Archives de Tag: Lion d’Argent

LES FEMMES QUI FONT RENBOURER LEUR BAS

 

Boccace, Décaméron, BnF.

Boccace, Décaméron, BnF.

*

LES  FEMMES  QUI  FONT

RENBOURER  LEUR  BAS

*

 

Cette farce normande fut écrite au début du XVIe siècle.

Un bât est une selle d’âne1 composée de deux couches de cuir, molletonnées avec du rembourrage. Lorsque ce rembourrage se tasse et rend le bât inconfortable, on le fait changer par un sellier. Voilà l’action qui est décrite au premier degré. Au second degré, le « bas » désigne le sexe des femmes, qu’un « rembourreur de bas » doit fourrer avec son bâton afin d’y répandre de la bourre.

Source : Recueil de Florence, nº 36.

Structure : Rimes plates, mêlées de rimes croisées. Avec 2 triolets.

Cette édition : Cliquer sur Préface. Au bas de cette préface, on trouvera une table des pièces publiées sur le présent site.

 

*

 

Farce nouvelle des

Femmes qui font

renbourer leur bas

 

*

 

À quatre personnages, c’est assavoir :

    LA  PREMIÈRE  FEMME

    LA  SECONDE  FEMME

    ESPOIR

    DE  MIEULX 2

*

 

                                            LA  PREMIÈRE  FEMME  commence         SCÈNE  I

            Ma voisine, en cest esté,

            Trop vivons sans esbatement3.

               LA  SECONDE  FEMME

            Vous en dites la vérité,

           Ma voisine, en cest esté.

               LA  PREMIÈRE

5   C’est bien cas de nouvelleté

         Que n’y ouvrez4 d’ente[n]dement.

         Ma voisine, en cest esté,

         Trop vivons sans esbatement.

               LA  SECONDE

         « Besongner » nous fault autrement,

10   Et faire rembourrer noz bas5.

               ESPOIR 6               SCÈNE  II

           Or escoutons tous ces débatz.

               DE  MIEULX

         Il nous fault renoncer noblesse,

         Disant que ne le sommes point7.

               LA  PREMIÈRE           SCÈNE  III

         Par mon âme ! mon bas me blesse.

               LA  SECONDE

15   Par mon âme ! le mien me point

         Merveilleusement8, tant est chault.

               LA  PREMIÈRE

         Le mien me tue.

               LA  SECONDE

              Il ne m’en chault.

               LA  PREMIÈRE

         Mon mal vous ne sçavez, en somme.

               LA  SECONDE

         Ne le baillez pas à ung homme

20   Vieil, qui ne le scéroit9 fourrer.

               LA  PREMIÈRE

         Allons-m’en faire rembourrer ;

         Prenez le vostre, j’ay le mien.

               LA  SECONDE

         Aussi ay-je dessoubz mon bras.

               LA  PREMIÈRE

         Il nous fault trouver le moyen

25   Qu’il nous face le cuir10 bien gras.

               [LA  SECONDE]

         Regardez-moy, suis-je bien necte ?

         Secouez ung peu ma cornette,

         Et la mectez dessus mon front.

               LA  PREMIÈRE

         Suis-je bien ?

               LA  SECONDE

                                    Ouy.

               LA  PREMIÈRE

                                                     Or, alon donc

30   En faisant bonne contenance.

               LA  SECONDE

         S’ung de ces seigneurs cy s’avance,

         Il le nous fauldra saluer.

               LA  PREMIÈRE

         Se nous avions ung [bon sellier]11,

         Bien [il] nous feroit nostre ouvraige.

               LA  SECONDE

35   M’ai[t] Dieulx12 ! il ont beau parsonnage.

               LA  PREMIÈRE

          Il sont au milieu de leur aige.

         Je ne sçay s’il ont bons « outilz ».

               ESPOIR                   SCÈNE  IV

         Il nous fault faire des motifs13

         Et leur demander où elles vont.

               DE  MIEULX

40   Attens, elles nous saluront.

               LA  PREMIÈRE            SCÈNE  V

         Jésus14 vous doint joye et santé,

         Gentilz seigneurs, en équité !

