmes poussent la moquerie jusqu’à imiter la versification fragmentée de leurs victimes.   171 Les clercs ou les laïcs.   172 Sans la permission de ce nouveau dieu. « Amour n’est plus dans le fœminin cueur :/ Car l’Argent est, dessus Amour, vaincueur. » Gilles Corrozet.   173 LV : convoytise   174 Même si on avait la force d’Hercule.   175 « Plus belle/ Cent foiz que le bel Absalon. » Pour porter les présens à la Feste des Roys.   176 La vaillance d’Achille.   177 Celui qui néglige de payer.   178 Quand on est fauché, il n’y a pas plus de parents que d’amis. « Pauvres gens n’ont amis ne parents. » Trésor de sentences dorées.   179 Soumis.   180 Et mis dehors. « Dieu tantost le desmist/ De Paradiz. » ATILF.

LE RAMONNEUR DE CHEMINÉES

British Museum

British Museum

 

*

 

LE  RAMONNEUR

 

DE  CHEMINÉES

 

*

Cette farce remonte au XVe siècle : aucun des arguments émis par ceux qui la datent du XVIe (jusqu’en 1564 !) n’est recevable. Une douzaine d’archaïsmes ont survécu au formatage éditorial ; en outre, elle emprunte aux Grands Rhétoriqueurs1 non seulement des poèmes à forme fixe inédits au théâtre, mais aussi des rimes équivoquées (vers 54, 103, 139, 228, 281).

Les ramoneurs de cheminées font partie de ces artisans consciencieux que chérissent les dames, au même titre que les rembourreurs de bâts, les récureurs de chaudrons, ou les laboureurs de vignes. Une fois de plus, le théâtre prend à bras-le-corps le sujet tabou que constitue la rétribution de certains hommes par des femmes qui louent leurs services. D’innombrables chansons à la gloire des ramoneurs ne disent pas autre chose :

    Un jour d’yver, Margot oyoit crier2

    Quelque gaillard housseur de cheminée,

    Criant : « Je housse3 haut et bas le foyer

    Mieux que ne feit oncques personne née ! »

    Margot luy dit : « Et combien la journée ? »

    « Vous me payerez (dit-il) selon l’ouvrage. »

    Lors, çà et là, de bien housser fait rage

    De reins, de bras, de pieds, de mains, de cul.

      Lors dit Margot : « Là, mon amy,

          Prenez courage,

          Cognez plus fort,

          Poussez plus fort,

    Houssez plus fort : vous aurez un escu. »

 

Sources : Recueil de Florence, n° 30. <Peut-être4 édité par l’atelier Trepperel, à Paris, vers 1515.>  Recueil du British Museum, n° 36. <Imprimé chez feu Barnabé Chaussard, à Lyon, en 1545.>  Je prends pour base la version Florence, et je la corrige tacitement sur celle du British Museum.

Structure : Rimes plates, avec 3 triolets, 1 lai sur trois rythmes, 2 « simples lais ».

Cette édition : Cliquer sur Préface. (Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.) « Éd. » désigne les deux éditions gothiques.

*

 

Farce nouvelle du

 

Ramonneur  de

cheminées

 

Fort joyeuse. Nouvellement imprimée.

 

*

 

À quatre personnages :

    LE  RAMONNEUR  [Jehan du Houx]

    LE  VARLET5

    LA  FEMME

    LA  VOYSINE

 

*

                      LE  RAMONNEUR  commence en chantant.

               Ramonnnez voz cheminées6,                      SCÈNE  I

               Jeunes femmes, ramonnez !

                           LE  VARLET

               En nous payant noz journées,

               Ramonnez voz cheminées !

                           LE  RAMONNEUR

5             En nous payant noz journées,

               Retenez-nous7, retenez !

               Ramonnez voz cheminées,

               Jeunes femmes, ramonnez !

                           LE  VARLET

         Par le corps bieu ! vous m’estonnez8,

10     Tant menez lourde mélodie.

                           LE  RAMONNEUR

         Que dyable veulx-tu que je dye ?

         Encore ne sçay tant crier

         Que gaigner puysse ung seul denier ;

         De quoy je m’esmerveille assez.

                           LE  VARLET

15     Si fais-je9 plus que ne pensez.

         J’ay veu que, quant vous avyez grâce

         De bien ramonner, vostre tasche

         Estoit bien d’un autre plumaige10.

                           LE  RAMONNEUR

         A ! tu dis vray : je fesoye rage,

20     Quant premièrement tu me vis11.

                           LE  VARLET

         Chascun vous mettoit en ouvraige.

                           LE  RAMONNEUR

         A ! tu dis vray : je faisoye raige.

                           LE  VARLET12

         Il eust, alors, plus fait d’ouvraige

         En ung jour qu’il ne fait en dix.

                           LE  RAMONNEUR

25     A ! tu dis vray : je faisoye raige,

         Quant premièrement tu me vis.

                           LE  VARLET

         [Les] gens qui sont ainsi massis13

         Comme gros prieurs ou gras moynes

         Ne furent jamais guère(s) ydoines14

30     De bien cheminées15 housser.

                           LE  RAMONNEUR

         Pourquoy ?

                           LE  VARLET

                              Ilz ne font que pousser,

         Et sont pesans comme une enclume.

         Et vous ensuyvez la coustume,

         Car vous estes gras comme lart.

                           LE  RAMONEUR

35     Par bieu ! j’ay aussi bien fait l’art

         Du « mestier » qu(e) homme du Royaume ;

         Mais pour l’exercer, sur mon âme,

         Ma puissance fort diminue.

                           LE  VARLET

         S(e) elle fust aussi bien venue

40     Devers vous comme déclinée16,

         Vous eussiez mainte cheminée

         À ramonner, qu’on vous trépasse17.

                           LE  RAMONNEUR

         Je ne sçay que c’est18 : tout se passe,

         Ce que Nature a compassé19,

45     Car je suis jà tout [dé]passé20.

         Bien joueroit de passe-passe21,

         Qui me feroit en brièfve espace

                     Corps bien compassé22 !

                     Je suis jà cassé,

50                         Faulcé,

                             Lassé.

               Et tout mon bien se trespasse,

               De l’or que j’ay amassé

               À Gaultier ou à Massé.

                     [Ce que je pourchasse]23

55                 De leur bonne grâce,

               C’est d’estre en ung viel fossé

                             Poussé,

                             Troussé24,

               Là où personne ne passe.

                           LE  VARLET

60           Qui vous diroit25 à voix basse :

               « Prens dix escus en ma tasse26 »,

                       Qu’en diriez-vous ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                          Rien(s)27.

                           LE  VARLET

               Ou de vuider une tasse28

               Et humer la souppe grasse,

65                   Vous le feriez ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                  Bien.

                           LE  VARLET

               Se29 vous fussent assignées

               À dormir grans matinées,

                       Quel estat, quel ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                      Bon.

                           LE  VARLET

               Mais pour housser cheminées

70           Là où vertus30 sont minées,

                       Il ne vous en chault ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                              Non.

               Je soulloye avoir le renom ;

               Mais maintenant, je [re]metz

               (Tant que mestier je congnoys)

75           Doresnavant à quinsaine31.

         Par mon âme ! c’est trèsgrant paine

         Que de ramonner à journée.

                           LE  VARLET

         Voire, pour gens à courte allayne32

                           LE  RAMONNEUR

         Par mon âme ! c’est trèsgrant peine.

                           LE  VARLET

80     Croyez qu’il n’y a nerf33 ne vaine

         Qui ne soit bien examiné[e]34.

                           LE  RAMONNEUR

         Par mon âme ! c’est trèsgrant peine

         Que de ramonner à journée.

                           LE  VARLET

         Or çà ! faison quelque traînée35,

85     Ou quelque cryée36 joyeuse,

         Pour veoir se quelque malheureuse

         Ne nous mettra point en ouvrage.

                           LE  RAMONNEUR

         Nous y perdrons nostre langage37.

         Ne faisons cy plus long séjour.

90     Car tu sces bien que tous le(s) jour(s),

         Puis38 que la Court est en la ville,

         Par ma foy, ilz sont plus de mille

         Tous nouveaulx et jeunes housseurs39.

                           LE  VARLET

         Les jeunes ne sont point si seurs40

95     Que les vieux, vous le sçavez bien.

                           LE  RAMONNEUR

         Il n’est abay41 que de viel chien :

         Pour dire42, je ne le nye point.

         [Mais il y a encore ung point]

         Qui nous fait estre tous chétis43.

                           LE  VARLET

         Et quoy ?

                           LE  RAMONNEUR

                         C’est que les aprentis

100   Tousjours les meilleurs maistres sont44.

                           LE  VARLET

         Et ainsi, vous avez…

                           LE  RAMONNEUR

                                              Le bont45.

         Les jeunes m’appellent vieillart

         Pource que j’euvre de vieil « lart »

         Et que je suis plus blanc que Carmes46.

105   Ses-tu quoy ? Je me rens aux armes47.

         Mais pour cause que ma mignonne

         Ne me fait point chère si bonne48

         Quant je luy rapporte pécune49,

         Ne révèle point ma fortune50,

110   Mais [dy] que j’ay bien besogné

         Et que j’ay aujourd’huy gaigné

         Bien quarante soulz, qu’on me doit51.

         Je ne sçay de vray, s’elle entendoit

         (Par trop parler ou sermonner)

115   Que ne peusse plus ramonner,

         Vélà Jehan du Houx rué jus52 !

         Plus n’en auray esbatz ne jeulx ;

         Jamais ne me vouldroit aymer.

                           LE  VARLET

         J’aymeroys mieulx estre en la mer53

120   Que vostre honneur54 j’eusse frauldé[e] !

 

                           LE  RAMONEUR55       SCÈNE  II

               Où estes-vous, mal fardée,

                          Mal lardée56 ?

               Que ne parlez-vous à nous ?

                           LE  VARLET

               On vous a bien regardée

125                     Et dardée

               Au cueur, d’un regard trèsdoulx.

                           LA  FEMME

               Et qui a-ce esté ?

                           LE  VARLET

                                             Jehan du Houx,

                           Par-dessoubz.

                           LA  FEMME

               Je ne m’en suis point gardée57.

                           LE  VARLET

130         Touteffois il vous a dardée,

                           Bien ferrée,

               La « flèche58 ».

                           LA  FEMME

                                          Des poux59, des poux !

         J’aymeroyë mieulx quatre so[u]lz

         En ma bource, de bon acquest60,

135   Que son regard ne son caquet.

         Brief, je n’ayme point ses esbatz.

                           LE  VARLET

         Pourquoy ?

                           LA  FEMME

                             [Pource qu’]il craint le « bas »

         Plus que cheval de poissonnier61.

                           LE  VARLET

         Hé ! dea si mengea du poisson hyer,

140   Ne l’ayez pour tant indigné62 :

         Pensez, quant il a bien dîgné63,

         [Qu’]encore est-il plus rèdelet64.

                           LE  RAMONNEUR

         Jehan du Houx est itel65 qu’il est ;

         Il n’en fault point tant sermonner.

                           LA  FEMME

145   D’où venez-vous ?

                           LE  RAMONNEUR

                                          De ramonner

         Tout ce jour, et Dieu scet comment !

         Demandez-luy.

                           LE  VARLET

                                    Tout bellement66.

         Par mon âme, c’est grant pitié !

                           LA  FEMME

         Pis qu’antem67 ?

                           LE  VARLET

                                       Mais pis la moytié !

150   Il sera tantost maistre en Ars68.

                           LA  FEMME

         Pourquoy ?

                           LE  VARLET

                             Il a apris ses pars69 ;

         Il est à ses déclinaisons70.

                           LE  RAMONNEUR

          De quoy parlez-vous ?

                           LE  VARLET

                                                  [Des oysons]71

         Qu’on vous donna hyer à disner,

155   Après qu’on vous fist ramonner

         La cheminée que sçavez.

                           LE  RAMONNEUR

         Il dit vray.

                           LA  FEMME

                           Par bieu, vous bavez72 !

         Ne vous vantez jà de beau fait.

                           LE  RAMONNEUR

         Holà ! j’ay fait ce que j’ai fait73.

160   M’avez-vous si bien repoulsé74 ?

         Encore ay-je aujourd’huy houssé

         Des cheminées plus de douze.

         Vélà qui le scet75.

                           LE  VARLET

                                         Il se house76.

                           LA  FEMME

         J’en vueil bien croire ses recors77.

                           LE  VARLET

165   Pensez qu’il a assez bon corps ;

         Mais il n’a « membre » qui rien vaille.

                           LA  FEMME

         Dictes-vous [railleries] ?

                           LE  VARLET

                                                     Pas maille78 :

         Je vous ay déclairé le point.

                           LE  RAMONNEUR

         Se vous me voyez en pourpoint79,

170   Vous esprouveriez plus tost mes fais.

                           LE  VARLET

         Il est façonné comme ung fais80

         De fagotz ou de paille d’orge.

                           LE  RAMONNEUR

         Tu as menty parmy ta gorge !

         Je suis ung bel homme, et robuste

175   De corps et de membres.

                           LE  VARLET

                                                       Tout juste !

         (Par mon âme, c’est bien soufflé81 !)

                           LA  FEMME

         Regardez, il est plus enflé

         Q’ung rat noyé dedans ung puis,

         Tant a mengé de souppe(s)82.

                           LE  RAMONNEUR

                                                                Et puis ?

180   Fondez-moy : si, aurez le sain83.

                           LA  FEMME

         Quel visage de Saint-Poursain84 !

         Comme il en a remply ses bouges85 !

                           LE  RAMONNEUR

         S[i] ont esté ces gros vins rouges,

         Qui nous ont paincturé(s) ainsi

185   Les narines de cramoysi,

         Ainsi que sçavez qu’on le joue86.

                           LA  FEMME

         La couleur demeure en la joue ;

         Elle n’est pas tombée ès mains87.

                           LE  RAMONNEUR

         Mon compaignon n’en a pas mains88 :

190   Le voyez-vous, le Domine89 ?

         Il a le groing enluminé

         Comme le B de Beatus vir90.

                           LA  FEMME

         Mais voz yeulx me font grant plaisir,

         Car ilz n’ont point la couleur nette.

                           LE  RAMONNEUR

195   Quelz sont-ilz ?

                           LA  FEMME

                                    Doublés d’escarlatte91.

                           LE  RAMONNEUR

         J’ay tant –par villes et par bourz–

         Houssé, qu’ilz en vont à rebours,

         Des pouldres qui sont cheus dedans92.

                           LE  VARLET

         Il a menty parmy ses dentz :

200   Il93 ne luy vient que de trop boyre.

                           LE  RAMONNEUR

         Pour Dieu, ne le vueillez point croire,

         Ma doulcinette, ma mignonne,

         Ma gorgette, ma toute bonne.

         Car, quant je ne suis point en serre94,

205   Je ramonne aussi bien…

                           LE  VARLET

                                                      Ung voirre95

         Qu’oncques fist gorge de pïon96.

                           LE  RAMONNEUR

         Escoustez cest escorpion,

         Comme il me point ! Que je suis aise97 !

         Et ! je sçay bien, plaise ou non plaise,

210   Qu’entre tous housseurs, je suis homme…

                           LE  VARLET

         Il a perdu le plait98 à Romme,

         Il peult bien appeller99 à Rains.

                           LE  RAMONNEUR

         Est-ce débilité100 de reins

         De housser en une journée

215   Seize fois une cheminée

         Qui estoit bien grande et bien haute ?

                           [LA  FEMME]

         Il dit vray ?101

                           LE  VARLET

                                   Il fist une faulte

         [Qui vallut]102 quinze : et somme toute103,

         Une fois houssa, tout de route104 ;

220   Encore, Dieu sçait à quel peine !

                           LE  RAMONNEUR

         Et je fis ta fièbvre quartaine !

               S(e) aujourd’huy je t’os105 mot dire,

                           Ne mesdire

               Contre moy aucunement,

225         De mon poing, sans contredire,

                           Par grant ire,

               En auras ton payement !

                           LE  VARLET

               Cil106 qui [ainsi] paye ment

                           Vrayement,

230         Au moins s’on ne l’en retire107.

               Et ! vous ensuivez celle tire108 ?

                           Qui vous tire109

               À mentir si lourdement ?

         Dictes or[es], par mon serment !

235   Tant qu’est à luy, il en est fait110.

                           LA  FEMME

         Il me fait enrager, de fait,

         De dire que si vaillamment

         A huy ramonné.

                           LE  VARLET

                                       Hé ! il ment :

         Jamais ne luy fust-ce111 accordé.

                           LA  FEMME

240   Il est doncques…

                           LE  VARLET

                                        Il est cordé112 ;

         Jamais n’en aurez…

                           LA  FEMME

                                             Grant aÿde113.

                           LE  VARLET

         On luy eust bien…

                           LA  FEMME

                                          Lasché la bride :

         De courre n’est point…

                           LE  VARLET

                                                  Enragé ;

         Je vous entens.

                           LE  RAMONNEUR

                                    Je l’ay songé114,

245   Ou115 j’ay fait ce que je vous dis ?

                           LE  VARLET

         Dictes-en ung De profundis116 :

         Il en est fait, vous le voyez bien.

                           LE  RAMONNEUR

         Dictes-en ung estront de chien

         En ton nez ! Fault-il tant baver ?

250   Mais comment m’ose-tu b[r]aver,

         Ort sanglant paillart contrefait,

         Moy qui t’ay fait ?

                           LE  VARLET

                                          Qu’avez-vous fait ?

                           LE  RAMONNEUR

         Je t’ay fait.

                           LE  VARLET

                            Vous l’avez fait belle117 !

                           LE  RAMONNEUR

         S’on ne te pent, paillart rebelle…

255   Je t’ay fait !

                           LE  VARLET

                              Quoy ? apoticaire ?

                           LE  RAMONNEUR

         Escoutez, il ne se peult taire !

         Il me fait enrager d’ennuy,

         [Tant est plain…]

                           LE  VARLET

                                         Je ne mengay huy

         [Gasteau, oublie ne craquelin :]118

         De quoy dyable seroyes-je « plain » ?

                           LE  RAMONNEUR

260   Tu es remply de faulce envie

         Contre moy, qui te tient en vie.

         Je pris ce paillart ratisseur119

         À Paris chez ung rôtisseur120.

         Et n’avoit pas vaillant deux blans121.

265   Et couchoit –dont il est si blans122

         Au four à quoy la paille on art123.

         Brief, je t’ay fait.

                           LE  VARLET

                                       Quoy ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                   Hé ! paillart,

          Je t’ay au moins fait tant d’honneur

         Que tu es maistre ramonneur

270   Passé124 par les maistres jurés.

                           LE  VARLET

         Pas ne fault que vous en jurez :

         Je n’en donroys pas ung oignon125.

         Depuis que je suis Compaignon,

         Je n’ay pas gaigné mes despens.

                           LA  FEMME

275   Par ma foy, à ce que j’entens,

         Il ne peult plus lever le boys

         Du ramon126.

                           LE  RAMONNEUR

                                  On dit mainteffois :

         « Qui a tant fait qu’il n’en peult mais127,

         On le doit bien laisser en pais. »

280   C’est une auctorité commune128.

                           LA  FEMME

         Las ! je demeure ainsi comm[e] une

               Povre femme que129 Fortune,

               Pour sa grièche130, importune.

               Quant mon mary vient en « bas »

285         (Puisqu’en si piteux [d]esbatz

                           On l’impugne131),

               Plus ne puis, par voye aucune132,

               Pour argent ne pour pécune,

         Avec luy prendre mes esbatz.

 

                           LA  VOYSINE133          SCÈNE  III

290   À qui esse que tu t’esbatz,

         Ma voisine et ma doulce amye ?

                           LA  FEMME

         Croyez que je ne chante mye,

         Mais ay le cueur triste et marry ;

         Car c’est de mon povre mary,

295   À qui Dieu bonne mercy face !

         Je ne sçay plus que je [me dé]face134,

         De grant pitié qui me remort.

                           LA  VOYSINE

         Comment ! vostre mary est il mort ?

                           LA  FEMME

         Tout mort, au paradis des chièvres135.

                           LE  RAMONNEUR

300   Et je suis tes senglantes fièvres,

         Puisqu’il convient que je responde !

                           LA  FEMME

         Il est mort, c’est-à-dire au monde,

         Comme ung Chartreux ou ung reclus136.

                           LA  VOYSINE

         Comment ?

                           LA  FEMME

                             Il ne ramonne plus,

305   Non plus q’un enfant nouveau-né.

                           LE  RAMONNEUR

         Ramonner, c’est bien amené137 !

         Il n’est homme qui ne s’en lasse,

         De ramonner si longue espace

         Que j’ay fait, ne par tant [de temps]138 :

310   Il y a plus de soixante ans

         Que le mestier je commençay !

                           LA  VOYSINE

         Vous n’en povez plus ?

                           LE  RAMONNEUR

                                                  Je ne sçay ;

         Ma femme me le dit ainsi.

                           LA  VOYSINE

         Comment le sçavez-vous, aussi139 ?

                           LA  FEMME

315   Je le sçay par ma cheminée,

         Qui souloit140 estre ramonnée

         Tous les jours bien cinq ou six fois ;

         Mais il y a [plus de]141 troys mois,

         Voisine, qu’il n’y voul(u)t penser.

                           LE  RAMONNEUR

320   C’est tousjours à recommencer !

         Qui fourniroit au résidu142 ?

         Il vauldroit mieulx estre pendu,

         Ou [bien] estre mis en gallée143 !

                           LA  VOYSINE

         Vostre peau sera [ré]gallée144,

325   Ou vous ferez vostre devoir145 !

                           LA  FEMME

         Voysine, vous povez sçavoir

         Qu’il ne fera jamais grans fais146.

                           LE  VARLET

         Il pert147 cy ung beau jeu d’éc[h]èz :

         Bien fait seroit qu’on l’en blasmast148.

                           LA  FEMME

330   Comment ?

                           LE  VARLET

                              Il est [et] sec et mast149,

         Puisqu’aultrement ne s[’y] employe.

                           LE  RAMONNEUR

         […………….] ma gaulle150 ploye

         Si tost que l’ouvrage regarde.

 

         Pour Dieu ! mes seigneurs, prenez garde,

335   Qui vous meslez de ramonner,

         Qu’à ramonner point on ne tarde

         Les cheminées qu(i) ont mestier151.

         Et pour nostre152 cause abréger

         Et aussi qu’il ne vous ennuye,

340   Il est temps de nous en aller.

         Adieu toute la compaignie !

 