               ESPOIR

         Et vous aussy, belles bourgoises !

               DE  MIEULX

         Qu’elles sont doulces et courtoises !

               ESPOIR

45   Qu’el ont le… cueur15 franc et entier !

               DE  MIEULX

         Où allez-vous ainsi errant ?

               LA  PREMIÈRE

         Nous allons serche[r] ung sellier

         Pour embourer nos bas devant.

               ESPOIR

         Or n’alez plus nully serchant16,

50   Car nous sommes ce qu’il vous fault.

               LA  SECONDE

         Certainement, sans nul deffault,

         Mon seigneur, j’en suis trèsfort aise.

               ESPOIR

         Monstrez-les-nous !

               LES  DEULZ  FEMMES  ensemble

                                             Ne vous desplaise17 !

               ESPOIR

         Il ont besoing de bien estendre18.

               LA  PREMIÈRE

55   Mon seigneur, le cuir est bien tendre :

         Boutez-y le « baston » de mesure19.

               DE  MIEULX

         Il fault icy bonne embourreure.

               LA  PREMIÈRE

         Embourrez-le bien, quoy qu’il couste.

               LA  S[E]CONDE

         Ung an eut à la Penthecouste

60   Que [le mien]20 ne fut rembouré21.

               LA  PREMIÈRE

         Vrayment, c’est par trop demouré :

         Je m’esmerveil(le) qu’il n’escorchoit.

               LA  SECONDE

         N’osoyes : mon mary y estoit,

         Qui me tenoit bien à destroit22.

65   Pour dire, le trou est estroit !

               ESPOIR

         La mort bieu ! g’y mectroy la verge23.

               LA  SECONDE

         Gardez bien qu’il ne soit [trop] large !

         Boutez-la dedans par mesure.

               DE  MIEULX

         Il sera bien, je vous assure,

70   Car mon baston est bien petit.

               LA  PREMIÈRE

         C’est trèstout cela qui me duist,

         Mais qu’il soit gros à l’avenant.

               DE  MIEULX

         Il est bien pointu par-devant,

         Mais il est gros enprès le manche.

               LA  PREMIÈRE

75   Mais qu’il entre de croc ou de hanche24 !

         Il soufist, mais qu’il soit dedans.

               ESPOIR

         Il fault tirer ce cuir aux dens25,

         Pour le faire ung petit croistre.

               LA  SECONDE

         Par celuy Dieu qui nous fist naistre,

80   Vous le met[e]z trop coup à coup !

               ESPOIR

         Est-il bien ?

               LA  SECONDE

                                 Encore ung coup !

               ESPOIR

         Il ne reste qu’à l’embourer ;

         Quel bourre y voullez[-vous] fourrer ?

               LA  SECONDE

         Vrayment, sire, pour le plus seur,

85   Je voys demander à ma seur26

         De quoy fait embourrer le sien.

         Seur, quel bourre metz-tu au tien ?

               LA  PREMIÈRE

         Nostre Dame ! je n’en sçay rien,

         Quant est à moy ; avisez-y.

               DE  MIEULX

90   La boure d’ung estronc moysi

         Bonne seroit : elle est souesve27.

               LA  SECONDE

         Par mon âme, je croy qu’il resve !

         Et ! voicy ung trop bon raillard !

               LA  PREMIÈRE

         Mais de la bourre d’ung couillart28 :

95   Il n’y a rien plus advenent.

               LA  SECONDE

         Rien n’y a plus adoulcissant ;

         Boutez-y-en, je vous en prie !

               ESPOIR

         Ho, dame, vous serez servye !

               LA  PREMIÈRE

         Au mien, boutez-y-en aussi,

100  Je vous en pry, ung bon loppin.

               DE  MIEULX

         Aura-il assez de cecy ?

               LA  PREMIÈRE

         Ha ! s’aura mon, par sainct Gobin !

         Or avez-vous trèstout parfait ?

               [DE  MIEULX]29

         Ouy dea, tout cecy est parfait.