                                 EXPLICIT

*

1 « Les poètes du temps avaient l’exemple des Grands Rhétoriqueurs ; les rythmes du Ramoneur, ses rimes en écho et équivoquées pourraient nous ramener à ces poètes ; et la farce serait ainsi plus ancienne qu’on ne l’a cru. » André Tissier, Recueil de farces, tome IV, pp. 113-166. Droz, 1989.   2 Déclamer son cri publicitaire.   3 Je ramone avec mon houssoir [mon pénis]. « Elle est troussée,/ Et si, endure la poussée/ Aussi bien que ses chambrières :/ Chascune veult estre houssée. » (Le Pourpoint fermant à boutons.)   4 D’après Jelle Koopmans : Le Recueil de Florence. <Paradigme, 2011.> Tant que l’original sera séquestré, on ne pourra pas confirmer cette théorie.   5 L’employé, l’assistant.   6 Cette chanson, qui prend ici la forme d’un triolet heptasyllabe, est un « cri » de ramoneur. Voir H. M. Brown, Music in the french secular theater, p. 85 et n° 362.   7 Embauchez-nous.   8 Vous m’assommez.   9 Je m’étonne aussi.   10 D’une meilleure apparence. « Fauldroit trouver des gens d’aultre plumaige. » La prinse de Pavie.   11 À l’époque où tu me rencontras. Depuis, le ramoneur a vieilli, et l’abus de vin l’a rendu obèse et poussif.   12 Il prend à témoin les femmes du public.   13 Massifs, bouffis.   14 Aptes.   15 Che-mi-né-e compte pour 4 syllabes, comme aux vers 156, 162 et 337.   16 Si elle revenait aussi vite qu’elle est partie.   17 Qu’on vous passe sous le nez, qu’on vous enlève.   18 Je n’y comprends rien.   19 A établi.   20 Foulé aux pieds. « Entre leurs mauldis piés (ils) fouloient et dépassoient ton seigneur Jhésus. » Godefroy.   21 Il serait bien habile, celui…   22 Un corps bien proportionné.   23 Vers manquant : Ce que je cherche à obtenir. « Si j’ay ce que je pourchasse,/ Je te promets un gasteau. » (Donne-moy ton pucelage.)   24 Mort. « Si cette maladie vous prend, vous serez bien-tost troussé. » Dict. de l’Académie françoise.   25 Si on vous disait.   26 Dans ma bourse. (Cf. Trote-menu et Mirre-loret, vers 229.) « Des escutz une plaine tace. » Mystère des trois Doms.   27 Ces réponses monosyllabiques relèvent d’un jeu littéraire dont l’apogée sera le Cinquième Livre de Rabelais (chap. 27). Mais ce n’est pas un critère de datation, puisqu’on le trouvait notamment dans le Dialogue de deux amoureux, de Clément Marot, ou dans la 58ème nouvelle de Bonaventure Des Périers : Du moyne qui respondoit tout par monossyllabes ryméz.   28 Une chope de vin.   29 Éd. : Et  (Si on vous donnait.)   30 Vos forces.   31 Remettre à quinzaine : reporter indéfiniment les tâches urgentes.   32 Jeu de mots sur l’haleine, et l’alêne [le poinçon, le pénis] : « –Recommencez, mon amy, je vous prie !/ –Je n’en puis plus : l’alaine m’est faillie. » Brian Jeffery, Chanson verse of the early Renaissance, II, 276.   33 Pénis <lat. nervus> : « Son nerf loial,/ Son pistolet aimé des dames. » (Jodelle, Épitaphe du membre viril de frère Pierre.)  Veine = pénis <lat. vena> : « La longue roydeur de ma veine/ Bat ma chemise. » (Folastries de la bonne chambrière.)   34 Éprouvée. « Par l’eau et le feu/ Tu as esté assez examiné. » (Godefroy.) L’accord de l’adjectif (examinée) avec le dernier substantif (veine) est archaïque.   35 Tendons un piège (aux clientes potentielles). « Mais pour mieulx faire la trainnée,/ Il fault que vous soiez mussée. » ATILF.   36 Un cri de ramoneur, comme celui qui commence la pièce. (Voir le vers 12.) Cri-é-e compte pour 3 syllabes.   37 Notre salive : nous ferons du boniment pour rien.   38 Depuis.   39 Les dames de la Cour ont emmené ici leurs amants, qui nous font concurrence.   40 Si sûrs, si bons ramoneurs.   41 Aboi : seuls les vieux chiens savent aboyer en temps voulu. Le vieux Gendarme utilise au vers 357 le même dicton contre le jeune Moine.   42 Pour tout dire.   43 Chétifs, pauvres : dépourvus de clientes.   44 La femme du sénile Raoullet Ployart lui dit : « Permettez que vostre apprentis/ Y besongne. » Le vieux Gendarme traite son jeune rival d’apprenti au vers 313. Le Discours joyeux de la Patience des femmes le confirme : « J’aimerois mieux un apprantis/ Que quatre douzaines de maistres ! »   45 Avoir le bond : être chassé par sa maîtresse, comme la balle du jeu de paume est rechassée par la raquette. « Or ont ces folz amans le bont. » Villon, Testament, 617.   46 Mes cheveux sont plus blancs que le manteau que portent les carmes.   47 Je m’avoue vaincu.   48 Un visage aussi accueillant qu’avant.   49 Ma paye (qui diminue de plus en plus). C’est souvent les épouses qui géraient les économies du ménage.   50 Ma malchance.   51 Dont j’ai fait crédit (au cas où ma femme demanderait à les voir).   52 C’en serait fini de moi. Jean du Houx est le nom du ramoneur, comme aux vers 127 et 143. Les branches de houx servent à gratter la suie collée au conduit des cheminées. « Le houx à housser leurs chemynées. » (ATILF.)   53 Être jeté à l’eau.   54 Cette forme féminine est archaïque.   55 Il entre dans sa maison en chantant, avec le valet, et il appelle sa femme. Les vers 121-132 transcrivent un douzain archaïsant que le rhétoricien Jehan Molinet nomme un « simple lay ». (Pierre Fabri parle avec moins de pertinence d’une « ballade layée ».) Les vers 222-233 renferment encore un simple lai.   56 Mal baisée. Mais ce n’est pas par le « vieux lard » (v. 103) de son époux qu’elle pourrait être mieux lardée. « Gardez se l’atellier est net,/ Devant que larder le connin. » (Frère Guillebert.) Les vers 121-122 sont apparemment tirés d’une chanson à la mode : le ramoneur, qui craint sa femme, n’oserait jamais lui parler ainsi.   57 Je n’y ai pas pris garde.   58 Votre mari vous a introduit sa flèche. « Il y fiche sa flèche, & comme il poussoit trop fort, elle s’esveille. » Béroalde de Verville.   59 Rien du tout ! Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 265.   60 Acquis avec certitude.   61 Quand les chevaux transportent du poisson, leur bât est particulièrement lourd. Jeu de mots sur le « bât », et le « bas » [le sexe de la femme] : cf. les Femmes qui font renbourer leur bas.   62 Ne le considérez pas comme indigne pour autant. « Dieu les indigneroit, ne doncques plus ses biens vers eulz n’influeroit. » (Christine de Pizan.) C’est encore un archaïsme.   63 Dîné.   64 Plus raide. « (Le moinne) tira son menbre viril dehors, lequel estoit, comme j’ay dit devant, ung peu radelet et s’avoit dressé. » Philippe de Vigneulles.   65 Tel.   66 Tout bonnement. Le valet fait semblant de confirmer le discours du ramoneur, mais il se moque de lui avec sa femme.   67 Qu’antan, qu’avant. « Voicy pis qu’antan. Fuyons ! » Rabelais, Quart Livre, 33.   68 Docteur ès Lettres, en quelque sorte.   69 Ses parties du discours, ses rudiments de rhétorique. « Des letres aprist si bien/ Que à douse ans sut bien ses pars. » Godefroy.   70 Il décline. Dans le Mistère du Viel Testament, les deux épouses de Lameth disent qu’il « a puissance trop lasche/ Pour entreprendre si grant tâche/ D’avoir deux femmes à la foys…./ Il est à ses déclinaisons. »   71 Éd. : de loyson  (J’adopte le pluriel pour la rime, et parce qu’en ce temps-là, on avait bon appétit : « Vous les mengeastes, mes oysons. » Colin filz de Thévot.)   72 Vous bavardez à tort et à travers. Cf. le Faulconnier de ville, vers 50.   73 J’ai vraiment fait ce que j’affirme avoir fait.   74 Contredit.   75 Mon valet peut en témoigner.   76 Il met ses bottes. On chantonne ce refrain pour signifier qu’on n’est pas concerné par ce qui vient d’être dit : « –As-tu paour ? –Il se houze, houze. » (Gautier et Martin.) Le valet fait aussi une allusion cruelle au proverbe qui dit qu’un homme de 72 ans n’a plus qu’à mourir : « À l’an soixante et douze, temps est que l’on se house. » Et si le proverbe n’est pas assez clair, le ramoneur peut toujours ouvrir un livre d’église : « L’an, par décembre prent fin et se termine ;/ Aussi faict l’homme aux ans soixante et douze,/ Le plus souvent, car vieillesse le mine :/ L’heure est venue que pour partir se houze. » Or, notre ramoneur a « plus de soixante ans » de carrière (vers 310).   77 Les déclarations du valet.   78 Pas la moindre.   79 Si vous me voyiez sans ma robe. « Le moine, par bonne guise, se met tout nud en pourpoint. » À Paris est une dame.   80 Un faix, un chargement. Bref, il est gros et informe.   81 C’est du vent ! « –C’est pour amour de vous./ –C’est bien soufflé ! » Celuy qui se confesse à sa voisine, F 2.   82 Nous dirions que c’est un gros plein de soupe, si ce n’est que la soupe était un morceau de pain qu’on trempait dans du bouillon.   83 Faites-moi fondre, vous aurez du suif (pour faire des chandelles).   84 « Quel nez de Sainct-Poursain/ Enluminé de vin de Beaune ! » (Sermon joÿeux de Bien boire, BM 23.) Jeu de mots sur porcin, et sur le vin de Saint-Pourçain (cf. le Gaudisseur, vers 179).   85 Ses joues (voir la note de Tissier, p. 146). « –Metz, metz dedans ton vin de l’eau,/ De peur que tu n’ayes les yeulx rouges./ –J’empliray aujourd’uy mes bouges,/ Puisqu’ay bon vin et bonne viande. » Pierre Gringore.   86 Est-ce une allusion au fait que les acteurs qui jouaient un rôle d’ivrogne avaient le nez peint en rouge ?   87 Vous n’avez pas les mains rouges, comme ceux qui travaillent beaucoup.   88 Moins. Cf. le Munyer, vers 14.   89 Un « maître Domine » est un hypocrite, un trompeur. Cf. le Dorellot, vers 383.   90 La lettrine rouge dont on enlumine le Beatus vir dans les psautiers.   91 Étoffe rouge dont on fait des doublures. Selon B. Des Périers, le « bon yvrongne Janicot (…) avoit les yeux bordéz de fine escarlatte ».   92 À cause des scories qui ont chu dedans.   93 Cela.   94 Empêché.   95 Ramoner un verre de vin : le boire.   96 Que le fit jamais un gosier d’ivrogne. « Brief, on n’eust sceu en ce monde sercher/ Meilleur pion pour boire tost et tart. » Villon, Testament.   97 Comme il me pique. Quel plaisir !   98 Son procès. On jugeait à Rome les cas où un mariage devait être rompu à cause de l’impuissance du mari.   99 Faire appel. Jeu de mots grivois sur Reims et reins : cf. les Sotz escornéz, vers 17.   100 Faiblesse. Les reins du ramoneur sont toujours sollicités : « Aux tuyaux plus estroits nous entrons dextrement./ De genoux et de reims travaillons tellement,/ Qu’en fin nous parvenons au but de l’entreprise,/ À ramonner. » À ramonner la cheminée.   101 Les imprimés attribuent cette réplique au valet.   102 Éd. : Ce fut  (Au jeu de paume, une faute coûte 15 points.)  « Il y avoit un gentilhomme qui se vantoit de la dix-septième fois pour une nuict…. Il avoit fait une faulte qui valloit quinze : c’estoit bien rabattu ! » Des Périers.   103 Par conséquent.   104 Il ramona une seule fois de suite.   105 Je t’ois, je t’entends.   106 Celui.   107 Si on ne l’en détourne pas.   108 Vous suivez ce parti : vous vous comportez ainsi.   109 Vous incite.   110 Pour ce qui le concerne, c’en est fait de lui. Ce dernier vers s’adresse à la femme.   111 Éd. : eusse  (Jamais cela ne lui aurait été accordé par la nature.)   112 Ridé, vieux. (Cf. la Responce de la Dame au vérolé, vers 72.) « Cela est chordé : ces mots sont souvent en la bouche du menu peuple (…) pour signifier qu’une chose a perdu sa saison, & qu’il ne la faut plus chercher. » Henri Estienne.   113 Prononciation archaïque de aide. « Et en son temple où il réside./ Vueillez nous estre en aÿde. » Actes des Apostres.   114 J’ai rêvé ?   115 Éd. : Ouy   116 Faites une croix dessus. Le valet s’adresse à la femme.   117 Vous me la baillez belle.   118 Vers manquant. Ma reconstitution pâtissière est un hommage au Disciple de Pantagruel : « Avec force craquelins, oublies, gasteaulx, eschauldéz. »   119 Attiseur qui entretient un four en y mettant de la paille. Dans le Mystère de la Passion, Satan se plaint que ses bottes soient ternies à force « de ratisser en ces fourneaulx ». Le mot et la graphie sont archaïques.   120 Les rôtisseurs confiaient les besognes pénibles à des pauvres, qu’ils nourrissaient avec des restes. (Cf. le Capitaine Mal-en-point.) Le seul rapport entre les ramoneurs et les marmitons, c’est leur langage trivial, leur « stille de ramonneur de cheminée ou de cuysinier et marmiteux », comme le déplore Pantagruel (chap. 10).   121 2 petites pièces. Cf. le Testament Pathelin, vers 23.   122 Ironique : comme tous ceux qui ont cuit auprès d’un four, le valet a la figure rouge (vers 191-192) ; il est « de la fumée tout roux », tels les rôtisseurs du Capitaine Mal-en-point.   123 Dans lequel on fait brûler de la paille. Ce vers devait finir sur une rime équivoquée, « la paille art », comme le vers 179 du Capitaine Mal-en-point.   124 Tu as été reçu maître, après avoir accompli ton compagnonnage sous mes ordres.   125 Je n’en donnerais pas cher, de ce diplôme.   126 Balai de ramoneur, et pénis. « Il avoit aprins (…) que “ramon” estoit un balay, et “ramonner”, balier, en la chansonnette Ramonnez-moy ma cheminée. » (Des Périers.) Voici ladite chansonnette, composée en 1536 par Hesdin, le maître des enfants de chœur de la cathédrale de Beauvais : Une dame, la matinée,/ Disoit, de chaleur forcenée :/ « Mon amy, prenons noz esbas./ Ramonnez-moy ma cheminée !/ Ramonnez-la-moy hault et bas ! »   127 Éd. : plus   128 Une maxime bien connue. En fait, le ramoneur vient d’inventer ce faux proverbe pour la circonstance.   129 Éd. : a qui   130 Éd. : griefue  (Pour son malheur. Voir la Griesche d’yver, de Rutebeuf.)   131 On l’attaque.   132 Ni par-devant, ni par-derrière.   133 Attirée par les plaintes de la femme, elle entre dans la maison. Elle ne voit pas encore le ramoneur.   134 J’ignore pourquoi je ne me suicide pas. « Et que luy-mesmes se desfait. » Villon, Test., 436.   135 C’est là que vont les vieux boucs quand ils meurent.   136 Les moines, reclus dans leurs monastères, n’avaient pas de vie sexuelle. Du moins en théorie.   137 Éd. : ramonne  (C’est bien allégué.)   138 Éd. : dans  (Vers trop court et rime du même au même. Comme toujours, les négligences de l’imprimeur se multiplient quand il approche de la fin.)   139 Éd. : ainsi  (Rime du même au même.)  Cette question s’adresse à la femme.   140 Qui était habituée à.   141 Éd. : bien  (Réminiscence du vers précédent.)  La cheminée des femmes n’est jamais assez ramonée, comme l’avoue une d’entre elles dans le Sermon joyeux d’un Ramonneur de cheminées (Montaiglon, I) : « Qu’avez-vous, houlseur, mon amy ?/ Tout n’est pas houlsé à demy…./ Si parferez-vous le surplus,/ Ou [je] vous tiendray en ceste place ! »   142 Coït. « Génius [dieu de la fécondité] et ses compaignons faisoient doulcement le résidu souventesfoys. » Chroniques gargantuines.   143 Être envoyé aux galères. « On m’appellera/ Truant, en disant : “Quel paillart/ Pour mectre en gallée !” » André de La Vigne, 1496.   144 Sera régalée de coups.   145 Votre devoir conjugal. « Car vostre puissance est trop vaine/ Pour bien faire vostre devoir. » Ung jeune Moyne et ung viel Gendarme.   146 De grands faits, des prouesses érotiques.   147 Il appert : On voit ici un beau jeu d’échecs sexuels.   148 Il serait bon qu’on l’en blâme.   149 Et abattu. « –Vos instruments, quels sont-ils ? –Grands…. –Quand ils ont fait, quels sont-ils ? –Coys. –Les génitoires, quels sont ? –Lourds…. –Quand c’est faict, quels deviennent ? –Mats. » (Cinquième Livre, 27.)  Jeu de mots sur échec et mat.   150 « Ramonneur suis, qui d’un baston/ Ou de ma gaule droitte,/ Ramonne de bonne façon/ La cheminée estroitte. » (Ramonneur suis.)  Les ramoneurs ont inspiré beaucoup d’autres chansons : « Et moy qui suis ramonneur/ Des plus basses cheminées,/ Des trous rouilléz fourbisseur,/ Qu’on me prenne à la journée :/ Je ramonne haut et bas ;/ J’en ay gros comme le bras./ Et ne demande rien plus/ Que d’avoir bien des escus. » (Je suis un joly garçon.)   151 Qui en ont besoin. « Av’ous mestier qu’on vous ramonne ? » (La Résurrection Jénin à Paulme.) Che-mi-né-es compte pour 4 syllabes.   152 Éd. : la  (Le congé est toujours déclamé au nom de tous les acteurs.)

LES SOTZ NOUVEAULX FARCÉZ, COUVÉZ

Chantilly, Musée Condé

Chantilly, Musée Condé

*

 

LES  SOTZ

 

 

NOUVEAULX

 

FARCÉZ,  COUVÉZ

 

*

 

Cette sottie normande écrite vers 1513 appartient au répertoire des clercs.

Sources : C : Chantilly, Musée Condé <XXXII-C-055>. Édité par l’atelier Trepperel entre 1513 et 1519.  L : Londres, British Library <C.22.a.30>. Plagiat de l’édition Trepperel par Alain Lotrian, vers 1530. Contrairement à Émile Picot1, je prends pour base la version de Chantilly, qui est plus ancienne et plus correcte, à deux ou trois coquilles près. Il manque à cet incunable le 1er feuillet (jusqu’au vers 18 inclus) : je l’emprunte à la version londonienne.

Structure : Rimes abab/bcbc, rimes plates.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

 

Les Sotz nouveaulx farcéz, couvéz.

Jamais n’en furent de plus folz.

Si le déduict veoir vous voulez,

Baillez argent, ilz seront voz 2.

 

*

 

[À trois personnages, c’est assavoir :

     LE  PREMIER  FOL

     LE  SECOND  FOL  (le Filz de la Corbeille)

     LE  TIERS  FOL  (Mymin)]

*

 

                     De trois Folz,  LE  PREMIER  commence.

        Je suis venu à la huée3                                SCÈNE  I

        Comme filz de dame Follye,

        Qui m’a faict, esclos4 et couvée.

        Dieu gard toute la compaignie !

5      N’est-ce pas belle rusterie5

        De quatre corbeillées6 de Folz

        Qui sont venus d’une saillye,

        Tous nouveaulx ponnus7 et esclos ?

                           LE  SECOND  FOL  commence.

        Ilz sont plus drus que corcaillotz8

10    Nouveaulx-néz. Mais faictes silence,

        Et vous verrez des plus fins sotz

        Que vous ouÿstes puis9 dymenche.

        Je fus ponnu dedans ma manche10,

        Et couvé en une corbeille

15    Au coupeau d’une espine-blanche11.

        Et si, suis si sot que merveille !

        Je n’avoys ne pied, ne oreille12.

        Et si13, ne sçay comme j’ay nom,

        Sinon « le filz de la Corbeille14 » :

20    Je n’auray jamais d’autre nom.

                           LE  .III.  FOL,  primo.

        J’ay esté couvé au pignon15

        Du four à ma mère Lubine,

        Plus estourdy qu’un haneton.

        Dy, hau ! Jaquet, ou Guillemine !

25    Et me ponneut une géline16 ;

        Et si, fus couvé d’ung maillard17

        Qui venoit dedans la cuysine :

        Véez-en18 là encor le plumart.

                           LE  PREMIER

        Dieu soit céans, ou Dieu nous gart,

30    Ou nous mette tous en mal an19 !

        Je n’en puis avoir que ma part,

        Autant à Paris qu’à Rouen.

        L’autre hier20, j’avois une jument

        Qui cochonna21 quinze thoreaux,

35    De quoy je feis du cordouen22

        De leur cuir, et de bons houseaux23.

        Et si24, vêla six-vingtz chevaulx

        Et vingt asnes trèstous bastés.

        Adevinez combien les veaulx

40    Que la jument a cochonnéz,

        Quantes25 oreilles et quans piedz

        Avoit une chascune beste.26

                           LE  SECOND

        Comment ! Je viens encor27 de naistre,

        Et si28, suis enragé de fain.

45    Se j’avoys au col ung chevestre29,

        Je m’en yroys paistre du30 fain.

                           LE  TIERS

        Je viens droit du fleuve Jourdain,

        De la fontaine de Jouvence31,

        Où j’ay rapporté à mon sein

50    Une beste de grant essence

        Qui fait sçavoir, chascun dimenche,

        Tout ce que les femmes ont faict.

        N’est-ce pas une grant science ?

        Qu’en dictes-vous, à ce cornet32 ?

                           LE  PREMIER

55    Paix là ! paix là ! Que de caquet !

        Laissez-moy mon compte33 achever

        De ma truye qui mengea34 le lait

        Après qu’el(le) voulut pouléner35.

        N’estoit-ce pas pour enrager ?

60    Si estoit, par sainct Couillebault36 !

        À Dieu, car il m’en fault aller

        Pour quérir sainct Alivergault37.

 

                           LE  SECOND          SCÈNE  II

        Je suis venu tout en jergault38

        De la contrée de Pampelune,

65    Et ay volé du premier sault

        Jusques cy par roe de Fortune39.

                           LE  TIERS

        N’y a-il point céans quelqu’une40

        Qui fist plaisir au compaignon ?

        Ce n’est d’argent ne de pécune,

70    Entendez-vous bien ma leçon ?

        Par Dieu ! se j’eusses eu ung con41,

        Comme ces femmes çà et là,

        Il n’y eust eu haye ne buisson

        Où je n’eusse faict la fanfa42.

 

                           LE  .I.,  en tenant sainct Alivergault 43.

75    De par le dyable ! Alléluya !                       SCÈNE  III

        Sang bieu, que vous estes terrible44 !

        Par les dens Dieu45 ! il s’enfuyra,

        S’on ne le lie le possible46.

        Je vouldrois tenir une bible,

80    Ou l’Évangille de sainct Jehan47 :

        Je sçauroys s’il est impossible

        De l’avoir ; c’est ung droit Sathan48 !

                           LE  TIERS

        As-tu point de l’herbe sainct Jehan49 ?

        Donne-m’en, tu verras beau jeu.

                           LE  PREMIER

85    Non, je fais veu [qu’il vienne] à Dieu50 ;

        Je le lairray en cest estat.

                           LE  TIERS

        Les dens Dieu ! c’est ung apostat

        Qui est venu d’ung Austrelin51.

        Je vueil qu’on m’appelle Mymin52

90    Se ne luy fais bien ses raisons53.

                           LE  PREMIER

        Gardons-le pour les Rouvaisons54 ;

        Puis le mènerons à Rouen55.

                           LE  SECOND

        Se trouvasse quelque Jouen56,

        Je sceusse bien qu’on en fera57

                           LE  TIERS

95    Par les dens Dieu ! Qui me croira58,

        Nous yrons à dame Folye59,

        Qui nous dira60 toute sa vie :

        Si, sçaurons tout le tu autem61.

                           LE  PREMIER

        Or sus donc, allons-nous-y-en !

100  Despeschons-nous pour l’appareille62.

                           LE  SECOND

        Os-tu63 ? n’oublie pas la bouteille,

        Et apporte bien à menger ;

        Car en m’en allant, vueil chanter

        Le Venite de noz matines64.

105  Et puis nous bevrons deux chopines

        De vin pour mieulx chanter à point.

                           LE  TIERS

        Je feray bien le contrepoint ;

        Chantons en allant noz chemins.

                           TOUS  ENSEMBLE,  en chantant :

        « Venite65 tous, nouveaulx sotins,

110  Jeunes folletz, nouveaulx ponneus !

        Apportez66 plains flacons de vins,

        Et domino jubilemus67 ! »

                           Pausa 68.

                        TOUS  ENSEMBLE,  en chantant :

        « Venite bien tost au surplus,

        Follins, folletz parlans latin.

115  Nul ne die : Preocupemus69 !

        Et apportez force de vin ! »

                           Pausa encor.

                        TOUS  ENSEMBLE,  en chantant :

        « Faciem70 force de boudins,

        Des andoilles à grant planté71

        À disner72 les nouveaux sotins,

120  Ejus in confessione73. »

                           Antiphona 74.

                           TOUS  ENSEMBLE :

        « Regem follemus75, venite,

        Quoniam76 qui bon vin bevra,

        Tout droit au Paradouze77 yra,

        Super omnes deos78. »

                           LE  PREMIER

                                               [Holà !]

125  Ce seroit deux lieues par-delà79 :

        J’aymerois mieux n’en faire rien.

                           LE  SECOND

        Par les fièvres Dieu ! je voy bien

        Que nous sommes trèstous trompéz.

                           LE  TIERS

        Ronflez, villains80 ! Pétez, pétez81 !

130  Qu’est-ce que veult dire ce fol82 ?

                           LE  SECOND

        Morbieu, je te rompré le col !

        Te viens-tu cy mocquer de nous ?

                           LE  TIERS

        À l’hospital ! Des poux, des poux83 !

        Voyez qu’il est embesongné.

                           LE  SECOND

135  Sus tost, qu’il me soit empongné,

        Puisqu’il fait ainsi du coquart !

        De moy il aura ung choquart84 :

        Et verray s’il est le pluffort.

        Il semble qu’on luy fait le85 tort

140  De luy parler de sa grant-mère.

                           LE  TIERS

        Hau[lt] le nez, et dringue86 de bière !

        Regardez-moy quel capitaine87 :

        Il sera tantost hors d’alaine.

        [Je cuide que le dueil il porte]88

        De sa grant-mère, qui est morte.

145  Quant il me souvient de sa vie…

                           LE  PREMIER

        Me dis-tu que dame Folie89

        Est morte90 ? Ma foy, t(u) as menti :

        Jamais si grande ne la vy,

        Ne si puissante comme elle est.

150  Desdy-le91, tu ne sçay que c’est ;

        Ou, par Dieu, tu seras batu !

                           LE  SECOND,  en frapant 92.

        Pource que tu es trop testu,

        Tu seras le premier servy,

        Et seras des gens de la bru93.

155  Tu auras cela ! et cecy !

                           LE  PREMIER,  en frappant 94.

        De moy il aura, je t’affy95,

        Ung tip et tap96 pour luy aprendre

        Qu’il a villainement menti.

        Dy : « Grans mercys, jusques au rendre97 ! »

                           LE  TIERS

160  Le dyable d’Enfer me puist prendre

        Se ne le vous rendz maintenant !98

                           LE  SECOND,  en frappant.

        Sang bieu, tu en auras autant !

        Vélà comment il fault accroire99.

                           LE  TIERS,  en frappant 100.

        Accroire ? Il fault payer comptant,

165  Et faire de sainct Pol sainct Pierre101.

                           LE  PREMIER,  en frappant.

        La teste a plus dure que pierre ;

        Il lui fault bien amolier102.

                           LE  SECOND

        Je me lasse de tant ruer.

        Il nous rendra trèstous confus.

170  Par les dens Dieu ! je n’en puis plus,

        Se je n’ay ung baston d’érable103.

                           LE  TIERS

        Laissez cela, de par le diable,

        Qui vous puisse casser le col !

                           LE  SECOND

        Nous feras-tu ainsi du fol ?

175  Desdy104 donc ce que tu as dit.

                           LE  TIERS

        Bien doncques. Mais j’ay grant despit

        Que je n’ay esté le pluffort ;

        Car, par Dieu, vous aviez [tous] tort.

        Au jourd’huy vous ne la verrez105,

180  Ne nouvelles vous n’en orrez,

        Se de quelq’un el(le) n’est esclose106.

                           LE  PREMIER

        Et ! puisqu’elle a la bouche close,

        Laissons-la là à ceulx qui l’ont.

                           LE  SECOND

        Le monde est perdu qu’il ne pont.

185  Changeons propos, je vous en prie.

        Une truye qui se marie

        Fait-elle solempnelle feste ?107

                           LE  TIERS

        Tais-toy, tu m’estourdis la teste ;

        Va veoir ailleurs, je n’en sçay rien.

190  Mais je vous compteray du mien108 :

        Ce fut quant revins de Venise109.

        J’avoys chié110 en ma chemise

        En cuidant jouer du derrière111.

        Je m’en füys en la rivière ;

195  Tout fin frais nud ou je me despouille,

        Et de la laver et cul et couille112.

        Incontinent, vécy venir

        Après moy, tout à bon loysir,

        Une gorgiase113 fillette,

200  Environ de seize ans, seullette,

        Qui me dist sans estre honteuse

        Que ma couille estoit bien foureuse114.

        Puis me dist en mot descouvert

        Que n’estoit pas vestu de vert115

205  Mon « baston », qu’ay de demy aulne116.

        Immo117, que j’estoye tout jaune.

        Environ estoit118 ; je l’empongne,

        Et de luy faire la « besongne »

        Fort et ferme. Je l’embrassay,

210  Et dedens l’eaue la tabouray119

        Comme ces mallardz120 font ces boures.

        Ensemble lavasmes nos foures

        Et nos coquilles121, Dieu le scet !

                           LE  PREMIER

        Je feis bien ung aussi beau fait

215  Quant je revins de Picardie122,

        Que je donnay la reverdie123

        À deux belles jeunes femelles :

        Se124 leur lavay bien leurs « escuelles »,

        Point demander il ne le fault !

                           LE  SECOND

220  Le cul avois tout droit en hault125

        Quant je feis la tournebouelle126,

        Que je tombay à la ruelle127

        En cuidant faire ung soubresault128.

                           LE  TIERS

        Vélà donc comme cheut Michault129.

225  Estois-tu de si près hasté ?

                           LE  SECOND

        Je cuidois estre en ung pasté130,

        Quant me veis ainsi abatu,

        Et que la Mort me fust venu

        Quérir pour estre pâticier131.

230  Mais pensez-vous quel espicier132

        Seroys, s’ainsi fust advenu ?

                           LE  TIERS

        Cela, c’estoit ung beau quastu133 !

        Je feis bien une aultre fredaine

        Quant me couchay dedans l’avayne134,

235  Là-hault, en nostre galathas :

        Véez cy des marcoux135 ung grant tas,

        Qui me disoyent : « Follet, dors-tu ?

        Que fais-tu là, dy ? Où es-tu ? »

        Et si, disoyent en leur langaige

240  Qu’ilz m’arracheroyent le visaige136,

        Les oreilles et les deux bras.

        J’eusse137 voulu estre à Arras !

        Ma foy, j’avoys belle bésarde138.

        Le feu sainct Anthoine les arde139 !

245  Jamais n’en reschapay d’autelle140.

                           LE  SECOND

        Ma foy, tu nous la baille belle.

        Allons boire, c’est trop presché141.

                           LE  TIERS

        On a le vin à bon marché ;

        Allons mettre cousteaulx sur table142.

 

                           LE  PREMIER              SCÈNE  IV

250  Messieurs, s’en143 a dit quelque flable144

        Ou quelque compte de plaisance145,

        Point n’a esté par arrogance.

        Pardonnez-nous, je vous [en] prie,

        Car en soties, n’a que follye.

 