105  Au moins tantost, que je ne mente.

         Fault-il point couldre ceste fente ?

               LA  PREMIÈRE

         Il est trèsbien, je m’en contente.

         Nous faisons [cy] trop longue atente,

         Ma seur ; estes-vous despeschée ?

               LA  SECONDE

110  L’euvre sera tost achevée,

         Il ne fault que ung peu bouter.

               LA  PREMIÈRE 30

         Ha, dea ! je vous ve[u]il contenter

         De vostre peine, c’est raison ;

         Que vous fault-il ?

               DE  MIEULX

                                           Sans achoison31,

115  Ce que vouldrez, je vous pardonne.

               LA  PREMIÈRE

         Tenez, vélà que je vous donne ;

         Estes-vous bien de moy content ?

               DE  MIEULX

         J’en vouldroye [bien] avoir autant

         De tous ouvrayges32 que je foiz !

120  Au moins, baisez-moy une foiz

         Ains que départez de ce lieu.

               LA  PREMIÈRE

         Voulentiers, pour [vous] dire adieu.

         Ne vous chaille : dor[é]navant,

         Je vous viendray voir plus souvent.

               DE  MIEULX

125  Quant vous plaira, tout à commant33.

               LA  PREMIÈRE

         Certeinement je m’en vois voir

         Que ma voisine peut tant faire.

               DE  MIEULX

         Vous ferez bien vostre debvoir.

               LA  PREMIÈRE

         [Il est]34 bien temps de nous retraire,

130  [Ma] seur ; av’ous payay vostre homme ?

               LA  SECONDE 35

         Il ne [me] reste pas grant somme ;

         Or tenez, vélà vostre compte.

         Se n’est assez, dites sans honte.

               ESPOIR

         J’en ay as[s]ez, je m’en contente.

135  Ne m’espargnez36, mignone gente.

               LA  SECONDE

         Certes, je suis bien conseill[é]e37.

               [ESPOIR]

         À tout le moins, une acollée

         Me fault avoir et ung baiser.

               LA  SECONDE

         Pas ne le vous doibs refuser.

140  Adieu vous dy jusqu(es) au reveoir38 !

               ESPOIR

         Je pry à Dieu de mon pover

         Qu(e) il vous doint [tout] vostre désir39 !

               LA  PREMIÈRE

         Adieu jusques au revenir,

         Qui sera bien-tost, pour vous veoir40.

               DE  MIEULX

145  Ce que ferez sera debvoir41.

         Adieu vous dy, la belle fille !42

               LA  PREMIÈRE            SCÈNE  VI

         Ce mignon-là sçait bien le stille43 :

         Il « besongne » bien sans cesser.

               LA  SECONDE

         [Et] l’autre m’a fait chose utille.

               LA  PREMIÈRE

150  Le mien44 n’a garde de me blesser,

         Ma foy : il est bien45 eslargy !

               LA  SECONDE

         Le mien ne l’estoit qu’à demy ;

         Mais présent, est oultre mesure.

               LA  PREMIÈRE

         Onc46 ne fut si bon[ne] embourreure

155  Qu’il m’y a mis, à mon advis…

         Il est bas[se] heure47 ; je vous pleuvis48 :

         Allons-nous-en hastivement.

               LES  DEULX  FEMMES  ensemble

         Mes seigneurs, à Dieu vous command49 !

               ESPOIR                 SCÈNE  VII

         Certes, j’ay eu trèsbon pay(e)ment.

160  Aussy50 estoit nostre adventure.

               DE  MIEULX

         J’ay bien ouvert son bas devant.

               ESPOIR

         Certes, j’ay eu trèsbon payment.

               DE  MIEULX

         Porté m’y suis honnestement :

         Je luy ay51 fait bel[le] ouverture !

               ESPOIR

165  Certes, j’é eu trèsbon payment.

         [Aussy] estoit nostre adventure.

               DE  MIEULX

         Mon compaignon, sans nul murmure,

         Il nous fault aller pionner52

         En quelque lieu de cest argent.