                                       FINIS

*

1 Recueil général des sotties, II, pp. 175-197.   2 Vôtres. (Vo rime avec fo, à la manière normande.)  Ce « cri » avertit les passants que la représentation est payante. Elle a donc été donnée sur une place publique.   3 À l’appel.   4 C+L : enclos  (Voir les vers 8 et 181.)  « Couvée » est au féminin à cause de la rime. Les vers 71-74, où un Fol avoue que s’il avait « ung con », il coucherait avec des hommes, sont finalement plus ambigus que celui-ci.   5 Un beau tapage.   6 La corbeillée est le contenu d’une corbeille.   7 Pondus. Notre sottie est mentionnée dans la farce rouennaise du Vendeur de livres (LV 15 et 41), composée entre 1515 et 1520 : « La farce des Nouveaulx ponnus / Et le Despuceleur de nourriches. » Les Sots se comparent souvent à des oiseaux (cf. la sottie de la Pippée) ; il est donc naturel qu’ils naissent dans des œufs.   8 Que des petites cailles.   9 Depuis. Nous sommes encore plus sots que le curé que vous avez ouï dimanche.   10 Les escamoteurs qui exécutaient des tours devant le peuple cachaient des œufs durs dans leurs manches.   11 À la cime d’une aubépine.   12 Dans Pour porter les présens, les trois Sottes, qui émergent d’une corbeille et sont costumées en poules, n’ont ni pieds ni oreilles.   13 Et même.   14 Dans Jényn fils de rien (BM 20), Jénin a été conçu par un homme dont sa mère n’a vu que la jaquette ; il s’écrie : « Je suis filz d’une jacquette ! »   15 Sur le toit. Les fours extérieurs étaient des ouvrages de maçonnerie.   16 C’est une poule qui me pondit. Cette poule se nomme donc Lubine ; mais voir la note 52.   17 Par un canard sauvage. Idem vers 212.   18 Voyez-en. Il montre des plumes qu’il a sur la tête.   19 En malheur. Cf. le Prince et les deux Sotz, vers 154.   20 Naguère.   21 Qui mit bas, en parlant d’une truie. Le bestiaire fantastique des Sots est mis à contribution chaque fois que le dramaturge ne sait plus quoi dire. Voir la note 85 du Prince et les deux Sotz.   22 Le cuir de Cordoue, dont les cordo(ua)nniers font les chaussures.   23 Des bottes.   24 Et aussi. Vêler = mettre bas, pour une vache. Six-vingts = 120.   25 Combien.   26 La solution de cette devinette d’écoliers est : 2 oreilles et 4 pieds. Il semble manquer un vers en -és, ainsi qu’un vers en -est(r)e.   27 À peine.   28 Et pourtant.   29 Une bride : si j’étais un âne.   30 C : de  (Du foin.)   31 En 1512, des Espagnols avaient découvert la Floride en cherchant la fontaine de Jouvence.   32 Dans ce coin. « Ce vieux bon homme/ Que je voy là en ce cornet. » Eustache Marcadé.   33 Mon conte, mon récit.   34 « Qui but » rétablirait la métrique : trui-e compte pour deux syllabes à 186.   35 Mettre bas, pour une jument. On revient au bestiaire fantastique.   36 Saint priapique invoqué contre l’impuissance. « De sainct Couillebault, con fesseur. » (Un Pardonneur, BM 26.) L’insatiable héros du fabliau Trubert engrosse une jeune fille sous le nom de Coillebaude [verge ardente].   37 C’est le petit nom que le Fol donne à sa marotte phallique. Il s’agit encore d’un saint priapique : « Vous ne manquerez pas de prendre saint Alivergaut –qui mourut le vit roide– pour vostre mary. » (Tallemant des Réaux.) Ce nom vient d’une herbe aphrodisiaque : « Il se mit sur un petit lit avec la servante, & lui apprit ce que c’étoit que l’herbe d’Alivergo. » (Nouveaux contes à rire.)  Le 1er Fol quitte la scène.   38 En pourpoint, sans prendre le temps de m’habiller.   39 En roulant sur la roue de la Fortune.   40 Une spectatrice.   41 Une vulve : si j’étais une femme. « Dessoubz l’ombre d’ung b[u]issonnet,/ Si quelc’un demande mon con,/ Il l’aura, s’il est joliet. » Les Blasphémateurs du nom de Dieu.   42 Vieux mot espagnol qui signifie vanterie. En français, on dit faire la faffée : « Faire ung soir cent fois la faffée,/ En despit d’Ogier le Danois. » Villon, Testament.   43 Le 1er Fol revient en tenant entre ses cuisses un phallus de bois, qui s’évertue à lui échapper pour bondir sur les femmes du public.   44 Ce vers s’adresse à la tête de la marotte phallique. Dans les Mystères et les Moralités, les bouffons dialoguent souvent avec leur marotte.   45 Les 3 Fols qui, ayant été pondus comme des oiseaux, n’ont pas de dents, sont fascinés par celles de Dieu. Ils jurent encore sur les dents de Dieu aux vers 87, 95 et 170. Ce juron très rare se lit plusieurs fois dans la moralité normande des Blasphémateurs du nom de Dieu (publiée dans les années 1530), dont le style et la versification me font croire que les deux pièces peuvent être du même auteur. Leurs personnages ont un goût commun pour l’obscénité, la coprolalie, le vin, les disputes, les bagarres, les chansons et le latin.   46 Si on ne l’attache pas aussi serré que possible.   47 Afin d’exorciser la marotte endiablée.   48 Un vrai diable.   49 Du millepertuis. Cette plante magique était cueillie symboliquement le jour de la Saint-Jean-Baptiste, qui perpétuait le Solstice païen. On la surnommait « chasse-diable », et on la faisait boire ou sentir aux possédés pour les désenvoûter. « La semence de hypericum, dite herbe de saint Jean ou mille-pertuis, celle semence est appellée par les philosophes “chassediable”. » Antoine du Moulin.   50 Je fais le vœu qu’il se convertisse.   51 D’un soudard allemand. « Deux cens quatre-vings-deux oistrelins ou ruters [cavaliers allemands] (…) pour servir en laditte armée. » ATILF.   52 Je veux bien passer pour un imbécile. Mais comme toujours dans les sotties, l’expression est prise au pied de la lettre : le 3e Fol n’est autre que Mimin, le fils de Lubine (vers 22), et le héros de Maistre Mymin qui va à la guerre.   53 Si je ne le mets pas à la raison, si je n’en viens pas à bout.   54 Le Fol veut transformer en phallophories les processions qui rythment les Rogations. Cela ne serait d’ailleurs qu’un juste retour des choses, puisque les bénédictions des cultures qui accompagnent ces Rogations reproduisent les rites de fertilité des fêtes païennes qu’elles ont remplacées.   55 La pièce n’a donc pas été créée dans cette ville, contrairement à ce qu’on dit parfois. À Rouen, les défilés qui marquaient la fête des Fous et la fête de l’Âne donnaient lieu à quelques licences.   56 Un cocu. Cf. le Povre Jouhan.   57 Je sais bien ce qu’on en ferait.   58 Si on m’en croit.   59 C’est la grand-mère du 2e et du 3e Fol, et la mère du 1er Fol (vers 2).   60 Nous racontera.   61 Le point crucial. « Si veux-je sçavoir tout le tu autem de cecy. » (Godefroy.) Autan rime avec en.   62 Pour les préparatifs : on doit emporter à boire et à manger.   63 Entends-tu : écoute-moi.   64 L’invitatorium des Laudes que nous entonnons chaque matin. Les clercs, qui fréquentaient les tavernes plus volontiers que leur réfectoire, avaient une inépuisable collection de chansons à boire farcies d’un latin dont ils détournaient le contexte religieux. La chanson qui va suivre confère un sens prosaïque à des bribes du Venite : « Venite, exsultemus Domino : jubilemus Deo salutari nostro. Præoccupemus faciem ejus in confessione : et in psalmis jubilemus ei. Quoniam Deus magnus Dominus : et rex magnus super omnes deos… » Ce même psaume 94 sert aussi de canevas à l’Invitatoyre bachique (LV 33) et à d’autres chansons d’étudiants.   65 Venez ! « Venite tous, nos bons voisins/ Qu[i] à ces vins boyre sont enclins ! » J. Lemaire, Archives et bibliothèques de Belgique, 1979, p.138.   66 « Venite tous, bons compagnons !/ Apportez pastéz et jambons ! » Picot, p. 191, n. 2.   67 Acclamons le maître de maison. Jubilému rime avec ponnu [pondu].   68 À chaque pause, les Fols boivent une gorgée, comme les Blasphémateurs du nom de Dieu.   69 Que nul ne dise : « Servons-nous les premiers. » C+L intervertissent les vers 115 et 116.   70 Que je fasse.   71 En grande quantité. La charcuterie, qui est salée, favorise les beuveries. Grandgousier, « aymant à boyre net », « mangeoit voluntiers salé » : jambons, langues de bœuf fumées, andouilles, etc. (Gargantua, 3.)   72 Pour régaler. « Ilz furent noblement festoyéz et disnéz. » Godefroy.   73 En l’avouant.   74 Antienne.   75 Faisons du Roi un fol. Follemus est le subjonctif d’un verbe follare créé pour l’occasion. En temps normal, c’est un substantif qui désigne les fous : « Une femme est souvent déceüe/ Pour croire quelque follemus. » (L’Amoureux passetemps.) En latin médical, « Pour guarir les fols » traduit « Follemus guerissanteo ». (La Vraye médecine de maistre Grimache.) On voit que les clercs ne reculaient devant aucune approximation pour faire rire aux dépends de leur langue officielle.   76 Car.   77 Ce qui est au-dessus du Paradis, dans le jargon des clercs. « Démocrite (…) m’a juré sur sa part de Paradouze qu’il y avoit plus de quinze ans qu’il n’en avoit fait autant. » Nicolas de Cholières.   78 Au-dessus de tous les dieux.   79 On situait le « Paradouze deux lieux par-delà Paradis ». (Marcellin Allard, la Gazette françoise.)   80 C+L : vieilles  (L’expression « Ronflez, vilains ! » signifie : Allez vous coucher, laissez la place ! Cf. Mallepaye et Bâillevant, vers 252.)   81 Ce pourrait être le refrain d’une chanson de carabins, comme celle que recopia la Princesse Palatine en 1722 : « Pétez, pétez, vous ne sauriez mieux faire. »   82 C’est bien ce qu’on se demande. Les trois personnages ont le vin mauvais, ils se disputent sans la moindre raison. L’auteur a dû vouloir mettre un peu d’animation dans une pièce trop verbeuse.   83 Rien du tout ! Cf. le Capitaine Mal-en-point, vers 265.   84 Un choc, un coup. C’est apparemment un normandisme.   85 C+L : grant  (Il s’énerve comme si on lui faisait l’injure de lui parler de sa grand-mère, dame Folie. Sur cette vieille dame indigne, voir le vers 145.)   86 Lève le nez dans la posture du buveur, et trinque. « Chà ! à dringuer, je vous en prie ! » Farce de Pathelin, 872.   87 Quelle mauviette. Cf. Ung jeune moyne, vers 292.   88 Vers manquant. « On verra le dueil que je porte/ Pour Marjolaine qui est morte. » Le Labyrinthe d’amour.   89 Que ma mère (vers 2).   90 C : mort de  (D’après les moralistes de l’époque, la folie était bien vivante et de plus en plus puissante.)   91 Retire ce que tu as dit.   92 Sur le 3e Fol.   93 Lors d’un mariage, comme l’explique Rabelais, on flanquait des « petitz coups de poing » (chaussés de mitaines) aux parents de la bru, pour leur laisser un « souvenir des nopces ». « Telz coups seront donnéz en riant, scelon la coustume observée en toutes fiansailles. » Quart Livre, 12.   94 Sur le 3e Fol.   95 Je te l’affirme.   96 Des coups. « Tippe, tappe, ses mains frapper. » Le Cousturier et Ésopet, BM 34.   97 Jusqu’à ce que je te rende la pareille.   98 Il semble manquer une rime en -endre et une en -ant.   99 Donner des coups à crédit. Les Normands prononçaient accraire.   100 Sur les deux autres Fols.   101 Il faut emprunter à l’un pour payer l’autre.   102 Il faut la lui ramollir. « Je luy ay amollié son courroux. » Godefroy.   103 Pour cogner sans me faire mal aux mains. Le 2e Fol tente de subtiliser le saint Alivergaut du 1er, ce qui lui vaut une réplique comminatoire du 3e. On ne peut exclure un jeu de mots sur le bâton des râbles [bas du dos].   104 Retire.   105 Vous ne verrez pas dame Folie.   106 À moins que quelqu’un ne l’ait pondue. Le Fol insinue de nouveau que dame Folie est morte.   107 On revient au bestiaire, sujet moins litigieux. Dans C, les vers 184-193 sont abîmés. C+L ajoutent sous ce vers : A ses cochons   108 Je vais vous raconter mes anecdotes.   109 Picot voit ici une allusion à la campagne de Louis XII contre les Vénitiens, en 1509.   110 C+L : pisse  (Cette litote éditoriale est démentie par les vers 202 et 206.)   111 En voulant marcher plus vite (pour échapper aux Vénitiens). Bref, il a eu la « trouille » [un pet foireux].   112 Ma verge. Cf. la Confession Margot, vers 86.   113 Mignonne.   114 Graphie normande de « foireuse » : « –Y m’a tant chié sur les bras…./ Voyez comme je suys breneux…./ –Foureux et badaulx tout ensemble. » (Les Veaux, LV 34.) Jeu de mots scabreux sur « fourreuse » : « Vous qui estes tant gracieuse,/ Je gaige que vous estes foureuse. » (Moralité de Charité, BM 64.)   115 Que n’était pas en érection. « Tant portent-ilz la couille [leur verge] verd. » (Les Rapporteurs.) Une chanson évoque « une fille bien gorrière/ [qu’] embrassa ung verd vestu/ Tout auprès d’une rivière ;/ La troussa dru et menu. » (La Fleur de poésie françoyse.)   116 De 59 cm.   117 Et en plus. Jaune = souillé d’excréments : « Jaulne comme le cul d’ung singe. » Le Capitaine Mal-en-point.   118 Elle était près de moi.   119 Je la tambourinai. « Braquemarder toutes les putains (…), qu’il n’en eschappe pas une que je ne taboure en forme commune. » Pantagruel, 26. Dans C, les vers 208-219 sont abîmés.   120 Canards mâles (vers 26).  Boure = cane : « Canards et boures sauvages. » Godefroy.   121 Nous frottâmes vulve et pénis.  Fourre = fourreau dans lequel on met le braquemart : « Fourre à espée. (Godefroy, IV, 175 b.) C’est une variante normande du fourreau : « Vous portez le fourreau/ Ouvert à chacun vit qui pleure. » (Parnasse satyrique. Coquille = pénis : « Mais hélas ! perdre la coquille ! » (Frère Guillebert, vers 280.)   122 Picot voit ici une allusion à la campagne entreprise par Henry VIII et Maximilien contre Louis XII, en 1513.   123 Un assaut. « Prendre la raverdie/ Avecques quelque verd [raide] gallant. » Tout-ménage.   124 L : Je  (Se = si.)  L’écuelle est le sexe de la femme. « Les masles font tout : les femmes sont comme gueux, elles ne font que tendre leur escuelle. » Béroalde de Verville.   125 J’avais le cul en l’air : j’étais couché sur une femme.   126 Une culbute, pendant laquelle je fus tourneboulé.   127 Espace entre le lit et le mur.   128 En manquant de faire un saut périlleux. Ce quatrain était illustré par des acrobaties, familières aux acteurs de sotties : les Sobres Sotz (LV 64) veulent lancer un Badin de bas en haut et de haut en bas.   129 « Michault,/ Qui fut nommé le bon fouterre » (Villon), mourut en s’adonnant au « passe-temps Michault » (Coquillart), c’est-à-dire en faisant l’amour : « Oncques Michault, qui en morut,/ Si volentiers ouvrier n’en fut. » (Renart le contrefait.) En copulant trop vite, notre Fol faillit « morir ainsy que fit Michault ». (Les Coquards.)   130 Métaphore peu galante pour désigner un vagin : le pâté est une enveloppe de pâte qu’on fourre avec de la viande.   131 Pour avoir œuvré dans un « pâté ».   132 Thierry Martin voit ici un calembour sur « épi scié » : impuissant. (François Villon, Poèmes homosexuels. Question de genre/GKC, 2000, pp. 22 et 105.)   133 Un câtu [qu’as-tu] est un ennui. « C’est un mauvais câtus :/ Mil et mil en sont abbatus. » (Pronostication généralle, Montaiglon, IV.) « Igna du câtu là-dessous :/ Faut aller vouar notre biau-frère,/ Qu’il nous débrouille cette affaire. » (Harangue des habitans de la paroisse de Sarcelles.)   134 L’avoine, qu’on entrepose dans le galetas [le grenier].   135 Voici venir des chats non châtrés. (Cf. Frère Guillebert, vers 437.) On mettait des chats dans les greniers parce que le grain attirait les souris. Naturellement, les Fols comprennent le langage des animaux.   136 À coups de griffes. Cf. les Esveilleurs du chat qui dort.   137 C+L : Bien eusse  (J’aurais préféré.)   138 Forme normande de vésarde [frayeur]. « J’ey eu pour vous belle bésarde ! » Le Poulier à quatre personnages, LV 45.   139 Que le mal des ardents les brûle !   140 D’une telle frayeur : d’un tel danger. « Le roy Henry fust escheu en autel dangier comme estoit le roy Richart. » Jehan le Beau.   141 Il joue sur la prononciation normande de « pressé » [urgent].   142 Dans une taverne. Les hommes avaient leur propre couteau pliant sur eux.   143 Si on. Messieurs est un terme générique qui englobe les femmes : elles n’auraient manqué pour rien au monde un spectacle cochon. Dans les Souhaitz des femmes, la Putain de chambre soupire : « Moy qui suis en chambre gardée,/ Je souhaitte nouvelletéz (…),/ Farces, rimes, Moralitéz. »   144 Forme normande de fable. « Dire flables ou mensonges. » Guillaume Le Talleur.   145 Quelques plaisanteries.

LE PÈLERINAGE DE SAINCTE-CAQUETTE

Recueil Trepperel

Recueil Trepperel

*

LE  GRANT  VOIAGE  ET  PÈLERINAGE  DE

SAINCTE-CAQUETTE

*

Cette farce fut composée à Caen vers 1518. Elle critique les abus du pape Léon X dans la marchandisation des indulgences, abus tellement énormes que, depuis 1515, le scandale ne cessait de croître. En Allemagne, le dominicain Johann Tetzel élevait depuis longtemps le trafic des indulgences au rang d’industrie, allant jusqu’à proclamer : « Lorsque de l’argent tinte dans la caisse, une âme sort du Purgatoire. » En 1517, Luther dénonça le mercantilisme de l’Église dans 95 thèses qui préludèrent à la Réforme. Notre pièce attaque les traficoteurs d’indulgences, de reliques et de pardons à travers un curé et son trésorier qui rentabilisent la fausse relique d’une fausse sainte.

La partie comique de cette farce engagée montre une femme qui nous explique avec de longues phrases qu’elle ne peut plus parler. Dans l’espoir de guérir, l’intarissable muette exige que son mari l’accompagne au pèlerinage de Sainte-Caquette, la patronne des femmes bavardes. L’époux obéit, non sans déplorer que la malade soit incapable de se taire. On notera d’ailleurs qu’il parle plus qu’elle (42 vers de plus).

Source : Recueil Trepperel, nº 23. Comme d’habitude, la vignette n’a aucun rapport avec l’œuvre ; je la remplace par une sculpture de sainte Babille, dont la langue trop bien pendue est munie d’un verrou. (Les Ponts-de-Cé, église Saint-Maurille.)

Structure : 2 rondels doubles, rimes plates, chanson.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

*

 

Le  grant  voiage  et  pèlerinage  de

 

Saincte-Caquette

 

Composé à Caen par le nouveau Général 1

 

*

 

À .IIII. personnages, c’est assavoir :

      LE  CURÉ

      LE  TRÉSORIER

      LE  MARY  [Jehan]

      LA  FEMME

 

Sainte Babille

Sainte Babille

 

                     LE  CURÉ  commence           SCÈNE  I

       Trésorier, mettez noz relicques

       À point pour la feste qui vient ;

       Car, veu2 le peuple qui survient,

       Aujourd’huy aurons grans praticques3.

5     Pour entretenir noz fabricq[u]es4,

       Cecy bien à point nous advient.

       Trésorier, mettez nos reliques

       À point pour la feste qui vient.

                      LE  TRÉSORIER

       [J’ay fayt]5 suffisantes aplicques.

10   Curé, le bon temps nous revient.

       Et ce pour quoy Dieu ne subvient6,

       On le sçait.

                      LE  CURÉ

                          C’est pour7 gens iniques.

       Trésorier, mettez noz reliques

       À point pour la feste qui vient ;

15   Car, veu le peuple qui survient,

       Aujourd’huy aurons grans pratiques.

                      LE  TRÉSORIER

       Il court tant d’abus et trafficques8

       Qu’ilz nous tollent9 robe et jacquette.

       Et les droitz de Saincte-[Caquette]

20   Abollissent10 de jour en jour.

                      LE  CURÉ

       On m’a parlé qu’icy entour11

       S’est eslevé ung Sainct-Frestel12,

       Filz de Babil13, qui a bruit tel

       Qu(e) en fours, rivières et laveux14

25   N’ont15 les reliques sainct Baveux,

       Dont il nous vient maintes oppresses.

                      LE  TRÉSORIER

       Ung tas de vieilles pigneresses16,

       À mesdire d’autruy légières,

       Poissonnières17 et boullengières,

30   Et dévideresses de fil18,

       Qui vont au filz de sainct Babil19,

       Et filleresses20 à rouet,

       Soulloient amener leur couet21

       Icy chacun jour sans contrainte,

35   À nostre glorieuse saincte

       Caquette, en ce digne pourpris22,

       Pour mettre le caquet à pris23

       Au prouffi[t] de la confrarie.

       Mais Sainct-Frestel nous contrarie,

40   À qui vont toutes noz propines24.

                      LE  CURÉ

       Sainct Caquet25 se trouve aux gésines26 ;

       Car commères, de près et loing,

       S’assembleront toutes au baing27.

       [Les] matrosnes et les gardiennes28

45   Chiffreront29 toutes les antiennes,

       Les verseletz et les respons

       De nostre saincte, j’en respons.

       Ilz diront là qui boit et joue30,

       Et qui est tendre de la coue31.

50   On sçaura qui fait la serrée32,

       Et qui franche est de sa derrée33.

       Brief, on sçaura tout en ce lieu.

                      LE  TRÉSORIER

       En troppeau34, de[s] femmes, beau Dieu,

       Fust en Advens35 ou en Karesmes,

55   Plus tost parleroient d’elles-mesmes

       Que nouvelle fust là obmise36.

       Se fait avoient en leur chemise

       Le caqua (sauf l’honneur de vous),

       Révélé sera tous les coups

60   En ung baing37. Ne s’i attende homme38 !

                      LE  CURÉ

       A, dea ! Ce qui est fait à Romme39

       Ou encores cent fois plus loing40

       Sera approuvé sans tesmoing,

       Par monsieur sainct Saulveur de Dive41 !

                      LE  TRÉSORIER

65   En une buée ou lexive42,

       Ce qu(e) onc ne fut fait ne pensé

       Sera là dit et recensé.

       Il(z) semblera qu’el(le)s soient prophètes.

       Les choses, premier qu(e) estre faictes43,

70   Diront sans s’en faire requerre44.

                      LE  CURÉ

       Si pourrons-nous, ce jour45, acquerre

       Richesses, dons et grans offrendes :

       Car vécy le peuple à grans bendes46.

       Prenons [bien] garde entre nous deux.

                      LE  TRÉSORIER

75   De la sentence ne me deux47.

       Et pour abolir tous scrupules,

       Portons perpétuons48 et bulles

       Avec nostre grant matriloge49.

                      LE  CURÉ

       Il est saison que l’on desloge

80   Avec torches et luminaire,

       Pour nostre saint reliquiaire

       Honnorer en meilleure guise.

 

            LA FEMME malade de saincte Caquette, primo50.

       Han Dieux51 ! Quelle angoisse il m’est prise     SCÈNE II

       Maintenant, qui au cueur me touche,

85   Tant qu(e) ouvrir ne puis plus la bouche,

       De taciturnité52 esprise.

                      LE  MARY,  primo.

       Quel mal vous a si tost surprise,

       Que53 dictes en gardant la couche

       « Han Dieux » ?

                      LA  FEMME

                                 Quelle angoisse il m’est prinse,

90   Qui au parfond du cueur me touche !

                      LE  MARY

       Si n’ay-ge point la mode aprinse54

       Que vous soyez ainsi farouche.

       Vous a point picquée quelque mousche,

       Ou ver pelu55 qui se desprise56 ?

                      LA  FEMME

95   Han Dieu ! Quelle angoisse il m’est prinse,

       Qui au parfond du cueur me touche !

       Je ne puis plus ouvrir la bouche,

       De taciturnité esprise.

                      LE  MARY

       Je n’ay science en moy comprinse

100 Qui rendre vous sceust la santé.

       Si57, ay-ge en moult de lieux hanté

       Où se faisoit mainte harengue.

       Où vous tient ce mal ?

                      LA  FEMME

                                             À la langue.

                      LE  MARY

       La langue ? Bénédicité !

105 Et ! j’ay veu qu’en ceste cité

       N’y avoit langue plus esmeue58.

       Je ne sçay dont vous est venue

       La maladie ainsi à haste59.

                      LA  FEMME

       Jamais [plus] de pain ne de paste

110 Ne mangeray s’il ne m’amende60,

       Ou se je ne fais mon offrende

       À madame saincte Caqueste.

                      LE  MARY

       Si loing ?! J’ayme mieulx faire queste

       De santé parmy ceste ville :

115 Vélà monsieur de Croissanville61

       Qui vous garira de légier62,

       Ou monssieur maistre Bellenger.

       Calix ou maistre Jehan Courson63

       Vous arteront64 bien ce frisson

120 Sans [plus] aller si loing65 troter.

                      LA  FEMME

       Il n’en fault point le cul froter66 :

       Plus n’ay santé en nerf ne vaine.

       Si, convient faire ma neufvaine67

       Devant la glorieuse vierge68.

                      LE  MARY

125 Si ne prendray-ge pas la charge

       De conduire si hault mistère69

       Se ne promettez de vous taire

       Tandis que ferons le voyage ;

       Car c’est ung tel pèlerinage

130 Qu’en le faisant, mot on ne sonne70.

       Et, par ma foy, je me s[o]upçonne71

       Que de vous taire n’aurez garde.

       Vélà le point où je regarde.

       En caquet estes trop sçavante.

                      LA  FEMME

135 Me taire ? Par Dieu ! je me vante

       De cela, n’en ayez esmoy72.

                      LE  MARY

       Je ne crains autre chose, moy,

       Fors que le caquet vous eschappe.

       Car quant la maladie vous happe,

140 Vous frestelleriez73 pair à dix.

                      LA  FEMME

       Eschapper ? Dieu de Paradis !

       Je ne diray mot ne demy74.

       Parler ? Hélas, mon doulx amy,

       Je n’en ay pas si grant envye.

                      LE  MARY

145 Or [a]llons donc. Mais, sur ma vie,

       S(e) ung mot je vous os desgueuller75,

       Jamais jour, à vostre voulloir

       Ne chemineray, bas ne hault.

       Despeschez-vous, car il nous fault

150 Aller aujourd’huy longue voye.

                      LA  FEMME

       Allons ! À Dieu, qu’i nous convoye.

       Je viens de faire nostre sac76,

       Et ay mis dedans ce bissac

       La provision nécessaire.

                      LE  MARY

155 Or, pensez mèshuy de vous taire ;

       Mettez vostre langue à remot77.

                      LA  FEMME

       Je ne diray plus que ce mot.

                      LE  MARY

       Taisez-vous, je le vous commande !

                      LA  FEMME

       Si fais-je, Jehan. Mais je demande

160 Se nostre commère78 Jaquette

       Viendra point à Saincte-Caquette :

       Jehan, beau sire, allez [le] luy dire.

                      LE  MARY

       Et, paix ! Dieu vous vueille mauldire !

       Que dyable vous avez de ho(i)gne79 !

                      LA  FEMME

165 Tant ce seroit belle besongne

       S’elle nous tenoit compaignie.

       Ma foy, s’el n’avoit sa mesgnie80,

       Vous l’y81 verriez venir grant erre.

                      LE  MARY

       Et ! taisez-vous, bon gré sainct Pierre !

170 N’aurez-vous mèshuy fin ne cesse ?

                      LA  FEMME

       Fault-il point aller à confesse

       À messir(e)82 Jehan ou à messir(e) Jacques ?

       Dictes, Jehan : je n’y fus puis83 Pasques.

       Lesquelz84 vous sont plus agréables ?

                      LE  MARY

175 Paix, dame85, de par tous les dyables !

       Par Dieu ! se je vous o huy toustre86,

       Je vous feray la bouche coustre87

       Pour ce caquet appetisser.

                      LA  FEMME

       Il me faulsist88 aller pisser,

180 Jehan. Par monseigneur sainct Eutrope89,

       Je ne sçay lieu où je m’acroppe90,

       Tant ay de paour que l’on me voye.

                      LE  MARY

       Pissez illec91, en pleine voye :

       Tant il y a affaire à vous92 !

                      LA  FEMME

185 Bien, Jehan ; mais allez donc tout doulx93.

       Je n’en pisseray que deux larmes.

                      LE  MARY

       Mais tenez, regardez quelz termes !

       C’est miracle que vif n’enrage.

       Qui maine femmes en voyage,

190 Maulgré ’n94 ait bieu des truandelles !

                      LA  FEMME

       Jehan, j’ay oublié mes chandelles95 :

       Il les fault, ou je suis infâme.

                      LE  MARY

       Le diable y ait part, à la femme,

       Tant elle est cauteleuse et faulce !

                      LA  FEMME

195 Il me fault relier ma chaulse96

       Icy endroit97 ceste cousture.

       Encore, voicy ma ceinture

       Jà dévallée dessus la hanche.

                      LE  MARY

       Ouy dea, nous y serons dimenche.

200 Devant98 ! Saint Anthoine vous arde99 !

                      LA  FEMME

       Encor fault-il que je regarde

       Au mirouèr se je suis point belle.

                      LE  MARY

       Vous estes trop belle et rebelle100.

       Serez-vous mèshuy en arroy101 ?

                      LA  FEMME

205 Attendez ung peu, si verray

       Se j’ay bien mis mon chaperon.

                      LE  MARY

       Jamais d’icy n’eschaperon.

       Devant ! Bon gré Dieu de la femme !

                      LA  FEMME

       Affin que le chault ne m(e) infâme102,

210 Ce soye103 mettray par sur ma teste.

                      LE  MARY

       Or sus ! Serez-vous mèshuy preste ?

       Estes-vous bien à l’appétit104 ?

                      LA  FEMME

       Jehan, attendez-moy ung petit !

       J’ay fait, il ne me fault plus rien.

                      LE  MARY

215 Cheminez ; et vous gardez bien,

       Mèshuy, d’une parolle dire.

 

                      LE  CURÉ              SCÈNE  III

       Voicy du peuple qui se tire

       Devers nous en grant multitude.

       Trésorier, par ma foy, je cu(i)de105

220 Qu’ilz viennent gaigner noz pardons106.

                      LE  TRÉSORIER

       Nous aurons offrendes et dons,

       Car vécy compaignie honneste107.

       Et reste que j’en admonneste108

       Les pèlerins, en vostre prosne,

225 D(e) oblation faire et aulmosne.

       Revestez-vous109, et vous hastez !

 

                      LA  FEMME        SCÈNE  IV

       Jehan !

                      LE  MARY

                   Taisez-vous, vous nous gastez110.

       Qu’on ne vous oye mèshuy parler !

                      LA  FEMME

       Ma foy, Jehan, il me fault aller

230 Ung peu à l’esbat111 en derrière.

       Et je n’y arresteray112 guère,

       Je le vous prometz, par mon âme !

                      LE  MARY

       Et, paix ! Maulgré bieu de la femme !