               ESPOIR

170  Or, alon au Lion d’Argent53

         Toute la nuyt bien chopiner54.

               DE  MIEULX

         Il est temps de nous en aler,

         Car il est tard. Disons adieu.

               ESPOIR

         Seigneurs qui estes en ce lieu,

175  Vous avez cy veu noz esbatz,

         Et avez bien peu voir le stile

         Com les femmes de ceste ville

         Font devant embourrer leur bas.

         Des bonnes55 nous ne parlons pas.

180  Cy56 avons fait nostre povoir.

         Encore, elle[s aur]ont espoir

         De mieulx en mieulx y procéder,

         Donnant57 argent pour rembourrer,

         [S’on se]58 voullus[t] habandonner

185  À bien leur faire courtoisie.

         Vous plaise de59 nous pardonner

         S’avons failly, je vous en prie !

 

              EXPLICIT

*

1 Les bourgeoises se déplaçaient à dos d’âne. L’expression « bâter l’âne » a un sens érotique : « Pour parler en paroles couvertes, on a dit “ baster l’asne ” pour signifier faire, verminer, besongner. » Béroalde de Verville.   2 Espoir-de-mieux est une entité allégorique, ici fragmentée en deux personnages distincts. L’expression « espoir de mieux » apparaît comme une signature <voir la note 53> aux vers 181-182. Jelle Koopmans (Recueil de Florence, p. 506) croit reconnaître dans cette locution « la devise de François Girault, auteur du Moyen de soy enrichir », publié vers 1530. Mais avant d’être une devise assez commune, « espoir de mieux » est d’abord un cliché qui résume bien la mentalité médiévale, faite de nostalgie du passé, d’inquiétude face au présent, et d’espoir dans l’avenir.   3 Sans coït. « Par culz sont beaulx esbatemens. » XLI chansons.   4 F : ouures  (Œuvrer d’entendement = faire preuve de bon sens.)   5 « Femme, pour embourer son bas,/ Perdra plainement la grant messe. » Guillaume Coquillart.   6 Les hommes sont à l’écart, mais ils entendent les femmes. Les deux groupes vont dialoguer séparément, avant de se rejoindre au vers 41.   7 Que nous ne sommes pas nobles, afin de nous faire passer pour de vulgaires selliers.   8 Me pique excessivement.   9 Saurait. C’est un des normandismes qui ont échappé à l’imprimeur, avec sercher (vers 47 et 49), av’ous (130), pover (141), plévir (156), et la rime -erge -arge aux vers 66-67.   10 Le sexe. « Vostre cuyr, qui si fort vous point [pique]. » (Jehan Molinet.) Comme dira Restif de La Bretonne, elles veulent avoir « la charnière graissée ».   11 F : collier  (Cf. le vers 47.)   12 Que Dieu m’assiste !   13 Nous devons jouer les résolus. « Colléricque,/ Hardy, motif et esveillé. » Les Femmes qui font refondre leurs maris, BM 6.   14 F : Dieu  (Cf. les Rapporteurs, vers 107.)   15 Les deux hommes ne connaissent pas encore le cœur de ces dames, mais ils voient leur « cuir » symbolique, puisqu’elles le portent sous le bras (vers 22-23).   16 Le nobliau contrefait l’accent provincial de son interlocutrice.   17 Les femmes ne veulent pas montrer leur bas devant tout le monde. La première entraîne De Mieux derrière le rideau de fond, et la seconde y emmène Espoir.   18 F : entendre  (Vos bâts ont besoin d’être étendus, dilatés : vers 78.)   19 De taille raisonnable. Ce bâton sert à enfoncer la bourre jusqu’au fond du bât.   20 F : la mienne   21 F : rembouraye  (qui ne rime pas avec « demouré ».)   22 « Qui me surveillait étroitement. » Koopmans, note 18.   