       Mot, mèshuy113, que je ne vous frappe114 !

                      LA  FEMME

235 Je suis morte, Jehan : il115 m’eschappe,

       Je ne le sçaurois plus tenir.

                      LE  MARY

       Et, dehors116 ! Que mésadvenir

       Vous puisse-il ennuyt117, vieille ordouze !

       Elle a plus de babil que douze

240 Vieilles pigneresses de chambre118.

                      LA  FEMME

       Jehan !

                      LE  MARY

                  Paix, paix !

                      LA  FEMME

                                   Mes patenostres119 d’ambre

       Sont demourées120 : tout est perdu !

                      LE  MARY

       Je soyes parmy le col pendu,

       Ou banny ainsi qu(e) ung méseau121,

245 S(e) ennuyt ne vous lye le museau122 !

       Et ! n’aurez-vous mèshuy repos ?

       Mais c’est sans fin, à tous propos,

       Qu’elle a les lèvres desployées.

                      LA  FEMME

       Ma foy, je les ay oubliées,

250 Et mes grandes Heures123 avec.

                      LE  MARY

       Sçauriez-vous tenir vostre bec ?

       Nenny, vous estes enragée.

       Le lempas124 et telle dragée125

       Vous puissent ennuyt126 empoigner !

                      LA  FEMME

255 C’est pour neant127, il fault retourner :

       Jamais je ne m’en passeroye.

                      LE  MARY

       Par la vertu bieu ! je vouldroye

       Que vos patenostres et vous

       Fussiez dedans le ventre aux loups !

260 Mais el fait merveille de dire128 !

                      LA  FEMME

       Jehan !

                      LE  MARY

                   Paix ! Dieu vous vueille mauldire !

       Et pensez de vous despescher.

       Cesserez-vous jà de prescher ?

       Mais que vostre babil est long !

265 Cheminez devant !

                      LA  FEMME

                                       Allon, donc.

                      LE  MARY

       Qu’on ne vous oye mèshuy groucer129 !

                      LA  FEMME

       Ma foy, si me fault-il trousser

       Ma robe, qu’el(le) ne soit crottée.

                      LE  MARY

       Vous aurez la teste frotée,

270 Se vous me faictes eschauffer,

       Par Dieu !

                      LA  FEMME

                        Il me fault recoiffer :

       Mes cheveulx me tumbent au front.

                      LE  MARY

       Vous soyez coiffée d’ung estront !

       C’est tousjours à recommencer.

275 Voicy assez pour incenser130,

       Tant ceste femme icy me fasche.

                      LA  FEMME

       Jehan !

                      LE  MARY

                   Paix !

                      LA  FEMME

                             [Il fault] que je restache

       Le courtois de mon devantel131.

                      LE  MARY

       Et, paix ! Maulgré bieu du frestel !

280 Je n’ouÿs onc telle braierie.

                      LA  FEMME

       Mais sui-ge de la confrarie

       De saincte Caquette [ou non], Jehan ?

                      LE  MARY

       Et, paix ! Dieu vous mette à mal an132,

       Laisarde133, incorrigible garse !

285 Qu(e) eussiez-vous ores la langue arse134 !

       Et ! ne la sçauriez-vous tenir ?

                      LA  FEMME

       Je ne me sçauroies maintenir

       Ainsi sans parler soir ne main135.

                      LE  MARY

       Et ! tenez : mettez vostre main

290 Bien estroit devant vostre bouche ;

       Ou que d’un touppillon la bousche136,

       Affin que parolle n’en saille.

       Aultrement, convient qu’on s’en aille,

       Sur peine d’excommuniement.

           La femme met sa main contre sa bouche

           et gasoille 137 entre ses dens.

295 Paix ! Estouppez-la fermement,

       Que quelque parolle n’en sorte.

              La femme, iterum 138 entre ses dens.

       Mot, mot ! Nous sommes à la porte.

       [Et !] taisez-vous, bon gré saint George,

       Et m’estraignez fort ceste gorge139 ;

300 Ou autrement, tout est perdu.

              La femme, iterum entre ses dens.

       Paix, vous di-ge ! Il est deffendu

       Qu’en venant à Saincte-Caquette

       Femme ne die mot ne caquette,

       S’elle veult santé recevoir.

 

                      LE  CURÉ            SCÈNE  V

305 Que chacun face son devoir,

       Vaillans dames, vaillans preudhoms140 !

       N’oubliez pas ces beaux pardons :

       Il y en a infinis jours141.

                      La femme, admirando 142.

                      LE  MARY

       Mot, mot ! Les dens serr[e]z tousjours

310 Tant qu(e) ayez143 baisé la relique.

                      LE  TRÉSORIER

       Aux bienffaicteurs de la fabricque,

       Y a mille jours d(e) indulgence144 !

                      LE  CURÉ

       Fumelle qui en diligence145

       Sa parolle ne peult avoir,

315 Vous devez entendre et sçavoir

       Qu’il ne reste qu(e) estre saisie146

       D’une herbe nommée jalousie147,

       Destrempée en vin cler ou blanc :

       Cela la fera parler franc

320 Et caquetter pair à148 dix femmes,

       Pour en boire149 deux ou trois dragmes,

       Comme dit nostre librairie150,

       Pourveu que de la confrarie

       De Saincte-Caquette se rende151

325 Et qu’elle y face son offrende.

       Oultre, qui porte la bannière152

       Du mestier terminé en « -yère153 »

       En sont toutes154. Et cetera.

              La femme, iterum entre ses dens.

                      LE  MARY

       (Mais, le grant diable ! el se taira ?

330 Non fera, par saincte Marie !

       Taire ? Elle en seroit bien marrie ;

       Aussi, je ne m’y attens point.)

                      LE  CURÉ

       Davantage155, pour le quart point,

       Fault que femme ayme honneur sur tout156.

335 À la table, avoir le hault bout157

       En nopces ou en relevaille158.

       On n’a garde que caquet faille159

       À tel besoing, doresnavant,

       Pour le derrière et le devant160,

340 Soit à la paix ou à l’offrende161.

                      LE  TRÉSORIER

       S’il y a femme, en ceste bende,

       Malade de saincte Caquette,

       Vienne baiser sans plus d’enqueste

       Les reliques, et je me vante

345 Qu’elle aura santé si puissante

       Que jamais jour ne fut plus aise.

                      LE  MARY

       Et ! que nostre femme la baise,

       Qui en est ainsi entachée162 :

       À peu qu’el163 ne s’est arrachée

350 La langue, à force de caquet !

                       LE  CURÉ

       Voicy la fontaine164. En tant qu’est

       De saincte Caquette le mal165,

       Il convient baiser ce cendal166

       Pour plaine santé ressaisir.

                      LE  MARY

355 Monsieur, se c’est vostre plaisir,

       Nostre femme le baisera.

                      LE  TRÉSORIER167

       Autrement ne s’appaisera

       Qu’en le baisant par-devant nous.

                      LE  CURÉ

       M’amye, mettez-vous à genoulx

360 Sans plus faire longue harengue,

       Affin que vous baisez la langue168

       De la saincte tant glorieuse.

                      LA  FEMME,  en baisant, dit :

       A ! vray Dieu ! Tant je suis eureuse

       D’avoir ma santé recouverte169,

365 Et que je puis à bouche ouverte

       Caqueter à mon apétit.

       Je me suis teue quelque petit170 ;

       Mais j’ay porté telle douleur

       Qu’el171 m’a fait mortir la couleur.

370 On parle de travail d’enfant172 :

       Mais il ne fait point de mal tant,

       Ne ne sçauroit à femme faire,

       Qu(e) essaier à la faire taire.

       Jalousie, qui le front [d]espicque173,

375 N’est de moytié si frénatique

       Qu’est une femme en se taisant174.

       Rage des dens, ne mal cuysant,

       Fièvres, chaumal175, le mal de mère176

       Ne font pas douleur si amère

380 Qu(e) à femme se taire en effect.

                      LE  CURÉ177

       Or çà, donc(ques) : qui esse qui fait

       Mettre haynes en mariage

       Et semer tant de faulx178 langage

       Entre Marion et Jaquette ?

                      LE  MARY

385 C’est le mal de saincte Caquette179.

                      LE  TRÉSORIER

       Qui fait perdre la renommée

       De mainte femme bien nommée180,

       Quant on dit [qu’el court]181 la jaquette ?

                      LE  CURÉ

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LA  FEMME

390 Qui fait que l’homme bat sa femme,

       L’injurie ou l’appelle « infâme »,

       Quant autre que luy n’y taquette182 ?

                      LE  MARY

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LE  CURÉ

       Qui fait déshonorer tousjours

395 Filles qui font le jeu d’amours

       (Où mainte déshonneur acqueste183) ?

                      LE  TRÉSORIER

       C’est le mal de saincte Caquete.

                      LE  CURÉ

       Qui fait femmes tendre[s] du bas184,

       Sinon qu’ilz prennent leurs esbatz

400 À desploier souvent Friquette185 ?

                      LE  MARY

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LE  CURÉ

       Qui fait Dieu provocquer en ire186,

       À veoir ainsi d’autruy mesdire

       À tort, sans faire vraye enqueste ?

                      LE  MARY

405 C’est le mal de saincte Caquette.

                      LA  FEMME

       Qui fait tant femmes détraver187

       À blasonner et à baver188,

       Quant en quelque feste on banquette ?

                      LE  MARY

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LE  TRÉSORIER

410 Qui fait ung tas de marjoletz189

       Courir les rues comme foletz

       Pour faire à la dame requeste ?

                      LA  FEMME

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LE  CURÉ

       Qui a fait à maint homme sain

415 Aller quérir aux huys190 son pain

       Et porter baril et cliquette191 ?

                      LE  TRÉSORIER

       C’est le mal de saincte Caquette.

                      LE  MARY

       Qui faict ung homme cauteleux

       Estre de sa femme jaleux,

420 Et que tousjours sur elle guette ?

                      LA  FEMME

       C’est le mal de saincte Caquett[e].

                      LE  CURÉ

       Qui fait à ung tas de volleurs192

       Venir tant peines et malheurs,

       Quant ilz fouillent en la b[r]aguette193 ?

                      LE  TRÉSORIER

425 C’est le mal de saincte Caquette.

 

                      LE  CURÉ

       Trésorier, que l’on rempaquette

       Noz reliques194. Puis, pour finer,

       Ces pèlerins v[i]endront disner

       Avec nous, au partir d’icy.

                      LE  MARY

430 Monseigneur, je vous remercy :

       Nous avons promis autre lieu195.

                      LE  CURÉ

       À Dieu doncques !

                      LE  MARY

                                      À Dieu !

                      LA  FEMME

                                                   À Dieu !

 

                              EXPLICIT

*

1 « Le chef d’une confrérie joyeuse de Normandie (son général), comme il y en avait tant à cette époque. » André Tissier, Farces françaises de la fin du Moyen Âge, Droz, 1999. Tissier ajoute à propos de cette farce : « Peut-être, à en juger par les préoccupations médicales des personnages, fut-elle jouée devant des étudiants en médecine ou, pourquoi pas ? par eux. » Nous connaissons deux autres pièces écrites à Caen : la sottie de Pates-ouaintes, de Pierre de Lesnauderie, jouée en 1493 par le receveur général Beaunes ; et la moralité de la Cène des dieux (T 17), du même auteur, jouée vers 1497 par le général Saint-Louis. On n’a pas retrouvé le nom du général qui s’attribue Sainte-Caquette.   2 Vu. En pareil cas de figure, les comédiens montraient le public.   3 Une nombreuse clientèle.   4 Le comité qui administre les revenus du sanctuaire de Sainte-Caquette. Idem vers 311.   5 T : Je fays  (Les appliques sont des affiches, que le trésorier a placardées en nombre suffisant. Il s’agit probablement des écriteaux qui annoncent la représentation théâtrale.)   6 Ne subvient pas à nos besoins.   7 À cause de.   8 Des trafics de reliques.   9 Enlèvent. « La cha[i]r lor tolent et la pel. » Godefroy.   10 Ils les effacent comme un péché. « De Luy soyent mes péchiéz abolus ! » Villon.   11 Que près d’ici.   12 Bavardage (idem vers 279). « Pour ouÿr ung peu le frétel/ De ma femme. » (Godefroy.) Cette nouvelle chapelle est une concurrente pour les marchands du Temple qui exploitent Sainte-Caquette.   13 Fils de Babylone, mais surtout du babillage. Bruit = réputation.   14 Les bavardages allaient bon train quand on attendait son tour devant le four commun, et quand on lavait son linge à la rivière ou au lavoir. Le Plaisant Quaquet et resjuyssance des femmes avoue que la renommée est promenée « de bouche en four, de four en bouche ». Le Débat des lavendières de Paris avec leur caquet se tient « au long de la rivière ».   15 T : Sont  (St Frétel a plus de réputation que n’en ont les reliques de St Baveux.)  Baveux = bavard. Cf. l’expression « tailler une bavette ».   16 Les peigneuses de laine ou de chanvre sont médisantes. « Ce gallant cacquette comme une piegneresse de layne. » Palsgrave.   17 Parmi elles, les harengères sont des braillardes redoutables. On les entend jacasser dans la farce des Femmes qui font acroire à leurs maris de vécies que ce sont lanternes (F 15). Par un heureux hasard, leur baquet se nomme « la caquète ». (Richelet.)   18 Les fileuses de quenouilles se réunissent pour « filer et deviser de plusieurs menus et joyeux propos ». Évangiles des quenouilles.   19 À la chapelle de Saint-Frétel (vers 22).   20 On reprochait aux fileuses de faire aller leur langue plus vite que leur rouet.   21 Qui avaient l’habitude d’emmener ici leur paquet de filasse pour causer en travaillant.   22 Dans cette enceinte sacrée. « Ou pourprins de ladite église. » Godefroy.   23 À prix : pour acheter leur droit à bavarder.   24 Les pots de vin qui nous sont dus. « Romme y perdra ses tributz et propines. » G. Flamang.   25 « S. Trotet, S. Caquet & S. Babil sont les plus grands patrons de ce sexe dévot. » Guy Patin.   26 Auprès des femmes en couches. Comme il est dit dans les Caquets de l’accouchée : « Les langues des femmes ne peuvent demeurer arrestées, n’y ayant rien de plus mobile qu’elles. » La 3ème des Quinze Joyes de Mariage est consacrée aux ragots des commères qui entourent une accouchée.   27 Au premier bain du nouveau-né. Ce rituel purificatoire qui annonçait le baptême se déroulait devant toutes les femmes présentes. « Il fault la sage-femme avoir,/ Et des commères un grand tas…./ Vous ne vistes oncq tel caquet…./ Çà, ce baing, ce chrémeau [bonnet], ce laict ! » Les Ténèbres de Mariage.   28 Les sages-femmes et les nourrices. « Les sages-femmes & gardiennes y donnent de bonnes receptes, qu’il y faut appliquer à la première couche. » (Guillaume Bouchet.)   29 Mettront en musique, comme une basse chiffrée.   30 Elles diront le nom des alcooliques et des joueurs.   31 Quel homme est tendre de la queue. (Voir « coue » dans le Dictionnaire érotique de Pierre Guiraud.) Les femmes, elles, sont tendres du bas (vers 398), ou du cul (Deux hommes et leurs deux femmes, dont l’une a malle teste et l’aultre est tendre du cul, BM 10). Un des sujets de conversation favoris des servantes est la sexualité de leur maître. Voir par exemple les Chambèrières : « Si est mon maistre bien garny/ De “vitailles”. »   32 Quelle femme prétend ne pas avoir d’amant. Cf. Sœur Fessue, vers 142.   33 Laquelle est libérale de sa denrée, de sa marchandise. Cf. le Trocheur de maris, vers 164.   34 Quand elles sont en groupe.   35 L’Avent est la période qui précède Noël. Le Carême précède Pâques.   36 Elles diraient du mal d’elles-mêmes plutôt que d’omettre un commérage.   37 Dans un bain public, où les femmes, entre elles, caquetaient beaucoup, comme en témoigne le Banquet des chambrières fait aux estuves (Montaiglon, II).   38 Que nul homme ne s’y fie ! « À Dieu m’atens. » (ATILF.)   39 Le trafic d’indulgences de Léon X. Voir ma notice.   40 En Allemagne, où le marchand de pardons Johann Tetzel se remplissait les poches. V. notice.   41 Par monsieur Jésus-Christ ! Le Christ Saint-Sauveur est honoré à Dives-sur-Mer, près de Caen.   42 Lorsqu’elles font la lessive.   43 Avant qu’elles ne soient faites.   44 Elle les diront sans se faire prier.   45 T : tour  (Voir le vers 4.)   46 Qui arrive en bandes. Il montre encore le public.   47 Je ne me plains pas de votre prédiction.   48 Le perpétuon (perpetuum) et la bulle sont des indulgences vendues par le pape. « Pardons se donnent pour argent./ Ung grant tas de perpétuons (…)/ Ont fait vendre plusieurs mesnages. » (Guillaume Alécis.) « Mais par bulles en parchemin,/ Du pape l’ont acquis par don. » (Jehan Régnier.)   49 Martyrologe : catalogue de saints réels ou fantaisistes dont les églises s’enorgueillissaient. Les porteurs de rogatons n’hésitaient pas à produire de faux certificats, ou des vrais s’ils avaient les moyens de soudoyer un cardinal.   50 Ce mot signifie que le personnage parle pour la première fois. (Mais pas pour la dernière !) La femme, qui se prétend malade, est encore au lit.   51 Ayant la langue paralysée, elle articule difficilement « mon Dieu ». (Au refrain de 95, le « x » disparaît.) Les muettes ont inspiré d’autres étudiants en médecine : Rabelais raconte (Tiers Livre, 34) qu’il joua à Montpellier « la morale comœdie de celluy qui avoit espousé une femme mute…. Le bon mary voulut qu’elle parlast. Elle parla par l’art du médicin et du chirurgien. » Cette femme fut interprétée par un des carabins que nomme Rabelais ; la nôtre fut également jouée par un homme, d’autant qu’il n’y avait pas encore d’étudiantes en médecine.   52 T : tacinturnite  (Forme correcte à 98.)  Taciturnité = perte de la parole, du latin tacere [se taire].   53 T : Qui  (Pour que vous disiez.)   54 Apprise. Je ne suis pas accoutumé.   55 Un ver solitaire. « Un ver pellou/ Qui liat piqua lo cour [le cœur]. » Jean Millet.   56 T : desguise  (Toutes les rimes sont en -prise.)  Se despriser, se desprendre = lâcher prise.   57 Pourtant. Hanter = fréquenter.   58 Plus animée (que la vôtre).   59 Si rapidement.   60 Si mon état ne s’améliore pas.   61 Village à proximité de Caen. « Voilà » pourrait indiquer que ce médecin non identifié assistait à la représentation.   62 Qui vous guérira aisément.   63 François Callix et Jean Du Buisson (dit Courson) étaient alors licenciés en médecine de l’université de Caen. Voir l’édition du Recueil Trepperel par Eugénie Droz, et le Recueil de farces d’André Tissier <tome II, Droz, 1987>.   64 T : arsteront  (Arter est une forme normande de arrester.)  « À cela ne vous fault arter. » Farce d’un Amoureux, BM 13.   65 « Sans plus aller si loing chercher les histoires. » Françoys de Billon.   66 Discuter sans savoir. « Mieulx leur vauldroit se aller froter le cul au panicault [avec des chardons] que de perdre ainsi le temps à disputer de ce dont ilz ne sçavent l’origine. » Pantagruel, 33.   67 Mes neuf jours de prières. Pour saint Babillard aussi, « il fallait faire une neuvaine, et verser une petite obole ». Jacques E. Merceron, Dictionnaire des saints imaginaires et facétieux. Seuil, 2002, p. 564. Cet ouvrage capital recense tous les saints dont parle la pièce.   68 Devant Ste Caquette.   69 Cette procession.   70 Les pèlerines de Sainte-Caquette doivent garder le silence pendant le voyage, « sur peine d’excommuniement » (vers 294). Dans le Pèlerinage de Mariage (LV 19), une pèlerine s’interroge : « Y fault-y aller sans parler ? » Un vieux pèlerin lui répond : « Nénin ; les femmes pas, au moins. » (Le même s’écrie un peu plus tard : « Sancta Quaqueta, ne parlez de nobis ! ») Les pèlerines qui emmenaient à saint Bavoux des enfants « qui tardaient à parler » devaient elles aussi rester muettes : « Une condition essentielle pour la réussite du “voyage” devait être respectée par la femme qui venait conduire l’enfant : s’abstenir de prononcer une seule parole en cours de route. » Merceron, p. 566.   71 Je me doute. « Son mary se souspeçonnoit des amours qui estoient entre eulx. » (ATILF.)   72 T : esmay  (Sens identique, mais rime moins riche.)   73 Vous bavarderiez (note 12). « Pair à dix » = autant que dix. Idem vers 320.   74 Ni même la moitié d’un.   75 Je vous entends déclamer. « –Nous avons oÿ tous voz plaitz./ Maistre Simon, sus, desgueullez !/ –Quant au regard de ses cacquetz,/ Nous en sommes piéçà saoulés. » (Guillaume Coquillart.) « Dégueulèr » rime avec « voulèr », à la manière normande.   76 Elle vient à peine de sortir du lit : donc, le sac était prêt depuis la veille.   77 T : remort  (À l’écart. Cf. Ung jeune moyne et ung viel gendarme, vers 312.)  Ils s’en vont, à pied.   78 Notre voisine. Les commères étant les reines du commérage, on suppose que Jaquette doit beaucoup jaqueter, c.-à-d. jacasser comme une pie. Ce verbe a donné l’argot jacter.   79 De récriminations. Cf. les Femmes qui font escurer leurs chaulderons, vers 156 etc.   80 Sa maisonnée, sa famille.   81 T : luy  (Grande erre : en toute hâte.)   82 On prononçait « messer » : voir la note 74 du Testament Pathelin.   83 Depuis.   84 Quels confesseurs.   85 T : da ne   86 Si je vous entends aujourd’hui tousser.   87 Coudre : vous resterez bouche cousue.   88 Il me faudrait.   89 Il guérissait les hydropiques, qui étaient pleins d’eau, et non d’urine.   90 Où je puisse m’accroupir.   91 Ici.   92 Qu’est-ce que les passants ont à faire de vous ?   93 Marchez moins vite, pour que je puisse vous rattraper. Elle s’accroupit ; sa robe traînante (vers 267-8) l’abrite des regards.   94 Aphérèse normanno-picarde du pronom en. « Bon gré ’n ait bieu ! » (Le Capitaine Mal-en-point.)  Une truandelle est une femme qui ne cesse de quémander.   95 Les bavardes sont considérées comme des têtes de linottes qui ne songent qu’à leur apparence. On ne s’étonnera donc pas que la dévote ait oublié tous ses objets pieux (vers 241-242 et 249-250), mais qu’elle ait emporté son miroir, son fichu de soie et son peigne. La proximité entre caquette et coquette est flagrante : « Saincte Coquette qui caquette. » Clément Janequin.   96 Attacher mon collant avec une jarretière. « Des jartières à lier les chausses à ladicte dame. » (ATILF.)   97 Contre.   98 En avant ! Idem vers 208.   99 Que le feu de St Antoine [l’ergotisme] vous brûle !   100 Jeu de mots banal. « La belle & rebelle Sydérée. » F. de Belleforest.   101 Bientôt prête.   102 Pour que la chaleur ne me flétrisse pas.   103 Ce fichu de soie.   104 Êtes-vous assez appétissante pour les autres hommes ? C’est l’unique allusion à l’adultère dans cette farce qui, pourtant, met en scène le trio habituel composé de la femme, du mari, et du curé.   105 Je pense. Pour la graphie normande « cude », v. Pates-ouaintes, vers 445.   106 Indulgences qu’on obtenait en baisant des reliques (une plume de l’ange Gabriel, du lait de la Sainte Vierge, les deux crânes de St Pierre authentifiés par le Vatican, les 60 doigts de St Jean, les seins de Ste Agathe, les restes de Ste Jeanne d’Arc provenant d’une momie égyptienne, la bouteille contenant le « han ! » que poussa St Joseph en fendant une bûche, le prépuce de Jésus, ou la langue de Ste Caquette). Il fallait payer pour gagner les pardons. Cette lucrative escroquerie avait ses spécialistes, les « pardonneurs » : voir la farce du Pardonneur (BM 26), lequel expose une oreille de St Couillebault et de Ste Velue, ainsi que des os de St Boudin et de Ste Fente. Mais les prêtres, eux aussi, grugeaient beaucoup de pèlerins grâce aux reliquaires ; et ils ne reculaient devant aucun battage publicitaire pour rafler des clients aux églises concurrentes, quitte à organiser de faux miracles. Bref, on voit que les industriels qui profitent du tourisme de Lourdes n’ont rien inventé.   107 On songe au mot de Chamfort : « Honnête ou lucratif, c’est tout un. »   108 Il ne me reste plus qu’à inciter. Le trésorier, qui n’a aucun droit à s’exprimer pendant le prône [le prêche] d’un curé, va tout de même baratiner les spectateurs.   109 Endossez votre chasuble. On constate que c’est le trésorier qui commande : l’argent prime sur la religion.   110 Vous nuisez à nos intérêts. Voir la note 70.   111 Faire mes besoins derrière un arbre. Cf. Troys Gallans et Phlipot, vers 225.   112 Demeurerai.   113 Plus un mot, dorénavant !   114 Ce mari faible se prend pour le héros d’une autre farce : Martin Bâton qui rabbat le caquet des femmes.   115 L’étron.   116 Allez hors de notre vue. Elle s’accroupit comme tout à l’heure, cachée par sa robe. Les jeux de scènes scatologiques, innombrables dans le théâtre médiéval, prouvent que le public en redemandait.   117 Aujourd’hui. Ordeuse = merdeuse.   118 Peigneuses de chanvre (voir le vers 27). Il y a là un coup de griffe contre les femmes de chambres (les illustres chambrières), qui peignent leur maîtresse et qui sont dotées d’un babil à toute épreuve.   119 Mon chapelet.   120 Sont restées à la maison.   121 Qu’un lépreux, qui était exclu de la société. Nos étudiants en médecine évoquent de nouveau la lèpre aux vers 414-416.   122 Si aujourd’hui je ne vous bâillonne la bouche.   123 Mon livre d’Heures, mon missel.   124 Maladie de la bouche des chevaux. Dans la sottie du Roy des Sotz (BM 38), on dit à propos d’un muet : « –Pourquoy ne parles-tu ?/ –Il craint, ainsi, d’estre battu./ –Non faict, mais il a le lempas. »   125 Et autres gâteries du même genre.   126 Aujourd’hui.   127 C’est inutile. « Niant » compte pour 1 syllabe.   128 Elle fait rage de parler.   129 Murmurer. Cf. les Sotz ecclésiasticques, vers 193.   130 Pour devenir fou.   131 Que je rattache le cordon de mon tablier. Le « courtois » est peut-être un normandisme, ou une faute pour « courdon » [cordon] : « Avons trouvé ensuitte les courdons de soye : Six courdons de soye rouge. » Cardinal de Bonzy.   132 En mauvaise année, en malheur.   133 T : laisable  (Lézarde, langue de vipère. « Vostre langue picque comme laisarde. » Parnasse satyrique.)   134 Brûlée, comme les langues envieuses de Villon : « Langues cuisans, flambans et rouges…./ Soient frittes ces langues envieuses ! »   135 Ni matin. « J’ay faict justice soir et main. » Godefroy.   136 Qu’avec un bouchon je la bouche.   137 Gazouille, murmure. « Chanter & gasoiller. » Charles Estienne.   138 De nouveau. Ils arrivent devant la porte de l’église Sainte-Caquette.   139 Serrez votre gorge.   140 Hommes preux. (On prononçait prudon.) Le bateleur, devant l’église, flatte les badauds pour leur vendre des pardons.   141 Un nombre infini de jours. Les indulgences, qui permettaient aux pécheurs de réduire le temps qu’ils passeraient au purgatoire, se comptaient en nombre de jours pour les moins chères, et en années pour les plus chères. Contrairement à ce qu’affirmait l’Église, il y avait la même différence entre les riches et les pauvres après la mort que pendant la vie : les premiers restaient les premiers, et les derniers restaient les derniers.   142 Poussant un cri d’admiration. La déclinaison en -do (au lieu de -da) pourrait indiquer le datif ou l’ablatif d’un admirandum : un prodige, un miracle.   143 Jusqu’à ce que vous ayez.   144 Les indulgences sont en promotion pour les membres bienfaiteurs.   145 Quand une femme rapidement… Le bonimenteur et son comparse imitent les duos de charlatans qui écoulaient leurs herbes miraculeuses en faisant de la réclame en public. Cf. Maistre Pierre Doribus.   146 Munie.   147 C’est aussi une variété d’œillet.   148 Autant que.   149 Si elle en boit. La dragme est une petite unité de poids dont usent les apothicaires. Cf. Maistre Pierre Doribus, vers 7. On prononçait drame : « Qui n’eussent valu d’or une drame. » (ATILF.)   150 Notre bibliothèque. Il y a même une boutique de souvenirs pour les touristes !   151 Elle s’intronise.   152 En plus, cell