23 Le bâton de bourrelier. Dans sa note 19, Koopmans prétend que nous avons là une « rime dite parisienne ». Or, cette rime est tout aussi bien normande. Entre mille exemples, cf. le dialogue normand du Gentil homme et son page, où « charge » rime avec « per-ge ». Cf. la sottie normande de la Réformeresse, où « serge » est noté « sarge » et rime avec « charge ».   24 De gré ou de force. « Que l’ayez de croq ou de hanche. » Charles d’Orléans.   25 Métaphore du cunnilingus.   26 Ma commère.   27 Suave, douce comme le duvet qui couvre un étron moisi. « Qui est la plus douce plume du monde ? C’est celle d’un estront musy. » Joyeusetéz, XIII.   28 F : conillart  (Vers trop long. Le « n » et le « u » étaient le même caractère d’imprimerie, ce qui généra d’innombrables coquilles ; voir la note 45.)  La bourre d’un couillard est évidemment le sperme. Naguère, on souhaitait « bonne bourre » aux nouveaux mariés.   29 F : ESPOIR  (Voir la note 17.)   30 Elle revient en scène, avec De Mieux.   31 Sans discussion.   32 F : ouuraygez  (Pour tous les travaux que je fais. Les deux nobles <note 7> n’ont pas l’habitude d’être payés pour accomplir « l’ouvrage de reins ».)   33 Je suis à votre commandement.   34 F : Cest   35 Elle sort de derrière le rideau, avec Espoir, et elle s’adresse à lui.   36 « On dit Ne m’espargnez pas, pour dire : Employez-moy librement. » Dict. de l’Académie françoise.   37 Votre conseil est bon.   38 F : reuenir  (Confusion avec le v. 143. La rime pouver [pouvoir] est typiquement normande.)   39 « Je prie Dieu qu’il vous doint tout vostre désir ! » Marie de Clèves.   40 F : voeir   41 Vos désirs sont des ordres.   42 Les deux hommes s’éloignent.   43 Connaît son affaire.   44 Mon bât (vers 14).   45 F : bieu   46 F : Que   47 Il est tard (vers 173). « Il fut question de faire retraicte, car il estoit basse heure. » Vincent Carloix.   48 Je vous avertis. « Se ce ne faites, je plévis :/ Toutes vos gens seront occis ! » Renart le contrefait.   49 Je vous recommande. Ce congé s’adresse au public. Les femmes sortent, et leurs gigolos concluent la pièce.   50 F : Cy  (Notre aventure fut aussi très bonne. Je corrige également le refrain 166.)   51 Koopmans : au  —  Cohen : ay   52 Boire du piot [du vin], en argot. Les nobles savaient déjà s’encanailler !   53 Célèbre étuve rouennaise, qui eut la gloire de voir passer Jeanne d’Arc lorsqu’on la mena au bûcher, et l’honneur d’être fréquentée par les Conards de Rouen. Les Triomphes de l’Abbaye des Conards racontent que cette confrérie joyeuse, très impliquée dans le théâtre comique, organisa en 1540 une procession parodique à laquelle participait « un personnage nommé Espoir, [qui] tenoit en sa main une espoire ou sphère d’or » en déclamant des vers portant sa signature : « Qu’Espoir riant, aux jeunes favorable,/ Face revoir ce qu’on oste à vos yeux ! » Loin derrière, « Noblesse battoit le linge sur une selle. » Ce même opuscule nomme le Lyon d’argent et d’autres étuves de la ville parmi les « cartiers vénériens » et les « lieux dangereux ».   54 Boire des chopines. Mais aussi : culbuter, faire tomber d’une poussée. Les étuves étaient mixtes (les dames venaient notamment s’y faire « raser le pénil »), et elles comportaient des lits. On y passait la nuit à boire, à jouer aux dés, ou à copuler avec des filles louées par le tenancier raseur de pénil. Cependant, on n’y faisait pas de théâtre ; les Conards du Lion d’Argent préféraient les halles, plus spacieuses, « Pour recevoir des gens un million,/ Plus que n’avons de coustume au Lyon ». (Triomphes de l’Abbaye des Conards.)   55 Des femmes honnêtes.   56 F : Gy   57 F : Donnent   58 F : Sommes  (Pour peu qu’on veuille s’abandonner.)   59 F : a

 

Publicités